Vous êtes sur la page 1sur 79

Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

SOMMAIRE
DEDICACE………………………………………………………………………………….II
REMERCIEMENTS………………………………………………………………………...III
AVANT-PROPOS…………………………………………………………………..............IV
RESUME ……………………………………………………………………………………V
ABSTRACT …………………………………………………………..................................VI
LISTE DES FIGURES …………….……………………………………………. …….......VII
Liste des Tableaux …………………………………………………………………………VIII
LISTE DES GRAPHIQUES………………………………………………………................IX
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS………………………………………................X
INTRODUCTION GÉNÉRALE…………………………………………………………...1
PREMIERE PARTIE : présentation de l’entreprise et déroulement du stage….............3
Chapitre 1 : Présentation générale de La CDC……………………………………………….4
Section 1 : historique et organigramme de la CDC……………………………………….4
Section 2 : produit et environnement externe……………………………………………..8
Chapitre 2 : présentation des activités du stage et identification du thème……………….....12
Section 1 : présentation du département financier……….………………………….........12
Section 2 : problèmes observés et identification du thème ……………………………….22
DEUXIEME PARTIE : Cadre conceptuel de la rentabilité financière analyse critique et
suggestions emises……….......................................................................................................25
Chapitre 3 : Cadre conceptuel de la rentabilité financière……………………………………26
Section 1 : généralité sur la performance financière………………………………….......26
Section 2 : rentabilité financière et ses ratios……………………………………………...37
Chapitre 4 : Mise en évidence des insuffisances de la rentabilité et suggestion……………..45
Section 1 : diagnostic de la situation financière de la CDC………………………………45
Section 2 : propositions des suggestions en vue d’optimiser la rentabilité ……………...54
CONCLUSION …………………………………………………………………………......59
REFERENCE BIBLIOGRAPHIQUES…………………………………………………...61
TABLE DES MATIERES…………………………………………………………………65

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page I


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

DEDICACE

MA MERE

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page II


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

REMERCIEMENTS

Nous tenons particulièrement à remercier :

 Monsieur Forbeneh Jude notre encadreur académique pour sa disponibilité,

Ses orientations, sa patience.

 Monsieur Ndukong Ernest notre encadreur professionnel pour sa sympathie,

Ses conseils et son assistance.

 A toute ma grande famille pour ses multiples encouragements et conseils.


 Tous mes camarades avec qui nous avons effectué le stage.

En plus nous ne saurons terminer sans toutefois remercier M. Bernard Ikome Njié qui nous a
donné la possibilité d’effectuer le stage au sein de la Société dont il est Directeur Général.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page III


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

AVANT PROPOS

L’Institut Universitaire Catholique Saint Jérôme de Douala est une institution au


service de l’église catholique et de la société, les enseignements dispensés privilégient le
savoir-faire et le savoir-être. Sa devise est « Scientia et conscientia ad sapientiam » qui
signifie Science et Conscience pour la Sagesse. Son objectif est de former des cadres ayant
une bonne éducation citoyenne et apte à répondre à tous les défis professionnels.

L’Institut Universitaire Catholique Saint Jérôme de Douala est actuellement constitué de trois
instituts d’enseignement supérieur à savoir :

 L’institut supérieur des Sciences Religieuses et Sociales,

 L’institut supérieur des Sciences de Gestion appliquée,

 L’institut supérieur des Sciences Polytechnique,

L’institut supérieur des Sciences de Gestion appliquée propose des formations qui
débouchent sur cinq options : Marketing Commerce et Vente, Ressources Humaines,
Supply Chain Management, Comptabilité Contrôle de gestion et Audit et pour ce qui nous
concerne Banque et Institutions Financières.

Tout étudiant, en troisième année de licence, doit effectuer un stage de trois mois à
l’issue duquel il va rédiger un mémoire.

C’est pour cette raison que nous avons effectué notre stage à la CDC entreprise qui a
pour principale la vente des produits agricoles où nous avons accordé une attention
particulière sur la rentabilité.

Tout en assumant l’entière responsabilité des opinions qui y sont émises ainsi que des
erreurs qui pourront y être décelées, nous demeurons ouverts à toutes critiques et propositions
qui pourraient contribuer à son amélioration.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page IV


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

RESUME

L’objectif pour nous dans ce devoir est de montrer les éléments qui peuvent influencer
la rentabilité financière de la CDC dans l’optique de l’améliorer. Pour se faire, nous avons
consulté les états financiers de la société de (2009 à 2014) ceci dans le but de déceler les
éléments qui impact la rentabilité financière de cette société. Pour résoudre ce problème nous
avons représenté de façon graphique l’évolution des différents ratios.

En effet nous avons constaté que la CDC faire face à des problèmes financiers c’est
dernier temps qui s’explique d’une part par la chute du prix de vente du caoutchouc, et d’autre
part par une augmentation constante des charges d’exploitations et aussi nous le
vieillissement des plantations d’où la mauvaise qualité du produit. Nous pouvons dire que ses
facteurs mettent la société dans une situation inconfortable en plus les résultats annuels de
l’entreprise sont négatifs.

Ainsi pour aider l’entreprise à faire face à ses différents problèmes dans l’optique
d’améliorer sa rentabilité financière, nous avons émis plusieurs suggestions à savoir une
réduction des charges, un meilleur suivi des plantations afin d’anticiper leurs vieillissements,
le développement d’une autre culture tropicale qui pourrait être plus rentable pour la société.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page V


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

ABSTRACT

The objet for us in this duty is to show the elements that could affect the financial
profitability of the CDC with a view to improve it. To do so, we consulted the financial
statements of the company from 2009 to 2014. This in order to identify the elements that
impact the financial viability of this company. To solve problem if we represented graphically
the evolution of different ratios that help assess the financial profitability of a company.

Indeed we found that the CDC to deal with the financial problems it is past time that
can be explained in part by the collapse of the rubber selling prices, and also by the constant
increase in expenses farms and also aging plantations where poor product quality. We can say
that these factors put the company in a situation more incorfortable annual results are
negative.

And to help the company in a situation more meet its various problems with a view to
improving its financial profitability, we have issued several suggestions namely a reduction in
operating costs, better monitoring of plantations in order to anticipate their aging the
development of another tropical crop that could be more profitable for the company.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page VI


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

LISTE DES FIGURES

Figure 1: problématique générale de la performance…………………….....27


Figure 2 : les quatre piliers de la performance organisationnelle…………...30

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page VII


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

LISTES DES TABLEAUX

TABLEAU 1 :1 : la Rotation……………………………………………45
TABLEAU 2 :2 : les charges d’exploitations…………………………...46
TABLEAU 3 :3 : La valeur ajoutée…………………………………......47
TABLEAU 4 :4 Les charges du personnelles…………………………..48
TABLEAU 5 :5 : Marge brute opérationnelle…………………………..49
TABLEAU 6 :6 : Equity to asset ratio…………………………………..50
TABLEAU 7 :7 : Ratio de remboursement de la dette………………….51
TABLEAU 8 :8 : Ratio du taux de profit net……………………………52
TABLEAU 9:9 : Return on equity ratio………………………………....53

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page VIII


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

LISTE DES GRAPHIQUES


GRAPHIQUE 1:1 : la Rotation…………………………………………..46
GRAPHIQUE 2 :2 : les charges d’exploitations………………………….47
GRAPHIQUE 3 :3 : La valeur ajoutée……………………………………48
GRAPHIQUE 4 :4 : Les charges du personnelles………………………..49
GRAPHIQUE 5 :5 : Marge brute opérationnelle…………………………50
GRAPHIQUE 6 :6 : Equity to asset ratio…………………………………51
GRAPHIQUE 8 :8 : Ratio du taux de profit net…………………………..52
GRAPHIQUE 9:9 Return on equity

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page IX


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

AM: Account Manager

CAF: capacité d’auto-financement

CDC: Cameroon Development Corporation

CNPS: caisse nationale de prévoyance sociale

CR: credit

CRTV: Cameroon radio television

Dr: Debit

GBM: group banana Manager

GOPM: group oil palm manager

GRM: group rubber manager

GOM: gross operating margin


ROA: return on equity

ROE: return on asset

TRI : taux de rentabilité interne

TIR : taux interne de rentabilité

TVA: taxe sur la valeur ajoutée

VAN : valeur actuelle nette

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page X


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page XI


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

INTRODUCTION GENERALE

Les Mutations économiques mondiales créent pour les entreprises un marché unique
du fait de la globalisation. Les entreprises sont obligées de se soumettre à cette nouvelle
dynamique imposée par la mondialisation. Tous les secteurs d’activités connaissent des
difficultés actuellement, en passant du secteur pétrolier au secteur agro-industriel.

Cette globalisation à laquelle on assiste lève les barrières frontalières surtout dans le
domaine financier pour beaucoup d’entreprises. L’objectif de toute activité économique étant
la création de valeur ajoutée et de richesse pour ses acteurs. Pour relever ce défi, la majorité
des entreprises se dotent d’outils de gestions efficaces afin d’améliorer la rentabilité et
minimiser les coûts.

L’Afrique ainsi que ses entreprises ne sont pas en marge de ce mouvement mondial,
elles ont aussi les mêmes objectifs que les entreprises du monde entier. Depuis les années
quatre-vingt-dix, on observe un climat difficile pour les entreprises surtout les entreprises
publiques.

Durant les deux mois de stage effectué au sein de la CDC (Cameroon Dévelopment
Coorporation) sur la base des documents comptables nous avons observé une baisse constante
au niveau du résultat financier réalisés par cette entreprise en 2009 (-4,76 Milliards), en 2010
(12,375 milliards), en 2011 (21,382 milliards) en 2012 (-12,3 milliards), en 2013 (-10,039
milliards), et en 2014 (-3,805 milliards). Néanmoins on souligne qu’elle a connu des bons
moments, mais nous pouvons dire de 2012 à nos jours elle traverse des grosses difficultés.
Sans toutefois remettre en question la gestion de cette société face à cette situation, nous
pouvons néanmoins souligner que la rentabilité d’une entreprise est très importante de ce fait
c’est grâce a–t-elle que dépend la survie de toutes entreprises ou investissements.

Dans cette mesure, nous devons nous poser une interrogation principale qui est celle
de savoir qu’elles sont les éléments qui peuvent améliorer la rentabilité financière de
cette société ?

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 1


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

De cette interrogation principale, nous avons ressortir deux questions spécifiques à


savoir :

- Qu’elles sont les causes de cette baisse de la rentabilité de la CDC ?

- Qu’elles en sont les répercussions sur la gestion financière de la CDC ?

L’intérêt de notre travail est de montrer l’importance de la rentabilité financière et


permettre dans une moindre mésure aux entreprises en difficultés d’élaborer des bonnes
politiques afin de faire face aux pareilles situations comme celle de la CDC.

L’élaboration de ce travail sera répartie en deux parties : en première partie nous


parlerons de l’organisation de la CDC et de ses activités, dans notre chapitre 1 nous allons
présenter l’entreprise et le chapitre 2 nous présenterons le déroulement du stage, et en
deuxième partie nous allons présenter le concept de la rentabilité financière et performance
financière une analyse et suggérer des solutions, en chapitre 3 nous parlerons du cadre
conceptuel de la rentabilité et performance financière, et en chapitre 4 une analyse critique et
propositions des suggestions .

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 2


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

PREMIÈRE PARTIE:

ORGANISATION DE LA CDC ET PRESENTATION


DES ACTIVITÉS DE STAGE

La CDC est une agro-industrielle basé dans la région du Sud-ouest et du Littoral, c’est
l’une des premières entreprises publiques au Cameroun. Pour une connaissance plus poussée
de cette entreprise, nous aborderons dans cette partie la présentation générale de la CDC à
travers le premier chapitre et nous présenterons les différentes activités du stage que nous
avons rencontrées au deuxième chapitre.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 3


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

CHAPITRE I : PRESENTATION GENERALE DE LA


CDC

Ce chapitre met en exergue la CDC dans son ensemble. L’analyse se fait sous deux
angles: la connaissance de la CDC et le son secteur d’activités.

SECTION 1: HISTORIQUE ET ORGANIGRAMME DE LA CDC

La connaissance d’une structure est primordiale dans la mesure où elle permet de


mieux cerner le fonctionnement de cette dernière. Dans ce cas, la connaissance de la CDC est
basée d’une part sur son historique dans laquelle nous rappelons sa création, son évolution
ainsi que ses activités et ses missions. D’autre part, l’on présente sa structure fonctionnelle. Il
est question de ses organes de décisions et ceux d’exécution. Sur cette partie, l’on revient sur
la création de la CDC ainsi que sur son évolution; c’est- à- dire les différentes transformations
qu’elle a subies.

I- HISTORIQUE

‘’La Cameroon development corporation ‘’est une entreprise agro-industrielle créée


en 1947 à acquérir, développer et exploiter de vastes plantations industrielles .son histoire
commence lorsque les britanniques mirent la main sur les plantations allemandes lors de la
première guerre mondiale. Ceux –ci décident de les regrouper en une seule société qui mettra
en valeur la colonie. De nos jours ; elle est la propriété exclusive de l’état camerounais sous la
supervision technique du ministère de l’agriculture et du ministère du développement de
l’agriculture et du ministre des finances. Son capital social est de 35,7milliard de FCFA. La
société est le 2e employeur après l’Etat. Elle développe trois types de culture tropicales à
savoir : le caoutchouc; l’huile de palme ; et la banane, dans le littoral et le sud –ouest
Cameroun.

A partie de ces cultures, elle produit des semi –fini de caoutchouc ; de l’huile de
palme ; de l’huile de palmiste ; des bananes .ces plantations couvrent une superficie totales de
42027 reparti comme suit :
Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 4
Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

 Caoutchouc : 22262 Ha
 Huile de palme : 15240 Ha
 Banana : 4525 Ha
Elle dispose de 22036 employés dont 18989 sont permanents et le reste reparti comme
suit
 Heure nominale 18065
 Personnel de surveillance 635
 Personnel de direction 289
 Travailleurs saisonniers 3047

II- ORGANISATION STRUCTURELLE DE LA CDC

Comme toute entreprise, la CDC a mis sur pied une organisation dans le but de
sécuriser, garantir et gérer les fonds collectés issues de la vente de leur produire agricoles.
Celle-ci est subdivisée en deux grands pôles à savoir : les pôles décisionnels et pôles
opérationnelles.

