Vous êtes sur la page 1sur 44

Démarche de

l’audit interne
Plan
Audit interne, taches et champs d’intervention

L’exercice de l’audit interne: déontologie et normes de comportement

2
Déroulement des missions d’audit interne

Techniques et outils

L’organisation des supports de travail


Plan de la présentation

Audit interne, taches et champs d’intervention

L’exercice et emploi de l’audit interne: déontologie et normes de


comportement

Déroulement des missions d’audit interne

Techniques et outils

L’organisation des supports de travail


Présentation de la fonction
d’audit interne

Définition:
L’audit interne consiste en l’examen discontinu des
différents systèmes de gestion en vue d’aider la
Direction à améliorer la rentabilité et l’efficacité de la
gestion. Cet examen est assuré par des personnes
indépendantes de la hiérarchie non responsables de
l’organisation et de la gestion des systèmes qu’elles
contrôlent.
Organigramme:
Plan de la présentation

Présentation de la fonction d’audit interne

Domaines, missions et modes d’intervention de l’audit interne

La définition des taches des auditeurs internes

L’exercice et emploi de l’audit interne : déontologie et normes de


comportement

Déroulement des missions d’audit interne

Techniques et outils

L’organisation des supports de travail


DOMAINES, MISSIONS ET MODES
D’INTERVENTION DE L’AUDIT INTERNE

Domaines d’exercice de la fonction d’Audit


interne

L’Audit interne apporte sa contribution à l’ensemble des activités. Il a donc


vocation à intervenir, dans le cadre des missions qui lui sont régulièrement
confiées, dans toutes les unités et dans toutes les installations , pour tout type
de problèmes touchant au fonctionnement interne de l’organisation, ainsi
qu’aux relations entre les opérations et l’environnement (notamment aux
interfaces d’ordre administratif, d’ordre contractuel et commercial avec les
fournisseurs, les clients, les usagers de services publics, etc...)
Caractéristiques des missions de l’Audit
interne:

Les facteurs-clés de l’analyse des situations soumise à audit sont :

L’économie et l’efficience dans l’utilisation des ressources Le terme


de « ressources » est utilisé ici dans le sens de « moyens » humains,
matériels (investissements, approvisionnements), financiers, intellectuels
(méthodes,...) mises à la disposition de l’unité, de l’activité ou de la
fonction,
La qualité et la sûreté du fonctionnement et sa sécurité vis-à-vis des
risques pouvant naître de l’environnement spécifique de l’activité ou de
l’unité,
L’efficacité des résultats obtenus, c’est à dire leur conformité aux
objectifs préalablement fixés.
 Limites des missions de l’Audit interne

N’entrent pas dans les attributions de la fonction d’Audit interne :

 La vérification courante systématique de l’exactitude des états financiers et des


tableaux de bord de gestion périodiques

 Le contrôle régulier des inventaires et de la situation des actifs

 La prise en charge de fonctions permanentes d’organisation interne, ou la


participation directe à la réalisation de programmes particuliers d’organisation
ou de réorganisation, décidés en application de recommandations concluant des
missions d’audit antérieures (ce qui ne dispense pas l’Audit interne de sa
mission de conseil de la hiérarchie pour l’application de ses recommandations),

 Ainsi que toute fonction permanente de surveillance ou de supervision à


l’intérieur de organisme
 Audits ‘’verticaux’’ et audits ‘’horizontaux’’

L’approche verticale: cible l’audit sur une partie de la


structure : petite ou grande unité, dans laquelle seront examinés un ou
plusieurs aspects de son fonctionnement ou dont il sera fait une
évaluation globale.

L’approche horizontale ou thématique : cible l’audit sur un thème


commun (une activité, une fonction, un problème de fonctionnement),
concernant plusieurs unités ou l’ensemble de l’organisation.
Dans la mesure où une approche thématique horizontale permet de
dégager des éléments de synthèse sur un plan général, il est
souhaitable que les missions confiées à l’Audit interne privilégient
aussi souvent que possible ce mode d’approche de l’organisation.
 Modes d’intervention de la fonction
d’Audit interne
Missions programmées :
L’ Audit interne agit soit dans le cadre de missions programmées sur la
base d’un plan d’audit interne. Les missions programmées ont pour
l’essentiel un caractère récurrent. Elle reflètent les examens
systématiques qui doivent porter sur les systèmes de gestion et plus
largement sur le ‘’contrôle interne’’ de l’organisation.

