Vous êtes sur la page 1sur 3

Cours : Culture d’Entreprise 2ème ARS/ SIL/ SE

Résumé du Chapitre 3

Le management de l’entreprise
1- Définition

La gestion ou le management est un ensemble d’activités intégrées et interdépendantes


destinées à faire en sorte qu’une certaine combinaison des facteurs de l’entreprise puisse
générer une production de biens et /ou de services économiquement et socialement rentable.

La gestion et le management sont souvent confondus. Le management consiste d’abord à


gérer mais également à chercher et à trouver les meilleures solutions aux problèmes qui se
présentent pour améliorer la qualité du travail. Il est possible de différencier la gestion et le
management par le fait que la première va se contenter des moyens disponibles tandis que le
management va viser et chercher les possibilités dans le futur.

Le management est une fonction essentielle dans n’importe quelle organisation et qui
détermine en grande partie la réussite ou l’échec de celle-ci. C’est la manière de diriger et de
gérer rationnellement une entreprise, d’organiser les activités, de fixer les objectifs et de bâtir
des stratégies. En utilisant au mieux les hommes, la technologie et les ressources matérielles,
on peut parvenir à accroître la rentabilité et l’efficacité de l’entreprise. Le management se
fonde également sur l’innovation, la créativité et la responsabilité.

C’est dans ce sens que la pratique de la gestion est à la fois une science et un art.

2- La pratique de la gestion : science ou art

La gestion est une science dans la mesure où elle repose sur l’utilisation d’un ensemble de
connaissances scientifiques susceptibles de faciliter l’action. Le gestionnaire se base en effet
sur un ensemble de disciplines (finance, comptabilité, recherche opérationnelle,
programmation informatique, etc.) pour l’assister dans sa prise de décision. A cet effet, il doit
savoir comment les utiliser dans un environnement turbulent et complexe.

C’est dans ce sens que la pratique du management est un art, où le manager doit faire preuve
d’intuition et d’opportunisme pour créer et saisir les bonnes opportunités. L’art de la gestion
correspond à l’aptitude créatrice personnelle des gestionnaires dans leurs pratiques des
principes, techniques et méthodes scientifiques de la gestion. Le coté art de la gestion est donc
rattaché aux qualités des gestionnaires. Ce sont donc des dimensions subjectives parfois
même abstraites, mais dont l’impact est facilement détectable. On retrouve ainsi l’expérience,
le don, l’intuition, les capacités de communication et de mobilisation, la personnalité, le
jugement, etc.

La science enseigne les connaissances, l’art enseigne la pratique. Pour réussir, le gestionnaire
doit faire preuve d’efficacité (par référence aux objectifs visés) et d’efficience (par rapport
aux moyens utilisés en vue de la réalisation des objectifs) dans ses connaissances et leur
pratique. Le management est ainsi considéré comme une science sociale.

1
Cours : Culture d’Entreprise 2ème ARS/ SIL/ SE

3- Les fonctions de la gestion

La gestion est un processus de planification, d’organisation, de direction et de contrôle des


ressources physiques, financières et humaines en vue d’atteindre les objectifs fixés.

La planification : Un plan est une ligne d’actions pré déterminées.


Planifier = décider pour demain
Elle consiste en l’élaboration des objectifs, la confection des plans et la détermination des
ressources nécessaires.
Détermination des objectifs fixés : Ce sont les résultats spécifiques à atteindre. Ils
doivent être réalisables, motivants et mesurables. Les objectifs doivent être établis selon un
échéancier, compatibles les uns par rapport aux autres et transmis à tous les membres
concernés afin d’assurer la cohésion de l’action.
Détermination des plans : Pour orienter l’activité de planification, le gestionnaire doit
dresser des plans qui permettent de définir les méthodes de travail, les budgets alloués, les
procédures à suivre pour la réalisation d’une tâche donnée, l’échéance de réalisation, le temps
nécessaire pour les accomplir, etc.
Détermination des ressources : C’est la prévision et l’identification des ressources
(humaines, matérielles, financières, technologiques, etc.) nécessaires aux activités planifiées
pour réaliser les objectifs, les ressources disponibles de l’entreprise étant limitées.

