Vous êtes sur la page 1sur 13

Université d’Abomey-Calavi (UAC)

Institut de Mathématiques et de Année Académique 2019-2020


Sciences Physiques (IMSP)
Travaux Dirigés : Intégrales dépendant d’un paramètre
Exercice 0.1
1. Vérifions que la fonction Γ est bien définie.
La fonction t 7−→ e−t tx−1 est continue sur ]0, +∞[ donc localement intégrable sur ]0, +∞[.
De plus on a :
— Pour tout t > 0 e−tZtx−1 > 0,
1
— e−t tx−1 ∼0 tx−1 ettx−1 dt converge ⇐⇒ x > 0.
0 Z +∞
−t x−1
2
— lim t × (e t ) = 0 pour tout x ∈ R donc e−t tx−1 dt converge.
t→+∞ 1
On déduit alors que
Γ(x) ∈ R ⇐⇒ x > 0.
2. Soit (a, b) ∈ R2 tel que 0 < a < b < +∞.
∂ −t x−1
— Pour tout t > 0, (e t ) = e−t tx−1 ln(t).
∂x
— Pour tout t > 0 et pour tout x ∈]a, b[ on a :
−t x−1
ln(t) = |ln(t)| e−t tx−1

e t

 (− ln(t))e−t ta−1 si 0 < t 6 1
6 = ϕa,b (t)
−t b−1
ln(t)e t si t>1

Z 1
a a
— ϕ(t) ∼0 (− ln t)t a−1 −1
∼0 t 2 et t 2 −1 dt converge ( car a > 0).
0
— lim t2 ϕ(t) = 0
t→+∞
Par conséquent ϕ est intégrable sur ]0, +∞[.
On déduit d’après le théorème de Leibniz (à l’ordre 1) que Γ est dérivable sur ]a, b[. Mais
puisque les réels a et b sont quelconques dans ]0, +∞[, il s’en suit que Γ est dérivable sur
]0, +∞[.
3. Soit la suite (un )n>1 telle que un = Hn − ln(n). On a
un+1 − un = (Hn+1 − ln(n + 1)) − (Hn − ln(n))
1 1 1 1 1
= (1 + + · · · + + − ln(n + 1)) − (1 + + · · · + − ln(n))
2 n n+1 2 n
1
= − ln(n + 1) + ln(n)
n+ 1 
n 1
= ln +
n+1 n+1
 
1 1
= ln 1 − +
n+1 n+1

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


On déduit que    
1 1 =O 1 .

|un+1 − un | = ln 1 − +
n+1 n + 1 n2
Par conséquent la série de terme général tn = un+1 − un est convergente. De plus on a :
n
X n
X
Sn = tk = (uk+1 − uk ) = un+1 − u1 .
k=1 k=1

Ce qui implique que


lim un = lim un+1 = u1 + ( lim Sn ) ∈ R
n→+∞ n→+∞ n→+∞

4. En posant v = 1 − u on a :
Z 1 1
1 − (1 − u)n 1 − vn
Z
du = dv
0 u 0 1−v
n−1
!
Z 1 X
k
= v dv
0 k=0
n−1
X 1 Z
k
= v dv
k=0 0
n−1
X 1
=
k=0
k+1
n
X 1
=
k=1
k
= Hn .
5. Soit a ∈]0, 1[. A l’aide d’une intégration par parties on a :
Z 1 1 Z 1
1 − (1 − u)n+1 1 − (1 − u)n+1

n 1
(1 − n) ln(u)du = ln(u) − du
a n+1 a n+1 a u
Z 1
(1 − a)n+1 − 1 1 1 − (1 − u)n+1
= ln(a) − du.
n+1 n+1 a u
Sachant que lim+ [(1 − a)n+1 − 1] ln(a) = 0 (il suffit de faire le développement limité à l’ordre
a→0
2 au voisinage de 0 de la fonction a 7→ (1 − a)n+1 ) on déduit que
Z 1 Z 1
n
(1 − u) ln(u)du = lim+ (1 − n)n ln(u)du
0 a→0 a
Z 1
1 1 − (1 − u)n+1
= − du
n+1 0 u
1
= − Hn+1 .
n+1
6. En étudiant les variations de la fonction t 7−→ e−t − 1 + t sur [0, +∞[ on déduit que
∀t > 0, e−t > 1 − t.