Missions spécifiques, hors programmes:


Correspondent à des besoins d’expertise ou d’évaluation particuliers,
souvent urgents et très ponctuels. Certaines de ces missions,
consécutives à des fraudes ou à des malversations, ont pour objet de
démonter le mécanisme utilisé afin de renforcer les procédures et
d’éviter la répétition d’incidents du même type
Plan de la présentation

Présentation de la fonction d’audit interne

Domaines, missions et modes d’intervention de l’audit interne

La définition des taches des auditeurs internes

L’exercice et emploi de l’audit interne : déontologie et normes de


comportement

Déroulement des missions d’audit interne

Techniques et outils

L’organisation des supports de travail


La définition des taches des auditeurs
internes

Le superviseur:
 Anime et supervise d’une manière générale les activités de la cellule d’audit
interne ;
 Etablit le planning des missions à moyen terme ;
 Planifie les missions et interventions (détermine le service ou la fonction à
auditer, la période et la durée de la mission, désigne le chef de mission et le(s)
assistant(s) et prend les rendez-vous) ;
 Présente et commente les projets de rapports à la Direction Générale et le cas
échéant aux autres directions ;
 Participe aux missions spéciales confiées par la Direction Générale ;
 Représente la cellule d’audit interne dans ses relations avec la Direction
Générale et dans les différents comités et réunions auxquels il participe.
Le chef de mission
• Fixe les grandes lignes des programmes de travail ;
• Rédige ou complète les programmes de travail détaillés ;
• Encadre l’équipe « sur le terrain » ;
• Réalise l’étude et l’évaluation du système pour les fonctions les plus importantes
;
• Revoit le travail des auditeurs et finalise la forme du dossier et les conclusions ;
• Rédige le projet de rapport ;
• Discute le projet avec les services « audités ».

L’auditeur confirmé
• Effectue les travaux conformément aux programmes de travail qui lui sont
remis.

L’auditeur assistant
• Il assiste les auditeurs dans la réalisation de leurs missions d’audit.
Plan de la présentation

Présentation de la fonction d’audit interne

Domaines, missions et modes d’intervention de l’audit interne

La définition des taches des auditeurs internes

L’exercice et emploi de l’audit interne : déontologie et normes de


comportement

Déroulement des missions d’audit interne

Techniques et outils

L’organisation des supports de travail


L’exercice et emploi de l’audit interne : déontologie et normes de
comportement

Règles de conduite des équipes d’Audit:

Sur le plan professionnel et technique, les équipes


d’audit interne doivent faire preuve de:
• Objectivité
• Compétence
• Rigueur et de fiabilité
• Discrétion
Sur le plan éthique et psychologique, ces équipes
doivent faire preuve de :

• Ouverture aux opinions des audités


• Intégrité et de loyauté
Plan de la présentation

Présentation de la fonction d’audit interne

Domaines, missions et modes d’intervention de l’audit interne

La définition des taches des auditeurs internes

L’exercice et emploi de l’audit interne : déontologie et normes de


comportement

Déroulement des missions d’audit interne

Techniques et outils

L’organisation des supports de travail


Déroulement des missions
d’audit interne

Synthèse
Formalisati et clôture
on des des
Organisation travaux de missions
et lancement vérification
Phase
des tâches
exploratoir
e
Phase exploratoire
Etablissement de l’ordre de mission:

L’ordre de mission est un document formalisant le


mandat donné à l’audit interne. Il a pour fonction :
d’informer les responsables des fonctions de
l’intervention de l’audit interne,
d’indiquer l’origine de la demande et l’objet de la
mission,
 d’accréditer l’équipe d’audit.
Le principe est que l’auditeur interne ne décide pas lui-
même de ses missions. Un modèle d’ordre de mission
est joint en Annexe 1.
Prise de connaissance préalable du domaine à auditer:

La prise de connaissance préalable de la mission implique d’établir


un plan d’approche dont les objectifs sont principalement de

- définir les objectifs de la phase d’étude,


- de dégager des résultats à l’issue de la phase de prise de connaissance.