1- Les pôles décisionnels

Ils sont constitués de :

a- L’assemblée générale des actionnaires

Elle regroupe tous les actionnaires et se tient de façon périodique, soit en session
ordinaire (une fois par an) soit en session extraordinaire (lorsque les circonstances
l’imposent). Leurs principales missions sont celles de :

- Approuver les comptes


- Designer et révoquer les auditeurs externes
- Superviser les activités de la direction du conseil d’administration
de la société.

b- Le conseil d’administration

Il est composé des membres du service civil du gouvernement. Leurs objectifs est
d’approuver et adopter des politiques dirigé par la haute hiérarchie. Également chargé de faire

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 5


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

des propositions dans la nomination du directeur GENERALE et aussi de l’évaluer et


apprécier quand c’est nécessaire.

c- La direction générale

Les affaires administratives sont gérées au siège social de la société à Bota Limbe.
Elle établit des politiques et coordonnes toutes ses activités. Les unités relevant de la direction
générale sont :

- le bureau du Directeur général


- la direction des ressources humaines
- le département des finances
- le département du système d’information
- le département marketing et vente
- le département d’inspection et de contrôle.

2- Les pôles opérationnels

Ils sont constitués de l’ensemble des directions centrales de la CDC et du siège social
à BOTA

 Le bureau du directeur général : ce bureau du GM coordonne la gestion de la


corporation il est appuyé par un secrétariat et personnel de soutien dans le but de
l’aider dans la gestion ils comprennent : le contrôleur de gestion (son rôle est de
présenter le budget annuel de la société et s’assurer du suivi du coût réel contre les
estimations et veille à ce que la société atteint les objectifs comme étant fixé dans le
plan budgétaire) le service des relations publiques et communication(il est responsable
des relations publiques et fournirent aussi des informations sur la CDC à la direction,
employés de la société. Il est également en charge de toutes les publications et
publicités de la CDC) et aussi du service plan qualité de recherche sur
l’environnement et du développement (son rôle est d’établir et suivre l’application du
plan de stratégique décennal de la corporation, lance, coordonne et s’assure du suivi
des projets de développement dans les plantations de la corporation).
 Le département des ressources humaines : ce ministère est chargé de formuler et
coordonner toutes les activités de la société. Il dispose Service de formation : qui
effectue le recyclage du personnel de la CDC. Ses principales missions sont :

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 6


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

- Le recrutement
- La formation
- La sélection
- La rétention
- L’affectation des travailleurs.
 Le département des finances : il est en charge de toutes les opérations financières de la
société qu’elle conserve les informations sur toutes les transactions financières et
prépare les comptes de la société. Il est également responsable du paiement des
salaires et le traitement des fournisseurs.
 Le département du système d’information : il est en charge de fournir le matériel
informatique dont l’entreprise a besoin et également de l’installation, entretien afin de
répondre aux exigences de tout le personnel de l’entreprise.
 Le département du contrôle interne : ils sont en charge de l’audit interne de
l’entreprise. Elle fournit les lignes directrices pour le bon fonctionnement et la
surveillance de toutes de l’entreprise en procédant à l’audit de routine par service.
 Le département marketing et vente : ils sont en charge de la vente du caoutchouc à
l’étranger et de l’huile de palme sur le marché local et de fournir des fournitures de
commercialisation de la banane.
3- les services extérieurs de la CDC
 Service de sécurité : ils disposent de leur propre société de gardiennage qui coordonne
tous les aspects de la sécurité et de protection de la société.
 Service médical et sanitaire : leur but est de maintenir un effectif et un milieu de
travail sain. A cet effet la CDC dispose de deux hôpitaux (Tiko et Bota), 17
dispensaires, 68 points d’aide, un centre intégré de santé et un ‘’cercle d’or’’ pour la
planification familiale. La CDC dispose des services médicaux notamment
ophtalmologiques, la cardiologie d’une chirurgie dentaire. Les patients sont également
transférés à l’hôpital général de Douala et laquintini, et dans les cas exceptionnels, les
travailleurs sont évacués à l’étranger pour recevoir les soins médicaux appropriés.
 Service technique : il est responsable de fournir aux ingénieurs et aux groupes de
cultures et d’autre département de la société.il est composé d’unités d’ingénieurs
suivant
 Travailleurs civils : ils sont responsables de la construction et de

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 7


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

L’entretien des bâtiments les routes et les ponts. Production du matériel de bureau,
construction et l’entretien des prises d’eau et station d’épuration.

 Équipements électriques et services électroniques : responsable de

La Zone d’électrification et entretien électriques et composants électroniques, la gestion des


unités de communication de la CDC des stations de bases et surveillance de la consommation
téléphonique et électriques.

4 – Missions de la CDC

Les principales missions de la CDC sont les suivantes d’après le décret N°2016 /031
du 19 janvier 2016 portant sur la transformation de la Cameron dévelopment Corporation :

Article3 : la Cameroon Dévelopment Corporation a pour mission :

- L’acquisition, la création, l’administration, l’exploitation et le développement de


toutes entreprises agricoles et pastorales de production et transformation des produits ;
- L’assistance aux petits exploitants ou à leurs groupements se livrant aux cultures
pratiquées par la CDC dans le périmètre de collecte des usines dont elle assure la
gestion ;
- Le commerce de produits agricoles bruts ou après transformation industrielle et
conditionnement ;
- L’exercice de toutes opérations commerciales ou industrielles pouvant se rattacher aux
objets précités, par voie de création de sociétés nouvelles, d’apports, de fusion,
d’association en participation ou autrement ;
- Et généralement toutes opérations se rattachant directement ou indirectement aux
activités définies ci-dessus ou de nature à favoriser leur développement.

Après l’organisation de la CDC et son historique, nous allons présenter ses produits et son
environnement externe.

SECTION 2 : PRODUIT DE LA CDC ET ENVIRONNEMENT EXTERNE

Un produit est un bien né d’une activité humaine destiné à la vente et un service une
activité soumise à un échange essentiellement intangible. C’est pourquoi nous allons faire une
présentation des produits de la CDC.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 8


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

I- PRODUITS COMMERCIALISES PAR LA CDC

Comme nous avons dit plus haut la CDC dispose de 3 principaux produits à savoir : le
caoutchouc (semi-fini), la banane, l’huile de palme et palmiste.

1- le caoutchouc

A la tête de la commercialisation de se produit, nous avons le GRM. C’est le produit


qui génère le plus de bénéfice à la CDC, il est vendu sur le marché international. Elle fabrique
le caoutchouc semi-fini de type (RSS, TSR31, TSR10). Pour le développement de cette
culture, la CDC dispose de 16 plantations de rubber dont 13 plantations et 3 projets pour
couvrir les 22262 Ha.

- Munkonje
- Tombel
- Mbonje
- Malende
- Kompina
- Penda-Mboko
- Matouke
- Sonne/ likomba
- Misselele
- Meanja
- Tiko factory
- Penda-Mboko factory
- Mukonje factory
- Matouke project
- Groupe rubber management.

Son principal client sur ce produit est le Groupe Michelin qui verse l’argent auprès du
compte de la CDC dans les livres d’afriland first bank deux semaines après réception de la
marchandise.

2- L’huile de palme

A la tête de la commercialisation de se produit nous avons le GOPM. La CDC dispose


de 7 plantations et un projet dans ce secteur réparti comme suit :

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 9


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

- Debundscha
- Bénoe
- Bota
- Mondoni
- Illoatri
- Mungo
- Ideneau

Elle transforme ses plantations de palmiste en huile de palme et palmiste pour le


marché local et le conditionne en bidon de 5l, 20l et 1l. Ses principaux clients ici sont :

- Azur Cameroun pour l’huile de palme


- SCR Maya pour les palmistes

3 – La banane

A la tête de la commercialisation nous avons le GBM. La CDC dispose de 5


plantations de banane pour le développement de cette culture à savoir :

- Bénoe
- Mondoni
- Mafanja
- Ndongo
- Moquo

Elles disposent de 3 types de bananes à savoir :

- Sawa banana pour l’importation


- Makossa banana pour l’importation
- Tiko banana marché local

En plus nous pouvons dire que la CDC sur le chiffre d’affaire que génère l’importation
de la banane camerounaise sur le marché international détient 55% face à ses concurrents.

Ses principaux clients de ce produit sont :

- Compagnie fruitière de Paris


- Groupe DEL MONTE

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 10


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

II- LA CDC DANS SON ENVIRONNEMENT EXTERNE

La CDC comme toute entreprise, est soumise à un environnement propre à elle, qui lui
offre des opportunités pour améliorer sa productivité et entendre ses activités, sa renommée.
Mais également se présente des menaces au niveau du marché local qu’international, de la
concurrence. Pour mieux appréhender ses notions, il convient de s’intéresser de plus près à
ces différentes notions.

1- Le marché

Comme nous le savons tous le marché de la CDC est beaucoup plus tournée vers
l’extérieur. Car deux de ses produits sont vendues sur le marché international.

2- La concurrence

En ce qui concerne la concurrence, nous pouvons dire que la CDC à des concurrents
sur chaque produit. En ce qui concerne l’huile de palme, elle a pour principaux concurrents la
SOCAPALM et PAlMOr.

La banane elle a pour principal concurrent PHP (plantation haute de penja). Pour le
caoutchouc elle a pour principal concurrent HEVECAM.

3- Partenaires et correspondants

Nous pouvons dire que la CDC à des relations avec près que toutes les banques du
Cameroun entre autre nous pouvons citer : Afriland first bank, BICEC, Ecobank, NFC Bank,
Standard chartered Bank, Banque Atlantique, UBC Bank, CBC bank, SGC Bank, SCB Bank.

Tout au long de ce chapitre, il a été question de nous familiariser avec l’entreprise


dans laquelle nous avons effectué le stage. Nous avons ainsi présenté son organisation, son
environnement, ses produits. C’est ainsi que nous avons constaté que la CDC possède trois
principaux produits et s’entoure de plusieurs outils qui permettent la bonne marche de cette
organisation. Dans le chapitre qui va suivre, nous allons présenter le déroulement du stage et
l’identification de notre thème.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 11


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

CHAPITRE II : PRESENTATION DES ACTIVITES


DU STAGE ET IDENTIFICATION DU THEME

Dans le cadre de notre formation à L’Institut Universitaire Saint-Jérôme de Douala,


nous avons été appelés à effectuer un stage académique d’une durée de deux mois au sein
d’une entreprise. C’est donc dans l’optique d’obtenir notre licence que la Cameroon
Dévelopment Corporation nous a accueillis au sein de l’une de ses entités, le département
administratif et financier, pour mieux aborder le sujet, notre travail sera subdivisé en deux
sections : dans la première nous parlerons du déroulement du stage et dans la deuxième
section, nous exposerons les motivations du choix de notre sujet d’études.

SECTION 1 : DEROULEMENT DU STAGE

Il serait bon de noter que nous avons effectivement commencé notre stage le 15 février
2016 pour l’achever le 10 Avril 2016. Dans cette section nous allons d’abord présenter notre
département d’affectation en stage, ensuite les tâches réalisées en stage.

I- PRESENTATION DU DEPARTEMENT FINANCIER

Le département financier de la CDC est divisé en cinq grands services à savoir :

- Service de gestion des comptes clients et fournisseurs

- Service de la comptabilité centrale

- Service des taxes

- Service des salaires

- Service de la consolidation des comptes

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 12


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

1- Présentation des différents services

a- Le Service de gestion des comptes clients et fournisseurs :

Ce service est chargé de la Gestion des clients et différents fournisseurs de la CDC.


Comme nous le savons, en ce qui concerne les clients de la CDC, ils sont classés en fonction
du produit vendue à l’extérieur ou sur le marché local.

 Ventes à l’extérieur : les ventes à l’extérieur de la CDC sont basées sur deux produits
à savoir : la banane et le caoutchouc. Cependant elles utilisent différents procédés pour
l’enregistrement et le traitement de chaque client. Une copie est envoyée au client par
DHL ; une autre est envoyée est à la banque par laquelle le client effectuera le
paiement alors que la dernière copie est envoyée au service de la comptabilité.
L’enregistrement s’effectue de cette façon :

Dr 42 …………………client
Cr 7022100 …………..vente à l’extérieur

Lorsque le payement a été effectué par le client, un avis de crédit bancaire est envoyé
au directeur financier, on les comptabilise comme suit :

Dr banque
Dr commission
Cr client
Cr TVA 4451200
 Ventes locales : En ce qui concerne les ventes locales, les produits concernés sont
l’huile de palme, les palmistes et la banane tiko. En ce qui leurs comptabilisation, on
enregistre en fonction du lieu de vente après la collecte des factures d’achat.
- L’huile de palme : on comptabilise de la manière suivante :
Dr 41 ….client (montant total hors taxe)
Cr 7021210…..vente d’huiles de palme
Cr 4431000 …..TVA
Cr 4462000…..1% Taxe collectée
Cet enregistrement s’effectue lors de la vente de l’huile de palme à l’industrie

C’est-à-dire les ventes en détails. Cependant lorsqu’un grossiste effectue un achat d’huile de
palme, l’enregistrement comptable s’effectue de cette façon :

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 13


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Dr 41 ….client (montant total hors taxe)

Cr 7021210…..vente d’huiles de palme

Cr 4431000 …..TVA

Cr 4462000…..1% Taxe collectée.

 Les ventes aux comptants : Ventes au comptant : cela se réfèrent aux ventes de moins
de 3 tonnes. Avec les ventes au comptant, le client est tenu de payer pour le coût total
de la marchandise et de le recevoir l’envoi complet après le paiement, un reçu est
délivré au client par me cassier alors une photocopie est envoyée au service de la
comptabilité. La comptabilisation est effectuée de la manière suivante :

Dr 57/52…….caisse/banque

Cr 7021210……… vente au comptant

Cr 4431000……….TVA

Cr 4462000………. 1% taxe collectée

 Vente à crédit : cela se produit lorsque les marchandises sont livrées aux Clients avant
que le paiement ne soit effectué par ce dernier. Cette catégorie des ventes a été
officiellement divisée en deux à savoir :
- La vente des FFB : à cet effet la société a signé un contrat officiel avec Palmor et
Socapalm.

