Vous êtes sur la page 1sur 8

TD rhéologie JAZIRI.

EXERCICE n°1

I) Déterminer l'expression du débit dans un tube capillaire de longueur L et de rayon R en


fonction de la chute de pression ΔP :
1°) Dans le cas d'un fluide Newtonien de viscosité absolue η.
2°) Dans le cas d'un fluide pseudoplastique qui obéit à une loi de puissance (η = k γn-1).
II) Calculer les débits obtenus dans un capillaire de rayon R = 1 mm et de longueur L = 10
mm , pour les pertes de charge ΔP (dynes/cm²) suivantes : 104; 2 104 ; 4 104; 6 104; 8 104;
105.
1°) Dans le cas d'un fluide Newtonien de viscosité η = 103 poises.
2°) Dans le cas d'un fluide pseudoplastique pour lequel:
k (indice de consistance) = 103 CGS
n (indice d'écoulement) = 1/3 CGS.
III) Tracer le profil des vitesses dans les deux cas.

Correction

I)

F1  π r 2 P
  P  
F2  π r 2  P    dz 
  z  
F3  τ  r z  2π r dz

 
 F  0 donc F1 - F2 - F3 = 0

 P   P  r
  dz π r  τ r z 2 π r dz  0
2
 τrz    
 z   z  2

1°) cas d'un fluide newtonien

1
TD rhéologie JAZIRI.M

 v z
On sait: γ 
r
   vz 
τ rz  η γ  η  
 r 
 vz 1 1  P  r
 τ rz    
r η η  z  2
 P  r
2
1
vz     C
η  z  4

C.L: r = R  vz = 0

1  P  R 2 1  P 
C  
η  z  4
 vz    R r
4 η  z 
2

2

R
π  P   R 2 r 2 r4 
R R
2 π  P  π  P  R 4
Q  2 π  v z r dr   R r  r dr    
2 2
     
0
4 η  z  0
2 η  z   2 4 0 2 η  z  4

π  P  4
Q  R
8 η  z 

2°) cas d'un fluide pseudoplastique


1 1
n
  vz   vz  τ rz n  P  r  n
1
τ  k            
  A r n
rz 
 r  r  k    z  2 k 
1 n
n
vz  A r n
C
n 1
n 1
n
C.L: r = R  vz = 0  C   A R n
n 1
n  n 
n 1 n 1
n 
vz  A  r  R 
n 1  
1
n  P 1  n  n11 1

vz     r  R n 1 
n 1  
 z 2 k 




R
2πnA
R
 nn1 n 1

Q2π  v z r dr 
0 n 1 0 
 r  R n 
 r dr

R
2πnA
R
 2 nn 1 n
 2πnA  n 3 n 1
r2
n


n 1 0 
 r  r R n 1 
 dr  n  1


3 n  1
r n 
2
R n 1 
0
 3 n 1
3 n 1

2πnA n R n

 R n 
n  1 3 n  1 2 
 
1
3 n 1
π n  P 1 n
Q  
 R
n
3n 1 
 z 2 k 

II) Application numérique

2
TD rhéologie JAZIRI.M

π  P  R 4 π  P  4
Q newtonien      R
2 η  z  4 8 η  z 
1
3 n 1
π n  P 1  n
Q pseudoplastique  
 
 R n
3 n  1  z 2 k 

ΔP Q newtonien Q pseudoplastique
(104 dynes/cm²) (10-4 cm3/s) (10-3 cm3/s)
1 3,93 0,0654
2 7,85 0,524
4 15,7 4,19
6 23,6 14,1
8 31,4 33,5
10 39,3 65,4

III) Profil des vitesses

 R  r 
1  ΔP 
1°) Dans le cas d'un fluide Newtonien : v z 
2 2

4η L 
1
 n 1 
n  ΔP 1  n  nn1 n 
2°) Dans le cas d'un fluide pseudoplastique : vz 
n 1
 
 L 2 k  r
  
R 

 
Pour ΔP = 104 dynes/cm²

r vz newtonien (10-1 cm/s) vz pseudoplastique (cm/s)

0 0,25 3,125
R
4 0,23 3,112

3
TD rhéologie JAZIRI.M

R
2 0,18 2,929
3R
4 0,1 2,136

R 0 0

EXERCICE n°2

On veut déterminer la courbe d'écoulement d'un polymère à l'état fondu, à la


température de 200°C, par rhéomètrie capillaire, sur un domaine restreint de cisaillement, en
utilisant un gradeur (appareil qui sert à la détermination du MFI).

Les résultats de l'essai sont représentés sur le tableau suivant :

M (kg) 4,9 6,2 8,1 10,2


t (s) 50 53 52 48
m (g) 1,04 1,52 2,01 2,58

M : masse surmontant le piston,


m : poids du jonc de polymère récupéré au bout de temps t,
t : temps d'écoulement du jonc de polymère récupéré en sortie de filière.