La phase de prise de connaissance consiste à collecter les


informations utiles tels que :

- les points marquants sur l’histoire du domaine audité,


- les données importantes sur l’environnement (réglementation…),
- les informations sur le métier et les facteurs clés de succès,
- les méthodes de gestion et système d’information du domaine audité,
- les rapports d’audit antérieurs et autres analyses,
- l’organigramme et la définition de fonction.

Cette analyse débouche sur :

- l’établissement du tableau des forces et faiblesses apparentés,


- l’état des lieux des forces et faiblesses réelles ou potentielles,
- la hiérarchisation des risques et la préparation du rapport d’orientation.
Analyse des risques:

Principes
• Toute information recueillie lors de la phase de
reconnaissance est analysée dans la phase d’analyse des
risques,
• Une force ou faiblesse doit s’exprimer par rapport à un
objectif de contrôle interne ou une caractéristique
normalement attendue pour assurer le bon fonctionnement
d’une organisation ou l’atteinte d’un résultat escompté,
• L’auditeur émet une opinion sur les forces ou faiblesses
apparentées (la validation, la détermination des causes et
l’évaluation des conséquences feront l’objet du programme
Niveau de risque Action
de vérification).
Force certaine Ne rien faire
Force potentielle A valider
Faiblesse Potentielle A démontrer
Faiblesse Certaine Apprécier le risque
Organisation et lancement
des tâches
Choix des objectifs:
Le rapport d’orientation(voir annexe 3):
Le choix des objectifs est reflété dans le rapport
d’orientation qui présente :
- les axes d’investigation de la mission,
- les objectifs à atteindre par l’audit.
Sa structure:
-Objectifs généraux,
-Objectifs spécifiques,
-Champ d’action.
Détermination des tâches:
Les tâches à effectuer font l’objet d’un programme de
vérification qui définit les travaux à mener à bien par
l’équipe d’audit afin d’atteindre les objectifs du
rapport d’orientation.
Le programme de vérifications liste les actions telles
que :
• les entretiens à conduire
• les études à faire
• les tests à effectuer,
• les questions à se poser
• les contrôles à valider
• les risques à éviter
La planification :

Elle permet de:


• organiser la mission dans le temps et dans l’espace
• établir un état d’avancement régulièrement mis à jour

Les éléments suivants doivent être correctement intégrés dans


cette phase :

• le budget avec une estimation du temps nécessaire à la réalisation


de chaque tâche
• la répartition des tâches entre auditeurs
• le planning avec une prévision des dates et sites de réalisation des
tâches
• le contrôle de l’avancement des travaux à travers l’élaboration des
états d’avancement
Formalisation des travaux de
vérification

Les différents travaux sont consignés dans deux états


fondamentaux :

- La feuille de couverture
- La FRAP
La feuille de couverture (voir l’annexe 4):

Principe:
Elle décrit les modalités de réalisation de chaque tâche et met en évidence
les conclusions des travaux.

Structure:
Chaque feuille de couverture doit comporter :

• Le ou les objectifs recherchés,


• Les travaux effectués,
• Les conclusions de l’audit.

Démarche:
La feuille de couverture est établie en deux étapes :

• avant l’action, l’auditeur décrit le but de l’action et les modalités prévues pour
son exécution,
• après l’action, l’auditeur présente les principaux résultats et conclusions, il rend
compte des éventuelles modifications qu’il a du effectuer en les justifiant.
• La FRAP:
Principe:
La feuille de révélation et d’analyse des problèmes
dite FRAP est un deuxième document essentiel
dans le cadre de l’exécution de la mission. Il s’agit
d’un document par lequel l’auditeur présente
chaque dysfonctionnement, le documente et
développe ses recommandations.
Structure:
Tout dysfonctionnement doit être remonté en FRAP
suivant la table de correspondance suivantes :
Synthèse et clôture des
missions
Cette phase de bouclage se divise en trois étapes :

Compte
• La présentation au responsable de l’entité auditée des
rendu observations les plus importantes,
final sur • Une synthèse effectuée par le chef de mission.
site

Rapport • Le rapport d’audit interne est élaboré à partir des problèmes


d’audit figurant sur les FRAP (Annexe 5) et les conclusions figurant sur
interne les feuilles de couverture.

