Vous êtes sur la page 1sur 4

ELECTROMAGNETISME Licence 1

CHAPITRE II : FORCES ELECTROMAGNETIQUES SUR LES CIRCUITS

I - FORCES ELECTROMAGNETIQUES : LA LOI DE LAPLACE

A. FORCE DE LAPLACE

Soit un circuit électrique C1 parcouru par un courant I1. Ce circuit crée en tout point de

l’espace un champ magnétique B1 , ce qui résulte que sur un élément filiforme dl2 d’un circuit
  
C2 parcouru par un courant I2, il s’exerce une force élémentaire : df 2  I 2 dl 2  B1
Cette force élémentaire porte le nom de Force de Laplace. Pour déterminer la force s’exerçant
sur tout le circuit, il convient d’intégrer la force élémentaire sur tous les éléments du circuit :
  
f 2 = I 2  dl2  B1 .
 
Dans le cas d’une particule de charge q animée d’une vitesse v dans un champ magnétique B ,
  
la force de Laplace f  q  B .
NB : une charge en mouvement dans un référentiel crée en tout point de l’espace un champ

électrique E . Lorsqu’une autre charge électrique q s’y trouve, elle est soumise à la
superposition des forces électrique et magnétique dite force électromagnétique de
   
LORENTZ : f  q( E    B ) .
Préciser que cette formule porte le nom en réalité de force de Lorentz.
La force de Laplace n’est que la résultante des forces de Lorentz.

B. CARACTERISTIQUES DE LA FORCE DE LAPLACE


 
La direction de df est orthogonale au plan défini par le conducteur ( dl ) et le vecteur champ

magnétique B .
    
Le sens de df est tel que le trièdre ( dl , B , df ) soit direct ; dl étant un vecteur élément de
circuit orienté dans le sens du courant.

 
L’intensité de la force vaut : df = IdlBsin ( dl , B ) .

Comme remarqué, la règle des doigts de la main droite s’applique également à la force de Laplace
relative à la particule chargée ; la charge q contenant son signe.

Dr YAGUIBOU 1
ELECTROMAGNETISME Licence 1
C. FORCES D’INTERACTION ENTRE DEUX CONDUCTEURS RECTILIGNES

Considérons deux fils rectilignes infinis et parallèles C1, C2 parcourus par des courants
continus I1 et I2. Ces fils sont distants de d.


Le conducteur C1 crée au point M2 centré sur l’élément de circuit dl 2 un champ magnétique
 μ0 I 1  μ0 I 1 I 2 dl 2 
B1 tel que B1 = . Il s’exerce alors sur dl 2 une force de Laplace df2 = . df 2 est
2πd 2πd
contenu dans le plan des deux fils.
 
De même une force de Laplace df 1 s’exerce sur un élément de circuit dl 1 de C1, centré en M1.

Cette force appartient au plan des deux fils et est de sens opposé à df 2 , son intensité est
μ0 I 1 I 2 dl1 Les champs magnétiques crées par les fils conducteurs rectilignes ont été
df1 = .
2πd abordés au premier chapitre.
Les fils s’attirent si les courants sont de même sens et se repoussent dans le cas contraire.

Schématiser les différentes forces de Laplace lorsque les sens des courants sont opposés

D. DEFINITION DE L’UNITE D’INTENSITE ELECTRIQUE, L’AMPERE

Puisqu’il y a une force magnétique agissant sur des circuits parcourus par un courant, on peut
mesurer l’intensité de celui-ci. C’est par la mesure de cette force qu’a été établie la définition
légale de l’Ampère (A) :
Deux fils rectilignes de longueur infinie, distants de 1m, exercent entre eux sur les portions de
1 m, des forces de 2.10-7 N, lorsqu’ils sont parcourus par des intensités électriques de 1A.

