Vous êtes sur la page 1sur 8

Centre National d’Enseignement à Distance

Institut de Lyon

UE 120 Corrigé
Devoir 4

Comptabilité approfondie
Année 2010-2011

Auteur : Pascal DENOS

Exercice 1 (20 points)

Barème : 60 points/3 = 20/20

1. Déterminez le référentiel comptable applicable à l’entreprise DURALEX.


Duralex est une société française. Pour les comptes sociaux d’une société française, le référentiel
comptable applicable est le PCG (Plan Comptable Général) qui intègre le règlement de l’ANC (Autorité
des Normes Comptables) sur la comptabilisation des contrats de longue durée. (0,5 point)

2. Citez les méthodes applicables pour la comptabilisation des contrats de longue durée en
indiquant la méthode préférentielle. Précisez la définition d’une méthode préférentielle et le
rapport avec les normes IFRS.
Pour la comptabilisation des contrats de longue durée, les méthodes applicables sont la méthode de
l’achèvement et la méthode de l’avancement qui constitue la méthode préférentielle. (0,5 point)
Une méthode préférentielle est une méthode préconisée par le PCG et qui est conforme aux normes
IFRS ; elle contribue ainsi à une meilleure information, pour l’obtention de l’image fidèle. (0,5 point)

3. Des travaux en cours constituent-ils un actif ? Argumentez en définissant un actif.


Document de travail résevé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Des travaux en cours constituent un actif car ils représentent un élément identifiable du patrimoine ;
ayant une valeur économique positive pour l’entité ; générant une ressource que l’entité contrôle ; et
dont elle attend des avantages économiques futurs. : (4 × 0,25 point)

4. Comptabilisez les écritures que vous jugez nécessaires au 31/12/N et déterminez le résultat
de l’exercice N. Quel principe comptable avez-vous appliqué ?
  31/12/N    
335 Travaux en cours 60 000  
713 Variation des travaux en-cours   60 000

(2 points)

Résultat en N
Coûts des travaux – 60 000
Variation des travaux en-cours 60 000
Résultat 0

(1 point)
Principe d’indépendance des exercices. (0,5 point)

201201CTPA0410 1
Comptabilité approfondie • Corrigé devoir 4

5. Si l’entreprise est en situation de sous-activité, cette sous-activité doit-elle être prise en


compte pour l’évaluation des travaux en cours ? Quelle est son incidence sur le résultat ?
La quote-part de frais fixes correspondant à la sous-activité doit être exclue du coût de production
des travaux en cours. Cette quote-part de frais fixes est donc maintenue en charge et diminue le résul-
tat. (2 × 0,25 point)

6. Une facture de sous-traitant correspondant à des travaux exécutés en N et reçue en


avril N+1 peut-elle être incorporée au coût de production des encours au 31/12/N ? Justifiez
votre réponse.
La prestation du sous-traitant est un événement postérieur à la clôture de l’exercice. En effet, la pres-
tation est un événement qui a pris naissance durant l’exercice clos au 31/12/N, mais dont l’entreprise a
connaissance entre la date de clôture de l’exercice (31/12/N) et la date d’arrêté des comptes (15/05/
N+1). Cet événement a un lien direct et prépondérant avec l’exercice clos. (1,5 point)
L’entité doit donc modifier ses comptes annuels au 31/12/N en majorant ses encours de produc-
tion. (0,5 point)

7. Énumérez les conditions d’incorporation des frais financiers dans le coût de production
des travaux en cours. La décision d’incorporation des frais financiers est-elle spécifique à
chaque contrat ? Nous supposons que DURALEX décide d’incorporer les frais financiers
dans le coût de production des encours à partir du 1er janvier N+1 : qualifiez le changement
de méthode et son incidence sur les comptes annuels.
Les frais financiers peuvent être incorporés dans le coût de production des travaux encours s’il y a une
longue période de préparation ou de construction. Les frais financiers doivent concerner la période
de production. L’évaluation doit être fiable. L’actif doit générer des avantages économiques futurs.
(4 × 0,25 point)
L’option est globale et vaut pour tous les contrats. (0,5 point)
La décision d’incorporer les frais financiers dans le coût de production des encours à partir du 1er janvier
N+1 est un changement d’estimation et de modalités d’application dont l’incidence est comptabili-
sée en résultat d’exploitation. (2 × 0,5 point)

