Vous êtes sur la page 1sur 153

Université Marien Ngouabi

Ecole Nationale Supérieure Polytechnique


Département du Génie Electrique

INSTALLATIONS BASSE TENSION

Professeur Alphonse OMBOUA


Docteur en Sciences Appliquées
de l’Université de Liège

Cours destiné aux élèves Ingénieurs


Année 2011- 2012
2

0. Introduction .......................................................................................................................... 6
1. Equipements électriques ...................................................................................................... 7
1.1 Equipements monophasés.............................................................................................. 7
1.2 Equipements triphasés................................................................................................... 7
2. Branchement BT et comptage de l’Energie Electrique .................................................... 8
2.1 Généralités ...................................................................................................................... 9
2.2 Schémas d’installation des compteurs d’énergie électrique..................................... 10
2.2.1 Cas du monophasé............................................................................................... 11
2.2.2 Cas du triphasé................................................................................................... 12
3. Règles générales pour l’exécution des installations électriques ..................................... 13
3.1 Installations en apparent ............................................................................................. 13
3.2 Installations encastrées dans la maçonnerie .............................................................. 14
3.3 Canalisations enterrées ................................................................................................ 14
3.4 Locaux humides et mouillés ........................................................................................ 15
3.5 Règles à observer dans l’exécution d’une installation électrique BT ...................... 15
3.6 Réalisation des tableaux électriques BT..................................................................... 18
3.7 Protection à l’origine de chaque circuit et section des conducteurs ................... 21
3.8 Règles de sécurité à observer (dans les installations BT) ........................................ 22
4. Mise à la terre et liaisons équipotentielles pour la sécurité électrique .......................... 22
4.1 La prise de terre .......................................................................................................... 25
166...... . Valeur de la résistance de la prise de terre ................................................ 27
4.3 Le conducteur de terre................................................................................................. 29
4.4 La borne principale de terre (Barrette de mesure)................................................... 32
4.5 Les conducteurs de protection .................................................................................... 32
4.6 Les liaisons équipotentielles.................................................................................... 33
4.6.1 La liaison équipotentielle principale ............................................................... 34
4.6.2 la liaison équipotentielle supplémentaire locale de la salle d’eau ........... 34
4.7 Liaison équipotentielle principale d’un bâtiment ..................................................... 36
4.8 Réalisation de la liaison................................................................................................ 39
4.9 Vérification et entretien des terres ............................................................................. 40
4.10 Mesures des résistances de terre ............................................................................... 40
5. Vérification des installations, Mesures et Essais ............................................................. 41
6. Protection des Installations ............................................................................................... 42
6.1 Les surintensités ........................................................................................................... 42
6.2 Les surtensions.............................................................................................................. 43
6.3 Les baisses de tension.................................................................................................. 46
6.4 Les courts-circuits ....................................................................................................... 47
7. Les disjoncteurs .................................................................................................................. 48
7.1 Choix et calcul d’un disjoncteur BT........................................................................... 48
7.2 Disjoncteurs et sélectivité............................................................................................. 52
7.3 Disjoncteur différentiel ................................................................................................ 53
7.4 Disjoncteur compact .................................................................................................... 54
7.5 La sélectivité.................................................................................................................. 54
7.5.1 Sélectivité ampèremétrique ............................................................................ 54
7.5.2 La sélectivité chronométrique ........................................................................ 55
8. Appareillage électrique ...................................................................................................... 57
8.1 Les interrupteurs.......................................................................................................... 58
8.2 Sectionnement............................................................................................................... 58
3

8.3 Protection contre les courts-circuits ........................................................................... 58


8.4 Commande du démarrage et l’arrêt des moteurs : les contacteurs......................... 59
8.5 Les relais........................................................................................................................ 61
8.5.1 Protection du moteur contre les surcharges : le relais thermique ........ 62
8.5.2 Temporisation.................................................................................................... 63
8.6 Le discontacteur ........................................................................................................... 63
8.7 Coupe-circuits............................................................................................................... 63
8.8 Les fusibles .................................................................................................................... 63
8.9 Bouton poussoir ............................................................................................................ 64
8.10 Les clés de contact ...................................................................................................... 65
8.11 Les rhéostats ............................................................................................................... 65
8.12 Le thermostat............................................................................................................. 66
8.13 Le pressostat ............................................................................................................... 66
8.14 Horloges électriques ................................................................................................... 66
8.15 Appareillage Divers.................................................................................................... 66
9. Exécution des chantiers d’électricité (comment procéder) ............................................ 67
9.1 Cas d’une simple habitation ....................................................................................... 67
9.2 Cas des grandes installations : industries, immeubles, etc. ...................................... 69
9.2.1 Exemple n°1 - Description du TGBT d’un immeuble................................... 73
9.2.2 Exemple n°2 -Données (2006) sur l’installation de l’usine d’eau de Djiri
.......................................................................................................................................... 75
10. Notions sur les machines électriques .............................................................................. 77
10.1 Généralités .................................................................................................................. 77
10.2 Problèmes de démarrage des moteurs...................................................................... 77
11. Etude de l’éclairage............................................................................................................ 1
11.1 Généralités sur l’éclairage ........................................................................................... 1
11.2 Grandeurs et unités photométriques .......................................................................... 1
11.3 Etudes des montages lumières classiques................................................................... 2
11.3.1 Montage simple allumage ................................................................................... 2
11.3.2 Montage double allumage.................................................................................. 2
11.3.3 Montage va et vient .......................................................................................... 3
11.3.4 Autre type : Montage avec télérupteur........................................................ 4
11.4 Les éclairages de secours et de sécurité...................................................................... 4
11.4.1 Généralités ........................................................................................................... 5
11.4.2 Sources d’éclairage de sécurité...................................................................... 5
12. Nomenclature des lampes, fils, câbles et conduits ........................................................... 6
12.1 Lampes .......................................................................................................................... 6
12.2 Les Fils – Câbles - Fourreaux.......................................................................................... 9
12.2.1 Quelques définitions.......................................................................................... 9
12.2.2 Les conduits pour canalisations électriques .............................................. 11
13. Calcul de la section des conducteurs .............................................................................. 12
13.1 Détermination de la section à partir de la chute de tension ∆U............................. 12
13.2 Détermination de la section à partir de l’échauffement ......................................... 13
13.3 Détermination de la section à partir du courant de court-circuit (Scc) ................ 14
13.4 Détermination de la section à partir des critères économiques ............................. 15
13.5 Détermination de la section du conducteur en cas de court-circuit ...................... 16
13.6 Calcul de la section des conducteurs par la méthode classique ............................. 18
4

13.7 Sections des conducteurs utilisées en BT.................................................................. 18


14. Eclairage Public................................................................................................................ 21
14.1 But de l’éclairage public ............................................................................................ 21
14.2 Grandeurs et unités photométriques ........................................................................ 21
14.3 Le matériel d’éclairage public................................................................................... 22
14.4 Circuits électriques..................................................................................................... 23
14.5 Budget d’exploitation et d’entretien de l’éclairage ................................................ 27
15. Le Groupe électrogène ..................................................................................................... 28
15.1 Introduction ................................................................................................................ 28
15.4 Analyse fonctionnelle du moteur thermique............................................................ 33
15.5 Etude des différents circuits ...................................................................................... 33
15.5.1 Le circuit de carburation + air ...................................................................... 33
15.5.2 Le circuit de lubrification.............................................................................. 34
15.5.3 Le circuit de refroidissement....................................................................... 35
15.5.4 Circuit d’allumage ............................................................................................. 36
15.5.5 Le circuit de la charge des batteries ......................................................... 37
15.5.6 Le circuit air ..................................................................................................... 37
15.6 Moteur Diesel : Injecteurs et Pompes d’injection. .................................................. 37
15.7 Armoire de commande du groupe électrogène........................................................ 39
15.7.1 Démarrage du GE.............................................................................................. 39
15.7.2 Rôle de l’armoire de commande..................................................................... 39
15.7.3 Inverseur normal/ secours ............................................................................ 39
15.7.4 Principaux équipements constituant l’armoire........................................... 41
15.7.5 Fonctionnement du commutateur de choix du mode de fonctionnement
(cms)................................................................................................................................ 42
15.8 Tableau basse tension................................................................................................. 43
15.9 Signalisation et quelques défauts du groupe électrogène ....................................... 44
15.10 Electricité produite................................................................................................... 45
15.11 Critères de choix d’un groupe électrogène ............................................................ 45
15.12 Couplage des groupes électrogènes......................................................................... 47
15.13 Installation du groupe électrogène.......................................................................... 48
15.14 La maintenance du groupe électrogène.................................................................. 49
15.14.1 Fiches techniques sur la maintenance des équipements d’énergie...... 50
15.15 Exemple de groupes électrogènes............................................................................ 52
16. Etude des paratonnerres.................................................................................................. 53
16.1 Mécanisme et localisation de la foudre..................................................................... 53
16.2 Effets de la foudre ...................................................................................................... 54
16.3 Protection contre de la foudre : les paratonnerres................................................. 55
16.3.1 Paratonnerres à dispositif d’amorçage (PDA)............................................ 56
16.3.2 Paratonnerres à tige simple........................................................................... 57
16.3.3 Les cages maillées ou cages de FARADAY ............................................... 57
16.3.4 Les Fils tendus ............................................................................................ 58
16.4 Réalisation des prises de terre pour paratonnerre.................................................. 58
16.4.1 Patte d’oie .......................................................................................................... 58
16.4.2 Piquets de terre ............................................................................................... 59
5

16.4.3 Mixtes................................................................................................................. 59
16.5 Compteur de coups de foudre pour paratonnerre .................................................. 59
16.6 Installateurs ................................................................................................................ 59
16.7 Vérification et maintenance....................................................................................... 59
16.8 Terminologie ............................................................................................................... 60
17. Les dangers des courants électriques sur le corps humain........................................... 60
17.1 Les accidents .............................................................................................................. 63
17.2 Les dangers de l’électricité ....................................................................................... 64
17.3 Les limites du corps humain...................................................................................... 64
17.4 Les moyens de protection ........................................................................................ 66
17.4.1 La protection contre les chocs électriques par contacts directs ....... 66
17.4.2 La protection contre les chocs électriques par contacts indirects ... 68
17.5 Les cinq règles d’or ................................................................................................... 69
17.6 Expérimentation ........................................................................................................ 70
17.7 Conduite à tenir en cas d’accident........................................................................... 70
18. Contrôle de fin d’année................................................................................................ 71
6

0. Introduction

Aujourd’hui, les bureaux d’études et les organismes de contrôle sont de plus en


plus exigeants sur l’exécution des installations électriques basse tension.
Les installations doivent être réalisées suivant les règles de l’art et dans le
respect des normes électriques (normes UTE) dont vous trouverez dans ce
document, quelques indications.

Il s’agit pour l’électricien, de :

1) Maîtriser le schéma général de la fourniture d’électricité depuis le poste

MT/BT source d’énergie électrique, jusqu’au dernier récepteur en passant

par le tableau général basse tension.

2) Connaître les principales règles et techniques de sécurité en vigueur (prise

de terre, sa résistance, etc.) ;

3) Savoir lire et comprendre les schémas d‘équipements électriques ;

4) Etre capable d’établir et de réaliser des projets relatifs à des

équipements électriques ;

5) Concevoir et exécuter les installations suivants les normes ;

6) Prévoir les protections sensibles par coupure automatique ;

6) Etre capable de s‘adapter à l’évolution des techniques ;

7) Savoir rechercher et détecter les défectuosités électriques dans les

installations et les équipements.

8) Superviser les grands travaux d’électricité avec connaissance et

expérience.
7

Chapitre 1

1. Equipements électriques

Le poste de transformation MT/BT délivre l’électricité en


3 phases + 1 neutre, donc en 4 fils pour alimenter les équipements électriques
divers.

n 1 2 3

1,2,3 : phases

Fig : ligne triphasée à 4 fils

1.1 Equipements monophasés

Un équipement (ou appareil) monophasé, est un appareil qui fonctionne sous la


tension de 220V, disponible entre le conducteur neutre et celui d’une phase
quelconque.
Exemple d’équipements monophasés: lampes, poste TV, congélateur, fer à
repasser, etc.

1.2 Equipements triphasés

Un équipement (ou récepteur) triphasé, est un appareil qui fonctionne, connecté


sur les 3 fils de phase. (Nous allons comprendre par la suite que dans de tels cas,
le conducteur neutre, a son importante tout simplement dans le circuit de
commande)

1 2 3

3
Fig : représentation d’un équipement triphasé
8

Exemple d’équipements triphasés: Certains moulins, tours , moteurs asynchrones,


toutes les grandes machines en général.

N.B : Selon l’ordre de connections des 3 phases, un moteur triphasé, possède 2


sens de rotation. Il convient de choisir l’ordre des phases, qui permet au moteur
de tourner dans le sens souhaité.

Chapitre 2
2. Branchement BT et comptage de l’Energie Electrique

Les mots énergie ou puissance ne sont pas réservés au seul domaine de


l’électricité : on sait que les aliments contiennent de l’énergie, que l’on peut
réaliser des économies d’énergie, que la puissance d’un moteur de véhicule est
trop importante , etc.
Ces deux notions sont générales, mais que signifient-elles en électricité ?

Energie :
Un appareil électrique reçoit de l’énergie électrique qu’il transforme en d’autres
formes d’énergie.
Pour mesurer et enregistrer la quantité d’énergie électrique fournie aux
utilisateurs, le distributeur d’énergie place des compteurs au début de chaque
installation.
La constante C du compteur indique la quantité d’énergie utilisée pour un tour du
disque ; elle est exprimée en Wh ou en varh selon que le comptage est actif ou
réactif.
Le kilowattheure est l’unité d’énergie active utilisée par les distributeurs
d’énergie.
Le joule est l’unité du système international.
1 Wh = 3600 J et donc 1 Kwh = 3,6 MJ
Puissance :
Le cheval était autrefois une source d’énergie très utilisée : traction des objets
divers, agriculture, transports etc. c’était en quelque sorte ‘’ la machine ‘’ de
l’époque.
Lorsque les premiers véhicules à moteurs sont apparus, il était donc commode
pour exprimer leur puissance d’utiliser une unité permettant une comparaison
avec la traction animale.
En 1783, James Watt prit la puissance moyenne qu’un cheval est capable de
développer comme unité de puissance : le cheval vapeur ( ch). La puissance des
premiers moteurs de voiture n’était que de quelques chevaux.
9

( 1 Ch= 736 W).


Lorsqu’une lampe brille plus qu’une autre, elle transforme donc pendant chaque
seconde, une plus grande quantité d’énergie électrique. On dira qu’elle reçoit une
puissance plus élevée.
La puissance reçue par une installation est égale à la somme des puissances
reçues par les appareils en fonctionnement.

Pensons à eux :
James Watt (1736-1819) :
Ingénieur et Inventeur Ecossais qui a consacré toute sa vie à l’amélioration des
machines à vapeur.

James Prescott Joule (1818-1889) :


Il brilla autant dans l’expérimentation que dans les théories.
Il participa largement à la révolution industrielle du XIX è siècle en mettant au
point des machines qui révolutionnèrent les méthodes de travail et de
production.

2.1 Généralités

Les récepteurs en courant alternatif sollicitent du réseau, les énergies active et


réactive. L’énergie active se caractérise par l’échauffement du récepteur, c’est
l’énergie consommée par les résistances du circuit (ou du récepteur) tandis que,
l’énergie réactive est consommée par les réactances du circuit. C’est l’énergie
réactive qui est à la base de la magnétisation et de la rotation des moteurs.
Un équipement électrique consomme, de manière générale, pendant la durée (t)
les énergies Wa et Wr. En désignant P et Q les puissances classiques , on a :

Wa = P x t = VIcosφ x t
Cas du monophasé
Wr = Q x t = VIsinφ x t

Wa = P x t = 3 UIcosφ x t
Cas du triphasé
Wr = Q x t = 3 UIsinφ x t

Wa en KWh et Wr en kvarh.

Dans les installations domestiques, la consommation de l’énergie réactive par


l’électroménager est négligeable de telle sorte que cosφ ≈ 1 et donc sinφ ≈ 0 ,
( alors Wr=0 ) .
10

On comprend pourquoi le Distributeur de l’énergie ne pose généralement que des


compteurs d’énergie active dans les ménages.
La consommation d’énergie réactive est donc négligeable et la SNE ne prend pas
la peine d’installer les compteurs d’énergie réactive chez les abonnés BT.
Par contre, dans les installations industrielles, le distributeur d’énergie prend le
soin de placer les deux types de compteur d’énergie (active et réactive).

2.2 Schémas d’installation des compteurs d’énergie électrique

Il existe effectivement pour chaque type de compteur, deux variantes : les


compteurs monophasés destinés aux petites installations et les compteurs
triphasés pour les moyennes et grandes installations électriques.
Le schéma d’installation d’un compteur change d’un constructeur à l’autre.
Les compteurs d’énergie active, actuellement utilisés par la SNE – Congo (marque
Schlumberger) se branchent comme ici détaillé dans ce document.
11

2.2.1 Cas du monophasé


1
2 Réseau
3
n

Barrette neutre C.C.P triphasé

Compteur monophasé

Disjoncteur monophasé

Départs B.T

Fig. : Branchement BT monophasé

C.C.P = coupe circuit principal


Le C.C.P triphasé possède 4 plots - entrée fils et 4 plots - sortie fils.
Le compteur Monophasé : 2 plots- entrée fils et 2 plots - sortie fils.
12

2.2.2 Cas du triphasé

Un tel branchement comporte tous les éléments précédents en triphasé c’est à


dire le C .C.P, le compteur et le disjoncteur tous triphasés.

Wa = P x t = 3 UIcosφ t

Wr = Q x t = 3 UIsinφ t

1
2
3 Réseau
n

C.C.P. triphasé

n n
Compteur triphasé

Disjoncteur triphasé

n Départs BT

Fig. : Branchement BT triphasé


13

Chapitre 3

3. Règles générales pour l’exécution des installations électriques

Le bon fonctionnement et la sécurité d’une installation électrique, dépendent à la


fois, de la qualité du matériel employé et de l’art de l’exécution des travaux par
l’électricien. Pour remplir ces conditions, il est indispensable de connaître les
règles qui doivent régir l’exécution des installations.
Les organismes suivants fournissent les normes et les éléments techniques à
respecter.
- U.T.E : Union technique de l’Electricité
12, place des Etats Unis – 75783 PARIS

- PROMOTELEC
BP 9 – 92053 PARIS LA DEFENSE (France)
www.promotelec.fr

3.1 Installations en apparent

Ici, les canalisations sont fixées sur la maçonnerie à l’aide des pattes de
fixation, des attaches, des colliers, des chevilles, etc.
Ce genre de canalisation est interdit dans les locaux mouillés, et avec attention
dans les emplacements à l’extérieur ainsi que dans les locaux présentant des
risques d’incendie.
Au voisinage des canalisations non électriques, les conduits doivent être posés à
au moins 10cm de ces conduits (gaz, eau).
Les canalisations ne doivent pas être posées en dessous des conduites pouvant
donner lieu à une condensation telles que les canalisations de vapeur, d’eau, de
gaz, de climatisation.
- les jonctions et les dérivations de câbles doivent être dans les boîtes de
dérivation étanches ;
- les jonctions et dérivations ne doivent pas être noyées dans la
maçonnerie ; elles doivent être accessibles pour les dépannages ;
- selon le type d’installation en apparent, on utilise le tube IRO, les
moulures, les goulottes, les plinthes en plastiques rainurés ;
- dans le cas où l’installation se réalise sans conduit, les fils sont
déconseillés. On utilise des câbles uniquement ;
- Pour les installations en apparent, on utilise uniquement l’appareillage en
apparent : interrupteurs, prises, boîtes de dérivation, lampes, combinés,
etc. prévus pour cela
14

Les conduits en montage apparent doivent être maintenus à l’aide du matériel


approprié : des pattes, des attaches, des colliers, des étiers, etc.
Les points de fixation des conduits, doivent être suffisamment rapprochés pour
leur conférer une bonne rigidité.

3.2 Installations encastrées dans la maçonnerie

Pour ce type d’installation, les canalisations sont réalisées sous conduits


encastrés dans la maçonnerie. Ces installations sont admises dans les locaux
humides, dans les locaux mouillés , aux emplacements à découvert et à
l’extérieur, à condition qu’elles soient montées de façon à éviter l’humidité.
En basse tension, et dans le bâtiment, on utilise généralement les conduits (ou
fourreaux), de diamètre Ø9mm, Ø11, Ø13, Ø16, Ø25, Ø32, et parfois en PVC
(polychlorure de vinyle) de divers diamètres 40, 80, 90. 100, 110 etc.
Les conduits sont raccordés entre eux, soit par des manchons, des tés, des
coudes ou dans des boîtes de dérivation.
Au voisinage des canalisations de chauffage d’air chaud ou des conduits de
fumée, les canalisations doivent être sous protection métallique et ne doivent
pas risquer d’être portées à une température nuisible.
Pour ces installations encastrées, on utilise l’appareillage encastré
(interrupteurs, prises, boîtes de dérivations, etc. encastrés) prévus pour cela.

3.3 Canalisations enterrées

On utilise pour cela des câbles appropriés : câbles souterrains armés à poser
directement dans le sol. Les câbles sont posés dans des tranchées et
généralement à des profondeurs de h = 0,80m sur les terrains ordinaires et
à h = 1m pour les aires accessibles aux véhicules ( traversées de routes) pour
éviter les effets de tassement des terres.
A près de 30 cm de la surface, un grillage avertisseur est étalé dans la tranchée
pour la signalisation du danger pour les travaux futurs dans le sol en creusant le
même endroit.
30 cm
Grillage
avertisseur rouge
(Tranchée) h = 1m

câble

Fig .18 Vue d’une tranchée


15

Pour l’éclairage public en câble souterrain et les réseaux MT dans les villes, on
réalise des tranchées à h = 0,80m avec h = 1m aux traversées des chaussées de
voitures.
Si la canalisation BT rencontre ou suit une autre canalisation (eau, gaz, ou
téléphone), une distance d’au moins 0,30m est exigée entre les deux. On doit
éviter d’enterrer les câbles de sections inférieures à 6 mm ².
Toute canalisation enterrée doit être signalée par un dispositif avertisseur non
corrodable placé à au moins 20 cm au dessus d’elle.

3.4 Locaux humides et mouillés

Dans ces locaux, sont interdits :


- les conducteurs et câbles nus ;
- les interrupteurs et les prises dans les salles d’eau ;
- les conduits métalliques ;
- les lampes suspendues à bout de fil dans les douches et surtout au dessus
des baignoires.
Précautions à prendre :
- placer les interrupteurs à l’extérieur avant d’y accéder ;
- utiliser les lampes , les prises, les boîtes de dérivation étanches ;
- un coupe circuit ou disjoncteur différentiel doit être placé à l’origine de
chaque départ dans les salles d’eau ;
- utiliser les transformateurs de sécurité BT/TBT lorsqu’il le faut dans
l’éclairage des piscines par exemple (12V ou 24V) ;
- la liaison équipotentielle doit être assurée à l’intérieur de la salle d’eau
entre toutes les canalisations métalliques (eau chaude, eau froide,
chauffage, gaz, vidange, etc.).

3.5 Règles à observer dans l’exécution d’une installation électrique BT


(On peut demander la documentation à PROMOTELEC – France : www.espace-
elec.com).
1) Le disjoncteur de l’installation doit avoir une fonction différentielle
2) Installation en apparent interdite dans les locaux mouillés ;
3) Avec les canalisations non électriques (gaz, eau etc..) les conduits BT
doivent être à au moins 10cm des autres ;
4) Les jonctions et les dérivations des câbles doivent être dans les boîtes de
dérivations prévues pour cela ;
5) Les boites de jonction ne doivent pas être noyées dans la maçonnerie ;
16

6) Pour les installations en apparent, les fils sont déconseillés, on utilise des
câbles pour cela ;
7) Les conduits en montage apparent doivent être maintenus à l’aide des
pattes, attaches ou colliers appropriés ;
8) Réaliser une prise de Terre obligatoire pour toute l’installation ;
9) Toutes les prises de courant doivent comporter trois bornes dont une de
terre ;
10) Installer : Maximum 8 prises par ligne de prises ;
11) Réaliser une liaison équipotentielle générale pour toute l’installation ;
12) Réaliser pour des équipements spéciaux, des lignes prioritaires séparées
(Pressing, climatiseurs, chauffe-eau…)
13) Faire le choix d’un tableau divisionnaire à plusieurs départs commandé par
des coupe-circuits ou des disjoncteurs modulaires soigneusement rangés
dans un tableau modulaire adéquat.
14) Concevoir un T.G.B.T dans le cas des grandes installations BT ;
15) Un conduit ne doit contenir que les conducteurs d’un seul et même circuit
électrique ;
16) Eviter les coudes d’équerre lors de la pose des canalisations électriques;
17) Respecter les sections des fils et câbles d’après la norme PROMOTELEC
18) Ne pas surcharger les lignes, respecter les sections des conducteurs en
rapport avec les intensités du courant ;
19) Respecter les couleurs des conducteurs : Bleu pour le neutre ;
vert-jaune pour la liaison terre et les autres couleurs : les phases.
20) Les passages des canalisations dans les murs, plafonds, planchers,
doivent être réalisés de façon qu’on puisse le cas échéant, remplacer les
conducteurs détériorés ;
21) Dans le cas des immeubles, prévoir des gaines techniques et des chemins
de câbles pour le passage des colonnes montantes ;
22) Pour les canalisations souterraines, utiliser les câbles appropriés
(câbles armés souterrains), et respecter les profondeurs h = 0,80m et
h = 1m sur les traversées de chaussées.
23) Une canalisation souterraine doit être signalée par le grillage
avertisseur prévu pour cela ;
24) Dans les salles d’eau (douches, etc.) placer les interrupteurs à
l’extérieur ;
25) Dans les salles d’eau, utiliser les lampes et l’appareillage étanche ;
26) Pour les prises rasoirs dans les douches, utiliser les
transformateurs de sécurité prévus;
27) Aucun équipement électrique ne doit exister dans la verticale de la
baignoire ;
17

28) Pour les grandes installations : vérifier le facteur de puissance cosφ


puis l’améliorer s’il le faut.

NB : T.G.B.T (tableau général basse tension)


Le T.G.B.T. peut rassembler plusieurs disjoncteurs et les commandes de
l’installation en une ou plusieurs armoires regroupées pour faciliter le
dépannage, l’entretien et la maintenance.
Il est conçu dans le strict respect de la sélectivité électrique, pour le bon
fonctionnement des protections. Il est généralement placé dans le local
technique.
Ci après : exemple de TGBT d’une installation électrique ;( dans la, partie annexe
du document, vous trouvez des détails sur le TGBT de l’immeuble Ministère des
Mines et de l’Energie – Brazzaville).

