Vous êtes sur la page 1sur 10

281

DÉVELOPPEMENT DURABLE

INTRODUCTION À LA NOTION
DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
LAURENT VERNIÈRE*

L
a plupart des pays ont pris l’enga- promouvoir des politiques de développe-
gement de mettre en œuvre des ment durable (environnement, agriculture,
politiques de « développement du- ville et urbanisme, transport, etc.) ;
rable ». De nombreuses grandes entrepri- - de nombreuses disciplines académi-
ses, publiques et privées, informent sur ques sont concernées par la problématique
la contribution de leurs activités au déve- du développement durable, conduisant à
loppement durable. Enfin, l’opinion de vifs débats tant sur les aspects méthodo-
publique est de plus en plus sensibilisée logiques que sur les recommandations et
aux problèmes posés par la sauvegarde de les prescriptions de politiques ;
l’environnement et du capital naturel. Alors - présenté comme une doctrine morale
que la notion de développement durable en raison des aspects éthiques de ses objec-
fait partie à présent du langage commun, tifs, il fait souvent l’objet de programmes
il est toutefois difficile d’en donner une prenant la forme de manifestes de la part
définition simple et de rendre compte de d’organisations qui privilégient certaines
la diversité des approches concernées par valeurs2.
ce domaine. Il existe déjà une abondante Le « foisonnement » de la littérature sur
littérature sur le sujet, de qualité inégale, le développement durable et l’absence de
car ce thème bénéficie actuellement d’un consensus rendent délicate la description
large courant de recherche : d’un canevas simple comprenant les ob-
- les principales organisations inter- jectifs, les instruments, les méthodes d’éva-
nationales (Nations Unies, Banque mon- luation des politiques de développement
diale, OCDE) l’ont inscrit sur leur agenda, durable. C’est pourquoi il est apparu utile
dans le prolongement des réunions inter- de tenter de préciser autant que possible
nationales consacrées à l’environnement les enjeux du développement durable
et au développement soutenable (Sommet dans le domaine économique en retraçant
de Rio en 1992 par exemple1). L’OCDE les éléments-clé du débat. Il est en effet
vient de le retenir comme axe stratégique nécessaire de connaître les principaux
de ses travaux pour les trois prochaines concepts qui parcourent les débats sur la
années ; durabilité afin d’apprécier en fin de compte
- compte tenu des engagements inter- de quelles marges de manœuvre opéra-
nationaux souscrits par les différents pays tionnelles disposent les décideurs (pou-
en matière d’environnement, ceux-ci ont voirs publics, entreprises, autres). Cet exer-
mis en place des structures chargées de cice préalable est parfois difficile car le

* Administrateur de l’INSEE, chargé de mission à la Branche retraites de la Caisse des dépôts et consignations.

