Vous êtes sur la page 1sur 14

Procédure Méthodologie analyse des risques SST

Objet :
La présente procédure a pour objet de définir la méthode adoptée par l’entreprise pour identifier et
évaluer :

- les risques pour la S&ST résultant des dangers identifiés, en prenant en compte
l'effectivité/efficacité des mesures de prévention existantes
- les autres risques liés à l'établissement, la mise en œuvre, le fonctionnement et la tenue à jour
du système de management de la S&ST.

Domaine d’application
La procédure s’applique aux risques pour la S&ST qui sont sous le contrôle de l'entreprise, en tenant
compte de son contexte et des besoins et attentes de ses travailleurs et autres parties intéressées

Définition
Partie intéressée (ou partie prenante) : personne ou organisme qui peut soit influer sur une décision
ou une activité, soit être influencé ou s’estimer influencé par une décision ou une activité

Travailleur : personne effectuant un travail ou exerçant des activités en relation avec le travail qui
sont sous le contrôle de l’organisme

Participation : implication dans la prise de décision


La participation inclut l’implication de comités pour la santé et la sécurité et de représentants
des travailleurs, quand ils existent.

Consultation : recherche d’avis avant une prise de décision


La consultation inclut l’implication de comités pour la santé et la sécurité et de représentants des
travailleurs, quand ils existent

Lieu de travail : lieu sous le contrôle de l’organisme où une personne doit se trouver ou se rendre
pour son travail
Les responsabilités de l’organisme dans le cadre du système de management de la S&ST concernant
le lieu de travail dépendent de son degré d’autorité sur le lieu de travail.

Exigences légales et autres exigences : exigences légales auxquelles un organisme doit se conformer
et autres exigences auxquelles un organisme doit ou choisit de se conformer

Intervenant extérieur : organisme externe fournissant des services à l’organisme conformément à


des spécifications, termes et conditions convenus
Les services peuvent comprendre, entre autres, des activités de construction.

Effectivité/efficacité : niveau de réalisation des activités planifiées (effectivité) et d’obtention des


résultats escomptés (efficacité)

Objectif : résultat à atteindre

Un objectif peut être stratégique, tactique ou opérationnel.


Les objectifs peuvent se rapporter à différents domaines (tels que finance, santé, sécurité, et
environnement) et peuvent s’appliquer à divers niveaux [au niveau stratégique, à un niveau
concernant l’organisme dans son ensemble ou afférant à un projet, un produit ou un processus, par
exemple
Un objectif peut être exprimé de différentes manières, par exemple par un résultat escompté, un
besoin, un critère opérationnel, en tant qu’objectif de S&ST ou par l’utilisation d’autres termes ayant
la même signification (par exemple finalité, but ou cible).

Objectif de santé et de sécurité au travail (objectif de S&ST : objectif fixé par l’organisme en vue
d’obtenir des résultats concrets cohérents avec la politique de S&ST

Traumatismes et pathologies : effets négatifs sur l’état physique, mental ou cognitif d’une personne
Ces effets négatifs incluent maladie professionnelle, affection, décès.
Le terme «traumatismes et pathologies» implique l’existence de traumatismes ou de pathologies, seuls
ou bien en combinaison.

Danger : source susceptible de causer traumatisme et pathologie


Les dangers peuvent inclure les sources susceptibles de causer un dommage ou des situations
dangereuses, ou des circonstances d’exposition potentielle conduisant à des traumatismes et
pathologies.

Risque : effet de l’incertitude


Un effet est un écart, positif ou négatif, par rapport à une attente.
L’incertitude est l’état, même partiel, de manque d’information qui entrave la compréhension ou la
connaissance d’un événement, de ses conséquences ou de sa vraisemblance.
Un risque est souvent caractérisé par référence à des «événements» potentiels (tels que définis dans le
Guide ISO 73:2009, 3.5.1.3) et à des «conséquences» également potentielles (telles que définies dans
le Guide ISO 73:2009, 3.6.1.3), ou par référence à une combinaison des deux.
Un risque est souvent exprimé en termes de combinaison des conséquences d’un événement (y
compris des changements de circonstances) et de sa «probabilité» d’occurrence (telle que définie dans
le Guide ISO 73:2009, 3.6.1.1). Dans le présent document, lorsque le terme «risques et opportunités»
est utilisé, cela signifie les risques pour la S&ST, les opportunités pour la S&ST et les autres risques
et opportunités pour le système de management.