Document de travail résevé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
8. Après avoir rappelé les différentes catégories de changements comptables, indiquez la
nature du changement de méthode au 1er  janvier  N+1 pour DURALEX  SA, et justifiez. Ce
changement de méthode est-il irréversible ? En changeant de méthode, l’entreprise déroge
à un principe comptable. Précisez ce principe et les cas de dérogation possibles.
Les différentes catégories de changements comptables : (4 × 0,25 point)
• Changement de méthode comptable.
• Changement d’estimation et de modalités d’application.
• Changement d’options fiscales.
• Corrections d’erreurs.
La méthode de l’avancement est la méthode préférentielle. Il s’agit donc d’un changement de méthode
comptable irréversible justifié par l’adoption d’une méthode préférentielle. (2 × 0,25 point)
Le changement de méthode comptable qui déroge au principe de permanence des méthodes est
autorisé dans trois cas :
• Adoption d’une méthode préférentielle ;
• Changement de réglementation ;
• Événement exceptionnel dans la situation du commerçant.
(4 x 0,25)

2
UE 120 • Comptabilité approfondie

9. Pour mieux analyser l’incidence de la méthode de l’avancement sur le résultat de l’entreprise


DURALEX pour les exercices N et N+1, remplissez la grille proposée en annexe 1.
Analyse du contrat DURALEX Au 31/12/N Au 31/12/N+1
Points
avec la méthode de l’avancement
Chiffre d’affaires prévisionnel au 31/12 180 000 € 180 000 € a
Coût des travaux au 31/12 60 000 € 160 000 € b
Coût total prévisionnel au 31/12 160 000 € 200 000 € c
% d’avancement au 31/12 38 % 80 % d = b/c 1
Chiffre d’affaires au 31/12 67 500 € 144 000 € e = a × d 1
Résultat prévisionnel sur le contrat au 31/12 20 000 € – 20 000 € f = a – c 2
Si perte prévisionnelle sur le contrat au 31/12 :      
• Perte réalisée au 31/12   – 16 000 € g = f × d 1
• Perte future au 31/12   – 4 000 € h = f – g 1
Si bénéfice prévisionnel sur le contrat au 31/12 :      
• Bénéfice réalisé au 31/12 7 500 € NA i = e – b 1

10. Quelle est l’incidence du changement de méthode sur le bilan de DURALEX SA au 1er jan-
vier N+1 ? Quel principe comptable est remis en cause ?
Si l’entité DURALEX SA avait appliqué la méthode de l’avancement au 31/12/N, l’entité aurait augmenté
son résultat comptable de 7 500 €. Cette incidence de 7 500 € est comptabilisée en augmentation des
capitaux propres au 1er janvier N+1. (2 points)
Le principe comptable d’intangibilité du bilan est remis en cause. (0,5 point)

11. Comptabilisez les éventuelles écritures au 1er janvier N+1.

01/01/N+1 Points
704 Travaux 67 500 1
110 Report à nouveau 7 500 2
335 Travaux en cours 60 000 1
Document de travail résevé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

12. Comptabilisez les écritures d’inventaire au 31/12/N+1 et déterminez le résultat de l’exer-


cice N+1.
31/12/N+1 Points
418 Client FAE 172 800 1
704 Travaux 144 000 1
44587 TVA collectée FAE 28 800 1

681 DAP 4 000 1


1516 Provision pour risques 4 000 1

Résultat en N+1
Chiffre d’affaires 76 500
Coûts des travaux – 100 000
Provisions pour risques – 4 000
Résultat – 27 500 2

13. La perte constatée au 31/12/N+1 a été comptabilisée pour partie en provision pour risques.
Justifiez cette comptabilisation.
La perte totale au 31/12/N+1 s’élève à 20 000 € et se décompose en une perte réalisée au 31/12/N+1
pour 16 000 € et une perte future pour 4 000 €.

201201CTPA0410 3
Comptabilité approfondie • Corrigé devoir 4

La perte réalisée au 31/12/N+1 est constatée, en principe, sous la forme d’une dépréciation des encours
de production. Mais dans la méthode de l’avancement, on ne constate pas d’encours de production.
On ne peut donc pas déprécier ces encours. (1 point)
La perte future est un passif qui doit être constaté à la clôture de l’exercice N+1. En effet, l’entité a un
engagement à l’égard d’un tiers à la clôture de l’exercice ; qui se traduira par une sortie de ressources
sans contrepartie équivalente attendue sur les exercices suivants ; qu’on peut évaluer de manière fiable ;
et qui a une valeur négative pour l’entité. (4 × 0,25 point)
Les différentes catégories de passif sont les suivantes : Provisions pour risques et charges ; Charges à
payer ; Dettes ; Passifs éventuels. (0,5 point)
La perte sera constatée sous forme de provision pour risques car c’est un passif « dont l’échéance ou le
montant n’est pas fixé(e) de façon précise ». (1 point)

14. Comptabilisez les écritures de l’exercice N+2 et déterminez son résultat.


01/01/N+2 Points
704 Travaux 144 000 0,5
44 587 TVA collectée FAE 28 800 0,5
418 Client FAE 172 800 0,5
30/06/N+2
411 Client 216 000 0,5
704 Travaux 180 000 0,5
44571 TVA collectée 36 000 0,5

