Vous êtes sur la page 1sur 6

Chapitre 2: Les appareils de mesure des flux solaires 2016-2019

Chapitre 2 :
Les appareils de mesures
du flux solaire
1. Introduction

Afin de garantir une meilleure production de l'énergie solaire, il est très important de

déterminer l'ensoleillement en un lieu et un moment donnés. L’objectif est d’avoir une

idée claire et fiable sur le potentiel que représente cette source d'énergie sur les

sites de production. Il est possible d’utiliser des modèles empiriques comme c’est le

cas dans le chapitre précédant, mais pour avoir des mesures très précises, il est

impératif d’utiliser de manière expérimentale des appareilles capable de détecter et

d’estimer le rayonnement solaire. L’objectif de ce chapitre est donc de présenter les

différents instruments industriels pour la mesure du rayonnement solaire.

2. Appareil de mesure du flux solaire

2.1. Héliographe

L'héliographe est un dispositif qui est capable de mesurer les heures d'insolation à

n’importe quel endroit de la surface de la Terre. Le premier héliographe (Fig. 1) se

compose principalement d'une boule de cristal de quelques dizaines de centimètres de

diamètre, percuté par le rayonnement solaire, la boule concentre ce rayonnement un

son foyer, de sorte à carboniser une feuille de papier sensible (héliogramme Fig. 2)

placée à la distance focale sur un support bombé. Sur ’héliogramme nous allons

distinguer la partie carbonisée de la feuille de papier ce qui nous permet de trouver la

durée d’insolation d’une journée données.

La bande de papier (Fig. 2) est graduée en heures, ou plus finement. La mesure peut

manquer de précision à l'aube et au coucher du soleil où l'infrarouge est fortement

23 W. HASSEN
Chapitre 2: Les appareils de mesure des flux solaires 2016-2019

atténué par l'atmosphère. Les nouveaux héliographes sont des appareils automatisés

qui contiennent des cellules photoélectriques qui vont fournir une intensité électrique

en fonction de la puissance de rayonnement.

Fig. 1: Héliographe

Héliogramme non utilisé

Héliogramme dans une journée très nuageuse

Héliogramme dans une journée assez nuageuse

Héliogramme dans une journée très ensoleillé

Fig. 2: Héliogramme

24 W. HASSEN
Chapitre 2: Les appareils de mesure des flux solaires 2016-2019

2.2. Pyrhéliomètre

La mesure s'effectue par réchauffement d'un objet (appelé capteur) de matière

uniforme (acier, aluminium, cuivre,...) répondant à des caractéristiques d'absorption

de chaleur efficace et dont on connait la masse (m) et la capacité thermique appelé

aussi chaleur massique (C). Le soleil chauffe le capteur pendant une période

déterminée et il en ressort un rayonnement énergétique ramené au W/m².


  m  C  Tf  Ti  (1)


P (2)
t  S

Φ :Quantité d'énergie reçue en J

Tf et Ti :Respectivement température de fin et de début de mesure

Δt :Durée de la mesure (environ de 7 à 8 min)

S :Section du capteur en m²

P :Puissance de réception en W/m²

La mesure s'appuie d'une part sur l'orientation du capteur, toujours perpendiculaire

aux rayons solaires (pour en maximiser la réception) et d'autre part au confinement

du capteur dans un cylindre adapté de manière à éviter (autant que possible) des

pertes thermiques dues aux mouvements d'air ambiant.

Le cours laps de temps de la mesure de quelques minutes permet de ne pas avoir à

réorienter le pyrhéliomètre. Toutefois, on comprendra aisément que la valeur estimée

par cette méthode donne une mesure moyennée pour le temps d'observation (5 à 8

min) et non une mesure instantanée. Les trois encoches situées à l’intérieur et à mi-

hauteur du cylindre (Fig. 3) permettent le réglage optimum de l’orientation de

l’appareil, il suffit de dirigée le Pyrhéliomètre de façon a ce que ces encoches soient

éclairées.

25 W. HASSEN
Chapitre 2: Les appareils de mesure des flux solaires 2016-2019

Fig. 3 : Pyrhéliomètre

26 W. HASSEN
Chapitre 2: Les appareils de mesure des flux solaires 2016-2019

2.3. Pyranomètre

En météorologie pour quantifier la puissance du rayonnement solaire globale en watts

par mètre carré, on a généralement recourt au pyranomètre (Fig. 4).

Le principe de fonctionnement du pyranomètre est basé soit sur l’effet

thermoélectrique obtenu à l'aide d'une thermopile. Cette dernière comprend des

collections de thermocouples, constitués de métaux de natures différentes, reliés

mécaniquement entre eux à travers deux types de jonctions (connexions). Les

jonctions actives (jonction à chaud) sont placées sous la surface du récepteur noir et

sont chauffées par le rayonnement absorbé au niveau du revêtement noir. Les

jonctions passives (jonction à froid) de la thermopile sont en contact thermique avec

le boîtier du pyranomètre qui joue le rôle d'un dissipateur de chaleur. Ces

thermocouples produisent un petit courant proportionnel au rayonnement solaire.

Le principe de fonctionnement du pyranomètre est le suivant: le rayonnement incident

est absorbé par une surface noire horizontale (Fig. 4). L'élévation de la température

est mesurée à travers des thermocouples connectés en série ou en série-parallèle

pour afin d'effectuer une thermopile.

Fig. 4: Pyranomètre

27 W. HASSEN
Chapitre 2: Les appareils de mesure des flux solaires 2016-2019

3. Conclusion

Ce chapitre donne des méthodes alternatives pour l’estimation du rayonnement

solaire. Ces méthodes expérimentales sont certes plus coûteuses, mais présentent

des résultats très précis. Les différents instruments de mesure du plus utilisé sont

l'héliographe, le pyrhéliomètre et le pyranomètre. Le rolle et la technologie de chacun

de ces instruments sont présentés en détails.

28 W. HASSEN

Vous aimerez peut-être aussi