Vous êtes sur la page 1sur 2

COMPTES RENDUS

gieux. Mais il met l’accent sur des faits sation, le Brésil n’eut jamais de tribunal propre.
essentiels : il n’y a de communauté des « anciens Privé de la présence physique du tribunal, ainsi
juifs » qu’autant que le roi l’ordonne pour la que d’actes symboliques – comme les auto-
taxer ; on n’aperçoit que des groupes familiaux dafés – incitant la population à la délation, le
liés entre eux par mariages, et entre lesquels discours inquisitorial fut peu lisible et l’action
peuvent circuler des rituels anciens comme répressive guère efficace, au moins pendant le
e
des idées nouvelles, des mystiques et des XVII siècle : on constate en effet un décalage
espoirs. L’environnement des vieux-chrétiens entre les vagues répressives qui, déjà en 1650,
– mais le mot n’est pas d’usage en Sicile – avaient eu raison des groupes marranes
reste attaché à une conception pluraliste du implantés à Lima, au Mexique et à Carthagène
royaume, au pacte de protection sur les mino- des Indes, et celles qui frappèrent le Brésil à
rités, aux libertés locales aussi. C’est le modèle la fin du siècle et au début du suivant.
normand : il a assez efficacement protégé les Grâce à l’étude exhaustive du fonction-
juifs ; il élève maintenant une opposition nement inquisitorial – reconstitution du mail-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.32.245.10 - 31/12/2016 11h35. © Éditions de l'EHESS


tenace à l’Inquisition. lage d’agents locaux, analyse du système de
représentation –, B. Feitler comble une des
HENRI BRESC lacunes de l’historiographie du Saint-Office
brésilien. C’est par le biais d’un système
hybride, dépendant du tribunal de Lisbonne
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.32.245.10 - 31/12/2016 11h35. © Éditions de l'EHESS

Bruno Feitler mais soutenu par un réseau de collaborateurs


Inquisition, juifs et nouveaux-chrétiens au issus particulièrement du clergé, que la poli-
Brésil. Le Nordeste, XVII e et XVIII e siècles tique de contrôle social se met en place dans
Louvain, Presses universitaires de l’évêché de Pernambouc. Ce sont les commis-
Louvain, 2003, 440 p. saires qui, par la suite, entre 1692 et 1745,
furent chargés de quadriller ces contrées hors
C’est en suivant, pendant une période de de portée des tribunaux péninsulaires, épaulés
moyenne durée (1640-1756), l’itinéraire des dans leur tâche par une cohorte de « familiers »
nouveaux-chrétiens établis dans les capitaine- recrutés, comme le démontre l’analyse socio-
ries du Pernambouc et de la Paraı́ba, dans logique détaillée des cent vingt-huit agents
le Nordeste brésilien, que Bruno Feitler faite par l’auteur, dans la petite bourgeoisie
s’attache à démêler l’identité religieuse du commerciale.
groupement néo-chrétien, tiraillé, à travers C’est dans cet évêché du Nordeste brési-
une histoire particulièrement mouvementée, lien que, dans le deuxième tiers du XVIIe siècle,
entre l’attachement au legs juif et le catholi- vit le jour une expérience qui marqua l’histoire
cisme imposé par l’État. Si la présence de ce du judaïsme américain, et dont les retombées
groupe reste impossible à chiffrer, celle de sur le groupe néo-chrétien disséminé dans
quelques-uns parmi ceux qui se livraient aux l’espace américain ont été jusqu’à présent peu
pratiques crypto-juives est partiellement resti- étudiées : après la conquête éphémère de
tuée grâce à la documentation du Saint-Office, Bahia en 1624, les Hollandais occupèrent entre
institution chargée de réprimer toutes les 1630 et 1654 une bande côtière, du Maranhão
déviations hérétiques mais qui, partout où elle jusqu’à Alagoas, établissant un régime de tolé-
s’implante, se focalise avec acharnement sur rance religieuse. Des juifs d’origine ibérique
les adeptes de la Loi mosaïque. De ce fait, gagnèrent la nouvelle colonie dans le sillage
l’histoire du marranisme se trouve imbriquée des armées bataves, fondant en 1635 la pre-
dans celle de l’Inquisition, au point que la visi- mière communauté juive officielle du Nouveau
bilité du phénomène dépend de l’efficacité Monde et bâtissant la première synagogue.
répressive des tribunaux ainsi que de l’état de Situation inédite et paradoxale, car c’est dans
leurs archives. un territoire à majorité catholique, sous domi-
À la différence de l’Amérique espagnole, nation hollandaise, que la pratique tolérée du
surveillée dès 1569 par trois tribunaux inquisi- judaïsme vit le jour en Amérique. Cette « révo-
210 toriaux implantés sur les grands axes de coloni- lution » importée mit les nouveaux-chrétiens
COMPTES RENDUS

