Vous êtes sur la page 1sur 70

DEDICACE

Je dédie ce mémoire à mes parents adoptifs :


 Ma grand - mère Feue Madame SAMAKE DJENEBA DOUMBIA : la mort l’a
brutalement arrachée à notre affection le 05 mars 2017. Elle a tout consacré pour
ma réussite dans la vie jusqu’à son dernier souffle. Rien de ce que je t’offre ne pourra
exprimer l’amour et la reconnaissance que je te porte.
 Mon grand - père Feu SORIBA SAMAKE : ingénieur agronome décédé depuis
2009. Il a été un homme intègre et noble que je voudrais imiter.

Aucune dédicace en vous dédiant ce modeste travail je voudrais vous remercier de


m’avoir adopté depuis à l’âge de 5 ans jusqu’ à ce que Dieu vous rappelle. Merci
également pour vos sacrifices et pour l’affection dont vous m’avez toujours entourée.
J’aurais voulu vous voir assister cette journée spéciale de ma vie mais personne ne peut
empêcher la volonté de Dieu, que le Seigneur vous accueille dans son paradis.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

1
REMERCIEMENTS :
Je rends grâce à Dieu qui m’a donné le courage, la force, la santé et le privilège de
réaliser une partie de mon rêve. Après de longues années de travail et de sacrifices, je suis
arrivé à mener à terme ce modeste projet de terminer les études supérieures.
Je remercie les familles SAMAKE et MARIKO, mon grand frère Seydou DIARRA,
mes amis Ibrahima SOGOBA et Sekou.A.T.TRAORE pour leurs soutiens moraux,
matériels, et financiers pour la réussite de ma carrière scolaire.
 Mes vifs remerciements s’adressent au corps Professoral de L’Ecole Nationale
d’Ingénieurs Abderhamane Baba Touré (ENI-ABT) en particulier au Département de
Géologie pour le cursus universitaire.

Un merci spécial au Directeur Général de l’ENI-ABT Mr DIARRA Amadou Sanata, au


ministère des mines Pr Tièmoko SANGARE et son chef de cabinet Mme TRAORE Oumou
SOUMARE, le chef DER de géologie Pr-Ing Adama MARIKO, Dr-Ing Mody SIDIBE, pour
leurs grands appuis pendant mon temps de stages et de recherches.
Une mention particulière à mon Directeur de projet de fin d’étude Dr-Ing Oumar
SOUMARE.
Que l’ensemble du personnel de la société « Randgold Resources » trouve ici l’expression
de ma profonde gratitude pour m’avoir permis d’effectuer mon stage au sein de leur société
dans des conditions idoines de travail.
Mes sincères remerciements vont particulièrement à l’endroit de :
 Mr Fousseyni DIAKITE Directeur de l’exploration de Randgold Resources ;
 Mr Amadou FAMANTA, Manager de « Mineral resources » ;
 Mr Mohamed DIARRA, Manager du programme « Green Field » ;
 Mr Harouna KONE, mon encadreur et chef de projet de Bakolobi « Green Field » pour
ses pertinents conseils et le précieux temps qu’il m’a accordé malgré ses multiples
occupations ;
 Djibril MOUNKORO, Karaba DEMBELE, Yacouba TOURE et Mamadou TOGOLA,
vos remarques et suggestions ont été un apport inestimable dans la rédaction de ce
projet.
 tout le personnel du camp d’exploration de Sinsinko.

En fin, mes vifs remerciements sont adressés à :


 tous mes camarades de promotion pour les moments inoubliables qu’on a vécus
ensemble.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

2
SOMMAIRE :
DEDICACE .................................................................................................................................1
LISTE DES FIGURES:……………………………………………………………………………………………………………….…………5
LISTE DES TABLEAUX : ............................................................................................................5
LISTE DES IMAGES : .............................................................................................................6
RESUME ....................................................................................................................................8
PARTIE I : GENERALITES ....................................................................................................... 11
I. CADRE GEOGRAPHIQUE.................................................................................................................11
1. Localisation .................................................................................................................................................. 11
2. Relief ............................................................................................................................................................ 11
3. Climat – Hydrographie – Végétation et Faune ............................................................................................ 11
4. Population et activités économiques .......................................................................................................... 12
5. Voies de communication ............................................................................................................................. 12
II. GEOLOGIQUE ...................................................................................................................................14
1. Géologie régionale ...................................................................................................................................... 14
2. Géologie locale ............................................................................................................................................ 18
2.1. Lithologie .......................................................................................................................................... 18
2.2. Structures (tectonique) ................................................................................................................. 20
2.3. Altérations........................................................................................................................................ 20
2.4. Minéralisations aurifères du Craton Ouest Africain ................................................................ 23
III. HISTORIQUE DES TRAVAUX ......................................................................................................26
1. Travaux dans la région ................................................................................................................................. 26
2. Travaux de la société Randgold Resources dans la région .......................................................................... 26
3. Travaux sur le permis de Bakolobi ............................................................................................................... 27

PARTIE II : TRAVAUX EFFECTUES ........................................................................................ 30


CHAPITRE I : LE FORAGE A CIRCULATION INVERSE (RC) ET LE SONDAGE CAROTTANT ........... 30
I. LE FORAGE A CIRCULATION INVERSE (RC)……………………………………………………………………………..…….31
1. Définition ..................................................................................................................................................... 31
2. Objectif ........................................................................................................................................................ 31
3. Composition d’une machine de sondage : .................................................................................................. 31
4. Principe du sondage RC ............................................................................................................................... 32
5. Matériels de sécurité ................................................................................................................................... 33
6. Planification ................................................................................................................................................. 33
7. Echantillonnage ........................................................................................................................................... 35
7 1. Définition .......................................................................................................................................... 35
7.2. Objectif .............................................................................................................................................. 35
7.3. Moyens humains ............................................................................................................................. 35
7.4.1. Procédure d’échantillonnage ....................................................................................................... 36
7.4.2. Fiche de description géologique (log sheet) .............................................................................. 37
8. Contrôle des résultats d’analyse du laboratoire ......................................................................................... 38
9. Avantages et inconvénients de la méthode RC : ......................................................................................... 38
9.1. Avantages ......................................................................................................................................... 38
9.2. Inconvénients .................................................................................................................................. 38
II. SONDAGES CAROTTANT ................................................................................................................39
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

3
1. Définition et objectif.................................................................................................................................... 39
2. Planification des trous de sondages ............................................................................................................ 40
3. Matériels utilisés ......................................................................................................................................... 41
4. Principe et fonctionnement......................................................................................................................... 41
5. Le reflexe : ................................................................................................................................................... 41
6. L’orientation des carottes : ......................................................................................................................... 41
7. Méthodologie des mesures structurales sur les carottes ........................................................................... 43
8. Echantillonnage des carottes ...................................................................................................................... 44
CHAPITRE II : ETUDE COMPARATIVE ENTRE LES STRUCTURES MINERALISEES DE DIOULA ET
DE GAMAYE..................................................................................................................................... 46
I. Etude comparative avec la méthode RC sur les structures minéralisées de Dioula et de
Gamaye. ....................................................................................................................................................46
1. Description et interprétation des sections de sondages RC à Dioula (DLRC) .............................................. 46
1.1. Sondage DLRC37 au Nord de la structure de Dioula ................................................................ 46
1.2. Sondage DLRC18 au Nord de la structure de Dioula ................................................................ 48
1.3. Sondage DLRC47 au centre de la structure de Dioula ............................................................. 49
1.4. Sondage DLRC55 au Sud de la structure de Dioula .................................................................. 50
1.5. Sondage DLRC56 au Sud de la structure de Dioula .................................................................. 50
2. Description et interprétation des sections de sondages RC à Gamaye (GARC) .......................................... 51
2.1. Sondage GARC42 au Nord de la structure de Gamaye ............................................................. 51
2.2. Sondage GARC45 au centre de la structure de Gamaye ........................................................... 52
2.3. Sondage GARC46 au centre de la structure de Gamaye ........................................................... 52
2.4. Sondage GARC48 au Sud de la structure de Gamaye ................................................................ 53
2.5. Sondage GARC49 au Sud de la structure de Gamaye ................................................................ 53
3. Structures ......................................................................................................................................... 54
4. Etude comparative des lithologies et altérations de Dioula et de Gamaye ......................... 54
5. Etude comparative de la minéralisation des structures de Dioula et de Gamaye .............. 54
6. Conclusion : ...................................................................................................................................... 56
II. Etudes comparatives avec la méthode carottant dans les structures minéralisées de Dioula et
de Gamaye................................................................................................................................................57
1. Description et interprétation des sections à travers de sondages carottant à Dioula (DLDH) .................... 57
1.1. Sondage DLDH05 au Nord de la structure de Dioula ............................................................... 57
1.2. Sondage DLDH06 au Nord de la structure de Dioula ............................................................... 58
1.3. Sondage DLDH07 au centre de la structure de Dioula ............................................................. 59
2. Structure ...................................................................................................................................................... 59
3. Description et interprétation de section à travers de sondage carottant à Gamaye (GADH) ..................... 64
4. Conclusion ................................................................................................................................................... 67

PARTIE III : CONCLUSION GENERALE ET RECOMMANDATIONS......................................... 69


CONCLUSION GENERALE : .............................................................................................................. 69
RECOMMANDATIONS : ................................................................................................................... 69
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES : ..................................................................................... 70

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

4
LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Carte de localisation du permis de Bakolobi…………………………………………….……………….…..…13

Figure 2 : Le Craton Ouest Africain………………………..…………….………………………………………….…....17

Figure 3 : Géologie locale de la boutonnière Kédougou-Kéniéba………….……………………………………..……....25

Figure 4 : Les principales structures de Bakolobi…………………………………….………….......................................28

Figure 5 : La section de sondages DLRC37 et DLDH02 (section1)……………….…………………………………..…..47

Figure 6 : La section de sondages DLDH03 et DLRC18 (section2)………………………………………………………48

Figure 7 : La section de sondages DLRC47 et DLDH04 (section3)……………………………………………………...49

Figure 8 : La section de sondages DLRC55 et DLRC56 (section4)……………………………………………………….50

Figure 9 : La section de sondages GADH01, GARC40 et GARC39 (section5)……………...............................................52

Figure 10 : La section de sondages GAR45 et GARC46 (section6)………………………………………………………53

Figure 11 : La section de sondages DLDH05, DLDH01 et DLRC36 (section7) ……..…………………………………..58

Figure 12 : Le stéréogramme du sondage DLDH07………….………………...……………………………………...….63


Figure 13 : La section de sondages DLDH07 et DLRC44 (section7)….............................................................................64

Figure 14 : Le stéréogramme du sondage GADH01………………………………………………………………..…….66

LISTE DES TABLEAUX :

Tableau1: Les principaux assemblages litho-tectoniques de la boutonnière de Kédougou-Kéniéba…………….………..15


Tableau 2 : La planification des trous de sondages………………………………………………………………………..34

Tableau 3 : Les tubes carottiers et leurs diamètres….………………………………………………………………...…...43

Tableau 4 : Un exemple de mesures structurales du sondage DLDH07………………………………………………..…60

Tableau 5: Un exemple de mesures structurales du sondage GADH01……………...........................................................65

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

5
LISTE DES IMAGES :

Image 1 : Présentation de la sondeuse et le diviseur…………………………………………………............……………32