VERNIERE 281 24/01/00, 10:40


282

RAPPORT MORAL SUR L’ARGENT DANS LE MONDE - 1999

contenu de l’analyse du développement but est de réunir en un tout l’économie,


durable n’étant pas stabilisé, il oblige à l’environnement et la société » (Crabbé). Le
emprunter des éléments épars et à couvrir développement durable a en conséquence
un large éventail de conceptions. des aspects économiques, éthiques, sociaux,
institutionnels et environnementaux et il
se décline en politiques économiques,
UNE PREMIÈRE DÉFINITION environnementales et sociales durables. La
DU DÉVELOPPEMENT question de l’environnement est au cœur
DURABLE de la problématique du développement
durable car selon la qualité et la quantité
des biens et services environnementaux
Le développement durable est habituel- que nous léguerons aux générations futu-
lement abordé à partir de la définition qu’en res, celles-ci auront ou non un niveau de
a donnée en 1987 la Commission mondiale vie aussi bon que le nôtre. L’idée centrale
sur l’environnement et le développement, est que le capital naturel est le capital de
appelée Commission Brundtland3 : « déve- l’humanité et que nous ne devons pas le
loppement qui répond aux besoins des consommer inconsidérément.
générations actuelles sans compromettre ceux
des générations futures »4. Ce terme a de
nombreux synonymes dans la littérature, LES ÉLÉMENTS
les plus fréquents étant « la croissance (ou le DE LA DOCTRINE
développement) soutenable », « la soutena- DU DÉVELOPPEMENT DURABLE
bilité »5.
La durabilité se rapporte à « quelque
chose » qui dure et doit continuer à exister, La définition précédente est générale
avec un horizon temporel a priori infini. mais elle permet de mettre en relief les
Elle est définie dans le contexte d’une principaux éléments de la doctrine du dé-
action (ou d’un processus), observée dans veloppement durable :
le temps et dont le niveau ne doit pas - reconnaissance de l’impact à long terme
décroître. Deux points caractérisent cette des contraintes de ressources et d’environ-
discipline : nement sur les sentiers de développement
- la référence aux besoins met l’accent et de consommation. La relation entre
sur la recherche de bien-être des individus, l’activité humaine et son impact sur
conçue dans un sens plus large que la l’environnement est exprimée comme suit
maximisation de la consommation par tête par « l’équation de la durabilité » :
des théories conventionnelles de la crois- I=P*C*T
sance économique. Le bien-être inclut la où I est l’impact sur l’environnement,
satisfaction procurée par les biens et servi- P la population, C la consommation par
ces environnementaux et les ressources tête, T l’impact sur l’environnement par
naturelles et par la cohésion sociale ; unité de consommation. T mesure avec
- la référence aux générations successi- quelle efficacité l’économie utilise les res-
ves et à la dimension temporelle du très sources environnementales et produit des
long terme introduit l’équité intergé- déchets. Pour réduire l’impact sur l’envi-
nérationnelle comme argument de la ronnement I à population et consomma-
fonction de choix des décideurs publics ou tion par tête données, il est nécessaire
privés. d’accroître l’utilisation efficace des
On a pu dire que le développement ressources environnementales, c’est-à-dire
durable est « une doctrine de l’équité, dont le diminuer T.

VERNIERE 282 24/01/00, 10:40


283

DÉVELOPPEMENT DURABLE

- prise en considération du bien-être LES ÉLÉMENTS DU DÉBAT


des générations futures, en particulier en ENTRE LES ÉCONOMISTES
ce qui concerne leur accès aux ressources ET LES ÉCOLOGISTES
naturelles et aux biens environnementaux.
L’argument éthique de la durabilité est
que les générations futures ont le droit Les politiques durables doivent conduire
d’hériter d’un environnement et d’une à la non-décroissance du bien-être des
économie qui leur permettent un niveau générations futures. Une façon d’atteindre
de bien-être aussi élevé que celui dont cet objectif est de leur léguer des dotations
bénéficient les générations actuelles. de facteurs qui leur permettront d’avoir un
Ce cadre de référence n’est pourtant ensemble de possibilités aussi vaste que
pas le résultat d’un consensus, dans le celui des générations actuelles. L’enchaî-
domaine économique, sur la façon de nement des obligations des générations
formaliser les thèmes associés à la dura- successives conduit à une définition de la
bilité. durabilité fondée sur la transmission d’un
Il n’existe pas actuellement de règles capital total constant ou « intact »67. Deux
ou de méthodes, fondées sur une base conceptions s’affrontent pour déterminer
scientifique, aptes à fournir des réponses la composition de ces dotations, opposant
uniques sur le contenu des politiques schématiquement les économistes et les
durables. écologistes.
Cela signifie qu’il est nécessaire d’adop- Dans la théorie standard de la crois-
ter une démarche méthodologique plura- sance économique, l’hypothèse de substi-
liste pour aborder les questions de durabilité tuabilité des facteurs de production et le
et d’autre part, de poursuivre les travaux progrès technique découplent la croissance
de recherche empirique pour diminuer les économique des ressources et services
nombreuses incertitudes sur la relation environnementaux. En conséquence,
entre activité économique et environne- l’épuisement des ressources naturelles ou
ment. la dégradation de l’environnement peu-
Cette absence de consensus s’explique vent être remplacés dans le futur par des
en partie par la rupture qu’introduit la substituts plus abondants tels que le capi-
problématique du développement durable tal humain8 ou le capital manufacturé9.
dans l’analyse économique prédominante Cette théorie a intégré les ressources non
de la seconde moitié du XXème siècle. renouvelables et les biens environnemen-
La croissance économique soutenue taux comme facteurs de production mais
conduisait à l’idée qu’il n’était pas néces- elle a conservé l’hypothèse que les diffé-
saire de s’intéresser aux générations futu- rents facteurs sont substituables.
res puisque celles-ci seraient plus riches Par ailleurs, si les possibilités de substi-
que les générations courantes. tution sont limitées, une production au
L’introduction de la question de la moins constante au cours du temps peut
dégradation de l’environnement et de être obtenue si le progrès technique
l’épuisement des ressources naturelles a accroît suffisamment la productivité du
modifié radicalement cette approche en ce capital naturel (la technique est « capital
sens que les générations courantes doivent naturel-augmenting »). L’épuisement ou
adapter dès maintenant leurs comporte- la dégradation du capital naturel devrait
ments et leur utilisation des biens et servi- conduire à l’augmentation de son prix,
ces environnementaux pour que les géné- induisant un progrès technique visant à
rations futures puissent en bénéficier éga- l’économiser ou à en augmenter la pro-
lement. ductivité.