Fig. : Exemple de schéma d’un TGBT


18

3.6 Réalisation des tableaux électriques BT

Les normes électriques imposent la réalisation des tableaux équipés des


disjoncteurs divisionnaires ( et / ou avec des coupes circuits sur chaque départ).
19
20

Fig. : Vue d’exemples de schémas pour tableaux électriques


21

Terminologie :
Tableau modulaire : petit tableau comportant les coupe-circuits modulaires pour
différents départs.
Coffret électrique : Il s’agit d’un tableau de plus grande taille, pouvant
comporter tableaux modulaires et divers autres appareillages (contacteurs, etc.)
Armoire électrique : il s’agit d’un coffret de plus grande taille et comportant plus
d’appareillages.
T.G.B.T : C’est une armoire plus grande ( ou ensemble d’armoires) comportant
davantage appareillages et équipements de protection.

3.7 Protection à l’origine de chaque circuit et section des conducteurs

Protection : Calibre maximal en ampères des dispositifs de protection

Sections de conducteurs Cartouches fusibles Disjoncteurs divisionnaires


1,5mm2 10A 16A
2,5mm2 20A 25A
4,0mm2 25A 32A
6,0mm2 32A 38A

Sections des conducteurs : section minimale des conducteurs

Circuits Sections des conducteurs


Circuit foyers lumineux fixes 1,5 mm2
Circuit prises de courant 16A 2,5 mm2
Circuit chauffe eau 2,5 mm2
Circuit machine à laver le linge 2,5 mm2
Circuit lave-vaisselle 2,5 mm2
Circuit appareil de cuisson 6,0 mm2
Circuit four électrique 6,0 mm2
Circuit climatiseur/Split 1,5CV/3CV 2,5mm2

Couleurs des conducteurs :

Terre : bicolore vert/jaune


Neutre : bleu
Les phases : toutes les autres couleurs

(pour plus de détails, se conformer aux prescriptions de Promotelec


www.espace-elec.com/promotelec)
22

3.8 Règles de sécurité à observer (dans les installations BT)

1. Ne jamais introduire d’objets métalliques dans une prise de courant,


2. N’acceptez plus dans l’habitation, des prises sans éclipses
3. Ne jamais utiliser un appareil électrique, le corps ou les mains
mouillées,
4. Ne jamais intervenir sur une installation sous tension,
5. Ne jamais toucher un fil dénudé d’une installation.
6. Ne mettez pas de douilles métalliques dans la salle d’eau,
Mettez que des douilles plastiques.
7. Pensez aussi que le bricolage a ses limites. Faites appel à un
professionnel qualifié.

Chapitre 4

4. Mise à la terre et liaisons équipotentielles pour la sécurité électrique

La sécurité des personnes contre un défaut d’isolement survenant dans un


matériel doit être assurée.
En effet, un défaut d’isolement provoque une électrisation pouvant entraîner une
électrocution.

‰ Il convient de canaliser le courant de défaut vers la terre et


d’interrompre automatiquement l’alimentation électrique dès que la tension de
contact devient dangereuse (> 50 V).
La boucle de défaut qui canalise le courant de défaut est constitué :
- de l’alimentation électrique depuis le transformateur du distributeur
d’électricité dont le neutre est mis à la terre,
- du matériel électrique présentant un défaut d’isolement,
- de la personne ou du réseau de terre.
23

Sans prise de terre

Fig.: défaut de mise à la terre

‰ Les masses des appareils de classe I (machine à laver, réfrigérateur,


congélateur, cuisinière, four électrique, chauffe-eau, etc.) doivent être
reliées à un conducteur de protection raccordé à une prise de terre.

‰ Le couple ″Mise à la Terre – Protection différentielle″ est une obligation et


doit être de qualité.

D’où l’importance d’une bonne mise à la terre dont la réalisation comporterait :


- une prise de terre,
- un conducteur de terre,
- une borne principale de terre,
- des conducteurs de protection,
- des liaisons équipotentielles.
24

Avec prise de terre

Fig. : L’avantage de la mise à la terre


25

4.1 La prise de terre

‰ Une boucle à fond de fouille.

La meilleure solution consiste à réaliser une boucle à fond de fouille établie


pendant la construction des bâtiments avec généralement un câble en cuivre nu
de 25 mm² ou 29mm2de section (ou 95 mm² en acier galvanisé). Cette solution
est pratiquement imposée pour les bâtiments soumis au code du travail (Arrêté
Français du 4 août 1992).

Fig22 : la boucle à fond de fouille


‰ Un ou plusieurs piquets de terre

Une autre solution très couramment employée consiste à réaliser la prise de


terre avec un ou plusieurs piquets enfoncés verticalement au-dessous du niveau
permanent d’humidité, à une profondeur minimale de 2m.
Ces piquets peuvent être :
- des tubes en acier galvanisé de diamètre au moins égal à 25 mm,
- des profilées en acier galvanisé d’au moins 60 mm de côté,
- des barres en cuivre ou en acier recouvertes de cuivre, d’au moins
15 mm de diamètre.
26

Fig : Réalisation de la prise de terre

Fig : prise de terre avec piquet de terre


27

‰ D’autres solutions peuvent être utilisées : conducteurs enfouis à une


profondeur d’environ 1 mètre, armatures de béton noyées dans le sol, poteaux
métalliques, etc.
‰ La réduction de la résistance de la prise de terre est obtenue en

interconnectant plusieurs systèmes de mise à la terre suffisamment éloignés les


uns des autres. Dans le cas de piquets, ceux-ci doivent être distants entre eux
d’au moins leur longueur. Le conducteur d’interconnexion doit avoir la même
section que celle du conducteur de terre qui va sur la barrette de mesure.

166. . . . . . . Valeur de la résistance de la prise de


terre

La résistance de la prise de terre dépend non seulement de la nature du sol et de


l’état du terrain mais aussi, de la forme et des dimensions des matériaux utlisés.
En outre, le gel et la sécheresse qui peuvent se faire sentir jusqu’à plus de 2 m
de profondeur augmentent la résistance : il convient d’établir la prise de terre
dans des endroits abrités.
Des terrains humides présentent en général des résistances faibles.

A titre indicatif, le tableau ci après donne des ordres de grandeur des


résistances des prises de terre.

CONSTITUTION DE LA NATURE DU TERRAIN


PRISE DE TERRE ARABLES GRAS, ARABLES MAIGRES, PIERREUX
REMBLAIS, REMBLAIS, SECS,
HUMIDES GROSSIERS SABLE SEC

Maison individuelle 8m x 7 m

• bouche à fond de fouille 3 à 10Ω 30 à 60 Ω 100 à 200 Ω


• 1 piquet vertical de 2 m 2 à 75 Ω 220 à 300 Ω 750 à 1500 Ω
• 4 piquets verticaux (un à 6 à 18 Ω 60 à 120 Ω 220 à 450 Ω
chaque angle)
• 1 tranchée de 10 m 8 à 30 Ω 90 à 120 300 à 600 Ω
Immeuble collectif 10m x 40 m

• bouche à fond de fouille 1à3Ω 10 à 20 Ω 50 à 100 Ω


• 10 piquets verticaux de 3à8Ω 23 à 45 Ω 120 à 220 Ω
2 m régulièrement répartis à
la périphérie
28

Un ensemble de poteaux métalliques enterrés interconnectés répartis sur le pourtour d’un bâtiment
présente une résistance du même ordre de grandeur que celle de la boucle à fond de fouille.
L’enrobage éventuel de béton ne s’oppose pas à l’utilisation de poteaux comme prises de terre et ne
modifie que sensiblement la valeur de la résistance de la prise de terre.
Fig.24 : Valeurs des résistances de terre

‰ Tout installateur doit mesurer la résistance de la prise de terre avec


un « ohmmètre de terre » capable de réaliser des mesures de faible ou très
faible valeur sans être perturbé par la présence dans le sol de nombreux
« courants telluriques ».
Lorsque la mesure de cette résistance ne peut pas être réalisée avec des prises
de terre auxiliaires, on peut, en zone urbaine, mesurer l’impédance de la boucle
de défaut phase-terre qui donne une valeur par excès. Cette méthode peut se
révéler imprécise lorsque le poste de distribution publique est éloigné et si les
terrains sont de nature hétérogène.
La mesure avec un contrôleur universel (multimètre) n’est pas valable.
On retiendra que dans les terrains tels que pierreux secs , il est toujours
possible de réaliser des prises de terre de résistance inférieure à 100 Ω.
‰ Les valeurs maximales de la prise de terre sont indiquées dans le

tableau ci après selon la sensibilité du dispositif différentiel suivant la loi


d’Ohm : RA x I∆n ≤ 50V.
Pour les valeurs de résistance de la prise de terre supérieures à 500 ohms, il
convient d’installer un dispositif ayant un courant résiduel assigné au plus égal à
30 mA.
Toutefois, cette possibilité n’est que le dernier recours après avoir réalisé avec
le plus grand soin la prise de terre notamment dans les terrains de nature
“Pierreux secs – Sable sec” . Pour les autres natures de terrain, le tableau
précédent montre qu’il est toujours possible de réaliser des prises de terre de
résistance inférieure à 100 ohms.

COURANT DES FONCTIONNEMENTS DU VALEUR MAXIMALE DE LA RESISTANCE


DISPOSITIF DIFFERENTIEL DE LA PRISE DE TERRE :
(SENSIBILITE) : (RA)
∆I∆n
650 mA 77 ohms

500mA 100 ohms

300 mA 166 ohms

Fig. : Quelques sensibilités pour différentiels


29

Remarque : La vérification périodique de la qualité du couple "mise à la terre -


protection différentielle" est nécessaire.
4.3 Le conducteur de terre

Le conducteur de terre (constituant la canalisation principale de terre) relie la


prise de terre à la borne principale de terre ou barrette de mesure.

Sa section doit être au moins de :


- 16 mm² cuivre ou acier galvanisé protégé contre la corrosion,
- 25 mm² cuivre au 50 mm² acier galvanisé non protégé contre la corrosion.

La connexion du conducteur de terre à la prise de terre doit être accessible,


sauf si elle est effectuée dans une boîte remplie de matière de remplissage ou
dans des joints scellés.

Fig : Circuit de terre pour bâtiment individuel.


30

a) Boucle à fond de fouille


(Solution préférentielle, obligatoire si le bâtiment neuf est soumis au code du
travail)
- conducteur : cuivre nu S ≥ 25 mm²
acier galvanisé S ≥ 95 mm²
aluminium gainé plomb S ≥ 35 mm²
- feuillard: acier S ≥ 100 mm², épaisseur ≥ 3 mm ;
cuivre S ≥ 25 mm², épaisseur ≥ 2 mm.

b) Piquet de terre
Tube en acier galvanisé : Ø ≥ 25 mm.
Profilé en acier doux : 60 mm de côté minimum
Barre en cuivre ou acier : Ø ≥ 15 mm.

c) Section des conducteurs

SECTION DES SECTION DES


CONDUCTEURS ACTIFS DU CONDUCTEURS DE
CIRCUIT S (mm²) PROTECTION (mm²).
S ≤ 16 S

S = 25 ou 35 16

S > 35 0,5 S
limité à 25 (cuivre)
en schéma TT
31

Fig. Circuit de terre en bâtiment collectif

Remarque :
La mise à la terre pour la sécurité électrique ne doit pas être confondue avec
une mise à la terre fonctionnelle. Cette dernière a pour fonction de mettre des
matériels au potentiel de la terre pour assurer leur fonctionnement. Les
conducteurs assurant la sécurité électrique sont exclusivement de la couleur
vert et jaune.
Les conducteurs assurant une mise à la terre fonctionnelle ne doivent pas être
de la même couleur et sont raccordés à la terre sur la borne principale.
32

4.4 La borne principale de terre (Barrette de mesure)

Une borne principale de terre doit être prévue dans toute installation.
Un dispositif (barrette de mesure) doit être :
- Prévue sur le conducteur de terre,
- Démontable seulement à l’aide d’un outil,
- Mécaniquement sûr et assurer la continuité électrique.

L’ouverture de la barrette permet de mesurer la résistance de la prise de terre.


La barrette de mesure peut être combinée avec la borne principale de terre.

4.5 Les conducteurs de protection

- Les conducteurs de protection sont de couleur vert et jaune, inclus ou non dans
les canalisations. L’enveloppe des canalisations préfabriquées peut servir de
conducteur de protection sous certaines conditions (continuité, conductibilité,…).
Les conduites de gaz ne doivent pas être utilisées comme conducteur de
protection.
La section minimale des conducteurs de protection est indiquée dans les tableaux
précédents en fonction :
- des conducteurs actifs raccordés aux bornes du point de livraison,
ou des conducteurs actifs de la canalisation alimentant soit une ou plusieurs
colonnes montantes de distribution publique, soit un ou des locaux techniques
regroupant les compteurs dans un immeuble collectif.
Les conducteurs de protection en schéma TT (les masses à la terre et le neutre
à la terre) peuvent avoir une section limitée à 25 mm² cuivre.
Lorsqu’un conducteur de protection est commun à plusieurs circuits empruntant
le même parcours, la section du conducteur de protection doit être dimensionnée
en fonction de la plus grande section des conducteurs de phase.

Les conducteurs de protection de section 2,5 mm² cuivre qui ne font pas partie
de la canalisation d’alimentation doivent comporter une protection mécanique
(conduit, profilé, plastique,..).

Plusieurs appellations de conducteurs de protection sont couramment utilisés,


voir schémas des circuits de terre en bâtiment individuel et circuits de terre en
bâtiment collectif :
Le conducteur principal de protection est appelé également colonne principale de
terre ou colonne montante de terre, dans le cas d’un immeuble collectif.
33

Les conducteurs individuels de protection sont appelés aussi dérivations


individuelles de terre.
Les conducteurs de protection des circuits terminaux :
Tous les circuits électriques, y compris ceux destinés au raccordement
d’appareils de classe II, doivent comporter un conducteur de protection quelque
soit le type de local ou la nature du revêtement de sol.
Les appareils de classe II ne doivent pas être raccordés à un conducteur de
protection, ce dernier devant rester en attente dans la boîte de raccordement.
Tous les socles des prises de courant doivent comporter un contact de terre
raccordé à un tel conducteur.
Les connexions des conducteurs de protection sur les conducteurs principaux de
protection doivent être réalisées individuellement de sorte que, si un conducteur
est séparé, tous les autres conducteurs soient maintenus en place.
Remarque :
Les circuits issus du secondaire d’un transformateur de sécurité (TBTS) ne
doivent pas comporter de conducteur de protection. De même, les socles des
prises de courant de ces circuits ne doivent pas comporter de contact de terre.

4.6 Les liaisons équipotentielles

De telles liaisons ont pour but d’éviter qu’une différence de potentiel


n’apparaisse entre divers éléments dans le bâtiment.

Fig. : à gauche : éventuelle électrocution due au manque de la liaison équipotentielle


A droite : avantage de la liaison équipotentielle
34

Parmi les liaisons équipotentielles, on distingue notamment :


Celles qui sont reliées à la terre : liaison équipotentielle principale, liaison
équipotentielle supplémentaire locale de la salle d’eau.
Celles qui ne sont pas reliées à la terre.

4.6.1 La liaison équipotentielle principale

La liaison équipotentielle principale doit relier à la borne principale de terre les


éléments conducteurs suivants :
- canalisations d’alimentation à l’intérieur du bâtiment, par exemple eau, gaz,
- canalisations métalliques de chauffage central,
- les éléments métalliques accessibles de la construction. Lorsque de tels
éléments conducteurs proviennent de l’extérieur du bâtiment, ils doivent être
reliés aussi près que possible de leur pénétration dans le bâtiment.

Une canalisation métallique, reliée localement à un conducteur de protection et


pénétrant dans un bâtiment à un endroit très éloigné du tableau principal
(TGBT), peut ou ne pas être reliée à la liaison équipotentielle principale.

En maison individuelle, ne sont pas à raccorder à la liaison équipotentielle


principale :
- Les canalisations en matériaux isolants provenant de l’extérieur,
- Tout réseau intérieur d’un même fluide (eau, gaz, fioul,…) constitué
partiellement de canalisation en matériaux isolants.

La section minimale doit être au moins égale à la moitié de la plus grande section
des conducteurs de protection de l’installation avec minimum de 6 mm² en cuivre
et un maximum de 25 mm² cuivre. Ces conducteurs sont de couleur vert et jaune.

4.6.2 la liaison équipotentielle supplémentaire locale de la salle d’eau

Cette liaison équipotentielle locale consiste, à l’aide de conducteurs, à relier


entre eux les éléments conducteurs situés dans les volumes 1 , 2 et 3 :
- les canalisations métalliques (eau froide, eau chaude, vidange, chauffage,
gaz, etc.…),
- les carcasses des appareils sanitaires métalliques,
- les huisseries,
- les conducteurs de protection.
35

Il n’y a pas lieu de mettre en œuvre un conducteur de protection supplémentaire


entre cette liaison équipotentielle et le répartiteur de terre du tableau de
répartition, du fait que la liaison équipotentielle est mise à la terre par les
conducteurs de protection situés dans les volumes 1 , 2 et 3.

Fig : La liaison équipotentielle dans la salle d’eau

La liaison équipotentielle locale doit être réalisée dans la salle d’eau. S’il n’est pas
possible de relier certains éléments conducteurs à l’intérieur de la salle d’eau,
cette liaison peut être réalisée dans les locaux contigus.

‰ Le conducteur de liaison équipotentielle locale, de couleur vert et jaune,


ne peut en aucun cas être noyé directement sans conduit dans les parois.
Sa section est de 2,5 mm² s’il est protégé contre les chocs (, sous conduit
ou sous profilé plastique) ou de 4 mm² s’il est posé directement aux parois
sans protection mécanique.

‰ Une huisserie métallique peut constituer une partie de la liaison


équipotentielle locale si sa continuité électrique est assurée. Il n’en est
pas de même pour tout autre élément conducteur (canalisation d’eau,…).
36

‰ Il est interdit de relier à la liaison équipotentielle locale la carcasse


métallique des appareils de classe II (double isolation).

‰ Il n’est pas nécessaire de relier à la liaison équipotentielle locale

- les radiateurs, équipés ou non d’une résistance électrique, alimentés en eau


chaude par des canalisations isolantes,
- les porte-serviettes métalliques non chauffants,
- les robinets reliés à des canalisations isolantes,
- les siphons,
- les boucles métalliques de ventilation si le conduit, la dérivation ou le piquage ne
sont pas tous métalliques,
- les pare-douches.

Il n’est pas nécessaire de shunter les raccords filetés des canalisations


métalliques d’eau, du fait que le filetage avec un élément de bourrage assure une
continuité suffisante.

4.7 Liaison équipotentielle principale d’un bâtiment

• Dans chaque bâtiment, une liaison équipotentielle principale doit réunir au


conducteur principal de protection, les éléments conducteurs suivants :
- canalisations métalliques d’eau, de gaz,
- colonnes montantes de chauffage central,
- les éléments métalliques accessibles de la construction.
Il est recommandé d’y relier les canalisations métalliques de toute nature.

• Cette liaison a pour but notamment d’éviter que, par suite d’un défaut
d’origine électrique externe au bâtiment, une différence de potentiel
n’apparaisse entre les éléments conducteurs dans le bâtiment. A cet
effet, les éléments conducteurs présentant un développement extérieur
au bâtiment doivent être reliés entre eux le plus près possible de leur
pénétration dans ce bâtiment.

• Pour une maison individuelle s’il n’y a pas de canalisations métalliques en


provenance de l’extérieur du bâtiment une telle liaison électrique n’est pas
exigée. Cependant il est recommandé de réaliser l’interconnexion des
éléments métalliques internes au bâtiment.
37

• La liaison équipotentielle principale ne doit pas être confondue avec la


liaison équipotentielle de la salle d’eau qui doit être réalisée
obligatoirement pour chaque salle d’eau.

Eléments à relier :

La liaison équipotentielle principale doit réunir à la prise de terre ou au


conducteur principal de protection les éléments conducteurs suivants :

Immeuble individuel
- Canalisations métalliques pénétrant dans le bâtiment,
(eau : avant compteur et joint isolant de la protection cathodique,
gaz : entre compteur et joint isolant de la protection cathodique).
- canalisations métalliques de chauffage central.
- Canalisations métalliques de gaz liquéfié ou de fuel si le stockage
est extérieur au bâtiment (voir plus loin).
- Eléments métalliques accessibles de la construction (charpente,
poutrelles, armature, etc.).
- Armures des câbles électriques et de télécommunications.

Immeuble collectif
- Canalisations métalliques d’alimentation collective pénétrant dans le
bâtiment,
(eau : avant compteur côté distribution publique,
gaz : entre compteur et joint isolant de la protection cathodique).
- Canalisations métalliques collectives d’eaux usées.

• Cette liaison a pour but notamment d’éviter que, par suite d’un défaut
d’origine électrique externe au bâtiment, une différence de potentiel
n’apparaisse entre les éléments conducteurs dans le bâtiment. A cet
effet, les éléments conducteurs présentant un développement extérieur
au bâtiment doivent être reliés entre eux le plus près possible de leur
pénétration dans ce bâtiment.

• Pour une maison individuelle s’il n’y a pas de canalisations métalliques en


provenance de l’extérieur du bâtiment une telle liaison électrique n’est pas
exigée. Cependant il est recommandé de réaliser l’interconnexion des
éléments métalliques internes au bâtiment.
38

• La liaison équipotentielle principale ne doit pas être confondue avec la


liaison équipotentielle de la salle d’eau qui doit être réalisée
obligatoirement pour chaque salle d’eau
Immeuble collectif :
- Canalisations métalliques d’alimentation collective pénétrant dans le
bâtiment,
(eau : avant compteur côté distribution publique,
gaz : entre compteur et joint isolant de la protection cathodique).
- Canalisations métalliques collectives d’eaux usées.
- Colonnes montantes de chauffage central.
- Eléments métalliques accessibles de la construction (charpente,
poutrelles, armature, etc.).
- Armures des câbles électriques et de télécommunications.
Il est recommandé de relier à la liaison équipotentielle principale les éléments
métalliques des canalisations de toute nature (transport de fluides, canalisation
collective de chauffage urbain, d’air comprimé…).
Ne sont pas à relier :

• Certains éléments métalliques de la construction tels que les rampes


d’escalier, huisseries et châssis de fenêtres, éléments de bardage, garde-
corps, gouttières, gaines de ventilation et de chauffage à air chaud,
descente de vide-ordures.

• Les petits éléments métalliques tels que poignées, supports, ferrures…

Cas particuliers des canalisations reliant des cuves de produits pétroliers


liquides ou liquéfiés, chaufferies.

Les réservoirs d’hydrocarbures liquides ou liquéfiés, qu’ils soient aériens ou


enterrés, doivent être raccordés au conducteur principal de terre de
l’installation électrique ; ce raccordement peut être effectué
- soit par intermédiaire des tuyauteries de carburant, si celles-ci sont
métalliques et sans discontinuité électrique,
- soit, dans le cas contraire, par un conducteur en cuivre de 4 mm2 de section
minimale, protégé mécaniquement.
39

4.8 Réalisation de la liaison

Connexions :

La liaison équipotentielle principale doit être raccordée à la borne ou barrette


principale de terre soit directement, soit par l’intermédiaire du conducteur
principal de protection de l’installation.

La mise en œuvre et les connexions sur les éléments conducteurs à relier doivent
être effectuées comme prescrit pour les conducteurs de protection (visibilité ou
à défaut accessibilité, protection mécanique dans les traversées de paroi,
protection contre la corrosion…).

Sections :
Les conducteurs assurant la liaison doivent répondre aux règles relatives aux
conducteurs de protection et notamment leur conductance doit être au moins
identique à celle du conducteur principal de protection du bâtiment avec une
section minimale de 6 mm² s’ils sont en cuivre, ou de section équivalente en un
autre métal.

Toutefois, leur section peut être limitée au maximum à 25 mm² en cuivre ou à la


section équivalente en un autre métal.

Les conducteurs isolés doivent être repérés par la double coloration vert/jaune.

En pratique, suivant les sections des conducteurs de phase, suivant les sections
des conducteurs de phase de l’alimentation du bâtiment, la liaison équipotentielle
principale doit avoir la section suivante :

Section des conducteurs de Section des conducteurs de la


phase mm2 en cuivre liaison équipotentielle principale
mm2 en cuivre
<6 6
10 10
16 16
25 16
35 16
35 25

Fig. : Section des conducteurs de terre


40

FILERIE ET CABLES

Dans les installations basse tension, les liaisons à la terre sont réalisées avec des
conducteurs de coloration vert/jaune avec des sections au moins égales à la
section des conducteurs actifs.

Exemple : sur une prise de courant 2P+T arrivent donc 3 fils : N + P + T.


La liaison sol tableau de répartition est réalisée en cuivre nu de section
S ≥ 16 mm².

4.9 Vérification et entretien des terres

Les vérifications des terres ont lieu :


- A la mise en service de l’installation
- A l’occasion des modifications.

La périodicité des vérifications dépendra :


- de la nature des locaux,
- de l’importance des agents perturbateurs,
- de la gravité des risques engendrés par les défauts,
- du type des installations (télécommunications, postes HT,
centrales, etc. )

4.10 Mesures des résistances de terre

La mesure de la résistance des prises de terre, se fait avec un appareil spécial


appelé : Ohmmètre de terre.
Attention : il n’est pas comme un multimètre, le mode d’utilisation de cet appareil
se différentie d’un constructeur à l’autre.
41

Chapitre 5

5. Vérification des installations, Mesures et Essais

Pour la validation des installations électriques, les contrôleurs doivent réaliser


certaines vérifications et essais prévus par les normes.
Sur les armoires électriques :
- Vérification du respect des couleurs conventionnelles des
conducteurs,
- Vérification de l’absence des risques de contacts directs sur les
pièces nues sous tension,
- Mesure du temps de coupure des disjoncteurs différentiels,
- Vérification de la conformité des schémas,
- Vérification des calibres de protection des différents circuits
en regard des schémas approuvés,
- Examen des pouvoirs de coupure en fonction des intensités de
court-circuit en tête de l’installation,
- Vérification des liaisons équipotentielles ( mise à la terre)

Sur les câbles électriques :


Les essais sur les câbles sont obligatoires avant la pose.
- Vérification de la continuité des câbles avant la pose,
- Mesures des résistances d’isolement des câbles (acceptables
pour les valeurs suivantes : à partir de 0,25MΩ en TBT sous
250Volts, à partir de 0,5 MΩ en BT sous 500Volts, et à partir
de 1 MΩ en BT sous 1000 Volts ).