Image 2 : planification de trou de sondage………………………………………………………………………….....….34

Image 3 : les procédures d’échantillonnages…………………………………………………………………………..….37

Image 4 : Présentation de la sondeuse carottant………………………………………………………………….……….39

Image 5 : Planification du trou de sondage carottant (DDH)…………………………………………………………..….40

Image 6: L’orientation des carottes…………………………………………………………………………………….....42

Image 7 : Les trois sortes d’orientation sur les carottes (solide, dash, non orienté)……………………………………….43

Image 8 : Mesure au kénomètre…………………………………………………………………………………...………44

Image 9 : Brèche de Gamaye avec alteration d’hématite……………………………………………..…………………..55

Image 10 : Brèche de Dioula avec alteration de séricite…………………………………………………………………56

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

6
SIGLES ET ABRÉVIATIONS
AOF : Afrique Occidentale Française
ALB : Albite
ARG : Argilite
BX: Brèche
SBX: Shear breccia
SQR: Argilite schistosée
Ca: Carbonate
Ser: Sericite
Si: Silice
DDH: Diamond Drilling Hole
DOL : Dolérite
FOL : Foliation
GR: Grauwacke
GPS: Global Position System
QTZ : Quartzite
QV : Veine de quartz
RRL : Randgold Resources Limited
RC: Reverse Circulation
SDN: Sandstone (grès)
Hem: Hematite
Ch: Chlorite
SMS : Cisaillement Sénégalo-Malien
MTZ : Mouvement Transcurent Zone
Lim : Limonite
LAT : Latérite
MZ : Mottled zone
SAP : Saprolite
TZ : Zone de transition
FR: Roche fraîche
TR : Tranchée

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

7
RESUME

Ce présent document récapitule le suivi des travaux de profondeur lors de notre passage
dans le permis de Bakolobi pour la réalisation de mon projet de fin de cycle dont le thème
s’intitule : « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye
dans le permis de Bakolobi ».
Au début nous pensions que la structure minéralisée de Dioula est la continuité de celle
de Gamaye vers le Sud ; qu’elle a été décalée par le marigot, c’est-à-dire une faille. La
direction de la structure de Dioula est N-S à NNE-SSW et la direction de la structure de
Gamaye est NNW-SSE.
Le programme de dix (10) sondages RC réalisé sur les structures de Dioula et de
Gamaye a été planifié à la suite des résultats des travaux antérieurs de surfaces (géochimie,
géophysique etc…), de sub- surfaces (puits et tranchés). Il est précédé de 21 sondages RC
exécutés en 2016.
Ces sondages RC avaient pour but de connaitre l’extension de la minéralisation au Sud dont
nous n’avions aucune information. Quatre (4) sondages carottant sont aussi programmés
uniquement au Nord et au centre de la structure minéralisée de Dioula pour tester la
minéralisation à 200m de profondeur verticale.
Les deux méthodes de sondages ressortent que la minéralisation est associée le plus
souvent au quartzite, au grès (sandstone) et à la brèche. Ils sont affectés par l’altération
hydrothermale de silice, d’albite, de carbonate, de chlorite, d’hématite, de séricite.
Ces sondages ont recoupé des zones minéralisées d’épaisseurs relativement variables (de 16-
30m à Dioula et de 23-74m à Gamaye). La minéralisation est de type sulfuré (pyrite et
arsénopyrite) et résulte de l’altération hydrothermale.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

8
INTRODUCTION
Les ressources minérales constituent l’une des bases de la civilisation. Depuis la
chasse aux métaux précieux du Paléolithique jusqu’aux recherches visant à découvrir de
nouvelles substances, elles n’ont cessé de faire partie des moteurs, non seulement de
l’économie mondiale, mais également du progrès de nos sociétés. Les ressources minérales
sont omniprésentes, dans nos constructions comme dans nos moyens de transport et nos
instruments de travail; elles ont été indispensables aussi bien aux sculpteurs de la
Renaissance qu’elles le seront aux biopharmaciens de demain.
Ces matières minérales sont toujours extraites, soit par méthodes traditionnelles ou par
méthodes technologiques avancées de certaines formations dans lesquelles elles étaient
concentrées. Au départ une petite quantité d’éléments chimiques étaient utilisées en raison
des besoins limités de l’humanité d’une part, et du faible niveau scientifique et
technologique de l’homme d’autre part. Avec la forte croissance de la population mondiale
combinée à l’amélioration du cadre de vie à travers le monde, la demande des produits
miniers de toute sorte a fortement augmenté. En même temps, la recherche est devenue de
plus en plus complexe, le minerai étant caché sous une couverture à une profondeur de plus
en plus grande.
Pour découvrir ou identifier de nouveaux gisements de minéraux utiles, l’exploration
géologique s’appuie sur d’autres sciences de la terre : métallogénie, géochimie,
géophysique ….etc.
Quant à la métallogénie qui s’occupe de l’analyse des paragénèses minérales, leurs
successions et leurs évolutions chronologiques en liaison avec l’histoire géologique des
secteurs où sont situées les concentrations minérales exploitables, elle se définit
étymologiquement comme la science qui étudie la genèse des minerais et des gisements de
minéraux utiles exploitables. Elle a pour objet:
 De préciser la localisation de concentrations des minéraux utiles ;
 De déterminer la relation des concentrations minérales avec le contexte géologique ;
 De déterminer le processus d’évolution des gisements et leurs conditions
d’exploitabilité.
C’est dans le cadre de concilier pratiquement l’objet de cette discipline aux théories
faites en classe que l’Ecole Nationale d’Ingénieurs Abderrahmane Baba Touré (ENI-ABT)
exige aux futurs ingénieurs métallogénistes que nous sommes, des stages en vue de les
rendre plus opérationnels sur le terrain. Ce stage nous permet d’acquérir des habilités
pratiques nécessaires à la maîtrise de notre discipline. Il permettra aussi à l’étudiant
d’élaborer un projet de fin d’études qu’il défendra devant les membres du jury afin d’obtenir
son diplôme. C’est dans cette optique que nous avons été accueillis par la société Randgold
Resources pour un stage de 2 mois.
Pour une bonne compréhension et une meilleure présentation, nous avons scindé le contenu
de ce mémoire en trois (3) parties :
♦ Partie I : généralités sur le permis de Bakolobi
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

9
♦ Parie II : travaux effectués
♦ Partie III : conclusion générale et recommandations

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

10
PARTIE I : GENERALITES

I. CADRE GEOGRAPHIQUE

1. Localisation

Le permis de Bakolobi se situe dans la commune de Kéniéba, cercle de Kéniéba, région


administrative de Kayes à l’ouest du Mali. Il est bordé à l’ouest par la rivière Falémé (frontière
naturelle entre le Mali et le Sénégal). Situé à 350 Km à l'ouest de Bamako et à 250 Km au sud
de Kayes, le permis est accessible par voie latéritique à partir de la commune de Kéniéba dont
il est distant d’environ 21Km (à vol d’oiseau) et il couvre une superficie de120 km2. Le permis
de Bakolobi se trouve à 15 km au sud du gisement de Gounkoto et frontalier avec le gisement
aurifère de Fékola vers le Sud.

2. Relief

La zone est constituée d’une pénéplaine dominée à l’Est par le plateau de la Tambaoura,
de direction NNW-SSE. Les altitudes du plateau sont comprises entre 200m et 250m. La
pénéplaine correspond à la région du Bambouk, dont l’altitude moyenne est de l’ordre d’une
centaine de mètres.

3. Climat – Hydrographie – Végétation et Faune

La région de Kédougou-Kéniéba est caractérisée par un climat de type tropical. Il est


dominé par l’alternance d’une saison sèche longue allant de Novembre à Mai et d’une saison
pluvieuse allant de Juin à Octobre. Les précipitations varient entre 800mm et 1100mm par an.

Le réseau hydrographique de la zone est marqué par la rivière Falémé (affluent du


fleuve Sénégal) avec ses cours d’eau tributaires Doundé et Gara. Cette rivière servant le plus
souvent de frontière entre le Mali et le Sénégal coule du sud vers le nord de fin juin à mars.
De nombreuses rivières et de petits réseaux de drainage qui naissent et meurent au rythme
de la saison pluvieuse alimentent la partie du fleuve qui passe dans le permis de Bakolobi.
La végétation est composée de Baobab, de caïlcedrat, de Karité, de jujubier et surtout de
lianes. On rencontre également quelques pieds disséminés de Néré. Cette couverture végétale
est de plus en plus dégradée à cause de la coupe abusive. Seules quelques forêts subsistent le
long des cours d’eau.

La faune est essentiellement dominée par les singes, les reptiles (serpents, tortues, varans,
geckos) et les oiseaux. Les antilopes, les biches et les phacochères deviennent de plus en plus
rares, certainement à cause de la chasse excessive, de la destruction du couvert végétal et du
croissant bruit de machines dans la zone.
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

11
4. Population et activités économiques

La population de la région comprend : les Malinkés, les Soninkés, les Peulhs, les
Bambaras et les Khassonkés. On y trouve aussi des ressortissants des pays frontaliers
(Sénégal, Guinée et Burkina-Faso) et de la sous-région (Nigéria et Ghana). Les activités
principales de la population sont l’orpaillage, le commerce et l’agriculture ; l’élevage et la
pèche sont peu pratiqués.

Les activités industrielles sont représentées par les exploitations minières d’or : Loulo,
Tabakoto, Gounkoto (cercle de Kéniéba), Sadiola et Yatéla (cercle de Kayes) et la mine d’or
de Fékola.

5. Voies de transport et de communication

Le permis est accessible par :

 La route goudronnée Bamako-Kéniéba qui se poursuit au sud-ouest par la voie


latéritique Kéniéba-Sinsinko sur 15 km ;
 Voie aérienne de Bamako-Kéniéba (une piste d’atterrissage pour aéronefs légers
existe à Kéniéba), puis par la même voie latéritique Kéniéba-Sinsinko.

L’éloignement des antennes de relais téléphoniques est à la base d’une pauvre couverture
des réseaux Malitel et Orange ML.
Les décodeurs permettent d’obtenir une multitude de chaînes de télévision qui constituent
une source d’information et de distraction. A ces chaînes s’ajoutent quelques stations de radio
publiques et privées (Radio rurale, Radio Nyasuma, Radio Tambaoura…).

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

12
Kéniéba
Mine d’or de
Gounkoto

Bakolobi

Gisement
aurifère
de Fékola

Figure 1 : Carte de localisation du permis de Bakolobi

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

13
II. GEOLOGIQUE

1. Géologie régionale

Les travaux de Kennedy (1964), Bessenyei (1977) et Black (1980) ont montré que le
continent africain est constitué de quatre cratons :

 Le craton du Congo et du Kalahari ;


 Le craton Nilotique ;
 Le craton de l’Afrique centrale ;
 Le craton ouest africain.

Sur le plan régional, notre zone d’études se trouve sur le Craton Ouest Africain et
principalement dans la fenêtre de Kédougou-Kéniéba.

