Vous êtes sur la page 1sur 66

Généralités sur les polymères

1
Rappels: Les grandes classes de matériaux

Aciers

Métaux et alliages Alliages légers


Aciers
Aluminium
Fontes
Or
Zinc

Superalliages
Fontes

2
Céramiques
Rappels: Les grandes classes de matériaux

Verres et céramiques
Verres
Béton
Céramiques techniques
(Alumine, diamant, carbure…)
Porcelaine
Briques

Minéraux

Argile

Verres
Ciments, Bétons

3
Rappels: Les grandes classes de matériaux

Matériaux naturels
Bois
Soie
Cotton
Papier
Cuir

4
Rappels: Les grandes classes de matériaux Thermoplastiques

Polymères
Elastomères
Thermoplastiques
(PVC, PP, PE…)
Thermodurcissables
(EP, PA…)
Mousses

Elastomères
Thermodurcissables

5
Rappels: Les grandes classes de matériaux
Fils d’acier + Caoutchouc
(pneumatiques)

Matériaux composites
Matrice céramique
Matrice métallique
Matrice polymère

Al2O3, SiC…
Verres
Minéraux…
Céramiques

6
Rappels: Caractère mixte des liaisons

Liaisons
interatomiques

Liaisons faibles Liaisons fortes


Métallique, ionique, covalente
Van der Waals

Situation de certains matériaux réels par rapport


aux 4 types de liaisons

7
Généralités sur les polymères
Généralités

 Le mot polymère vient du grec « polus » plusieurs, et « meros » partie.

 Un polymère est une macromolécule (molécules géantes), organique ou inorganique,


constituée de l'enchaînement répété d'un même motif, le monomère.

 Le nombre d’unités monomères constitutives d’une chaine polymère est appelé le degré de
polymérisation (DP).

 Les chaînes constituées d’un petit nombre d’unités monomères sont appelées oligomères
(2≤DP6≤quelques dizaines).
8
Etapes d’obtention d’une matière plastique

PETROLE
Liquide visqueux, mélange de plusieurs produits à divers points
d’ébullition
Raffinage + Distillation

MONOMERE Molécule de C+ H …O

Polymérisation : étape d’attache des monomères

POLYMERE

Mélange (adjonction des additifs et adjuvants)

MATIERE PLASTIQUE

Transformation (injection ; extrusion…)


PIECES PLASTIQUES 9
Etapes d’obtention d’une matière plastique

Nom Temp. d’ébullition °C Formule


Méthane −161,4 °C CH4
Éthane −88,6 °C C2H6
Propane −42,2 °C C3H8
Butane −0,5 °C C4H10
Pentane 36,3 °C C5H12
hexane 69 °C C6H14 10
Les polymères, c’est quoi ?

Les polymères organiques sont synthétisés au départ de monomères qui sont des
molécules réactives de faible masse molaire qui, par polymérisation ou par
polycondensation, engendrent des structures macromoléculaires.

11
Les polymères, c’est quoi ?

Du monomère à la macromolécule
Chaine moléculaire

Monomère NOTATION :

Ces macromolécules sont formées par exemple de la répétition d’un même


motif n fois tout au long de la molécule

n est appelé « degré de polymérisation »


n peut être très élevé : de l’ordre de plusieurs millions 12
Synthèse des polymères

polymérisation
Monomère(s) Polymère
Conditions et catalyseur(s)

Leur synthèse met en jeux des réactions de polymérisation qui consistent donc à associer ces
motifs de répétition par des liaisons covalentes.

Deux grandes méthodes :

Par réaction de polymérisation en chaîne (polyaddition)

Par réaction de polymérisation par étapes (polycondensation)


13
Formule chimique

Formule de l'éthylène Formule chimique polyéthylène

(CH4)n
Brute : C2H4

Semi développée: CH2=CH2 polymérisation

Développée :

Topologique : =

14
Synthèse des polymères

Les polymères obtenus par polyaddition


C’est une polymérisation qui consiste à associer plusieurs monomères identiques par l’ouverture de la double liaison carbone-
carbone (C = C) sous l’influence de la chaleur, la pression et en présence des catalyseurs.

