Vous êtes sur la page 1sur 54

FINANCEMENT DE LA CHAINE DE VALEUR AGRICOLE DE

L’AFRIQUE

3ème Forum des banques agricoles de l’AFRACA

Rapport de synthèse

Elaboré par:
Mumbi Kimathi
Mbita Mary Nandazi
Calvin Miller
Dorothy Nduku K. Kipsang

Avril 2008

Forum organisé par:


l’Association africaine du crédit rural et agricole (AFRACA)
&
l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO)
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Table des matières


Table des matières ...................................................................................................................................................................2
Liste des figures ........................................................................................................................................................................3
Liste des tableaux.....................................................................................................................................................................3
Liste des sigles...........................................................................................................................................................................4
1.0 APERCU.........................................................................................................................................................................5
2.0 CONTEXTE ET JUSTIFICATION ...................................................................................................................................6
2.1 Partenaires à l’organisation ........................................................................................................................................6
2.2 Financement de la chaîne de valeur agricole de l’Afrique ....................................................................................7
3.0 LES TRAVAUX DE L’ATELIER ...........................................................................................................................................8
3.1 Séance d’ouverture...................................................................................................................................................8
3.2 Orientation général de l’atelier – pour le financement long de la chaîne de production ..............................10
4.0 FINANCEMENT DANS LE CONTEXTE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL..............................................12
4.1 Historique, Tendances financières ...................................................................................................................14
4.2 “Infrastructures et opportunités par rapport aux marchés” ........................................................................15
5.0 CHAINE DE VALEUR ET MODELES DE FINANCEMENT..................................................................................................15
5.1 Notions de chaîne de valeur et analyse de chaîne de valeur ...........................................................................16
5.2a. ‘Financement et marketing des agro-industries privées’ .................................................................................17
5.2b. Etude de cas: Industrie caféière de la Tanzanie (KILICAFE).......................................................18
5.3 Modèle de financement privé: ACTIS Africa Agribusiness Fund ......................................................................19
5.4 Avantages et défis des banques dans le finacement de la chaîne de valeur: Le cas du Ghana. ................20
5.5 Expériences émanant du Mali ............................................................................................................................20
5.6 Rôle des réseaux de coopératives dans le finance de la chaîne de valeur................................................20
5.6.1 Leçons émanant de la Tanzanie et de l’Afrique occidentale.............................................21
5.6.2 Rôle des réseaux de coopératives dans le financement de la chaîne de valeur: Leçons issues de
l’expérience du Kenya - Co-operative Bank of Kenya ...........................................................22
5.7 Partenariat stratégique au financement – Expérience de Equity Bank ......................................................23
5.8 Modèle de financement de la chaîne de valeur et vision pour le financement de la chaîne de valeur en
Afrique .................................................................................................................23
5.9 Intégration des petits paysans dans l’économie mondiale – Utiliser le modèle d’appropriation des
paysans .......................................................................................................................................................................24
6.0 ABORDER LES QUESTIONS LIEES AUX CAPACITES ET LA COMPETITIVITE POUR LA PARTICIPATION AUX
CHAINES DE VALEUR ET A LEUR FINANCEMENT....................................................................................................25
6.1 Capacités et compétitivité des petits paysans ...............................................................................................25
6.2 Expériences des clients.......................................................................................................................................26
6.3 Normes de sécurité et de qualité par rapport aux marchés locaux et d’exportation .............................26
7.0 POLITIQUE SUR LES BANQUES AGRICOLES: ABORDER LES QUESTIONS POLITIQUES .......................................27
7.1 Perspectivesde la Banque mondiale .................................................................................................................27
7.2 Le secteur fiscal discute des politiques et concessions fiscales..................................................................27
7.3 Rôles des banques centrales ..............................................................................................................................28
7.4 Perspectives politiques de la Central Bank of Kenya ....................................................................................28
7.5 Défis des banques centrales de la région ........................................................................................................29
7.6 Principales politiques au sein des banques agricoles ....................................................................................29
7.7 L’agriculture est le pilier de la majorité au Nigeria ......................................................................................29
8.0 BOURSES DES PRODUITS DE BASE ET ATTENUATION DES RISQUES....................................................................30
8.1 Stratégie d’atténuation des risques .................................................................................................................30
8.2 Options pour la mobilisation des ressources pour l’agriculture ..................................................................30
8.3 Aborder les risques à travers la gestion des produits de base .....................................................................31
9.0 DIALOGUE OUVERT – EXPERIENCE ET TENDANCES...............................................................................................32
9.1 Expérience de la Standard Chartered Bank partagée....................................................................................32
9.2 Expériences sur le terrain: Leçons apprises dans le financement de la chaîne de valeur......................33
10.0 INNOVATIONS, CAS DE SUCCES ET QUE PEUT-ON REPRODUIRE EN AFRIQUE ..................................................33
10.1 Innovations et expériences dans le financement de la chaîne de valeur ..................................................33

Draft Page 2
222 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

10.2 Financement des petits paysans........................................................................................................................34


10.3 Commercialisation des petits paysans selon ‘l’Approche du village commercial’ ...................................35
10.4 Techonologie de transfer d’argent ‘M-PESA’ ...................................................................................................36
11.0 MOYENS EFFICACES POUR TOUCHER LES PETITS PAYSANS.................................................................................36
11.1 Expérience de la Fédération Caisse Populaire du Burkina............................................................................37
11.2 Financement de la chaîne de valeur ................................................................................................................37
11.3 Approche intégrée à la desserte des petits paysans en Zambie..................................................................38
11.4 Qu’est-ce qui a marché – leçons apprises sur le terrain,..............................................................................39
12.0 SÉANCE DE CLOTURE ................................................................................................................................................39
12.1 Résumé des conclusions et recommandations du 3e Forum des banques agricoles de l’AFRACA………… 39
12.2 Appel à l’action....................................................................................................................................................41
12.3 Réactions des participants .................................................................................................................................42
12.4 Réactions des hôtes et organisateurs de l’atelier..........................................................................................43
12.5 Allocution de clôture, Secrétaire générale de l’AFRACA, Mary Nandazi....................................................43
12.6 Allocution de clôture, Gouverneur adjoint de la Central Bank of Kenya ..................................................43
12.7 Motion de remerciements...................................................................................................................................44
13.0 ANNEXES .....................................................................................................................................................................44
Annexe 1: Discours du Vice-Président, Mr. Moody Awori .................................................................44
Annexe 2: Discours de M. Omurembe Iyadi, Directeur général, AFC ....................................................45
Annexe 3: Qu’est-ce qu’un chaîne de valeur? par Calvin Miller, FAO ...................................................47
14: 0 APPENDICES....................................................................................................................................................................i
Appendice 1: Album photos .....................................................................................................i
Appendice 2: Programme du 3ème Forum des banques agricoles de l’AFRACA ........................................ ii
Appendice 3: Contacts .......................................................................................................... v
3.1: Liste des participants...................................................................................................... v
3.2: Animateur du 3ème Forum des banques agricoles ................................................................... v

Liste des figures


Figure 1 Accès au financement par région et par genre ..................................................................14
Figure 2: Modèle d’affaire de Technoserve .................................................................................17
Figure 3: Modèle de factoring de Desjardins ...............................................................................21
Figure 4: Chaîne de valeur agricole typique ................................................................................24
Figure 5: Plateforme de gestion de la chaîne de valeur regroupant les services financiers et non financiers à
l’intention des acteurs de la chaîne de valeur .............................................................................35
Figure 6 Approche aux soins ..................................................................................................37
Figure 7 Cycle de facilitation ASP ............................................................................................38

Liste des tableaux


Tableau 1- La part importante de l’agriculture dans l’activité économique de certaines régions en
développement………………………………………………………………………………………………………………………………… 13
Tableau 2 – Une assistance technique sur mesure réduit le risque
financier………………………………………….……………………19

Draft Page 3
333 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Liste des sigles


AFRACA - Association africaine du credit rurale et agricole
Agribanks - Banques agricoles
ASE - African Securities Exchange Association (Association africaine des bourses des valeurs)
AFC - Agricultural Finance Corporation
AMCOS - Agricultural Marketing Co-operative Society
ARUDESI - Africa Rural Development Support Initiative (Initiative africaine d’appui au
développement rural)
ASF – Settlement Trustees
ATV - African Traditional Vegetables (Légumes traditionnels africains)
CDS - Central Deposit Sum (Somme de dépôt central)
CBK - Central Bank of Kenya
CNCA - Caisse Nationale de Crédit Agricole
CCK - Communication Commission of Kenya
CBA - Commercial Bank of Africa
CTA - Commodity Traders and Agri-business (Négociants de produits de base et agro-
industries)
CGAP - Consultative Group Assisting Poor
CAPEX - Capital Expenses
DFI - Development Finance Institutions (Institutions de financement du développement)
DID - Desjardins Development International
EAP - East Asia and Pacific (Asie orientale et Pacifique)
ERS - Economic Recovery Strategy (Stratégie de reprise économique)
EMG - Emerging Markets Group (Groupe des marchés émergents)
FAO - Food Agricultural Organization (Organisation de l’ONU pour l’agriculture et
l’alimentation)
FCI - Farm Concern International
FIPs - Farm Concern International Partnership
FCPB - Federation Caisse Populaire du Burkina
FPEAK - Fresh Produce Exporters Association of Kenya (Association des exportateurs de produits
frais du Kenya)
PIB - Produit intérieur brut
HCDA - Horticultural Crop Development Authority
Hon - Honorable
TIC - Technologies de l’Information et de la communication
FIDA - Fonds international pour le développement agricole
OPA - Offres publiques d’achat
KBDS - Kenya Business Development Services
KFA - Kenya Farmers Association
KIPPRA - Kenya Institute for Public Policy Research & Analysis
Kshs. - Shillings kenyans
LAB - Land Agricultural Bank
TMT - Taux marginal de transformation
MENA - Middle East North Africa Region (Région Moyen-Orient et Afrique du nord)
IMF - Institutions de micro-finance
OMD - Objectifs du millénaire pour le développement
NCPB - National Cereals and Produce Board
NSE - Nairobi Stock Exchange (Bourse des valeurs de Nairobi)
SGQ - Systèmes de gestion de la qualité
SACCOS - Savings and Credit Cooperative Societies (Coopératives d’épargnes et de crédit)
PME - Petites et moyennes entreprises
SMS - Services de messagerie par cellulaire
FCV - Financement de la chaîne de valeur

Draft Page 4
444 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

1.0 APERCU

La mondialisation de l’économie planétaire exige beaucoup de la part des acteurs économiques aussi bien sur
les marchés formels que sur les marchés informels et traditionnels. Alors que les niveaux élevés
d’investissement et de rémunérations afférentes protègent le secteur privé contre les forces dynamiques du
marché, les ménages des petits paysans sont de plus en plus vulnérables sans aucun mécanisme de protection
en place contre les risques. Par ailleurs, la mondialisation a transformé le monde constitué d’économies
fragmentées en un seul bloc commercial intégré offrant d’énormes opportunités tout en exigeant
éventuellement une intervention financière d’envergure. La concurrence commerciale parmi tous les acteurs
est inévitable sur les marchés émergents. Cependant, les plus faibles acteurs sur le marché, surtout les
familles agricoles et rurales, seront marginalisées des principales chaînes de valeur, ce qui constitue une
menace émergente pour les acteurs commerciaux de l’Afrique.

Les agro-industries en Afrique fonctionnent avec des ressources très limitées, même au milieu de la croissance
considérable des marchés, et sont obligées de faire un très bon usage de chaque ressource pour réaliser des
bénéfices. Cependant, la croissance des entreprises basée sur l’autofinancement est limitée par la non
disponibilité de fonds propres, alors que l’accès aux services financiers constitue une plateforme pour le
développement des produits, la croissance systématique des affaires et le repositionnement des entreprises.
Au fil du temps, un meilleur accès au financement pour la croissance économique, engendrera des revenus en
termes réels qui se multiplieront sensiblement à travers plusieurs communautés pauvres, acteurs de la chaîne
de valeur et acteurs du marché en Afrique.

L’analyse des défis commerciaux met en exergue un certain nombre de dimensions allant de la
commercialisation, des ressources financières, humaines, aux aspects juridiques entre autres, bien que les
défis financiers et commerciaux constituent le principal ralentissement à la croissance de l’entreprise. Les
opportunités commerciales viables visant à offrir des services rentables aux populations pauvres, ont été
évaluées avec les participants, tout en se focalisant sur les interventions qui les exposent les moins à un risque
de performance économique dérisoire. Une tâche majeure incombant à l’avenir aux prestataires de services
financiers et aux banques centrales en Afrique et au monde, c’est la stabilisation des marchés financiers
favorables aux pauvres. L’urgence croissante de développer l’agriculture africaine en une agriculture
commerciale, se traduit par une forte demande potentielle pour des services financiers ruraux. Toutefois, le
taux marginal de transformation (TMT)1 de l’Afrique est faible et requiert une approche intégrée à l’agriculture
commerciale.

Le 3ème Forum des banques agricoles de l’AFRACA se focalisant sur le financement de la chaîne de valeur
agricole de l’Afrique qui a été organisé par l’Association africaine du crédit rural et agricole (AFRACA) et
l’Organisation de l’ONU pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), ensemble avec les membres et partenaires
de l’AFRACA, et s’est tenu du 16 au 18 octobre 2007 à Nairobi, était survenu à point nommé et a attiré
l’attention de tous les acteurs du marché financier sur un marché de masse potentiel regroupant des
communautés pauvres ayant des ressources naturelles précieuses à valeur monétaire substantielle. Cependant,
de telles communautés, bien que disposant des ressources précieuses et facilement commercialisables, n’ont
pas accès aux services financiers qui autrement auraient permis l’adoption d’une approche motivée par le
marché, déclenché une phase de commercialisation, développé la valeur ajoutée, l’adoption des technologies,
l’accès aux marchés et l’expansion commerciale au sein des communautés africaines pauvres. L’effet
multiplicateur de l’injection de l’intermédiation financière dans la chaîne de valeur, est énorme avec la nette
augmentation du pouvoir d’achat des communautés, lesquelles évolueront éventuellement du statut de non
bancables à des communautés bancables et solvables.

L’intermédiation financière basée sur des innovations financières en faveur des pauvres, a constitué le
principal thème du 3ème Forum des banques agricoles de l’AFRACA, avec diverses études de cas financières et

1
Le taux marginal de transformation (TMT), c’est le taux auquel un produit peut être transformé ou converti en un autre produit à travers
la réallocation des ressources.

Draft Page 5
555 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

non financières en faveur des pauvres, partagées et discutées en profondeur aux fins de reproduction
éventuelle.

Afin d’aborder pleinement les objectifs de la conférence, des sujets et thèmes importants ont été sélectionnés
pour offrir aux participants une image des perspectives élargies du Financement de la chaîne de valeur
agricole, ainsi qu’une analyse détaillée des opportunités et menaces émergentes. Les idées ayant alimenté les
diverses séances, sont reprises à la section 3.0.

2.0 CONTEXTE ET JUSTIFICATION

2.1 Partenaires à l’organisation

1. Association africaine du crédit rural et agricole (AFRACA)


L’Association africaine du crédit rural et agricole (AFRACA) est une association panafricaine d’institutions
financières, qui est impliquée dans la promotion de la prestation des services financiers aux populations rurales
en Afrique. L’AFRACA a été créée en 1977 et enregistrée en 1981, en vertu de la Loi régissant les ONG au
Kenya. Le Secrétariat de l’AFRACA est basé à Nairobi, Kenya, et ses membres comprennent des banques
centrales, des banques commerciales, des banques agricoles, des institutions de micro-finance (IMF) et leurs
réseaux. Actuellement, l’AFRACA compte 92 membres répartis à travers 29 pays africains. La mission de
l’AFRACA est “d’assainir l’environnement du financement rural à travers la promotion d’un cadre politique
approprié, et d’appuyer les institutions membres à fournir des services financiers de qualité durables aux
populations rurales”.

L’AFRACA travaille en partenariat avec ses membres, des institutions de recherche et des partenaires au
développement pour renforcer la desserte rurale et améliorer la prestation des services financiers à travers des
pratiques bancaires plus appropriées et des produits financiers novateurs. Le programme de l’AFRACA est
soutenu par ses membres et le FIDA, et entretient des relations axées sur des activités spécifiques, avec
diverses organisations de développement, y compris le Centre technique pour la coopération agricole et rurale
(CTA), l’agence DANIDA, la FAO et l’USAID, entre autres.
www.afraca.org

2. Organisation pour l’agriculture et l’alimentation (FAO)


L’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) se consacre au développement
agricole et rural à travers la facilitation de la connaissance et de l’apprentissage, et à l’assistance par le
truchement des politiques, stratégies et méthodologies appropriées pour le renforcement des systèmes d’appui
agricoles et la prestation des services, y compris le financement, la commercialisation et les agro-industries.
Le Forum sur le financement de la chaîne de valeur africaine, constitue une des séries de conférences
régionales (Amérique latine, Asie du sud, Afrique, Asie du Sud-Est) qui ont joué un rôle important pour assurer
le succès de l’Organisation, avec le partage des expériences de divers praticiens.
www.fao.org

3. Agricultural Finance Corporation (AFC)


Il s’agit de l’hôte du présent Forum de l’AFRACA. Agricultural Finance Corporation (AFC) of Kenya est l’une
des institutions d’Etat toujours opérationnelles, qui fut créée dans les années 1970 en vue d’octroyer des
crédits pour financer les activités agricoles, y compris celles des petits paysans. Ces activités étaient toutes
appuyées par le groupe d’institutions de la Banque mondiale. En tant qu’institution financière de
développement chargée de développer l’agriculture et contribuer à la sécurité alimentaire, l’AFC est en train
de diversifier ses services financiers, particulièrement dans un environnement très compétitif, avec un nombre
croissant de prestataires de services financiers sur le marché intérieur et sur un marché financier émergent
dynamique. La Direction utilise la segmentation, la spécialisation et un plus grand accent sur des services
financiers viables pour faire avancer AFC. L’institution ne cesse de multiplier des partenariats dans le secteur
agricole, ce qui améliorera l’efficacité de sa prestation de services. En relevant les défis en matière

Draft Page 6
666 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

d’efficience, AFC renforcera ses capacités TIC tout en liant la formulation de sa stratégie à la Vision nationale
2030 du Kenya.

4. DRUMNET
DrumNet est une plateforme de gestion de réseau de fournisseurs reliant les principales parties prenantes le
long de la chaîne de production agricole, notamment les acheteurs et les paysans, les fournisseurs d’intrants et
les banques. Drumnet fonctionne comme un mécanisme de relais par lequel toutes les parties prenantes
peuvent interagir pour atteindre avec succès et équitablement leurs objectifs commerciaux et partager les
risques commerciaux. Ce mécanisme s’est avéré être l’un des moyens les plus innovants pour assurer le
financement efficace des petits paysans.
www.drumnet.org

2.2 Financement de la chaîne de valeur de l’Afrique


Le 3ème Forum des banques agricoles sur le thème: Financement de la chaîne de valeur agricole de l’Afrique,
a été organisé par l’AFRACA et la FAO, en partenariat et avec l’appui d’AFC et DrumNet. Il a regroupé plus de
160 participants venant de 35 pays. Les participants comprenaient des décideurs d’entités financières ayant
des activités dans le secteur agricole, des organisations et entreprises agro-industrielles intervenant dans le
secteur agricole (promoteurs, producteurs, transformateurs, exportateurs, experts en marketing et
fournisseurs d’intrants), des responsables d’Etat et d’autres organisations internationales d’appui. Le Forum
visait l’objectif principal suivant: «Sensibiliser sur les modèles et approches éprouvés pour l’emploi des
ressources et liens de la chaîne de valeur pour accroitre la prestation et l’efficacité des services
financiers, aux producteurs ruraux, aux commerçants et aux agro-industries».

Pourquoi le financement de la chaîne de valeur agricole?


Les zones rurales sont caractérisées par des coûts de transaction plus élevés tant pour les institutions
financières que pour leurs clients, par des risques systémiques plus élevés, ainsi que par des trésoreries plus
volatiles, et par une faible capacité d’absorption de risque et une plus grande vulnérabilité, à cause de fortes
incidences de pauvreté plus généralisée et plus approfondie. Auquel cas, la demande pour divers services
auprès d’une variété d’institutions, est essentielle. Par exemple, la micro-assurance, les services d’épargnes,
les services de transfert de paiements, et le crédit peuvent devenir comparativement plus importants, tandis
que la demande pour les prêts en vue de la génération de revenus, peut diminuer (fonds de roulement, ainsi
que prêts à terme).

Alors que la grande majorité des ménages pauvres en Afrique soit directement liée à l’agriculture à maints
égards, le financement rural et en particulier, le crédit agricole, demeurent pour la plupart un territoire non
exploré pour le financement du développement. Ce qui pourrait être attribué au manque d’infrastructures, à
des marchés éloignés et dysfonctionnels, à l’exploitation agricole inadéquate et à des techniques
inappropriées, à des prix instables et à une pluviométrie imprévisible, ce qui rend le succès plus difficile pour
les prêteurs et les paysans, sans leur permettre d’évoluer dans un tel environnement. Cela marginalise
davantage les petits exploitants agricoles qui ne sauraient envisager l’agriculture comme une option
commerciale.

Spécifiquement, l’agriculture a bénéficié ces dernières années de moins de financement, essentiellement à


cause des risques qu’elle comporte et de la désintégration du système de financement (non financement de la
chaîne de valeur). Cependant, il existe toujours quelques institutions qui ont réussi à faire face aux défis.
Elles ont trouvé des moyens novateurs pour financer l’agriculture, et en ont fait leur principale activité
commerciale. Par conséquent, il vaut la peine de s’inspirer de leurs expériences.

D’autre part, étant donné l’accès limité aux services financiers par les petits paysans et groupes de paysans, ils
ont, au fil du temps, développé des moyens novateurs pour faire face à la situation. Ce qui les a forcés à
devenir innovants et à s’adapter aux circonstances changeantes. C’est sur cette base que le Forum a constitué
une bonne plateforme d’apprentissage aux institutions et aux paysans, en leur offrant des options pour

Draft Page 7
777 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

l’expansion à travers l’adoption des approches appropriées. A partir de ces expériences, diverses institutions
peuvent s’adapter à faciliter la mise en œuvre d’approches similaires dans leurs pays d’origine.