4
TD rhéologie JAZIRI.M

1°) En considérant dans une première approximation que le comportement du polymère est
newtonien, calculer les tensions et les vitesses de cisaillement correspondantes apparentes à la

paroi (τpa et γ pa ).

2°) Déterminer les paramètres de l'équation qui régie l'écoulement du polymère τpa = f ( γ pa )

3°) Effectuer les corrections nécessaires (de Rabinovitch et de Bragley) qui tiennent compte
du caractère non Newtonien du polymère.

4°) Calculer les nouveaux paramètres de la loi d'écoulement τp = f ( γ pa ) obtenus après
correction.

On donne :
- Diamètre du piston = 0,95 cm,
- Diamètre du capillaire = 0,21 cm,
- Longueur du capillaire = 0,8 cm,
- Masse volumique du polymère à 200°C = 0,7 g/cm3,
- Facteur multiplicatif e =1.

Correction

F Mg 9,81  105
ΔP    2
M  1383000 M  dynes/cm²
1°) S π R2  0,95  et
π 
 2 
Q
m
ρ 200 C . t
 cm 3 /s 

Q (cm3/s) 0,0296 0,041 0,0547 0,2582


ΔP (dynes/cm2) 105 67,82 85,81 112,1 140,06

R c ΔP ΔP ΔP ΔP
τp   τ réel     dynes/cm²
2 Lc  Lc   0,8  17,24
2   e  2   1
 Rc   0,105 

 4Q
et γ p  (s 1 )
π  0,105
3

3,934
τpa (dynes/cm2). 105 4,977 6,502 8,124

γ pa (s- 1)
32,56 45,09 60,16 313,68

2°)

Log10 γ p
a 1,513 1,654 1,779 2,496

5
TD rhéologie JAZIRI.M

5,595
Log10 τpa 5,697 5,813 5,91


Droite : log10 τ p  log10 k  n log10 γ p

Pente : n = 0,7798

Ordonné à l'origine = 10,1596 donc k = 25837,9


 3n  1  
3°) correction de Rabinowitch : γ p  γ p a  1,0706 γ p a
n


γ pa
32,56 45,09 60,16 313,68

γp
34,86 48,27 64,41 335,83

log γ p
1,542 1,683 1,808 2,526

5,595
Log10 τpa 5,697 5,813 5,91

4°) nouveaux paramètres:


n=
k=

EXERCICE n°3

L’étude de la viscosité newtonienne limite 0 de fractions étroites de polystyrène en


fonction de leurs masses moléculaires à la température de 192°C a conduit aux résultats
expérimentaux reportés dans le tableau ci-après :
Masse moléculaire
Fraction 0 (poises)
moyenne en poids
1 5.103 75
4
2 10 1,5.102
4
3 2.10 3.102
4 4.104 6.102
5 5.104 103
4
6 9.10 104
7 1,6.105 105
5
8 3.10 106
9 6.105 107
6
10 10 108

6
TD rhéologie JAZIRI.M

1°) Tracer la courbe de variation 0 = f (masse moléculaire), que peut-on déduire ?


2°) Peut-on appliquer les lois habituellement utilisées pour décrire les résultats ? Déterminer
ces lois et préciser la valeur de la masse moléculaire critique.
3°) Interpréter les résultats ainsi obtenus par la théorie des enchevêtrements de BUECHE et
GRAESSLEY.
Correction:
1°) Courbe de variation de la viscosité en fonction de la masse moléculaire

logMp 3.698 4 4.301 4.602 4.698 4.954 5.204 5.477 5.778 6


Logη0 1.875 2.176 2.477 2.778 3 4 5 6 7 8

9
8
7
6
5
log

4
3
2
1
0
0 1 2 3 4 5 6 7
log Mp

a
2°) η 0  B M p
logη 0  log B  a log M p
 Pour les 4 premiers points:
a = 1 et B = 0,015  η 0  0,015 M p
 Pour les 6 derniers points:
a = 3,78 et B = 1,87 10-15  η 0  1,87 10 15 M p
3, 78

0,015 M C  1,87 10 15 M C


3,78
 M C  44000

3°) L'augmentation du coefficient a, au-dessus de la masse moléculaire critique, peut être


interprétée par la théorie des enchevêtrements de BUECHE et GRASSLEY.

En effet, dans un polymère à l'état fondu, chaque chaîne présente une conformation statistique
telle que la distribution moyenne de ses segments autour de centre de gravité est pratiquement
gaussienne (pelote statistique).

Les macromolécules, enroulées au hasard, sont étroitement rapprochées, de sorte que leurs
domaines moléculaires respectifs se chevauchent et s'interpénètrent.

7
TD rhéologie JAZIRI.M

Les points de contacts intermoléculaires sont nombreux et, si les chaînes son suffisamment
longues, il en résulte des enchevêtrements.

De ce fait chaque macromolécule est intimement liée à ses voisines et son déplacement n'est
pas indépendant, ce qui entraîne une augmentation de la viscosité.