Vous êtes sur la page 1sur 6

INTRODUCTION

Dschang chef lieu du département de la menoua dans la région de l’ouest Cameroun


est une ville crée en 1909 après l’installation des allemands. Cette ville est située entre 5 0 25
et 50 31 de latitude Nord et entre 100 04 et 100 08 de longitude Est. Le climat est de type
camerounien d’altitude avec des précipitations annuelles d’environ 1800mm ; les
températures varient selon les saisons avec un minimum de 18,40c en juillet et un maximum
de 23,90c en février et mars. Le relief présente une topographie accidentée dont l’altitude le
plus élevé est 1500m. Sur une superficie de 225 km 2 vivent près de 200000 habitants
aujourd’hui contrairement à celle de 23000 habitants en 1987. Le développement accéléré de
la ville de Dschang au cours de ces dernières décennies a été marqué par un décalage entre
l’offre et la demande en matière de service urbain. Le cas de la distribution de l’eau attire une
attention particulière car on remarque une demande de plus en plus grande de l’eau potable
par la population. Selon l’Association Internationale des Maires Francophones(AIMF)
seulement 30% de la population dans la ville de Dschang ont accès à l’eau potable. Ce qui
nous montre une insuffisance de cette ressource au sein de la population.
Toutes ces remarques nous amène à savoir pourquoi y’a-t-il une inaccessibilité à l’eau
potable dans cette ville malgré les structure de distribution déjà mises en place. Quelles sont
les facteurs qui freinent l’approvisionnement en eau potable dans la ville de Dschang ? Plus
spécifiquement quelles sont les contraintes auxquelles les populations font face par rapport à
l’approvisionnement ? Dans quel cadre institutionnel et réglementaire se déroule la
distribution de l’eau potable ? Quelles sont les stratégies locales mises en place pour sortir de
l’impasse ? Quelles perspectives pour améliorer la situation d’approvisionnement ?
Partant de l’hypothèse selon laquelle de nombreux facteurs empêchent
l’approvisionnement en eau potable à toute la population de la ville de Dschang, notre objectif
dans notre travail de recherche est de déterminer ces obstacles à l’accès à l’eau potable et les
perspectives pouvant améliorer la situation. Dans notre projet de recherche nous allons nous
appesantir sur le cadre conceptuel de l’étude et la présentation des différentes étapes que nous
suivrons pour mener à bien notre travail de recherche.
I) CADRE CONCEPTUEL DE L’ETUDE

Il importe de commencer par le concept d’accès ou plutôt d’accès en eau potable qui
reste l’élément central du sujet. Accès c’est la possibilité, la voie qui permet d’entrer en
possession de l’eau ou encore d’entrer en contact avec l’eau. L’accès nécessite alors le
déploiement des moyens financiers et techniques selon la qualité du bien dont nous avons
besoin.
Une eau selon BRUNET (1997) est «  un liquide composé d’hydrogène et d’oxygène
et formant l’hydrosphère à l’échelle du globe, à la suite du rassemblement des molécules
gazeuses expulsées dès les premiers millions d’années de la formation de la terre. » Une eau
potable est, on le sait, celle que l’on peut boire sans crainte de maladie ; c’est aussi celle qui a
des caractéristiques physico-chimiques et bactériologiques acceptables par rapport aux
normes de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). L’eau incolore, inodore, insipide et
agréable au goût est celle qui est recommandée potable. Or, une eau qui a ces qualités est rare
à trouver car que ce soit celle de la SNEC, des forages ou même des sources, il y a dans la
plupart des cas une qualité manquante. Une eau potable selon l’OMS est celle qui est :
exempte de tout composé susceptible de leur donner un goût ou une odeur, relativement
claire, non saline, libre de tout organisme pathogène et dépourvue de tout composé pouvant
avoir des effets néfastes sur la santé humaine.

II) REVUE DE LA LITTERATURE.