Les exposés présentés et les débats sur ce thème étaient censés développer une meilleure compréhension des
marchés ruraux et des risques inhérents au crédit agricole, surtout au financement le long de la chaîne de
valeur. D’autres discussions sur la chaîne de valeur permettraient aux participants de faire le point du succès
dans ce domaine et explorer des stratégies éprouvées à l’intention des institutions financières et non
financières intervenant dans ce secteur; les stratégies et les divers produits nécessaires pour toucher cette
frange, ainsi que les risques auxquels font face les petits paysans et les organisations financières qui les
desservent.

Par ailleurs, ce thème a été envisagé afin de formuler des recommandations clés qui, une fois mises en œuvre,
permettraient d’améliorer la desserte, de cerner tout le contour de la prestation des services financiers au
secteur agricole, tout en ciblant précisément les étapes spécifiques de la chaîne de valeur.

Objectifs spécifiques du Forum


Le Forum a été organisé pour atteindre les objectifs suivants:
• Sensibilisation et apprentissage des principales innovations pour le financement des petits paysans à
travers le crédit non bancaire à l’aide d’approches novatrices.
• Offrir de nouvelles idées pour la mise au point de produits innovants permettant au crédit substantiel de
toucher diverses étapes des chaînes de valeur en Afrique.
• Explorer les voies et moyens d’améliorer les moyens d’existence des populations rurales.

Le présent rapport est subdivisé en diverses sections selon le format de l’atelier. Les pages qui suivent
intègrent les résumés et délibérations du Forum.

3.0 LES TRAVAUX DE L’ATELIER

3.1 Séance d’ouverture


La séance d’ouverture, modérée par Nasieku Tarayia, d’Agricultural Finance Corporation, a commencé par les
allocutions liminaires, l’essentiel de la séance ayant porté sur l’exposé des préparatifs présenté par Calvin
Miller de la FAO et sur un discours d’orientation par le Vice-président de la République du Kenya, M. Moody
Awori, tandis qu’un mot et une allocution de bienvenue à l’invité d’honneur ont été prononcés respectivement
par Patrick Kinyori, Président du Conseil d’administration d’AFC, et par M. Kipruto arap Kirwa, ministre de
l’Agriculture.

Le premier jour de l’atelier a coïncidé avec la Journée mondiale de l’alimentation qui a été célébrée par ‘un
Exposé de la Journée mondiale de l’alimentation’ en tant que première communication de l’atelier présentée
par Susan Minae de la FAO. Cette séance a été clôturée avec une motion de remerciements proposée par M.
Traore Abdoul Rachid de la Banque commerciale du Burkina.

Grandes lignes de la Journée mondiale de l’alimentation


La communication de la Journée mondiale de l’alimentation présentée par la FAO a abordé le thème: ‘Le droit
à la nourriture: Un droit humain’. Cet exposé a mis en exergue quelques statistiques alarmantes du nombre de
personnes n’ayant pas accès à la nourriture en tant que besoin fondamental:

• 854 millions de personnes chroniquement affamées;


• 2 milliards de personnes souffrent des déficiences en micro-nutritifs, et pourtant
• 25 millions d’enfants et 250 millions d’adultes sont obèses.

Draft Page 8
888 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Le Droit international reconnaît: ‘Le droit de chacun à un niveau adéquat de vie, y compris à la nourriture
adéquate’ et ‘le droit fondamental de chacun à être protégé contre la faim’2. Les expressions communes à
la sécurité alimentaire et au droit à l’alimentation relevées par la FAO portent sur: Chaque être humain;
n’importe où; peut produire ou se procurer; de la nourriture sûre, adéquate, nutritive; culturellement
acceptable; et pour une vie active et saine.

Pour aborder le besoin croissant du droit à la nourriture, la FAO a mandat d’assurer «... et ainsi assurer la
protection de l’humanité contre la faim»3; la Déclaration de Rome sur la Sécurité alimentaire mondiale
réaffirme le droit à la nourriture selon le Sommet alimentaire mondial de 1996, tandis qu’en 2004, des Lignes
directrices ont été suivies, adoptées et décidées.

Points saillants du discours du Vice-président, M. Moody Awori


Le Vice-président de la République du Kenya, M. Moody Awori, qui a présidé à la séance d’ouverture, a souligné
la reconnaissance du rôle que jouent les populations rurales et le besoin de renforcer particulièrement les
capacités des populations pauvres rurales, pour leur permettre d’avoir accès aux technologies, aux marchés, au
financement, aux infrastructures, et de renforcer également les capacités des populations rurales à constituer
des réserves alimentaires. Le Vice-président a relevé le besoin particulier d’établir un lien entre la recherche,
la vulgarisation et le paysan, et de renforcer ce lien à travers le financement de la chaîne de valeur. D’autre
part, il a déclaré que le gouvernement du Kenya était en train de mettre en place un système financier qui vise
à intégrer les zones rurales et à fournir des services financiers ciblant l’agriculture en particulier. Par
conséquent, il est crucial que les politiques financières concernant le crédit agricole, soient conçues pour
intégrer les populations pauvres. A cette fin, le gouvernement procède à la revue de Agricultural Finance
Corporation dans le cadre du ‘Programme de restructuration du secteur financier’, qui servira de plateforme
pour repositionner AFC dans le financement agricole. Dans son discours, le Vice-président a aussi repris
l’impact positif du Programme de relance agricole, sur l’environnement du crédit rural.

Points saillants du discours du Directeur général d’AFC, M. Iyadi Omurembe


Dans son allocution de bienvenue, M. Iyadi a remercié le Vice-président et le ministre de l’Agriculture de leur
appui aux interventions AFC et d’avoir accepté la requête formulée par l’AFC au Vice-président de présider à la
séance d’ouverture du 3ème Forum des banques agricoles de l’AFRACA. M. Iyadi a affirmé qu’en tant
qu’institution financière de développement chargée de promouvoir l’agriculture et de contribuer à la sécurité
alimentaire, AFC diversifie ses services financiers, essentiellement dans un environnement très compétitif où
l’on note l’augmentation du nombre des prestataires de services financiers. Par ailleurs, M. Iyadi a relevé les
dynamiques des marchés financiers, de la segmentation, de la spécialisation et d’un accent soutenu sur des
services financiers viables à long terme. AFC ne cesse de multiplier les partenariats dans le secteur agricole,
ce qui renforcera l’efficacité de ses prestations. Pour relever les défis en termes d’efficience, AFC renforcera
ces capacités TIC et établira un lien entre la formulation de ses stratégies et la Vision 2030 du Kenya.

Points saillants du mot de bienvenue prononcé par le Président du Conseil d’administration d’AFC: Patrick
Kinyori
Dans son mot de bienvenue, Patrick Kinyori a fait une brève historique de la création d’AFC en 1963 en vertu
d’un Acte parlementaire, et des efforts soutenus déployés par l’institution pour se focaliser sur le financement
de l’agriculture au Kenya. Il a précisé que, malgré le fait que des défis politiques aient affecté l’efficacité
d’AFC, l’institution a pu orienter ses services financiers vers l’agriculture et a bénéficié de diverses initiatives
agricoles de l’Etat, visant à rationaliser le développement rural. La notion de financement de la chaîne de
valeur, constitue une nouvelle plateforme pour intégrer les producteurs ruraux et les acteurs de la chaîne de
valeur dans le système financier d’AFC. M. Kinyori a conclu ses propos en soulignant que le crédit agricole et

2
Convention internationale sur les droits économiques, sociaux et culturels des 156 Parties-Etats
3
Acte constitutif de la FAO depuis 1965

Draft Page 9
999 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

le développement de la spécialisation des partenariats VCF4 en tant que ‘thèmes du forum’, sont des points
importants de discussion en tant que des opportunités utiles et émergentes pour le secteur agricole et rural.

Points saillants du discours de la Secrétaire générale de l’AFRACA: Mme Mary Nandazi


La Secrétaire générale de l’AFRACA a exprimé sa reconnaissance à la FAO, à AFC et à d’autres institutions
partenaires pour leur appui à un thème aussi crucial, ‘Le financement de la chaîne de valeur africaine’, qui est
un sujet émergent pour les économiques en développement. Mary a souligné que la reconnaissance du rôle des
petits paysans dans le secteur agricole, requiert de la part du secteur financier de repenser les services
financiers favorables aux pauvres et concevoir des modèles de financement de la chaîne de valeur qui visent à
stimuler le développement agricole. L’AFRACA offre une plateforme pour relever les défis auxquels font face
ses 166 participants venant de 39 pays et relevant de différents domaines et expériences. Au-delà des services
financiers, l’AFRACA cherche à se focaliser sur des interventions cherchant à impliquer les petits paysans dans
des entreprises agricoles rentables; ainsi que l’accès aux services financiers abordables en vue de stimuler
l’initiative agricole et promouvoir également la mise au point des produits financiers. Elle a relevé que le
Forum offrait une occasion pour l’apprentissage interactif entre les membres et non membres et partant,
permet d’évaluer des concepts et modèles aux fins de comparaison.

Points saillants du mot de bienvenue prononcé par le député & ministre de l’Agriculture, M. Kipruto arap
Kirwa
Le ministre de l’Agriculture a salué le soutien du Vice-président à son Ministère et sa participation aux divers
programmes et interventions prônés par le Ministère. Le ministre a félicité les organisateurs de l’atelier,
notamment l’AFRACA et AFC, tout en se félicitant de la sélection d’un thème clé à travers lequel des services
financiers seront conçus pour répondre aux besoins du secteur agricole. Il fait référence aux efforts que
déploie le gouvernement pour renforcer les capacités d’AFC à travers un portefeuille plus important,
actuellement estimé à 7 milliards de Kshs. Par ailleurs, le gouvernement a appuyé la revue à la baisse du taux
d’escompte d’AFC en le portant de 35% à 10%. Si les services financiers d’AFC doivent demeurer pertinents
pour le secteur agricole, le ministre a conseillé à l’AFC d’être simple, conviviale aux paysans et fiable.

Motion de remerciements: Abdoul Rachid – Banque Commerciale du Burkina


Une motion de remerciements a été proposée essentiellement à l’endroit du Vice-président de la République
du Kenya, M. Moody Awori et du ministre de l’Agriculture, M. Kipruto Arap Kirwa, qui ont tous les deux dégagé
du temps pour venir présider à la séance d’ouverture du 3ème Forum des banques agricoles de l’AFRACA. Il a en
outre félicité l’AFRACA et la FAO pour les efforts qu’elles déploient en vue de promouvoir le financement de la
chaîne de valeur agricole, tout en remerciant AFC, l’institution hôte. D’autre part, Abdoul Rachid a salué
l’intérêt manifesté par les participants quant au thème de l’atelier: Le financement de la chaîne de valeur de
l’Afrique.

3.2 Orientation générale sur le financement le long de la chaîne de valeur - par Calvin Miller, FAO
Points saillants de l’exposé sur l’orientation générale de l’atelier
Cette séance animée par Calvin Miller de la FAO, s’est focalisée sur un aperçu de l’orientation générale de
l’atelier. Calvin a précisé que le financement de la chaîne de valeur agricole constitue un thème clé pour la
région subsaharienne, et a particulièrement focalisé son discours sur les points suivants: l’environnement
agricole en perpétuelle mutation; l’utilisation des alliances stratégiques; le financement de la chaîne de valeur
en tant qu’une approche commerciale au financement; les innovations; comment aborder le risque; les leçons
et les politiques. Il a relevé que le principal goulot d’étranglement dans le financement de la chaîne de
valeur, c’est comment rendre les services financiers plus accessibles et plus abordables pour l’agriculture
rurale. Cependant, de tels services financiers doivent fonctionner dans un environnement où les producteurs
ruraux produisent pour les marchés, la compétitivité se développe, il existe un meilleur accès aux services
financiers collectifs et où des partenariats sont établis avec des partenaires de la chaîne de valeur. Pour
exploiter les opportunités émergentes dans le financement de la chaîne de valeur, Calvin a souligné qu’il est
nécessaire d’aborder les défis qui pourraient inhiber la croissance du financement de la chaîne de valeur
africaine, à savoir: l’équilibre entre la demande et l’offre; les contraintes émergeant des services multiples et

4
Financement de la chaîne de valeur

Draft Page 10
101010 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

des prestataires multiples; les liens de financement; les liens entre le financement et la technologie, ainsi que
l’analyse exhaustive des risques. Les notions et approches au financement de la chaîne de valeur, seraient
mieux adoptées contre une toile de fond d’acteurs qui comprennent la chaîne de valeur, l’administration d’une
chaîne de valeur appréciée; les notions de gestion du risque le long de la chaîne de valeur développée; et les
services identifiés le long de la chaîne de valeur.

La séance ‘d’orientation générale’ met en exergue les questions et les voies à suivre dans le développement de
la chaîne de valeur. Les débats ont porté sur les points suivants:

1. Environnement agricole en perpétuelle mutation


2. Utilisation des alliances stratégiques
3. Chaînes de valeur en tant qu’une approche commerciale au financement
4. Innovations
5. Comment aborder le risque
6. Leçons et politiques.

La révolution verte est un nouveau débat qui commence par s’établir avec un accent particulier sur un nouvel
environnement agricole motivé par des marches dynamiques. C’est un scénario qui est connu dans divers pays.
Les systèmes agro-alimentaires au monde se transforment de façons diverses sans précédent. L’intégration du
marché et la spécification rigoureuse de la qualité et du minutage des produits, n’ont jamais été aussi
importantes. Cependant, la production et la distribution agricoles évoluent rapidement en passant des simples
relations et points d’interaction du passé, à des rapports hautement intégrés et aux plus étroits alignements
entre les partenaires commerciaux, comme nous le voyons aujourd’hui. Des chaînes de valeur sont en train
d’être développées en tant que cadres préférés pour la promotion des affaires dans le secteur agro-
alimentaire. L’on accorde beaucoup plus d’attention à l’efficience inter et intra organisationnelle dans la
production, la transformation et les logistiques. D’autre part, l’on met un accent particulier sur la
commercialisation, la différenciation des produits et le développement des créneaux de produits et, qui plus
est, la concurrence est maintenant mondialisée: les prix sont moins affectés par les conditions, saisons et
marchés locaux. Toutes ces évolutions rendent une structure solide de financement même plus importante
qu’elle n’a toujours été. C’est la compétitivité du marché et les risques y afférents, qui régissent les décisions
de financement dans les nouveaux systèmes agro-alimentaires. Il a été noté que l’importance du crédit
agricole a été un objectif prioritaire au cours de nombreuses années. Mais, il a souvent échoué. En revanche,
il y a eu quatre étapes de l’évolution du crédit agricole comme suit: de 1950 à 1985, période marquée par le
crédit à la production, le crédit subventionné, des coûts élevés d’administration des prêts, de grosses pertes
liées aux emprunts, des lignes de crédit refinancées par les gouvernements et les bailleurs à travers les
banques agricoles et autres, le financement informel/familial et commercial des petits paysans. L’ère du
micro-financement par les donateurs (1980-2000) marquée par de petits prêts en guise de fonds de roulement,
des approches d’emprunt collectif, la focalisation sur des activités non agricoles, des épargnes de groupe, la
séparation des services financiers et les services d’appui à l’entreprise, le coût élevé des IMF pour la
commercialisation de la micro-finance (2000 à ce jour), des IMF formelles, très peu de subventions, des
produits multiples, l’expansion et la concurrence, les nouvelles technologies, les intérêts récoltés par les
investisseurs sur les bourses des valeurs et imputés par les prêteurs. Le financement de la chaîne de valeur
(2005 à ce jour), marqué par la focalisation stratégique sur le potentiel commercial des entreprises, les liens
entre les fournisseurs, producteurs et sociétés de marketing, l’importance croissante des normes, une plus
grande utilisation des outils d’atténuation du risque, l’intégration croissante entre les banques et l’entreprise
et l’application croissance des nouvelles technologies.

Les gouvernements et les donateurs se sont rendus compte qu’une majorité de ménages ruraux en Afrique
n’ont guère accès au crédit pour l’agriculture ni pour l’agro-industrie. Dans le même temps, les dirigeants
d’entreprises relevant des domaines de la finance et de l’agriculture, se sont rendus compte qu’avec les
nouvelles innovations dans les technologies de communication, la gestion de l’information et les modèles
d’entreprise, il existe toute une richesse de nouvelles opportunités qu’ils peuvent exploiter en travaillant
ensemble. Les relations traditionnelles de confrontation peuvent être remplacées par une situation
mutuellement bénéfique où les coûts de transactions et les risques inhérents sont réduits.

Draft Page 11
111111 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Est-ce que le financement de la chaîne de valeur peut commencer par aborder certaines de ces questions sous-
jacentes? Du côté de la demande, nous voulons tous: a) augmenter les opportunités économiques; b) renforcer
les capacités de gestion agricole; et c) atténuer le risque? Du côté du bailleur ou de l’offre des services
financiers, nous voulons: a) introduire de façon rentable, des produits flexibles à long terme et à risques
gérables; b) promouvoir la gestion efficace de nos clients et de nous-mêmes; et c) développer des marchés
financiers sains et appropriés?

Les chaînes de valeur et le financement des chaînes de valeur, c’est juste une question de liens. Etant donné
l’accent croissant mis sur les chaînes de valeur dans le secteur agro-alimentaire, les opportunités pour
l’utilisation du cadre de la chaîne pour promouvoir et faciliter l’accès aux services financiers, sont devenues
plutôt évidentes. Une chaîne de valeur est souvent définie comme une série d’activités à valeur ajoutée dans
la chaîne de l’offre – depuis la production à la consommation, en passant par la transformation et la
commercialisation. Les chaînes de valeur dans l’agriculture peuvent être considérées comme une série de
procédés et de flux «allant du champ à la fourchette» - des intrants à la production, à la transformation, à la
commercialisation et au consommateur. Chaque maillon d’une chaîne a des liens à l’avant et à l’arrière. Une
chaîne n’est aussi solide que son maillon le plus faible et par conséquent, plus les liens sont solides plus le flux
des produits et services est sécurisé au sein de la chaîne. Il faut préciser que l’avantage du financement de la
chaîne de valeur dépasse celui des flux financiers au sein de la chaîne. Certes, il s’agit du financement de
l’agriculture et de l’agro-industrie au sein d’une chaîne, mais aussi de l’alignement et de la structuration du
financement par rapport à la chaîne ou à cause de celle-ci. Tout simplement, lorsqu’on fait partie d’une
chaîne commerciale sûre, l’on a un meilleur risque financier.

4.0 FINANCEMENT DANS LE CONTEXTE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL

Aperçu:
Les marchés financiers au monde ont été très dynamiques, en partant de simples services financiers, à un
marché hautement segmenté avec les marques ciblées des marchés ciblés, depuis les marchés commerciaux
aux marchés ruraux, avec des prestataires de services financiers développant des marchés qui répondent aux
besoins dynamiques de divers segments de marché. Alors que les parts de marché fonctionnelles sont
restrictives, les personnes à faibles revenus constituent le prochain marché cible actuellement caractérisé
comme marché émergent. Cependant, il s’agit d’un groupe cible opérant à des risques relativement élevés à
cause des systèmes dysfonctionnels et à prédominance, un système agricole dépendant de la pluviométrie.

Dans le monde, 1,2 milliards de personnes sont extrêmement pauvres, survivant avec moins de 1 $ par jour,
dont les trois-quarts vivent en zones rurales. La pauvreté est à prédominance un phénomène rural et semble
affecter plus les femmes. Les personnes extrêmement pauvres dépensent plus de la moitié de leurs revenus
pour se procurer (ou produire) les denrées de base, qui représentent plus des trois-quarts de leur prise de
calories. La plupart de ces personnes souffrent de déficiences alimentaires, et plusieurs restent affamés
durant certaines périodes de l’année.

Ces dernières années, les agences de développement et gouvernements nationaux ont renouvelé leur
engagement à réduire la pauvreté, la faim et d’autres privations humaines, tel qu’en témoignent les Objectifs
du Millénaire pour le développement (OMD). Entre autres objectifs, les OMD visent à réduire de moitié la
proportion des personnes vivant avec moins de 1$ par jour d’ici à l’an 2015 (depuis le point de départ de 1990).
Ce qui signifie, réduire la part des personnes extrêmement pauvres dans les pays à faibles et moyens revenus,
de 28% à 14%. Par ailleurs, les OMD en appellent à la réduction de moitié, le nombre de personnes souffrant de
la faim d’ici à 2015.5

Le crédit agricole a été l’un des éléments les plus prédominants des stratégies de développement rural, utilisés
par les agences de développement et les gouvernements nationaux. Mais, ce type de financement a été
longtemps marqué par de faibles taux de remboursement des prêts et par des subventions non viables. En

5
Document périodique de CGAP No.11

Draft Page 12
121212 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

conséquence, le crédit agricole provenant de certains donateurs et banques de développement multilatéral et


de développement rural, s’est nettement réduit ces dernières décennies et il est actuellement souvent jugé
trop risqué. L’agriculture est maintenant l’un des principaux secteurs contribuant à la réduction de la
pauvreté.

En analysant le financement de la micro-finance par les institutions de financement du développement,


l’édition 2006 de l’enquête annuelle de CGAP révèle que:

• L’investissement des institutions de financement du développement (IFD) dans la micro-finance,


s’accroit rapidement et avait atteint 2,5 milliards de $ en 2006, soit une hausse de 39% par rapport aux
données de l’enquête de 2005.

• Les investissements sur les comptes LAC et ECA représentent 81% du financement total. Les
investissements dans les régions d’Asie orientale et pacifique, et du Moyen-Orient et Afrique du nord,
ont respectivement grimpé de 109% et 86%. Cependant, l’investissement en Afrique demeure stagnant
(augmentant de 5% seulement depuis 2005).