Elles sont comptabilisées de la manière suivante :

Dr 41 ……..clients (palmor/socapalm)

Cr 7021220…… vente des FFB

Cr 4431000…… TVA

En cas de paiement en retard du client, les pénalités sont appliquées. Elles sont
comptabilisées de la manière suivante :

Dr7021220……..client (avec le coût de la pénalité)

Cr42……..ventes (avec le coût de la pénalité)

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 14


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

- Les ventes au personnel : l’huile de palme est également vendue aux personnels de

L’entreprise Rémunérer à partir de la fin du mois. Ici, les écritures comptables


dépendent de la catégorie du personnel, ainsi que sur le devoir du poste personnel de la
direction générale, les comptes débiteurs du personnel sont débités avec le coût de l’huile
recueillie. On les comptabilisées de la manière suivante :

Dr 57/52 …… comptant/banque

Cr7021210……vente au comptant

Cr4431000…... TVA

Cr4462000…... 1% taxe collectée

Le traitement du livre d’achat journalier : il est défini comme un résumé montrant les
noms des fournisseurs/entrepreneurs et leurs montants dus et sont généralement initiés au
niveau du département de la succession ou de fournitures. Lorsqu’un travail est effectué par
un entrepreneur dans les différentes plantations de la société, une certification de travail est
effectuée par une équipe composée du gestionnaire immobilier, un représentant du bureau du
département, le comptable de la plantation, et un représentant du département de l’inspection
du contrôle. Sur certification du travail une facture est demandée à l’entrepreneur, ce qui suit
est enregistré comme suit :

Dr 6228300…….agriculture auxiliaire

Cr 18……..compte courant entre la plantation et le siège social.

En plus de ses principales missions de ce service, on note également d’autres taches à savoir :

- Le traitement des factures fournisseurs : ça consiste à la vérification des pièces


fournies par le fournisseur après avoir le effectué un travail pour l’entreprise. Les
pièces que doivent fournir obligatoirement les fournisseurs sont :
 La patente
 Régime fiscal
 Les impôts
 La facture du service offert à l’entreprise.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 15


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

- Le traitement des factures clients : ça consiste à l’enregistrement de différentes


factures de vente des différents produits de la CDC. L’enregistrement s’effectue par
point de vente dans les différentes plantations.

b- Le service des taxes


On peut définir la taxe comme un prélèvement obligatoire par l’Etat sur les personnes
physiques et morales résidant dans le pays et appliquées par la loi. Elle est prélevée sur tous
les bénéfices ou revenus réalisés par les sociétés et autre personnes physiques résidant au
Cameroun.

Le but de la perception de la taxe par L’Etat est de lever des fonds pour réaliser des
activités telles que :

- Constructions d’hôpitaux
- Constructions des écoles
- Constructions des bureaux
- Constructions des routes etc…(les dépenses publiques)

Le régime d’évaluation des contribuables sont :

- Le régime simplifié : ce sont les contribuables dont le chiffre


d’affaires

Hors taxes est inférieur à 50 millions de FCFA.

- Le régime normal : ce sont les contribuables dont le chiffre


d’affaire hors

Taxes est compris entre 50 millions et 100 millions FCFA.

- Le régime réel : ce sont les contribuables dont le chiffre hors taxes


est

Supérieur à 100 millions FCFA. La CDC est évaluée dans cette catégorie de contribuable.

 Types de taxes à la CDC

A la CDC, nous avons deux principales classes de taxes que nous traitons à savoir :

- La taxe sur les salaires

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 16


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

- Taxes spécialisées
 Taxe sur les salaires

Ce sont les taxes qui s’obtiennent suite à la déduction faite sur les salaires des travailleurs de
la CDC en tant qu’employeur. Ce sont :

- Impôts sur le revenu


- Centimes additionnels communaux (10% de l’impôt sur le revenu)
- Taxe foncière bancaire
- Fond national de l’emploi
- CRTV

Il convient de noter que la loi autorise les salaires inférieurs à 62000fcfa d’être
exonérés de tous ses impôts.

 Calcul des taxes

Lors du calcul des impôts, les montants sont arrondis à 1000 le plus proche, c’est-à-dire
si le montant à être taxé est 79550fcfa, on utilisera 79000fcfa. Additionnez tous les éléments
imposables, soustraire les allocations suivantes :

- 30% indemnité professionnelle


- 2,8% indemnité sociale
- 500,000 Flat Relief

Les tarifs suivants sont appliqués pour déterminer l’impôt sur le revenu des particuliers :

- 0. 2000000 10%
- 2000001. 3000000 15%
- 3000001. 5000000 25%
- 5000001 au-dessus de 35%
 Taxes spécialisées

Ce sont les taxes qui proviennent d’autres activités autres que le salaire.

 1% taxe de la vente, c’est une taxe sur les ventes de la CDC à des tiers. Elle est ajoutée
au coût des ventes dans une facture de la CDC.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 17


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

 1,1% taxe retenu sur les achats, elle est retenue lorsque la CDC effectue des achats à
l’extérieur, leurs factures sont payées moins 1,1%. La CDC est autorisée de conserver
cette taxe et de la reversée à l’Etat au plus tard le 15 du mois suivant.
 1,1% avance des impôts sur les sociétés, le paiement de l’avance faite par la CDC à
l’autorité fiscale sur ses activités mensuelles. Il est morceaux de paiement de taxe qui
normalement l’impôt sur les sociétés qui est de 33% payable en fin d’exercice.

En plus de ses taxes spécialisées, nous avons aussi les différentes Tva à savoir :

- Tva retenu : c’est la TVA que les fournisseurs mettent dans leurs
factures

Mais la CDC Les paie moins cette valeur de TVA, il convient de noter que toutes les
entreprises ne conservent pas cette Tva.

- Tva collectée : la CDC collecte la TVA lorsqu’elle vend à d’autres

Sociétés ou particuliers.

- Tva déductible : avant d’être appelé TVA déductible, elle doit

Avoir un Lien avec la ligne de processus de production de l’entreprise. Cela signifie que, la
transaction devrait pouvoir être tracée dans la production sans laquelle l’administration fiscale
ne sera pas le reconnaître comme tel.

Les conditions à remplir par le contribuable pour être admissible à la TVA sont :

- Préparé et tenir des registres financiers


- Soumettre une déclaration statistique et fiscale
- Leurs factures doivent avoir les indications suivantes (numéro de
contribuable, le nom de la société, l’adresse, le montant de la
TVA)
 Impôts sur les sociétés : c’est l’impôt appliqué sur le résultat de l’entreprise. Le
taux actuel est de 30% plus 10% de taxe additionnelle du conseil qui est de 3%
ce qui donne un total de 33%. Cette taxe est versée à l’Etat manuellement 1,1%
par avance de 1,1%. A la fin de l’année les deux chiffres sont comparés, soit
33% du résultat final et le paiement mensuel de 1,1%. Lorsque les 33% du
bénéfice est plus de 1,1% du chiffre d’affaire, la société paie l’addition.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 18


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Lorsque c’est le cas inverse, le département fiscal acceptera le 1,1% du chiffre


d’affaire de la taxe de l’entreprise minimum.
 Taxe spéciale sur les recettes : c’est une taxe payée au nom des expatriés qui
rend l’emploi temporel au Cameroun, lors du paiement de leur droit de 15% est
retenu et versée au gouvernement du Cameroun comme l’impôt sur le revenu.
parmi les taxes spéciales à la CDC nous avons :
- Taxe professionnelle
- Les reliefs d’investissements
- Patente (licence d’exploitation)
- Impôt sur le loyer
- Déclaration (bureaux de paiement)
- CNPS
 Taxe professionnelle : c’est une taxe de 5,5% sur la rémunération faite aux avocats,
notaires, baliffs, médecins et expert comptables et autre personne de la même classe.
 Les reliefs d’investissements : c’est une subvention par l’Etat pour compenser les
investissements de la société faites au cours de l’année. Pour tout contribuable
qualifier à l’allégement de l’investissement, le montant des investissements réalisés
doit être supérieur ou égal à 25 000 000 Frs, et ses prétentions deviennent interdites
après deux années. Il convient de noter que la demande pour le soulagement de
l’investissement est effectué à la fin de chaque exercice et soumis à l’impôt avant le 15
mars de l’année précédente.
 Patente : la CDC paie la patente annuelle comme toutes autres entreprises. La patente
de la CDC est obtenue à partir des statistiques de la production des usines, les moulins
et des maisons d’emballage. Il est une obligation pour la CDC de payer la patente. Au
cas où la CDC ne paie pas la patente, comme toute autres organismes d’affaires, elle
sera responsable de payer la pénalité allant jusqu’à 100%.
 Impôt sur le loyer : c’est le paiement effectué pour la location ou l’embauche d’un
bâtiment d’un individu pour un usage de bureau ou d’hébergement par la CDC. Pour
arriver au montant imposable total de 30% est exempt d’impôt. Puis les 70% restants
est facturé à 10% à titre de loyer fiscal.
 Déclaration : conformément à la loi, les taxes du mois sont déclarées et versées au plus
tard le 15 mois suivant. Ne pas le faire est passible d’une sanction pouvant aller
jusqu’à 100%.
Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 19
Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

 CNPS : ce sont les cotisations versées à la caisse d’assurance sociale par l’employeur
et ses employés. L’employeur fait ce qui suit, au fonds pour le compte des employés
comme suit :
5,65% (allocations familiales), 1,75% (accidents du travail), 4,2% (retraite). Les
employés de leur part apportent une contribution de 2,8% au régime de retraite. Il
convient de noter que le salaire minimum pour faire la contribution CNPS est 23,514
Frs et un maximum de 300frs.

c- Service des salaires

Ils ont pour principal mission de calculer les salaires de tout le personnel ainsi que des
différents bonus qui y sont. Et aussi le calcul des congés payés, et la comptabilisation des
paiements mensuels dans tous les différents sites de la CDC.

d- Service de la comptabilité centrale

Ils ont pour principales missions le traitement des immobilisations de la société, le


paiement des salaires des ouvriers de la classe 1 à 6, les états de rapprochement bancaire,
l’échange des factures et aussi le traitement des avances.

 Échange des factures : elle a lieu tous les 05 de chaque mois dans la salle de
réunion de GOPM, se réunissent les différents représentant des groupes de la
CDC afin de s’échanger les factures c’est-à-dire si tel groupe à effectuer un
service à votre place, c’est ce jour qu’elle vous remettra vos différentes
factures. Généralement ils utilisent le compte 18 pour traiter cette opération.
 Traitement des avances : c’est une particularité de la CDC à ne pas confondre
avec avance de salaire, c’est une opération qui s’effectue lorsqu’un employé de
la société effectue des achats aux comptes de la société en attendant les pièces
justificatives, la somme qui lui a été remise est imputé sur son salaire des lors
qu’il présente ses pièces justificatives on annule aussi sur son salaire.

e- Service de consolidation

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 20


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Dans ce service ils ont pour principal mission de collecter toute la comptabilité des
différentes plantations afin de former une seule, de faire aussi la balance en plus de ça de
préparer les états financiers de l’entreprise qu’ils remettront plus tard aux auditeurs externes
qui sont la après 3 mois pour contrôler le travail s’il a été bien fait.

II- MISSIONS REALISEES ET DIFFICULTES RENCONTREES

En ce qui concerne les tâches réalisées au sein du département financier, il convient de


noter que nous avons été affectés dans tous ses services, mais malheureusement nous n’avons
pas eu du travail dans tous ses services. C’est la raison pour laquelle nous allons classés les
taches réalisées en fonction du service.

1- Missions réalisées

Dans cette sous-partie, nous présenterons les tâches effectuées au sein du département
financier en fonction des services intégrés.

a- Service AM

Dès notre affectation à ce service, nous avons pour tâches l’enregistrement des
factures fournisseurs à travers leur logiciel comptable, en plus nous avons commencé à
calculé les taxes sur les différentes factures fournisseurs étant donné que la CDC est une
société qui collecte les taxes. En outre nous étions aussi amenés à contrôle les pièces des
fournisseurs en plus le traitement des livres d’achat du jour.

b- Service Central Account

Dans ce service nous avons réalisées comme tâches : les états de rapprochement
bancaire, le paiement des salaires, l’enregistrement des opérations mensuelles avec les
différentes banques, en plus la comptabilisation des immobilisations encore en marche.

c- Services des salaires

Dans ce service nous n’avons pas effectué grande chose. Mais néanmoins le personnel
de ce service nous a appris comment calculer les différents bonus telles que :

- Prime d’ancienneté
- Les heures supplémentaires
- Bonus de location.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 21


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

d- Service de la consolidation

Dans ce service, nous avons pris comment consolider les différents comptabilités des
plantations, afin d’en sortir une seule comptabilité pour la société. Il se fait après 3 mois, et
c’est grâce à cette balance que la société réalise ses états financiers et synthèses.

2- Difficultés rencontrées

Nous pouvons dire que tout au long de notre stage dans cette société, nous avons faire
face à de nombreuses difficultés à savoir :

- La communication avec les assistants et les managers


- La difficulté des assistants de nous apprendre leur travail

SECTION 2 : PROBLEMES RENCONTRES ET IDENTIFICATION DU THEME

Le choix de notre thème est survenu à la suite de plusieurs observations que nous
avons jugé suffisamment pertinentes pour pouvoir faire l’objet d’un bon travail. On va donc
ressortir les problèmes rencontrés à la CDC ensuite les motivations qui nous ont poussées à
choisir ce thème et nous terminerons avec les justificatifs du choix de thème.

I- LES PROBLÈMES RENCONTRÉS À LA CDC

Comme nous le savons tous la CDC est une très grande entreprise ayant une très
bonne organisation, cependant ses derniers temps elle traverse des problèmes dans sa gestion.
Cependant nous allons ressortir les principaux problèmes à savoir :

- Le vieillissement des plantations


- Le vol des fruits de palmier, d’hévéa, et des bananes
- Le manque de financement des projets
- Projets mal exécutés
- Manque d’innovation de la société
- Trop d’automatisme du personnel
- Le manque de job description pour certains postes
- Manque de recherche.
- Les problèmes financiers

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 22


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

- Le chiffre d’affaire en baisse


- L’augmentation énorme des charges.

II- JUSTIFICATION ET MOTIVATION DU CHOIX DE NOTRE THEME

1- Motivations liées au choix du thème

Notre thème a été motivé par : l’ensemble de toutes les difficultés observées au sein du
département financier de la CDC à l’instar du non-respect du paiement des factures
fournisseurs, et en plus des prêts énormes de la société auprès des banque partenaires.