Synthèse du polyéthylène PE

Polymérisation : polyaddition

15
Synthèse des polymères

Les polymères obtenus par polyaddition : Exemples

Synthèse du polypropylène PP

Synthèse du polychlorure de vinyle PVC

16
Synthèse des polymères

Les polymères obtenus par polyaddition : Exemples

Synthèse du polystyrène PS

Synthèse du Polyméthacrylate de méthyle PMMA

17
Synthèse des polymères

Les polymères obtenus par polycondensation

- Une polycondensation est une condensation répétée


- Lors d’une condensation: deux molécules réagissent pour en former une autre avec élimination d’un résidu
simple. (eau, alcool, ammoniac)

Exemple: Estérification
acide + alcool donne ester + eau

H
O H O
R C + O R' = R C + O
H

O O R'
H

18
Synthèse des polymères

Les polymères obtenus par polycondensation: Polycondensation du polyester (PS)

Ethylène glycol Acide apidique

n
eau

+ eau
n

19
Synthèse des polymères

Les polymères obtenus par polycondensation: Polycondensation du nylon (polyamide 6.6)

Hexaméthylène diamine H2N – (CH2)6 – NH2


Acide adipique HOOC – (CH2)4 – COOH

n
eau

Polyamide 6-6 : Nylon


20
Synthèse des polymères

Les polymères obtenus par polycondensation

Exemples:

Polyamides Polyesters Polyéthylène téréphtalate PET


Nylon

Araldite Résines époxy Lycra Polyuréthanes

21
Classement des polymères

Plusieurs façons de classification  Selon l’architecture


 Selon le nombre de monomères
 Selon les propriétés
 Selon l’ordre moléculaire

 Selon l’architecture
On distingue deux types de chaînes:

Les polymères linéaires: les motifs s’enchaînent de manière unidimensionnelle.

Les polymères ramifiés: s’il existe des ramifications sur la chaîne, elle peuvent être courtes (polymère
branché) ou longues et reliées entre elles (en étoile, dendritique, polymère réticulé):

22
Classement des polymères

 Selon le nombre de monomères

On distingue :
- Les homopolymères : formés à partir d’un unique monomère. Exemple : PS A-A-A-A-A-A-A-A

- Les copolymères : formés à partir de monomères différents. Exemple : PET

Copolymère alterné
Quand les deux monomères alternent sur la chaîne, le polymère est appelé copolymère alterné.

Copolymère statistique
Dans un copolymère statistique, les deux monomères se suivent dans n'importe quel ordre:

23
Classement des polymères

 Selon le nombre de monomères


Les copolymères

Copolymère à bloc
Dans un copolymère bloc, les monomères identiques sont groupés. Un copolymère bloc peut être considéré
comme deux homopolymères réunis par leurs extrémités:

Copolymère greffé

Quand les chaînes de polymère B sont greffées sur une chaîne


de polymère A, on a un copolymère greffé

24
Classement des polymères
Polymères
 Selon les propriétés

Thermoplastiques Elastomères

Thermodurcissables

25
Classement des polymères

 Selon les propriétés

Thermoplastique: soumis a une élévation de température modérée, les polymères deviennent mous mais
sans modification des liaisons chimiques.

Les polymères thermoplastiques sont constitués de macromolécules de taille limitée, linéaire ou ramifiée.

Ces résines peuvent être ramollies par chauffage et durcies par refroidissement.

L ’opération est réversible et peut être répétée plusieurs fois.

