Vous êtes sur la page 1sur 224

:

" :
2017MO0806 :
978-9954-29-167-2 :
:
-1 GH 14 –
05 22 40 00 25 35-05 22 83 33 99 :
daralafak@gmail.com :

:
:

- -
-

:
7 .1

23 .2

49 .3

70 .4

96 .5

112 .6

.7
122

152 .8

.9
180

.10
207

Le rôle des concervateur dans l’exécution des décisions .11

213 judiciaires

5
- –

82

22
27 263

1
1.11.178 08-39
27 5998 ,2011 22 1432 25
.5587 ,2011 24 1432
6208 ,174 13-22
.7328 , 2013 28 1435 24

7
1

2
570
3
78

1
":

".
.12 2011
2
": 570
"......
3
": 78
.
.

".

8
-

9
1
960
2

962

964

- -
2009 04 15 07 5064 1334

1 3

.121 1990 ....... -1


": 960 -2

". .
-3
.607

10
2005 87 2007 05 02 2007 64

10 15831

20 7

962

982

1033

": -1

10/11/99 5167 ".


.1744/1/6/97
. -2
.240 -3

11
1009
1

1
":
.
".

12
2003 12

1371

-
570

13
1

1988 06 14 4266

570 87 15144

1
":
07/1014 2007/7/17
.2008/01/24

.187 : 2010/4/1: 08/12/100 : ".

14
1
78

106

1
": 78
.
.

".

15
106
387
1

15

" : 387 -1
".
-2
.
" 2005 /2/22

"

16
106

81 7 18

387
1

5167
7 1744 1 6 97 10 11 99

2008/03/05 70 -1
06/2694 06/1347
106
391

.106

17
375

1
391

2 10 815

: 2002/10/23 : 3246 : -1
2001/2/1/478
. . . 930 "
". 15
2010/1035 2011/01/18 212

. 387
.265

18
1

452 451

392

1
-Aux termes de cet article : « Sont de plein droits indivis, par l'effet d'une
subrogation réelle, les créances et indemnités qui remplacent des biens indivis,
ainsi que les biens acquis, avec le consentement de l'ensemble des indivisaires, en
emploi ou remploi des biens indivis.
Les fruits et les revenus des biens indivis accroissent à l'indivision, à défaut de
partage provisionnel ou de tout autre accord établissant la jouissance divise.
Aucune recherche relative aux fruits et revenus ne sera, toutefois, recevable plus
de cinq ans après la date à laquelle ils ont été perçus ou auraient pu l'être.
Chaque indivisaire a droit aux bénéfices provenant des biens indivis et supporte les
pertes proportionnellement à ses droits dans l'indivision. »

19
1

2010/01/28 42 -1
": 2009/12/182

".
2003/03/20 476 : -2
": 2002/2/1/2256 :
'' :

".

20
9 815

1 262

1
L’article 815-09 de code civil français prévoit : « L'indivisaire qui use ou jouit
privativement de la chose indivise est, sauf convention contraire, redevable d'une
indemnité d’occupation »
2
"La jouissance privative au sens de l'article 815-9 du code civil résulte
de l'impossibilité de droit ou de fait pour les co-indivisaires d'user de la chose."
Cass. 1ère civ. 29 juin 2011 (pourvoi n°10-15634).
3
L’article 262-1 du code civil français prévoit que « L'ex-époux est en droit de
demander une indemnité d'occupation à compter du prononcé de l'ordonnance de
non-conciliation à l'autre conjoint qui occupe le bien indivis. Ou à compter du jour
où le jugement de divorce n'est plus susceptible de recours, quand la jouissance
du domicile conjugal a été attribuée à titre gratuit à l'autre époux par le juge aux
affaires familiales pendant la durée de l'instance en divorce. »

21
22
1

3 2

2006 31 : -1
2008 24 Htt://www.filalihakim.blogs.ma/tb.php?id=8
1992 17 1412 15 1-92-31 -2
15 1413 14 4159 12 -90
.887 1992
1993 20 1 1414 2.29.832 -3
1414 4 4225 12.90
.2061 1993 20

23
1


2

-1
.12 2002 254
12-90 18 -2
.85 " ": -3

24
1993

1993 10 1414 22 1.39.51 -1


27 4220
" 1624 .1993 15 1414

1993 7 /344 "


.
": -2
.58 1994 - "
" ": -3

.25 2006/2005

25
1984
1

19

" ": -1

.19 2002/2001
" : -2
"
.233 2001 12 11-10

26
1

23

.75 2003 " ": -1


" ": -2
.8 ( )
" ": -3

.51 2003/2002
" : -4
"

.191 2001/2000

27
1

1983 7 -1

( R. 123.3 )
.80 : :
12-90 24 -2
32 ) 45
.(
" ": -3
.6 2007
" 07-30 27 -4
"...
5
-Yves maxime danan et jean pierre forget: processeur procédures d'aménagement et
d'urbanisme, volume 1 planification et autorisation 2éme édition dalloz. 1986, p: 97.

28
2 1

21

1
-Mustapha khattabi: « l'urbanisme et les documents d'urbanisme en droit
marocaine », revue marocaine d'administration local et de développement N° 34
septembre octobre 2000, p: 64.
- Yves maxime danan et jean pierre forge op.cit. p 96.
2
-http:www.cadeurbanisme.gov.ma 2008/06/2
3
-Driss bassri: guide de l'urbanisme et de l'architecture, imprimerie royal 1993, p 47.
.176 2008/2007 " ": -4

29
22
1

23
3

-1

.
1994 17 . / . . . / 005
.6
" ": -2
.64 2006
1999/10/14 1420 4 854 -3
.( ) 98/658
-2 -1 : -4
)
-4 -3
. 23 . .
5
-YVES Maxime danan et jean-pierre forget : « processor procédure d'aménagement
d'urbanisme » op.cit.p: 97 et 98.
-hassanbahi Mohamed hamdouni alami : «l'urbanisation et gestion urbaine au
Maroc » 1er édition, imprimerie toumi, Rabat, 1992, p 44 et 45.