2- Justification du choix de notre thème

Les deux mois de stage que nous avons passés à la CDC nous ont permis de mieux
appréhender une notion vue en cours : la rentabilité financière. Accompagnés par le
responsable de la consolidation et de tous les services du département financier, nous avons
consultés les documents nécessaires pour mieux appréhender cette notion. C’est ainsi que
nous sommes arrivés au point de détecter des failles dans les états financiers de la CDC
surtout au niveau de sa rentabilité et son équilibre financier, d’où nous avons constatés les
difficultés financières de la CDC. Elle n’arrive plus à faire face à ses engagements comme le
retard dans le règlement des factures fournisseurs. C’est donc dans cette lancée que nous
avons été amenés à effectuer des recherches sur cette notion. En effet, la notion de rentabilité
financière est un élément important pour la survie de toute entreprise car la principale mission
de toutes entreprises est la création de la richesse, à cet effet lorsque la rentabilité d’une
entreprise est menacée elle doit prendre des mesures drastiques afin de sauver la vie de
l’entreprise. Bien que le sujet soit très complexe, nous, étudiants en 3e année, avons choisi
d’investiguer sur un sujet commun et connue de beaucoup d’entre nous. Nous ne nous
étalerons sûrement pas sur une analyse profonde du problème, mais osons néanmoins faire
part de notre observation que nous avons pu relever et des propositions que nous avons
émises.

Au terme de ce chapitre, il était question pour nous de présenter d’une part le


département financier ainsi que les différentes tâches que nous avons réalisés durant notre

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 23


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

stage, et de l’autre côté de mettre un accent sur les différents problèmes que nous avons
rencontrés au sein de la société et de justifier notre thème.

Parvenu au terme de notre première partie, il a été question d’exposer sur la


présentation générale de la CDC, les taches que nous avons réalisées au sein de cette
entreprise, principalement au niveau du département financier, sur le déroulement du stage et
la justification du choix de notre sujet d’étude. Nous avons pu observer des défaillances au
niveau de chaque service et dans la gestion globale de l’entreprise. C’est ainsi que nous avons
centré notre étude sur celles observées de la rentabilité financière de la CDC. Maintenant,
nous allons présenter l’analyser conceptuelle de la rentabilité financière et les problèmes qui y
sont liés dans la seconde partie.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 24


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

DEUXIÈME PARTIE :
CADRE CONCEPTUEL LA RENTABILITÉ
FINANCIÈRE, ANALYSE CRITIQUE ET
SUGGESTIONS EMISES

La mesure de la performance de l’activité d’une entreprise est l’un des rôles majeurs
assignés aux dirigeants des entreprises. Cependant elle dépend de l’activité de l’entreprise car
toutes activités à des particularités qui influencent cette mesure. En effet la rentabilité
financière c’est la différence entre les investissements et les gains issues de cet
investissement. Nous présenterons dans ce troisième chapitre le concept de la rentabilité
financière. Et dans le quatrième chapitre, nous allons analyser la rentabilité de leur activité
avant de proposer des pistes de solutions pour l’amélioration.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 25


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

CHAPITRE III : CADRE CONCEPTUEL DE LA


RENTABILITE FINANCIÉRE

La performance a toujours été un sujet controversé. Chaque individu qui s'y intéresse
chercheur, dirigeant, client, actionnaire, etc… l'aborde selon l'angle d'attaque qui lui est
propre. Ceci explique, sans doute, le nombre important de modèles conceptuels proposés dans
la littérature et les nombreux sens élaborés autour de ce concept. Il s'agit d'une notion
contingente et multidimensionnelle mais nécessaire pour évaluer toute décision prise.

Dans ce chapitre, nous allons dans notre (section 1) définir le concept de performance
et ses approches ensuite dans notre (section 2) présenter les différents indicateurs de la
rentabilité financière qui constitue l’objet de notre étude.

SECTION 1 : GENERALITE SUR LA PERFORMANCE

La performance d’une entreprise est un facteur déterminant, car elle se doit d’être à la
fois efficace et efficiente. L’efficience met en rapport des résultats obtenus avec des moyens
mis en œuvre. D’un point de vue financier, on parle de rentabilité pour mesurer l’efficience
d’une entreprise. De part cette petite analyse, nous dans cette section définir le concept de la
rentabilité et ses approches.

I- DEFINITIONS ET OBJECTIFS

La performance est une notion polysémique donc il y a lieu de la définir et de


présenter les éléments qui le déterminent.

1- Définitions

L’origine du mot performance remonte au milieu du 19e siècle dans la langue


française. A cette époque, il désignait à la fois les résultats obtenus par un cheval de course et
le succès remporté dans une course. Puis, il désigna les résultats et l’exploit sportif d’un

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 26


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

athlète.la performance dans sa définition française est le résultat d’une action, voir le succès
ou l’exploit.

Selon BOURGUIGNON (1995 : 62) contrairement à son sens français, la performance en


anglais « contient à la fois l’action, son résultat et éventuellement son exceptionnel succès»

Pour expliquer la performance, nous retiendrons la définition de BOURGUIGNON


(2000 :934) car elle regroupe les trois sens recensés ci-dessus et lui reconnaît explicitement
son caractère polysémique. Ainsi la performance peut se définir « comme la réalisation des
objectifs organisationnels, quelles que soient la nature et la variété de ces objectifs. Cette
réalisation peut se comprendre au sens strict (résultat, aboutissement) ou au sens large du
processus résultat (action…) ≫

Dans les définitions de la performance on trouve ce que LEBAS (1995 :62) a appelé
les caractères communs de la performance :

 accomplir, réaliser une activité dans un but déterminé ;


 réalisation d’un résultat ;
 comparaison d’un résultat par rapport à une référence interne ou externe ;
 aptitude à réaliser ou à accomplir un résultat (potentiel de réalisation) ;
 appliquer des concepts de progrès continus dans un but de compétition ;
 mesurer par un chiffre ou une expression communicable.

Pour cet auteur, la performance n’existe que si on peut la mesurer et cette mesure ne
peut en aucun cas se limiter à la connaissance d’un résultat. Alors, on évalue les résultats
atteints en les comparants aux résultats souhaités.

BOUQUIN (2008 :76) représente la problématique générale de la performance de la


manière suivante

Figure 1: Problématique générale de la performance

Ressources Processus Résultat

Economie Efficience Efficacité

Source : BOUQUIN (2008 :78)

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 27


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Selon cet auteur mesurer la performance revient à mesurer les trois dimensions qui la
composent: économie, efficience et efficacité.

2- objectif de la performance

Pour remplir sa mission l’entreprise fixe des objectifs intermédiaires, opérationnels ou


d’exploitation qui permettent de s’acquitter de sa mission ultime. Ces objectifs peuvent être le
profit maximum, la survie, la puissance, l’augmentation, du chiffre d’affaire. Bien que
poursuivant plusieurs objectifs simultanément, n’ont qu’un seul objectif fondamental et la
performance dépend d’une bonne définition de celui-ci et de sous objectifs de centre
responsabilité.

Soulignons que les systèmes de mesure de performance ont pour but de mobiliser les
membres d’une organisation afin d’atteindre les objectifs fixé par les dirigeants soit
directement soit indirectement après actions correctives.

La performance est multidimensionnelle des que les buts sont multiples, la


performance est un sous ensemble de l’action, elle est subjective puisqu’elle est le produit de
l’opération par nature subjective qui consiste à rapprocher une réalité à un souhait, à constater
le degré de réussite d’une intention

3- Caractéristique d’une entreprise performante.

Les entreprises les plus performantes développent en elles, les éléments d’un
dynamisme cumulatif. Ces éléments sont liés entre eux et déterminent la qualité générale de
l’entreprise. Ils peuvent être regroupés dans les grands thèmes suivants :

a- Adaptation rapide à l’évolution

Il s’agit de l’orientation dynamique des ressources en fonctions des possibilités et des


changements du marché. Celle-ci se caractérise par ses transformations ponctuelles. Et
l’entreprise qui veut progresser doit s’y adapter sans cesse et se définis constamment en
fonction de celle-ci.

b- Ouverture au progrès
C’est l’ensemble des politiques qui permettent à l’entreprise de préparer à temps les
transformations nécessaires. C’est le développement d’un esprit de recherche ainsi que des
forces de création et des renouvellements nécessaires à la stratégie du progrès

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 28


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

c- Développement de la gestion

Il s’agit d’un système de gestion qui favorise la mise en œuvre d’un progrès continu,
qui assure une meilleure préparation et un meilleur contrôle de l’action. Il permet aux
dirigeants de consacrer moins de temps aux opérations courantes et plus de temps à la
croissance et à la créativité, qui facilite l’accomplissement des structures qui exige une
structure d’innovation.

d- Flexibilité des structures

C’est le choix des structures qui favorisent le progrès et diminuent la résistance au


changement, il s’agit d’établir les structures selon les buts d’atteindre et de définir les liaisons
selon les impératifs de mouvements afin d’augmenter les initiatives et faciliter la combinaison
des ressources les plus dynamiques.

Toutes ses caractéristiques sont liées et contribuent à former un processus unique qui
est celui du progrès et de la croissance.

4- Piliers ou déterminants de la performance d’une organisation

Les déterminants de la performance constituent la base de la performance d’une


organisation. Selon PINTO (2003 : 12) « la performance de l’entreprise est directement
impactée par l’effort que les dirigeants consacrent à maintenir leur entreprise au niveau des
meilleures pratiques sur chacun de ses territoires ». En effet, l’auteur indique que la
performance repose sur quatre piliers qui entretiennent des relations synergiques très fortes :
les valeurs, les marchés, les hommes et les métiers. Ils sont illustrés par la figure ci-dessous :

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 29


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Figure 2 : Les quatre piliers de la performance organisationnelle

La compétitivité La vitalité
Le pilier du marché Le pilier des valeurs
,,

La rentabilité La Productivité

Le pilier des métiers Le pilier Humain

Source : PINTO (2003 : 11)

 La compétitivité pour pilier du marché: la compétitivité d’une entreprise est d’abord


sa maitrise du marché et sa capacité à apporter des réponses nouvelles, et adéquates
aux besoins des consommateurs.
 La vitalité pour pilier des valeurs : la vitalité d’une entreprise est en rapport avec ses
valeurs. Car ce dernier constitue un système de protection contre les menaces qui
pèsent sur l’entreprise. Selon PINTO (2003 : 13) « Le système de valeur maintient
l’entreprise dans un lien fort et positif avec son environnement ».
 La productivité pour pilier du personnel : les hommes constituent la principale
ressource des entreprises et sans doute un des derniers éléments de différenciation et
d’avantage concurrentiel (PINTO 2003 :79). Pour que le personnel soit productif, il
suffit de le motiver en instaurant un système de communication permanant avec les
collaborateurs. Les dirigeants doivent fournir à leurs collaborateurs une vision
stratégique claire qui exprime à la fois l’ambition de l’entreprise sa politique et ses
objectifs.
 La rentabilité pour pilier du métier : le territoire métier est un enjeu majeur de la
performance stratégique, la rentabilité. C’est le domaine de l’excellence stratégique et
opérationnelle dans lequel l’entreprise va puiser une grande partie de sa performance.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 30


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Les exigences en terme, de création de valeur conduit à s'interroger si l’entreprise


utilise de façon rationnelle ses ressources. Il convient cependant d’étudier la
performance financière qui traduit la santé financière de l’entreprise.

Après définition de tous ses concepts sur la performance nous aborderons ses
multiples approches.

II- DIFFERENTES APPROCHES DE MESURE DE LA PERFORMANCE


D’UNE ENTREPRISE.

Avant d’aborder ses indicateurs de mesures, nous allons d’abord définir la notion de
performance financière.

1- Définition de la performance financière

Généralement évaluée à partir des documents comptables, la performance financière


peut en outre être entendue, selon Sahut & al (2003 :28) comme les revenues issues de la
détention des actions. Les actionnaires étant le dernier maillon de la chaîne à profiter de
l’activité de l’entreprise.

La mesure de la performance financière est primordiale. En effet, certaines


organisations comme les entreprises doivent produire, à la fin de chaque exercice comptable,
des documents de synthèse : le bilan et le compte de résultat. Ces documents et leurs annexes
contiennent les informations de base pour mesurer la performance financière. Pour bien
mesurer la performance financière il nous faut connaitre ses critères, ses indicateurs de
mesure et ses principaux déterminants.

2- Les critères de la performance financière

Il existe plusieurs critères d’appréciation de la performance, mais les plus utilisés


sont : l’efficacité, l’efficience, l’économie des ressources, l’équité, la qualité…

a- Efficacité

Le concept de performance intègre d’abord la notion d’efficacité, c’est-à-dire l’idée


d’entreprendre et de mener une action à son terme.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 31


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

D’après BOUQUIN (2008 : 75) « l’efficacité est le fait de réaliser les objectifs et
finalités poursuivis ». Cependant pour VOYER (2002 : 113), l’efficacité peut être orientée
vers l’intérieur ou l’extérieur de l’unité. L’efficacité interne est mesurée par les résultats
obtenus comparés aux objectifs que l’on a fixés et l’efficacité externe est déterminée par les
bons résultats obtenus, l’atteinte des objectifs en fonction de la cible et du client et la
production des effets voulus sur les cibles, en lien avec la mission.

En effet, Voyer (2002) propose le ratio suivant pour mesurer l’atteinte des objectifs

fixés :

La performance consiste donc à obtenir un certain résultat conformément à un objectif


donné. Cependant, selon MARMUSE (1997,2199) « l’efficacité constitue le critère clé de la
performance réfléchie de l’entreprise en théorie alors qu’en pratique elle est un indicateur
crédible dans la mesure où les objectifs sont définis eux de manière volontariste.

b- Efficience

Le concept de performance intègre ensuite la notion d’efficience, c’est-à-dire l’idée


que les moyens utilisés pour mener une action à son terme ont été exploités avec un

BOUQUIN (2008 :75) définit l’efficience comme « le fait de maximiser la quantité


obtenue de produits ou de services à partir d’une quantité donnée de ressources ».

C’est pourquoi VOYER (2002 :110) souligne que l’efficience est une relation
générique englobant les concepts de productivité et de rendement. La productivité mesure
plus particulièrement le rapport entre la quantité de produits ou de service et les facteurs de
production, tandis que le rendement met en relation les résultats d’effets sur la clientèle et les
moyens mis en œuvre. Et pour l’efficience, VOYER (2002) propose le ratio suivant :

Une action sera donc considérée comme efficiente si elle permet d’obtenir les résultats
attendus au moindre coût. La performance est un résultat optimal obtenu par l’utilisation la
plus efficiente possible des ressources mises en œuvre.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 32


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

En somme la manière dont les entreprises utilisent ses ressources financière peut être
une source de performance financière. En ce sens que par l’utilisation des ressources elles
peuvent effectuer des gains énormes.

c- L’économie des ressources durables.