- Vérification du respect des couleurs conventionnelles des


conducteurs,
NB : les mesures des résistances d’isolement se fait avec
l’appareil appelé le mego-ohm
Sur les prises , luminaires :
- Mesures des continuités de terre,
- Vérification des éclairages de sécurité

Sur l’ensemble du site :


- Mesure de la résistance de terre sur l’ensemble du site
(acceptable pour des valeurs inférieures à 10 Ω )

Sur les groupes électrogènes :


- Génie civil du local,
42

- Etat des caniveaux électriques (câbles),


- Etat des caniveaux mécaniques (fluides),
- Ventilation du local,
- Système d’alimentation en fuel (réservoirs journaliers et citerne
de stockage),
- Echappement des gaz brûlés,
- Mise à la terre,
- Etat des batteries de démarrage,
- Essais de fonctionnement automatique en charge en cas de
coupure alimentation de la SNE.

Chapitre 6

6. Protection des Installations

Toute installation électrique, même exécutée selon les normes électriques et les
règles de l’art peut être affectée par des dérangements de causes et d’effets
divers.
Les perturbations influent sur les grandeurs électriques caractérisant le
fonctionnement anormal des installations.
On distingue :
- Les surintensités ;
- Les surtensions ;
- Les baisses et manques de tension.

6.1 Les surintensités

Leurs effets : Ils se manifestent sous les aspects d’un échauffement des
conducteurs ou des récepteurs dû à l’effet JOULE. La cause fréquente étant les
baisses de tension. Les efforts électrodynamiques deviennent importants sur les
organes de coupure, ce qui nuit à la stabilité du réseau.

Effet joule : L’énergie transformée en chaleur a pour valeur W = RI2t.


Cette énergie thermique sera d’autant plus importante que la surintensité est de
longue durée. Elle va entraîner :
- un échauffement des conducteurs et des dilatations susceptibles d’altérer
leurs propriétés mécaniques ;
- une augmentation de la résistance électrique des conducteurs ;
43

- un échauffement des isolants pouvant entraîner leur destruction ;


- dans les cas extrêmes, il peut y avoir fusion des conducteurs ou incendies,
etc.

Leurs causes :
Les causes sont nombreuses, mais on peut citer les suivantes :
- Mise sous tension d’un récepteur dont la résistance à froid est plus faible
qu’à la température de régime : lampes à incandescence par exemple ;
- Démarrage des machines tournantes ;
- Surcharges provoquées par la mise en marche de nouveaux récepteurs ;
- Court-circuit entre conducteurs soumis à une différence de potentiel ;
- En HT, à la suite du claquage d’un isolateur par surtension ;
- Chute des branches d’arbres sur les lignes à HT , etc.
- Causes atmosphériques : foudre, contact entre conducteurs en cas de
tempête ;
- Electrocution d’oiseaux, etc.
Moyens de protection :

Pour remédier aux conséquences qu’entraîne une surintensité, on s’efforce lors


de l’étude du projet :
- d’évaluer correctement les valeurs des courants de court-circuit aux
points stratégiques ;
- de choisir les sections des conducteurs qu’il faut.

Aussi, on doit disposer des appareils de protection dont le rôle est de :


- Détecter toute augmentation d’intensité ;
- Couper les circuits dès que la surintensité devient dangereuse ;
ces équipements sont :
- Les fusibles ;
- Les relais ;
- Disjoncteurs ;
- Discontacteurs.

6.2 Les surtensions

On dit qu’il y a surtension en un point lorsque la tension en ce point augmente de


façon anormale.

Les causes :
Les surtensions peuvent provenir des perturbations internes au circuit dans
lesquels elles apparaissent :
44

- ouverture d’un circuit fortement inductif


dφ di
ΔU = =L
dt dt

- Phénomène de résonance dans les circuits comportant inductances et


capacités.
- Phénomènes oscillatoires accompagnant l’ouverture des disjoncteurs sur un
réseau. (Elles peuvent atteindre 2 à 3 fois la tension nominale, leur durée
de l’ordre de t =0,1s) ;
- L’ouverture d’une ligne surchargée ;
- Amorçage d’un arc à la terre sur une ligne aérienne ou sur un câble.
Elles peuvent aussi provenir d’un contact entre deux circuits à tensions
différentes
Exemple :
- rupture des isolateurs sur les lignes à HT
- Perforation de l’isolant, etc.

Elles peuvent être d’origine atmosphérique :


- Charges électriques développées par la proximité des nuages ;
- Foudre, responsable des surtensions les plus nombreuses.
Problème à prendre en compte dans les régions ( pays) à niveau kéraunique élevé.

Effets des surtensions :


Les effets sont différents suivant l’amplitude, la fréquence et la durée des
surtensions. Une surtension faible et de courte durée, est de l’ordre de 10 à 25%
de la tension nominale pour une durée de l’ordre de la seconde.
Si la durée est plus importante, on constate :
- sur les moteurs asynchrones :
• Augmentation du couple de démarrage
• Augmentation de l’échauffement
• Diminution du cosφ.
- Sur les lampes : Augmentation du flux lumineux ce qui entraîne une
réduction de la durée de vie ;
- Sur les électroaimants : Augmentation de la force portante ce qui
provoque une augmentation de l’échauffement.
- Sur les transformateurs : augmentation du courant magnétisant et de
l’échauffement.
Les surtensions ne sont dangereuses que par les surintensités qu’elles
engendrent et de l’augmentation des contraintes thermiques sur les conducteurs
et les équipements.
45

Effets des surtensions d’origine atmosphériques :


(Charges statiques développées par les nuages)
- - - -
- - - Nuages
- - -
- -
- - -

C1
Lignes
aériennes
C2 C3

Sol
Fig.. La décharge atmosphérique et l’effet capacitif

Lors des orages, les charges statiques peuvent être développées dans les nuages.
Comme la ligne électrique est isolée du sol, il se développe par influences
électrostatiques des charges statiques de signe contraire à celles des nuages et
reparties dans le reste de la ligne de telle sorte que la charge moyenne totale
soit nulle.
Il s’en suit des élévations locales du potentiel de la ligne par rapport au sol.
Les capacités suivantes sont prises en compte :

- capacités nuage / ligne : CnL


- capacités ligne / sol : CLS
- capacités nuage / sol : CnS
et des potentiels VnL, VLS, VnS.
CnL
On montre que VLS = VnS x
CnL + CLS
Si les nuages se déplacent puis s’éloignent, les charges se déplacent également et
sont évacuées vers le sol, et les surtensions restent faibles.
Foudre :
Lorsque la décharge atteint directement soit un seul conducteur de la ligne, soit
simultanément les trois, la surtension s’écoule de part et d’autre du point
d’impact proportionnellement à l’impédance caractéristique des conducteurs.
Z= L
C
et U= Io Z
L,C : Inductance et capacité linéique de la ligne.
46

Pour les lignes et câbles, l’impédance caractéristique varie entre 50 et 200 Ω


soit 50 ≤ Z ≤ 200Ω.

Moyens de protection :

Pour être efficace, un dispositif de protection contre les surtensions doit


répondre aux conditions suivantes :
- rapidité d’action
- grande solidité
- il ne doit intervenir que si la surtension est dangereuse (par amorçage)
- fidélité dans la tension d’amorçage
- prix de revient modéré
on utilise :
- les régulateurs de tension
- les relais à maximum de tension
- des mises à la terre par des varistances
- des éclateurs (à tiges, à cornes…)
- des parafoudres BT et HT

6.3 Les baisses de tension

Le principal inconvénient réside dans la diminution des performances des


récepteurs jusqu’à les rendre inefficaces et inutilisables.

On constate :
- Diminution du couple normal de démarrage des moteurs
- Diminution de l’efficacité lumineuse des lampes ;
- Mauvais fonctionnement des équipements informatiques,
- Désagréable délestage automatique des systèmes sensibles,
- Diminution de la puissance réactive des condensateurs ;
- Diminution de la force portante des aimants ;
- Perturbations dans le fonctionnement en parallèle des générateurs
lorsqu’elle n’affecte qu’un seul générateur.
Conséquences :
Diminution de la durée de vie des équipements

Les causes :
Elles sont toujours internes aux circuits
- Baisses de tension aux bornes du générateur, dues à une surcharge, à une
anomalie ;
- Coupure sur une phase d’un transformateur triphasé par exemple.
47

Les moyens de protection :

Utilisation des régulateurs de tension.

6.4 Les courts-circuits

Lorsque deux points d’un circuit se trouvent accidentellement réunis par une
impédance très faible, pratiquement nulle, on dit que ces deux points sont en
court-circuit. Lorsque l’impédance est nulle, on parle de court-circuit franc et
dans l’autre cas, il s’agit d’un court-circuit impédant.
En langage courant, le court-circuit désigne le contact accidentel entre 2
conducteurs de potentiel différent.
Exemple :
- le contact entre 2 phases différentes ;
- le contact entre une phase quelconque et le conducteur neutre ou la terre

Les courts-circuits sont à éviter dans les installations électriques car, ils
s’accompagnement des élévations catastrophiques de l’intensité du courant avec
des conséquences néfastes sur les organes de protection et de la détérioration
des conducteurs. Les conséquences sont nombreuses :
- échauffement des conducteurs pouvant entraîner des destructions,
- des incendies,
- des déclenchements ou destruction des organes de protection,
- etc.

Les moyens de protection :

Les disjoncteurs, les fusibles, les relais à maximum de courant, etc.


48

Chapitre 7

7. Les disjoncteurs

Un disjoncteur est un interrupteur perfectionné à ouverture manuelle ou


automatique pourvu d’un dispositif interne de soufflage de l’arc électrique.
Il possède donc un pouvoir de coupure de l’arc électrique.

Ils sont destinés à la protection des installations. Ils travaillent en disjoncteur


général ou divisionnaire selon le concepteur des installations.
Il est caractérisé par son intensité nominale, son pouvoir de coupure de l’arc
électrique, sa sensibilité (dans le cas des disjoncteurs différentiels)

Ils sont destinés à la protection des installations. Ils travaillent en disjoncteur


général ou divisionnaire selon le concepteur des installations.
Il est caractérisé par son intensité nominale, son pouvoir de coupure de l’arc
électrique, sa sensibilité (dans le cas des disjoncteurs différentiels)

Exemple : Disjoncteur BT (4 x 100A / 5KVA / 500mA)


500mA est la sensibilité du disjoncteur et 5KVA le pouvoir de coupure.
Le chiffre (4) dans la notation 4x100A explique qu’on a un disjoncteur 4 fils ,
c'est-à-dire un disjoncteur triphasé qui reçoit : 3 fils pour phases + le fil neutre,
calibré à 100A par phase.
Dans cette notation, le chiffre 4 ne concerne que les fils à l’entrée disjoncteur.
Par exemple, on rencontre des disjoncteurs 2x15A, c'est-à-dire monophasé
( 2 fils entrée) calibré à 15A.

7.1 Choix et calcul d’un disjoncteur BT

Le choix d’un disjoncteur est généralement fonction de la charge qu’il doit


alimenter et de sa sensibilité relative aux défauts.
Faisons une étude de cas pour le choix du disjoncteur pour l’alimentation d’une
installation ayant les équipements ci-après :

6 climatiseurs de 2,5 CV chacun


18 réglettes de 1,20m
40 réglettes de 0,60m
2 chauffe-eau de 60litres
1 cuisinière électrique
1 fer à repasser
1 moulin triphasé de 3 KW
49

100 lampes B22 de 75W


3 projecteurs de 500W
32 prises de courant
3 postes TV
3 congélateurs de 300 litres
1 congélateur de 600 litres
1 ordinateur de bureau

Méthodologie : Pour réaliser ce choix, nous allons procéder à un bilan de


puissances en indiquant pour chaque équipement son facteur de puissance. Nous
déterminerons la puissance apparente globale de l’installation qui sera pondérée
par le coefficient de foisonnement (indication sur le pourcentage d’utilisation de
l’ensemble de la charge).

PU : puissance unitaire en Watt


PT : puissance totale en Watt
S : Puissance apparente en VA
Cosφ : facteur de puissance de chaque équipement
1 CV = 736 Watt

Bilan des puissances

Désignation Nbre PU (W) PT (W) Cosφ tgφ Q= Ptgφ (VAR)


Climatiseurs 6 1840 11040 0,8 0,75 8280
Réglettes 1,2m 18 36 648 0,7 1,02 660
Réglettes 0,6m 40 18 720 0,7 1,02 734
Chauffe eau 2 600 1200 1 0 0
Cuisinière 1 1000 1000 1 0 0
Moulin 1 3000 3000 0,8 0,75 2250
Lampes B22 100 75 7500 1 0 0
Projecteurs 3 500 1500 1 0 0
Prises de courant 32 640 20480 0,8 0,75 15360
Postes TV 3 120 360 0,8 0,75 270
Congélateur 300 l 3 150 450 0,8 0,75 337
Congélateur 600 l 1 300 300 0,8 0,75 225
Ordinateur PC 1 500 500 0,8 0,75 375
Total 58 698 28491
2 S= 65247 VA
S= P +Q
2

S= 65,247 kVA
Fig.: Exemple de Bilan de puissance d’une installation électrique
50

La puissance apparente globale est S= 65247 VA


On doit tenir compte du fait que tous les équipements (lampes, climatiseurs, fer
à repasser etc.) fonctionnent rarement simultanément (tous à la fois).
On prend généralement un coefficient de foisonnement de 0,7, c ‘est à dire que
l’on suppose l’installation fonctionner à 70% de sa charge installée.
Donc (S) utilisée Su = 0,7 x 65 247 = 45 672 VA
S = 3 UI donc
45672
I= S = = 69,3A
3U 380. 3
Nous allons donc choisir un disjoncteur triphasé de la gamme commerciale à
ampérage immédiatement supérieur à 69 A.
Dans les catalogues, existent les disjoncteurs à ampérages suivants :
5A – 10A – 15A – 16A – 20A – 25A – 30A – 32A – 35A – 40A – 45A – 50A – 55A –
60A – 80A – 100A – 120A – 150A – 200A – 250A – 300A – 400A – 500A – 630A –
800A – 1200A.

Conclusion:
Au regard des données du catalogue présenté, on choisit un disjoncteur triphasé
de 80A.
Remarque : Pour ce genre de calcul , la SNE Congo utilise généralement un
coefficient de foisonnement de 0,6.
Ce calcul permet aussi la détermination de la puissance du groupe électrogène
éventuel, capable d’alimenter cette installation ; il suffit tout simplement de
jouer sur le coefficient de foisonnement qui peut être pris égal à 1 en raison de
la pointe des courants de démarrage des récepteurs qui doit être aisément
supporté par le groupe électrogène. ( détails sur le calcul du groupe électrogène :
dans la suite du programme).
51

Estimation des puissances au modèle SNE - Congo


Désignation Nombre PU
Lampes B22/E27 40 W
Lampes B22/E27 60 W
Lampes B22/E27 75 W
Lampes B22/E27 100 W
Tube Fluo 0,6m 20 W
Tube Fluo 1,2m 40 W
Tube Fluo 1,5m 60 W
Machine à coudre 80 W
Poste T S F 60 W
Téléviseur 60 W
Chaîne HIFI 60 W
Réfrigérateur 200 litres 200 W
Fer à repasser 800 W
Bouilloire électrique 800 W
Résistance ou petit réchaud 800 W
Aspirateur 200 W
Sèche cheveux 200 W
Machine à laver sans chauf. 500 W
Ventilateur 100 W
Mixer 150 W
Grille pain 1600 W
Climatiseur 1CV 736W
Climatiseur 1,5 CV 1104W
Chauffe eau 1000 Litres 1000 W
Cuisinière avec four 6000 W
Puissance de quelques équipements usuels
52

Remarque : notation au sujet des disjoncteurs

Exemple : Disjoncteur BT (4 x 100A / 5KVA / 500mA)


500mA est la sensibilité du disjoncteur et 5KVA le pouvoir de coupure.
Le chiffre (4) dans la notation 4x100A explique qu’on a un disjoncteur 4 fils ,
c'est-à-dire un disjoncteur triphasé qui reçoit : 3 fils pour phases + le fil neutre,
calibré à 100A par phase.
Dans cette notation, le chiffre 4 ne concerne que les fils entrée disjoncteur.
Par exemple, on rencontre des disjoncteurs 2x15A, c'est-à-dire monophasé ( 2
fils entrée) calibré à 15A.

7.2 Disjoncteurs et sélectivité


La protection contre les différentes perturbations (et défauts), par les moyens
indiqués dans les paragraphes précédents est insuffisante, elle pourrait conduire
à des coupures inutiles d’électricité.
La sélectivité consiste à l’élimination des défauts (pannes), de façon à n’isoler
que l’élément ou la partie qui est le siège des défauts, pour permettre la
continuité de fonctionnement des autres parties de l’installation.
On procède de la manière suivante : en tête, un disjoncteur différentiel de
sensibilité plus grande, puis vient celui de sensibilité inférieure, etc.
L’installation doit comporter un coffret électrique, une armoire électrique
( parfois un T.G. B.T. : tableau général basse tension) où l’on trouve un
disjoncteur général et des disjoncteurs divisionnaires, comme dans l’exemple du
schéma ci-après où la sélectivité est réalisée à travers les ampérages et les
sensibilités des différents disjoncteurs.

x
Exemple :
500m

x x

100mA

x x x

30
53

7.3 Disjoncteur différentiel

C’est un disjoncteur muni d’un dispositif détecteur du courant de défaut.


On entend par courant de défaut, tout courant indésirable, qui pourrait circuler
entre une phase et la terre via une masse métallique par exemple.
Différentiel parce que le dispositif détecte à chaque instant cette différence
‘’ microscopique ‘’ entre les courants aller et retour malgré la faiblesse de la
T
durée du changement de signe du courant alternatif : 2 = 0,01 s

défaut
I1 I2
.

Fig.38 : Système differential

∆I = | I2 – I1|
Lorsqu’il n y a pas de défaut, cette différence est nulle, mais dans le cas
contraire, elle devient non nulle.
On désigne par sensibilité du disjoncteur, la valeur maximale ∆I du courant de
défaut à ne pas dépasser et à partir duquel le disjoncteur coupe l’alimentation.
Au niveau Basse tension, les sensibilités suivantes sont connues aux disjoncteurs:
630mA, 500mA, 100mA, 30mA.
On trouve des disjoncteurs ayant parfois des sensibilités plus grandes, 1A, 2A
etc. Il est facile de comprendre que le différentiel de 30mA déclenche plus vite
que celui de 100mA etc.
La SNE imposent pour les ménages, des disjoncteurs d’abonnés de 500mA de
sensibilité.
En cas de défaut, il est facile de comprendre qu’un différentiel de 30mA coupe
le circuit bien avant celui de 100mA par exemple. On dit alors que le différentiel
de 30mA est plus sensible que celui de 100mA par exemple.
Symbole de disjoncteur différentiel :

300mA

Fig.: Représentation du disjoncteur différentiel


54

NB : dans les installations BT industrielles, on trouve des (disjoncteurs) à des


sensibiltés plus grande pouvant atteindre ∆I = 1A; 0,5A; ou plus.

7.4 Disjoncteur compact

Un disjoncteur qui n’est pas équipé du dispositif différentiel est appelé


disjoncteur compact.
Les disjoncteurs compacts sont placés en tête des installations électriques où
les coupures brusques du courant, peuvent être en dommageables.
Exemple : dans les grands hôtels, les stades, les hôpitaux, les blocs opératoires,
les salles de conférences, etc.

7.5 La sélectivité

Un défaut se produisant en un point quelconque d’un réseau (ou installation) ne


saurait en aucune façon, priver le courant électrique à l’ensemble des autres
points de consommation (ou à l’ensemble du réseau). Il résulte de cette évidence,
la nécessité d’isoler rapidement la partie en défaut sans priver d’énergie les
autres utilisateurs : c’est le principe de la sélectivité des déclenchements.
L’élément de protection (disjoncteur ou fusibles) qui est placé immédiatement en
amont de la partie du circuit où se produit le défaut, doit, et lui seul fonctionner,
les autres protections ne devant pas déclencher.
Les procédés classiques de sélectivité (ampèremétriques et chronométriques)
permettent de répondre à cette exigence plus ou moins parfaitement.

7.5.1 Sélectivité ampèremétrique

Pour la sélectivité ampère métrique, on place en tête de la division, un


disjoncteur différentiel de sensibilité plus grande, puis chaque départ commandé
par un disjoncteur de sensibilité inférieure, etc.
55

Exemple :

500mA

x
x x

300mA

x x x x x

30mA

Fig. : Exemple de réalisation de la sélectivité ampèremétrique

7.5.2 La sélectivité chronométrique

Elle permet d’obtenir une sélectivité en temporisant le déclenchement de chaque


disjoncteur pendant des durées d’autant plus élevées que l’appareil est situé plus
près de la source d’énergie. Dans l’exemple suivant, la source est le
transformateur MT/BT.
Cette sélectivité peut utile dans les réseaux à HT pour le réglage des relais de
déclenchement des équipements de protection.
56

Exemple : Fig. : Exemple de réalisation d’une sélectivité chronométrique

D4
x
0,9 S

x x D3
0,6
S

x x x x
D2
0,3 S

x x D1
0,1 S
57

Chapitre 8
8. Appareillage électrique

Les fonctions à remplir

L’appareillage électrique est destiné à remplir les fonctions suivantes :


- Sectionnement pour mise hors tension du circuit (moteur ou appareil) ;
- Protection contre les courts-circuits du circuit d’alimentation (du moteur
par exemple) ;
- Commande pour l’arrêt et le démarrage (du moteur par exemple) ;
- Protection contre les surcharges (du moteur par exemple) ;
- Coupure de sécurité ou arrêt d’urgence. etc.
Exemple :

Sectionneur / coupe circuit à


fusibles
(Sectionnement)

Contacteur (commande)

Relais thermique

Arrêt d’urgence
(Machine)

M
3~

Fig. : Fonctions de l’appareillage électrique


58

8.1 Les interrupteurs

Ce sont des appareils destinés à ouvrir et à fermer un circuit électrique en


charge. Ils doivent posséder en certain pouvoir de coupure.

8.2 Sectionnement

Cette fonction est généralement assurée par le sectionneur. On distingue des


sectionneurs en BT et aussi en HT. Il doit être manœuvré à la main et il doit agir
sur tous les conducteurs actifs. Il peut aussi comporter le dispositif de
protection contre les courts-circuits (DPCC). Le sectionneur permet la coupure
visible du circuit pour permettre les travaux de dépannage ou d’entretien.
Il n’a aucun pouvoir de coupure de l’arc électrique et ne doit pas être manœuvré
en charge. En le manoeuvrant en charge, on risque des arcs électriques
importants au niveau des contacts électriques, ce qui peut provoquer l’usure et
parfois des incendies en HT.
Il assure la séparation et l’isolation d’un circuit de toute source de courant.
Nécessaire à la sécurité du personnel ayant à intervenir sur une installation ,
cette fonction assure la séparation et l’isolation d’un circuit de toute source de
courant.

8.3 Protection contre les courts-circuits

Cette fonction peut être assurée par les coupe-circuits à fusibles ; l’emploi du
disjoncteur est possible si son pouvoir de coupure est supérieur au courant de
court-circuit présumé au point considéré.

x x x

3 x F1 Disjoncteur

Fig. : Les protections

Il existe plusieurs types de fusibles : les fusibles aM , les fusibles gL, AD, etc.
Les fusibles aM (accompagnement moteur) supportent l’intensité de démarrage
des moteurs, tandis que les gL sont destinés à d’autres utilisations.
59

Les fusibles AD (accompagnement disjoncteurs) sont employés dans les C.C.P


pour certaines alimentations BT.

8.4 Commande du démarrage et l’arrêt des moteurs : les contacteurs

Cette fonction est assurée par les contacteurs.


Un contacteur est un interrupteur perfectionné. La fermeture des contacts
s’obtient par l’envoi d’un courant dans l’électroaimant de commande (ou bobine).
Le contacteur peut donc être commandé à distance.
On utilise les contacteurs pour commander les moteurs, pour les raisons
suivantes :
- Pouvoir de fermeture élevé (exemple 400A) ;
- Pouvoir de coupure élevé (exemple 5KA) ;
- Surintensité admissible importante pendant une courte durée ( ≈ 1s)
(Exemple 700A) ;
Le contacteur possède deux circuits :
- Le circuit de commande qui alimente la bobine par les plots A1 et A2
- Le circuit de puissance, qui alimente le moteur (ou la charge).
Fonctionnement : Dès que la bobine est alimentée en courant, alors il y a
fermeture des contacts. Les contacts s’ouvrent dès que la bobine cesse d’être
alimentée. On rencontre les bobines en 220 volts à alimenter entre phase et
neutre et les bobines en 380 volts à alimenter entre deux phases distinctes.
Représentation dans les schémas électriques :

13 21
1 3 5
A1
14 22

2 4 6
A2
Contact à fermeture

Contact à ouverture

Electroaimant Contacts principaux


(ou bobine) (circuit de puissance)

Contacts auxilliaires

Fig. : Etude du contacteur


60

En résumé, commande des contacteurs :


Le dispositif de commande comporte :
- un électro-aimant (ou bobine) pour la fermeture des contacts
- des ressorts pour l’ouverture

Les contacts auxiliaires :


Les contacts auxiliaires sont de petits pôles dont les contacts sont commandés
en même temps que les contacts principaux et qui assurent différentes fonctions
annexes (commande de l’auto alimentation, commande des circuits de contrôle et
de signalisation, extension du schéma de commande etc.).
Ils ne comportent pas de dispositif de coupure de l’arc électrique et donc, ne
peuvent contrôler que de faibles intensités de courant.
Un bloc additif permet de compléter par autant de contacts auxiliaires (à
fermeture et à ouverture) que nécessaires.

Pouvoir de coupure d’un contacteur :

Courant que le contacteur peut couper sans usure exagérée des contacts, ni
émission excessive de flammes.
EX : Le démarrage direct d’un Moteur
61

U
Arrêt
Marche
1
· B
Rth

L1 B1 L2 ou N

S.F

commande
Vers circuit de
2

• • •
K.M

Rth
Le contact B1, auto maintient la bobine B
alimentée.
KM : contacteur ;
Rth : relais thermique ;
U V W A1, A2 : bornes (plots) de la bobine du contacteur ;

1 circuit de commande ;

2 circuit de puissance

SF : sectionneur à fusibles.
M
3

Fig.. Le contacteur et le démarrage des moteurs

8.5 Les relais

Les relais sont des équipements de protection et parfois de commande qui


fonctionnent suivant la loi du "tout ou rien".
62

Ou c’est tout : il ferme le circuit et fait passer le courant : la charge est


alimentée.
Ou il n’y a rien : il ouvre le circuit et aucun courant ne passe !
Le relais thermique par exemple est un équipement qui déclenche l’arrêt d’un
moteur sous l’effet de la surcharge dans le but de le protéger.
Le relais temporisé quant à lui, permet le déclenchement où la mise sous tension
d’un circuit par rapport à une temporisation volontairement réglée ou imposée.
On distingue plusieurs types de relais : les relais à maximum de tension ou de
courant etc.