Risque pour la santé et la sécurité au travail (risque pour la S&ST)


Combinaison de la probabilité d’occurrence d’(un) événement(s) ou d’(une) exposition(s) dangereux
liés au travail, et de la gravité des traumatismes et pathologies pouvant être causés par l’(les)
événement(s) ou la(les) exposition(s)

Opportunité pour la santé et la sécurité au travail (opportunité pour la S&ST) : circonstance ou


ensemble de circonstances susceptible de conduire à une amélioration de la performance en S&ST

Performance : résultat mesurable


Les performances peuvent être liées à des résultats quantitatifs ou qualitatifs. Les résultats peuvent
être déterminés et évalués au moyen de méthodes qualitatives ou quantitatives.
Les performances peuvent concerner le management d’activités, de processus, de produits (y compris
de services), de systèmes ou d’organismes.

Performance en santé et sécurité au travail (performance en S&ST) : performance relative à


l’effectivité/efficacité de la prévention des traumatismes et pathologies chez les travailleurs et à la
mise à disposition de lieux de travail sûrs et sains

Externaliser, (verbe) : passer un accord selon lequel un organisme externe assure une partie de la
fonction ou met en œuvre une partie du processus d’un organisme
L’organisme externe n’est pas inclus dans le périmètre du système de management,
contrairement à la fonction ou au processus externalisé qui en font partie intégrante.

Surveillance : détermination de l’état d’un système, d’un processus ou d’une activité


Pour déterminer cet état, il peut être nécessaire de vérifier, de superviser ou d’observer d’un point de
vue critique.

Mesure : processus visant à déterminer une valeur

Evénement indésirable : événement résultant du travail ou se produisant pendant le travail et qui


conduit ou peut conduire à des traumatismes et pathologies
Un événement indésirable induisant des traumatismes et pathologies est parfois appelé «accident».
Un événement indésirable n’induisant aucun traumatisme ni aucune pathologie, mais ayant le
potentiel de le faire, peut être appelé «incident», «presque accident» ou «situation dangereuse».
Bien qu’une ou plusieurs non-conformités puissent être liées à un événement indésirable, un
événement indésirable peut également se produire en l’absence de non-conformité.

Amélioration continue : activité récurrente menée pour améliorer les performances


L’amélioration de la performance fait référence à l’utilisation d’un système de management de la
S&ST en vue d’obtenir l’amélioration de la performance globale en S&ST en cohérence avec la
politique de S&ST et les objectifs de S&ST.
«Continue» ne signifie pas que l’activité doive avoir lieu dans tous les domaines simultanément.

Méthode
Etape 0 : Identification des unités et postes de travail de l’entreprise :

Une unité de travail correspond à un ensemble de sous-activités soumis aux mêmes sources de danger.
Cet ensemble peut être le plus large possible. Une unité de travail peut donc être: un poste isolé, une
équipe de travail, un atelier, un service …
Les Unités de Travail prises en compte sont :
- XXXXXXXXX
- XXXXXXXXX
- XXXXXXXXX
- XXXXXXXXX
- XXXXXXXXX
Des groupes de travail aux différentes unités sont désignés pour identifier les dangers et évaluer les
risques dans leur lieu de travail.
Cette identification se fait selon les étapes suivantes, et fait l’objet du document : Grille d’évaluation
des risques.

