Vous êtes sur la page 1sur 6

CADRE LOGIQUE

Suivi-évaluation

Qualités du projet
Six critères sont utilisés pour juger la qualité des projets. Ces critères structurent à la
fois la conception des dispositifs de suivi-évaluation et la préparation des évaluations.

 La pertinence examine l’adéquation entre les objectifs d’un projet et les


spécificités de la situation sur laquelle il se propose d’agir.
o Ces objectifs sont-ils « intelligents » au regard du contexte de l’action ?
o Correspondance avec les besoins et les demandes des bénéficiaires
o Conformité avec les politiques (DSCE, stratégies sectorielles)

 La cohérence apprécie les rapports entre les divers éléments constitutifs de


l'action. Elle s’interroge sur la stratégie et les méthodes : les moyens, activités,
résultats attendus vont-ils permettre d’atteindre les objectifs visés ?
o Sont-ils cohérents les uns avec les autres (cohérence interne) ?
o Sont-ils en concordance avec les actions entreprises par les organisations
internationales et les bailleurs, et éventuellement les ONG (cohérence
externe)?

 L’efficacité / L’effectivité concerne les réalisations effectives du projet, en


comparaison des celles qui étaient initialement prévues, ou/et appréciés au
regard des objectifs auxquels elles devaient contribuer.
o Taux d’exécution financière ;
o Respect des délais et du chronogramme ;
o Qualité du suivi et de la gestion des imprévus ;
o Analyse des écarts
o Recherche des éléments de surcoût éventuel et de leurs causes ;
o Vérification, le cas échéant, de l’application des clauses (signature de la
convention, déblocage des fonds, conditions suspensives) ;

 L’efficience s’intéresse à l’optimisation des moyens mobilisés par le projet, et


donc en général, aux rapports coûts/efficacité de ses réalisations (infrastructures
ou services).
o Rapprochement des résultats obtenus avec les sommes dépensées ;
o Explication des éventuels surcoûts et retards observés ;
o Analyse de modalités possibles qui auraient permis d’atteindre les
mêmes résultats avec des moyens plus restreints ou des instruments
différents (exemple : comparaison avec des actions équivalentes d’autres
bailleurs de fonds).
 La mesure de l’impact est celle des effets directs et indirects du projet.

 La viabilité (la durabilité ou la reproductibilité ou la pérennité) s’attache aux


effets à long terme du projet et à la plus ou moins grande pérennité de ses
résultats et de ses effets.
o Examine si l’action a engendré une structure ou des pratiques capables
de « vivre » et de se développer après la fin de l’intervention.
o Viabilité financière et opérationnelle des mécanismes ;
o Prise en charge institutionnelle des activités par les responsables de
l’action et/ou les autorités locales des activités ;
o Possibilité de reproduire ou de généraliser l'opération.

La pertinence et la cohérence d’un projet dépendent pour l’essentiel de sa conception


et des principaux choix stratégiques préalables à sa mise en œuvre. L’examen de ces
deux critères demande du recul. Il est plutôt du domaine de l’évaluation, mais doit
s’appuyer sur des données récoltées par le suivi.

Lorsque sa conception est cohérente, l’efficacité et l’efficience de l’action dépendent


avant tout de sa mise en œuvre. Leur appréciation continue est du domaine du suivi.
L’évaluation peut en faire la synthèse, mais ne peut pas s’y substituer.

L’impact et la viabilité d’un projet ne peuvent s’apprécier que a posteriori de ses


résultats. La mesure du premier nécessite des études spécifiques qui permettent de
comparer des situations « avant/après » ou « avec/sans » l’action du projet.