26
Classement des polymères

 Selon les propriétés


 Liaisons faibles entre les chaines
Fusibles (Ramollissiment en température)
Réversibles (peut être ramollit plusieurs fois)
Facilement mis en forme
Recyclable
Isolant, Neutre, Biocompatible
Bonne résistance chimique
Les inconvénients
Mauvaise tenue thermique (70°C-100°C)
Module faible (3 GPa)
Soluble
27
Glissement facile entre les chaines
Classement des polymères

 Selon les propriétés

28
Classement des polymères

 Selon les propriétés

Thermodurcissable: les températures élevées provoquent des réactions de pontage et réticulation


irréversibles qui conduisent à des réseaux rigides tridimensionnels.

Ces résines peuvent être transformées par la chaleur en un état infusible et insoluble.

L ’opération est irréversible et le recyclage des déchets est impossible.

Réseau 3D amorphe et réticulé

29
Classement des polymères

 Selon les propriétés


 Liaisons covalentes entre les chaines
Infusible (se dégradent)
Irréversibles (impossible d’inverser la réticulation)
Mise en forme unique
Non recyclables
Bonne tenue à chaud
Insoluble
Les inconvénients
Couleurs foncées seulement
Odeurs désagréables
30
Classement des polymères

 Selon les propriétés

On les trouve sous forme liquide, pâteuse ou solide. Ils sont utilisés en :
- résines : articles de sport, coques, pièces pour l’aéronautique...
- adhésifs : collage de béton, de métaux, de plastiques...
- poudres à mouler : isolation électrique...
- peintures et vernis,
- composites hautes performances.

31
Classement des polymères

 Selon les propriétés

Elastomères: sont par définition des polymères ayant des propriétés élastiques réversibles (allongement
réversible important) car le déplacement des chaînes les unes par rapport aux autres n’est limité
que par une légère réticulation (de l’ordre de 1 réticulation pour 1000 motifs).

Ce qui rend les élastomères spéciaux, c'est qu'ils peuvent être étirés de plusieurs fois leur longueur d'origine, et
reprendre leur forme initiale sans déformation permanente.

Exemple: caoutchouc naturel, polybutadiène et polyisoprène.

32
Classement des polymères

 Selon les propriétés

Les molécules d'un morceau de caoutchouc, n'importe lequel, sont désordonnées : ce qui explique que le caoutchouc
reprenne sa forme initiale
Elastomère avant étirement Elastomère après étirement

Etirement

Relâchement

Thermodure peu réticulé


Grand allongement à la rupture (>100%)

33
Classement des polymères

 Selon l’ordre moléculaire


Dans les polymères : 4 microstructures
Amorphe Cristallin Semi cristallin

Liaisons fortes
Forme aléatoire Topologie figée
Forme régulière
Liaisons faibles Liaisons faibles
kevlar Les molécules ne
peuvent glisser
Polymère semi-cristallin à
faible taux de cristallinité
34
À chaud les molécules peuvent glisser, se réarranger
Classement des polymères

 Selon l’ordre moléculaire Cas : Semi cristallin

 Des zones cristallines cohabitent avec des zones amorphes.


 Plus cristallin  plus dur et plus cassant.

Exemples
Matière amorphe PS : polystyrène
ABS : Acrylonitrile butadiène styrène
PVC / PMMA / PPO
Matière semi cristalline PA : polyamides
35
POM / PEHD /PEBD
Classement des polymères

 Selon l’ordre moléculaire


Les polymères cristallisent lorsqu'ils ont une structure régulière. Ils ne cristallisent jamais totalement pour différentes raisons:
- La présence d'irrégularités structurales (en particulier ramifications). Ces dernières sont exclues des cristaux au cours de leur
croissance. Notons que la copolymérisation peut être un moyen d'introduire du désordre dans la chaîne pour empêcher sa
cristallisation.
- La lenteur des réarrangements conformationnels permettant à la chaîne d'intégrer les zones d'ordre cristallin.
- La présence d'enchevêtrements de chaînes dans la phase amorphe, qui s'opposent à la cristallisation.