D’après BOUQUIN (2008 : 75) l’économie consiste à se procurer les ressources au


moindre coût. En effet le terme économie fait référence à l’acquisition des ressources. Selon
VOYER (1999 :110-113) l’économie est : « l’acquisition de ressources financières, humaines
et matérielles appropriées, tant sur le plan de la qualité que celui de la quantité au moment, au
lieu et au coût le moindre ».

Ainsi, une entreprise économise lorsqu’elle évite les dépenses jugées inutiles.
Autrement dit lorsqu’elle utilise de manière rationnelle ses ressources. Cette utilisation
contribue à l’amélioration de la performance de l’entreprise.

En effet, une meilleur économie des ressources nécessite également la réduction des
coûts liés à la réalisation d’une relation avec un autrui et à l’intérieure même de l’entreprise.
Autrement dit, une réduction des coûts de transaction. Il s’agit entre autres des coûts
d’acquisition d’informations, des coûts relatifs aux procédures de contrôle, des coûts de
renégociation.

d- La qualité.

La qualité est définie selon la norme (ISO 9000, 2005) comme l’aptitude d’un
ensemble de caractéristiques intrinsèques à satisfaire des exigences. La qualité est également
importante pour les propriétaires de l’entreprise, car elle participe à l’objectif de rentabilité
sur le long terme, à bonifier les investissements humains et financiers et à reconnaître l’outil
de travail, l’image de l’entreprise.

DEMING (2002 :19-20) définit la qualité comme étant le seul facteur qui peut
affecter la performance à long terme d’une entreprise. La performance financière est un
attribut mesurable et observable qui permet de définir la qualité d’un produit ou d’un service.

En effet les critères d’appréciation de la performance financière varient selon les


auteurs, il en est de même pour ses indicateurs et déterminants.

3- Indicateurs de la performance

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 33


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Un indicateur est un instrument statistique qui permet d'observer et de mesurer un


phénomène. C’est un outil du contrôle de gestion permettant de mesurer le niveau de
performance atteint selon des critères d'appréciation définis.

Selon Voyer (1999 : 64) un indicateur de performance est défini comme « une mesure
liée à une valeur ajoutée, au rendement, aux réalisations et à l’atteinte des objectifs, aux
résultats d’impact et aux retombées ». Nous allons d’abord présenter les différents types
d’indicateurs avant de parler de caractéristiques d’un bon indicateur.

a- Caractéristiques d’un bon indicateur.

Les caractéristique d'un bon indicateur ou de tout autre instrument de mesure sont les
mêmes, d’après Voyer (1999 :68) nous cherchons à respecter plusieurs critères regrouper en
quatre volets que sont :

 la pertinence : C’est à-dire l’indicateur doit permettre de mesurer, il doit être


spécifique au contexte étudié et avoir une signification pour l’utilisateur et pour
l’objet.
 la qualité et la précision se mesure : L’indicateur doit être précis, claire et bien
formulé. En outre il doit faire ressortir toute variation significative de l’objet de
mesure dans le temps et dans l’espace.
 la faisabilité ou disponibilité des données : Cela signifie qu’on doit avoir les
informations nécessaires pour produire l’indicateur, et il doit être facile à déterminer et
au moindre coût.
 la convivialité : Elle représente la possibilité opérationnelle, visuelle et cognitive
d’utiliser correctement et confortablement l’indicateur. C'est-à-dire accessible, simple,
clair et bien illustré.

b- Les différents types d’indicateur

Il existe plusieurs types d’indicateurs, selon Mendoza & al (2002 : 65-67) nous avons
les indicateurs de moyens, les indicateurs de résultats et les indicateurs de contexte.

 les indicateurs de moyen : Les indicateurs de moyens indiquent le niveau des


ressources consommées, qu'elles soient humaines, matérielles ou financières. Grâce à
ces ratios nous pourrons comprendre quelle a été la disponibilité et l'affectation des
ressources de notre entreprise allouées à la réussite de notre objectif.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 34


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

 les indicateurs de résultats : Comme leur nom l'indique, ils expriment le niveau de
performance atteint grâce aux moyens et aux ressources alloués durant la période
mesurée. Ils peuvent également être appelés indicateurs de réalisation.
 les indicateurs de contexte Les indicateurs de contexte sont des indicateurs
externes à l'entreprise. Ils peuvent indiquer une cause de baisse ou de hausse
des indicateurs de moyens et des indicateurs de résultats.

Les indicateurs de la performance sont nombreux nous pouvons en citer : la rentabilité, la


profitabilité et l'autofinancement.

 La rentabilité

La rentabilité est un indicateur qui représente la capacité d'une entreprise à réaliser des
bénéfices à partir des moyens mis en œuvre.

Selon HOARAU (2008 :88), « la rentabilité est l’aptitude de l’entreprise à accroitre la


valeur des capitaux investis, autrement dit à dégager un certain niveau de résultat ou de
revenu pour un montant donné de ressources engagées dans l’entreprise ».

La rentabilité représente l'évaluation de la performance des ressources investies par


des apporteurs de capitaux. C'est donc l'outil d'évaluation privilégié par l’analyse financière.
On distingue deux types de rentabilité : la rentabilité économique et la rentabilité financière.

 La rentabilité économique

Elle est mesurée par le ratio :

Le résultat d’exploitation permet d’apprécier la performance de l’entreprise


indépendamment des facteurs de productions employés que sont le capital et le travail et du
mode de financement. Elle dépend du taux de profitabilité économique et du taux de rotation
des capitaux investis.

HOUARAU (2008 : 90) estime que la rentabilité économique exerce une influence
significative sur la rentabilité des capitaux propres car un niveau élevé de taux de rentabilité

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 35


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

économique peut être obtenu par un taux de profitabilité faible et d’une rotation élevé des
capitaux investis ou l’inverse.

En effet la rentabilité économique exprime la capacité des capitaux investis à créer un


certain niveau de bénéfice avant paiement des éventuels intérêts sur la dette. Elle est donc une
mesure de la performance économique de l'entreprise dans l'utilisation de son actif : elle
détermine quel revenu l'entreprise parvient à générer en fonction de ce qu'elle a. C'est donc un
ratio utile pour comparer les entreprises d'un même secteur économique.

 Rentabilité financière et Levier financier

La rentabilité financière mesure la capacité de la société à rémunérer ses


actionnaires. Elle se calcul en faisant le rapport du résultat obtenu lors de l’exercice sur les
capitaux propres de la société. Ce ratio correspond à ce que la comptabilité anglo-saxonne
appelle le « Return on equity » ou encore « ROE »

Selon HOUARAU (2008 : 91) « Le taux de rentabilité financière permet d’apprécier


l’efficience de l’entreprise dans l’utilisation des ressources apportés par les actionnaires. »

Si la rentabilité financière est supérieure à la rentabilité économique, alors on dira que


l’entreprise bénéficie d’un effet de levier.

L’analyse de cet effet de levier permet d’appréhender les effets des éléments qui
composent la rentabilité des capitaux propres que sont : la rentabilité économique nette de
l’entreprise, du coût du financement par capitaux emprunté et du taux d’endettement. Elle
permet de savoir si le financement par endettement a favorisé une amélioration de la
rentabilité des capitaux propres de l’entreprise.

L’effet de levier s’exprime ainsi :

D= Dettes

C= Capitaux propres

- Si RE est supérieur à i: l’effet de levier est positif

L’excédent de rentabilité économique bénéficie aux actionnaires ; la rentabilité des capitaux


propres croit avec l’endettement.
Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 36
Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

- Si RE est égale à i : l’effet de levier est nul

L’endettement n’a pas d’effet sur la rentabilité financière. Dans ce cas il y’a neutralité de la
structure financière.

- Si RE est inférieur à i : l’effet de levier est négatif

La rentabilité économique est insuffisante pour absorber le coût des dettes ; le


paiement d’intérêt pénalise les actionnaires qui constatent une diminution de leur rentabilité.
Ainsi plus l’entreprise est endetté plus la rentabilité des capitaux propres diminue.

 La profitabilité.

La profitabilité d'une entreprise est sa capacité à générer des profits à partir de ses
ventes. Elle compare le résultat net comptable (bénéfice ou perte) au chiffre d'affaires hors
taxes de l'exercice comptable.

Taux de profitabilité = (résultat net comptable/chiffre d'affaires) × 100.

Selon Hoarau (2008: 88); la profitabilité peut être défini comme l’aptitude de
l’entreprise à sécréter un certain niveau de résultat ou revenu pour un volume d’affaire donné.

Après la généralité sur la notion de la performance et performance financière, nous


allons aborder dans notre seconde partie de ce chapitre la rentabilité financière qui représente
l’objet central de notre étude.

SECTION II- LA RENTABILITE FINANCIERE ET SES DIFFERENTS RATIOS

La rentabilité financière est un élément important pour toutes entreprises. Car elle
permet de déterminer la santé ou situation financière d’une entreprise. C’est un élément qui
suscite beaucoup de regard pour les dirigeants d’entreprises et les investisseurs.

Dans cette présente section, nous allons définir la rentabilité financière et ensuite
présenter ses différents indicateurs.

I- LES DIFFERENTES CONCEPTIONS DE LA RENTABILITE FINANCIERE

1- Définitions

La rentabilité financière (ROE) d’après GINGLINGER E, mesure la rentabilité de


l’entreprise du point de vue de chaque pourvoyeur de fond, que ce soit des actionnaires ou des

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 37


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

prêteurs. En ce qui concerne la rentabilité du point de vue des actionnaires, il s’agit d’estimer
le taux de rémunération du capital financier, c’est-à-dire la rentabilité d’investissement réalisé
par les propriétaires de l’entreprise.

Pour Elie COHEN, la rentabilité financière met en jeu le rapport entre le résultat
global de l’exercice revenant aux propriétaires qu’ils ont investis dans l’entreprise.

Au sens strict du terme la rentabilité comporte deux caractéristiques spécifiques :

- c’est une capacité


- Un potentiel de rendement

C’est une donc la mesure de la rémunération des apporteurs de capitaux, propriétaires


de l’entreprise. Cette rémunération correspondant à ce qui reste : à savoir quand son dû fut
payé ou enregistré, ou qui correspondait à une pensée de substance : notamment
amortissement et provision.

2- Les personnes qui portent un intérêt sur la rentabilité financière

La rentabilité d’une entreprise est sa capacité à maintenir et à rémunérer les fonds mis
à sa disposition. Toute activité économique met en œuvre des moyens en vue d’obtenir des
résultats qui intéressent plusieurs partenaires à savoir : les salariés, les actionnaires, les
fournisseurs, les prêteurs, les pouvoirs publics, et les banquiers.

a- Les salariés

Le personnel de l’entreprise est la première touchée personne lorsque toutes entreprises se


trouvent en difficultés. Ceci dit le personnel de toute entreprise doit avoir un regard particulier
et des informations sur la santé financière de l’entreprise.

b- Les Actionnaires

Il est souvent de bon ton de parler des actionnaires, car ils sont les propriétaires d’un
titre ou action lui donnant trois droits relativement à une entreprise ayant un statut
commerciale :

- Le droit de vote à l’assemblée générale


- Le droit aux dividendes
- Le droit au reliquat en cas de liquidation

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 38


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Le statut d’actionnaire vis-à-vis de l’entreprise s’apparente dont davantage à celui


d’un investisseur qu’à celui d’un propriétaire. À ce titre, il détient des actions de cette société
dont chacune représente une part de son capital. Il est donc copropriétaire avec d’autres
actionnaires, de la totalité du capital. La rentabilité est un élément qui pousse tout investisseur
dans la décision d’investir ou non. Ceci dit il doit toujours être informé de la rémunération de
ses parts et de la richesse produite par l’entreprise.

c- Fournisseurs

Un fournisseur est une personne ou une entreprise qui soit fabrique, transforme,
emballe, ou installe des produits contrôlés, soit exercé des activités d’importations ou vente de
ces produits locaux.

La rentabilité de l’entreprise assure son développement, et pour ses fournisseurs


source de richesse ; elle entraîne pour eux des ventes de quantités plus élevées. Pour ce faire
lorsque l’entreprise est sur une mauvaise période, rien ne les attache à la survie d’une
entreprise à tout prix, s’il en résulte pour eux une diminution des chances d’obtenir le
remboursement de leurs fonds.

d- Les prêteurs de fonds

Les prêteurs veuillent sur la rentabilité de l’entreprise avant de lui octroyer un crédit.
Un emprunt obligataire sera placé d’autant plus facilement que l’entreprise jouit d’une bonne
réputation. Les conditions d’émissions seront pour une bonne part dépendante de la cote de
l’entreprise. Si celle-ci est élevée, il peut en résulter une réduction du taux d’intérêt nominal
assorti d’une faible prime de remboursement. Mieux vaut prêter de l’argent à une entreprise
qui réalise des profits plutôt qu’à celle qui en réalise pas, Même si cette dernière offre des
garanties réelles, toujours longues et difficiles à réaliser en cas de besoin ( Entreprise d’Etat).
La rentabilité à également une incidence sur le coût des prêts ou des crédits. Comme pour les
emprunts obligatoires, la bonne rentabilité est un élément de discussion.

e- Les Pouvoirs publics

L’expression pouvoir public peut avoir deux significations à savoir :

 Au sens fonctionnel : il s’agit d’une activité à satisfaire un besoin d’intérêt général,

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 39


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

présentant un lien spécial avec une personne publique. Ce lien peut tenir à la création de
l’activité, à son fonctionnement ou à son contrôle, qui sont influencés de façon déterminante
par une personne publique ;

 Au sens organique, il s’agit de la personne juridique qui est chargée de la gestion de


cette activité.

La rentabilité financière des entreprises intéresse les pouvoirs publics non seulement
en raison des résultats d’exploitations imposables, mais pour la part qui est prélevée au profit
du budget de L’Etat, mais aussi en raison de la garantie du bon développement économique
qu’elle représente.

f- Les banquiers

Les banques et Institutions financières apportent leur concours à l’entreprise sous des
formes variées (prêts, crédits, cautions) qu’autant que leurs créances détenues ou à détenir
sont sûres et seront sans problème de remboursement. L’entreprise estiment-ils, honorera plus
facilement ses engagements, si elle réalise un profit qui est une source d’autofinancement.

