Vous êtes sur la page 1sur 2

Arguments pour et contre la peine de mort

Contre la peine de mort

1. la vie est sacrée, nul ne peut y attenter, même l’Etat

2. on peut traiter des malades mentaux, et les réinsérer dans la société. Pourquoi les tuer ?

3. il est intolérable que, dans une société démocratique, des innocents soient condamnés à mort à tort.

4. la peine de mort ne réduit pas le taux de criminalité

5. regardons où la peine de mort est maintenue, et nous aurons une idée de sa valeur (Chine, Texas,
etc)

6. la violence n’est pas la solution contre la violence.

7. les pays de l’Europe des 15 ont tous aboli la peine de mort et ratifié le deuxième protocole au Pacte
Internationale des Droits Civils et Politiques, excepté la France.

8. parmi les 43 pays qui ont adhéré au Conseil de l’Europe, 40 ont aboli la peine de mort et 3 pays
sont sur la voie de l’abolition

9. la peine de mort, c’est favoriser les envies de vengeance au détriment de la raison

10. l’attente dans les couloirs de la mort, ces prisons pour condamnés à mort, sont de la torture pure
et simple

11. elle est trop souvent appliquée suite à des procès injustes, voire truqués

12. la peine de mort n’est pas un moyen de légitime défense : elle permet à l’Etat de mettre froidement
à mort une personne hors d’état de nuire, parce que déjà arrêtée.

Pour la peine de mort

1. la peine de perpétuité est tout aussi inhumaine : c’est condamner à vivre, tout en sachant qu’on ne
sortira jamais. En prison à perpétuité, le condamné perd le peu d’humanité qui lui restait, et devient
un animal.

2. un meurtrier, un violeur etc n’a jamais l’impression d’avoir fait du mal, on ne peut attendre qu’il
mette lui-même un terme à ses jours

3. il n’existe aucune garantie que les condamnés à mort ou à perpétuité (selon les pays) ne
commettront pas à nouveaux leurs crimes s’ils sortent, même très vieux. Mieux vaut supprimer
totalement cette probabilité, même si elle est infime. 4. mieux vaut une erreur judiciaire et la
condamnation à mort d’un suspect, que la mort de nouvelles victimes qui n’auront même pas eu la
chance de passer devant un tribunal. Il y aura toujours plus de victimes de récidivistes libérés après
une peine plus ou moins longue, que de condamnés à mort par erreur.

5. pour un criminel qui deviendra un ange, combien seront libérés sous serment et recommenceront
une, dix, cent fois avant d’être repris ?

6. la majorité de la population est pour son rétablissement en France


7. cela ne fait pas revenir la victime, mais au moins les familles de victimes sont apaisées, car elles
savent qu’il n’est plus possible que ce mal frappe à nouveau.

8. pour l’exemplarité.

9. il est choquant de payer pour des meurtriers que l’on garde en prison (à moins qu’ils ne paient leur
dette contractée envers la société par des travaux d’intérêt généraux par exemple).

10. un récidiviste libéré peut, dans sa vie privée, même s’il se conduit bien dans sa vie publique,
reproduire le cercle vicieux dont il a été lui-même victime : personne ne sera là pour vérifier qu’il ne
bat pas ses enfants, ou pire, par exemple. Il s’agit donc aussi de casser ce cercle vicieux de la
reproduction dont les psy nous parlent tant.

11. nous ne savons pas si la peine de mort fait baisser le taux de criminalité, mais ce dont on est sûr,
c’est qu’elle ne le fait pas monter ! Son impact n’est certainement pas nul. Choisissons donc la
solution dont nous sommes sûrs.

12. ce n’est pas être contre les droits de l’homme que d’être pour la peine de mort, puisque la
perpétuité bafoue les droits et la dignité de l’homme (575 pers. en ‘98)

13. beaucoup de pays dits ‘non- démocratiques’ ont aboli la peine de mort : Angola (1992),
Azerbaïdjian (1998), Croatie (1990) , Équateur (1906), Georgie (1997), Haïti (1987), Honduras (1956),
Lithuanie (1998), Mozambique (1990), Namibie (1990), Népal (1997), Nicaragua (1979), Roumanie
(1989), Timor Oriental (1999), etc (source écart-type) ; Turquie (2002) (source : la Voix du Nord du
5.8.2002, pris sur le web le même jour sur La Voix du Nord)

14. des pays dits démocratiques ont encore la peine de mort (les Etats-Unis surtout, pour certains
Etats, ainsi que le Japon)

15. on fait de l’assassin la victime, en s’occupant de lui et en lui trouvant des excuses (passé,
éducation, etc)

16. mieux vaut consacrer les ressources limitées dont notre société dispose (hommes, temps, argent,
etc) pour développer celles et ceux qui n’ont fait de mal à personne et qui le méritent largement plus,
que de s’occuper des anciens meurtriers et violeurs, pour qu’ils reviennent dans le bon chemin.

17. les crimes commis qui font mériter la peine de mort permettent-ils encore de considérer l’assassin
comme un être humain ? Les droits de l’homme ne peuvent par conséquent plus être invoqués quand
on parle de peine de mort.

18. une erreur judiciaire est une erreur judiciaire. Un condamné à mort par erreur n’est pas pire, loin
de là, qu’un condamné à perpétuité par erreur. La question de la condamnation des innocents n’est
pas celle de la peine de mort, mais de la faillibilité de la justice.

19. Oeil pour oeil, dent pour dent.

Vous aimerez peut-être aussi