Etape 1 : Identification des dangers / Situations dangereuses


Il s’agit de repérer les sources de dangers au sein de chaque unité de travail et de définir ses
caractéristiques, ce travail se réfère au tableau descriptif des familles de risques (Annexe1)
L’identification des dangers prend en considération :
 l'organisation du travail, les facteurs sociaux (y compris la charge de travail, les heures de
travail, la maltraitance, le harcèlement et l'intimidation), le leadership et la culture de
l’entreprise
 les activités et situations habituelles et inhabituelles, y compris les dangers dus :
 aux infrastructures, équipements, matériaux, substances et conditions physiques du lieu
de travail
 aux activités opérationnelles : mise en place et réalisation des opérations de transport,
maintenance y compris la mise au rebut
 aux facteurs humains
 à la manière dont le travail est exécuté
 les événements indésirables passés notables, internes ou externes à l’entreprise, y compris les
situations d'urgence, et leurs causes
 les situations d'urgence potentielles
 les personnes, y compris en prenant en considération:
 celles ayant accès au lieu de travail et leurs activités, dont les travailleurs, les
intervenants extérieurs, les visiteurs et autres
 celles se trouvant à proximité du lieu de travail qui peuvent être affectées par les
activités de l'entreprise
 les travailleurs se trouvant sur un lieu qui n'est pas sous le contrôle direct de l'entreprise
 les autres aspects, y compris en prenant en considération:
 la conception des lieux de travail, des processus, des installations, des
machines/équipements, des procédures de travail et de l'organisation du travail, y
compris leur adaptation aux besoins et aux aptitudes des travailleurs concernés
 les situations survenant à proximité du lieu de travail suite à des activités de travail
sous le contrôle de l'entreprise
 les situations non maîtrisées par l'entreprise et survenant à proximité du lieu de travail
qui pourraient provoquer des traumatismes et pathologies chez les personnes présentes
sur le lieu de travail
 les modifications réelles ou envisagées de l'organisation, des opérations, des processus, des
activités et du système de management de la S&ST
 l'évolution des connaissances et des informations sur les dangers.
 Les activités relatives aux nouveaux projets
Cette liste n’est pas limitative

Etape 2 : La description des risques ou dommages éventuels


Il s’agit de décrire les évènements et conséquences des dangers identifiés. La formulation doit être
compréhensible par tous et permettre l’évaluation du risque.

Etape 3 : Evaluation des risques


L’évaluation des risques tient compte des mesures de maitrise existantes, et se base sur les critères
suivants :

A. Critères de Cotation des risques :

Les critères pris en compte pour la cotation sont les suivants :


• Gravité des dommages potentiels (G)
• Probabilité (P)
• Fréquence d’exposition (F)
• Niveau de protection (N)
• Retour d’expérience (E)

B. Méthodologie d’évaluation et de cotation des risques dans les situations de


fonctionnement normal, et transitoire :

R=GxP
R = Risque G = Gravité P = Probabilité

C. Méthodologie d’estimation des risques :


Critères relatifs à la gravité (G)
Note Estimation Guide

1 Faible (F) Conséquences minimes : Accident de travail ou maladie


Professionnelle sans arrêt de travail
2 Moyen (M) Conséquences moyennes : Accident de travail ou maladie
Professionnelle avec arrêt de travail

3 Grave (G) Conséquences graves : Accident de travail ou maladie


Professionnelle entraînant une incapacité permanente partielle

4 Très grave (TG) Conséquences critiques, conduisant à des Traumatismes et des


pathologies  permanentes (Accident de travail ou maladie
Professionnelle Mortel)

D. Méthodologie d’estimation de la probabilité :

La probabilité « P » est calculée comme suit :

P= Fx NxE

Critères relatifs à la probabilité (P)


Note Estimation Guide
1 Très improbable 1<P<3
2 Improbable 4<P<8
3 Probable 9<P<27
4 Très probable 28<P<64

Critères relatifs à la fréquence d’exposition (F)


Note Estimation Guide
1 Faible Exposition de l’ordre d’une fois par an
2 Moyenne Exposition de l’ordre d’une fois par mois
3 Fréquente Exposition de l’ordre d’une fois par semaine
4 Très fréquente Exposition quotidienne ou permanente

Critères relatifs à la protection (N)


Note Estimation
1 La prévention intrinsèque = à la source
2 La protection collective et les procédures
3 La protection individuelle et les procédures
4 Le signalement et l’information du danger

Critères relatifs au retour d’expérience (E)


Note Estimation
1 Pas d’accident sur trois ans
2 Un accident sur trois ans
3 Deux accidents sur trois ans
4 Trois accidents ou plus sur trois ans

Etape 4 : Hiérarchisation des risques :


Il s’agit de déterminer un ordre de priorité en fonction des personnes à protéger et de leurs
activités, en prenant en compte les paramètres de l’étape précédente : Gravité / Probabilité.
L’objectif est d’hiérarchiser les risques de chaque unité de travail dans une matrice (appelée
matrice des risques) afin de définir la significativité des risques

