Vous êtes sur la page 1sur 4

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/282398040

Regard sur le futur. Les lunettes intelligentes (smart glasses)

Article · July 2015


DOI: 10.1051/photon/20157724

CITATION READS

1 328

1 author:

Khaled Sarayeddine
Optinvent
25 PUBLICATIONS   572 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Smart glasses View project

Short throw projection system View project

All content following this page was uploaded by Khaled Sarayeddine on 29 January 2017.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


L'OPTIQUE DANS LA HIGH-TECH
DOSSIER

Regard sur le futur


Les lunettes intelligentes (smart glasses)
Khaled SARAYEDDINE
Directeur Technique et Co-Fondateur de la société Optinvent SA, Rennes, France
khaled.sarayeddine@optinvent.com

Les lunettes intelligentes sont des dispositifs électro-optiques qui permettent de visualiser une image dans les
yeux de l’utilisateur tout en gardant sa vision extérieure inchangée. Ils permettent d’héberger et d’exécuter des
applications mobiles. C’est en somme l’équivalent d’une tablette avec la différence de présenter une image
virtuelle transparente en mains libres et exécutant de vraies applications de réalité augmentée directement
dans le champ de vision de l’utilisateur.

L a plupart des lunettes intelligentes,


disposent d’un microprocesseur avec
un processeur graphique, une mémoire,
par un jeu de lentilles (appelé collimateur
optique). Le faisceau est injecté dans un
guide mince à faces parallèles qui conduit
une caméra faciale et des capteurs de po- l’image par réflexion interne totale. Un dis-
sition. Ces lunettes sont contrôlées par un positif intégré au guide et placé devant
pavé tactile positionné sur le côté de la Figure 1. Lunettes intelligentes ORA-1 d’Optinvent. l’œil de l’utilisateur remplit deux fonc-
monture. Enfin, elles ont un microphone tions : d’une part, il permet d’extraire la
pour la commande vocale, une sortie son lumière du guide pour former une image
stéréo et sont alimentées par une batte- transparente ont commencé à émerger au agrandie dans la rétine ; d’autre part, il per-
rie rechargeable positionnée sur la mon- début des années 2000. Ces techniques met aux rayons extérieurs de traverser le
ture. Cette description se retrouve plus ou utilisent un guide mince devant les yeux, guide et de former l’image du monde ex-
moins sur les produits existant sur le mar- permettant de positionner le dispositif op- térieur à travers une lame de verre simple.
ché (BT200 d’Epson, ORA-1 d’Optinvent, tique de collimation et l’électronique de La différenciation entre les techniques
Glass de Google, etc.), travaillant tous sous commande côté temporale, libérant ain- concurrentes se retrouve donc dans la ma-
le système d’exploitation Android. si la vision de l’utilisateur. Curieusement, nière d’injecter et d’extraire l’image de ce
ces techniques ont été portées par deux guide ainsi que dans le matériau et le pro-
start-up (Lumus en Israël et Optinvent cessus de fabrication du guide lui-même.
Un peu d’histoire en France) et par deux grands indus- Pour ce faire, il existe trois méthodes ;
triels du secteur des appareils mobiles la méthode diffractive, la méthode po-
L’élément clé des lunettes est sans (Nokia et Sony), rejoints très récemment larisante et enfin la méthode réflective
conteste le dispositif d’affichage transpa- par d’autres (Google, Microsoft, etc.) qui non polarisante.
rent, le reste, notamment la plateforme ont apporté davantage de légitimité à
électronique embarquée, est du pur dé- ces nouveaux produits, sans pour autant La méthode diffractive utilise, dans une
veloppement industriel. proposer de solutions nouvelles sur les de ses variantes (concept Sony), un élé-
Le premier à avoir vu l’intérêt de tels dispositifs optiques. ment optique holographique de volume
dispositifs est le secteur de l’avionique (HOE) pour diffracter le faisceau image à
militaire, où le besoin est primordial d’af- l’injection et à l’extraction du guide. L’autre
ficher les informations dans les yeux des Les technologies optiques variante est utilisée par Nokia (et licenciée
pilotes, toujours en situation de danger. à guide transparent récemment à l’Américain Vuzix) et consiste
Cependant, la nécessité d’intégrer ces à former un réseau de diffraction très fin
dispositifs dans les casques n’a accouché Une diapositive électronique (micro et très profond pour injecter et extraire le
Photoniques 77

d’aucune solution optique compacte de display en anglais) est éclairée par un faisceau image du guide optique.
bas coût pour les autres secteurs profes- faisceau lumineux à LED permettant de Cependant, cette méthode ne permet
sionnels ou pour le marché grand public. générer une image pixélisée de petite pas de visualiser des images en couleurs
L’on peut dire que les systèmes de vision taille. Cette image est projetée à l’infini avec un grand champ. L’utilisation de la