36
Classement des polymères

 Selon l’ordre moléculaire Cas : Semi cristallin

Le taux de cristallinité
domaines amorphes
(Ma , Va , ra)
domaines cristallins Polymère % cristallinité
(cristallites) PEHD 80
𝜌𝑐 (𝜌 − 𝜌𝑎 ) (Mc , Vc , rc)
PP (isotactique) 65
𝜒𝑐 =
𝜌(𝜌𝑐 − 𝜌𝑎 ) PA 6 35
PA 6-6 70
ρ : masse volumique du polymère en kg/m3
PET 50
ρa : masse volumique de la phase amorphe en kg/m3
ρc : masse volumique de la phase cristalline en kg/m3 PVC (atactique) 5
POM > 80
PTFE > 80

Autres méthodes de mesure l’ensemble du polymère


Analyse thermique différentielle (ATD) (M, V, r)
Diffraction des rayons X 37
Classement des polymères

 Selon l’ordre moléculaire Cas : Semi cristallin

Arrangement spatial des chaines macromoléculaire


les cristallites sont formées de chaines ou des portions de chaines très ordonnés et dispersées dans une matrice aléatoire.

les cristallites sont formées par des minces couches ou plaquettes de 10 à 20nm d’épaisseur et 10μm de longueur :
modèle des chaines pliées.

Lamelles

Chaînes repliées ... ... et juxtaposées

Ces plaquettes sont composées par des chaines moléculaires repliées sur elles mêmes et séparées par des structures
aléatoires (désordonnées) de chaines moléculaires. 38
Classement des polymères

 Selon l’ordre moléculaire Cas : Semi cristallin

Arrangement spatial des chaines macromoléculaire

Certains polymères, comme le caoutchouc naturel, se cristallisent sous formes de sphérolites. Ces structures sont
formées par des lamelles d’environ 10nm d’épaisseur, similaires au cas des chaines pliées, séparées par des structures
amorphes et qui rayonnent du centre vers l’extérieur.

39
Classement des polymères

 Selon l’ordre moléculaire


Polymères

Thermoplastiques Thermodurcissables
Liaisons faibles entre les chaines Liaisons covalentes entres les chaines

Elastomères thermoplastiques Elastomères

 Thermoplastiques à haute déformabilité  Thermodurcissables à haute déformabilité

40
Classement des polymères

Stéréorégularité

Considérons le motif unitaire (dissymétrique) d’un polymère vinylique :

L’atome de carbone (1) porte deux atomes d’hydrogène et le groupement présente donc un plan de symétrie. Par
contre, l’atome de carbone (2) porte quatre substituant de nature différente et ne possède, de ce fait, aucun élément de
symétrie ; il est dit asymétrique.

On distingue
Les enchaînements isotactiques : les groupes A sont tous situés du même coté du plan

les enchaînements syndiotactiques : les groupes A sont situés alternativement de part et d’autre du plan

41
Classement des polymères

Stéréorégularité

Exemples

Polypropylène isotactique Poly(chlorure de vinyle) syndiotactique

En cas d’absence de régularité configurationnelle, le polymère est dit atactique

Remarques

 Les polymères à fort prédominance isotactiques ou syndiotactiques sont dits stéréoréguliers, ils peuvent
généralement cristalliser.
42
 Les polymères atactiques, leur structure est trop irrégulière pour donner lieu à une cristallisation.
Classement des polymères

Linéaires

Homopolymères

Ramifiés
Polymère

Diblocs
Linéaires Triblocs
Multiblocs
Statistiques
Copolymères Alternés
A bloc
Greffés

Ramifiés Etoile
Dendrimères

43
Classement des polymères

Réticulés Amorphes

Homopolymères
Copolymères
Amorphes

Non-réticulés

Semi-cristallins

Le caractère cristallin est d’autant plus important que les ramifications et les réticulations sont peu nombreuses
44
Paramètres caractérisant les longueurs des polymères

Degré de polymérisation (n)

Il représente le nombre moyen des monomères dans la chaîne macromoléculaire d’un polymère (n).