VERNIERE 283 24/01/00, 10:40


284

RAPPORT MORAL SUR L’ARGENT DANS LE MONDE - 1999

L’hypothèse de substitution élevée en- des climats régionaux et globaux, etc. Les
tre les facteurs de production conduit au écosystèmes sont des systèmes globaux dont
concept de « durabilité faible » selon lequel la structure et la diversité sont des compo-
le capital humain et le capital manufacturé santes importantes du capital naturel. De
peuvent remplacer le capital naturel lors- plus, dans l’état actuel des connaissances et
que celui-ci est dégradé ou épuisé. Cette des observations, leur dégradation appa-
approche signifie que l’analyse économi- raît irréversible.
que prend correctement en considération Cette approche conduit au concept de
les problèmes de durabilité et que les ins- « durabilité forte » selon lequel c’est l’une
truments économiques traditionnels sont des composantes du capital total qui doit
suffisants pour déterminer le contenu des être maintenue constante au cours du
politiques de développement durable. Pour temps, à savoir le capital naturel qui est la
maintenir le capital constant transmis aux ressource rare. Il en résulte que la substitu-
générations futures, il suffit d’augmenter tion entre les différentes formes de capital
le capital humain et manufacturé afin de n’est pas possible d’autant plus que, pour
compenser l’épuisement ou la dégradation les écosystèmes, il n’existe pas de marchés
du capital naturel. ni de prix. Les processus environnementaux
A cette vision s’oppose le point de vue fondamentaux (tel que le cycle du car-
des écologistes selon lequel les systèmes bone) fonctionnent comme une infras-
écologiques ne sont modifiables qu’à la tructure qui soutient les systèmes naturels
marge, avec des risques d’irréversibilité qui et économiques et qui est à la source des
peuvent mettre en danger les intérêts hu- productivités biologique et industrielle. La
mains. L’accent est mis sur la nécessité de règle de décision dans ce cadre est un
la protection écologique et de la préserva- principe de prudence qui vise à la préserva-
tion du statu quo. Pour comprendre cette tion des écosystèmes et à des normes de
approche, il est utile de définir la composi- sauvegarde. Trois facteurs contribuent à
tion du capital naturel entrant dans la ce principe de prudence :
fonction de production des biens et servi- - les incertitudes sur l’épuisement des
ces consommés. Le capital naturel, pro- ressources et le fonctionnement complexe
duit par l’environnement, est un stock qui des écosystèmes ;
fournit des flux de biens et services - l’irréversibilité des actions ;
évaluables, composé de deux types : - l’échelle à partir de laquelle on mesure
- le capital naturel non renouvelable la substitution (régionale, nationale ou
(pétrole et matières premières fossiles) est globale par exemple). Les discontinuités
consommé dès qu’il est utilisé et ne fournit peuvent en effet empêcher les possibilités
aucun service jusqu’à ce qu’il soit extrait. de substitution.
Il s’agit des ressources épuisables (non re-
nouvelables) à l’échelle du temps humain ;
- le capital naturel renouvelable est actif L’ÉQUITÉ
et auto-entretenu. D’une part, il fournit INTERGÉNÉRATIONNELLE
un certain nombre de produits (poissons,
bois, etc.) s’il n’est pas détérioré ou
surexploité10. Ces biens fournis par l’envi- Le choix du taux d’actualisation appro-
ronnement constituent les ressources na- prié dans les études sur l’environnement
turelles. D’autre part, il fournit égale- est également une source de désaccord en-
ment un flux de services à la communauté tre les différentes écoles. Cette question est
humaine : recyclage des déchets11, main- d’importance parce que les choix
tien de la diversité biologique, régulation intergénérationnels, et donc l’équité