24 www.photoniques.com

Disponible sur le site http://www.photoniques.com ou http://dx.doi.org/10.1051/photon/20157724


L'OPTIQUE DANS LA HIGH-TECH

DOSSIER
diffraction introduit un défaut de rendu
coloré dans le blanc (dû à la variation d’ef-
ficacité de diffraction en fonction de la
longueur d’onde et de l’angle d’incidence)
ainsi qu’une efficacité de diffraction faible.
De plus, la technique de fabrication des
éléments diffractants reste assez exotique,
nécessitant l’utilisation d’une technique
de photolithographie sur wafer, coûteuse
et incompatible avec les contraintes de
production en grand volume. C’est la rai- Figure 2. Principe de fonctionnement du dispositif d’affichage transparent d’Optinvent.
son pour laquelle Sony a un produit mo-
nochrome avec faible champ de vision
(SmartEyeGlasses). La technique holo- seul réflecteur pris en sandwich entre soit monolithique facilite grandement sa
graphique, quant à elle, a été reprise par deux biseaux en plastique. Le champ fabrication en volume et réduit aussi son
Microsoft (Hololens) et Vuzix (qui annonce projeté, avec une image positionnée en coût de fabrication.
un produit, le M2000AR, à 6000 US$). permanence en haut à droite du champ L’avantage de la technique réflective
de vision (Google), est directement pro- est qu’elle ne perturbe aucunement la
La technique polarisante est utilisée portionnel à l’épaisseur du guide, d’où la colorimétrie du système, elle permet aussi
par Lumus (Israël). Elle consiste à extraire limitation de cette technique à des guides une meilleure efficacité vis-à-vis des tech-
le faisceau image par des réflecteurs po- épais avec des champs faibles. Optinvent, niques diffractives ou polarisantes car elle
larisants (4 à 6) intégrés dans le cœur du quant à lui, utilise un réseau de petits mi- permet de réfléchir un faisceau lumineux
guide en verre. Le processus de fabrica- roirs transparents en surface d’un guide quel que soit son état de polarisation.
tion de ce guide n’est pas compatible avec monolithique fabriqué par la technique Notons enfin que d’autres techniques
des montées en volume au vu des faibles d’injection plastique, ce qui a pour avan- de projection rétinienne existent, elles
rendements de ce genre de procédé. Il tage d’obtenir de grands champs avec font appel à des systèmes de projection
ne permet pas non plus d’avoir des prix des guides minces (24 degrés de champ dits classiques sans guidage avec des
faibles. C’est la raison pour laquelle Lumus pour un guide de 4 mm d’épaisseur) ; cet jeux de miroirs semi-transparents assez
se concentre sur le domaine militaire. afficheur peut être tourné devant l’œil, encombrants devant l’œil. Citons les ré-
de sorte que l’utilisateur pourra ou bien alisations de la société Française Laster
Enfin, la technique réflective est exploi- avoir l’image virtuelle dans son champ Technologies, ODG ou Vuzix aux États-
tée par Optinvent, Google et Epson. Elle de vision ou bien en dessous de son axe Unis. La barrière d’entrée technologique
consiste dans le cas d’Epson et Google à de vision pour une meilleure ergonomie est ici très faible avec des priorités de bre-
utiliser un guide épais (10 mm) avec un d’utilisation. De plus, le fait que le guide vets, notamment Japonaises.

SPECTROGON State of the art products

Filtres Interférentiels Réseaux Holographiques

'HiQP 'HiQP
‡3DVVHEDQGH ‡ Compression d’impulsion
‡3DVVHKDXW ‡7pOqFRP
‡3DVVHEDV ‡$FFRUGDELOLWpVSHFWUDOH
‡/DUJHEDQGH ‡ Monochromateurs
‡'HQVLWpQHXWUH ‡ Spectroscopie
‡'LVSRQLEOHHQVWRFN ‡ Disponible en stock

8. SDUOHIUDQFDLV VDOHVXN#VSHFWURJRQFRP‡7HO


Photoniques 77

6ZHGHQ KHDGTXDUWHUV VDOHVVH#VSHFWURJRQFRP‡7HO


86VDOHVXV#VSHFWURJRQFRP‡7HO

www.spectrogon.com

www.photoniques.com 25
L'OPTIQUE DANS LA HIGH-TECH
DOSSIER

Marché des smart glasses La Google Cardboard, un masque de réalité virtuelle pour toutes les bourses

