Vous êtes sur la page 1sur 22

Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

Chapitre 1 :

Origine et utilisation

de l’énergie solaire
1. Introduction

L'énergie solaire c'est la chaleur et la lumière émise par le soleil vers la terre.

Cette énergie propre, gratuite et inépuisable est répertoriée parmi les énergies

renouvelables. Elle est aussi considérée comme l’origine de toutes les autres

énergies renouvelables à savoir l’éolienne, l’hydraulique, la biomasse,…

Cette énergie peut servir aussi bien pour l'éclairage, le chauffage, la cuisson ou

même pour la production d’électricité.

Selon les découvertes scientifiques, la terre intercepte en moyenne 173000

Térawatts par seconde soit littéralement dix mille fois plus que la consommation

mondiale (figure 1). Ceci valide le fait que le soleil est la source d'énergie la plus

abondante du globe entier et qu'il pourrait un jour être la source d'énergie la

plus dépendante. Un rapport de 2017 de l'Agence internationale de l'énergie

montre que l'énergie solaire est devenue la source d'énergie dont la croissance

est la plus rapide au monde - c'est la première fois que la croissance de l'énergie

solaire dépasse celle de toutes les autres sources combustibles.

Fig. 1 : Surface nécessaire pour les


installations solaire pour couvrir la
production d’énergie mondiale et
européenne.

1 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

2. Rappel astronomique et origine de l’énergie solaire

Le soleil une étoile de diamètre égal à 1 391 000 km (figure 2). C’est un

réacteur nucléaire naturel qui libère de l’énergie garce aux réactions de fusion

nucléaire. Il est essentiellement constitué de deux gaz l’hydrogène et l’hélium.

Au cours de la fusion nucléaire les noyaux d’hydrogènes fusionnent et créent des

noyaux d’héliums, chaque seconde 600 millions de tonnes d’hydrogènes sont

transformées en 596 millions de tonnes d’héliums. Les 4 millions de tonnes de

matières manquantes sont transformés en minuscules paquets d'énergie appelés

photons. Chaque heure, suffisamment de photons ont un impact sur notre planète

pour produire suffisamment d'énergie solaire pour satisfaire théoriquement les

besoins énergétiques mondiaux pendant une année entière.

Fig. 2 : taille relative du soleil par rapport aux autres planètes

Les photons parcourent une moyenne de 150 millions de kilomètres qui

séparent le Soleil de la Terre en 8,5 minutes environ. Une surface

perpendiculaire au rayonnement solaire hors atmosphère reçoit en moyenne

1367W/m². Cette valeur est appelée éclairement solaire ou constante solaire.

En réalité cet éclairement où cette énergie reçue est fonction du jour de l'année

(figure 3). Il peut être calculé avec la formule suivante :

2 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

  360  j  2,7206  
ESol  1367  1  0, 0334 Cos   en W/m2 (1)
  365,25 
  

Avec j représente le numéro du jour dans l'année (1 pour le 1er janvier).

j peut être obtenu par la relation suivantes :

j  E 30M  0.6(M  3)  30.5  N  (2)

Avec E() est la partie entière du nombre obtenu

M : numéro du mois dans l'année

N : numéro du jour dans le mois

Fig. 3: variation de l’énergie solaire hors atmosphère en fonction du jour de

l’année

Le calcul de l'énergie solaire reçue par un plan du globe terrestre est beaucoup

plus compliqué et dépend de :

 Sa position (longitude et latitude)

 Son inclinaison et son orientation (coefficient d'incidence)

 L’heure (hauteur du soleil)

 Jour de l’année (saison, déclinaison)

 De la nébulosité (nuage, pollution)

3 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

2. Définitions

2.1. Latitude

La latitude "φ" d’un point est l'angle entre le plan de l'équatorial et la verticale

en un point donné de la surface de la Terre (la droite composée de point locale-

centre de la Terre). À titre d'exemple, l'angle pour Monastir est d’environ

35,76°N pour Bizerte 37,28°N et pour Tataouine 32,92°N.

2.2. Longitude

La longitude "Ψ" est l'angle formé par le méridien de Greenwich (méridien de

référence) et le méridien passant par un point donné de la surface de la Terre

(figure 4). L'angle est négatif vers l'ouest et positif vers l'est.

Par exemple, cet angle varie de +7,87° pour Nefta à Tozeur à +10,83° pour

Monastir.