8.5.1 Protection du moteur contre les surcharges : le relais thermique

(Exemples : un moteur calé, un moteur de levage trop chargé,).


Cette fonction est assurée dans la plupart des cas par les relais thermiques.
Les relais sont de manière générale des appareillages qui fonctionnent par ‘‘tout
ou rien’’.
Le relais thermique déclenche l’arrêt du moteur sous l’effet de l’échauffement
excessif. (Ex. cas d’une surcharge).

Représentation du relais thermique dans les schémas :

Fig. : relais thermique

Principe de fonctionnement : L’élément principal d’un relais thermique est un


bilame. Celui –ci est constitué de deux lames de métal à coefficient de dilatation
différents soudés l’un contre l’autre.

Sous l’effet de la température provoquée par le passage d’un courant d’intensité


plus important que prévu, cette déformation est utilisée pour déclencher soit :
- un système mécanique : disjoncteur thermique,
- un système électrique : relais thermique
On rencontre des relais thermiques monophasés et triphasés.
63

Protection contre la marche en monophasé d’un moteur triphasé :


Le dispositif différentiel provoque le déclenchement du relais lorsque les
courants traversant les trois bilames ne sont pas identiques (réseau déséquilibré,
marche en monophasé).
Le déclenchement est d’autant plus rapide que la différence est grande.

8.5.2 Temporisation

Le relais temporisé permet le déclenchement ou la mise sous tension des circuits


(ou moteurs) par rapport à une temporisation volontairement réglée à l’avance.
Les relais temporisés peuvent jouer leur rôle, dans le démarrage en cas de
plusieurs machines et dans le but, de diminuer le courant global d’appel.
Il suffira dans ce cas, de décaler les démarrages successifs des machines par
des temporisations bien réglées.
Les exemples d’utilisation des relais temporisés sont multiples .

8.6 Le discontacteur

Un relais thermique ensemble avec un contacteur constitue le discontacteur,


utilisé couramment pour la commande des machines usuelles (moulins, tours, …).

8.7 Coupe-circuits

On distingue aujourd’hui plusieurs sortes mais, les plus anciens sont les coupe-
circuits à fusibles.
Ils sont placés chacun en tête d’un circuit (ou ensemble de circuits) dans le
respect des critères de la sélectivité dans les installations électriques.
On les rencontre sous divers ampérages.
Il existe aujourd’hui des coupe-circuits automatiques connus dans certains
milieux sous l’appellation de ‘’ modules’’ ou multi 9 , ils coupent le circuit dès
l’apparition de défaut dans le dernier.

8.8 Les fusibles

On demande au fusible, d’assurer la protection du circuit par une fusion très


rapide, de telle manière que le courant de court-circuit, ne puisse pas atteindre
sa valeur maxi et causer des dégâts.
Il y a plusieurs sortes de fusibles : les fusibles à cartouches, à couteau, etc.
Le fusible est caractérisé par son ampérage (6A, 10A, 16A, 32A,…, 200A, etc).
Certains portent des indications particulières aM , aD, gL etc.
64

Zone de contact

sable

Fil conducteur
Tube isolant

Zone de contact

Fig.46 : Les fusibles

A la différence des autres, les fusibles aM (accompagnement moteur) sont


spécialement adaptés pour supporter le courant de démarrage des moteurs
électriques. Ils sont généralement logés dans les sectionneurs à fusibles, en tête
des machines électriques par exemple.
Un autre fusible que le aM ne supportera peut être pas le démarrage du moteur,
il pourra céder au premier coup.
Les fusibles AD (accompagnement disjoncteur) quant à eux sont utilisés dans les
C.C.P (coupe- circuits principaux) des installations BT.

Emplacement des fusibles :

Ils ne sont placés que sur les conducteurs actifs, soit :


- en courant continu sur les polarités +
- en courant alternatif, sur chaque phase.
Ne jamais protéger :
Les conducteurs neutres, les mises à la terre, les conducteurs de masses.
Le neutre sert à équilibrer le courant dans les différentes phases, il ne doit donc
jamais être interrompu.

8.9 Bouton poussoir

Les boutons poussoirs sont utilisés pour la commande des sonneries, des
65

télérupteurs, des discontacteurs et d’autres circuits particuliers.


Appuyés, ils établissent le circuit ; lâchés, ils l’ouvrent !

Schéma :

Fig. : Le bouton poussoir

8.10 Les clés de contact

Les clés de contact sont des interrupteurs particuliers. Une position de la clé
ferme le circuit et une autre l’ouvre.
Ex : clé de démarrage du groupe électrogène par exemple, naiman de la voiture,
etc. .
On les rencontre dans certaines armoires électriques
8.11 Les rhéostats

Les rhéostats sont des équipements qui peuvent être utilisés soit comme des
potentiomètres et parfois comme des résistances variables.
En électrotechnique, ils sont beaucoup plus utilisés comme des résistances
variables.
Là où on a besoin de la variation volontaire de la résistance, on utilise des
rhéostats.
Ex : Rhéostat de démarrage d’un moteur.

A B

Fig. : Le Rhéostat
66

8.12 Le thermostat

Le thermostat est un appareil qui permet commande de l’ouverture ou de la


fermeture d’un circuit électrique à partir de la température de l’enceinte à
contrôler, température détectée par sa sonde.

Les thermostats trouvent leurs applications dans les domaines du froid, de la


climatisation et de la production de la chaleur, etc.
Ex : Contrôle et régulation de la température des chambres froides, des
congélateurs, des salles climatisées, des fours, etc.

8.13 Le pressostat

Le pressostat est un appareil qui permet la commande de l’ouverture et de la


fermeture d’un circuit électrique à partir de la détection d’une pression du fluide
en circulation dans la tuyauterie.
Ex : déclenchement d’alarmes pour fuite d’un gaz dans les conduites ;
fonctionnement des surpresseurs dans les habitations ou dans l’industrie ; etc. .

8.14 Horloges électriques

Les horloges sont utilisées pour la commande automatique des circuits à partir
des indications du préréglage des horaires de fonctionnement.
Les horloges sont couramment utilisées dans les armoires de commande de
l’éclairage public par exemple.
Aux horaires affichés par le réglage, il y a fermeture automatique des contacts
de la commande avec la mise sous tension de la ligne et donc allumage de
l’éclairage. (allumage à 18h et extinction à 6h )

8.15 Appareillage Divers

Aujourd’hui plus qu’hier, la technologie ne cesse d’évoluer, on rencontre sur le


marché :
- des horloges électriques (commande éclairage public)
- des interrupteurs horaires ;
- des interrupteurs crépusculaires ;
- des variateurs de lumière ;
- des douilles crépusculaires ;
- etc.
67

Pour en savoir plus, consulter les catalogues appareillages des grands fabricants
tels que LEGRAND, Merlin Gerin, TELEMECANIQUE, CONRAD ELECTRONIC,
etc.

Chapitre 9

9. Exécution des chantiers d’électricité (comment procéder)

Ces problèmes sont fréquents :


Les difficultés qui se présentent à un technicien qui sort droit de l’université.
Quelques fois, il ne sait pas par où commencer un chantier alors que le public
impatient, attend déjà de lui, un installateur ‘’clés en mains’’, tout en ignorant le
monde qui existe entre la théorie et la pratique.
La réalisation d’un chantier, exige une méthodologie adéquate, sans laquelle, il
est difficile de réaliser un travail suivant les règles de l’art.
L’installation électrique se conçoit sur un principe simple, basé sur la stratégie
selon laquelle, une grande installation n’est rien d’autre que l’assemblage de
plusieurs petites installations sectorielles ayant chacune à sa tête, un tableau
divisionnaire.
Le secret : une grande installation doit être divisée en plusieurs petites autres
sectorielles, commandée chacune par un tableau divisionnaire.
Il suffira de concevoir un tableau général, qui va à son tour alimenter les
tableaux divisionnaires.
Pour réaliser l’installation électrique d’un hôpital qui compte plusieurs bâtiments
par exemple, on réalise l’installation de chaque bâtiment seul, puis on regroupe
l’ensemble des lignes principales d’alimentation de ces bâtiments, sur un TGBT
installé dans un emplacement que l’on peut appeler local technique.
Le TGBT alimente donc chacun des tableaux divisionnaires de chaque bâtiment.
Pour les immeubles par exemple, on peut réaliser pour chaque étage un tableau
divisionnaire, on peut aussi décomposer les circuits électriques par étage ou par
appartement, etc.

9.1 Cas d’une simple habitation

On procède de la manière suivante :

1) choix de l’emplacement du tableau CCP + compteur (arrivée SNE)


68

La liaison réseau BT : SNE – CCP, doit être en câble de section supérieure ou


égale à 6mm2 et la liaison compteur – Disjoncteur en section au moins égale à
4mm2. (s’adapter à la taille réelle du chantier et choisir les sections qu’il faut)

2) choix de l’emplacement du tableau disjoncteur + tableau modulaire


(coffret).

3) Tirer des différentes lignes au départ du disjoncteur


- lignes lumière (limiter la ligne à 3000W)
- lignes prises (8 prises maxi par ligne)
- lignes pour force électromotrice (cuisinière, climatiseur, chauffe-
eau, etc.).

Les lignes peuvent transiter par des boîtes de dérivation pour permettre
différents câblages : interrupteurs, prises de courant, combinés, dismatics ou
autres commandes.
Cuisinière électrique : 1 seule par ligne avec conducteur de 4 mm2 ou de 6 mm2
Climatiseur ≤ 2CV : 2 maxi /ligne : section du conducteur 2,5mm2
Climatiseur ≥ 3CV : 1 seul/ligne : section du conducteur : 2,5mm2 ou 4mm2
Chauffe-eau : 1 seul/ligne : section du conducteur :2,5mm2
Projecteurs : 500 W : 2 maxi/ligne : section du conducteur 1,5 mm2
1000W : 1 seul/ligne : section du conducteur 1,5 mm2
≥ 1000 W : conducteur de section ≥ 2,5mm2
Les lampes domestiques : section du conducteur 1,5 mm2
Les prises de courant domestiques : section du conducteur 2,5 mm2
69

Exemple d’un tableau électrique d’une habitation:

DD

DM (Tableau
DM
modulaire)
Ligne (n)

Ligne 3

Ligne 2

Ligne 1

DD= disjoncteur différentiel


DM= disjoncteur modulaire (parfois multi 9) ou coupe circuit.

9.2 Cas des grandes installations : industries, immeubles, etc.

On peut procéder de la manière suivante :

1) Choix de l’emplacement du T.G.B.T. en rapport avec le poste MT/BT de


l’installation électrique.( souvent, les deux occupent le même local ou l’un
non loin de l’autre)

2) Choix de l’emplacement des différents tableaux divisionnaires de


l’installation.
70

3) Tracer puis poser les différentes lignes triphasées qui devront alimenter
chaque tableau divisionnaire au départ du T.G.B.T.
Ces lignes doivent être en conducteur de sections appropriées (cas des
colonnes montantes dans les immeubles, par exemple) ;

4) Chaque tableau divisionnaire sectoriel, commande à son tour une portion


indépendante de l’installation ;

5) Veiller à équilibrer les phases sur chaque tableau divisionnaire au risque de


déséquilibrer le transformateur
71

Exemple d’une grande installation (cf. Immeuble) :

Pour les grandes installations BT et pour éviter les désagréables déclenchements


inattendus suite à des défauts pouvant survenir, on installe à la tête de celles ci
des disjoncteurs compacts c’est à dire qui ne sont pas équipés des dispositifs
différentiels.
Les disjoncteurs en tête des tableaux divisionnaires peuvent à leur tour, être
équipés de dispositifs différentiels.

Lire DC : Disjoncteur compact


DM : disjoncteur modulaire
DD : disjoncteur différentie

71
72

DM

Ligne 1
Ligne 2
Ligne 3
72
Ligne n
DM
Transfo MT/BT

DD
DD
DC
9.2.1 Exemple n°1 - Description du TGBT d’un immeuble

Cas du ministère des mines et de l’énergie à Brazzaville

C’est une armoire électrique qui permet de commander tous les dépars de
l’installation. Il possède des appareils de mesure qui permettent de faire la
lecture des différentes grandeurs électriques.
Il est équipé aussi des batteries de condensateurs pour le relèvement du facteur
de puissance. Il comporte des disjoncteurs principaux et des disjoncteurs
divisionnaires pour assurer la sélectivité dans l’installation.
Les voyants sur l’armoire permettent de signaler la présence de la source
permanente ou de la source de secours et de signaler tout défaut.
Un commutateur inverseur permet de sélectionner la source permanente ou celle
de secours.

Ce TGBT alimente les départs suivants :


- Production du froid ;
- Armoire ascenseurs ;
- Armoires climatisations ;
- Eclairage et PC bâtiment A (immeuble) ;
- Bâtiment B ;
- Bâtiment annexe B ;
- Local terrasse, pompes eau glacée ;
- Eclairage extérieur ;
- Surpresseurs ;
- Pompe bassin ;
- Traitement sous-sol ;
- Pompe 1 relevage ;
- Pompe 2 relevage ;
- Batteries des condensateurs.

Dans la production du froid, on a les départs ci-après :


- Armoire groupe1 : centrale eau glacée ;
- Armoire groupe2 : centrale eau glacée ;
- Armoire groupe3 : centrale eau glacée ;
- Armoire groupe4 : centrale eau glacée.

Dans la distribution du froid,on a les départs ci-après :


- 2 Armoires de compresseurs rez-de-chaussée ;
74

- 2 Armoires de compresseurs niveau 1 ;


- 2 Armoires de compresseurs niveau 2 ;
- 2 Armoires de compresseurs niveau 3 ;
- 2 Armoires de compresseurs niveau 4 ;
- 2 Armoires de compresseurs niveau 5 ;
- 2 Armoires de compresseurs niveau 6 ;
- 2 Armoires de compresseurs niveau 7 ;
- 2 Armoires de compresseurs niveau 8 ;
- 2 Armoires de compresseurs niveau 9.

Dans la distribution des départs éclairage et PC immeuble :


- Armoire éclairage et PC rez-de-chaussée ;
- Armoire éclairage et PC niveau 1 ;
- Armoire éclairage et PC niveau 2 ;
- Armoire éclairage et PC niveau 3 ;
- Armoire éclairage et PC niveau 4 ;
- Armoire éclairage et PC niveau 5 ;
- Armoire éclairage et PC niveau 6 ;
- Armoire éclairage et PC niveau 7 ;
- Armoire éclairage et PC niveau 8 ;
- Armoire éclairage et PC niveau 9.

Dans la distribution des départs bâtiments B :


- Salle de conférences ;
- 3 bureaux.

Dans la distribution des départs bâtiment annexe B :


- Restaurant (cuisine + salle à manger) ;
- 3 bureaux.

Dans la distribution de l’alimentation coffret ascenseur (A et B) et (C et D)


on a les départs ci-après :
- PC tableau ;
- Eclairage Gaines ascenseurs ;
- Local machines ;
- Eclairage cabine 1 ;
- Eclairage cabine 2 ;
- Alimentation monte-charge (moteur asynchrone 3) ;
- Alimentation autotransformateur (pour circuit de commande des
ascenseurs) ;
- 4 climatiseurs.

74
75

Dans la distribution éclairage et équipements extérieurs, on a les départs


ci-après :
- Projecteur devanture ;
- Projecteur arrière ;
- Bornes ;
- Eclairage autour bassin 1 ;
- Eclairage autour bassin 2 ;
- Projecteurs devanture immeuble
- Projecteurs arrière immeuble
- Arrière bâtiment B ;
- Arrière bâtiment annexe B ;
- Bornes de parking ;
- Réserve.

9.2.2 Exemple n°2 -Données (2006) sur l’installation de l’usine d’eau de


Djiri
L’usine est alimentée par un réseau MT de 30 kV en provenance du poste à THT
de Tsiélampo. Elle comporte deux postes MT/BT équipés des transformateurs
respectifs de 2000 kVA et 400 kVA.
Le poste N° 1 de 2000 kVA alimente une charge électrique comme suit :

Bâtiments Récepteurs Puissance cosφ Vitesse


( kW) ( tr/mn)
Refoulement 2 moteurs pompes de lavage 55 0,80 973
2 moteurs pompes de reprise 500 0,82 1488
1 moteurs pompe de lavage 550 0,86 1490
2 compresseurs anti- bélier 0,55 0 ,8
Eclairage interne et prises de 1,5
courant
Filtrage 2 surpresseurs 55 0,84 1470
1 compresseur 4 0,88 2870
2 turbines décanteurs 7,5 0,84 1440
Pompe huile turbine 0,75 0,75 1400
Les 2 agitateurs alginate 1 ,1 0,79 1405
Réactifs 2 pompes doseuses alginate 0,55 0,70 950
2 agitateurs sulfate d’alumine 1,1 0,79 1405
2 pompes doseuses sulfates 0,75 0,80 910
2 agitateurs de lait de chaux 2,2 0,83 1400
2 pompes doseuses lait de chaux 1,5 0,79 930
2 agitateurs hypochlorite 1,5 0,79 1405

75
76

2 pompe doseuses hypochlorite 1,5 0,79 930


1 saturateur delayeur de chaux 0,75 0,79

Le poste N° 2 de 400 kVA n’alimente que trois moteurs ( 2006) :

Récepteurs Puissance (kW) cosφ Vitesse (tr/mn)


Moteur pompe 135 0,83 985
Moteur pompe 140 0,81 985
Moteur pompe 160 0,88 985

76
77

Chapitre 10

10. Notions sur les machines électriques

10.1 Généralités

L’entraînement des machines tournantes est assuré, en très grande majorité, par
des moteurs asynchrones, alimentés en courant alternatif triphasé.
Ce type de moteur s’impose en effet dans la plupart des applications par son prix
de revient avantageux, ses qualités de robustesse et sa simplicité d’entretien.
Le moteur asynchrone comprend deux parties : le stator (partie fixe) et le rotor,
la partie mobile. Le rotor est placé à l’intérieur du stator.

Il est à noter que, selon l’ordre de connexion des 3 phases, un moteur triphasé
possède généralement deux sens de rotation. Il conviendra de choisir l’ordre des
phases qui permet au moteur de tourner dans le sens souhaité.
Il suffit de permuter deux phases quelconques pour provoquer la rotation du
moteur en sens inverse.

10.2 Problèmes de démarrage des moteurs

Le démarrage d’un moteur sollicite une intensité importante du courant d’appel.


Le courant au démarrage (Id) peut atteindre 4 à 8 fois le courant nominal (In) et
lorsqu’on dispose de plusieurs moteurs en démarrage simultané , il en résulte une
pointe d’intensité très importante . On doit donc procéder dans certaines
circonstances, par une temporisation ou un délestage échelonné au risque du
déclenchement non désiré des systèmes amont de protection.
Si l’on n’y prend pas garde, cela peut endommager la protection électrique amont,
ou nécessiter l’achat des équipements de protection plus onéreux. Le choix du
disjoncteur général et des équipements de protection, doit tenir compte des
fortes intensités d’appel, dues aux courants de démarrage des machines
éventuelles.

Une démonstration sur les moteurs à courant continu permet de comprendre le


phénomène :
Soit E la f.e.m du moteur et U la tension qui s’y applique, R la résistance
statorique , on peut écrire :
U −E
E= U – RI et donc I = avec E= knΦ
R
U − knΦ
Donc I =
R

77
78

A l’instant t=0 du démarrage, E=0 car n=0 donc I est grande !


( NB : En court–circuit aussi, nous avons aussi E=0 mais la différence entre le
démarrage et le court-circuit réside en ce que le court –circuit présente une
durée plus élevée que le démarrage et donc plus d’échauffement etc.)

U − E max U − E min i
I mini = I = et I maxi = I = avec Emini=0
R R
Pour pallier aux problèmes de ces courants d’appel des machines, certains modes
de démarrage sont pratiqués dans l’industrie.
Avant la temporisation possible des machines, on rencontre les systèmes de
démarrage suivants :
- Le démarrage direct d’une machine ( d’un moteur)
- Le démarrage étoile-triangle ( Y / ∆ )
- Le démarrage étoile-triangle-résistances
- Démarrage par élimination des résistances du stator
- Etc.

Le principe des démarreurs consiste à soumettre les enroulements du moteur à


la tension réduite de 220V dans un premier temps ,et puis à la tension composée
de 380V des fractions de secondes après.

Branchés en Y, les enroulements du moteur reçoivent une tension réduite de


220V, et en ∆ , ils reçoivent la tension de 380V.
(1) • (1) • •
220 V
380 V 380 V

• 220 V
220 V

(2) • •
(2) • • 380 V
(3)

(3) •

78
0

Modes de Symbole Couple au Courant au Nombre de Td maxi


démarrage démarrage démarrage contacteur
Direct D Md Id 1 8s

Etoile – Triangle Y /∆ Md / 3 Id / 3 3 8s

Etoile - Triangle Y. ∆ R. ∆ Md / 3 Id / 3 4 10s


Résistance - Triangle
Résistances R.S Md / K Id / K n 15s
statiques

Md= KU² : le couple de démarrage est fonction de U² (U= tension composée).

0
1

Chapitre 11

11. Etude de l’éclairage

11.1 Généralités sur l’éclairage

L’éclairage doit permettre aux usagers, une sécurité et un confort aussi élevé
que possible pour rendre aisé la perception et la localisation des points singuliers
et des obstacles éventuels.
Il s’agit d’assurer la visibilité distincte afin d’éviter les zones d’ombre.
L’éclairage doit assurer une bonne visibilité qui dépendra :
- du contraste entre l’objet à visualiser et le fond (notion de luminance),
- de l’éblouissement dont l’inconfort doit être réduit au strict minimum,

11.2 Grandeurs et unités photométriques

(Pour plus de détails, voir cours de technologie général 1ère année)

La densité du flux lumineux tombant sur une surface est désignée sous le nom
d’éclairement (E).
Δφ
(E) s’exprime en lux ; E=
ΔS
Ordre de grandeur de quelques éclairements:
- Terrain vide à midi par temps clair : 100.000 lux
- Dans une rue par beau temps : 10 000 à 20.000 lux
- Aube et crépuscule : 500 lux
- Pleine lune sans nuages : 0,25 lux
- Bureau avec très bon éclairage : 800 lux
D’après les normes, des grandeurs sont recommandées lors des projets
d’éclairage.
Exemple des recommandations :
Salles de bains : 100 lux
(Miroirs) : 500 lux
Salle de lecture : 300 lux
Bibliothèques : 300 lux
Tables de dessin : 500 lux
Eclairage public : 500 lux
Le niveau d’éclairement est mesuré avec un appareil appelé : luxmètre

1
2

11.3 Etudes des montages lumières classiques

11.3.1 Montage simple allumage

Etablir ou interrompre un circuit d’un seul endroit.

Schéma :

Ph I L N I = Interrupteur simple allumage


L = Lampe ; Ph = phase ;
• N = Neutre

Réalisation pratique :

B.D Lampe
alimentation
N

Ph ••
BD = boîte de dérivation

•• Interrupteur S.A.
(2 plots)

Fig23 : Réalisation Simple allumage

11.3.2 Montage double allumage

Etablir ou interrompre deux circuits différents d’un seul endroit.

Schéma :

Ph I L1 N
• I = Interrupteur double allumage
L1 = lampe n°1
• L2 = lampe n°2
L2

2
3

Réalisation pratique : L1

B.D
N
• ••
• ••
Ph •

L2

• • Interrupteur D.A.
(3 plots)

Fig24 : Réalisation double allumage

11.3.3 Montage va et vient

Etablir ou interrompre un circuit en deux endroits différents.


Schéma :

Ph V.V V.V N
• •
• • • •
• •

V.V : interrupteur ou commutateur va-et-vient.

Réalisation pratique:
Lampe

N

Ph •• •

•• •• V.V
• V.V
3 un plot milieu.
L’Interrupteur va et vient possède 3 plots, dont
4

11.3.4 Autre type : Montage avec télérupteur

Parmi les autres types de montage qui existent, on peut citer la commande des
lampes par télérupteur. C’est une commande à distance par impulsions à partir
des boutons poussoirs.
Pour certains télérupteurs, la bobine peut être alimentée par une tension réduite
d’un transformateur spécial inséré dans le tableau électrique.
Exemple :

N
Ph
• •
• •
• •




• (1 )

• • •
lampe

(1) : bobine du télérupteur

Fig : système à télérupteur

Les télérupteurs sont généralement utilisés pour la commande à plusieurs


endroits d’un système de lampes. Le cas des longs couloirs des hôpitaux, des
établissements universitaires, par exemple.

11.4 Les éclairages de secours et de sécurité

4
5

11.4.1 Généralités

On ne saurait souligner l’importance des éclairages de secours et de sécurité


dans les établissements recevant du public et d’ailleurs les prescriptions
officielles réglementent ces installations électriques.
L’éclairage de secours ou de remplacement est appelé à suppléer à l’éclairage
normal en cas de défaillance, dans les mêmes conditions de tension, de puissance
et de fréquence.

L’éclairage de sécurité est nécessaire pour l’évacuation des personnes en cas de


sinistre. La disparition de l’éclairage normal ou de secours doit entraîner le
fonctionnement automatique de l’éclairage de sécurité. Cet éclairage est
obligatoirement électrique. Il doit répondre aux objectifs suivants :
- éclairage de la circulation des personnes
- reconnaissance des obstacles
- signalisation des issues, etc.

11.4.2 Sources d’éclairage de sécurité

La source d’énergie de cet éclairage de sécurité est soit constituée des


batteries d’accumulateurs ou d’un groupe électrogène spécial.

En batteries d’accumulateurs, il va falloir installer des lampes à courant continu


appelées couramment Blocs de sécurité ( BS) sont exigées dans les locaux
recevant du public et aux endroits stratégiques tels que les couloirs, les salles
des malades , des amphithéâtre, etc.
Dans ces cas, le système de stockage de l’énergie dans des batteries doit
fonctionner, tout le temps qu’il y a présence du courant secteur et ce n’est qu’en
absence du secteur, que ces lampes sont allumées soit par une commande
automatique pour permettre l’évacuation des personnes, dans l’attente du
dépannage ou du rétablissement de ce dernier.