Matrice des risques

Très grave 4
4 8 12 16

Grave 3
3 6 9 12

Moyen 2
Gravité

2
4 6 8

Faible 1
1 2 3 4

Très improbable 1 Improbable 2 Probable 3 Très probable 4

Probabilité

Etape 5: Maitrise des risques

A l’issue de l’évaluation des risques, il est défini les éventuelles mesures correctives à apporter
pour diminuer les risques significatifs auxquels sont exposés les personnes vers un risque moyen
ou bien risque mineur. Ces mesures sont déterminées dans un plan d’action SST en appliquant
les principes généraux de préventions suivantes :
a) élimination
b) substitution
c) contrôles d'ingénierie ;
d) signalisation/avertissements et/ou contrôles administratifs
e) équipement de protection individuelle

Etape 6 : Elaboration et suivi des plans d’action

Un plan d’action de maitrise des risques significatifs sera établi pour diminuer la probabilité
d’apparition du danger, tout en tenant compte des éléments suivants:
1. La stabilité de la mesure : la mesure envisagée ne risque-t-elle pas de perdre son
efficacité avec le temps,
2. Portée de la mesure : la mesure est-elle applicable sur un poste de travail ou sur
plusieurs,
3. Délai d’application : la mesure envisagée peut-elle être appliquée immédiatement,
4. Déplacement du coût pour les opérateurs : la mesure, bénéfique sur certains points,
n’est-elle pas néfaste pour d’autres points.

Etape 7 : Revue et mise à jour des analyses

L’analyse des risques est revue dans les cas mentionnés ci-dessous :
 Lorsqu’un accident grave ou qui aurait pu l’être survient,
 Lorsque la réglementation évolue (parution de nouveaux textes réglementaires,
obligation de se conformer à des textes existants…),
 Lorsque l’activité évolue (nouveau site, nouveau projet, nouvelle installation ou
machine)
 Au moins une fois par an si aucune révision n’a été effectuée suite à une
circonstance particulière.

Le plan d’action SST (plan d’action de maitrise des risques significatifs) découlant de l’analyse
des risques doit être revu à une périodicité mensuelle pour s’assurer de l’avancement de la
réalisation des actions prévues.

Etape 8 : Mise en œuvre des actions


La mise en œuvre et le suivi des mesures de contrôles est assuré par le Responsable QHSE en
collaboration avec les responsables concernés

Etape 9 : Mesure d’efficacité des Actions

 Une évaluation de l'efficacité des actions mise en œuvre est assurée par le Responsable
QHSE.
 L'action est jugée efficace si le risque est éliminé ou s’il est passé d’une priorité à une autre
moins élevée
 Si l'action est jugée inefficace une nouvelle analyse est déclenchée.
Annexe 1

N° FAMILLE DE Risques associés Conséquences


RISQUES
L’activité physique mobilise l’appareil locomoteur pour se déplacer,
transporter soulever, bouger, tirer-pousser, actionner …. Il est admis
qu’une activité physique adaptée joue un rôle positif pour la santé
physique, psychique et mentale de l’individu et la santé publique
d’une société. L’inactivité physique par contre est un facteur de
risque de dégradation sanitaire émergeant et majeur.
Cependant, les activités physiques au travail restent souvent
Troubles
caractérisées par la pression temporelle, la répétitivité, des niveaux
musculosquelettiqu
d’efforts et des gestuelles contraintes, soit l'inverse d'une “activité
Risque lié à es des membres
1 physique de santé”. Malgré les progrès techniques qui permettent
l’activité physique (TMS),
d'alléger les tâches les plus dures, l’activité physique au travail reste
Lombalgies
l’une des principales causes d'accidents du travail, de maladies
Travail sur écran
professionnelles et d’inaptitudes au travail. Elle est souvent à
l’origine de fatigue et de douleurs qui dégradent le geste
professionnel et la perception de la tâche provoquant des erreurs qui
altèrent la qualité du travail, et également des accidents
(traumatiques, cardiovasculaires, …) et/ou des atteintes de l’appareil
locomoteur (troubles musculosquelettiques des membres (TMS),
lombalgies). 
2 Addiction « alcool, Risques LES CONSOMMATIONS OCCASIONNELLES OU RÉPÉTÉES DE
tabac, drogue » psychosociaux SUBSTANCES PSYCHOACTIVES (ALCOOL, DROGUES,
MÉDICAMENTS…) PEUVENT METTRE EN DANGER LA SANTÉ ET LA
SÉCURITÉ DES SALARIÉS ET ÊTRE À L’ORIGINE D’ACCIDENTS DU
TRAVAIL. LES RISQUES LIÉS AUX ADDICTIONS DOIVENT FAIRE
L’OBJET D'UNE DÉMARCHE DE PRÉVENTION ASSOCIANT LA MISE EN
PLACE DE MESURES COLLECTIVES ET LA GESTION DES SITUATIONS
INDIVIDUELLES.
3 Agression et Bien-être au travail Incivilités, menaces, agressions, cambriolages… Dans les secteurs
violence externe Stress au travail où les salariés sont en contact avec le public, les employeurs doivent
Suicide évaluer de tels risques et anticiper des mesures à mettre en place en
Agression et cas d’événement violent ou d’agression. Mais attention, une
violence externe réflexion doit également être menée en amont sur les façons d’éviter
Harcèlement et que de tels agissements ne surviennent.
violence interne Les violences externes sont des violences exercées contre un salarié
Epuisement sur son lieu de travail (ou tout autre lieu dans lequel il est amené à se
professionnel rendre pour des motifs professionnels), par un ou des individus
(burnout) extérieurs à l’entreprise (clients, usagers, patients…). On distingue
les violences criminelles, le plus souvent de prédation
(cambriolages, vols, rackets, homicides) qui touchent un nombre de
professions bien définies, des violences du public envers les salariés.
Celles-ci peuvent prendre différentes formes : incivilités, menaces,
agressions verbales ou physiques ou actes de vandalisme. Quelles
qu’elles soient, ces violences mettent en péril la santé et la sécurité
des salariés concernés…