Comme la terre met 24 heures pour faire un tour sur elle même (360°) chaque

heure représente 15° d'écart de longitude et donc chaque degré de longitude

représente 4 minutes. Il y a donc un écart d'environ 11,84min entre Monastir et

Nefta.

Fig. 4: représentation schématique de la latitude et de la longitude

4 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

2.3. Déclinaison

La déclinaison "δ" (figure 5 et 6) est l'angle entre le plan équatorial de la terre

forme le vecteur " Soleil-Centre Terrestre " et. La déclinaison fluctue de 0° aux

équinoxes (21 mars et 23 septembre) jusqu’à -23,45° au solstice d'hiver (22

décembre) et +23,45° au solstice d'été (22 juin).

Fig. 5: révolution de la Terre autour du soleil

Fig. 6: représentation des valeurs limites de la déclinaison

5 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

On remarque que la valeur de la déclinaison peut être un bon indicateur de la

saison. La déclinaison (en degré) est obtenue avec l'équation suivante

360
arcsin(0.398sin( j 80)) (3)
365

j représente le numéro du jour dans l'année (1 pour le 1er janvier)

2.4. Angle horaire

L'angle horaire "ω" (figure 7) mesure le mouvement du soleil par rapport à midi.

Cet angle horaire est négatif si le temps solaire est inférieur à 12 h. L'angle

horaire est obtenu de la façon suivante :

 L’équation du temps "ET" (en h)

ET  0, 0072 cos  j – 0, 0528 cos 2j – 0, 0012 cos  3j


(4)
– 0,1229 sin  j – 0,1565 sin 2j – 0, 0041 sin 3j

 Le temps solaire moyen "TSM" (en h)

ψ
TSM  TU  (5)
15

Avec

"Ψ" est la longitude (en degré)

"TU" est le temps universel (ou encore GMT :Greenwich Mean Time) (en h).

 Le temps solaire vrai "TSV" (en h)

TSV  TSM  ET (6)

 L’angle horaire "ω"

 TSV   TSV-12 
ω=180  -1  Ou ω=360   en degré (7)
 12   24 

6 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

Fig. 7: représentation graphique de l’angle horaire

2.5. Hauteur du soleil

La hauteur ou l'altitude du soleil "γ" représente l'angle formé par le

rayonnement solaire et plan horizontal (figure 8), il varie de 0° (au coucher ou au

lever du soleil) jusqu’à 90°. L’intensité du rayonnement solaire est fortement

corrélée avec cette hauteur.

Le calcul de la hauteur du soleil peut être effectué avec la relation suivante :


γ = ArcSin Sin  φ  x Sin  δ  + Cos  φ  x Cos  δ  x Cos  ω   (8)

2.6. Azimut du soleil

L'azimut solaire "a" est l'angle formé par la projection orthogonale sur le plan

horizontal et l’axe nord-sur (figure 8). L'azimut et l'angle horaire ont le même

signe.

Le calcul de l'azimut du soleil peut être effectué avec la relation suivante :


 Cos  δ  x Sin  ω 
a = ArcSin 
  (9)
 Cos  γ  
 

7 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

Fig. 8: hauteur et azimut du soleil selon la trajectoire du soleil.

NB : la hauteur et l’azimut permettent de définir la course apparente du

soleil, les figures 9 et 10 présentent un exemple de diagramme solaire qui

donne pour chaque mois et chaque heure la position du soleil pour une position

donnée sur la terre.

Fig. 9: Diagramme solaire azimute en fonction de la hauteur du soleil.

8 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

Fig. 10: Course du soleil pour quelques mois.

2.7. Horaire de lever, de coucher du soleil et durée d’insolation.

Il est important pour un site donné de connaître les horaires solaires vrais du

lever et du coucher du soleil et d’en déduire la durée maximale d’insolation dans

une journée donnée.


 Arccos  tg    x tg   
TSVLever = 12- 
  (10)
 15 
 


 Arccos  tg    x tg   
TSVCoucher = 12+ 
  (11)
 15 
 

2
Dins TSVCoucher TSVLever Arccos tg x tg (12)
15

2.8. Coefficient d'incidence (coefficient d'orientation)

Le coefficient d'incidence CI est un coefficient qui varie entre 0 et 1. Il varie en

fonction de l'angle délimité par le rayonnement solaire avec la normale d'une

surface. Ce coefficient dépend donc de la position du soleil (a, δ) et du couple

(o,i) du plan récepteur avec "o" l'orientation et "i" l'inclinaison (figure 11).