Exemple : A l’aide d’une batterie 12V par exemple chargée en permanence au


secteur via un ensemble chargeur + régulateur , on peut lors des coupures du
courant- secteur éclairer des points essentiels domestiques à partir des lampes
à courant continu 12V ( un circuit spécial étant préalablement réalisé dans
l’installation).
Les lampes solaires sont des lampes à courant continu et qui fonctionnent avec
batteries 6V ou 12V, 24V etc. ! on peut bien les utiliser pour l’éclairage de
sécurité domestique !

5
6

Chapitre 12

12. Nomenclature des lampes, fils, câbles et conduits

12.1 Lampes

On distingue plusieurs types de lampes parmi lesquelles les lampes fluorescentes


et les lampes à incandescence. Pour les deux types de lampes, on y rencontre des
lampes à douilles. La lettre B est réservée aux lampes à baïonnettes et la lettre
E aux lampes à vis.

Ex : les lampes et douilles B22, E27, E40, etc.

La lettre B : traduit le mot baïonnette pour les lampes comportant les


baïonnettes et les chiffres qui suivent donnent le diamètre du culot en mm.

Culot

B : Baïonnettes
B22
22mm: le diamètre du culot.

Fig. : Culot d’une lampe

De même que les lampes à douille avec baïonnettes B22 etc. , on rencontre, les
lampes avec douilles à vis : E27, etc. sur la gamme des puissances de 40W, 60W,
75W, 100W.
Ex : E27, E40, E14... désignent les douilles et les lampes ( douille E27 et lampe
E27, douille B22 et lampe B22).
Pour les grandes puissances, on rencontre les types suivants : 150W, 200, 300,
500, 750, 1000, 1500, 2000W.
Exemple : Le stade Alphonse Massambat Débat de Brazzaville est éclairé avec
des projecteurs de 2000 Watt, au nombre de 75 sur chaque mât.

6
7

Quant aux lampes réglettes, on les rencontre avec des longueurs de 0,60m /
1,20m/1,50m avec les puissances respectives de 18W, 36W, 54W

Exemple d’une variété de lampes : tableau ci après

7
8

Fig. : Variétés de lampes

8
9

12.2 Les Fils – Câbles - Fourreaux

12.2.1 Quelques définitions

Ame d’un conducteur : partie centrale et métallique conduisant le courant


électrique. Suivant les cas, l’âme est dite massive ou câblée. massive lorsqu’elle
est constituée par un conducteur unique et câblée lorsqu’elle est formée de
plusieurs brins assemblés.

Fil : Ensemble constitué par une même âme massive et de son enveloppe isolante.

Câble : Ensemble comportant plusieurs conducteurs mécaniquement solidaires et


généralement sous un des revêtements protecteurs (gaines, tresses, armures…).

Câble unipolaire : Il s’agit d’un conducteur revêtu d’une gaine.

Enveloppe isolante : Matière isolante entourant l’âme du conducteur et destinée


à assurer son isolation ;
Gaine : Tube continu dont sont munis certains conducteurs ou câbles en vue
d’assurer leur protection contre leurs dégradations.

Revêtement : Partie externe en matériaux appropriés, de certains conducteurs


ou câbles, en vue d’assurer leur protection.

Tension maxi de service : La tension la plus élevée pour laquelle le conducteur


est établi.
Dénomination des conducteurs :
Les dénominations des conducteurs et câbles sont composées d’un groupe de
symboles (lettres majuscules ou chiffres arabes) comprenant successivement :
- la lettre U ou H, indiquant que le conducteur fait l’objet d’une norme,
- les chiffres désignant en volts la tension nominale d’utilisation du
conducteur ;
- la lettre S si le conducteur ou câble est souple, l’absence de cette lettre
signifie que le conducteur est rigide ;
- la présence de la lettre (A) dans la dénomination montre que le conducteur
est en Aluminium ;
- l’absence de la lettre (A) signifie que le conducteur est en cuivre.

Système de dénomination U.T.E.

9
10

Tension Symbole
< 100 V 00
100 – 300 01
300 03
300 – 500 05
450 – 700 07
600 – 1000 1

Exemple : H07 RN – F

H : Harmonisé ; 07 (tension 450/750V)


R : Caoutchouc ; N : polychloroprène
F : âme souple

La gamme traditionnelle des conducteurs et câbles BT d’utilisation courante a


été modifiée et se trouve actualisée dans les catalogues de différents
fabricants de câbles (Exemple : câbles de Lyon, PIRELLI, etc.).
Les conducteurs U 500 DV et U 500VGV sont remplacés par les séries H07 V-R,
H07 V-U et H07 V-K , les U1000SC12N sont remplacés par les H07RN-F.

Fils et câbles actuellement en grande quantité sur le marché du Congo :

▫ ▫ ▫ ▫
Fils H 05 VV-F (1,5 ; 2,5 , 4 , 6 , etc.)
A 05 VV-F ; H 07 V-R ; H 07 V-K
U500 VGV, U1000R02V; U1000RVFV

Les fils et câbles utilisés en BT sont pour la plupart en Cuivre.


On notifie que les sections des conducteurs utilisées en BT sont :
Cuivre : 1,5mm²/2,5 /4 /6 /10/16/25/35/50/70/95/120/185/240/300mm²
Les mêmes sections existent en Aluminium à partir du 10 mm2.

NB : Les installations domestiques se réalisent généralement avec les sections


de : 1,5mm²/2,5 /4 /6 , les sections supérieures sont plus utilisées pour les
branchements SNE , les circuits spécifiques des grands travaux d’électricité.

Repérage des conducteurs par les couleurs :

Dans les installations électriques, le respect des couleurs des fils est une règle
de l’art qui permet le câblage aisé et le dépannage facile.

10
11

Les normes électriques de tous les pays imposent :


- Neutre : bleu clair
- Protection terre : bicolore vert/jaune
- Phases : les autres couleurs.

Les câbles les plus utilisés en BT (à retenir) :

- câble VGV (câblage des installations BT)


- câble RO2V, (câblage des installations BT)
- câble HFG, (les branchements aéro-souterrains ou souterrains)
- câble HGS (sorties BT des postes MT/BT par exemple)
- câble retylène, (souvent pour le branchement aérien des habitations)
- câble préassemblé (extension du réseau BT par exemple)
- câble coaxial (pour les antennes TV par exemple),
- câble cindex ( pour quelques rallonges domestiques par exemple))

12.2.2 Les conduits pour canalisations électriques

Les conduits (appelés aussi fourreaux) sont utilisés pour assurer le passage des
conducteurs dans les installations électriques. ; ils sont classés par rapport aux
qualités suivantes :
Résistance mécanique, isolement électrique, non propagation de la flamme,
résistance à la corrosion, étanchéité.
Les lettres :
M : métallique
I : Isolant
C : Cintrable (flexible)
B : Blindé
O : ordinaire
D : déformable

Les chiffres 5, 6, 7, 9 indiquent le degré de résistance mécanique.


A : si le conduit est résistant aux agents chimiques ;
P : si le conduit est non propagateur de la flamme ;
E : si le conduit est étanche.

Exemple de dénomination des conduits :

Tube IRO, ICO, MSB, MRB


Tube ICD
IRO: isolant rigide ordinaire

11
12

MSB : métallique souple blindé

En basse tension, et surtout dans le bâtiment, on utilise les conduits ( fourreaux)


des diamètres Ø9mm, Ø11, Ø13, Ø16, Ø25, Ø32 dont certains, sont connus
sous l’appellation de tube orange etc., et pour des grandes canalisations exigeant
de gros diamètres, on peut utiliser des matériaux en PVC (polychlorure de vinyle)
de divers diamètres : 63 mm, 75, 100, 110, 160 etc.

Chapitre 13

13. Calcul de la section des conducteurs

Une fois produite et transportée, l’énergie électrique doit être distribuée, elle
est enfin mise à la disposition des consommateurs à partir des câbles
électriques.
Le choix de la section des conducteurs, occupe une place importante dans le
dimensionnement des canalisations électriques. Plusieurs méthodes sont utilisées
pour le calcul des sections des conducteurs ; on peut citer :
- La détermination de la section du conducteur à partir de la chute de
tension (Su) ;
- La détermination de la section à partir de l’échauffement du câble (effet joule) →
Sj ;
- La détermination de la section à partir du courant de court-circuit (Scc) ;
- La détermination de la section du conducteur à partir des critères économiques
(Se).
On retiendra pour section S du conducteur, la section normalisée la plus proche
de la plus grande des sections Su, Sj, Scc .
On rappelle que les sections des conducteurs utilisées en BT sont :

Cuivre : 1,5mm²/2,5 /4 /6 10/16/25/35/50/70/95/120/185/240/300mm²


Les mêmes sections existent en Aluminium à partir du 10 mm2.

13.1 Détermination de la section à partir de la chute de tension ∆U

On note que la chute de tension admissible en BT est de 3% si l’installation est


branchée en un point du réseau BT loin du poste et de 5% si elle est branchée
directement du poste MT/BT. On a donc :
ΔU 3 ΔU 5
= dans le premier cas et = dans le second.
U 100 U 100

12
13

En courant continu, la résistance linéique (R) d’un conducteur est donnée en


fonction de la chute de tension comme suit :
ΔU ⎡ ⎛ t − 20 ⎞⎤
R= ⎢1 − 0,4⎜ ⎟⎥
2 LI ⎣ ⎝ 100 ⎠⎦
R : résistance linéique de l’âme en Ω/km à 20°C.
t : température de fonctionnement du câble en °C
L : longueur de la liaison en km
I : courant en (A)
∆U : chute de tension admissible en Volts

Connaissant la résistance linéique, on lit la section correspondante suivant


l’abaque (P 432 mémotech d’électrotechnique)

En courant alternatif :
ΔU ΔU
En Mono : Z= En Triphasé Z =
2 L.I 3L.I
Z: impédance du câble en Ω/km
∆U : chute de la tension admissible en volts
L : longueur de la section en km
I : courant à transporter en Ampères (A)

Connaissant (Z), on lit la section correspondante suivant l’abaque (P 432


mémotech d’électrotechnique)

13.2 Détermination de la section à partir de l’échauffement

Il s’agit d’abord de déterminer l’intensité admissible (Ia). Cette intensité se


déduit de l’intensité (I) transportée réellement en régime permanent par le
conducteur.
I
Ia =
Kt K r K n

- Kt : coefficient correcteur de température suivant la température du sol.


(Kt= 1 lorsque t= 20°C : température du sol).
- Kr : coefficient correcteur pour la résistance thermique du sol ;
- Kn : coefficient suivant le nombre de liaisons triphasées posées en nappe.

Une fois le calcul de Ia effectué, pour les liaisons posées dans le sol, on utilise
l’abaque (f13 de la P 436 mémotech d’électrotechnique).

Pour les conducteurs à l’air libre, on a :

13
14

I
Ia =
Kt K p K g

Si température ambiante t°= 30°C → Kt=1


- Kt est donné par le tableau de la (P 439 mémotech d’électrotechnique).
De manière générale, Kt : 0,5 ÷1,29
- Kp est le coefficient suivant le mode de pose du conducteur : Kp : 0,77 ÷ 1
- Kg : suivant le groupement des câbles (seul ou plusieurs câbles).
Kg : O,67 ÷ 1.
Pour les liaisons posées à l’air libre, on utilise l’abaque (P 437mémotech
d’électrotechnique) pour le choix de la section du câble.

13.3 Détermination de la section à partir du courant de court-circuit (Scc)

La section (Scc) dépend :


- de la température maximale admise en régime permanent et en fin de
court-circuit, suivant la nature de l’isolant qui entoure l’âme du
conducteur (P 442);
- de l’intensité transportée par rapport à l’intensité admissible (P442
mémotech d’électrotechnique)
- de la densité du courant admissible et de la durée du court-circuit ( P 443
mémotech d’électrotechnique).
I t
Scc = cc cc
I cc
Icc : courant de court-circuit présumé en (A)
tcc : durée du court-circuit en (Seconde)
Jcc : densité de courant admissible pendant le court-circuit

NB : Les valeurs des courants sont données au tableau (fig 6 de la P 429).


tcc est généralement fixé en rapport avec l’appareil de protection en début de
ligne. ( tcc en fraction de seconde).
Pour le cuivre Jcc ≃156 A/mm2 et Aluminium Jcc = 99,27 A/mm2
La section Scc peut aussi être calculée par la formule suivante :

I cc tcc
Scc =
α θ cc − θ
2
Scc : section recherchée en mm
Icc : courant de court-circuit présumé en (A)
tcc : durée du court-circuit en (S)
θcc : température à la fin du court-circuit en °C

14
15

θ : température au début du court-circuit en °C


α = 1 pour le cuivre
α = 7 pour l’Aluminium

13.4 Détermination de la section à partir des critères économiques

Il faut évaluer le coût total de l’investissement pour l’achat, la pose du câble, son
utilisation durant le nombre d’années en rapport avec la planification. En effet, le
câble continue à coûter de l’argent même après sa pose et sa mise en service : sa
résistance crée en permanence des pertes lors de son fonctionnement. On évalue
alors la section théorique qui minimiserait le coût global actualisé sur la durée
de vie du câble.
Dans certains cas, même si le câble coûte plus cher à l’achat, il est plus
économique à l’usage vue sa moindre résistance (donc moins de pertes). Sur
plusieurs années, le prix gagné sur les pertes peut compenser un plus gros
investissement de départ.

Le coût P peut s’écrire :


n.I .R ².h. A.C ⎛ L⎞
P = P0 + q x V + 3
avec R = ⎜ ρ ⎟
10 ⎝ S⎠
⎛ L ⎞ I ².h. A.C
P = P0 + qLS + n ⎜ ρ ⎟ 3
⎝ S ⎠ 10
q = constante : prix-section du câble
A = Amortissement

A=
(1 + t )N − 1 ce terme est donnée par les tables financières.
t (1 + t )
N

t= taux d’intérêt
N= nombre d’années
h= nombre d’heures d’utilisation/an
n= nombre de conducteurs actifs
c= coût du kwh dans le pays.
En supposant pour variable X = S, on a :
⎛ L ⎞ I ².h. A.C
P = P0 + qLS + n ⎜ ρ ⎟ 3
⎝ S ⎠ 10
2
∂P nρL hACI
Et la dérivée de P par rapport à S donne :
∂S
=0 = qL -
3 2
10 S
Le coût (P) passe donc par un minimum q tel que s est égal:

nρhAC
S= I
q10
3

15
16

ρcu = 17,241 Ωmm2/km à 20°C


ρAL= 28,264 Ωmm2/km à 20°C
C= prix du kWh dans le pays.
Exemple :
- Liaison 20kV-15MVA (430A),
- conditions de pose : dans le sol ( 20 °C),
- régime de fonctionnement : 5000 h/an en pleine charge,
- durée d’amortissement : N= 10 ans
- taux d’actualisation : t=10%
- Prix de l’énergie : C= 49,08 FCFA /kWh
- type de câble retenu : câble unipolaire, aluminium à isolation au PRC, tension
spécifiée 12/20kV admettent une température maximale de l’âme en régime
permanent de 90 °C.

Résultats : la section économique


Le terme A= 6,14
D’où Se =525 mm2
La section normalisée la plus proche est 500mm2.

13.5 Détermination de la section du conducteur en cas de court-circuit

Il s’agit de la détermination de la section du conducteur nécessaire pour


l’échauffement en cas de court-circuit. En cas de court-circuit, les câbles
doivent transporter une intensité beaucoup plus élevée que leur capacité de
transport en régime permanent. La durée de passage de cette intensité
correspondant au temps nécessaire à la coupure des dispositifs de protection du
réseau est cependant très courte et ne dépasse pas quelques secondes au
maximum.

La section à retenir est donc la valeur normalisée immédiatement supérieure à :

I cc
S=
J
Icc : l’intensité de court-circuit à transporter en (A)
J : la densité de courant admissible du matériau en A/mm2
On prend t=1s pour durée maximale des court -circuits.

Une bonne approximation de la section du conducteur est aussi obtenue par la


formule ci-après ( P 106 Catalogue - SILEC France) :

I cc t
S=
K θf − θi

16
17

Cu → K = 11 , t= 1s , θf= temps final , θi= temps initial


AL → K = 7
Exemple: câble ALU
- température initiale: θi= 90°C
- température admise en fin de court-circuit : θf= 250°C
- soit t= 2s la durée du court-circuit, on a Icc = 4 KA

I cc t
S=
K θf − θi
4000 2
= = 64mm²
7 160

S = 64 mm2 → S = 70mm2

Calcul de la section des conducteurs:

Pour t < 5s:


Pour une durée ≤ 5s, la section minimale est :
I t
S ≥K
θf + β
Log θi+ β

I : valeur du courant de défaut phase/terre (A)


S : section, en mm2
t: durée du courant de défaut en (s)
k: constante à 20°C qui dépend du matériau
θi : température initiale en °C dans les conditions ambiantes
θf : température maximale admissible en °C après l’écoulement de défaut.

Cuivre β= 234,5 °C
k= 226 A S /mm2 → S= secondes

ALU β = 228°C
K= 148 AS+1/2/mm2

Almélec β = 258
k = 149

Matériaux θinitiale θfinale


Cuivre 30°C 300
ALU 30°C 170

17
18

13.6 Calcul de la section des conducteurs par la méthode classique

Les densités de courant admissibles en régime nominal pour le cuivre et


l’aluminium sont approximativement JCU = 5A/mm2 et JAL = 3A/mm2 .
Connaissant l’intensité du courant devant traverser le conducteur, on déduit
aisément sa section minimale :
I
S=
J

13.7 Sections des conducteurs utilisées en BT

Par phase pour conducteurs en cuivre :

Intensité du Section
courant en A indicative du
conducteur en
mm2
0 à 5A 1,5 mm2
5 à 10A 2,5 mm2
10 à 20 A 4 mm2
20 à 25 A 6 mm2
25 à 32 A 10 mm2
32 à 40 A 16 mm2
40 à 70 A 25 mm2
70 à 100 A 35 mm2
100 à 125A 50 mm2
125 à 160 A 70 mm2
180 à 200 A 95 mm2
200 à 250 A 120 mm2
250 à 320 A 185 mm2
320 à 400A 300 mm2
400à 500 A 2x150 mm2
500 à 630 A 2x185 mm2
630 à 800A 3x185 mm2
800 à 1000A 3x240 mm2
1000 à 1250 A 3x300 mm2

18
19

Abaques :

n°1 : Abaque pour le choix d'un câble basse tension 220 volts avec un cosφ de 1,
conducteurs en cuivre. Les longueurs sont exprimées en mètres, avec une chute
de tension compatible de 3%.

Puissance Intensité Section en mm²


en KW en A 1,5 2,5 4 6 10 16 25 35 50 70 95 120 150 185 240
0,5 2,3 100 165 265 395
1 4,6 50 84 135 200 335 530
1,5 6,8 33 57 90 130 225 355 565
2 9 25 43 68 100 170 265 430 595
2,5 11,5 20 34 54 80 135 210 340 470 630
3 13,5 17 29 45 66 110 180 285 395 520
3,5 16 14 24 39 56 96 155 245 335 450
4 18 21 34 49 84 135 210 295 395 580
4,5 20 19 30 44 75 120 190 260 350 515
5 23 27 39 68 105 170 235 315 460 630
6 27 23 32 56 90 140 195 260 385 530
7 32 28 48 76 120 170 225 330 460 570
8 36 42 67 105 145 195 290 400 500 620
9 41 38 60 94 130 175 255 355 440 550
10 45 34 54 84 120 155 230 320 400 495 615
12 55 45 70 98 130 190 265 330 410 510
14 64 38 60 84 110 165 230 285 350 435 560
16 73 53 74 99 145 200 250 305 380 500
18 82 47 65 88 125 175 220 270 340 440
20 91 59 79 115 160 200 245 310 400
25 114 64 98 130 150 195 245 315
30 136 77 105 135 165 205 265
35 159 Limite d'échauffement 90 115 140 175 225
40 182 80 100 125 155 200
45 205 89 110 135 175
50 227 98 120 160
60 273 100 140
70 318 115

19
20

n°2 : Abaque pour le choix d'un câble basse tension 380 volts triphasé avec un
cosφ de 0,8 conducteurs en cuivre. Les longueurs sont exprimées en mètres, avec
une chute de tension compatible de 5%.

Puissance Intensité Section en mm²


en KW en A 1,5 2,5 4 6 10 16 25 35 50 70 95 120 150 185 240
2,5 5 190 325 510 745
3 6 160 270 420 620
3,5 7 135 230 365 540 895
4 8 120 200 320 470 785
4,5 9 105 180 285 420 700
5 10 96 165 255 375 630 970
6 12 79 135 210 315 525 810
7 14 68 115 180 270 455 700
8 16 60 105 160 240 400 610 940
9 18 51 92 145 215 355 550 850
10 19 84 130 190 320 500 780
12 23 69 110 160 265 415 640 880
14 27 94 140 230 355 550 750
16 31 81 120 200 315 485 655 860
18 35 110 180 280 430 580 770
20 38 98 160 255 390 520 690
25 48 130 205 315 420 555 760
30 57 170 260 355 465 640 840
35 67 145 225 300 400 550 730
40 76 195 260 350 480 640 745
45 86 175 235 310 430 565 670 770
50 95 160 215 285 385 510 600 695
60 114 180 235 320 420 500 580 680
70 133 Limite d'échauffement 200 275 365 430 495 580
80 152 240 315 375 430 510 600
90 171 215 280 355 385 445 535
100 150 250 300 350 405 480
120 228 250 290 340 400
140 266 250 290 345
160 304 255 300

180 342 265

20
21

Chapitre 14

14. Eclairage Public

14.1 But de l’éclairage public

L’éclairage public doit permettre aux usagers de la voie publique de circuler de


nuit avec une sécurité et un confort aussi élevé que possible.
Il s’agit de rendre aisé pour l’automobiliste la perception et la localisation des
points singuliers de la route et des obstacles éventuels.
Pour le piéton, il s’agit d’assurer la visibilité distincte des bordures de trottoirs,
des véhicules et des obstacles afin d’éviter les zones d’ombre.
L’éclairage public doit assurer une bonne visibilité qui dépendra :
- du contraste entre l’objet à visualiser et le fond (notion de luminance),
- de l’éblouissement dont l’inconfort doit être réduit au strict minimum,
la perception des obstacles se faisant par effet silhouette.
L’effet de l’éclairage public sur la sécurité des personnes sur la voie publique a
fait l’objet de nombreuses recherches pour tenter des estimations chiffrées.
Ces recherches concernent :
- l’effet de l’éclairage sur la diminution du nombre d’accidents de
circulation,
- l’effet de l’éclairage sur la diminution des agressions et effractions,
Une étude menée par les services de police, a montré que sur 100 agressions de
nuit, 80 ont lieu là où l’éclairement est insuffisant ou inexistant (2005).

14.2 Grandeurs et unités photométriques

(Pour plus de détails, voir cours de technologie générale 1ère année)

La densité du flux lumineux tombant sur une surface est désignée sous le nom
d’éclairement (E).
Δφ
(E) s’exprime en lux ; E=
ΔS
Ordre de grandeur de quelques éclairements:
- Terrain vide à midi par temps clair : 100.000 lux
- Dans une rue par beau temps : 10 000 à 20.000 lux
- Aube et crépuscule : 500 lux
- Pleine lune sans nuages : 0,25 lux
- Bureau avec très bon éclairage : 800 lux

D’après les normes, des grandeurs sont recommandées lors des projets
d’éclairage.

21
22

Exemple des recommandations :


Salles de bains : 100 lux
(Miroirs) : 500 lux
Salle de lecture : 300 lux
Bibliothèques : 300 lux
Tables de dessin : 500 lux
Eclairage public : 500 lux

Le niveau d’éclairement est mesuré avec un appareil dénommé : luxmètre.

14.3 Le matériel d’éclairage public

a) Le luminaire

C’est un ensemble mécanique, optique et électrique qui comprend une ou plusieurs


lampes, et qui doit répondre aux objectifs suivants :
- distribuer le flux lumineux en assurant aux lampes, conservation des
caractéristiques et la durée de vie ;
- contrôler le flux en évitant toute gêne d’éblouissement ;
- avoir des qualités électriques tenant compte du milieu où l’appareil est
installé,
- protéger les lampes et dispositions électriques contre les intempéries,
- permettre facilement le remplacement et le réglage des lampes,
- esthétique
On distingue :
- les luminaires décoratifs selon leur destination ;
- les luminaires pour espaces résidentiels ;
- les luminaires destinés aux ponts et tunnels,
- les projecteurs réservés aux grands espaces etc.

b) Les candélabres

La fixation des luminaires peut être assurée par divers moyens. Il peut être
adapté à une console fixée sur un immeuble. La manière privilégiée consiste à
utiliser des candélabres.
Un candélabre qui peut supporter un ou plusieurs luminaires se compose en
général de plusieurs parties :

- le fût :
Partie d’un candélabre dans laquelle est disposé un portillon d’accès à un bloc
à bornes, muni de fusibles et assurant le lien entre le réseau de distribution

22
23

et l’alimentation propre du luminaire. Sur le fût doit être également disposée


une borne pour permettre la mise à la terre du lampadaire.

- La plaque d’appui :
Cette plaque assure la liaison entre le massif de fondation et le fût. Le lien entre
le fût et la plaque doit faire l’objet d’une attention particulière.

- La crosse :
Elle assure le déport du luminaire au dessus de la chaussée.

- Différents types de Candélabres :


Les candélabres sont en en acier, en alliages d’aluminium, etc.
Fig
On trouve aussi des candélabres en béton dont l’avantage est l’absence
d’entretien mais qui ont l’inconvénient d’être lourds et pas toujours esthétiques.
D’autres matériaux sont utilisés dans des cas particuliers : fonte, bois lamellé
collé, etc.
La solution la plus économique souvent utilisé en domaine rural consiste à fixer
les consoles sur des supports de distribution d’énergie électrique. Des règles
particulières sont alors à observer et l’accord préalable du distributeur est
indispensable ; il sera en ce moment question pour la distribution BT d’utiliser un
câble préassemblé à plusieurs conducteurs, comportant ceux de la distribution
elle-même et ceux de l’éclairage public.

14.4 Circuits électriques

Les réseaux d’éclairage public peuvent être réalisés selon différents systèmes :
- en basse tension par un réseau aérien ou souterrain, indépendant ou
commun au réseau de distribution public.
- En moyenne tension sous 3,2kV ou 5,5kV à partir de transformateurs
placés au pied de certains candélabres.

a) En moyenne tension :

L’alimentation d’une installation d’éclairage public par un réseau moyenne tension


nécessite la construction d’un poste d’abonné moyenne tension 20kV/3,2 ou 5,5
kV, soumis à l’accord du distributeur.
Le poste comprendra en particulier un transformateur privé ainsi qu’une
installation de comptage de l’énergie.