• Il permet de :
Etat des • s’assurer de la bonne compréhension de la part des services
actions audités,
de • apprécier si les actions de progrès prévues sont pertinentes et
progrès suffisantes,
• tenir à jour un état d’avancement des actions de progrès
Plan de la présentation

Présentation de la fonction d’audit interne

Domaines, missions et modes d’intervention de l’audit interne

La définition des taches des auditeurs internes

L’exercice et emploi de l’audit interne : déontologie et normes de


comportement

Déroulement des missions d’audit interne

Techniques et outils

L’organisation des supports de travail


TECHNIQUES ET OUTILS
Il existe différentes catégories de tests d’audit :

les tests de conformité : ils apportent des


preuves en matière de contrôle interne. Ils servent à
prouver que les contrôles clés existent et sont
appliqués de manière effective et permanente. Par
exemple : l’interview, le questionnaire de contrôle
interne, les jeux d’essai

Les tests substantifs : Ils apportent des preuves


de nature substantive, c'est-à-dire qu’ils apportent
des preuves directes de la validité des opérations
effectuées ou des soldes comptabilisés. Par
exemple : l’analyse globale, la vérification
détaillée.
Diagramme de circulation ou flow-chart
(description des procédures)
Objectif:
Le diagramme de circulation, ou circuit de documents, ou flow-
chart, est un schéma que l’auditeur doit établir pour étudier :
 l’organisation du traitement des documents afférents à une
suite ou une catégorie d’opérations,
 la validité et l’efficacité du contrôle interne,
 l’identification des contrôles clés,
 le mode d’enregistrement des opérations.
Phase de mise en œuvre
Généralement, le diagramme est établi sur la base d’interviews
lors de la Phase d’Etude. En lui permettant de comprendre
l’organisation des services audités, il aide l’auditeur à mettre en
évidence les principales forces et faiblesses de conception du
système. A partir de cette connaissance, l’auditeur peut
programmer les tests et sondages qui lui permettront de
s’assurer de la fiabilité des procédures.
L’interview
Phases de mise en œuvre :
L’interview peut être utilisée à divers moments d’une
mission :
En phase d’Etude: elle est essentielle dans la
description qui permettra d’établir les forces et les
faiblesses apparentes et d’obtenir des éléments
d’orientation générale de la mission. L’interview est
notamment l’outil privilégié pour l’élaboration d’un
diagramme de circulation ,
En phase de vérification, elle peut être soit une
technique de test prévu dans les Programmes de Travail,
soit un moyen d’autocontrôle pour vérifier l’objectivité et
la qualité des conclusions intermédiaires,
En phase de conclusion, elle peut servir
essentiellement à valider des observations ou un
diagnostic.
Le diagnostic
Définition
Le diagnostic est un moyen pour l’auditeur d’approfondir sa
connaissance de la fonction à auditer. Il consiste à analyser les
informations concernant le domaine audité afin d’identifier les
secteurs à risques et les faiblesses potentielles.
Phases de mise en œuvre
Le diagnostic est établi essentiellement lors de la Phase
d’Etude notamment pour l’élaboration du Tableau des Forces
et Faiblesses (TFF) et du Plan d’Orientation : c’est alors un outil
d’analyse préalable.
Modalités de mise en œuvre
Un diagnostic comprend par exemple pour une fonction :
• l’analyse de la nature et du volume des opérations,
notamment celles qui sont significatives, inhabituelles ou
rares,
• la revue des informations financières,
• l’analyse des chiffres clés.
L’analyse globale