1.1. Craton Ouest Africain

Le continent africain est constitué d’un ensemble de blocs soudés entre eux par des
zones mobiles (Rocci 1965). Le craton Ouest africain (COA) qui représente l’un de ces
blocs identifiés par Kennedy en 1964 est constitué de terrains d’âges Archéens et
protérozoïques inferieurs stabilisés vers 1600 – 1500 millions d’années. Il est limité au Nord
par l’Anti-Atlas, à l’Est par la zone mobile centre- africaine, à l’Ouest par la zone mobile
d’Afrique de l’Ouest. Il est recouvert sur une grande partie de sa surface par les formations
sédimentaires d’âge protérozoïque supérieur à paléozoïque des bassins de Tindouf au Nord
et de Taoudéni dans sa partie centrale. Les zones d’affleurement du craton oust-africain sont
fractionnées en trois(3) parties d’inégales étendues dans l’orogène panafricain :
 Au Nord par la dorsale de Réguibat,
 Au Sud par la dorsale de Man où Léo,
 Dans sa partie médiane par les fenêtres de Kayes et Kéniéba.
La dorsale de Réguibat s’étend sur la Mauritanie et l’Algérie occidentale et comprend un
terrain Archéen à l’ouest et un terrain birimien protérozoïque à l’Est. Les formations
archéennes sont affectées par l’orogenèse léonienne, datée entre 2,9 et 2,7 Ga (Barrère,
1967; Vachette et al. 1973 ; Beckinsale et al. 1980), puis par l’orogenèse libérienne datée
entre 2,7 et 2,5 Ga (Barrière, 1967 ; Vachette et al. 1973). Les formations birimiennes ou
paléoprotérozoïques sont affectées par l’orogenèse éburnéenne intervenant entre 2,3 et 2,0
Ga (Bassot 1963, 1983 ; Feybesse et al. 1989 ; Liégeois et al. 1991). La dorsale de Léo
s’étend sur une grande zone recouvrant le Sud du Mali, la Cote d’Ivoire, le Burkina Fasso,
le Niger, le Ghana et la Guinée ; elle est séparée de la dorsale de Réguibat par le bassin
sédimentaire de Taoudéni. La partie archéenne occidentale dénommée la dorsale de Man,
est séparée de la formation birimienne orientale du domaine Baoulé Mossi par la faille de
Sassandra. Les deux fenêtres, de Kayes et de Kédougou-Kéniéba, suggèrent une continuité
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

14
du socle protérozoïque en-dessous du bassin Taoudéni. Le permis de Bakolobi se situe dans
la formation de Kofi de la fenêtre de Kédougou-Kéniéba.

1.1.1. Fenêtre ou boutonnière de Kédougou-Kéniéba

La boutonnière de Kédougou-Kéniéba est délimitée sur sa marge ouest par la chaîne


hercynienne des Mauritanides. Elle est recouverte en discordance par des sédiments du néo-
protérozoïque du bassin de Taoudéni sur tous les autres côtés.
Comme la plupart des autres provinces birimiennes, la boutonnière de Kédougou-
Kéniéba est dans son ensemble très peu métamorphisée (faciès schiste vert de l’orogénie
éburnéenne). Un autre phénomène observé dans la boutonnière est l’importante
manifestation hydrothermale ; celle-ci est caractérisée par le développement des veines et
veinules de quartz (parfois tourmalinisées et le plus souvent associées à l’Or).
Les études faites dans la fenêtre de Kédougou- Kéniéba par Bassot (1966) et le projet
Mali Ouest 1 (1989) montrent que la partie malienne de cette fenêtre comprend d’Ouest en
Est respectivement trois groupes et trois formations correspondantes présentés dans le
tableau ci-après :

Bassot Mali Ouest Lithologies


(1966) (1989)
Groupe de Formation de Volcanites mafiques,
Mako Saboussiré
volcano-sédiments et sédiments

Groupe de Formation de
Dialé kéniébandi Domaine sédimentaire,

quelques volcanites

Groupe de Formation de
Daléma kofi Domaine sédimentaire, volcanite,
complexes calco-alcalins

Tableau 1: les principaux assemblages litho-tectoniques de la boutonnière de Kédougou-


Kéniéba
La formation de Saboussiré
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

15
Constituée d’un ensemble puissant de roches d’origine volcanique, volcano-sédimentaire;
cette formation occupe la moitié nord occidentale de la fenêtre. Elle forme dans la partie
méridionale, une bande large de plusieurs kilomètres le long de la rivière Falémé. Sur
l’ensemble de la formation, il y a une nette prédominance des lithologies volcaniques qui
décroit vers la bordure orientale où les roches sédimentaires dominent (J.P. BASSOT). La
formation de Saboussiré peut être divisée en trois (3) sous-ensembles lithologiques :
♦ Un ensemble magmatique basique constitué des intercalations puissantes, mais
discontinues dans les séquences volcaniques ;
♦ Un ensemble volcanique de composition variable, mais à prédominance
intermédiaire à basique. Cet ensemble comprend de métalaves et des pyroclastites.
♦ Un ensemble de métasédiment lithologiquement hétérogènes et montrant localement
des passages progressifs à des métapyroclastiques.
La formation de Kéniébandi

C’est une succession de métasédiments composés de grauwackes carbonatés avec des


intercalations de conglomérats, des volcanites intermédiaires déposés dans un bassin entre
deux zones de cisaillement. La limite de cette formation avec la formation de Kofi est
marquée par le batholite granitique de Saraya.

La formation de Kofi

Elle est la formation la plus orientale située entre celle précédente de Kéniébandi à
l’ouest et les grès du protérozoïque supérieur de la Tambaoura à l’est. Elle est composée
d’Ouest en Est par :
Une séquence sédimentaire proximale représentée par des turbidites grossières, des
grauwackes, des grès, des conglomérats, des pélites et des carbonates ;
Une séquence sédimentaire distale de mer profonde à dominance de schistes et pélites.
Ces formations ont fait l’objet de déformations polyphasées avec des plissements, des
charriages et de grands cisaillements de directions N-S, NE-SW, E-W, et NW-SE.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

16
Figure2 : Le Craton Ouest Africain

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

17
2. Géologie locale

Les lithologies du permis de Bakolobi sont composées de roches sédimentaires


(grauwacke, argilite…) et de roches intrusives : dolérite, microdiorite et albitite. Ces roches
sont affectées par des cisaillements de direction N-S à NE-SW. Elles ont également subi des
altérations superficielle et hydrothermale.

2.1. Lithologie

Les lithologies du permis de Bakolobi sont constituées de grauwacke, de quartzite, de


brèche, d’argilite, de grès (Sandstone), de cipolin, d’albitite, de microdiorite et de dolérite.

Grauwacke

Le grauwacke est une roche sédimentaire d’origine détritique de la classe des arénites
de teinte gris-verdâtre à sombre. Son ciment assez abondant est riche en chlorite et minéraux
argileux. Il contient des grains de quartz, de feldspath, de mica et des débris d’origine
volcanique.

Quartzite

Le quartzite est une roche massive compacte, en général claire, d’aspect gras et
constitué de cristaux de quartz intimement soudés, souvent dentelés et engrenés. Sa couleur
souvent rose résulte de l’albitisation et lui vaut l’appellation de « quartzite rose ».

Argilite

Roche sédimentaire de granulométrie fine (< 2µm) constituée de minéraux argileux. Ses
litages ne sont toujours pas nets. Elle est souvent affectée d’une schistosité et est alors
désignée sous le nom d’argilite schistosée (SQR).

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

18
Brèche

Les brèches présentent des clastes différents (brèche polygénique) ou des clastes
identiques (brèche monogénique). Les clastes comprennent des clastes de séricite, d’albite,
d’hématite, etc. La matrice est constituée de tourmaline ou de chlorite.

Grès (Sandstone)

Le grès est une roche sédimentaire formée à partir de fragments de sable cimentés. Sa
variabilité de couleurs est due par l’alteration, parfois noire lui vaut la désignation de « grès
noir » (black Sandstone).

Cipolin

Le cipolin est un calcaire métamorphique à minces filets de serpentine favorisant un


débit similaire de la roche. Au sens large, c’est une roche métamorphique formée de
cristaux de calcite enchevêtrés, a cassure saccharoïde, donnant souvent de beaux marbres.
En général de teinte claire, homogène ou à veines ondulées, parfois concentriques, issu du
métamorphisme de minces lits plus argileux.

Albitite (Felsic)

C’est une roche intrusive silicatée, enrichie en éléments tels que le silicium, l'oxygène,
l'aluminium, le sodium et le potassium. Elle contient du quartz, de la muscovite, de l'orthose
et du feldspath. Leur appellation est issue de la combinaison entre feldspath et silice.
Microdiorite

Il s’agit d’une roche magmatique plutonique constituée de plagioclases, d’amphibole et


de mica. Sa texture est microgrenue.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

19
Dolérite

La dolérite est une roche magmatique microgrenue de composition intermédiaire entre


les gabbros et les basaltes. Elle est en général massive et compacte, de couleur grise à noire,
le plus souvent vert sombre.

2.2. Structures (tectonique)

L’accident Sénégalo-Malien domine la tectonique de la zone d’études. Il a été défini


sous ce nom par J.P. Bassot et A. Dommanget (1986). Les structures de direction NNE-
SSW, sont fréquentes et ont joué un rôle important dans le processus de minéralisation d’or.
Les structures de direction E-W correspondent à des dykes et à des porphyres. Certains
affleurements dans la zone de cisaillement sont caractérisés par la présence de plis. Les axes
de ces plis sont grossièrement parallèles à la direction de la foliation et montrent des
plongements variables. D’une manière générale, on distingue dans la boutonnière de
Kédougou-Kéniéba deux principales zones de cisaillement :
L’accident Sénégalo-malien : aussi appelé SMS-Sénégalo-Malian Shear (Bassot et
Dommanget, 1986) qui se dispose parallèlement à la rivière Falémé ;
La zone Principale Transcurente-Main Transcurent Zone (MTZ), Ledru et al, 1991. Cette
dernière ne passe pas par notre zone d’études.

2.3. Altérations

Deux types d’altération sont rencontrés dans le permis de Bakolobi : l’altération


superficielle et l’altération hydrothermale.

2.3.1. Altération superficielle ou météorique

L’altération superficielle résulte de l’action du climat et des eaux météoriques (chargées


d’O2 et de CO2 de l'atmosphère) sur les roches. Elle s’opère de la surface vers la profondeur
et consiste en une transformation des minéraux primaires en de nouveaux minéraux. Elle
comprend l’hydrolyse, l’oxydation, la dissolution et l’hydratation.
Les eaux chargées s'infiltrent par les zones de faiblesse de la roche (Failles, Fractures,
Joints) et réagissent avec les minéraux de celle-ci. Ce qui se traduit par le départ de certains

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

20
éléments rendant ainsi la roche vulnérable et fragile. Parmi les types d’altération
superficielle, nous avons : l’hématisation, la limonitisation et la kaolinisation.

L’hématisation

C’est la formation de l’hématite qui a lieu lors de l'oxydation du fer libéré par des
minéraux tels que la pyrite, l'arsénopyrite et la biotite, au contact des eaux météoriques
donnant lieu à une coloration rouge d’oxyde de fer.

La limonitisation

C’est le degré inferieur de l'hématisation, elle donne naissance à des minéraux argileux de
couleur jaune.

La Kaolinisation

Il s’agit de la mise en place de la kaolinite. La kaolinite provient de l’altération des


feldspaths, de la muscovite et/ou d’autres aluminosilicates de différentes roches ignées. Elle
se distingue par sa couleur blanchâtre.