VERNIERE 284 24/01/00, 10:40


285

DÉVELOPPEMENT DURABLE

intergénérationnelle, sont exprimés par l’in- et leur consommation future avec le taux
termédiaire de l’actualisation. En effet, d’intérêt du marché (préférence sociale
nombre de mesures susceptibles d’être pour le présent).
prises pour lutter contre la dégradation Appliquées à l’environnement, les deux
de l’environnement (le réchauffement approches diffèrent complètement en ce
climatique par exemple) ont des coûts qui concerne les politiques à mettre en
immédiats mais des effets positifs qui ne œuvre. L’approche descriptive recom-
seront perceptibles que dans plusieurs dé- mande de maximiser les ressources dispo-
cennies. Choisir un taux d’actualisation nibles pour les générations futures en
élevé pondérera en conséquence très fai- laissant ces dernières décider comment
blement les bénéfices d’une intervention utiliser ces ressources. Il faut donc investir
dont jouiront les générations futures et dès que le rendement attendu de l’investis-
peut conduire à renoncer à intervenir. Dans sement est supérieur au taux d’actualisa-
cette hypothèse, ces générations futures ne tion. Les générations futures bénéficieront
bénéficieront pas d’un ensemble d’oppor- d’un stock de capital plus important même
tunités aussi large qu’aujourd’hui, ce qui si elles subissent des dommages en raison
est contraire à la définition du développe- d’un environnement dégradé dont le coût
ment durable. Dans ce domaine, deux ap- est normalement compensé par des trans-
proches s’opposent : ferts12. Le coût d’opportunité du capital
- l’approche prescriptive (ou norma- est alors le bon critère pour décider des
tive) considère que toutes les générations investissements à entreprendre. Cela signi-
doivent être traitées de manière identique, fie qu’il ne faut pas réaliser des projets
ce qui conduit à retenir un taux d’actuali- environnementaux si leur rendement est
sation nul, ou encore un taux de pure inférieur au taux d’actualisation déterminé
préférence temporelle nul ; à partir du rendement marginal du capital.
- l’approche descriptive, représentée par Selon l’approche normative, les choix
l’analyse coût-bénéfice, s’appuie sur les actuels de la société ne permettent pas
notions de coût d’opportunité des ressour- d’inférer les arbitrages entre générations.
ces prélevées sur la consommation et de Lorsqu’on tient compte de la fiscalité et de
disposition à payer. Le rendement de la difficulté ou de l’impossibilité de réaliser
l’investissement public doit au moins des transferts en faveur des générations
être égal au taux d’actualisation ou au futures, le taux d’intérêt est un piètre indi-
rendement de l’investissement privé. Ce cateur du rendement du capital et ne peut
dernier, en l’absence d’imperfections du pas être utilisé comme taux d’actualisa-
marché, est égal au taux d’intérêt auquel tion. Le taux d’actualisation à retenir en
font face les emprunteurs. Le taux d’actua- matière d’environnement doit être infé-
lisation est donc une expression du taux de rieur au taux d’intérêt. Il faut donc réaliser
rendement anticipé dont bénéficieront les des projets environnementaux car c’est le
générations futures dans les utilisations seul moyen pour faire des transferts au
alternatives du capital. profit des générations futures. On réduit
Ainsi, il y a actualisation parce que les ainsi les risques induits par la dégradation
individus ont une préférence pour le pré- de l’environnement.
sent, parce que les investissements auront La relation entre le taux d’actualisation
un rendement dans le futur (productivité et la durabilité s’exprime de la façon sui-
du capital), parce que les individus, maxi- vante en considérant le taux de régénéra-
misant leur utilité, prêtent et empruntent tion des ressources renouvelables (i.e. leur
pour égaliser leurs taux marginaux de subs- taux de croissance) : pour obtenir l’opti-
titution entre leur consommation présente mum social, le taux d’actualisation doit