Critères de choix d’une alimentation MT :

23
24

Ces critères sont essentiellement économiques, à titre indicatif on peut estimer


qu’elle devient intéressant si la section des câbles des départs BT dépasse
25 mm2 en BT , que la puissance appelée est supérieure à 60 kVA et qu’il n’y a
pas de réseau de distribution publique dans la zone.
Dans ces conditions, la solution MT est en général plus économique
- grâce à des sections de câbles plus réduites,
- grâce à l’existence d’un point de fourniture unique MT.

Elle permet l’alimentation de fortes puissances sur des distances allant jusqu’à
10 km en 5,5 kV et 3 km en 3,2 kV. C’est pourquoi, on rencontre de telles
installations sur les grandes voies de circulation, sur les échangeurs, sur les
grands parkings.

Caractéristiques d’un réseau d’éclairage MT :

Le réseau est constitué par :


- des câbles MT,
- des transformateurs abaisseurs,
- des câbles BT alimentant un ou plusieurs candélabres,
- un réseau de terre

les transformateurs , installés dans les fosses facilement accessibles ont des
puissances de 0,4 kVA à 50 kVA et seront utilisés à 80% de leur puissance
nominale.
Ils seront munis de prises de réglage ( +2,5%, +5%,+7,5%, +10%) permettant
l’adaptation de la tension réseau à la tension d’alimentation nominale des lampes.

b) En Basse tension :

Sauf dans le cas où la puissance de l’installation ou l’association avec d’autres


charges justifie un poste de transformation, l’alimentation se fera à partir d’une
armoire de livraison privée spécialisée, installée de préférence à proximité d’un
poste de distribution publique.
C’est le cas le plus courant dans les pays en développement.
Pour éviter des circuits parfois trop longs qui occasionnent des chutes de tension
(cas des avenues ou rues trop longues) , des départs issus des postes de
distribution différents (postes MT/BT qui se trouvent non loin de l’axe routier à
éclairer) sont parfois nécessaires pour éclairer une même avenue comme le
montre la figure ci après :

24
25

(Ln)

(L3)
(L2)
(L1)
(Poste 2)

(Poste 1)

Ici, deux départs issus des postes différents pour éclairer une même avenue.

Fig éclairage public avec deux départs

L1, L2,.., Ln, désignent les lampadaires.


Au départ du poste, une armoire électrique à commande automatique (ou
télécommandée) permet d’alimenter le circuit d’éclairage public aux heures
prévues (18h – 6h par exemple).
La commande automatique est généralement à base des horloges et parfois à
cellules photoélectrique ou à interrupteur crépusculaire etc.
Dans les pays développés, l’éclairage public peut déjà être piloté par la
télécommande depuis une centrale de commande.
La télécommande aujourd’hui est basée sur l’incorporation des techniques GSM
dans les armoires de commande.
D’une manière générale, l’armoire de commande comprend :
- les appareils de comptage,
- une protection générale,
- l’appareillage de commande,
- les protections des différents départs.

Mise en œuvre :
Les réseaux d’éclairage public peuvent être de différentes natures :
- souterrains : ils sont alors spécialisés ;
- aériens sur supports communs au réseau de distribution BT, mais
électriquement séparés.

En aérien :

25
26

Dans la plupart des cas, le recours à ce mode de distribution trouve sa


justification dans l’utilisation de supports communs à ceux du réseau BT.
Il est nécessaire de s’assurer que les espacements des supports sont
compatibles avec les règles photométriques relatives à l’éclairage public.
Certains câbles préassemblés (neutre porteur) de distribution BT comportent
des conducteurs pour distribution d’abonnés et en même temps des conducteurs
pour éclairage public.

Exemple : Câble préassemblé 4x70mm2 + 4x25mm2.


Les conducteurs 4x70□ servent à alimenter la clientèle BT, tandis que les 4x25□
pour l’éclairage public.

En souterrain :
Les câbles armés souterrains de type U1000RVFV sont généralement posés :
- 0,70m sous trottoir ;
- 1m sous chaussée ;
- éventuellement sous fourreau ;
- avec un dispositif avertisseur.

La section des conducteurs est liée à la valeur nominale des dispositifs de


protection. Mais elle doit aussi être telle que la tension aux bornes des lampes
reste compatible avec de bonnes conditions de fonctionnement.
On déterminera donc les conducteurs de manière à éviter des chutes de tension
supérieures à 5%, puis l’on vérifiera si les valeurs obtenues sont compatibles
avec le bon fonctionnement des protections.
Le calcul se fait en régime stabilisé, en tenant compte du facteur de puissance
et du rendement lié au ballast (cf. catalogue fabricant).

On utilise souvent des câbles 4x6□ et du 4x10□ Cuivre.

On posera dans la même tranchée, un conducteur cuivre nu d’au moins 25□ pour la
mise à la terre des candélabres.

Figures
Règle de sécurité

Les armoires ainsi que les portillons d’accès des candélabres, doivent être
fermés à clé ou à l’aide d’un outil spécial, pour préserver les passants, des
contacts directs des organes sous tension.

Surintensités :

26
27

La norme Française C 17-200 impose la prospection des canalisations contre les


surcharges et courts-circuits de manière à éviter tout échauffement nuisible à
l’isolation des conducteurs et à leur environnement.
Cette protection sera assurée soit par les fusibles, soit par des disjoncteurs.

14.5 Budget d’exploitation et d’entretien de l’éclairage

Les dépenses d’exploitation et d’entretien de l’éclairage comprennent notamment


les frais :
- des tournées de vérification de l’allumage et de l’extinction des feux combinées
avec celles de la détection des défauts électriques et mécaniques et des dégâts
éventuels par accident et vandalisme,
- de dépistage et de remplacement des lampes mortes et à faible flux résiduel,
- de nettoyage,
- d’entretien mécanique et électriques des foyers et du réseau englobant les
tableaux et armoires d’éclairage, l’appareillage de télécommande, l’appareillage
auxiliaire, des transformateurs, etc.
- de peinture périodique,
- de consommation de courant.
Il apparaît très difficile de donner des indications précises sur les dépenses
annuelles d’entretien, qui peuvent varier dans des proportions considérables
d’une ville à l’autre et d’un pays à l’autre, en raison de l’inégalité des climats et
surtout de la disparité des méthodes pratiquées pour l’entretien des
installations.
En réalité, c’est par comparaison avec les frais annuels d’exploitation d’une
installation déjà en service, qu’on pourra se faire une idée de l’importance du
budget à prévoir pour l’installation projetée.
On n’oubliera pas, bien entendu, de prévoir les charges financières résultant
d’emprunts éventuels.
Pour des calculs économiques, prendre comme base de calcul, les durées
d’amortissements suivants :

- Câbles 30 ans
- Supports (candélabres, consoles,) 20 à 30 ans
- Transformateurs 20 ans
- Luminaires 10 ans
- Appareillage auxiliaire 10 ans
- Appareillage électrique 10 à 15 ans

27
28

A titre indicatif, on peut admettre que les durées moyennes d’utilisation des
lampes, dans des conditions normales d’exploitation, sont approximativement les
suivantes :
1. Lampes à incandescence 1000 heures
2. Lampes à incandescence aux halogènes 2000 heures
3. Lampes aux halogènes 4000 heurs
4. Lampes à lumière mixte 4500 heures
5. Lampes à ballon fluorescent 8000 à 12 000 heures
6. Lampes fluorescentes tubulaires 8 000 heures
7. Lampes à vapeur de sodium basse pression 8 000 heures
8. Lampes à vapeur de sodium haute pression 8000 à 12 000 heures

Chapitre 15

15. Le Groupe électrogène

15.1 Introduction

Le groupe électrogène est un dispositif autonome capable de produire de


l’électricité.
La plupart des groupes électrogènes sont constitués d’un moteur thermique qui
entraîne un alternateur.
Le moteur thermique transforme l’énergie du carburant en énergie mécanique,
puis l’énergie mécanique en énergie électrique à travers l’alternateur qui est
entraîné par ce moteur thermique.
Les GE fonctionnent à partir des carburants dont les plus fréquents sont :
l’essence, le gazole, le gaz naturel, le GPL, les biocarburants et pour les plus
puissants, le fioul lourd.
Le GE permet :
- de fournir l’énergie aux stations ne pouvant être alimentées par le
réseau public (sites isolés) ;
- à se substituer au secteur en cas de défaillance de celui-ci.
Utilisation des GE : Industries, hôpitaux, centres informatiques, etc.

Détails des deux ensembles principaux :


- une partie mécanique formée du moteur thermique ;
- une partie électrique formée d’un alternateur.

28
29

On appelle moteur thermique une machine qui reçoit de l’énergie sous forme de
chaleur et qui la restitue sous forme de travail mécanique. La transformation en
chaleur se produisant à l’intérieur même du moteur, sous appelons celui-ci :
moteur thermique à combustion interne.

Fig. Un groupe électrogène de grande puissance

Le groupe électrogène se compose essentiellement des parties suivantes :


- D’un moteur thermique avec son tableau de commande et des accessoires
permettant d’en contrôler le fonctionnement.
La partie moteur thermique est commune à tous les moteurs (véhicules,
tracteurs, etc.)
- D’un alternateur avec son dispositif d’excitation et de régulation,
- D’une armoire d’appareillage électrique de commande et de contrôle,
- D’un châssis commun et de son habillage adapté aux conditions d’emploi.
Le moteur thermique pour la gamme de puissances correspondante aux besoins
de l’électrification rurale ou de secours des grandes installations électriques est
souvent un moteur Diesel car celui ci permet de produire des puissances plus
élevées que les moteurs à essence.
Le groupe électrogène est tout simplement, un moteur thermique, couplé à un
alternateur pour la production de l’énergie électrique.
Dans le cas des véhicules, le moteur thermique est couplé à une boîte de vitesse
qui provoque le mouvement des roues à travers les transmissions et donc le
déplacement du véhicule alors qu’ ici, le moteur thermique est tout simplement
couplé à un alternateur pour la production du courant électrique.

29
30

Schéma de principe du fonctionnement d’un groupe électrogène :

Oxygène

Combustion Energie
Carburant (Energie Mécanique sur Alternateur
thermique) l’arbre du moteur

Electricité

Fig : Circuit de principe de fonctionnement du groupe électrogène

15.2 Généralités sur le moteur thermique

Moteurs thermiques à combustion interne.


Dans cette gamme, il y a deux grandes familles de moteurs : les moteurs à
explosion (dits moteurs à essence) ; et les moteurs Diesel (dits moteurs à gas-
oil).

a- Les moteurs à Essence

La combustion de l’essence est amorcée par l’étincelle d’une bougie, ils possèdent
un système d’allumage commandé ; le mélange d’air et d ‘essence pouvant se faire,
soit par le carburateur ou par injection.
Le moteur à essence se distingue à vue d’œil par la présence des bougies à
l’opposé du moteur Diesel qui n’en possède pas.

b- Les moteurs Diesel

Diesel provient du nom de leur inventeur, l’ingénieur allemand Rudolf Diesel


(1858 – 1913).
La combustion est déclenchée par l’injection de gasoil sous pression dans l’air
fortement comprimé, il se produit alors une auto inflammation ; ce qui signifie
que le mélange s’enflamme spontanément. Le moteur Diesel se distingue à vue
d’œil, par l’absence des bougies et du carburateur.

30
31

Fig. Un moteur thermique

L’air d’admission est comprimé à une pression élevée d’environ pouvant atteindre
40 bars, en fin de compression, on obtient dans la chambre de combustion une
température d’auto inflammation du combustible utilisé pouvant atteindre 500°C
à 600°C.
Le combustible (gasoil) est pulvérisé finement avec une pression pouvant
atteindre 250 bars par les injecteurs. La combustion a lieu instantanément, elle
entraîne une augmentation de la température, celle-ci provoque à son tour une
brusque augmentation de la pression, ce qui entraîne le déplacement du piston
vers le bas (détente), en fin de détente les gaz brûles sont évacués vers
l’extérieur.

c- Cycle de fonctionnement

Le cycle de fonctionnement des moteurs à combustion interne, comporte 4


phases ou temps :
Première phase : Admission : c’est la phase d’aspiration d’air ou du mélange air +
carburant : la soupape d’admission est ouverte tant disque la soupape
d’échappement est fermée, le piston descend du point mort haut (PMH) au point
mort bas (PMB) et provoque l’aspiration de l’air à la pression atmosphérique.

Deuxième phase : Compression : il s’agit de la compression de l’air ou du mélange :


Les soupapes se ferment le piston remonte en comprimant l’air, la pression
augmente ce qui entraîne une augmentation de la température. En fin de
compression la température peut atteindre l’ordre de 400° à 600° pour une
pression de l’ordre de 40 bars.

Troisième phase : Inflammation et détente : inflammation rapide, provoquant la


détente du gaz (temps moteur) :

31
32

Les soupapes demeurent fermées, le combustible est pulvérisé dans la chambre


de combustion. La combustion à lieu instantanément, la température augmente la
pression aussi, le piston est refoulé vers le bas ; c’est le temps moteur.

Quatrième phase : Echappement : évacuation des gaz brûlés.


La soupape d’échappement s’ouvre, le piston remonte et évacue les gaz brûlés.

15.3 L’alternateur

Un alternateur ou générateur synchrone triphasé est un convertisseur


électromécanique qui transforme l’énergie mécanique fournie par un moteur
diesel ou une turbine en énergie électrique monophasé ou triphasé.

L’alternateur est constitué essentiellement de deux grandes parties :


-la carcasse qui porte un bobinage fixe appelé stator ;
-un bobinage mobile appelé rotor ;
Le bobinage mobile (rotor) est alimenté en courant continu, il est le siège d’un
flux magnétique dont la variation donne naissance à une tension alternative au
bobinage fixe (stator).

15.3.1 Le stator

C’est la partie fixe de la machine. Le stator de l’alternateur est constitué de


tôles magnétiques à faibles pertes, assemblées sous pression.
Les bobines statoriques sont insérées et calées dans les encoches, puis
imprégnées et polymérisées pour assurer une résistance maximum aux
moisissures, une rigidité diélectrique excellente et une parfaite qualité de
liaison mécanique.

15.3.2 Le rotor

C’est la partie tournante de la machine. Il peut être en aimant permanent ou en


électroaimant dont les pôles sont alternativement nord et sud, ces enroulements
sont alimentés en courant continu.
Le rotor est constitué d’un arbre sur lequel sont fixés les noyaux bipolaires qui
portent les bobines inductrices. L’arbre et les noyaux bipolaires canalisent le
champ produit par les bobines inductrices, ils sont fabriqués à l’aide des
matériaux ferromagnétiques.
Le rotor constitue un système multipolaire, comme il canalise le champ on
l’appelle circuit magnétique tournant.

32
33

15.3.3 Principe de fonctionnement d’un alternateur.

Le rotor est entraîné dans la rotation par un mécanisme extérieur.


Dès qu’on fait passer le courant continu dans la bobine, il se crée un champ
tournant continu qui coupe la bobine du stator où il se produit une force
électromotrice (f.e.m.).
La force électromotrice induite est alternative car le flux varie du fait de
l’alternance des pôles nord et sud du rotor en rotation devant la bobine du
stator. Le rotor comporte (p) paires de pôles et tourne à n (tr/s) alors, la
fréquence de la force électromotrice induite dans les bobines statoriques
est f = p.n (tr/s).

15.3.4 Principales caractéristiques de l’alternateur

Les principales caractéristiques de l’alternateur sont:

- La Marque
LISTER, LEROY SOMER ou autres, etc.

- La Puissance apparente
La puissance apparente de l’alternateur

- La vitesse de rotation en ( tr/mn )

- La Nature de la Tension de sortie et du Courant


La tension alternative 220 ou 380V.

- La Régulation de la tension
Souvent de l’ordre de ±5% pour la tension et de ±1% pour la fréquence.

15.4 Analyse fonctionnelle du moteur thermique

La fonction du moteur thermique est assurée par l’association de plusieurs


systèmes fonctionnels ci-après :
Le circuit de carburation , Le circuit d’allumage, le circuit air, Le circuit de
lubrification , le circuit de charge (batterie), le circuit de refroidissement.

15.5 Etude des différents circuits

15.5.1 Le circuit de carburation + air

33
34

Il assure l’alimentation et la préparation du mélange carburé suivant le schéma


de principe qui suit.
Pour brûler 1 litre d’essence par exemple, il faut près de 9000 litres d’air dans
certains moteurs à essence. En même temps que le carburant doit arriver dans la
chambre de combustion, il faut en même temps, une grande quantité d’air.
Une pompe à essence ou à gazole aspire le carburant du réservoir, la carburant
passe à travers un filtre à essence ou à gazole, avant d’atteindre le carburateur
ou les injecteurs, puis les chambres de combustion.
La quantité d’air qui va dans les chambres de combustion passe avant tout par le
filtre à air, qui doit retenir les impuretés (poussière, etc.) comme le montre le
schéma ci-après :

Réservoir Pompe à essence Filtre à essence

Air Filtre à air Carburateur

Réglage

Fig29 : Circuit de carburation + air


Chambre de
combustion

Dans le cas du moteur Diesel, le carburateur est remplacé par la pompe


d’injection.

15.5.2 Le circuit de lubrification

Des huiles sont employées pour la lubrification des moteurs.


Ces huiles sont telles que leur viscosité augmente avec la température.
But : Réduire les frottements et évacuer le maximum de chaleur ; préserver les
pièces du moteur (bielles, manivelles, etc.) de l’usure et de la corrosion.
La pompe à huile aspire l’huile dans le carter inférieur et la dirige sous pression (
près de 3bars à 3000 tr/mn) à travers les canalisations vers les éléments à
lubrifier. Les moteurs à essence et les moteurs Diesel n’utilisent pas les mêmes
huiles moteur.
Généralement, l’huile 40W pour les moteurs à essence et 40W pour les moteurs
Diesel .
Pour certains grands moteurs, le carter peut contenir jusqu’à 150 l, voir 200 l
d’huile moteur.
Il assure la lubrification des organes internes du moteur.
L’huile est stockée dans le carter du moteur.

34
35

Le schéma suivant explique le principe :

Pompe à huile
Carter d’huile Filtre huile

Lubrification
moteur

Fig. Circuit de lubrification

15.5.3 Le circuit de refroidissement

Il assure le refroidissement du moteur, assure la limitation des températures


auxquelles sont soumises les pièces et la culasse (c’est à dire le moteur).
Il sert à maintenir une température de fonctionnement aux environs de 120°C à
la culasse, afin :
- d’éviter une dilation exagérée, car sans refroidissement, la
température du moteur peut atteindre des températures de l’ordre
de 800°C à 900°C ;
- de conserver les propriétés lubrifiantes de l’huile ;
- d’assurer une bonne carburation et combustion.

Il est prévu un liquide spécial de refroidissement (mais les africains utilisent de


l’eau à cause de la pauvreté).
Ce liquide est ensuite refroidi dans le radiateur après avoir absorbé la chaleur
dégagée par le moteur.
Le circuit comporte les parties suivantes : pompe à eau, radiateur, ventilateur,
chambres d’eau, courroie d’entraînement du ventilateur, etc.

Chambres d’eau Pompe à eau

Radiateur Moteur

Fig: Circuit de lubrification

35
36

Radiateur : Permet le refroidissement du liquide de refroidissement (ou eau) ;


Pompe à eau : Elle effectue le brassage de l’eau et augmente la vitesse.
Certaines pompes à eau sont entraînées par courroies.
Ventilateur : Assure le passage d’une très grande quantité d’air à travers le
radiateur pour refroidir l’eau et les organes annexes (alternateur, pompe à
essence, carburateur, etc.).
NB : L’utilisation de l’eau au lieu du liquide prévu dans le circuit de
refroidissement va vite entraîner la corrosion et très souvent la destruction
rapide du radiateur.

15.5.4 Circuit d’allumage

Pour les moteurs à essence ce circuit part de la batterie pour alimenter le


démarreur et provoquer les étincelles aux bougies.
Pour les moteurs Diesel, il part de la batterie pour actionner le démarreur .
Il assure l’inflammation du mélange carburé .
Il est remplacé par le système d’injection pour les moteurs Diesel où le gazole
est injecté sous pression dans les chambres de combustion .
Transforme l’énergie électrique de la batterie, en énergie calorifique aux
électrodes des bougies, et celles-ci à un instant bien précis du cycle de
fonctionnement des cylindres. Le système doit pouvoir fournir une tension de
12.000 V) 20.000 V (8 kV en moyenne).

Batterie Contact
Marche / arrêt

Vis Platiné
Energie
calorifique dans
la chambre de
combustion Bobine
d’allumage

Bougies
Delco
distributeur
Fig : Circuit d’allumage

Aujourd’hui, vis platinée + bobine d’allumage, sont remplacées par l’allumage


électronique.
Dans les nouveaux moteurs à essence, il n’y a plus de vis platinée.

36
37

15.5.5 Le circuit de la charge des batteries

Assure l’autonomie du système d’allumage et l’alimentation électrique des


accessoires. Recharge automatiquement la batterie à travers le régulateur de
charge incorporé.

Le courant produit par l’alternateur, permet la charge automatique des


batteries. L’alternateur est couplé à l’arbre moteur, soit par courroie, soit par un
accouplement direct.

15.5.6 Le circuit air

Approvisionne le moteur en air pour provoquer la combustion du carburant.

Air Filtre à air carburateur Chambre de combustion

Fig : Circuit air

15.6 Moteur Diesel : Injecteurs et Pompes d’injection.

Le circuit d’alimentation en combustible a pour pièces maîtresses la pompe


d’injection et les injecteurs.
Le moteur Diesel n’a ni bougies, ni carburateur.
Le circuit d’alimentation en combustible :

37
38

Fig.: Circuit basse et haute pression d’alimentation en carburant

38
39

Avantages du moteur Diesel :

Carburant moins cher, très grandes puissances développées, longue durée de vie
car moins de pannes au départ.

Inconvénients :

Moteur vendu très cher, les injecteurs et la pompe d’injection vendus également
chers.

15.7 Armoire de commande du groupe électrogène

15.7.1 Démarrage du GE

On distingue des GE à démarrage manuel et d’autres à démarrage automatique


dès l’absence du secteur. Cette automatisation peut être pilotée par une unité
logée dans son armoire de commande.

15.7.2 Rôle de l’armoire de commande

L’armoire de commande sert d’interface entre l’alternateur et l’inverseur


normal secours. Son rôle est de :
- surveiller la tension secteur et donner l’ordre de démarrage au GE, en
cas de défaillance de ce dernier ;
- permettre le choix du mode de fonctionnement : manuel, automatique,
essais ou arrêt ;
- permettre l’arrêt d’urgence du GE en cas de force majeur ;
- surveiller le fonctionnement du GE et de ses accessoires, et indiquer
leur état de marche à l’aide :
* d’appareils indicateurs (pression d’huile, température d’huile, tension
alternateur, refroidissement,…)
* par l’intermédiaire des dispositifs de signalisation visuelle (voyants)
ou sonores (alarmes, klaxons) ;

- indiquer les paramètres de fonctionnement, du secteur ou du groupe


électrogène.
- protéger les équipements

15.7.3 Inverseur normal/ secours

39
40

L’installation d’un groupe électrogène exige un inverseur automatique ou manuel,


monophasé ou triphasé selon les cas, pour la sélection de la source d’alimentation
(source normale ou de secours).
Un inverseur est un équipement qui possède deux entrées qui correspondent à
deux sources d’énergie distinctes et une sortie pour alimenter la charge.
L’inverseur est doté d’un verrouillage mécanique tel que l’appareil ne peut faire
passer au choix, que le courant venant d’une seule source avec impossibilité de la
simultanéité sur les deux sources.

SNE GE

Disjoncteur

Fig : Inverseur N/S

40
41

Fi

Fig. : Un exemple d’installation des inverseurs

15.7.4 Principaux équipements constituant l’armoire

Pour assurer ses fonctions, l’armoire de commande peut comprendre


l’appareillage et les dispositifs suivants :
- appareillage de commande qui comprend :
Un commutateur de choix du mode de fonctionnement (CMS), marche/arrêt,
marche/arrêt débit GE, arrêt d’urgence, …

- appareillage de mesure qui comprend :


Voltmètre, ampèremètre, fréquencemètre, watt mètre, les indicateurs de
pression et de température ;

- dispositifs de signalisation qui comprend :


Voyants et klaxons ;

- dispositifs de protection qui comprend :


Relais thermique, disjoncteur différentiel, fusible, etc.…

41
42

15.7.5 Fonctionnement du commutateur de choix du mode de fonctionnement


(cms)

Le fonctionnement du CMS s’effectue de la manière suivante :

a- CMS en position arrêt


Les équipements sont alimentés par le secteur, aucun n’ordre ne peut être
donné au GE ni manuellement, ni automatiquement.

b- CMS en position manuelle.

Tous les ordres sont donnés à l’aide de boutons poussoirs situés en façade de
l’armoire.
- démarrage moteur par appui, sur le bouton poussoir « marche moteur » ;
- arrêt moteur par appui, sur le bouton poussoir « arrêt moteur » ;
- débit alternateur, par appui sur le bouton poussoir « débit alternateur » ;
- arrêt débit alternateur, par appui sur le bouton poussoir « arrêt débit
alternateur ».

c- CMS en position automatique.

- Secteur normal : le débit sur l’utilisation est assurée par le secteur ;


- Défaillance du secteur (secteur absent ou hors normes) : un ordre de
démarrage est donné au GE, ce dernier débite sur l’utilisation ;
- Retour du secteur dans les normes : le GE est déleste et après une
temporisation il est mit automatiquement à l’arrêt.

d- CMS en position essai.


Le GE démarre automatiquement sans débiter sur l’utilisation qui continue à
être alimentée par le secteur. Pour arrêter le groupe il suffit de ramener le
commutateur a la position auto, si pendant l’essai le secteur vient à manquer
l’inverseur Normal/secours et connecté automatiquement sur le GE qui débite
sur l’utilisation.
Dans se cas le commutateur devra être ramener sur la position auto, pour que
l’arrêt du GE ait lieu automatiquement au retour du secteur.

42
43

Fig. Exemple d’une armoire de commande du groupe

15.8 Tableau basse tension

Les principaux éléments constituants le tableau de distribution basse tension


sont:
- le contacteur normal/secours ;
- les disjoncteurs de protection ;
- les départs vers : les redresseurs, l’éclairage, la climatisation, etc.