30
15

24

. 12-90 21 -1
" " : -2

.104 2007/2006
.23 2006/2005 " ": -3
-

31
24

23

.40 . " ": -1


.101 " ": -
" ": -2
.82 1997
: -3
106 : -
1994 " ": -
37

32
1

1
-Henri jacquot et françois priet: « droit de l'urbanisme » éditions delta, 2000.
p214.
-2

.
:
1998 " ": -
.278
. 164 " ": -

33
27

. 22 005 -1
1996 14 . . . . . / 399 -2
.
: : -3
.
.121 . .: -4

34
28

19 12 6 5 4 3

10

.123 . . " ": -1


.74 2004 3 " ": -2
1982 6 1402 11 1-81– 254 -3
3 3685 7/81
.980 1982 15 1403

35
1
113 14

85 83

31

2015 7 1436 20 1-15-85 -1


113-14
2
" ": -
. 79 2006
: -
.96 2006
" ": -3
113 2005 6

36
41
1

3
2

95 / 147 1996 26 96/104 -1


:
.346 . .
1992 17 1412 15 1-92– 7 -2
25-90
.887 – 880 1992 15 1413 14 4159
" ": -3
2004 1994
2004 2004 23
.239
.98 / 348 1999 15 242 -4
.97 / 439 1998 1 879 -
.2000/50 2000 5 887 -
":
.339 343 347 . . "

37
1

: -1
. 92 . .: -
. . " ": -
. 86
" ": -2

. 61 2004/2003
: -3
. 122 . . -
"( ) ": -
. 72 2008
-4

38
1

113 14 237

" ": -1
.101 . .
(2013 24 ) 1434 13 2.13.424 -2

. 2013 27 1434 16 6155

39
1
2000 1500

6 2000/1500 -1
2000

40
1

3 2

45 43
59 9 5

-1

.
-2

.
": -3
.240 . . "

41
1

5 4

04/16 2004/10/28 99 -1
.258 2007 – 6 5
24 2002 - 1-4– 342 1056 -2
" 2002
"
.30 2008/2007
" ": -3
. 64 2006 – 67/66
. -4
-5

42
1

11

": -1
.241 . . "

43
1

1998

2008 2007

.161 . .: -1
" ": -2

.5 2004/2003

44
1994

2006

12 11 10
2001

2006 2005

1997

2005 6

2004 3

1994

45
2006

2006

2004 1994

2004 23
2004

2006 – 67 66

2007 2006

46
2006 2005

2001 2000

2003 2002

2004 2003

2008 2007

47
2002 2001

2004 2003

Les ouvrages
Driss bassri guide de l'urbanisme et de l'architecture,
imprimerie royal 1993.
Mustapha khattabi: « l'urbanisme et les documents d'urbanisme
en droit marocaine », revue marocaine d'administration local et de
développement N° 34 septembre octobre 2000.
Hassan bahi Mohamed hamdouni alami « l'urbanisation et
gestion urbaine au Maroc » 1er édition, imprimerie toumi, Rabat, 1992
Henri jacquot et françois priet « droit de l'urbanisme » éditions
delta, 2000.
Yves maxime danan et jean pierre forget processeur
procédures d'aménagement et d'urbanisme, volume 1 planification et
autorisation 2éme édition dalloz. 1986.

48
12
1913

1
14.07

3 2

(2011 22) 1432 9 1-11-177 -1


(1913 12) 1331 9 14.07
.5575 : 2011 24 5993
: -2
. 2011
85/182 1989 5 887 -3
.187 1999 –
2012 : : -4
. 269 :

49
4

1
109
14.07

14 07

: -1

. 110 2011/2010. .

50
-
-

-
-

269 : -1

51
1

41
14.07

. -1
. .6 .
. : -2
. 58 1998 .

52
1

2
19
41
14.07

83/291 364 1985-02-13 -1


. 124: 137
41 " -
"...
08/481 3125 2009/10/07
. 60 72
10-35 19 -2
:
-
( 20.000)
-
( 20.000)
. 12

53

41
14.07

141

142 141

142
1

142

1913 12

-1
14.07
226 2012/2011

54
42
1
142

142
42

142

142

1913 12 42
2

5 438 1991/1/9 76 -1
.226 . 75 1989
1985/04/03 98/745 827 -2

.153

55
40
14 07

12 40
1913 08

226
226
134

1913 12 12

2002 7 3 2002 05 14

40

2005/1/1/989 2007-01-17 211 -1


:

56
40
14 07
134

137 135

40

226
2

134
137 136 135

159 : . 2011
.225 160
) 09/11/462 10/10/20 455 -
.(
: : -1
. . .
.2010/2009 .
.260 :
.22 . . : -2

57
40
14 07

40

14 07

1913 12

3
136

. : -1
.51 : 2012 . .
.1796 182 59/4/29 -2
13 : 1996-1958
" 136 -3
".

58
26
1
1915 3

1915 6 3 26

141

1915 3 1333 20 -1
.
.261 260 : : -2
. 2002/750 2003/1/15 153 -3
57 : .
-4
.216 : 14.07
.14.07 41 -5

59
42
14 07
1

42
14 07

42
1913 12

. 329 -1
: -2

50 : 2005/2004

60
34

08.03.2007

2006.11.30

90621 655 1982/11/3 -1


. 149 17 16
2007/1/1/1794 2007/10/26 4228 -2
.165 : . :

61
1913 12

42

2
44
14 07

14 07

2007-1-1-1840 22.10.2008 3600 -1


.165 : . :
.14.07 44 -2

62
1

1957 1913
1958
4

1957
28 47

-1
.185 : 1993
: 2005 : -2
.352
.51 : 26 139 -3
145 : -4
. 92 : 30

63
1958
1

2
14 07
3

1913 12

47
14 07

14-07 -1
81 2013 .
" 14.07 47 -2

."
1766 182 59/4/29 -3
. 13 : 1996 1958
" 358 -4

".

