Vous êtes sur la page 1sur 21

-1-

Cahier des Clauses


Techniques Particulières
Câblage réseau
-2-

1.1 Introduction

Le schéma directeur des lycées impose un système de câblage performant dans les EPLE permettant le
développement des usages pédagogiques liés aux TICE.

Cet appel d’offres à pour objectif de fournir pour le lycée BELLEPIERRE, une infrastructure filaire de
communication VDI (Voix, Données, Images) adaptée et compatible aux « évolutions futures haut débit (Gb, voire
10 Gb)».

Cette infrastructure devra répondre à l’ensemble des recommandations émises par la Région Réunion qui sont
retranscrites dans le chapitre consacré au cahier des charges ainsi qu’aux règles de l’art et aux dernières éditions
des normes propres aux systèmes de câblage.

Les correspondants techniques sont :

Bernard LAPINSONNIERE (chef de travaux)


Tél : 02 62 90 73 00

Jean François PADRE (maître ouvrier)


Tél : 02 62 90 73 00

1.2 Prestations attendues

L'entrepreneur doit réaliser les travaux suivants :

• Présentation d’un dossier d’études d’exécution avant travaux.


• Fourniture et installation des supports de câbles de distribution capillaire et primaire.
• Fourniture, installation et raccordement des câbles de distribution capillaire.
• Fourniture, installation et raccordement de la connectique de brassage des distributions capillaires.
• Fourniture et installation des baies ou coffrets.
• Repérage, documentation, essais et recette de l'ensemble.

1.3 Obligations du soumissionnaire

• Il appartient au soumissionnaire d’analyser le cahier des charges afin de s’assurer qu’il ne comporte
aucune erreur qui pourrait aboutir à une réalisation incomplète ou incorrecte des fonctions décrites.

• L'entreprise devra obligatoirement se rendre sur place avant de remettre sa proposition de prix afin
d'évaluer les difficultés de réalisation des travaux.

• L’intégrateur s’engage à fournir toutes les prestations spécifiées dans le présent CCTP. Il s’engage à
communiquer ses conditions d’intervention pour toute prestation jugée nécessaire par le Maître d’Ouvrage
et connexe aux prestations objet de l’opération.

• Les entreprises sont censées avoir pris connaissance de tous les éléments du dossier et sont tenues de
présenter une offre répondant aux spécifications du projet de base, définies dans les documents composant
ce dossier.

• L'entrepreneur doit s’assurer de la réalisation de l'intégralité des travaux nécessaires et aussi du parfait
achèvement de l'installation.

• Les marques citées dans le présent descriptif ont pour but de permettre une comparaison technologique. Il
ne sera pas admis de matériels ayant des caractéristiques différentes, et à plus forte raison, d’un niveau de
performance inférieur.
-3-
1.4 Conditions de réalisation des travaux

• Les travaux se dérouleront dans un site occupé et fonctionnel au niveau informatique, fonctionnalité qui
devra rester effective durant toute la durée des travaux (sauf vacances scolaires).

• Les travaux respecteront un planning de travaux proposé par le soumissionnaire et validé par la direction
du lycée.

• Les travaux nécessitant une interruption de l'énergie électrique partielle ou totale, une coupure
informatique partielle ou totale, durant ou en dehors des horaires de travail seront réalisés obligatoirement
en accord avec la Direction du lycée avec un préavis de 2 jours ouvrables au minimum.

o L'entreprise devra fournir :

• un devis quantitatif dûment complété des métrés et des prix unitaires. Ce devis comportera

o la marque du matériel proposé.


o Les notices techniques relatives au matériel proposé
o L’agrément de l’installateur par le constructeur du système de câblage proposé
o Le document décrivant les directives de réalisation imposées par le constructeur dans le cadre de
son agrément devra être fourni

• Il sera demandé au soumissionnaire, de fournir une proposition de prix pour la dépose éventuelle totale de
l’ensemble du vieux câblage informatique et fibre optique existant dans le lycée.
-4-
1.5 Description du projet

1.5.1 Introduction

Le projet consiste à rendre le câblage du lycée conforme aux préconisations décrites par le présent CCTP.

Compte tenu des impératifs pédagogiques, l’architecture cible est constituée de 2 étoiles interconnectées :

• Une étoile enseignement général,


• Une étoile enseignement tertiaire

1.5.2 Répartiteur général (RG)

Le lycée dispose de 2 répartiteurs généraux

Le RG général principal, qui est situé dans le local technique (niveau -1). Outre le cœur de l’étoile optique, ce
local abrite les serveurs administratifs et pédagogiques ainsi le dispositif de filtrage de contenu et de sécurité
(AMON).

Le RG général tertiaire (RGT), est situé dans la salle B102bis. Ce local contient tous les serveurs pédagogiques
de l’enseignement tertiaire.

1.5.3 Câblage capillaire cuivre RJ45

Le câblage dans les bâtiments concernés comprend:


• Le remplacement du câblage ancien
• La création de nouvelles liaisons en câble de distribution 4 paires FTP Cat.6E par prise.