Tableau 1: La part importante de l’agriculture dans l’activité économique de certaines régions en


développement

La part importante de l’agriculture dans Bien que la Banque mondiale ait pris des engagements pour
l’activité économique de certaines stimuler l’agriculture, l’Afrique est clairement omise des
régions en développement dynamiques financières marquant la plupart des économies au
(pourcentage de la population monde. Le lent développement du marché financier en Afrique
économiquement) est plus prononcé dans la région subsaharienne où les économies
sont agraires pour la plupart. Cependant, l’agro-industrie en
Région 1961 1980 2001
Afrique subsaharienne est sous-développée, augmentant
sensiblement les risques d’intermédiation financière, ce qui se
Afrique 79 69 57
traduit par la lenteur de l’investissement. Le nombre décroissant
d’une population économiquement active, pose un défi à la
Asie 76 67 56 croissance du marché financier et au développement des produits
Europe orientale 50 28 15 pour les régions enregistrant une plus forte incidence de pauvreté.
Toutefois, une focalisation renforcée sur le développement
Amérique latine et les 48 34 19 agricole et sur la croissance en Afrique, offre une opportunité
Caraïbes
pour le développement économique rural.
Source: Buchenau, "Produits novateurs et adaptations
pour le crédit rural" 2003.

Les services financiers informels dominent toujours les marchés financiers


Cas de l’accès aux services financiers au Kenya

Les mécanismes de prestation des services financiers n’ont pas été suffisamment modifiés pour intégrer les
services financiers informels qui représentent 35,2%, tandis que 38,4% sont complètement exclus des services
financiers, et les deux représentent approximativement 73,6%, ce qui indique un manque d’innovations
financières foncière. Les femmes se sont distinguées comme étant beaucoup plus dynamiques, dont 40,5% ont
accès aux systèmes financiers informels. L’introduction des innovations financières favorables aux pauvres,
constitue un défi majeur pour chaque gouvernement africain à l’avenir.

Draft Page 13
131313 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Figure 1: Accès financier par région et par genre


Excluded Inf ormal Formal Others Formal

100.0%
18.9% 14.3%
18.9% 23.8%
32.0% 5.9%
80.0% 8.5%
7.5%
9.2%
3.5%
60.0% 40.5%
35.2% 39.2%
22.8% 29.5%

40.0%

20.0% 38.4% 37.4% 41.6% 37.5% 39.3%

0.0%
Total Rural Urban Male Female

Source: Accès financier au Kenya, Enquête nationale 2006, FSD Kenya

Points saillants de la séance


La séance sur les leçons apprises, s’est déroulée sous la présidence de M. Arfang Daffe, Directeur général de la
CNCA Sénégal, et a porté sur un aperçu historique des tendances et infrastructures financières sur les marchés,
qui a été présenté par James Nyoro de Tegemeo Institute de Egerton University et Joseph Kibe, Président du
Conseil d’administration de Horticultural Crop Development Authority, HCDA. Cette séance de perspective
historique a offert aux participants un aperçu sur les tendances des services financiers au Kenya et sur
l’évolution des services financiers au fil du temps pour intégrer les petits paysans au Kenya.

4.1 Aperçu historique, Tendances financières


Par James Nyoro, Egerton University, Tegemeo Institute

Les services financiers au Kenya ont évolué dans le cadre de divers variables politiques et économiques et avec
une myriade de défis dont notamment: une faible productivité, le manque de fonds de roulement, une
mauvaise compréhension, le manque de liens, des prix élevés, la confusion entre le crédit et le financement,
l’insuffisance de financement et la faible participation du secteur privé.

Les mécanismes de financement avant l’indépendance, ont été marqués par l’agriculture à grande échelle à
l’européenne. En 1930, un Conseil national a été mis en place; en 1933, Land Agricultural Bank a été créée; et
en 1947, le système de Conseils de produits de base fut initié. L’ère d’avant l’indépendance a été dominée par
la politique de leadership qui s’est traduite par l’annulation de plusieurs prêts durant cette période.

Les mécanismes de financement mis au point durant l’ère post-indépendance, ont essentiellement été: ASF-
Settlement Trustees, AFC – issue de Land Agricultural Bank (LAB), des coopératives, l’introduction des GMR et
des banques. Par ailleurs, des prêts-céréales ont été accordés par AFC, Kenya Farmers’ Association (KFA) et
National Cereals and Produce Board (NCPB). Le crédit agricole après la réforme a été caractérisé par la
dérégulation des prix et par des réformes institutionnelles. Actuellement, l’on peut avoir accès à 5% des
crédits agricoles auprès des banques commerciales.

Les leçons tirées du mécanisme des services financier qui ont évolué au fil de plusieurs décennies, sont les
suivantes, entre autres:

o Une demande croissante pour le crédit – cependant, il n’existait pas assez de services
financiers pour répondre aux besoins croissants du secteur agricole.

Draft Page 14
141414 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

o L’intégration des services financiers dans les services d’appui, tels que l’accès aux marchés de
concert avec les interventions financières.

o Un équilibre entre le crédit et les services financiers, est nécessaire sur les marchés financiers.

o Les services financiers informels fournis constituent une composante des marchés financiers au
Kenya. Cependant, le dilemme actuel, c’est comment reconnaitre de tels services.

o Les partenariats entre les secteurs privé et public, constituent un paramètre clé des modèles
financiers réussis.

o Une stratégie sur les prix et risques financiers, est sous développée et devrait être développée
davantage.

4.2 “Infrastructures et opportunités par rapport aux marchés ”


Par M. Joseph Kibe, Président du Conseil d’administration, Horticultural Crops Development Authority
(HCDA)

L’Afrique a essentiellement été à la traîne en matière d’infrastructures de marché, derrière la plupart des
continents, les marchés de gros n’étant implantés que dans les capitales, et ceux-ci desservent souvent une
combinaison de fonctions de marché de gros et de détail. Des infrastructures commerciales inadéquates,
constituent un revers pour le développement des marchés au Kenya, les marchés informels étant un goulot
majeur au développement de la gestion de la chaîne de valeur agricole. L’état de détérioration des marchés
découle en partie de la mauvaise gestion des marchés, de l’exclusion des acteurs clés comme les paysans, et
de la lente réaction à un besoin crucial d’une plus grande part de marché pour les petits paysans. Afin
d’optimiser le marché kenyan, il est nécessaire de renforcer la capacité des infrastructures physiques, de
promouvoir une gestion saine des marchés et l’intégration d’autres parties prenantes. Le
financement/investissement dans l’infrastructure du marché au Kenya pour les produits agricoles, est
exclusivement considéré comme étant des initiatives de développement social, et tous les marchés de produits
agricoles appartiennent aux collectivités locales et sont gérés par elles. L’investissement du secteur privé est
une source potentielle de financement des sous-secteurs agricoles au niveau des marchés des chaînes de
valeur.

5.0 CHAINE DE VALEUR ET MODELES DE FINANCEMENT

Aperçu:
Les services financiers sont de plus en plus ciblés, avec un accent sur des produits financiers spécialisés pour
les marchés commerciaux, les acteurs de la chaîne de valeur, et les entreprises agro-industrielles, entre
autres, tout en se focalisant en particulier sur le secteur agricole de l’Afrique. Les chaînes de valeur jouent un
rôle vital dans la création d’un lien entre les systèmes de production/transformation et les marchés cibles.
Cependant, l’efficacité des chaînes de valeur se distingue en partie par la facilité d’accès et les moyens
d’accès aux services financiers. Le financement de la chaîne de valeur à travers divers produits agricoles et
non agricoles a, ces derniers temps, fait l’objet d’attention, particulièrement visant à assurer la stabilité des
chaînes de valeur (depuis le producteur jusqu’au consommateur), et à améliorer davantage l’efficience et la
capacité renforcée de diverses chaînes de produits de base. Au fil des décennies, les chaînes de valeur
agricoles, n’ont pas été bien intégrées dans les principaux services financiers. Néanmoins, la reconnaissance
du rôle de l’agriculture dans les économies agraires, a permis aux chaînes de valeur agricoles de s’intégrer
dans un marché émergent pour les acteurs d’intermédiation des marchés financiers.

La chaîne de valeur et les modèles de financement éprouvés et mis en œuvre au plan mondial, révèlent que le
marché de masse se trouve à la base des pyramides de production agricole, et est largement dominé par les
petits paysans et par des communautés agricoles pauvres. Les services financiers et les produits ciblant des
agro-systèmes et des chaînes de valeur agricoles, devraient prendre en considération le rôle des petits paysans
et intégrer également ces services dans un système de production axé sur le marché.

Draft Page 15
151515 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Les innovations des services financiers en réaction aux marchés agricoles émergents et aux chaînes de valeur,
ne peuvent réussir qu’au sein des modèles qui permettent un maximum d’interactions et d’intégration des
petits paysans et qui tiennent compte des risques agricoles auxquels font face les systèmes de production à
petite échelle. Les cadres institutionnels des petits paysans à travers les groupes de producteurs, est une
importante plateforme pour l’interaction avec les petits paysans, tandis que les acteurs des chaînes de valeur
servent de canaux pour les chaînes de valeur axées sur le marché, ce qui constitue un élément clé de
pérennisation. Les dirigeants des groupes de producteurs mobiliseraient ordinairement des membres pour avoir
accès aux services financiers et renforcer leur compréhension quant comment gérer les risques associés aux
produits financiers spécifiques.

Grandes lignes de la séance:


Les exposés et les débats lors de cette séance, ont été animés par James Shikwati, Réseau économique
interrégional, et par James Obama, Pride Tanzania. La séance a été ouverte par la présentation des modèles
appliqués par diverses organisations, les cas de succès et les défis rencontrés dans la mise en œuvre et un
accent particulier sur ce qui a réussi contre la toile de fond du secteur agricole dans ces pays. Les aspects
discutés comprennent les approches au financement de la chaîne de valeur des produits agricoles, le
financement et la commercialisation des agro-industries privées, le modèle de financement privé, les
avantages et défis associés au financement de la chaîne de valeur par les banques, le rôle des réseaux de
coopératives dans le financement de la chaîne de valeur, les expériences du Mali, le partenariat stratégique
pour le financement, et les modèles de financement de la chaîne de valeur pour l’Afrique.

5.1 Notions de chaîne de valeur et d’analyse de la chaîne de valeur


Par Mumbi Kimathi, Farm Concern International

La chaîne de valeur agricole offre une plateforme pour les niveaux optimums d’interaction entre les acteurs et
les producteurs ruraux. Cependant, de faibles chaînes de valeur réduisent les opportunités d’interaction et
fragilisent davantage les partenariats potentiels. L’approche de chaîne de valeur est une notion qui relie les
matières premières, les composantes et les produits manufacturés, et met aussi en exergue les divers niveaux
de transaction, lorsque les biens et services sont acheminés vers les ultimes consommateurs. Toutefois, les
chaînes de valeur sont très dynamiques, ordinairement à plusieurs niveaux de valeur ajoutée. Par ailleurs,
c’est l’état des segments de marché qui définit l’état des chaînes de valeur et l’intégration éventuelle des
petits paysans. Les principaux segments de marché qui influencent le caractère des chaînes de valeur
développées, comprennent: les marchés de consommation, les marchés d’affaires, les marchés de détail, les
marchés gouvernementaux et institutionnels et les marchés internationaux.

Alors que l’Afrique est caractérisée par des marchés traditionnels, l’examen des paramètres visant à
déclencher le développement de la chaîne de valeur informelle, doit être mis en place. La discrimination
typique de la chaîne de valeur a progressivement écarté les petits exploitants des systèmes de
commercialisation, engendrant ainsi l’urgence d’intégrer les petits paysans dans les chaînes de marketing. Les
menaces émergentes en Afrique subsaharienne tiennent à des chaînes de valeur faibles, à des systèmes de
production non performants et à l’exode rurale accentuée, ce qui aboutit à l’augmentation des prix des
denrées alimentaires.

L’Afrique subsaharienne fait face à d’énormes défis posés par de faibles systèmes de production et par des
chaînes de valeur instables. Ci-après, certains des défis pleins de menaces:

• Des systèmes de production faibles qui ne sauraient appuyer éventuellement les chaînes alimentaires
tant en milieu rural qu’urbain.
• L’Afrique requiert des systèmes stables de production rurale pour appuyer la demande alimentaire
émergente pour des produits prioritaires, à savoir: les racines & tubercules, les céréales, les légumes,
les produits horticoles, etc.

Draft Page 16
161616 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

• Les prix de denrées alimentaires augmenteront à cause des faibles chaînes alimentaires, ce qui rendra
plus cher le coût de la vie, se traduisant par la multiplication des communautés pauvres en Afrique
subsaharienne (ASS).

5.2a. Financement et commercialisation des agro-industries privées


Par Steve Harris, Technoserve

Technoserve a présenté divers modèles d’entreprises pour promouvoir les revenus des petits exploitants à
travers les activités de transformation, d’approvisionnement et des modèles d’excroissance. Un cas de la
chaîne de valeur de l’industrie semencière du Malawi, face aux sérieux déficits de financement dans le secteur
agro-industriel en Afrique australe, est caractérisé par des besoins en financement d’équipement et de fonds
de roulement. Les raisons pour le manque d’accès aux crédits pour les nouveaux projets et aux étapes initiales
des expansions, ont essentiellement été le déficit des capitaux spéculatifs et de faibles capacités de gestion
d’entreprise. Les observations sur l’état du crédit agricole comprennent:

o L’agriculture est cruciale pour le développement de l’Afrique.


o Le manque d’investissement dans le secteur du crédit agricole.
o Il est nécessaire d’avoir plus d’équité, notamment, il faut accroitre la participation du secteur
privé.
o Le besoin croissant de financement des nouveaux projets et des expansions initiales.
o Il faut de l’assistance technique à l’appui des besoins de financement.
o La création d’un nouveau Fonds de crédit agricole est recommandée.

Pourquoi les PME agro-industrielles ne peuvent avoir accès au crédit pour les nouveaux projets et les
expansions initiales?

Pénurie de capitaux spéculatifs:


• Les banques accordent des crédits à court terme et avec un nantissement très sécurisé, aux entreprises
naissantes;
• Les banques n’arrivent pas à comprendre l’agro-industrie;
• Cette situation est aggravée par le manque de fonds spéculatifs aux fins de capital-actions;
• Ce qui est évident dans le secteur agro-industriel.

Faibles capacités en gestion d’entreprise:


• Les PME agro-industrielles manquent du savoir-faire pour gérer efficacement leurs entreprises;
• Elles ne disposent souvent pas de la gouvernance, des contrôles et de la discipline nécessaires;
• Elles manquent souvent d’un plan d’affaires détaillé;
• Toutes ces lacunes constituent des barrières potentielles lorsqu’on cherche à avoir accès au crédit.

Selon l’orateur, M. Harris, Technoserve a élaboré quelques modèles d’entreprises qui stimulent les revenus des
petits paysans, comme suit:

Figure 2: Modèle d’entreprises de Technoserve

Draft Page 17
171717 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

1. Activités de transformation: un marché stable pour les paysans et la valeur ajoutée dans le pays-

Marché régional d’exportation


Unité agro-industrielle
Petits paysans prdts alimentaires

2. Activités d’approvisionnement: Semences améliorées, accès aux engraiset à la technologie

Fournisseur semences, angrais Meilleure efficience de


Petits -paysans production et de revenus
& techno
s
Nourriture non chère toujours
disponible

3. Modèle d’ex- croissance: petits paysans et petites entreprises sont interdépendants

Petites entreprises Petits -paysans


Entreprise contracte souvent Les paysans sont intégrés
comme producteurs pour dans la chaîne de production,
de
fourniture intrants, formation, transformation et mktg.
conseil technique et point de
vente

5.2b. Etude de cas: Industrie tanzanienne du café (KILICAFE)


Par Carl Cervone (Technoserve)

En Tanzanie, Technoserve collabore avec les institutions financières locales et internationales pour concevoir
des produits financiers à l’intention des petits paysans producteurs de café, à travers toute la chaîne de valeur.
Ces produits vont du crédit à court terme pour les intrants et préfinancement des ventes, jusqu’aux prêts
pluriannuels employés par les paysans pour financer les équipements de transformation. Le crédit est garanti à
travers une variété de moyens novateurs, y compris les fonds de garantie privés, des récépissés d’entrepôts et
des ventes anticipées aux négociants de café spécialisés. Technoserve a présenté le cas de son travail avec
KILICAFE, une organisation qu’il a aidé à créer, et actuellement contrôlée par 9.000 petits exploitants et qui
commercialise plus 3 millions de $EU de café produit par les petits paysans par an.

La stratégie de Technoserve vise à;


• appuyer les prestataires de services à assurer aux groupes, des liens financiers et de marketing
• identifier et organiser des groupes de paysans ayant le potentiel de produire qualité
• aider les groupes à investir dans l’amélioration de la qualité et dans la production.

Par conséquent, la stratégie est accompagnée par des arrangements de financement qui pourraient être soit
des crédits à long terme soit des crédits à court terme, et l’organisation s’attèle aussi à l’adoption d’une
approche systématique à l’assistance technique par rapport au risque financier.

Draft Page 18
181818 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Tableau 2: L’assistance technique sur commande a réduit le risque financier


Banque locale pour le fonds • Besoins d’emprunt non Soutien initial substantiel à la
de roulement conventionnels du banque et au client en vue de
client. l’obtention d’un nantissement,
• N’a pas compris le d’élaborer un plan d’affaires,
modèle d’entreprise, d’assurer le suivi de la performance
les risque du marché, et des aspects financiers
etc.
• N’a pas considéré le Appui minimal continuel une fois la
café comme un solvabilité et l’efficacité du modèle
nantissement complet d’entreprise éprouvées.
Prestataire de prêt • Pas de présence sur le Recours à TNS pour la fonction de
concessionnel pour CAPEX terrain respect des procédures d’usage
• Prudence à l’égard des
risques locaux, très Assistance opérationnelle de TNS se
peu d’expérience en poursuit, afin d’assurer que le prêt
Afrique est employé de façon appropriée
jusqu’à ce que la solvabilité soit
établie.
Exportateur de fonds de • Engage le client aux A perçu TNS comme un courtier
roulement et CAPEX approvisionnements honnête
futurs de café (limitant
potentiellement les Assistance opérationnelle TNS se
options de poursuit, afin d’assurer que le
commercialisation) volume et la qualité des
engagements soient respectés.

5.3 Modèle de financement privé: Fonds ACTIS pour l’agro-industrie en Afrique


Par Paul Kavuma – ACTIS

ACTIS a présenté un modèle de financement privé qui a été élaboré selon un critère d’investissement très
développé, et basé sur une approche de chaîne de valeur et sur un Fonds agro-industriel actuellement estimé à
92 millions de $EU avec la CDC. Un facteur de succès critique pour ACTIS a été l’application des positions de
contrôle. Les défis auxquels font face les capitaux du secteur privé en Afrique sont les suivants:

o Faibles compétences en matière de gestion – talent limité en entreprenariat/gestion avec


expérience pratique antérieure;
o Manque d’accès aux informations critiques – requiert le respect rigoureux des procédures,
souvent en mettant à contribution des entreprises & experts industriels externes;
o Risque associé à la fixation des prix – utilisation d’experts externes pour aborder cette
problématique, comparables limités;
o Disponibilité de la dette – profondeur des marches financiers et coût de la dette;
o Cadre juridique – capacité à appliquer les accords juridiques;
o Risque lié au retrait des capitaux – mécanisme de retrait des capitaux et examen stratégique
des acheteurs, pour évaluer les perspectives de retrait;
o Vision à long terme – l’agro-industrie et la foresterie ne sont pas complètement propices pour
un circuit de financement fermé.

Stratégie d’investissement
• L’investissement dans le capital-actions du secteur agro-industriel africain: comprend des activités
liées à la production et à la transformation, ainsi que des services liés (intrants, logistiques,
distribution et marketing) aux produits biologiques, végétaux ou animaux, soit à des fins alimentaires
ou non alimentaires;

Draft Page 19
191919 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

• Type d’investissement: essentiellement le capital pour expansion des nouveaux investissements et des
investissements déjà en place, ainsi que pour la réhabilitation, l’achat et l’équipement;
• Contrôle – le contrôle est préféré mais pas exclusivement;
• Principes de base des nouveaux investissements:
– Faible concentration des capitaux, participation tout au long de la chaîne de
valeur;
– Pas de nouveaux projets industriels;
– Le montant de l’accord sera entre 10 millions et 15 millions de $EU;
• Investissements de suivi: à partir de 1 million;
• Participation: Pays: Max 50%; Secteur: Max 33%

5.4 Avantages et défis du financement de la chaîne de valeur par les banques: cas du Ghana
Par Martin Poku – Agricultural Development Bank (ADB), Ghana

La chaîne de valeur du secteur agricole comprend: les producteurs primaires, les agro-industries, les
prestataires de services d’appui et les agents de commercialisation. Les principales fonctions de l’ADB ont
porté sur la chaîne de valeur agricole avec un portefeuille estimé à 94 millions de dollars depuis 2003, et dont
les objectifs visent un programme d’excroissance. Le programme a été conçu sur la base des piliers suivants:
o Fourniture d’intrants – qui ne sont pas immédiatement disponibles
o Elevage de volailles par les paysans - 8wk
o Processeurs
o Détaillants et consommateurs

Les défis auxquels le programme fait face comprennent: coûts élevés, offre inconséquent, manque de
financement, matériel insuffisant/réduction des capacités, concurrence des importations (dont certaines sont
bon marché) et absence de l’implication des banques dans la commercialisation des oiseaux.

Ces expériences ont comporté d’énormes avantages découlant du processus de mise en œuvre, y compris, les
leçons apprises, la mise en place de la base de données des clients, la croissance des revenus des banques et
de leurs investissements dans la chaîne de valeur alimentaire. D’autres leçons clés tirées et qui ont amélioré
l’efficience des services, ont été le suivi rigoureux et la nécessité de partenariats entre le secteur public (Etat)
et les institutions de financement.

5.5 Expériences du Mali


Par David Dao - Kafo Jiginew

L’évaluation des besoins des clients cibles, a été le principal point d’entrée pour KAFO, avec un accent
particulier sur la conception des produits financiers pour répondre aux besoins des diverses entreprises. Les
facteurs clés pris en considération lors du développement des produits financiers comprennent: la qualité, le
coût des services financiers, la pérennité qui est très importante, un meilleur accès à travers le nantissement
de groupe et s’assurer que les interventions financières répondent aux besoins des agriculteurs.

Grandes lignes des conclusions:


o La proximité aux clients exige un examen
o L’accessibilité financière est un facteur clé de pérennité
o La disponibilité des produits et les saisons y afférentes
o L’identification des besoins des clients
o Faut-il la diversification des zones rurales vers les zones urbaines?