64
47
1

47
14 07
2

358

1913 12 47

47
358 47

": -1
47

358
18.6.2004
". 17.08.2004
: -2
.59 : 1983 1331 9
.25 : : -3

65
358
47

30

355

66
1

357

361

1
2
3

.82 : -1
.319, : -2

67
1

361

-1
.238 . 14.07
-2
.238 . 14.07
87 361 . -3
. 55 2001 /
- -3

.355 1991

68
361

1
1913 12
2

361

14.07

14.07

.2003/03/20 2002/1/4/2232 149 -17


.50 .
361 ...."-
...
"...
1999/01/07 1196 161 -

.74 2006/2005
5676 1988 125 -1
.60 .113 ,193
1995 . : -2
. 17
-
.1990 .
:
.107 2002

69
70

4 3

-1

.1 : 2009-2008 :
- - -2
.
1919 27 -3
.410 : 1919 28 340
: 1919 27 -4
-
-
-
-
.

71
1

1916 1919 27
1931 8

-1
59 : 2012 104
: -2
.9 : /1998
: -3
.7 : 2012

72
1

1919 27

3
1963 25
1969 25
4

.5

. : -1

21 2012/2011
1919 27 -2
.410 : 1919 28 340
1963 6 1382 12 1.62.179 -3
.365 : 1963 22 . 27 2626
1969 25 / 10 1.69.30 -4
29/ 1389 13 2960
. 1969
.22 : -5

73
-

74
1

15. 2005 -1
.15 -2

75
1


3

" " -1
63. 2010
15. -2
– -3
.51 2010

76
1

64. -1

77
1

21 : -1
21. -2
– -3
2010 " "-
.12

78
1912 11 1 -

1914 3 6 -

1914 7 7 -

1915 1 23 -

1916 5 23 -

1918 5 27 -

1919 27

79
1

1920 26

1924 18

1941 13

1941 13

1945 14

1919 27 1951 19

1959 9
1941 13

39/08 -1
.54 2013

80
1960 30
19
1951

27 1963 6
1919

1919 27

.68. -1

81
1919 04 27

-
-
-
-
-
-
-
70 30 -

19. : -1
" : -2
4. 2010 "

82
-
-

2007 14 51

2008
-

51 -
2007 14
-
30
-
-
-

21. -1

83
-

-
-
-

-
1
2006 10 123
-

-
-
2
-

-
-

2006 10 123 -1

.
27. -2
.27 -3

84
-
-
-

1919 27 3

-
-
" : -1
.160 201 "

85
-
-
-


1919 27 5

86
1969 25

1969

12

1919 27

87
1

1963 6

-
-

50

50

55. -1

88
1
50

3
-

-
-

71. -1
18. 2012 -2
.16 -3
6. -4

89
1919 27

11

11

7.81 20
2

1992 23 343

.55. -1
6 )1402 11 1-81-254 7/81 -2
(1982
.980 1983 15 1403 3

90
1

3
1919 27 11

2007 - -1
.45
383. -2
64. -3

91
1919 27

1919 27

1962 12

1919 27 -1
.20 2010

92
1

69 : -1
1966 20 558 -2
.70-69.
77. 1995/7/20 95/63 -3

93
1

2
1919 27 12

78-77. : -1
...." 1919/4/17 12 -2
"...
.21. -3

94
1

1919 27
2979

-
3

58. -1
81. -2
98.23.5 -3
4 1998/7/24
189. 2010

95
-
1

2010 25 60

30 17
2012
3

2011

. 2013-11-18 www. Terres collective. Ma -1


: -2
.72 -71. 2012
. 2013.11.18 www. Terres collective. Ma -3

96
- -

-1

.
-2
2004 9 609
.191 2005 - 64
-3
.33 2011 - 101

97
1

3 2

4
1993
5

2002 78.00 50 35 -1
5711 . 2009 18 153-08-1 17.08
.2009 23
. 78.00 ... -50 -40 -39 -38 -37 -2
( ) -3
.
.190 2015
1993 10 1.91.225 41-90 -4
. 2168 4227
-5

.
.
. 41 -90 12 -6
-7

.25 2006

98
Terrier 1903

Jean Romieu
Terrier

arrêt Blanco
Terrier

1
Marceau Long, Prosper Weil, Guy Braibant, Pierre Delvolvé, Bruno Genevois : les grands
arrêts de la juris- prudence administrative, DALLOZ 19" édition 2013, p 66-67-68-69-70.
2
Jean- Claude Ricci, Mémento de la jurisprudence Droit administratif, hachette supérieur,
9"édition, p 15.

99
1

41.90
3

1
Michel ROUSSET et Mohammed Amine BENABDALLAH. LE REGIME CONTENTIEUX
DU SERVICE PUBLIC INDUSTRIEL ET COMMERCIAL, Revue Marocaine
d’Administration locale et de Développement. N 108, Janvier-février 2013, P 214.
.207 -2
. 41.90 8 -3
1990 08 -4
.

100
(l)
(ll)

(l)

- -1
.25 1997 5

101
2

1
1999 22
2
2.99.750

3
1.333.420

4
2008 27

": 1 -1
...
. 1993 08/63439
2.99.750 -2

.2144 1999 30 4721


.2145 -3
.( ) 46/08 2008 27 -4

102
1
2009 19

2012 31 607
1541 1 7 2009

607

) 2009/419/4 2009 19 16 -1
.(
2012 31 607 -2
.( ) 2009/7/1/1541
27 6/12/343 2542 -3
.( ) 2013
. 607 -4

103
1911 8
Susan.ousse de Commune

M.haurio

3
41.90 13 17
4

-1
.23 2014 2
-2
.196 1999-1998
1.12.22 14.12 17 -3
6078 1974 28 1.47.447
.4632 2012 30
. 41.90 13 -4

104
488

577

17 1.11.140 24.90 488 -1


5980 1913 12 2011
.4678 2011 22
-2
( )
. 24.9 577 -3

105
-
04 6
1

.12 6 -1
17 1.92.31 12.90 55 -2
.887 1992/07/15 4159 1992

106
2.13.424

(ll)