On demande la fourniture et l’installation de 50 prises RJ 45 cat. 6 classe E (voir tableau détaillé des prises par
salle et par bâtiment et les armoires de raccordement en annexe).
Pour un souci d’homogénéité, les prises cat6 devront être raccordées à des bandeaux cat. 6.

1.5.4 Coffrets et baies de brassage

Chaque armoire doit disposer obligatoirement d’un bandeau d’alimentation de 8 prises 10/16 A 2P+T en partie
inférieure avec disjoncteur différentiel pour le branchement des équipements actifs et d’un onduleur rack 500 VA
minimum.

On rappelle que les équipements de l'infrastructure VDI et les conduits métalliques des câbles doivent faire l'objet
d'une mise à la terre, comme l'impose la norme 15 100 pour tout équipement métallique susceptible d'être
parcouru accidentellement par un courant.

1.5.5 Equipements des armoires et baies

Les équipements actifs devront être conformes aux spécifications décrites par la suite.

Le soumissionnaire devra fournir et équiper 1 coffret mural et compléter 1 armoire existante.


-5-
1.6 Recommandations techniques générales

1.6.1 Contexte normatif

Les normes sur lesquelles s’appuie ce document prévoient que le système de câblage générique ainsi défini, ait une
espérance de vie de dix ans

Les installations seront exécutées suivant les règles de l'art, avec du matériel de qualité reconnue.

Les normes et règlements suivants sont à respecter et viendront en complément de ceux exigés par l'équipe de
maîtrise d'œuvre lors de la constitution du dossier de consultation des entreprises.

Les normes et règlements à inclure sont les suivants :

 ISO/IEC 11801 Ed 2
 EN 50173-1
 ANSI/TIA/EIA 568 B 2.1 de Juin 2002

 ANSI EIA/TIA 568 A (Commercial Building Télécommunications Wiring)


 NF C 15.100 et additifs, fixant les conditions d'exécution des installations électriques de première
catégorie,
 EN 50174-1 : Guide d’installation des systèmes de câblage
 IEN 50310 : réseau commun d'équipotentialité

Une fois la mise en réseau réalisée, le pré-câblage devra respecter les normes de compatibilité électromagnétique :

 EN 55022 (EMC) : Electromagnetic Interference


 EN 55024 (EMC) : Product immunity

Le système de câblage posé doit être en conformité avec les normes en vigueur en ce qui concerne l’émission de
fumées (EN 50268, IEC 61034, NFC 20902, NFC 32073, etc.), l'émission de gaz toxiques et corrosifs (IEC
60754.1, NF C 20-454, EN 50267, IEC 60754.2, NFC 32074, NFC 20453, etc.) et l'absence d'halon (NFC 32062,
etc.). Il devra également posséder des propriétés ignifuges selon les normes et décrets en vigueurs.

De manière générale, les normes de sécurité doivent obligatoirement être contrôlées et respectées par le titulaire et
éventuellement réajustées avec la législation en vigueur pour des établissements recevant du public .

1.6.2 Eléments fonctionnels du câblage

La norme définit deux notions pour évaluer les performances de transmission, le canal et le lien.

Le canal correspond au lien complet incluant les cordons du client (cordons A, B et C) de la figure ci-dessous. Les
extrémités des cordons A et C sont insérées dans le testeur et l’injecteur pour réaliser les mesures.

Le lien permanent est un sous-ensemble du canal. Il décrit la partie fixe de l’installation partant de la prise murale
à la première connectique de la baie de brassage. Dans ce cas les cordons de mesure seront les cordons du testeur.

Lien et canal en câblage cuivre


-6-
CANAL

LIEN
E T
D TO
A C
B

A = CABLE DE L'EQUIPEMENT
B = CORDON DE BRASSAGE < 5 m
C = CABLE DU TERMINAL
D = CABLE HORIZONTAL < 90 m
E = EQUIPEMENT ACTIF
T = TERMINAL

A+B+C < 10 m

1.6.3 Les catégories des composants :

Les câbles à paires symétriques et la connectique associée sont classés par catégorie de performances croissantes.
Les différentes catégories répertoriées à ce jour, ainsi que les fréquences maximales d’utilisation sont les suivantes
:

Catégorie Fréquence d’utilisation max


3 16 Mhz
4 20 Mhz
5 100 Mhz
5E 100 Mhz
6 200 Mhz
7 600 Mhz

1.6.4 Garantie des ouvrages

L'entreprise sera tenue de fournir une garantie sur les travaux qu'elle a réalisés, ainsi qu'une garantie sur les
équipements et les performances du câblage telles que décrites dans ce document.

Afin de garantir la pérennité de l’installation, l’entreprise devra fournir :

 une garantie applicative de 5 ans assurant le maintien des performances du réseau telles que décrites dans
ce document.
-7-

2 Les composants du câblage

Les composants installés seront neufs et certifiés au minimum de catégorie 6 ANSI/TIA/EIA 568 B 2.1 de Juin
2002, au sens de la norme ISO/IEC 11801 édition 2 et du standard EN 50173-1. Ils devront présenter toutes les
garanties de bon fonctionnement.

La catégorie du lien complet sera celle du composant de la catégorie la plus faible.