La valeur de degré de polymérisation DP à une influence sur les propriétés du matériau

Masse molaire d’un monomère


𝑛

𝑀0 = ෍ 𝑀𝑖
𝑖=1

Exemple : CH2=CH2 𝑀0 = 2𝑀𝐶 + 4𝑀𝐻

Masse molaire d’une chaîne polymère (Masse macromoléculaire)

Mchaîne = Σ Munité monomère 𝑀 = 𝑛 x 𝑀0

M : masse molaire d’une chaîne polymère possédant n monomères de masse 𝑀0

Exemple : 𝑀 = 10x1000 =10000g/mol


n = 10, M0 = 1000 g/mol
45
Paramètres caractérisant les longueurs des polymères

Masse molaire des polymères

Durant la polymérisation les macromolécules forment des chaînes dont la longueur et la masse molaire sont variables.
C’est pourquoi on donne généralement la masse molaire moyenne.

polymère isomoléculaire (masse unique) polymère polymoléculaire


extrêmement rare (distribution de masses)
On définit On obtient donc une distribution de masses
Masse molaire moyenne en nombre moléculaires

σ 𝑁𝑖 𝑀𝑖
𝑀𝑛 =
σ 𝑁𝑖 Limites de cette moyenne :
Le 𝑀𝑛 donne autant d’importance aux chaines courtes qu’aux 46
longues chaines
Paramètres caractérisant les longueurs des polymères

Masse molaire des polymères

Masse molaire moyenne en poids

σ 𝑁𝑖 𝑀𝑖2
𝑀𝑊 = ഥ𝑊 > 𝑀
𝑀 ഥ𝑛
σ 𝑁𝑖 𝑀𝑖
Degré de polymérisation moyen en nombre

𝐷𝑃𝑛 ∶ nombre moyen d’unités monomères par chaîne polymère

𝑀𝑛 𝑀0 ∶ masse molaire du monomère


𝐷𝑃𝑛 =
𝑀0

Degré de polymérisation moyen en poids

𝑀𝑊
𝐷𝑃𝑊 = 𝑀0 ∶ masse molaire du monomère
𝑀0 >1
47
Paramètres caractérisant les longueurs des polymères

Indice de polymolécularité Ni
P Faible
P : traduit l’hétérogénéité de la longueur des chaînes polymères
indique la largeur de la distribution des masses

𝑀𝑊 Mi (g.mol-1)
𝑃=
𝑀𝑛

P = 1  polymère isomoléculaire
Ni P élevé

En pratique, I est toujours supérieur à 1. Mi (g.mol-1)


P est d’autant plus élevé que la 48
dispersion en masse molaire est grande
Paramètres caractérisant les longueurs des polymères
Application 1
A partir des données du tableau suivant déterminer la masse molaire en nombre 𝑀𝑛 et le degré de polymérisation
moyen en nombre 𝐷𝑃𝑛 du PVC.
Données :
 La masse molaire du carbone (C) est de 12.01g/mol, de l’hydrogène (H) est de 1.01g/mol et celle du
chlore (Cl) est de 35.45 g/mol.
 Composition chimique du PVC:

La masse molaire en nombre La masse molaire du monomère chlorure de vinyle

σ 𝑁𝑖 𝑀𝑖
𝑀𝑛 = Le degré de polymérisation en nombre
σ 𝑁𝑖

𝑀𝑛 21150
𝐷𝑃𝑛 = = = 338.4
𝑀0 62.5 49
Paramètres caractérisant les longueurs des polymères
Application 2
Vous sont présentées, dans le tableau suivant, les plages des masses molaires d’un polymère soit
les distributions en nombre (xi) et en masse (mi) des macromolécules de ce polymère en fonction
de la masse moléculaire Mi des.