1
2

1
2006 8
1987 14

2013 24 2.13.424 41 -1

6155
.4311 2013 27

107
99
2574

122495 04

2006 29

2007 28
1

31
1976 30
2003

1987 14
1976 30 34 31

) 2007/1/414 2007 28 203 -1


.(

108
2
2009

2.000.000,00
1

2
2

3
1976 30 31

31
4
1921

2007/1/767 2014 23 939 -1


.( )
121 -2
2011 24 5998 39.08
. 40 10 5587
1976 30 1.76.583 31 -3
.3030 1976 1 3335
1921 31 -4
.67 455

109
1
2002 5 2.02.138

122

44
41.90
4

31

31 2002 5 2.02.138 -1
7 4984 1921
.479 2002
2002 5 2.02.138 7 -2
. 1921 31
. 39.08 122 -3
. 41.90 44 -4

110
1
1976 30

35
1976 30
5
1976 35

41.90 1993

1976 30 1.76.583 31 -1
.
1976 30 1.76.583 35 -2
.

111
115
2011

2014 5

112
,

08
1
292 39

3998 39-08 -1
2012 24 -2011 24 1432/ 27

113
:
:
: : :
:
:
:
:

298
1

.
:
292
,

: 293

": 298 -2
".

114
2

3
240

4
1
295 –
5
2
296

6
305
:

3
24
305 ,

": 295 -1
."
" 296 -2
."...........
" 24 -3
"............

115
:

293 –
:

1
294
,

294

": 294 -1
".

116
303 –
1

2
302 –

1915

:
:

": 303 -1
."
": 302 -2
."

117
:

30
304 –
1
3
1915

304 :
1915

: 4

": 304 -1

.
"

118
299

2 1
66

: 306

14-07 1913 -1
": 66 -2
.
"

119
148

:
307
307 310

308
:

120
310

1
311

2
312

: ": 311 -1
–. -
–.
".
" 312 -2
".

121
,

122
" "

1
.
2
.

123
1

1
.
2
"
"
.1987
3
" "
.407 2012

124
1

2 14 07
08 1915
3
39

1
(1974 28) 1394 11 1-74-447
.
2
:
3
(1968 17) 1388 26 552.67
.
-4
...

125
126
1

1241 ": ( ) -1
1987 19 529 "...
.1988 41 – 1985/5482
" " -2
.88 2008 15
487 469 ... ( ) -3
.

127
~
429

128
1

429

" " -1

.22 2012
-2
.

129
1

469

1986 -1
.262

130
1
~

-1

.( 1913 12 58 )
": -2

– –
.

131
1

-
-

-
2
-


2002 1 " ": -1


24
" -2
"
.278 2010
... - - -: -3

132
568

133

53 95

1998 17 16

72 03 429

.161 -1

134
1

-1
": 637 -2
."

135
39 08

20

136
37

20
39
1

20

.283 -1

137
~
470

1998 32055

470

138
-

2
1968 17 61

.233 -1
:1968 61 -2
"
.
19 205
(1915 2) 1333

139
1
39 08
221 214

39 08

216

.
.
.
."
(2011 22) 1432 25 1.11.178 -1
39.08
(2011 14) 1432 15 2-11-473 -2
.

140
1

3 2

4
15

455 00

.39-08 214 -1
": -2
. 216 "
": 219 -3
473

."
.39-08 215 -4
29 1-01-126 -5
.2001/07/19 4918 2001 22 1422

141
~

1
474
14 98 32057
-
-
-
-

2
-

": 1 474 -1
471

.
."...
-2
.

142
-

474

143
474

476

474

.287 -1

144
474

479 476

477

145
39 08

477

": 2010-05-18 707 -1

2007/6/299 08-08-07 2008-08-19

"...

476 ":

"... 469
":

."... 6

146
1

477

479

-1
": 39-08 217

."

147
1

479 -1

148
1

-
-
-
-

2
1915 2 212

-1
.332 -2

149
2015 2 211

39 08 220
1

211
1915 2
2005 03 10 2 11 810

09 29 04 710

" : 220 -1
.

."
-2

150
04 610 04

211
1915 6 2

%3

151
-

152
1

1
- Bartin (E), « De la règle, res inter alios acta, en droit romain », Th. Paris, 1885,
P.186.
2
- Dagot (M), « La simulation en droit privé », Thèse (imprimée), L.G.D.J, Paris,
1962, P.136.

153
1

" -1
.287 1991 "

154
1

: 425 -1
"
.
:
-1
-2
-3

-4

-5
-6
.
".
: -
3958 . . " " *
-1422 " 95/2/1/3817 . . . 1997 24
. 144 2002
2
-Aussel (J), « Essai sur la notion de tiers en droit civil français », Thèse
(imprimée), Montpellier, 1953,P.229.
" - " -3
.201 2001
-4

.
: -
" *
.2000 " -
.109

155
395 425

: -1
: "

395

"....
: -
.129 128 1995 " " *

156
1

2 1

4 3

" " -1
.87 1997
-2

...
.

157
1

–2
4

: -1
2 " " *
.202 . . "
" " *
.266 1944
" " -2
.78 1997
.144 . . " " -3

-4

.
: -
" *
.284 283 1991 "

158
1

–3

425

2 " " -1
.203 . . "
" " -2
. 76 . .
2 " " -3
.205 . . "

159
1

1241

. 43 816 1977 6 -1
1943 13 -2
.101 323
: . .. 1242 -3
." "

160
1

2 " " -1
.212 . . "
.217 . . " " -2
: -3
" " *
.263 . .
2 " " *
.213 . . "

161
1

" " -1
.98 . .
: -2
.114 113 1986 " " *
.246 . . " " *
. 62 1966 " " *
2 " " -3
.196 . . "

162
2 1

" " -1
.491 490 2006
: -2
2 " " *
.218 . . "
" *
. 233 1981

163
1

2
694

1994 31

03 86216

: -1
2 " " *
.221 220 . . "
: 604 -2
"
."
: -
2 " " *
.221 . . "

164
1
694

1994 31 -1
: 90/2872 -89/7107
" *
.274 1996 "

165
1

. 1 " " -1
.491
07/14 67 66 65 -2
.
" "
.