VERNIERE 285 24/01/00, 10:40


286

RAPPORT MORAL SUR L’ARGENT DANS LE MONDE - 1999

être égal au taux de régénération. S’il est de connaître les débats qui opposent les
inférieur au taux de régénération, l’utilisa- différentes approches de la durabilité pour
tion durable des ressources naturelles est être capable d’en analyser les contradic-
possible, s’il est plus élevé, le stock des tions, mais il paraît plus intéressant d’exa-
ressources renouvelables s’épuisera. Pour miner quel est le niveau de responsabilité
des ressources renouvelables croissant de chaque acteur (pouvoirs publics, entre-
lentement, un taux d’intérêt (un taux prises, consommateurs) dans la recherche
d’actualisation) élevé implique un niveau de la viabilité à très long terme des pro-
des stocks bas, avec un risque d’extinction cessus socioéconomiques et environne-
ou d’épuisement, même dans le cas où les mentaux. En effet, le développement
droits de propriété sont clairement définis. durable devrait impliquer une décentra-
En utilisant sans précautions l’analyse coût- lisation des décisions de telle sorte que
avantage, il peut être optimal du point de tous les aspects relatifs à l’environnement
vue d’aujourd’hui d’épuiser une ressource et à la cohésion sociale soient effective-
renouvelable si le taux d’actualisation est ment pris en compte par les acteurs écono-
plus élevé que le taux de régénération. Une miques.
forte préférence pour le présent ou un Les pouvoirs publics ont déjà commencé
rendement élevé de l’investissement utili- à franchir le premier pas dans cette direc-
sant des ressources renouvelables peuvent tion puisque les instruments économiques
conduire à surexploiter les ressources ont été mobilisés pour renforcer l’effica-
renouvelables au détriment des généra- cité d’un certain nombre de politiques
tions futures. avec un double bénéfice : la correction des
Ces considérations aboutissent à énon- distorsions et des externalités négatives qui
cer deux règles d’utilisation des ressources empêchent un fonctionnement efficace du
naturelles : marché, permet d’accroître, d’une part, le
- le taux d’exploitation des ressources bien-être tel qu’il est conventionnellement
renouvelables doit être inférieur à la capa- mesuré et, d’autre part, le niveau de la
cité de régénération du système naturel ; protection environnementale.
- le taux d’épuisement des ressources Le calcul des coûts complets des activi-
non renouvelables doit être égal au taux tés économiques, c’est-à-dire y compris les
auquel des substituts renouvelables se dé- dommages causés à l’environnement, est
veloppent. une pratique qui se répand dans l’évalua-
tion des projets.
On fait là référence au développement
LES INSTRUMENTS de l’économie environnementale dont les
DES POLITIQUES DE outils ont été progressivement mis en
DÉVELOPPEMENT DURABLE place.
On distingue habituellement trois ca-
tégories d’incitations destinées à modifier
L’absence de consensus sur la définition la structure des prix et qui utilisent
et le contenu des politiques de dévelop- l’environnement comme assiette fiscale :
pement soutenable ne doit pas faire la fiscalité taxant les sources de pollution,
obstacle à la capacité d’entreprendre ces les subventions visant à encourager les
politiques. Les conflits d’objectifs entre actions protégeant l’environnement, et la
recherche de la plus grande efficacité éco- création de marchés de droits à polluer.
nomique et équité de la distribution des On ne développera pas plus, à ce stade,
gains parcourent de nombreux domaines cet important domaine d’intervention des
de l’analyse économique. Il est certes utile pouvoirs publics qui est présenté comme