1516 Provision pour risques 4 000 1


781 RAP 4 000 1

Résultat en N+2
Chiffre d’affaires 36 000
Coûts des travaux – 30 000
Provisions pour risques 4 000

Document de travail résevé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Résultat 10 000 2

15. Faites un contrôle de cohérence en remplissant la grille proposée en annexe 2.


Contrôle de cohérence Points

Résultat en N 0
Résultat en report à nouveau au 01/01/N+1 7 500
Résultat en N+1 – 27 500
Résultat en N+2 10 000
Résultat global – 10 000 1

Chiffre d’affaires définitif 180 000


Coûts définitifs 190 000
Résultat global – 10 000 1

16. Nous supposons que l’immeuble « Le Sphinx » est un immeuble de bureau qui servira de
siège social à la société DURALEX pendant 20 ans. Comptabilisez les écritures que vous
jugez nécessaires sur N, N+1 et N+2.
Il ne s’agit plus d’un encours de production mais d’une immobilisation corporelle.

4
UE 120 • Comptabilité approfondie

31/12/N Points
231 Immobilisation corporelle en cours 60 000 1
722 Production immobilisée 60 000 1
31/12/N+1
231 Immobilisation corporelle en cours 100 000 0,5
722 Production immobilisée 100 000 0,5
30/06/N+2
213 Construction 190 000 0,5
44562 TVA sur immobilisation 38 000 0,5
231 Immobilisation corporelle en cours 160 000 0,5
44571 TVA collectée 38 000 0,5
722 Production immobilisée 30 000 0,5
31/12/N+2
681 Dotation aux amortissements 4 750 1
2813 Amortissement des constructions 4 750 1
190,000 × 1/20 × 6/12

17. Pour les indemnités de fin de carrière, après analyse, procédez aux enregistrements
nécessaires en N et N+1.
Pas d’écriture en N car les IFC sont simplement mentionnées en annexe. (0,5 point)
En N+1, la comptabilisation pour la première fois des IFC constitue un changement de méthode comp-
table dont l’incidence doit être comptabilisée en capitaux propres au 1er janvier de l’exercice de chan-
gement. (2 × 1 point)

01/01/N+1 Points
119 Report à nouveau 100 000 2
153 Provisions pour retraite 100 000

681 Dotation aux provisions 20 000 2


Document de travail résevé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

153 Provisions pour retraite 20 000


+ 120 000 – 100 000 = 20 000

Exercice 2

1. Quel(s) pourcentage(s) du capital et des droits de vote dans une société d’expertise-comp-
table doit(vent) être détenu(s) par des experts-comptables inscrits à l’OEC ?
Désormais, pour créer une société d’expertise comptable, plus de 50 % du capital et plus de 2/3 des
doits de vote doivent être détenus par des experts-comptables inscrits à l’Ordre des Experts-Comptables
(OEC). (1 point)

2. Quelle est l’incidence probable sur l’évolution des cabinets d’expertise-comptable de ces
deux mesures ?
L’abaissement du pourcentage du capital détenu par des experts-comptables pourrait contribuer à une
financiarisation de la profession : des capitaux seraient apportés par des acteurs extérieurs à la pro-
fession (banques, SSII…) permettant aux cabinets d’atteindre une taille critique. On passerait ainsi d’un
tissu composé de « petits » cabinets de moins de dix salariés à des cabinets de plus d’une centaine de
salariés en réseau permettant ainsi une meilleure productivité et une plus grande attractivité de la
profession pour les jeunes diplômés.

201201CTPA0410 5
Comptabilité approfondie • Corrigé devoir 4

Le ratio d’encadrement fixé à 1 expert-comptable pour 15 salariés irait dans ce sens. Le profil du cabinet
de base serait le suivant : une centaine d’assistants comptables (licence professionnelle CCC, DCG…)
encadrés par une dizaine de chefs de mission (ESC, master CCA, DSCG) seraient supervisés par sept
experts-comptables (DEC) inscrits à l’OEC. (2 points)
D’autres réponses argumentées sont admises.

3. Un expert-comptable inscrit à l’OEC peut-il s’inscrire comme agriculteur pour reprendre


un petit domaine agricole familial ?
Une activité agricole est une activité civile. Cette activité est donc compatible avec l’activité d’expert-
comptable. (1 point)

4. L’expert-comptable ou son conjoint peuvent-ils développer une activité de promotion


immobilière ?
Une activité de promotion immobilière est une activité commerciale. Désormais, cette activité peut-être
exercée par l’expert-comptable car l’activité commerciale est autorisée à titre accessoire à condition
qu’elle ne compromette pas son indépendance et le respect de sa déontologie. Le conjoint peut égale-
ment exercer une activité de promotion immobilière car les incompatibilités opposées à l’expert-comp-
table ne visent désormais plus le conjoint de l’expert-comptable. (2 points)

Document de travail résevé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Vous aimerez peut-être aussi