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


7. Posons, pour tout t > 0 et tout n > 1
  n
t
 1− ln t si 0 6 t 6 n


fn (t) = n


0 si t>n

— Pour tout t > 0, lim fn (t) = e−t ln t,


 n→+∞n
t
— ∀t ∈ [0, n], 1 −
ln t 6 e−t | ln t|.
n
On déduit que
R +∞ −t pour tout t > 0, |fn (t)| 6 e−t | ln t|,
— de plus 0 e | ln t|dt converge.
Alors d’après le théorème de la convergence dominée d eLebesgue, on déduit que
Z +∞ Z +∞   Z +∞
lim fn (t)dt = lim fn (t) dt = e−t ln(t)dt.
n→+∞ 0 0 n→+∞ 0

Or
Z +∞ Z n Z +∞
fn (t)dt = fn (t)dt + fn (t)dt
0 0 n
Z n n
t
= 1− ln(t)dt
0 n
= In
D’où Z +∞ Z +∞
lim In = lim fn (t)dt = e−t ln(t)dt.
n→+∞ n→+∞ 0 0

8. En faisant le changement de variable t = ny on a :


Z n n
t
In = 1− ln(t)dt
0 n
Z 1
= n (1 − y)n ln(ny)dy
Z0 1
= n (1 − y)n [ln(n) + ln(y)] dy
0
Z 1 Z 1
n
= n ln(n) (1 − y) dy + n (1 − y)n ln(y)dy
0 0
n ln(n) n
= − Hn+1
n+1 n+1
n
= [ln(n) − Hn+1 ]
n+1 
n 1
= ln(n) − Hn −
n+1 n+1
 
n 1
= − un +
n+1 n+1

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


n 1
Sachant que lim un = γ, lim = 1 et lim = 0 on déduit que
n→+∞ n→+∞ n + 1 n→+∞ n + 1
Z +∞
−γ = lim In = e−t ln(t)dt = Γ0 (1).
n→+∞ 0
0
D’où γ = −Γ (1).
9.(a) Soit 0 < a < b < +∞. A l’aide d’une intégration par parties on a :
Z b Z b
x −t
 x −t b
∀x > 0, t e dt = −t e a + x tx−1 e−t dt
a a
Z b
x −a x −b
= a e −b e +x tx−1 e−t dt
a
Z b
−a+x ln a −b+x ln b
= e −e +x tx−1 e−t dt
a

En faisant tendre a vers 0+ et b vers +∞ on déduit que


∀x > 0, Γ(x + 1) = xΓ(x).

(b) Ces différentes relations peuvent être démontéres en utilisant la méthode de démonstration
par récurrence.
10.(a) Pour tout n > 2 on a :
Z π/2
Wn = (cos θ)2 (cos θ)n−2 dθ
0
Z π/2
= [1 − (sin θ)2 ](cos θ)n−2 dθ
0
Z π/2 Z π/2
n−2
= (cos θ) dθ − (sin θ)2 (cos θ)n−2 dθ
0 0
Z π/2
= Wn−2 + (sin θ)(− sin θ)(cos θ)n−2 dθ
0
 π/2
1 1
= Wn−2 + (cos θ)n−1 sin θ − Wn
n−1 0 n−1
1
= Wn−2 − Wn
n−1
On déduit alors que
n−1
∀n > 2, Wn = Wn−2 ou nWn = (n − 1)Wn−2 .
n
(b) De ce qui précède on a :
∀n > 1, un = nWn Wn−1 = (n − 1)Wn−2 Wn−1 = (n − 1)Wn−1 Wn−2 = un−1 .
Par conséquent la suite (un )n>1 est constante et on a :
π π
∀n > 1, un = u1 = W0 W1 = ×1= .
2 2

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


(c) Puisque pour tout θ ∈ [0, π2 ], 0 6 cos θ 6 1 on a donc :
0 6 (cos θ)n+1 6 (cos θ)n 6 (cos θ)n−1 .
En passant à l’intégrale sur [0, π2 ] on déduit que 0 6 Wn+1 6 Wn 6 Wn−1 puis en
multipliant membre à membre par Wn on a :
Wn+1 Wn 6 Wn2 6 Wn Wn−1 .
(d) De ce qui précède on a : nWn+1 Wn 6 nWn2 6 nWn Wn−1 c’est-à-dire
n
un+1 6 nWn2 6 un .
n+1
n
Comme un+1 = un = u1 , on déduit que lim un+1 = u1 = lim un . Par conséquent
n→+∞ n + 1 n→+∞
π
lim nWn2 = u1 = .
n→+∞ 2

r
√ π
Ce qui implique que lim nWn = u1 = , c’est-à-dire
n→+∞ 2
r r
u1 π
Wn ∼+∞ = .
n 2n
11.(a) Soit √
n n
t2
Z 
Jn = 1− dt avec n ∈ N.
0 n
Définissons la suite de fonctions (gn )n∈N par :
 