5.6 Rôle des réseaux de coopératives dans le financement de la chaîne de valeur

Draft Page 20
202020 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Il y a eu deux exposés sur les coopératives impliquées dans le financement de la chaîne de valeur. Ces exposés
sont résumés ci-après:

5.6.1 Leçons de la Tanzanie et de l’Afrique de l’ouest


Par Yves Boily, Desjardins Development International (DID)

Le rôle des coopératives n’a pas cessé d’être reconnu comme un système contrôlé par les agriculteurs, qui
peut être équipé et renforcé pour mettre à la disposition de leurs membres, une plus large gamme de produits.
Desjardins International Development (DID) a partagé des leçons tirées d’un modèle de récépissés d’entrepôt
mis en œuvre avec succès à Oti, Madagascar et à Dunduliza, Tanzanie. Ci-après, les facteurs de succès clés du
modèle:

 Proximité aux services


 Appui financier
 Du champ aux marchés
 Modèle de synergie entre Coopératives / AMCOS6
 Modèle de factoring
 Ce modèle a renforcé l’impact des chaînes de valeur des coopératives.

La proximité des coopératives aux petits paysans peut assurer un meilleur accès aux services financiers et
permettre d’améliorer la performance du financement de la chaîne de valeur et améliorer les revenus des
familles rurales.

La diapositive suivante donne des précisions sur le modèle de factoring ainsi présenté:-

Figure 3: Modèle de factoring de Desjardins

Entreprise de coton
7 2 3
5 3 6
4 1
Groupes de producteurs
Coopératives de coton
8
1 Demande d’intrants et évaluation du crédit 5
2 Livraison d’intrants 6 Livraison du coton
3 Transfert de factures 7 Paiement pour le coton
4 8

6
Agricultural Marketing Co-operative Society

Draft Page 21
212121 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

La contribution des coopératives aux chaînes de valeur va d’une productivité accrue à l’accès aux capitaux,
aux intrants et aux équipements. Elles permettent d’assurer la valeur ajoutée aux produits à travers des prêts
pour la transformation et l’emballage; elles rapprochent les produits des consommateurs, facilitent l’octroi
des prêts aux distributeurs ou aux détaillants, et renforcent la sécurité alimentaire au sein de la communauté à
travers le financement des entrepôts.

La proximité et les possibilités offertes par les coopératives d’épargnes et de crédits, constituent des leviers
puissants qui peuvent faciliter considérablement, à toutes les étapes d’une chaîne de valeur, le transfert des
flux financiers qui appuient l’acheminement des produits du champ vers les paniers de nourriture des
consommateurs. Ce levier est nettement plus puissant et efficace lorsque des partenariats durables sont
établis entre les différents acteurs qui soutiennent le système agricole.

5.6.2 Rôle des réseaux de coopératives dans le financement de la chaîne de valeur: Enseignement tiré
de l’expérience de la Co-operative Bank of Kenya
By Mme Catherine Munyiri

Le rôle du mouvement des coopératives en Afrique a été reconnu et l’étude de cas du Kenya a retenu une
attention particulière. Le mouvement coopératif au Kenya s’est évolué durant ces 40 dernières années en une
force formidable pour la transformation socio-économique de la population kenyane. Le Kenya compte
approximativement 10.000 coopératives enregistrées et 5.000 réseaux actifs, soit le mouvement coopératif le
plus dynamique en Afrique. Avec près de 6,3 millions de membres enregistrés, on estime que ce secteur a un
impact direct et indirect sur plus 25,2 millions d’habitants, ce qui se traduit par environ 72% de la population
kenyane. Le mouvement a mobilisé plus de 10 milliards de Kshs d’épargnes, soit près de 25% du montant total
d’épargnes intérieures.

Le mouvement coopératif s’est évolué au fil de plusieurs décennies avec des cas de succès et d’échec qui ont
éventuellement abouti à un meilleur modèle émergent qui vise à répondre aux besoins dynamiques de ses
membres à travers une approche de développement de produits en permanence. Les sociétés de coopératives
du Kenya sont transversales à divers secteurs, tels que les coopératives de commercialisation des produits
agricoles, les secteurs de l’enseignement, l’industrie de thé, les groupements d’employés et ces derniers
temps, les groupements communautaires. La Co-operative Bank of Kenya a été créée par les membres des
coopératives à travers leurs sociétés coopératives en 1965, avec l’objectif de fournir des services financiers au
mouvement des coopératives. Le rôle des coopératives dans la chaîne de valeur englobe: la mobilisation des
épargnes, l’intermédiation, l’octroi des prêts aux membres et les services financiers de base.

Afin d’améliorer l’efficience des modèles de financement de la chaîne de valeur, il est crucial d’aborder les
questions suivantes:

• Développer des infrastructures, surtout en zones rurales;


• Explorer de nouveaux marchés, notamment l’exportation du café vers la Chine et d’autres
marchés asiatiques;
• Promouvoir la consommation locale;
• Renforcer la valeur ajoutée pour cibler ds nouveaux marchés et accroître les revenus;
• Concevoir de nouveaux produits/modèles financiers avec moins de conditions strictes de
nantissement;
• Favoriser la commercialisation directe par les coopératives;
• Etablir des modèles de liens financiers appropriés, des prêts collectifs en l’occurrence.

Certaines des caractéristiques uniques de la banque sont les suivantes: elle est contrôlée à 100% par le
mouvement des coopératives; elle est la 4ème plus importante banque au Kenya en termes d’actifs et de passif,
avec 43 agences à travers le pays, 137 distributeurs automatiques de billets (DAB) et 20 autres prévus d’ici à la
fin de l’année, soit en tout 157 DAB. En 2000, elle est devenue la deuxième banque à offrir des services
bancaires centralisés en ligne, à travers un réseau bancaire intégré.

Draft Page 22
222222 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

5.7 Partenariat stratégique pour le financement – l’expérience de Equity Bank


Par Mme Esther Muiruri

Equity Bank est à l’avant-garde de la conception des produits financiers qui sont abordables et applicables pour
les petits exploitants agricoles, avec un accent particulier sur les femmes. Les services financiers d’Equity
Bank sont basés sur un modèle commercial avec un accent prononcé sur les interventions dans le secteur
agricole, tout en adoptant de plus en plus une approche de chaînes de valeur à l’intermédiation financière.
L’approche de chaîne de valeur comporte plusieurs avantages pour les acteurs de la chaîne de valeur.

Les dynamiques de développement des produits ont placé Equity Bank à la pointe de la conception des produits
financiers pro-pauvres, visant à consolider les services financiers et à réduire au minimum les barrières aux
services bancaires. Alors que les populations rurales du Kenya sont pour la plupart classifiées dans la catégorie
de citoyens non bancables, Equity Bank développe actuellement des systèmes qui renforceront l’accès de ces
populations aux services financiers. D’autre part, les systèmes de réseaux en place ont été conçus pour
accroître la prestation de services financiers en zones urbaines et rurales.

Points saillants:
 Un partenariat de chaîne de valeur mis en œuvre avec succès en collaboration avec Osho Chemicals,
s’est basé sur une approche de chaîne de valeur visant un meilleur accès aux produits chimiques par les
petits paysans. Cette approche sera reproduite à travers d’autres chaînes de produits le cas échéant,
pour attirer d’autres entreprises privées à se joindre audit partenariat;
 Les produits financiers sont conçus pour répondre aux besoins financiers émergents dans le secteur
agricole;
 Il est crucial que des méthodes alternatives d’octroi de crédits/financement soient éprouvées à travers
divers sous-secteurs.

5.8 Modèle de financement de la chaîne de valeur et vision pour le financement de la chaîne de valeur
en Afrique
Par Mwangi Kariuki - Commercial Bank of Africa

Les modèles commerciaux pour le financement des produits de base de la chaîne de valeur mis au point par la
Commercial Bank of Africa (CBA), ont contribué aux dynamiques qui existent dans une chaîne de valeur dans
un contexte où les petits paysans jouent un rôle vital. La banque se focalise plus sur les chaînes de valeur pour
des parts de marché stables et offre des opportunités aux petits exploitants agricoles. Par ailleurs, il existe de
nombreux cas où il y a plusieurs chaînes de valeur le long du financement à travers les institutions financières.
Cependant, la clientèle de la CBA est essentiellement composée de grandes sociétés, et offre des services
consultatifs le long de ces chaînes.

La Commercial Bank of Africa a été très impliquée dans les initiatives de valeur ajoutée qui comprennent: la
transformation des produits (sens vertical), notamment les produits de cuir, les conserves de fruit et les
produits halieutiques; la part des produits manufacturés (sens horizontal): les vêtements, les accessoires; les
services commerciaux d’appui: les services commerciaux en général, les infrastructures (routes, transport
aérien, chemins de fer, ports, télécommunications, énergie), les agences de marketing; Nouveaux domaines:
les services d’appui TIC, les centres d’appel, les centres de traitement de données et le soutien financier au
domaine d’exportation en général. Cependant, il existe des défis auxquels fait face la chaîne de l’offre, à
savoir: l’inaptitude à bien couvrir toute la chaîne; les goulots administratifs, les questions liées à la
transparence, entre autres.

Draft Page 23
232323 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Figure 4: Ci-après, une chaîne de valeur agricole typique:

FARMERS / PRIMARY
PRODUCERS Fish , Cotton , Cashewnuts International
Rice , Sugar , Wheat , Hides &
Deliver / Skins , Pyrethrum , Sesame , Correspondent
A B Coffee , Tea , Groundnuts ,
Payments
Macandamia nuts , Tropical
Banks
Fruits , Milk products , Metal
COOPERATIVES / AND Steel products .
SOCIETIES / RAW
MATERIAL SUPPLIERS
Deliver LCs
C Payments D Credit Facilities Docs
P N M
ACs
Reimbursements
MILLERS / GINNERS Q
PROCESSORS / Forward Non -Negotiable
MANUFACTURERS WH Receipts / Pledge of LOCAL
Bill of Landing BANK
O
Non - Negotiable WH Analysis /
Receipt Feed Back
Distribution Approvals

G
Sales Contracts ,
Firm orders Deposit Goods COLLATERAL
Against LCs F MANAGEMENT / L
E
WAREHOUSE Reports / Submit Documents /
Warehouse Receipts
H
Supply Credit
Inputs
Release Goods
Documents
Againts Documents
I Input Providers

OFF - TAKERS ( International / LCs in favour of the Bank


Local ) BUYERS J Payment of proceeds
Informal Trade ; Retailers ; Distribution /
Wholesale Trade ; International Trade ; e-
Commerce ; Trade in Services Release Documents
K against payments

5.9 Intégration des petites exploitants agricoles dans l’économie mondiale – Utilisation du modèle de
propriété par les paysans
Par Herment A. Mrema, Africa Rural Development Support Initiative (ARUDESI) - Ouganda

‘Pourquoi les agriculteurs sont pauvres?’, a été la question posée au début de l’exposé, afin d’inciter
l’auditoire à évaluer les divers points saillants de la communication. Les questions soulevées en réaction à
cette question sont les suivantes: les agriculteurs se retrouvent dans un cercle de pauvreté, la petite
exploitation agricole pour l’autoconsommation et de petits excédents pour la vente dont l’argent est
essentiellement utilisé pour acheter des articles de base qu’ils ne produisent pas (savon, pétrole, sucre,
allumettes). Par ailleurs, les paysans vendent l’excédent de production à des prix extrêmement bas. La
compétitivité des petits exploitants agricoles sur le marché, est également très réduite, dans la mesure où ils
vendent individuellement les cultures de rente, sans valeur ajoutée pour justifier le besoin de négocier de
meilleurs prix. Pour les agriculteurs qui vendent à travers des coopératives ou associations, ils n’ont pas le
sens de propriété, étant donné qu’ils cèdent la propriété des produits aux gestionnaires et aux dirigeants qui
assument librement la propriété sans investir dans la production.

Draft Page 24
242424 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Les approches appropriées pour renverser le cercle de pauvreté comprennent:

 Organiser les agriculteurs en groupes d’entreprises (25 – 35 par groupe) en utilisant des produits
stratégiques de manière holistique, intégrée et harmonisée au sein des systèmes agricoles, et faire
enregistrer leurs raisons sociales auprès du greffe des sociétés pour l’appui juridique (faire l’objet
d’une action en justice, ester en justice, ouvrir des comptes bancaires, conclure des contrats, etc.).
 Aider les groupes à présenter leur profil et à établir des données de base qui serviront à élaborer des
plans commerciaux axés sur leur vision, ainsi que des stratégies de mise en œuvre.
 Aider les groupes à formuler des stratégies de survie et d’accumulation de fonds de roulement.
 Octroi de prêts par les groupes à leurs membres pour financer leurs besoins immédiats, de sorte à leur
permettre de reporter la vente individuelle de leurs produits à des prix dérisoires.
 Encourager la valeur ajoutée en cessant de vendre aux courtiers, et passer à un niveau supérieur plus
proche d’un marché plus important avec des volumes plus substantiels.
 La commercialisation collective de tous les produits pour faire valoir le pouvoir de négociation grâce
aux volumes plus importants et à la valeur ajoutée.

6.0 ABORDER LES QUESTIONS LIEES A LA CAPACITE ET A LA COMPETITIVITE POUR LA


PARTICIPATION AUX CHAINES DE VALEUR ET A LEUR FINANCEMENT

Aperçu:
La promotion d’un nouveau paradigme qui offrira une nouvelle approche à l’amélioration du moyen d'existence
en Afrique subsaharienne, et particulièrement un changement de paradigme, se focalise sur des interventions
agro-industrielles renforcées au niveau agricole et le long des chaînes de valeur. Outre les coûts élevés des
transactions le long des chaînes de valeur, les petits paysans font face à une panoplie de défis qui réduisent
sensiblement leur participation efficace le long des chaînes de valeur hautement dynamiques. L’amélioration
de la compétitivité des petits paysans et des acteurs des chaînes de valeur avec un accent sur l’efficience de la
production/transformation, requiert une intervention en capacités à prendre en considération par les agences
de développement, tandis que l’accès à l’information et à la connaissance devrait être renforcé le long des
chaînes de valeur.

6.1 Capacités et compétitivité des petits exploitants agricoles


Par Susan Minae – Ethiopia & Godrick Khisa ‘Farmer field schools’ (écoles agricoles)

Les capacités des petits exploitants agricoles dans les chaînes de valeur agricoles dynamiques, constituent un
élément important, surtout lorsqu’on considère des aspects tels que l’augmentation de la productivité et la
réduction des coûts de production. Par ailleurs, il est nécessaire de promouvoir un environnement de
facilitation en tenant compte de la place du secteur des petits exploitants dans la chaîne de valeur. Les
acteurs de la chaîne de valeur des petites et moyennes entreprises (PME) doivent examiner les questions liées
aux marchés, aux infrastructures et à l’après-récolte, tandis que les organisations agricoles doivent cerner les
préoccupations liées à la gestion et à l’accès à l’assistance technique.

Le financement de la chaîne de valeur serait couronné de succès si les aspects suivants étaient bien abordés
dans le contexte des petits exploitants agricoles: la formation du capital, la gestion des crédits et la protection
contre les risques. Les aspects de renforcement des capacités doivent être intégrés et de préférence il
faudrait évaluer les modèles existants tels que ‘l’école de la pratique agricole’, à travers laquelle les paysans
sont soutenus en matière de capacités d’observation, d’analyse et de prise de décisions, ainsi que la cohésion
des groupes, lesquels sont des éléments devant retenir l’attention.

Les questions clés relevant du financement du secteur informel/petits exploitants, comprennent: les coûts, les
compétences, l’environnement de facilitation, le manque de crédits à long terme, la promotion d’épargnes et
les produits financiers innovants.

Les caractéristiques centrales de ce secteur comprennent:

Draft Page 25
252525 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

• les méthodes de formation pratique permettant aux agriculteurs d’essayer les méthodes de gestion
eux-mêmes et d’apprendre directement les notions afférentes;
• l’étude pratique flexible sur le terrain, en se servant d’un champ collectif permettant au «champ
d’être l’enseignant»;
• un accent particulier sur l’observation, l’analyse, les débats et le dialogue, ce qui permet aux
nouvelles notions écologiques d’être combinées avec la connaissance locale;
• la mise à contribution d’un facilitateur techniquement compétent qui dirige les activités de groupe,
sans se présenter comme «source de toutes connaissances» et «source de bonnes informations»;
• œuvrer à ce que les paysans deviennent des experts et «facilitateurs agricoles» au sein de leurs
communautés.

6.2 Expériences des clients

Etude de cas no. 1: Jennifer Khaemba- Représentant des agriculteurs à DrumNet au Kenya.
DrumNet fait partie de Pride Africa qui offre des services financiers aux membres du groupe de femmes
Napakase, qui avait lancé une tontine et s’est enregistrée auprès du Ministère de la Culture et des Services
sociaux. Le groupe a été formé en matière de gestion financière. Par ailleurs, DrumNet a initié la production
et la commercialisation du tournesol. Le tournesol est une bonne alternative à la culture de la canne à sucre
avec trois saisons par an. Ce groupe dispose actuellement de 10 acres de plantation de tournesol et ses
relations avec BIDCO se sont améliorées. BIDCO assure la formation et le transport tandis qu’Equity Bank
facilite le financement.

Etude de cas no. 2: Catherine Nyaga – FIPS Processors – [Partenariat Farm Concern Intl’]
FIPS est une société de transformation de fruits de la passion et de mangues. Elle s’approvisionne auprès des
paysans des provinces de la région centrale et de la vallée du Rift, et traite actuellement 80 tonnes de jus du
fruit de la passion par mois avec un chiffre d’affaires de près de 5 millions de Kshs par mois, tandis que le jus
de mangue est évalué à 1,5 millions de Kshs par mois. Les principaux clients sont des acheteurs industriels et
institutionnels.

Bien que cette affaire soit rentable au sein d’une part de marché en croissance, FIPS fait face à une série de
défis financiers tels que les paiements par anticipation, le financement d’actifs, des locaux congestionnés, le
remboursement des crédits (remboursement tardif des crédits dans le cadre des systèmes d’octroi de prêts).
FIPS a certains domaines d’intermédiation financière à court, moyen et long terme, pour répondre aux besoins
des entreprises, particulièrement eu égard aux besoins liés aux usines et entrepôts, à la main d’œuvre et aux
besoins croissants de matériel. FIPS peut exploiter les opportunités commerciales si elles sont financées de
manière abordable.

Etude de cas no. 3: Bernard Maina – FIPS Processors [-Partenariat Farm Concern Intl’]
Bernard Maina est un commerçant qui achète de l’haricot vert auprès des petits paysans avec une capacité
actuelle de 30 tonnes par semaine et génère un revenu brut de 5 millions de Kshs par mois. Il s’implique
également dans le négoce de tomates fraiches se chiffrant à plus de 2 millions de Kshs par mois. Bernard
emploie actuellement 26 agents dont les salaires s’élèvent à près de 240.000 Kshs par mois. Les principaux
défis auxquels fait face cette entreprise comprennent: les paiements par anticipation, les équipements, le
transport et les pertes post-récoltes par manque de chambre frigorifique.

6.3 Normes de sécurité et de qualité par rapport aux marchés locaux et d’exportation
Par Francis Wario, FPEAK

La Fresh Produce Exporters Association of Kenya (FPEAK) est le fer de lance du lancement de la Politique
agricole globale du Kenya dont les objectifs clés visent: la protection de l’environnement, l’innocuité
alimentaire, l’origine des produits, le bien-être, la santé et la sécurité des travailleurs. Cette association met
l’accent sur l’innocuité alimentaire et l’origine des denrées alimentaires qui soit conforme aux conditions
kenyanes, les directives d’interprétation nationale, les grands et petits exploitants agricoles, la portée des

Draft Page 26
262626 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

fleurs et des légumes, l’application de la politique agricole globale en tenant compte des risques, «quelles»
informations faut-on partager et «comment», soit un module de système de gestion de la qualité (SGQ),
adaptable à d’autres pays.

Les principales questions relatives aux normes de la qualité par rapport aux marchés locaux et d’exportation,
sont des normes motivées par le marché, par les préoccupations environnementales, par les engagements
onéreux pour les petits exploitants agricoles, par les opportunités afférentes à la bonne qualité, par la
compétitivité et la viabilité à long terme. Cette initiative comporte certains avantages et c’est ce qui réduit
les coûts à travers: une approche d’évaluation de risques à l’analyse des terres et de l’eau; la cartographie
régionale; les repères par rapport aux normes internationales; l’expertise locale et les banques centrales
disponibles; les consultations en matière de conception et de développement. Cependant, la politique agricole
globale du Kenya fait face à des défis qui comprennent: de grands nombres à certifier, l’organisation des
groupes, les coûts et le financement, les prix du marché, l’entretien et la pérennité.

A l’avenir, la politique agricole du Kenya envisage une situation où:

o tous les agriculteurs auront l’occasion d’être certifiés par rapport à la politique agricole du
Kenya (GAP);
o le document standard sera disponible publiquement;
o seuls les organes approuvés seront capables de conférer la certification par rapport à la GAP du
Kenya;
o le document sera disponible en ligne;
o FPEAK s’embarquera sur la formation des planteurs quant aux critères en matière de normes à
travers la mise à contribution de formateurs approuvés.

7.0 POLITIQUE REGISSANT LES BANQUES AGRICOLES: APPREHENDER LES QUESTIONS


POLITIQUES

7.1 Perspectives de la Banque mondiale


Par Renate Kloeppinger-Todd

Il est nécessaire d’avoir des réformes du secteur financier et des taux d’intérêts subventionnés. La plupart du
temps, les agriculteurs n’ont pas pu avoir accès au crédit pour financer leurs activités champêtres à cause des
stéréotypes associés à des risques substantiels. Les institutions financières estiment que le financement des
agriculteurs affectera négativement leurs affaires chaque fois qu’il y a un risque ou un malheur. L’on croit que
cela aboutira à l’effondrement des institutions financières à cause de la perte et par conséquent, il est
nécessaire d’introduire de l’innovation et plus de politiques financières conviviales et des taux d’intérêts
subventionnés en faveur des petits exploitants agricoles du secteur, afin de permettre aux agriculteurs d’avoir
accès aux prêts beaucoup plus facilement et de développer des compétences prudentielles pour rembourser les
prêts après que leurs cultures sont mûres, récoltées et vendues. L’accès des agriculteurs aux marchés n’a pas
cessé de susciter un problème majeur malgré les bonnes récoltes et la bonne qualité de produits enregistrées.
En conséquence, cela requiert le renforcement des politiques de crédit agricole et rural, et la principale tâche
est d’aborder la stabilité microéconomique, l’instabilité des prix et la nécessité de les maintenir à un seul
chiffre, le contrôle des taux d’intérêts tout en explorant les possibilités de les réduire, le contrôle des taux de
change à l’exportation et à importation faisant l’objet de contrôles de devises étrangères.