2.3.2. Altération hydrothermale

L’altération hydrothermale est un processus provoqué par l'ascension des fluides


hydrothermaux sous pression et température élevées à travers les formations géologiques via
les zones de faiblesse. Il en résulte une modification des formations traversées avec parfois
néoformation de minéraux. Les types d’altération hydrothermale rencontrés à Bakolobi
sont : l’albitisation, la carbonatation, la chloritisation, la sericitisation, la silicification, la
sulfuration et la tourmalinisation.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

21
L'albitisation

L’albitisation consiste en une intégration des ions sodium dans les plagioclases des
roches magmatiques ou métamorphiques. Ce qui conduit à la formation de l’albite qui,
devient le seul feldspath.

La carbonatation

La carbonatation est une transformation au cours de laquelle la calcite se forme à la


surface de la roche lui donnant une coloration blanchâtre. On l'observe généralement dans
les joints, les fractures et les failles tardives.

La chloritisation

Il s’agit d’une différenciation due au métamorphisme de contact. Ce qui donne lieu à


des minéraux du faciès schistes verts. La chloritisation est à la base de la coloration verte
des roches, et s’observe dans certaines fractures aux alentours des veinules et des veines
quartzo-feldspathiques.

La séricitisation

La séricite est une muscovite finement fibreuse de couleur jaune verdâtre. La séricite
provient de l'altération d’autres silicates (muscovite, damourite, …).

La silicification

C’est le processus par lequel la silice imprègne la roche préexistante. Elle affecte toutes
les roches en les rendant dures et leur donnant un éclat gras. La silice se manifeste sous
forme de veines de quartz ou sous forme diffuse.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

22
La sulfuration

La sulfuration est l’imprégnation des roches par les sulfures tels que la pyrite, la
pyrrhotite, l’arsénopyrite et la chalcopyrite. Ces sulfures sont généralement en paragenèse
avec l’or et constituent de bons indicateurs de minéralisation.

La tourmalinisation

La tourmalinisation conduit à la formation de la tourmaline à partir des fluides


hydrothermaux riches en bore. On l’observe essentiellement dans la brèche minéralisée en
général.

2.4. Minéralisations aurifères du Craton Ouest Africain

Comme les matériaux tels que les métaux précieux et les diamants tendent avec le
temps géologique à se séparer de leurs roches mères et à se regrouper dans des unités
géologiques particulières notamment au sein de la croûte terrestre, les cratons les plus
anciens sont d'un grand intérêt pour les compagnies minières.
Parmi les gisements du Protérozoïque inférieur du Craton Ouest Africain (COA), ceux de
l’or occupent une place de choix. Selon Milési et al. (1989), les plus grands stocks d’or sont
contenus dans l’ensemble sédimentaire du birimien inférieur(B1), suivi des conglomérats
tarkwaiens, puis des formations volcano-plutoniques de l’ensemble B2 (birimien supérieur).
Les granitoïdes ne contiennent qu’une infime partie du stock d’or. Sur la base de la nature
des roches encaissantes, du type de structure hôte, de la géométrie des corps minéralisés et
des paragénèses, Milési et al. (1989) distinguent dans le birimien, sept principaux types de
minéralisations aurifères :

Type 1 : minéralisations encaissées dans des turbidites tourmalinisées (Loulo au Mali) ;


Type 2 : minéralisations à sulfures disséminés, encaissées dans des roches volcaniques ou
plutoniques (Yaouré en Côte d'Ivoire, Syama au Mali) ;
Type 3 : conglomérats aurifères (district de Tarkwa au Ghana) ;
Type 4 : minéralisations discordantes à arsénopyrite (Ashanti au Ghana) ;
Type 5 : minéralisations quartzeuses discordantes à or natif et sulfures polymétalliques
(Poura au Burkina Faso, Kalana au Mali, Sabodala au Sénégal)
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

23
Type 6 : placers alluviaux et éluviaux ;
Type 7 : gîtes latéritiques (Ity en Côte d'Ivoire).
Les types 6 et 7 sont des minéralisations secondaires alors que les cinq (5) premiers
sont primaires.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

24
N

Figure 3 : Géologie locale de la boutonnière Kédougou-Kéniéba

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

25
III. HISTORIQUE DES TRAVAUX

1. Travaux dans la région

Depuis l’établissement de la carte géologique de l’Afrique Occidentale Française (AOF)


par HUBERT au début du XXe siècle à l’échelle 1/5 000 000 puis au 1/1 000 000e ; plusieurs
travaux d’exploration ont été entrepris dans la région Ouest du Mali.
 les études de NIKLIS (1936), LEGAUX (1939) et BASSOT (1967)
 1960 des missions soviétiques et françaises ;
 1970 travaux d’exploration effectués par la DNGM et le BRGM réunis au sein
d’une joint-venture sous le nom de Syndicat Or ;
 1979-1985 des travaux de recherches minières ont été menés par les Syndicats Or
et diamant, et la COGEMA pour l’uranium
 1981 découverte du gisement de Loulo 0 (actuel Gara) par Syndicat Or;
 1987-1988 projet Mali Ouest1 (premier volet), financé par le FED, pour les études
géologique et géochimique à la maille (1000 m x 250 m) des fenêtres birimiennes
de Kayes et de Kédougou-Kéniéba ; ce qui a permis la découverte de l’anomalie de
Sadiola ;
 1989 différentes phases de sondage ont été exécutées et une étude de préfaisabilité
a été réalisée par le BRGM sur le gisement de Loulo 0 (actuel Gara) ;
 1992 Broken Hill Property (BHP) fait son entrée dans la SOMILO par la signature
d’un contrat d’option. Une étude de faisabilité a alors été réalisée sur Loulo 0 et
deux corps satellites pour une ressource totale de 1.28 millions d’onces à une
teneur moyenne de 5.88g/t. BHP jugea le projet trop petit pour satisfaire ses
besoins.
 De 2000 à 2004 Nevsun entreprend des travaux de recherche, d’évaluation et
d’études de faisabilité qui ont permis d’aboutir aux gisements de Tabakoto et de
Ségala. Ces derniers sont actuellement exploités par la société ENDEAVOUR.

2. Travaux de la société Randgold Resources dans la région

 En 1995 Randgold Resources Limited (RRL) a acquis des intérêts dans la


Société des Mines de Loulo 0 (SOMILO) par l’achat de BHP-Minerals Mali
Inc;
 En 1996 les travaux de fonçage de puits, des tranchées et de sondages,
commencés en décembre 1995 ont abouti à la découverte du gisement de Yaléa;
 De 1997-2001 la délimitation des ressources de plus d’un (1) million d’onces à
Yaléa et l’exécution des sondages de confirmation à Loulo 0 (actuel Gara). Dès
lors, les ressources du projet ont constamment augmenté pour atteindre
4.27 millions d’onces avec un coût moyen de découverture de 5 $ US par once.
 Août 2003-Juillet 2004 réalisation des travaux d’exploration au niveau de dix
(10) gisements satellites considérés comme prioritaires à savoir : Baboto (nord
et sud de forte teneur), P125, Yaléa (zone sud du mur), Loulo 2, Loulo 3 (nord,

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

26
sud et centre), P64, PQ10, P129 (zone de forte teneur), Bolibanta et Loulo 0
(Gara) Ouest.
 En Juin 2005 l’exploitation de Yaléa a commencé et continue jusqu’à présent ;
 Le 12 Novembre 2005 inauguration de la mine de Yaléa par l’ex-président de
la République du Mali, Amadou Toumani TOURE (ATT)
 En Juin 2006 l’exploitation de Gara a commencé et continue jusqu’à présent ;
 En 2006 P129 a été transformé en carrière d’exploitation ; l’exploitation n’a
duré que quelques mois ;
 En 2009 La découverte du gisement de Gounkoto a été annoncée au mois de
mai à la suite des travaux d’exploration de Randgold Resources Ltd ;
 En 2011 commença l’exploitation à ciel ouvert du gisement de Gounkoto.

3. Travaux sur le permis de Bakolobi

La société Randgold Ressources a entrepris une vaste campagne de travaux d’exploration


réalisée dans la partie nord de la zone de Bakolobi. Ces travaux comprenaient :

 Un programme de levé IP_chargeabilité et magnétisme, 290 km de lignes ont été


coupées à Bakolobi en 45 jours soit en moyenne 6,4 km par jour. La longueur des
lignes variait entre 2km et 8km et l’intervalle entre les lignes est de 200m. En vue de
faciliter l’accès, six stations ont été aménagées entre les lignes. Les résultats de levé
IP_chargeabilité nous montrent des structures N-S, NNE-SSW et NNW-SSE. La
moitié du permis Ouest se trouve dans un environnement à chargeabilité forte à
modérée et l’autre moitié centre Est se trouve dans un environnement modérément
chargé et c’est dans cette zone que beaucoup de valeurs géochimiques se concentrent.
Les structures géophysiques corrèlent bien avec les anomalies géochimiques sol.

 Une campagne de géochimique sol détaillé à la maille 200m x 50m accompagné de la


cartographie de régolite, menée le long du couloir de Fekola et la partie Ouest du
permis. Environ 1933 échantillons sol ont été prélevés. Les résultats d’analyses des
échantillons ont donné avec une valeur moyenne de 40ppb Au, dont 250 valeurs
supérieures ou égales à 50ppb Au et une valeur pic de 2,350ppb Au. Ces résultats font
ressortir des anomalies géochimiques orientées NS, NNE-SSW et NNW-SSE dont
leurs intersections créent des zones d’ouverture d’enrichissement en Or. Les résultats
de la combinaison des données de la géochimie détaillée et de la géophysique
régionale ont permis d’établir une carte d’anomalie sol contour appelé: Anomalie sol
hand contour. A Randgold, la teneur de fond commence à partir de 25ppb. Le
régolite de la zone cartographiée est constitué principalement de plateau latéritique
(Cp1, Cp2 et Cp3), de régime dépositionnel (Da, Dp3) et érosionnel (Eo1, Eo3). La
superposition des résultats de géochimie sol sur la carte de régolite montre, que les
valeurs anormales sont dans leur grande majorité situées sur le régime cuirassé (Cp3).

 En 2016 un programme de tranchées et de sondages RC a été exécuté le long du


corridor de Fekola et la partie Ouest du permis. Les trous étaient orientés d’ouest en
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

27
Est, avec un espacement d’un (1) km au minimum entre les lignes et 40 mètres
(distance minimale) entre les trous de sondage (pendage -50°).

Les principales structures dans le permis de Bakolobi comprennent la structure de


Koliguinda NW-SE, de Dioula NNE-SSW, la structure de Gamaye NNW-SSE ; mon étude
comporte sur les deux dernières structures.

Figure 4 : les principales structures de Bakolobi

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

28
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

29
PARTIE II : TRAVAUX EFFECTUES

CHAPITRE I : LE FORAGE A CIRCULATION INVERSE (RC) ET LE


SONDAGE CAROTTANT

Introduction
Le forage pour le pétrole et l’eau, le sondage pour les miniers, les deux termes incluent
toutes les opérations entreprises pour atteindre les roches poreuses et perméables qui
peuvent contenir les hydrocarbures liquides ou gazeux, et les métaux précieux
recherchés, ou même de l’eau potable pour la consommation.
Les sondages miniers sont basés sur les résultats des études de surfaces (géophysiques et
géochimiques sol ...etc) et les études de subsurfaces (puits et tranchés). Toutes ces études
peuvent donner une idée du sous-sol, et orienter vers les zones pouvant contenir un
gisement de métaux précieux, mais ne peuvent pas dire d’une manière définitive que le
gisement en question existe en profondeur. Seul le forage peut confirmer les hypothèses
élaborées et montrer quels types de fluide, ou de minerais sont contenus dans les roches.
C’est pour cette raison que 10 sondages RC et 4 sondages carottant ont été planifiés pour
tester la minéralisation en profondeur dont j’ai participé à ces travaux.