43
44

Fig. Un tableau de distribution basse tension

15.9 Signalisation et quelques défauts du groupe électrogène

La plupart des circuits du GE, (circuit de carburation, de refroidissement, de


lubrification, etc. ), font l’objet d’une signalisation au tableau synoptique :
température du moteur, d’eau, manque d’huile, niveau de carburant, etc. sont
signalés au tableau du GE par des voyants, indications sonores ou autres .
En cas de disfonctionnement d’un des circuits, une indication doit apparaître au
tableau pour signaler le défaut sur le groupe électrogène. Des voltmètres
incorporés au tableau, indiquent les tensions débitées entre phases et entre
chaque phase et le neutre.
Des ampèremètres indiquent les intensités sollicitées par la charge.
Un fréquencemètre indique la fréquence du courant débité.
Un compteur horaire indique le nombre d’heures de fonctionnement du groupe
électrogène depuis le premier jour de sa mise en route. Il est généralement
équipé d’un disjoncteur qui permet d’alimenter la charge.
L’alternateur et le moteur du groupe sont protégés par des sécurités qui
arrêtent le groupe électrogène en cas de défaillance.
En voici quelques unes :
- Pression huile ;
- Température huile ;
- Manque d’huile réservoir complémentaire ;
- Défaut différentiel ;
- Manque de pression d’air / filtre à air bouché
- Défaut pompe à eau ou courroie cassée, etc.

44
45

Lorsque l’une de ces sécurités est actionnée, une signalisation lumineuse est
donnée par un voyant et l’avertisseur sonore nous prévient qu’un défaut s’est
produit ; de plus, pour les trois sécurités : pression huile, température huile,
défaut différentiel, le contacteur alternateur CA s’ouvre instantanément et le
groupe s’arrête.
Certains GE sont également équipés d’une sécurité pour niveau 30% citernes qui
allume un voyant rouge. On peut stopper l’alarme sonore en appuyant sur le
bouton poussoir « arrêt klaxon » une fois le défaut disparu, on acquitte la
sécurité en actionnant le bouton poussoir « effacement défaut ».

15.10 Electricité produite

Une mise à la terre des masses métalliques du groupe électrogène, doit être
correctement réalisée lors de la pose de l’appareil.
L’alternateur couplé au moteur thermique, sert à la production des forces
électromotrices (e).
On rencontre des groupes électrogènes monophasés et des groupes électrogènes
triphasés.
Le monophasé concerne généralement les groupes électrogènes de puissance
faibles puissances, souvent ne dépassant pas les 3 kVA.

℮ = 220√2 sinωt, f = 50 Hz

Pour les groupes triphasés, on a :

℮1 = 220 2 sin ωt (tension phase 1 – neutre)


℮2 = 220 2 sin(ωt - (tension phase 2 – neutre)
3)


℮3 = 220 2 sin(ωt + (tension phase 3 – neutre)
3)

Pour le calcul de la puissance du groupe électrogène (cf. calcul de la puissance du


transformateur d’un poste MT/BT et tenir compte de l’impact de démarrage).

15.11 Critères de choix d’un groupe électrogène

Il y a des groupes électrogènes prévus pour le secours et d’autres pour un


fonctionnement 24h/24.

a) Environnement :

45
46

- pression barométrique : la puissance du moteur thermique varie


avec l’altitude ( - 1% pour 100m),
- température ambiante : nécessite en principe une étude particulière
si elle dépasse 38°C,
- degré hygrométrique : standard 70%
- atmosphère poussiéreuse ( = ou -)
Ces éléments vont avoir une influence sur la puissance et sur le type de
refroidissement (air, eau+échangeur eau)

b) Choix de la puissance :
La puissance est donnée en kVA pour un facteur de puissance de 0,8.
Un groupe de puissance P est dimensionné pour fournir sous 400 volts :
S
- une intensité I =
3 ⋅U
- une puissance active P = S ⋅ cos ϕ

c) Notion de capacité transitoire :

La fermeture d’un circuit pour alimenter une charge provoque sur le groupe
électrogène, ce que l’on appelle un impact.
Pour le démarrage des moteurs notamment, on aura à assurer transitoirement
une puissance qui pourra être supérieure à la puissance nominale.
Les coefficients de surcharge transitoire sont particuliers à chaque
constructeur et type de groupe.
On peut cependant retenir les coefficients que l’on trouve fréquemment :

- les alternateurs admettent en général, un impact pouvant atteindre


2 fois leur puissance nominale, la chute de tension transitoire
instantanée peut alors atteindre 25%,
- les moteurs DIESEL admettent un impact à vide jusqu’à 50% de leur
puissance nominale active, et en charge un impact de 6-% de la
puissance nominale dans la limite de leur puissance maximale de
secours.

d) Définition de la puissance en régime transitoire :


Ce calcul est nécessaire lorsque l’installation comporte des moteurs importants
( plus de 10% de la puissance nominale envisagée).
Le cas le plus défavorable pourra être par exemple :
- le démarrage du plus gros des moteurs de l’installation,
- le démarrage aléatoire d’un moteur quand tout est alimenté,
- la reprise totale de l’installation.

46
47

Exercice d’application :
Soit à dimensionner un groupe électrogène pour un réseau où l’on aura :
- 50 kW d’éclairage incandescent,
- Un ensemble de moteurs démarrés séparément totalisant 79 kW
sous un cosφ de 0,85
- Un compresseur frigorifique à marche automatique ayant :
un courant nominal de 70 A sous un cosφ de 0,8
un courant de démarrage 7 fois le courant nominal sous cosφ de 0,4

La contrainte la plus forte en régime transitoire est ici le démarrage du moteur


du compresseur qui va créer sur le groupe, un impact en charge.
La puissance du compresseur en régime normal est de 3 .380.70.0,8 = 36,8 kW et
au démarrage 128,9 kW.
Charge totale en régime normal : 50 + 79 + 36,8 = 165,8 kW
Charge, lors du démarrage du compresseur : 50 + 69 + 128,9 = 247,9 kW
Nous devons tenir compte de l’impact du groupe électrogène donné par le
constructeur. En prenant l’impact maximum de 2 , on a pour puissance du groupe
247,9
P= kW = 123,9 KW
2
Conclusion ; un groupe électrogène de puissance 123,9 kW et d’impacte 2 peut
supporter le lancement de cette charge mai pour tenir compte de la charge en
régime normal, on choisit une groupe d’une puissance supérieur à 165,8 kW.
Il restera à confronter cette valeur avec les puissances des groupes
électrogènes qui existent sur le marché.

15.12 Couplage des groupes électrogènes

Lors d’un couplage éventuel des groupes électrogènes, pour augmenter


la puissance de la centrale thermique par exemple, on doit procéder :
- concordance de l’ordre des phases sur les groupes électrogènes à coupler ;
- vérification des fréquences ;
- vérification des tensions ;

le couplage doit se faire à partir d’un jeu de barres adéquat.

47
48

GE 1 GE 2

x x

Jeu de barres

Charge

Fig.: Couplage de deux groupes électrogènes

15.13 Installation du groupe électrogène

Le groupe électrogène sera installé :


- soit dans un bâtiment à construire,
- soit dans une enveloppe insonorisée et même éventuellement sur remorque
Il est possible de concevoir une installation rationnelle et d’intégrer les
dispositifs pour la résolution des problèmes suivants :
- isolation des vibrations ;
- échappement des gaz ;
- la ventilation,
- le bruit ;
- le stockage du carburant ;
- la protection des personnes, contre les contacts électriques indirects, en
cas de défaut d’isolement sur la carcasse de la machine : mise à la terre
de la carcasse.

™ Isolation des vibrations :


Il est recommandé d’installer le groupe électrogène, en insérant des joints en
caoutchouc entre la dalle en béton et les supports du châssis de la machine si le
constructeur n’a rien prévu.

™ Echappement des gaz :


Il est commode réaliser des conduites pour évacuer les gaz hors du local
technique, tout en respectant l’espace environnant.

™ Le bruit :

48
49

Pour pallier au bruit, les groupes électrogènes sont généralement dans les sous-
sols des immeubles, parfois dans des caves enterrées.
La réglementation impose un maximum de 85 dB à 1 m du groupe.
On réduit le bruit par :
- des murs : 30 à 45 dB
- des abat-sons de gaine : 30 à 50 dB
- des capots insonorisés : 20 dB
- les silencieux d’échappement : 9 à 32 dB

™ Stockage - Carburants :
La consommation moyenne d’un groupe électrogène en nominal est d’environ
0,25 litres de fuel/kVA par heure.
La réglementation française impose un réservoir d’une capacité maximum de
500 litres dans le local.
Ces citernes doivent être reliées à la mise à la terre ou au réseau
équipotentiel des installations électriques.

™ Protection des personnes :


Une mise à la terre adéquate doit être réalisée lors de l’installation du groupe
électrogène.

15.14 La maintenance du groupe électrogène

On peut distinguer deux domaines différents, dans l’entretien des équipements :


le domaine de l’entretien préventif et celui de la réparation accidentelle ou
réparation non programmée.
Les perturbations causées par le manque de maintenance appropriée peuvent
causer :
- l’arrêt prolongé du groupe électrogène ;
- des frais de réparation plus élevés pour l’entreprise.
étant donné que la fiabilité rejoint le concept de sécurité de fonctionnement
avec une contribution sur la durée de vie et l’allégement des charges
d’exploitation.
C’est en tenant compte de ces contextes, qu’il est important d’élaborer des
fiches techniques relatives à cette maintenance, fiches techniques qui
décrivent les opérations de maintenance mensuelle, trimestrielle et annuelle
des équipements électriques de manière générale .
Les objectifs d’un service de maintenance doivent donc être basés sur trois (3)
plans, à savoir :
- au plan technique à :
. accroître la durée de vie des équipements ;
. améliorer leur disponibilité et leurs performances ;

49
50

- au plan économique à :
. réduire les coûts de défaillance, donc améliorer les prix de revient ;
. réduire le coût global de possession de chaque équipement sensible ;

- au plan social à :
. réduire le nombre des événements à savoir ; moins d’interventions, moins
d’urgences, à fin de réduire les risques d’accidents ;
. revaloriser la nature du travail, équipe, polyvalence, qualité, initiative.

15.14.1 Fiches techniques sur la maintenance des équipements d’énergie

Pour que les objectifs de la maintenance soient atteints, il faudrait que le


service de maintenance puisse adopter un mode de maintenance à caractère
préventive sur les équipements.
Les interventions préventives dont l’espacement est judicieusement choisi,
hiérarchisée du fait qu’il existe des opérations de différents degrés selon le
volume et l’importance des travaux à exécuter.

Les visites périodiques se basent essentiellement sur des vérifications, ne


demandant que peu ou pas de démontage, il peut apparaître occasionnellement la
nécessité de réparations particulières, mais elles doivent essentiellement
déboucher sur des réglages voir de simples nettoyages.

Exemple d’une Fiche Technique sur la maintenance d’un GE

EQUIPEMENT : GE
PERIODICTE : mensuelle
TEMPS ESTIME : 1 heure

OBJECTIFS DE ROUTINE DE LA MAINTENANCE :


- Inspection du groupe électrogène et de ses accessoires ;
- Essai de fonctionnement en charge.

DOCUMENTATION : MATERIEL :
Notice et schémas d’accompagnement

DETAILS DES OPERATIONS CLASSIQUES :

50
51

1- Inspection du groupe électrogène :


* Niveau carburant
* Niveau du liquide de refroidissement du radiateur ;
* Niveau d’électrolyte de la batterie ;
* Tension du chargeur ;
* Température du groupe ;
* Compteur horaire.
2- Vérifier l’état de la batterie de démarrage (tension floating, niveau
d’électrolyte, connexions) ;

3- Essai du démarrage automatique en coupant le secteur au niveau du


disjoncteur général « basse tension » ; et faire un essai de démarrage manuel.

4- Vérifier l’état de l’ensemble compresseur d’air et bouteilles (purge et


pression, etc.…) ;
5- Vérifier le bon fonctionnement des accessoires (ventilation mécanique du
local, refroidissement du moteur, étanchéité des canalisations, etc.…) ;

6- Vérifier le bon fonctionnement sur l’armoire de commande (appareil de


mesure, voyants, etc.….) ;

7-Simuler un défaut, vérifier le déclenchement de l’alarme et son renvoi à


distance ;

8- Ne pas prolonger l’essai du GE si la puissance fournie n’atteint pas 40% de


la puissance nominale du GE. Dans le cas contraire attendre le déclenchement de
l’alarme et son renvoi à distance ;

9- Nettoyer le filtre à air si le moteur fonctionne dans un environnement très


poussiéreux ; vérifier qu’il n’y a pas de fuite de combustible ou de graissage ;

10- L’inspection et l’entretien de la batterie ; le videngeage d’huile de


graissage ; s’effectuent après 250 heures de fonctionnement du GE.

11- Le nettoyage du filtre à air et du filtre à huile de graissage, la purge du


moteur ; s’effectuent après 500 heures de fonctionnement.

12- La révision partielle des culasses, des soupapes d’admission et


d’échappement de la pompe à injection s’effectue après 1200 heures de
fonctionnement du GE.

51
52

13- Prolonger l’essai du GE pendant 1 heure sous réserve que la puissance


fournie soit au moins égale à 40% de la puissance nominale du groupe.

15.15 Exemple de groupes électrogènes

Groupes électrogènes distribués par TRACTAFRIC CONGO :

1. Groupes Caterpillar de 275 à 9 500 KVA

Régime : 1500 /1800 tr/mn


Fréquence : 50Hz/60Hz
Equipés avec :
Moteur Diesel Caterpillar
Génératrice Caterpillar tropicalisée
Coffret de commande
Disjoncteur tétrapolaire

Détails sur le Groupe électrogène OLYMPIA TYPE GEL22 :

Puissance : 22 kVA SECOURS


Vitesse de rotation : 1500 tr/mn, fréquence : 50Hz, triphasé 400/230V
Equipé de :
- Moteur diesel LISTER PETTER type LPW4 turbo
- Génératrice LEROY SOMER tropicalisée
- Coffret de commande et de contrôle
- Dispositifs et témoins de sécurité
- Batterie 12V
- Alternateur de charge
- Disjoncteur tétrapolaire
- Réservoir carburant 45 litres
- Capotage insonorisé
Prix HT à Brazzaville (2006) : 12 000 EUROS soit 7 989 000 FCFA.

2. Groupes électrogènes Olympia de 12,5 à 250 kVA

Régime : 1500 tr/mn


Fréquence : 50 Hz
Equipés avec :
Moteur Diesel Perkins

52
53

Génératrice : LEROY SOMER


Faible consommation du gaz oil

3. Groupes Lister Petter de 16 à 20 kVA insonorisés

Régime : 1500 tr/mn


Fréquence : 50 Hz
Dimensions : long 1,693m ; larg : 0,74m ; haut :1,14m
Poids : 650 kg
Equipés avec :
Moteur Diesel Lister Petter
Génératrice : MECC ALTE
Faible consommation de Gaz oil

Groupes électrogènes distribués par ACS CONGO :

Principalement la marque SDMO qui part depuis les groupes de faible puissance. (
de 1kVa et plus )
SDMO (www.sdmo.com).

Chapitre 16

16. Etude des paratonnerres

16.1 Mécanisme et localisation de la foudre

Les orages : La présence de masses d’air instable, humides et chaudes, aboutit à


la formation de nuages orageux : les cumulo-nimbus. Ce type de nuage est très
développé, tant horizontalement (environ 10 km de diamètre) que verticalement
(jusqu’à 1 km) . Sa forme, très caractéristique est souvent composée au profil
d’une enclume, dont il possède les plans inférieurs et supérieurs horizontaux.
L’existence dans un cumulo-nimbus de gradients de température très importants
( la température peut descendre à -65 °C en partie supérieure), entraîne des
courants d’air ascendants très rapides ; il s’ensuit une électrisation des
particules d’eau.
Dans un nuage orageux typique, la partie supérieure, constituée de cristaux de
glace, est chargée généralement positivement, tandis que la partie inférieure,
constituée de gouttelettes d’eau, est chargée négativement.

53
54

Par influence, la partie inférieure du nuage entraîne le développement de charges


de signes opposés (donc positives sur la partie du sol qui se trouve à proximité).
Le cumulo-nimbus implique donc la mise en place d’un gigantesque condensateur
plan nuage –sol, dont la distance atteint souvent 1 à 2 km. Le champ électrique
atmosphérique au sol, qui est de l’ordre de la centaine de volts par mètre par
beau temps, est alors inversé et peut atteindre en valeur absolue 15 à 20 kV/m
lorsqu’une décharge au sol est imminente (c’est le coup de foudre).
Avant et pendant l’apparition du coup de foudre, on peut observer des décharges
intra nuage (au sein d’un même nuage) ou inter nuage (entre deux nuages
distincts).
La foudre : Selon le sens de développement de la décharge électrique
(descendant ou ascendant) et selon la polarité des charges qu’il développe
(négative ou positive), on peut distinguer quatre catégories de coups de foudre
nuage-sol. Pratiquement, les coups de foudre du type descendant et négatif sont
de loin les plus fréquents : on considère qu’ils représentent en plaine et dans les
régions tempérées globalement 96% des claquages nuage-sol.
Mécanisme du coup de foudre : La simple observation à l’œil ne permet pas de
discerner les différentes phases de l’éclair : il faut faire appel à des dispositifs
photographiques performants ; On dégage alors les phénomènes suivants dans la
plupart des coups de foudre : d’un point du nuage part un trait lumineux qui
s’avance rapidement par bonds d’environ 50 m à une vitesse de l’ordre
de 50 000 km/s .
Un second trait part ensuite du même point, suit le chemin précédent avec une
vitesse comparable , dépasse le point d’arrêt du premier d’une distance à peu
près identique et disparaît à son tour.
Dans un coup de foudre, la valeur de l’intensité du courant peut atteindre
35 000 A à 200 000A pendant une duré totale ne dépassant pas la seconde.

16.2 Effets de la foudre

Ce sont les effets d’un courant impulsionnel de forte intensité se propageant


d’abord dans un milieu gazeux (atmosphère) , puis dans un milieu solide plus ou
moins conducteur( le sol).
- effets visuels : dus à l’apparition de l’éclair
- effets acoustiques : dus à la propagation d’une onde de choc
- effets thermiques : dus au dégagement de chaleur par effet Joule dans le
canal ionisé.
- Effets électrodynamiques : ce sont les forces mécaniques dont sont
l’objet les conducteurs placés dans le champ magnétique crée par cette
circulation de courant intense. Ils peuvent avoir pour résultats des
déformations.

54
55

- Effets d’induction : dans un champ électromagnétique variable, tout


conducteur est le siège de courants induits.
- Effets sur un être vivant : le passage d’un courant d’une certaine
intensité, pendant une courte durée suffit à provoquer des risques
d’électrocution par arrêt cardiaque ou arrêt respiratoire. A cela,
s’ajoutent les dangers des brûlures.
- Effets sur un bâtiment ou un site : destruction du site à cause du passage
désordonné de la très forte intensité du courant à travers les matériaux.

Il y a deux grands types d’accident dus à la foudre :


- Ceux causés par un coup direct lorsque la foudre frappe un bâtiment ou
une zone déterminée. La foudre peut alors entraîner de nombreux dégâts
dont l’incendie est le plus courant.
- Ceux causés indirectement, par exemple lorsque la foudre frappe ou induit
des surtensions dans les câbles d’énergie électrique ou les liaisons de
transmission. Il faut alors protéger les appareils susceptibles d’être
atteints contre les surtensions et les courants indirects ainsi créés.
Contre ce fléau, les moyens de protection sont les systèmes de paratonnerres.

16.3 Protection contre de la foudre : les paratonnerres

Pour protéger une structure contre les coups de foudre directs, il convient de
privilégier, un point d’impact possible afin d’épargner le reste de la structure, et
de faciliter l’écoulement du courant de la foudre vers le sol, en minimisant
l’impédance du parcours utilisé par la décharge atmosphérique.
Ainsi, les paratonnerres sont destinés à préserver des structures (bâtiment,
pylônes, …) des effets de la foudre.
Son installation comporte obligatoirement trois éléments : un dispositif de
capture, des conducteurs de descente et une prise de terre.
Quatre familles de protection répondent à ces préoccupations.
Systèmes de protection :
- Paratonnerres à dispositif d’amorçage
- Paratonnerres à tige simple
- Cages maillées
- Fils tendus

55
56

16.3.1 Paratonnerres à dispositif d’amorçage (PDA)

Ces technologies modernes de protection ont été conçues à partir de plusieurs


brevets déposés conjointement par le CNRS – France et la société HELITA
devenue aujourd’hui ABB.
Le PULSAR est pourvu d’une électronique qui lui permet d’émettre un signal
haute tension de fréquence et d’amplitude déterminée et contrôlées permettant
la formation anticipée du traceur ascendant à sa pointe et la propagation de
celui-ci de façon continue vers le traceur descendant. Il puise l’énergie dont il a
besoin dans le champ électrique existant lors de l’orage. Après avoir capté la
foudre, le PULSAR la conduit vers la descente du paratonnerre et vers la terre
où elle va se disperser.
Equipé d’un pulsar, le paratonnerre est placé sur un des points les plus hauts
d’un site pour protéger celui ci contre les foudres lors des orages.
Les paratonnerres ne sont pas du tout connectés au réseau électrique !
Les paratonnerres protégent les bâtiments ou des sites contre le foudroiement
direct et ses effets destructeurs.
Ils peuvent protéger les bâtiments, les postes et autres etc.

Fig : Paratonnerre avec pulsar


Le concept de l’avance à l’amorçage est clair : au cours de l’orage , lorsque les
conditions de champ de propagation sont réunies, le PULSAR crée , le premier, un
traceur ascendant issu de la pointe du paratonnerre , traceur qui se propage vers

56
57

celui qui vient des nuages à une vitesse d’environ 1m/μs , le rencontre, le ramène
et le conduit vers la descente et puis à la terre .
Il existe en fait, quatre types de PDA :

- par principe radioactif,


- à déclenchement électronique,
- à effet piézo-électrique,
- à profil spécial

NB : Le paratonnerre radioactif n’est pas trop utilisé à cause de la présence d’un


radioélément.

16.3.2 Paratonnerres à tige simple

Par leur géométrie dominante, ils favorisent le déclenchement des amorçages


ascendants et s’imposent ainsi comme le point d’impact préférentiel des coups de
foudre qui surviennent dans un voisinage très proche ; l’expérience montre que la
foudre frappe généralement le point le plus haut, le plus proche de son passage.
Ce type de protection est particulièrement conseillé pour les stations
hertziennes et les mâts d’antenne lorsque le volume à protéger est faible.
fig
Une installation de paratonnerre à tige simple comporte :
- un paratonnerre à tige et son mât rallonge
- un ou deux conducteurs de descente,
- une barrette de coupure ou joint de contrôle par descente permettant la
vérification de la résistance de la prise de terre paratonnerre,
- un tube de protection protégeant les deux derniers mètres de chaque
descente,
- une liaison équipotentielle déconnectable entre chaque prise de terre et le
circuit de terre général de la structure.

16.3.3 Les cages maillées ou cages de FARADAY

Leur principe consiste à favoriser la répartition et l’écoulement vers la terre du


courant de foudre par un ensemble de conducteurs et prises de terre.
Il est conseillé de multiplier les feuillards à l’extérieur du bâtiment de façon
symétrique. L’effet résultant d’une meilleure équipotentialité tend à obtenir un
champ électromagnétique nul à l’intérieur du bâtiment.
Une installation par cage maillée impose un nombre de descentes (en feuillards)
important et constitue de ce fait une solution intéressante lorsque le matériel

57
58

situé à l’intérieur du bâtiment est sensible aux perturbations


électromagnétiques.
En effet, le courant de foudre est divisé par le nombre de descentes et de la
faible valeur du courant circulant dans les mailles crée peu de perturbations par
induction.
Fig

Une installation de cage maillée comporte :


- des dispositions de capture des décharges atmosphériques, par des
pointes de choc,
- des conducteurs de toiture,
- des conducteurs de descente,
- des prises de terre,
- une liaison équipotentielle déconnectable entre chaque prise de terre et le
circuit de terre général de la structure.

16.3.4 Les fils tendus

Ce sont des câbles tendus au dessus des ouvrages à protéger, tels que les fils de
garde disposés au dessus des conducteurs de phase des lignes à haute tension.

Ce système est composé d’un ou de plusieurs fils conducteurs tendus au dessus


des installations à protéger. La zone de protection se détermine par application
du modèle électro géométrique.
Les conducteurs doivent être reliés à la terre à chacune de leur extrémité.
Cette technologie est très utilisée pour protéger les dépôts de munition et en
règle générale lorsqu’il n’est pas possible d’utiliser la structure du bâtiment
comme support des conducteurs qui écoulent les courants de foudre à la terre.

Fig

16.4 Réalisation des prises de terre pour paratonnerre

Trois méthodes sont utilisées :

16.4.1 Patte d’oie


La prise de terre minimale est constituée par 25mètres de ruban de cuivre
étamé 30x2mm répartis en brins enfouis dans 3 tranchées de 70 à 80 cm de
profondeur, creusées en éventail et formant une patte d’oie.

58
59

16.4.2 Piquets de terre


Dans le cas où la topographie des lieux ne permet pas le développement d’une
patte d’oie, on pourra réaliser une prise de terre à l’aide d’au moins 3 piquets de
cuivre de longueur minimum de deux mètres au moins, enfouis verticalement dans
le sol, ceux-ci seront distants les uns les autres d’au moins 2 m ; une distance
d’éloignement des fondations de &m à 1,50m devra être respectée.

16.4.3 Mixtes
Au cas où la prise de terre, en patte d’oie serait jugée insuffisante en raison de
la nature défavorable du sol, la combinaison patte d’oie/ piquets de terre
permettra d’obtenir une amélioration certaine de la résistance de terre.
Dans cas, chaque extrémité des brins de la patte d’oie est reliée à un piquet de
terre.
NOTA : Parafoudres
Attention, ce mot prête confusion au sujet de la foudre: les parafoudres sont
des appareillages utilisés pour la protection des installations électriques contre
les surtensions de toutes origines. Ils existent en BT et en HT.

16.5 Compteur de coups de foudre pour paratonnerre

Placé en série sur le conducteur de descente à environ 2 m au dessus du sol, ce


compteur utilise les courants induits dans un circuit secondaire, pour activer un
compteur électromécanique .

16.6 Installateurs

Les installateurs mettent en place, les dispositifs de protection contre la foudre


selon les recommandations des bureaux d’études. La norme Française
NFC 17-102 précise qu’un PDA doit être au minimum à deux mètres au-dessus de
l’objet à protéger. Les autres règles d’installation des dispositifs de protection
avec PDA sont identiques à celle d’un PTS.
Pour plus de détails sur l’installation, contacter les normes ou les indications des
fabricants.