7.2 Le secteur fiscal discute des politiques et concessions fiscales


Le secteur fiscal devra discuter des politiques et concessions fiscales dans la perspective d’assurer qu’il y ait
un traitement fiscal. Au niveau des dépenses dans le secteur agricole, une priorité est accordée aux
infrastructures et l’on se focalise également sur d’autres politiques du secteur financier en vue de l’efficience,
de la stabilité et de la technologie pour un meilleur accès aux marchés, des questions politiques sur les
subventions et sur le taux de subvention. Les principales questions sont les suivantes:

Draft Page 27
272727 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

 Subventions des taux d’intérêts par les institutions financières


 Subventions des technologies qui développent les activités agricoles
 Mêmes les politiques qui sont externes
 Petits acteurs améliorant les petits acteurs
 Entrepôts et qualité (récépissés d’entreposage / entrepôts en douane)
 Environnement politique et mise en œuvre, etc.

7.3 Rôles des banques centrales


Par Abdoul Anziz – UNCDF

Les rôles des banques centrales devraient normalement se focaliser sur la mise en place d’un environnement
de facilitation propice aux investissements financiers privés, bilatéraux voire-même multilatéraux.
L’ingérence et une réglementation superflues stagnent ou empêchent l’expansion de l’investissement financier
dans n’importe quel pays.

La définition d’un cadre pour la formulation des politiques, est un rôle majeur des banques centrales et devrait
être à l’avant-garde de la mise en place des politiques saines dans le secteur financier privé, de sorte à assurer
un traitement équitable entre les acteurs. Dans plusieurs pays en Afrique, il n’y a pas d’équité dans la façon
dont les gens conduisent les affaires dans le secteur des services financiers. Les lois ne sont pas appliquées de
manière uniforme et elles ont des lacunes qui permettent à certains acteurs de contourner la loi en vigueur
pour leurs gains personnels, par manque de supervision et d’obligation redditionnelle.

Le renforcement des capacités de la clientèle constitue un élément clé. Les clients se retrouvent souvent dans
des problèmes par manque de plateforme pour le développement des capacités leur permettant de faire des
choix avisés. Dans le même ordre d’idée, cela engendre une perte massive des montants substantiels d’argent.

La promotion des services bancaires viables, est une initiative importante des banques centrales: les études de
cas mentionnées sont celles de la Central Bank of Sierra Leone et Agricultural Development Bank of Ghana.
Les initiatives devraient viser à appuyer des systèmes agricoles rentables, des politiques macros d’appui aux
infrastructures rurales et à la recherche, afin de déblayer la voie pour l’évolution de meilleurs méthodes et
produits agricoles, susceptibles d’assurer l’efficience et de meilleurs rendements et de promouvoir la
concurrence.

7.4 Perspectives politiques de la Central Bank of Kenya


Par Cassian Nyanjwa

Points saillants:
La principale mission de la Central Bank of Kenya est d’assurer la stabilité macroéconomique à travers la
stabilité des prix, et veiller à ce que l’inflation soit maintenue à un seul chiffre. En conséquence, les
initiatives politiques visent à développer le crédit agricole et rural. Par ailleurs, les politiques permettent de
contrôler les taux d’intérêts et les taux de change des devises étrangères des exportations au niveau des
importations.

Le projet de loi récemment élaboré sur les institutions de micro-finance (IMF), sera mis en œuvre pour prévoir
des concessions aux frais de licences d’exploitation en vue de la création de nouvelles agences, des meilleures
technologies pour un meilleur accès, et des réformes juridiques pour la régulation. Les sociétés coopératives
seront organisées par un projet de loi promulguée au Parlement, ce qui s’appliquera aussi à la création des
banques rurales agricoles, ainsi qu’une législation sur la Communication Commission of Kenya (CCK), la Central
Bank of Kenya (CBK) et les services bancaires par téléphone cellulaire mobile et d’autres moyens de transfert
d’argent.

Draft Page 28
282828 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

7.5 Les défis des banques centrales de la région


Les banques centrales manquent souvent d’autonomie par rapport aux décideurs. Cependant, il faut donner
aux décideurs la liberté d’action de formuler des politiques utiles et sensibles aux marchés, qui manquent
d’opportunisme et qui ne se focalisent pas nécessairement sur la macroéconomie. Par conséquent, l’équilibre
régulation/supervision (la régulation excessive peut détruire les banques) requiert un bon cadre réglementaire
qui permette de promouvoir le secteur. Ce qui permettra aux institutions financières d’être sensibles aux
besoins du marché et de concevoir des produits motivés par le marché susceptibles de stimuler la croissance
dans le secteur financier et, partant, promouvoir la macroéconomie. Toutes les parties prenantes prônent une
vision commune et une politique conjointe (toutes les institutions et les banques centrales) afin d’éviter la
collision. Les banques centrales disposent d’un cadre pour établir le lien entre les praticiens et les banques.
Une vision commune assurera la synergie et une meilleure coordination tout en se traduisant par des politiques
bien enracinées, motivées par le marché et sensibles à l’économie.

7.6 Principales politiques au sein des banques agricoles


Par Nicholas Waiyaki (KIPPRA)

Les politiques macroéconomiques doivent être saines pour appuyer les secteurs agricole et financier, en offrant
des opportunités pour des systèmes agricoles et des infrastructures rurales rentables, la recherche et
l’évaluation des politiques financières. Certaines des politiques font état de cas de défaillances en définissant
un cadre juridique bien solide qui soit obligatoire pour tous les acteurs et favorable à l’agriculture rentable.
Un système foncier sécurisé constitue une contrainte majeure dans les opérations des banques agricoles. Il est
bien connu que très peu de personnes en zones rurales disposent des titres fonciers. Peut-être cela explique la
raison pour laquelle 50% des gens n’ont pas accès aux fonds par manque de nantissement. Les politiques qui
encouragent la politique sectorielle financière, permettent le crédit rural et le financement des petits
exploitants agricoles. Les gouvernements devraient œuvrer pour écarter le pouvoir inutile de l’Etat de
contrôler, de réguler et surtout le taux d’octroi des subventions.

7.7 L’agriculture est le principal soutien de la majorité des populations nigérianes


Par Donatus Etim, Central Bank of Nigeria

Selon l’auteur de cet exposé, l’agriculture était la principale source de devises étrangères avant la découverte
du pétrole dans les années 1970. Cependant, à l’instar d’autres économies agricoles en Afrique, le principal
problème du Nigéria demeure le déficit de financement par l’Etat et par le secteur privé. La plupart de la
population, estimée à 65%, n’a pas accès au financement.

Le développement est l’essence-même des politiques de crédit agricole du gouvernement. Les objectifs du
Nigeria pour le développement visent l’alimentation, l’éradication de la pauvreté, la création de l’emploi, la
réduction de l’exode rurale, la réduction de la dépendance vis-à-vis de l’importation des denrées alimentaires
et la croissance des revenus en devises étrangères.

L’objectif principal du crédit agricole vise à mettre en place un système efficace de systèmes, de programmes
et d’institutions de financement de l’agriculture, capable de fournir des services de microcrédit et de macro-
crédit, aux petits, moyens et grands producteurs, industriels et marchés.

• Raisons de l’échec des initiatives passées


Le manque de volonté de la part des banques conventionnelles de fournir des services efficaces et de
soutenir les micros-entreprises, la pénurie des fonds, l’incompétence en matière de gestion et le manque de
contrôle d’entreprise, la mauvaise administration du crédit, l’absence d’institutions d’appui dans le secteur,
etc.

• Les défis auxquels font face la plupart des régimes, programmes et institutions qui ne sont pas
suffisamment financés pour une prestation efficace, des procédures fastidieuses, le déficit

Draft Page 29
292929 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

d’infrastructures et l’ingérence politique indue dans les opérations de prêts, ainsi que des structures
juridiques faibles, entre autres.

Il a été recommandé que les perspectives d’avenir doivent inclure des dotations budgétaires adéquates et des
remboursements à échéance, la création d’un Fonds pour le développement de la micro-finance, la revue des
politiques régissant les institutions, régimes et programmes, pour leur permettre d’appuyer la valeur ajoutée à
la production agricole, etc. Le plus important, c’est la synergie entre les institutions prestataires de crédits.

8.0 BOURSES DES PRODUITS DE BASE ET ATTENUATION DES RISQUES

Aperçu:
Les risques affectant le crédit agricole peuvent être en général regroupés en risques systémiques/corrélatifs et
en risques idiosyncratiques/indépendants. Les risques systémiques comprennent en général les risques liés à la
production (pratique agricole, temps/climat, insectes nuisibles, etc.), les risques liés aux prix et les risques
politiques (interdictions d’exportation, contrôle de prix, annulation de la dette, etc.). Les producteurs et les
bailleurs font face à l’impact de ces risques systémiques. Les risques idiosyncratiques comprennent les risques
auxquels fait face l’emprunteur (la vie, la santé, les biens, etc.), ainsi que ceux auxquels fait face le bailleur
(défaillance volontaire, mauvaise estimation de la solvabilité, mauvaise fixation des prix, etc.).

Cette séance a été présidée par M. Juma Reli, Gouverneur adjoint de la Bank of Tanzania et a porté sur trois
exposés sur les stratégies d’atténuation des risques, les options de mobilisation des ressources pour
l’agriculture et comment juguler les risques à travers la gestion des produits de base.

8.1 Stratégies d’atténuation des risques


Par Ajai Nair, Consultant de la Banque mondiale

L’insuffisance ou la non-existence de stratégies d’atténuation des risques, se traduit par des faibles
investissements dans l’agriculture et dans l’agro-industrie, la disponibilité limitée de financement pour
l’agriculture et l’agro-industrie, l’adoption tardive de la technologie agricole, et le faible pouvoir de
négociation des producteurs sur les marchés des produits de base. Ce qui, à son tour, entraîne la forte
volatilité des revenus des ménages et de la sécurité alimentaire. L’impact sur les faibles revenus des ménages,
est plus prononcé car ces derniers doivent réduire la consommation et vendre leurs biens pour faire face aux
chocs causés par ces risques. Ces deux stratégies de survie aboutissent à une réduction des revenus futurs et
maintiennent ainsi la plupart des ménages dans la pauvreté.

Une meilleure gestion des risques dans le crédit agricole, suppose la maîtrise de ces risques à différents
niveaux: au niveau de l’emprunteur, au niveau du prêteur et au niveau de l’économie. Au niveau de
l’emprunteur, cela signifie la réduction et la gestion des risques directement liés à la pratique agricole, ainsi
que ceux liés à la vie, à la santé et aux actifs productifs. L’utilisation des semences améliorées, des pratiques
et de la technologie agricole, des services de développement agricole, ainsi que l’accès à l’assurance agricole,
permettent de réduire directement les risques agricoles. L’accès à l’assurance vie, à l’assurance médicale et
à l’assurance des actifs, réduit la vulnérabilité à ces risques. Le risque découlant de la fluctuation des prix des
produits agricoles, est mieux géré à l’aide d’outils physiques tels que les ventes à terme et les contrats
garantissant des prix minimum, tout comme des outils financiers tels que les options (typiquement à travers
des intermédiaires).

8.2 Options pour la mobilisation des ressources en faveur de l’agriculture


Par Jimnah Mbaru, Kenya Stock Exchange (NSE)

La Stock Exchange (bourse des valeurs) sert de marché pour des transactions primaires et secondaires. Elle est
en fait affiliée à l’Association africaine des bourses des valeurs (ASEA) qui vise à promouvoir une coopération
systématique, améliorer l’échange d’informations et définir des normes de marché harmonisées. A la date
d’octobre 2007, la NSE gérait 74 bons de trésor, 53 sociétés cotées, 6 obligations de sociétés, 7 banques

Draft Page 30
303030 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

d’investissement avec licences d’exploitation, 11 courtiers agréés et des transactions boursières. Le marché
secondaire d’actions s’est nettement développé grâce à l’amélioration de la gouvernance et des stratégies qui
assurent une bonne performance. La performance boursière de la NSE dépend des marchés primaires
d’actions, de la performance des actions du marché secondaire et des marchés primaires et secondaires
d’actions.

Les facteurs stimulant la bourse des valeurs sont:


• l’économie,
• le cycle monétaire économique, notamment la récession, la reprise, le plein essor, puis l’expansion
ou la récession prolongée,
• les effets de la technologie, tels que CDS & ATS,
• une meilleure rentabilité des entreprises, meilleurs revenus en devises, meilleurs transferts de fonds
de la diaspora,
• une plus grande participation du marché,
• le nombre accru des véhicules d’investissement,
• la privatisation pour financer le déficit budgétaire,
• les avoirs des Kenyans à l’étranger,
• l’augmentation des fonds détenus par les institutions,
• les investisseurs étrangers,
• les capitaux privés sont devenus une source importante de financement.

Le rôle de la bourse des produits de base, est de faciliter la compensation des transactions d’échanges de
produits sans aucun impact sur les biens physiques jusqu’à l’expiration des contrats, sur les offres, les types,
les acteurs du marché, les agriculteurs.

Il faut préciser que les produits contrôlés par des conseils, sont étroitement régulés et de nombreux petits
producteurs sont handicapés par la stabilité basée sur les clients dans un environnement où les institutions
s’impliquent dans la contrebande, surtout les coopératives, par manque d’efficacité et à cause des
bureaucraties internes aux postes d’élection et dans le processus de prise de décisions. Par ailleurs, il existe
des questions telles que des approches conservatrices et la libéralisation partielle de certains secteurs de
produits de base (café), lesquelles ont tellement causé des problèmes.

Il existe plusieurs options pour mobiliser des ressources, notamment les actions/capitaux privés, les bons de
trésor, les obligations émises par les sociétés – avec l’appui d’une bonne réputation de l’organisation, la
sécurisation et des prêts syndiqués.

Enfin, le rôle du gouvernement dans la création de la bourse, est de faciliter l’octroi des subventions
ponctuelles, réformer le secteur, accorder l’exonération de taxes sur les revenus en devises, assurer
l’entreposage (subventionné), planifier une agence de régulation des produits de base, capable de lever des
fonds à travers la NSE, mener les réformes essentielles pour des MCE réussis au Kenya, les perspectives
d’avenir pour les MCE, la coopération et l’appui nécessaires du gouvernement.

8.3 Aborder les risques à travers la gestion des produits de base


Par Andre Soumah (ACE Control)

Le système de récépissés d’entrepôt s’est développé en un domaine hautement dynamique qui intègre les
services financiers dans des chaînes de valeur agricoles selon des termes et conditions négociables ou non
négociables. Cependant, ces systèmes doivent se reposer sur un cadre juridique stable visant à protéger
globalement tous les acteurs du marché. ACE qui pratique le système de récépissés d’entrepôt depuis 11 ans
dans 73 pays, a présenté les paramètres clés de succès comme suit:

• la fiabilité, comme condition clé pour tous les acteurs,


• le contrôle de la qualité et du poids, soumis à toutes les transactions,

Draft Page 31
313131 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

• les services de suivi et de contrôle,


• les procédés doivent intégrer la production, la distribution et la collecte,
• des polices d’assurance bien établies le long de la chaîne de valeur,
• les opportunités de financement et de structuration.

Les types de vente appliqués par ACE comprennent: la vente à terme, la vente à terme ferme et la vente au
comptant, tandis que l’atténuation du risque lié au crédit se fait en se focalisant sur le produit et non sur le
client. Les procédures de transaction sont guidées par divers modèles avec des éléments concernant:

• les contacts
• l’identification et la vérification
• la fixation de prix
• les contrôles
• les méthodes d’atténuation du risque.

9.0 DIALOGUE OUVERT – EXPERIENCE AND TENDANCES


Cette séance a attiré divers experts qui ont présenté des exposés sur différentes perspectives liées au
financement de la chaîne de valeur.

9.1 Expérience de la Standard Chartered Bank


Par Stephen Muriu

La Standard Chartered Bank, à l’instar de la plupart des banques, offre des services bancaires en gros et en
détail, tout en desservant des clients institutionnels et d’entreprises avec des prestations de qualité
internationale sur la base des produits qui sont innovants et qui répondent aux besoins des clients. Elle offre
également aux clients des solutions intégrées sur mesure: services de transaction, crédit, gestion de risque,
avis consultatifs et placements. Quant aux négociants de produits de base et à l’agro-industrie (CTA) en
Afrique, le message clé est de mettre en place une bonne couverture clients, identifier les opportunités de
croissance existant sur nos marchés, avoir des compétences pour fournir des solutions bancaires cohérentes et
efficaces, et maintenir des partenariats solides avec les clients. Les clients institutionnels concernés relèvent
des négociants de produits de base et des secteurs de l’énergie, des métaux, des mines et de l’agro-industrie.

En ce qui concerne les flux de la chaîne de valeur agricole, ces derniers ont les caractéristiques suivantes:

o Arbitrage de céréales et d’engrais, financement structuré du fonds de roulement, crédit à terme,


o Préfinancement, fonds de roulement
o Inventaire d’entrepôt SPV-Repo
o Crédits structurés recouvrables
o Financement de la dette, fonds de roulement, devises étrangères, dérivés et échéances.

Principaux facteurs de motivation et tendances clés


o L’Afrique pourrait devenir le grenier du monde si les défis liés au manque d’infrastructures et au
déficit de financement, pourraient être relevés.
o Un accent de bout en bout sur le crédit agricole en Afrique, est crucial (production, transformation,
commercialisation, collecte) pour créer des économies d’échelle à l’appui du développement des
infrastructures et de la commercialisation et revenir au volet de production.
o Le commerce agricole entre l’Afrique et l’Inde, et entre l’Afrique et la Chine, stimulera les
économiques agricoles.
o Les programmes des gouvernements africains selon lesquels les pays devraient réaliser la sécurité
alimentaire – accent particulier sur le volet de production.
o L’Etat devrait se focaliser sur la diversification dans des produits de rente (café, huiles, caoutchouc,
cacao, etc.).

Draft Page 32
323232 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

o Le risque élevé en Afrique engendre des rendements élevés jusqu’en 2010.


o Des opportunités en biocarburants.

9.2 Expériences sur le terrain: Enseignements tirés du financement de la chaîne de valeur


Par Sanga – Basix India

En Inde, l’accent majeur du système agricole sur le transfert de technologie du laboratoire au terrain, n’a pas
réussi pour les raisons suivantes:

1. Les expériences conduites n’étaient pas appropriées pour les paysans, étant donné qu’elles n’étaient
pas pratiques à cause des exploitations foncières clairsemées et désagrégées;
2. Les besoins des paysannes et des ouvriers agricoles sont négligés;
3. Mauvais réseau de vulgarisation.

Par ailleurs, en Inde la commercialisation et l’agriculture spécialisée prennent de l’ampleur, ce qui suscite la
nécessité des services de vulgarisation spécifiques au contexte, ainsi qu’un appui ferme au développement des
compétences, à l’accès au savoir-faire technique, aux informations sur les marchés, et aux marchés.

Points saillants
Cette chaîne de valeur s’est évoluée comme la stratégie Basix, une stratégie de subsistance avec des
partenaires en vue des liens en aval et en amont, autrement connue comme ‘chaîne de valeur de pomme de
terre’ regroupant 2.000 cultivateurs avec une base de revenus. Il s’agit de différentes variétés et des groupes
de paysans ont été constitués aux fins d’efficience. Dans cette chaîne, Frito assure le service technique,
fournit les semences et le crédit aux paysans, l’emballage, le classement et le triage, le marché assuré –
paiement après 10 jours, génère collectivement 20% de gain net à l’agriculteur, fait le lobbying auprès du
gouvernement pour des subventions, l’assurance des paysans, et recouvre les prêts jusqu’à près de 90%.

En ce qui concerne le coton, Basix achète des pesticides auprès des magasins, fournit la technologie
nécessaire, octroie des crédits aux groupes de paysans, et a mis en place des mécanismes de pression de pairs
au sein des groupes, afin d’assurer le remboursement des prêts, met les paysans en contact avec les sources
d’approvisionnement des intrants et fait le marketing des produits, tout en assurant la valeur ajoutée et en
fournissant des informations sur les marchés. Par ailleurs, des partenariats public-privé sont encouragés.
Cependant, il y a des leçons tirées de cette chaîne de valeur qu’il y a lieu de partager. Il y a une approche
globale adoptée à l’assurance et aux dérivés de produits, en vue de l’atténuation du risque et l’accès aux
principaux marchés.

10.0 INNOVATIONS, CAS DE SUCCES ET CE QUI PEUT ETRE REPRODUIT EN AFRIQUE

10.1 Innovations et expériences dans le financement de la chaîne de valeur


Par Kenneth Marangu – Kenya BDS

Le programme Kenya BDS est une activité de 6 ans financée par l’USAID, mise en œuvre par le Groupe des
marchés émergents (EMG) et dont l’objectif vise à stimuler la croissance et les revenus parmi les micros et
petites entreprises, à travers un meilleur accès aux services commerciaux. Les principaux domaines
d’intervention sont:

o Les arbres fruitiers (passion, mangue, avocat)


o Les poissons du lac Victoria (perche du Nil, tilapia et sardines)

Ce processus comprend la sélection de l’industrie cible, la conduite d’analyse de la chaîne de valeur,


l’identification et la priorisation des contraintes, la conception des interventions, le processus d’appel d’offres
parmi les entreprises locales, la sélection, l’appui et le suivi. Les facteurs sous-jacents qui influencent la
chaîne sont la culture et les services de pulvérisation qui peuvent accroître les récoltes de grade 1, l’incapacité

Draft Page 33
333333 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

des paysans à avoir accès aux produits agrochimiques ou parce qu’ils n’en ont pas les moyens, la matériel de
pulvérisation et la main d’œuvre afférente, les normes de production de plus en plus strictes de l’Union
européenne exigent l’usage approprié des pesticides spécifiées et le fait que, par exemple, ce programme de
prêts est un partenariat entre Equity Bank, KBD - Sociétés de gestion collective et le marché d’exportation.