Dans le domaine minier, il existe différentes méthodes de sondages dont chacune d’elle
intervient dans un cadre précis :

♦ Forage à la moto- tarière ou auger : elle concerne les faibles profondeurs et


s’arrête au niveau de la saprolite. Son but est de voir l’enracinement de la
minéralisation en profondeur ;
♦ ROTARY AIR BLAST(RAB) : il fonctionne par rotation à travers l’air
comprimé et s’arrête au niveau de la saproc (une roche partiellement altérée à
laquelle on reconnait des fragments de la roches d’origine) ;
♦ Le forage à circulation inverse ou reverse circulation (RC) : il est très fréquent
en exploration comme à la production ;
♦ Le sondage carottant ou Diamond : intervient généralement dans la phase
ultime de l’exploration. Avec les carottes, on fait les études suivantes : la
description lithologique, l’étude structurale, la géotechnique (pour connaitre le
RQD ou désignation de qualité de la roche).
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

30
I. LE FORAGE A CIRCULATION INVERSE (RC) OU REVERSE
CIRCULATION

1. Définition

Appelé sondage RC par les miniers, le forage à circulation inverse est une technique de
forage destructif au marteau fond de trou ou à la trilame qui permet de réaliser des forages
avec récupération des échantillons en continue à l’aide d’air comprimé utilisé comme fluide
de circulation. On dit qu’il est à circulation inverse parce que le fluide de circulation pénètre
par l’espace annulaire ; c’est à dire entre la tige extérieure et la tige intérieure pour appliquer
la pression au bout du marteau (bit ou taillant) provoquant la fragmentation des roches. La
roche, une fois transformée en débris, sort maintenant par l’intérieur de la tige intérieure. D’où
le contraire des autres méthodes ordinaires de forage.

2. Objectif

Dans le cadre de cette campagne RC le but des sondages RC, est de tester l’extension
de la minéralisation au Sud de la structure de Dioula et de Gamaye.

3. Composition d’une machine de sondage :

Les différentes parties essentielles de la sondeuse sont :


 Derrick ou Mat ;
 Treuil ;
 Table de rotation ou mandrin,
 Compresseur d’air ;
 Tête d'injection ;
 Deux moteurs diesel ;
 Tige carré ou Kelly ;
 Cyclone ;
 Ligne de sonde ou train de tige ;
 Taget et raccord ;
 Marteau et ses accessoires.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

31
Sondeuse Diviseur

Image 1 : présentation de la sondeuse et le diviseur


4. Principe du sondage RC

La méthode de forage à circulation inverse (RC) consiste à utiliser un double tube de


forage et de l'air comprimé utilisé comme fluide de circulation. Le premier moteur est
chargé de fournir l’air comprimé nécessaire à la fragmentation de la roche et le second
moteur permet le fonctionnement de la machine et les différents manœuvres des tiges. Un
outil, monté au bout d'une ligne de sonde (tiges et masses-tiges creuses) est animé d'un
mouvement de rotation de vitesse variable et d'un mouvement de translation verticale
accompagné d'une pression verticale (poids ou pression d'un vérin hydraulique ou
pneumatique).
Le compresseur envoie de l'air comprimé par le touret d'injection. L’air se déplace par la
chambre extérieure de la tige de forage (entre le diamètre extérieur du tube interne et le
diamètre intérieur de la tige externe) jusqu'au marteau fond du trou qui comporte les
différents éléments suivants : le symboultube, le piston, le kalé, le sirao et le taillant ou bit.
L'air est évacué par des évents (orifices) qui s'ouvrent et se ferment en fonction du
déplacement du piston avec un cycle pouvant atteindre 2000 mouvements par minute. En fin
de course le piston entre en contact avec le taillant ou bit et l'énergie transmise au taillant est
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

32
suffisante pour causer la fragmentation de la roche. La roche, une fois fragmentée en
sédiments dit « cuttings » remonte par le tube (orifices) du taillant puis gagne la partie
intérieure de la tige double (par le tube intérieur) sous l'effet de la pression d'air injecté. A
l'aide d'un raccord, l'intérieur de la tige est communiqué au cyclone pour la réception des
échantillons.

5. Matériels de sécurité

Pour la sécurité pendant le sondage, il est recommandé de se munir des équipements. Le


port de ces équipements est obligatoire pour se protéger contre le bruit, la poussière, l’air
comprimé etc…
Les matériels nécessaires sont :
 Flagelle et plaque pour barrer le périmètre à forer ;
 Chaussures de sécurité ;
 Casque ;
 Lunette ;
 Gants ;
 Bouchons d’oreilles ;
 Vêtement réflectorisé ;
 Masque anti-poussière.

6. Planification

Les points à forer sont choisis en fonction des caractéristiques du système minéralisé
intercepté dans les tranchées et les puits. Ainsi, avec quelques tranchées le long de la
structure de Dioula et de Gamaye, 10 sondages ont été planifiés dont 6 à Dioula et 4 à
Gamaye. Pour ce faire, le géologue doit tenir compte de la direction, du sens et de l’angle
de pendage du système minéralisé. Les sondages sont orientés suivant l’azimut (N 87°) avec
une inclinaison (-55°) compte tenu du fait que les structures sont subverticales vers l’ouest.
Ces sondages permettront de recouper plus ou moins perpendiculairement la
minéralisation.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

33
Point à forer

1.20 m

Azimut

Emplacement de
pied de la sondeuse

planification de trou de sondage

Image 2 : planification de trou de sondage

Target Méthode HoleID Easting Northing RL Azimuth Dip Depth


Cible Trou N° Longitude Latitude Altitude Azimut Pendage Profondeur
(UTM) (UTM) (m) (°) (°) (m)
Dioula RC DLRC051 240859 1398764 133.76 87 -55 200
Dioula RC DLRC052 240929 1398764 136 87 -55 120
Dioula RC DLRC053 240810 1398454 123.32 87 -55 200
Dioula RC DLRC054 240876 1398454 125.26 87 -55 120
Dioula RC DLRC055 240877 1399068 147.29 87 -55 200
Dioula RC DLRC056 240937 1399068 150.41 87 -55 120
Gamaye RC GARC055 240890 1396800 127.57 87 -55 200
Gamaye RC GARC056 241027 1396433 120 87 -55 130
Gamaye RC GARC057 241132 1395681 120.59 87 -55 100
Gamaye RC GARC058 241190 1395681 121.3 87 -55 100
Dioula DDH DLDH005 240993 1401430 146.86 89 -52 370
Dioula DDH DLDH006 240994 1401169 142.51 89 -52 320
Dioula DDH DLDH007 240810 1400177 163.05 87.5 -53 450
Dioula DDH DLDH008 240799 1399893 160.03 89 -52 400

Tableau 2 : planification des trous de sondages

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

34
7. Echantillonnage

7 1. Définition

L’échantillonnage est le prélèvement d’une portion de roche (échantillon) censé


représenter un ensemble de matière plus grand.
7.2. Objectif

L’objectif de l’échantillonnage est de déterminer la teneur moyenne et caractériser la


minéralisation avec la description lithologie.
7.3. Moyens humains

L’équipe de forage (Sahara Drilling et DCS Mali) : la composition de cette équipe


comprend : un foreur ; deux à trois aides foreurs ; un mécanicien et très souvent le chef de
projet vient assister aux travaux.
Les échantillonneurs (SAMPLERS): l’aide géologue et les manœuvres sont chargés de la
responsabilité à la collecte des échantillons à partir du cyclone en suivant les procédures
exigées par le géologue.
Géologue (geologist) : il est chargé de la description des échantillons, du contrôle de
l'orientation de la machine et de la supervision de tous les travaux
Les matériels utilisés de l’échantillonnage sont :
 Une balance à peser ;
 Un diviseur ;
 Des sacs de 50kg et de 2,5 à 2kg en plastique pour les échantillons ;
 Un tamis ;
 Fiche d’échantillons ;
 Sceau pour laver les échantillons destinés aux boxes ;
 Marqueur pour numéroter les sacs d’échantillons ;
 Chip-tray (boxes) pour la collection des échantillons ;
 Plan de sondage : servant de référence pour le niveau du terrain et la précision des
points de forage ;
 La section de la zone ;
 Une loupe pour observer les échantillons ;
 L’agrafeuse ;
 Une boussole.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

35
7.4. Procédure d’échantillonnage

Le géologue explique les procédures d’échantillonnages aux manœuvres avant de


commencer et les repartit aux différents postes. L’ouvrier qualifié est chargé de préparer les
boîtes et les sacs d’échantillons tout en effectuant les différentes insertions dans l’ordre
(échantillon stérile après Duplicata et puis standard) et remplir le carnet d’échantillonnage.
Sur chaque sac d’échantillons on écrit le nom de la zone, le numéro du trou et celui de
l’échantillon, ensuite les boîtes sont numérotés d’un jusqu’à la profondeur finale. Au cours
de l’opération, deux manœuvres sont chargés de recueillir l’échantillon de chaque métrage
au niveau du cyclone. Ensuite deux autres manœuvres pour mettre l’échantillon dans le
diviseur dont une partie est récupérée dans le petit sac (2 à 2,5 kg) destiné au laboratoire
l’autre partie est recueillie dans le sac en plastique et sert de témoin en cas d’analyses
ultérieures. Après la division, un manœuvre est chargé de tamiser une partie du témoin dont
les refus sont gardés dans les boîtes pour la description géologique des différentes
formations traversées. La mise en sac des échantillons de laboratoire est assurée par un autre
manœuvre qui les classe par série de dix dans les sacs de 50kg pour faciliter leur transport.
Tous ces travaux se déroulent sous la supervision du géologue qui doit s’assurer que les
échantillons sont les plus représentatifs possibles.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

36
Image 3 : les procédures d’échantillonnages

7.4.1. Fiche d’échantillonnage

Cette fiche est préétablie avec les numéros séquentiels du carnet d’échantillonnage. On
la remplit mètre par mètre en reportant le poids de chaque échantillon sorti du cyclone.

7.4.2. Fiche de description géologique (log sheet)

C’est la fiche sur laquelle le géologue rassemble les différentes informations


géologiques (lithologies, structures, altérations, minéralisations) à partir des observations
effectuées sur les échantillons prélevés suivi de commentaires et de descriptions plus
détaillées si nécessaire. Pour cela, il utilise des codes lithologiques. Il reporte aussi le niveau
statique de la nappe (water table), les heures de démarrage, les pannes, les produits utilisés
par le foreur et la fin des travaux.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

37
8. Contrôle des résultats d’analyse du laboratoire

Pour s’assurer de la fiabilité des résultats d’analyse, le camp d’exploration de Bakolobi


envoie ces échantillons pour une technique de vérification de l’authenticité des résultats.
Cette technique s’appelle contrôle de qualité et assurance de qualité (QA & QC).
Blank : le blank est une roche stérile, c’est à dire qui ne contient aucune teneur d’or ; on
l’introduit pour envoyer au laboratoire à analyser, il permet de détecter une éventuelle
contamination provenant du laboratoire. Il est inséré à chaque 19ème échantillon par rotation
avec le duplicata.
Duplicate (duplicata) : le duplicata est un échantillon double issu du même métrage par la
division d’un échantillon. Il permet d’évaluer la précision de l’analyse au laboratoire. IL est
inséré aussi au 19ème échantillon par rotation avec le blank.
Standard : le standard est un échantillon de référence internationale dont les teneurs en
divers éléments (or, sulfure ; carbone ; etc.) sont connues en avance et certifiées par divers
laboratoires. Il permet de statuer sur la justesse des analyses et insérer à chaque 20ème
échantillon.