Le calcul du coefficient d'incidence est obtenu avec la formule suivante :

CI =sin  i ×cos  γ  ×cos  o-a  +cos  i ×sin  γ  (13)

9 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

Rq1 : Si la surface du plan récepteur ne reçoit pas de rayon solaire direct, le

coefficient d'incidence est négatif.

Rq2 : chaque plan récepteur peut être défini par un couple de valeurs (o, i).

L'orientation est négative vers l'est et positive vers l'ouest, elle peut être

indiquée par une direction géographique par exemple NORD-NORD-EST comme

montre la rose d'orientation (figure 12). Quant à l'inclinaison, elle est égale à 0°

pour un plan horizontal et 90° pour un plan vertical.

CI=1 CI=0 CI<0

Fig. 11: coefficient d’orientation CI pour plusieurs configurations limites.

Fig. 12: Rose d’orientation

10 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

3. Rayonnement solaire

Le rayonnement solaire (figure 13) est considéré comme une onde

électromagnétique dont la longueur d’onde est dans l’intervalle (0.2μm - 4μm). La

plus grande partie de l’énergie solaire s’effectue dans les longueurs d’onde du

visible.

Fig. 13: Répartition spectrale du rayonnement solaire.

En traversant l’atmosphère, le rayonnement solaire peut être absorbé et diffusé.

Au sol, on distingue plusieurs composantes :

 Rayonnement direct est reçu directement du soleil. Il atteint la surface de la

Terre sans être modifié par aucun des processus atmosphériques (de diffusions

par exemple). Il se déplace en lignes droites pour former des faisceaux. Le

rayonnement direct peut être concentré à travers des lentilles ou des miroirs et

peut former des ombres.

 Rayonnement diffus représente la partie du rayonnement solaire, diffusé par la

vapeur d'eau, la poussière et d'autres particules lorsqu'il traverse l'atmosphère.

Le rayonnement diffus est plus élevé par temps brumeux ou nuageux que par

temps clair.

11 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

La diffusion est le phénomène qui répartit un faisceau parallèle en une multitude

de faisceaux isotrope partant dans toutes les directions.

 Albédo (ou la réflectivité) présente la partie du rayonnement solaire réfléchie

par le sol. Il dépend de l’environnement du site. La neige, par exemple, a un

albédo de plus de 80% alors que l’asphalte à une valeur de moins de 4%. Il faudra

en tenir compte pour évaluer le rayonnement sur plan incliné.

Comme montre la figure 14, le rayonnement global est la somme de ces diverses

contributions.

Fig. 14: différente composante d’un rayonnement solaire.

4. Méthode de calcul du rayonnement solaire globale

Le rayonnement solaire global "G" est la somme du rayonnement solaire direct

"I", du rayonnement solaire diffus "D" et de l’albédo. Nous négligerons l’albédo,

car dans la majorité des cas (figure 15) il frappe au dos du capteur et il ne

participe pas à l’échange et si ce n’est pas le cas la valeur de l’albédo va servir

comme une sécurité au niveau du dimensionnement du capteur.

12 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

Fig. 15: Albédo et échange thermique avec un capteur plan .

4.1. Calcul du rayonnement solaire direct

Pour calculer ce rayonnement, il suffit de suivre la démarche est la suivante :

Etape 1:

Calculer la pression atmosphérique (PAtm) en fonction de l’altitude :

 
5,26
PAtm =101325× 1-2,26×10-5 ×z en Pa (14)

Où z est l’altitude en mètre

(zmonastir=17m / zkasserine=674m)

Etape 2:

Calculer la pression de vapeur saturante (Pvs),

8,02
 T 
Pvs=2,165×  1,098+  en mmHg (15)
 100 

Où T est la température de l'air en (°C)

Calculer la pression partielle de vapeur d'eau (Pv) en fonction de l'humidité

relative (HR):

Pv  Pvs x HR (16)

13 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

Etape 3:

Pour évaluer l'atténuation due à la diffusion de rayonnement solaire direct, il

faut :

Calculer la masse d'air optique relative AM :

Patm

101325×sin  γ  +15198,75× 3,885+γ  


AM= -1,253
(17)

où γ est la hauteur du soleil en degrés

La masse d'air indique la quantité d'atmosphère qu'un rayon solaire doit

parcourir avant d'atteindre une surface au sol (figure 16). Quand le soleil est au

midi 90° au-dessus de l'horizon le rayonnement traverse le moins d'atmosphère

dans ce cas AM=1. Quand le soleil se trouve à 30° au-dessus de l'horizon, les

rayons parcourent deux fois plus d'atmosphère pour atteindre une surface et

dans cette configuration AM=2.