installés au Brésil devant un réel choix reli- plus perçu comme une condition illégale ou
gieux qui fut diversement reçu : si pour bon forcée, mais bien comme une pratique à part
nombre d’entre eux la toute nouvelle liberté entière, avec ses propres fondements.
religieuse permit la découverte du judaïsme Presque un siècle après l’expérience hol-
orthodoxe, pour d’autres, le retour à la religion landaise, entre 1731 et 1756, une cinquantaine
ancestrale alla à l’encontre d’une adhésion sin- de personnes de la Paraı́ba furent accusées de
cère au catholicisme vieille parfois de plu- se livrer à des pratiques crypto-juives et tra-
sieurs générations. duites devant le tribunal de Lisbonne. Grâce
La nouvelle donne façonnée par l’occupa- à l’étude généalogique des procès instruits lors
tion hollandaise facilita une campagne de pro- de cette rafle, B. Feitler réussit à rétablir le
sélytisme juif, entendue non seulement lien avec leurs ancêtres, dont Ambrosio Vieira
comme un élan missionnaire universel mais est l’un des pionniers, ainsi qu’à reconstituer
aussi comme une mission interne aux gens de les modalités de transmission de l’héritage
la nation « égarés » dans la foi catholique. En religieux ; mais, malgré l’apparente unité du

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.32.245.10 - 31/12/2016 11h35. © Éditions de l'EHESS


dépit des efforts déployés par les juifs hollan- groupe, le crypto-judaïsme des Paraibanos
dais, les résultats de l’entreprise de conversion reste fondamentalement personnel : les conflits
furent mitigés : si certains intégrèrent la au sein d’une même famille, écartelée entre
communauté, une partie resta fidèle au catho- judaïsme et catholicisme, associés à l’action
licisme, et même, ce qui fut vécu comme un inquisitoriale, amenèrent sa propre destruction.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.32.245.10 - 31/12/2016 11h35. © Éditions de l'EHESS

véritable échec, nombre de ceux qui fréquen- En somme, un ouvrage stimulant qui a le
taient la synagogue effectuèrent un retour du mérite de démonter avec méthode les rouages
retour, cette fois du judaïsme vers la religion de l’appareil inquisitorial implanté au Brésil
catholique, mouvement amorcé dès 1640, bien – aussi bien le recrutement de ses agents
en amont de la défaite hollandaise ; il s’agit locaux que les particularités de la procédure.
là de croyants qui préféraient rester fidèles Les itinéraires spirituels originaux des
aux pratiques marranes, ne se retrouvant pas nouveaux-chrétiens retracés par l’auteur pen-
dans un rituel différent du leur, ce qui engen- dant et après l’occupation hollandaise ouvrent
dra une catégorie originale de « nouveaux- également de nouvelles perspectives pour
nouveaux-chrétiens ». l’appréhension du phénomène marrane au
Les documents consultés par B. Feitler Nouveau Monde.
démontrent que, contrairement aux affirma-
tions de bon nombre d’historiens, selon les- RICARDO ESCOBAR QUEVEDO
quelles l’ensemble de la communauté juive
brésilienne s’exile après la défaite hollandaise
de 1654, il est certain que plusieurs judaïsants Paolo Bernardini
préférèrent rester au Brésil, même sous domi- et Norman Fiering (éds)
nation portugaise et catholique, ce qui dénote The Jews and the expansion of Europe to the
un véritable attachement au pays, en dépit des West, 1450-1800. European expansion
directives rabbiniques qui interdisaient formel- & global interaction
lement la permanence en « terres d’idolâtrie ». New York-Oxford, Bergahn Books, 2001,
Cette expérience de tolérance en terre 567 p.
américaine mit au jour les contradictions du
groupe néo-chrétien. L’originalité des itiné- Ce volume a pour origine un congrès, tenu en
raires spirituels résultant de l’épisode hollandais 1997, dont l’idée maîtresse proposait une
est parfaitement illustrée par le cas d’Ambrosio approche de l’histoire des Juifs de la période
Vieira et de sa famille, des nouveaux-chrétiens pré-moderne dans une perspective atlantique
qui, malgré la pratique de certains rituels juifs, et à partir d’un principe d’analyse : ils habi-
ne fréquentèrent jamais la synagogue ni ne se taient l’hémisphère européen et faisaient par-
firent circoncire pendant la période où existait tie des empires espagnol, portugais, français,
un judaïsme officiel, gardant leur propre sys- hollandais et anglais qui peuplèrent le nou-
tème – le marrane – qui, conclut l’auteur, n’est veau continent. Pendant la période coloniale, 211

Vous aimerez peut-être aussi