9. Avantages et inconvénients de la méthode RC :

9.1. Avantages

Quelques avantages de la méthode RC sont :


 Offre des échantillons continus et représentatifs ;
 Sa grande productivité et sa réduction des coûts ;
 Rapidité d'installation et d'exécution ;
 Nécessité de moins d’eau ;
 Déviation minimale des trous ;
 L’outil utilisé est légèrement plus large que les tiges et cela permet la descente des
tubes en PVC qui évite l’effondrement du forage.

 Inconvénients
Quelques inconvénients de la méthode RC car les échantillons sont facilement
contaminables :
 Mauvais nettoyage du cyclone et diviseur ;
 Récupération des échantillons sous l’eau au niveau du cyclone ;
 Déséquilibre de la sondeuse peut modifier le pendage ;
 Mélange des étiquettes ou numérotages des sacs d’échantillons.
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

38
II. SONDAGES CAROTTANT

1. Définition et objectif

Le sondage carottant encore appelé sondage à diamant est une méthode de prospection
qui consiste à forer, découper et à remonter en surface une portion cylindrique de roche
appelée carotte.
Son objectif est de vérifier la continuité de la minéralisation à 200m de profondeur
verticale. Bien que plus coûteux, le sondage fournit sans doute les informations les plus
fiables. En effet, les géologues peuvent bien examiner la lithologie et l’altération et
effectuer des analyses chimiques de laboratoire et surtout les mesures structurales sur les
carottes.

La machine carottant

Image 4 : présentation de la sondeuse carottant

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

39
2. Planification des trous de sondages

La méthode à diamant a été planifiée à la suite des travaux antérieurs (géophysiques,


géochimiques sol, puits, tranchés, RC…etc) qui sont encourageants. Au total neuf (9)
sondages carottant a été fait dans les deux structures minéralisées, huit à Dioula et un à
Gamaye. J’ai participé aux quatre récents sondages dont le pendage qui est à -52° et
l’azimut qui varie entre 89.9° à 88°.Avant le démarrage du sondage, l’aménagement de la
plateforme est fait par les manœuvres et aussi par la machine.

Réglage du pendage de la machine Point à forer

Image 5 : planification du trou de sondage carottant (DDH)

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

40
3. Matériels utilisés

Les matériels essentiels utilités sont :


 Caisses des carottes ;
 Marqueur rouge et bleu pour le traçage de la génératrice ;
 Fiche pour le journal de sondage et pour le report ;
 Équipement de sécurité (voir la méthode RC).
La sondeuse comprend essentiellement :
 Le moteur, le mât, le tableau de commandes,
 La tête d’injection et la ligne de sonde.

4. Principe et fonctionnement

La sondeuse comporte le trépan ou couronne, muni à diamants industriels se trouve à


l’extrémité de la ligne de sonde et est surmonté d’un carottier extérieur ; au-dessus duquel se
trouvent les tiges. D’autres tiges sont ajoutées au fur et à mesure que le sondage progresse.
Un grand bassin spécial est aménagé et relié à la sondeuse par l’intermédiaire d’un raccord
pour assurer la lubrification de la couronne. Le carottier intérieur descendu au moyen d’un
câble et verrouillé au niveau du carottier extérieur permet de recueillir la carotte. Il existe
plusieurs carottiers seuls les carottiers utilisés à Bakolobi sont NQ et HQ (voir le tableau ci-
dessous). Au remplissage, un système de repêchage (overshot) permet de le remonter en
surface. Il est alors vidé de son contenu dans les caisses de carottes.
5. Le reflexe :

La mesure du reflexe permet de connaître l’évolution, les comportements (variation


d’azimut et pendage) des trous. Les différentes prises de mesures permettent de contrôler la
déviation du trou et d’y remédier. A Bakolobi, les mesures sont prises tous les 9m dans la
saprolite et tous les 24m dans la roche saine.

6. L’orientation des carottes :

L’orientation des carottes est effectuée auprès de la sondeuse. Elle comporte trois
sortes qui sont marquées en bleu : solide, dash et non orienté.
Solide : lorsque les bouts de chaque métrage des carottes (start) sont joignables et elles sont
marquées à trait plein et continu. L’appareil de sondeur permet d’orienter le bout de la
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

41
carotte avant de les arranger sur le rail pour le traçage ; il n’y a pas de doute sur
l’orientation.
Dash : lorsque les bouts des carottes ne sont pas joignables et elles sont marquées par des
traits discontinus en bleu ; il y’a doute sur l’orientation.
Non orienté : comme son nom indique, c’est une carotte non orientée et elle est marquée
par des flèches bleues et discontinues.

L’orientation des carottes

Image 6 : l’orientation des carottes

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

42
Plan de
scierie

en rouge

Non orienté

Solide

Les trois sortes d’orientation

Image 7 : les trois sortes d’orientation sur les carottes (solide, dash, non orienté)
Tableau 3 : Tubes carottiers et leurs diamètres

Carottier Diamètre extérieur (mm) Diamètre intérieur (mm)


AQ 48 27
BQ 60 36,5
NQ 75,7 47,6
HQ 96 63,5
PQ 122,6 85
CDH76 75,7 43,5
CDH101 101,3 63,5
CDH134 134 85

7. Méthodologie des mesures structurales sur les carottes

Les mesures structurales s’effectuent à l’aide du kénomètre ou de la lance-roquette.


Très souvent nous faisions nos mesures avec le kénomètre car son fonctionnement est rapide
par rapport à la lance-roquette.
 Pour les mesures au kénomètre, il faut :

 Repérer et tracer le contour de la structure sur la carotte ;


 Insérer la carotte dans le kénomètre (ligne d’orientation au fond) jusqu’à coïncider le
point de courbure de la structure avec la limite supérieure du kénomètre ;
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

43
 Tourner la carotte jusqu’à obtenir la même lecture aux flancs de la structure (angle
α). La valeur au sommet constitue alors l’angle β.
Un traitement informatique ultérieur permet de convertir les angles α et β en direction et
pendage.
 Pour les mesures à la lance-roquette, il faut :

 Positionner la lance-roquette suivant les paramètres de sondage (azimut et


inclinaison) ;
 Repérer et tracer le contour de la structure sur la carotte ;
 Insérer la carotte dans la lance-roquette (ligne d’orientation au fond) ;
 Disposer un objet plan suivant le plan de la structure et mesurer à l’aide de la
boussole, la direction et le pendage.

mesure au kénomètre

Image 8 : Mesure au kénomètre

8. Echantillonnage des carottes

L’échantillonnage carottant est différent un peu par rapport à la méthode RC. Les
carottes d’un même trou sont étalées dans des caisses de carottes du début jusqu’à la fin. On
identifie la zone présumée de minéralisation (ore zone). Cette zone est caractérisée par :
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

44
Les minéraux suivants : la silice, l’albite, la séricite, l’hématite, la magnétite et les veines de
silice-carbonate ;
La présence de sulfures (pyrite et arsénopyrite).
Pour les besoins de l’échantillonnage, la zone précédemment identifiée est ensuite
élargie de 3 à 5 caisses de carottes de chaque côté. S’en suit alors la délimitation des
intervalles d’échantillonnage compris entre 0,80m et 1,20m. Ces intervalles dépendent de la
lithologie, de l’altération et de l’épaisseur de la minéralisation (présence de sulfures).
Après la délimitation de la zone à échantillonner, les carottes sont envoyées à la scierie
de Gounkoto, ensuite on mesure le poids minimum de 2kg pour chaque échantillon sauf cas
de force contrainte. On insère le blank, le standard et le duplicate pour envoyer au
laboratoire d’analyse de Loulo comme le processus de la méthode RC.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

45
CHAPITRE II : ETUDE COMPARATIVE ENTRE LES STRUCTURES MINERALISEES DE
DIOULA ET DE GAMAYE

I. Etude comparative avec la méthode RC sur les structures minéralisées


de Dioula et de Gamaye.

1. Description et interprétation des sections de sondages RC à Dioula (DLRC)

L’interprétation des sections consiste à porter sur les sections les données des sondages
(c’est-à-dire la description des échantillons faite par le géologue) en tenant compte de la
géologie (lithologie, altération, structure et minéralisation).
La section : une section regroupe l’ensemble des trous qui ont le même northing (latitude)
qui se trouvent sur la même ligne, on porte toutes les lithologies, les altérations et structures
rencontrées en fonction de leurs métrages de chaque trou sur la section. Les mesures se font
à l’aide de kutch selon l’échelle choisie ; après avoir porté toutes les lithologies, les
altérations et structures de chaque trou, on fait la corrélation pour déterminer l’épaisseur des
couches de différentes lithologies.
Cinq (5) sondages RC du nord au sud de la structure minéralisée de Dioula sont
choisis pour la description et l’interprétation des sections. La structure minéralisée de
Dioula a une direction N-S à NNE-SSW et une épaisseur variable entre 16 à 30m.
Au cours de ces descriptions, l’accent sera mis sur les zones minéralisées.

1.1. Sondage DLRC37 au Nord de la structure de Dioula

Le toit est occupé par l’argilite.


La minéralisation est encaissée dans le quartzite, l’intrusive, le grès, la brèche et a 23m
d’épaisseur.
Le mur est occupé par l’argilite schistosée (SQR) et l’argilite.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

46
FIGURE 5 : LA SECTION DE SONDAGES DLRC37 ET DLDH02

SECTION 1

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

47
1.2. Sondage DLRC18 au Nord de la structure de Dioula

Le quartzite et l’SQR se trouvent au toit de la minéralisation.


La brèche, le quartzite, l’argilite, le grès encaissent de la minéralisation et l’épaisseur est
environ 26m.
Le mur est occupé de l’argilite et de l’SQR.

FIGURE 6 : LA SECTION DE SONDAGES DLDHO3 ET DLRC18

SECTION 2

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

48
1.3. Sondage DLRC47 au centre de la structure de Dioula

Le toit est occupé par l’argilite.


La minéralisation est encaissée dans le quartzite, l’intrusive, le grès, la brèche, l’SQR et
avec une épaisseur de 30m.
Le mur est aussi occupé par l’SQR et l’argilite.

FIGURE 7 : LA SECTION DE SONDAGES DLRC47 ET DLDHO4

SECTION 3

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

49
1.4. Sondage DLRC55 au Sud de la structure de Dioula

L’argilite et le quartzite se trouvent au toit.


La minéralisation est encaissée dans le quartzite, l’intrusive, le grès et l’épaisseur est
environ 30m.
Le mur est occupé de l’argilite.

1.5. Sondage DLRC56 au Sud de la structure de Dioula

La minéralisation est encaissée dans le quartzite, le grès, a 16m d’épaisseur et bordée par
l’SQR et l’argilite.