Le titulaire a l’obligation de fournir une chaîne de liaison composée d’éléments de qualité homogène d’un seul
constructeur, entraînant une garantie complète "permanent link class E".

2.1 Distribution horizontale

On appelle câblage horizontal (ou câblage capillaire), le câblage qui va des locaux de répartition jusqu’aux prises
terminales.

Les câbles seront de type paires torsadées écrantés et d’impédance 100 ohms (F/UTP) catégorie 6 classe E
ANSI/TIA/EIA 568 B 2.1 de Juin 2002. Ils auront une capacité de 4 paires.

Compte tenu de la spécificité des lieux (établissement scolaire) et pour d’évidentes raisons de sécurité en cas
d’incendie, il est important que la gaine des câbles soit composée d’un matériau LSZH (Low Smoke Zero
Halogen).

L’utilisation des câbles U/FTP nécessite impérativement de respecter les règles de mise en œuvre imposées par ces
câbles, en particulier le raccordement des écrans à la terre aux deux extrémités.

Ce câble sera connecté sur des panneaux de brassage et une prise murale équipée d’embases femelles RJ45 ISO
8877, 9 points.

La continuité du câble entre le sous-répartiteur et la prise doit être assurée de bout en bout sans aucune coupure sur
le câble.

La longueur du câble entre le sous-répartiteur et la prise ne doit pas excéder 90 mètres.

On rappelle que les équipements de l’infrastructure VDI, au format 19" ou fermes et les conduits
métalliques doivent faire l’objet d’une mise à la terre, comme l’impose la norme NFC 15100, pour tout
équipement métallique susceptible d’être traversé accidentellement par un courant. Les systèmes FTP nécessitent
la mise à la masse des écrans aux deux extrémités du câble.

2.2 Distribution verticale (rocades intra-bâtiments)

On appelle câblage vertical, le câblage qui permet, à l’intérieur d’un bâtiment, d’interconnecter les locaux de
répartition.

Ils seront généralement des câbles de cuivre catégorie 6 classe E, écrantés et d’impédance caractéristique 100
ohms.

L’utilisation des câbles fibres optiques est nécessaire dans les cas suivants :

 lorsque la distance entre 2 sous-répartiteurs d'un même bâtiment (câblage vertical) dépasse les 90 m,
 lorsque cette liaison traverse des zones fortement perturbées du point de vue électromagnétique.

Dans ce cas, les fibres utilisées seront conformes aux spécifications des rocades inter-bâtiments (voir 5.3).
-8-
2.3 Les cordons de brassage et de connexion

Ce sont des cordons RJ45-RJ45 réalisés avec un câble 4 paires (F/UTP), 100 ohms, catégorie 6. Ces cordons
devront de préférence provenir du même constructeur que celui du système de câblage pour des questions de
performances et de garantie.

Les cordons doivent être suffisamment longs pour que les commutateurs puissent être intégrés avec les témoins de
connexion visible sans grande manipulation. Prévoir des cordons de 1 m.

Les cordons de connexion reliant le poste de travail à la prise est de 3 m. Il est intégré dans la commande de
câblage et remis au chef de travaux (représentant du proviseur pur ledit chantier) lors de la réception de fin de
chantier.

2.4 Jarretières optiques

La connexion aux équipements opto-électroniques ou l’interconnexion avec d’autres liaisons optiques est réalisée
par des jarretières optiques adaptées aux connecteurs de chaque équipement.

Les cordons optiques utilisés devront avoir les caractéristiques suivantes :


 type : multimode 50/125 à gradient d’indice catégorie OM3
 connecteurs céramique SC
 câble bi-fibre

2.5 La prise terminale

La prise terminale, permettant la connexion de tous les types d’équipements prévus dans l’établissement, sera du
type RJ45 catégorie 6, normalisée ISO 8877.

Cette prise est constituée de 9 points :


 8 sont utilisés pour le transport des signaux,
 le neuvième point est destiné à mettre le drain du câble à la terre.

Elles seront montées sur des plastrons au format 45 X 45 mm ou 22,5x45 mm.

Les prises disposeront d'un volet de protection mobile. Le volet pourra être sur le connecteur ou le plastron.
Les prises seront également équipées d’un système de marquage et d’identification des connecteurs. Un volet de
protection transparent amovible protègera l’étiquette d’identification. Les étiquettes non protégées ne seront pas
acceptées.

Code couleur EIA/TIA 568B

POSITION DES CONVENTION DE CABLAGE


PAIRES EIA/TIA 568B
P1 4/5 P1 bleu / bleu blanc
P2 1/2 P2 blanc orange / orange
P3 6/3 P3 vert / vert blanc
P4 7/8 P4 marron / marron blanc

2.6 Les panneaux RJ45

On utilisera des panneaux de 16 à 48 ports RJ45 maximum sur 1 ou 2 U.

Ces panneaux seront équipés à l'arrière d'un organisateur de câbles. Ils seront de préférence composés de ports
indépendants, amovibles et avec blindage individuel.
-9-

Les prises des panneaux de brassage seront de type RJ 45 blindées catégorie 6

Les câbles seront connectés à partir du premier port en haut à gauche du bandeau et de la gauche vers la droite.