2
n √
 1 − tn
 si 0 6 t 6 n
gn (t) =
 √
0 si t> n

2
— Pour tout t ∈ [0, +∞[, lim gn (t) = e−t .
n→+∞
Z +∞
2
−t2
— ∀n > 1 et pour tout t > 0, |gn (t)| 6 e et e−t dt converge
0
On déduit alors, d’après le théorème de la convergence dominée de Lebesgue, que
Z +∞ Z +∞ Z +∞
2
lim gn (t)dt = lim gn (t)dt = e−t dt,
n→+∞ 0 0 n→+∞ 0
c’est-à-dire Z +∞
2
lim Jn = e−t dt.
n→+∞ 0

(b) En posant successivement t = u n et u = sin θ on a :
Z 1

Jn = n (1 − u2 )n du
0
Z π/2

= n (1 − (sin θ)2 )n cos θdθ
0
Z π/2

= n (cos θ)2n+1 dθ
√ 0
= nW2n+1

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


r
π nπ π
r r
(c) Sachant que W2n+1 ∼+∞ on déduit que Jn ∼+∞ ∼+∞
2(2n + 1) 2(2n + 1) 4

π
c’est-à-dire lim Jn = . En conclusion
n→+∞ 2
Z +∞ √
−t2 π
e dt = .
0 2
(d)
  Z +∞ −t
1 e
Γ = √ dt
2 0 t
Z +∞
2 √
= 2 e−u du en posant u= t
√0
= π.
12.
Z +∞ Z +∞
n −x
06 x e dx = (t + n)n e−(t+n) dt en posant x = t + n
2n
Zn+∞ Z +∞
n −(t+n) n −n
6 (2t) e dt = 2 e tn e−t dt
n
Z +∞  n n
2
6 2n e−n tn e−t dt = Γ(n + 1)
0 e
Ainsi Z +∞  n
n −x 2
06 x e dx 6 Γ(n + 1).
2n e
 n
2
Sachant que lim = 0 on déduit que
n→+∞ e
R +∞
2n
xn e−x dx
lim =0
n→+∞ Γ(n + 1)
et par conséquent Z +∞
xn e−x dx = o (Γ(n + 1)) .
2n
13. De la relation Z 2n Z +∞
n −x
Γ(n + 1) = x e dx + xn e−x dx
0 2n
on déduit que
Z 2n Z +∞
n −x
Γ(n + 1) − x e dx = xn e−x dx = o (Γ(n + 1)) .
0 2n

Ce qui implique Z 2n
xn e−x dx
0
1− = o(1)
Γ(n + 1)

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


c’est-à-dire Z 2n
Γ(n + 1) ∼+∞ xn e−x dx.
0
Or
Z 2n Z n
n −x
x e dx = (t + n)n e−(t+n) dt en posant x = t + n
0 −n
Z n n
−n n t
= e n 1+ e−t dt
−n n
Z √n  n
−n n+ 12 u √
−u n

= e n √
1 + √ e du en posant t = u n.
− n n
D’où √ n
Z  n √
Γ(n + 1) u −u n
1 ∼+∞ √
1 + √ e du.
e−n nn+ 2 − n n
x2
14.(a) En étudiant les variations de la fonction t 7→ ln(x + 1) − x + ( ou la formule de Taylor
6
avec reste intégrale) on a :
x2
∀x ∈] − 1, 1[, ln(x + 1) − x 6 − .
6
(b) Posons 
x − ln(x + 1)
si x ∈] − 1, 1[\{0}


x2


Φ(x) =

 1

 si x=0
2
On déduit de ce qui précède que
1
∀x ∈] − 1, 1[, Φ(x) > .
6
Par ailleurs, pour n ∈ N définissons la suite de fonctions
√ √
(  
−t2 Φ √tn
hn (t) = e si − n 6√t 6√ n
0 si t ∈
6 [− n, n]
OnZa : √ n
+∞ Z n 

t
— hn (t)dt = √
1+ √ e−t n
dt,
−∞ − n n
t2 Z +∞ −
t2

— pour tout t ∈ R, 0 6 hn (t) 6 e 6 et e 6 dt ∈ R,
−∞
2
− t2
— lim hn (t) = e
n→+∞
D’après le théorème de la convergence dominée on a alors :
Z +∞ Z +∞
t2 √
lim hn (t)dt = e− 2 = 2π.
n+∞ −∞ −∞