FIGURE 8 : LA SECTION DE SONDAGES DLRC55 ET DLRC56

SECTION 4

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

50
2. Description et interprétation des sections de sondages RC à Gamaye
(GARC)

Cinq (5) sondages RC du Nord au Sud de la structure minéralisée de Gamaye sont


choisis pour la description et l’interprétation des sections. La structure de Gamaye a une
direction N-S à NNW-SSE et d’une épaisseur variable entre 34 à 72m.

2.1. Sondage GARC42 au Nord de la structure de Gamaye

On a le quartzite, l’intrusive mafique et l’argilite dans le toit.


La minéralisation est encaissée dans le quartzite, la brèche et a une épaisseur de 46m.
On trouve aussi le quartzite et la brèche au mur.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

51
FIGURE 9 : LA SECTION DE SONDAGES GADH01, GARC40 ET GARC39

SECTION 5

2.2. Sondage GARC45 au centre de la structure de Gamaye

Le toit est occupé par le quartzite.


La minéralisation est encaissée dans le quartzite et la brèche avec une épaisseur de 72m. On
trouve également la même lithologie au mur.

2.3. Sondage GARC46 au centre de la structure de Gamaye

Le quartzite et la brèche se trouvent au toit de la minéralisation.


La minéralisation est encaissée dans le quartzite et la brèche avec une épaisseur de 63m.
L’intrusion, l’SQR et la brèche se trouvent au mur.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

52
FIGURE 10 : LA SECTION DE SONDAGES GAR45 ET GARC46

SECTION 6

2.4. Sondage GARC48 au Sud de la structure de Gamaye

On a l’argilite dans le toit.


Le quartzite encaisse la minéralisation et a une épaisseur de 34m.
L’SQR et le quartzite se trouvent au mur
2.5. Sondage GARC49 au Sud de la structure de Gamaye

La minéralisation est encaissée dans la brèche et le quartzite avec une épaisseur de 45m ;
bordée par l’argilite et l’SQR.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

53
3. Structures

Les structures observées à travers les sondages RC à Dioula et à Gamaye sont les
cisaillements, les foliations, les veines à (carbonate, silice, hématite et albite). Les argilites
dans les deux structures sont beaucoup affectées par les foliations et les veines à silice-
carbonate.
4. Etude comparative des lithologies et des altérations de Dioula et de Gamaye

Les lithologies présentes dans la structure de Dioula à travers les sondages RC sont :
l’argilite schistosée (SQR), l’argilite, le quartzite, le grès (Sandstone), la brèche, la
microdiorite et parfois le grauwacke. Alors qu’à Gamaye on rencontre rarement le grès.
La brèche de Dioula est affectée par la séricite tandis que l’hématite est dominant à
Gamaye. En général, la lithologie du système minéralisé de Dioula est bordée par l’argilite
schistosée (SQR) et à l’intérieur de ce système il y’a l’intercalation entre les brèches, les
quartzites et les grès. Ce modèle n’est pas respecté à Gamaye.

5. Etude comparative de la minéralisation des structures de Dioula et de


Gamaye

Le système de la minéralisation de Dioula est accompagné d’éléments sulfurés, c’est-


à-dire de pyrite et d’arsénopyrite (fin et disséminé, et localement massif) et très souvent
associé à l’or ; alors que l’arsénopyrite est rare à Gamaye. Ces deux structures minéralisées
sont aussi affectées par les altérations hydrothermales suivantes : de silice, de chlorite, de
séricite, d’albite, de carbonate et d’hématite. Dans les deux structures minéralisées, on
remarque une proportionnalité entre la séricite et l’hématite. À Dioula, l’augmentation de
séricite entraine une diminution de teneur en or tandis qu’à Gamaye la forte teneur est liée à
l’hématite.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

54
Breche de GAMAYE
Alteration chlorite, albite, localement hematite

Brèche de Gamaye

Image 9 : Brèche de Gamaye avec alteration d’hématite

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

55
Brèche de Dioula

Brèche de Dioula

Image 10 : Brèche de Dioula avec alteration de séricite


6. Conclusion :

Le programme de dix sondages RC exécuté le long de la structure minéralisée de


Dioula et de Gamaye a recoupé et confirmé la continuité de ces deux structures minéralisées
vers le Sud. Les lithologies présentes dans la structure minéralisée de Dioula sont : l’argilite,
le quartzite, l’SQR, l’albitite, la microdiorite, le grès et le grauwacke. Tandis qu’on trouve
rarement le grès à Gamaye. La différence se situe également au niveau des altérations ;
c’est-à-dire la brèche à séricite (slump breccia) est très fréquente à Dioula alors que la
brèche polygénique (polymictic breccia) domine à Gamaye. À Dioula, c’est l’augmentation
de cette séricite qui provoque une diminution de teneur en or tandis qu’à Gamaye la forte
teneur de l’or est liée à l’hématite. La pyrite et l’arsénopyrite sont très fréquentes à Dioula
l’arsénopyrite est rare à Gamaye.
En fin, avec ces différents points énumérés on peut dire que la structure de Dioula est
différente de celle de Gamaye.
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

56
II. Etudes comparatives avec la méthode carottant dans les structures
minéralisées de Dioula et de Gamaye

1. Description et interprétation des sections à travers de sondages carottant


à Dioula (DLDH)

Au cours de cette description, l’accent sera mis toujours dans les zones minéralisées. Les
trois sondages exécutés ont recoupé chacune de deux zones minéralisées. Les lithologies et
les altérations observées sont :

1.1. Sondage DLDH05 au Nord de la structure de Dioula

Zone1 :
On a le quartzite et l’SQR dans le toit.
La minéralisation est encaissée dans le quartzite, l’SQR, le grès et l’argilite. La profondeur
de la zone minéralisée est comprise de 56 à 93m et avec une épaisseur de 37m.
Le mur est occupé de l’argilite et du quartzite.
Ces zones sont caractérisées par les minéraux suivants : la silice, l’albite, la chlorite, la
pyrite et la séricite qui est le minéral dominant.
Zone2 :
Le quartzite et le grès encaissent la minéralisation et bordée par l’argilite et le quartzite.
La largeur de la zone minéralisée est de 30m et soit une profondeur comprise de 274 à
304m.
Ces zones ont été affectées par les altérations suivantes : la pyrite, l’arsénopyrite, la silice,
la séricite, la veine à silice-carbonate et le minéral dominant est la chlorite.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

57
FIGURE 11 : LA SECTION DE SONDAGES DLDH05, DLDH01 ET DLRC36

SECTION 7

1.2. Sondage DLDH06 au Nord de la structure de Dioula

Zone1 :
Le toit est occupé par l’argilite, la brèche polygénique (polymitic breccia) et le quartzite.
La minéralisation est encaissée dans le quartzite, la brèche. La profondeur varie entre 16 à
42m soit 26m d’épaisseur.
Le mur est occupé par l’argilite et le quartzite.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

58
Les altérations affectant dans ces zones sont : la silice, la séricite, la chlorite, la pyrite et
localement d’albite et d’hématite. La séricite est le minéral dominant.
Zone2 :
La minéralisation est encaissée dans le quartzite et le grès ; bordée par l’argilite et la
micro diorite. La profondeur de cette zone comprise de 247 à 268m avec une épaisseur de
21m.
Ces zones minéralisées sont caractérisées par les minéraux suivants : la silice, l’albite,
la séricite et des veines de silice-carbonate accompagnées parfois d’hématite et localement
de la magnétite et de la tourmaline. La chlorite est le minéral dominant au niveau du toit et
du mur de la zone minéralisée.

1.3. Sondage DLDH07 au centre de la structure de Dioula

Zone1 :
On a le quartzite dans le toit.
La minéralisation est encaissée dans le quartzite et la brèche. La profondeur de la zone
minéralisée varie de 19 à 46m soit une épaisseur de 27m.
Le mur est occupé par l’argilite et le grauwacke.
Zone2 :
L’argilite et la micro diorite occupent le toit.
La minéralisation est encaissée dans le quartzite, le grès et avec une épaisseur de 24m et une
profondeur variant entre 273 à 297m.
On l’argilite et l’SQR dans le toit.
Les altérations affectant dans ces deux zones ci-dessous sont : la silice, l’albite, la pyrite,
l’arsénopyrite, des veines à silice-carbonate accompagnées parfois d’hématite et localement
de la magnétite et de la tourmaline.la chlorite est le minéral dominant.

2. Structure

Dans les quatre sondages carottant, nous observons les différentes structures
géologiques suivantes : les foliations, les litages, les micro-plissements, les boudinages et
les cisaillements.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

59
Le tableau ci-dessous contient un exemple des mesures de cisaillement, de foliation et
de litages effectués sur les carottes du trou DLDHO7. Des carottes cassées ou broyeuses et
non orientées font penser à une faille qui aurait décalée les lithologies porteuses de la
minéralisation dans le trou DLDH08.

Tableau 4 : Un exemple de mesures structurales du sondage DLDH07

Ce tableau contient de mesures Alpha et Beta effectués au kénomètre et ces valeurs sont
converties à la micro-mine en pendage et direction de pendage.

Trou Profondeur Alpha Beta Pendage Direction de Type de Ligne


n°07 (Depth) Dip pendage structures d’orientation
(dip direction)
(m) (°) (°) (°) (°)

DLDH 101,6 55 0 68,125 265,4475 Cisaillement Dash


007
DLDH 104,65 55 20 67,07718 277,9868719 Foliation Dash
007 899
DLDH 111,14 40 5 83,42966 270,0563078 Foliation Solide
007 019
DLDH 114,95 40 350 83,30906 258,8073669 Contact Dash
007 203
DLDH 117,85 45 355 78,71463 263,1309159 Cisaillement Dash
007 743
DLDH 119,92 50 0 73,88833 266,8978333 Foliation Dash
007 333
DLDH 122,1 45 350 78,62849 259,8754271 Foliation Solide
007 323
DLDH 123,84 45 355 78,96372 263,6082174 Foliation Solide
007 786
DLDH 126,8 50 20 72,86963 280,6919036 Foliation Solide
007 904
DLDH 130,11 50 35 70,36039 290,6059426 Foliation Solide
007 785

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

60
DLDH 133,63 40 15 83,58801 279,2485562 Foliation Solide
007 96
DLDH 136,44 50 25 72,50792 284,4315733 Foliation Solide
007 338
DLDH 139,1 45 35 75,38500 292,7992473 Cisaillement Solide
007 169
DLDH 146,36 50 5 74,85451 271,7161761 Cisaillement Solide
007 608
DLDH 157,35 60 0 65,36862 268,9492157 Foliation Solide
007 745
DLDH 158,2 50 15 74,64941 278,926948 Foliation Solide
007 486
DLDH 161,9 50 15 74,79233 279,1087394 Cisaillement Solide
007 879
DLDH 170,2 45 40 75,19255 297,647211 Foliation Solide
007 361
DLDH 173,6 40 30 82,53114 292,5020992 Foliation Solide
007 316
DLDH 175,33 60 30 63,57636 286,076209 Foliation Solide
007 391
DLDH 181,53 50 45 69,52735 299,0749369 Foliation Solide
007 348
DLDH 186,12 50 25 74,16687 286,5793093 Veine Solide
007 023
DLDH 190,05 55 20 70,10351 282,3276423 Foliation Solide
007 28
DLDH 195,4 55 15 70,73922 279,4801229 Veine Solide
007 875
DLDH 201,37 55 345 70,84327 261,5546279 Foliation Solide
007 174
DLDH 203,34 55 10 71,26856 276,6875264 Litage Solide
007 407
DLDH 210,22 50 5 76,61779 274,1406464 Foliation Solide
007 78
DLDH 217,45 50 25 74,69731 287,3959102 Litage Solide
007 341
DLDH 223,85 50 345 76,16890 261,348166 Foliation Solide
007 125
DLDH 229 50 10 76,71261 278,0033452 Foliation Solide
007 014
DLDH 232,18 60 15 66,51110 279,7163008 Foliation Solide
007 045
DLDH 242,85 50 15 76,68296 282,0761553 Foliation Solide
007 758