II - TRAVAIL DES FORCES ELECTROMAGNETIQUES


A. LOI DE MAXWELL

Soit un circuit C parcouru par un courant I, placé dans un champ magnétique B , la force de
  
Laplace s’exerçant sur le circuit s’écrit : f =  Idl  B .
C

Soit dM , un déplacement élémentaire d’un point M quelconque du circuit :

Dr YAGUIBOU 2
ELECTROMAGNETISME Licence 1

Le travail élémentaire de la force de Laplace sera


        On a là un produit mixte qui permet une
δw = df .dM  I ( dl  B ).dM  I ( dM  dl ).B
permutation circulaire.
   
On a dM  dl  dS ; dS est le vecteur surface dont le module est égale à l’aire engendrée par
 
le déplacement de l’élément de circuit dl . dS est appelé aire balayée
  
B.dS est le flux du champ magnétique B à travers cet élément de surface.
De la relation du travail élémentaire ci-dessus, on déduit le travail des forces magnétiques :
    
w = I  B ( dM  dl )  I  BdS = I.Φc
C C

La relation ci-dessus constitue le théorème de MAXWELL.


Le travail de la force de Laplace équivaut à l’énergie potentielle d’interaction magnétique.

Φc est le flux du champ magnétique à travers la surface engendré par le déplacement du


circuit. Ce flux est appelé flux coupé.

La notion de flux coupé provient du fait que le circuit lors de son déplacement passe à travers les lignes de
champ donc les « couper ».

B. CALCUL DU FLUX COUPE

Considérons un circuit C orienté, parcouru par un courant et se déplaçant dans un champ


magnétique extérieur. Ce circuit définit en tout instant une surface S s’appuyant sur le contour
C. Initialement en position 1 (surface S1 s’appuyant sur le contour) et lors de son déplacement
jusqu’à la position finale 2 (surface S2), une surface fermée Ʃ = S1 + S2 + Sla est décrite,
engendrant ainsi une surface latérale Sla qui est la surface balayé lors du déplacement.
On choisit d’orienter les normales de l’ensemble des surfaces S1, S2, Sla vers l’extérieur.

Dr YAGUIBOU 3
ELECTROMAGNETISME Licence 1
   
Le flux coupé ϕc =  Bd s or la conservation du flux impose que ϕ Ʃ = Bds = ϕ1 + ϕla + ϕ2 = 0

Sla 
⇒ ϕla = ϕc = - ϕ1 - ϕ2.
Si on réoriente les normales de S1 et S2 en tenant compte du sens des courants et des normales
de Ʃ, on a ϕc = ϕ2 - ϕ1.
  
dS la est orienté vers l’intérieur de Ʃ compte tenu du produit vectoriel entre dM et dl .

La détermination du flux coupé se fait à partir de la définition du flux du champ magnétique


ou en calculant la variation du flux du champ magnétique entre la position initiale du circuit et
sa position finale.
Alors le travail des forces magnétiques peut encore s’écrire sous la relation ci-dessous :
w = I(ϕ2- ϕ1)
NB : ce travail ne dépend que des positions initiales et finales du circuit, il est indépendant du
déplacement réel.

Cette relation constitue le deuxième énoncé du théorème de MAXWELL

EXERCICE D’APPLICATION

Un fil conducteur, rectiligne, de très grande longueur, placé dans l’air est disposé dans une

zone où règne un champ magnétique uniforme B (fig 1). Il est traversé par un courant
d’intensité I constante.
1- Quel doit être le sens du courant dans le fil pour que la force électromagnétique
s’exerçant sur ce fil soit dirigée vers la droite ? Faire un schéma.
2- Calculer l’intensité de la force exercée par mètre de longueur de fil.
Données : I = 3 A ; B = 2.10-4 T.
A une distance d de ce fil, on place un deuxième fil identique et parallèle au premier. Le
courant d’intensité I constante parcourt les deux fils en sens contraires (fig 2).
 
3- On prend B = 0 , quelles sont les forces exercées par mètre de longueur sur les fils
(1) et (2) quand ils sont parallèles à la distance d l’un de l’autre ? Calculer ces forces.
Données : d = 1 cm, I = 3 A, µ0 = 4π.10-7 SI.


Fig 1 B Fig 2

Dr YAGUIBOU 4