Au Cameroun plusieurs auteurs se sont penchés sur la question de l’accessibilité en


eau potable. Les auteurs tels que MPAKAM Grell, KAMGANG KABEYNE, KOUAM
KENMOGNE, TAMO Tatielse et Georges EKODECK ont étudié l’accès à l’eau potable et à
l’assainissement dans la ville de Bafoussam. Ils ont fait le constat selon lequel l’inefficience
des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement dans certains quartiers de
Bafoussam est due entre autre à l’occupation anarchique des sols par la majorité de la
population, à l’extrême pauvreté des populations et à l’insuffisance des moyens financiers de
la part des pouvoirs publics. Pour cela la possibilité des populations à participer à des
programmes communautaires visant l’aménagement des points d’eau collectifs ou la gestion
des déchets pourra améliorer la situation.
En France le manque d’eau est du à l’utilisation abusive dans l’industrie et dans
l’agriculture. Pour cela les autorités locales ont procédé à une gestion visant l’accès à tous.
C’est à partir du 20emesiècle qu’a été mis en place un large développement de l’adduction
d’eau et les mesures hygiéniques. Ces actions sont toujours menées par les collectivités
territoriales qui apportent une aide financière.

III) MATERIELS
1) Collecte des données

Pour mener à bien notre travail, nous passerons par une collecte directe et une collecte
indirecte des données.
Les données directes seront collectées à partir d’une enquête sur le terrain. Ainsi la
fiche d’enquête aura trois parties :
-Une première partie donnera des informations sur la situation socio-économique du
ménage.
-La seconde renseignera sur le mode d’approvisionnement en eau du ménage.
-La troisième nous renseignera sur la possibilité des ménages à participer à des actions
communautaires.
Pour la collecte de données indirectes nous continuerons dans la lecture des
dissertations scientifiques riches en expériences réalisées dans les bibliothèques et les
communes.
Pour une représentation de la zone d’étude, nous utiliserons le logiciel ArcGIS pour
cartographier la ville.

2) Traitement des données


Après le dépouillement des données collectées sur le terrain, nous les traiterons de
façon statistique à l’aide du logiciel SPSS. Les résultats seront représentés par des graphiques
(diagramme en bâton et circulaire).
La collecte des données, le traitement, l’analyse et l’interprétation des résultats nous
permettrons d’affirmer ou de réfuter notre hypothèse de départ.

3) Échéancier

Calendrier du travail à faire


Période Travail à faire
Juin2014 Imprégnation du projet de recherche et rédaction du projet.
Aout- Novembre 2014 Collecte et traitement des données, rédaction de la revue de la
littérature.
Decembre2014- Février 2015 Finalisation de la revue de la littérature et rédaction de la
méthode.
Mars- Avril 2015 Correction du document.
Mai- Juin 2015 Interprétation et discutions  ; Finalisation du document.
Juillet 2015 Dépôt du document et soutenance.

CONCLUSION

REFERENCES

Mpakam Hernanie Grelle, Kamgang Kabeyne, B.V., Kouam Kenmogne, G.-R., Tamo
Tatietse e Georges E. Ekodeck, « L’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans les villes
des pays en développement : cas de Bafoussam (Cameroun) », VertigO - la revue
électronique en sciences de l'environnement [Online], Volume 7 Numéro 2 | septembre 2006,
posté online le 08 Septembre 2006, consulté le 11 Juin 2014. URL :
http://vertigo.revues.org/2377 ; DOI : 10.4000/vertigo.2377
TCHAMENI (p), 1995, « la problématique
de l’approvisionnement en eau potable dans la ville de Bafoussam » Université de Yaoundé I,
ENS, Mémoire de DIPES II. « Gestion de l’eau dans les collectivités territoriales en
France » article ébauche publiée en Avril 2013.

FOUTE TAZEM, Mathias ERUFONTEH, et Harouna KARAMBIRI/ International


Journal of Biological and Chemical Sciences : 7/2 : 840-851, 2013 « gestion intégrée des
ressources en eau dans le bassin versant du lac municipal de Dschang : connaissance et
usage »
La maison des citoyens du monde, « Gestion de l’eau : Quelle place des citoyens ? »
Octobre 2013.
République du Cameroun Republic of Cameroon
******* *******
Paix – Travail – Patrie Peace – Work – Fatherland
******* *******
Université de Dschang University of Dschang
******* *******
Faculté des lettres et Sciences Faculty of letters and social
humaines sciences
******* *******
Département de Géographie Department of Geography
******* *******

PROJET DE RECHERCHE

THEME : LE PROBLEME D’ACCES A L’EAU POTABLE DANS


LA VILLE DE DSCHANG.

Etudiante : CHUINGHEM NGUEMKAM Audrey

Matricule : CM04-10LSH 0859


Enseignant : Pr ETONGUE MAYER

ANNEE
ANNEE ACADEMIQUE
ACADEMIQUE 2013-2014
2013-2014

Vous aimerez peut-être aussi