La planification est cependant limitée par l’incertitude de l’environnement. Aucun dirigeant


ne peut prévoir avec complétude et certitude les évènements futurs et toutes les décisions
prises dans l’entreprise ne sont pas forcément planifiées. D’où la nécessité de se fonder sur
l’intuition et l’expérience des managers. Malgré cette limite, la planification semble être une
phase incontournable du processus de gestion au regard des avantages qu’elle présente,
notamment en termes de définition des objectifs et des règles à suivre, le fait d’avoir une
vision globale et cohérente de l’entreprise ainsi qu’une base au contrôle. La planification
permet donc d’aider l’entreprise à bâtir son projet pour l’avenir et à prendre du recul par
rapport au présent, de favoriser une vision plus large du projet et enfin, elle sert de guide à
l’action.

L’organisation : Elle représente l’aspect pratique de la gestion dans la mesure où elle se


traduit par la préparation et l’exécution des opérations prévues par le plan. L’organisation suit
un certain nombre d’étapes :
- La départementalisation par fonction et la définition des principales tâches.
- La division des principales tâches et la répartition des responsabilités pour
chaque membre en fonction de ses compétences, connaissances et
capacités.
- L’établissement des liens d’autorité : l’autorité est le pouvoir de
commander des personnes et d’obtenir leur accord.
- L’acquisition et la répartition des ressources.
- La mise en place d’un système de rétroaction assurant l’évaluation de
l’efficacité de l’organisation en vue de corriger l’une des étapes de
l’organisation.

La direction : il ne suffit pas de planifier et d’organiser mais il faut faire en sorte que les
membres de l’entreprise s’investissent, s’impliquent et s’engagent à réaliser les objectifs
fixés. La direction est ainsi l’orientation et l’animation des hommes en vue de la réalisation

2
Cours : Culture d’Entreprise 2ème ARS/ SIL/ SE

des résultats. Elle consiste à assurer la communication avec les membres de l’entreprise,
l’encouragement, la motivation et la stimulation des employés, la formation et l’exercice
d’une autorité significative. Il s’agit de guider les hommes vers des buts précis. Le dirigeant
gestionnaire doit entraîner des collaborateurs, leur faire partager les objectifs de l’entreprise,
leur fournir les directives et les instructions nécessaires mais aussi croître le potentiel de ses
subordonnés par des actions de motivation et une meilleure communication.

Le contrôle : Il s’agit d’évaluer les résultats de façon à déterminer si l’entreprise a pu


atteindre ses objectifs. Le contrôle est étroitement lié à la planification. Le but essentiel du
contrôle est de déterminer à quel point le processus de planification a été bien mené. Le
contrôle repose sur trois activités fondamentales : l’établissement des normes, la collecte des
informations pour établir les écarts par rapport aux normes et l’adoption de mesures
correctives. Il est ainsi possible au gestionnaire de revoir la planification et éventuellement
déclencher un nouveau cycle de planification, organisation, direction et contrôle. L’activité
de contrôle n’est pas une sanction dans la mesure où elle permet la mise en œuvre d’actions
correctives nécessaires au bon fonctionnement et au progrès de l’entreprise.

Les quatre fonctions de la gestion sont étroitement liées et sont exercées à tous les niveaux de
la hiérarchie, mais le temps consacré à chacune de ces tâches varie d’un échelon à un autre.
Aucune de ces fonctions ne se fait sans mettre en jeu les autres et c’est dans cette démarche
de quatre facettes que le gestionnaire remplit son rôle en assurant la gestion du temps de
manière optimale et judicieuse.

4- Le management : une approche contingente

Cette approche repose sur l’idée qu’une même série de règles ne peut convenir
convenablement à toutes les situations. Elle rejette de ce fait le principe que tout dirigeant
dans n’importe quelle situation peut appliquer les mêmes principes de gestion. Certes, les
principes peuvent servir de guides aux managers mais sans pour autant constituer une règle
générale et universelle. L’approche contingente impose au manager de choisir entre diverses
options en fonction des caractéristiques spécifiques de la situation traitée et de prendre
conscience des changements qui se produisent en permanence dans l’environnement de
l’entreprise. Les managers doivent donc percevoir les changements survenus tant à l’intérieur
de l’organisation qu’au niveau de l’environnement pour engager les actions d’adaptation qui
s’imposent.