Un panneau passe cordons type « à balais » ou « à anneaux » sera installé entre chaque panneau RJ45.

Quelle que soit la méthodologie adoptée , la reprise du blindage sera réalisée sur 360° et la continuité sera assurée
entre le câble, la prise et le panneau.

2.7 Les goulottes, moulures et plinthes

Elles auront les caractéristiques suivantes :

 structure aluminium ou PVC,


 largeur 100 mm minimum,
 épaisseur 40 mm minimum,
 trois compartiments. La partie centrale sera vide et sa dimension sera fonction de la longueur de
cheminement parallèle entre les câbles VDI et les câbles courants forts

2.8 Conformité aux normes de sécurité

Tous les câbles utilisés doivent être conformes aux spécifications de sécurité établies par les normes CEI, (en
particulier pour les bâtiments à haute densité de population) et la protection contre les incendies dans les
bâtiments.

Au contact des flammes, le câble peut devenir un véhicule de propagation de l'incendie et les substances produites
par la combustion peuvent à leur tour entraîner des effets nocifs sur les personnes et le matériel.

La propagation du feu doit être considérée comme le principal facteur de risque et, par conséquent, le principal
élément à considérer lors de la mise en place de mesures de protection.

Les résultats obtenus des recherches sur les matériaux et les technologies de production les plus avancées ont
permis d'élaborer des câbles particulièrement adaptés à l'utilisation dans des installations où il est indispensable
d'éliminer ou, au moins, de limiter, les risques pour les personnes et le matériel.

Parmi les types de câble présentant des caractéristiques de nature à réduire les risques liés aux incendies, on peut
distinguer les groupes avec gaines non-propagatrices de la flamme et à émission réduite de fumées et de gaz
toxiques. Les matériaux composites employés pour leur réalisation doivent limiter l'apparition de fumées (qui
réduisent la visibilité) et le dégagement de gaz halogènes (provoquant l'asphyxie).

Les câbles doivent donc être protégés par une gaine externe conforme aux normes CEI :

• Non-propagatrice de la flamme conformément aux normes CEI 20-22 et IEC 332-3C


• A émission réduite de gaz halogènes conformément aux normes CEI 20-37, IEC 7541 et IEC 1034.

2.9 Règles et spécifications de mise en oeuvre

2.9.1 Homogénéité des composants

Malgré la normalisation tatillonne et les efforts des constructeurs, au sein d'une même classe de câblage, les
composants ne sont pas toujours aussi interchangeables qu'il serait souhaitable (exemple : variation de
- 10 -
l'impédance). Mélanger des câbles, des prises ou des jarretières d'origine diverse peut conduire à une dégradation
notoire des performances.

De plus, outre une sécurité fonctionnelle, l'homogénéité des produits d'un même fournisseur se traduit par deux
volets juridiques :

 Les garanties légales sont plus simples à formuler et à faire respecter


 Les litiges éventuels sont nettement moins complexes et improductif

2.9.2 Longueur des liaisons

Plus la distance de transmission sur un câble est grande et plus le signal électrique qui le parcourt sera atténué et
déformé par la résistivité du cuivre et par la réceptivité de ce câble aux perturbations électromagnétiques.

La norme demande, pour les câblages cuivre horizontaux et verticaux de une longueur maximale de 90 mètres.
Au-delà, des liens optiques doivent obligatoirement être mis en œuvre.
Il est admis une longueur totale de 10 m pour les cordons de brassage (ou les jarretières) et les câbles
d’équipement dans chaque segment horizontal.

L’infrastructure de distribution des câbles doit être particulièrement flexible de façon à :


 pouvoir ajouter facilement tout câble que l’on jugerait nécessaire,
 pouvoir déplacer facilement - et dans des proportions raisonnables- tout élément du système de câblage.
 Prévoir, aux extrémités des câbles, des longueurs non utilisées (“ mous ” ou lovages) suffisants.

2.10 Précautions d'installation des câbles

Toute contrainte mécanique exercée sur le câble peut modifier irrémédiablement ses caractéristiques électriques,
voire l'endommager.
Pour minimiser au mieux ces contraintes, l'installateur prendra les précautions suivantes lors du tirage des câbles et
de leur connexion :

 Respecter le rayon de courbure des câbles (rayon minimum autorisé = 8 fois le diamètre du câble à poser).
 L’écrasement, ou des tractions excessives, sur les câbles optiques ou cuivre peut également provoquer des
détériorations et des dysfonctionnements. On évitera donc de soumettre les câbles à de telles contraintes,
qu’elles soient momentanées (en cours d’installation) ou durables (après l’installation).
 Eviter le vrillage excessif des câbles dans leur axe et respecter la force de traction maximale. Pour cela,
utiliser des rouleaux support de tourets ou des cartons dévidoirs.
 Ne pas utiliser d’agrafeuse pour positionner les câbles.
 Une sur-longueur d’environ 1 m est nécessaire au niveau des répartiteurs afin de reprendre un éventuel
câblage.
 Pour les traversées de planchers, plafonds, cloisons, etc., appliquer les règles de l’art en vigueur en
employant des gaines, fourreaux et en rebouchant les passages.
 Respecter les règles d’éloignement vis à vis des perturbateurs.
 Respecter les règles liées à la torsade et au dénuement des paires lors du câblage des prises informatiques.
 Lors de la pose de colliers de serrage (2 par mètre), veiller à les serrer modérément à la main.
- 11 -
2.11 Connectiques

Le soin apporté au raccordement des câbles sur les matériels de connexion est un élément sur lequel une attention
particulière devra être accordée.
Il convient que la longueur dépairée d’un élément de câble soit la plus courte possible. Seule la longueur de gaine
nécessaire au raccordement doit être retirée.