.
l’inscription
. 67

.
Mention

166
2

– )
. ( –
: -
" " *
.293 . 2003 -
.86 2003 24 " " *
" " *

.298 1996 /1995


" " *

.13 2005 /2004


" " *
.253 1972
: -1
2 " " *
.218 . . "
" " *
. 367. 1972

167
1

" " -1
.106 2010
1985 / 1405 " " -2
.136
: -3
: "

- –

...
:

-

...
.

168
:
: :
:
– – :

.
: :
. : -
. : -
: -
:
. :
. :
. :
. ... :
:
.

.
. :
:
.

.
:

"...
" " *
. 372 1998
.149 148 . . " " -1

169
1

. 11 { }: -1
.108 . . " " -2
: -3
.108 . . " " *
2 " " *
.227 226 . . "
" " -4
. 138 . .

170
1

425
3

.303 302 . . " " -1


-2
:
.

":

".
.
: -
" *
.31 1991
. 144 . . " " -3

171
1

9 67 66
07 14
2

1
-Marty (G) et Raynaud, « Les Suretés de la publicité foncière », 2 édition, Sirey,
Paris 1987, P. 447.
1913 12 1331 9 66 -2
: 07-14
"
.
".
: 67 -
"

".
: 2 -
"
.

".
. 292 . . . " " -3

172
9 67
1333 19 1331

7
1949 20 1949
1
1928

67
2
1331 9

2 1968-5-15 233 -1
.30
1979 14 1978/10/04 688 -2
.208

173
1915 2 8
197
8

75
07 14

30
1985

1966 13 301 -1
.54 1969
37 1985 30 -2
. 21 1986 38

174
1

1
-Marty (G) et Raynaud (P),« Les Suretés de la publicité foncière », 2 édition, Sirey,
Paris 1987,P.450.
2
-Guerriero (M), « L’Acte juridique Solennel »,Thèse (Imprimée), L.G.D.J. Paris
1975, P.214.
: 1126 -3
." "
.258 256 1953 " " -4

175
1

1331 9 66
07 14

2
:
"

1 " " -1
.167 . .

176
1

: -1
" " *

.98 1986/1985
" " *

.181 2000/1999
" " -2
.99 . .

177
1

07 14 1331 9 66

1 " " -1
.169 . .
.529 1990 " " -2
: -3
1 " " *
.170 . .
" " *
.1975 4
.298 . . " " -4
.530 " " -5

178
1951 17

66

1951 17 4316 -1
.254 2
: -
83887 1918 13 337 *
.1983 31

179
180
6-654
2013 17

654 6
2013 17
2012 6 1 3717

181
2012 13

2010 01

2013 10

10
2013

2009 10

1200
300

182
3
2010

13
1980 25

2005 16

1980 25 14 13

183
14 13

6 654
2012 6 1 3717 2013 17

184
1980 25 14 13
67 12

1
1980 25 ,

SYLVAIN GRATALOUP «le congé pour reprise » article publié sur le site
http://www.avocat-grataloup.com/comment-reprendre-mon-logement-lorsqu-il-est-
deja-loue--_ad3.html "La loi du 6 juillet 1989 procède à une énumération exhaustive
des bénéficiaires de la reprise. Il s’agit naturellement du bailleur lui-même, de son
conjoint ou de son partenaire auquel il est lié par un pacte civil de solidarité
enregistré à la date du congé, son concubin notoire depuis au moins un an à la date
du congé, ses ascendants, ses descendants ou ceux de son conjoint, de son partenaire
ou de son concubin notoire, notamment s’il s’agit d’un adopté simple, solution qui
avait déjà été retenue sous l’empire de la loi du 1er septembre 1948. En revanche,
demeurent exclus de la liste des bénéficiaires l’ascendant du conjoint du bailleur ou
encore ses neveux et nièces.
par ailleurs, la Cour de cassation a considéré que, dès lors que l’une des deux
personnes désignées dans le congé comme devant habiter le logement loué, remplit
les conditions prévues par l’article 15 de la loi du 6 juillet 1989, le congé doit être
validé à son seul bénéfice, peu importe que le second bénéficiaire désigné ne puisse
bénéficier de la reprise en raison de sa minorité"

185
186
14

91 493 1996 12 1475

79 6 13

1986 22 2983
86 1643
13 1980 25

14 13

1980 25 14
4919
91 2064 1996 23

187
13 2
2010

1980 25 14 13

188
25
1980

217 1968 8

189
404

1
2
3
4
5

405

410

447

190
418

1
416
415

1
." " 416

191
2

415 3 1

192
366

615 2013 18 139


1607 12

{ }

193
{ }
}
{
}
{
{ }
{ }
{ }

1980 25 14 13

399

14 13
1980 25

194
117 110

1980 25

125

1980 25

2013 62 2013 8 517


1302

195
1980 25 14 13

1980 25 14

196
1980 25 14 13

1980 25 14

197
2005 16

25 14
1980

1980 25 14 13

198
28 1913
2010 – 22 228 2010

25 05 2009
100
.

14
25 12 1980

. 6

199
50

2005 29 1940
2003 6 1 4076

1980 12 25 9

2001 13 3900
01 3 1 2218
2001 02 13
2000 1894 1447

200
.

93 11 29

80 12 25 14

80 12 25 14
.
14
80 12 25

201
.

80 12 25 14

14
80 9

202
.

07
2013

1980 12 25 14

203
2012 09 13

2012 09 27
13 …
1600

1980 12 25

204
.