VERNIERE 286 24/01/00, 10:40


287

DÉVELOPPEMENT DURABLE

une condition nécessaire pour favoriser le LE RÔLE DES ENTREPRISES


développement durable mais qui est
également critiqué, en ce sens qu’il s’ap-
puie sur la restauration des mécanismes de Les entreprises se sont également mobi-
marché et ignore les aspects d’équité lisées pour conduire leur activité dans le
intergénérationnelle. cadre du développement durable, c’est-à-
Deux autres types d’intervention sont dire se diriger vers une production et une
également destinés à corriger les inefficaci- consommation durables. La Commission
tés du marché : du développement soutenable des Nations
- la régulation (ou contrôle direct) qui Unies a explicitement appelé les entrepri-
fixe des niveaux de pollution sous deux ses à engager des stratégies de développe-
formes : la spécification de quantités maxi- ment durable respectant les contraintes
males de pollution pouvant être émises, la de compétitivité, caractérisées par les
spécification de processus ou d’équipe- objectifs suivants : intégrer les critères
ments devant être installés pour limiter les environnementaux dans les politiques
émissions de pollution. Ce type de régula- d’achat et d’approvisionnement, concevoir
tion a des coûts élevés d’administration et des produits et des processus plus efficaces
de mise en œuvre, il est inflexible et laisse en matière d’environnement, augmenter
peu de place aux innovations susceptibles la durée de vie des biens durables, amé-
de réduire la dégradation de l’environne- liorer les services après-vente, promouvoir
ment ; le recyclage et encourager la consomma-
- les mesures de « persuasion », en tion durable au travers de la publicité,
vogue chez les non-économistes, qui du marketing et de l’information sur les
cherchent à modifier l’information ou les produits.
préférences des agents économiques sans Trois aspects se détachent dans la
adopter de mesures de contrôle et sans contribution des entreprises au dévelop-
changer les incitations par les prix. Il s’agit pement durable :
d’internaliser dans la prise de décision - le rôle de l’information de l’ensemble
individuelle les responsabilités en matière des agents économiques (stakeholders)
d’environnement. Parmi ces mesures, on en relation avec l’entreprise (fournisseurs,
trouve les subventions à la recherche et salariés, consommateurs, distributeurs,
au développement de technologies alter- financiers, etc.) ;
natives, le financement de campagnes de - l’accent mis sur les responsabilités de
sensibilisation sur l’environnement, la l’entreprise en matière d’environnement
labelisation de produits ou d’équipements, dans ses missions liées à toutes les étapes
etc. du cycle de vie des produits mis sur le
De façon générale, si les développements marché (conception, politique d’achat des
de l’économie de l’environnement appa- matériaux nécessaires à leur fabrication,
raissent nécessaires pour renforcer la pro- confection des produits, marketing, distri-
tection de l’environnement, il reste encore bution et gestion des déchets) ;
de nombreuses difficultés pour mettre - la recherche du principe d’éco-effica-
en place les instruments les plus efficaces. cité dans les processus de production dans
Par ailleurs, l’équité n’est pas un objectif un cadre d’économie concurrentielle. Ce
explicite de ces interventions et de nom- concept est important parce qu’il signifie,
breux observateurs ont mis l’accent sur non pas la réduction de l’utilisation (ou
l’inégale exposition aux risques environ- du gaspillage) des ressources naturelles
nementaux de différentes catégories de dans les processus de production, mais
populations. la recherche de la maximisation de la pro-