La connectique souhaitée est de type CAD (connexion autodénudante).

2.12 Mise à la terre

Les équipements de l'infrastructure VDI et les conduits métalliques des câbles doivent faire l'objet d'une mise à la
terre, comme l'impose la norme 15 100 pour tout équipement métallique susceptible d'être parcouru
accidentellement par un courant.

La mise à la terre du système de câblage doit être réalisée en conformité avec les recommandations du constructeur
et les normes EN50303, EN50174-2 et TIA/EIA-607.

Le problème de la mise à la terre est un problème complexe qui met en jeu la sécurité des personnes. Il est
demandé au soumissionnaire d'expliquer sa politique en la matière.

Il convient de noter qu’une mauvaise mise en oeuvre des écrans peut dégrader le comportement du système de
câblage et influer sur la sécurité. Pour que les écrans soient efficaces, il faut qu’ils soient correctement raccordés
aux deux extrémités.

Un câblage écranté nécessite que tous les composants du câblage soient écrantés et satisfassent aux prescriptions
d’impédance de transfert données dans la norme EN 50173.

Il est recommandé que tous les écrans de câbles soient raccordés à la terre à chaque armoire de télécommunication.
Normalement, les écrans sont reliés aux baies des équipements qui sont à leur tour reliées à la terre.

Il est essentiel que dans chaque bâtiment soit réalisée une seule prise de terre à laquelle sont reliées toutes les
installations de protection du bâtiment (protection contre les contacts indirects, protection contre les effets directs
de la foudre, protection contre les surtensions, réseau équipotentiel si nécessaire, y compris les installations de
télécommunication).

La prise de terre commune à toutes les installations améliore une équipotentialité entre toutes les masses et tous les
éléments conducteurs du bâtiment qui contribue à une limitation des surtensions qu’elles soient dues à des coups
de foudres directs ou indirects.

2.13 Percements

L'entrepreneur réalisera tous les travaux de percement nécessaires. Ces percements seront rebouchés par ses soins.

Aucun câble ne sera encastré directement en traversée de parois ou de planchers. Toute traversée doit comporter
une protection constituée par un fourreau ou un conduit de degré de protection égal au moins à 5.

Il est rappelé au soumissionnaire que tout percement dans le plafond nécessitera l'approbation du Maître
d'Ouvrage.

2.14 Marquage et identification


- 12 -
Des étiquettes permettant un repérage aisé, devront être posées. L'entrepreneur assurera le repérage de
l'ensemble du matériel installé :

• Les prises RJ45.


• Le tenant et l’aboutissant de chaque câble (distribution horizontale et verticale), côté local technique et
côté prise
• Les panneaux de brassage RJ45
• Les tiroirs optiques.

Un identificateur (unique au niveau de l’ensemble du câblage) doit être attribué à chaque câble, répartiteur, et
point de terminaison du câblage. Cet identificateur peut être constitué de différents éléments tels que : nom,
couleur, nombre, chaîne de caractères. Il convient que cet identificateur ait une structure unique par type de
composants, et pour l’ensemble du câblage.

Les étiquettes de marquage doivent être :


 lisibles,
 indécollables et ineffaçables,
 placées de façon telle que le composant concerné puisse être identifié sans ambiguïté.

2.15 Répartiteurs

Les répartiteurs sont repérés en 3 champs séparés par un tiret :

Type de local :
RG = répartiteur général
SR = Sous-répartiteur

Identification du bâtiment : 1 ou 2 caractères

Numéro de salle du répartiteur dans le bât. : 2 à 4 car.

Exemple :
SR-B-101 : Local de répartition du bâtiment B, situé en salle 101

L’étiquette sera collée sur la face avant du répartiteur.

2.16 Prises et bandeaux

L’identification des prises terminales sera effectuée en utilisant le principe suivant :


Code à 6 ou 7 caractères, répartis en 3 champs séparés par un tiret :

Code bâtiment : 1 ou 2 caractères


Numéro du local câblé : 3 caractères
Numéro d’ordre dans le local: 2 caractères

Exemple :
Prise n° A-11-13 (= Prise n° 13 située dans le bât. A, salle n° 11)

Chaque bloc de raccordement situé dans le répartiteur, et correspondant à une prise doit être étiqueté
individuellement. L’identificateur sera en général identique à celui de la prise correspondante.

2.17 Tiroirs optiques


- 13 -
L’identification inscrite en clair sur la face avant de la platine comportera l’identification du local technique de
répartition vers lequel se dirige chaque câble.