4 Bien-être au travail Bien-être au travail CONSTRUIRE UNE POLITIQUE DE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL PERMET À
Stress au travail LA FOIS DE RÉDUIRE LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET D’AGIR SUR
Suicide LE CLIMAT COLLECTIF ET SUR LA MOTIVATION DANS LE TRAVAIL.
Agression et PRÉSENTATION DE DEUX DÉMARCHES BIEN-ÊTRE ADAPTÉES EN
violence externe FONCTION DE LA TAILLE D’ENTREPRISE
Harcèlement et La notion de bien-être au travail est un concept englobant, de portée
violence interne plus large que les notions de santé physique et mentale. Elle fait
Epuisement référence à un sentiment général de satisfaction et d’épanouissement
professionnel dans et par le travail qui dépasse l’absence d’atteinte à la santé. Le
(burnout) bien-être met l’accent sur la perception personnelle et collective des
situations et des contraintes de la sphère professionnelle. Le sens de
ces réalités a, pour chacun, des conséquences physiques,
psychologiques, émotionnelles et psychosociales et se traduit par un
certain niveau d’efficacité pour l’entreprise.

5 Risque biologique Les agents biologiques (bactéries, champignons, virus…) peuvent


être à l’origine de maladies chez l’homme : infections, intoxications,
allergies voire cancers.
Le risque biologique concerne de multiples activités : les métiers de
la santé, les services à la personne, l’agriculture, les industries
agroalimentaires, les métiers de l’environnement…
L’évaluation des risques se fait en suivant la chaîne de transmission
à partir du « réservoir » d’agents biologiques jusqu’au travailleur
exposé. La prévention des risques consiste à rompre cette chaîne le
plus en amont possible.
La prévention passe par des mesures d’organisation du travail, de
protection collective et individuelle, ainsi que d’information et de
formation du personnel. Ces mesures de prévention doivent être
adaptées à l’activité professionnelle considérée.
6 Bruit LE BRUIT CONSTITUE UNE NUISANCE MAJEURE DANS LE MILIEU
PROFESSIONNEL. IL PEUT PROVOQUER DES SURDITÉS MAIS AUSSI
STRESS ET FATIGUE QUI, À LA LONGUE, ONT DES CONSÉQUENCES SUR
LA SANTÉ DU SALARIÉ ET LA QUALITÉ DE SON TRAVAIL. POURTANT,
DES MOYENS EXISTENT POUR LIMITER L’EXPOSITION DES
TRAVAILLEURS AUX NUISANCES SONORES. DU TRAITEMENT
ACOUSTIQUE DES LOCAUX À L’ENCOFFREMENT DES MACHINES
BRUYANTES, LES MESURES COLLECTIVES DE LUTTE CONTRE LE BRUIT
SONT LES PLUS EFFICACES.
On considère que l’ouïe est en danger à partir d’un niveau de 80
décibels durant une journée de travail de 8 heures Si le niveau est
extrêmement élevé (supérieur à 130 décibels), toute exposition,
même de très courte durée, est dangereuse. Elle peut conduire à
une surdité, phénomène irréversible. Les surdités peuvent être
reconnues comme maladies professionnelles.
Le bruit est cause de fatigue et de stress et agit sur les systèmes
nerveux, cardiovasculaire et digestif. Mais, il n’affecte pas
seulement la santé. En empêchant de se concentrer, il nuit également
à la qualité du travail et peut même être à l’origine d’accidents.