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


Ce qui implique √ n
n √
Z 
t √
−t n
lim √
1 + √ e dt = 2π
n→+∞ − n n
Or √ n
Z  n √
Γ(n + 1) u −u n
1 ∼+∞ √
1 + √ e du.
e−n nn+ 2 − n n
Par conséquent √ 1
Γ(n + 1) ∼+∞ 2πe−n nn+ 2 .
15. Sachant que
n
X y(1 − y n )
yk = pour tout y 6= 1,
k=1
1−y
on déduit que
+∞
X y
yn = ∀y ∈]0, 1[.
n=1
1−y
En particulier pour y = e−t ∈]0, 1[ ( avec t > 0) on a :
+∞
! +∞
ts−1 e−t X
−nt
X
= ts−1
e = ts−1 e−nt .
1 − e−t n=1 n=1

Ce qui implique
+∞
!
+∞ +∞
ts−1 e−t
Z Z X
dt = ts−1 e−nt dt
0 1 − e−t 0 n=1
+∞
X Z +∞
s−1 −nt
= t e dt
n=1 0
+∞ Z +∞  u s−1
X du
= e−u avec u = nt
n=1 0 n n
+∞ Z +∞
X 1 s−1 −u
= s
u e du
n=1 0 n
+∞ Z +∞ 
X 1 s−1 −u
= s
u e du
n=1
n 0
+∞
X 1
= s
Γ(s)
n=1
n
+∞
!
X 1
= Γ(s)
n=1
ns
= Γ(s)ζ(s)

Exercice 0.2
Les questions 1 à 5 ont été déjà abordées dans les exercices 0.1 et

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


6. Montrons que la fonction Γ est convexe. On sait que
Z +∞
00
∀x > 0, Γ (x) = e−t tx−1 (ln t)2 dt > 0.
0

Par conséquent la fonction Γ est convexe.


7. D’une part, comme Γ00 (x) > 0 pour tout x > 0, on déduit que la fonction Γ0 est strictement
croissante sur ]0, +∞[. Donc Γ0 réalise une bijection de ]0, +∞[ vers Γ0 (]0, +∞[). D’autre
part puisque Γ(1) = Γ(2) = 1 ; Γ continue sur [1, 2] et dérivable sur ]1, 2[ alors d’après le
théorème de Rolle il existe un unique α ∈]1, 2[ tel que Γ0 (α) = 0. Puisque Γ0 est croissante
sur ]0, +∞[ on a alors :
∀x ∈]0, α[ Γ0 (x) 6 0, ∀x ∈]α, +∞[ Γ0 (x) > 0.

8. — Γ est continue au point 1, par conséquent

lim xΓ(x) = lim+ Γ(x + 1) = lim+ xΓ(t) = Γ(1) = 1


x→0+ x→0 t→1

— Pour tout x > 0 on a : Γ(x) > 0, donc lim+ Γ(x) = l ∈ [0, +∞[. Si l ∈]0, +∞[ alors
x→0
lim+ xΓ(x) = 0 (absurde) donc l = +∞ c’est-à-dire lim+ Γ(x) = +∞.
x→0 x→0
— Γ0 (x) > 0 pour tout x > 2 > α on déduit que Γ est croissante sur [2, +∞[. Par conséquent
lim Γ(x) = l > Γ(2) = 1. Si l ∈]1, +∞[ alors on a :
x→+∞

l = lim Γ(x)
x→+∞
= lim Γ(x + 1)
x→+∞
= lim xΓ(x)
x→+∞
= +∞ (contradiction)
Ainsi
lim Γ(x) = +∞.
x→+∞

9.
Γ(x) (x − 1)Γ(x − 1)
lim = lim
x→+∞ x x→+∞ x
x−1
= lim Γ(x − 1)
x→+∞ x
= +∞
On déduit que la courbe de la fonction Γ possède une branche parabolique de direction l’axe
des ordonnées.
10. Voir dessin
1
11. — Si −1 < x < 0 alors x + 1 > 0 et on peut définir alors Γ(x + 1) puis Γ(x) = Γ(x + 1).
x
1 1
— Si −2 < x < −1 alors x + 2 > 0 et donc Γ(x) = Γ(x + 1) = Γ(x + 2)
x x(x + 1)

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


— On peut donc, de proche en proche, définir Γ(x) sur les intervalles ] − (k + 1), k[ ( avec
k ∈ N). Plus précisement on a :
Γ(x + 1) = xΓ(x)
Γ(x + 2) = (x + 1)Γ(x + 1) = x(x + 1)Γ(x)
..
.
..
.
Γ(x + k + 1) = (x + k)(x + k − 1) · · · (x + 1)xΓ(x)