1
SYLVAIN GRATALOUP «le congé pour reprise » article publié sur le site
http://www.avocat-grataloup.com/comment-reprendre-mon-logement-lorsqu-il-
est-deja-loue--_ad3.html« La rédaction de la loi du 6 juillet 1989 repose sur un
principe commun à celui de la loi du 22 juin 1982, à savoir que la reprise pour
habiter est autorisée à la seule fin de l’habitation principale du bénéficiaire de la
reprise.
Dès lors a été exclue la reprise pour habiter dont l’usage est limité à une
occupation occasionnelle comme résidence secondaire et la Cour de cassation
impose que les juges du fond recherchent si le logement constitue l’habitation
principale de la bénéficiaire de la reprise. A dès lors été considéré comme nul le
congé désignant une bénéficiaire qui, ne pouvant rester sans surveillance, résidait
alternativement chez ses enfants »

205
369

206
207
1

2
362

1
": 620

"...
2
(1996 30) 1417 14 124.96.1
1417 1 4422 17.95
.2321 (1996 17)
3

.37 2001

208
622

622

209
1

624

.418 2009
2
1985 133
.

210
1

623

1
"... ..." : 622
." .. 479
2
.109 16 15 98/1 2000/4/20
3
.422

211
697

697
1

1
2003/1173 2004/1/7 2
.163 62
2
.423
3
..." :
.

."

212
213
Le rôle du conservateur de la propriété
foncière dans l’exécution des décisions
judiciaires
Par : KARIM HARROUCHE
Doctorant en Droit Privé
FSJES Salé

Introduction
Le conservateur, pierre angulaire du régime des livres
fonciers, est l’organe administratif à qui la loi a confié le soin
de diligenter la procédure d’immatriculation, sous le contrôle
éventuel de la juridiction d’immatriculation1, depuis le dépôt
de la réquisition jusqu’à la prise de décision de constitution du
titre foncier.
Ainsi, il dispose de larges prérogatives qui se trouvent
intimement liés à l’un des droits individuels les plus sacrés, à
savoir, le droit de propriété2.
D’ailleurs, il prend une panoplie de décisions importantes
qui revêtent une certaine gravité dans la mesure où elles
peuvent affecter la situation juridique des immeubles et des
titulaires de droits réels y afférents.
Dans le cadre des missions qui lui sont attribuées, le
conservateur est amené à procéder à l’exécution des décisions
rendues pars les tribunaux au contentieux de l’immatriculation
et qui à ce titre, incarnent le premier volet de la protection
judiciaire des droits, complétée par une protection exécutoire
permettant de conformer le prononcé du jugement à la réalité.

1
« Guide pratique du juge de l’immatriculation foncière », publications du ministère
de la justice, 1968, p 1.
2
Droit constitutionnellement consacré en vertu de l’article 35 de la constitution
Marocaine, (promulguée par le Dahir n° 1.11.91 du 27 Chaâbane 1432 (29 Juillet
2011) ; B.O. n° 5964 bis, en date du 30/07/2011, p 1902 et s.) en vertu duquel « le droit
de propriété est garanti.la loi peut en limiter l’étendue et l’exercice si les exigences de
développement économique et social de la nation le nécessitent. Il ne peut être procédé
à l’expropriation que dans les cas et les formes prévus par la loi. »

214
A cet égard, La particularité de la procédure d’immatriculation,
a fait du conservateur un intervenant de premier plan, qui, au moment
de l’exécution de la décision judiciaire, se trouve devant une équation
difficile, d’une part, la nécessaire application de la législation foncière,
d’autre part, le respect de la décision de justice rendue et passée en
force de la chose jugée1 .
Partant de la responsabilité qu’il assume concernant l’exécution
des jugements, le conservateur hésite, voir, refuse même, dans certains
cas, d’inscrire ceux-ci sur les livres fonciers, en raison notamment, des
difficultés auxquelles il fait face lors de cette étape.
Au contentieux de l’immatriculation foncière, la décision rendue
par le tribunal n’est pas directement exécutoire entre les parties, et seul
le conservateur est compétent pour veiller sur l’exécution de celle-ci2,
et ce, après que le tribunal d’immatriculation lui retourne une copie du
jugement rendu aux fins d’exécution. Autrement dit, lui seul apprécie
l’opportunité de cette exécution3, contrairement à l’exécution des
jugements dans les autres matières civiles qui relève du ressort du
secrétariat-greffe4 du tribunal ayant rendu la décision objet de
l’exécution.
A ce propos, il convient de nous interroger quant aux
attributions du conservateur à l’occasion de l’exécution de la
décision judiciaire qui lui est soumise (A), et dans quelle
mesure peut-il soulever les difficultés d’exécution, sachant
pertinemment qu’il est tiers à l’opération d’exécution (B).

1
," "
," "
.148 ,2008 ,50 ,
2
En vertu de l’article 37 de la loi 14-07, c’est au seul conservateur que revient le
soin d’accepter la réquisition d’immatriculation tant du point de vue de la forme
que du fond.
C’est d’ailleurs pour cette raison que les juridictions ne délivrent aux parties
aucune copie exécutoire de la décision rendue.
3
El batouli Ahmed,” le rôle du conservateur dans l’immatriculation foncière”,
mémoire pour l’obtention du diplôme d’études supérieures en sciences juridiques,
Rabat, année universitaire 1988-1989 ,p 245.
4
L’article 429.al 2 du Code de procédure civile dispose que « L'exécution est
assurée par le greffe du tribunal qui a rendu le jugement… »

215
A- Les attributions du conservateur lors de l’exécution de la
décision judiciaire:
Après que la décision judiciaire rendue par le tribunal
d’immatriculation ai épuisé les voies de recours ouvertes1,et
qu’aucune des parties au litige ne les a exercés, le dossier est
de nouveau renvoyé2 devant la conservation foncière pour qu’il
soit donné effet à la décision rendue3.
En effet, le conservateur se trouve dans l’obligation de se
soumettre à cette décision dès qu’elle devient définitive et que
« le secrétaire-greffier retourne le dossier de l’affaire
contenant expédition du jugement et de l’arrêt ainsi qu’un
certificat qui en constate le caractère définitif »4.
De même que, l’alinéa deuxième de l’article 37 de la loi
14-07 fait état de cette obligation incombant au conservateur
puisqu’il dispose qu’ « …il renvoie les parties, pour qu’il soit
fait état de sa décision devant le conservateur… » .
La question qui reste tout de même posée ici, se rapporte
à la possibilité pour le conservateur de procéder à un contrôle
des décisions judiciaires à lui soumises, et également la
possibilité de refuser leur exécution.