7 Travail à la chaleur DE NOMBREUX MÉTIERS OBLIGENT LES SALARIÉS À ÉVOLUER DANS


DES ENVIRONNEMENTS MARQUÉS PAR DES TEMPÉRATURES ÉLEVÉES  :
HAUTS FOURNEAUX, TEINTURERIES, BLANCHISSERIES, CUISINES,
MINES, FONDERIES, ATELIERS DE SOUDURE… D’AUTRES PERSONNES
TRAVAILLENT EN EXTÉRIEUR ET PEUVENT ÊTRE EXPOSÉES À LA
CHALEUR, NOTAMMENT EN ÉTÉ LORS DES ÉPISODES CANICULAIRES.
CES AMBIANCES THERMIQUES PEUVENT AVOIR DE GRAVES EFFETS
SUR LA SANTÉ ET AUGMENTER LES RISQUES D’ACCIDENTS DU
TRAVAIL.
Il n’existe pas de définition réglementaire du travail à la chaleur.
Toutefois, au-delà de 30°C pour une activité sédentaire, et 28°C
pour un travail nécessitant une activité physique, la chaleur peut
constituer un risque pour les salariés.
L’exposition à la chaleur peut être liée à la proximité de matières en
fusion comme le verre ou le métal (fonderies, aciéries, hauts-
fourneaux). Dans certains environnements, la combinaison de la
chaleur et de l’humidité (buanderies, conserveries, cuisines…)
peut rendre l’ambiance difficile à supporter. Les travaux en extérieur
(bâtiment, travaux publics, travaux agricoles…) peuvent aussi
exposer les salariés à de fortes chaleurs, particulièrement en été.
Fatigue, sueurs abondantes, nausées, maux de tête, vertiges,
crampes… Ces symptômes courants liés à la chaleur peuvent être
précurseurs de troubles plus importants, voire
mortels : déshydratation, coup de chaleur.
Les effets de la chaleur sur la santé sont plus élevés lorsque se
surajoutent des facteurs aggravants comme la difficulté de la tâche.
La chaleur augmente par ailleurs les risques d’accidents car elle
induit une baisse de la vigilance et une augmentation des temps de
réaction. La transpiration peut aussi rendre les mains glissantes ou
venir gêner la vue.
La prévention la plus efficace consiste à éviter ou au moins à limiter
l’exposition à la chaleur. Pour cela il est possible d’agir sur
l’organisation du travail (augmentation de la fréquence des
pauses, limitation du travail physique, rotation des tâches…),
l’aménagement des locaux (zones de repos climatisées,
ventilation), les matériels et les équipements.
Pour le travail en extérieur en période de canicule, des mesures
préventives simples et efficaces permettent de remédier aux effets de
la chaleur (travail durant les heures les moins chaudes, mise à
disposition d’eau fraîche à proximité des postes de travail,
aménagement de zones d’ombre…). Ces mesures doivent être
accompagnées d’actions d’information et de formation des salariés.
8 Risque chimique OMNIPRÉSENTS SUR LES LIEUX DE TRAVAIL, LES PRODUITS
CHIMIQUES PASSENT PARFOIS ENCORE INAPERÇUS. POURTANT DE
NOMBREUX PRODUITS CHIMIQUES PEUVENT AVOIR DES EFFETS SUR
L’HOMME ET SON ENVIRONNEMENT. REPÉRER LES PRODUITS, LES
MÉLANGES OU LES PROCÉDÉS CHIMIQUES DANGEREUX ET
CONNAÎTRE LEURS EFFETS, CONSTITUENT UNE PREMIÈRE ÉTAPE
AVANT LA MISE EN ŒUVRE DES MOYENS DE PRÉVENTION ADAPTÉS....
Colles, résines, fluides, diluants, dégraissants, colorants, peintures…
Les produits chimiques sont présents dans tous les secteurs
d’activité. Ils sont :
utilisés de façon délibérée en tant que substances (pures) ou
plus fréquemment en tant que mélanges : synthèse industrielle,
analyse en laboratoire, traitement de surface, dépotage, dégraissage,
nettoyage…
émis par une activité ou un procédé (combustion,
dégradation…) sous forme de poussières, fumées, vapeurs, gaz ou
brouillards.
Les produits chimiques qui entrent en contact avec le corps humain
(par les voies respiratoires, la peau ou la bouche) peuvent perturber
le fonctionnement de l’organisme. Ils peuvent provoquer :
des intoxications aiguës, avec des effets plus ou moins
graves,
des intoxications chroniques : le contact répété avec
certains agents chimiques, même à de faibles doses, peut alors porter
atteinte aux poumons, aux nerfs, au cerveau, aux reins…
Les produits chimiques sont, en outre, parfois à l’origine d’incendie
et d’explosion et peuvent avoir des répercussions au-delà de
l’entreprise sur l’environnement, en cas notamment de
dysfonctionnements (renversement ou déversement accidentel,
rupture de confinement, fuites…).