II- LES INDICATEURS DE LA RENTABILITE FINANCIERE D’UNE


ENTREPRISE

Comme nous le savons tous la rentabilité est un élément déterminant pour toute
entreprise, ou pour chaque investisseurs. En d’autre terme c’est un indicateur général de la
santé de l’entreprise. L’entrepreneur est toujours en quête d’une bonne santé !que l’activité
soit rentable ou pas encore, la volonté de l’améliorer et d’atteindre un niveau de confort est
une préoccupation majeure pour les dirigeants d’entreprise. La finalité de l’entreprise est
d’offrir une bonne rentabilité à ses actionnaires.

1- Les indicateurs de la rentabilité financière

Il est à noter qu’on distingue quatre indicateurs permettant de calculer et mesurer la


rentabilité financière d’une entreprise à savoir :

- La valeur actuelle nette


- Taux de rentabilité interne
- Le taux de profit
- La capacité d’autofinancement
Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 40
Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

a- La valeur actuelle nette

La valeur actuelle nette encore appelée flux de trésorerie nette, représente


l’enrichissement supplémentaire d’un investissement en comparaison avec ce qui avait été
exigé comme étant le minimum à réaliser pour les investisseurs. En effet la VAN permet ainsi
de définir si un investissement s’avère rentable ou non.

 Enjeux de la VAN

La VAN mesure, à partir d’informations comptables, si l’investissement peut réaliser


les objectifs attendus des apporteurs de capitaux.

Une VAN positive indique que l’investissement peut-être entrepris. Cependant, la


VAN reste un outil d’évaluation prévisionnel basé sur les informations restant difficile à
prévoir surtout L’EBE. Il faut être capable de prévoir les ventes et les charges liées au projet.
Il faut surtout aussi être capable de prévoir le taux d’actualisation.

 Méthode de calcul

Valeur Actuelle Nette= ∑𝑃=𝑁


𝑃=0 𝐶𝐹 𝑓𝑙𝑢𝑥 𝑑𝑒 𝑡𝑟𝑒𝑠𝑜𝑟𝑒𝑟𝑖𝑒. (1 + 𝑡) − 𝐼 + 𝑉𝑅

Avec :

 CF : flux de trésorerie est l’EBE corrigé de la variation du BFR d’exploitation et de


l’impôt sur les sociétés
 T : le taux d’actualisation ou le coût moyen pondéré du capital
 P : le numéro de l’annuité
 N : le nombre total d’annuité
 I : capital investi
 VR : la valeur résiduelle

b- Le taux de rentabilité interne

Le TIR est le taux d’actualisation qui annule la valeur actuelle nette d’une série de flux
financiers (en général relatifs à un projet avec un investissement initial suivi des flux de
trésorerie positifs).

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 41


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

 Enjeux du taux interne de rentabilité

Le TIR est un outil de décision à l’investissement. Un projet d’investissement ne sera


généralement retenu que si son TRI prévisible est suffisamment supérieur au taux bancaire,
pour tenir compte de la prime de risque propre au type de projet.

En effet mathématiquement, si le TIR est supérieur aux taux d’actualisation du capital,


la valeur actuelle nette du projet est positive.

Cet indicateur à comme avantage le rapport aux flux monétaires et qu’il tient compte
de la valeur temporelle de l’argent ; toutefois son application est plutôt complexe et
fastidieuses. Le TIR donne une information sur le taux rentabilité de l’investissement, mais il
ne prend pas en compte certains paramètres et cela fait que dans certains cas un projet avec un
TIR plus petit est parfois préférable à un autre projet qui a un TIR plus grand.

 Méthode de calcul :

𝐹𝑡𝑝
TIR = VAN = 0 ∑𝑝=𝑛
𝑃=1 (1+𝑇𝐼𝑅)𝑝 − 𝐼

Avec :

 FTp montant du p-ième flux de trésorerie,


 P le numéro du FTp encaissé,
 N le nombre de FT (hors investissement),
 I investissement initial (à la date 0)
 Et TIR le taux de rentabilité interne recherché.
c- Taux de profit

Le taux de profit est le rapport de la plus-value sur le capital investi. C’est un outil
fondamental du marxisme notamment via la loi de la baisse tendancielle du taux de profit qui
explique l’instabilité et les crises du capitalisme.

 Intérêt de cet indicateur

Le taux de profit est considéré par Karl Marx comme l’aiguillon du capitalisme. Ce
qui motive les capitalistes c’est bien leur profit. Mais même s’il y’a un volume de profit non
nul dans un secteur ou une entreprise (A’-A > 0), les investisseurs gardent les yeux rivés sur
le taux de profit pour décider de le pérenniser ou de plier boutique. Un investissement est

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 42


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

souvent lourd et risqué et il est nécessaire pour les capitalistes qu’il y’ait un intérêt suffisant à
le consentir. Un investissement réclame une avance de capital, donc des emprunts aux
banques ou l’accord des actionnaires, qui ne seront pas acceptés si jugés insuffisamment
rentables ou trop risqués.

d- Capacité d’autofinancement

La capacité d’autofinancement est la mesure d’une ressource financière, d’origine


interne, engendrée par l’activité de l’entreprise pendant l’exercice. Elle finance
l’investissement et les fonds de roulement.

On peut également la définir comme étant la ressource dégagée au cours de l’exercice


par l’ensemble des opérations de gestion (opérations de gestion= opérations enregistrées dans
le compte de résultat à l’exception des opérations de cession et de quote-part des subventions
d’investissement virée au résultat de l’exercice)

 Intérêt de la CAF

La CAF détermine les possibilités d’autofinancement de l’entreprise. En d’autre terme


la CAF est l’expression du potentiel de financement interne dégagé par l’entreprise au cours
d’un exercice donné, que l’on pourrait exprimer simple par la formule suivante :

Produits encaissables – charges décaissables.

La CAF Peut avoir trois utilisations différentes à savoir :

- Remboursement du capital des emprunts contractés,


- Rémunération des actionnaires,
- Mise en réserves dans l’entreprise pour l’investissement, le
financement de la croissance ou la consolidation de la situation
financière.

Plus la CAF est élevée, plus les possibilités financières de l’entreprise sont grandes.
Non seulement la CAF permet le financement des investissements et/ou le remboursement des
emprunts, mais elle accroit également le potentiel d’endettement de l’entreprise.

Inversement, plus la CAF est faible, plus les difficultés de l’entreprise risquent d’être
grandes, une CAF négative traduit une situation financière probablement critique.

 Les méthodes de calcul de la CAF


Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 43
Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

On distingue deux méthodes de détermination de la CAF à savoir :

- La méthode additive
- La méthode soustractive

 Méthode additive
La CAF =
Résultats après impôts
+ dotation de l’exercice
- reprise sur amortissement et subvention d’investissement
- produit d’investissement
+ valeur nette des amortissements des immobilisations cédées.

 Méthode soustractive
La CAF =
Excédent brut d’exploitation
- charges décaissables
+ produits encaissables
+ transfert de charge
+ produit financier sauf report à nouveau
+ produits exceptionnels sauf cession quote-part de subvention
- charges exceptionnelles
- participation des salaires
- impôts sur les bénéfices.
Source : par nous-mêmes

Tout au long de ce chapitre, il était de question de définir les différentes notions qui
caractérisent la performance financière d’une entreprise et aussi de la rentabilité financière qui
constitue l’objet de notre travail et aussi de donner les différents indicateurs qui permettent
d’apprécier la rentabilité financière d’une entreprise. Au chapitre suivant nous allons
diagnostiquer la situation financière de la CDC, ensuite donner les différents problèmes et
proposer des suggestions dans l’optique de l’améliorer.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 44


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

CHAPITRE IV :
MISE EN EVIDENCE DES INSUFFISANCES DE
LA RENTABILITE FINANCIERE ET SUGGESTIONS

La rentabilité financière est l’une des préoccupations majeures des investisseurs et des
managers d’entreprises. Cependant, le secteur d’activité de l’entreprise peut connaître des
difficultés sur le marché international. De ce fait, l’entreprise peut connaître une baisse des
bénéfices. Dans le cas présent, il s’agit d’une entreprise agro-industrielle qui vend ses produits
sur le marché international. Il est donc questions pour nous ici de présenter la situation
financière de la CDC de 2009-2014 de donner leurs causes et conséquences et de proposer des
suggestions en vue d’améliorer sa rentabilité financière.

SECTION I : DIAGNOSTIC DE LA SITUATION FINANCIERE DE LA CDC

Pour un bon suivi de ses activités et une amélioration de sa rentabilité financière, il est
judicieux pour la CDC de savoir les causes et conséquences de la baisse de la rentabilité de
leurs activités qu’elle observe lors de la comparaison des résultats au fil du temps. Il est donc
questions ici pour nous de ressortir les causes et conséquences sur la rentabilité.

I- PRESENTATION ET ANALYSE DE LA SITUATION FINANCIERE DE LA


CDC.

Dans cette partie nous allons mettre en exergue les résultats, charges et de la CDC de
2009 à 2014 par la représentation et l’interprétation de certains indicateurs.

1- Rotation (Mfcfa)

2009 2010 2011 2012 2013 2014


Rotation 48,384 60,759 82,141 69,821 59,782 55,977
Variance - 4,766 12,375 21,382 - 12,320 - 10,039 - 3,805
Variance% - 9,% 25,6% 35,2% -15% - 14,4% - 6,4%
Source : Nous - même

 Représentation graphique

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 45


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

90

80
82,141
Sum of 2009
70
69,821 Sum of 2010
60
60,759 59,782 Sum of 2011
50 55,977
Sum of 2012
48,384
40
Sum of 2013
30
Sum of 2014
20

10

0
Total

 Commentaire :
Comme nous avons indiqué depuis la première partie la CDC est une agro-industrielle
qui produit trois cultures tropicales à savoir le caoutchouc, la banane et l’huile de palme.
Parmi ses deux cultures elle exporte à savoir le caoutchouc et la banane. Cependant quand
nous observons ce tableau et se graphique, nous pouvons dire que la société traverser des bons
moments au niveau de la rentabilité de ses investissements de 2009 ce qui s’améliore en 2010
et 2011. Cependant, nous observons une tendance à la baisse du chiffre en 2012 et 2013 par
une réduction en termes absolus de -12,320Mfcfa ou -15% en 2012, -10,039Mfcfa ou 14,4%
en 2013. Et en 2014 on observe -3,805Mfcfa ou 6,4%.

 Conclusion :
Nous pouvons conclure que cette baisse du résultat n’est pas due à un problème
interne de la société ou sur la production, mais plutôt un facteur externe c’est-à-dire le
marché. En effet le prix du caoutchouc en particulier vendu à 2400/kg moyennement en 2011,
mais aujourd’hui il se vend environ à 800/kg.

2- Les Charges d’exploitations (Mfcfa)


2009 2010 2011 2012 2013 2014
Charges 64,199 67,111 72,948 78,923 74,665 72,729
d’exploitation
Variance 6,401 2,912 5,837 5,975 - 4,258 - 1,936
% variance 11,1% 4,5% 8,7% 8,2% - 5,4% - 2,6%
Ratio 132,7% 110,5% 88,8% 113% 124,9% 129,9%
d’exploitation
Source : Nous- même
Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 46
Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

 Représentation graphique :

140,00% 132,70% 129,90%


124,90%
120,00% 110,50% 113%

100,00%
88,80%

80,00%

60,00%

40,00%

20,00%

0,00%
Ratio d’exploitation

 Interprétation :
Les dépenses d’exploitations divisées par les effectifs du revenu brut montrent le ratio
d’efficacité de la gestion d’un bien immobilier. Un ratio inférieur aux frais d’exploitation
indique le plus grand profit pour la société. Il reflète également le pourcentage du revenu
d’une propriété qui est utilisée pour payer les frais d’exploitation. Ce ratio était
respectivement 88,8% ; 113% ; 124,9% et 129,9% notamment en 2011, 2012, 2013,2014.
Cela signifie que les charges d’exploitations ont dépassé un revenu brut de 13% en 2012,
24,9% en 2013 et 29,9% en 2014.

 Conclusion

Nous pouvons conclure que malgré la baisse de la rentabilité de l’entreprise suite à la


chute du prix du caoutchouc, nous constatons que les charges d’exploitations augmentent au
fil du temps ce qui découle d’un problème de gestion interne de la société.

3- Valeur ajoutée (Mfcfa)


2009 2010 2011 2012 2013 2014
Valeur 9,098 21,095 40,389 25,482 20,706 19,138
ajoutée
Variance -8,974 11,997 19,294 -14,907 -4,776 -1,568
%Variance - 49,7% 131,9% 91,5% -36,9% -18,7% -7,6%
Valeur 18,8% 34,7% 49,2% 36,5% 34,6% 34,2%
ajoutée/ratio
de rotation
Source : nous- même

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 47


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

 Représentation graphique :

Valeur ajoutée/ratio de rotation

60,00%

40,00%

20,00%

0,00%
1 2 Valeur ajoutée/ratio de rotation
3 4 5 6

 Commentaire :
La valeur ajoutée représente le bénéfice d’exploitation avant les charges et
amortissement. Le rapport de 2011 est de 49,2% ce qui signifie que l’entreprise avec une
marge bénéficiaire suffisante pour prendre en charges les frais d’exploitation et de personnel
d’autre part, par contre le rapport des années 2012 à 2014 montre que la société à des marges
limitées pour gérer les charges de personnel.

 Conclusion
Nous pouvons dire que cette situation est tout à fait normale au vue des résultats et des
marges que dégage l’entreprise après 2011. A cet effet l’entreprise doit être efficace en vue de
gérer cette situation.

4- Les Charges du personnelles (Mfcfa)


2009 2010 2011 2012 2013 2014
Charges de 19,312 20,640 23,076 23,986 24,305 24,854
personnelles
Variance 2,497 1,328 2,436 910 319 549
% variance 14,80% 6,9% 11,8% 3,9% 1,3% 2,3
Ratio de 39,9% 34% 28,1% 34,4% 40,7% 44,4%
charges de
personnelles
Source : Nous-même
 Représentation graphique :

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 48


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Ratio des charges du personnelles


50,00%
45,00%
40,00% 44,40%
39,90% 40,70%
35,00%
30,00% 34% 34,40%

25,00% 28,10%
20,00%
15,00%
10,00%
5,00%
0,00%
1 2 3 4 5 6

 Interprétation :
Comme nous le savons tous le ratio du personnel déterminent la relation entre les
dépenses de personnel et le chiffres d’affaires. À cet effet les analystes considèrent que ce
ratio doit être au moins à 25%. Lorsque nous observons les données de la CDC, on constate
que appart 2011 ou ce ratio est de 28,1% donc il est tolérable. Par contre les rapports des
autres années respectivement de 2009 à 2014 étant donné qu’on exclut 2011, sont bien au-
dessus de cette norme. Cela signifie que les dépenses de personnelles sont trop élevées par
rapport aux revenus générés.