Le seul marché actuel est celui du Son apparence spartiate est trompeuse et, en tout cas, très éloignée des fameuses smart glasses.
Elle est destinée à expérimenter la réalité virtuelle et les effets 3D pour un coût très faible puisqu’elle
monde professionnel, bien qu’il soit en-
est composée de carton et de deux lentilles. Cependant elle ne fonctionne qu’associée à un
core très modeste. Citons les applica- smartphone que l’on place sur le devant des lunettes et qui est indispensable pour générer les
tions en cours de développement dans images en 3D et pour utiliser ses différents capteurs pour reconstituer le point de vue de l’utilisa-
le domaine de la logistique (utilisation en teur. On peut considérer ces lunettes comme un accessoire pour les smartphones. De nombreuses
mains libres pour gérer le flux de colis), la applications de démonstration de la réalité virtuelle sont disponibles (voir par exemple la vidéo
maintenance (notamment à distance), le sur https://www.youtube.com/watch?v=SxAj2lyX4oU). Bon voyage virtuel !
médical (pour filmer et diffuser une opé- François Piuzzi
ration chirurgicale), l’industrie, l’avionique,
etc. En somme, les industriels cherchent
soit des gains de productivité (logistique,
maintenance), soit une amélioration de
la qualité dans les processus industriels
avec l’utilisation de la réalité augmen-
tée pour les processus de contrôle et de
fabrication. On est donc au début d’un
processus qui voit émerger à côté des
lunettes elles-mêmes, un travail de mise
au point d’applicatifs et de plateformes
logicielles permettant aux lunettes intel-
ligentes d’être intégrées à des processus
industriels améliorés.
Il reste que le but de ces dispositifs est
d’atteindre le marché grand public. Pour
cela, nous pensons que le facteur ergo-
nomique et l’acceptabilité sociale restent Figure 3. Casque de réalité augmentée en cours de développement chez Optinvent. Ce produit fait le pari
des problèmes à résoudre. La réduction de de combiner un son de haute-fidélité à une deuxième dimension, celle de l’image.
l’encombrement va certainement aider à
améliorer le facteur ergonomique, mais
cela risque d’être insuffisant à court terme. embarquée utilisant des circuits de plus connectés, auront leur place dans la
L’autre défi est celui de la consommation faible consommation et des logiciels in- monture des lunettes connectées, avec
électrique et de la durée de vie qui reste tégrés permettant de mieux gérer l’éner- une meilleure efficacité car ils seront hé-
aujourd’hui limitée à quelques heures. gie. Notons aussi le besoin d’une interface bergés par une vraie plateforme de calcul
C’est la raison pour laquelle Optinvent a utilisateur plus ergonomique et intuitive, connectée à la toile. On peut aussi rêver
proposé une approche en rupture avec un notamment pour une utilisation de masse. et imaginer, dans un futur lointain, des
casque de réalité augmentée. Ce casque Cette nouvelle interface pourra utiliser capteurs sensoriels intégrés aux lunettes
(figure 3) résout le problème de l’ergono- une plateforme logicielle s’appuyant sur détectant et traitant des signaux du cer-
mie des lunettes à court terme et aug- une commande vocale, ou un contrôle veau et permettant par exemple de gérer
mente sensiblement la durée de vie de la gestuel avec les mains, ou encore une le stress ou les émotions du porteur.
batterie qui peut facilement être intégrée commande gyroscopique utilisant les
dans le casque. mouvements de la tête. Le contrôle des
lunettes par les mouvements de la pupille
pourra être intégré dans un deuxième
Pour en savoir plus
Évolution technique temps, étant données les difficultés ac-
[1] www.optinvent.com et http://optinvent.com/
des smart glasses tuelles d’associer parfaitement le mou-
HUD-HMD-benchmark
vement de la pupille à l’objet virtuel que
Les deux axes majeurs d’amélioration l’on souhaite sélectionner. [2] Key challenges to affordable see-through
wearable display: the missing link to mobile
sont, d’une part, la réduction de l’encom- Il est à prévoir aussi que la pénétration
AR mass development, Kayvan Mirza et al., AR
brement avec des systèmes de projec- du marché pourra être accompagnée
Photoniques 77

Standard 2012.
tion encore plus compacts et efficaces et, par l’intégration d’autres capteurs utiles
[3] Oled microdisplays: technology and appli-
d’autre part, la réduction de la puissance au domaine de la surveillance de la san-
cations. Edited by François Templier. ISTE, John
électrique consommée par une optimi- té. Ces capteurs, qui équipent aujourd’hui
Wiley 2014.
sation de la plateforme électronique les accessoires de type bracelets montres

26 www.photoniques.com

View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi