Vous êtes sur la page 1sur 202

Catalogue de structures de

chaussées neuves et
Guide de dimensionnement des
chaussées au SENEGAL

Version 2 provisoire – Avril 2015


Sommaire page

Préambule .................................................................................................................. 6 

1.  Généralités ........................................................................................................ 10 

2.  Détermination de la classe de trafic NE .......................................................... 16 

3.  Détermination de la classe de plateforme support de chaussée .................. 24 

4.  Choix du type de structure ............................................................................... 35 

5.  Choix de la couche de surface......................................................................... 36 

6.  Tableaux de structures de chaussées neuves ............................................... 40 

7.  Fiches matériaux ............................................................................................... 59 

8.  Méthode et hypothèses de dimensionnement des chaussées neuves


revêtues retenues .................................................................................................. 118 

9.  Renforcements des chaussées revêtues ...................................................... 125 

10.  Routes en terre ................................................................................................ 138 

11.  Routes urbaines .............................................................................................. 152 

12.  Profil en travers, accotements, drainage ...................................................... 155 

13.  Entretien .......................................................................................................... 163 

14.  Annexes ........................................................................................................... 164 


Préambule

Tables des illustrations

Figure 1 - Constitution d’une structure de chaussée ............................................................................. 10 


Figure 2 - Carte géotechnique du Sénégal [99] .................................................................................... 12 
Figure 3 - Température mesurée in situ à Dakar et Kaolack à différentes profondeurs ....................... 14 
Figure 4 - Position des postes de pesage ............................................................................................. 22 
Figure 5 - Répartition des valeurs de CBR............................................................................................ 25 
Figure 6 - Nature des sols de plateforme des chaussées existantes ................................................... 27 
Figure 7 - Relations sol / CBR ............................................................................................................... 31 
Figure 8 - Classification mécanique (Rt E) des sols en couche de forme traitée au ciment [112]........ 34 
Figure 9 - Classe mécanique des GLc1 et GLc2 (après abattement) ................................................... 69 
Figure 10 - Modélisation de la charge de référence ............................................................................ 119 
Figure 11 - Etat apparent de chaussée [103] ...................................................................................... 128 
Figure 12 - Abaque d'AASHTO basé sur la perte de niveau de service [105] .................................... 140 
Figure 13 - Abaque AASHTO, basé sur l'orniérage admissible [105] ................................................. 141 
Figure 14 - AASHTO - Dommages pour différentes épaisseurs de couche de base [105] ................ 141 
Figure 15 - AASHTO – Equivalence couche de base et fondation [105] ............................................ 143 
Figure 16 - Catalogue AASHTO pour routes non revêtues [105] ....................................................... 144 
Figure 17 - Structure de la chaussée, routes non revêtues [110] ....................................................... 145 
Figure 18 - Exemple de calcul de CBR pour une route en terre [102] ................................................ 148 
Figure 19 - Abaque de Road Research Laboratory [102] ................................................................... 149 
Figure 20 - PT type 2x2 voies.............................................................................................................. 155 
Figure 21 - PT type 2x1 voies.............................................................................................................. 156 
Figure 22 - BD revêtue ........................................................................................................................ 159 
Figure 23 - BD non revêtue ................................................................................................................. 159 
Figure 24 - Accotements des matériaux de la couche de fondation [102] .......................................... 160 
Figure 25 - Accotements des matériaux de la couche de base [102] ................................................. 160 

Photo 1 - Route revêtue ........................................................................................................................ 10 


Photo 2 - Paysage sénégalais ............................................................................................................... 13 
Photo 3 - Poids Lourd circulant sur le réseau sénégalais ..................................................................... 17 
Photo 4 - Autoroute 2 x 2 voies ............................................................................................................. 19 
Photo 5 - Poids lourds sénégalais ......................................................................................................... 23 
Photo 6 - Travaux de terrassement ....................................................................................................... 28 
Photo 7 - Travaux de couche de forme ................................................................................................. 30 
Photo 8 - Granulats du Sénégal ............................................................................................................ 60 
Photo 9 - Latérite de Kolda .................................................................................................................... 64 
Photo 10 - Gisement de latérite en exploitation .................................................................................... 68 
Photo 11 - Banco-coquillage de St Louis .............................................................................................. 85 
Photo 12 - Centrale d’enrobage mobile................................................................................................. 95 
Photo 13 - Mise en œuvre des enrobés ................................................................................................ 96 
Photo 14 - Pavés de béton autobloquants .......................................................................................... 111 
Photo 15 - Chaussée en pavé béton ................................................................................................... 111 
Photo 16 - Pavés de béton autobloquants .......................................................................................... 111 
Photo 17 - Répandage couche d'accrochage ..................................................................................... 117 
Photo 18 - Chaussées très dégradées ................................................................................................ 128 
Photo 19 - Mesure de déflexion au déflectographe ............................................................................ 132 
Photo 20 - Piste non revêtue ............................................................................................................... 139 
Photo 21 - Route sénégalaise en agglomération ................................................................................ 152 
Photo 22 - Chaussée urbaine .............................................................................................................. 154 
Photo 23 - Accotements revêtu ........................................................................................................... 158 

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 3 sur 202
Préambule
Tableau 1 – Principaux résultats des mesures de température sur le site de Dakar et Kaolack.......... 14 
Tableau 2 - Particularité des 4 climats type au Sénégal ....................................................................... 15 
Tableau 3 - Classe de trafic Ti .............................................................................................................. 17 
Tableau 4 - Coefficient de réparation transversale [102, 108] .............................................................. 18 
Tableau 5 - Classe de trafic Ci .............................................................................................................. 23 
Tableau 6 - Valeurs de CBR mesurées et répartition ........................................................................... 25 
Tableau 7 - Classe d’arase de terrassement à long terme ................................................................... 26 
Tableau 8 - Classes de plate-forme [118, 119, 123] ............................................................................. 29 
Tableau 9 - Dimensionnement de la couche de forme non traitée ....................................................... 33 
Tableau 10 - Dimensionnement de la couche de forme traitée [112] ................................................... 33 
Tableau 11 - Limites inférieures des classes mécaniques : zones 1 à 5 [112] .................................... 34 
Tableau 12 - Epaisseur de la couche de surface en béton bitumineux dans les tableaux de structure 37 
Tableau 13 - Epaisseur des enrobés de la couche de surface ............................................................. 38 
Tableau 14 - Performances des différentes techniques en couche de roulement [123] [154] .............. 39 
Tableau 15 - Fuseau granulométrique GL ............................................................................................ 65 
Tableau 16 - Spécifications GL et GLa ................................................................................................. 66 
Tableau 17 - Limites des classes mécaniques...................................................................................... 69 
Tableau 18 - Caractéristiques de dimensionnement latérite non traitée et améliorée .......................... 71 
Tableau 19 - Caractéristiques de dimensionnement latérite traitée GLc .............................................. 73 
Tableau 20 - Plan de contrôle mise en œuvre latérite .......................................................................... 75 
Tableau 21 - Fuseau granulométrique GNT 0/31.5 .............................................................................. 76 
Tableau 22 - Fuseau granulométrique GNT 0/20 ................................................................................. 77 
Tableau 23 - Fuseau granulométrique GNT 0/14 ................................................................................. 77 
Tableau 24 - Spécifications GNT .......................................................................................................... 78 
Tableau 25 - Caractéristiques de dimensionnement GNT .................................................................... 78 
Tableau 26 - Plan de contrôle des constituants GNTB ......................................................................... 79 
Tableau 27 - Plan de contrôle fabrication GNTB .................................................................................. 79 
Tableau 28 - Calcul de la compacité d’une GC .................................................................................... 81 
Tableau 29 - Fuseau granulométrique d’une GC 0/14 .......................................................................... 81 
Tableau 30 - Fuseau Granulométrique d’une GC 0/20 ......................................................................... 81 
Tableau 31 - Fuseau Granulométrique d’une GC 0/31.5 ...................................................................... 82 
Tableau 32 - Spécifications des granulats d’une GC ............................................................................ 82 
Tableau 33 - Caractéristiques de dimensionnement de la GC3 et du SC2 .......................................... 84 
Tableau 34 - Spécifications BQ ............................................................................................................. 85 
Tableau 35 - Caractéristiques de dimensionnement BQc ..................................................................... 87 
Tableau 36 - Spécifications granulats pour bétons ............................................................................... 88 
Tableau 37 - Caractéristiques de dimensionnement bétons ................................................................. 89 
Tableau 38 - Plan de contrôle fabrication bétons .................................................................................. 89 
Tableau 39 - Plan de contrôle mise en œuvre ..................................................................................... 90 
Tableau 40 - Contenu des épreuves de formulation ............................................................................. 91 
Tableau 41 - Spécifications GB ............................................................................................................. 92 
Tableau 42 - Composition granulométrique visée GB .......................................................................... 93 
Tableau 43 - Spécification granulats GB ............................................................................................... 94 
Tableau 44 - Caractéristiques de dimensionnement GB ...................................................................... 97 
Tableau 45 - Plan de contrôle granulats pour GB ................................................................................. 98 
Tableau 46 - Plan de contrôle bitume pour GB ..................................................................................... 98 
Tableau 47 - Plan de contrôle fabrication GB ....................................................................................... 99 
Tableau 48 - Plan de contrôle mise en œuvre GB ................................................................................ 99 
Tableau 49 - Spécifications EME ........................................................................................................ 100 
Tableau 50 - Caractéristiques de dimensionnement EME .................................................................. 101 
Tableau 51 - Spécifications BBSG ...................................................................................................... 102 
Tableau 52 - Composition granulométrique visée BBSG.................................................................... 103 
Tableau 53 - Spécifications granulats BBSG ...................................................................................... 103 
Tableau 54 - Caractéristiques de dimensionnement BBSG................................................................ 104 
Tableau 55 - Plan de contrôle mise en œuvre BBSG ......................................................................... 105 
Tableau 56 - Spécifications du sable enrobé ...................................................................................... 106 
Tableau 57 - Composition granulométrique du sable naturel ............................................................. 107 
Tableau 58 - Spécifications sable concassé ....................................................................................... 107 
Tableau 59 – Caractéristiques des ESU ............................................................................................. 109 
Tableau 60 - Spécifications gravillons ESU ........................................................................................ 110 
Tableau 61 - Spécifications pavés en béton ....................................................................................... 112 
Tableau 62 - Caractéristiques de dimensionnement de pavés en béton ............................................ 113 

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 4 sur 202
Préambule
Tableau 63 - Plan de contrôle fabrication de pavés ............................................................................ 114 
Tableau 64 - Plan de contrôle du produit posé ................................................................................... 114 
Tableau 65 - Caractéristiques du liant fluidifié .................................................................................... 116 
Tableau 66 – Contrôle constituants..................................................................................................... 117 
Tableau 67 – Contrôle répandage ....................................................................................................... 117 
Tableau 68 - Nature des interfaces ..................................................................................................... 120 
Tableau 69 - Valeurs du coefficient Ks................................................................................................ 122 
Tableau 70 - Valeur de risque ............................................................................................................. 123 
Tableau 71 - Etat de chaussées [103]................................................................................................ 127 
Tableau 72 - Classe de fissuration et faïençage [120] ........................................................................ 128 
Tableau 73 - Classes d’orniérage dans les bandes de roulement et des affaissements de rive [120]128 
Tableau 74 – Etat des matériaux carottés [120] ................................................................................. 129 
Tableau 75 - Qualité des interfaces [120] ........................................................................................... 130 
Tableau 76 - Relation déflexion et portance de la plate-forme [103] .................................................. 132 
Tableau 77 - Classe de déflexion caractéristique pour les chaussées souples [120] ........................ 132 
Tableau 78 - Qualité des structures Qi [103]....................................................................................... 134 
Tableau 79 - Correspondance Qi (Qualité de la chaussée) et di (niveau de déflexion) [103] ............ 135 
Tableau 80 - Qualité des structures Qi VIZIR ..................................................................................... 136 
Tableau 81 - Classe de plateforme [110] ........................................................................................... 145 
Tableau 82 - Caractéristiques des matériaux de structure, G15 et G7 [110]...................................... 146 
Tableau 83 - Caractéristiques de la couche de surface GW, routes principales [110] ....................... 146 
Tableau 84 - Structures routes principales [110] ................................................................................ 147 
Tableau 85 - Structures de routes secondaires [110] ......................................................................... 147 
Tableau 86 - Fuseaux granulométriques............................................................................................. 150 
Tableau 87 - perte annuelle de matériau en fonction du trafic, du site et de la pluviométrie.............. 151 
Tableau 88 - Exemple de l’agressivité du trafic urbain [116] .............................................................. 154 
Tableau 89 - Largeur de la couche de forme sur une plateforme dérasée ......................................... 156 
Tableau 90 - Pente de talus des couches de chaussée ..................................................................... 157 
Tableau 91 - Sur-largeurs de chaussée .............................................................................................. 157 

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 5 sur 202
Préambule

Préambule
Contexte Au Sénégal, les transports sont placés au cœur des stratégies de
développement, avec l’élaboration de politiques sectorielles sous-tendues
par des investissements massifs dans les infrastructures et les services.
Une stratégie intégrée, accompagnée de réformes structurelles, a visé
notamment à accroître la qualité des services de transport afin de soutenir
dans les meilleures conditions l’accessibilité et la mobilité des biens et des
personnes et, au-delà, le développement socio-économique et la
préservation de l’environnement.
On constate également que le secteur des transports au Sénégal est
dominé par une prééminence du secteur routier où beaucoup
d’investissements ont été faits ces dernières années. Le développement
des infrastructures routières s’est donc manifesté par l’affirmation d’une
vision claire à travers des lettres de politiques, de stratégies et surtout grâce
à la mise en œuvre de programmes sectoriels sur les transports.
Le deuxième Programme Sectoriel des Transports (PST2), entré en vigueur
en 2000, vise principalement une efficacité des services et une amélioration
des infrastructures. Ce programme répond aux objectifs de la stratégie de
réduction de la pauvreté et au souci de protéger l’environnement. C’est
dans ce cadre et dans le but d’améliorer l’efficacité globale de la gestion des
routes, que la nécessité d’établir un catalogue de structures de
chaussées est apparue.
En effet, en l’absence d’un catalogue de structures types de chaussées
spécifique au Sénégal, les méthodes de dimensionnement habituellement
utilisées au Sénégal s’appuient sur des ouvrages spécialisés capitalisant les
expériences vécues dans les pays des zones tropicales. Au-delà de la
synthèse des conditions géotechniques et de mise en œuvre des matériaux
que représentent ces retours d’expériences, il demeure que les structures
de chaussées auxquelles ils aboutissent ne reflètent pas toujours la
meilleure prise en compte des conditions locales d’exécution des travaux et
encore moins une utilisation optimale des matériaux disponibles localement.
D’autre part, les différentes corrélations auxquelles ces méthodes font
appel, ne permettent pas forcément d’établir des bases théoriques et
pratiques de comparaison des différentes structures ainsi déterminées, et
ne facilitent donc pas les choix à opérer par le concepteur.
La définition d’un référentiel commun est nécessaire pour les approches
relatives au dimensionnement des chaussées et minimise ainsi les écarts et
les risques de surcoûts que peuvent engendrer l’application ou l’utilisation
de différentes méthodes et théories dans le pays. Le présent document
s’appuie en grande partie sur la méthode française de dimensionnement
des chaussées, méthode rationnelle largement répandue et reconnue dans
la sous-région dont le paramétrage permet une prise en compte du contexte
routier Sénégalais (climat, trafic, matériaux).
Les résultats obtenus au terme du processus technique déployé pour
l’élaboration du présent document permettront au Sénégal de disposer de
ce référentiel commun de dimensionnement des chaussées pour les
intervenants du secteur des études techniques et de la construction
routière. Ce document se substitue donc aujourd’hui aux différents guides
utilisés auparavant (notamment le guide pratique de dimensionnement des
chaussés pour les pays tropicaux du CEBTP [102]). Il facilitera également
les prises de décisions de l’Administration en termes de gestion du réseau
routier Sénégalais et permettra également d’optimiser l’utilisation des
matériaux locaux.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 6 sur 202
Préambule

Cependant, l’étude réalisée ayant pour résultat l’établissement de ce


document, ne saurait donner une réponse à toutes les interrogations que
suscite la construction routière. Il est donc nécessaire de s’approprier, en
plus des réponses apportées par le présent document en termes de
dimensionnement, de meilleures connaissances et pratiques dans le
domaine de la construction routière.

Le présent document synthétise les travaux menés dans le cadre du


marché CC1/0351/AGR passé entre Agéroute Sénégal et le groupement
Egis – Ifsttar – Sénélabo. Il a été rédigé par un groupe de travail constitué
de :
 Pour Egis : Camille BOURDON (pilote), Annamaria VARGA et Jean-
Pierre RAYBAUD,
 Pour Ifsttar : Jean-Maurice BALAY et Yves BROSSEAUD,
 Pour Sénélabo : Jean-Christophe ANDRE, Serigne Sam SAMB et
Raoul AHOUANDJINOU.
Sa validation a été assurée par Agéroute Sénégal (Lamine CISSE) le
xx/xx/2015.

Le lecteur trouvera la définition de la majorité des termes techniques


utilisés dans ce document en « annexe A Glossaire », ainsi que la liste des
abréviations, en «annexe C Sigles et notations ».

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 7 sur 202
Préambule

Domaine d’application Le présent document s’applique principalement au dimensionnement des


chaussées neuves revêtues pour un trafic cumulé d’au moins 50 000
essieux de référence de 130 kN. Le dimensionnement des renforcements
et le dimensionnement des pistes y sont abordés de manière sommaire.
Tous les types de routes sont concernés, de l’autoroute à la voirie urbaine
secondaire, circulées par des poids lourds et des véhicules légers.
Ce document traite des structures types suivantes :
 structure souple ;
 structure bitumineuse épaisse ;
 structure semi-rigide ;
 structure rigide en béton de ciment.

Pour ces quatre familles de structures et pour les chaussées neuves


exclusivement, le document inclut un catalogue de structures types. Ce
catalogue constitue une application concrète des principes et des modalités
de dimensionnement présentées par ailleurs. En proposant au concepteur
un ensemble de structures pré-calculées, il a pour objectif de lui éviter,
d’une part, une connaissance approfondie de l’ensemble des règles de
dimensionnement, et d’autre part, la réalisation de calculs numériques plus
ou moins fastidieux, facilitant ainsi la comparaison entre les différentes
solutions possibles pour un projet donné.

Ce document ne traite pas :


 du profil en long,
 des dimensionnements des structures modulaires (en dehors d’un
exemple de chaussée pavés/GNT), des structures inverses dont
l’utilisation ne se justifie pas dans le contexte du Sénégal, des
structures mixtes, très rarement utilisées au Sénégal,
 du dimensionnement des chaussées spéciales (plateformes
industrielles et portuaires, chaussées aéronautiques, voies de transport
en commun en site propre, etc.),
 des voiries piétonnes et des pistes cyclables.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 8 sur 202
Préambule

Composition du Le présent document est structuré de la manière suivante :


document  Chapitre 1 : Généralités sur le contexte routier Sénégalais (géologie,
climat)

 Chapitres 2 à 8 : Catalogue de structures de chaussées neuves


L’utilisation du catalogue de structures nécessite la détermination préalable
des hypothèses nécessaires à son application, définies pas-à-pas dans
chacun des chapitres 2 à 5 : classe de trafic, classe de plateforme, type de
structure et nature de la couche de surface.
Les tableaux de structures, regroupés au chapitre 6, sont définis à partir
du trafic que devra supporter la chaussée, exprimé en nombre cumulé
d’essieux de référence (compte tenu des incertitudes sur le coefficient
d’agressivité CAM, il ne sera pas fait référence au TMJA) et de la
plateforme support de chaussée.
Les fiches des principaux matériaux présents au Sénégal et utilisés en
technique routière sont présentées au chapitre 7 et précisent les
caractéristiques retenues pour le dimensionnement des fiches structures de
chaussée. Elles présentent pour chaque matériau : l’utilisation, le domaine
d’emploi, les caractéristiques générales, la formulation, la fabrication, la
mise en œuvre et les spécifications de contrôle.
Le chapitre 8 permet d’expliciter la méthode de dimensionnement et les
hypothèses retenues. Il offre ainsi la possibilité de recalculer les structures
proposées.

 Chapitres 9 à 13 : Guide de dimensionnement des chaussées


En complément du catalogue de structures de chaussées neuves, le
document comporte un guide pour les renforcements de chaussées
souples, la conception des routes non revêtues, la prise en compte des
particularités des chaussées urbaines.
Enfin, le guide précise certaines règles liées à la conception géométrique, à
l’assainissement et à l’entretien des routes.

Enfin, les annexes regroupent : un glossaire, les unités de mesure, les


sigles et notations, les références normatives, la bibliographie, un exemple
d’utilisation du catalogue, un exemple de calcul du CAM, le principe de
calcul de la température équivalente, la codification des granulats, les cartes
des régions et villes du Sénégal, les remerciements.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 9 sur 202
Généralités

1. Généralités

Constitution d’une Les structures de chaussée sont constituées de plusieurs couches comme
chaussée : terminologie l’indique la Figure 1.

Figure 1 - Constitution d’une structure de chaussée

Couche de roulement
Couches de surface
Couche de liaison
(éventuelle)
Corps de chaussée
Couche de base
Couches d’assise
Plateforme de Couche de fondation
chaussée, notée PF (éventuelle)
Couche de forme
(éventuelle)
Arase de terrassement,
notée AR Partie supérieure des
terrassements, notée
PST

Photo 1 - Route revêtue

© Egis – Camille BOURDON

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 10 sur 202
Généralités

Nature et cartographie Sur la majeure partie du territoire, se trouvent :


des sols supports au  les sols argilo-marno-calcaire (formation de Matam, formation de
Sénégal Ziguinchor) ou marno-calcaire (formation de Lam Lam, formation de
Taïba, formation de Dlanah Malari),
 les alluvions fluviales (fleuves Sénégal, Gambie, Ferlo),
 les sols grès-argiles (formation du Saloum),
 les sables dunaires (littoral et continental).
Apparaissent également :
 les vases et les sables coquillers (St Louis, Saloum, Casamance),
 les calcaires.
En se rapprochant de la presqu’île de Cap Vert, quelques petites zones se
distinguent avec :
 les matériaux volcaniques,
 les marnes argileuses (formation de Thiès), les calcaires coquillers
(formation de Poponguine), les grès et argiles (formation de Diass), les
marno- calcaire (formation de Bargny).

De ce fait, la carte géotechnique du Sénégal (Figure 2) met en évidence :


 une prédominance de sols latéritiques (cuirasse ferrugineuse : en rouge
sur la carte),
 des argiles, marnes (en noir sur la carte) et sables argileux,
 des sables fins (dunaires), des dépôts coquillers localisés,
 des alluvions fluviales et marines (vases, sables, limons) localisées,
 du calcaire ou marno-calcaire (en bleu sur la carte) ou grès calcareux,
 quelques zones rocheuses (grès, granite et diorite), voire de roches
dures (basalte, dolérite, quartzite, tuf, jaspe) (en marron sur la carte).

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 11 sur 202
Généralités

Figure 2 - Carte géotechnique du Sénégal [99]

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 12 sur 202
Généralités

Zones climatiques
Climat type On peut distinguer quatre climats types au Sénégal (Tableau 2) :
 Sahélien (au nord),
 Soudano-sahélien,
 Soudanien,
 Soudano-guinéen (au Sud).
Au sud, il s’agit d’un climat tropical avec alternance de saisons sèches et
humides. Au nord, le climat est semi-aride.
Vents dominants Les vents dominants sont principalement les vents :
 Du sud-ouest (Mousson),
 Du nord-est (Harmattan),
 Du nord-ouest (Alize).
A Dakar, la vitesse du vent est en moyenne annuelle de 4.5 m/s : les plus
faibles vitesses sont enregistrées en septembre et les plus fortes en mars
[100].
Température A Dakar, la température annuelle moyenne était de 25°C entre 2002 et
2011. Elle varie en moyenne mensuelle de 17°C à 32°C [100].
Sur Tamba ou Kaolack, la température annuelle moyenne est plus proche
de 30°C [100].
Les cycles saisonniers/journaliers de température qui influent sur les
caractéristiques mécaniques des matériaux bitumineux sont pris en compte
à travers une température équivalente. Le Tableau 1 ci-après fournit les
principaux résultats (moyenne, minimum, maximum) obtenus sur les deux
chaussées bitumineuses instrumentées à Dakar du 10/7/12 au 29/11/13 et
Kaolack du 9/9/12 au 15/12/13 [207]. La valeur de 34°C retenue est
identique pour l’ensemble du Sénégal, pour toutes les couches
d’enrobés, quelles que soient leur épaisseur et leur formulation.

Photo 2 - Paysage sénégalais

© Senelabo - Julien ANDRE

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 13 sur 202
Généralités
Tableau 1 – Principaux résultats des mesures de température sur le site de Dakar et Kaolack

Zsonde (m) Tmin (°C) Date Heure Tmax (°C) Date Heure Moyenne (°C)
0.01 15.8 07/01/2013 07:57 59.5 06/10/2013 14:43 34.1
0.03 17.8 07/01/2013 08:12 53.7 31/07/2012 15:48 33.6
0.05 19.5 07/01/2013 08:27 51.2 31/07/2012 16:03 33.8
Profil P1 0.09 20.0 22/11/2013 08:58 47.7 31/07/2012 16:18 33.8
A Dakar 0.14 23.1 07/01/2013 09:57 44.8 06/10/2013 18:28 34.4
0.2 24.1 27/01/2013 10:40 41.6 06/10/2013 19:58 33.8
0.27 25.2 27/01/2013 12:10 39.3 08/10/2012 21:49 33.6
0.36 26.8 27/01/2013 13:55 39.1 23/10/2013 00:28 34.4
0.01 17.6 07/01/2013 07:39 64.2 31/03/2013 15:01 36.4
0.03 18.9 07/01/2013 07:54 61.5 31/03/2013 15:31 36.2
0.05 19.2 13/12/2013 07:54 56.8 07/05/2013 15:46 35.6
Profil P2 0.08 23 13/12/2013 08:24 52.3 19/05/2013 16:46 35.8
A Kaolack 0.11 24.3 07/01/2013 09:09 49.9 19/05/2013 17:01 35.9
0.15 25.9 07/01/2013 10:09 46.5 19/05/2013 18:01 36.0
0.2 27.1 26/01/2013 10:07 43.6 07/05/2013 20:16 35.7
0.25 27.8 26/01/2013 10:52 42.7 19/05/2013 20:31 35.7
Météo T°Noir 10.7 07/01/2013 06:27 53.2 03/11/2012 14:19 28.9
A Dakar T°Air 12.4 07/01/2013 07:42 40.0 03/11/2012 13:04 26.1
Météo T°Noir 13.9 07/01/2013 07:24 62.8 07/05/2013 15:01 31.6
A Kaolack T°Air 15.1 07/01/2013 07:39 47.3 07/05/2013 15:01 28.5

Figure 3 - Température mesurée in situ à Dakar et Kaolack à différentes profondeurs

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 14 sur 202
Généralités

Pluviométrie L’année climatique est divisée en deux saisons principales par le critère
pluviométrique.
 La saison dite sèche n’est vraiment sèche que dans l’intérieur du pays,
tandis que sur le littoral, qui bénéficie d’une humidité relative élevée, la
saison est précisément non pluvieuse.
 La saison des pluies ou hivernage débute au sud-est du Sénégal en
avril avec l’arrivée de la mousson qui envahit progressivement le pays.
Les pluies augmentent d’abord lentement jusqu’au mois d’août où elles
culminent ; en septembre, la diminution est marquée, mais elle est
ensuite très brutale en octobre.
D’une manière générale, les précipitations décroissent du sud vers le nord :
 Ziguinchor enregistre 1 250 mm de pluie par an (> 800 mm/an),
 Kaolack 610 mm (500 à 800 mm/an),
 Linguère 414 mm (250 à 500 mm/an),
 Podor 220 mm (< 250 mm/an).
A Dakar, par exemple, la durée moyenne de la période des pluies est de
trois mois, entre juillet et septembre. Tout au plus, il pleut entre juin et
octobre. La pluviométrie annuelle varie de 200 à 700 mm selon les années
2002 à 2011 ; elle est en moyenne aux alentours de 400 mm/an [100].
En termes de conception, le présent document suppose un bon niveau
d’entretien (adapté et programmé) et une bonne qualité du drainage
(efficace et bien construite), quelle que soit la zone climatique. Il n’y a
donc pas de différence entre la structure de chaussée d’une zone
humide ou d’une zone sèche, tout autre paramètre étant identique. L’état
hydrique du sol est pris en compte à travers la classe d’arase.
Végétation Les forêts se situent dans la région de Casamance principalement.
La végétation est de type sahélienne (climat Sahélien) ou savane
(herbacée, arbustive ou arborée) pour les trois autres types de climats.

Tableau 2 - Particularité des 4 climats type au Sénégal

Température annuelle Direction prédominante des Pluviométrie Fleuves à


Climat type
moyenne (°C) vents (mm/an) l'entourage
SW (Mousson) / NE Rivière Ferlo
Sahélien 37 à 42 200 à 500
(Harmattan) Fleuve Sénégal

Soudano- NW (Alizé) / NE (Harmattan) Atlantique


23 à 39 200 à 300
sahélien / SW (Mousson) Le Sine

NE (Harmattan) / SW
Soudanien 22 à 40 600 à 800 Fleuve Gambie
(Mousson)
28

Soudano- NE (Harmattan) / SW Fleuve


1000 à 1500
guinéen (Mousson) Casamance

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 15 sur 202
Détermination de la classe de trafic NE

2. Détermination de la classe de trafic NE


Généralités La classe de trafic, exprimée en nombre d’essieux (NE), est l’un des deux
paramètres d’entrée des tableaux de structures du catalogue. Le
dimensionnement des chaussées nécessite d’évaluer le nombre de poids
lourds cumulé (NPL) qu’aura à supporter la chaussée durant sa période de
calcul, également désignée durée de dimensionnement. En pratique, NPL
est converti en nombre d’essieux de référence (NE), équivalent à NPL en
termes d’endommagement, par le biais de la relation :
NE = NPL x CAM
où CAM désigne le coefficient d’agressivité moyenne du trafic.
Pour ce faire, une étude de comptage et de pesage des poids lourds est
indispensable pour chaque projet. A défaut, les données de comptages
routiers, issues des campagnes nationales menées par l’Ageroute, sur plus
de deux cents stations au Sénégal, peuvent être utilisées [141]. Dans le
cadre d’un projet de chaussée neuve, l’évaluation du trafic poids lourds
nécessite une étude spécifique réalisée par les services spécialisés dans ce
domaine, qui toutefois ne se limite pas aux seules prévisions issues des
comptages / pesages sur l’itinéraire du projet.

2.1. Nombre de poids lourds cumulé

Définition du poids lourd L’impact des véhicules légers sur les dégradations structurelles des
chaussées étant négligeable, seul le trafic des poids lourds est pris en
compte.
Le poids lourd (PL) est défini par la norme NF P 98-082 comme un véhicule
dont le poids total autorisé en charge (PTAC) est au moins égal à 35 kN.
Silhouette PL La définition des différentes silhouettes de PL existantes, selon la
nomenclature utilisée au Sénégal est présentée en « annexe G Exemple
calcul CAM ».
Outre les P11 et P12, les silhouettes de PL chargés les plus fréquentes au
Sénégal sont à ce jour les T11S2, T11S3, T12S3. [95]
Bus, autocars Même s’il est courant au Sénégal que les bus transportent également de la
marchandise, le transport de voyageurs induit un coefficient d’agressivité
négligeable par rapport aux PL ne transportant que de la marchandise [24,
27].
Pour cette raison, les bus/cars ne sont pas comptabilisés dans le trafic PL
(sauf, bien sûr, s’il s’agissait du calcul de trafic d’une voie réservée au
transport en commun).

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 16 sur 202
Détermination de la classe de trafic NE
Photo 3 - Poids Lourd circulant sur le réseau sénégalais

© Senelabo - Julien ANDRE

Trafic journalier à la mise Le trafic poids lourds est exprimé en nombre de poids lourds par sens,
en service compté en Trafic Moyen Journalier Annuel (TMJA) à la date de la mise
en service, pour la voie de circulation la plus chargée.
La valeur de TMJA est issue de l’étude de trafic et prend donc en compte le
trafic induit et le trafic dérivé. Cette valeur est utilisée pour le calcul de NPL
et donc de NE.
Les classes de trafic de Ti ainsi que leurs moyennes géométriques sont
définies dans le Tableau 3. Ces classes sont notamment employées dans
les fiches matériaux pour la définition de certaines spécifications.
Cas particulier : Si le TMJA n’est connu que sous forme de classe de trafic
journalier à la mise en service, le TMJA correspondant à la moyenne
géométrique de la classe de trafic considérée est utilisé pour le calcul de
NPL. Par exemple : entre 25 et 50 PL/j/sens, la moyenne géométrique est
égale à √(25x50) = 35).

Tableau 3 - Classe de trafic Ti

Classe T5 T4 T3 T2 T1 T0 TS TEX
TMJA (PL/jour/sens) < 25 <50 < 150 < 300 < 750 < 2000 < 5000 < 7000
Moyenne géométrique 5 35 85 215 475 1225 3165 5920

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 17 sur 202
Détermination de la classe de trafic NE

Taux de PL Dans le cas où le trafic est exprimé en nombre total de véhicules et non en
nombre de poids lourds, il est alors nécessaire de connaître le taux de PL
pour déterminer la valeur de TMJA.
Cette valeur est extrêmement variable selon le projet.
L’étude de 2002 [29] montre que les taux de PL sont aux alentours de 20%
dans la région de Dakar, 25% dans les régions de Kaolack, Thiès et
Diourbel, 29% à 33% ailleurs. De même, les taux moyens calculés par type
de voie sont : 25% sur Route Nationale, 27% sur Route Principale et Route
Régionale, 34% sur Route Départementale. Toutefois, ces taux sont les
moyennes de plusieurs postes de comptages présentant de grandes
disparités. Ces variations par poste se retrouvent illustrées également par
l’étude de 2012 [141] qui révèle des taux de PL entre 0 (poste 214) à 68%
(poste 780).
Il paraît donc difficile de retenir un taux de PL sans étude de trafic préalable.
Coefficient de répartition A défaut de disposer des comptages dans les deux sens de circulation et de
directionnelle retenir la valeur la plus élevée, la moyenne arithmétique du trafic total dans
les deux sens est retenue.
Coefficient de répartition La géométrie des routes (2 voies parfois étroites, à 2x3 voies) conduit à une
transversale répartition transversale des sollicitations des chaussées.
En l’absence de connaissance précise de la distribution du trafic PL entre
les différentes voies constituant la chaussée, les répartitions données dans
le Tableau 4 peuvent être adoptées. Ces valeurs, issues principalement de
la norme NF P 98-086, peuvent sembler sécuritaires par rapport aux
habitudes de conduite actuelles des PL mais n’ont jamais fait l’objet d’étude
précise au Sénégal.
Pour des projets urbains, les valeurs à prendre en compte sont celles d’une
chaussée péri-urbaine.
Il est également possible de considérer qu’une chaussée circulée par plus
de 2000 PL/j/sens correspond à la catégorie « péri-urbaine » et que la
chaussée circulée par moins de 2000 PL/j/sens correspond à la catégorie
« rase-campagne » [109].

Tableau 4 - Coefficient de réparation transversale [102, 108]

Chaussée Voie lente Voie médiane Voie rapide


2x1 largeur totale < 7 m 100% trafic des 2 sens
2x1 largeur totale ≥ 7 m 50% trafic des 2 sens
2x2 rase campagne 90% trafic/sens 10% trafic/sens
2x2 péri urbaine 75% trafic/sens 25% trafic/sens
2x3 rase campagne 80% trafic/sens 20% trafic/sens 0% trafic/sens
2x3 péri urbaine 65% trafic/sens 30% trafic/sens 5% trafic/sens

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 18 sur 202
Détermination de la classe de trafic NE
Photo 4 - Autoroute 2 x 2 voies

© Sénélabo – Julien ANDRE

Période de calcul La durée de dimensionnement « n » (ou période de calcul) est le nombre


d’années fixé pour le calcul de la chaussée. Elle permet de calculer la
valeur du trafic poids lourds cumulé NPL à prendre en compte. Elle est un
choix de la maîtrise d’ouvrage car elle dépend de l’intensité du trafic, de la
localisation et de la vocation de la route, du niveau de service souhaité, du
budget disponible à la construction, des possibilités de financement pour les
entretiens ultérieurs.
Cette valeur est généralement fixée par le maître d’ouvrage Sénégalais à 20
ans. Elle peut être réduite à 10 ou 15 ans dans certains cas de faibles
trafics par exemple.
Sauf à vouloir construire une chaussée provisoire, la durée ne sera pas
inférieure à 10 ans.
Les durées supérieures à 30 ans cherchent à réduire au maximum les
opérations d’entretien ultérieures, mais sont très couteuses lors de
l’investissement initial. Sauf à vouloir construire une chaussée progressive,
la période de calcul ne devrait jamais être supérieure à 30 ans.
A titre indicatif, les durées proposées, à moduler selon le type de
réseau et/ou de trafic, sont les suivantes, selon la classification du réseau
routier national retenue par le Projet d'Arrêté Interministériel du 14 Avril
2000 [83]:
 Autoroute : 20 à 30 ans
 Route nationale : 20 à 25 ans
 Route régionale : 15 à 20 ans
 Route départementale : 10 à 15 ans
 Voirie urbaine de grande circulation : 10 à 20 ans
 Piste répertoriée : 10 ans

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 19 sur 202
Détermination de la classe de trafic NE

Taux d’accroissement Le taux de croissance « t » prend en compte l’évolution du trafic poids


lourds sur la durée de la période de calcul.
Pour la durée de dimensionnement « n », le calcul du facteur de cumul du
trafic « C » nécessaire au calcul de NPL est égal à :

 pour un taux de croissance t arithmétique,

 pour un taux de croissance t géométrique

Le trafic cumulé NPL s’exprime par la relation :


NPL = 365 x TMJA x C
Dans certains cas, le taux de croissance t n’est pas constant sur l’ensemble
de la durée de dimensionnement n. Le calcul du coefficient C est réalisé en
considérant autant de périodes sur lesquelles le taux de croissance est
constant. Le TMJA au début de chaque période est déduit de celui de la
période précédente. Les différents nombres de PL cumulés sont ensuite
sommés pour en déduire le nombre de PL global NPL.
Seule la croissance des PL est prise en considération. Il faut en effet
distinguer le taux d’accroissement des VL (liée au parc de véhicule constaté
par exemple), et celui des PL (lié à l’évolution du PIB donné par le FMI par
exemple). [82]. Par ailleurs, ce taux d’accroissement du trafic normal doit
être ajusté en fonction du trafic induit et du trafic dérivé.
Lorsqu’on ne dispose pas d’information sur l’évolution du trafic, on pourra se
baser sur une étude régionale concernant l’évolution du trafic et l’économie.
Le taux de croissance géométrique conseillé dans les référentiels
bibliographiques africains semble surévalué par rapport au contexte
économique actuel du Sénégal : 7 à 10 % [103], 2 à 15% [109], 4% [107]. A
ce jour, le taux de croissance des PL au Sénégal retenu varie entre 3 et 7%
géométrique dans les études faites pour l’Ageroute ; ces valeurs
nécessiteraient d’être réévaluées dans un contexte plus récent.
Année de mise en service Dans le cas où l’étude de trafic est réalisée plusieurs années avant la mise
en service de la chaussée, il convient d’ajuster la valeur de TMJA utilisée
dans le calcul pour tenir compte de la croissance du trafic entre l’année de
comptage et l’année de mise en service. A défaut, sauf à ce que la
croissance du trafic soit nulle ou négative, le nombre de PL serait sous-
estimé.

Trafic de chantier Le trafic chantier n’est généralement pas pris en compte car il n’est pas
significatif comparativement au trafic de la chaussée en service. Des
épaisseurs minimales de mise en œuvre de certaines couches (dans le cas
d’une structure semi-rigide et rigide), ont toutefois été fixées pour tenir
compte du trafic chantier.
Ce trafic chantier avant la mise en service peut néanmoins être significatif
et retenu dans le calcul, notamment quand la chaussée est dimensionnée
pour un trafic très faible.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 20 sur 202
Détermination de la classe de trafic NE

2.2. Nombre d’essieux

Essieu de référence L’essieu de référence retenu par l’Ageroute pour le dimensionnement des
chaussées dans ce catalogue est un essieu simple à roues jumelées de
charge 130 kN.
NB : Cette valeur ne correspond pas à l’essieu réglementaire de l’UEMOA
fixé à « 12 tonnes » pour l’essieu simple à roues jumelées (Règlement
n°14/2005/CM/UEMOA). Si toutefois, on retenait l’essieu réglementaire de
l’UEMOA comme charge de référence dans la modélisation de la chaussée
et si on exprimait l’agressivité du trafic avec cette même charge, on
aboutirait aux mêmes dimensionnements que pour la charge 130kN.
Agressivité L’agressivité est estimée vis-à-vis de l’endommagement de la chaussée
(fatigue pour les matériaux traités et déformations permanentes par
plastification pour les matériaux non traités). L’agressivité d’une charge est
égale au rapport du dommage provoqué par le passage d’un essieu de
cette charge sur le dommage provoqué par le passage d’un essieu standard
de référence.
L’agressivité d’un poids lourd est égale à la somme des coefficients
d’agressivité de l’ensemble de ses essieux. L’agressivité d’un trafic donné
est la somme arithmétique des agressivités de l’ensemble des véhicules
composant ce trafic. Le calcul est explicité en « annexe G Exemple calcul
CAM ».
Coefficient d’agressivité Le coefficient d’agressivité moyenne (CAM) du trafic permet de convertir le
moyenne nombre de poids lourds cumulés pendant la durée de dimensionnement en
nombre équivalent de passages de l’essieu de référence (NE). Le
coefficient CAM est l’agressivité du trafic PL divisée par le nombre de PL
constituant ce trafic.
Le coefficient CAM dépend de la nature de la chaussée (matériaux et type
de structure) et de la composition du trafic poids lourds (différentes
silhouettes et leur histogramme de distribution). Les valeurs sont calculées
à l’issue des campagnes de pesage et de comptage. L’effet des surcharges
dans le calcul du CAM est plus important pour les structures semi-rigides ou
rigides que pour les structures souples ou bitumineuses. Il convient donc
d’être particulièrement vigilent sur le calcul du CAM pour ces structures.
Les valeurs de CAM peuvent varier considérablement :
 d’une petite voirie urbaine desservant des zones d’habitation circulées
par des PL peu chargés (CAM < 1),
 à une voirie lourde de zone industrielle ou portuaire circulée
majoritairement par des PL de type semi-remorque (T11S3) fortement
chargés (CAM > 3).

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 21 sur 202
Détermination de la classe de trafic NE
A ce jour, 16 postes de pesage sont répartis sur tout le pays [129] (Figure
Statistiques de pesage et
4), dont certains ne sont pas encore opérationnels. Sur ces postes, seuls
surcharges
les PL en charge sont contrôlés alors que la détermination du CAM
nécessite le pesage de l’ensemble des PL, vides et en charge. Il n’est donc
pas possible de fournir dans ce document les valeurs de CAM aux différents
postes de pesage du Sénégal.

Les surcharges des PL ont un impact considérable sur les valeurs de


CAM. En janvier 2014, sur les 8 stations opérationnelles, les PL en
surcharge (par rapport au PTAC ou PTRA de la réglementation CMAE)
représentent 44 à 88 % des PL en charge contrôlés [95] (le contrôle ne
concerne que les PL chargés) et le poids total enregistré maximal pour un
seul PL de type T12S4 atteint 103 t (Station de Kidira). Les surcharges les
plus importantes au Sénégal sont enregistrées sur le transport de ciment,
carburant, conteneurs et engrais. En fonction de la localisation du poste de
pesage, il peut s’agir aussi du transport de granulats, béton, bois, charbon,
coton, mangue, phosphogypse.
A titre d’exemple, les valeurs d’agressivité d’une chaussée souple ou
bitumineuse peuvent être pour un PL : 0.01 (P11 chargé à 11.4t) à 30
(T12S2 chargé à 82t). Il n’existe pas de coefficient d’agressivité moyenne
par type de PL.

Figure 4 - Position des postes de pesage

Nombre d’essieux Le nombre cumulé d’essieux de référence NE découle du trafic cumulé de


équivalents cumulés poids lourds NPL sur la durée de dimensionnement retenue sur la voie la
plus chargée, par la relation suivante :
NE = NPL x CAM

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 22 sur 202
Détermination de la classe de trafic NE
Photo 5 - Poids lourds sénégalais

© Sénélabo – Julien ANDRE

2.3. Classes de trafic NE pour le dimensionnement

Classes NE du catalogue Pour l’établissement des fiches de structures, les huit classes de NE
cumulés retenues sont celles du Tableau 5. Les calculs des structures ont
été réalisés en affectant à NE la valeur maximale de chaque classe.
A ce jour au Sénégal, les trafics ne dépassent pas 30 millions d’essieux,
mais les classes C7 et C8 ont été introduites pour prendre en compte une
probable augmentation future.

Tableau 5 - Classe de trafic Ci

Classe C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7 C8
NE (millions) < 0.1 <0.3 < 1 < 3 < 10 < 30 < 50 < 100

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 23 sur 202
Détermination de la classe de plateforme support de chaussée

3. Détermination de la classe de plateforme support


de chaussée
Généralités La plateforme correspond à la surface de la couche de forme supportant les
couches de chaussée. L’arase des terrassements correspond à la surface
de la partie supérieure des terrassements (PST) : sol terrassé (déblai ou
remblai, sol en place ou rapporté).
A ce jour, la réalisation de la couche de forme est assez rare au Sénégal ;
en l’absence de couche de forme, l’arase des terrassements et la
plateforme sont alors confondues.
La couche de forme est surmontée si nécessaire d’une couche de réglage
en grave non traitée, d’une dizaine de centimètre d’épaisseur dans la
plupart des cas.
La plateforme doit présenter :
 à court terme, pour la construction, un niveau de traficabilité qui
permette la circulation des engins de chantier, un nivellement qui
assure la régularité des épaisseurs prescrites pour les couches
d’assise, un niveau de déformabilité qui autorise le compactage de
celles-ci et une protection du sol support contre les intempéries.
 à long terme, une portance minimale homogène pour assurer le bon
fonctionnement de la chaussée en service.
La classe de portance à long terme de la plateforme support de
chaussée est l’un des deux paramètres d’entrée des tableaux de structures
du catalogue.

Portance
Essai de plaque et de Les critères de réception en portance à l’achèvement des travaux de
déflexion construction reposent sur :
 la mesure de la portance par l’essai à la plaque (NF P 94-117-1) ou
dynaplaque (NF P 94-177-2),
 ou la mesure de déflexion à la poutre Benkelman (NF P 98-200-1) ou
au déflectographe sous l’essieu de 130 kN (NF P 98-200-3 à 5).
Essai CBR Le CBR permet d’estimer le module de rigidité d’un matériau ; il est mesuré
au Sénégal sur des échantillons de matériau selon la norme NF P94-078.
La valeur de CBR est dépendante de la teneur en eau et de la densité de
l’échantillon testé. Les critères varient selon les référentiels [104] [107]
[109]. La valeur la plus fréquente au Sénégal est celle du CBR immergé 4
jours à 95 % densité sèche OPM et teneur en eau OPM. D’autres
modalités d’essais seront à retenir en fonction de la région climatique du
projet :
 teneur en eau de :
 0.8wOPM si pluviométrie < 250 mm /an (Nord du
Sénégal)
 wOPM si pluviométrie 250 à 800 mm/an
 1.15wOPM si pluviométrie > 800 mm/an (région de
Casamance)
 CBR :
 non immergé si région sèche (< 250 mm /an)
 immergé à 4 jours si pluviométrie > 250 à 500 mm/an
La valeur de CBR correspondant à 90% des valeurs mesurées est ensuite
retenue en traçant l’histogramme des % cumulés de valeurs CBR [101]
[104] [110] [112]. Dans le cas particulier des déblais, il reste préférable de
retenir la valeur minimale observée. [110].

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 24 sur 202
Détermination de la classe de plateforme support de chaussée

Exemple Dans l’exemple présenté ci-dessous, 9 valeurs de CBR sont mesurées de 6


à 14. La valeur de CBR retenue pour le dimensionnement est ici de 8 (après
avoir éliminé 10% des valeurs les plus faibles).

Tableau 6 - Valeurs de CBR mesurées et répartition

Nombre de
Classe de % valeurs
CBR mesuré valeurs par
CBR par classe
classe
<6 0 0
6 <7 1 11
8 <8 1 11
8 <9 4 44
8 <10 6 67
9 <11 6 67
9 <12 6 67
12 <13 8 89
12 <14 8 89
14 <15 9 100

Figure 5 - Répartition des valeurs de CBR

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 25 sur 202
Détermination de la classe de plateforme support de chaussée

3.1. Arase de terrassement


Classe de portance de On distingue en théorie cinq classes d’arase ARi, définies par la portance à
l’arase long terme, dans le Tableau 7. Les critères de réception de l’arase ARi sont
identiques à ceux de la plateforme PFi, détaillés au Tableau 8.
En pratique, la majorité des sols rencontrés au Sénégal est sensible à
l’eau : il s’agit le plus souvent de sables ou de latérites (Figure 6), classés
B1/B2/B5/B6 selon la norme NF P11-300, avec des CBR entre 10 et 50
[144]. Cette sensibilité rend leur portance immédiate variable selon leur
teneur en eau. En fonction des conditions atmosphériques lors de
l’exécution des travaux, le niveau de portance immédiate de ces sols en
place peut donc varier d’AR0 (état hydrique très humide) à AR1 (état
hydrique humide ou moyen), voire AR2 (avec dispositions constructives de
drainage).
En l’absence de facteur pouvant influencer de façon favorable (remblai,
drainage) ou défavorable (nappe) la teneur en eau d’équilibre du sol, la
classe d’arase à retenir est le plus souvent AR1 (20 MPa). La classe AR2
(50 MPa) peut être atteinte pour les sables et graves propres et insensibles
à l’eau, ou après traitement à la chaux ou au liant hydraulique des sables et
latérites.

Tableau 7 - Classe d’arase de terrassement à long terme

Classe AR1 AR2 AR23 AR3 AR4


E min (MPa)
20 50 80 120 200
Long terme
CBR min (%)
5 10 15 Non significatif
indicatif

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 26 sur 202
Détermination de la classe de plateforme support de chaussée
Figure 6 - Nature des sols de plateforme des chaussées existantes

CBR La classe d’arase dépend des matériaux constitutifs de la PST. A titre


indicatif, le Tableau 7 fournit des valeurs de CBR que ces matériaux de PST
doivent atteindre pour chacune des classes ARi. Pour garantir
l’homogénéité de l’arase, les épaisseurs minimales de matériaux en PST
doivent être de :
 25 cm (CBR<5),
 35 cm (CBR 5 à 7),
 45 cm (CBR 8 à 14),
 55 cm (CBR 15 à 29),
 65 cm (CBR > 30) [109].
Par exemple, si le sol support a en surface un CBR de 25, il faut que son
épaisseur soit au moins de 55 cm pour retenir la classe correspondant à un
CBR de 15 à 29. Si cette épaisseur n’est pas respectée, alors il est
nécessaire d’analyser le CBR et l’épaisseur de la couche inférieure. Sauf à
ce que les deux couches soient homogénéisées, la pratique sera la
suivante :
 Soit le CBR de la couche inférieure est supérieur à celui de la couche
supérieure et on retient la classe de CBR de la couche supérieure.
 Soit le CBR de la couche inférieure est inférieur à celui de la couche
supérieure et on retient la classe de CBR de la couche inférieure.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 27 sur 202
Détermination de la classe de plateforme support de chaussée

Sols à éliminer Certains sols ont des propriétés insuffisantes pour constituer une arase de
portance suffisante. Les sols à éliminer (purge, substitution sur une
épaisseur pouvant aller jusqu’à un mètre) sont :
 les sols gonflants (gonflement linéaire dans le moule CBR > 2%),
 les sols hétérogènes,
 les sols organiques (teneur en matières organiques > 10% [112]),
 les sols très compressibles tels que les vases et tourbes (coefficient de
compressibilité à l’œdomètre Cc/(1/+e0)>0.2 [151])
 les sols très argileux ou à faible portance (IP ≥ 40 et/ou wL ≥ 70 et/ou
CBR < 5).

Amélioration de la Pour réaliser le chantier, il est indispensable d’avoir une arase AR1 d’au
portance de l’arase moins 15-20 MPa avant mise en œuvre d’une couche de matériaux
granulaires (couche de forme ou couche d’assise), et si possible 30-35 MPa
avant mise en œuvre d’une couche de forme ou d’une couche d’assise
traitée. Les techniques d’amélioration, autre que la substitution ou la purge
sont :
 la stabilisation mécanique : par ajout de matériaux granulaires, ou par la
mise en place d’un géotextile ;
 la stabilisation chimique : par traitement à la chaux et/ou au ciment.

Photo 6 - Travaux de terrassement

© Sénélabo – Julien ANDRE

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 28 sur 202
Détermination de la classe de plateforme support de chaussée

3.2. Couche de forme

Classe de portance de la
plateforme
A long terme Cinq classes de portance à long terme de la plateforme, notée PFi, sont
définies au Tableau 8 en fonction du niveau du module de rigidité du massif
support de chaussée incluant la couche de forme éventuelle.
La valeur du module de rigidité de ce massif, prise en compte dans le
dimensionnement des chaussées neuves, est la valeur minimale de la
classe et la valeur du coefficient de Poisson est fixée forfaitairement à 0.35.
Dans le cas d’un substratum rocheux peu profond (moins de 3 mètres),
cette couche rigide est modélisée en lui affectant un module de 10 000 MPa
et un coefficient de Poisson de 0.25. Ce cas n’est pas traité dans les
structures du catalogue, mais pourrait l’être dans des variantes.

A court terme Les critères de réception à l’achèvement des travaux de construction


d’une plateforme granulaire reposent sur :
 De préférence, la mesure de la portance par l’essai à la plaque (NF P
94-117-1) ou dynaplaque (NF P 94-177-2),
 Ou à défaut, la mesure de déflexion à la poutre Benkelman (NF P 98-
200-1) ou au déflectographe sous l’essieu de 130 kN (NF P 98-200-3 à
5).
Dans le cas d’une couche de forme traitée au liant hydraulique, la réception
repose sur la mesure des déflexions à 28 jours. Les résultats à la plaque et
la dynaplaque ne sont alors pas représentatifs.
La classe est vérifiée quand 95% des points vérifient les critères du
Tableau 8. Sur des projets de faible importance, le seuil peut être porté
à 90 % des points.
D’une manière générale, les critères de réception en portance présentés au
Tableau 8 ne sont pas normalisés ; on adopte par précaution des exigences
un peu plus strictes que les critères à long terme pour garantir le niveau de
portance retenu dans le dimensionnement.

Tableau 8 - Classes de plate-forme [118, 119, 123]

Classe PF1 PF2 PF2qs PF3 PF4


Long terme E min
20 50 80 120 200
(dimensionnement) (MPa)
EV2 min
30 80 100 120 200
(MPa)
200 120 90
Déflexion 300
e (non traitée) (non traitée) (non traitée) 50
maxi (100 (non
Court terme 80 70 60 (chaux/ciment)
mm) traitée)
(réception chantier) (chaux/ciment) (chaux/ciment) (chaux/ciment)
CBR min
immergé 25 (peu 40 (peu
5 10 15
indicatif significatif) significatif)
(%)

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 29 sur 202
Détermination de la classe de plateforme support de chaussée
Photo 7 - Travaux de couche de forme

© Sénélabo – Julien ANDRE

La classe de plateforme n’est pas seulement déterminée par la portance


mesurée à la mise en œuvre mais aussi par la nature et l’épaisseur de la
couche de forme, ainsi que par la classe d’arase sous-jacente (voir ci-
après). La plateforme est également réceptionnée en nivellement : ±3
cm en général, voire ±2cm dans le cas où l’épaisseur d’assise
bitumineuse est ≤ 12cm. La compacité de la couche de forme sera au
moins de qualité de compactage q3 (voir définition en annexe) ou 95%
des points > 95%ds OPM en cohérence avec le critère de détermination du
CBR.
Il est toujours intéressant de rechercher le niveau de portance maximale
pour la plateforme, d’autant plus que le trafic est élevé. On favorisera ainsi
les plateformes PF2qs voire PF3 au moins pour les trafics de classe C6 et
plus.
Pour des raisons techniques et économiques, la classe PF1 est réservée au
réseau secondaire (RD, RR) et n’est pas retenue sur le réseau principal
(Autoroute, RN).

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 30 sur 202
Détermination de la classe de plateforme support de chaussée

Investigations in situ pour La classe de portance peut être approchée à partir d’essais in situ ou
estimer la portance d’identification en laboratoire des échantillons de matériaux.
Déflexion Le modèle ALIZE-LCPC donne le module E (MPa) = 10340 / déflexion
(mm/100).
Cette relation est parfois utilisée pour les matériaux granulaires, grenus et
insensibles à l’eau [107] à partir de la déflexion caractéristique mesurée in
situ (moyenne + k x écart type).
Au Sénégal, la plupart des couches de forme étant réalisées en latérite,
cette relation ne sera en général pas applicable.

Différentes relations ont été établies entre le module (MPa) et le CBR (PST
Relation E= f(CBR)
ou couche de forme) comme l’illustre la Figure 7.

 E = 10 CBR (valable pour CBR < 10 [105] à 15 [104])


 E = 17,6 (CBR)0,64 [106],
 E = 5 CBR [107].
Le CBR n’étant pas un paramètre intrinsèque, il n‘existe pas de corrélation
unique avec le module E. A défaut d’étude spécifique par matériau dans un
contexte géotechnique donné, on retiendra la relation E (MPa) = 5 CBR. A
titre indicatif, le Tableau 8 fournit les valeurs de CBR que ces matériaux
(PST ou couche de forme) doivent atteindre pour chacune des classes PFi.
Les matériaux de CBR ≤ 5 ne seront pas employés en couche de forme.

Figure 7 - Relations sol / CBR

module sol support
160

140

120

100
E (Mpa)

5CBR
80
10CBR

60 17.6 CBR0.64

40

20

0
0 5 10 15 20 25 30 35

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 31 sur 202
Détermination de la classe de plateforme support de chaussée

Amélioration de la couche Les techniques d’amélioration de la couche de forme, autre que la


de forme substitution ou la purge, sont décrites ci-après. Elles permettent d’atteindre
les niveaux de portance PF2 à PF4.
Les spécifications minimales visées pour la couche de forme granulaire
améliorée sont :
CBR> 5, Dmax < 150mm, % fines < 35%, IP < 20, ds > 95%dsOPM ou
qualité de compactage q3.
Teneur en eau En fonction de l’état hydrique du matériau et de sa sensibilité à l’eau, il peut
s’avérer nécessaire d’arroser le matériau de couche de forme, ou
éventuellement de l’aérer pour le faire sécher.
L’état hydrique se caractérise par l’un des trois paramètres suivant [112] :
 Rapport w naturelle / w optimum proctor (adaptés aux états secs et très
secs),
 Indice de consistance = (wL-wnaturelle) / IP (adaptés aux sols fins
comportant 80 % au moins d’éléments < 400 m),
 Indice portant immédiat IPI à la teneur en eau de l’optimum proctor
(adaptés aux états humides et très humides).
Il n’y a pas de correspondance parfaite entre ces trois paramètres.
Dans un état hydrique moyen, le rapport w naturelle /w Proctor varie de 0.9
à 1.1.
Traitement mécanique Il peut s’agir de :
 l’élimination de la fraction fine sensible à l’eau par criblage (10 mm par
exemple),
 l’élimination de la fraction grossière incompatible avec les exigences de
nivellement ou de malaxage (50 mm par exemple),
 la fragmentation de la fraction grossière pour augmenter la quantité
d’éléments fins,
 l’ajout de matériaux d’apport concassés (calcaire, grès, silexite, basalte
par exemple), pour améliorer la portance du matériau in situ (correcteur
granulométrique).
Traitement chimique Dans le cas d’un traitement au ciment, l’épaisseur de couche de forme sera
réduite. Elle respectera les règles du GTS [113] rappelés au Tableau 10.
Les classes mécaniques sont définies à la Figure 8 et Tableau 11.
Le matériau avant traitement devra avoir des caractéristiques compatibles
avec un traitement (IP<25, Dmax < 150 mm) puis Gv < 5% et Rti > 0.2 MPa
(en particulier en cas de composition chimique défavorable : pH, MO,
sulfates, etc.).
Protection superficielle Un enduit de cure éventuellement clouté et gravillonné peut s’avérer
efficace pour protéger la couche de forme en surface (trafic chantier,
maintien état hydrique vis-à-vis infiltration et évaporation, accrochage
assise, réduction poussière, etc.). Il sera obligatoire si la couche de forme
n’est pas immédiatement recouverte.
Une couche de réglage fin est parfois indispensable pour respecter les
exigences de nivellement de la plateforme.
Drainage Des dispositions constructives de drainage (fossés profonds, rabattement
de la nappe…) s’imposent chaque fois que l’origine du défaut de portance
est la conséquence d’un niveau aquifère trop proche. La couche de forme
peut alors être constituée de matériaux drainants.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 32 sur 202
Détermination de la classe de plateforme support de chaussée

Epaisseur et nature d’une La couche de forme est indispensable sur les sols pour lesquels il est
couche de forme impossible d’atteindre une qualité de compactage, et/ou un nivellement
et/ou une traficabilité et/ou une portance suffisants.

Couche de forme non traitée Selon le GTR [112], l’épaisseur de la couche de forme varie de 20 à 80 cm
selon l’objectif de portance (PF2 ou PF3), la classe d’arase (AR1 ou AR2) et
la nature des matériaux de couche de forme, traités ou non, avec ou sans
géotextile. Les matériaux de classes B4, B5 ou B6, auxquelles sont
assimilées les latérites, doivent selon le GTR nécessairement être traités
pour un emploi en couche de forme. L’application du GTR ne semble donc
pas pertinente pour le Sénégal, où les latérites non traitées constituent une
grande majorité des sols support et couches de forme éventuelles.
Le dimensionnement de la couche de forme se basera donc sur les
recommandations du guide CEBTP [102] transposées au Tableau 9.

Tableau 9 - Dimensionnement de la couche de forme non traitée

Classe d’arase Couche de forme Classe de plateforme


45* cm CBR 5 à 10
35 cm CBR 10 à 15 PF1 (CBR 5 à 10)
30 cm CBR 15 à 30
AR0
45* cm CBR 10 à 15
PF2 (CBR 10 à 15)
35 cm CBR 15 à 30
50* cm CBR 15 à 40 PF2qs (CBR 15 à 30)
*mise en œuvre en deux couches

Couche de forme traitée Concernant la couche de forme traitée, selon le GTR [112], le matériau
traité est classé en fonction de ses valeurs moyennes de résistance en
traction et de module à 90 jours (voir Tableau 11 et Figure 8). Le
dimensionnement proposé au Tableau 10 est donc applicable au Sénégal.

Tableau 10 - Dimensionnement de la couche de forme traitée [112]

Classe mécanique des matériaux traités


Classe d’arase Classe de plateforme
Classe 3 Classe 4 Classe 5
- 30 cm 35 cm PF2
AR1 30 cm 35 cm 50 cm* PF3
40 cm* 45 cm* 55 cm* PF4
25 cm 30 cm 35 cm PF3
AR2
30 cm 35 cm 45 cm* PF4
*L’obtention de la compacité recherchée en fond de couche conduira généralement à une mise en
œuvre en deux couches au Sénégal.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 33 sur 202
Détermination de la classe de plateforme support de chaussée
Figure 8 - Classification mécanique (Rt E) des sols en couche de forme traitée au ciment [112]

Tableau 11 - Limites inférieures des classes mécaniques : zones 1 à 5 [112]

Rt (MPa)
E (MPa)
Zone 5 Zone 4 Zone 3 Zone 2 Zone 1
1000 0.112 0.164 0.136 0.220 0.413
1500 0.134 0.211 0.165 0.288 0.655
2000 0.152 0.247 0.188 0.337 0.831
2500 0.166 0.275 0.206 0.376 0.970
3000 0.178 0.298 0.222 0.408 1.085
4000 0.199 0.337 0.248 0.458 1.269
5000 0.216 0.367 0.270 0.498 1.415
8000 0.253 0.434 0.318 0.583 1.727
10000 0.272 0.467 0.342 0.624 1.879
15000 0.309 0.529 0.388 0.700 2.159
20000 0.336 0.574 0.423 0.755 2.362
30000 0.377 0.641 0.475 0.832 2.655
40000 0.407 0.689 0.513 0.889 2.866
50000 0.432 0.728 0.544 0.933 3.032

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 34 sur 202
Choix du type de structure

4. Choix du type de structure

Généralités Les quatre familles de structures présentées dans le catalogue sont


détaillées ci-après. Le choix entre les différentes familles de structures
repose sur une étude technico-économique et environnementale.
Chaussée souple Elle comporte une couverture bitumineuse mince (≤ 12cm), parfois réduite à
un enduit superficiel, reposant sur une ou plusieurs couches de matériaux
granulaires : GNT, grave latéritique crue (GL), latérite améliorée au ciment
(GLa), latérite litho-stabilisée (GLli).
C’est la structure la plus courante au Sénégal à ce jour.

Chaussée bitumineuse Elle se compose d’une couche de surface bitumineuse sur une assise en
épaisse matériaux traités au liant hydrocarbonés : grave bitume classe 2 ou 3 (GB2
ou GB3) L’épaisseur totale d’enrobés est supérieure à 12 cm.
La grave bitume de classe 4 n’est employée à ce jour que sur autoroute
(Dakar-Diamniadio). L’enrobé à module élevé (EME2) n’est pas encore
employé au Sénégal. Ces deux produits restent réservés pour les chantiers
importants et font donc l’objet d’un dimensionnement propre au projet.
L’EME fait l’objet dans le présent document d’une fiche matériau et d’une
fiche de structure uniquement à titre illustratif pour les projets futurs.
Chaussée semi-rigide Elle comprend une couche de surface bitumineuse sur une assise en
matériaux traités aux liants hydrauliques : Grave latérite traitée (GLc1 ou
GLc2), banco-coquillage ciment (BQc), grave ciment classe 3 (GC3), sable
traité classe 2 (SC2).
A ce jour, le ciment est le seul liant hydraulique employé au Sénégal.
Pour les classes de trafic les plus élevées, l’épaisseur d’enrobé en couche
de surface est plus forte que celle des autres type de structures pour
retarder la remontée des fissures de retrait.
Les GC3 et SC2 ne sont pas utilisés au Sénégal, à ce jour ; ils sont toutefois
présentés dans le catalogue car ils pourraient être retenus sur des projets
futurs.

Chaussée béton Elle comprend des dalles de béton de ciment (BC5) qui servent également
de couche de roulement reposant sur une couche de fondation en béton
maigre (BC2). Pour les trafics les plus élevés, les dalles sont alors
goujonnées (BC5g).
Les autres matériaux de fondation (GC3, GNT, GB3, BBSG…) sont
rarement utilisés au Sénégal à ce jour. La structure Béton/GC est employée
par exemple sur les aires de stationnement du nouvel aéroport.
Les bétons armés continus ne sont pas ou peu employés au Sénégal.
La structure béton la plus courante est celle employée pour les radiers :
sable + 10 cm béton propreté + 20 cm dalle béton armé avec armature 10
mm. Cette chaussée peut être utilement retenue dans les zones à risque
d’immersion en hivernage et dans les zones à risque de ravinement. Elle
n’est pas traitée dans ce guide.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 35 sur 202
Choix de la couche de surface

5. Choix de la couche de surface


Généralités Tous les tableaux de structure, sauf ceux des chaussées béton et pavés
béton, font apparaître une couche de surface (CS). Cette couche comprend
une couche de roulement et éventuellement une couche de liaison.
L’épaisseur de la couche de surface figurant dans les tableaux de structure
est une épaisseur totale. Elle a été définie selon le trafic et la nature de la
couche de base en vue d’assurer la protection de la chaussée.
Pour la plupart des structures, plusieurs combinaisons de nature de couche
de surface sont envisageables.
La couche de roulement a pour fonction d’offrir des caractéristiques
d’usage conformes aux objectifs recherchés (adhérence, bruit, uni, etc.).
Elle protège l’assise des agressions directes du trafic et du climat. La
couche de roulement est réalisée à la construction initiale de la chaussée.
La possibilité de différer sa mise en œuvre n’est pas prise en compte dans
les calculs des tableaux de structure.
La couche de liaison conduit à limiter l’épaisseur de la couche de
roulement, limitant ainsi le recours à des granulats d’excellente qualité à la
seule couche de roulement. La couche de liaison peut être réalisée avec
des exigences moindres sur les granulats dont la disponibilité sera plus
grande et le coût moins élevé. Par ailleurs, lorsque le trafic est très élevé
(classe C5 et plus), la couche de liaison est recommandée pour améliorer la
qualité de l’uni longitudinal, améliorer l’adhérence entre la couche de
surface et la couche de base et renforcer le fonctionnement monolithique de
la structure. A contrario, si le trafic est moins important, on se limitera à la
seule couche de roulement pour éviter d’ajouter une interface, très exposée
vue sa position dans la structure.

Enrobés
Epaisseurs Les épaisseurs de couches de surface en béton bitumineux retenues dans
les tableaux sont détaillées dans le Tableau 12.
Pour les chaussées semi-rigides avec les classes de trafic les plus élevées,
les épaisseurs d’enrobé en couche de surface sont plus fortes que celles
des autres type de structures pour retarder la remontée des fissures de
retrait vers la surface.
Dans les autres cas, l’épaisseur de la couche de surface est déterminée en
fonction des limites technologiques de chaque technique et de l’épaisseur
totale de la couche de surface (Tableau 13).
En ce qui concerne la couche de liaison, des épaisseurs de l’ordre de 5 à 7
cm sont préconisées. Si la couche de roulement est un Béton Bitumineux
Mince (BBM) ou Béton Bitumineux Très Mince (BBTM), cette plage
d’épaisseur peut être étendue à 9 cm maximum. Ces enrobés nécessitent la
production de granulats spécifiques.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 36 sur 202
Choix de la couche de surface

Type d’enrobé La structure n°5 en EME est calculée par défaut avec une couche de
surface en Béton Bitumineux Semi-Grenu (BBSG) classe 3. Les autres
structures sont calculées par défaut avec un BBSG classe 1 mais le recours
à un BBSG cl2 est recommandé pour les trafics de classe C5 et plus.
Au Sénégal, le Béton Bitumineux à Module Elevé (BBME) n’est à ce jour
utilisé que sur autoroute (Dakar-Diamniadio). Etant donné la température
équivalente élevée, le gain en module du BBME par rapport au BBSG est
assez faible. De ce fait, dans les zones fortement sollicitées (giratoires,
passage à niveau, voie réservée au transport en commun ou aux poids
lourds, etc.), le recours à un BBSG présentant une très bonne résistance à
l’orniérage sera privilégiée à un BBME. De plus, le BBME nécessite
généralement le recours à un liant dur (20/30) qui pourrait présenter un
vieillissement accéléré sous les rayons ultra-violets du soleil et donc un
comportement et une durabilité incertains.
Un revêtement en sand asphalt (ou sable enrobé) peut être envisagé en
alternative au BBM de roulement ; il sera mis en œuvre sur une couche de
liaison. Cet enrobé offre une imperméabilité intéressante mais sa faible
résistance à l’orniérage doit attirer l’attention du concepteur.
En raison du climat au Sénégal (température élevée), les formules de
Béton Bitumineux Souple (BBS), historiquement employées en France
sur chaussée souple (4 cm si NE<130 000 et 6 cm si NE<250 000), ne sont
pas retenues dans le présent catalogue.
Les bétons bitumineux minces (BBM) seront nécessairement de classe 3,
pour assurer une résistance à l’orniérage au moins équivalente à celle des
BBSG classe 1.
Les bétons bitumineux très minces (BBTM) peuvent ne pas être adaptés
dans les zones à fort risque d’ensablement (problème de colmatage de
l’enrobé présentant une forte teneur en vide) et sont à exclure dans les
zones fortement sollicitées en cisaillement (virage à faible rayon de
courbure, rampes, zones de freinage ou d’accélération…). Ils sont sensibles
aux fuites d’hydrocarbures.
Les enrobés drainants et les enrobés phoniques ne sont pas retenus
dans le présent catalogue.

Tableau 12 - Epaisseur de la couche de surface en béton bitumineux dans les tableaux de structure

Classe NE C1 à 4 C5 C6 C7 C8
Souple 6 cm 8 cm Sans objet
Bitumineuse 6 cm 8 cm
Semi-rigide 6 cm* 8 cm 10 cm 12 cm 14 cm

*Pour les latérites traitées, il est nécessaire d’utiliser une formulation de


l’enrobé conduisant au maximum d’imperméabilisation. L’épaisseur peut
alors être augmentée jusqu’à 8 cm voire 10 cm.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 37 sur 202
Choix de la couche de surface

La couche de surface de 6 cm sera constituée de :


6 cm BBSG 2,5 cm BBTM
ou
ou BBME 4 cm BBM*

La couche de surface de 8 cm sera constituée de :


8 cm BBSG 4 cm BBM 2,5 cm BBTM
ou ou
ou BBME 4 cm BBM* 6 cm BBSG ou BBME

La couche de surface de 10 cm sera constituée de :


4 cm BBM 2,5 cm BBTM
5+5 cm BBSG
ou 6 cm BBSG ou ou 8 cm BBSG ou
ou BBME
BBME BBME

La couche de surface de 12 cm sera constituée de :


6+6 cm BBSG 4 cm BBM 2,5 cm BBTM
ou ou
ou BBME 6 cm BBSG 8 cm BBSG

La couche de surface de 14 cm sera constituée de :


4 cm BBM 2,5 cm BBTM
7+7 cm BBSG
ou ou 6+6 cm BBSG ou
ou BBME 5+5 cm BBSG ou BBME
BBME

*Les couches de liaison en BBM sont réservées pour les couches d’assise
en EME.

Tableau 13 - Epaisseur des enrobés de la couche de surface

Epaisseur minimale
Produit Granularité Epaisseur moyenne (cm)
en tout point (cm)
0/10 5à7 4
BBSG, BBME
0/14 6à9 5
BBM 0/10 3à4 2.5
0/10
BBTM 2à3 1.5
0/6.3

Autres couches de Pour les chaussées souples et semi-rigides pour lesquelles NE < 100 000,
surface la couche de roulement peut être réduite à un enduit superficiel d’usure
(ESU), également employé en entretien des chaussées bitumineuses.
Les pavés autobloquants préfabriqués en béton peuvent utilement être
employés en couche de surface, notamment pour les stations-services, les
zones inondables, etc. La structure souple GNT/pavés est présentée dans
le présent catalogue (tableau de structure n°13).

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 38 sur 202
Choix de la couche de surface
Tableau 14 - Performances des différentes techniques en couche de roulement [123] [154]

produits Points forts Points d’attention


Adhérence (macrotexture)
Bruit de roulement
Réduction des projections
N’améliore pas l’uni
d’eau
Nécessite une assise non
ESU Imperméabilise l’assise
indentable
Réparabilité
Rejet de gravillons
Emploi plutôt en entretien
(sauf milieu urbain)
N’imperméabilise pas
Adhérence (macrotexture) l’assise
Réduction bruit de Risque colmatage
BBTM roulement et des
projections d’eau selon la Sensible au cisaillement
formulation et aux fuites
d’hydrocarbures
Nécessite une assise
Bonne rugosité rigide et pas déformée
BBM
Léger apport structurel Sensibilité à l’orniérage de
certaines formules
Technique courante
Apport structurel
Résistance à l’orniérage
et aux efforts de
cisaillement selon la Demande un compactage
BBSG formulation efficace
Améliore l’uni
Imperméabilise l’assise
Limite les remontées de
fissures des MTLH
Apport structurel
Résistance à l’orniérage Demande un compactage
et aux efforts de efficace
BBME cisaillement Requiert un bitume dur
Améliore l’uni Macrotexture faible
Imperméabilise l’assise
Recours aux sables
Sand Asphalt Orniérage
locaux
N’imperméabilise pas
Réparabilité l’assise
Pavé béton
Bruit de roulement
Confort
Sert de couche d’assise
Permet trafic lourd
Résistance aux Réparabilité difficile
Béton de ciment
agressions chimiques, à Confort
l’orniérage et aux efforts
de cisaillement

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 39 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

6. Tableaux de structures de chaussées neuves


18 tableaux de structures Le catalogue comprend 18 tableaux de structure. Les cas de figures jugés
non pertinents techniquement et/ou économiquement n’y sont pas
présentés.
1. BBSG / GB2
2. BBSG / GB3
3. BBSG / GB2 / GNT1
4. BBSG / GB3 / GNT1
5. BBSG3 / EME2
6. BBSG / GC3
7. BBSG / SC2
8. BBSG / GLc2
9. BBSG / GLc2 / GL2
10. BBSG / GLc1
11. BBSG / BQc
12. BBSG / GLa
13. Pavés / GNT1
14. BBSG / GNT1
15. BBSG / GL1
16. BBSG / GL2 ou BBSG / GLli
17. BC5 / BC2
18. BC5g / BC2

Dans l’ensemble du catalogue, les sigles des matériaux utilisés


correspondent à la dénomination française. Leurs caractéristiques et limites
d’emploi sont définies dans le chapitre 7.
Les épaisseurs y sont exprimées en centimètres.
Dans les fiches 1 à 5, l’hypothèse d’une GB0/14 et d’un EME 0/14 a été
retenue pour fixer l’épaisseur des couches élémentaires.
Classe de trafic NE Pour les structures souples (n° 12 à 16), le critère dimensionnant est la
déformation au sommet du sol support : le NE est calculé avec le CAM sol.
Pour les structures rigides (n° 17 et 18) et semi-rigides (n°6 à 11), le critère
dimensionnant est la contrainte à la base du MTLH/béton et non la
déformation au sommet du sol support : le NE est calculé avec le CAM
béton/MTLH. Cela est également le cas pour la structure GL/GLc/BB (n°9).
Pour les structures bitumineuses (n° 1 à 5), le critère est soit la déformation
à la base de l’enrobé, soit la déformation verticale au sommet du sol support
mais les deux valeurs de CAM seront identiques car calculées à partir du
même coefficient  (voir calcul du CAM en « annexe G Exemple calcul
CAM »).

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 40 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves


Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal
CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 41 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Pour les cas suivants, la structure BBSG/GB2 suffit : PF2/C4, PF3/C2, PF4/C1.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 42 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Dans le cas PF2, possibilité de retenir les mêmes structures avec + 10 cm de GNT et – 4 cm GB2.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 43 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

 
Possibilité de retenir les mêmes structures avec + 10 cm GNT et – 4 cm GB3 dans le cas PF2, sauf 
dans le cas C1 et + 10 cm GNT et – 2 cm GB3, dans le cas PF3, sauf dans le cas C2.  

Pour les cas suivants, la structure BBSG/GB2 suffit : PF2/C4, PF3/C2, PF3/C3.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 44 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 45 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 46 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 47 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 48 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 49 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 50 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 51 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 52 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Sauf à rendre le revêtement imperméable (joints entre pavés), cette structure sera réservée aux très 
faibles trafics (classes C1 et C2), en raison des possibles infiltrations d’eau dans l’assise en GNT. 

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 53 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 54 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 55 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

La GL2 mise en œuvre en base peut être remplacée par une GLli ; la GL1 mise en œuvre en fondation 
peut être remplacée par une GL2 ou GLli. 

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 56 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 57 sur 202
Tableaux de structures de chaussées neuves

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 58 sur 202
Fiches matériaux

7. Fiches matériaux

Les caractéristiques des matériaux utilisés dans les structures types ou


13 fiches matériaux référencés dans le présent catalogue sont regroupées ci-après sous forme
de 13 fiches :

1. Constituants : granulats et liants


2. Grave latérite crue (GL), litho-stabilisée (GLli), améliorée (GLa)
ou traitée au ciment (GLc)
3. Grave non traitée (GNT)
4. Grave ciment et sable ciment (GC3, SC2)
5. Banco-coquillage traité au ciment (BQc)
6. Béton de ciment (BC5, BC5g, BC2)
7. Grave bitume (GB2, GB3)
8. Enrobés à module élevé (EME2)
9. Béton bitumineux (BBSG)
10. Enduit superficiel (ESU)
11. Sable enrobé
12. Pavé béton
13. Couches d’accrochage et d’imprégnation

Contenu des fiches Pour chaque matériau, la fiche précise :


 L’utilisation, le domaine d’emploi,
 Les caractéristiques générales, la formulation,
 Les caractéristiques des constituants,
 La fabrication,
 La mise en œuvre,
 Les caractéristiques de dimensionnement,
 Les contrôles.

Avertissement Afin de rendre les fiches matériaux pratiques à employer, les principales
spécifications normatives sont rappelées, mais celles-ci ne sont pas
exhaustives ; le lecteur se reportera aux textes des normes et guides
correspondants pour plus de détails.
Un résumé de la codification des granulats est rappelé en « annexe I
Codification Granulats ».

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 59 sur 202
Fiches matériaux

7.1. Constituants : granulats et liants

Ressources en granulats Les ressources minérales disponibles au Sénégal et utilisables en


matériaux de chaussée sont essentiellement des basaltes, calcaires et
grès exploités dans les régions de Dakar et de Thiès [96].

Photo 8 - Granulats du Sénégal

Grés de Toglou Basalte de Mako

Basaltes L’interdiction présidentielle de 1972 d’exploiter des granulats à Dakar a


conduit à exploiter le gisement de Diack, à 30 km de Thiès. Deux grands
affleurements, nommés pitons A et B sur 9,5 hectares, présentent trois
types lithologiques :
 une basanite noire très dure à grain fin se débitant en prismes ;
 une dolérite grise se débitant en dalles horizontales ;
 un gabbro moyennement grenu, très massif au piton B.
Ces roches constituent le principal gisement de granulats de roches
massives actuellement en exploitation au Sénégal. Elles présentent
d’excellentes caractéristiques intrinsèques pour la confection des enrobés
bitumineux en termes de dureté (classe B selon LA et MDE). En revanche,
leur résistance au polissage (PSV) est parfois assez faible pour un usage
en couche de roulement et leur nature chimique rend l’adhésivité avec le
bitume délicate. Leurs caractéristiques moyennes sont :
 MVRg = 2.7 à 3.0 Mg/m3
 MDE = 5 à 15
 LA = 5 à 15
 Adhésivité passive : nulle
 PSV = 44 à 53 (2 essais, dispersés)
 SE > 60
 MB < 2 et MBf < 10

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 60 sur 202
Fiches matériaux

Les deux principales carrières produisent essentiellement les granulats


d’appellations suivantes : 0/3, 3/8, 8/16 et 16/25. Ces coupures, élaborées
initialement pour les bétons de ciment, sont devenues d’usage également
pour les enrobés. Un 0/3 « fillérisé » pour les enrobés et une 0/31,5 tertiaire
(reconstituée au chargeur avec 0/3 3/8 8/31.5) sont également
commercialisés. Les autres coupures ne sont pas commercialisées sans
une demande spécifique.
Les caractéristiques de fabrication des gravillons (angularité, aplatissement)
issues de ces deux carrières de basalte sont bonnes, mais des contrôles
permanents sont nécessaires pour assurer une production homogène
(granulométrie, propreté), notamment sur le sable. Les carrières ne sont pas
à ce jour équipées pour le lavage des gravillons (pour enduits superficiels
par exemple).
Le stérile de basalte - fraction sableuse éliminée après le concassage
primaire - est un sable grossier ou moyen (Dmax = 5 ou 10 mm), argileux
(VBS = 0.4 à 0.5, MB > 3) classé B4 ou B5 selon le GTR [112]. La quantité
produite est importante mais elle nécessiterait une homogénéisation
préalable pour un emploi en l’état en couche de fondation : nécessité de
garantir un CBR > 30 et une sensibilité à l’eau limitée (teneur en fines de 10
à 20% et IP < 15) [209].

Dans la région de Kedougou, il existe aussi des gisements de basalte, de


dolérite et de granite exploités par les entreprises au gré des besoins des
chantiers locaux. Les propriétés intrinsèques sont intéressantes pour le
basalte de Mako (LA = 15 et MDE = 18 : dureté classe B) et la dolérite de
Banda fassi (LA = 15 et MDE = 14 : dureté classe B). En revanche, le
granite de Saraya semble trop tendre (LA = 57 et MDE = 77 : dureté classe
F) pour un emploi en chaussée [201].
Dans la région de Bakel, un gisement de quartzite a été récemment mis en
exploitation (LA = 16 et MDE = 8 : dureté B, MVRg = 2.9 à 3.0).

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 61 sur 202
Fiches matériaux

Calcaire Deux formations carbonatées sont largement exploitées dans de


nombreuses carrières : les marno-calcaires de Bargny de l’Eocène moyen
et les calcaires crayeux du Paléocène dans la région de Bandia.
Les calcaires de Bargny sont compacts, durs à grain fin et renferment des
cherts brunâtres. Ils se débitent en dalles et ont été utilisés comme pierre
ornementale, granulats, fabrication de chaux et de ciment, structure
« hérisson » des chaussées.
Les calcaires de Bandia se présentent sous forme de blocs fortement
karstifiés. Ces calcaires ont eux aussi été exploités pour les usages de
ciment, chaux et granulats. La formation a deux horizons distincts :
 au sommet, des calcaires francs coquilliers avec toute une gamme de
faciès allant jusqu’au calcaire crayeux à grain fin et peu fossilifère et
une haute teneur en CaCO3 ;
 à la base, des calcaires gréseux avec des niveaux détritiques et
siliceux, où la teneur en CaCO3 est plus basse mais où la teneur en
SiO2 peut atteindre 35%.

Quelques analyses ont donné sur cette formation :


 MVRg = 2.7 Mg/m3 environ
 MDE = 22 à 58
 LA = 25 à 50
 ds OPM = 2.17 à 2.25, wOPM = 7 à 8%
 CaCO3 = 98 à 99%
La production de filler calcaire n’est pas d’actualité au Sénégal.

On recense d’autres sites sur le territoire sénégalais : Ndoukoura, Yang-


Yang et Keur Momar Sarr, Popenguine-Deyane, Allou Kagne, Pout, M’Bour,
Panthior.

L’ajout de sable calcaire dans les enrobés pour améliorer la tenue à l’eau est
envisageable, dans une proportion limitée du fait de la dureté faible du
calcaire (dureté classe D à F) et donc de l’augmentation de la teneur en
fines lors de la fabrication et la mise en œuvre de l’enrobé, préjudiciable à la
stabilité sur le court ou moyen terme [208].

Grès Le grès Campanien est exploité dans les carrières de Paki et Toglou, à 50
km de Dakar. C’est une roche rosâtre à ciment siliceux et grain fin. Le
gisement montre une alternance de bancs durs et tendres, ce qui explique
que son emploi en technique routière soit proscrit.
La dureté est intéressante pour un emploi en assise de chaussée mais reste
insuffisante pour un emploi en enrobés de roulement (LA = 24 à 32 et MDE
= 20 à 26 : dureté classe D – MVRg = 2.33 Mg/m3 sur les grès de
Popenguine et Toglou) [139, 201].

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 62 sur 202
Fiches matériaux

Autres L’exploitation des granulats marins est interdite au Sénégal pour éviter
l’érosion du littoral.
La silexite est un résidu de l’exploitation minière du phosphate, située à
Taïba dans la région de Thiès. Ces silexites sont élaborées en carrière pour
produire des granulats 0/3, 3/8 et 8/16. Comme le grès, la dureté de la
silexite est de classe D (LA = 28 et MDE = 18) avec une MVRg = 2.53
Mg/m3. L’emploi en enrobé de la fraction gravillon n’a été étudié que dans le
cadre universitaire. Le chert est la fraction 0/31.5 ou 0/5 éliminée au
concassage primaire et/ou au concassage secondaire. L’emploi en assise
de chaussée est envisageable pour les cherts secondaires en couche de
fondation uniquement, sous réserve de garantir une homogénéité du stock
employé car le gisement est hétérogène (Dmax selon la grille de crible,
teneur en fines de 10 à 15% pouvant atteindre plus de 30% et argilosité
VBS = 0.5 pouvant atteindre 2.5, indice CBR variant de 30 à 50 pouvant
atteindre 25). Les cherts secondaires sont classés B4, B5 ou B6 [206].
Les banco-coquillages restent des gisements très localisés,
essentiellement au Nord (St Louis : Rao et Ndiawdoun) et au Sud
(Ziguinchor). Leur emploi est envisagé dans le présent catalogue en assise
de chaussée, après traitement au liant hydraulique.
Les autres matériaux exploités pour les travaux routiers sont les latérites,
les sables de dune et les matériaux alluvionnaires (par exemple ceux de
Faleme type A2 B6 selon le GTR [112] [201]). La latérite de Sindia
constitue le gisement incontournable de la région de Dakar à l’heure
actuelle, grâce à ses bonnes caractéristiques géotechniques et son
homogénéité.

Production de liants A l’heure actuelle, trois cimenteries sont implantées au Sénégal. Le ciment
hydrauliques est fabriqué notamment à partir du calcaire de Bargny et des argiles de
Thicky.
Le ciment CEM II/B-LL (ou M) 32.5 R (NF EN 197-1) est le seul liant utilisé
en technique routière (pour le traitement de la latérite essentiellement). Le
Sénégal ne produit pas de liant hydraulique routier à ce jour.
Actuellement, la chaux est importée et n’est plus fabriquée au Sénégal. Elle
l’était antérieurement à partir des amas coquilliers de Casamance et du
calcaire de Bandia Pout [145].

Fournisseurs de liants Les bitumes employés au Sénégal proviennent de raffineries étrangères


bitumineux (Italie, Pologne, Belgique, Brésil, Thaïlande, etc.). Les bitumes sont
importés dans des navires spécialisés par les sociétés implantées dans le
port de Dakar. Ils sont ensuite transportés en citerne ou en bitu-container.
Les produits disponibles sont les bitumes purs (grade 35/50 ou 40/50 et
50/70 ou 60/70 le plus souvent - selon le référentiel EN ou ASTM), les
bitumes modifiés, les émulsions de bitume et les cutback 0/1 et 400/600
(selon le référentiel EN ou ASTM).
Les autres grades de bitumes peuvent également être importés à partir d’un
certain volume (500t par exemple). Le recours au bitume de grade plus dur
(grade 10/20 ou 20/30) permet d’augmenter le module des enrobés en
usage dans la formulation des BBME et EME. Il conviendra toutefois de
rester vigilant sur l’emploi de grades durs obtenus par soufflage ou semi-
soufflage, trop oxydés, en couche de roulement, car l’oxydation et le
vieillissement en place par les rayons ultra-violets engendrent un risque de
fissuration thermique par le haut liée à une rigidité trop grande du liant.
Avant la généralisation de cette technique, des chantiers expérimentaux
seraient à réaliser et à accompagner d’un suivi annuel.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 63 sur 202
Fiches matériaux

7.2. Latérite traitée ou non, criblée, litho-stabilisée ou non


(GL, GLli, GLa, GLc)
Photo 9 - Latérite de Kolda

Utilisation, Domaines Six types différents de matériaux de chaussée à base de latérite ont été
d’emploi distingués dans les tableaux de structures :
 Latérite non traitée : GL1 et GL2
 Latérite litho-stabilisée : GLli
 Latérite améliorée au ciment : GLa
 Latérite traitée au ciment (dites également « stabilisées ») : GLc1 et
GLc2
Ils sont employés en couche de base ou de fondation de la chaussée
(tableaux de structure n° 8, 9, 10, 12, 15 et 16).
Les latérites employées en remblai et couche de forme ne sont pas
concernées par cette fiche.
Emploi en assise des GL1 limité à :
 trafic C2 en base,
 trafic C4 en fondation.
Emploi en assise des GL2 et GLa limité par précaution à trafic C4 (NE = 3
millions).
Emploi en assise des GLc limité à :
 GLc1 : Trafic T4,
 GLc2 : Trafic T2.
Epaisseur de mise en œuvre : par couche de 10 à 30 cm (si non traitée), 15
à 30 cm (si traitée). Les épaisseurs plus fortes risquent d’entraîner des
défauts de compactage et d’homogénéité du traitement.

Caractéristiques De nombreux chantiers de latérite non traitée (GL), latérites améliorées


générales, formulation (GLa) ou de latérites traitées avec un liant hydraulique (GLc) ont été
réalisés au Sénégal. La latérite litho-stabilisée (GLli) n’a pas été encore
employée sur chantier, mais a déjà fait l’objet d’études en laboratoire.
Les latérites non traitées sont généralement employées dans l’état, sans
criblage ni concassage préalable. Les gros blocs sont retirés à la main.
Les latérites litho-stabilisées sont mélangées avec des granulats d’apport
(correcteur granulaire). Le mélange est réalisé en centrale ou in
situ (épandage de la latérite puis du correcteur et enfin le malaxage en
place).

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 64 sur 202
Fiches matériaux

Les latérites améliorées ne contiennent qu’un faible pourcentage de de


ciment (2 à 3%) : la chaussée conserve un comportement souple (effet de
prise limitée, phénomène essentiellement de floculation des particules
fines). La latérite peut également être prétraitée à la chaux dont le rôle est
multiple : réguler l’état hydrique de la latérite et préparer le matériau à être
traité au ciment par la recherche d’un degré optimal de floculation des
colloïdes argileux.
Les latérites traitées au ciment contiennent un pourcentage plus élevé de
ciment (4 à 6% généralement – le dosage est fixé à l’issue d’une étude de
formulation en laboratoire) : la chaussée a un comportement semi-rigide.

Caractéristiques des
constituants
Latérite naturelle Les caractéristiques des latérites sont extrêmement variables selon les
gisements. Les spécifications (voir Tableau 15 et Tableau 16) s’appliquent
pour les latérites de chaussée avant compactage.
Le tableau ci-après fournit également la dispersion obtenue sur cinq
latérites prélevées sur les gisements de Lam Lam, Kegoudou, Sindia,
Tamba et Kolda après écrêtage à 40 mm [202].
Le Dmax restera inférieur aux 2/3 de l’épaisseur la couche élémentaire
compactée [112].

Tableau 15 - Fuseau granulométrique GL

Passant cumulé (%) Spécifications


NF EN 13285 Résultats d’analyse
Tamis GNT2 min GNT3 max de 5 Latérites
(hors fines)
40 mm 100 100
31,5 mm 85-100 84 à 97
20 mm 65-99 72 à 88
10 mm 40-85 55 à 70
5 mm 25-70 30 à 48
2 mm 16-50 18 à 35
1 mm 9-40 15 à 32
0,5 mm 5-35 13 à 28
4-20* (base)
80 m 10 à 17
4-30* (fondation) [102]

*valeur après compactage

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 65 sur 202
Fiches matériaux
Tableau 16 - Spécifications GL et GLa

Valeurs couramment
Essais (norme) Spécifications
observées
FR (NF P 94-066) - 7 à 43
DG (NF P 94-067) - 1à2
LA (NF EN 1097-2) - 49 à 56
MDE (NF EN 1097-1) - 40 à 82
MVR (NF P 94-054) - 2.7 à 2.8
MB (NF EN 933-9) - 7 à 13
< 2.5 (B5/B6)
VBS (NF P 94-068) 0.3 à 2.5
< 1 (B4) [115]
< 15 (base)
IP (NF P 94-051) 9 à 29
< 20 (fondation) [102]
< 35 (base)
Wl (NF P 94-051) 23 à 49
< 40 (fond) [152]
Wp (NF P 94-051) 13 à 22
MO (NF P 94-055) < 10 4à7
CO (MEI) 2à4
wOPM (NF P 94-093) 6 à 12
> 1.8 (fondation)
dsOPM (NF P 94-093) 1.9 à 2.3
> 2 (base)
CBR immédiat à 95%dsOPM
> 50 60 à 90
(NF P 94-078)
> 30 (GL1)
CBR immergé 4j à 95%dsOPM
> 60 (GL2 et GLli) 25 à 85
(NF P 94-078)
> 80 (GLa après traitement)
Teneur en eau naturelle -
Wopm ± 1
(NF P 94-050)
Classe GTR (NF P 11-300) B4 B5 B6 B4 B5 B6

Pour les trafics les plus faibles (< 1.5 MPL) on tolérera en couche de
fondation, un pourcentage de fines jusqu’à 35% après compactage et un
indice de plasticité jusqu’à 30 [102].
La latérite non traitée (après écrêtage éventuel à 50 mm) est classée selon
le GTR [112] : B5 ou B6 le plus souvent, parfois B4 si la teneur en fines
est inférieure à 12%. Elle est classée F d selon la norme granulats NF P18-
545, article 7.
La latérite est souvent classée parmi les matériaux fragmentables (FR >7) ;
rares sont les gisements avec FR <7. La latérite est peu dégradable (DG <
5). Les essais Los Angeles et Micro Deval donnent la plupart du temps des
résultats LA > 45 et MDE > 45. Ces matériaux présentent donc des risques
d’évolution sous l’effet du trafic. La granulométrie après compactage ne doit
pas subir une augmentation de plus de 8% : ceci est caractérisé en
laboratoire par l’augmentation du pourcentage de fines avant et après
compactage à l’essai Proctor.
La teneur en matières organiques obtenue par dosage chimique n’est pas
forcément en relation directe avec la nocivité réelle. Toutefois, cette donnée
constitue une information intéressante sur la composition du matériau. Le
plus simple est d’en déceler la nocivité en examinant leur influence sur les
performances mécaniques de la latérite traitée au ciment.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 66 sur 202
Fiches matériaux

Latérite améliorée La latérite susceptible d’être traitée (Gla et GLc) doit vérifier un Dmax < 50
mm, une teneur en fines < 35% et un IP < 25. Le traitement à la chaux est
intéressant lorsque la latérite crue est très argileuse (IP >10 ou VBS > 1.5,
passant à 0,400 mm supérieur à 15%) [102].
Une fois améliorée, on vérifiera les critères suivants :
 Rc28j ≤ 1 MPa à dsOPM et wOPM [104]
 CBR/IPI ≥ 1 en cas de traitement à la chaux seule [113]
 E 28j ≤ 1000 MPa.
Latérite litho-stabilisée Pour certains chantiers, l’emploi de latérites conformes aux exigences
précédemment décrites implique le recours à l’exploitation de gisements
assez éloignés des projets.
Dans ce cas de figure, il peut être intéressant d’employer une latérite litho-
stabilisée (mélange de latérite avec un correcteur : calcaire, silexite, sable,
grès, granite, etc.). L’ajout de correcteur permet d’améliorer les
caractéristiques de la latérite locale de qualité même médiocre (IP et VBS,
CBR, granulométrie).
A ce jour, aucun chantier n’a encore été réalisé au Sénégal. Cependant les
essais menés en laboratoire présentent des résultats intéressants à raison
de 20 à 30 % d’ajout de calcaire de Bandia ou de 10 à 30 % de sable de
dune Keur Massar (sable D1) [142]. Un chantier expérimental devra être
réalisé et suivi annuellement avant la généralisation de cette technique.
Latérite traitée Si la latérite est traitée au ciment, les caractéristiques complémentaires
suivantes sont nécessaires :
 Délai de maniabilité (NF EN 13286-45) > 2h à la mise en œuvre
 IPI (NF EN 13286-47) > 50 [115]. On ne note pas d’amélioration
importante de l’IPI après ajout de ciment.
 CBR à 95%dsOPM > 60 avant traitement et > 160 après traitement 3j
air+4j eau [102]. L’adjonction de ciment se traduit par une augmentation
du CBR.
 dsOPM après traitement > 2.0.
Des éprouvettes d’élancement 2 (10x20 pour Rc, Rit et E) ou d’élancement
1 (pour Rit et E) sont confectionnées à 97%dsOPM et wOPM, par
compactage statique double effet (NF EN 13286-53). Les éprouvettes
doivent être conservées dans leurs moules verticalement, en évitant la perte
d'humidité, à une température à 2 °C de la température spécifiée.
Chaque résultat est déterminé sur un lot de 3 éprouvettes minimum par âge
et par dosage en ciment. La norme NF EN 14-227-10 écarte les valeurs à
plus de 20 % de la moyenne. En raison de la forte dispersion des résultats
constatés, il est recommandé de fabriquer des lots de 6 éprouvettes et il
sera possible d’écarter les valeurs à plus de 50 % de la moyenne pour
conserver 3 éprouvettes par lot. Cette dispersion liée à la nature même de
la latérite peut en effet être accentuée par les conditions de confection des
éprouvettes (malaxage manuel) et de conservation (température non
maîtrisée en l’absence d’enceinte ou de local thermo-régulé).
NB : Le compactage par vibro-compression (NF EN 13286-52) est
envisageable mais ne permet pas toujours d’atteindre le taux de
compactage requis en raison du caractère argileux des latérites.
NB : La confection d’éprouvette Proctor (dites ‘CBR’) (NF EN 13286-50)
permet la confection d’éprouvettes d’élancement proche de 1, uniquement
pour l’interprétation des résultats Rit et E. Toutefois, les résultats Rc et Rt
obtenus sont globalement supérieurs à ceux obtenus sur les éprouvettes
10x20 (probablement en lien avec l’effet positif de la modalité de
compactage dynamique ?). Les spécifications retenues historiquement sur
ces éprouvettes sont : Rc 7j = 1.8 à 3 MPa, Rit 7j > 0.3 MPa et Rc 3j air+4j
eau > 0.5 MPa [102] sur éprouvette Proctor (0/20) ou CBR (0/D si D >

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 67 sur 202
Fiches matériaux
20mm). Ces spécifications sont remplacées par les spécifications de
performances à long terme ci-après. Les éprouvettes Proctor ne seront
réalisées en phase étude au laboratoire que pour déterminer les valeurs de
référence à atteindre pour le contrôle en phase chantier.
 Essai d’aptitude au traitement : Gv < 5 % (NF EN 13286-49) et Rit >
0.2 MPa à 7 j (NF EN 13286-42) [115]
 Age autorisant la mise sous circulation du chantier Rc > 1 (< 20
PL), 1.2 (20 à 500 PL), voire 1.5 MPa (> 500 PL) selon l’agressivité du
trafic chantier exprimé en nombre de PL cumulé par sens. Le niveau
d’agressivité peut être augmenté d’une classe si la vitesse est
supérieure à 60 km/h ou dans les zones de virages [115]. La remise en
circulation est généralement possible dès 7 jours, sous réserve d’un
dosage en ciment adapté au trafic chantier. Dans tous les cas, la
circulation est interdite dans les 2 jours qui suivent le traitement [102].
 Performances à long terme : Rc, Rt ou Rit et E à 28 ou 90 jours (NF
EN 13286-41, 40 ou 42, 43). La relation Rt = 0.8 Rit est utilisée si
nécessaire. Les essais Rt, E permettent de déterminer la classe
mécanique de la GLc : T1 pour les GLc1 et T2 pour les GLc2 (voir
Figure 9 et Tableau 17). Les performances mécaniques respectent en
général une augmentation des résultats en fonction du dosage en liant.
En revanche, l’évolution en fonction de l’âge est faible. Les règles
d’extrapolation des performances entre 28 et 360 jours ne sont pas
appropriées pour les latérites du fait de la stabilisation des résultats
entre 28 et 90 jours.

NB : Le critère de sensibilité à l’eau, à savoir Rc (28j + 32j i) / Rc 60 j > 0. 7


(si VBS > 0.5), 0.8 (si VBS ≤ 0.5) [115], n’est pas systématiquement atteint.
Les latérites traitées conservent une certaine sensibilité à l’eau au jeune
âge même pour des dosages en ciment importants. Cet essai n’est pas
retenu.
Liants Les ciments utilisés sont conformes à la norme NF EN 197-1.
La chaux utilisée est conforme à la norme NF EN 459-1. Le test de
réactivité donne T > 60°C en moins de 25 min (NF P 459-2).
Eau Type 1 selon la norme NF P 98-100 (eau destinée à la consommation
humaine).

Photo 10 - Gisement de latérite en exploitation

© EGIS – Camille BOURDON

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 68 sur 202
Fiches matériaux

Figure 9 - Classe mécanique des GLc1 et GLc2 (après abattement)

Tableau 17 - Limites des classes mécaniques

NFEN 14 227-1 Limites inférieures de la Rt (MPa) de chaque classe


E (MPa) T1 T2 T3 T4 T5
2000 0.19 0.34 0.52 0.67 0.97
5000 0.26 0.47 0.73 1 1.5
10000 0.32 0.57 0.9 1.26 1.93
20000 0.38 0.67 1.05 1.49 2.35
40000 0.43 0.75 1.2 1.7 2.6

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 69 sur 202
Fiches matériaux

Mise en œuvre
Latérite naturelle La plupart des gisements nécessiteront une préparation pour leur donner
une homogénéité minimale. Ce travail peut s’effectuer sur le site
d’extraction par diverses opérations de stockage, criblage ou mélange.
Le répandage s’effectuera au bouteur ou à la niveleuse. L’engin de
compactage le mieux adapté est le compacteur à pneus (charge par roue
de 30 kN au moins).
Latérite améliorée ou traitée Le traitement est réalisé en place ou en centrale.
L’éloignement des centrales de malaxage et la difficulté d’écoulement dans
les trémies peuvent être problématiques, mais en général, le traitement en
centrale permet d’obtenir un mélange plus homogène dont l’épaisseur à la
mise en œuvre est mieux maîtrisée.
La durée des opérations d’arrosage et de malaxage in situ, ainsi que
l’épaisseur de malaxage (et donc de traitement) restent des points délicats.
Dans les deux cas, le délai de maniabilité - avec le ciment pouvant être
réduit à 2h selon la température extérieure - reste un point sensible.
Le traitement en place de la latérite se déroule de la façon suivante :
humidification préalable si nécessaire, détermination de la masse surfacique
de liant à épandre en fonction de la masse volumique du sol et du dosage
visé, épandage du liant à l’aide d’un épandeur ou manuellement ‘au sac’,
malaxage au pulvérisateur de sol à arbre horizontal, préréglage à la
niveleuse, pré-compactage, réglage final et compactage final. La dimension
des planches sera adaptée au rendement de l’atelier de mise en œuvre par
rapport au délai de maniabilité.
Conformément à l’étude en laboratoire des performances mécaniques
réalisée avec une teneur en ciment intérieure (% latérite + % ciment = 100%
du mélange sec), la quantité de ciment à épandre sera la suivante :
Q = e x ds x d/(100-d)
Avec :
 Q = quantité de liant à épandre (Kg/m²)
 e = épaisseur de la couche de sol à traiter (m)
 ds = masse volumique apparente sèche du sol en place (Kg/m3)
 d = dosage en liant en % de masse de produit de traitement rapporté à
la somme des masses de produits secs en présence.
Le dosage en ciment et la nature du ciment retenus sur chantier doivent être
ceux de l’étude de formulation.
L’atelier de malaxage devra être suffisamment puissant si la teneur en fines
est supérieure à 25% et si l’IP est supérieur à 25 (ce qui ne devrait pas être
le cas selon les recommandations ci-avant).
La mise en œuvre se fera à la niveleuse ou au finisseur.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 70 sur 202
Fiches matériaux

Protection superficielle Pour éviter la dessiccation pendant la mise en œuvre, il est réalisé un
arrosage modéré mais fréquent et régulier à rampe fine. Si, au moment de
l'exécution de l'enduit, la surface n'est pas humide, elle doit être humidifiée.
La couche de base est mise en œuvre soit immédiatement après la couche
de fondation (dans la même journée), soit 7 jours après le compactage de la
couche de fondation (GLa, GLc). Dans le cas particulier des GLa, la couche
de base peut être mise en œuvre dans un délai de 48 h après le
compactage de la couche de fondation. Pour limiter les problèmes de retrait
thermique qui conduisent à la fissuration, le délai de recouvrement par les
enrobés est réduit au maximum.
La protection superficielle est réalisée après la fin du compactage et du
réglage, et en tout état de cause dans la même journée. Elle est au
minimum un enduit de scellement réalisé quotidiennement à l’avancement
du chantier, éventuellement avec cloutage préalable à l’aide de gravillons
de basalte. Les types de protections superficielles envisageables sont celles
décrites dans le GTS [113] ou à l’article 6.5.6.2 et l’annexe A de la norme
NF P 98-115 et reprises ci-après. Le choix est fait en fonction de l’efficacité
recherchée vis-à-vis de la protection contre l’évaporation, contre l’infiltration,
l’accrochage de la couche supérieure, la protection mécanique et la
réduction des émissions de poussière. Par ordre croissant d’efficacité, on
retiendra :
 Enduit de scellement : 0.8 à 1.1 Kg d’émulsion + petits gravillons à refus
 Enduit monocouche : 1.3 à 1.6 Kg d’émulsion + 7 à 8 L de 4/6 ou 9 à 10
L de 6/10
 Enduit bicouche : 1.1 à 1.3 Kg d’émulsion + 10 à 11 L de 10/14 + 1.5 Kg
d’émulsion + 6 à 7 L de 4/6
 Enduit pré-gravillonné : 8 à 9 L de 10/14 + 2 Kg d’émulsion + 6 à 7 L de
4/6.
Le liant est une émulsion à 65% de bitume. A défaut, le recours aux cutback
sera envisageable. Les gravillons ont un LA < 30 et un passant à 0.5 mm <
2%.
Des recommandations en fonction du niveau d’exposition climatique et du
niveau d’agressivité du trafic chantier sont présentées dans le guide
technique des sols traités en assise [115].

Caractéristiques de Les caractéristiques des Tableau 18 et Tableau 19 sont celles utilisées dans
dimensionnement le calcul de dimensionnement des fiches de structures. Elles doivent faire
l’objet d’une vérification en laboratoire pour chaque nouveau gisement et
chaque nouvelle formulation.
Latérite non traitée et En l’absence d’essai triaxial, on retiendra les valeurs du Tableau 18.
améliorée

Tableau 18 - Caractéristiques de dimensionnement latérite non traitée et améliorée

Caractéristiques Notations GL1 GL2 ou GLli GLa

2x module de la 2x module de la
couche inférieure couche inférieure
Module de la couche de fondation, MPa
E 800 MPa
maxi 200 MPa maxi 400 MPa

Module de la couche de base, MPa 200 MPa 400 MPa

Coefficient de Poisson V 0.35 0.35 0.35

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 71 sur 202
Fiches matériaux

La valeur de module de la GLa est issue des résultats de plusieurs études


de traitement à 2% de ciment réalisées en 2012 sur cinq gisements
latéritiques : Sindia (Thiès), Kolda, Linguère (Louga), Tambacounda et
Kedougou (Tambacounda) [203, 204, 205]. Le module proposé est
déterminé sur des éprouvettes en laboratoire (voir latérite traitée).
Les modules de GL proposés sont issus de l’interprétation des résultats de
l’essai triaxial à chargements répétés (NF EN 13286-7 – méthode A :
étude du comportement réversible) en laboratoire [211]. Une étude
comportant neuf essais triaxiaux a été menée sur une grave latéritique de
classe GL2 à différentes compacités, différentes teneurs en eau, avec/sans
traitement à 2 % de ciment. Les éprouvettes 16x32 ont été compactées en
vibro-compression et testées à deux niveaux de contrainte : fort (base) et
faible (fondation). L’essai vise à simuler sur une éprouvette de grave non
traitée les chargements cycliques routiers. L’évolution des déformations
permanentes axiales et radiales de l’éprouvette en fonction du nombre de
cycles donne une idée de la résistance à l’orniérage et du module
d’élasticité du matériau.
Le comportement élastique des latérites est non linéaire, c’est-à-dire qu’il
dépend du niveau de contraintes appliquées, même si l’écart n’est pas très
important. Leur module dépend donc du niveau de contrainte.
La latérite présente un comportement anisotrope avec un module
d’élasticité environ deux fois plus élevé dans le sens vertical que dans le
sens horizontal.
Les résultats ont montré l’importance de la maîtrise du compactage et de la
teneur en eau. Le CBR et le module de la GL chutent rapidement :
 avec un excès d’eau par rapport à la wOPM (chute de 30% du
module pour une teneur en eau de wOPM -2% à wOPM +1 % avec
un niveau de contrainte faible – le niveau de contrainte fort ne peut
même pas être testé avec un excès d’eau),
 et avec un sous-compactage (chute de 60 % du module pour
compacité de 97 à 92%dsOPM avec niveau de contrainte faible,
30% avec un niveau de contrainte élevée).
A wOPM-2% et ds = 97%dsOPM, la grave latéritique est classée en
catégorie C2 selon NF EN 13286-7 (déformation permanente
caractéristique < 25 10-4 et module d’élasticité caractéristique entre 250 à
500 MPa). Ses caractéristiques (argilosité et teneurs en matières
organiques élevées, granulométrie sableuse) la rendent toutefois beaucoup
plus sensible à l’eau qu’une GNT normalisée avec une perte de résistance à
l’orniérage importante à wOPM +1%.
Le traitement à 2% de ciment permet dès 7 jours, d’atteindre les
performances C2 et peut donc être une alternative intéressante pour les
latérites trop argileuses ou trop humides.
Il est donc fondamental de bien vérifier et contrôler la référence OPM du
matériau car un excès d’eau engendrera une chute des performances.
Les structures de chaussées neuves proposées supposent donc que le
drainage de la chaussée est bien assuré : pas ou peu de variation d’état
hydrique des graves latéritiques pendant l’hivernage et teneur en eau bien
maîtrisée en phase chantier.
Les relations avec le CBR de type E = 5 CBR ne sont qu’indicatives et
fournissent des ordres de grandeurs uniquement.
NB : La formule E = 10 CBR est réservée aux faibles CBR (< 5). La relation
E = 3 CBR est réservée aux matériaux à forte fraction fine, ce qui n’est pas
supposé être le cas des latérites de chaussée.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 72 sur 202
Fiches matériaux

Le facteur 2 entre le module de la GL et le module de la couche inférieure a


été déterminé à l’issue d’une comparaison entre les calculs en élasticité
linéaire avec ALIZE-LCPC et des calculs aux éléments finis avec le module
CVCR du logiciel CESAR-LCPC en appliquant la loi de Boyce pour la
latérite. Cette approche est plutôt indicative ; elle permet de contrôler la
pertinence des résultats de l’essai triaxial et d’ajuster les paramètres de
calcul.

Latérite traitée Les essais (Rt, E) doivent être systématiquement réalisés sur les GLc. Les
relations avec le CBR ne sont qu’indicatives.

Tableau 19 - Caractéristiques de dimensionnement latérite traitée GLc

Caractéristiques Notations GLc1 GLc2

Module complexe, MPa E 2 500 3 000

Coefficient de Poisson  0.25 0.25

Contrainte, MPa 6 0.19 0.37

Pente de la droite de fatigue b - 1/11 - 1/11

Dispersion essai de fatigue SN 1 1

Dispersion épaisseur, m Sh 0.03 0.03

Coefficient de calage Kc 1,4 1,4

Coefficient des discontinuités Kd 1 1

Les valeurs de E et sigma 6 (où sigma 6 = 0.95 x Rt 360j) du Tableau 19


sont issues de plusieurs études de traitement réalisées en 2012 à 4 et 6%
de ciment sur cinq gisements de latérites : Sindia, Kedougou,
Tambacounda, Kolda et Linguère [203, 204, 205]. Les autres valeurs sont
issues du guide des sols traités en assises [115] qui retient Kc = 1.4, Kd = 1,
-1/b = 11, SN = 1 (sols graveleux), Sh = 3 cm (sols graveleux rapportés).
Un abattement de 25% à 35% selon la qualité du traitement est appliqué sur
les résultats Rt et E à 360j [115]. Dans le cas où les résultats Rt et E à 360 j
ne sont pas connus, les valeurs retenues seront celles à 28 ou 90 jours du
fait de l’absence d’évolution significative des performances dans le temps.
Sinon, le dosage en liant (de l’ordre de 2 à 3% sur GLa) lors des essais de
laboratoire est augmenté de 0.5% (GLa) voire de 1% (GLc) pour la
réalisation du chantier. [102]
NB : Dans le cas d’un traitement en place pour lequel la variation
d’épaisseur de GLc serait telle que Sh = 5 cm au lieu de 3 cm, les
épaisseurs dans les tableaux de structures n°8 à 10 nécessitent d’être
augmentées. Les calculs sont à faire au cas par cas par le concepteur, car
l’augmentation n’est pas constante pour l’ensemble des tableaux.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 73 sur 202
Fiches matériaux

Contrôles Les fréquences proposées sont celles de chantiers avec au moins 5000 m3
de matériaux de chaussée.
Le plan de contrôle ci-dessous ne comprend pas les contrôles du matériel
de mise en œuvre et de fabrication, à faire pendant la période de
préparation.
Support Portance : 1/250 m² (plaque NF P 94-117-1, dynaplaque NF P 94-117-2,
poutre Benkelman, déflectographe ou curviamètre NF P 98-200-1 à 7), soit
par exemple 1 essai / 30ml en quinconce à l’axe des voies en 2x1 voies
Altimétrie : 3 points (axe, rives G et D) / 25ml
Latérite crue Granulométrie et teneur en eau : 1 /1000 m3
VBS ou IP : 1 / 1000 m3
Référence OPM (si emploi non traitée) : 1 / 5000 m3
CBR immédiat : 1 / 5000 m3
CBR immergé : 1 / 5000 m3
Liant Sur le ciment, Rc à 7 et 28j sur 4x4x16 sur prélèvement conservatoire de 2
Kg : 1 / 250 t
Sur la chaux vive : 1 essai de réactivité / 100 t
Le ciment doit être livré à une température < 50 °C et stocké 6 mois
maximum. Les autres essais (temps de prise, expansion à chaud et à froid,
retrait, analyse chimique, Blaine, …) peuvent être réalisés en cas de doute
sur les chantiers importants.
Fabrication latérite traitée Dosage en liant : 3 pesées par jour (in situ en cas de répandage mécanique
ou à la centrale) et suivi par bouclage journalier de consommation
(tolérance ± 10%). En cas d’impossibilité pratique, le contrôle est réalisé en
contrôlant les résistances en compression à 7 jours des éprouvettes Proctor
traitées.
Teneur en eau (après traitement) : 3 essais / 1000 m3 respectant wOPM ±
2% (une teneur en eau trop faible ne permettrait pas une bonne hydratation
du ciment).
Référence OPM (traité) : 1 / 5000 m3
CBR (traité) : 1 / 5000 m3
En cas de doute, le contrôle des performances mécaniques (résistance en
traction directe, module) à 28 jours peut être réalisé sur des éprouvettes
confectionnées à partir des matériaux sortant de la centrale.
Mise en œuvre Granulométrie de la GL après compactage : 1 / jour
En cas de doute, une vérification des performances mécaniques de la GLc
peut parfois être proposée (Rt, E) à raison d’un carottage de 150 mm de
diamètre /200 ml en quinconce au moins 28 jours après la fabrication.
La protection superficielle est contrôlé à raison d’une série de mesure /
semaine, selon les spécifications décrites à la fiche « couche d’accrochage
et d’imprégnation ».
Les autres contrôles sont décrits dans le Tableau 20 ci-après.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 74 sur 202
Fiches matériaux
Tableau 20 - Plan de contrôle mise en œuvre latérite

Essai Norme Contrôle externe Spécifications


Gamma-densimètre
NF P 98-241-1 Qualité q2
20/jour et 1/250m²/voie
Densité Ou densitomètre à de circulation
membrane ou cône à
sable
1/25m avec 3 points
nivellement
/profil 90% des points ± 2cm (base)
Epaisseur NF P 98-115 §7.4
ou 4/sondages / jour ou ±3 cm (fondation)
Ou sondages

2cm en fond et 1 cm en base


Surfaçage NF EN 13067-7 En tout point
dans les 2 sens
1/25m avec 3
Nivellement topographie ± 1cm pour 95% des points
points/profil
1cm/m en base
1/25m avec 3 1.5cm/m en fond
Profil en travers (pente) topographie
points/profil 2 cm/m en accotement
pour 95% des points
 3 cm par rapport aux bords
théoriques de la couche
Largeur topographie 1/50m
0 à + 5 cm pour la largeur
totale de la couche.
Uni longitudinal (si couche LPC n°46
1 / voie de circulation Guide uni CEREMA [157]
réglage ou assise) NF P 98-218-3
Déflexion (éventuelle) NF P 98-200-1 à 7 1 / voie de circulation A définir selon le projet

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 75 sur 202
Fiches matériaux

7.3. Grave non traitée (GNT)

Utilisation, Domaines En couche de base jusqu’à T3 ou fondation jusqu’à T1 [155] (tableaux de


d’emploi structures 3, 4, 13 et 14).
Epaisseur de mise en œuvre : par couche de 15 à 30 cm

Caractéristiques Deux types de graves non traitées sont définies :


générales, formulation  La GNT A, obtenue en une seule fraction,
 La GNT B, obtenue par mélange de plusieurs fractions
granulométriques différentes en centrale de malaxage.
La GNT a une compacité minimale à l’O.P.M. supérieure ou égale à 80%
(GNT B2) ou 82% (GNT B2).
Le présent catalogue ne considère que les GNT B2.
Ces graves sont appelées aussi parfois « concassé », « tout venant de
concassage ». Elles proviennent de l’extraction de roches dures ou
alluvionnaires. Afin de disposer d’un matériau à angle de frottement interne
le plus fort possible, l’indice ou le rapport de concassage sera d’autant plus
élevé que le trafic est important.
Conformément à l’avant-propos national de la norme NF EN 13285, la
granulométrie sera de :
 type 2 de granularité 0/31,5,
 type 3 de granularité 0/20,
 type 4 de granularité 0/14.

Cela signifie que 90% des échantillons sur les 6 derniers mois sont
conformes à la valeur déclarée ± e (Tableau 21, Tableau 22, Tableau 23).
Pour des problèmes de respect du nivellement en couche de base, la GNT
0/20 est fortement recommandée. Pour les mêmes raisons, la GNT 0/63
n’est pas considérée dans ce catalogue.
A ce jour, une GNT 0/31.5 par exemple a été recomposée pour le chantier
de l’aéroport de Diass à partir des 0/3, 3/8, 8/31.5 de basalte. En ajustant la
formule, il est possible d’être conforme au fuseau des GNT 0/31.5. La
recomposition faite en carrière au chargeur est à éviter autant que possible,
car la dispersion de la composition et donc de la granulométrie, est alors
plus forte et ne permet pas de garantir les performances désirées.

Tableau 21 - Fuseau granulométrique GNT 0/31.5

Tamis (mm) Minimum déclaré Maximum déclaré Tolérance e (%)


45 100
31.5 85 99
16 63 77 ±8
8 43 60 ±8
4 30 52 ±8
2 23 40 ±7
1 14 35 ±5
0.5 10 30 ±5
0.063 4 9

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 76 sur 202
Fiches matériaux
Tableau 22 - Fuseau granulométrique GNT 0/20

Tamis (mm) Minimum déclaré Maximum déclaré Tolérance e (%)


28 100
20 85 99
10 63 77 ±8
4 43 57 ±8
2 30 42 ±8
1 22 33 ±7
0.5 15 30 ±5
0.063 4 9

Tableau 23 - Fuseau granulométrique GNT 0/14

Tamis (mm) Minimum déclaré Maximum déclaré Tolérance e (%)


20 100
14 85 99
8 63 77 ±8
4 43 57 ±8
2 30 42 ±8
1 22 33 ±7
0.5 15 30 ±5
0.063 4 9

Caractéristiques des
constituants
Granulat Les spécifications sont détaillées au Tableau 24. Les granulats ont une
teneur en impuretés prohibées inférieure à 0,1 % (NF P 18-545) et une
teneur en matières organiques indécelable (NF EN 1744-1).
La friabilité des sables, s’ils proviennent d’une nature pétrographique
différente de celle des gravillons, est inférieure à 45 sur 0/2, 40 sur 0/4
(norme P 18-576).
Le fuseau de fabrication est établi conformément à la NF P18-545.
Cas particulier : matériaux de Les granulats issus de matériaux de démolition ont une teneur en sulfates
démolition recyclés solubles dans l’eau, déterminée selon la norme NF EN 1744-1 art 10.2,
conforme à la catégorie SSb (SS 0.7) définie par la norme NF P 18-545. Ils
sont exempts de matériaux putrescibles, déféraillés, sans plâtre et sans
amiante. Leur classification selon la norme NF EN 933-11 vérifie la
catégorie Rcug70 X1 FL5.
Fines d’apport éventuelles Les fines d’apport éventuelles sont conformes à la norme NF P 18 545
article 7.7
Eau L’eau entrant dans la composition de la GNT est conforme aux types 1 ou 2
de la norme NF P 98-100 : teneur en matières dissoutes (NF T 90-029) ≤
3% et teneur en matières en suspension (NF T 90-105) ≤ 5%.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 77 sur 202
Fiches matériaux
Tableau 24 - Spécifications GNT

Caractéristiques
Trafic T5 Trafic T4 Trafic T3 Trafic T2 Trafic T1
NF P 18-545
LA
E E* D** C C
MDE
Granularité des gravillons
IV IV III III III
Aplatissement
Granularité du sable
c*** b b b b
Propreté
Angularité Ang 4 Ang 4 Ang 4** Ang 3 Ang 2

*D en couche de base
**C ang3 en couche de base
***b en couche de base

Mise en œuvre Des dispositions spécifiques doivent être précisées pour éviter la
ségrégation à la fabrication et à la mise en œuvre ainsi que l’évolution
granulaire au compactage.
Conditions météorologiques Le répandage est autorisé sur une surface humide. Il est interdit sous pluie
forte et persistante, sur support avec flaques.
Le répandage des matériaux est interrompu pendant les orages, les fortes
pluies et les pluies modérées mais continues.
En cas d'orage violent survenant au cours de la mise en œuvre, il sera
exigé l'évacuation du chantier de la GNT répandue et non compactée qui
aura de ce fait subi des dégradations.
Protection superficielle Dans le cas où la GNT n’est pas immédiatement recouverte par une autre
couche de chaussée, afin de la protéger des intempéries et surtout de la
circulation de chantier, la protection par le traitement de surface approprié
(enduit à l’émulsion à 1kg/m² de bitume résiduel + 6 L/m² de gravillon 4/6 ou
imprégnation au moyen d’un bitume fluidifié cut back 0/1 sablé) sera
appliquée dans la journée de sa mise en œuvre.
Selon les conditions météorologiques, et en cas de dessiccation intervenant
pendant la mise en œuvre, il sera réalisé un arrosage modéré mais fréquent
et régulier à la rampe fine. Si, au moment du répandage, la surface n'est
pas suffisamment humide, elle devra être humidifiée.

Caractéristiques de Les caractéristiques du Tableau 25 sont celles utilisées dans le calcul de


dimensionnement dimensionnement des fiches de structures. Ces caractéristiques sous-
entendent une très bonne compacité de la GNT, y compris en fond de
couche.

Tableau 25 - Caractéristiques de dimensionnement GNT

Caractéristiques Notations GNT concassée

Module (MPa) de la GNT en


E 600 MPa
couche de base
3 x module de la couche sous-jacente, par
Module (MPa) de la GNT en couche de 25 cm maximum,
E
couche de fondation plafonné à 600 MPa en structure GNT/GNT,
360 MPa en structure GNT/GB

Coefficient de Poisson  0.35

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 78 sur 202
Fiches matériaux

Contrôles Les fréquences proposées dans les Tableau 26 et 27 sont celles de chantier
avec au moins 5000 m3 de matériaux de chaussée.
Le plan de contrôle comprend les contrôles du matériel de mise en œuvre et
de fabrication, à faire pendant la période de préparation.

Support Idem fiche latérite

Tableau 26 - Plan de contrôle des constituants GNTB

Essai Norme Contrôle externe


Résistance à la fragmentation des gravillons LA NF EN 1097-2 1/5000 m3
Résistance à l’usure des gravillons MDE NF EN 1097-1 1/5000 m3
Friabilité des sables (selon le cas) FS P18-576 1/5000 m3
Aplatissement des gravillons FI NF EN 933-3 1/5000 m3
Valeur de bleu MB ou équivalent de sable SE NF EN 933-9 ou 8 1/1000 m3

Granulométrie des sables et gravillons NF EN 933-1 1/1000 m3

Ecoulement des sables Ecs et gravillons Ecg 3


NF EN 933-6 1/5000 m
(si granulats alluvionnaires)
Impuretés prohibées NF P 18 545 1/chantier
Matières organiques NF EN 1744-1 1/chantier
Teneur en sulfates (si matériaux recyclés) NF EN 1744-1 art10.2 1/1000 m3
Classification (si matériaux recyclés) NF EN 933-11 1/chantier
Masse volumique réelle NF EN 1097-6 1/chantier

Tableau 27 - Plan de contrôle fabrication GNTB

Essai Norme Contrôle externe Spécifications


1/ chantier
NF EN 13286-2 et
Référence OPM et IPI avec 1 /semaine Cf. FTP
47
mini
Contrôles dosages NF P 98-105 permanent Cf. FTP
3
3 / 1000 m > wOPM -1%
Teneur en eau de fabrication NF EN 1097-5
avec 1/ jour mini < wOPM + 2%
FTP avec tolérance :
 2% à 0.063mm,
1 / 1000 m3
Analyse granulométrique NF EN 933-1  5% à 2 et 10mm,
avec 1/ jour mini
 6% à 6.3mm,
 4% à 14 et 20mm.
Densité à l’énergie Proctor modifié 1 / 1000 m3
NF EN 13286-2 -
à la teneur en eau de fabrication avec 1/ jour mini

Mise en œuvre Idem fiche latérite Tableau 20

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 79 sur 202
Fiches matériaux

7.4. Grave traitée au ciment (GC3) et sable traité au ciment


(SC2)

Utilisation, Domaines GC3 : En couche de base et en couche de fondation tout trafic (tableau de
d’emploi structure 6)
SC2 : En couche de fondation de trafic T1 maximum et en couche de base
de trafic T5 maximum [155] (tableau de structure 7)
Le sable SC3 peut être employé en assise sans limite de trafic, mais
l’obtention de la classe mécanique 3 est assez difficile ; il n’est donc pas
retenu dans le présent catalogue.
Epaisseur : 15 cm à 30 cm par couche mise en œuvre.
NB : A ce jour, en raison de leur coût et du délai de maniabilité très court
avec le ciment, ces produits ne sont pas employés au Sénégal. Ils
nécessiteraient le recours à des liants hydrauliques routiers (dont le délai de
maniabilité serait plus long qu’avec le ciment) ou l’emploi de retardateur de
prise. Leur comportement sur chaussée au Sénégal n’a donc pas été
évalué, en particulier vis-à-vis de la fissuration de retrait.
Caractéristiques Ces mélanges correspondent aux mélanges granulaires traités au ciment au
générales, formulation sens de l’avant-propos National de la norme NF EN 14227-1 :
 grave-ciment : 0/14 0/20 ou 0/31.5 - de classe mécanique T3,
 sable-ciment : 0/6.3 maxi - de classe mécanique T2.
La méthodologie d’étude est explicitée dans la NF P 98-114-1 pour les GC
et NF P98-114-2 pour les SC.

Les mélanges traités respectent les spécifications suivantes :


 La grave ciment a une granulométrie conforme au fuseau G1 (si trafic
T3 et plus) ou au fuseau G2 (trafic T4 et moins) [155] : Tableau 29,
Tableau 30 et Tableau 31. La granulométrie du sable ciment est telle
que :
tamis 2D D 0.063
% passants cumulés 100% >85% <35%
 La grave ciment doit avoir une compacité à la masse volumique sèche
maximale du Proctor modifié de 0.80 minimum : Tableau 28.
 La grave ciment et le sable ciment ont un indice portant immédiat >
50 [115].
 Dans tous les cas, le délai de maniabilité (NF EN 13286-45) doit être
déclaré.
 Les performances mécaniques (Rt, E) sont mesurées sur des
éprouvettes de forme cylindrique d’élancement 1 ou 2 confectionnées
par compactage statique double effet, dite compression axiale (NF EN
13286-53) à 97%dsOPM et wOPM. Les éprouvettes sont conservées
verticalement à température constante (±2°C) dans leurs moules et
dans un sac plastique imperméable. La résistance en traction est
déterminée par l’essai de traction indirecte (NF EN 13286-42) en
utilisant la relation Rt = 0.8 Rti. Le module est déterminé par l’essai de
traction indirecte ou par compression (NF EN 13286-41) le plus
souvent. Les résultats sont issus de la moyenne obtenue sur au moins
trois éprouvettes. Toute valeur s’écartant de plus de 20 % de la
moyenne doit être rejetée.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 80 sur 202
Fiches matériaux

Des éprouvettes d’élancement 2 de forme « diabolo » 16x32 de GC peuvent


également être confectionnées en vibro-compression (NF EN 13286-52) et
être écrasées en traction directe (NF EN 13286-43) pour la détermination
de Rt et Et.
Les autres modes de confection (compactage Proctor par exemple)
conduiraient du fait de la géométrie de l’éprouvette, du mode de
compactage et de la masse volumique atteinte à d’autres résistances. Il ne
faut donc pas dissocier la résistance mesurée de la méthode de confection.
La méthode de dimensionnement utilise les caractéristiques mécaniques du
mélange (Rt, E) à 360 jours (voir figure 24). Aucune corrélation n’existe et
ne doit être recherchée avec la classe mécanique en résistance en
compression Rc.

Tableau 28 - Calcul de la compacité d’une GC

Constituant % MVRg
6.3/20 50 2.69
0/6.3 46.5 2.65
ciment 3.5 2.95
dsOPM 2.20
C = 2.20/100 x (50/2.69 + 46.5/2.65 + 3.5/2.95) = 0.82

Tableau 29 - Fuseau granulométrique d’une GC 0/14

Tamis (mm) Minimum (%) Maximum G1 (%) Maximum G2 (%)


25 100
14 85 100 100
10 68 90 97
6.3 50 72 84
4 38 60 71
2 26 46 56
0.5 13 27 32
0.25 10 20 23
0.063 4.5 10 11

Tableau 30 - Fuseau Granulométrique d’une GC 0/20

Tamis (mm) minimum Maximum G1 Maximum G2


31.5 100
20 85 100 100
10 55 80 87
6.3 42 66 75
4 32 56 66
2 23 43 54
0.5 11 26 31
0.25 8 19 23
0.063 3.5 9 11

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 81 sur 202
Fiches matériaux
Tableau 31 - Fuseau Granulométrique d’une GC 0/31.5

Tamis (mm) Minimum (%) Maximum G1 (%) Maximum G2 (%)


40 100
31.5 85 100 100
25 75 100 100
20 65 94 95
10 44 78 80
4 26 61 64
2 18 50 54
0.5 8 30 35
0.25 6 22 28
0.063 3 11 18

Caractéristiques des
constituants
Granulats pour GC Les granulats peuvent être de différentes natures (calcaire, basalte, …) du
moment que leurs caractéristiques respectent les spécifications du Tableau
32 en fonction de la position du mélange dans la structure de chaussée et
de l’importance du trafic prévu.

Tableau 32 - Spécifications des granulats d’une GC

Trafic ≥T3
Caractéristiques Trafic < T3 base base
NF P 18-545 Trafic < T1 fondation Trafic ≥T1
fondation
Résistance à la fragmentation des
gravillons
E D
Résistance à l'usure des gravillons

Granularité des gravillons


III III
Teneur en fines des gravillons
Aplatissement

Granularité du sable
b b
Propreté des sables
Trafic ≤ T2
Caractéristiques base Trafic =T1 Trafic ≥ T0
NF P 18-545 Tout trafic base base
fondation
Pourcentage de grains semi concassés
dans les gravillons Ang 4 Ang3 Ang2
Angularité du sable

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 82 sur 202
Fiches matériaux

Sable pour SC Le sable a une friabilité FS < 50 [155], une propreté telle que VBS < 0.4
[115] ou MB < 3 et SE > 40 (NF EN 14227-1).
Fines Conformes à la norme NF EN 13242 et NF P 18-545.
Liants Les ciments utilisés sont des ciments CEM I ou II, classe 32.5N, 42,5N ou
52.5N conformes à la norme NF EN 197-1.
Eau Type 1 selon la norme NF P 98-100 (eau destinée à la consommation
humaine).
Retardateur de prise Les retardateurs de prise éventuels doivent être conformes aux pratiques
valides au lieu d’utilisation.

Fabrication Les GC et SC requièrent un traitement en centrale de classe 2 au sens de


la norme NF P 98-732-1.
Le traitement in situ n’est pas envisageable, car il ne permet pas d’atteindre
le même niveau d’homogénéité et de régularité, les performances ne sont
donc pas suffisantes.
Mise en œuvre Au moment du compactage, la teneur en eau doit être voisine de WOPM ±1
%.
Pour un emploi en couche de base de trafic T1 et plus, le niveau de qualité
de compactage requis est q1.
Pour un emploi en couche de fondation ou en couche de base de trafic T2
et moins, le niveau de qualité de compactage requis est q2.
Dans le cas de la réalisation de deux couches, l’humidification du support
doit être assurée par un arrosage avant le répandage de la couche
supérieure.
Joints longitudinaux Ces joints doivent être réalisés de façon à ne pas se situer dans la partie de
chaussée la plus sollicitée.
Dans le cas de réalisation d’une assise en plusieurs bandes parallèles, la
mise en œuvre d’une bande doit être terminée avant la fin du délai de
maniabilité du mélange de la bande précédente.
Les joints de couches superposées doivent être placés de sorte à ne pas se
superposer.
Joints transversaux Lors de chaque reprise de mise en œuvre, le bord de la bande
précédemment réalisée doit être coupé verticalement sur toute son
épaisseur, de façon à éliminer l’ensemble du biseau de fin de chantier.
Conditions météorologiques Le répandage est autorisé sur une surface humide. Il est interdit sur une
surface comportant des flaques d'eau.
Le répandage est déconseillé dans les cas suivants : dès lors que la vitesse
du vent atteint 40 km/h, pluie fine. Par temps très chaud, il est conseillé de
favoriser la mise en œuvre en début de journée et d’appliquer rapidement la
protection superficielle.
Le répandage des matériaux est interrompu pendant les orages, les fortes
pluies et les pluies modérées mais continues.
Protection superficielle Idem fiche GLc

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 83 sur 202
Fiches matériaux

Caractéristiques de Les caractéristiques du Tableau 33 sont celles utilisées dans le calcul de


dimensionnement dimensionnement des fiches de structures. Les valeurs de module et fatigue
sont obtenues en laboratoire et sont issues des performances mesurées en
laboratoire.
Dans le cas où les résultats à 360 jours ne sont pas connus, pour les
besoins d’un chantier, ils pourront être estimés à partir des coefficients
d’extrapolation indicatifs ci-après.
 E = 0.9 x E360 où E360t = E28j / 0.65
 6 = Rt360 x 0.7 x (6/Rt) où Rt360 = Rt28j /0.6 et 6/Rt = 0.95.

Tableau 33 - Caractéristiques de dimensionnement de la GC3 et du SC2

Caractéristiques Notations GC3 SC2

Module (MPa) E 23000 12000

Coefficient de Poisson  0.25 0.25

Contrainte (MPa) 6 0.75 0.5

Pente de la droite de fatigue b - 1/15 -1/12

Dispersion essai de fatigue SN 1 0.8

Dispersion épaisseur, m Sh 0.03 0.025

Coefficient de calage Kc 1,4 1.5

Coefficient des discontinuités Kd 1 1

Contrôles Idem fiche GNTB.


Pour le contrôle du liant et de son dosage, on se réfèrera à la fiche GLc.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 84 sur 202
Fiches matériaux

7.5. Banco-coquillage traité au ciment (BQc)


Photo 11 - Banco-coquillage de St Louis

Utilisation, Domaine En couche de base et de fondation de trafic T4 maximum [115] (tableau de


d’emploi structure 11)
Epaisseur de mise en œuvre : 15 à 30 cm
Son emploi en remblai (talus) n’est pas recommandé en raison de sa faible
cohésion.
Caractéristiques Le banco-coquillage est constitué d’un sable fin coquiller ou de sable
générales, formulation limoneux en mélange avec des coquillages et présente donc un faible CBR.
Traité avec du ciment, ce matériau doit faire l’objet de tests préalables pour
s’assurer que la prise hydraulique ne sera pas bloquée (présence de NaCl).

Caractéristiques des
constituants
Granulats Il s’agit d’un tout-venant 0/31.5 le plus souvent présentant une faible
proportion de coquilles et donc assimilable à un sable 0/6.3 ou une grave
0/10 (Tableau 34).

Tableau 34 - Spécifications BQ

Essais Spécifications Valeurs observées


FR (NF P 94-066) <7 4à5
DG (NF P 94-067) <5 1à2
LA (NF EN 1097-2) - 25
MDE (NF EN 1097-1) - 41
MVR (NF P 94-054) - 2.8 à 2.9
VBS (NF P 94-068) < 1.5 1.1 à 1.2
IP (NF P 94-051) < 15 5 à 15
MO (NF P 94-055) <3 1.5
wOPM (NF P 94-093) - 6 à 11%
dsOPM (NF P 94-093) - 1.9 à 2.1
CBR immédiat à 95%dsOPM
- 48 à 58
(NF P 94-078)
CBR immergé 4j à 95%dsOPM
- 20 à 55
(NF P 94-078)
Teneur en eau naturelle
Wopm ± 1 9 à 10%
(NF P 94-050)
Teneur en fines < 25% 5 à 25%
Passant à 0.5 mm > 50% 60 à 90%
Passant à 2 mm > 70% 70 à 95%
Classe GTR (NF P 11-300) B6 voire B2/B5 B6-B2-B5

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 85 sur 202
Fiches matériaux

Liants Les ciments utilisés sont conformes à la norme NF EN 197-1.


Eau Type 1 selon la norme NF P 98-100 (eau destinée à la consommation
humaine).
BQc Pour le banco-coquillage traité au ciment (BQc), les caractéristiques
complémentaires suivantes sont nécessaires:
 Dimension maximale Dmax < 50 mm [102]
 Teneur en matières organiques <1.5% [102]
 Délai de maniabilité (NF EN 13286-45) > 2h
 IPI (traité) > 50 (NF EN 13286-47) [115]
 CBR immergé 4 jours à 95%dsOPM (traité) >100 après traitement [102]
Des éprouvettes d’élancement 2 (10x20 pour Rc, Rit et E) ou d’élancement
1 (pour Rit et E) sont confectionnées à 97%dsOPM et wOPM, par
compactage statique double effet (NF EN 13286-53). Les éprouvettes sont
conservées dans leurs moules verticalement, en évitant la perte d'humidité
et à une température à 2 °C de la température spécifiée.
 Essai d’aptitude au traitement : Gv < 5 % (NF EN 13286-49) et Rit >
0.2 MPa à 7 j (NF EN 13286-42) [115]
 Sensibilité à l’eau Rc (28j + 32j i) / Rc 60 j > 0. 7 (si VBS > 0.5), 0.8 (si
VBS ≤ 0.5) [115]. Si ce critère n’est pas atteint, cela signifie que le BQc
conserve une certaine sensibilité à l’eau au jeune âge.
 Age autorisant la mise sous circulation du chantier Rc > 1 (< 20
PL), 1.2 (20 à 500 PL), voire 1.5 MPa (> 500 PL) selon l’agressivité du
trafic chantier exprimé en nombre de PL cumulé par sens. Le niveau
d’agressivité peut être augmenté d’une classe si la vitesse est > 60
km/h ou dans les zones de virages [115]. La remise en circulation est
généralement possible dès 7 jours, sous réserve d’un dosage en ciment
adapté au trafic chantier. Dans tous les cas, la circulation est interdite
dans les deux jours qui suivent le traitement [102].
 Performances à long terme : Rc, Rt ou Rit et E à 28 et 90 jours (NF
EN 13286-41, 40 ou 42, 43). La relation Rt = 0.8 Rit est utilisée si
nécessaire. Les essais Rt, E permettent de déterminer la classe
mécanique (T1 par exemple). Les règles d’extrapolation des
performances entre 28 et 360 jours ne peuvent toutefois pas être
appliquées sans avoir fait l’objet d’une vérification.

Mise en œuvre Idem fiche GLc

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 86 sur 202
Fiches matériaux

Caractéristiques de Les caractéristiques du Tableau 35 sont celles utilisées dans le calcul de


dimensionnement dimensionnement des fiches de structures. Les performances mécaniques
doivent faire l’objet d’une vérification en laboratoire pour chaque nouvelle
formulation.

Tableau 35 - Caractéristiques de dimensionnement BQc

Caractéristiques Notations BQc

Module, MPa E 10 000

Coefficient de Poisson  0.25

Contrainte, MPa 6 0.30

Pente de la droite de fatigue b -1/11

Dispersion essai de fatigue SN 1

Dispersion épaisseur, m Sh 0.03

Coefficient de calage Kc 1.4

Coefficient des discontinuités Kd 1

Les valeurs proposées sont issues d’une étude de traitement en laboratoire


à 4 et 6% de ciment sur le banco-coquillage de Rao. Le dosage de 6 % de
ciment était alors le minimum requis pour l’obtention de la classe mécanique
T1 à 90 jours, du fait du faible CBR du matériau cru [204].

Contrôles Idem fiche GLc

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 87 sur 202
Fiches matériaux

7.6. Béton de ciment (BC5, BC5g, BC2)

Utilisation, Domaine En couche de roulement et/ou fondation (tableaux de structures 17 et 18)


d’emploi Epaisseurs :
 12 cm à 40 cm BC2, en fondation
 15 à 40 cm BC5, en roulement pour les trafics inférieurs à C4
 14 à 40 cm BC5g, en roulement pour les trafics supérieurs à C5
Caractéristiques Béton de ciment en couche de base et béton de ciment en couche de
générales, formulation fondation au sens de la norme NF EN 13877-1.
L’épreuve de formulation comprend l’étude des résistances mécaniques à
28 jours, l’essai de consistance, la teneur en air occlus.

Caractéristiques des
constituants
Granulats Les spécifications sont celles du Tableau 36.
Tableau 36 - Spécifications granulats pour bétons

Couche de Couche de
Caractéristiques NF P 18-545
roulement fondation
Résistance à la fragmentation des
gravillons C (trafic ≤ T3)
D
B (trafic > T3)
Résistance à l'usure des gravillons

Granularité des gravillons


Teneur en fines des gravillons III bis III bis
Aplatissement
Friabilité de sables FSa FSa
Pourcentage de grains semi
concassés dans les gravillons Ang2 Ang2
Angularité du sable
Granularité du sable
Teneur en fines a bis a bis
Propreté des sables

Liants Le ciment utilisé est du ciment CEM I conforme à la norme NF EN 197-1.


Eau L’eau utilisée pour la confection du béton est conforme au type 2 de la
norme NF P 98-100.
Retardateur de prise Les retardateurs de prise doivent être conformes aux pratiques validées au
lieu d’utilisation.

Fabrication Centrale de classe B ou C au sens de la norme NF P 98-730.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 88 sur 202
Fiches matériaux

Mise en œuvre La méthodologie de mise en œuvre comprend notamment les mesures


prises pour la protection du chantier, la protection des ouvrages existants, la
réalisation des dispositifs drainants.
Il faut tenir compte des temps de transport, particulièrement variables en
zone urbaine, sur la chute de maniabilité des bétons entre la fabrication et la
mise en œuvre.
La réalisation d’une couche de cure dans les meilleurs délais est
indispensable pour limiter la dessiccation.
Dans le cas de fortes températures, la couche de cure sera renforcée (au
moins doublée) et le support sera maintenu humide.

Caractéristiques de Les caractéristiques du Tableau 37 sont celles utilisées dans le calcul de


dimensionnement dimensionnement des fiches de structures.

Tableau 37 - Caractéristiques de dimensionnement bétons

Roulement BC5 Fondation BC2


Caractéristiques Notations
C 32 ou S2.7 C 20 ou S1.7

Module (MPa) E 35000 20000

Coefficient de Poisson  0.25 0.25

Contrainte (MPa) 6 2.15 1.37


Pente de la droite de fatigue b - 1/16 - 1/14

Dispersion essai de fatigue SN 1 1

Dispersion épaisseur, m Sh 0.01 0.03

Coefficient de calage Kc 1,5 1,5


1/1,7 (non goujonné)
Coefficient des discontinuités Kd 1
1/1.47 (goujonné)

Contrôles Le plan de contrôle des Tableau 38 et Tableau 39 est proposé. Le contrôle


du béton sera réalisé conformément à la norme NF P 98-170, en particulier
pour le contrôle de la dimension et l’étanchéité des joints, les conditions de
bétonnage (vent, T°C, hygrométrie).
Support Idem fiche latérite

Tableau 38 - Plan de contrôle fabrication bétons

Essai Norme Contrôle externe


Consistance NF EN 12350-2 ou 2.5 à 5 cm (BC2)
NF P 18-452 4 à 6 % de teneur en air occlus
Teneur en air occlus NF EN 12350-7
1/100 m3, mini 4/jour (centrale de type A)
1/500 m3, mini 2/jours (centrales type B ou C)
Résistance NF EN 12390-1, 3 ou 6 1 essai (3 éprouvettes) /100m3, mini 3 / jours (centrale type A)
mécanique à 28 jours 1 essai / 300 m3, mini 2 / jours (centrales type B) ou mini
1/jour (type C)

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 89 sur 202
Fiches matériaux

Tableau 39 - Plan de contrôle mise en œuvre

Essai Norme Contrôle externe Spécifications


Résistance mécanique, épaisseur,
NF EN 13877-2 3 à 5 / jour Selon le projet et la formule
masse volumique sur carottes
Position fers de liaison NF EN 13877-2 Permanent ± 2cm en tout point
± 2cm par rapport à la surface
Position goujons NF EN 13877-2 Permanent et à l’axe, 5cm par rapport au
joint
1/25m avec 3 95% des points à -2 + 0.5cm
Epaisseur NF EN 13863-1
points/profil cm (fondation)
0.5 cm maxi en travers et en
Surfaçage NF EN 13067-7 En tout point
long
1/25m avec 3
Nivellement topographie ± 1cm pour 95% des points
points/profil
1cm / m en base
1.5cm /m fond
Profil en travers (pente + affaissement 1/25m avec 3
topographie Affaissement maxi 1cm bande
bord de dalle) points/profil
isolée, 0.5cm si bande
adjacente
 3 cm par rapport aux bords
théoriques de la couche,
Largeur topographie 1/50m
0 à + 5 cm pour la largeur
totale de la couche.
PMT moyen  0,6 mm
1/20 ml en axe PMT mini  0.4 mm
Rugosité (si roulement) NF EN 13036-1
et BDR droite (dépend du type de traitement
de surface)
LPC n°46 1 / voie de
Uni longitudinal Guide uni CEREMA [157]
NF P98-218-3 circulation

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 90 sur 202
Fiches matériaux

7.7. Grave bitume y compris avec incorporation d’agrégats


d’enrobés (GB2, GB3)

Utilisation, Domaine En couche de base et/ou fondation (tableaux de structure 1 à 4).


d’emploi Epaisseur minimale en tout point (100% des contrôles) :
 GB 0/14 – 6 cm,
 GB 0/20 – 8 cm.
Epaisseur moyenne d’utilisation par couche:
 GB 0/14 – 8 à 14 cm,
 GB 0/20 – 10 à 16 cm.
Dans le cas où la GB est mise en œuvre en plusieurs couches, les règles
définies au §8.3 sont applicables.
Les graves bitumes définies dans cette fiche sont de classes 2 et 3 au sens
Caractéristiques de la norme NF EN 13108-1.
générales, formulation
Les caractéristiques du mélange seront conformes à la norme NF EN
13108-1. Les résultats de l’étude sont valables pour une durée de 5 ans
maximum (sans modification des constituants).
A ce jour, les études se limitent souvent aux essais Duriez et Marshall.
Toutefois, ces essais ne sont pas suffisants pour qualifier les performances
mécaniques des GB vis-à-vis du dimensionnement de chaussée selon la
méthodologie appliquée dans ce document.
Les caractéristiques d’orniérage sont nécessaires pour vérifier le
comportement des GB sous fortes températures et sous charges élevées
lentes et/ou canalisées ; les essais de module et fatigue le sont vis-à-vis du
dimensionnement.

Niveau de formulation Pour la GB, utilisée en couche d’assise, une étude de niveau 4 est
recommandée (Tableau 40).

Tableau 40 - Contenu des épreuves de formulation

Niveau d’épreuve Niveau 0 Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4

Granulométrie,
X X X
TL min ou K, classe de liant
PCG X X X X

Duriez X X X X

Orniérage X X X

Module X X

Fatigue X

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 91 sur 202
Fiches matériaux
Tableau 41 - Spécifications GB

Caractéristiques Norme GB 2 0/14 GB 2 0/20 GB 3 0/14 GB 3 0/20

Vmax11 Vmax11 Vmax10 Vmax10


Pourcentage de vides Vmin-Vmax %
NF EN 12687-31 (100 (120 (100 (120
(méthode compacteur giratoire)
girations) girations) girations) girations)
Sensibilité à l’eau
Rapport i/C % (méthode B NF EN 12697-12 ≥ 70%
compression)
Résistance à la déformation P ≤ 10% 60°C et 10 000 P ≤ 10% 60°C et 10 000
% vides éprouvette Vi-Vs (grand NF EN 12697-22 cycles cycles
modèle dans l’air) Vi = 8% - Vs = 11% Vi = 7% - Vs = 10%
E ≥ 9000 MPa à 15°C et 10Hz (indicatif)
Module de rigidité minimal (MPa) NF EN 12697-26
E ≥ 2588 MPa à 34°C et 20 Hz
% vides éprouvettes Vi-Vs annexe A ou E
Vi = 7% - Vs = 10%
6 ≥ 80.10-6 à 10°C 25 6 ≥ 90.10-6 à 10°C 25
Fatigue NF EN 12697-24
Hz Hz
% des vides éprouvettes Vi-Vs annexe A
Vi = 7% - Vs =10% Vi = 7% - Vs =10%
Teneur en liant (% int) NF EN 12697-1 TL min 3,8 TL min 4,2

Module de richesse - K > 2.5 K > 2.8

Module de richesse Le module de richesse K est une grandeur proportionnelle à l’épaisseur


conventionnelle du film de liant hydrocarboné qui enrobe le granulat. Le
respect d’une valeur minimale de K favorise donc la durabilité de
l’enrobage. Il est indépendant de la masse volumique du mélange
granulaire et est relié à la teneur en liant externe par l’équation suivante :
TLext = K  1/5
où  est la surface spécifique exprimée en m²/Kg, déterminée par la
relation :
100  = 0.25 G + 2.3 S + 12 s + 150 f
avec :
 G proportion d’éléments supérieurs à 6.3mm
 S proportion d’éléments compris entre 6.3 et 0.250 mm
 s proportion d’éléments compris entre 0.250 et 0.063 mm
 f proportion d’éléments inférieurs à 0.063mm
  = 2.65 / MVRg masse volumique des granulats
 TLint = 100 TLext / (100+ TLext)

Ce calcul n’est toutefois pas applicable lorsque le mélange contient des


fines spéciales ou des additifs tels que les fibres.
Granulométrie Dans le cas d’une étude de formulation de niveau 2 maximum, le
formulateur pourra s’aider du fuseau granulométrique du Tableau 42 en
respectant un passant > 90% au D et 100% à 1.4D. Ce fuseau n’est pas un
fuseau de spécification pour le contrôle chantier ; il permet seulement de
démarrer les études de formulation, en vue d’atteindre les objectifs de
performances mécaniques visées.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 92 sur 202
Fiches matériaux
Tableau 42 - Composition granulométrique visée GB

Spécification LCPC
Tamis mm
GB 0/20 et 0/14
6.3 45 à 70
4 40 à 60
2 25 à 38
0.063 5.4 à 7.7

Essai Duriez Pourtant moins discriminant que l’essai ITSR, lors de la réalisation des
études de formulation à base des granulats basaltiques de Diack, il a été
constaté une difficulté à obtenir des résultats satisfaisant à l’essai Duriez, si
aucune adaptation de la composition n’est prise, malgré une bonne qualité
d’enrobage, l’absence d’eau résiduelle et de poussières sur les granulats.
L’augmentation de la teneur en liant ne s’avère pas nécessairement
efficace et dans une trop grande proportion risque de dégrader la résistance
à l’orniérage.
L’ajout de dope d’adhésivité (0.3% du bitume) peut également être
insuffisant.
L’ajout de chaux éteinte type CL90S selon la norme NF EN 459-1 ou le
remplacement d’une partie du sable de basalte par du sable calcaire
sont des alternatives efficaces, en particulier lorsque la propreté des
gravillons est médiocre.
Cette mauvaise adhésivité passive provient de la nature minéralogique du
granulat. En effet, le basalte, comme le granit, sont des agrégats
hydrophiles et sont sujets au désenrobage ; ils sont considérés comme
acides et ont généralement une haute teneur en silice.

Caractéristiques des
constituants
Granulats Les spécifications figurent au Tableau 43.
Actuellement, les granulats sont systématiquement des basaltes
d’appellations 0/3 3/8 8/16 voire 16/25 dont la recomposition conduit à des
mélanges 0/14 voire 0/20 ; leurs caractéristiques sont de type B III a ang1,
mais des granulats de dureté et d’angularité moindre pourraient être
employés si de nouveaux gisements venaient à être exploités, dans la limite
des spécifications ci-dessous.
Une attention particulière est portée à leur teneur en eau en période
d’hivernage d’une part, et à l’orientation des stocks à la centrale par rapport
au vent dominant pour éviter dépôts de poussières /sables.
Il est nécessaire d’être vigilent sur le respect de la teneur en fines des
gravillons, qui a une incidence sur l’adhésion du bitume et sur la régularité
de la teneur en fines des sables (viser 13 à 15% sur le 0/3), puisqu’il n’y a
pas de possibilité d’ajout de filler d’apport au Sénégal actuellement (sauf à
employer de la chaux ou du ciment).

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 93 sur 202
Fiches matériaux
Tableau 43 - Spécification granulats GB

Caractéristiques NF P 18-545 Trafic < T0 Trafic ≥ T0

Résistance à la fragmentation des gravillons


D C
Résistance à l'usure des gravillons

Granularité des gravillons


III III

Aplatissement

Granularité du sable
a a
Propreté des sables

Caractéristiques Trafic < T2 base


Trafic < T2 fondation Trafic ≥ T2 base
NF P 18-545 Trafic ≥ T2 fondation
Pourcentage de grains semi concassés
dans les gravillons alluvionnaires Ang4 Ang 3 Ang2
Angularité du sable alluvionnaire

Fines Elles sont conformes à la norme NF P 18 545. Il peut également s’agir de


ciment ou de chaux (voir fiche Sand Asphalt).
Liant et additifs Le liant utilisé est généralement un bitume pur (le plus souvent de classe
35/50 ou 50/70) répondant aux spécifications de la norme NF EN 12591.
Des bitumes modifiés en usine ou par ajout d’additif en centrale (suivant la
norme NF EN 14023) pour permettre l’obtention des performances
mécaniques pourraient également être employés.
Le polymère le plus couramment utilisé dans les bitumes modifié est le SBS
(styrène Butadiène Styrène). Il améliore la ductilité et la cohésion du bitume,
diminue les valeurs de pénétrabilité et augmente la température de
ramollissement; de ce fait l’enrobé présente de meilleures performances
(orniérage, module et fatigue). Il permet un meilleur comportement de
l’enrobé sous charge élevée.
Le recours à un additif (polymère, dope d’adhésivité) peut être envisagé
sous réserve que la centrale soit équipée pour son introduction et son
dosage dans l’enrobé.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 94 sur 202
Fiches matériaux

Agrégats Recyclés L’emploi d’agrégats recyclés, provenant de fraisage d’enrobés, de


démolition d’enrobés ou de surplus des centrales d’enrobage, conformes à
la norme NF EN 13108-8, peut être envisagé sans étude de formulation
supplémentaire, en dosage inférieur ou égal à 10 %, sous réserve d’un
stock homogène caractérisé par une Fiche Technique Agrégat d’Enrobés
(FTAE) et d’un recalage éventuel de la courbe granulométrique.
La FTAE comprend les résultats d’analyses : teneur en liant, pénétrabilité et
TBA du liant recyclé, granulométrie après désenrobage, caractéristiques
intrinsèques des gravillons (nombre d’essai, valeurs maxi et mini, étendue,
moyenne).
L’agrégat d’enrobé ne doit pas contenir de HAP (liés à la présence de
goudron), ni d’amiante ; ces constituants sont reconnus comme pouvant
générer des problèmes de santé pour les travailleurs lors de la manipulation
ou à leur contact, ou par respiration des émissions générées par les
matériaux chauffés.
Au-delà d’un dosage supérieur à 10% dans la limite de 40%, une vérification
des caractéristiques mécaniques du mélange doit être faite. Si le bitume
recyclé est trop oxydé, le taux de réincorporation sera limité.
L’emploi possible d’agrégats d’enrobés dans la formulation d’enrobé neufs
suivant leur composition et caractérisation et rappelé en « annexe I
Codification Granulats ».
L’introduction d’agrégats d’enrobés au Sénégal pourrait donc être
envisagée, sous réserve d’apporter les adaptations matériel nécessaires au
niveau des centrales, en fonction du taux visé.
D’une manière générale, l’intérêt économique du recyclage est certain dans
la mesure où il procure une économie de ressources naturelles (granulats et
bitume).
Fabrication
Centrale Centrale de classe 2 au sens de la norme NF P 98-728, continue ou
discontinue, fixe ou mobile.
Température d’enrobage Température usuelle de fabrication entre 150 à 170°C (35/50), 140 à 160 °C
(50/70). La température ne devra jamais dépasser 190°C (35/50) et 180 °C
(50/70).
Photo 12 - Centrale d’enrobage mobile

© EGIS – Camille BOURDON

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 95 sur 202
Fiches matériaux

Mise en œuvre
Température de répandage La température minimale de répandage varie selon le grade du bitume :
et conditions  Bitume 35/50 : 130 °C,
météorologiques
 Bitume 50/70 : 125 °C.
La température de fin de compactage est supérieure à la température bille-
anneau du bitume pur employé + 50°C [156].
Le répandage est autorisé sur une surface humide. Il est interdit sur une
surface comportant des flaques d'eau. Le répandage des matériaux est
interrompu pendant les orages, les fortes pluies et les pluies modérées mais
continues.
Compactage L’atelier de compactage précisé par le PAQ de l’entreprise doit conduire à
un pourcentage de vides en valeur moyenne :
 GB 2 0/14 ou GB 2 0/20 : inférieur ou égal à 11 %,
 GB 3 0/14 ou GB 3 0/20 : inférieur ou égal à 9 %.
Bien que cela ne soit pas retenu par les spécifications françaises, il est
conseillé de respecter une teneur en vide minimale de 3%.

Photo 13 - Mise en œuvre des enrobés

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 96 sur 202
Fiches matériaux

Caractéristiques de Les caractéristiques du Tableau 44 sont celles utilisées dans le calcul de


dimensionnement dimensionnement des fiches de structures. Les caractéristiques de module
et fatigue doivent faire l’objet d’une vérification en laboratoire pour chaque
nouvelle formulation.

Tableau 44 - Caractéristiques de dimensionnement GB

Caractéristique Notations GB 2 GB 3

Module complexe (34°C, 20Hz), MPa E 2 588 2 588

Module complexe (10°C, 10Hz), MPa E 11 880 11 880

Coefficient de Poisson  0.45 0.45

Résistance en fatigue (10°C, 25 Hz) (def) 6 80 90

Pente de la droite de fatigue b -1/5 -1/5

Dispersion essai de fatigue SN 0.3 0.3


Tolérance sur les épaisseurs des matériaux de la
Sh 2,5 2,5
couche d’assise
Coefficient de calage Kc 1,3 1,3

Contrôle Actuellement, les pratiques sont de réaliser les essais suivants :


 à la fabrication : extraction selon la méthode de Rouen, Kumagawa ou
centrifugeuse,
 à la mise en œuvre : densité par pesée hydrostatique sur carotte ; le
gamma-densimètre est réservé aux gros chantiers.
La courbe granulométrique de référence à laquelle s’appliquent les
tolérances du tableau 43 est la courbe de l’étude de formulation. Pour éviter
le recours aux solvants lors des extractions, il est aussi possible de
contrôler les teneurs en liant par calcination (cette méthode nécessite un
étalonnage préalable).
Le contrôle du pourcentage de vide in situ se fera par rapport à la MVRe
déterminée lors de l’étude de formulation et contrôle sur le chantier. L’essai
Marshall en contrôle chantier est rarement discriminant, il n’est pas retenu
ici.
Les fréquences proposées pour le contrôle externe sont présentées aux
Tableaux 45 à 48.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 97 sur 202
Fiches matériaux
Tableau 45 - Plan de contrôle granulats pour GB

Essai Norme Contrôle externe


Gravillon, sable, grave
Résistance à la fragmentation des gravillons LA NF EN 1097-2 1/5000t
Résistance à l’usure des gravillons MDE NF EN 1097-1 1/5000t
Friabilité des sables (selon le cas) FS P18-576 1/5000t
Aplatissement des gravillons FI NF EN 933-3 1/5000t
Valeur de bleu MB ou équivalent de sable SE NF EN 933-9 ou 8 1/1000t
NF EN 933-1 et NF EN
Granularité et teneur en eau 1/1000t
1097-5
Ecoulement des sables Ecs et gravillons Ecg
NF EN 933-6 1/5000t
(si granulats alluvionnaires)
Impuretés prohibées NF P 18 545 1/chantier
Matières organiques NF EN 1744-1 1/chantier
Masse volumique réelle NF EN 1097-6 1/chantier
Filler d’apport éventuel
Granularité et Surface spécifique Blaine EN 933-10
Valeur de bleu EN 933-9
Indice des vides Rigden EN 1097-4 1/chantier
Delta TBA EN 13179-1
MVRf EN 1097-7
Agrégats d’enrobés
Matériaux étrangers NF EN 12697-42 1/lot
Teneur en liant NF EN 12 697-1
1/500t et mini 5
Teneur en eau NF EN 1097-5
essais
Analyse granulométrique NF EN 12697-2
Pénétrabilité à 25 °C, 100 g, 5 s NF EN 1426 1/1000t et mini 5
Point de ramollissement TBA NF EN 1427 essais
Caractéristiques intrinsèques et angularité, NF EN 1097-1, 2, 8
1/lot
aplatissement NF EN 933-3, 6

Tableau 46 - Plan de contrôle bitume pour GB

Essais Norme Contrôle externe

Température -
1 / porteur
Essai de viscosité EN 12596 ou EN 12595
Pénétrabilité à 25 °C, 100 g, 5 s NF EN 1426 1 par jour
(mini 1 / 5 porteurs)
Point de ramollissement TBA NF EN 1427
et en cas de Non-conformité viscosité

Les autres caractéristiques (TBA et Péné après RTFOT, point éclair, solubilité, paraffine, cohésion,
retour élastique, etc.) sont contrôlés en plus des essais faits par le fournisseur pour les chantiers
importants uniquement.

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 98 sur 202
Fiches matériaux
Tableau 47 - Plan de contrôle fabrication GB

Essai Norme Contrôle externe Spécifications


Article 6.4 de la norme NF P 98-150-1 pour
Température de NF P 98-150-1 bitume pur
1/camion
fabrication article 6.4
FTP pour bitume modifié
% de passant en valeur absolue sur la
moyenne journalière :
NF EN 12697-2 3/jour (selon D et D/2 :  4% (14, 10 et 6.3 mm)
Granularité
tonnage) 2mm :  3%
0.5mm :  2
0.063mm :  1%
3/jour (selon  0,3 % moy. journalière
Teneur en liant NF EN 12697-1
tonnage)  0,5 % valeur individuelle

Tableau 48 - Plan de contrôle mise en œuvre GB

Essai Norme Contrôle externe Spécifications


Bitume 35/50 > 130°C
Température de répandage NF P 98-150-1 Permanent
Bitume 50/70 > 125°C
Moyenne < Vs
NF P 98-241-1 100% des points
Pourcentage de vide (sans <Vs+2%
(ou NF EN 12697-7 ou 20/jour et 1/250m²
planche de convenance)
NF EN 12697-6) Avec Vs ci-avant
On évitera les %<3%
Nivellement
1/25m avec 3 points /profil ± 3 cm (fondation)
(Ou Mesure directe NF
Epaisseur (ou 1 carotte diam 80mm ± 2 cm (base)
EN 12697-36)
/200m en quinconce) pour 95% des points

Fondation :
2 cm en long
Surfaçage (profils de 3 cm en travers
NF EN 13067-7 Permanent
référence) Base :
1 cm en long
1.5 cm en travers
± 1cm pour 95% des
Nivellement topographie 1/25m avec 3 points/profil
points
± 1 cm/m pour 95% des
Profil en travers (pente) topographie 1/25m avec 3 points/profil
points
 3 cm par rapport aux
bords théoriques de la
couche
Largeur topographie 1/50m
0 à + 5 cm pour la
largeur totale de la
couche.
1 Carotte 150mm / 200 m en
100% des carottes
Collage NF EN 12697-36 quinconce en axe de voies
collées
et 5 mini / jour
LPC n°46
Uni longitudinal 1 / voie de circulation Guide uni CEREMA [157]
NF P 98-218-3

Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal


CC1/0351/AGR
Version provisoire V2 Page 99 sur 202
Fiches matériaux

7.8. Enrobé à module élevé y compris avec incorporation


d’agrégats d’enrobés (EME2)
En couche de base et/ou fondation (tableau de structure n°5)
Utilisation, Domaine Epaisseur minimale en tout point (100% des contrôles) :
d’emploi
 EME 0/10 – 5 cm,
 EME 0/14 – 6 cm,
 EME 0/20 – 8 cm.
Epaisseur moyenne d’utilisation par couche:
 EME 0/10 – 6 à 8 cm,
 EME 0/14 – 7 à 13 cm,
 EME 0/20 – 9 à 15 cm.
Dans le cas où l’EME est mis en œuvre en plusieurs couches, les règles
définies au § 8.3 sont applicables.
Le retour d’expérience reste à ce jour insuffisant pour évaluer le
comportement des chaussées en EME au Sénégal, en particulier lié à
l’emploi de bitume dur.

Caractéristiques Les EME définis dans cette fiche sont de classe 2 au sens de la norme NF
générales, formulation EN 13108-1.
Les caractéristiques du mélange sont conformes à la norme NF EN 13108-1
(Tableau 49). Les résultats de l’étude sont valables pour une durée de 5 ans
maximum (sans modification des constituants).
Niveau de formulation Pour l’EME, utilisé en couche d’assise (cf. tableau de structure n°5), une
étude de niveau 3 est obligatoire. Le niveau 4 est recommandé.
Lorsque l’essai de fatigue n’est pas demandé sur l’EME, il est recommandé
de prescrire également la valeur minimale du module de richesse (Tableau
49), bien que celle-ci ait disparu de la NF EN 13108-1.
Essai Duriez Idem fiche GB
Module de richesse Idem fiche GB

Tableau 49 - Spécifications EME

Caractéristiques Norme EME 2 0/10 EME 2 0/14 EME 2 0/20

Vmax6 Vmax6
Pourcentage de vides Vmin-Vmax % (méthode Vmax6
NF EN 12687-31 (100 (120
compacteur giratoire) (80 girations)
girations) girations)
Sensibilité à l’eau
NF EN 12697-12 i/C ≥ 70%
Rapport i/C % (méthode B compression)
Résistance à la déformation
P ≤ 7.5% 60°C et 30 000 cycles
% vides éprouvette Vi-Vs (grand modèle dans NF EN 12697-22
Vi = 3% - Vs = 6%
l’air)
E ≥ 14000 MPa à 15°C et 10Hz (indicatif)
Module de rigidité minimal (MPa) NF EN 12697-26
E ≥ 6151 MPa à 34+C 20 Hz
% vides éprouvettes Vi-Vs annexe A ou E
Vi = 3% - Vs = 6%
Fatigue NF EN 12697-24 6 ≥ 130.10-6 à 10°C 25 Hz
% des vides éprouvettes Vi-Vs annexe A Vi = 3% - Vs =6%
Module de richesse - K > 3.4

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 100 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

Caractéristiques des
constituants
Granulats Idem fiche GB
Fines Idem fiche GB
Liant et additifs Le liant utilisé est généralement un bitume pur (le plus souvent de classe
10/20) répondant aux spécifications de la norme NF EN 12591.
Voir fiche GB
Agrégats Recyclés Idem fiche GB
Fabrication
Centrale Idem fiche GB
Température d’enrobage Température usuelle de fabrication entre 160 et 180 °C, pour un grade
10/20. La température ne devra jamais dépasser 190°C.

Mise en œuvre
Température de répandage La température minimale de répandage est de 145°C pour un bitume 10/20.
Compactage L’atelier de compactage précisé par le PAQ de l’entreprise doit conduire à
un pourcentage de vides en valeur moyenne sur l’EME2 0/10 0/14 ou
0/20 inférieur ou égal à 6 %.

Caractéristiques de Les caractéristiques du Tableau 50 sont celles utilisées dans le calcul de


dimensionnement dimensionnement des fiches de structures. Les caractéristiques de module
et fatigues doivent faire l’objet d’une vérification en laboratoire pour chaque
nouvelle formulation.

Tableau 50 - Caractéristiques de dimensionnement EME

Caractéristique Notations EME2

Module complexe (34 °C, 20Hz), MPa E 6 151

Module complexe (10°C, 10Hz), MPa E 16 940

Coefficient de Poisson  0.45

Résistance en fatigue (def) 6 130

Pente de la droite de fatigue b -1/5

Dispersion essai de fatigue SN 0.25


Tolérance sur les épaisseurs des matériaux de la
Sh 2.5
couche d’assise
Coefficient de calage Kc 1

Contrôle Idem fiche GB

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 101 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

7.9. Béton bitumineux semi grenu y compris avec


incorporation d’agrégats d’enrobés (BBSG)
En couche de roulement et/ou en couche de liaison (tableaux de structures
Utilisation, Domaine 1 à 12 et 14 à 16).
d’emploi
Epaisseur minimale en tout point (100% des contrôles) et moyenne :
 BBSG 0/10 : 4cm mini et 5 à 7 cm en moyenne,
 BBSG 0/14 : 5cm mini et 6 à 9 cm en moyenne.
Caractéristiques Les bétons bitumineux semi grenu définis dans cette fiche sont de classe 1,
générales, formulation 2 ou 3 au sens de la norme NF EN 13108-1. Les BBSG de classe 1 ne sont
pas recommandés sous fort trafic (classe 5 et plus).
Les caractéristiques du mélange seront conformes à la norme NF EN
13108-1 (Tableau 51).
Niveau de formulation Pour le BBSG, utilisé en couche de surface, une étude de niveau 2 est
recommandée. Il est prudent de réaliser une étude de niveau 3 pour les
BBSG de classe 3, utilisés dans le tableau de structure n°5 du fait de
l’apport structurel du BBSG cl3.
Essai Duriez Idem fiche GB
Module de richesse Idem fiche GB
Granulométrie Dans le cas d’une étude de formulation de niveau 2 maximum, le
formulateur pourra s’aider du fuseau granulométrique du Tableau 52 en
respectant un passant > 90% au D et 100% à 1.4D.

Tableau 51 - Spécifications BBSG

Caractéristiques Norme BBSG 0/10 BBSG 0/14

Pourcentage de vides Vmin-Vmax % Vmin 5 Vmax10 Vmin 4 Vmax9


NF EN 12687-31
(méthode compacteur giratoire) (60 girations) (80 girations)
Sensibilité à l’eau
NF EN 12697-12 ≥ 70%
Rapport i/C % (méthode B compression)
≤ 10% (classe 1)
Résistance à la déformation ≤ 7.5% (classe 2)
% vides éprouvette Vi-Vs NF EN 12697-22 ≤ 5% (classe 3)
(grand modèle dans l’air) à 60°C et 30 000 cycles
Vi = 5% - Vs = 8%
E ≥ 5500 MPa (classe 1)
E ≥ 7000 MPa (classe 2 et 3)
à 15°C et 10Hz,
Module de rigidité minimal (MPa) NF EN 12697-26
E ≥ 1512 MPa (classe 1)
% vides éprouvettes Vi-Vs annexe A ou E
E ≥ 1896 MPa (classe 2 et 3)
A 34°C et 20 Hz,
Vi = 5% - Vs = 8%
Fatigue NF EN 12697-24 6 ≥ 100.10-6 à 10°C 25 Hz
% des vides éprouvettes Vi-Vs annexe A Vi = 5% - Vs =8%
Teneur en liant (% int) NF EN 12697-1 TL min 5.2 TL min 5.0

Module de richesse - K > 3.4 K > 3.2

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 102 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

Tableau 52 - Composition granulométrique visée BBSG

Courbe visée de Courbe visée de


Tamis mm départ étude LCPC départ étude LCPC
BBSG 0/10 BBSG 0/14
10 97 78
6.3 45 - 68 47 - 58
4 52 47
2 27 - 39 25 - 35
0.063 6.3 - 7.2 6.3 - 7.2

Caractéristiques des
constituants
Granulats Idem Fiche GB
Les spécifications sont celles du Tableau 53.

Tableau 53 - Spécifications granulats BBSG

Caractéristiques
Trafic < T2 Trafic ≥ T2
NF P 18-545

Résistance à la fragmentation des gravillons

Résistance à l'usure des gravillons C B*

Résistance au polissage des gravillons

Granularité des gravillons


Limites générales et tolérances de granularité
des gravillons III III
Teneur en fines des gravillons
Aplatissement
Granularité du sable
Tolérances autour de la granularité type a a
Propreté des sables
Caractéristiques Trafic T2 T1 Trafic T0 liaison
Trafic ≤ T3 liaison
NF P 18-545 liaison Tout trafic roulement
Pourcentage de grains semi concassés
dans les gravillons Ang3 Ang 2 Ang1
Angularité du sable
*C en couche de liaison

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 103 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

Fines Idem fiche GB.


Liant Le liant utilisé est généralement un bitume pur (le plus souvent de classe
35/50 ou 50/70) répondant aux spécifications de la norme NF EN 12591 ou
un bitume modifié (suivant la norme NF EN 14023) pour permettre
l’obtention des performances mécaniques. Voir fiche GB
Le vieillissement du liant rend l’enrobé plus rigide et donc le recours à des
grades de bitumes plus mous est fréquent, sans toutefois résoudre les
risques d’orniérage qui en découlent.

Agrégats Recyclés Idem fiche GB


Fabrication
Centrale Idem fiche GB
Température d’enrobage Idem fiche GB
Mise en œuvre Idem fiche GB

Caractéristiques de Les caractéristiques du Tableau 54 sont celles utilisées dans le calcul de


dimensionnement dimensionnement des fiches de structures.

Tableau 54 - Caractéristiques de dimensionnement BBSG

Caractéristiques Notations BBSG1 BBSG 2 et 3

Module complexe (34°C, 20Hz), MPa E 1512 1896

Coefficient de Poisson  0.45 0.45

Contrôle Le plan de contrôle proposé est identique à celui de la GB pour les


constituants et la fabrication.
A la mise en œuvre, on retiendra le plan de contrôle du
Tableau 55. En toute rigueur, il conviendrait de contrôler également le PSV
du gravillon si l’enrobé est employé en couche de roulement.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 104 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux
Tableau 55 - Plan de contrôle mise en œuvre BBSG

Essai Norme Contrôle externe Spécifications


Bitume 35/50 > 130 °C,
Température de répandage NF P 98-150-1 permanent
Bitume 50/70 > 125 °C.
NF P 98-241-1 4 < Moyenne < 8%
Pourcentage de vide (sans
(ou NF EN 12697-7 ou 20/jour et 1/250m² 2% < 100% des points
planche de convenance)
NF EN 12697-6) <10%
Nivellement
1/25m avec 3 points /profil ± 1 cm (roulement)
(Ou Mesure directe NF
Epaisseur (ou 1 carotte diam 80mm ± 1.5 cm (liaison)
EN 12697-36)
/200m en quinconce) pour 95% des points

Roulement :
0.3 cm en long
Surfaçage (profils de 0.5 cm en travers
NF EN 13067-7 permanent
référence) Liaison :
0.5 cm en long
0.8 cm en travers
± 1cm pour 95% des
Nivellement topographie 1/25m avec 3 points/profil
points
± 0.5 cm/m pour 100%
Profil en travers (pente) topographie 1/25m avec 3 points/profil
des points (roulement)
 3 cm par rapport aux
bords théoriques de la
Largeur topographie 1/50m couche,
0 à + 5 cm pour la largeur
totale de la couche.
1 Carotte 150mm / 200 m en
100% des carottes
Collage NF EN 12697-36 quinconce en axe de voies
collées
et 5 mini / jour
LPC n°46
Uni longitudinal 1 / voie de circulation Guide uni CEREMA [157]
NF P 98-218-3
Rugosité (PMT sur NF EN 13036-1 1/20 ml en axe et BDR BBSG 0/10 : 0.4 mm
roulement) droite BBSG 0/14 : 0.5 mm pour
90% des points contrôlés

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 105 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

7.10. Sable enrobé – Sand asphalt

Utilisation, Domaine Emploi en couche de roulement (hors structure avec couche de base en
d’emploi GNT, car les sables enrobés ne sont pas parfaitement imperméables) pour
les trafics < 1000 véhicules/jour (adhérence assez faible du fait de la taille
limitée des plus gros grains et résistance à l’orniérage faible).
Epaisseur de mise en œuvre : 3 à 4 cm

Caractéristiques Les sables enrobés définis dans cette fiche ne sont pas employés en
générales, formulation couche de roulement en France et ne font donc pas l’objet de spécifications
propres dans la norme française NF EN 13108-1. Les spécifications du
Tableau 56 sont celles issues de la bibliographie [149].
Il s’agit d’enrobés 0/2 à 0/4 constitués de sable roulé et de 10 à 30% sable
concassé pour améliorer leurs performances. Les sables fins
homométriques tels que les sables de dunes sont employés à de faibles
taux.
Performances Trois essais sont généralement utilisés pour apprécier les propriétés des
sables enrobés :
- L’essai Hubbard Field
- L’essai Marshall
- L’essai Duriez
Ils peuvent poser des problèmes de glissance auxquels on remédie par un
cloutage et leur étanchéité qui n’est pas très bonne (10 à 15% de vide) les
font déconseiller lorsque la couche de base est en concassé et lorsque la
chaussée risque d’être immergée.
Granulométrie Passants cumulés d’un mélange 0/4 :
 100% à 1.4D
 90% à 100% à D
 50 à 85% à 2mm
 5 à 17% à 0.063mm

Tableau 56 - Spécifications du sable enrobé

Caractéristiques Norme Sable enrobé

S = 500 à 1500 daN à 60 °C


S = 1500 à 2500 à 18°C
Hubbard Field NF EN 12697-30
HF 60 / HF 18 = 0.1 à 0.4
C = 88 à 95%
R > 3.5 MPa
Sensibilité à l’eau à 18°C
NF EN 12697-12 r/R > 0.75
Rapport i/C % (méthode B compression)
C = 85 à 92%
S > 300 daN
Marshall à 60 °C NF EN 12697-34
C = 87 à 94%
Teneur en liant (% ext) NF EN 12697-1 6.5 à 7%

Module de richesse K - 3.75 à 4.25

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 106 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

Caractéristiques des
constituants
Sable naturel Sa granulométrie est conforme au fuseau du Tableau 57. On utilise
généralement des sables naturels moyens ou grossiers. Les sables à
granulométrie trop creuse ne permettraient pas d’atteindre une compacité
suffisante. Les sables trop fins génèreraient des problèmes d’aspect de
surface, de dosage en bitume et de compacité.
Les sables sont propres : MB2 et MBf10.

Tableau 57 - Composition granulométrique du sable naturel

Tamis mm Min-max %
6.3 100
4 90-100
2 74-96
1 50-88
0.5 28-74
0.315 18-58
0.250 15-50
0.125 8-29
0.063 5-15

Sable de concassage Il est conforme aux limites du Tableau 58 et doit être riche en fines (15 à
35%) pour contribuer à améliorer la teneur en fines du mélange.

Tableau 58 - Spécifications sable concassé

Codes
Caractéristiques
NF P 18-545
Pourcentage de grains semi concassés
dans les gravillons Ang 1
Angularité du sable
Granularité du sable
Tolérances autour de la granularité type a
Propreté des sables

Fines d’apport Conformes à la norme NF EN 13043 et NF P 18 545.


Il peut également s’agir de chaux ou de ciment. La chaux peut d’ailleurs
s’avérer utile en cas de problème d’adhésivité avec le bitume.
Liant Le liant utilisé est généralement un bitume pur (le plus souvent de classe
50/70 ou 70/100) répondant aux spécifications de la norme NF EN 12591 ou
un bitume modifié (suivant la norme NF EN 14023) ou additivé pour
permettre l’obtention des performances mécaniques.
Compte tenu du manque d’angularité du matériau, on évite les bitumes trop
mous (pénétrabilité >100) pour limiter les risques d’orniérage.
A l’inverse, on évite les bitumes trop durs qui peuvent conduire par
vieillissement, à une rigidité élevée et donc à un risque de fissuration.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 107 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

Fabrication Une attention particulière est portée à la teneur en eau en période


d’hivernage d’une part, et à l’orientation des stocks à la centrale par rapport
au vent dominant pour éviter les dépôts de poussières /sables.
Un bâchage des stocks est utile si la pluviométrie conduit à une trop grande
humidité du sable.
Centrale Idem fiche GB
Prévoir trois pré-doseurs de type pondéraux et une grille à la sortie du
sécheur pour éliminer les grains > 10mm (sur le sable naturel).
Température d’enrobage Température usuelle de fabrication entre 140 à 160 °C (50/70 et 70/100).
Teneur en eau Teneur en eau à la sortie du sécheur < 0.5% (pour éviter les mottes).
Mise en œuvre Idem fiche GB

Contrôle Le plan de contrôle proposé est identique à celui du BBSG de roulement


avec les spécifications de compacité suivantes :
 % de vide < 10% par rapport à la référence de l’essai Hubbard Field ou
Marshall,
 % de vide <5% par rapport à la référence Duriez.
Les spécifications de macro-rugosité sont à déterminer par le prescripteur.
Cas de la RN1 Un emploi en couche de roulement de 4 cm sur 15 cm de grave latérite
traitée au ciment a été testé sur une section de la RN1 (Tamba/ Kidira – PK
465 à 583, soit 118 km). Le comportement est à ce jour satisfaisant 10 ans
après la mise en service (absence d’orniérage, quelques nids de poules et
fissures hors bande de roulement). Un entretien de surface avec un enduit
superficiel permettrait d’assurer l’étanchéité et l’adhérence et de prolonger
encore la durée de vie de la chaussée.
La composition théorique est : 75% sable Falémé roulé + 15 % de sol fin
roulé + 10 % 0/3 basalte concassé + 7.4 ppc bitume 40/50 ou 50/70 (MVRe
= 2.336).
Le bitume en place y est en fait très fortement oxydé et a subit un
vieillissement très important conduisant à une forte rigidité et à une fragilité
du liant. La teneur en bitume réelle n’est que de 5 à 6%.
La teneur en fines réelle y est faible (4% seulement), ce qui conduit à un
mélange pauvre en mastic, d’où une plus grande sollicitation du bitume vis-
à-vis de l’oxydation et à un remplissage des vides moins grand (% de vide =
8 à 12%).
La résistance à l’orniérage est excellente (<4% à 30000 cycles à 60°C) en
raison de la dureté très élevée du bitume. Le bitume devait donc être assez
dur dès la construction puisqu’aucune trace d’orniérage n’est apparue à la
mise en service. Il a pu subir une évolution très importante au jeune âge du
fait de l’oxydation accélérée de par la nature du bitume d’origine.
Le module complexe est de 8200 MPa à 15°C, 10 Hz et serait à 4450 MPa
à 34°C, 20 Hz. Mais ces résultats ne peuvent être généralisés du fait de la
rigidité du bitume.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 108 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

7.11. Enduits superficiels (ESU)

Utilisation, Domaine En couche de roulement pour un trafic faible (NE inférieur à 100 000) sur
d’emploi grave latérite ou GNT.
Epaisseur : 0.5 – 1.5 cm

Caractéristiques Enduits Superficiels d’Usure au sens de la norme NF EN 12271 :


générales, formulation  ESU classe B pour un trafic T2 à T3
 ESU classe C pour le trafic T4 et moins.

Tableau 59 – Caractéristiques des ESU

Essai Norme ESU classe B ESU classe C


Ressuage < 1% Ressuage < 2.5%
Evaluation visuelle Pelade < 0.5 % Pelade < 1 %
NF EN 12272-2
des défauts Plumage < 6% Plumage < 10%
Peignage < 30m Peignage < 90m
Macrotexture NF EN 13036-1 ≥ 1 mm ≥ 0.7 mm
NF EN 1097-1 MDE 15 MDE 20
Gravillons
NF EN 1097-8 PSV 50 PSV 50
cohésion du liant
au mouton NF EN 13588 ≥ 1 J/m² ≥ 0.7 J/m²
pendule
≤± 5% (dosage) ≤± 10% (dosage)
Epandage liant NF EN 12272-1 ≤ 10% (répartition ≤ 15% (répartition
transversale) transversale)
≤± 10% (dosage) ≤± 15% (dosage)
Epandage
NF EN 12272-1 ≤ 15% (répartition ≤ 15% (répartition
gravillon
transversale) transversale)
Adhésivité NF EN 12272-3 ou
≥90 (adhésivité globale/active ou passive)
liant/granulat NF EN 13614

Caractéristiques des
constituants
Granulats Les granulats employés sont les gravillons basaltiques, ou tout autre
granulat respectant les spécifications du
Tableau 60Tableau 60. Pour limiter les problèmes d’adhésivité avec le
bitume, le granulat est très propre (< 1% de passant à 0.5 mm) et le recours
à un dope d’adhésivité est recommandé.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 109 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux
Tableau 60 - Spécifications gravillons ESU

Caractéristiques NF P 18-545 Trafic ≤ T4 Trafic T2 – T3

Résistance à la fragmentation des


gravillons

Résistance à l'usure des gravillons C B

Résistance au polissage des gravillons

Granularité des gravillons


Limites générales et tolérances de
granularité des gravillons II II
Teneur en fines des gravillons
Aplatissement
Pourcentage de grains semi concassés
dans les gravillons Ang 2 Ang 1
Angularité du sable

Liant Le liant utilisé est un produit bitumineux :


 une émulsion de bitume (NF EN 13808), généralement cationique à
rupture rapide ou semi rapide 65 ou 69 % de bitume ;
 un bitume fluxé (NF EN 15322), généralement 400/800, 800/1600 ou
1600/3200 (viscosité) ;
 un bitume routier, qui peut être modifié (NF EN 14023) ou non (NF EN
12591) généralement de classe 70/100 ou 160/220 (pénétrabilité).

Mise en œuvre
Conditions Météorologiques Période d’application : période sèche (hors hivernage).
Compactage Mise en place de la mosaïque par compacteur à pneumatiques présentant
une charge par roue supérieure à 2 tonne et une pression de gonflage aussi
élevée que possible (de 0.7 à 0.8 MPa). Le compactage sera au minimum
de trois passes en tout point.
Etat du support Support sec et propre
Niveau maximal d’orniérage du support : 3 cm
Précautions à prendre dans le cas du support hétérogène (adaptation de la
technique ou travaux préparatoires).
Préparation du support : fraisage préalable de la signalisation horizontale en
résine thermostatique.
Dosage en liant Les dosages en liant et en granulats seront par exemple :
 Monocouche 4/6 : 1.05 kg/m2 liant anhydre ou 1.3 kg/m2 ECR 69 + 6 à
7 L/m2 4/6.
 Monocouche 6/10 : 1.35 kg/m2 liant anhydre ou 1.75 kg/m2 ECR 69 + 8
à 9 L/m2 6/10.
Les dosages sont ajustés en fonction de l’environnement (exposition, profil
en long, support, trafic, altitude, type de liant).

Caractéristiques de Les enduits superficiels ne sont pas pris en compte dans les calculs de
dimensionnement structure de chaussée neuve.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 110 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

7.12. Pavés béton pour couche de roulement

Photo 14 - Pavés de béton autobloquants

© Sénélabo – Julien ANDRE

Photo 15 - Chaussée en pavé béton Photo 16 - Pavés de béton


autobloquants

© Sénélabo – Julien ANDRE © Sénélabo – Julien ANDRE

Utilisation, Domaine En couche de roulement pour les chaussées à trafic T3 maxi (tableau de
d’emploi structure n°13)
Epaisseur minimale de mise en œuvre :
 6 cm en cas de zones piétonnes, rues résidentielles, trafic PL exclu,
 8 cm pour trafic TMJA < 85 PL/jour,
 8 à 10 cm pour TMJA < 150 PL/jour,
 10 cm pour les zones spéciales : arrêt de bus.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 111 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

Caractéristiques des
constituants
Pavés Pavés en béton de caractéristiques techniques conformes à la NF EN 1338
(Tableau 61).
Les documents de marché spécifient le type, le format, la forme, la texture
et la couleur des pavés. Les pavés en béton ont au moins 28 jours d'âge au
moment de leur livraison sur le chantier.
Les éléments en béton préfabriqués sont utilisés comme matériau de
revêtement satisfaisant les conditions suivantes :
 à une distance de 50 mm de tout bord, aucune section transversale ne
présente une dimension horizontale inférieure à 50 mm ;
 sa longueur hors-tout (grand côté du plus petit rectangle capable de
contenir le pavé) divisée par son épaisseur est inférieure ou égale à
quatre.
Les pavés en béton peuvent avoir des formats divers, par exemple : format
rectangulaire de 200x100x100 mm ou 200x100x120 mm.
La surface d'un pavé peut être texturée ou avoir subi un traitement
secondaire ou chimique ; ces finitions ou traitements doivent être décrits et
déclarés par le fabricant.

Tableau 61 - Spécifications pavés en béton

Caractéristiques Norme Spécifications

Coefficient d'absorption d'eau Annexe E de la norme NF EN 1338 ≤ 6%

Résistance à la rupture en traction


≥ 3,6 MPa
par fendage (splitting test)
Annexe F de la norme NF EN 1338
≥ 250 N/mm de la longueur de
Charge de rupture
rupture

Résistance à l'usure par abrasion Annexe G de la norme NF EN 1338 ≤ 23 mm


Résistance au glissement (indice
Annexe I de la norme NF EN 1338 > 60
USRV)

Sables Pour le lit de sable : sable de 0/2 à 0/6.3 mm, propre, contenant au
maximum 3% de fines, et 3% de matières organiques.
Pour le joint de séparation entre les pavés : Sable naturel, fin et sec, de
granularité 0/1 ou 0/2, MB < 1.5 et teneur en fines < 10%.
Fabrication L'essai de type initial doit être effectué pour démontrer la conformité à la
norme NF EN 1338, au début de la fabrication d'un nouveau type de produit
ou d'une famille de types de produits, ou lors de la mise en place d'une
nouvelle chaîne de fabrication afin de confirmer que les caractéristiques
atteintes par le produit respectent les prescriptions de la présente norme et
les valeurs déclarées par le fabricant.
Essais de type ultérieurs : Dès qu'un changement intervient dans les
matières premières, les dosages utilisés ou le matériel ou procédé de
fabrication, risquant d'entraîner une modification significative de certaines
ou de l'ensemble des caractéristiques du produit fini, les essais de type
doivent être effectués à nouveau pour la (les) caractéristique(s) donnée(s).

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 112 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

Mise en œuvre La régularité de surface, les profils en long et en travers du support sont
contrôlés. La pente du support (en général supérieure ou égale à 1 cm/m
afin d'assurer l'évacuation des eaux de ruissellement) doit être la même que
celle du revêtement fini. La tolérance autorisée sur le niveau fini du support
est de ± 10 mm par rapport au niveau projet.
Les pavés en béton sont posés sur un lit de pose en sable dont l'épaisseur
finale, une fois les pavés mis en place et le revêtement vibré avec un
plateau vibrant, sera uniforme et comprise entre 2 et 4 cm (3 cm ± 1cm).
Pour l'appareillage de pose de pavés, on veillera à ce que les pavés
n'entraînent pas la réalisation d'une ligne de joints droite continue dans le
sens principal de la circulation. Les appareillages les plus performants
correspondent en général aux pavés posés en chevrons ou posés de telle
sorte que la ligne de joints continue soit la plus courte possible, en
particulier dans les sens principaux de la circulation.
L'importance du système de blocage longitudinal ou transversal
(bordures et/ou de caniveaux en béton) à mettre en œuvre est fonction du
niveau des efforts horizontaux prévisibles et donc de la nature et de
l'intensité du trafic. Les pavés sciés ne peuvent être inférieurs à un demi-
pavé. Au besoin, le pavé adjacent est également scié. Les pavés sont
placés de telle manière que, après compactage, leur niveau dépasse de 5 à
10 mm les éléments linéaires de contrebutage.
L’épaisseur du joint de séparation entre les pavés varie entre 2 et 3 mm.
Ce joint est rempli avec du sable naturel.
Après quelques passages de la plaque vibrante, les joints sont fermés au
moyen de sable de remplissage sec répandu par brossage à refus sur la
surface. Les opérations liées au jointoiement sont répétées autant de fois
que nécessaire jusqu'à ce que tous les joints soient remplis et que les
pavés n'accusent plus aucun mouvement. Si nécessaire, un arrosage est
effectué pour faciliter une meilleure pénétration du sable dans les joints. Les
pavés présentant une fissure ou des bords épaufrés sont remplacés. Après
ces opérations, les joints entre pavés se trouvent complètement remplis et
bourrés de sable neuf et les pavés restent immobiles sous l'action d'un
effort horizontal.
Un compactage est réalisé après le remplissage des joints et le balayage
des excédents de sable en surface. La fixation des pavés est réalisée par
compactage au moyen de plaques vibrantes équipées de patins en
caoutchouc et commence généralement du bord vers le milieu du
revêtement.
Caractéristiques de Les caractéristiques du Tableau 62 sont celles utilisées dans le calcul de
dimensionnement dimensionnement des fiches de structures. La modélisation du pavé béton
comprend les 3 cm de lit de pose en sable.

Tableau 62 - Caractéristiques de dimensionnement de pavés en béton

Pavés autobloquant y
Caractéristiques Notations
compris lit de sable

Module, MPa E 4000

Coefficient de Poisson  0.25

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 113 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

Contrôles Le contrôle des pavés est présenté aux Tableau 63 et Tableau 64.
Les contrôles à la mise en œuvre portent sur : le profil en long et en travers,
la régularité de surface, l’homogénéité de la pose, l’alignement des pavés,
la largeur des joints, la qualité du remplissage, le sablage, le compactage, le
soufflage et le jointoiement.
La différence maximale de hauteur admise entre deux éléments jointifs est
de 2 mm.
Toute partie du revêtement présentant des irrégularités de surface de plus
de 5 mm est démontée et remise à niveau.

Tableau 63 - Plan de contrôle fabrication de pavés

Objet Méthode Périodicité


Contrôle visuel sur le matériel de pesage
Composition du Contrôle d’après les documents du procédé de Journalier
mélange fabrication
Analyse du béton frais Mensuel
Journalier pour chaque
Béton frais Contrôle visuel
malaxeur
Contrôle des actions par rapport aux procédures
Production Journalier
de l’usine

Tableau 64 - Plan de contrôle du produit posé

Caractéristiques Méthode Périodicité


Contrôle visuel Journalier
Caractéristiques visuelles Annexe J de la En cas de doute (échantillon de 20
norme NF EN 1338 pavés).
Annexe C de la Huit pavés pour chaque machine par jour
Caractéristiques géométriques
norme NF EN 1338 de production
Résistance à la rupture par traction par Annexe F de la Huit pavés par famille de résistance par
fendage et charge de rupture norme NF EN 1338 machine et par jour de production
Annexe C de la Huit pavés par famille de résistance par
Épaisseur de la couche de parement
norme NF EN 1338 machine et par jour de production
Résistance aux agressions climatiques Annexe E de la Trois pavés par famille de surface pour
(classe 2 uniquement) norme NF EN 1338 cinq jours de production

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 114 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

7.13. Couche d’accrochage et d’imprégnation

Utilisation, Domaine Une couche d’accrochage sera appliquée systématiquement sous chaque
d’emploi couche d’enrobé. Elle sera si besoin complété par un gravillonnage ou du
lait de chaux en cas de collage excessif aux pneus et chenilles des camions
et engins.
Une couche d’imprégnation sera appliquée systématiquement entre une
couche d’enrobé et une couche de Grave Non Traitée ou couche de Grave
Latérite en couche d’assise ou de réglage de chaussée. Cette couche
d’imprégnation sera complétée par un gravillonnage.

Caractéristiques Ces couches sont réalisées à partir d’émulsion de bitume ou de bitumes


générales, formulation fluidifiés ou cutbacks.
Pour la couche d’accrochage, le dosage de l’émulsion est, au minimum,
de 250 g/m2 de bitume résiduel, sauf pour le BBTM pour lequel, le dosage
sera de 300 g/m² de bitume résiduel minimum. Le gravillonnage éventuel
sera réalisé à raison de 4 l/m² de gravillons 2/4. Le lait de chaux dilué au
10e est répandu à raison de 250 g/m²
En cas d’emploi de Cutback 400/600, le dosage sera variable en fonction du
support.
Pour la couche d’imprégnation, le dosage de l’émulsion est à titre indicatif
de 1kg/m2 de bitume résiduel. Le gravillonnage sera réalisé à raison de 6
l/m2 de gravillons 4/6.
En cas d’emploi de Cutback, le dosage sera par exemple de 700 à 1000
g/m² de cutback 0/1 sur matériaux argileux à surface fermée et 800 à 1200
g/m² de cutback 10/15 sur matériaux granuleux à surface ouverte [102].

Caractéristiques des
constituants
Gravillons Les granulats sont conformes aux spécifications de l’article 8 de la norme
NF P 18-545 pour les codes : C II
Il s’agit en général des classes granulaires 2/4 ou 4/6 mais un sable pourrait
convenir dans la mesure où il est relativement grossier (0/4 ou 0/6) propre
sans fine et de granulométrie assez creuse. Les sables fins mono-
granulaires (types sable de dune) sont à éviter.
Emulsion L’émulsion utilisée en accrochage est conforme à la norme NF EN 13808 ;
elle est une émulsion de bitume cationique/anionique à rupture rapide
dosée à 60, 65 ou 69 % de bitume 50/70.
En imprégnation, une émulsion sur-stabilisée à 55% de bitume est utilisée.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 115 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux

Bitume fluidifié Les bitumes fluidifiés ou cutback sont conformes à la norme NF EN 15322 (
Tableau 65) ; ils sont classés selon leur pseudo-viscosité STV à 25°C et
sont employés en couche d’imprégnation (classe 0/1) ou en couche
d’accrochage (classe 400/600). Ils ont une proportion de solvant (kérosène
le plus souvent) de l’ordre de 40% à 55% (0/1) et 10 à 25% (400/600) ; ils
sont également fabriqués à partir du bitume 50/70 le plus souvent. La nature
et la proportion du fluidifiant ajouté au bitume sont ajustées de façon à
obtenir les viscosités recherchées, en fonction également de la dureté du
bitume utilisé. Ils peuvent être préparés in situ selon des procédés simples.
Pour des raisons de sécurité (produit inflammable : point éclair bas) et de
protection de l’environnement (évaporation des COV solvant), ils ont été
abandonnés dans de nombreux pays, dont le Nigéria pour l’Afrique. Par
rapport aux émulsions de bitume, les temps d’évaporation des solvants sont
assez longs. A contrario, pour les émulsions, l’acide et l’émulsifiant sont
utilisés en dosage très faible et seule l’eau s’évapore.
La nature du solvant est déterminée en fonction de la nature de la couche à
imprégner et des conditions climatiques et hygrométriques du chantier.
Pour l’imprégnation des couches constituées de sols fins, on évitera les cut-
backs à solvant volatile surtout en milieu chaud et ventilé pour éviter une
évaporation précoce du solvant avant la pénétration du cut back. On pourra
alors chercher à combiner du kérosène léger avec du gasoil pour obtenir un
cutback intermédiaire entre le medium curing et le slow curing. Le kérosène
est plus volatile et moins sensible aux variations thermiques que le gasoil.

Tableau 65 - Caractéristiques du liant fluidifié

Caractéristiques (ex NF T 65-002) Norme Cut Back 400/600 Cut Back 0/1
Pseudo-viscosité, 25°C (s) EN 12846-2 400 à 600 (orifice 10mm) 0 à 30 (orifice 4mm)
Densité relative à 25°C NF T 66-007 0.92 à 1.04 0.9 à 1.02
Distillation à 190°C - <9
Distillation à 225°C <2 10 à 27
Distillation à 315 °C EN 13358 5 à 12 30 à 45
Distillation à 360 °C
<15 <47
(% du volume initial)
Pénétrabilité du résidu à 360 °C EN 1426 80 à 200 80 à 250
Point éclair (°C) EN ISO 13736 >55 21 à 55

Mise en œuvre
Etat du support La surface à revêtir est préalablement nettoyée par balayage, aspiration et
lavage à haute pression afin de la débarrasser de toute souillure et partie
non adhérente. Le liant est répandu sur une surface légèrement humide
mais ne comportant aucune flaque d’eau.
Répandage du liant L'atelier sera composé au minimum d'une répandeuse à liant. La
température de l‘émulsion devra être comprise entre 50°C et 70°C lors du
répandage.
Imprégnation : La couche doit être imprégnée sur 1 cm dans les 2 ou 3
heures qui suivent le répandage.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 116 sur
Version provisoire V2 202
Fiches matériaux
Photo 17 - Répandage couche d'accrochage

© SENELABO – Julien ANDRE

Contrôles

Tableau 66 – Contrôle constituants

Contrôle
constituants Essai Norme
externe
Résistance à la fragmentation EN 1097-2
1/ 5000 t
Résistance à l’usure EN 1097-1
Gravillon Teneur en eau EN 1097-5
Granularité (y compris teneur en
EN 933-1 1/ 2000 t
fines)
Aplatissement des gravillons EN 933-3
teneur en liant EN 1428
viscosité NF EN 12846
Emulsion 1/ porteur
indice de rupture NF EN 13075-1
pH NF EN 12850

Tableau 67 – Contrôle répandage

Tolérance Tolérance
Essai Norme fréquence
accrochage imprégnation
± 50 g/m2 ± 100 g/m2,
NF P 98-275-
Répandage liant 1/5000 m² régularité transversale ≤ 10 régularité transversale ≤ 10
1
% %
± 1 l/m2,
Répandage
- 1/5000 m² - régularité transversale ≤ 15
gravillon
%

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 117 sur
Version provisoire V2 202
Méthode et hypothèses de dimensionnement des chaussées neuves revêtues retenues

8. Méthode et hypothèses de dimensionnement des


chaussées neuves revêtues retenues
Principe de la démarche En matière de méthode de dimensionnement des chaussées, on distingue
de dimensionnement deux grandes tendances : l’approche empirique d’une part, et l’approche
rationnelle d’autre part.
Les méthodes rationnelles sont aujourd’hui les plus répandues : elles sont
basées d’une part sur une modélisation de la chaussée par un massif
multicouche, constitué de couches infinies dans le plan, reposant sur un sol
support semi-infini en profondeur. Chaque couche est composée d’un
matériau homogène, à comportement isotrope et élastique linéaire. Le
modèle est soumis en surface à des charges statiques circulaires, verticales
et uniformes représentant les sollicitations exercées par les pneumatiques
sur la chaussée. Ce modèle permet une évaluation considérée comme
suffisamment réaliste des sollicitations mécaniques au sein de la structure.
Ces méthodes sont basées sur la détermination des sollicitations
mécaniques admissibles par les différents matériaux constitutifs de la
chaussée à dimensionner. Les valeurs admissibles doivent être supérieures
aux sollicitations calculées par le modèle théorique précédent, afin de se
protéger des dégradations par endommagement de fatigue (cas des
matériaux traités) ou par déformations plastiques excessives (cas des
matériaux non traités et des sols) sur la période de calcul choisie.
L’évaluation de ces sollicitations admissibles repose sur la caractérisation
du comportement des matériaux par des essais de fatigue en laboratoire
(matériaux traités) ou sur des règles empiriques (matériaux non traités).
La méthode de dimensionnement des chaussées retenue dans le présent
catalogue est basée sur la méthode française de dimensionnement
[108]. Il s’agit d’une méthode de dimensionnement rationnelle utilisée
depuis plus de trente ans en France, largement diffusée et reconnue à
l’international. Le recours à cette méthode est en cohérence avec le
référentiel normatif français employé dans les méthodes de travail par les
bureaux d’études et laboratoires Sénégalais.

Finalité de ce chapitre Le présent chapitre expose la méthode de dimensionnement, appliquée aux


quatre types de structures neuves considérées dans le catalogue (voir
chapitre 4). Il offre ainsi la possibilité de recalculer les structures proposées.
Il permet également au concepteur qui le souhaite de dimensionner une
structure différente de celles proposées, sous réserve que :
 la méthode de calcul détaillée dans le présent document soit respectée,
 le choix d’hypothèses qui seraient différentes de celles retenues pour le
calcul des tableaux de structures du catalogue, soit explicité et motivé,
 et enfin que la structure proposée s’apparente à l’un des quatre types
de structures prévus dans le présent document.
Cela peut s’avérer utile pour prendre en compte des hypothèses différentes
de celles retenues comme par exemple :
 le trafic de dimensionnement (défini au chapitre 2),
 le module de la plateforme (défini au chapitre 3),
 la couche de surface (définie au chapitre 5),
 les performances mécaniques des matériaux d’assise (définies au
chapitre 7),
 la valeur de risque (défini dans le présent chapitre).

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 118 sur
Version provisoire V2 202
Méthode et hypothèses de dimensionnement des chaussées neuves revêtues retenues

8.1. Détermination des sollicitations induites dans la


structure par la charge de référence

Charge de référence Le trafic poids lourds pris en compte est assimilé à un nombre de cycles de
chargement NE de l’essieu de référence.
Au Sénégal, les calculs sont basés sur l’essieu simple à roues jumelées
dont la charge totale est fixée à 130 kN.
Le calcul est donc conduit pour la charge de référence correspondant au
demi-essieu à roues jumelées de 65kN. L’interaction entre les deux
jumelages de l’essieu de référence est donc négligée. Le jumelage de
référence est décrit à l’aide de deux disques de 0.125m de rayon, d’entre-
axe 0.375m et exerçant en surface une pression verticale uniformément
répartie de 0.662 MPa.

Figure 10 - Modélisation de la charge de référence

Modélisation des couches La structure est modélisée par une succession de couches d’épaisseurs
et logiciel de calcul finies et constantes. La rigidité de chaque matériau est caractérisée par son
module d’Young et son coefficient de Poisson.
Le sol et la couche de forme éventuelle sont représentés par une couche
unique d’extension verticale semi-infinie dont le module d’Young est égal au
module de rigidité de la plateforme.
Les sollicitations induites dans la structure par la charge de référence sont
calculées à la base des couches de matériaux liés et au sommet des
couches non liées. Les valeurs retenues pour le dimensionnement sont les
valeurs extrêmes de traction horizontale (MTLH et béton), de l’extension
horizontale (matériaux bitumineux) ou de contraction verticale (matériaux
non traités et plateforme) calculée à l’aplomb du centre de charge ou au
centre de gravité du demi-essieu de référence.
Les structures du catalogue ont été établies en calculant les sollicitations
dans la structure à l’aide du logiciel ALIZE–LCPC V1.4, qui utilise la
méthode de résolution de Burmister.
Temps de charge, fréquence, Le bitume entrant dans la composition des matériaux hydrocarbonés, tels
température équivalente que les bétons bitumineux, les graves-bitume et les enrobés à modules
élevés, confère à ces matériaux un comportement thermo-viscoélastique,
voire thermo-viscoplastique sous certaines conditions de température et de
chargement.

Les paramètres mécaniques de ces matériaux, à prendre en compte dans


les calculs de dimensionnement des chaussées, dépendent à la fois de leur
température dans les chaussées en service et de la fréquence des
sollicitations qu’ils supportent au passage des charges lourdes,
directement fonction de la vitesse de circulation des poids lourds sur la
chaussée à dimensionner.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 119 sur
Version provisoire V2 202
Méthode et hypothèses de dimensionnement des chaussées neuves revêtues retenues

Ces deux paramètres influencent directement les valeurs de module de


rigidité et les coefficients de Poisson des enrobés, ainsi que les valeurs de
leurs déformations admissibles vis-à-vis de l’endommagement par fatigue.
La température équivalente adoptée pour le dimensionnement des
chaussées Sénégalaises comportant des enrobés est de 34°C. Cette valeur
a été établie à partir d’une expérimentation comportant plus d’une année de
mesures in situ à Dakar et Kaolack, relevant ainsi la température interne
des enrobés à différentes profondeurs [200, 207].
Dans le cas général, la fréquence de sollicitation est de 10 Hz et le temps
de charge de 0.02s. A une température de 34°C, la fréquence de réponse
des matériaux bitumineux au passage des charges roulantes est supérieure
à la fréquence de 10 Hz retenue dans les dimensionnements en France
métropolitaine, associée à la température équivalente de 15°C. C’est
pourquoi la valeur de 20 Hz est retenue dans le présent catalogue, de telle
sorte que la modélisation élastique linéaire (logiciel ALIZE-LCPC 1.5)
conduise aux mêmes déformations maximales dans la structure
bitumineuse que celles résultant de la modélisation viscoélastique (logiciel
Viscoroute 2.0).
Le module retenu pour les enrobés est donc le module à 34°C, 20Hz.
Les résultats des mesures font l’objet d’un rapport séparé [207] et le principe
de calcul est présenté en « annexe H ».
Conditions d’interfaces Les conditions d’interfaces sont dites « collées », « glissantes » ou « semi-
collées ». L’hypothèse d’interface « semi-collée » est prise par définition
égale à la demi-somme des résultats obtenus successivement avec une
interface collée et une interface glissante.
La nature de l’interface n’est pas à confondre avec la présence ou non de la
couche d’accrochage ou d’imprégnation dont l’obligation de mise en œuvre
est précisée dans les fiches matériaux.
L’ensemble des interfaces, dans les modélisations de chaussée des
structures du présent catalogue, est résumé dans le Tableau 68.
A l’interface fondation/support, les couches sont collées et le support sera
couvert d’une cure à l’émulsion gravillonnée si celui-ci est traité.

Tableau 68 - Nature des interfaces

Nature
Type d’interface
d’interface
BB / GNT ou GL ou GB ou EME collée
BB / GLc ou GC ou SC ou BQc collée
Base / Fondation des structures souples et bitumineuses collée
Base / Fondation des structures semi-rigides semi-collée
BC5 / BC2 glissante

Fondation / Support collée

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 120 sur
Version provisoire V2 202
Méthode et hypothèses de dimensionnement des chaussées neuves revêtues retenues

8.2. Calculs des sollicitations admissibles

Principe Comme expliqué ci-avant, la méthode de dimensionnement repose sur


deux mécanismes d’endommagement – fissuration par fatigue et orniérage
par plastification - auxquels sont associées trois expressions de
sollicitations admissibles, explicitées ci-après :
 L’endommagement par fatigue des matériaux bitumineux, pris en
compte à travers leur déformation d’extension horizontale réversible
admissible t adm.
 L’endommagement par fatigue des matériaux traités aux liants
hydrauliques et les bétons de ciment, pris en compte à travers leur
contrainte de traction horizontale admissible tadm.
 L’endommagement par cumul des déformations permanentes dans les
matériaux non traités (GL, GNT, PF), pris en compte à travers leur
déformation verticale réversible admissible z adm.
Déformation admissible Pour une couche de matériaux bitumineux sollicités en extension par flexion,
pour les matériaux la déformation admissible pour la température équivalente eq est calculée
bitumineux selon l’équation suivante :
tadm = 6(10°c, 25 Hz) x √(E(10°C, 20Hz) / E(34°C, 20 Hz)) x (NE /106) b x
Kc x Kr x Ks
Où :
 6(10°c, 25 Hz) = paramètre de la loi de fatigue du matériau bitumineux,
représentant la déformation conduisant à une durée de vie de 1 million
de cycles. Il est déterminé par l’essai normalisé de fatigue en flexion 2
points (NF EN 12697-24 annexe A), à 10°C et 25 Hz.
 b = pente de la loi de fatigue du matériau bitumineux (entre 0 et -1)
 E = module de rigidité obtenu à 20 Hz (NF EN 12697-26 annexe A / E),
 NE = nombre de passages de l’essieu de référence
 Kc = coefficient de calage qui prend en compte l’écart entre les
prédictions de la démarche de calcul et l’observation du comportement
des chaussées réelles. Sa détermination passe par l’analyse du
comportement des chaussées sur une période de temps suffisante pour
tenir compte des effets saisonniers. Sa valeur a été déterminée sur des
expérimentations en France.
 Ks = coefficient minorateur tenant compte de l'effet d'hétérogénéités
locales de portance d'une couche de faible rigidité supportant les
couches liées. Ce coefficient ne s’applique qu’à la couche reposant sur
la plateforme et est fonction de cette dernière. Le module à considérer
est celui du matériau de la couche sous-jacente et non celui
caractérisant la raideur de la plate-forme support. Ainsi, avec une
couche de forme, de module supérieur à 120 MPa, même si la portance
de la plate-forme support de chaussée est inférieure à 120 MPa il n'y a
pas de minoration à effectuer. (Tableau 69)
 Kr = coefficient prenant en compte les dispersions sur les propriétés
mécaniques des matériaux et sur les épaisseurs de couches de
chaussées.
Kr = 10 –u b  avec  = √ (SN² + (c x Sh /b )²)
 u = valeur de la variable aléatoire de la loi normale centrée réduite
associée au risque r

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 121 sur
Version provisoire V2 202
Méthode et hypothèses de dimensionnement des chaussées neuves revêtues retenues

 SN = écart type sur le logarithme décimal du nombre de cycles


entraînant la rupture par fatigue
 Sh = écart type sur l’épaisseur des matériaux mis en œuvre en
couche d’assise (en m)
 c = coefficient associant la variation de déformation à la variation
d’épaisseur de la chaussée (c = 2m-1)

Tableau 69 - Valeurs du coefficient Ks

E de la couche
<50 MPa 50-80 MPa 80-120 MPa >120 MPa
sous-jacente
Ks (fondation) 1/1.2 1/1.1 1/1.065 1

Contrainte admissible Pour une couche de matériaux traités au liant hydraulique ou de béton,
pour les matériaux traités sollicités en traction par flexion, la contrainte admissible est calculée selon
au liant hydraulique et les l’équation suivante :
bétons tadm = 6x x (NE /106) b x Kc x Kr x Ks x Kd
Où :
 6 = paramètre représentant la contrainte conduisant à une durée de vie
de 1 million de cycles sur des éprouvettes dont le mûrissement est de
360 jours (NF P 98-233-1)
 Kd = coefficient, pour les chaussées rigides et semi-rigide, prenant en
compte les discontinuités entre dalles ou générées par les fissures de
retrait, non prises en compte dans l’utilisation d’un modèle de chaussée
continue. Kd intègre les effets de majoration liés à la concentration de
contraintes et d’appui et d’engrènement variables au court du temps, en
fonction notamment des variations de températures saisonnières et des
gradients thermiques journaliers.
 b, NE, Kc, Ks, Kr définis ci-avant.

Déformation admissible Pour une couche de matériau non traité et le sol, la sollicitation admissible
pour les matériaux non est la déformation verticale en surface de la couche calculée selon
traités et les sols l’équation suivante :
supports de chaussée zadm = A x NE -1/4.5
Où :
 A = 0.016 si NE ≤ 250 000 et 0.012 si NE > 250 000
 NE défini ci-avant.

Risque de calcul La méthode de dimensionnement intègre à travers le coefficient de risque r


une approche probabiliste de la durée de vie de la chaussée compte tenu
des dispersions sur les propriétés mécaniques des matériaux et sur les
épaisseurs de couches de chaussées. Ces deux phénomènes étant
supposés suivre des lois normales indépendantes, la loi résultante est une
loi normale.
Le risque de calcul r (en %) représente pour la période de
dimensionnement, l’espérance (au sens de la théorie des probabilités) de la
proportion linéique de chaussée à reconstruire en l’absence de toute
intervention d’entretien structurel dans l’intervalle.
La valeur est à fixer par le Maître d’Ouvrage et peut varier entre 1 et 50%.
Les valeurs proposées dans le Tableau 70 sont celles retenues pour
l’élaboration des tableaux de structures.
Le risque le plus faible est retenu pour les trafics les plus élevés.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 122 sur
Version provisoire V2 202
Méthode et hypothèses de dimensionnement des chaussées neuves revêtues retenues

Tableau 70 - Valeur de risque

Classe NE C1 à C4 : < 3 millions C5 à C8 : 3 à 100 millions


r 25% 5%
u -1.645 -0.674

8.3. Application de la méthode

Les hypothèses retenues pour l’élaboration des structures types ou pour


l’élaboration de nouvelles structures sont détaillées ci-après.
Chaussée souple
Epaisseur  Base granulaire : épaisseur fixée à 15 cm si NE ≤ 100 000 et 20cm si
NE > 100 000
 Fondation granulaire : épaisseur à déterminer, par sous-couche de 25
cm maximum.
Critère de dimensionnement Déformation permanente de la plateformezadm (def)
Chaussée bitumineuse
épaisse
Epaisseur  Base bitumineuse: épaisseur à déterminer
 Fondation en GNT : épaisseur minimum de 15 cm sur PF3, 25 cm sur
PF2 et PF2qs, 45 cm sur PF1.
 Fondation bitumineuse : dans le cas où la couche d’assise comprend
deux couches, l’épaisseur de la couche de fondation est égale ou
supérieure d’un centimètre à l’épaisseur de la couche de base.
Dans le cas où la couche d’assise comprend trois couches, l’épaisseur de la
couche la plus profonde est égale ou supérieure d’un centimètre à
l’épaisseur intermédiaire, elle-même égale ou supérieure d’un centimètre à
la couche sus-jacente.
Critères de Rupture par fatigue à la base des couches bitumineuses : tadm (def)
dimensionnement
Déformation permanente des couches non liées et de la plateforme : zadm
(def) au sommet de la couche granulaire éventuelle et au sommet de la
plateforme.
Chaussée semi-rigide
Epaisseur  Base (si elle existe) : épaisseur égale à l’épaisseur de la couche de
fondation ou supérieure de 1 à 3 cm.
 Fondation (si une seule couche d’assise) : épaisseur minimum de 25
cm d’un matériau de classe mécanique T2 au moins dans le cas de NE
≥ 1 million, 15 cm si NE < 1 million.
 Fondation : épaisseur minimum de 20 cm mini sur PF2 et PF2qs, 18 cm
sur PF3, 15 cm sur PF4.
Critères de Rupture par fatigue à la base des couches liées : tadm (MPa)
dimensionnement
Déformation permanente de la plateforme : zadm (def) au sommet de la
plateforme.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 123 sur
Version provisoire V2 202
Méthode et hypothèses de dimensionnement des chaussées neuves revêtues retenues

Chaussée béton
Epaisseur  Base/Roulement en béton : épaisseur supérieure à celle de la
fondation.
 Fondation en béton maigre BC2 : épaisseur minimum de 18 cm sur PF2
et PF2qs, 15 cm sur PF3, 12 cm sur PF4.
Critères de Rupture par fatigue à la base des couches liées de base et de fondation :
dimensionnement tadm (MPa)
Déformation permanente de la plateforme : zadm (def) au sommet de la
plateforme.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 124 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues

9. Renforcements des chaussées revêtues


Préambule Au Sénégal, les travaux de renforcement se déroulent généralement dans
l’ordre suivant :
 déconstruction par scarification de la couche de roulement avec la(les)
couche(s) d’assise(s) et compactage,
 contrôle du compactage et de la portance (déflexion ou plaque) de
cette nouvelle plateforme support de chaussée,
 mise en œuvre de la nouvelle couche de base,
 mise en œuvre de la nouvelle couche de surface en BB.
Par ailleurs, les travaux d’élargissement des accotements consistent, en
général, à réaliser une structure neuve après décaissement de l’existant.
Dans ce cas, la méthode de dimensionnement du renforcement est celle
des chaussées neuves en considérant la chaussée existante après
scarification et compactage comme une nouvelle plateforme.
Toutefois, dans le cas où la chaussée existante est conservée en l’état
(sans décaissement), cette méthode de calcul n’est plus adaptée.

Etude de renforcement Les renforcements des chaussées ont pour objectif de requalifier
durablement le patrimoine présentant des défauts structurels pour éviter des
altérations irréversibles et des restrictions de circulation.
Une étude de renforcement comporte les phases suivantes :
 recueil des données d’auscultation,
 diagnostic et modélisation des zones homogènes,
 conception de la solution de renforcement,
 dispositions constructives.
Le présent chapitre rappelle brièvement quelques règles et principes
généraux :
 de l’auscultation (principaux essais) constituant le préalable
incontournable au dimensionnement d’un renforcement de chaussée,
 de la méthode de dimensionnement de renforcement des chaussées
souples, principale structure utilisée sur le réseau routier au Sénégal.
Pour les autres types de structures, une étude spécifique par un bureau
d’étude spécialisé est nécessaire.

Pour en savoir plus En matière de renforcement de chaussée, les référentiels suivants pourront
être consultés :
 Guide technique Les renforcements de chaussée – CEREMA – 2015
[120]
 Manuel pour le renforcement des chaussées souples en pays tropicaux
– CEBTP 1985 [103]
 VIZIR méthode pour l’estimation des besoins en entretien routier LCPC
1991 [124]

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 125 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues

9.1. Méthodologie d’auscultation

Objectifs La phase d’auscultation est l’étape qui permettra de déterminer l’origine et


la cause des dégradations et ainsi identifier le type de renforcement
approprié.
Cette phase se décompose en :
 Recueil des informations générales sur l’itinéraire (type de structure,
historique, environnement, climat, trafic PL), des résultats d’auscultation
à caractère continu (relevé de dégradations, déformabilité, épaisseurs
des couches),
 Découpage de l’itinéraire en sections homogènes,
 Choix de sections dont les caractéristiques sont transposables à
l’ensemble de la zone homogène,
 Définition de sections témoins sur lesquels les essais d’auscultations à
caractère ponctuel sont menés (carottages, sondages, essais en
laboratoire).
Par manque d’information sur les chaussées existantes et parce que les
appareils d’auscultation à caractère continu sont encore peu répandus au
Sénégal, il est courant de réaliser tous les essais d’auscultation sur
l’ensemble de l’itinéraire, sans définition de sections homogènes préalables.
Définition d’une section La chaussée est découpée en sections homogènes présentant les mêmes
homogène caractéristiques du point de vue de :
 la structure de chaussée (construction et entretien),
 le trafic et le climat,
 la classe des dégradations (familles) et leur niveau de gravité,
 la déflexion,
 l’état du drainage et la géométrie,
 tout autre paramètre jugé important et/ou explicatif des observations
réalisées (sol, couche de forme,…).
Les zones homogènes doivent avoir une longueur de 200 m minimum.

Relevé de dégradations Les dégradations sont regroupées en quatre familles : les déformations, les
mouvements de matériaux, les fissures et les arrachements. On distingue
les dégradations structurelles et les dégradations superficielles.
Relevé visuel En pratique au Sénégal, les dégradations sont le plus souvent relevées
manuellement, à faible allure (environ 30 km/h).
Les dégradations sont notées en 3 catégories selon la gravité : état bon,
moyen et mauvais.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 126 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues

Relevé à grand rendement Le relevé de dégradations peut être réalisé avec un appareil à grand
rendement.
 Relevé visuel en temps réel
Cette méthode convient globalement à tous les types de réseaux, sauf
les autoroutes et grands axes, à cause de la vitesse d'auscultation de
l'ordre de 30km/h.
Les dégradations sont relevées directement par un technicien formé
aux méthodes de relevé à partir de deux claviers spécifiques
programmés (VIZIROAD par exemple). Ces claviers permettent de
prendre en compte toutes les dégradations présentes sur la chaussée
en intégrant leur gravité. L'opérateur relève également les évènements
importants :
 entrée et sortie d'agglomérations,
 carrefours et intersections,
 borne kilométrique,
 caractéristiques géométriques de la chaussée
 ouvrages d’art et ouvrages hydrauliques, etc.
 Relevé en post traitement avec enregistrement des images en temps
réels.
Cette méthode convient à tous les types de réseaux. La vitesse
d'auscultation peut être de 90km/h (ou moins). L'analyse des
dégradations est plus fine avec cette méthode.
Le relevé de dégradations se fait à partir d'images numériques très
précises (1 pixel pour 1 mm).
Ce procédé permet de réaliser des traitements conformes aux
méthodes d'essais LCPC n°52 (complément à la méthode d’essai LPC
n°38.2) [128], méthodes M1 à M6 et autres traitements définis
conjointement avec les maîtres d'ouvrage.
Interprétation Le Manuel pour le renforcement des chaussées souples en pays tropicaux
de CEBTP [103] propose une classification de chaussée simplifiée, basée
uniquement sur la déformation et la fissuration des chaussées.
La section examinée est classée en 3 catégories selon l’étendue des
dégradations par section unitaire (qui peut être de 500 m ou 1000 m) :
 Classe 1 : moins de 10% de dégradations,
 Classe 2 : 10 à 50% de dégradations,
 Classe 3 : plus que 50% de dégradations.
Le Tableau 71 représente la combinaison des deux types de dégradations.
La note permet la détermination de l’état apparent de la chaussée illustré
en Figure 11.

Tableau 71 - Etat de chaussées [103]

Note Note Fissures


Déformation 1 2 3
1 1 2 3

2 3* 4 5

3 5* 6 7
*cas les plus rares

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 127 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues
Figure 11 - Etat apparent de chaussée [103]

Peu ou  Fissuré  Trés  Trés 


Bon  Médicore Mauvais Fissuré et 
pas de  mais non  mauvais déformé 
1 2‐3 4‐5 déformé 6‐7
fissures déformé et fissuré

Le guide technique des renforcements CEREMA [120] introduit 5 classes de


fissurations (Tableau 72) et 4 classes de déformation (Tableau 73), en
fonction également de leur étendue et gravité.

Tableau 72 - Classe de fissuration et faïençage [120]

Localisation des Niveau de Classe de fissuration/faïençage


fissures/faïençage gravité F1 F2 F3 F4 F5
Dans les bandes de 10 à 30
Significatives < 5 % <5% 5 à 10 % > 30 %
roulement %
 % de (FL + Faï) Graves <2% <2% 2à5% 5 à 10 % > 10 %
Non spécifique aux
bandes de
Graves < 20 % ≥ 20 %
roulement  % de
(FL + Faï)

*le critère est majoré d’une classe si les réparations affectent >10% du linéaire, deux classes si > 30% du linéaire.

Tableau 73 - Classes d’orniérage dans les bandes de roulement et des affaissements de rive [120]

Orniérage en mm Affaissement en mm
Classes
< 10 10 à 20 > 20 < 30 30 à 60 > 60
≤ 10 % ORN2 AFF2
Extension en % ORN1 ORN4 AFF1 AFF4
> 10 % ORN3 AFF3

Photo 18 - Chaussées très dégradées

© Sénélabo – Julien ANDRE © Sénélabo – Julien ANDRE

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 128 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues

© EGIS – Camille BOURDON

Carottage
Principe Les carottages sont principalement réalisés pour déterminer les structures
en place. Cet essai consiste à découper et à extraire d’une chaussée un
échantillon cylindrique. L’observation visuelle de la carotte et de la paroi de
la cavité ainsi créée dans la chaussée, permet de connaître la nature et
l’état des matériaux (méthode d’essai LPC n°43 [127], comprenant les
modes opératoires C1 à C3). On en déduit les caractéristiques suivantes :
 Nature et épaisseurs des couches traitées (mode opératoire C1),
 Analyse des couches et interfaces (mode opératoire C2), selon les
Tableau 74 et Tableau 75,
 Analyse des fissures : origine et propagation (mode opératoire C3).
En pratique au Sénégal, il est le plus souvent réalisé une carotte tous les 3
km. Selon le linéaire du projet à ausculter et la connaissance des structures
existantes, la fréquence peut varier entre 1 km et 5 km.
Application L’essai de carottage peut être utilisé pour l'évaluation de tout type de
chaussée revêtue, en matériaux traités. Le carottage doit être effectué
perpendiculairement à la surface de la chaussée ; l’inclinaison par rapport à
cette perpendiculaire doit être inférieure à 5° (NF EN 12697-36).
Sauf spécification contraire explicite, les carottages sont toujours réalisés à
l’eau.
Le diamètre de carottage sera supérieur à :
 90 millimètres (mode opératoire C1)
 140 millimètres (mode opératoire C2 et C3).

Tableau 74 – Etat des matériaux carottés [120]

Qualité de la carotte
Saine Médiocre Fissurée Fragmentée Désagrégée
Sain Médiocre Fissuré

Lisse Non rencontré Non rencontré

Qualité de
la paroi Mauvais Mauvais Fragmenté Désagrégé
Granulats
Non rencontré
arrachés

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 129 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues

Tableau 75 - Qualité des interfaces [120]

Collée Bon accrochage, bonne liaison


Liaison détruite au carottage (surface brillante de l'interface)
Semi collée Paroi lisse au niveau de la liaison
Paroi avec formation d'une cavité au niveau de la liaison
Décollée et/ou érosion des bords des deux couches concernées
et/ou présence de pollution au niveau de l'interface

Déflexions
Principe Le passage d'une charge engendre en un point d'une chaussée un
déplacement vertical, appelé déflexion, qui est fonction de la distance de la
charge mobile au point considéré. Cette déflexion passe par un maximum d
pour une certaine position de la charge mobile. Le déplacement vertical en
un point de la surface de la chaussée est mesuré au passage d’un essieu
de référence de 130 kN, entre les deux roues du jumelage ; la valeur
maximale du déplacement mesuré est appelée déflexion maximale (en
1/100 mm).
Les mesures peuvent être réalisées :
- de préférence de manière continue selon le mode opératoire D1 de
la méthode d'essai LPC n°39. Le pas de mesure est fixé par le type
d'appareil :
 Déflectographe (NF P 98-200-3 à 5) : les mesures s'effectuent
simultanément sur les deux bandes de roulement de la voie auscultée à
une vitesse inférieure à 10 km/h. Le pas de mesure est constant et
inférieur 5 m (Photo 19),
 Curviamètre (NF P 98-200-7) : la mesure ne s'effectue que sur la bande
de roulement côté rive à une vitesse de l'ordre de 18 km/h. Le pas de
mesure est de 5 m.
Le type d’appareil doit être adapté au type de structure : le déflectographe à
châssis court (type 02 ou 03) doit être réservé à des chaussées souples,
alors qu’un déflectographe à châssis long (type 04 ou Flash) ou un
Curviamètre convient à tous les types de chaussées, et tout spécialement
aux chaussées les plus rigides.
- de manière ponctuelle à l'aide :
 de la poutre Benkelman (norme NF P 98-200-2) sur les chaussées
souples et bitumineuses épaisses,
 du FWD (Falling Weight Deflectometer ou déflectomètre à masse
tombante) sur tous les types de chaussées.
Le pas de mesure, qui est à adapter à l'hétérogénéité visuelle de la
chaussée, doit être inférieur ou égal à 50 m.
En pratique au Sénégal, il est souvent réalisé un essai à la poutre tous les
50 ml en quinconce (axe, droite, gauche) ou au déflectographe 02
disponible au Sénégal.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 130 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues

Application Les déflexions peuvent être utilisées pour l'évaluation de tout type de
chaussée, mais les structures présentant une grande rigidité (béton) se
prêtent mal aux mesures de déflexion qu’on remplacera par des mesures de
battement de dalles.
Les essais doivent être effectués aux endroits les plus représentatifs,
généralement une trace de roue dans la voie lente, en prenant soin d'éviter
les secteurs trop dégradés et les structures d'ouvrages d'art.
Ils nécessitent que la température de la chaussée soit relevée
périodiquement ou à tout changement significatif de la température. Il est
souhaitable de disposer de valeurs de mesures de déflexion à la
température de référence de dimensionnement (34°C).
Les campagnes de mesures de déflexion doivent être effectuées pendant la
période la plus défavorable, c’est-à-dire peu après la saison des pluies.

Déflexion caractéristique La déflexion caractéristique (dc) est déterminée selon l’équation suivante :
dc = dm + k σ,
Avec :
 dm = valeur moyenne de déflexion sur la section considérée,
 σ = écart type,
 k = coefficient de probabilité :
 k = 1,3 pour une probabilité de dépassement de l’ordre de 10% [103,
110]
 k = 2 pour une probabilité de dépassement de l’ordre de 2,5% [120].
Interprétation La déflexion maximale (communément appelée « déflexion » par
simplification) caractérise la rigidité globale de la chaussée sous charge,
intégrant tant la rigidité des couches de structure que celle de la plate-forme
support. Des valeurs de déflexion peu dispersées sont généralement
mesurées sur une chaussée homogène et saine, alors qu’une chaussée
dégradée conduit habituellement à des valeurs d’amplitude plus chahutée.
Le paramètre « Déflexion » est peu sensible aux variations de module des
matériaux du corps de chaussée, mais sensible aux variations d'épaisseurs
et très sensible aux variations de portance du support.
Le Manuel pour le renforcement des chaussées souples en pays tropicaux
de CEBTP [103] détermine deux seuils de déflexions :
 d1 : valeur au-dessous de laquelle on considère que la structure se
comporte d’une façon satisfaisante,
 d2 : valeur au-dessus de laquelle on considère que la structure
présente de sérieux défauts de portance.
En utilisant ces seuils, la qualité de portance de la plate-forme est estimée
selon le Tableau 76. Les valeurs d1 et d2 varient selon la situation
géographique et climatique. Elles font l’objet à l’heure actuelle d’une étude
spécifique au niveau de l’Ageroute. Ces seuils sont surtout utiles pour les
banques de données routières et la programmation de l’entretien.
Le Guide technique du renforcement des chaussées SETRA introduit 9
classes de déflexion, dont l’interprétation dépend également du trafic et du
type de structure. Elle figure au Tableau 77 dans le cas des chaussées
souples.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 131 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues
Tableau 76 - Relation déflexion et portance de la plate-forme [103]

Déflexion Faible <d1 d1-d2 Forte > d2


Portance élevée médiocre faible
Qualité des structures bonne douteuse mauvaise

Tableau 77 - Classe de déflexion caractéristique pour les chaussées souples [120]

Classes D1 D2 D3 D4 D5 D6 D7 D8 D9
de de de de de de
De
Seuils de déflexion caractéristique en 1/100ème 0 30 de 45 75 100 150 200
20 ≥ 300
mm sous l’essieu de 130 kN à à à 74 à à à à
à 29
19 44 99 149 199 299
Niveau global de comportement en fonction de la classe de trafic
T1 – T0 (1) Bon Moyen Mauvais
T3 – T2 Bon Moyen Mauvais
T5 - T4 Bon Moyen Mauvais

(1) Cas normalement non rencontré pour ce type de structure

Photo 19 - Mesure de déflexion au déflectographe

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 132 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues

Autres essais : Sondage,


DCP
Sondages Dans le cas de matériaux non traités, des sondages sont réalisés, à la
même fréquence que les carottages, sur une profondeur d’un mètre et une
surface de 50 cm x 50 cm. Ces sondages permettent de procéder à
l’examen de toutes les couches de chaussée (cohésion, humidité, qualité
interface) et de réaliser des analyses géotechniques sur le matériau
prélevé, en lien avec les spécifications détaillées pour les chaussées
neuves (granulométrie, teneur en eau, CBR, indice de plasticité, etc.).
Dynamic Cone Pentrometer Si les sondages ne peuvent pas être réalisés, les mesures au Dynamic
(DCP) Cone Penetrometer permettront d’évaluer le CBR du matériau en place. Il
est recommandé d’avoir trois essais DCP par section homogène pour
l’exploitation [110].
De nombreuses relations ont été établies entre le résultat du Dynamic Cone
Penetrometer in situ (ASTM D 6951-03) et le CBR du matériau. Ces
relations peuvent être utilisées en première approche sous chaussée
existante revêtue et restent à confirmer par d’autres tests [101] [104]. Le
prélèvement et la mesure du CBR sur le matériau lui-même reste plus fiable
en l’absence de calibrage avec les matériaux in situ.
 Log10 CBR = 2.632 – 1.28 log10 mm/blow - Kleyn and van Heerden 60°
cone
 Log10 CBR = 2.555 – 1.145 log10 mm/blow - Smith and Pratt 30° cone
 Log10 CBR = 2.503 – 1.15 log10 mm/blow - Van Vuuren 30° cone
 Log10 CBR = 2.48 – 1.057 log10 mm/blow - TRL note 8 60° cone
Autres : Mulholland, Schofiled, relations de la norme ASTM D6951-03.

Résultats Le rapport d’essai comporte les éléments suivants :


 La réalisation d’un dossier photo reprenant l’ensemble des
auscultations,
 La réalisation d’une coupe/carottage reprenant l’ensemble des
caractéristiques du profil de l’auscultation (épaisseur, granularité, état,
collage, nature des granulats…),
 La réalisation d’un synoptique du tracé récapitulant la position des
auscultations.
Le rapport précise la méthode d'auscultation utilisée, la description des
équipements, les conditions climatiques, la description et la localisation des
lieux de l'essai, les résultats d’essais et leur interprétation.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 133 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues

9.2. Cas du renforcement des structures souples

Différentes méthodes Une fois les zones homogènes définies et analysées, le dimensionnement
du renforcement se fait soit en procédant à une analyse des contraintes et
des déformations dans la structure (utilisation d’une méthode de calcul), soit
en ayant recours à un catalogue qui fournit des épaisseurs de renforcement
en fonction des indicateurs d’état et du trafic. Cette deuxième méthode est
simple à utiliser mais plutôt à titre indicatif en considérant qu’elle fournit
des ordres de grandeur pour les cas de structure les plus courants.

Utilisation des fiches de De nombreux catalogues de renforcement de chaussées ont été élaborés.
renforcement Ils correspondent à un certain état de la technique à une époque donnée, et
doivent donc être périodiquement actualisés. Par ailleurs, le frein principal
réside dans les caractéristiques des matériaux au Sénégal, qui peuvent
différer des valeurs retenues dans ces catalogues.
Les informations indispensables pour utiliser une fiche catalogue sont :
 le trafic exprimé en nombre cumulé d’essieux équivalents,
 l’état de la chaussée actuelle.
Exemple CEBTP [103] Le manuel CETBP [103] fournit des fiches de renforcement en fonction de la
classe de trafic Ti et de la qualité Qi de la chaussée (Tableau 79).
Les seuils de l’indice de qualité Qi de la chaussée en lien avec les classes
de déflexion di dépendent de la structure en place (structure « bicouche »,
correspondant à une structure souple ou « tri-couche », correspondant à
une structure semi-rigide).
Le Manuel en déduit le type d’entretien nécessaire :
 Q1 : entretien courant
 Q2 : entretien prioritaire
 Q3 : rechargement (10-15 cm GNT)
 Q4 : renforcement (15-30 cm GNT)
 Q5 : renforcement (matériaux traités)
Cette orientation est à compléter avec l’analyse des résultats de carottages,
et après la réalisation des éventuels essais complémentaires.

Tableau 78 - Qualité des structures Qi [103]

Déflexions
Etat apparent
Faible < d1 Entre d1-d2 Elevée > d2
Bon (1) Q1 Q2 Q3
Médiocre (2-3) Q2 Q3 Q4
Mauvaise (4-7) Q3 Q4 Q5

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 134 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues

Tableau 79 - Correspondance Qi (Qualité de la chaussée) et di (niveau de déflexion) [103]

Renforcement sur support bicouche (souple) Renforcement sur support tricouche (semi-rigide)
Classe de Déflexion en Classe de Déflexion en
Indice de qualité Indice de qualité
déflexion 1/100 mm déflexion 1/100 mm
Q1 d1 30 Q1 d1 20
Q2 d2 50 Q2 d2 40
Q3 d3 75 Q3 d3 60
Q4 d4 100 Q4 d4 80
Q5 d5 150 Q5 d5 100

Le type de la couche de surface dépend également de l’intensité du trafic :


 Pour les trafics moins importants (NE<1.5 million) : Enduit Superficiel
 Pour les trafics plus importants (NE>1.5 million) : 5 cm BB.
Les fiches CEBTP proposent des renforcements en GNT, GB, SB, MTLH.
Ces fiches ne sont applicables que dans la mesure où les matériaux
employés auraient les mêmes caractéristiques que celles définies dans le
manuel. En pratique, le renforcement d’une chaussée souple par des
matériaux granulaires n’est envisageable que si NE < 1 million.
Méthode VIZIR La méthode VIZIR [124] suit la même logique que celle du CEBTP. Elle
s’applique essentiellement aux chaussées souples à revêtement
bitumineux. La démarche repose sur la détermination successive :
 Du niveau de gravité et d’étendue des dégradations structurelles (dites
de type A) : les déformations, l’orniérage, la fissuration de fatigue et le
faïençage. La méthode comporte un catalogue de dégradation
permettant d’évaluer leur niveau de gravité de 1 à 3 et d’étendue de 1 à
3,
 Des indices If de fissuration et Id de déformation (notés de 1 à 5), à
partir du croisement du niveau de gravité (1 à 3) et de l’étendue (1 à 3),
 D’une note de dégradation de surface Is comprise entre 1 et 7 : 1-2 :
bon état ; 3-4 : état moyen ; 5-7 : état très mauvais. Cette note est issue
du croisement des indices If et Id, à laquelle on applique une correction
en cas de travaux de réparation.
 D’une note de qualité Qi (notée de 1 à 9) issue du croisement de la note
de dégradation avec la déflexion caractéristique (Tableau 80).
Q1, Q2 = travaux d’entretien courant
Q2, Q3 = travaux d’entretien périodique
Q4, Q5, Q6 = Travaux de renforcement
Q7, Q8, Q9 = Réhabilitation

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 135 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues
Tableau 80 - Qualité des structures Qi VIZIR

Déflexions
Indice de dégradation de surface Is
<d1 Entre d1-d2 > d2
1-2
Peu ou pas de fissures, Q1 Q3 Q6
pas de déformation
3-4
Fissures avec peu ou pas de déformation, Q2 Q5 Q8
déformation sans fissures
5-6-7
Q4 Q7 Q9
Fissure et déformation

Exemple LCPC SETRA [121] Le guide technique de renforcement des chaussées souples du CEREMA
n’est pas facilement applicable pour le Sénégal. Les chaussées souples
modélisées sont constituées de GNT de carrière et non de latérite. Les
enrobés appliqués en renforcement sont modélisées à la température de
15°C, qui ne correspond pas à la réalité Sénégalaise.

Méthode rationnelle La méthode de dimensionnement des renforcements des structures de


chaussées souples, exposée ici brièvement, repose sur une démarche
rationnelle, applicable pour tout type de trafic.
Trafic L’application de cette méthode nécessite la connaissance du trafic passé
qu’a subit la chaussée existante et la connaissance du trafic à venir après le
renforcement.

Modélisation de la chaussée La méthodologie est basée sur une modélisation des structures existantes
existante en ajustant :
 le module de la plate-forme,
 le module et l’épaisseur des différentes couches,
 les interfaces (collée, semi collée et décollée) dans le cas des zones
fissurées.
Le modèle est obtenu par une démarche de calcul inverse en calant les
déflexions théoriques avec celles effectivement mesurées.
On en déduit les durées de service initiales théoriques prévisibles.
La durée de service résiduelle est la différence entre la durée de service
admissible (exprimée en NE) pour chaque « modèle » de structure et la
durée de service déjà réalisée par la chaussée (exprimée en NE). Le calcul
de la durée de service résiduelle est un calcul théorique. Il donne une valeur
qui doit être interprétée avec le recul nécessaire à toute notion abstraite
appliquée à un objet réel. Cet aspect théorique ne doit pas conduire à
l’image d’une chaussée se détruisant brutalement à 100% quand la durée
résiduelle arrive à zéro.
Aux alentours de la « fin » de service, beaucoup de facteurs peuvent se
présenter pour conserver la chaussée dans un état médiocre pendant un
temps non négligeable. A l’inverse, une période pluvieuse peut
considérablement accélérer l’extension des fissurations et des
arrachements.
Une extension de la théorie du dimensionnement, conduit à considérer que
le taux de dégradation serait de l’ordre du risque pris dans le calcul de
dimensionnement.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 136 sur
Version provisoire V2 202
Renforcements des chaussées revêtues

Calcul du renforcement En général, deux types de renforcements sont possibles :


 substitution partielle de la chaussée actuelle,
 rechargement général de la chaussée actuelle.
Le renforcement de la chaussée par substitution nécessite un rabotage de
la structure existante. L’épaisseur de rabotage dépend du niveau des
éventuelles interfaces décollées ou semi-collées des couches actuelles
(mises en évidence par carottage), qui doivent généralement être
supprimées. Le décaissement peut être plus profond pour obtenir une
solution de renforcement répondant à la durée de service supplémentaire
prévue. L’épaisseur résiduelle de l’ancienne couche d’assise ne peut être
inférieure à 10 cm s’il s’agit d’une couche granulaire et 4 cm s’il s’agit de
matériaux traités.
Le renforcement de la chaussée par rechargement ne nécessite pas de
rabotage de la structure existante (reprofilage et fraisage éventuels). De ce
fait, il ne peut être envisagé que sur les sections présentant des interfaces
collées (ou si le décollement est profond et acceptable) et de bons résultats
d’uni (reprofilage inutile).
Dans le cas de la structure souple, le critère de dimensionnent est la
déformation du sol support :
z (def) = 22500 NE -0.244

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 137 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

10. Routes en terre

10.1. Généralités

Catégories A ce jour, le Sénégal comptabilise 14 000 Km de routes dont 65 % sont non


revêtues [141].
On peut distinguer trois catégories de routes non revêtues.
La piste Considérée comme une voie n’ayant fait l’objet d’aucun tracé particulier, elle
supporte généralement un trafic assez faible.
La route saisonnière Liée à des activités économiques (agricoles ou forestières), elle a subi
quelques aménagements sur le plan du tracé. Le trafic y est plus important
que sur les pistes, notamment pendant les périodes de récolte.
La route élaborée Elle présente des caractéristiques de tracé, de profil en long et en travers
plus élaborées. Elle est capable de supporter un trafic relativement
important et peut être ultérieurement revêtue.
Exigences Une chaussée non-revêtue doit être dimensionnée de manière à résister
aux effets du trafic et aux intempéries :
 Son épaisseur doit rester suffisante pour éviter le poinçonnement de la
plate-forme,
 Elle doit être constituée de matériaux qui possèdent les
caractéristiques géotechniques suivantes :
 cohésion suffisante pour assurer la liaison des grains en saison
sèche afin de diminuer la formation de tôle ondulée et maintenir la
portance de la couche,
 ne pas contenir trop de fines, ni être trop plastiques pour éviter la
glissance en saison pluvieuse.
 Son profil en travers a une forme bombée pour ralentir l’apparition des
dégradations. Lors des travaux d’entretien, on vise à maintenir ou à
rétablir ce profil en travers bombé.

Conception Ce chapitre présente un résumé de quatre méthodes de conception et/ou


entretien de routes non revêtues. Par manque de retour d’expérience sur
l’application de ces méthodes dans le contexte Sénégalais et parce que
chacune de ses méthodes a des limites d’emplois différentes, il a été décidé
de ne pas imposer au concepteur le choix de l’une d’entre elles. Elles sont :
 Méthode AASHTO,
 Méthode de Tanzanie,
 Méthode CEBTP,
 Méthode VIZIRET (pour l’entretien uniquement).
La pratique actuelle est soit, le recours aux méthodes CEBTP ou VIZIRET
soit, parfois empirique (hypothèse de 5 cm/an d’usure et entretien tous les 5
ans : reprofilage seul en l’absence de dégradations importantes (tôle
ondulée seule), rechargement en cas de fortes déformations, nids de
poules, etc.).
La méthode de Tanzanie est une méthode simple limitée à un trafic de 300
véhicules/jour, qui permet le recours à des matériaux de CBR plus faible
dans les couches inférieures éventuelles.
La méthode AASHTO est une méthode reposant sur des abaques qui
permet de concevoir une route prenant en compte des plages de valeurs de
modules de matériaux/sol et de trafic assez larges. Il est également possible
d’avoir recours à une couche inférieure de CBR plus faible que celui de la
couche de surface.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 138 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

Les méthodes AASHTO et VIZIRET sont les plus complètes dans la


définition de la perte annuelle de matériaux car elles prennent en compte à
la fois le trafic, la pluviométrie et la topographie de la route.

Photo 20 - Piste non revêtue

© Egis – Camille BOURDON

10.2. Méthode AASHTO

Principe La méthode décrite dans la partie 2, chapitre 4 du Guide AASHTO [105] est
conçue pour le dimensionnement des routes départementales et routes
forestières, non revêtues, aux USA.
Le dimensionnement est obtenu au moyen des abaques permettant de
déterminer l’épaisseur de la couche granulaire, augmentée avec une
épaisseur correspondant à la perte de matériaux granulaires, estimée
pendant la durée de vie de la chaussée.
Les paramètres nécessaires pour réaliser le dimensionnement sont les
suivants :
 Trafic exprimé en nombre cumulé de passages d’un essieu équivalent
de 8,2 t ou 18 kip ; le trafic doit être déterminé pour la saison sèche et la
saison humide. Au Sénégal, il conviendra de le multiplier par la formule
(8.2/13)5 pour exprimer le trafic équivalent en essieux de 13t.
 Module élastique du sol de plate-forme MR (en psi),
 Module élastique des couches granulaires :
EBS – module de la couche de base (en psi)
ESB – module de la couche de fondation (en psi).
 Epaisseur de la couche de base DBS (en inches).
 Perte de niveau du service ∆ PSI, admise entre la mise en service et la
fin de la durée de vie de la chaussée. Le PSI (Present Serviceability
Index) caractérise l’état de déformation de la chaussée, il est compris
entre 5 et 0.
 Orniérage admissible de la couche de surface, RD (en inches),
 Perte de matériaux granulaire, GL (en inches).

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 139 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

Couche de base Le dimensionnement est effectué avec l’utilisation de quatre abaques, dans
l’ordre :
 Détermination du trafic admissible saisonnier, basée sur la valeur du ∆
PSI (Figure 12),
 Détermination du trafic admissible saisonnier, basée sur l’orniérage
admissible (Figure 13).
Dommage total, choix de Une fois les trafics admissibles par saison déterminés, selon les deux
l’épaisseur de la couche de paramètres (∆PSI, orniérage), il est possible de calculer le dommage
base saisonnier en divisant le trafic admissible par le trafic attendu par saison.
La somme des dommages saisonniers donne le dommage total. L’épaisseur de
la couche de base est acceptable si le dommage est inférieur à 1.
En utilisant les résultats de calcul de dommage, la Figure 14 peut être
tracée ; l’épaisseur optimale est obtenue par itération avec différentes
épaisseurs de couche de base.
 Choix de l’épaisseur de la couche de base en fonction du dommage
total, selon les deux critères (Figure 14),
 Transfert d’une certaine épaisseur de la couche de base en couche de
fondation (Figure 15).

Figure 12 - Abaque d'AASHTO basé sur la perte de niveau de service [105]

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 140 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre
Figure 13 - Abaque AASHTO, basé sur l'orniérage admissible [105]

Figure 14 - AASHTO - Dommages pour différentes épaisseurs de couche de base [105]

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 141 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

Perte de matériaux L’épaisseur nécessaire (D BS) sera calculée en fonction de l’épaisseur


optimale de la couche de base et la perte de matériaux granulaire (GL)
suivant la formule suivante :

Plusieurs formules sont proposées pour déterminer la valeur de la perte de


matériaux granulaire (GL) :
1 Selon une étude avec des sections très chargées en PL (plus que
50%PL) :
GL = 0,12 + 0,1223 (LT), avec
 LT : nombre total de PL, en milliers.
2 Selon une étude menée en Kenya :
GLA = [T2/ (T2 + 50)] * f * (4,2 + 0,092T + 0,0889 R2 +1,88 VC), avec
 GLA = perte annuelle moyenne de gravier (en inches),
 T = trafic annuel dans les deux sens, en milliers de véhicules,
 R = pluviométrie annuelle (en inches),
 Vc = pente longitudinale de la chaussées
 f = coefficient en fonction des matériaux de chaussées (inches) :
= 0,037 pour graveleux latéritique,
= 0,043 pour gravier quartzique,
= 0,028 pour gravier volcanique,
= 0,059 pour gravier corallien.

NB : Cette même formule est citée également dans le guide CEBTP [102]
GLA = [T2/ (T2 + 50)] * f * (4,2 + 0,092T + 3.5 R2 +1,88 VC),
Où GL est en mm, R en m, V en m/km et f est en mm (x 25.4 inches) :
= 0,94 pour graveleux latéritique,
= 1.1 pour gravier quartzique,
= 0.7 pour gravier volcanique,
= 1.5 pour gravier corallien.

Couche de fondation L’épaisseur de la couche de fondation est déterminée en transférant une


certaine épaisseur de la couche de base en couche de fondation, selon la
démarche suivante :
 Choisir l’épaisseur finale de la couche de base (DBS f),
 Tracer une droite jusqu’au module estimé de la couche de fondation
(ESB),
 Traverser avec la droite l’échelle correspondant à la diminution de
l’épaisseur de la couche de base (DBS i - DBS f),
 L’épaisseur nécessaire de la couche de fondation (DSB) est donnée (en
inches) en fonction du module estimé de la couche de base EBS (en
inches).

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 142 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre
Figure 15 - AASHTO – Equivalence couche de base et fondation [105]

Catalogue AASHTO Le guide AASHTO propose également une fiche catalogue (Figure 16) qui
donne l’épaisseur de la couche de base nécessaire (4 à 17 pouces) en
fonction des paramètres suivants :
 3 classes de trafic (exprimé en essieux équivalents de 8,2 tonnes) :
 Trafic intense : 60 000 – 100 000,
 Trafic moyen : 30 000 – 60 000,
 Trafic faible : 10 000 – 30 000.
 5 classes de qualité du sol support :
Très bon, Bon, Moyen, Faible, Très faible.
 Zone climatique :
 I – zone humide, sans période de gel,
 II – zone humide, cycles de gel – dégel,
 III – zone humide, longue période de gel suivi d’une période de
dégel en de printemps,
 IV – zone sèche, sans période de gel,
 V – zone sèche, cycles de gel – dégel,
 VI – zone sèche, longe période de gel suivi d’une période de
dégel au printemps.
Les zones climatiques du Sénégal peuvent correspondre aux zones I ou IV
du classement précèdent, selon l’humidité de la région.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 143 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

Figure 16 - Catalogue AASHTO pour routes non revêtues [105]

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 144 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

10.3. Méthode de Tanzanie

Principe La méthode de dimensionnement des routes non revêtues de Tanzanie est


présentée dans le Manuel « Pavement and materials design manual – The
United Republic of Tanzania 1999. » [110]

Des structures types sont déterminées selon :


 la classe de portance de la plate-forme, fonction du CBR : S3, S7 ou
S15 (Tableau 81),
 le trafic attendu AADT (Average annual daily traffic),
 le climat (sec, modéré ou humide),
 la catégorie de la route :
 Route principale : AADT < 300 véhicules/jour,
 Route secondaire : AADT < 50 véhicules/jour.

La structure granulaire obtenue est constituée :

 d’une couche de surface, noté GW (Tableau 82 et Tableau 83),


 d’une ou plusieurs couches d’assise, noté G7 et G15.
Au Sénégal, le climat sera considéré humide (plus de 3 mois de pluie
pendant lesquels les précipitations sont supérieures à la capacité
d’évaporation) en Casamance et modéré sur le reste du pays (1 à 3 mois
de pluie).

Figure 17 - Structure de la chaussée, routes non revêtues [110]

Tableau 81 - Classe de plateforme [110]

CBR %

Densité de
climat humide ou climat sec
détermination du
Classe de plateforme modéré (les deux exigences sont à respecter) CBR
Valeur à 4 jours
d’immersion Valeur à 4 jours
Valeur à wOPM
d’immersion
S15 ≥ 15 ≥ 15 ≥ 7 95% dsOPM
S7 7 - 14 7 - 14 3 - 14 93% dsOPM
S3 3-6 3-6 2-6 100 % dsOPN

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 145 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

Couches de la chaussée Les structures sont détaillées au Tableau 84 et au Tableau 85.


Couche de structure (G7 et Si la plate-forme ne présente pas une portance suffisante, la mise en œuvre
G15) d’une couche de structure est prévue. Cette couche granulaire sera
constituée de matériaux de CBR > 15 (G15) ou > 7 (G7) en fonction de la
portance de la plate-forme ; leurs caractéristiques sont détaillées au
Tableau 82.

Couche de surface (GW) Le Tableau 83 représente les caractéristiques nécessaires de la couche de


surface dans le cas d’une route principale.
Pour les routes secondaires, les valeurs de CBR peuvent être baissées de
15 % par rapport aux valeurs données au Tableau 82.
La pente transversale sera de 4 à 6%.

Usure annuelle La couche de surface nécessite un rechargement périodique pendant la


durée de vie de la chaussée. La fréquence de rechargement dépend de la
perte annuelle de matériaux granulaires. Cette valeur varie entre 1 et 3 cm
pour une route avec une valeur de TMJA égale à 100 véhicules/jour.

Tableau 82 - Caractéristiques des matériaux de structure, G15 et G7 [110]

Essai G15 G7
CBR [%], climat humide ou modéré Min 15 après 4 jours d’immersion Min 7 après 4 jours d’immersion
CBR [%], climat sec Min 15 à wOPM Min 7 à wOPM
(les deux exigences sont à respecter) Min 7 après 4 jours d’immersion Min 3 après 4 jours d’immersion
gonflement [%]     à 100%dsOPM Max 1.5 Max 2.0
IP [%] Max 25 Max 30
Taille maxi des particules, Dmax 2/3 de l’épaisseur de couche 2/3 de l’épaisseur de couche
Epaisseur de couche compactée [cm] Max 25 Max 25

Tableau 83 - Caractéristiques de la couche de surface GW, routes principales [110]

Exigences
Caractéristiques des
Type de climat
matériaux
Humide Sec ou tempéré
Minimum 25
CBR [%] à 95% dsOPM après 4 jours Minimum 25 à wOPM
d’immersion
% de passant à 37.5 mm Minimum 95
Retrait SP
SP = LS x (% pass. 0.425 120-4001)
mm)
Coefficient classement GC2) 16 - 34
Densité sèche in situ Min 95 %dsOPM
1)
En zones bâties, un maximum de 270 de SP est souhaitable pour réduire les problèmes
de poussières.
2)
GC = [(% passant 28 mm) – (% passant 0.425 mm)] x (% passant 5 mm / 100)

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 146 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

Tableau 84 - Structures routes principales [110]

Classe TMJA (véhicule/jour)


plateforme < 20 20 - 100 100 - 300

S15

S7

climat climat humide climat climat humide


climat climat humide sec/modéré sec/modéré
sec/modéré

S3

Tableau 85 - Structures de routes secondaires [110]

Classes de plateforme
S3
S15 ou S7
climat sec ou modéré climat humide

surface

assise aucune

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 147 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

10.4. La méthode CEBTP

Principe Cette méthode est présentée dans le guide « CEBTP- Guide Pratique de
dimensionnement des chaussées pour les pays tropicaux - 1984 » [102].
Il s’agit de calculer l’épaisseur minimale de matériau nécessaire pour éviter
le poinçonnement du sol de la plate-forme en tenant en compte de la
fréquence de rechargement, puis de déterminer la surépaisseur utile pour
pallier l’usure des matériaux sous le trafic.
CBR corrigé Une certaine plastification du sol est admise : pour le dimensionnement des
routes en terre, un CBR corrigé supérieur à celui habituellement retenu est
pris en compte (Figure 18). Le CBR corrigé est déterminé de la manière
suivante :
 Tracer l’asymptote à la courbe effort – déformation,
 Déterminer la charge de rupture,
 Calculer le CBR pour un enfoncement de 2,5 mm,
 Déterminer le CBR corrigé à partir de la pression égale à la moitié de la
contrainte de rupture.

Figure 18 - Exemple de calcul de CBR pour une route en terre [102]

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 148 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

Epaisseur de chaussée L’épaisseur minimale de chaussée, fonction du CBR corrigé du sol et du


trafic prévu, est déterminée avec la formule de PELTIER :

Avec :
 e = épaisseur en cm,
 N = nombre de poids lourds de plus de 3 tonnes par jour,
 P = poids de la roue maximale en tonnes (ou de deux roues jumelées).
 CBR = Valeur de CBR corrigé selon la méthode décrite ci-avant.
Les abaques de Road Research Laboratory (Figure 19) peuvent
également être utilisés.

Figure 19 - Abaque de Road Research Laboratory [102]

Usure sous le trafic On peut admettre en général les usures suivantes :


 1 cm/an pour une intensité du trafic de 10 à 30 véhicules/jour,
 2 cm/an pour une intensité du trafic de 30 à 100 véhicules/jour,
 3 cm/an pour une intensité du trafic de 100 à 300 véhicules/jour.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 149 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

Qualité des matériaux


CBR Le CBR minimal des matériaux est fonction du trafic :
 Si le trafic est supérieur à 30 véhicules/jour – CBR corrigé ≥ 30,
 Si le trafic est inférieur à 30 véhicules/jour – CBR corrigé ≥ 20.
Si la route doit être ultérieurement revêtue, un CBR (non corrigé) au moins
égal à 30 est exigé.
IP Les caractéristiques de plasticité dépendent du climat :
 Chaud et humide : wL ≤ 35, IP entre 10 et 15,
 Tropical à saison sèche : wL ≤ 40, IP entre 15 et 25,
 Aride : wL ≤ 55, IP entre 10 et 30.
Granulométrie Les fuseaux granulométriques du matériau de route en terre à respecter
sont présentés au Tableau 86. Le fuseau 2 est recommandé.

Tableau 86 - Fuseaux granulométriques

Pourcentage passant
Diamètre
1 2 (recommandé) 3
40 mm 100
20 mm 100 100 85-100
10 mm 70-100 65-100 35-100
5 mm 50-90 45-85 40-95
2 mm 30-60 30-68 23-77
1 mm 25-50 25-55 18-62
0.5 mm 20-40 20-48 15-54
0.2 mm 13-35 15-37 12-43

80 10-30 12-32 10-38

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 150 sur
Version provisoire V2 202
Routes en terre

10.5. Entretien des routes non revêtue : Viziret

Rechargement Il faut prévoir qu’à tout moment, l’épaisseur minimale de la structure reste
au moins égale à l’épaisseur minimale calculée lors du dimensionnement
initial. Dès que l’épaisseur des couches après usure atteint cette valeur
minimale, un rechargement doit être prévu.
Le principal inconvénient reste la poussière pendant la saison sèche.
Dégradations Les dégradations structurelles qui affectent les routes non revêtues sont :
 la formation de tôle ondulée (malgré l’emploi de matériaux cohésifs).
 la formation de nids de poule,
 les déformations (arrachements de matériaux, orniérage,
affaissement),
 la formation de ravines latérales ou longitudinales, l’entrainement des
parties fines argileuses par les eaux superficielles depuis la chaussée
vers les accotements et les fossés latéraux.
Principe du système Viziret est un système de gestion de l’entretien d’un réseau de routes non
VIZIRET revêtues, mis au point par le LCPC. Il permet la quantification et la
qualification des dégradations d’une route non revêtue et propose :
 Une liste de travaux type d’entretien,
 Une classification des dégradations avec une grille de quantification de
la gravité de chacune d’elles en relation avec la liste des travaux types,
 Un indice de viabilité défini par la prise en compte de l’ensemble des
dégradations structurelles.
Le lecteur pourra se référer à cette méthode pour définir les travaux
d’entretien d’une route non revêtue.
Perte annuelle de matériaux La perte de matériaux sous trafic y est définie dans le Tableau 87.

Tableau 87 - perte annuelle de matériau en fonction du trafic, du site et de la pluviométrie

Trafic (véhicule/jour) Site neutre


0-50 15 mm
50-100 20 mm
100-200 25 mm
200-400 30 mm
>400 35 mm
Correction Pluie isohyète (mm) Site
0 < 1250 Neutre
+ 10 % 1250-1500 Vallonné
+ 20 % 1500-2500 Accidenté
+ 30% >2500 Très accidenté

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 151 sur
Version provisoire V2 202
Routes urbaines

11. Routes urbaines


Spécificités de Si la méthode de dimensionnement est identique à celle écrite
conception et précédemment, les chaussées urbaines présentent des spécificités qui
d’exploitation doivent être prises en compte dans les choix faits à la conception.
La voirie urbaine doit être conçue pour tous les usagers de la ville :
automobiles, véhicules de livraison et de service, transports collectifs, deux-
roues, piétons, riverains, concessionnaires des réseaux, occupants du
domaine public, etc. Elle doit donc assurer la meilleure cohabitation
possible, en harmonie et en toute sécurité, pour l’ensemble des usagers.
La voirie urbaine doit satisfaire les exigences classiques des routes :
 la durabilité,
 la sécurité,
 le confort,
 la disponibilité,
 l’économie,
 la facilité d’entretien.
et des exigences spécifiques complémentaires:
 contribution à la réduction des nuisances sonores,
 participation à la gestion des eaux pluviales,
 intégration harmonieuse à l’environnement bâti,
 résistance à une circulation souvent canalisée,
 facilité de nettoyage.

Photo 21 - Route sénégalaise en agglomération

© Sénélabo – Julien ANDRE

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 152 sur
Version provisoire V2 202
Routes urbaines

Contraintes de chantier Un chantier en milieu urbain présente plusieurs contraintes de construction :


 les emprises et les chantiers sont en général de taille réduite, le
matériel traditionnel est donc peu adapté,
 la présence d’émergence des seuils peut poser problèmes pour le
respect des épaisseurs et de la qualité du compactage des matériaux.
 la sécurité des riverains à proximité des chantiers doit être garantie,
 la coordination chantiers/espace public doit être assurée,
 les nuisances liées à la pollution, au bruit, aux poussières doivent être
réduites.
Dans le cas d’une réhabilitation de chaussée existante en milieu urbain :
 le niveau final de la chaussée est fixé : il dépend directement de la
chaussée en place. Les contraintes de niveau – caniveaux, avaloirs,
bordures, seuils d’habitation – rendent le rechargement souvent
inadapté. La solution de réhabilitation la plus fréquente est donc le
décaissement total ou partiel de la chaussée existante.
 La présence de réseaux enterrés implique également le recours à des
matériaux granulaires, en petite quantité.

Couche de surface Le choix de la couche de roulement dépend de la zone d’application (voie


de circulation, giratoire, arrêt bus, parking) et des objectifs recherchés vis-à-
vis des caractéristiques d’usage (l’adhérence, le bruit, le confort par temps
de pluie, l’uni).
Par rapport aux couches de surface proposées dans les structures types :
 des considérations d’ordre esthétique ou visuel peuvent imposer une
couche de roulement spécifique (couche de roulement colorée ou
d’aspect particulier).
 si la voie supporte des véhicules de transport en commun, si la zone est
exposée à des freinages fréquents (carrefours, voies et arrêts de bus,
etc.), une attention particulière doit être portée au choix de la couche de
surface (enrobé anti-orniérant par exemple avec une épaisseur de 5 cm
minimum) et à la qualité de la couche d’accrochage.

Trafic Le trafic en milieu urbain est souvent canalisé, mais les PL sont également
moins chargés. Ainsi la valeur du CAM peut être éventuellement moindre
qu’en rase campagne. A titre indicatif, le Tableau 88 montre quelques
exemples de CAM utilisés en milieu urbain en France (source Catalogue de
dimensionnement des chaussées, Lille- 2000) [116]. Le calcul du CAM est
explicité en « annexe G Exemple calcul CAM ».
Le fait que la largeur de chaussées soit réduite est pris en compte dans la
valeur de coefficient de répartition transversale (Tableau 4) utilisé pour le
calcul du trafic.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 153 sur
Version provisoire V2 202
Routes urbaines
Tableau 88 - Exemple de l’agressivité du trafic urbain [116]

Typologie Description de la voirie CAM


Circulation réduite, absence de bus, secteur résidentiel, vie locale
Voie de importante, présence de commerces, bennes de ramassage des ordures
desserte ménagères, livraisons occasionnelles (la typologie de cette voie peut 0.01
correspondre à moins de 25 PL peu chargés/j/voie sur la voie la plus
chargée).
Voie de Liaisons entre quartiers, peu de trafics de transit, quelques bus (la typologie
distribution de cette voie peut correspondre à moins de 100 PL moyennement 0.1
chargés/j/voie sur la voie la plus chargée).

Voie artérielle Avenues, boulevards, pénétrantes, voies supportant partiellement du trafic


de transit, des PL et des bus (la typologie de cette voie peut correspondre à 0.5
moins de 300 PL chargés/j/voie sur la voie la plus chargée).
Autre Plus de 300 PL très chargés/j/voie sur la voie la plus chargée. Calcul spécifique

Couches de forme On retiendra, en général, des couches de forme granulaires permettant


l’obtention d’une PF1, PF2 ou PF2qs.
En milieu urbain, les classes de plateforme traitées PF3 et PF4 peuvent
poser des problèmes d’exécution lors du traitement (présence des réseaux,
faibles surfaces, nuisance liée à la poussière/liant).

Photo 22 - Chaussée urbaine

© Sénélabo – Julien ANDRE

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 154 sur
Version provisoire V2 202
Profil en travers, accotements, drainage

12. Profil en travers, accotements, drainage

12.1. Caractéristiques géométriques

Présentation Les structures de chaussée figurant dans les tableaux de structures sont
définies au bord de la voie la plus chargée, côté rive en général. Le présent
chapitre est une synthèse sommaire des différents éléments à prendre en
compte pour définir le profil en travers.

Pour en savoir plus En matière de géométrie, les référentiels pouvant être utilisés sont les
suivants :
 Etablissement des coupes transversales de chaussée – SETRA 1988
[153],
 Aménagement des routes principales ARP 1994 [117],
 ICTAAL Instruction sur les conditions techniques d’aménagement des
autoroutes de liaisons - SETRA 2000 [146],
 ICTAVRU Instruction sur les conditions techniques d’aménagement des
voies rapides urbaines CERTU 2009 [147],
 Guide technique chaussée béton SETRA 1997 [148].
Profil en travers Plusieurs éléments sont à considérer dans la réalisation des coupes
transversales de la chaussée :
 caractéristiques géométriques du projet,
 cohérence nécessaire entre la chaussée et la Bande Dérasée (BDD et
BDG),
 dispositifs d’assainissement (type et positionnement),
 équipements liés à l’exploitation (type et positionnement),
 contraintes des matériaux, matériels et techniques de mise en œuvre,
 possibilités d’entretien routier ultérieur.
Caractéristiques Les caractéristiques géométriques dépendent du type d’infrastructure.
géométriques La Figure 20 et la Figure 21 illustrent la construction du profil en travers sur
route principales conformément du Guide technique : Aménagement des
Routes Principales (ARP) du SETRA – LCPC. [117]

Figure 20 - PT type 2x2 voies


Accotement Chaussée T.P.C Chaussée Accotement

Berme B.D.D B.D.G B.D.G B.D.D Berme


m m m m

S B.M S

Largeur roulable Largeur roulable


Plate Forme

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 155 sur
Version provisoire V2 202
Profil en travers, accotements, drainage
Figure 21 - PT type 2x1 voies

Accotement Chaussée Accotement

Berme B. D B. D Berme
m m

S S

Largeur roulable

Plate Forme

Légende
 B.D : Bande Dérasée (B.D.D - Bande Dérasé Droite, B.D.G - Bande
Dérasé Gauche)
 B.M : bande médiane
 m : marquage de rive
 S : Surlargeur structurelle de chaussée supportant le marquage de rive
(m)
 T.P.C : Terre-Plein Central

La largeur de chaussée sera de 7m minimum pour un trafic > 1000


véhicules /jour. [101]
En pratique, la structure de chaussée pourra être prolongée sous la BDD et
la BDG [152].
Le profil en travers permet de définir les largeurs, les pentes transversales
en alignement et en courbe des chaussées et des accotements, la position
du point de rotation du dévers qui définit l’emplacement en profil en travers
de la ligne de référence du profil en long (ligne rouge).

Couche de forme La plateforme peut être dérasée ou avec décaissement partiel ou total de la
chaussée.
La largeur de la couche de forme, dans le cas d’une plateforme dérasée
(recommandé), est indiquée au Tableau 89.

Tableau 89 - Largeur de la couche de forme sur une plateforme dérasée

Côté TPC (le cas échéant) Côté extérieur


Couche de forme sur tout le TPC, si TPC < 5m Couche de forme granulaire sur toute la PF
Couche de forme traitée avec sur-largeur de 1.5m par
Couche de forme avec sur-largeur de 1.5m par rapport rapport à la couche de roulement si pas de BAU
au bord de la couche de roulement, si TPC > 5m Couche de forme traitée avec sur-largeur de 3m par
rapport à la couche de roulement si BAU

Lorsque la pente de la plateforme doit être réglée selon une pente différente
afin de la protéger des dégradations dues au ruissellement, il faut adopter
une procédé de rattrapage permettant de se raccorder à la pente théorique
optimale à la base de la chaussée : par apport d’une sous-couche de
chaussée, traitement du support, remodelage de la plateforme ou
augmentation de la couche de fondation.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 156 sur
Version provisoire V2 202
Profil en travers, accotements, drainage

Pente des bords de Les pentes des talus des bords de couches de chaussée sont indiquées au
couches Tableau 90.

Tableau 90 - Pente de talus des couches de chaussée

Technique Pente des talus


Enrobé de surface BB verticale
GB, EME 2 de haut / 1 de base
MTLH, GNT 1 de haut / 1 de base
BC, BM verticale

Sur-largeurs Pour assurer de bonnes conditions de mise en œuvre et le bon


fonctionnement mécanique de la structure, on pratiquera en tête de couche
les sur-largeurs indiquées au Tableau 91.

Tableau 91 - Sur-largeurs de chaussée

Technique Côté accotement


25 cm par rapport à la largeur de chaussée
BB
(+10 cm entre roulement et liaison)
20 cm par rapport à la largeur de la couche
de surface
GB, EME, MTLH, GNT
(+20 cm supplémentaires entre base et
fondation côté extérieur)
25 cm à 50 cm par rapport à la largeur de
BC
chaussée
BM 10 cm par rapport à la largeur de la dalle

12.2. Accotement

Objectifs L’accotement s’étend de la limite de la chaussée et la limite de la


plateforme. Il est constitué d’une bande dérasée comprenant la surlageur de
chaussée supportant le marquage de rive et d’une bande stabilisée ou
revêtue et d’une berme.
Les différentes fonctions de l’accotement sont multiples et notamment :
constituer un épaulement de la chaussée, participer à l’évacuation des
eaux, constituer une zone de récupération pour les véhicules en perte de
contrôle et une zone d’évitement de certaines collisions, participer à la
lisibilité de la route, constituer une zone permettant la circulation des
piétons, voire des deux roues, permettre l’arrêt hors de la chaussée, faciliter
les entrées et sorties de riverains, supporter les équipements de
signalisation et de balisage [122].
Les accotements contribuent à la sécurité et à la maintenance du
patrimoine. Ils doivent permettre les arrêts d’urgence des véhicules.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 157 sur
Version provisoire V2 202
Profil en travers, accotements, drainage

Type des accotements


Accotement revêtu L’accotement reçoit un revêtement d’étanchéité en :
 enrobé, pour les trafics de TMJA ≥ 3000 véhicules/jours,
 enduit gravillonné, pour les trafics de TMJA < 3000 véhicules/jours.
La différentiation visuelle de l’accotement par rapport à la chaussée est
préférable (marquage, couleur ou type de revêtement).
La réalisation d’accotement revêtu est recommandée pour éviter l’apparition
d’une dégradation de la chaussée, type dentelle de rive.
Les autoroutes présentent un accotement revêtu, appelé bande d’arrêt
d’urgence (BAU) qui est parfois dimensionnée non seulement pour
recevoir un véhicule s’arrêtant, mais aussi pour permettre la circulation des
véhicules de secours, d’entretien ou d’exploitation.

Photo 23 - Accotements revêtu

© Sénélabo – Julien ANDRE

Accotement stabilisé L’accotement stabilisé est utilisé pour les routes à moyen et fort trafic.
La bande dérasée est renforcée pour permettre de supporter la charge
occasionnelle d’un véhicule. La couche d’assise des BDD et BDG sera
constituée de GNT à granularité adaptée à l’épaisseur de mise en œuvre.
La couche de roulement sera identique à celle des voies circulées et
appliquée sur la largeur complète des Bandes Dérasées.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 158 sur
Version provisoire V2 202
Profil en travers, accotements, drainage

Accotement non stabilisé Ce type d’accotement, qui n’est ni stabilisé ni revêtu, se trouve en rase
campagne à faible trafic. Dans le cas de chaussées à faible trafic (TMJA <
1000 véhicule/jour) l’accotement non revêtu est acceptable, cependant une
couche d’imprégnation sur au moins 50 cm de largeur est à prévoir. Pour
les trafics > 1000 véhicules/jour, il est recommandé de prévoir un enduit
monocouche sur 1 à 2 m au-delà de la couche de roulement [102].
L’accotement non stabilisé présente une portance insuffisante pour
supporter la charge d’un véhicule à l’arrêt.
Un accotement non stabilisé mais qui s’est consolidé dans le temps, comme
ceux de nombreuses anciennes routes rurales, peut à plus long terme
présenter les caractéristiques d’un accotement stabilisé.
Dans le cas d’un accotement enherbé, ce qui évite l’érosion, on veillera à un
entretien régulier par fauchage et dérasement pour éviter que le niveau de
l’accotement se retrouve au-dessus de celui de la chaussée, ce qui
causerait des retenues d’eau à l’interface.

Figure 22 - BD revêtue

Chaussée Accotement
BD revetu Berme
50
20 20 20

Couche de base
Couche de fondation

Figure 23 - BD non revêtue

Chaussée Accotement
25 20 20

Couche de base

Couche de fondation

Pente Les accotements participent au bon fonctionnement du drainage de la


chaussée. Une pente transversale adéquate permet de favoriser
l’évacuation des eaux de surface. La pente transversale optimale varie de
2,5% pour des accotements revêtus (sur-largeur de chaussée), 4-5 % pour
la partie stabilisée, à 6% pour des accotements imprégnés [102].

Largeur La largeur de l’accotement varie en fonction de la vitesse pratiquée.


Sauf circonstances particulières comme les routes en relief difficile ou
disposant de peu d’emprise, il est souhaitable que la largeur de la bande
dérasée ne soit pas inférieure à 1,50 m en section courante. Elle atteindra
3m pour les autoroutes à trafics les plus élevés (BAU).
Sur les zones à emprises limitée mais où il existe un fossé, il faut envisager
la solution de suppression du fossé (obstacle agressif) et son remplacement
par des cunettes, caniveaux ou tranchées drainantes.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 159 sur
Version provisoire V2 202
Profil en travers, accotements, drainage

Matériaux
Portance Comme les accotements doivent permettre l’arrêt urgence des véhicules ou
occasionnellement leur stationnement, la portance minimum suivante est
exigée :
 CBR ≥ 20 pour un TMJA < 3000 véhicule/jour,
 CBR ≥ 30 pour un TMJA > 3000 véhicule/jour. [102]

Perméabilité Il n’est généralement pas nécessaire d’étendre la structure de la chaussée


sous l’accotement, mais si la structure de chaussée comporte des
matériaux non traités, il est recommandé de la prolonger à l’identique sous
l’accotement pour assurer un bon drainage. D’une manière générale, les
accotements devront être réalisés avec des matériaux ayant une
perméabilité au moins égale à celle des matériaux de chaussée afin
d’assurer le drainage de la chaussée et éviter absolument ainsi une
structure de chaussée « baignoire ».
Pour assurer le bon fonctionnement mécanique de la structure, on distingue
les deux cas suivants en fonction de la perméabilité de la couche de base et
de la couche de fondation :
 Couche de base avec une perméabilité inférieure ou égale à la couche
de fondation : on réalise les accotements avec le même matériau que la
couche de fondation (Figure 24).

Figure 24 - Accotements des matériaux de la couche de fondation [102]

 Couche de base avec une perméabilité supérieure à la couche de


fondation : le matériau de la couche de base est répandu sur toute la
largeur de la chaussée y compris en accotement (Figure 25). On peut
même prévoir de mettre en assise des accotements, un matériau de
perméabilité supérieure à celle du matériau de chaussée [118].

Figure 25 - Accotements des matériaux de la couche de base [102]

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 160 sur
Version provisoire V2 202
Profil en travers, accotements, drainage

12.3. Assainissement et Drainage

Problématique Le vocabulaire technique routier en français distingue l’assainissement


(eaux superficielles) du drainage (eaux internes). Cette différenciation
suppose implicitement des réseaux séparés.
L’eau est un facteur important à prendre en compte dans le projet. En effet
l’eau peut :
 détruire ou dégrader l’infrastructure,
 perturber le trafic,
 mettre en péril la sécurité des usagers
 impacter négativement l’environnement.
La tenue à long terme de la chaussée nécessite un réseau bien conçu.
Pour en savoir plus En matière d’assainissement et de drainage, les référentiels pouvant être
utilisés sont les suivants :
 Guide technique Assainissement routier – Octobre2006 – SETRA –
LCPC [125]
 Guide technique Drainage routier – Mars 2006 – SETRA-LCPC [126]
 Guide technique Pollution d’origine routière – Août 2007 – SETRA-
LCPC [129]
Objectifs L’assainissement routier concerne les eaux superficielles dans l’emprise
de l’infrastructure routière. Son rôle est de les collecter et les évacuer le
plus rapidement possible des voies de circulation vers les ouvrages de
traitement et/ou régulation puis vers l’exutoire situé en aval de
l’infrastructure. La réduction des nuisances quantitatives et qualitatives sur
le milieu récepteur sera recherchée.
Le drainage routier collecte et évacue les eaux internes présentes dans le
sol support et les chaussées.

L’assainissement de Le réseau d’assainissement collecte les eaux superficielles dans l’emprise


plate- forme du projet routier : chaussées, BAU, accotements, TPC, talus, délaissés. Il
est conçu pour mettre hors d’eau les voies de circulation et de
stationnement. Son dimensionnement est lié à la pluviométrie de la région
concernée.
Un réseau d’assainissement est un assemblage d’éléments élémentaires
qui peuvent être linéaires ou ponctuels, superficiels ou enterrés,
engazonnés ou revêtus. Le réseau d’assainissement routier a la particularité
d’être constitué principalement d’éléments linéaires parallèles à l’axe de la
route.
Il fonctionne en général de façon gravitaire et à surface libre, entre un point
haut et un point bas. Le recours à des conduites sous pression, des postes
de refoulement et des postes de relevage doit rester exceptionnel et être lié
à une configuration complexe (secteur urbain par exemple).
Les ouvrages élémentaires sont répartis en cinq grandes familles :
 les réseaux longitudinaux (parallèles à l’axe de la route),
 les réseaux transversaux (perpendiculaires à l’axe de la route, assurant
le transit d’un réseau longitudinal à un autre),
 les ouvrages de raccordement (nœuds : point de ramification,
changement d’ouvrage, point de rejet),
 les ouvrages de traitement et/ou de régulation (principalement les
bassins multifonctions),
 les exutoires (extrémité aval du réseau, point de rejet).

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 161 sur
Version provisoire V2 202
Profil en travers, accotements, drainage

Le drainage Le réseau de drainage collecte les eaux issues :


 des infiltrations au travers de la chaussée (par exemple, par la couche
de roulement dont la compacité ou l'épaisseur serait insuffisante, par la
fissuration des enrobés suite au durcissement du bitume sous les UV,
par faïençage des enrobés),
 des infiltrations depuis les accotements,
 des venues d’eau provenant des déblais ou des nappes phréatiques
(environnement latéral- infiltrations par capillarité).
Ces eaux s’infiltrent vers les interfaces des différentes couches de
chaussées et du sol support.
La mise en œuvre d’un drainage efficace participe à la préservation des
caractéristiques mécaniques des structures de chaussées.

Les dispositifs de drainage peuvent être :


 des fossés profonds,
 des tranchées drainantes,
 des saignées et des épis drainants,
 des écrans drainants de rives de chaussées (EDRC),
 des couches drainantes,
 des puits (drainage vertical),
 des masques et éperons drainants (dispositifs de stabilisation de talus
plus que drainage de la plate-forme).

Points singuliers de la Certaines parties d’ouvrage nécessitent plus que d’autres du drainage. Ces
chaussée points singuliers sont :
 des terres pleins et des îlots centraux,
 des zones de transition déblai/remblai,
 des points bas du profil,
 des zones de dévers en déblai.
Dans le cas de travaux d’élargissement, on veillera à ce que la continuité du
drainage de la chaussée existante soir assurée.

Matériaux de chaussés Les besoins de drainage de la structure de chaussée dépendent étroitement


de la nature des matériaux et des points singuliers.
Surface En surface, la pente transversale sera d’autant plus importante que les
matériaux de chaussée seront sensibles à l’eau. Ceci permettra une
évacuation le plus rapidement possible des eaux pluviales vers les fossés et
exutoires. En général la pente transversale est de 2.5% ; elle pourra
atteindre 4% maximum selon le projet (couche de surface ESU par
exemple).
Couches de chaussées L’imperméabilisation des matériaux sensibles à l’eau sera réalisée dès la
phase chantier (enduit de protection) en cas de risque de pluie.
Couche de forme La couche de forme sera hors d’eau (au-dessus du plus haut niveau des
nappes souterraines, au-dessus du niveau bas des fossés).
Elle pourra comporter :
 Drains + géotextile + couche drainante d/D
 Profil en travers type en remblai pour éviter remontée d’eau
 Fossés maçonnés très larges

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 162 sur
Version provisoire V2 202
Entretien

13. Entretien
Le Gouvernement du Sénégal met en place tous les trois ans, à travers le
PERA ministère des travaux publics et l’Ageroute, un Plan Triennal Glissant
(PTG). Ce PTG est établi par un économiste des transports sur la base
des campagnes d’inspections et d’auscultation du réseau (dégradations,
sondages, déflexions, uni, etc.) et permet de définir une programmation :
 des travaux d’entretien périodique et courant, financés par le Fond
d’Entretien Routier Annuel (FERA),
 des travaux de renforcement et de réhabilitation, financés par le BCI ou
des bailleurs de fonds.
Dans une optique de préservation du patrimoine, la politique d’entretien
est à prendre en compte dès le dimensionnement d’une chaussée neuve.

Réhabilitation / Le renforcement consiste à améliorer la structure de la chaussée par


Renforcement (Travaux apport de nouvelle(s) couche(s). II n'est pas prévu de modification des
engagés après caractéristiques géométriques de la route. La nature des couches à mettre
mobilisation de en œuvre et leurs épaisseurs font l'objet d'une étude détaillée spécifique à
chaque section.
financement)
La réhabilitation s'applique sur des sections où la chaussée est quasiment
détruite (dégradations structurelles : déformation, orniérage, fissuration de
fatigue et faïençage). Elle consiste à renforcer la chaussée et à prévoir des
travaux annexes complémentaires tels que des terrassements (remblai,
couche de fondation, etc.), des réparations d'ouvrages, la mise en état de
l'assainissement (longitudinal et transversal), le rechargement des
accotements, la reprise de la signalisation horizontale et verticale.

Entretien périodique L’entretien périodique consiste à réaliser une nouvelle couche de


roulement qui n'a pas d'effet de renforcement de la structure. Les travaux
portent sur la réalisation d’enduits superficiels ou d’enrobés bitumineux pour
les trafics les plus élevés. Les travaux annexes consistent en la réparation
des ouvrages d'assainissement et la reprise de la signalisation horizontale
et verticale.

Entretien courant (travaux L’entretien courant, défini dans le programme d’entretien routier (PERA),
annuels ou pluriannuels) se limite aux travaux de cantonnage à réaliser annuellement et
systématiquement sur l'ensemble du réseau (revêtu ou non). Les tâches
élémentaires sont :
 le désherbage des abords (débroussaillage),
 le curage des fossés, ouvrages hydrauliques, caniveaux et exutoires,
 l'entretien des ouvrages (buses et ponts),
 le bouchage des nids de poule, le colmatage des fissures, le traitement
des apparitions de dentelles de rives,
 le désensablement (manuel et mécanique),
 la surveillance du réseau, les interventions ponctuelles (accident, chute
d'arbre, etc.),
 et la mise en place des barrières de pluie pour la préservation des
routes en terre.
Il n'est pas prévu dans l'entretien courant de réalisation de couche de
roulement ou d'interventions sur la structure des chaussées (sauf en des
endroits très localisés).
En zone urbanisée, l’entretien courant peut inclure les tâches suivantes :
entretien du réseau d'assainissement, des bordures et trottoirs, de la
signalisation, des feux tricolores, etc.
Ces travaux d’entretien courant sont menés dans un but préventif c’est-à-dire de
façon à limiter la progression des dégradations encore mineures et à restreindre
tous les facteurs de dégradation future des chaussées et des ouvrages.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 163 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

14. Annexes

14.1. A Glossaire
Structure de chaussée
Ensemble de couches superposées de matériaux reposant sur la plate-forme support de chaussée,
destinées à répartir sur le sol naturel les efforts dus à la circulation des véhicules.

Chaussée
Structure composée d'une ou plusieurs couches destinée à faciliter le passage de la circulation sur le
terrain.

Couche élémentaire
Élément de chaussée mis en œuvre en une seule opération.

Couche
Élément structurel d'une chaussée, composé d'un seul produit normalisé. Une couche peut être
répandue en une ou plusieurs couches élémentaires.

Couche de surface
Couche de la chaussée en contact avec la circulation. La couche de surface peut être mise en œuvre
en une ou plusieurs couches appelées couche de roulement et couche de liaison.

Couche de roulement
Couche supérieure de la chaussée en contact avec la circulation.

Couche de liaison
Couche de chaussée entre la couche de roulement et l'assise.

Assise de chaussée
Élément structurel principal d'une chaussée. L'assise peut être mise en œuvre en une ou plusieurs
couches appelées couche de base, couche de fondation.

Couche de base-roulement
Couche de chaussée où la couche de base et la couche de roulement sont confondues.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 164 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Paramètres utilisés pour le dimensionnement des chaussées
La terminologie relative à la caractérisation du trafic est définie dans les normes NF P 98-080-1 et
NF P 98-082.

Essieu de référence
Essieu simple à roues jumelées de charge P0 égale à 130 kN.

Charge de référence
La charge de référence utilisée pour le dimensionnement est représentée par l'un des jumelages de
l'essieu de référence. ll est décrit à l'aide de deux disques de 0,125 m de rayon, d'entre-axe 0,375 m
et exerçant en surface de chaussée une pression uniformément répartie de 0,662 MPa ; les effets de
l'autre demi-essieu sur les points situés à l'aplomb de ce jumelage sont négligés.

Poids lourd
Véhicule dont le poids total autorisé en charge (PTAC) est supérieur à 35 kN, tel que défini dans la
norme NF P 98-082.

Trafic
Nombre de passages de véhicules dans une période déterminée (pour une voie de circulation ou
l'ensemble de la route, suivant la largeur de la voie). Pour le dimensionnement, seul le trafic poids
lourd est pris en compte.

Trafic poids lourd journalier moyen


Ensemble du trafic poids lourds compté, moyenné sur la période de comptage exprimé en trafic
moyen journalier annuel (TMJA), pour la voie la plus chargée.

Classe de trafic
Déterminée à partir du trafic journalier moyen (TMJA), notée Ti.

Agressivité d'un essieu


L’agressivité, A, est estimée vis-à-vis de l'endommagement par fatigue de la chaussée. Elle
correspond au dommage provoqué par le passage d'un essieu de charge P, par rapport au dommage
dû au passage d'un essieu standard de référence de charge P0.

Agressivité d'un poids lourd


L’agressivité d'un poids lourd est égale à la somme des agressivités de ses essieux.

Agressivité d'un trafic


C’est la somme arithmétique des agressivités de l'ensemble des véhicules d'un trafic donné.

Coefficient d'agressivité moyenne CAM


Le coefficient d'agressivité moyen d'un trafic donné est l'agressivité du trafic poids lourds considéré,
divisé par le nombre de poids lourds constituant ce trafic.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 165 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Trafic cumulé équivalent NE
Nombre de passages d'essieux de référence correspondant au trafic poids lourds cumulé sur la durée
de dimensionnement retenue, sur la voie la plus chargée.

Durée de dimensionnement
Durée de d années choisie pour le calcul de dimensionnement de la structure de chaussée.

Risque
Probabilité r (%) pour qu'apparaissent au cours de la durée de dimensionnement des désordres qui
impliqueraient des travaux de renforcement assimilables à une reconstruction de la chaussée, en
l'absence de toute intervention d'entretien structurel.

Trafic normal
Trafic que supporterait la route en l’absence des travaux prévus. Il s’agit donc du trafic qui
emprunterait cette route pendant la durée de vie envisagée même si les travaux projetés n’étaient
pas effectués mais en admettant que la route serait maintenue en l’état par la mise en œuvre d’une
stratégie d’entretien.

Trafic induit
Trafic directement imputable à la variation positive de l’activité économique consécutive à
l’amélioration de la route. Cette augmentation de l’activité économique est induite par la réduction des
coûts d’exploitation des véhicules, l’accroissement des rotations de PL à cause de la réduction des
temps de parcours et la réduction des coûts de transport qui pourrait en découler.

Trafic dérivé
Le trafic ayant la même origine et la même destination, mais qui en l’absence de la réalisation des
travaux du projet empruntaient d’autres routes « concurrentes » (trafic dévié) ou d’autres modes de
transports (trafic converti).

Partie supérieure des terrassements


Zone supérieure d'environ 1 m d'épaisseur des terrains en place (cas des déblais) ou des matériaux
rapportés (cas des remblais). Elle sert de support à la couche de forme ou, en son absence, aux
couches de chaussées.

Arase de terrassement
Surface de la partie supérieure des terrassements (PST) supportant la couche de forme (dans le cas
où elle est présente).

Couche de forme
Couche située entre la partie supérieure des terrassements et les couches de chaussées, permettant
d'homogénéiser les caractéristiques du sol support, d'atteindre et de pérenniser les performances
géométriques, mécaniques, hydrauliques et thermiques prises comme hypothèses dans la
conception et le calcul de dimensionnement de la chaussée. La couche de forme peut être constituée
de matériaux en place ou rapportés, traités ou non traités.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 166 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Plateforme de chaussée
Surface de la couche de forme supportant les couches de chaussées. Dans le cas où la couche de
forme n'est pas présente, la plate-forme se confond avec l'arase de terrassement.

Familles de structures
Structure souple
Structure comportant une couverture en matériaux bitumineux d'épaisseur inférieure ou égale à
0,12 m, parfois réduite à un enduit pour les chaussées à très faible trafic ou à un béton bitumineux
souple, reposant sur une ou plusieurs couches de matériaux granulaires non traités.
Structure bitumineuse épaisse
Structure composée d'une couche de surface et d'une couche de base en matériaux bitumineux ; la
couche de fondation peut être en matériaux bitumineux ou en grave non traitée. L'épaisseur totale de
matériaux bitumineux est supérieure à 0,12 m.

Structure semi-rigide ou à assise traitée au liant hydraulique


Structure composée d'une ou plusieurs couches en matériaux bitumineux sur une assise en
matériaux traités aux liants hydrauliques.
Structure mixte
Structure composée d'une couche de roulement et d'une couche de base en matériaux bitumineux
sur une couche de fondation en matériaux traités aux liants hydrauliques. Le rapport K de l'épaisseur
de matériaux bitumineux à l'épaisseur totale de chaussée est compris entre 0,4 et 0,5.
Structure inverse
Structure composée de couches bitumineuses, sur une couche en grave non traitée d'épaisseur
comprise entre 0,10 m et 0,12 m, reposant elle-même sur une couche de fondation en matériaux
traités aux liants hydrauliques.
Structure en béton de ciment
Structure comportant une couche de base-roulement en béton de ciment de plus de 0,12 m.

Structure progressive
La structure progressive est conçue en considérant plusieurs phases : la phase initiale de
construction de chaussée, sous-dimensionnée pour le trafic cumulé sur toute la durée de service, et
les phases d’entretien plus conséquentes et plus rapprochées (rechargement ou substitution) par
rapport à une structure classique. Cette solution permet de réduire au moment de la construction
l’épaisseur de chaussée et d’adapter les scénarios d’entretien en fonction de l’évolution réelle du
trafic.

Chaussée en rase campagne ou en milieu péri-urbain


Ensemble des chaussées routières à l'exclusion des chaussées urbaines.
Chaussée urbaine
Chaussée faisant partie intégrante d'une agglomération. Habituellement, il est retenu quatre
catégories indicatives de voies : les voies de desserte à circulation réduite, les voies de distribution,
les voies principales, les voies réservées aux transports en commun. Ces catégories peuvent évoluer
selon les agglomérations considérées.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 167 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Interface
Surface de contact entre deux couches de chaussées, de même nature ou de nature différente. Dans
la méthode de dimensionnement, le fonctionnement mécanique des interfaces peut être de type collé,
glissant ou semi-collé en fonction des matériaux en contact. Les interfaces sont aussi supposées
fermées, la prise en compte de situations physiques autres étant assurée par l'intermédiaire de
coefficients d'ajustement.
Interface collée
L'ensemble des déplacements est supposé continu, il en est de même pour les déformations dans le
plan de l'interface.
Interface glissante
Les contraintes de cisaillement horizontales sont supposées nulles. Les déformations dans le plan de
l'interface sont alors discontinues.
Interface semi-collée
Hypothèse de calcul correspondant à la demi-somme des résultats obtenus successivement avec
interface collé et interface glissante.

Sollicitation
Contrainte ou déformation élastique issue du calcul de la structure de chaussée.

Sollicitation admissible de contrainte ou de déformation dans une couche de chaussée


Intensité de contrainte ou de déformation élastique dans une couche de chaussée, à ne pas
dépasser.

Renforcement
Augmentation de l'épaisseur et de la rigidité des chaussées par l'application d'une couche de
matériaux convenablement traités, tout en conservant la chaussée existante.

Réhabilitation
Rénovation et mise à niveau de la chaussée et des équipements.

Qualité de compactage
Le niveau de qualité de compactage q1 est tel que : 50% des mesures de masse volumique
apparente sont supérieures ou égales à 100% de la masse volumique dsOPM et 95% des mesures
de masse volumique apparente supérieures ou égales à 98% de la masse volumique dsOPM (densité
fond de couche).
Le niveau de qualité de compactage q2 est tel que : 50% des mesures de masse volumique
apparente sont supérieures ou égales à 97% de la masse volumique dsOPM et 95% des mesures de
masse volumique apparente supérieures ou égales à 95% de la masse volumique dsOPM (densité
fond de couche).
Le niveau de qualité de compactage q3 est tel que : 50% des mesures de masse volumique
apparente sont supérieures ou égales à 98.5% de la masse volumique dsOPN et 95% des mesures
de masse volumique apparente supérieures ou égales à 96% de la masse volumique dsOPN (densité
fond de couche).

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 168 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

14.2. B Unités de mesure

Grandeur Unité
Longueur Mètre (m) ou pouce (inch)
Masse Kilogramme (Kg), Tonne (t)
Temps Seconde (s), heure (h)
Température Degré Celsius (°C)
Force KiloNewton (kN), kilopound (kp), kilopound – force (kip)
Pression Pascal (Pa), Mégapascal (MPa), Bar (Ba), pound per square inch (psi)
Fréquence Hertz (Hz)

Conversions 1 inch = 25.4 mm

1 t donne 1000 Kg x 9.81 m/s² = 9.81 kN


1 kN donne 0.102 t
1 KN = 102kp (kilopound) = 0.2248 kip (kilopound - force)

1 bar = 105 Pa = 0.1 MPa


1 psi (pound per square inch) = 0.00689476 MPa

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 169 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

14.3. C Sigles et notations


Trafic
AADT average annual daily traffic
CAM coefficient d'agressivité moyenne
CMAE charge maximale autorisée à l’essieu
C coefficient de cumul du trafic
Ci classe de trafic en nombre d’essieux de référence
n durée de dimensionnement de la chaussée
NE nombre équivalents d'essieux de référence sur la période de calcul retenue
NPL nombre cumulé de poids lourds sur la période de calcul retenue
PL poids lourd (véhicule de plus de 35 kN de PTAC)
PTAC poids total autorisé en charge
PTRA poids total roulant autorisé
t taux de croissance du trafic (%)
Ti classe de trafic à la mise en service en nombre de poids lourds journaliers annuel
TMJA trafic moyen journalier annuel

Support de chaussée
A,B,C,D,R,F classes des sols et matériaux rocheux
ARi classe i de portance à long terme de l'arase de terrassement
PFj classe j de portance à long terme de la plate-forme support de chaussée
PST partie supérieure des terrassements

Matériaux
BB béton bitumineux
BBM béton bitumineux mince
BBME béton bitumineux à module élevé
BBSG béton bitumineux semi-grenu
BBTM béton bitumineux très mince
BC béton de ciment
BCg béton de ciment goujonné
BM béton maigre
BQ banco-coquillage
BQc banco-coquillage traité au ciment
EME enrobé à module élevé
ESU enduit superficiel d'usure
GB grave-bitume
GC grave-ciment
GL grave latérite
GLli grave latérite litho-stabilisée
GLa grave latérite améliorée au ciment

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 170 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
GLc grave latérite traitée au ciment
GNT grave non traitée (de type « A » ou « B »)
GW gravel wearing course
MBCF matériaux bitumineux coulés à froid
MTLH matériaux traités aux liants hydrauliques
SC sable traité au ciment

Essais et grandeurs mesurées


CBR California Bearing Ratio (%), immergé ou immédiat
DCP Dynamic Cone Penetrometer
Dc déflexion caractéristique (mm/100)
Dm déflexion moyenne (mm/100)
Dmax Dimension du plus gros élément lors de l’analyse granulométrique (mm)
Ec module sécant à 30% de la résistance en compression simple (MPa)
Et module sécant à 30 % de la résistance en traction directe (MPa)
EV2 module à la plaque au second cycle de chargement (MPa)
Gv gonflement volumétrique (%)
lP indice de plasticité (%)
IPI indice portant immédiat (%)
k Coefficient de probabilité
MO teneur en matières organiques (%)
MVa masse volumique apparente (kg/m3)
OPM optimum Proctor modifié (densité sèche ds et teneur en eau w)
Rc résistance en compression simple (MPa)
Rf résistance en flexion (MPa)
Rt résistance en traction directe (MPa)
Rti résistance en traction indirecte (MPa)
σ écart type
TBA température bille-anneau
VBS valeur de bleu de méthylène d'un sol (g de bleu pour 100g de sol)
w teneur en eau (%)
wL limite de liquidité (%)
MEI méthode d’essai interne

Paramètres de dimensionnement
b pente de fatigue du matériau exprimée sous forme d'une loi bi-logarithmique
E module d'Young utilisée pour caractériser la rigidité des matériaux (MPa)
E(, f) module complexe d’un enrobé à la température  et à la fréquence f (MPa)
t,adm déformation réversible horizontale admissible en extension
z,adm déformation réversible verticale admissible en compression

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 171 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
t, déformation réversible en extension maximale dans le plan horizontal
z déformation réversible verticale maximale
6 amplitude de déformation pour laquelle la rupture conventionnelle en flexion sur
éprouvette d'enrobés bitumineux est obtenue au bout de 106 cycles au moins avec une
probabilité de 50 %, à 10 °C et 25 Hz.
6(, f) amplitude de déformation pour laquelle la rupture en flexion sur éprouvette est obtenue
au bout de 106 cycles au moins avec une probabilité de 50 %, à  °C et pour une
fréquence f.
f fréquence (Hz)
kc coefficient de calage
kd coefficient tenant compte dans le calcul des contraintes admissibles des discontinuités et
de l'incidence des gradients thermiques, pour les chaussées béton et semi-rigides
kr coefficient ajustant la valeur de déformation ou de contrainte admissible en fonction du
risque de calcul et des facteurs de dispersion
ks coefficient de prise en compte d'hétérogénéités locales de portance de la couche non liée
sous-jacente
 Coefficient de Poisson
r risque de calcul (%)
t,adm contrainte admissible en traction à la base d'une couche (MPa)
t contrainte en traction maximale dans le plan horizontal (MPa)
6 contrainte pour laquelle la rupture par traction en flexion sur éprouvette de 360 jours est
obtenue pour 106 cycles (MPa)
Sh écart-type sur l'épaisseur de la couche de matériau mise en œuvre en assise (m)
SN écart-type sur le logarithme du nombre de cycles entraînant la rupture par fatigue
 température de calcul (°C)
eq température équivalente (°C)
MR Module élastique du sol de la plate-forme (en psi)
PSI indice de viabilité de la chaussée (Present Serviceability Index)
 PSI perte de niveau de service
EBS module de la couche de base (en psi)
ESB module de la couche de fondation (en psi)
RD orniérage admissible en surface (en inches)
GL perte de matériaux granulaire (en inches)
DBS épaisseur nécessaire de la couche de base (en inches)
DSB épaisseur nécessaire de la couche de fondation (en inches)
GLA perte annuelle moyenne de gravier (en inches)

Catégories de voies
VRU voie rapide urbaine
RN route nationale
RD route départementale
RR route régionale

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 172 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Coupe transversale
BAU bande d'arrêt d'urgence
BD bande dérasée (BDG : bande dérasée de gauche, BDD : bande dérasée de droite)
BM bande médiane
CS couche de surface
m marquage de rive
S sur-largeur structurelle de chaussée portant le marquage de rive (m)
TPC terre-plein central
EDRC écran drainant de rive de chaussée

Organismes
ARMP Autorité de Régulation des Marchés Publics
LCPC Laboratoire Central des Ponts et Chaussées
SETRA Service d'Etudes sur les Transports, les Routes et leurs Aménagements
IFSTTAR Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des
Réseaux
UEMOA Union Economique et Monétaire Ouest Africaine
FERA Fond d’Entretien Routier Annuel

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 173 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

14.4. D Références normatives


Les documents de référence suivants sont indispensables pour l'application du présent document.
Pour les références datées, seule l'édition citée s'applique. Pour les références non datées, la
dernière édition du document de référence s'applique (y compris les éventuels amendements).

NF P 11-300 Exécution des terrassements - Classification des matériaux utilisables dans la


construction des remblais et des couches de forme d'infrastructures routières.
NF P 18-545 Granulats - Eléments de définition, conformité et codification.
NF P 94-078 Sols : reconnaissance et essais - Indice CBR après immersion. Indice CBR
immédiat. Indice Portant Immédiat - Mesure sur échantillon compacté dans le
moule CBR.
XP P94-090-1 Sols : reconnaissance et essais – Essais œdométrique – partie 1 : Essai de
compressibilité sur matériaux fins quasi saturés avec chargement par paliers
NF P 94-117-1 Sols : reconnaissance et essais - Portance des plates-formes - Partie 1 :
Module sous chargement statique à la plaque (EV2).
NF P 94-117-2 Sols : reconnaissance et essais - Portance des plates-formes - Partie 2 :
Module sous chargement dynamique.
NF P 98-080-1 Chaussées - Terrassements - Terminologie - Partie 1 : Terminologie relative au
calcul de dimensionnement des chaussées.
NF P 98-082 Chaussées - Terrassements - Dimensionnement des chaussées routières -
Détermination des trafics routiers pour le dimensionnement des structures de
chaussées.
NF P 98-086 Dimensionnement structurel des chaussées routières. Application aux
chaussées neuves.
NF P 98-100 Assises de chaussées - Eaux pour assises - Classification.
NF P 98-114-2 Assises de chaussées - Méthodologie d'étude en laboratoire des matériaux
traités aux liants hydrauliques -Partie 2 : Sables traités aux liants hydrauliques.
NF P 98-150-1 Enrobés hydrocarbonés - Exécution des assises de chaussées, couches de
liaison et couches de roulement - Partie 1 : Enrobés hydrocarbonés à chaud -
Constituants, formulation, fabrication, transport, mise en œuvre et contrôle sur
chantier.
NF P 98-170 Chaussées en béton de ciment - Exécution et contrôle.
NF P 98-200-1 Essais relatifs aux chaussées - Mesure de la déflexion engendrée par une
charge roulante - Partie 1 : définitions, moyens de mesure, valeurs
caractéristiques.
NF P 98-200-2 Essais relatifs aux chaussées - Mesure de la déflexion engendrée par une
charge roulante - Partie 2 : détermination de la déflexion et du rayon de
courbure avec le déflectomètre Benkelman modifié.
NF P 98-200-3 Essais relatifs aux chaussées - Mesure de la déflexion engendrée par une
charge roulante - Partie 3 : détermination de la déflection avec le
déflectographe 02.
NF P 98-200-4 Essais relatifs aux chaussées - Mesure de la déflexion engendrée par une
charge roulante - Partie 4 : détermination de la déflection avec le
déflectographe 03.
NF P 98-200-5 Essais relatifs aux chaussées - Mesure de la déflexion engendrée par une
charge roulante - Partie 5 : détermination de la déflexion avec la déflectographe
04.
NF P 98-200-6 Essais relatifs aux chaussées - Mesure de la déflexion engendrée par une
charge roulante - Partie 6 : détermination de la déflection avec le
déflectographe béton.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 174 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
NF P 98-200-7 Essais relatifs aux chaussées - Mesure de la déflexion engendrée par une
charge roulante - Partie 7 : détermination de la déflexion et du rayon de
courbure avec un curviamètre.
NF P 98-233-1 Essais relatifs aux chaussées - Détermination du comportement en fatigue des
matériaux traités aux liants hydrauliques - Partie 1 : Essai par flexion à
amplitude de contrainte constante.
NF P 98-234-2 Essais relatifs aux chaussées - Comportement au gel - Partie 2 : Essai de
gonflement au gel des sols et matériaux granulaires traités ou non de D ≤ 20
mm.
NF P 98-734 Matériels de construction et d'entretien des routes - Machines de répandage
des mélanges granulaires - Machine à coffrage glissant pour la mise en place
du béton de ciment - Terminologie - Prescriptions.
NF EN 197-1 Ciment - Partie 1 : composition, spécifications et critères de conformité des
ciments courants.
NF EN 206-1 Béton - Partie 1 : Spécification, performances, production et conformité (indice
de classement : P 18-325-1).
NF EN 459-1 Chaux de construction - Partie 1 : définitions, spécifications et critères de
conformité.
NF EN 459-2 Chaux de construction - Partie 2 : méthodes d'essai.
NF EN 933-11 Essais pour déterminer les caractéristiques géométriques des granulats -
Partie 11 : essai de classification des constituants de gravillons recyclés.
NF EN 12271 Enduits superficiels – Spécifications.
NF EN 1744-1 Essais visant à déterminer les propriétés chimiques des granulats - Partie 1 :
analyse chimique.
NF EN 12390-3 Essai pour béton durci - Partie 3 : Résistance à la compression des éprouvettes
(indice de classement : P 18-455).
NF EN 12390-6 Essai pour béton durci - Partie 6 : Résistance en traction par fendage
d'éprouvettes (indice de classement : P18-434).
NF EN 12591 Bitumes et liants bitumineux - Spécifications des bitumes routiers.
NF EN 12697-24 Mélanges bitumineux - Méthodes d'essai pour mélange hydrocarboné à chaud -
Partie 24 : Résistance à la fatigue (indice de classement : P 98-818-24).
NF EN 12697-25 Mélanges bitumineux - Méthodes d'essai pour mélange hydrocarboné à chaud -
Partie 25 : Essai de compression cyclique (indice de classement : P 98-818-25).
NF EN 12697-26 Mélanges bitumineux - Méthodes d'essai pour mélange hydrocarboné à chaud -
Partie 26 : Module de rigidité (indice de classement : P 98-818-26).
NF EN 12697-36 Mélanges bitumineux - Méthodes d'essai pour enrobés à chaud - Partie 36 :
détermination des épaisseurs de chaussée bitumineuse.
NF EN 13108-1 Mélanges bitumineux - Spécifications des matériaux - Partie 1 : Enrobés
bitumineux (indice de classement : P 98-819-1).
NF EN 13108-2 Mélanges bitumineux - Spécifications des matériaux - Partie 2 : Bétons
bitumineux très minces (indice de classement : P 98-819-2).
NF EN 13108-6 Mélanges bitumineux - Spécifications des matériaux - Partie 6 : Asphalte coulé
routier (indice de classement : P 98-819-6).
NF EN 13108-7 Mélanges bitumineux - Spécifications des matériaux - Partie 7 : Bétons
bitumineux drainants (indice de classement : P 98-819-7).
NF EN 13808 Bitumes et liants bitumineux - Cadre de spécification pour les émulsions
cationiques de liants bitumineux.
NF EN 13108-20 Mélanges bitumineux - Spécifications des matériaux - Partie 20 : Épreuve de
formulation (indice de classement : P 98-819-1) (indice de classement : P 98-
819-20).