Plage de masses molaires xi mi


(g.mol-1)
15000-30000 0.04 0.01
30000-45000 0.07 0.04
45000-60000 0.16 0.11
60000-75000 0.26 0.24
75000-90000 0.24 0.27
90000-105000 0.12 0.16
105000-120000 0.08 0.12
120000-135000 0.03 0.05

a) Calculer la masse moléculaire moyenne en nombre 𝑀𝑛 de ce polymère (en g mol-1).


b) Calculer la masse moléculaire moyenne en poids 𝑀𝑊 de ce polymère (en g mol-1).
c) Que vaut l’indice de polymolécularité P de ce polymère ?
d) Le degré moyen de polymérisation en nombre 𝐷𝑃𝑛 de ce polymère vaut 707. Identifiez
50
le monomère considéré dans l’exercice parmi les monomères suivants :
Etat physique des polymères
Cas d’un polymère cristallin

Phase cristalline Etat liquide

Etat solide rigide Etat liquide


Tf : Température de fusion

Tf T

Cas d’un polymère amorphe

Polymère à l’état vitreux Etat caoutchoutique


(amorphe) (ramollissement)

Etat solide rigide Etat caoutchoutique


(vitreux) (mou) Tg : Température de
transition vitreuse
51
Tg T
Etat physique des polymères
Cas d’un polymère semi-cristallin
Deux températures caractéristiques
Transition vitreuse Tg : mise en mouvement des zones amorphes
Fusion Tf : fusion des zones cristallines (zones fibreuses, sphérolites)

Chaines longues
Etat solide rigide Etat solide souple Etat liquide ou
(vitreux) caoutchoutique Chaines courtes

Tg Tf T

 Etat vitreux (T < Tg)


les plastiques sont solides et rigides. Ils exhibent un comportement fragile, semblable au verre, et possèdent un module
d’élasticité élevé.

 Etat caoutchoutique (T > Tg)


Dans cet état, les matières plastiques sont ductiles et se comportent de manière analogue au caoutchouc.
52
Polymères (thermoplastiques) Tg (°c)
Polyéthylène (PE) -110
Polypropylène (PP) -10
PVC rigide 75-150
PVC souple -40
Polystyrène (PS) 90
Polyméthacrylate de méthyle (PMMA) 120
polychlorotrifluoroéthylène (PTFE) 125
Acétals (POM) -50
Polyamide (PA6) 55
Polyamide (PA12) 55
Polycarbonate (PC) 150
Polysulfone (PSU) 190
Acétate de cellulose (CA) 120
Propionate de cellulose (CP) 100
53
Influence de quelques facteurs sur la température de transition vitreuse

Tout facteur qui facilite le déplacement des chaînes les unes par rapport aux autres abaisse la température de
transition vitreuse

Plusieurs paramètres peuvent affecter de transition vitreuse :

- Présence de groupement latéraux volumineux : ralentissent le mouvement des macromolécules, ce qui augmente la
température de transition vitreuse;
- La présence de double liaison ou triples;
- La masse molaire des chaines macromoléculaires : plus la masse molaire moyenne (ou la longueur moyenne) des chaines est
élevée plus la température de transition vitreuse est élevée ;
- Une réticulation croissante augmente Tg car les ponts covalents entre macromolécules s’opposent aux mouvements de longs
segments de chaînes;
- Le degré de ramification;
- La tacticité;
54
Détermination de la température de transition vitreuse et de fusion

Les températures de transition vitreuse et de fusion

déterminent le procédé de fabrication des polymères et leurs traitements

Ces deux températures peuvent être déterminées par le traçage de


l’évolution du volume spécifique en fonction de la température

 La température de transition vitreuse est bien détectée pour les


structures présentant une phase amorphe (totale ou partielle).
 Cette température est détectable par un changement de la pente
de la courbe en fonction de la température

55
L’état amorphe

A l’état amorphe, une chaîne se replie/ déploie dans l’espace pour adopter une configuration de pelote statistique dans laquelle
on ne distingue aucun ordre à grande échelle. Les pelotes correspondant à des chaînes voisines sont étroitement imbriquées et
enchevêtrées. Cette absence d'ordre donne au polymère une structure de liquide « figé » dont les principales caractéristiques
sont les suivantes :
- Pas de point de fusion TF
- Existence d'un point de transition vitreuse Tg marquant le passage de l’état liquide/ caoutchoutique à l’état vitreux
- Transparence dans le visible, le PS « cristal » ou le PVC « cristal » sont transparents parce qu'ils ne sont pas du tout
cristallins
- Coefficient de frottement élevé
- Des faibles caractéristiques mécaniques
- Baisse de caractéristiques mécaniques avec augmentation de la température.