Définition
L’analyse globale consiste à étudier et à évaluer des informations
en les comparant avec d’autres données pertinentes. Elle permet
également de comprendre l’évolution de la fonction ou de l’entité
auditée, d’en situer l’importance et de détecter certains risques
globaux (évolutions inquiétantes, ratios dangereux…).
Phase de mise en œuvre:
L’analyse globale est une technique d’audit qui s’avère utile :
•en Phase d’étude, en situant le domaine audité dans son
contexte et en mesurant son importance et les risques globaux,
elle aide à élaborer l’approche d’audit ;
•lors de la Phase de Vérification, elle est efficace pour évaluer la
vraisemblance de certaines données ou de leur évolution.
Modalités de mise en œuvre
•Analyse des tendances
•Analyse des ratios
La vérification détaillée

• La confirmation externe(ou circularisassions des tiers)


• L’audit des pièces justificatives
• L’observation physique
• La répétition
Le questionnaire de contrôle
interne (QCI)

• Le QCI comporte une liste de questions qui auront pour


réponse « oui » ou « non ». Théoriquement, les réponses
négatives désignent les points faibles et les positives les
points forts. L’auditeur évaluera ensuite l’impact des
faiblesses et vérifiera la réalité des forces.

• Les QCI sont utilisées soit lors de la Phase d’Etude (Analyse


des Risques), soit lors de la Phase de Vérification. Lors de la
phase d’Etude, le QCI est un outil qui aidera à préparer le
Tableau des Forces et Faiblesses.
 Exemple pour la fonction Achats :

-Objectif de réalité : toutes les réceptions correspondent-t-elles à


des prestations réalisées ?
-Objectifs d’exhaustivité : toutes les prestations demandées et
exécutées ont-elles été bien réceptionnées ?
-0bjectifs de séparation des tâches : les personnes chargées des
réceptions sont-elles indépendantes des personnes du service
achat et du service comptabilité ?

 Généralement, le QCI s’interroge également sur :


les responsabilités (qui est désigné, pour quelle responsabilité ? ) ;
la qualité des informations (peuvent-elles être altérées ou
dégradées ?)
la qualité des traitements (fiabilité, exhaustivité, etc.).
Autres tests

Le rapprochement
Tests de cohérence
Observation du travail (technique des jeux
d’essai)
Echantillonnage
L’ORGANISATION DES
SUPPORTS DE TRAVAIL
Les dossiers comprennent à chaque étape de la
mission les informations récoltées ou produites. Ils
sont de trois types :

• le dossier de travail,
• le dossier de synthèse,
• le dossier permanent.
Le dossier de travail:

Ce dossier reprend les éléments issus de la Phase de


Vérification à savoir les papiers de travail des auditeurs et
les documents ou copies reçus des services/directions
audités.

On y trouve donc :

• Les Programmes de Travail,


• Les Feuilles de Problèmes Soulevés,
• Les Feuilles de Synthèse.
Le dossier de synthèse :
Le dossier de synthèse sert à classifier les données nécessaires à
l’audit en cours et à renseigner sur les audits à venir. Il comprend
toutes les données nécessaires à l’élaboration du rapport. Les
éléments constitutifs du dossier de synthèse sont :

• La lettre de mission,
• les informations opérationnelles ou financières récentes,
• l’ensemble des conclusions de la Phase d’Etude :
 Les interviews de la Phase d’Etude ;
 Le Tableau des Forces et Faiblesses ;
 Le Plan d’Orientation.
• le budget,
• les états d’avancement,
• le récapitulatif de mission,
• un exemplaire du rapport,
• les points à suivre (points en suspens ou O/S),
• les rapports d’audit antérieurs,
• La fiche de suivi des recommandations,
• le rapport de suivi des recommandations.
Le dossier permanent

Comme son nom l’indique, il centralise tous les renseignements généraux


d’ordre historique, juridique ou autres. Il contient également les rapports
des consultants extérieurs.

Il comprend en outre :

• l’organigramme et l’annuaire détaillés de l’entité auditée,


• l’activité de l’entité,
• le manuel des procédures et ses mises à jour,
• les contrats, conventions, notes de services, circulaires etc. ,
• les documents fiscaux importants,
• les budgets affectés à l’entité et les réalisations confrontées au budget,
• la date de la dernière visite de l’Audit Interne,
• les chiffres clés,
• les correspondances diverses.