9 Chute de plein pied


10 Chute de hauteur
11 Agent chimique
CMR
12 Déplacement
13 Détection polluants
14 Risque électrique
15 Entreprise
extérieure
16 Environnement
spécifique de travail
17 Burn out
18 Explosion sur le
lieu de travail
19 Fumées de soudage
20 Gaz d’échappement
21 Harcèlement et
violence interne
22 TMS, heurts,
glissades, et autre
perturbation du
mouvement
23 Incendie sur le lieu
de travail
24 Risque mécanique
25 Organisation de
travail « Travail de
nuit, travail
isolé… »
26 Produits chimique
(solvant, acide…)
27 Stress au travail
(psychosociaux)
28 Travail sur écran
29 vibration

Famille de risque Dangers associés

1- Conditions de travail glissantes


2- Sol non adéquat

3- Travail isolé

4- Travail en hauteur

5- Danger chimique

6- Danger cinétique (objet tournant)


7- Danger potentiel (objet tombe)

8- Danger de Pression

9- Danger de Température

10- Danger électrique

11- Circulation interne

12- Circulation routière

13- Danger biologique

14- Danger de vibration

15- Rayonnement

16- Incendie

17- Explosion

18- Effondrement

Les dangers :

Les risques :

1- Blessure
2- Maladie professionnelle
3- Entorse, foulure
4- Fracture
5- Coupure, plaie, piqûre
6- Electrisation, électrocution
7- Brûlure, coup d'arc
8- Diminution de l'acuité auditive
9- Atteinte respiratoire : Irritation, Intoxication, asphyxie
10- Exposition aux radiations ionisantes ou non ionisantes
11- Blessures multiples
12- Dégradation de l’ambiance de travail : T°, courants d'air,
13- Décès

La (les) méthode(s) ainsi que les critères d'évaluation des risques pour la S&ST doivent être définis par
l'organisme en fonction de leur domaine d'application, de leur nature et du moment, afin de s'assurer
qu'ils sont proactifs plutôt que réactifs et appliqués de façon systématique. Des informations documentées
sur la (les) méthode(s) ainsi que sur les critères doivent être tenues à jour et conservées.

Une fiche par unité de travail est établie comprenant :

- une description des activités / sous activités / poste de travail éventuellement


- Produits utilisés / manipulés
- Matériels et équipements
- Nombre de personnes travaillant au niveau du poste de travail (exposées aux risques)
- La famille de risque
- Danger (dommage)
- Evénement déclencheur du danger ou dommage
- Situation dangereuse
- Risque (Dommage / conséquences)
- Mesures de maitrise préventives existantes (Techniques, organisationnelles, humaines)
- Historique des AT / événements indésirables / performances SST si connu
- Evaluation en termes de gravité – Fréquence et calcul du Risque actuel (GxF) = Ra
- Définition des mesures de maitrise additionnelles (Techniques, organisationnelles, humaines)
(plan d’action)
- Définition de la méthode de suivi, de surveillance, et d’évaluation de l’effectivité / l’efficacité
des actions réalisées

Les Unités de Travail prises en compte à Africa Transport sont :

- Logistique
- Garage
- Transport
- Parc
- Administration

Vous aimerez peut-être aussi