16.7 Vérification et maintenance

Les normes en vigueur, préconisent des vérifications périodiques, régulières des


installations de protection contre la foudre.
Elles recommandent les périodicités normales suivantes :
Niveau I : 2ans
Niveau II : 3 ans
Niveau III : 4ans

59
60

16.8 Terminologie

L’ensemble des définitions des termes utilisés pour la foudre est défini dans un
glossaire édité par l’Association Protection Foudre rédigé par M Claude GARY et
le Docteur E. COURBIER pour les termes spécifiques de la Kéraunopathologie.
Angle de protection : C’est le volume protégé par un paratonnerre à tige, volume
défini par un cône de base circulaire, dont le sommet coïncide avec la pointe de
la tige ; le demi angle au sommet varie entre 30 et 60°.
Pointe captrice : Ce sont de petites tiges simples de 30 cm à 50 cm de hauteur.
Elles sont souvent utilisées avec des cages maillées, et destinées à servir de
pointes de captage préférentiel.
Eclateur : Dispositif constitué de deux électrodes placées face à face , avec un
écartement convenable , et entre lesquelles se produit un amorçage (
éventuellement sui d’un courant de suite) , dès qu’une surtension atteint une
certaine valeur.

Chapitre 17

17. Les dangers des courants électriques sur le corps humain

Pour comprendre la raison d’être des mesures de sécurité à appliquer dans les
installations électriques, il est nécessaire de connaître la nature des dangers et
les risques auxquels sont exposés les usagers du courant électrique, lorsque les
précautions voulues ne sont pas prises pour éviter les contacts avec les pièces
sous tension.

Les différentes réactions physiopathologiques susceptibles d’être déterminées


dans l’organisme humain par le contact avec des conducteurs sous tension
dépendent d’un certain nombre d’éléments caractérisant les modalités de ce
contact ; ce sont :
- l’intensité du courant ;
- la résistance électrique du sujet ;
- la tension de distribution ;
- la fréquence et la forme du courant ;
- le temps d contact ;
- le trajet du courant dans l’organisme.

60
61

Mais ces éléments n’agissent pas indépendamment. Il existe, au contraire, de


nombreuses interactions réciproques de ces différents facteurs.

a) Rôle de l’intensité :

- Courant continu :
En courant continu, le danger est nettement moindre ; il faut multiplier par 3 à 5
les chiffres ci après en courant alternatif.

- Courant alternatif :
Les effets physiologiques s’aggravent en fonction de l’intensité du courant ; ils
dépendent, en outre, de la nature de celui-ci et de sa durée d’application ; nous
ne considérons, dans ce paragraphe, que les courants alternatifs à fréquence
industrielle.
Seuil de perception du courant : il existe un seuil de perception de l’ordre de 1 à
3 mA au dessous duquel le courant n’est pas perçu et l’effet physiologique est
nul.
Au dessus de ce seuil, le passage du courant produit pour 99% des individus une
sensation de ‘’ choc léger’’ d’autant plus désagréable que le courant est plus
intense, pouvant aller jusqu’à la douleur, mais sans danger pour l’organisme si le
courant ne dépasse pas 9 à 10 mA.
Seuil de la contraction musculaire : pour des courants dépassant 10 MA, il se
produit une contraction brutale des muscles, qui risque soit de projeter
l’accidenté loin du conducteur, soit, au contraire, de le ‘’ coller ‘’ au conducteur.
Cette contraction peut aller jusqu’à la tétanisation des muscles qui ne permet pas
alors au sujet de se dégager et d’interrompre le contact.
Le professeur PIROTTE estime que la limite de possibilité d’autolibération se
situe entre 10 et 15mA.
Lorsque le contact se prolonge, et si le courant agit sur les muscles
respiratoires, il peut y avoir arrêt de la respiration et asphyxie ; celle-ci peut
entraîner la mort si la durée atteint plusieurs minutes ; si grâce à une
intervention suffisamment rapide, la victime peut être soustraite à temps à
l’action du courant, sa réanimation est possible grâce à la respiration artificielle,
mais celle-ci doit être pratiquée immédiatement et parfois pendant très
longtemps.
Pour des courants supérieure à 25 mA, le blocage de la cage thoracique peut
intéresser le muscle cardiaque et provoquer l’arrêt de la circulation sanguine
entraînant au bout de plusieurs minutes, la mort par défaut d’irrigation des
cellules nerveuses ; ici encore , la réanimation est possible, à condition
d’intervenir immédiatement.

61
62

D’autre part , si le courant atteint des intensités suffisamment élevées, il peut


provoquer l’inhibition des centres nerveux respiratoires situés dans le bulbe à la
base du cerveau ; la mort par asphyxie ou par arrêt du cœur intervient alors au
bout de quelques minutes.

Seuil des courants fibrillogènes :


Pour des intensités dépassant 50mA à 60 mA, un nouveau phénomène apparaît ,
même si la durée de passage du courant n’est que de quelques secondes, celui de
la fibrillation du cœur : les fibres cardiaques se contractent d’une façon
désordonnée , produisant un battement non coordonné des ventricules ; la
circulation du sang est arrêtée et la mort survient en quelques minutes ; ce
processus est irréversible, de sorte que la mort est certaine, sauf en cas
d’intervention presque immédiate.
Enfin, pour des courants beaucoup plus élevés, mais dont le trajet n’intéresse ni
le cœur, ni le bulbe, leur passage occasionne des accidents tels que des
échauffements, des brûlures profondes, des hémorragies.

Bien entendu, les seuils qui viennent d’être cités ont une valeur indicative ; ils
varient d’un individu à l’autre ; en particulier le seuil de perception et celui de
non-lâchage semblent être moins élevés chez la femme que chez l’homme.

Courant de choc :
Comme nous venons de le voir, le danger d’électrocution dépend fortement de la
durée d’application du courant. On parle de choc lorsqu’il y a application d’un
courant pendant une durée très brève allant de la centième de seconde à 2
secondes, le danger est moindre et d’autant plus réduit que le temps est plus
cour encore.

Nature des résistances limitant l’intensité du courant dans le corps humain

Le passage du courant à travers le corps humain dépend des résistances


suivantes qui sont variables selon les individus:
N1. La résistance interne du corps qui dépend des points entre lesquels on la
mesure ; son ordre de grandeur est estimé à 500Ω de main à main, de main à
pied, de pied à pied.
N2. La résistance de la peau qui varie selon que la peau est sèche ou mouillée ; on
peut admettre des valeurs qui vont de 250Ω à 500Ω .On peut notifier que les
chaussures à semelle de caoutchouc ou de cuir, des sabots, des espadrilles même
en absence de toute humidité, augmentent notablement la résistance ; les
semelles de cuir ou de corde détrempée, par contre, ont une résistance nulle.

62
63

N3. La résistance de contact avec le réseau ; celle-ci dépend beaucoup des


conditions mêmes dans lesquelles le contact s’établit : celui-ci peut avoir lieu,
soit avec un conducteur de phase dénudé, soit, beaucoup plus fréquemment, avec
un bâti ou une enveloppe d’appareil venu en contact avec lui par suite d’un défaut
d’isolement, soit avec le sol, soit avec une pièce métallique reliée au sol.
Il est souhaitable, que le conducteur neutre des réseaux basse tension, doit
être relié au sol en plusieurs points, de sorte qu’il existe toujours entre un
conducteur de phase et le sol, une différence de potentiel égale à la tension
simple du réseau.
Le cas le plus défavorable est celui où les deux mains touchent directement deux
pièces métalliques à des potentiels différents ( par exemple, enveloppe
d’appareil électrique ayant un défaut d’isolement et pièce métallique en contact
avec le sol) ; en ce cas, les résistances de contact sont pratiquement nulles.
Un autre cas, plus fréquent, est celui où une main touche un conducteur de phase
ou une partie métallique d’un appareil électrique présentant un défaut
d’isolement , les pieds reposant sur le sol ; la résistance de contact de la main
est négligeable , celle des pieds dépend d la résistivité du sol.

Corps immergé : un cas particulièrement critique est celui d’un corps immergé,
par exemple, dans une baignoire, où la surface de contact est très importante et
où la résistance de la peau, de même que les résistances de contact, sont nulles.
b) Rôle de la tension

Si la tension influe sur l’organisme, elle joue aussi un rôle essentiel quant à la
quantité de chaleur dégagée par le courant dans l’organisme.
Au Docteur ZIMMERN de conclure : ‘’ Si ce sont les ampères qui tuent, ce sont
les volts qui brûlent ‘’.
Dans les conditions normales de résistances du corps, le risque de fibrillation est
maximum pour des tensions de 300 à 800 V, mais ce seuil peut descendre à 50 V
si la résistance du corps tombe à 1 000 Ω (corps mouillé, sol conducteur).

C) Autres facteurs

Le danger diminue lorsque la fréquence augmente.

17.1 Les accidents

Environ 500 accidents par an en Belgique ont pour origine l’énergie électrique
(contacts directs et indirects) et à peu près d’un quart ont trait à la haute
tension.
Les causes possibles d’accident peuvent être :

63
64

- les dispositifs de sécurité rendus inopérants (obstacles, enveloppe, etc.) ;


- maintenance, réparations insuffisantes ;
- en cas de panne, le fait de devoir toujours remettre l’installation en
service le plus rapidement possible ;
- les interventions en milieu à risque (comme le travail en hauteur etc.)
Les moyens de prévention sont basés sur les principes de la politique du bien-
être des travailleurs :
- élimination du risque à la source : travail hors tension
- protection collective : placer des écrans, délimiter les zones de travail ,
tapis isolant, etc.
- protection individuelle : gants isolants, outils isolés, perche de manœuvre
isolante, tabouret isolant, écran faciale, chaussures isolantes,
- avertissement : sigle du danger électrique

17.2 Les dangers de l’électricité

Tous les effets de l’électricité peuvent conduire à des dangers plus ou moins
importants. Citons :
- les contacts directs et indirects avec pour conséquence une électrisation
ou électrocution ;
- les effets de la chaleur dus au courant électrique : brûlures, incendie,
explosion ;
- les conséquences du courant de fuite : destruction à terme des isolants ;
- les démarrages intempestifs d’équipements :
- les effets biologiques des champs électriques et magnétiques,
- etc.

17.3 Les limites du corps humain

Des études basées sur des expériences faites sur le corps humain pour de
faibles courants considérés comme non dangereux, d’autres expériences faites
notamment sur le chien et le mouton, ainsi que des observations et statistiques
suite à de nombreux accidents , ont permis de déterminer les caractéristiques
physiologiques du corps humain( publication CEI 479).
Trois paramètres sont à considérer :
- le chemin parcouru par le courant à travers le corps humain ;
- la valeur du courant ;
- la durée du passage du courant.

Des études sont établies en fonction des plus mauvaises circonstances : chemin
de main à main ou de main à pied opposé et peau humide. La résistance du corps
humain varie en fonction de la tension suivant l’équation :

64
65

R= 650 + k/U avec k= 87 500


et l’on obtient :
Tension Résistance du corps Courant
25 V 4150 Ω ± 6mA
50 V 2400 Ω ± 20 mA
250 V 1000 Ω ± 250 mA
Avec une asymptote à 650 Ω .

Les valeurs du courant :


Les valeurs ci dessous sont valables pour l’homme adulte. De récentes études
réalisées aux Etats Unis ont démontré que les enfants sont beaucoup plus
sensibles encore. Un courant dépassant 5mA peut être mortel pour un
bébé de 9 kg.
A partir de 7-8mA : contraction des muscles des membres
A partir de 10 - 15mA : les contractions musculaires des mains sont telles que le
lâcher devient impossible. Les contractions peuvent s’étendre aux bras et
jambes. Si le courant persiste pendant plusieurs minutes, il peut produire la mort
par étouffement.
A partir de 25mA : le fonctionnement du muscle cardiaque est perturbé, il
pourrait même s’arrêter.
A partir de 60mA : Fibrillation ventriculaire du cœur. Cet état d’excitation
anarchique des fibres cardiaques aboutit à l’arrêt total au bout de quelques
secondes.
La durée de passage du courant :
On a pu démontrer que la durée du passage du courant est un facteur très
important en liaison étroite avec la grandeur de celui-ci.
On peut résumer ces considérations dans la tableau suivant :

Intensité ( mA) Durée Influence sur le corps humain


0- 1 indéterminé Pas d’influence perceptible
1-15 indéterminé Contractions des muscles (doigts ,bras)
Difficultés pour lâcher prise
15-30 minutes Douleurs à peine supportables, contractions
des muscles des bras.
Difficultés respiratoires, augmentation de la
tension artérielle
30 - 50 Secondes Augmentation de la tension artérielle
minutes Inconscience et fibrillation du cœur lors d’un
contact prolongé ; forte contraction des
muscles

65
66

50 - 500 < 1 pulsation Puissant effet de choc ; pas de fibrillation ;


une fibrillation peut cependant se produire si
le passage du courant se fait lors d’une
pulsation sensible
> 1 pulsation Evanouissement, mort instantanée possible
> 500 < 1 pulsation Evanouissement, mort instantanée possible
> 1 pulsation Evanouissement, brûlures, arrêt du cœur avec
possibilité de réanimation.

Ces différentes considérations ont permis d’établir les tensions limites


conventionnelles absolues UL en fonction de l’état du corps humain .
Etat du corps humain Tension limite conventionnelle absolue UL ( V)
Courant alternatif Courant continu
Peau sèche ou humide
par sueur 50 75
Peau mouillée 25 36
Peau immergée dans 12 18
l’eau

17.4 Les moyens de protection

17.4.1 La protection contre les chocs électriques par contacts directs

Les contacts directs sont les contacts des personnes avec les parties actives du
matériel électrique (conducteurs et pièces susceptibles de se trouver sous
tension).
Cette protection se fait soit par isolation , soit au moyen d’enveloppes, soit au
moyen d’obstacles etc.

Contact d’un individu avec une structure

66
67

Ici, la résistance du trajet électrique est telle que ∑Ri = R la résistance du


contact+ R la résistance des chaussures+ R la résistance du corps.

Les classes de matériel électrique :

Le matériel électrique en basse et très basse tension est classé , du point de vue
de la protection contre les chocs électriques , selon trois critères :
- l’isolation entre parties actives et parties accessibles ;
- la possibilité ou non de relier les parties conductrices accessibles à la mise
à la terre ;
- les tensions admissibles,
On distingue les classes suivantes du matériel électrique :
Classe 0 : matériel électrique dans lequel la protection contre les chocs
électriques repose uniquement sur l’isolation principale. Ceci implique qu’aucune
disposition n’est prévue pour le raccordement des pièces conductrices
accessibles, s’il y en a , à un conducteur de protection ;
Classe 0I : matériel électrique ayant au moins une isolation principale en toutes
ses parties et comportant une borne de mise à la terre ( ou borne de masse),
mais équipé d’un câble d’alimentation ne comportant pas de conducteur de
protection.
Classe I : matériel électrique dans lequel la protection contre les chocs
électriques ne repose pas uniquement sur l’isolation principale, mais dans lequel
on doit raccorder les parties conductrices accessibles à un conducteur de
protection d’une manière telle que ces parties ne puissent devenir dangereuses
en cas de défaillance de l’isolation principale. Pour le matériel destiné à être
alimenté avec un câble souple, ce câble comporte un conducteur de protection.
Classe II : matériel dans lequel la protection électrique repose soit sur la double
isolation, soit sur l’isolation renforcée. Le matériel électrique de classe II porte
le symbole de deux carrés inscrits l’un dans l’autre, signe qui est visible d
l’extérieur. Ces mesures ne comportent pas de moyen de mise à la terre de
protection et ne dépendent pas des conditions d’installation.
Double isolation : Isolation dans laquelle une isolation complémentaire
indépendante est prévue en plus de l’isolation principale. La double isolation est
contrôlée par des essais de type.
Isolation renforcée : recouvrement des parties actives nues d’une isolation qui a
des propriétés mécaniques et électriques telles qu’elle assure un degré de
protection contre les chocs électriques équivalant à celui de la double isolation,
elle n’est admise que lorsque des raisons de construction ne permettent pas la
réalisation de la double isolation.

67
68

Classe III : matériel électrique dans lequel la protection contre les chocs
électriques repose sur l’alimentation sous très basse tension de sécurité et dans
lequel ne sont pas utilisées de tensions qui ne sont pas de sécurité.

L’utilisation du matériel électrique de classe 0 et 0I est interdite.

17.4.2 La protection contre les chocs électriques par contacts indirects

Contacts indirects : contacts des personnes avec mises accidentellement sous


tension.
Cette protection est assurée par les prises de terre, les conducteurs de
protection et les liaisons équipotentielles.
Les prises de terre :
Toute pièce ou ensemble de pièces conductrices connectées entre elles qui sont
enfouies dans le sol et assurent une liaison électrique avec le sol.
Résistance de dispersion d’une prise de terre :
Valeur du rapport de la différence de potentiel entre la prise de terre à mesurer et une
sonde, au courant qui s’écoule par la terre à travers la prise de terre à mesurer et la
prise de terre auxiliaire.
Dans le cas des installations domestiques, pour toute nouvelle construction, la prise de
terre doit être constituée d’une boucle disposée à fond de fouille à la verticale des murs
extérieurs.
La boucle à fond de fouille est constituée d’un conducteur plein en cuivre recuit nu de
section circulaire d’au moins 29 mm2.
Des prises de terre complémentaires peuvent être parfois installées.
- conducteur métallique enfoui horizontalement dans le sol,
- barres, piquets ou conducteurs enfoncés verticalement ou obliquement dans le
sol.

Le tableau ci dessous reprend la valeur de la résistance de dispersion de la prise de


terre en fonction du type d’installation :

Types d’installations Ra (Ω )
Installations BT domestiques Ra < 30 Ω avec DD 300 mA.
Installations BT industrielles Ra < 30 Ω avec DD 300 mA.
Installations HT R HT≤ 5 Ω
RN ≤ 10Ω

Conducteur de terre : conducteur de protection reliant la borne principale de terre à la


prise de terre.
Conducteur de mise à la terre du neutre : conducteur reliant un point du conducteur
neutre à une prise de terre.
La section minimale des conducteurs de terre est :

68
69

- 16 mm2 si les conducteurs sont en cuivre et munis d’un revêtement


- 25 mm2 si les conducteurs sont en cuivre dans les autres cas
- 50 mm2 si ces conducteurs sont en Aluminium .
Les liaisons équipotentielles : Ce sont des liaisons spéciales destinées à mettre au même
potentiel des masses ou des éléments conducteurs étrangers.
Ex : les canalisations d’eau, de gaz etc.
Le conducteur principal d’équipotentialité a une section au moins équivalente à la moitié
de celle du plus gros conducteur de terre.
Toute sa section peut être limitée à 25 mm2 si le conducteur est en cuivre.

17.5 Les cinq règles d’or

Sauf dans des cas particuliers, il est essentiel d’intervenir sur des installations
électriques qui ne sont pas sous tension.
Pour ce faire, il y a lieu de mettre l’installation hors tension de manière sûre.
La procédure suivante ( les 5 règles d’or ) doit toujours être suivie.

1) Mise hors tension.


La partie de l’installation électrique à laquelle on travaille, ainsi que les parties non
isolées du matériel électrique comprises dans le volume d’accessibilité au toucher, sont
mises hors tension en utilisant un dispositif de sectionnement.
En HT, il faut toujours utiliser un interrupteur ou un disjoncteur avant de
réaliser la coupure visible avec le sectionneur. En effet, le sectionneur n’a pas de
pouvoir de coupure.

2) Balisage de la zone de travail


Si les délimitations et l’étendue de la zone de travail ne sont pas claires, la zone
de travail est balisée par exemple à l’aide d’une chaîne ( isolante) ou d’un ruban
de couleurs vives ( couleur de sécurité : jaune/noir ou rouge /blanc).

3) Contrôle de l’absence de tension


L’absence effective de tension est vérifiée par un appareil de mesure : un
voltmètre en basse tension et une perche testeur de tension en haute tension
(signal sonore, led, néons)

4) Mesures pour éviter toute remise sous tension.

Des mesures adéquates sont prises pour éviter toute remise sous tension
intempestive de l’installation électrique : consignation par cadenas, pancarte,
‘’interdiction de remettre sous tension’’, etc.

5) Mise à la terre et en court –circuit des parties mises hors tension.

69
70

Dans le cas d’installation HT, le matériel électrique est mis à la terre dans le
voisinage le plus immédiat de l’endroit de travail. Cette mise à la terre et en
court –circuit est réalisée de part et d’autre des parties actives mises hors
tension lorsque la mise sous tension est possible de deux ou plusieurs côtés.
Il faut toujours connecter d’abord la tresse à la terre. Le but de cette opération
est triple :
- décharger l’énergie capacitive ;
- constater que, malgré les mesures précédentes, il y aurait toujours de la
tension ;
- se protéger contre une remise sous tension accidentelle

Ces cinq interventions sont à considérer comme travail sous tension. En effet,
c’est seulement après avoir effectué la dernière que l’on peut considérer que la
mise hors tension est effective.
De plus, lors de ces opérations, on délimite le volume d’accessibilité au toucher,
on place des écrans, … donc on peut se trouver près des pièces sous tension.

Les équipements de protection individuelle doivent être portés par le personnel


réalisant la manœuvre jusqu’à la fin de celle-ci.
Pour la remise sous tension, les étapes décrites ci- dessus sont réalisées en sens
inverse, après s’être assuré que personne ne se trouve plus dans les zones de
travail et après avoir averti les utilisateurs potentiels de la remise sous tension
des différents équipements électriques.
Dans le cas d’un accident d’origine électrique, sans oublier de d’abord s’occuper
de sa propre sécurité, les mesures à prendre consistent à pratiquer en urgence,
les techniques des premiers soins aux électrisés.

17.6 Expérimentation

Comme on le voit, les données dont on dispose sur les dangers de l’électrocution
ne sont que probabilistes. En effet, des recherches sont en cours pour tenter
une meilleure clarification.
La difficulté provient du fait qu’il n’est pas possible, de pousser très loin des
expériences, sur des êtres humains : lorsqu’on fait croître le courant, les
sensations du sujet deviennent vite insupportables et il ne s’agit bien entendu
pas de s’approcher du seuil de danger. Aussi, les chercheurs font –ils porter
leurs expériences, dans les zones dangereuses que sur des animaux pour des
extrapolations peu adéquates à l’homme.

17.7 Conduite à tenir en cas d’accident

70
71

Premier temps : Dégager la victime et alerter les secours


Pour dégager un électrocuté, il faut s’isoler. Il faut couper le courant si on le
peut ; sinon, en basse tension, essayer de dégager la victime par des matériaux
isolants (bâton sec, linge sec, corde isolante).
Second temps : premiers soins en attendant les secours
- Si la respiration seule est arrêtée, mais que le cœur bat encore, il faut
immédiatement faire la respiration artificielle (méthode bouche-à-
bouche).
- Si la respiration et le cœur sont arrêtés, il faut immédiatement faire un
massage cardiaque externe, associé à la respiration artificielle.

La victime nécessite en outre, des soins spéciaux ; en effet, les courants de


haute tension provoquent parfois des déchirures musculaires étendues. La
matière colorante des muscles, la mychémoglobine est alors libérée ; elle passe
dans le sang et produit une insuffisance rénale aigüe.

Ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff

18. Contrôle de fin d’année

Utilisation classique du multimètre pour sonner :

1. Fusible
2. Lampes E27, B22, réglette, ampoule pour torche, fer à repasser, sonnerie,
moteur monophasé et triphasé, etc.
3. Un interrupteur
4. Disjoncteur
5. Reconnaissance des fils par la continuité
6. Câble
7. Un circuit de lampes, de prises, etc.
8. Une installation électrique
9. Utilisation d’une guirlande

Conséquences de :

1. Du mauvais serrage des fils ou câbles


2. Repiquage des lampes
3. Neutre coupé

71
72

Quand parle t-on de :

1. Claquage ?
2. Court –circuit ?
3. Surcharge ?
4. Défaut d’isolement ?
5. Surintensité ?
6. Surtension ?
7. Retour ?

72
73

EXEMPLE D’UN BILAN DES Puissance utilisation simultanéité Puissance cosφ tgφ Q foisonnée
PUISSANCES kW foisonnée kVAR
Pompe circulaire de l’eau froide 45 0,8 1 36 0,8 0,75 27
Pompe principale de variation de 3 0,8 1 2,4 0,8 0,75 1,8
fréquence d’alimentation
Pompe auxiliaire 2,2 0,8 1 1,76 0,8 0,75 1,32
Pompe d’élévation 22 0,8 1 17,6 0,8 0,75 13,2
Eclairage 2 0,8 1 1,6 1 0 0
Pompe supplémentaire de climatisation 3 0,8 1 2,4 0,8 0,75 1,8
Eclairage 4,1 0,8 1 3,28 0,8 0,75 2,46
Extraction d’air 1,85 0,8 1 1,48 0,8 0,75 1,095
Ventilateur anti déflagrant 1,3 0,8 1 1,04 0,8 0,75 0,78
Pompe incendie 18,5 0,8 1 14,8 0,8 0,75 11,1
Pompe de douche 37 0,8 1 29,6 0,8 0,75 22,2
Pompe des eaux usées 2,2 0,8 1 1,76 0,8 0,75 1,32
Eclairage local pompe 2 0,8 1 1,6 0,7 1,02 1,63
Eclairage sous sol +1er étage 83,46 0,8 1 66,76 0,7 1,02 68,09
Eclairage 2ème au 5ème étage 58,39 0,8 1 46,71 0,7 1,02 47,64
Eclairage RDC au 4ème étage 67,72 0,8 1 54,17 0,7 1,02 55,25
Ascenseur 18,6 0,8 1 14,88 0,8 0,75 11,16
Ascenseur 18,6 0,8 1 14,88 0,8 0,75 11,16
Installation de surveillance 10 0,8 1 8 0,8 0,75 6
Prises bureaux sous sol au 5ème étage 70,2 0,8 0,5 28,2 0,8 0,75 21,15
Groupe air frais sous sol 11,75 0,8 1 94 0,8 0,75 70,5
Groupe air frais RDC au 5ème étage 10,98 0,8 1 8,7 0,8 0,75 6,52
Eclairage salle de réunion 30 0,8 1 24 0,8 0,75 18
Equipement sonique salle de réunion 35,8 0,8 1 28,64 0,8 0,75 21,48
Equipement du local de transmission 10 0,8 1 8 0,8 0,75 6
Eclairage de sauvegarde 16,54 0,8 1 13,23 1 0 0
Local contrôle incendie 5 0,8 1 4 0,8 0,75 3
Ventilateur évacuation de fumée 8,2 0,8 1 6,56 0,8 0,75 4,92
Local gardien 13 0,8 1 10,4 0,8 0,75 7,8
Eclairage de la toiture 20 0,8 1 16 1 0 0
Groupe ventilo-convecteur 301,3 0,8 1 241,04 0,8 0,75 180,78
Total 803,29 625,155
73