VERNIERE 287 24/01/00, 10:40


288

RAPPORT MORAL SUR L’ARGENT DANS LE MONDE - 1999

ductivité, c’est-à-dire de la valeur ajoutée Il existe à présent de nombreux


par unité de ressource naturelle consom- exemples d’entreprises engagées dans des
mée. Ce concept concerne plusieurs do- processus d’évaluation environnementale
maines : une utilisation moins intensive conduits selon la logique du développe-
d’énergie et de matières premières, la ment durable. Cet engagement doit être
réduction des émissions de pollution, apprécié dans un cadre plus large en ce
l’amélioration du recyclage des produits, sens que ces entreprises pourront être
l’augmentation de la part des services dans perçues par la communauté finan-
la production de biens et services. cière comme un « meilleur risque ». La
La démarche des entreprises s’inscrit réputation de l’entreprise en matière
dans un processus continu d’évaluation environnementale peut conduire en
environnementale13, défini comme un pro- conséquence à une plus forte valorisation
cessus systématique en trois étapes : boursière.
- fournir un cadre pour réunir de l’in-
formation concernant les conséquences
environnementales des activités ; Ce bref panorama d’introduction est
- évaluer l’importance des effets et les assurément incomplet tant la problémati-
moyens pour les identifier, les modifier et que du développement durable apparaît
les atténuer ; vaste. Les méthodes d’évaluation des
- proposer des recommandations et des politiques de développement durable et
plans d’action. l’élaboration d’indicateurs constituent deux
Les objectifs de l’évaluation envi- thèmes importants qui accompagnent
ronne-mentale sont d’abord internes à tous les programmes de développement
l’entreprise. Ils se déclinent de la manière durable. Ils devront être approfondis ulté-
suivante : rieurement.
- comprendre les implications environ- La vie quotidienne offre de nombreux
nementales de chaque activité ou décision ; exemples de mesures pouvant entrer dans
- comparer les projets alternatifs afin de la catégorie du développement durable.
permettre la sélection des meilleures op- Toutefois, il convient d’être prudent car il
tions satisfaisant les standards de qualité, ne faut pas confondre le développement
de coût ; durable avec certaines formes de consumé-
- établir une référence environnementale risme. La dimension éthique du déve-
pour permettre de mesurer les change- loppement durable est une caractéristique
ments induits par une activité ; permanente qui différencie fortement cette
- identifier les méthodes d’optimisation problématique avec les adaptations
économique et environnementale d’un marginales de certaines pratiques de pro-
processus (économiser des matières pre- duction et de consommation. Par ailleurs,
mières et l’énergie, taux élevés de recy- l’implication de tous les acteurs dans la
clage, minimisation des gaspillages) ; démarche du développement durable
- évaluer les risques potentiels de la est une condition importante de son
future activité. succès.