En effet comme nous avons dit plus haut cette situation découle d’une mauvaise
gestion de l’entreprise.

5- Marge brute opérationnelle (Mfcfa)


2009 2010 2011 2012 2013 2014
GOM -10,214 454 17,353 1,496 -3,599 -5,716
Variance -11,471 10,668 16,899 -15,857 -5,095 -2,117
%variance -912,60% -104,4% 3722,2% -91,4% -340,6% -58,8%
GOM/ratio -21,1% 0,7% 21,1% 2,1% -6% -10,2%
de rotation
Source : Nous - même
 Représentation graphique :

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 49


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

GOM/ratio de rotation
25,00%
20,00%
21,10%
15,00%
10,00%
5,00%
0,70% 2,10%
0,00%
1 2 3 4 -6%
5 6
-5,00%
-10,20%
-10,00%
-15,00%
-21,10%
-20,00%
-25,00%

 Interprétation :
La marge d’exploitation est le rapport du résultat d’exploitation sur le chiffre
d’affaires de la société réalisé au cours de l’exercice. En 2014 nous constatons la perte de
10,2fcfa a été faite sur chaque vente de 100frs. En 2009, ce ratio indique la perte de 21,1
francs a été faite sur chaque vente de 100frs. Par contre au cours des années 2010, 2011 et
2012 on observe une marge positive de 0,7% ; 21,1% ; et 2,1%, mais cane sera que de courte
durée puisque en 2013 et 2014 ca va chuter de nouveau de 6% en 2013 et 10,2% en 2014.
Nous pensons que si les augmentations et les frais du chiffre d’affaires restent les mêmes ou
réduire, la marge sera maximisée dans une grande mesure.

II- PRESENTATION ET ANALYSE DES DIFFERENTS RATIOS


FINANCIERS

1- Équity to asset ratio(ROA)


2009 2010 2011 2012 2013 2014
Net 17,851 29,575 44,786 42,404 49,759 43,895
income
Total 84,919 98,204 111,521 113,049 123,481 126,039
assets
ROA 21% 30,1% 40,2% 37,5% 40,3% 34,8%
Source: Nous- même
 Représentation graphique:

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 50


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

ROA
45%
40,20% 40,30%
40% 37,50%
34,80%
35%
30,10%
30%
25% 21%
20%
15%
10%
5%
0%
1 2 3 4 5 6

 Interprétation:
Ce ratio montre la relation entre l’actif total de la société et la proportion détenue par
les actionnaires. En plus se ratio indique l’effet de levier de la société. Le montant de la dette
utilisée pour financer les investissements de la société. La norme de ce ratio est de 50%,
cependant nous observons que la société n’a guère atteint, en ce sens que la utilise plus les
fonds externes ou empruntés pour financer ses investissements.

 Conclusion :

Cette situation découle tout simplement de la baisse des mix de ventes du caoutchouc sur le
marché qui affectent ou paralysent toute la gestion de la CDC.

2- Ratio de remboursement de la dette( ratio de solvabilité)


2009 2010 2011 2012 2013 2014
Dette 43,796 44,448 37,800 34,261 38,176 42,567
moyenne
CAF 1,976 15,942 24,012 9,846 8,885 - 434
Ratio 22,2 2,8 1,6 3,5 4,3 -98,1
Source : Nous- même
Nous remarquons que ce ratio mesure la capacité de la société à rembourser ses dettes.
La norme de ce ratio se situe entre 0 et 4 ans. Au vue de notre tableau, en 2013 cet indicateur
se trouve à 4,3 ans qui signifie que la société a une encore une marge disponible pour de
nouveaux emprunts. En d’autres termes sa signifie que l’entreprise a presque épuisé ses

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 51


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

limites d’emprunts. En Considérant qu’en 2011 ce ratio était de 1,6ans donnant à la société
suffisamment de possibilité pour de nouveaux emprunts.

3- Ratio du Taux de profit net

2009 2010 2011 2012 2013 2014


Résultat net - 2,661 10,261 18,538 1,477 - 13,201 - 5,09
Rotation 48,384 60,759 82,141 69,821 59,782 55,977
Taux profit - 5,5% 16,9% 22,6% 2,1% -22,1% - 9,7%
Source : Nous- même

 Représentation graphique :

 Interprétation : le ratio du taux de profit net ou le bénéfice montre la relation entre le


Bénéfice net après les ventes nettes et la déduction des impôts. Il est utile d’évaluer la
rentabilité globale de l’entreprise. Ses ratios étant respectivement de 22,1en 2013 et de
9,7 en 2014 montrent que les actifs ont été utilisés sans profit dans cette mesure au
cours de l’exercice de 2013. En d’autres termes on peut dire que les années 2013 et
2014 ont été mauvaise du point de vue de la rentabilité financière et économique de la
corporation.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 52


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

4- Return on equity ratio(ROE)


2009 2010 2011 2012 2013 2014
Résultat net - 2,661 10,261 18,538 1,477 -13,201 5,409
Capitaux 17,851 29,575 44,786 42,404 49,758 43,885
propres
ROE - 14,9% 34,7% 41,4% 3,5% -26,5% -12,3%
Source: Nous-même

 Représentation graphique:

ROE

50,00%

40,00%

30,00%
41,40%
20,00% 34,70%
10,00%
3,50%
0,00%
-14,90%
1 2 3 4 5 -12,30%
6
-10,00% -26,50%
-20,00%

-30,00%

 Interprétation : le montant du revenu net est le revenu en pourcentage des capitaux


propres. La mesure du ROE indique la rentabilité d’une société en relevant la
rentabilité que génère la société avec l’argent que les actionnaires ont investi. Le ratio
négatif en 2013 de 26,5% signifie que la société a perdu 26,5 Frs sur chaque 100frs
investis. Pareil qu’en 2014 le ratio est de 12,3% signifie que la société a perdu 12,3frs
sur chaque 100frs investis.

Nous pouvons dire qu’après le développement de tous ses indicateurs, la CDC a connu
des bons moments au niveau de sa rentabilité financière surtout en 2011. Mais cependant on
constate que les années d’après la CDC surtout de 2013 à nos jours connaît des difficultés au
niveau de la rentabilité financière de ses investissements.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 53


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

SECTION II- PROPOSITIONS DES SUGGESTIONS EN VUE DE


L’AMELIORATION DE LA RENTABILITE FINANCIERE.

La notion de rentabilité financière est un élément important dans le cycle de vie de


l’entreprise. Car lorsque la santé financière de l’entreprise est bonne, elle investit plus dans le
but de créer plus des richesses. En plus c’est une source de motivation et encouragement pour
les employés et tout le personnel de l’entreprise en particulier les investisseurs ou
actionnaires. Dans ce cas nous avons a fait à une entreprise dont la rentabilité financière est
mauvaise et baisse au fil du temps. Dans cette section nous allons d’abord présenter les
principales causes de la baisse de cette rentabilité financière et ensuite nous allons faire
quelles que suggestions dans le but d’améliorer la rentabilité.

I- MISE EN EVIDENCE DES PROBLEMES DE RENTABILITE


FINANCIERE
Ici nous allons analyser ses problèmes sous deux angles, à savoir les facteurs internes
et externes.

1- Facteurs internes
En ce qui concerne la rentabilité financière de la CDC, les internes qui entrainent la
chute de leur bénéfice sont :

- L’augmentation des charges d’exploitation


- L’augmentation des charges de personnelles
- Le vieillissement des plantations

a- L’augmentation des charges d’exploitation

Les charges d’exploitations représentent l’ensemble des dépenses, les coûts, que les
entreprises entreprennent dans la gestion de l’entreprise et la fabrication de leur produit.
Cependant il est à noter qu’à la CDC la hausse significative des charges d’exploitations
s’explique par des achats non liés directement à la progression de l’activité. Mais cependant
ça peut aussi correspondre à l’achat de nouveaux équipements comme par exemple :

- Nouvelle imprimante
- Nouveaux bureaux

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 54


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

- Déménagement

En effet cette situation est totalement visible lorsqu’on nous observons plus haut la
représentation graphique.

b- L’augmentation des charges du personnelles


Les charges du personnelles représentent l’ensemble des salaires du personnel de
l’entreprise. En effet elles représentent l’ensemble des sommes versées aux salariés à titre de
salaire, d’indemnité ou d’avantage en nature sont déductibles des bénéfices de l’entreprise à
condition qu’elles ne soient pas excessives. En effet, se problème est vraiment une source de
baisse de la rentabilité financière de cette entreprise comme le confirme le graphique plus
haut.

c- Le vieillissement des plantations


C’est un problème lié à l’actif étant donné que nous parlons ici des plantations de
caoutchouc. En effet ce sont les plantations d’hévéa, qui permettent la production du
caoutchouc vendu par la CDC. Le vieillissement de ses plantations entraîne la mauvaise
qualité du produit. C’est un problème de cause à effet étant donné que la mauvaise qualité du
produit entraine des mauvaises ventes du produire aux mêmes coûts de production d’où la
rentabilité financière de l’entreprise baisse.

2- Facteurs externes
Les facteurs externes qui entrainent la baisse de la rentabilité financière de cette
entreprise sont des éléments qui ne dépendent pas de l’entreprise, mais des situations qui
arrivent comme par exemple le marché, la concurrence.

À cet effet à la CDC comme facteur externe, nous avons la chute du prix du
caoutchouc. En ce qui concerne la chute du prix du caoutchouc nous savons que le prix est
passé de 2400frs/kg à environ 800frs/kg. Cette chute du prix est tellement grande au point
d’entrainer une véritable baisse de la rentabilité pour la CDC. En plus étant donné que la CDC
est en situation de Price-takers sur le marché mondial du caoutchouc, c’est une situation
vraiment inconfortable pour l’entreprise et les investisseurs.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 55


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

II- PROPOSITIONS DE SUGGESTIONS EN VUE DE L’OPTIMISATION DE


LA RENTABILITE FINANCIERE

Dans cette partie, nous allons proposer quelques suggestions dans le but d’aider la
CDC à améliorer sa rentabilité. En effet tout au long de notre stage qui a duré deux mois, nous
avons observé un bon nombre de problèmes.

1- Suggestions relatives à la réduction des charges d’exploitations

Nous pensons que la réduction des charges d’exploitations sera d’une grande aise pour
la CDC. À cet effet nous avons constaté une diminution du chiffre d’affaires matérialisé par
une augmentation des charges d’exploitations un phénomène anormal. A cet effet nous
proposons à la CDC comme méthode de réduction des charges les éléments ci-après :

 D’un point de vue des tarifs : renégocier les achats de services (assurances, télécoms,
frais bancaires), ou de marchandises à savoir (fournitures, matières premières,
consommables, produits finis ou semi-finis). Nous pensons que la réduction des prix
de ses éléments d’une part sera d’un bon augure dans l’optique d’équilibrer et
améliorer la rentabilité financière de l’entreprise.

Réduire ou rationaliser les charges de l’entreprise pour optimiser sa rentabilité, passe une
bonne gestion des achats.

2- Suggestions relatives à bonne gestion des achats

Une bonne gestion des achats passe par l’amélioration des éléments ci-après :
 Une meilleure gestion de l’information : aujourd’hui l’informatisation des données est
incontournable, et permet d’ouvrir un accès rapide général et synthétique, aux données
de l’entreprise. Les applications logicielles facilitent le suivi de l’activité de
l’entreprise, ainsi que les concurrents, à tout instant, et offre en temps réel une vue sur
les indicateurs de performance comme : les ventes, les dépenses, les clients, la
production, la logistique.

Cette bonne gestion de l’information commerciale ou de production est aussi un


support d’aide à la réduction des coûts cachés, sur lesquels l’entreprise doit être vigilante dans
le but d’améliorer sa rentabilité. En effet, l’information permet de réduire et limiter les coûts
cachés liés à :

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 56


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

 La gestion des stocks : un stock d’alerte sur les produits nécessaires à la production
évite les ruptures et anticipe les besoins de votre clientèle. Cette fluidité des achats
associée à une bonne gestion des stocks permet d’améliorer la rentabilité.
 La production : par l’analyse des temps de production, des temps mort machines, de la
manutention, des délais de fabrication, des arrêts de production. Tous ses indicateurs
dévoilent des coûts cachés liés au fonctionnement courant ou induits par des
dysfonctionnements et du temps mal exploité. De bon process de production est un
facteur favorable à l’amélioration de la rentabilité.

3- Suggestions relatives à l’amélioration de la qualité du produit

Lorsque nous parlons ici de l’amélioration de la qualité du produit, nous faisons


référence ici au caoutchouc produit par la CDC. En effet nous avons observés un
vieillissement des plantations d’hévéa qui permettent la production du caoutchouc semi-fini
par la CDC. C’est la raison principale qui entraine la mauvaise qualité du caoutchouc produire
par la CDC. En vue d’améliorer sa rentabilité dans un futur proche, nous estimons que la
CDC doit développer de nouvelles plantations d’hévéa qui plus tard vont permettre la
production du caoutchouc

De bonne qualité. En dépit de l’instabilité du prix du caoutchouc sur le marché


mondial, nous pensons qu’avec un caoutchouc de meilleure qualité la CDC pourra réduire les
coûts :

- De production
- De nouveaux clients
- Fidélisation de la clientèle
- Amélioration de la relation avec la clientèle.

4- Suggestions Concernant le développement d’une autre culture

En effet, La CDC est une société d’Etat ayant des grandes parcelles de Terres dans la
région du Littoral et du Sud-ouest. En plus, nous savons que c’est une entreprise agro-
industrielle qui développe trois cultures tropicales à savoir :

- Le caoutchouc
- La banane

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 57


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

- L’huile de palme

Dans cette optique, nous pensons que la CDC peut développer une autre culture à
savoir Le Maïs qui pourra l’aider à améliorer sa rentabilité financière. Nous proposons le maïs
parce que, lorsqu’on observe notre pays le Cameroun les pluies ne manquent pas en plus le
maïs se cultive en zone tropicale. Tous ses éléments sont des facteurs qui vont faciliter la
CDC dans le développement de cette culture dans l’optique d’améliorer sa rentabilité. Comme
nous l’avons indiqué plus haut la CDC est une entreprise d’Etat, nous pensons que si elle
développe cette culture, avec l’aide de l’Etat sa commercialisation peut-être facile étant donné
qu’au Cameroun nous avons un grand marché avec les industries brassicoles. De ce fait elle
pourra empêcher ses industries à importer du maïs.