Donc
Γ(x + k + 1)
Γ(x) = , avec k ∈ N et − k − 1 < x < −k.
x(x + 1) · · · (x + k)
12. Pour k ∈ N on a :
1 1 1 1
Γ(k + ) = Γ((k − ) + 1) = (k − )Γ(k − )
2 2 2 2
1 3
= (k − )Γ((k − ) + 1)
2 2
1 3 3
= (k − )(k − )Γ(k − )
2 2 2
..
.
..
.  
1 3 31 1
= (k − )(k − ) · · · Γ
2 2 22 2
 
1.3. · · · (2k − 3)(2k − 1) 1
= k
Γ
2 2
 
1.2.3.4. · · · .(2k − 3)(2k − 2)(2k − 1)2k 1
= Γ
2.4.6. · · · (2k − 2)(2k)2k 2

D’où
(2k)! √ √
   
1 1
∀k ∈ N, Γ k+ = 2k π car Γ = π
2 2 k! 2
On peut aussi démontrer le résultat à l’aide d’une récurrence
On montre de même que
(−1)k 22k k! √
 
1
Γ −k + = π ∀k ∈ N.
2 (2k)!

13. Définissons pour x > 0, la suite de fonctions


 k
 1 − kt tx−1 si 0 6 t 6 k
fk (t) =
0 si t>k

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


t k t t
= ek ln(1− k ) 6 ek(− k ) = e−t on déduit que

— Sachant que 1 − k
Z +∞
−t x−1
∀x > 0, ∀t > 0, 0 6 |fk (t)| 6 e t et e−t tx−1 = Γ(x) ∈ R.
0

— lim fk (t) = e−t tx−1


k→+∞
On déduit alors que
Z +∞ Z k  k
t
I fk (t)dt = 1− tx−1 dt
0 0 k
I
Z k  k Z +∞
t x−1
lim 1− t dt = lim fk (t)dt
k→+∞ 0 k k→+∞ 0
Z +∞
= ( lim fk (t))dt
0 k→+∞
Z +∞
= e−t tx−1 dt
0
= Γ(x).

1. A l’aide d’un changement de variable et d’une intégration par parties on a :


Z k k Z 1
t x−1 x
1− t dt = k (1 − u)k ux−1 du, avec t = ku
0 k 0
Z 1
xk
= k (1 − u)k−1 ux du
x 0
Z 1
xk k − 1
= k (1 − u)k−2 ux+1 du
xx+1 0
..
.
..
. Z 1
x k(k − 1) · · · 1
= k ux+k−1 du
x(x + 1) · · · (x + k − 1) 0
x k! k x k!
= k =
x(x + 1) · · · (x + k) x(x + 1) · · · (x + k)
D’où k
k
k x k!
Z 
t
Γ(x) = lim = 1− tx−1 dt = lim .
k→+∞ 0 k k→+∞ x(x + 1) · · · (x + k)

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


2. D’après ce qui précède on a :
Z k k
t x−1 k x k!
1− t dt =
0 k x(x + 1) · · · (x + k)
kx
=
x(x + 1) · · · (x + k)
k!
kx
=
x(x + 1) · · · (x + k)
1 × 2 × ··· × k
kx
=
x(1 + x1 )(1 + x2 )(1 + x3 ) × · · · × (1 + xk )
 
k

X 1
−x 

i=1
i
kx e
= Qk ×  
x i=1 (1 + xi ) 
k
X 1
−x 

i=1
i

e 
k

X 1
x
ln k−

i=1
i 
e
= 
k


X 1
"
k  # −x 
Y 1

i=1
i
x 1+ e
i=1
i

Or
 
k

X 1
−x 

i 1 1
e i=1
= e−x(1+ 2 +···+ k )
x x
= e−x × e− 2 × · · · × e− k
k
x
Y
= e− i
i=1

Par conséquent  
k

X 1
x
ln k−

Z k k i=1
i
t e
1− tx−1 dt = Qk x .
0 k x i=1 (1 + xi )e− i

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020


Ce qui implique
Z k  k
t
Γ(x) = lim 1− tx−1 dt
k→+∞ 0 k
 
k

X 1
x× lim  ln k− 
k→+∞
i=1
i
e
= " k
#
Y x x
x lim (1 + )e− i
k→+∞
i=1
i
e−γx
= +∞
Y x −x
x (1 + )e n
n=1
n

D’où
+∞
1 Y x x
= xeγx
(1 + )e− n .
Γ(x) n=1
n

Intégrales dépendant d’un paramètre©IMSP 2019-2020