Pour assurer le développement de l’agriculture, les approches suivantes doivent être adoptées: identifier et
développer des prestataires indépendants de services de pulvérisation agrochimique, éduquer les paysans sur la
nécessité de la gestion intégrée des nuisibles et des services de pulvérisation agrochimique, la facilité de crédit
aux groupes d’agriculteurs pour les services de pulvérisation agrochimique et le contrat de livraison avec
l’exportateur. Les paiements par des systèmes de compensation à travers la banque, pour permettre à celle-ci
de déduire les prêts que lui doivent les paysans. La banque et les prestataires de services de pulvérisation
agrochimique devraient consolider mensuellement les recettes de service pour le paiement de la banque.

Outre ce qui précède, il y a la gestion du processus de prêt comme suit:

• mettre en place un contrat de livraison entre les paysans et l’exportateur,


• les paysans en groupe remplissent le formulaire de demande de prêt et concluent un accord
d’hypothèque immobilière avec Equity Bank (couvrant toute la saison),
• les formulaires de demande sont consolidés au niveau du groupe et soumis à la banque,
• la banque approuve le prêt pour la saison,
• l’hypothèse est posée que la saison de pulvérisation court de juillet à février,
• l’hypothèse est posée que la période de remboursement court de mars à juin,
• les paysans vendent les fruits à l’exportateur,
• l’exportateur verse le produit de vente à la banque (avec une ventilation détaillée de paiement par
groupe),
• la banque paie les groupes de paysans: moins une déduction de 20% au titre du remboursement de
prêt jusqu’à l’amortissement complet (le prêt doit être amorti selon une certaine échéance).

10.2 Financement des petits exploitants agricoles


Par Jonathan Campaigne- DrumNet

Le système de financement, de production, de commercialisation et de distribution des cultures des petites


exploitations agricoles, est inefficace, causant ainsi des pertes de revenus et de bénéfices à tous les
participants le long de la chaîne de transaction, mais particulièrement au paysan lui-même.

PRIDE AFRICA, durant les 15 dernières années, a réussi à concevoir et à mettre en œuvre un modèle de
microcrédit par échelles pour le secteur informel – un réseau de 90 agences desservant plus de 200.000
bénéficiaires dans la région. La micro-finance marche et il s’est avéré que les populations pauvres sont
banquables seulement dans les zones urbaines et périurbaines. Par conséquent, il faut actuellement mettre
l’accent sur la conception d’un modèle de chaîne de prestation de services à l’intention des petits exploitants
agricoles.

La valeur du modèle
 Les paysans peuvent avoir accès au crédit et aux marchés à travers leurs interactions avec DrumNet, en
remboursant leurs prêts avec le produit de vente de leurs récoltes.
 Les gros acheteurs ne sont pas tenus de gérer des programmes de crédit fastidieux à forte
concentration de transactions, pour assurer des livraisons fiables de produits. Plutôt, ils émettent un
seul chèque à l’ordre de DrumNet pour chaque récolte.
 Les revendeurs peuvent trouver de nouveaux clients sans être obligés de vendre leurs produits à crédit
à court terme.
 Les banques peuvent exploiter un marché actuellement non disponible, d’épargnes et crédits, tout en
évitant des coûts élevés de transaction.

Draft Page 34
343434 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

 Pour les participants, les paiements se font selon un calendrier convenable, sans impliquer pour la
plupart des transactions en liquidité, augmentant ainsi la sécurité et la précision.
 DrumNet permet à tous ses membres de se concentrer sur leurs activités clés et de se servir du réseau
pour l’intermédiation du flux d’informations et de fonds.

Figure 5: Plateforme de gestion de la chaîne de l’offre reliant les services financiers et non financiers aux
acteurs de la chaîne de valeur

Acheteur/ Banque

Revendeur
Groupes d’auto-
assistance

Farmer Field Schools

10.3 Commercialisation des petits exploitants selon ‘l’approche de village commercial’


Par Mumbi Kimathi – Farm Concern

L’approche ‘village commercial’ vise à commercialiser un village africain typique en constituant des groupes de
producteurs et en les regroupant dans un modèle de village. Le village communautaire regroupe 500 ménages
et couvre actuellement 600.000 HH (en moyenne 6 membres/HH), une unité de coordination du village, ainsi
qu’une structure de leadership à niveaux multiples. Il existe un comité exécutif qui dirige la
commercialisation, et des sous-comités chargés des questions financières, sociales et de marketing.

Cette approche est destinée à déclencher la commercialisation à travers l’identification des marchés, la
conduite d’analyse de la chaîne de valeur, l’identification des voies d’accès aux marchés, le développement
des partenariats de chaîne de valeur, la priorisation des produits offerts par les paysans, en évitant une gamme
trop large ou une gamme trop restreinte, la conduite d’analyse coût-bénéfice le long de la chaîne du champ-
au-marché, l’évaluation des paysans cibles, l’analyse de la zone agro-écologique et la cartographie des BDS.

Etude de cas sur les légumes traditionnels africains


Il s’agit d’une initiative de Farm Concern mise en œuvre dans le cadre de CVA. Certains des points saillants
mentionnés sont les suivants: la consommation des légumes traditionnels africains à Nairobi est passée de 31
tonnes en 2003, à une valeur ex-champ estimée à 6.000 $EU, à 600 tonnes en 2006 à une valeur ex-champ de
142.860 $EU. Le prix ex-champ s’est accru de 30% et il est estimé que la livraison actuelle de 500 tonnes
représente 60% de la demande.

Draft Page 35
353535 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Le réseau de distribution des légumes traditionnels africains comprend des supermarchés, des kiosques, des
marchés informels et marchés de rue. Ce modèle est censé combler le fossé entre la pauvreté et la solvabilité
en déclenchant la commercialisation, en aidant les paysans à avoir accès aux services du marché financier,
telle une ligne de crédit pro-pauvres. Ces services financiers sont censés susciter la croissance des revenus à
partir des épargnes mandataires des ventes, et des remboursements de prêts recouvrés à partir des paiements.
Grâce à cette initiative, Farm Concern International compte parmi les 5 lauréats mondiaux du Défi d’initiatives
pro-pauvres.

10.4 Technologie de transfert de fonds dite ‘M-PESA’


Par Joseck Mudiri, Safaricom

M-PESA est une technologie de transfert d’argent à l’aide de téléphones cellulaires, mise au point par la
société Safaricom, un important fournisseur de services cellulaires au Kenya. Ce système a été conçu dans le
but de fournir des services financiers aux nombreux kenyans qui n’ont pas accès aux services bancaires
conventionnels, et était initialement un projet pilote cofinancé par DFID pour rendre le financement plus
accessible, avec les caractéristiques suivantes:

• Le système est basé sur de gros volumes de transactions à faible valeur et fonctionne à travers des
guichets-caisses enregistrés et agréés;
• L’usage est destiné aux personnes ayant accès et n’ayant pas accès aux services bancaires, lesquelles
requièrent une simple carte SIM pour les transactions, et assure une plus grande disponibilité. Il est
également convenable pour ceux qui ont des comptes en banque;
• Les clients peuvent se servir de ces services pour alimenter leurs comptes M-PESA par voie
électronique, échanger l’argent électronique contre la liquidité, transférer l’argent à un autre client
en donnant des instructions par messages SMS, et acheter des cartes prépayées de recharge Safaricom ;

Les clients s’inscrivent auprès des agents:


1. Remplir un formulaire 2. Recevoir une carte SIM de la nouvelle générale*
3. Enregistrer leurs comptes 4. Envoyer un message SMS à M-PESA.

M-PESA opère 1.050 guichets-caisses. M-PESA est une valeur électronique [e-argent] appuyée par de l’argent
réel déposé dans un compte bancaire conventionnel. Ceux qui utilisent ce service peuvent acheter l’argent
électronique contre la liquidité, transférer celle-ci à d’autres personnes par le truchement d’instructions par
messages SMS, vendre l’argent électronique contre la liquidité. M-PESA opère le Trust Account (compte
confiance) alimenté par l’argent réel, et enregistre ceux à qui appartiennent les fonds.

11.0 MOYENS EFFICACES POUR TOUCHER LES PETITS PAYSANS

Plusieurs exposés ont été présentés sous ce thème important.

Aperçu:
Le coût élevé des intrants et des technologies, constitue le principal revers pour les petits paysans en Afrique,
tandis que la mondialisation des marchés complique davantage la situation, en poussant graduellement les
petits exploitants agricoles hors des principaux systèmes de commercialisation. Les petits paysans se focalisent
sur l’agriculture de subsistance, ce qui réduit davantage leur capacité à participer effectivement aux marchés,
avec comme conséquence moins de capacité d’accès au financement, se traduisant par un faible pouvoir
d’achat quant à l’acquisition des technologies et des intrants. Le nouveau débat sur la question de savoir ‘s’il
est trop tard pour l’accès aux marchés mondiaux par les petits paysans’, reflète des efforts limités pour
renforcer les capacités des acteurs à la base de la pyramide. La menace émergente pour les petits exploitants
agricoles en Afrique, est une menace directe au système de production de l’Afrique dont la force motrice
demeure à priori les petits paysans.

Draft Page 36
363636 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Contre cette toile de fond, il est nécessaire d’élaborer de toute urgence, des approches innovantes pour
toucher les petits paysans, renforcer leurs capacités à participer aux systèmes nationaux, régionaux et
mondiaux, et modifier davantage les services de promotion commerciale afin de les adapter aux systèmes
ruraux et périurbains.

11.1 Expérience de la Fédération Caisse Populaire du Burkina


Par Celestine Toe

La FCPB compte 154.000 membres et a conçu divers programmes pour répondre aux besoins de ces derniers,
avec un accent particulier sur les femmes qui représentent au moins 23% de l’effectif total des membres.
Cependant, le risque des femmes emprunteuses est unique, et des mécanismes ont été mis au point pour gérer
les risques des femmes à faibles revenus. Certains des principes appliqués pour réduire le risque comprennent:
traiter avec un groupe de solidarité, mobiliser les chefs de village pour l’engagement, analyser les besoins à
travers le groupe de solidarité et procéder graduellement selon les besoins, tout en limitant le montant offert.
Les agents communautaires constituent des systèmes d’appui importants bien que des systèmes de
nantissement et d’assurance soient en place. Les services financiers de la FCPB ont sensiblement augmenté
l’accès au crédit par les femmes au Burkina Faso.

11.2 Financement de la chaîne de valeur


Par George Odo, CARE International

CARE International privilégie le financement de la chaîne de valeur comme intervention pour introduire les
petits exploitants aux activités génératrices de richesse/revenus, et renforcer leurs capacités à profiter des
opportunités émergentes sur les marchés. Cependant, les petits exploitants ne sont pas attrayants aux
prestataires de services financiers à cause du manque de nantissement, de la faiblesse de leurs institutions, du
coût élevé de transactions et du manque d’expérience d’entreprenariat.

Pour relever les défis auxquels font face les petits exploitants, CARE International a mis au point un modèle qui
applique systématiquement les étapes suivantes:

o Marché d’origine
o Conclusion de contrats
o Les paysans peuvent avoir accès aux intrants et aux crédits – auprès du secteur privé, y compris
les acheteurs.

A travers le processus de mise en œuvre, CARE International a tiré des enseignements clés qui ont contribué au
succès du modèle. Certaines des leçons apprises comprennent: le modèle ne devrait perturber le marché, les
questions de pérennité par rapport au modèle, l’intégration du secteur privé dans le modèle et l’inadéquation
du financement traditionnel.

La diapositive ci-après montre l’approche de CARE à l’intégration des petits exploitants, où la proposition
commence par le marche et va dans le sens inverse.

Figure 6: Approche de Care

Draft Page 37
373737 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Aggrégation de la demande des petits exploitants pour les biens


et services Intrants/avances sur le crédit
Préfinancé par le
sponsor/exportateurs/acheteurs
Biens Intrants
Demande
Sponsor du
marché

Produit ‘Contrats’ du marché


Comme nantisseement

Aggrégation des marchandises des petits


exploitants

11.3 Approche intégrée à la desserte des petits paysans en Zambie


Par Margaret Mwenya, ASDI / ASP Zambie

L’approche de mise en œuvre de l’ASDI/ASP Zambie a été conçue sur la base de quatre composantes qui
comprennent: l’entreprise, les terres & le bétail, les infrastructures et le renforcement des capacités.
L’intervention se fait essentiellement à travers des facilitateurs qui sont des fonctionnaires d’Etat, à l’aide
d’un ‘cycle de facilitation’. A travers le ciblage, les ménages sont organisés en groupes de 100 ménages par le
facilitateur. Le cycle de facilitation a des liens en amont et en aval dans un modèle avec des boucles et
réseaux d’auto-évaluation.

Figure 6: Cycle de facilitation de ASP

ASP Uses a
process of
facilitation to
assist small
scale farming
households to
build their
Entrepreneursh
ip skills as well
as their
businesses

Draft Page 38
383838 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

L’organisation se focalise sur une diversité ciblée de bétail et les courtiers sont équipés pour jouer le rôle
d’intermédiaires sur le marché. L’approche basée sur des liens avec le marché et l’accès aux services
financiers, a effectivement transformé les ménages de paysans en entrepreneurs. L’orientation commerciale
des activités agricoles, a graduellement augmenté la demande pour les services financiers, se traduisant par la
création réussie de 800 régimes de planteurs. Les expériences de l’ASDI/ASP dans l’autonomisation des
paysans, ont abouti à des conclusions selon lesquelles les organisations doivent s’écarter des interventions
techniques et s’orienter vers la commercialisation des paysans, alors que la rentabilité et la pérennité
devraient être les objectifs prioritaires des projets en Afrique.

Après la présentation par ASP, une paysanne qui avait travaillé en partenariat avec ASP a partagé son
expérience comme suit:

11.4 Ce qui a marché – Leçons apprises sur le terrain


Par Helga Malamba (Paysanne appuyée par ASP – Zambie)

Au fil des ans, l’agriculture s’est avérée être une activité peu rentable pour les petits paysans, surtout avec un
accent particulier sur la production du maïs en Zambie. Les agriculteurs ont été équipés pour constituer des
groupes d’intérêt de différentes entreprises et il y a eu l’identification participative des entreprises en
impliquant les ménages et les groupes d’intérêt. Ce processus participatif a permis d’adopter une approche
par étapes à la génération d’idées, à la création d’entreprises, à l’amélioration des affaires, à l’expansion des
entreprises, aux compétences des femmes en matière d’entreprenariat, à la gestion financière et des registres,
à l’agriculture contractuelle et à l’identification des opportunités après les séances de formation.

L’activité identifiée pour offrir des opportunités aux petits paysans dans divers villages, a été la plantation de
l’arachide par un groupe de femmes, en commençant par 20 kg de semences d’arachide et en étendant
progressivement les activités champêtres. Avec le temps, le groupe de femmes, dirigé par Helga, s’est
diversifié dans l’élevage de porcs en commençant par 2 porcs. Par ailleurs, les femmes ont conduit une étude
de marché pour leur permettre de comprendre les tendances sur le marché, ce qui a sensiblement contribué à
l’appréciation des besoins du marché. Le groupe a commencé par générer un revenu de 6.000 dollars par an et
se propose de porter son stock à 25 porcs.

Comme vision, les femmes veulent améliorer leurs logements et appuyer l’éducation de leurs enfants.
Cependant, le groupe fait face à de gros défis en matière d’accès aux crédits et à l’appui financier pour
assurer le suivi de ses membres. Les capacités techniques du groupe ont été renforcées à travers des visites
d’étude au Congo, aux banques villageoises à Mbeya en Tanzanie et au sud de la Zambie, pour apprendre
l’agriculture de conservation et des visites à d’autres paysans. Le succès et la cohésion du groupe de femmes
dans cette entreprise, ont été possibles grâce aux épargnes du groupe, à l’agriculture axée sur le marché et
aux mécanismes améliorés de sécurité alimentaire.

12.0 SEANCE DE CLOTURE

12.1 Résumé des conclusions et recommandations du 3ème Forum des banques agricoles de l’AFRACA
Le Résumé des conclusions et recommandations du 3ème Forum des banques agricoles de l’AFRACA, a été
élaboré par Mary Nandazi, Calvin Miller, Dorothy Nduku K. Kipsang et Mumbi Kimathi. Calvin Miller présente
ensuite les conclusions et recommandations tout en mettant en exergue la pertinence des divers thèmes
abordés lors de l’atelier, et en reconnaissant le consensus des participants sur la nécessité de redoubler les
efforts de développement dans les initiatives de financement de la chaîne de valeur. Par ailleurs, Calvin a
relevé que l’intégration du secteur privé pourrait stimuler l’efficience des chaînes de valeur en Afrique.

Draft Page 39
393939 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Les leçons apprises au fil du temps à travers diverses initiatives de développement pro-pauvres, devraient
s’appliquer tout au long des interventions. Il ressort de certaines des leçons apprises que les paramètres clés
pour assurer le succès des initiatives de développement sont les suivantes: l’analyse des chaînes de valeur est
cruciale; l’atténuation des risques est critique; la diversification des produits et des marchés; l’accent sur
l’efficience des interventions de développement; le déficit de financement et de formation – approche
holistique; le renforcement des compétences et des capacités est une composante essentielle; BDS nécessaire
pour rendre les paysans bancables; il faut former les paysans en matière des conditions commerciales clés, et
les intermédiaires jouent un rôle important dans les chaînes de valeur.

Tel qu’il ressort de la présentation de la FAO à l’occasion de la Journée du droit à la nourriture, l’accès à la
nourriture saine et nutritive pour tous est critique et il est nécessaire d’accorder une attention plus soutenue
aux populations pauvres urbaines et rurales.

Une plus grande reconnaissance par le gouvernement du rôle des économies agricoles rurales et sa volonté de
participer aux chaînes de valeur agricoles et les défis énumérés et discutés ralentissent la croissance agricole.

Par conséquent, les participants à la réunion ont été exhortés à se concentrer sur la recherche des solutions,
particulièrement dans les interventions relatives au crédit rural et au financement de la chaîne de valeur.

Il s’est dégagé la compréhension selon laquelle, l’orientation commerciale des paysans qui sont intéressés à
devenir des hommes/femmes d’affaires, est cruciale pour démontrer par exemple que le rôle des femmes dans
l’agriculture est critique et doit recevoir une attention particulière; que l’engagement actif du secteur privé
est requis pour le développement de la chaîne de valeur; les interventions doivent comprendre l’apprentissage,
le partenariat et le renforcement des investissements du secteur privé dans l’agriculture et l’agro-industrie,
ainsi que l’interaction avec les petits exploitants.

Enseignements tirés et conclusions


o Des progrès remarquables ont été réalisés au fil des ans dans le développement des chaînes de valeur
des grandes plantations et celles intégrant les petits exploitants,
o Les modèles ayant réussi visaient à augmenter la participation des petits paysans le long des chaînes de
valeur dynamiques tel qu’il a été relevé par Farm Concern Intl’, Technoserve, Actis, Kafo, ADB Ghana,
o Les infrastructures jouent un rôle majeur dans les chaines de valeur agricoles, et doivent être
abordées,
o Le mauvais état des marchés traditionnel de la plupart des pays, pose toujours un gros défi pour des
chaînes de valeur stables,
o Des réseaux solides de coopératives jouent un rôle dans le financement et l’autonomisation de
plusieurs petits paysans en vue de leur intégration dans les chaînes de valeur,
o L’analyse des chaînes de valeur constitue un élément important pour comprendre les chaînes et les
relations, et comment mieux cibler le travail parmi elles, surtout pour les paysans ruraux,
o Une approche et un partenariat holistiques sont requis en vue de renforcer les capacités et les services
nécessaires pour intégrer les petits exploitants dans les chaînes de valeur commerciales,
o L’atténuation des risques, est critique dans le financement des chaînes de valeur,
o La gestion des produits de base est centrale pour assurer la quantité, la qualité, et le volume des
produits,
o La gestion des produits de base est requise de par le monde pour les services de contrôle, de suivi et
d’inspection,
o L’atténuation des risques commence par la «connaissance de votre client» - en combinant de bonnes
pratiques de production et des marchés sûrs pour les clients, une bonne analyse des prêts, une bonne
chaîne de valeur et une bonne compréhension du marché,
o Il faut mettre un accent particulier sur l’efficience – l’affectation des ressources techniques et
économiques,
o La diversification des produits et des marchés créneaux sont importants pour réduire les risques et
tirer profit des opportunités,

Draft Page 40
404040 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

o Des services de services de promotion des affaires, sont requis pour rendre les petits exploitants
banquables et leur permettre d’avoir accès à des chaînes de valeur rentables – Il existe de nombreux
modèles de facilitation qui ont réussi (par exemple BDS Kenya, Farm Concern, CEPCO, BASIX,
DrumNet....);
o Renforcement des compétences et des capacités – répondre aux besoins des petits exploitants de façon
globale et efficiente;
o Les agriculteurs doivent être formés à comprendre l’agriculture commerciale, à prendre les mesures
nécessaires pour respecter les spécifications des acheteurs; certains seront désireux, certains ne le
seront pas;
o Les paysans ont le potentiel, et nous devons en faciliter la réalisation;
o Les ressources d’investissement sont nécessaires et proviennent de sources multiples; les modèles
réussis comprennent:

o Epargnes: coopératives, banques


o Prêts: banques, institutions de micro-finance, sociétés d’investissement
o Capital-actions et capitaux à risque: ACTIS, Technoserve
o Modèles de risque partagé
o Les sources de capitaux à risque et de fonds propres sont essentiellement importantes pour le
financement de l’agro-industrie;
o Les intermédiaires jouent un rôle important et doivent être pris en considération dans le financement
de la chaîne de valeur;
o Les expériences des intermédiaires indiquent qu’ils jouent un rôle important en tant qu’acteur de
chaîne de valeur tel qu’il ressort:

- du fruit de la passion, transformé en purée et en vendu aux acheteurs,


- de l’agrégation et des ventes de tomates et d’haricots verts, par Bernard Maina.