1
Aux termes de L’article 109 de la loi 14-07 (Dahir n°1-11-177 du 25 Hijja1432/22
Novembre 2011 portant promulgation de la loi 14-07 modifiant et complétant le
Dahir du 9 Ramadan 1331/12 Août 1913 sur l’immatriculation foncière, Bulletin
Officiel n°6004 du 15 Décembre 2011, p 2519 et suivant « les jugements rendus en
matière d’immatriculation foncière ne sont susceptibles de recours que par voie
d’appel ou de cassation. »
2
Ce renvoi se fait par la notification au conservateur d’une copie originale de la
décision judiciaire objet de l’exécution après écoulement des délais de recours et
que la décision soit devenue définitive.
3
",2007-1-1-351 ,2009/12/02 ,4445

.123 , . , ,"
4
Article 10.alinéa 9 de l’Arrêté viziriel en date du 03/06/1915 édictant les détails
d’application du régime foncier d l’immatriculation, Bulletin Officiel n°137, du 07
Juin 1915, p 333 et s.

216
En vertu de l’article 72 tel que modifié par la loi 14-07 « le
conservateur de la propriété foncière vérifie, sous sa
responsabilité, l’identité et la capacité du disposant, ainsi que la
régularité, tant en la forme qu’au fond, des pièces produites à
l’appui de la réquisition ». Cet article, bien qu’il concerne la
phase ultérieure à l’immatriculation, vu qu’il se situe au titre
deuxième relatif à la publicité des droits réels immobiliers,
n’empêche pas son application à la phase précédant
l’immatriculation étant donné que la répartition du Dahir relatif à
l’Immatriculation Foncière obéit à une répartition purement
formelle.
Ainsi, et dans le cadre de ses fonctions, le conservateur
est appelé à s’assurer que la décision émane d’une autorité
judiciaire compétente, et qu’elle soit passée en force de la
chose jugée, vu que seules ces décisions sont susceptibles
d’inscription sur le titre foncier conformément à l’article 65 du
Dahir relatif à l’immatriculation foncière1.
Néanmoins, ce contrôle formel ne peut s’étendre au fond
de la décision judiciaire sur laquelle il n’a aucun pouvoir
d’appréciation, puisqu’il représente une autorité administrative
et non un second degré de juridiction, d’autre part, le principe
constitutionnel de séparation des pouvoirs interdit au
conservateur, organe administratif, d’empiéter sur les prérogatives
de l’autorité judiciaire.
Pour sa part, la circulaire du conservateur général2, en
date du 5 juin 1996 confirme cette position, considérant que le
conservateur se borne à appliquer le dispositif de la décision
judiciaire, sans pouvoir en discuter les motifs.
En tout état de cause, le conservateur de la propriété
foncière est tenu d’exécuter les décisions non ambiguës, et ne
1
En vertu de l’article 65 de la loi 14-07 : « …tous jugements passés en force de la
chose jugée ayant pour objet de constituer, transmettre aux tiers, reconnaitre,
modifier ou éteindre un droit réel immobilier…doivent être rendus publics par une
inscription sur le titre foncier».
2
C.C.G. n°327, en date du 5 juin 1996 relative à l’exécution des jugements déclarant
le bien-fondé de l’opposition sur des droits indivis, recueil des principales
circulaires du conservateur général, 1917-2010, p 335.

217
présentant aucune difficulté majeure, car son refus dans cette
hypothèse se traduirait en un excès de pouvoir da sa part, ce
qui rendrait sa décision susceptible de recours devant les
juridictions administratives compétentes1.
A ce propos, le tribunal administratif de Casablanca a
annulé, pour motif d’excès de pouvoir, la décision du
conservateur qui a refusé l’inscription du dispositif de
décisions judiciaires ayant acquis l’autorité de la chose jugée
sur le titre foncier2.
Ainsi, si aucun doute ne plane quant à la possibilité pour
la partie dont le droit a été déclaré bien fondé en vertu d’un
jugement, de contester la décision de refus du conservateur
d’exécuter celui-ci, la difficulté reste posée quant à la façon
d’introduire sa demande en justice, vu que le tribunal n’attribue
aucune copie contenant la forme exécutoire aux parties3.
C’est pourquoi une certaine doctrine4, s’interroge sur le
motif pour lequel cette copie exécutoire n’est-elle pas délivrée,
sachant bien que sa délivrance éviterait au bénéficiaire de la
décision d’accomplir un certain nombre de formalités dont il
pourrait se passer volontiers. Ce qui lui permettrait ainsi,
d’obtenir son droit le plus rapidement possible, sans avoir à
recourir à d’autres procédés d’exécution.
Reste à s’interroger quant à l’aptitude du conservateur à
soulever les difficultés d’exécution.