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 175 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
NF EN 13285 Graves non traitées - Spécifications (indice de classement : P 98-845).
NF EN 13286-7 Mélanges avec ou sans liant hydraulique - Partie 7 : essai triaxial sous charge
cyclique pour mélanges sans liant hydraulique (indice de classement : P 98-
846-7).
NF EN 13286-40 Mélanges traités et mélanges non traités aux liants hydrauliques - Partie 40 :
Méthode d’essai de détermination de fa résistance à fa traction directe des
mélanges traités aux liants hydrauliques (indice de classement : P 98-846-40).
NF EN 13286-43 Mélanges traités et mélanges non traités aux liants hydrauliques - Partie 43 :
Méthode d'essai pour la détermination du module d'élasticité des mélanges
traités aux liants hydrauliques (indice de classement : P 98-846-43).
NF EN 13286-45 Mélanges traités et mélanges non traités aux liants hydrauliques - Partie 45 :
méthodes d'essai pour la détermination du délai de maniabilité (indice de
classement : P98-846-45).
NF EN 13286-47 Mélanges traités et mélanges non traités aux liants hydrauliques - Partie 47 :
méthode d'essai pour la détermination de l'indice portant Californien (CBR), de
l'indice de portance immédiate (IPI) et du gonflement linéaire (indice de
classement : P98-846-47).
NF EN 13286-50 Mélanges traités et mélanges non traités aux liants hydrauliques - Partie 50 :
méthode de confection par compactage avec un appareillage Proctor ou une
table vibrante des éprouvettes de matériaux traités aux liants hydrauliques
(indice de classement : P98-846-50).
NF EN 13286-52 Mélanges traités et mélanges non traités aux liants hydrauliques - Partie 52 :
méthode de confection par vibrocompression des éprouvettes de matériaux
traités aux liants hydrauliques (indice de classement : P98-846-52).
NF EN 13286-53 Mélanges traités et mélanges non traités aux liants hydrauliques - Partie 53 :
méthode de confection par compression axiale des éprouvettes de matériaux
traités aux liants hydrauliques (indice de classement : P98-846-53).
NF EN 13877-1 Chaussées en béton - Partie 1 : Matériaux (indice de classement : P 98-870-1).
NF EN 13877-3 Chaussées en béton - Partie 3 : Spécifications relatives aux goujons à utiliser
dans les chaussées en béton (indice de classement : P 98-870-3).
NF EN 14023 Bitumes et liants bitumineux - Cadre de spécifications des bitumes modifiés par
des polymères.
NF EN 14227-1 Mélanges traités aux liants hydrauliques- Spécifications- Partie 1: Mélanges
granulaires traités au ciment (indice de classement : P 98-887-1).
NF EN 14227-2 Mélanges traités aux liants hydrauliques-Spécifications - Partie 2 : Mélanges
traités au laitier (indice de classement : P 98-887-2).
NF EN 14227-3 Mélanges traités aux liants hydrauliques - Spécifications - Partie 3 : Mélanges
traités à la cendre volante (indice de classement: P 98-887-3).
NF EN 14227-5 Mélanges traités aux liants hydrauliques – Spécifications - Partie 5 : Mélanges
traités au liant hydraulique routier (indice de classement : P 98-887-5).
ASTM D 6951-3 Use of the Dynamic Cone Penetrometer in Shallow Pavement Applications

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 176 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

14.5. E Bibliographie
Liste des documents recueillis essentiellement auprès de l'AGEROUTE, APIX, DR (n°1 à 99)

N°   Années  route/sujet  Projets  Documents  Auteurs 


Assistance technique pour l'inventaire 
des corridors, le comptage de trafics, 
Direction des 
1  2012  Autre : trafic  les enquêtes O/D et le recueil de  Rapport final 
routes  
données disponibles sur l'ensemble du 
réseau routier national revêtu classé 
Contrôle et surveillance des travaux de  Rapport 
2  2011  N2  réhabilitation de la route nationale N°2  géotechnique   SGS 
entre Saint Louis et Rosso / Richard Toll N°13 
Contrôle et surveillance des travaux de  Rapport 
3  2011  N2  réhabilitation de la route nationale N°2  géotechnique   SGS 
entre Saint Louis et Rosso / Richard Toll N°12 
Maitrise d'œuvre du programme 
BETEG 
4  2011  N2  d'entretien routier annuel 2009 ‐ Lot1  Rapport N°6 
GROUPE SN 
SAINT LOUIS ‐ LOUGA 
Maitrise d'œuvre du programme 
Rapport  BETEG 
5  2011  N6  d'entretien routier annuel 2009 ‐ Lot3 
définitif  GROUPE SN 
KOLDA ‐ SEDHIOU ‐ ZIGUINCHOR 
Contrôle et surveillance des travaux : 
Aménagement d'environ 272 km de 
6  2010  N1  voies de désenclavement le long de la  Rapport final  CIRA 
RN1 entre BIRKELANE et 
TAMBACOUNDA ‐ Lot 1 & 2 
Contrôle et surveillance des travaux de 
construction et de bitumage de la 
7  2010  R  route régionale KEDOUGOU‐KITA :  Rapport final  AIC ‐ CIRA 
Tronçons Kédougou ‐ Saraya et Saraya ‐ 
Falémé 
Contrôle et surveillance des travaux de 
construction et de bitumage de la 
Rapport final 
8  2010  R  route régionale KEDOUGOU‐KITA :  AIC ‐ CIRA 
corrigé 
Tronçons Kédougou ‐ Saraya et Saraya ‐ 
Falémé 
Programme d'entretien routier annuel 
9  2009  ENT  (PERA) 2007 & 2008 dans les régions de  Rapport final  ICA 
Ziguinchor et Kolda 
Contrôle et surveillance des travaux de 
Rapport final 
construction et de bitumage de la 
10  2009  D  Version  CIRA‐TED 
route Fatick‐Diakhao‐Gossas sur 46 km 
Définitive 
environ 
Rapport final 
Organisation et exécution d'une 
définitif : 
11  2008  Autre : trafic  campagne nationale de comptage  PCI 
Volume 2 
routier sur le réseau classé du Sénégal 
(Résultats de 

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 177 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
TMJ) 

Etude technique d'exécution et 
d'élaboration d'un dossier d'appel 
d'offres pour les travaux de  Volume 3 ‐ 
AMERSFOORT 
12  2008  N6  réhabilitation du tronçon Vélinga‐ Rapport 
‐ TED 
Kolda‐Ziguinchor situé sur la RN6 et  géotechnique  
d'environ 317 km ‐ Avant projet 
détaillé 
Etude technique d'exécution et 
d'élaboration d'un dossier d'appel  Volume 3 ‐ 
d'offres pour les travaux de  Rapport 
AMERSFOORT 
13  2008  N6  réhabilitation du tronçon Vélinga‐ géotechnique 
‐ TED 
Kolda‐Ziguinchor situé sur la RN6 et  Annexe 3 : 
d'environ 317 km ‐ Avant projet  Carrières 
détaillé 
Etude technique d'exécution et 
d'élaboration d'un dossier d'appel  Volume 3 ‐ 
d'offres pour les travaux de  Rapport 
AMERSFOORT 
14  2008  N6  réhabilitation du tronçon Vélinga‐ géotechnique 
‐ TED 
Kolda‐Ziguinchor situé sur la RN6 et  Annexe 2 : Sol 
d'environ 317 km ‐ Avant projet  de tracé 
détaillé 
Etude technique d'exécution et 
Volume 3 ‐ 
d'élaboration d'un dossier d'appel 
Rapport 
d'offres pour les travaux de 
géotechnique  AMERSFOORT 
15  2008  N6  réhabilitation du tronçon Vélinga‐
Annexe 1 :  ‐ TED 
Kolda‐Ziguinchor situé sur la RN6 et 
Schémas 
d'environ 317 km ‐ Avant projet 
itinéraires 
détaillé 
Organisation et exécution d'une 
Rapport 
16  2007  Autre : trafic  campagne nationale de comptage  PCI 
provisoire N°1 
routier sur le réseau classé 
Programme d'entretien routier annuel 
17  2007  ENT  (PERA) 2006 dans les régions de  Rapport final  ICA 
Ziguinchor et Kolda 
Supervision et contrôle des travaux 
d'entretien courant relatif au PERA 
18  2006  ENT  Rapport final  GIC 
2005 dans les régions de Saint Louis et 
Louga 
DAO ‐ 
Travaux de construction de la route 
19  2006  N3  Documents  ATR 
LINGUERE ‐ MATAM 
techniques 
Volume 10 ‐ 
Etude de définition et d'élaboration  Analyse socio‐
des travaux à réaliser sur la route  économique  LOUIS 
20  2005  N1 
Birkelane‐Tambacounda ‐ Phase 2 :  et mesures  BERGER 
Faisabilité  d'accompagn
ement 

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 178 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Etude de définition et d'élaboration 
Volume 8 ‐ 
des travaux à réaliser sur la route  LOUIS 
21  2005  N1  Rapport 
Birkelane‐Tambacounda ‐ Phase 2 :  BERGER 
géotechnique 
Faisabilité 
Etude de définition et d'élaboration 
Volume 1 ‐ 
des travaux à réaliser sur la route  LOUIS 
22  2005  N1  Rapport de 
Birkelane‐Tambacounda ‐ Phase 2 :  BERGER 
synthèse 
Faisabilité 
Volume 12 ‐ 
Etude de définition et d'élaboration  Projet de 
des travaux à réaliser sur la route  termes de  LOUIS 
23  2005  N1 
Birkelane‐Tambacounda ‐ Phase 2 :  référence du  BERGER 
Faisabilité  contrôle et de 
la surveillance 
Volume 11 ‐ 
Etude de définition et d'élaboration 
Données de 
des travaux à réaliser sur la route  LOUIS 
24  2005  N1  campagne de 
Birkelane‐Tambacounda ‐ Phase 2 :  BERGER 
pesage et de 
Faisabilité 
trafic 
Rapport sur 
les 
Etude de définition et d'élaboration 
spécifications 
des travaux à réaliser sur les tronçons  ASSOCIATED 
25  2005  N5  techniques, 
de route GOSSAS‐KAOLACK‐SOKONE  ENGINEERS 
Devis 
Phase II 
quantitatif et 
estimatif vol2 
dimensionne
Etude de faisabilité ‐ Gossas ‐ Kaolack  ‐  ASSOCIATED 
26  2005  N5  ment 
SNB  ENGINEERS 
chaussée vol5 
Etude de faisabilité ‐ Gossas ‐ Kaolack  ‐  ASSOCIATED 
27  2005  N5  trafic vol3 
SNB  ENGINEERS 
DAO ‐ 
Travaux de construction de la route  STUDI 
28  2004  N3  Documents 
LINGUERE ‐ MATAM  International 
techniques 
Campagne nationale de comptage de 
Présentation 
29  2002  Autre : trafic  trafic sur le réseau des routes classées ‐  GIC 
des résultats 
Volume 2 
rapport 
voirie désenclavement 65 km N2 st 
30  ?  N2  géotechnique    
louis Rosso / richard toll 
vol6 
Mesures de déflexions sur la route 
31  2012  ?  Rapport final  CEREEQ 
MBIRKILANE ‐ KOUNGHEUL 
Rapport final 
Achèvement des travaux de la liaison 
‐ Mission de 
32  2012  DAKAR  routière Avenue LAMINE GUEYE ‐ Place  AGEROUTE 
supervision et 
du TIRALLEUR à DAKAR 
de contrôle 
Program Entretien Routier Annuel 
33  2012  ENT  Les annexes  AGEROUTE 
(PERA) 2012 ‐ Annexes 
Program Entretien Routier Annuel  Volume 
34  2012  ENT  AGEROUTE 
(PERA) 2012  principal 

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 179 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Etude technique d'exécution et 
d'élaboration d'un dossier d'appel 
Volume 3 ‐ 
d'offres pour les travaux d'entretien 
Rapport  GIC‐DIWI 
35  2011  N7  périodique et/ou de renforcement de 
géotechnique  CONSULT 
la RN7 sur l'axe : TAMBACOUNDA ‐ 
provisoire 
KEDOUGOU Section DIALOKOTO (PK64) 
Limite MAKO (PK181) d'environ 117 km
Etude technique d'exécution et 
d'élaboration d'un dossier d'appel 
Volume 1 ‐ 
d'offres pour les travaux d'entretien 
Rapport de  GIC‐DIWI 
36  2011  N7  périodique et/ou de renforcement de 
synthèse  CONSULT 
la RN7 sur l'axe : TAMBACOUNDA ‐ 
provisoire 
KEDOUGOU Section DIALOKOTO (PK64) 
Limite MAKO (PK181) d'environ 117 km
Etude technique détaillée des travaux 
de construction du poste de contrôle  Rapport 
juxtaposé de BOUNDOU FOURDOU à la  d'études 
37  2010  D213?  GIC 
frontière entre la GUINEE et le  géotechnique
SENEGAL ‐ Avant projet détaillé  s 
(Version provisoire) 
Etude technique d'exécution et 
Volume 3 ‐ 
d'élaboration d'un dossier d'appel 
Rapport 
d'offres pour les travaux d'entretien 
géotechnique 
38  2010  N2  et/ou de réhabilitation de la RN2 :  CIRA‐TED 
et volume 1 : 
Tronçon RICHARD TOLL ‐ THILOGNE ‐ 
étude 
Avant projet détaillé (APD) Version 
techniques 
définitive 
Etude technique d'exécution et 
d'élaboration d'un dossier d'appel 
d'offres pour les travaux d'entretien  rapport 
39  2010  N2  et/ou de réhabilitation de la RN2 :  d’étude  CIRA‐TED 
Tronçon RICHARD TOLL ‐ THILOGNE ‐  économique 
Avant projet détaillé (APD) Version 
définitive 
Campagne d'inspection sommaire sur  Rapport final 
40  2008  ENT  le réseau des routes en terre Gestion  ‐ Edition  PCI 
2007 (Lot 1)  provisoire 
Organisation et exécution d'une 
Rapport final 
campagne d'inspection sommaire sur 
41  2008  ENT  ‐ Version  MSI LAB 
le réseau des routes en terre Gestion 
provisoire 
2007 (Lot 2) 
Organisation et exécution d'une 
Rapport final : 
campagne de mesures d'uni 
42  2008  ENT  Annexe 3 ‐  MSI LAB 
longitudinal sur le réseau routier 
Version finale 
revêtu classé. 
Organisation et exécution d'une 
Rapport final 
campagne d'inspection sommaire sur 
43  2008  ENT  ‐ Version  MSI LAB 
le réseau routier revêtu Gestion 2007 
définitive 
(Lot 1) 

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 180 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Etudes techniques d'exécution et 
élaboration d'un DAO pour les travaux 
de construction du tronçon : Carrefour  Etudes 
BETEG‐AL 
44  2008  DAKAR  CYRNOS ‐ Carrefour SEVEN UP  géotechnique
OBAID 
d'environ 8,950 km situé sur le  s 
boulevard du Centenaire de la 
commune de Dakar ‐ Version finale 
Etudes techniques d'exécution et 
élaboration d'un DAO pour les travaux 
Rapport 
de construction du tronçon : Carrefour 
technique  BETEG‐AL 
45  2008  DAKAR  CYRNOS ‐ Carrefour SEVEN UP 
final ‐  OBAID 
d'environ 8,950 km situé sur le 
Résumés 
boulevard du Centenaire de la 
commune de Dakar ‐ Version finale 
Campagne d'inspection sommaire sur 
Rapport final 
le réseau classé des routes en terre 
46  2008  N1  ‐ Version  APAVE 
(Gestion 2007) ‐ Lot N°3 : 
définitive 
TAMBACOUNDA ‐ KAOLACK 
Dossier d'appel d'offres ( DAO) 
international pour les travaux de 
construction de la route régionale 
Volume 2 : 
KEDOUGOU ‐ MALI ‐ LABE : Tronçon 
Pièces écrites 
47  2007  R  KEDOUGOU ‐ Frontière GUINEE (37 km)  TCONSULT 
techniques et 
y compris les bretelles de SILI‐
financières 
BANDAFASSI (4,78 km) et de SEGOU‐
DENDIFELO (5,817 km) ‐ Version 
définitive 
Dossier d'appel d'offres ( DAO) 
international pour les travaux de 
construction de la route régionale 
KEDOUGOU ‐ MALI ‐ LABE : Tronçon 
Rapport 
48  2007  R  KEDOUGOU ‐ Frontière GUINEE (37 km)  TCONSULT 
géotechnique 
y compris les bretelles de SILI‐
BANDAFASSI (4,78 km) et de SEGOU‐
DENDIFELO (5,817 km) ‐ Version 
définitive 
Dossier d'appel d'offres ( DAO) pour les 
Rapport 
49  2004  N3  travaux de construction de la route  STUDI 
géotechnique 
LINGUERE ‐ MATAM 
Surveillance et contrôle des travaux de 
ENB Ltd 
réhabilitation des routes bitumées RN5  Rapport final 
50  2003  N5  CONSULTING 
: BIGNONA ‐ DIOULOULOU ‐ SELETY  N°12 
ENGINEERS 
(Tranche B du PAST) 
NICHOLAS 
Projet de la réhabilitation de la route  Rapport final 
51  2002  N5  O'DWYER / 
SOKONE ‐ KARANG (RN5)  géotechnique 
CSE 
Volume 4/4 : 
Résultats des 
Etude de faisabilité de la route 
essais et 
52  1999  R  KEDOUGOU ‐ MALI ‐ LABE : Avant  STUDI 
sondages 
projet sommaire (APS) 
géotechnique

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 181 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Volume 1/4 : 
Etude de faisabilité de la route 
53  1999  R  Rapport  STUDI 
KEDOUGOU ‐ MALI ‐ LABE 
technique 
Etude 
Etude technique d'exécution de la 
géotechnique  SAETI‐
54  1997  D  route SARAYA ‐KITA ‐ Section SARAYA ‐ 
‐ Rapport de  SOCOTEC 
FALEME 51 km 
synthèse 
construction de la liaison routière 
avenue Lamine Gueye – place du 
rapport 
55  2005  DAKAR  tirailleur (0.9 km) et les travaux de  PCI 
géotechnique 
construction de la trémie sur Lamine 
Gueye (0.3km) 
dossier 
d’appel 
 travaux de réhabilitation de la route 
56  2007  N2  d’offre  BCEOM ? 
RN2 St Louis Rosso / Richard Toll 
D/540/A3 
volume 6 
Etudes techniques d’exécution et  rapport des 
Tecsult 
élaboration d’un dossier d’appel  études 
International 
57  2009  N2  d’offre pour les travaux de  techniques 
Limitée  / 
réhabilitation de la RN2 tronçon  détaillées 
AECOM 
Thilogne Bakel (198 km)  (APD) 
58  ?  A1  autoroute lot 1  ?  ? 
rapport Egis 
version 2  
59  2011  A1  autoroute lot 2  réponse audit  COBA 
Eiffage sur 
structure MSF 
APD 
60  2010  A1  autoroute lot 3  modificatif +  Eiffage  
RGRA 903 
Etude technique d'exécution et 
d'élaboration d'un dossier d'appel 
d'offres pour les travaux d'entretien  volume 1 
61  2009  N2  et/ou de réhabilitation de la RN2 :  rapport  CIRA‐TED 
Tronçon RICHARD TOLL ‐ THILOGNE ‐  technique 
Avant projet détaillé (APD) Version 
définitive 
Etude technique d'exécution et 
d'élaboration d'un dossier d'appel 
volume 2 
d'offres pour les travaux d'entretien 
annexe au 
62  2009  N2  et/ou de réhabilitation de la RN2 :  CIRA‐TED 
rapport 
Tronçon RICHARD TOLL ‐ THILOGNE ‐ 
technique 
Avant projet détaillé (APD) Version 
définitive 
rapport 
prolongement autoroute à péage 
63  2011  A1  géotechnique  BET PLUS 
Aéroport Blaise Diagne Thiès 
PRO APD 
CPT DAO travaux route Basse Velingara 
64  2011  D  volume 3  GAMBIE NRA 
27 km 
rapport final contrôle travaux  rapport final 
65  2012  R  BETEG 
réhabilitation route Tamba Gounass 14  définitif 

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 182 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
km  contrôle 
travaux 
DAO pour les travaux de construction 
DAO dont 
66  2005  DAKAR  de la liaison routière av lamine gueye  AATR 
CCTP 
place du tirailleur 
DAO pour les travaux de construction 
rapport 
67  2005  DAKAR  de la liaison routière av lamine gueye  PCI 
technique 
place du tirailleur 
rapport final 
travaux de construction et de bitumage  corrigé de 
68  2012  R  de la route Medina Gounass ‐ frontière  mission de  PACE/AFID 
guinée (70 km)  contrôle et de 
surveillance 
rapport 
Louis Berger / 
69  2011  N6  études détaillées RN6 Zingachar TKV  technique 
AGEIM 
intermédiaire 
rapport 
greco pour 
70  2012  N2  N2 st louis Rosso ‐ richard toll  expertise 
SGS 
Greco n°2 
rapport 
greco pour 
71  2011  N2  N2 st louis Rosso ‐ richard toll  expertise 
SGS 
Greco n°1 
Expertise technique Kaolack 
72  2011  N1  rapport final  SAFEGE 
Tambacounda 
Expertise technique Kaolack  rapport  
73  2011  N1  SAFEGE 
Tambacounda  annexe 1 
Analyse 
surveillance et contrôle des travaux de 
74  2011  N1  dégradation  PVG Lotti 
RN1 mbirkelane Tambacounda 
de chaussée 
rapport 
Etude technique exe D700 : KM50 ‐ 
75  2010 ?  D  géotechnique Senelabo 
Bayakh ‐ Kayar 

Etude élargissement de la VDN place  rapport 
76  2006  DAKAR  MSI LAB 
OMVS au CICES pour CSE  géotechnique 
rapport de 
dimensionne
77  2010  ?  Route de Ouakam pour CSE  BET PLUS 
ment de la 
voirie 
DAO pour travaux d'entretien région  dossier appel 
78  2010  ENT  FERA 
Diourbel et Thiès  d'offre 
voirie désenclavement 65 km N2 st 
79  ?  N2  CPT    
louis Rosso / richard toll 
étude 
économique 
80  2009  N2  RN2 Richard Toll Thilogne 259 km  CIRA TED 
version 
provisoire 
Etude de trafic pour l'autoroute à 
81  2008  A1  rapport final  Eiffage  
péage 
étude 
82  2010  N2  RN2 thilogne Bakel 198 km  AECOM 
économique 
83  2000  ENT  projet classification du réseau routier       

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 183 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Sénégal 
mesures 
84  2007  N6  RN6 région Kolda ‐ Dabo Mampatin  CEREEQ 
déflexions 
rapport final 
DHV 
85  2008  N4  RN4 et R20  mission de 
Tcconsult 
contrôle 
DAO 
86  2010  ENT  D600 Keu Madiabel ‐ Ngouna  FERA 
entretien 
rapport 
Etude de faisabilité ‐ Gossas ‐ Kaolack  ‐  ASSOCIATED 
87  2005  N5  géotechnique 
SNB  ENGINEERS 
vol4 
88 
Etude de trafic pour l'autoroute à  rapport final 
et  2007  A1  setec 
péage  et résumé 
89 
90  2012  N6  rapport de dimensionnement  rapport  colombel 
CETE 
91  2012  N6  essais latérite traitée  rapport  
Normandie 
Wave based techniques for evaluating 
Sawangsuriya 
92  2007  Autre : mtx  elastic modulus and poisson’s ratio of  article 
Fall Fratta 
laboratory compacted lateritic soils 
rapport de  B M MBOW / 
93  2002  Autre : mtx  latérite ciment 
stage  IST JLS 
contribution à l’élaboration d’un guide 
rapport de 
94  2008  Autre : mtx  de dimensionnement des structures  ESP Thiès 
stage 
types de chaussées neuves au Sénégal 
Afrique 
95  2012  A1  rapport statistiques pesage aout 2012  rapport 
pesage 
Notice explicative + carte géologique à 
96  2009  Autre : mtx 1/500 000 du Bassin sédimentaire du  note et cartes  DGM 
Sénégal  
Campagne de recherche de matériaux 
97  2008  Autre : mtx  et cartographie des carriers et  rapport  CEREEQ 
emprunts du Sénégal 
rapport de 
98  ?  Autre : dim  Etude catalogue de chaussée  stage PFE ‐  ESP Thiès 
extraits 
Carte géotechnique de la république 
99  1963  Autre : mtx  cartes  DGM 
du Sénégal et de la presqu'île de Dakar
température max/min/moyenne 
mensuelle 2011 à Kaolack et 
Tambacounda + température 
2002 à  Autre :  données 
100  max/min/moyenne, direction et vitesse  ANACMS 
2011  météo  météo  
du vent moyenne et pluviométrie 
moyenne mensuelle de 2002 à 2011 à 
Dakar 

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 184 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Documentation technique de référence

Road note 31 ‐ A guide to the structural design of 
Transport Research 
101  1993  bitumen surfaced roads in tropical and sub‐tropical 
Laboratory 
countries 
Guide Pratique de dimensionnement des chausses 
102  1984  CEBTP 
pour les pays tropicaux ‐  neuf 
Guide Pratique de dimensionnement des chausses 
103  1985  CEBTP 
pour les pays tropicaux‐ renforcement 
104  2012  AUSTROADS part 2  AUSTROADS 
1993  guide for design of pavements structures, American 
105  and  Association of State Highway and Transportation  AASHTO 
1998  Officials, 

DMRB Design Manual for Roads and Bridges – 
106  2006  DMRB 
Highways Agency, 

Catalogue de Dimensionnement des Chaussées 
107  2000  Neuves de l’Organisme National de Contrôle  CTTP 
Technique des Travaux Publics ‐ Algérie 
Norme Française NF P 98‐086, Dimensionnement 
108  2011  AFNOR 
structurel des chaussées routières   

Afrique du Sud SATCC – July 2001 – Code of Practice 
109  2001  Afrique du sud 
for the Design of Road pavements – draft* 

110  1999  Tanzanie – pavement and materials design manual  Tanzanie 

Structural Design of flexible pavements for interurban 
111  1996  Afrique du sud 
and rural roads south Africa TRH4* 
Guide technique réalisation des remblais et couches 
112  1992  LCPC SETRA 
de forme (GTR) 
113  2000  Guide technique des traitements de sol (GTS)  LCPC SETRA 
Guide technique utilisation des normes enrobés à 
114  2008  SETRA 
chaud 
Guide technique traitement des sols à la chaux et/ou 
115  2007  au liants hydrauliques application à la réalisation des  SETRA 
assises de chaussées 
Catalogue de dimensionnement des chaussée Lille 
116  2000  Lille communauté urbaine 
métropole 
Aménagement des routes principales ARP guide 
117  1994  SETRA LCPC 
technique 

118  2005  Catalogue de conception des chaussées d'autoroute  Scetauroute 

119  1998  Catalogue des structures types de chaussées neuves  SETRA LCPC 

120  2013  Guide technique renforcement des chaussées  SETRA LCPC 

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 185 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

Dimensionnement des renforcements des chaussées 
121  1988  SETRA LCPC 
souples 
Guide technique ‐ Elements pour la conception des 
122  1990  SETRA 
accotements 
Guide technique dimensionnement des chaussées 
123  2000  CERTU 
urbaines 
124  ‐  méthode VIZIR et VIZIRET  LCPC 
125  2006  Guide technique Assainissement routier  SETRA 
126  2006  Guide technique drainage routier  SETRA 
 Méthode d’essais LPC n°43 – Exécution et 
127  1996  LCPC 
exploitation des carottages de chaussées 
 Méthode d’essais LPC n°52 – catalogue des 
128  1998  LCPC 
dégradations de surface des chaussées 
129  2007  Guide technique  pollution d’origine routière  SETRA 

Etude d'identification calcaire de 
130  2007  Autre : mtx  Sénélabo 
Bargny  
Etude grave traitée calcaire de Bargny 
131  2007  Autre : mtx  Sénélabo 
(Rc Rt) 
Etude grave traitée calcaire de Bargny 
132  2007  Autre : mtx  Sénélabo 
(E) 
133  2010  Autre : mtx  LA sur calcaire Bandian  Sénélabo 
synthèse des études effectuées sur la 
134  ?  Autre : mtx  ? 
litho stabilisation 
135  ?  Autre : mtx  AVP matériaux en litho. Terminologie  ASN 
136  ?  Autre : mtx  AVP matériaux en litho. Essais  ASN 
137  ?  Autre : mtx  AVP matériaux en litho. Production  ASN 
138  ?  Autre : mtx  AVP matériaux en litho. Specif  ASN 
139  2009  Autre : mtx  grès de popenguine  SSC 
140  ?  Autre : mtx  litho stabilisation avec calcaire  SODEVIT 
Campagne nationale de comptage 
141  2013  Autre : trafic  routier et enquête O/D sur le réseau  GIC 
des routes classées  
142  2013  Autre : mtx  thèse latérite du Sénégal et du brésil  Massamba NDIAYE 
listes des postes de pesage fixe en 
143  2012  Autre : trafic  DR 
construction 
Synthèse sur la nature des sols de 
144  2015 ?  Autres : matx  Senelabo 
plateforme  
145  2006 ?  Autres : matx  ressources minières ‐fiches techniques  DMG 

ICTAAL Instruction sur les conditions techniques 
146  2000  SETRA 
d’aménagement des autoroutes de liaisons 

ICTAVRU Instruction sur les conditions techniques 
147  2009  CERTU 
d’aménagement des voies rapides urbaines  

148  1997  Guide technique chaussée béton  SETRA 


Jean‐Jacques CHAUVIN ‐ CETE 
149  ?  les sables ‐ guide pratique d'utilisation routière 
Sud‐ouest 

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 186 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

règlement n°15/2005/CM/UEMOA relatif à 
l'harmonisation des normes et des procédures du 
150  2005  contrôle du gabarit, du poids et le la charge à l'essieu 
des véhicules lourds de transport de marchandises 
dans les étant membres de l'UEMOA 
UEMOA 
151  2003  Fondations et ouvrage en terre  Philiponat et al 

152  2012  CCTG type ‐ volume 1 à 8 et fascicules 1 à 4  ARMP 

153  1988  Etablissement des coupes transversales de chaussée  SETRA 

Guide technique Aide au choix des techniques d'entretien 
154  2003  SETRA 
des couches de surface des chaussées 
155  1998  Guide technique Assise de chaussée   SETRA LCPC 
156  2003  Guide technique compactage des enrobés à chaud  SETRA LCPC 
157  2014  Uni longitudinal ‐ Etat de l'art et recommandations    IDRRIM CEREMA 

Rapports d’essais EGIS – IFSTTAR – SENELABO, dans le cadre du présent projet de


catalogue :

Rapport d'installation des sondes de température à Dakar et 
200 
15/01/2013  Kaolack  V1b 
Rapport d'identifications des matériaux de chaussée non 
201 
07/06/2013  traités  V4 
202  09/08/2013  rapport d'étude d'enrobé et note de synthèse  V2 
203  18/11/2013  rapport d'étude de latérite traitée au ciment de SINDIA  V2 
204  16/01/2014  rapport d'étude de 4 latérites traitées et 1 BQc au ciment   V0 
205  18/04/2014  rapport d'étude de latérite traitée au ciment de SINDIA Ifsttar  V3 
206  21/08/2014  rapport d'identifications des cherts ‐ avenant  V3 
207  10/07/2014  rapport température équivalente  V1a 
208  10/08/2014  rapport d'étude d'enrobé ‐ avenant  V0 
209  21/08/2014  rapport d'identification des stériles de basaltes ‐ avenant  V3 
210  18/09/2014  rapport d'expertise RN1 sand asphalt ‐ avenant  V1 
rapport essais triaxiaux sur latérite et note calcul César ‐ 
211 
23/09/2014  avenant  V1 
212  31/03/2015  rapport d'essais de déflexions in situ  V1 

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 187 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

14.6. F Exemple d’utilisation du catalogue

Hypothèses de calcul Le projet est une route à 2x1 voies.


Les données issues d’une campagne de comptage et de l’étude de trafic
donnent :
- Trafic total = 7400 véhicules / jour / 2 sens à la mise en service en
2020
- Taux de poids lourds = 9%
- Taux de croissance du trafic = 3% linéaire de l’année de mise en
service
- Durée de service = 20 ans
Les données de la station de pesage, située à une vingtaine de kilomètre du
projet donnent :
- CAM = 0.9 pour les chaussées souples et bitumineuse et le sol,
- CAM = 1.3 pour une chaussée en latérite traitée,
- CAM = 1.4 pour une chaussée rigide.
Le sol support est une latérite très argileuse classée B6 selon le GTR de
faible portance (CBR = 9), sur plus d’un mètre. Elle présente une bonne
traficabilité en l’absence de pluie, mais nécessite une couche de forme
qu’on envisage de réaliser avec une latérite plus propre pour garantir une
PF2. Il n’y a pas de gisement de GNT à proximité du chantier.
Calcul de la classe de Le trafic PL est de 7400 / 2 x 0.09 = 333 PL/j/sens, soit une classe T1 selon
trafic le Tableau 3.
Le facteur de cumul de trafic est C = 20 x (1 + 19 x 0.03/2) = 25.7.
Le trafic cumulé est donc de 365 x 333 x 25.7 = 3.1 millions PL.
Le nombre d’essieux cumulés est de :
- 3.1 x 0.9 = 2.8 millions, soit une classe C4 en souple et bitumineuse,
- 3.1 x 1.3 = 4.1 millions, soit une classe C5 en GLc
- 3.1 x 1.4 = 4.4 millions soit une classe C5 en GC ou SC.

Classe de plateforme La latérite en place ne permet pas de garantir l’obtention d’une PF2 par tout
temps. D’après le Tableau 9, une couche de forme de 35 cm de matériaux
CBR > 15 suffirait à garantir l’obtention d’une PF2.
Des essais de portance in situ valideront ce dimensionnement (essais de
plaque) conformément au Tableau 8.

Structures proposées Avec une classe de trafic C4, les structures souples et bitumineuses
envisageables sont par exemple :
PF2 + 10+10+9 cm GB2 + 6 cm BBSG (n°1)
PF2 + 30+25 cm GL1 + 20 cm GL2 + 6 cm BBSG (n°16)
Avec une classe de trafic C5, on pourrait également proposer les structures
semi-rigides suivantes :
PF2 + 20 cm GC3 + 23 cm GC3 + 8 cm BBSG (n°6)
PF2 + 23 cm SC2 + 26 cm SC2 + 8 cm BBSG (n°7)
PF2 + 24 cm GLc2 + 27 cm GLc2 + 8 cm BBSG (n°8)

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 188 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

Variante envisagée Si l’on souhaite par exemple proposer une structure de chaussée de type
BBSG/GB2/GLc2, alors le calcul de dimensionnement est nécessaire.
Limites admissibles Avec les hypothèses de calcul détaillées ci-avant ainsi qu’aux chapitres 7 et
8, on obtient :

Pour la GLc2 en fondation,


données de trafic :
MJA = 333 pl/j/sens/voie
accroisst arith. = 3.00%
période de calcul = 20.0 années
trafic cumulé NPL = 3 123 700 PL
données déduites :
accroisst géom. = 2.56%
trafic cumulé équivalent NE :
coefficient CAM = 1.40
trafic cumulé NE = 4 373 200 essieux standard
données sur le matériau :
Sigma6 = 0.371 MPa
pente inverse 1/b = -11.00
écart type Sh = 0.030 m
écart type SN = 1.000
risque = 5.0%
coefficient Kr = 0.6620
coefficient 1/Kd = 1.0000
coefficient 1/Ks = 1/1.1
coefficient Kc = 1.4
SigmaT admissible = 0.273 MPa

Pour la GLc2 en base,


données de trafic :
MJA = 333 pl/j/sens/voie
accroisst arith. = 3.00%
période de calcul = 20.0 années
trafic cumulé NPL = 3 123 700 PL
données déduites :
accroisst géom. = 2.56%
trafic cumulé équivalent NE :
coefficient CAM = 1.40
trafic cumulé NE = 4 373 200 essieux standard
données sur le matériau :
Sigma6 = 0.371 MPa
pente inverse 1/b = -11.00
écart type Sh = 0.030 m
écart type SN = 1.000
risque = 5.0%
coefficient Kr = 0.6620
coefficient 1/Kd = 1.0000
coefficient 1/Ks = 1
coefficient Kc = 1.4
SigmaT admissible = 0.300 MPa

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 189 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

On pourrait proposer par exemple la structure suivante :


6 cm de BBSG + 10 cm GB2 + 20 cm GLc2 + 20 cm GLc2 /PF2

Cette structure donne :


t fondation = 0.269 MPa < 0.273 MPa
t base = 0.273 MPa < 0.300 MPa
Le sol et la GB ne sont pas ici dimensionnant.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 190 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

14.7. G Exemple calcul CAM

Données d’entrées Cette annexe décrit le mode de calcul de l’agressivité d’un trafic qui prend
en compte :
 La composition du trafic (distribution des silhouettes d’essieux et des
charges sur les essieux),
 La nature du matériau de chaussée considéré et du type de chaussée.

L’effet de la canalisation du trafic n’est pas pris en compte ici. A défaut de


refaire les calculs complets de structures en modifiant la valeur de balayage
dans le logiciel ALIZE-LCPC, on pourrait prendre en compte une classe de
trafic supérieure par exemple pour tenir compte de ce phénomène.

Les données seront issues d’une étude de trafic comportant :


 Le comptage de tous les PL, qui doit être mené 24h/24 7j/7 dans les 2
sens de circulation, pendant plusieurs semaines, réparties tout au long
de l’année si possible.
 Le pesage de tous les PL, qui doit déterminer la silhouette de chaque
PL (figure G1), le poids et le type de chaque essieu (simple, tandem,
tridem).

Figure G1 : catégorie de poids lourds par silhouette

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 191 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

Agressivité d’un essieu L’agressivité A correspond au dommage provoqué par un passage d’un
essieu de charge P par rapport au dommage dû à un passage d’un essieu
isolé de référence de charge P0.
A = K (P/P0)
K est un coefficient permettant de tenir compte du type d’essieu. Un essieu
est isolé s’il est distant de plus de 2 m de l’essieu le plus proche.

Tableau G1 – Paramètres K et alpha pour le calcul de l’agressivité d’un essieu

K
chaussée 
simple tandem tridem
Souples et
5 1 0.75 1.1
bitumineuse
GLc 11 1 12 113
Semi-rigide
12 1 12 113
Béton (dalle)

Le coefficient  dépend alors du type de structure de chaussée


= 5 pour les chaussées souples et bitumineuses
= 11 pour les chaussées en latérite traitée
= 12 pour les chaussées semi-rigides et béton.
Les valeurs ici retenues sont en cohérence avec les valeurs de pente de la
droite de fatigue b retenues dans le dimensionnement des tableaux de
structures du présent catalogue. A contrario, pour les chaussées béton, la
valeur de 12 est retenue plutôt que la valeur de pente à 16, pour tenir
compte du fait qu’à aucun moment, les trois roues d’un tridem ne passeront
au même moment sur les joints entre dalle.

Nota : Les valeurs de coefficient  de la littérature sont parfois plus faibles


(3, 4 [102, 103] ou 4.5 [101, 110] pour les chaussées souples, 6 pour les
latérites traitées [103], 6 [102] ou 8 [103] pour les chaussées semi-rigides, 8
pour les chaussées béton [102]).
Nota : Il est admis, lorsque le trafic est exprimé en essieux de référence de
charge Pi, que le nombre d’essieux de référence de charge P0 = 130 kN
sera alors multiplié par le facteur (Pi/P0).
Agressivité d’un PL L’agressivité d’un poids lourd est égale à la somme des agressivités de ses
essieux.
Agressivité d’un trafic L’agressivité moyenne d’un trafic est définie par l’équation ci-dessous.

1  3
 Pi  
CAM   kjnij  
NPL  i j1  P0  

NPL = nombre de PL pendant la période de comptage


kj coefficient correspondant au type d’essieu donné dans le tableau G1,
pour i= 1 essieu simple, 2 = tandem, 3 = tridem.
nij = nombre d’essieux élémentaires de type j et de classe de charge Pi.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 192 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

Exemple de calcul Le calcul est illustré sur un extrait de campagne de pesage de 11 camions.
Chacun des essieux est pesé individuellement et on obtient :

Tableau G2 - Exemple de données de pesage des essieux de PL

Classe ESS 1 ESS 2 ESS 3 ESS 4 ESS 5 ESS 6 PDS TOTAL


T11S3 5662 13471 5415 6821 8854 0 40223
T11S3 5168 8721 5453 3895 6669 0 29906
T12S3 5643 11267 9671 7961 10070 12046 56658
P11 4921 15922 0 0 0 0 20843
T12S3 6517 9538 9215 7657 7068 7353 47348
T11S3 5092 8512 4142 4921 4978 0 27645
T11S3 4921 8094 3192 4807 6669 0 27683
T11S3 5681 13490 6289 5985 11875 0 43320
P11 6688 10754 0 0 0 0 17442
P11 2128 6042 0 0 0 0 8170
T12S3 4693 7904 8284 5624 7657 10203 44365

On calcule alors le CAM de chaque essieu. En considérant le cas d’une


chaussée souple (alpha = 5), on obtient pour le premier essieu du premier
PL, de type T11S3 :
CAM1 = 1 x (5662/13000)= 0.02 (simple)
CAM2 = 1 x (13471/13000) = 1.19 (simple)
CAM3 = 1.1 x (5415/13000) = 0.01 (tridem)
CAM4 = 1.1 x (6821/13000) = 0.04 (tridem)
CAM5 = 1.1 x (8854/13000) = 0.16 (tridem)
Soit CAM PL = 0.02+1.19+0.01 + 0.04 + 0.16 = 1.43 (sans arrondi)
On réalise le même calcul pour les autres PL et on aditionne leur CAM.

Tableau G3 - Exemple de calcul de CAM

CAM 1 CAM 2 CAM 3 CAM 4 CAM 5 CAM 6 CAM PL


0.02 1.19 0.01 0.04 0.16 0.00 1.43
0.01 0.14 0.01 0.00 0.04 0.00 0.20
0.02 0.37 0.17 0.09 0.31 0.75 1.71
0.01 2.76 0.00 0.00 0.00 0.00 2.76
0.03 0.16 0.13 0.08 0.05 0.06 0.52
0.01 0.12 0.00 0.01 0.01 0.00 0.15
0.01 0.09 0.00 0.01 0.04 0.00 0.15
0.02 1.20 0.03 0.02 0.70 0.00 1.97
0.04 0.39 0.00 0.00 0.00 0.00 0.42
0.00 0.02 0.00 0.00 0.00 0.00 0.02
0.01 0.06 0.08 0.02 0.08 0.33 0.57
total 9.91

Le coefficient d’agressivité moyen de ce trafic de 11 PL serait alors :


CAM = 9.91 / 11 = 0.90

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 193 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

Charges maximales Tableau G4 - Valeurs réglementaires de PTAC


autorisées [150]
véhicule PTAC
P11 18 tonnes
P12 26 tonnes
P13 31 tonnes
R11 18 tonnes
R13 24 tonnes

Tableau G5 - Valeurs réglementaires de PTRA

véhicule PTRA
T11S1 30 tonnes
T11S2 38 tonnes
T11S3 43 tonnes
T12S2 46 tonnes
T12S3 51 tonnes
P11R11 38 tonnes
P11R12 P12R3 44 tonnes
T12S3 T12S4 T22S3 T22S4 51 tonnes

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 194 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

14.8. H Calcul température équivalente pour les matériaux


bitumineux
Le calcul de dimensionnement est fait pour une température constante, dite température équivalente.
Or, les propriétés des matériaux bitumineux varient avec la température. Les niveaux de sollicitation
et d’endommagement de la chaussée fluctuent donc en cours d’année avec les cycles de
température. La température équivalente varie également d’un pays à un autre, voire d’une région à
l’autre dans un pays donné.
A la date de sa publication, aucune des valeurs de température équivalente retenues dans les
dossiers d’étude n’est fondée sur des mesures in situ.
Dans le cadre de l’élaboration du présent document, une instrumentation de deux chaussées
bitumineuses a donc été effectuée, l’une à Dakar et l’autre à Kaolack. A titre de comparaison, les
données météo donnent une température moyenne de 25 °C à Dakar contre 30°C à Kaolack [100].
Le choix de ces structures et la méthodologie d’instrumentation sont présentés dans un rapport
spécifique [207].
La température équivalente est définie comme la température constante conduisant au même
dommage cumulé annuel de la structure que celui subi par la chaussée sous l’effet des variations
réelles de température au cours d’une année.
Le principe de calcul repose sur la loi de Miner qui aboutit à l’équation suivante :

1/b 1/b
6 (eq)
6 (i)
= 1/  n(i)  n(i)
 (eq)
 (i)

Où :
 (eq) = déformation maximale de traction dimensionnante des couches bitumineuse de la chaussée
sous l’essieu standard de dimensionnement, calculée à partir des modules d’élasticité des enrobés à
la température i ;
 (eq) = amplitude de déformation pour laquelle la rupture en flexion sur l’éprouvette est obtenue en
laboratoire au bout de un million de cycle pour une probabilité de 50% à la température i pour une
fréquence de 25 Hz ;
n(i) = nombre de passages d’essieux annuels équivalents subis par la chaussée à la température i.
La température équivalente dépend à priori de la structure étudiée. En pratique, il est retenu une
température équivalente unique, pour l’ensemble du territoire Sénégalais.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 195 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

14.9. I Codification Granulats

La norme granulat NF P 18-545 définit une classification sous forme de codes, résumée ci-dessous.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 196 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 197 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 198 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 199 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

Catégorie Etendue de la teneur en liant


TL 1 ≤1%
TL 2 ≤2%
TL NS > 2 % ou non spécifié

Catégorie % passant à 1.4 D % passant à D % passant à 2 mm % passant à 0.063 mm


G1 Vsi 99 Li 85 Ls 99 e 10 e 15 e4
G2 Vsi 99 Li 80 Ls 99 e 15 e 20 e6
G NS Non spécifié Non spécifié Non spécifié Non spécifié

Catégorie Pénétrabilité en 1/10 mm TBA en °C


B1 Minimale = 5 et étendue ≤ 15 Maximale 77 et étendue ≤ 8
B2 Minimale = 5 Maximale = 77
B NS A déclarer A déclarer

Catégorie Dureté du gravillon


R1 LA20 et MDE15 et PSV50 (B)
R2 LA25 et MDE20 (C)
R NS Autre ou non caractérisé

Taux de
Nature de la recyclage TL B G R*
couche
(en %)
] 0 ; 10] TL2 B2 G2 RNS
]10 ; 20] TL2 B1 G2 R1
roulement
]20 ; 30] TL1 B1 G1 R1
]30 ; 40] TL1 B1 G1 R1
] 0 ; 10] TL2 B2 G2 RNS
Liaison et ]10 ; 20] TL2 B2 G2 RNS
assises ]20 ; 30] TL1 B2 G1 R2
]30 ; 40] TL1 B1 G1 R2
NB : La catégorie C pour les classes de trafic inférieures ou égales à T3 (couche de roulement) ; la
catégorie D pour les classes de trafic inférieures ou égales à T1 (couche d'assise) et T3 (couche de
liaison) est suffisante.

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 200 sur
Version provisoire V2 202
Annexes

14.10. J Cartes du Sénégal


Figure J1 – Les principales villes sénégalaises

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 201 sur
Version provisoire V2 202
Annexes
Figure J2 – Les 14 régions du Sénégal

14.11. K Remerciements

Le groupement EGIS SENELABO IFSTTAR s’associe à l’AGEROUTE pour remercier toutes les
personnes ayant pu, de près ou de loin, contribuer à l’élaboration de ce guide, à savoir :

Cheikh FALL (DR), Marieme DECRAENE (FERA), Ibrahima CISSE (EPT), Mababa DIAGNE (IST),
Dominique NDONG (APIX), Bathie SOW (APIX), X (ANAMS), Rokheya SAMBA (DMG), Abdoulaye
MBODJ (JLS), X (ARMP), Pilar FERNANDEZ (ERES), Fady KABAZ et Boubacar SEYE
(THERMOCOTANK), Papa Balla DIONGUE (CEREEQ), Abdoulaye MBODJI (AIBD), Gérard Senac
et Cyrille KOPP (Eiffage).

CC1/0351/AGR
Catalogue de dimensionnement des chaussées au Sénégal Page 202 sur
Version provisoire V2 202