Recommandations et perspectives d’avenir


Parmi ces questions, se trouve une plateforme standard et des directives pour le financement de la chaîne de
valeur. L’AFRACA et la FAO servent de plateforme de collaboration et d’apprentissage collectif. Une initiative
conjointe en vue de grandir et d’apprendre ensemble, est également présentée et le financement de la chaîne
de valeur offrira une solution pour le financement de l’agriculture et de l’agro-industrie; les perspectives
d’avenir seront de perfectionner cette solution et de la promouvoir.]

12.2 Appel à action


M. Omurembe Iyadi a présenté l’appel à action qui a été élaboré par Omurembe Iyadi, Simon Maitha, Dorothy
Nduku K. Kipsang et Mumbi Kimathi. Dans le cadre de cet appel d’action à entreprendre par tous les
partenaires, l’AFRACA est tenue de:

o coordonner des forums interactifs (électroniques et face à face);


o faciliter le renforcement des capacités à travers des visites d’échange;
o promouvoir le travail en réseau (au sein de l’AFRCA, d’autres principaux sous-secteur et d’autres
agences R&D);
o faciliter la génération permanente de nouvelles connaissances, développer les meilleures pratiques et
les diffuser;
o augmenter le nombre des membres qui sont prestataires de services non financiers, et créer une
plateforme interactive entre les prestataires de services financiers et non financiers; et
o faire le lobbying auprès des gouvernements et des donateurs pour accroitre l’appui.

Les institutions membres étaient aussi invitées à assurer leur responsabilité en:
o approfondissant la compréhension et l’appréciation du financement de la chaîne de valeur;
o renforçant les capacités de recherche et développement sur tous les aspects le long de la chaîne de
valeur;
o mobilisant des ressources techniques et financières à l’appui du financement de la chaîne de valeur;

Draft Page 41
414141 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

o mettant au point des produits appropriés et en procédant à la modification des produits le cas échéant;
o concevant, essayant et fournissant des modèles de services financiers à l’intention des petits
exploitants et aux acteurs de la chaîne de valeur;
o renforçant l’apprentissage interactif entre les membres et d’autres acteurs.

Les gouvernements étaient invités à:


o créer un environnement de facilitation,
o formuler des politiques propices,
o mettre en place un cadre réglementaire et juridique,
o créer des incitations pour l’augmentation des ressources en vue du crédit agricole,
o mener la sensibilisation sur les services disponibles aux paysans,
o coordonner les services des divers prestataires de services financiers, afin d’éviter le double emploi et
exploiter les synergies,
o augmenter l’assistance technique en ciblant les clients qui sont des petits exploitants, et
o appuyer le renforcement des capacités des agents de vulgarisation, de sorte à évaluer et améliorer les
chaînes de valeur viables.

Enfin, les donateurs et agences techniques étaient invités à;


o faciliter l’assistance technique en matière de recherches et de renforcement des capacités;
o appuyer le transfert de technologies;
o appuyer le développement des produits;
o fournir des ressources pour les innovations et l’expansion du crédit agricole;
o soutenir toutes les institutions qui adoptent les meilleures pratiques; et
o appuyer et faciliter des forums interactifs pour l’apprentissage et l’échange d’informations.

12.3 Réactions des participants


Les participants à l’atelier ont relevé que l’atelier est venu à point nommé pour aborder les besoins émergents
du sous-secteur agricole en Afrique, et le rôle éventuel du financement de la chaîne de valeur à stimuler la
croissance du sous-secteur. La reconnaissance d’une focalisation sur les petits exploitants a été exemplaire,
dans la mesure où les participants ont constaté que les acteurs à la base de la pyramide jouent un rôle majeur
dans les systèmes agricoles, et qu’il existe un marché potentiel pour divers services de développement
d’affaires, y compris les services financiers.

Ci-après, les points saillants des observations des participants:


 Il faut rendre les agriculteurs attrayants pour d’autres acteurs de la chaîne de valeur,
 Il faut mettre l’accent sur les résultats/impacts des ateliers en termes de changement du status quo,
 Quelques efforts devraient être déployés pour identifier qui fait quoi, comme base de consolidation des
initiatives,
 Encourager les institutions financières de s’inspirer du modèle de la Equity Bank – tel qu’en informant
les groupes de devenir des garants collectifs,
 Le rôle des coopératives doit être renforcé le long de la chaîne de valeur,
 Les programmes devraient mettre en contact les paysans avec des sources clés de financement
appuyées par les divers gouvernements,
 Il est nécessaire de partager divers modèles de succès, afin de prévenir le double emploi,
 Il formuler des stratégies pour l’augmentation proportionnelle,
 Il est nécessaire de sensibiliser les principales parties prenantes et particulièrement les exploitants
agricoles sur les diverses opportunités financières disponibles,
 Mettre l’accent sur les liens faibles – les produits semblent être disponibles, mais les liens aux paysans
sont faibles,
 L’harmonisation des divers acteurs financiers et non financiers de la chaîne, soit la nécessité d’une
intégration globale pour des gains mutuels,
 Promouvoir des programmes visant à changer les mentalités stéréotypées des paysans, vers
l’agriculture commerciale durable.

Draft Page 42
424242 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

12.4 Réactions des hôtes et organisateurs de l’atelier


Le Directeur général de l’AFC, Iyadi Omurembe, a souligné qu’il est nécessaire que l’AFRACA, les institutions
membres, les gouvernements et les donateurs mettent en œuvre les résolutions et résultats de l’atelier. Par
ailleurs, il relève la nécessité pour les donateurs d’augmenter leur appui aux institutions de crédit agricole en
Afrique. Iyadi a lancé un appel à l’AFRACA pour qu’elle organise un forum en vue de faire le point des progrès
sur le financement de la chaîne de valeur. En réaction aux observations de M. Iyadi, les participants ont
exprimé leur appui à ses opinions, tout en soulignant la nécessité pour l’AFRACA de faciliter des plans limités
dans le temps, et pour les gouvernements de mettre en place un Fonds d’assurance pour protéger les paysans
contre les risques.

La Secrétaire générale de l’AFRACA, Mary Nandazi, dans ses observations, s’est focalisée sur l’importance de
l’intégration des petits producteurs dans les systèmes de financement en Afrique. Elle a relevé que la
pertinence du secteur agricole est un agenda clé de divers donateurs, soit une indication de l’opportunité du
moment pour que l’AFRACA aborde le financement de la chaîne de valeur. L’AFRACA organisera un forum en
2010 qui servira de plateforme pour le revue des progrès réalisés, et positionnera les membres de l’AFRACA
pour répondre aux besoins de leurs parties prenantes et clients cibles. L’AFRACA devrait organiser le suivi pour
s’assurer de l’obligation redditionnelle et créer une plateforme permettant aux gouvernements de promouvoir
des systèmes d’assurance ciblant les petits exploitants agricoles dans divers pays. Dans son intervention en
réaction aux propos de la Secrétaire générale, un des participants a indiqué que le forum s’est tenu à point
nommé et a été bien coordonné. Il a souligné la nécessité d’organiser d’autres réunions similaires.

12.5 Allocution de clôture, Secrétaire générale de l’AFRACA, Mary Nandazi


La Secrétaire générale de l’AFRACA, Mary Nandazi, a vivement apprécié l’engagement et l’enthousiasme
démontrés par les participants, tout en exprimant sa reconnaissance aux organisateurs de l’atelier et aux
donateurs qui l’ont financé, y compris la FAO, l’AFC, M-PESA, DRUM NET, la Cooperative Bank, et en saluant le
rôle de Farm Concern International dans la facilitation du forum. Mary Nandazi a en outre suggéré la mise en
place d’un groupe de discussion qui serait chargé d’en évaluer l’impact, tandis que l’AFRACA facilitera des
interventions de renforcement des capacités à l’intention des membres. Les institutions participantes
devraient transmettre des précisions sur les modèles à adopter, et aborder les lacunes dans la prestation des
services, tout en rendant les services pertinents aux clients cibles. Par ailleurs, l’AFRACA facilitera un
processus d’apprentissage entre les institutions en Afrique et celles d’autres continents, à travers les
associations partenaires de l’AFRACA dans d’autres continents, ainsi que par l’intermédiaire des contacts et
partenariats en Afrique subsaharienne. Une réunion prévue à Bangkok en 2007 visait à renforcer les
partenariats du secteur de la micro-finance. Les banques commerciales ont manifesté l’intérêt de s’impliquer
dans le processus et seront prises en considération. L’AFRACA communiquera régulièrement à tous les
participants, les nouvelles évolutions survenant sur les marchés financiers.

12.6 Allocution de clôture, Gouverneur adjoint, Central Bank of Kenya


L’Afrique fait face à une panoplie de revers dans le secteur financier, comme par exemple au Kenya, 38% de la
population n’ont pas accès aux services financiers. Cependant, afin d’accroître la viabilité des services
financiers, il est nécessaire de commercialiser la production agricole, d’envisager la valeur ajoutée, d’aborder
le déficit d’infrastructures, de constituer et renforcer les organisations d’exploitants agricoles, et de mettre en
œuvre les résolutions adoptées. Cependant, l’appui politique est requis pour une mise en œuvre concluante,
tandis que les leçons apprises sur l’habilitation des petits producteurs doivent servir d’opportunité
d’enseignements pour stimuler les économiques locales. La Central Bank of Kenya sera très disposée à appuyer
les résolutions adoptées par le forum. Le Gouverneur adjoint a salué les efforts déployés par l’AFRACA pour
convoquer un forum à l’intention du secteur financier, afin de repenser le rôle des prestataires de services
financiers dans le financement de la chaîne de valeur.

Draft Page 43
434343 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

12.7 Motion de remerciements


Le Président de la séance de clôture, Patrick Kinyori de l’AFC, a remercié les participants, les organisateurs,
les donateurs, tout en exprimant particulièrement son appréciation à Dorothy Nduku K. Kipsang de l’AFRACA,
qui a coordonné l’organisation de l’atelier, et à Mumbi Kimathi, l’animateur de l’atelier.

M. Malaba, Directeur général de Agribank Zimbabwe, a proposé la motion de remerciements officielle à


l’endroit de tous les participants directs et indirects, ainsi qu’aux prestataires de services, y compris
notamment, le Vice-président du Kenya, le ministre de l’Agriculture, la Central Bank of Kenya, les donateurs
ayant financé l’atelier, les conférenciers, les animateurs de l’atelier, l’hôtel et les participants.

Fin

13.0 ANNEXES

Annexe 1: Discours du Vice-président, Mr. Moody Awori


Bonjour Mesdames et messieurs,
Je suis content d’être avec vous ce matin et de participer à cet atelier très important qui a regroupé les
institutions financières et d’autres acteurs impliqués dans la prestation des services financiers aux populations
rurales en Afrique. Puis-je saisir cette occasion pour remercier Agricultural Finance Corporation (AFC) et
l’Association du crédit agricole et rural (AFRACA) d’avoir organisé ce forum.

Comme le suggère le thème du forum, les acteurs du domaine de crédit agricole, doivent explorer des voies et
moyens non seulement d’accroître l’accès des producteurs ruraux, des commerçants et des agro-industries au
financement, mais aussi d’aider au renforcement des capacités des populations pauvres rurales qui sont pour la
plupart des paysans, à transformer les activités agricoles de subsistance en entreprises commerciales. Je
pense qu’il s’agit-là d’une question très pertinente à ce moment précis en Afrique.

Le crédit agricole en Afrique connaît une panoplie de problèmes. Une des préoccupations majeures en Afrique
en général, demeure comment financer efficacement les activités agricoles, surtout au niveau des petits
paysans qui constituent la majorité de la population agricole, mais qui, par manque de nantissement, ne
peuvent pas bénéficier des prêts auprès des banques commerciales traditionnelles. La deuxième raison du
déficit de financement disponible au secteur agricole, c’est le risque qui y est associé et le non financement de
la chaîne de valeur. En conséquence, le présent forum offre une grande opportunité à certains membres
relativement prospères des diverses institutions de crédit agricole en Afrique, d’échanger leurs expériences
dans ce domaine. Nous ne devrions pas réinventer la roue. Apprenons les uns des autres.

Le second défi majeur confrontant l’agriculture en Afrique, c’est le manque de capacité pour constituer des
réserves alimentaires. La majorité de la population kenyane et bien sûr de l’Afrique, manque de sécurité
alimentaire et le plus souvent n’a pas accès à la nourriture adéquate et lorsqu’elle en a, la nourriture est de
faible valeur nutritive et de mauvaise qualité. Cette insécurité alimentaire s’explique en partie par une
approche désintégrée aux activités agricoles.

Mesdames et messieurs, afin de réaliser pleinement le potentiel agricole de l’Afrique et créer un


environnement de sécurité alimentaire, nous devons non seulement réfléchir au financement de la chaîne de
valeur, mais aussi à l’amélioration du rapport entre la recherche, la vulgarisation et le paysan. Ainsi donc, il
faudrait adopter une approche intégrée à l’agriculture.

Au Kenya, le gouvernement reconnaît l’importance du crédit agricole. Il s’agit d’un aspect très important du
développement économique et social, étant donné qu’il offre une large gamme d’opportunités à la majorité
des populations pauvres et à faibles revenus, particulièrement en zones rurales, en les intégrant dans le
système traditionnel des services financiers. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a œuvré en vue de

Draft Page 44
444444 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

la création d’un cadre politique propice permettant aux institutions informelles et formelles de financement
de fournir des services financiers, particulièrement aux kenyans non bancables. L’objectif du gouvernement
vise à créer un système financier qui soit inclusif et qui évite le double emploi, surtout dans le secteur public.
A cet égard, AFC est parmi les institutions financières publiques actuellement ciblées par le programme en
cours de restructuration du secteur financier. Ce qui permettra de la repositionner pour devenir un acteur
d’avant garde de crédit agricole.

D’autre part, dans le but d’améliorer l’accès des paysans au crédit et à d’autres services financiers, le
gouvernement kenyan a encouragé un développement ordonné des institutions de micro-finance, à travers la
promulgation d’une législation de facilitation. Par ailleurs, il a encouragé les banques commerciales à ouvrir
des agences en zones rurales, en leur accordant des incitations appropriées. Le plus important, c’est que le
gouvernement a motivé les banques commerciales à accorder des prêts agricoles en révisant ou en proscrivant
des dispositions juridiques qui ont mis en cause l’octroi de prêts à ce secteur.

En ce qui concerne les réformes de la politique agricole, le gouvernement kenyan a promis en 2003 de
revitaliser le secteur agricole qu’il reconnaît comme étant la dorsale de l’économie kenyane. A travers
diverses initiatives, le gouvernement n’a pas cessé d’assainir l’environnement du crédit rural, par le
truchement des politiques appropriées de réforme économique et agricole, et d’appuyer les institutions
agricoles à fournir des services financiers accessibles et abordables aux populations rurales. Ce qui a marqué
le début de la restructuration et de la relance de l’Agricultural Finance Corporation (AFC). Je note
aujourd’hui que le portefeuille d’AFC dépasse 7,5 millions. Ce qui est aussi conforme à la Stratégie de relance
économique (SRE) (2003-2007) visant à accélérer la croissance économique du Kenya en général.

Il y a lieu de préciser que l’agriculture au Kenya et certes dans plusieurs pays d’Afrique, joue un rôle critique
dans la croissance et le développement économique national, employant plus de 75% de la main d’œuvre
kenyane vivant en zones rurales, contribuant directement plus de 25% au PIB, et générant 60% des recettes
d’exportation. Ce qui souligne l’importance de la commercialisation de l’agriculture et du financement de la
chaîne de valeur, ainsi que la promotion de la croissance du secteur en encourageant les agriculteurs à
diversifier leurs activités agricoles en cultures non traditionnelles à haute valeur.

Cependant, pour drainer le financement des banques commerciales, il est important de transformer le secteur
agricole en une entreprise viable. La bonne fixation des prix des produits agricoles, des intrants abordables,
des conditions de marché non restrictives et les échanges transfrontaliers, ont assuré aux paysans kenyans, des
conditions attrayantes sur le marché, tandis que le commerce transfrontalier a permis aux agriculteurs kenyans
d’engranger des retours lucratifs sur leurs investissements. En conséquence, les institutions financières
devraient explorer les voies et moyens de financer des stratégies et activités axées sur le marché, ainsi que
l’agro-industrie, de sorte à mettre à profit l’environnement de financement favorable créé par les réformes
politiques du gouvernement.

En conclusion, il est important de réitérer que le financement de la chaîne de valeur exige des relations plus
étroites entre toutes les institutions de financement et les agences de développement agricole estiment que la
présente conférence est un pas de géant dans la bonne direction.

Mesdames et messieurs, j’ai maintenant l’insigne honneur et devoir de déclarer LE 37E FORUM DES BANQUES
AGRICOLES DE L’AFRACA officiellement ouvert. Je vous souhaite de fructueux débats et délibérations

Annexe 2: Discours de Omurembe Iyadi, Directeur général, AFC


Mes da m es et m es s i e ur s ,
C’ es t po ur m o i un g ra n d pl a is i r de s o uha it er à vo us t o us l a bi env e n ue à c et u ni qu e a t el i er
et da ns ce bea u pa y s d u K en ya . P uis - j e s al u er e xc e pti o nn el l eme nt l a prés en ce de n ot re
h on ora bl e i nv i t é d’ ho nn eur, l e Vi ce- pr és i de nt M oo dy A w ori, et d u mi nis t r e d e l ’ Ag ricul t u re,

Draft Page 45
454545 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

M. K i pr u t o A ra p Ki rwa , qui o nt d ég ag é du tem ps p ou r êtr e des nôt r es ce ma t in. J e ti ens à


v ous r eme r ci er t o us l e s de ux d’ av o ir ac c ept é no tre in v ita ti o n ma l g r é l e b r ef p réa v is .

Certes, je sais que vous avez tous les deux des engagements urgents immédiatement après cette séance. Par
conséquent, je serai très bref et vais demander aux autres intervenants lors de la présente séance, d’être
aussi brefs que moi. En ma qualité d’hôte de cet important forum, je tiens à remercier tous les délégués
d’avoir investi leur temps et leurs ressources pour venir délibérer sur l’un des aspects les plus omniprésents de
l’agriculture, à savoir: le financement de la chaîne de valeur. Faites comme chez vous et jouissez de
l’hospitalité du peuple kenyan.

Monsieur le Vice-président, mesdames et messieurs, comme nous en discuterons plutard lors de ce forum,
l’arène commerciale mondiale est devenue très dynamique et la scène locale ne fait pas exception.
L’automatisation à travers les NTIC a permis aux acteurs d’améliorer sensiblement leur prestation de services.
La concurrence renforcée a obligé les gros acteurs et les nouveaux intervenants dans le secteur des finances,
de réduire leurs activités et cibler les petites entreprises, y compris l’agro-industrie et les ménages.

L’AFC en tant qu’institution financière de développement chargée de la mission de développer l’agriculture et


de contribuer à la sécurité alimentaire, a depuis sa création, desservi toute une diversité d’exploitants
agricoles, de petite taille comme de grande taille. Cependant, simultanément avec la nouvelle tendance, nous
mettons actuellement plus d’accent sur les petits exploitants agricoles. De plus, nous avons diversifié nos
services afin de répondre aux besoins financiers des petits producteurs et commerçants du secteur agricole.
Notre point de concentration porte toujours sur le secteur agricole et par conséquent et à toutes fins utiles,
l’AFC demeure une institution de crédit rural.

Etant donné la concurrence et en quête de plus grandes opportunités, les marchés financiers ont été
continuellement segmentés, dans la mesure où chaque institution financière cherche à se tailler un créneau sur
le marché. Le secteur agricole n’a pas été épargné par une telle évolution. Une telle situation est survenue
avec très peu d’égard à la notion de chaîne de valeur, et particulièrement les dynamiques et les relations
existant au sein d’une chaîne de valeur. Par exemple, notre gouvernement, à travers le Ministère de
l’Agriculture, a souligné le besoin de la valeur ajoutée, et cela doit être abordé par les prestataires de services
financiers.

Monsieur le Vice-président, mesdames et messieurs, il est nécessaire de souligner le besoin de fournir des
services financiers aux paysans. Il s’agit-là d’une frange que la plupart des institutions financières privées ont
évitée à cause des risques inhérents. C’est la raison pour laquelle la production agricole primaire a requis
l’intervention de l’Etat, et celle des donateurs par le passé. Etant donné des dotations budgétaires de plus en
plus réduites, le maintien des programmes de financement ciblant la production primaire, pose toujours un
gros défi aux institutions telles que l’AFC. Le manque de produits appropriés d’assurance sur le marché kenyan
et dans la plupart des pays membres, complique davantage la situation. J’espère que l’industrie d’assurance
est à l’écoute.

Par conséquent, nous avons reconnu que le seul moyen de rester viable, c’est de diversifier nos produits et
services. Pour s’assurer que nous ne perdions pas de vue notre créneau qui est l’agriculture, nous nous
sommes rendus compte que nous pouvons mieux réaliser notre stratégie de diversification en exploitant les
opportunités assorties à la chaîne de valeur agricole. Comme je l’ai indiqué tantôt, nous avons développé des
produits en ciblant les agro-industries. Nous croyons qu’à long terme, cette approche aboutira à la viabilité de
l’institution et au soutien de la frange la plus risquée de la production primaire que nous continuons de
financer, afin d’atteindre l’objectif de développement pour lequel la société a été créée.

Par ailleurs, dans nos efforts de demeurer viables, nous avons conclu des partenariats avec d’autres
institutions étatiques et non étatiques, en vue de fournir des services financiers au secteur agricole, comme
par exemple, le Fonds de développement du café, le Fonds de développement du sucre, le Ministère du
Développement de l’élevage et de la pêche, et la coopération allemande – GTZ. Dans le cadre de ces
programmes, la chaîne de valeur a été abordée. Par exemple, au niveau du Fonds de développement du sucre,

Draft Page 46
464646 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

nous finançons le développement, la production et le transport de la canne à sucre, ainsi que d’autres aspects
de la chaîne de valeur. Dans le cadre du projet de la GTZ, nous finançons les petits producteurs de dispositifs
améliorés d’épargne d’énergie au niveau des champs. Ce qui contribue à la conservation de l’environnement.