VERNIERE 288 24/01/00, 10:41


289

DÉVELOPPEMENT DURABLE

BIBLIOGRAPHIE

AYRES R. § ALII, « Natural Capital, Human Capital and Sustainable Economic Growth », Boston University, 1996.
BETSCHGER L., « The Sustainability Paradigm : A Macroeconomic Perspective », ENI, Working Paper, 1997.
CRABBÉ Ph., « Le développement durable : concepts, mesures et déficiences des marchés et des politiques au niveau de
l’économie ouverte, de l’industrie et de l’entreprise », Industrie Canada, document hors-série n° 16, 1997.
OCDE, « Guider la transition vers le développement durable : un rôle essentiel pour l’OCDE », novembre 1997.
OCDE, « Le programme de travail de l’OCDE sur le développement durable », Document de discussion sur le travail à effectuer
pendant la période 1998-2001, 1998.
FULLERTON D., STAVINS R., « How do Economists Really Think About the Environment ? », RFF, Discussion Paper n° 98-
29, 1998.
HEAL G., « Interpreting Sustainability », Columbia Business School, may 1996.
ROBINSON J., TINKER J., « Reconciling Ecological, Economic and Social Imperatives : Towards an Analytical Framework »,
1996, SDRI, University of British Columbia.
SALMI J., « Economics of Sustainability : Neoclassical Viewpoint », University of Helsinki, june 1996.
SOLOW R., « An Almost Practical Step toward Sustainability », RFF, 1992, Invited Lecture.
TOMAN M., « Sustainable Decisionmaking : The State of the Art from an Economics Perspective », RFF, Discussion Paper n°
98-39, 1998.
TOMAN M., LILE R., KING D., « Assessing Sustainability : Some Conceptual and Empirical Challenges », RFF, Discussion Paper
n° 98-42, 1998.
WBCSD, « Environmental Assessment : A Business Perspective », Rapport.
WBCSD, « Eco-efficiency and Ceaner Production : Charting the Course to Sustainability », Rapport.
WBCSD, « Sustainable Production and Consumption : A Business Perspective », Rapport.

NOTES

1. Le Sommet de la Terre tenu à Rio en 1992 a donné naissance à « Agenda 21 : un plan d’action pour la Terre », destiné à
promouvoir le développement durable. La Commission du Développement Soutenable (CSD) des Nations Unies est chargée
de surveiller la réalisation d’Agenda 21 par les gouvernements, les agences internationales, etc.
2. Il existe une rhétorique du développement durable.
3. Le rapport de cette commission s’intitule « Our Common Future ».
4. Cette définition se réfère à une éthique classée dans la rubrique des définitions anthropocentriques dominantes. L’approche
anthropocentrique signifie que l’on ne s’intéresse qu’aux actes, valeurs et objectifs des êtres humains et que seuls les êtres
humains ont des droits. La nature, les ressources naturelles n’ont qu’une valeur instrumentale. Cette approche s’oppose à celle
dite écocentrique selon laquelle les êtres non humains ont également une valeur intrinsèque et donc possèdent des droits
moraux.
5. Ce terme est la traduction littérale de sustainability qui englobe toutes les issues relatives au développement durable.
6. Maintenir le stock de capital « intact » est un moyen d’obtenir la durabilité dans l’utilisation des ressources productives. C’est
la règle dite « d’Hartwick » selon laquelle, pour obtenir le niveau de consommation maximum durable à l’infini, il est nécessaire
de réinvestir le revenu net (la rente) issu de l’exploitation des ressources naturelles non renouvelables dans la formation de capital
renouvelable. Avec cette règle, les différentes formes de capital sont substituables.
7. Les quatre types de capitaux habituellement examinés sont le capital manufacturé, le capital humain, le capital naturel et
le capital social.
8. Le capital humain se réfère au stock de qualifications, de culture et de connaissances que possèdent les êtres humains.
9. Le capital manufacturé est composé des machines, équipements, immeubles, etc.
10. Le libre accès aux ressources naturelles pose la question des droits de propriété à mettre en place si l’on veut gérer
durablement ces ressources.
11. L’atmosphère et les océans sont appelés des puits pour la pollution.
12. On retrouve la notion de « capital constant ».
13. Cf. Environmental Assessment : A Business Perspective. Mimeo World Business Council for Sustainable Development.
1998.

VERNIERE 289 24/01/00, 10:41


VERNIERE 290 24/01/00, 10:41

Vous aimerez peut-être aussi