56
L’état cristallin

L’état cristallin est caractérisé par l'existence d'un ordre à grande distance. On peut définir une maille cristalline qui se répète de
façon périodique dans les trois directions de l'espace.
Les principales caractéristiques de l'état cristallin, sont les suivantes :
- Compacité supérieure à celle de la phase amorphe, les masses volumiques ρc (cristalline) et ρa (amorphe) sont telles que,
généralement : 1,0 < ρc / ρa ≤ 1,15
- Existence d’un point de fusion TF, absence de transition vitreuse
- Rigidité supérieure à celle de la phase amorphe
- Opaque
- Faible coefficient de frottement
- Maintient des caractéristiques mécaniques avec augmentation de la température.

57
Propriétés mécaniques

F
 : contrainte
S0
l  l0
 : allongement relatif
l0

58
Propriétés mécaniques

F
 S0
E 
 l  l0
l0
Module d’Young
• homogène à une pression
 • exprimé en MPa

Plus le module d’Young est élevé, plus le matériau est rigide

59
Propriétés mécaniques

Les courbes de traction peuvent être de quatre types selon la nature du polymère considéré ou les paramètres d’essai
(température, vitesse)

Courbe I : comportement dur et fragile (thermodurcissables)


Courbe II : comportement ductile avec seuil d’écoulement (viscoélastique avec seuil) (Un grand nombre de matières
thermoplastiques )
Courbe III : Matériaux ductiles sans seuil d’écoulement
60
Courbe IV : Matériaux caoutchoutiques (élastomères )
Propriétés mécaniques

Exemples
Influence de la température sur le module d’Young

Le passage le l’état solide vers l’état caoutchouteux ou inversement s’accompagne d’un changement remarquable des
propriétés des matériaux polymères

Cas d’un polymère amorphe

62
La transition ne se fait pas brutalement mais sur une plage de température autour de Tg.
Influence de la température sur le module d’Young

Cas d’un polymère semi-cristallin

63
Influence de la température sur le module d’Young

Cas d’un polymère semi-cristallin

Lors de la transition vitreuse, la chute du module est moins importante que pour un polymère amorphe. Elle
dépend du taux de cristallinité : plus celui-ci est important, moins la chute du module est importante.

64
Influence de la température sur le module d’Young

Cas d’un polymère réticulé

Augmentation des
réticulations

Le diagramme ne fait plus apparaître que la température de transition vitreuse et le saut du module d’Young
dépend de la quantité de réticulation.
• S’il y a peu de réticulations, 𝐓𝐠 < 𝐓𝐚𝐦𝐛𝐢𝐚𝐧𝐭𝐞, c’est un élastomère ; 65
• S’il y a beaucoup de réticulations, 𝐓𝐠 > 𝐓𝐚𝐦𝐛𝐢𝐚𝐧𝐭𝐞, le polymère est thermodurcissable.
Exemple du polyéthylènetéréphtalate (PET)

Le PET est un polymère constitué de macromolécules linéaires.


Il présente une température de transition vitreuse et une température de fusion, c’est donc un polymère semi-cristallin.
Ta < Tg donc le PET est dur à température ambiante, on peut le chauffer au dessus de sa Tg pour modifier sa
forme et le mouler : il s’agit d’un thermoplastique.

Remarques

poly(méthacrylate de méthyle) : Tg = 100 °C CD résistants à T ambiante

poly(éthylène) : Tg = - 100 °C sacs plastiques souples à T ambiante


66