Afin d’aborder plus efficacement les dynamiques du financement de la chaîne de valeur, l’AFC est en train de
se transformer considérablement. Tout d’abord, la Société s’est embarquée sur un programme intégré
d’informatisation, destiné à automatiser nos opérations et notre prestation de services, et cette initiative se
trouve à une étape avancée. Secundo, l’AFC conduit actuellement un programme global de rationalisation du
personnel. Ce qui nous permettra d’atteindre nos objectifs stratégiques qui sont clairement fixés dans notre
Plan stratégique 2005-2010. Ces réformes redéfiniront à terme, notre créneau sur le marché et assureront à la
Société un avantage compétitif par rapport à la concurrence.

M. le Vice-président et M. le ministre, il s’agit-là d’un bref récapitulatif des expériences que nous allons
partager avec nos collègues. Certains de nos collègues partagent des expériences similaires avec l’AFC et nous
désirons vivement nous inspirer des expériences qu’ils ont connues eux-mêmes pour remettre à flot leurs
institutions. D’autres institutions ayant des expériences en matière de services fournis par les banques
commerciales et de micro-finance, seront certainement désireuses de les partager, afin de formuler des
stratégies appropriées, lorsqu’elles s’engagent dans le domaine plein de défis du crédit agricole. A l’AFC, nous
avons l’intention de tirer profit des enseignements de par le monde, en vue de transformer notre institution en
un véhicule efficace pour réaliser les objectifs du Millénaire ou la Vision 2030 de notre pays.

Avec ces quelques propos, Mesdames et messieurs, j’ai le plaisir d’inviter M. Patrick Kariuki Kinyori, Président
du Conseil de AFC à s’adresser au forum, puis inviter Monsieur le ministre de l’Agriculture à prendre la parole.

Annexe 3:Qu’est-ce qu’une chaîne de valeur? Par Calvin Miller, FAO


Une chaîne de valeur est souvent définie comme la succession d’activités à valeur ajoutée dans une chaîne de
l’offre – depuis la production à la consommation, en passant par la transformation et la commercialisation. Les
chaînes de valeur dans l’agriculture peuvent être considérées comme une série de procédés et de flux allant
«du champ à la fourchette» - depuis les intrants à la production, à la transformation, à la commercialisation et
au consommateur. Chaque maillon d’une chaîne a un ou plusieurs liens en aval et en amont. Une chaîne n’est
aussi solide que son maillon le plus faible, et par conséquent, plus les maillons sont solides, plus le flux des
produits et services est sécurisé au sein de la chaîne.

Il y a lieu de préciser que l’avantage du financement de la chaîne de valeur dépasse de loin celui des flux
financiers au sein de la chaîne. Certes, il s’agit du financement avec l’agriculture et l’agro-industrie au sein
d’une chaîne, mais aussi de l’alignement et de la structuration du financement avec la chaîne ou à cause
d’elle. Le simple fait d’appartenir à une chaîne de valeur solide, fait d’une personne un meilleur risque
financier.

Que signifie «le financement le long de la chaîne de valeur»? Pendant des siècles, les commerçants ont fourni
des fonds aux agriculteurs pour les récoltes, les intrants et d’autres besoins tels que les urgences. A leur tour,
de nombreux commerçants ont reçu des fonds des minotiers et des industries qui, à leur tour, peuvent être
financés par des grossistes ou des exportateurs qui se trouvent plus en amont de la chaîne depuis la production
jusqu’à la commercialisation. Nous comprenons tous comment fonctionne typiquement le financement du
commerce. Mais, nous voulons préciser également qu’il existe plusieurs points d’entrée et de nombreux
facteurs qui sont impliqués.

Les produits vont typiquement d’une étape à l’autre le long d’une chaîne en suivant une direction, alors que
les ressources financières suivent une autre direction. Les fonds peuvent aussi entrer dans la chaîne à
n’importe quelle étape. Les chaînes fonctionnent au sein d’un environnement complexe de politiques, de
règlementations, d’institutions et de services d’appui. Par conséquent, ce n’est pas tâche facile de réaliser la
compétitivité de la chaîne: il faut la compétence opérationnelle dans chacun de ses maillons, la coordination

Draft Page 47
474747 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

des transactions parmi les acteurs de la chaîne et l’insertion dans un environnement commercial favorable. Le
financement et l’agro-industrie dépassent souvent aujourd’hui les simples maillons ou liens, et s’introduisent
souvent dans des systèmes intégrés. Les grandes agro-industries peuvent intégrer le crédit et d’autres services
financiers directement ou indirectement à plusieurs ou à toutes les étapes de la chaîne de valeur.
Directement, elles peuvent fournir des fonds en amont ou en aval de la chaîne, à n’importe quel niveau du
continuum champ-à-la-fourchette. Indirectement, elles peuvent le faire de deux manières. Primo, elles
peuvent faciliter ou jouer les intermédiaires pour le financement provenant d’une partie tierce au profit d’un
client ou d’une société de la chaîne, comme par exemple lorsqu’une société d’exportation aide à négocier un
financement en faveur des sociétés ou des producteurs auprès desquels elle achète ou auxquels elle vend.
Autrement, le simple fait de faire partie d’une chaîne de valeur, est souvent suffisant pour l’acteur de la
chaîne d’obtenir un financement auprès des organisations financières.

Le financement de la chaîne de valeur ne se développe pas seulement sur base des liens physiques mais se
repose aussi sur l’intégration de la connaissance. C’est les innovations dans la technologie qui ont fait de la
chaîne de valeur ce qu’elle est aujourd’hui. L’accès aux informations sur le marché est disponible pour l’achat
et la vente juste en passant un message SMS sur le téléphone cellulaire. Les cartes à puce, l’accès à l’Internet
et d’autres moyens nous permettent de communiquer entre nous – banques, paysans, agro-industries et
fournisseurs. Tel qu’il sera discuté lors de la présente conférence, il existe de nombreuses innovations
passionnantes dans ce domaine. Il existe également des innovations au niveau des produits et des services
comme nous en discuterons. Par exemple, il y a de nouveaux moyens pour le financement axé sur les produits,
en se servant des produits de base comme nantissement.

La clé du succès en matière de financement, c’est “connaitre l’entreprise et le client”. Ceux qui connaissent
le mieux l’entreprise sont les personnes et les sociétés qui sont directement impliquées dans la chaîne de
valeur. En possédant et en utilisant cette connaissance de la chaîne, ils comprennent les risques et œuvrent
pour les atténuer beaucoup plus facilement qu’un banquier traditionnel qui traite avec toutes sortes
d’entreprises et de clients. Par conséquent, certains groupes commerciaux ont formé des conglomérats qui
fournissent des services bancaires et agro-industriels pour desservir la chaîne de valeur. La logique est de
promouvoir l’efficience, assurer un contrôle et une obligation redditionnelle plus stricts au sein des chaînes de
l’offre, et par voie de conséquence, accroître les bénéfices. Alors que ceci engendre une plus grande
concurrence par rapport à d’autres prestataires de services financiers, il peut aussi créer des opportunités de
collaboration et de partenariat.

Il existe de nombreux banquiers dans ce pays. L’évaluation des risques traditionnels liés aux prêts, demeure
importante. Mais nous mettons actuellement plus d’accent sur le marché, sur la compétitivité et sur l’état de
trésorerie. Nous accordons moins d’importance au nantissement, soit un réel avantage pour les pauvres.
D’autre part, nous nous écartons de la fourniture de produits et de services motivée par l’offre, pour évoluer
vers celle qui se base sur les clients et l’entreprise. Une bonne structuration des prêts peut renforcer la
solvabilité financière d’un client sans pour autant augmenter les risques. Ce qui est facilité par les nouveaux
produits et technologies améliorés. Lesquels ne sont pas tous adaptés au petit exploitant – plusieurs outils de
gestion, par exemple, sont plus pratiques pour les agro-industries et les grossistes, mais peuvent stabiliser les
prix et réduire les risques pour tous les producteurs et les banquiers. Les outils d’atténuation de risques
permettent de stabiliser les revenus et partant, améliorer l’accès aux emprunts et les modalités afférentes.
L’assurance des récoltes et/ou contre les intempéries, garantit un flux de revenus à ceux qui sont assurés, en
cas de perte de récoltes. Les contrats à terme ouvrent la voie à la vente d’un produit pour livraison future à
un prix prédéterminé. Non seulement cela réduit les risques liés aux prix, mais aussi le contrat à terme peut
servir de nantissement sur base duquel l’on peut emprunter de l’argent. Cette approche est adoptée par les
petits producteurs en Inde et dans quelques autres pays, mais son adoption généralisée sera difficile dans
plusieurs pays en développement. Cependant, si les minoteries et les grossistes utilisent des contrats à terme,
ils peuvent offrir aux paysans des prix sans risque et évidemment des meilleurs prix, à cause de la réduction de
l’incertitude. Par ailleurs, ils peuvent avoir accès au financement plus facilement grâce à la sécurité de tels
contrats, ce qui assure aux producteurs une meilleure trésorerie et éventuellement plus de concurrence et des
prix plus élevés.

Draft Page 48
484848 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Une autre clé à noter à l’intention des petits exploitants agricoles, c’est l’accès à l’assistance technique et à la
formation, sans lesquels il y a très peu d’espoir pour que la plupart deviennent compétitifs. Nous écouterons
quelques bons exemples dans les jours à venir.

Eh bien, quelles sont les perspectives d’avenir? Pour les banquiers, le financement des chaînes de valeur
signifie plus que le simple octroi d’un prêt, mais c’est investir dans a) la connaissance des tendances du
marché, b) la compréhension des risques majeurs, et c) la connaissance des créneaux d’alliances et de
partenariats. Pour les banques et les agro-industries, cela signifie l’utilisation de méthodologies améliorées
pour réduire leur exposition aux risques liés aux prix sur le marché, au risque de production du client et au
risque lié au nantissement.

Pour les décideurs et les donateurs, le succès de la plupart de ces outils et approches, dépend de
l’environnement juridique. S’il y a faiblesse dans la mise en application des contrats, ou s’il n’existe pas de
normes convenues pour la qualité des produits et le contrôle des produits, alors le programme ne peut pas bien
marcher. Cela signifie également qu’il faut s’assurer de la disponibilité des capacités techniques et de la
supervision y afférente. L’investissement dans les services d’information, dans des infrastructures améliorées
et dans le renforcement des capacités, peut être nettement plus utile pour le petit producteur, que les
subventions et l’aide des donateurs. Tant de défis sont posés par le manque de capacités – humaines et
physiques. La formulation des politiques et le développement des produits comprennent aussi la nécessité de
répondre aux besoins de subsistances et de services financiers des ménages dont les systèmes de production ne
sont pas compétitifs ou deviendront bientôt peu viables dans l’actuel environnement en perpétuelle mutation.

En résumé, quels sont les facteurs clés à prendre en considération par tous dans les quatre domaines sur
lesquels nous pouvons nous focaliser et utiliser la chaîne de valeur pour aborder la plupart des besoins
financiers de l’agriculture, comme suit:

Facteurs clés à prendre en considération


Compréhension  marché et industrie
 clients et partenaires stratégiques
Administration  financer la chaîne aux points les plus stratégiques
 assurer des partenariats efficaces et transparents
 innover avec de nouvelles technologies et de nouveaux
produits
Risque  tirer profit de la chaîne de valeur
 bien analyser et structurer les prêts
Services  offrir des services financiers ponctuels, multiples et
flexibles
 se focaliser sur les clients et l’entreprise

Deux points de principe peuvent être conclus pour le financement de la chaîne de valeur agricole. Primo, la
croissance des services financiers enracinés dans la chaîne de valeur ou liés à celle-ci, peut éventuellement se
poursuivre au fur et à mesure que s’intensifie le système de production et de commercialisation. Secundo, et
peut-être le plus important, la notion et l’utilisation des systèmes de chaîne de valeur sont et devraient
devenir même plus importantes pour guider les prestataires de services financiers dans leur prise de décisions
sur les prêts et le développement des produits pour l’agriculture. L’utilisation de la connaissance d’une chaîne
de valeur, l’évaluation de ses forces, des risques et tendances y afférents, ainsi que l’évaluation de la position
et de la compétence d’un emprunteur potentiel au sein de cette chaîne, guideront la prise de décisions aussi
bien au niveau du client qu’au niveau de leur portefeuille en général.

Draft Page 49
494949 dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

14: 0 APPENDICES
Appendice 1: Album Photo

iiiDraft
dValue Page i
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Appendice 2: Organisation des travaux du 3ème Forum des banques agricoles de l’AFRACA
3EME FORUM DES BANQUES AGRICOLES DE L’AFRACA
“Financement de la chaîne de valeur en Afrique ”
16-18 octobre 2007; Nairobi, Kenya
Jour 1: 16 octobre 2007
Horaire Thème: Financement de la chaîne de valeur en Afrique Personnes resources
08:00 – 08:30 Inscription des délégués
Séance 1. Séance d’ouverture Maître de cérémonie – G. Nasieku Tarayia
–AFC
08:30 - 10:00  Présentation sur la Journée mondiale de l’alimentation FAO
 Allocution de bienvenue par le DG d’AFC Iyadi Omurembe - AFC
 Allocution de la Secrétaire générale de l’AFRACA Mary Nandazi - AFRACA
 Discours d’ouverture – Contexte du financement de la Calvin Miller - FAO
chaîne de valeur
 Présentation du ministre de l’Agriculture Patrick Kinyori – Président du Conseil - AFC
 Présentation de l’invité d’honneur Hon. Kipruto Arap Kirwa – Ministre de
l’Agriculture
 Discours d’orientation Hon. Moody Awori – Vice-président,
République du Kenya
Motion de remerciements
Photo de famille Tous les participants & l’invité d’honneur
10.00 – 10:30
Pause (eau/café/thé
Leçons apprises – Préparer le terrain pour les discussions Président: Daffe Arfang - CNCA Sénégal
10:30 - 11:00  Aperçu historique; tendances financières James Nyoro - Tegemeo Institute
 Infrastructures et opportunités en rapport aux marchés Joseph Kibe
Question et réponses
Séance 2. Modèles de financement des chaînes de valeur Président: James Shikwati - Inter Region
Economic Network
11.00 – 13:00  Notions de chaîne de valeur et d’analyse des chaînes de Mumbi Kimathi - Farmconcern
valeur
 Financement et commercialisation des agro-industries Steve Harris - Technoserve
privées Carl Cervone - Technoserve
Cas de KILICAFE (contrôlé par les paysans)
 Modèle de financement privé Brian Kiai – ACTIS
 Quels sont les avantages et les défis des banques dans le David Dao -- Kafo Jiginew Mali
financement de la chaîne de valeur Martin Poku - BAD Ghana
Expériences dans le financement des agro-industries
(Cas du Mali & Ghana)
Débats
13:00 – 14:00 Déjeuner
Séance 3. Modèles de financement des chaînes de valeur Président: James Obama - Pride TZ
14:00 – 16:00  Rôle des réseaux de coopératives dans le financement de la
chaîne de valeur Yves Boily - Desjardins
o Leçons de Tanzanie et d’Afrique de l’ouest & Catherine Munyiri - Cooperative Bank of
Séance vidéo sur la production du riz non Kenya
décortiqué au Burkina Faso
o Leçons du Kenya
 Partenariats stratégiques pour le financement Esther Muiruri - Equity Bank
 Modèles de financement de la chaîne de valeur et vision Kariuki W. Mwangi – Commercial Bank of
pour le financement de la chaîne de valeur en Afrique Africa
Commentateur Jeremiah Adero
Interventions / Questions et réponses
Draft Page ii
iiiiii dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Séance 4. Travaux en ateliers Président: Mumbi Kimathi –


animatrice
Pause (eau/café/thé) aura lieu au cours des travaux en ateliers
16.00 - 17.30 (a) Agro-industries: Aborder les capacités et la Jonathan Campaigne - DrumNet
compétitivité
Questions liées à la participation au financement des chaînes
de valeur
 Capacité et compétitivité des petits exploitants Susan Minae – FAO Ethiopia
 Champs-écoles Godrick Khisa – FF Schools
Représentants des paysans Jennifer Khaemba
 Processeurs FIP Catherine Nyaga
 Commerçant grossiste de tomates Bernard Maina
 Sécurité, qualité, normes en rapport aux marchés locaux et Francis Wario - Association kenyane des
d’exportation exportateurs de produits frais
(b) Politique sur les banques agricoles: Aborder les questions Président: FIDA
politiques
 Central Bank of Kenya Cassian Nyanjwa
 Kenya Institute for Public Policy Research & Analysis John Omiti
(KIPPRA)
 Banque mondiale Renate Kloeppinger-Todd
 UNCDF Abdoul Anziz
 AFRACA Mme Mary Nandazi

NB
La Séance 4 prendra la forme de discussions de table ronde. Les institutions
présélectionnées énumérées ici feront une présentation de 5 minutes chacune, afin de
préparer le terrain pour les débats, puis d’autres institutions seront ajoutées à la liste.

Séance 4 a: Aborder les questions liées à la capacité et à la compétitivité pour la


participation à la chaîne de valeur et à son financement.

Séance 4 b: Banques centrales: Comment formulent-elles des politiques dans leurs


pays?
Les praticiens: Que manque-t-il en termes de politiques? Comment peuvent-ils avancer
dans ce domaine?

18:00 Cocktail de bienvenue

Draft Page iii


iiiiiiiiidValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Jour 2: 17 october 2007

08.30 – 09:00 Synthèse et moments forts du Jour 1 Animatrice: Mumbi Kimathi


Efficience de la chaîne de valeur Mumbi Kimathi
Séance 5 Bourse des produits de base et atténuation des risques Président: Juma Reli DG – Bank
of Tanzania
09:00 - 10:30  Stratégies d’atténuation des risques Ajai Nair (Banque mondiale)
 Options de mobilisation des fonds pour l’agriculture Jimnah Mbaru - Kenya Stock
Exchange (Bourse des valeurs)
 Aborder les risques à travers la gestion des produits base André Soumah - ACE Control and
Expertise
Séance de questions et réponses
10:30 – 11:00 Pause (eau/café/thé)
Séance 6. Dialogue ouvert – Expériences et tendances Président: Secrétaire général,
Ministère de l’Agriculture
11:00 – 11.30 Dialogues sur les innovations sur le terrain
 Leçons apprises dans le financement de la chaîne de valeur – Cas de Sanga Amarnath – Basix India
Basix
11:30 – 11:40 Débats
11:40 - 12:45 Dialogue avec les investisseurs
 Investissement privé – Firmes agro-industrielles Patrick Ndagu - AAC
 Standard Chartered Bank Stephen Muriu
 Agricultural Finance Corporation (AFC) Omurembe Iyadi
Dialogue avec les donateurs
 Fonds international pour le développement agricole (FIDA) Robson Mutandi
 Comment la stratégie nationale peut contribuer aux solutions de la Abdoul Anziz - UNCDF
chaîne de valeur
 FAO Calvin Miller
 Banque mondiale Renate Kloeppinger - Todd
Séance de questions et réponses
12:45 – 14:00 Pause déjeuner
Séance 7. Innovations, cas de succès et ce qui peut être reproduit en Afrique Président: Land Bank South
Africa
14:00 – 16:00  Innovations et expériences dans le financement de la chaîne de Kenneth Marangu – Kenya BDS
valeur
 Financement des petits producteurs agricoles Jonathan Campaigne - DrumNet
 Commercialisation des petits producteurs agricoles; Modèle de Mumbi Kimathi - Farmconcern
village commercial
 Technologie de transfert d’argent - M-PESA Joseck Mudiri - Safaricom Kenya
 Commentateur Jeremiah Adero
Questions et réponses
16:00 – 16:30 Pause (eau/café/thé)
Séance 8. Rapport des travaux en ateliers Président: NACRDB
16.30 – 17.30  Rapports des groups de la séance 4 Représentants des groupes
 Perspectives Calvin Miller - FAO
Soirée libre

Draft Page iv
iviviv dValue
Rapport de synthèse sur le Financement de la chaîne de valeur agricole

Jour 3: 18 octobre 2007

08:30 – 09:00 Synthèse et moments forts du Jour 2 Mumbi Kimathi - Animatrice


Séance 9 Moyens efficaces pour toucher les petits exploitants agricoles Président: Aleke Dondo - KDA
09:00 – 10:30  Moyens efficaces pour toucher les petits paysans: Expérience de la
Fédération de Caisses Populaires du Burkina Celestine Toe - FCPB
 Etablir le lien entre les services et les marchés George Odo – CARE CEPCO
 Approche intégrée à la desserte des petits paysans en Zambie Margaret Mwenya – SIDA/ASP
Zambia
 Témoignage sur ce qui a marché/leçons d’une expérience sur le Helga Malamba – Zambia
terrain Représentant du Village - Kenya
 Ce qui a marché – expérience du Village commercial de Githiga
Débats
10:30 – 11:00 Pause (eau/café/thé)
Séance 10. Séance de clôture Président: Patrick Kinyori -
AFC
11:00 – 12:00  Résumé des conclusions et des recommandations Castro Camarada – Représentant
de la FAO au Kenya
 Appel à l’action Omurembe Iyadi - AFC
 Allocution de la Secrétaire générale Mbita Mary Nandazi
 Discours officiel de clôture Jacinta Mwatela – Gouverneur
adjoint, Central Bank of Kenya
 Motion de remerciements Agribank Zimbabwe

12:00 – 13:00 Déjeuner Organisateurs


Séance 11. Visite de terrain
13:00 – 16:00 Culture et transformation du thé - Sasini Organisateurs

Appendice 3: Contacts

3.1: Liste des participants


Etant la longueur de la liste des participants, il n’a pas été possible de la joindre en annexe. Au
cas où un lecteur souhaiterait l’avoir, il peut contacter: afraca@africaonline.co.ke ou +254 20
2715991 /+254 20 2717911

3.2: Animatrice du 3ème Forum des banques agricoles:


Mme Mumbi Kimathi, Programmes Director, Market & Chains Analyst,
Farm Concern International, FCI, Nairobi, Kenya.
Tél: +254 20 4444031 / 6751229 / 4444140
Courriel: mumbi@farmconcern.org
info@farmconcern.org
Cell: +254 722 392674
Site Internet: http://www.farmconcern.org

Draft Page v
vvv dValue

Vous aimerez peut-être aussi