Fig. 16: masse d’air parcouru par un rayonnement solaire.

En déduire l'épaisseur optique de Rayleigh ER

1
ER = (18)
 0,9AM+9,4 

14 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

Etape 4

Calculer le facteur de trouble de Linke :

TL =2,4+14,4B+0,4×  1+2 B  ×ln  Pv  (19)

Avec B est le coefficient de trouble atmosphérique:

B = 0,02 pour un ciel très clair (en montagne)

B = 0,05 pour un ciel normal (lieu rural)

B = 0,10 pour un ciel légèrement pollué (lieu urbain)

B = 0,20 pour un ciel très pollué (lieu industriel)

Etape 5

Le rayonnement solaire direct sur un plan récepteur perpendiculaire à ce

rayonnement vaut donc :

I=Esol ×exp  -ER ×AM×TL  en W/m2 (20)

4.2. Calcul du rayonnement solaire diffus

Le rayonnement solaire diffus supposé isotrope dépend seulement de

l’inclinaison du plan récepteur et de la hauteur du soleil.

 1+cos  i   1-cos  i 
D=125sin0,4  γ  ×   +211,86×sin1,22  γ  ×   (21)
 2   2 
   

4.3. Calcul du rayonnement solaire global

La somme de deux rayonnements direct et diffus représente le rayonnement

global :

G=I× CI +D (22)

5. Conclusion

Ce premier chapitre présente un rappel astronomique permettant de définir

plusieurs paramètres relatifs au mouvement du soleil (Déclinaison, azimut,

15 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

hauteur..). Une méthode de calcul des radiations solaires globale sur n’importe

quel point du globe terrestre a été également détaillée.

Application 1

Énoncé :

Calculer le flux solaire hors atmosphère, la déclinaison de la terre, l’heure de

lever et de coucher du soleil ainsi que la durée d’insolation dans la ville de

Monastir le 24 juin et le 2 décembre 2011. On note que le mois de février

contient 28 jours.

Réponse:

 Pour le 24 juin 2011, on a :

L'ordre du jour dans l'année est

j  E 30M  0.6(M  3)  30.5  N 

j  E 30  6  0.6(6  3)  30.5  24 

j  175

Le flux solaire hors atmosphère

  360  j  2,7206  
ESol  1367  1  0, 0334 Cos  
  365,25 
  

  360 175  2,7206  


ESol 24 juin   1367  1  0, 0334 Cos  
  365,25 
  

ESol 24 juin   1322,06W/m2

La déclinaison
arcsin(0.398sin(0.985j 80))

  360 
δ=arcsin  0,398×sin  ×175-80  
  365 

δ=23,43°

16 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

L’heure de lever du soleil

TSVLever

 Arccos  tg    x tg   
= 12- 
 
 15 
 

TSVLever

 Arccos  tg  35.76 x tg  23.43
= 12- 
 
 15 
 
TSVLever = 4.78h

L’heure de coucher du soleil


 Arccos  tg    x tg   
TSVCoucher = 12+ 
 
 15 
 

TSVCoucher

 Arccos tg  35.76 x tg  23.43
= 12+ 
 
 15 
 
TSVCoucher = 19.21h

La durée d’insolation

Dins TSVCoucher TSVLever

Dins 19.21 4.78

Dins 14.43h

 Pour le 2 décembre 2011 on a :

L'ordre du jour dans l'année est

j  E 30  12  0.6(12  3)  30.5  02

j  336

Le flux solaire hors atmosphère

  360 336  2,7206  


ESol 2 Décembre   1367  1  0, 0334 Cos  
  365,25 
  

ESol 2 Décembre   1405,92W/m2

17 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

La déclinaison

  360 
δ=arcsin  0,398×sin  ×336-80  
  365 

δ=-22,1°

L’heure de lever du soleil

TSVLever

 Arccos  tg  35.76 x tg  22.1 
= 12- 
 
 15 
 
TSVLever = 7.13h

L’heure de coucher du soleil


 Arccos  tg  35.76 x tg  22.1 
TSVCoucher = 12+ 
 
 15 
 
TSVCoucher = 16.86h

La durée d’insolation

Dins 16.86 7.13

Dins 9.73h

18 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

Application 2

Énoncé

Le 24 juin à 10 h dans la ville de Monastir, on considère une surface plane

orientée sud-est et inclinée à 45°. Calculer la hauteur et l’azimut du soleil? Puis le