A la fin de cette section, il a été question pour nous de donner les suggestions par
rapport à l’amélioration de la rentabilité financière de la CDC. Nous avons énoncé des
propositions au niveau de la réduction des charges et l’amélioration de la qualité du produit
sans oublier le développement d’une autre culture.

Au dénouement de ce chapitre, nous avons analysé les causes de la non rentabilité


financière de cette société dans notre première section, puis nous avons exposé sur les
différents éléments qui réduisent la rentabilité financière de cette entreprise dans notre
deuxième section. En plus nous avons apporté des suggestions à la fin de la seconde section
de ce chapitre. A présent nous allons clôturer avec la seconde partie de notre travail.

Au terme de notre seconde partie, nous avons ainsi étalé l’approche théorique de la
rentabilité financière ; en passant respectivement par sa définition, ses indicateurs de mesure,
outil d’analyse et d’interprétation, nous avons relaté les différents éléments qui réduisent la
rentabilité financière de cette entreprise. En plus nous avons proposé quelques suggestions à
savoir la réduction des charges d’exploitations et l’amélioration de la qualité du produit et le
développement d’une autre culture qui pourraient dans une moindre mesure aidé cette société
d’Etat. Tout ceci, dans l’espérance que nos suggestions pourraient aider La CDC dans
l’amélioration de sa rentabilité financière.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 58


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

CONCLUSION GENERALE

Arrivée au terme de notre Travail qui portait sur ≪L’amélioration de la rentabilité


financière dans une entreprise agro-industrielle : cas de la CDC ≫, il a été question pour nous
de montrer les éléments qui peuvent améliorer cette rentabilité financière. Force est de
constater que notre période d’étude va de 2009 à 2014. La CDC de 2009 à 2011 a observé une
augmentation considérable des bénéfices d’où elle avait une bonne santé financière.
Cependant a de 2012 à 2014, même jusqu’à nos jours, nous pouvons dire que ses bénéfices
ont considérablement chuté entrainant ainsi des pertes au fil du temps. En effet cette baisse est
matérialisée par la chute sur le marché mondial du prix du caoutchouc, en plus l’augmentation
au fil du temps des charges d’exploitations et aussi de la mauvaise qualité du produire vendue.
Tous ses éléments ne permettent pas la CDC d’optimiser sa rentabilité financière voire ses
bénéfices.

Notre contribution dans l’amélioration de la rentabilité financière de la CDC a été


faite sur la base d’une méthode portant sur l’étude des documents, c’est-à-dire l’analyse des
rapports de certains départements. En effet, nous avons consulté le directeur des opérations
financières, ou nous avons pu découvrir les rapports des états de comptes de la société avec
les différentes banques partenaires. En plus la direction de la consolidation, ou nous avons
analysé les différents états financiers de la société sur les dernières années.

En outre pour aider la CDC a amélioré sa rentabilité financière, nous avons d’abord
mis un accent sur les charges d’exploitations de la société qui augmentent au fil du temps.
Nous estimons que la société doit réduire au maximum ses différentes charges afin qu’il y’ait
un équilibre entre les coûts de production et les bénéfices générés par les ventes. En plus,
nous pensons que la société doit améliorer la qualité de son caoutchouc, ceci par la création de
nouvelles plantations qui dans un futur proche permettra la fabrication de meilleur produit qui
pourra se vendre à très bon prix. En plus, nous proposons à la société de développer une autre
culture comme le maïs sur les terres non exploitées et nous pensons que les coûts de
production liés au développement de cette culture sont faibles. De ce fait, elle va améliorer sa
situation financière en peu de temps.

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 59


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Dans un monde où toute entreprise assimile perte de gains, la rentabilité financière est
un gage de la santé financière qui permet à l’entreprise de se jouir d’une autonomie
financière. Toute fois au vue des multiples faiblesses observées dans l’amélioration de la
rentabilité, la question qu’on peut se poser est celle de savoir quels sont les moyens efficace
qui permettront aux entreprises d’assurer une pérennité financière durable ?

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 60


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1- Ouvrages

Bodie, Zane, Alex Kane, Alan J. Marcus (2004), Essentials of Investments, 5°


éditions. McGraw-Hill Irwin, P458-459.
BOUQUIN Henri (2008), le contrôle de gestion, 8e Edition, presse
universitaire de France, Paris, 526 pages.
Cohen, E (1994), Dictionnaire de gestion, Editions la découverte, Paris.
Gingleger, E (1991), Gestion financière, Éditions Dalloz, Paris.
Gropelli, Angelico, A, Ehson Nikbaht (2000), Finance 4° éditions,
Éducational séries, Barron, Inc. P444-445
HOAREAU, Christian (2008), Maitriser le diagnostic financier, 3e édition,
Revue fiduciaire, 214 P.
PINTOU Paul, (2003), La performance durable, les Edition Dunod, Paris 152
pages
VERNIMEN Pierre, (2002), finance d’entreprise, 5iem Edition, Edition
VOYER Pierre (2002) tableau de bord de gestion et indicateurs de
performance, 2°édition, Presse de l’université du Québec, Québec, 446p
Dalloz, Paris, 385 pages.
2- Revues
MARMUSE Christian, (1997), performance, Encyclopédie de gestion, tome 2, 2e
édition, Economia Paris (2410) : 118 ,
Mendoza C., Delmond M-H. Giraud F. et Loning H. (2002), Tableau de bord et
balance scorecard guide de gestion RF, groupe Revue fiduciaire.
SAHUT Jean Michel, JS Lantz ; (2003) La création de valeur et performance
financière dans les telecoms, La revue du financier, (12) : 28

3- Webographie
 https://www.rentabilité-financière.memoireonligne-fr.com
 https://www.investopedia.com

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 61


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

ANNEXES

Annexe N°1 : Organigramme général de la CDC…………………63

Annexe N°2 : fiche d’identification de la CDC……………………64

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 62


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Annexe N°1 : Organigramme général de la CDC

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

CONSEIL D’ADMINISTRATION

DIRECTEUR GENERAL

DIRECTION DIRECTEUR DES GROUPES DE


CULTURES

SERVICE HEADS GM’S OFFICE ESTATE AND


DEPARTMENTAL INDUSTRIAL
HEADS MANAGERS

Source : Document CDC

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 63


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

Annexe N°2 : fiche d’identification de la CDC

Raison sociale Cameroon Développment Corporation


Forme juridique Société publiques
Sigle CDC
Logo

Téléphone (237) 233 33 22 51


(237) 233 33 22 52
Fax (237) 233 33 26 80
Émail Info@cdc-cameroon.com
Capital social 35 700 000 000 FCFA
Date de création 1947
Siège social Bota limbe
Directeur général M. Franklin ngoni ikome njie
Président du conseil d’administration M. Benjamin mutanga itoe
(Chairman)
Activités Vente des produits agricoles sur le marché local
et international
Effectif Environ 23 000 employés (deuxième
employeur après l’Etat du Cameroun)
Slogan Au service de la nation depuis 1947
Site internet Www.CDC-Cameroon.com

Source : par nous-mêmes

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 64


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

TABLE DES MATIERES

S OMMAIRE …………………………………………..............................................................I
D EDICACE ……………………………………………………………………………….......II
REMERCIEMENTS……………………………………………………………………….III
AVANT-PROPOS…………………………………………………………………………..IV
RESUME……………………………………………………………………………………..V
ABSTRACT…………………………………………………………………………………VI
LISTE DES FIGURES…………………………………………………………………….VII
LISTE DES TABLEAUX …………….……………………………………………......…VIII
Liste des GRAPHIQUES ………………………………………………. …………..….. IX

LISTE DES SIGLES ET ABBREVIATIONS…………………………………………… X

INTRODUCTION GENERALE………………………………………………………….....1
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE ET DEROULEMENT
DU STAGE…………………………………………………………………………………....3
Chapitre 1 : Présentation générale de la CDC…………………………………………………4
Section 1 : Historique et organisation de la CDC…………………………………………….4
I- Historique…………………………………………………………………………….4
II- Organisation Structurelle…………………………………………………………….5
1- Pôles décisionnels……………………………………………………………………..5
a- L’assemblée générale……………………………………………………………...5
b- Le conseil d’administration………………………………………………………..5
c- Directeur générale…………………………………………………………………6
2- Pôles opérationnels……………………………………………………………………6
3- Les services extérieurs de la CDC……………………….……………………………7
4- Missions de la CDC…………………………………………………………………...8
Section 2 : Produits de la CDC et environnement externe…………………………………8
I- Produits commercialisés par la CDC……………………………………………..9
1- Le Caoutchouc……………………………………………………………………....9
2- L’huile de palme…………………………………………………………………...9
3- La banane…………………………………………………………………………..10
II- La CDC et son environnement externe………………………………………….11

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 65


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

1- Le marché…………………………………………………………………………..11
2- La concurrence……………………………………………………………………..11
3- Partenaires………………………………………………………………………….11
Chapitre 2 : Présentation des activités du stage et identification du thème…………………..12
Section 1 : Déroulement du stage …………………………………………………………..12
I- Présentation du département financier……………………………………………12
1- Présentation des différents services………………………………………………..13
a- Service de gestion des comptes clients et fournisseurs…………………………...13
b- Services des taxes…………………………………………………………………16
c- Service des salaires……………………………………………………………….19
d- Service de la comptabilité………………………………………………………...20
e- Service de la consolidation……………………………………………………….20
II- Missions réalisées et difficultés rencontrées ……………………………………..21
1- Missions réalisées………………………………………………………………….21
a- Service AM…………………………………………………………………….21
b- Service Central account……………………………………………………….21
c- Service des salaires……………………………………………………….........21
d- Service de la consolidation…………………………………………………….22
2- Difficultés rencontrées……………………………………………………………..22
Section 2 : Problèmes et Identification du thème……………………………………………22
I- Problèmes …………………………………………………………………………22
II- Justification et motivation du choix du thème…………………………………….23
1- Motivations liées aux choix du thème………………………………………………23
2- Justification ………………………………………………………………………....23
DEUXIEME PARTIE : CADRE CONCEPTUEL DE LA RENTABILITE
FINANCIERE, ANALYSE CRITIQUE ET SUGGESTIONS EMISES……………..….25
Chapitre 3 : Cadre conceptuel de la rentabilité financière…………………………………26
Section 1 : Généralité sur la performance financière………………………………………26
I- Définitions et objectifs………………………………………………………….26
1- Définitions………………………………………………………………………26
2- Objectifs………………………………………………………………………...28
3- Caractéristique d’une entreprise performante…………………………………..28
a- Adaptation rapide à l’évolution……………………………………………..28
b- Ouverture aux progrès………………………………………………………28
c- Développement de la gestion……………………………………………….29
d- Flexibilité des structures……………………………………………………29
4- Piliers ou déterminants de la performance d’une organisation…………………29
II- Différentes approches de mesure de la performance financière………………..31
1- Définition………………………………………………………………………….31
2- Critère de la performance………………………………………………………….31

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 66


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

a- Efficacité………………………………………………………………………32
b- Efficience……………………………………………………………………...32
c- L’économie des ressources durables…………………………………………..33
d- La qualité………………………………………………………………………33
3- Indicateurs de la performance financière………….................................................33
a- Caractéristique d’un bon indicateur………………………………………….34
b- Différents types d’indicateurs………………………………………………..34
Section 2 : La rentabilité financière et ses différents ratios…………………………………37
I- Les différentes conceptions de la rentabilité financière…………………………...37
1- Définitions…………………………………………………………………………..37
2- Les personnes qui portent un intérêt sur la rentabilité financière…………………...38
a- Les salariés………………………………………………………………………38
b- Les actionnaires………………………………………………………………….38
c- Les fournisseurs……………………………………………………………….....39
d- Les prêteurs de fonds…………………………………………………………….39
e- Les pouvoirs publics……………………………………………………………..39
f- Les banquiers…………………………………………………………………….40
II- Les indicateurs de la rentabilité financière d’une entreprise……………………….40
1- Les indicateurs de la rentabilité financière……………………………………………40
a- La valeur actuelle nette…………………………………………………………...41
b- Le taux interne de rentabilité……………………………………………………..41
c- Le taux de profit………………………………………………………………….42
d- La Capacité d’autofinancement…………………………………………………..43
Chapitre 4 : Mise en évidence des insuffisances de la rentabilité financière et suggestions…45
Section 1 : Diagnostic de la situation financière de la CDC……………………………….45
I- Présentation et analyse financière de la CDC……………………………………..45
1- Rotation………………………………………………………………………..45
2- Charges d’exploitations………………………………………………………..46
3- Valeur ajoutée…………………………………………………………………47
4- Charges du personnelles……………………………………………………….48
5- Marge brute d’exploitation…………………………………………………….49
II- Présentation et analyse des différents ratios financiers……………………………50
1- Return on assets……………………………………………………………….50
2- Ratio de remboursement de la dette…………………………………………..51
3- Taux de profit net……………………………………………………………..52
4- Return on equity………………………………………………………………53
Section 2 : Propositions des suggestions en vue d’améliorer la rentabilité financière….54
I- Mise en évidence des problèmes de la rentabilité financière…………………54
1- Facteurs internes………………………………………………………………54
a- Augmentation des charges d’exploitations………………………………..54
b- Vieillissement des plantations…………………………………………….55

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 67


Amélioration de la rentabilité financière d’une entreprise publique : cas de la CDC

c- Augmentation des charges du personnelles……………………………….55


2- Facteurs externes………………………………………………………………55
II- Propositions des suggestions en vue d’optimiser la rentabilité financière…..56
1- Suggestions relatives à la réduction des charges d’exploitations………….56
2- Suggestions relatives à la bonne gestion des achats……………………….56
3- Suggestions relatives à l’amélioration de la qualité du produit………….. .57
4- Suggestions concernant le développement d’une autre culture……………57
CONCLUSION…………………………………………………………………………….58
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES…………………………………………………61
LISTE DES ANNEXES………………………………………………………….…………62

Rédigé par : TAMO TCHUENKAM PATRICK ARMEL Page 68

Vous aimerez peut-être aussi