1
," , , : "
.185 ,2004 - ,55-54 ,
2
; , 2003/893 ,2004/12/20 ,675
.205 ,, , ,
3
Et ce contrairement aux autres affaires civiles ou est délivrée une copie exécutoire
de la décision, en ce sens l’alinéa 2 de l’article 428 du C.P.C. déclare que «Tout
bénéficiaire d'une décision de justice qui veut en poursuivre l'exécution a le droit
d'en obtenir une expédition en forme exécutoire et autant d'expéditions simples
qu'il y a de condamnés.»
4
,2009 , , ," ",
.328

218
B -L’aptitude du conservateur à soulever les difficultés
d’exécution:
Les difficultés d’exécution, sont incarnées par l’ensemble
des litiges entravant l’exécution des décisions judiciaires
passées en force de la chose jugée1.
Ces difficultés, qu’elles soient matérielles ou juridiques,
revêtent un caractère temporaire, lorsqu’elles retardent l’exécution
de la décision jusqu’à rectification de l’une des procédures qui
l’ont précédé, ou bien se rapportent au fond du litige annulant
ainsi, définitivement l’exécution jusqu’à ce qu’une décision
judiciaire tranche le point litigieux objet de l’exécution2.
A ce titre, le conservateur constitue un organe neutre par
rapport à l’exécution, en raison de ses fonctions purement
administratives, toutefois, le législateur lui a attribué le rôle de
poursuivre les démarches nécessaires à l’exécution en lieu et
place des parties au litige, sans qu’il n’en tire aucun intérêt
personnel, et sans que son patrimoine ne soit affecté3.
Malgré cela, on remarque qu’il intervient plus souvent que
la partie intéressée pour soulever les difficultés d’exécution,
qu’elles soient temporelles ou liées au fond du litige.
La question qui reste posée en ce sens : est-il habilité à
soulever ces difficultés? Sachant bien, que l’article 436 du

1
La cour de cassation a défini ces décisions comme étant celles « qui ne sont
susceptibles ni d’opposition ni d’appel, autrement dit, celles qui ont épuisé les
voies de recours ordinaires, et le recours en cassation ne peut en cas remettre en
cause leur caractère définitif et la force de la chose jugée y attachée »,arrêt
n°874 ,en date du 28/06/2001, dossier administratif n° 722/4/2001,publié in revue
Marocaine d’économie et de droit comparé, n°50,2008, p 153(en arabe).
Il en découle que les décisions revêtues de ce caractère, acquièrent une force
exécutoire, et le recours en rétractation ou en cassation ne peuvent l’empêcher.
2
,2008/07/02 , 383
.www.adala.justice.gov.ma. ,08/348
,2006/05/24 , 217 -
.www.adala.justice.gov.ma. , 06/165
3
." "
.182 ,2007 – ,2 ,

219
C.P.C. a limité les personnes ayant qualité pour soulever les
difficultés d’exécution1.
De la lecture de certaines décisions judiciaires qui ont traité
de la question, apparait la position jurisprudentielle qui s’attache
à la formule de l’article 436 du C.P.C., ainsi dans un arrêt de la
cour d’appel de Casablanca, celle-ci a décidé qu’ « attendu que
si devant l’état actuel du titre foncier, le conservateur ne peut
procéder à l’inscription des deux jugements précités, la loi ne
lui permet tout de même pas d’introduire une demande en
justice afin de soulever les difficultés d’exécution, il doit au
contraire, s’assurer sous sa responsabilité des documents
présentés devant lui conformément à l’article 72 du Dahir du 12
Aout 1913, et qu’ils ne sont pas en opposition avec les
énonciations du titre foncier conformément à l’article 74 de la
même loi, et si l’inscription ne lui est pas possible, il émet une
décision de refus motivée, en application de l’article 96 et la
notifie sans délai au requérant, pour que ce dernier puisse
demander la révision de la décision attaquée.
Attendu que le conservateur n’a pas fait usage de ses
pouvoirs et prérogatives qu’il tire de la loi, il n’a pas par
conséquent à demander au juge des référés de surseoir à
exécuter la décision pour motif de difficultés… »2.
Ainsi, on peut relever l’importance de cet arrêt, dans la
mesure où il ne s’est pas limité à rejeter la demande du
conservateur de la propriété foncière de surseoir à exécuter
pour motif d’absence de fondement légal, mais il est allé plus
loin, en lui montrant les démarches à suivre en cas de difficulté
d’inscription des jugements.

1
En vertu de l’article 436 du C.P.C. « En cas de survenance d'un obstacle de fait ou
de droit soulevé par les parties dans le but d'arrêter ou de suspendre l'exécution
de la décision, le président est saisi de la difficulté, soit par la partie poursuivante,
soit par la partie poursuivie, soit par l'agent chargé de la notification ou de
l'exécution de la décision judiciaire… »
2
, 96/420 ,1996/07/03 ,5274
.184 , . ,

220
Cette jurisprudence a été suivie par d’autres décisions
plus récentes1, qui ont considéré le conservateur comme étant
une tierce personne par rapport au litige et qu’il ne peut - à ce
titre – soulever des difficultés d’exécution, et que cette
possibilité est ouverte aux parties au litige qui peuvent seules,
revenir au président du tribunal pour les difficultés temporelles,
ou au tribunal pour les difficultés au fond conformément à
l’article 26 du C.P.C2

Pour sa part, La circulaire du conservateur général, en date


du 30 Aout 20053 va dans le même sens, en mettant l’accent sur la
neutralité du conservateur au contentieux de l’immatriculation, et
ce, malgré sa participation active dans la procédure d’exécution
des jugements, il n’a par conséquent aucune qualité pour soulever
les difficultés d’exécution, il ne peut que refuser la demande à lui
faite par acte motivé, permettant ainsi aux parties, de recourir à la
justice pour y mettre fin.
Conclusion
Partant de ce constat, il s’avère nécessaire de mettre en
œuvre les mécanismes aptes à ouvrir la voie devant l’autorité
judiciaire pour jouer pleinement son rôle de premier protecteur
des droits des individus aussi bien préalablement que
postérieurement à la prise de décision par le conservateur,
notamment à travers l’institution par voie légale d’une
obligation pour le conservateur de se soumettre aux décisions
de justice sous peine de sanctions civiles et pénales.

1
, ,2006/02/09 ,41 ,
.290 ,2010 , ," "
2
Selon l’article 26 du C.P.C. « chaque juridiction connaît des difficultés relatives à
l'interprétation ou à l'exécution de ses jugements ou arrêts et notamment de celles
concernant les faits exposés devant elle. »
3
Circulaire du conservateur général. n°3880, en date du 30 aout 2005, relative aux
difficultés d’exécution des jugements par les conservateurs de la propriété foncière,
recueil des principales circulaires du conservateur général, 1917-2010, p 390.

221