coefficient d'incidence

Réponse

L’équation du temps

ET  0, 0072 cos  j – 0, 0528 cos 2j – 0, 0012 cos 3j


– 0,1229 sin  j – 0,1565 sin 2j – 0, 0041 sin 3j

ET  0, 0072 cos 175  – 0, 0528 cos 350  – 0, 0012 cos 525 


– 0,1229 sin 175  – 0,1565 sin 350  – 0, 0041 sin 525 

ET  0.042 h

Le temps solaire moyen

ψ
TSM  TU 
15

10.83
TSM  10 
15

TSM= 10,722 h

Le temps solaire vrai

TSV  TSM  ET

TSV  10,722-0.042

TSV= 10,68 h

19 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

L'angle horaire

TSV
ω=180 -1
12

10,68
ω=180 -1
12

ω=-19,8°

La déclinaison δ=23,43° (calculer précédemment)

La latitude de la ville de Monastir est φ= 35,76°

La hauteur du soleil est donc:


γ = ArcSin Sin  φ  x Sin  δ  + Cos  φ  x Cos  δ  x Cos  ω  


γ = ArcSin Sin 35,76 x Sin 23,43 + Cos 35,76  x Cos 23,43 x Cos  -19,8 
γ = 68,89°

L'azimut est donc :

 
a = ArcSin Cos  δ  x Sin  ω  / Cos  γ  
 
a = ArcSin Cos 23,43 x Sin  -19,8 / Cos  68,89  
a = -59,67°

L’inclinaison du capteur est i=45° et son orientation S-E est o=-45° (d’après la

rose d’orientation)

CI =sin i ×cos  γ  ×cos  o-a  +cos i ×sin  γ 

CI =sin  45  ×cos  68,89  ×cos  -45+59,67  +cos  45  ×sin  68,89 

CI =0,906

20 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

Application 3

Énoncé

Pour le plan de la question précédente, calculer le flux solaire direct, diffus puis

en déduire le flux global.

Sachant que la ville de Monastir se trouve à une altitude de 8m par rapport au

niveau de la mer et que la température moyenne et l’humidité relative au mois de

juin est respectivement de 27° et de 60%.

On note également que le ciel de cette ville est considéré comme étant

légèrement pollué

Réponse

 Calcul du rayonnement solaire direct

Etape 1:
Calcul de la pression atmosphérique

 
5,26
PAtm  101325  1 - 2,26  10 -5  z

 
5,26
PAtm  101325  1 - 2,26  10-5  8  101228Pa

Etape 2:
Calcul de la pression de vapeur saturante
8,02
 T 
Pvs=2,165×  1,098+ 
 100 
8,02
 27 
Pvs=2,165×  1,098+  =26,72mmHg
 100 

D’où la pression partielle de vapeur


Pv  Pvs  HR  26,72  0,6  16, 033 mmHg

Etape 3:
Calcul de la masse d'air optique relative
Patm

 
AM=
101325×sin  γ  +15198,75× 3,885+γ 
-1,253

21 W. HASSEN
Chapitre 1: Origine et utilisation de l'énergie solaire 2016-2019

101228

 
AM= =1,07
101325×sin  68,45  +15198,75× 3,885+68,45 
-1,253

On a donc l'épaisseur optique de Rayleigh

1 1
ER = = =0,096
 0,9AM+9,4   0,9×1,07+9,4 
Etape 4:
Le facteur de trouble de Linke : Pour un ciel légèrement pollué on B=0,1

TL =2,4+14,4B+0,4× 1+2 B  ×ln  Pv 

TL =2,4+14,4 ×0,1+0,4× 1+2×0,1 ×ln 16,033 =5,17

Etape 5:
Le rayonnement solaire direct :

I=Esol ×exp  -ER ×AM×TL  =1322,06×exp  -0,096×1,07×5,17 

I=775,04 W/m²

Avec Esol= 1322,06 W/m² (Application 1)

 Calcul du rayonnement solaire diffus

 1+cos i   1-cos i 


D=125sin0,4  γ  ×   +211,86×sin1,22  γ  ×  
 2   2 
   

 1+cos  45    1-cos  45  
D=125sin0,4  68,89  ×   +211,86×sin1,22  68,89 ×  
 2   2 
   

D=132,27 W/m²

 Calcul du rayonnement solaire global :

G=I×CI +D

G=775,04×0,906+132,27

G=834,45 W/m²

22 W. HASSEN

Vous aimerez peut-être aussi