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

61
DLDH 246,83 60 25 65,80063 285,8617022 Litage Solide
007 37
DLDH 250,77 55 0 72,69911 272,6982353 Litage Solide
007 765
DLDH 260,5 60 0 67,98529 273,2705882 Cisaillement Solide
007 412
DLDH 264,4 60 10 67,81026 278,8804589 Foliation Solide
007 749
DLDH 269,62 60 15 67,60134 281,8531415 Cisaillement Solide
007 928
DLDH 272,4 55 10 73,01176 279,9484905 Cisaillement Solide
007 33
DLDH 273,95 45 20 81,85113 288,2029165 Cisaillement Solide
007 536
DLDH 276,2 50 0 78,44705 274,1941176 Cisaillement Solide
007 882
DLDH 273,04 60 20 67,19599 284,6991196 Cisaillement Solide
007 865
DLDH 278,95 50 355 78,41938 271,0723176 Cisaillement Solide
007 657
DLDH 282,55 55 10 73,21579 280,5140867 Cisaillement Solide
007 926
DLDH 287,69 55 35 69,67962 295,3544758 Cisaillement Solide
007 774
DLDH 288,95 45 20 82,06103 289,0176804 Cisaillement Solide
007 065
DLDH 290,1 40 35 83,64171 301,1835678 Cisaillement Solide
007 425
DLDH 293,24 50 0 78,63546 275,1128 Contact Solide
007 667
DLDH 295,74 55 20 72,36313 287,1254251 Cisaillement Solide
007 189
DLDH 298,13 60 25 66,86677 288,6580314 Cisaillement Solide
007 062
DLDH 301,85 60 10 68,41958 280,929456 Cisaillement Solide
007 259
DLDH 302,7 60 15 68,06280 283,6368823 Litage Solide
007 293
DLDH 306,8 65 25 62,16142 287,4888998 Foliation Solide
007 475
DLDH 311,04 60 30 66,19056 291,9202401 Litage Solide
007 189
DLDH 313,82 65 25 62,22253 287,8566542 Foliation Solide
007 937

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

62
DLDH 318,33 55 15 73,12572 285,3753774 Cisaillement Solide
007 029
DLDH 319,87 65 5 63,80775 278,8856365 Foliation Solide
007 103
DLDH 322,57 65 0 63,89617 276,6770667 Foliation Dash
007 778

Stéréogramme du sondage DLDH07

FIGURE 12 : Stéréogramme du sondage DLDH07

Les structures (cisaillements, foliations, liages) ont la direction NNE-SSW et de pendage


68°vers l’Ouest.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

63
FIGURE 13 : LA SECTION DE SONDAGE DLDH07

SECTION 8

3. Description et interprétation de section à travers de sondage carottant à


Gamaye (GADH)

Un seul sondage a été fait dans la structure de Gamaye, les différentes lithologies et
altérations observées sont : l’argilite, l’albitite, le grauwacke, l’SQR, le quartzite, l’intrusion
mafique à l’intermédiaire et localement de la brèche.
La minéralisation est encaissée dans le quartzite à localement bréchifié et bordée par
l’SQR avec une épaisseur de 52m et de profondeur variable entre 101 à 153m. L’altération
dominante dans la zone est l’hématite et associée de sulfure.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

64
Tableau 5 : Un exemple de mesures structurales du sondage GADH01

Ce tableau contient de mesures Alpha et Beta effectués au kénomètre et ces valeurs sont
converties à la micro-mine en pendage et direction de pendage.

Trou n°01 Profondeur Pendage Direction Types de Ligne


(Depth) (Dip) de pendage structures d’orientation
(Dip
direction)
(m) (°) (°)
GADH001 103,13 48,32 263,8 Foliation Solide
GADH001 104,85 52,09 259,27 Cisaillement Solide
GADH001 105,3 67,21 255,7 Cisaillement Solide
GADH001 106,85 53,29 262,12 Litage Solide
GADH001 107,15 54,16 265,14 Cisaillement Solide
GADH001 92,9 60 262 Contact Solide
GADH001 91,4 58 290 Contact Solide
GADH001 101,25 46 259 Contact Solide
GADH001 103,1 50 268 Litage Solide
GADH001 107,54 54 265 Cisaillement Solide
GADH001 108 35 282 Litage Solide
GADH001 108,25 50 274 Foliation Solide

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

65
Stéréogramme du sondage GADH01

FIGURE 14 : Stéréogramme du sondage GADH01


Les cisaillements, les foliations ont la direction NNW-SSE et de fort pendage (82°) vers
l’Ouest. (Voir la section 5)

C0MPARAISONS DIOULA GAMAYE


Lithologies dominantes grès, brèches, quartzites quartzites, brèches
de la zone minéralisée
Lithologies secondaires argilite, albitite, intrusive albitite, argilite,
de la zone minéralisée mafique intrusive mafique
Clastes des brèches silice, carbonate, séricite Hématite, albite,
carbonate
Direction des structures N-S à NNE-SSW N-S à NNW-SSE
Angle de pendage des sub-verticaux Moyenne 50 à 65°
structures

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

66
Direction de pendage Ouest Ouest
des structures
Altérations primaires silice, carbonate, séricite, albite silice, albite, carbonate
Altérations secondaires tourmaline, limonite, chlorite hématite, chlorite
Minéralisations Pyrite, arsénopyrite, or ; Pyrite, arsénopyrite
disséminées, localement (rare), or ;
massives et fines disséminées, localement
massives et fines
Longueur de la 2.70 km 2.50 km
structure minéralisée
Epaisseur de la 16 à 30m 23 à 74
structure
Minéralisée

Tableau 6 : comparaison entre la structure de DIOULA & de GAMAYE


4. Conclusion

Les quatre sondages carottant exécutés le long de la structure minéralisée de Dioula


ont recoupé chacun deux zones minéralisées mais de très faible teneur en or. Un seul
sondage carottant a été réalisé dans la structure de Gamaye et ce sondage a recoupé aussi la
zone minéralisée avec une teneur moyenne.
Les minéralisations rencontrées dans les sondages se reconnaissent par les sulfures (pyrite et
arsénopyrite). A ces caractéristiques, s’ajoutent les minéraux d’altération hydrothermale : la
silice, l’albite, les veines de silice-carbonate, l’hématite, la chlorite et parfois de la
tourmaline.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

67
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

68
PARTIE III : CONCLUSION GENERALE ET RECOMMANDATIONS

CONCLUSION GENERALE :

Les travaux effectués dans le cadre de ce projet de fin de cycle dans le permis de Bakolobi
sont essentiellement basés sur le programme de dix (10) sondages RC et de cinq sondages
carottant (DDH).
Ce programme de dix (10) sondages RC effectué le long de la structure minéralisée de
Dioula et de Gamaye a confirmé l’extension de la minéralisation vers le Sud. Ces sondages
prouvent aussi que ces deux structures minéralisées sont différentes du point de vue
lithologique et d’alteration.
Les quatre sondages carottant exécutés sur la structure minéralisée de Dioula ont
recoupé chacun deux zones minéralisées qui a une très faible teneur en or. Le seul sondage
carottant réalisé sur la structure de Gamaye a confirmé une teneur moyenne en or.
Les minéralisations recoupées par les sondages effectués sur ces deux structures
minéralisées se composent de sulfures (pyrite, arsénopyrite) et d’or. Ces minéralisations
d’épaisseur relativement variables (de 16-30m à Dioula et de 23-74m à Gamaye), sont
contrôlées par la brèche, les quartzites et rarement de grès à Gamaye affectés par l’altération
hydrothermale. En général les cisaillements, les foliations et les litages ont de fort pendage
vers l’Ouest.

RECOMMANDATIONS :

Vu les travaux effectués et les résultats obtenus, nous recommandons donc à la société
Randgold Resources Ltd dans le cadre de la poursuite des travaux sur le permis de Bakolobi
:
♦ D’intensifier les travaux de prospection sur la cible de Dioula Ouest pour comparer à
la structure de Gamaye, nous supposons que la continuité de cette structure ressemble
à la cible de Dioula Ouest ;
♦ De sonder l’intersection de ces deux structures minéralisées (Dioula et Gamaye).

Quant à L’ENI-ABT, nous recommandons dans le cadre de la formation des étudiants :


♦ De renforcer la coopération entre l’école et les entreprises pour que les étudiants
puissent avoir des stages à temps ;
Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

69
♦ D’accentuer les formations en Anglais et en Informatique ;
♦ Que le Directeur des Études (DE) attribue la fiche de stage à temps.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

 Géologie des ressources minérales présentées par Michel Jébral et Eric Marcoux
 Cours de géologie régionale du D.Ing Oumar SOUMARE Maitre de conférence à l’école
nationale d’ingénieurs Abderrahmane Baba Touré de Bamako.
 Cours de pétrographie du D. Mamadou Lamine BOUARE Maitre de conférence à l’école
nationale d’ingénieurs Abderrahmane Baba Touré de Bamako.
 Cours de métallogénie du D.Ing Hachimi SIDIBE professeur à l’école nationale
d’ingénieurs Abderrahmane Baba Touré de Bamako.
 Cours de métallogénie du D.Ing Diala KONATE professeur à l’école nationale
d’ingénieurs Abderrahmane Baba Touré de Bamako.
 Cours de forage du D. Zoumana TRAORE professeur à l’école nationale d’ingénieurs
Abderrahmane Baba Touré de Bamako.
 Cours de cartographie du D.Ing Mory SIDIBE : Maitre de conférence à l’école nationale
d’ingénieurs Abderrahmane Baba Touré de Bamako et vise doyen à l’université de Ségou.
 Bakolobi final report 2016.

Liste de projets de fin d’étude :


 Etude structurale et lithologique de la minéralisation aurifère dans les zones de Bena-
Bakolobi par Babili DEMBELE- Août 2015.
 L’apport du forage RC et de la cartographie dans L’exploitation du gisement de Gounkoto
nord par Madou CISSE- Août 2015
 La prospection aurifère à Bakolobi par Bourama DIAKITE-Août 2016.
 Contrôle de minéralisation par sondage RC dans la carrière de Kofi par Diakardia KONOTA- Août
2016.
 Contribution aux travaux de sondages moto-tarière, RC et carottant lors d’une campagne
d’exploration minière à la mine de Tabakoto par Ousmane SAGARA- Décembre 2016.
 Contribution aux travaux de prospection aurifère sur la cible de Sinsinko dans le permis de Bena par
Arounya SANOGO - Août 2017.

Projet de fin d’étude ENI-ABT « Etude comparative entre les structures minéralisées de Dioula et de Gamaye dans le permis de Bakolobi » présenté et
soutenu par MARIKO Souleymane

70