TRÈS IMPORTANT :
L’entreprise devra impérativement réaliser des plans de recollement en collaboration avec le maître d’œuvre et
l’établissement afin mettre en place une installation cohérente et fonctionnelle.

2.18 Spécification des équipements actifs

• Caractéristiques techniques

Les matériels actifs proposés (commutateurs) devront être, dans la mesure du possible, issus du même
constructeur, stackables entre eux afin de garantir une homogénéité et une compatibilité complète, aussi bien au
niveau fonctionnement qu’au niveau administration et exploitation.

Désignation du modèle de base


Commutateurs
24 ou 48 Ports 100 BaseTx RJ45 ou 1000 Base TX
LED pour signalement ports utilisés et état de la liaison
Les modules Fibre Optique seront du type 1000BaseSX
1 Port console
Gestion Full Duplex sur tous les ports
Autosense 10/100 et auto-mdix (adaptation câble croisé)
Standards supportés : 802.3, 802.3u, 802.3x
Kit de montage 19’’
Commutation
De niveau 2 minimum
Matrice de commutation 9 Gbit/s minimum
Temps d’attente < 14 micro secondes
Taille de table d’adresse : 5000 minimum
Fonctions évoluées
Agrégation de liens (trunk) 802.3ad
Protocole Spanning tree
Administration
au minimum administrable SNMP avec MIB II
Support de RMON (RFC 1757 : groupe 1,2,3 et 9)
Avec interface web (html).

Gestion des VLAN


Support VLAN : 802.1q
Minimum 20 Vlan /port
Garantie
1. durée :
3 ans - récupération et retour dans L’Etablissement - pièces, main d’œuvre et déplacement
2. délai d'intervention
8 heures ouvrées
3. délai de réparation : 30 jours

• Installation et mise en œuvre des équipements actifs

Le prestataire aura à sa charge l’installation des équipements actifs dans les baies des différents locaux techniques.
- 14 -
Le prestataire devra effectuer le paramétrage des équipements actifs de manière à constituer un réseau logique
conforme aux recommandations notamment en terme de séparation des communautés pédagogiques et
administratives.

En particulier, le paramétrage consiste en :

- L’affectation des adresses IP, masques,…. pour les équipements administrables (doit être conforme au
plan d’adressage académique)
- L’affectation des ports des commutateurs à des VLAN, si besoin.
- 15 -

3 Procédure de recette
Pour assurer la bonne fin du câblage d'un établissement, la réalisation sera marquée par au minimum deux points
de contrôle et de validation par le maître d'ouvrage :

 au début du chantier, où l'entreprise présentera sa solution de mise en œuvre (organisation, composants, locaux
techniques, rocades…) pour validation par la Région. Une mise au point sur les équipements prévus dans chaque
salle sera réalisée.

 en fin de chantier pour valider les raccordements et la procédure de recette.


L'entreprise apportera son matériel de test et les cordons adéquats. Une visite de site permettra de vérifier la
conformité de l'installation par rapport aux règles de l'art (supports, mises à la terre, contraintes
d'environnement…).
Une liste de réserves sera émise et devra être levée sous quatre semaines environ. Une seconde visite aura pour
objet la levée de ces réserves.

3.1 Tests des câbles cuivre

Après l’installation et le raccordement des différents éléments, le prestataire procèdera à un test unitaire de toutes
les liaisons (pour chaque paire raccordée).

Les résultats de ces tests devront certifier les liaisons en classe E au sens la norme ISO/IEC 11801 ed. 2

3.1.1 Tests statiques

Les mesures à effectuer ont pour but de vérifier que chaque paire torsadée, qui est l'élément de base du transport de
l'information, est conforme au plan d'installation.

A savoir :

- qu'elle est correctement reliée à chacune de ses extrémités,


- que sa continuité n'a pas été interrompue,
- que sa polarité a été respectée,
- qu'aucun court-circuit n'a été provoqué entre ses deux conducteurs,
- que son isolement par rapport aux autres paires et par rapport à la terre est correct,
- que sa longueur n'est pas supérieure à la valeur autorisée,
- que les deux fils qui la composent sont bien ceux d'une même paire (dépairage),
- que son identification (repère géographique) sur le plan d'installation correspond bien à la réalité.

3.1.2 Tests dynamiques (hautes fréquences)

Ce contrôle dynamique a pour but de valider et de certifier l'installation par rapport aux performances demandées
par la Région.

Les tests, effectués en mode Permanent Link, permettront de vérifier que les limites des paramètres de la classe E
ne sont pas dépassées.

Seront mesurés :

 le temps de propagation,
 l’impédance caractéristique,
 la résistance de boucle en courant continu,
 l’affaiblissement de la liaison,
 l’écart paradiaphonique (ACR) et l’écart paradiaphonique cumulé (PS-ACR),
 l’affaiblissement paradiaphonique (NEXT) et l’affaiblissement paradiaphonique cumulé (PSNEXT),
- 16 -
 l’affaiblissement télédiaphonique (FEXT),
 la différence entre l’affaiblissement télédiaphonique et l’affaiblissement de la liaison (ELFEXT) et cumulé
(PS-ELFEXT)
 la dispersion du temps de propagation (Skew)
 la perte par réflexion (Return Loss)
 L’alien crosstalk

Performances du câblage catégorie 6 à 200 MHz - lien permanent (liaison de 90m)

Fréquenc Affaiblissemen NEXT ACR PS PS PP EL PS EL Return Temps de skew


e t p/p* p/p NEXT* ACR FEXT* FEXT* Loss** propagation
MHz DB dB DB dB dB dB dB dB ns ns
1 4,0 65,0 61,0 62,0 58,0 64,2 61,2 21,0 521 44
4 4,0 64,1 60,1 61,8 57,8 52,1 49,1 21,0 504 44
10 5,6 57,8 52,2 55,5 49,9 44,2 41,2 21,0 498 44
16 7,1 54,6 47,5 52,2 45,1 40,1 37,1 20,0 496 44
20 7,9 53,1 45,1 50,7 42,7 38,2 35,2 19,5 495 44
62,5 14,4 45,1 30,7 42,7 28,2 28,3 25,3 16,0 492 44
100 18,5 41,8 23,3 39,3 20,8 24,2 21,2 14,0 491 44
155 23,5 38,7 15,2 36,2 12,6 20,4 17,4 12,1 491 44
200 27,1 36,9 9,9 34,3 7,2 18,2 15,2 11,0 490 44
250 30,7 35,3 4,7 32,7 2,0 16,2 13,2 10,0 490 44

Des marges minimum de 3 dB sur le NEXT (paradiaphonie) et de 3 dB sur le RETURN LOSS (perte
par réflexion) seront exigés par le Maître d’ouvrage.

3.2 Documentation de recette

La fourniture et la gestion de la documentation sont des aspects essentiels pour l’exploitation du système de
câblage installé.

Cette documentation (DOE) doit comprendre obligatoirement :

 le plan de masse avec l’implantation des locaux techniques et des répartiteurs,des cheminements et des
équipements installés
 les plans d’implantation des cheminements des câbles,
 les plans d’implantation des prises avec leur numérotation,
 le relevé des tests et mesures de chaque liaison,
 Le dossier de recette optique avec en tête le synoptique, le tableau récapitulatif et les courbes de
réflectomètrie de chaque fibre brin dans les deux sens et sur les deux fenêtres.

La documentation doit aussi comprendre :

 les plans d’implantation des matériels dans les locaux de télécommunication,


 les plans d’implantation des matériels dans les baies,
 les spécifications techniques des composants utilisés (câbles, connectique,...).

Cette documentation doit être fournie au moment de la recette du site (exemplaire papier et électronique).

Les résultats de chaque test (graphes et valeurs brutes) fournis par les instruments de mesures devront être fournis
sur un support informatique de type CDROM. Si un logiciel propriétaire est nécessaire pour leur lecture (autre
qu’Excel, Access, fichiers CSV…), il sera également fournit par vos soins. Un certificat signé par une personne
habilité de votre entreprise devra accompagner ces rapports électroniques garantissant la véracité des informations.
- 17 -
3.3 Réception du câblage

La procédure de réception interviendra dès que l’entreprise aura déclaré l’achèvement des travaux et aura effectué
l’ensemble des mesures et tests.

L’Entreprise devra avoir fourni l’ensemble de la documentation demandée, ceci 3 jours ouvrables avant la date de
réception.

Cette procédure sera applicable avant la mise en exploitation du réseau, c’est à dire en l’absence de toute
connexion ou raccordement d’équipements.

3.3.1 Choix d'un lot de test

La procédure de réception est basée sur un lot représentant environ 10% du nombre total des liaisons constituant
le câblage.

Le choix du type de test réalisé en recette sera fait parmi ceux demandés au 8.2 ou 8.3 du câblage courants faibles.

Les choix du lot de test et du type de test seront réalisés par le Maître d’œuvre.

3.3.2 Contrôles visuels

Le contrôle visuel permettra de constater :

 La conformité de la réalisation par rapport aux spécifications du cahier des charges


 Le quantitatif précis de la fourniture par rapport à la commande

En matière de conformité, il sera vérifié :

Pour les chemins de câbles :


 Type de chemin de câbles utilisé
 Fixation mécanique et assemblage
 Mise à la masse
 Proximité des courants forts
 Taux de remplissage,……

Pour les câbles :


 Présence des références d’origine des câbles
 Respect des rayons de courbure minimum
 Présence des étiquettes d’identification,……

Pour les baies de répartition :


 Mise à la masse du câblage et des baies
 Qualité des raccordements
 Mise en place des guides câbles
 Qualité d’organisation du brassage
 Conformité du marquage,…..

Pour les prises terminales :


 Fixation des prises
 Respect de leur positionnement
 Etiquetage
 Qualité du raccordement des câbles

3.3.3 Réception

La recette ne pourra être prononcée que si tous les résultats des tests sont conformes aux spécifications.
- 18 -
Si le procès verbal fait état de réserves motivées par des omissions ou des imperfections, le titulaire disposera d'un
délai à définir avec le maître d'ouvrage pour exécuter les travaux demandés. Le titulaire devra suivre le planning
imposé, à compter du jour de la réception du procès-verbal. Passé ce délai, le maître d’ouvrage pourra se réserver
le droit de faire exécuter les travaux par une autre entreprise, aux frais, risques et périls du titulaire défaillant.

C'est à la signature du procès verbal de réception avec toutes les réserves levées que le maître d'ouvrage prend
possession du câblage réalisé, et que débute la période de garantie.
- 19 -

Détail des travaux à réaliser :


salles B101, B102, B103, Bloc scientifique, C107

 Salle B101

Existant

1 Armoire de brassage ventilée 12 U (600x600)


1 switch DLINK 24 ports
1 bandeau d’alimentation électrique
2 bandeaux catégorie 5
1 Rocade cuivre d’environ 40 m vers local technique B102 bis (liaison catégorie 6).
21 prises RJ 45 sous goulotte (catégorie 5)

Travaux à réaliser

Dépose et enlèvement des goulottes


Dépose et enlèvement de l’armoire et de son contenu (bandeaux, switch…)
Fourniture et installation d’une armoire de brassage 16 U (600x600)

 Porte altuglas avec verrou


 Panneaux latéraux et de fond
 Toit ajouré
 Trappe passe câbles et cordons sur la face inférieure du coffret, pour le cheminement des câbles.
 Bandeau de 8 prises 10/16 A 2P+T en partie inférieure avec disjoncteur différentiel pour le branchement
des équipements actifs

Installation de 21 prises catégorie 6 FTP sous goulotte (selon préconisations du CCTP)


Bandeau catégorie 6 à prévoir
Fourniture et installation d’un switch pour le raccordement des 21 prises (caractéristiques voir supra)
Liaison des 21 câbles catégorie 6 FTP à l’armoire et au switch de la salle
Cordons de brassage catégorie 6
Livraison de 21 câbles de descente catégorie 6 FTP (longueur : 3 m)

 Salle B102

1 Rocade cuivre d’environ 70 m vers local technique A201 bis (liaison catégorie 6).
- 20 -

 Salle B103
Existant

1 Armoire de brassage
2 switches 10/100 en 24 ports
1 bandeau catégorie 6
2 bandeaux catégorie 5
20 prises RJ 45 sous goulotte (catégorie 5 )
9 prises RJ 45 catégorie 6

Travaux à réaliser

Dépose de l’armoire existante et de son contenu


Fourniture et installation d’une armoire de brassage 16 U (600x600)

 Porte altuglas avec verrou


 Panneaux latéraux et de fond
 Toit ajouré
 Trappe passe câbles et cordons sur la face inférieure du coffret, pour le cheminement des câbles.
 Bandeau de 8 prises 10/16 A 2P+T en partie inférieure avec disjoncteur différentiel pour le branchement
des équipements actifs
Fourniture et mise en place d’un switch 48 ports (caractéristiques voir supra)
Dépose et enlèvement des goulottes
Dépose et enlèvement des câbles qui ne sont pas en catégorie 6
Installation de 21 prises catégorie 6 FTP sous goulotte (selon préconisations du CCTP)
Liaison des 21 câbles catégorie 6 FTP à l’armoire et au switch de la salle
Cordons de brassage catégorie 6
Rocade cuivre d’environ 20 m avec le répartiteur général de la salle B102 bis à installer (liaison catégorie
6)
Raccordement des 9 liaisons existantes en catégorie 6 au nouveau switch
Livraison de 21 câbles de descente catégorie 6 FTP (longueur : 3 m)
- 21 -
 Salle Bloc scientifique
Existant

1 Armoire de brassage
1 switch 10/100 en 24 ports
1 bandeau catégorie 6
1 bandeau catégorie 5
11 prises RJ 45 sous goulotte (catégorie 5 )
6 prises RJ 45 catégorie 6

Travaux à réaliser

Dépose de l’armoire existante et de son contenu (A voir)


Eventuellement Fourniture et installation d’une armoire de brassage 12 U (600x600)

 Porte altuglas avec verrou


 Panneaux latéraux et de fond
 Toit ajouré
 Trappe passe câbles et cordons sur la face inférieure du coffret, pour le cheminement des câbles.
 Bandeau de 8 prises 10/16 A 2P+T en partie inférieure avec disjoncteur différentiel pour le branchement
des équipements actifs
Fourniture et mise en place d’un switch 48 ports (caractéristiques voir supra)
Installation de 2 prises catégorie 6 FTP sous goulotte (selon préconisations du CCTP)
Liaison des 2 câbles catégorie 6 FTP à l’armoire et au switch de la salle
Cordons de brassage catégorie 6
Raccordement des liaisons existantes en catégories 5 et 6 au nouveau switch
Livraison de 2 câbles de descente catégorie 6 FTP (longueur : 3 m)

 Salle C107
3 prises catégorie 6 FTP à installer
Raccordement des prises avec le switch de la salle « Bloc scientifique »
Livraison de 2 câbles de descente catégorie 6 FTP (longueur : 3 m)