Vous êtes sur la page 1sur 8

Monts Bamboutos : Pour une réserve écologique simple

Les populations voient derrière la création d’une réserve écologique intégrale une menace de les expulser de ces

massifs. Sans toutefois proposer une alternative de recasement. Découverte

.L’usager qui emprunte le sentier (très glissant même en saison sèche) pour le sommet des monts Bamboutos se

rend compte qu’il y a des éboulements de terrain sur certains versants des montagnes. Aucun touriste ne saurait

résister à la tentation d’y faire des photos. Plus ont grimpe dans les montagnes, plus on se rend compte que

celles-ci sont couvertes d’eucalyptus ; parfois à perte de vue. Ces eucalyptus, à en croire les paysans qui

habitent dans ces montagnes, constituent des sources de revenus importants. A l’époque, c’est le Programme

d’appui à la foresterie et à l’agroforesterie (Pafra), qui avait encouragé cette sylviculture des eucalyptus devenue

aujourd’hui un ennemi des sols. A ce jour, des frères sont à mesure de se battre pour un point d’eau. Le

tourniquet, système d’arrosage des pommes de terre dans les montagnes, y est très pratiqué.

Eboulements de terrain

«Les eucalyptus qui sont cultivés ici sont non seulement utilisés pour la construction des maisons, mais aussi on

les vend et les feuilles sont aussi utilisées comme remède. C’est encore l’Etat qui à travers le Pafra nous avait

encouragé à planter les eucalyptus pour multiplier nos sources de revenus », soutient le chef Forzenkeng du

groupement Mmouock Aghong à Wabane. Selon certaines confidences, il est facile pour un sylviculteur d’avoir

environ 2 millions par an. Dans les bas fonds et les versants des collines qui affichent encore leur fertilité, les

populations, au fil des années, en saison sèche comme en saison des pluies, se livrent à une culture intensive

des produits maraîchers tels que la tomate, le chou, la carotte, le thym et la pomme de terre. Même si un sac de

pomme de terre est vendu à 20.000 Fcfa dans l’arrondissement de Wabane ou à Messang du côté de l’Ouest. Le

problème résidant au niveau du transport jusqu’au pied du mont. Certains Bayam sellam, en raison de la qualité

des produits maraîchers qui en sortent, sont contraints de partir de Yaoundé pour aller dans les montagnes se

ravitailler. En plus de l’agriculture, on constate également que des ranchs ont été créés dans les montagnes où

on élève bœufs et moutons. «Le climat dans les montagnes est très propice pour l’élevage », a relevé Dupleix,
gérant d’un ranch et conseiller phytosanitaire. Cette forte présence des populations sur les plaines et versants

des massifs Bamboutos à travers l’agriculture et l’élevage nécessite beaucoup d’eau. Du coup les feux de

brousse et la culture intensive des eucalyptus ont fini par constituer de sérieuses menaces sur cette partie du

territoire. C’est beaucoup plus à cause des érosions et des éboulements de terrain multiformes, qui ont plusieurs

fois fait des morts dans le Sud-Ouest, que le ministre des forêts et de la faune, Elvis Ngolle Ngolle, a pris sa

décision du 11 mars 2009.

Prise de conscience

«Les populations de la zone décrite sont informées qu’elles disposent d’un délai de 30 jours pour compter de la

date d’affichage ou de diffusion du présent avis au public pour déposer leurs réclamations éventuelles auprès

des chefs des circonscriptions administratives (préfectures, sous-préfectures, districts) mairies, chefferies

traditionnelles concernées, ou auprès des services locaux du ministère des forêts et de la faune. Passé ce délai,

aucune réclamation ou opposition ne sera plus recevable », indiquait le ministre. Autrement dit, pour le

gouvernement camerounais, pour que les montagnes soient couvertes d’arbres et les bas fonds d’eau, les

populations doivent quitter la zone délimitée. Sauf que de manière pratique, ces populations, qui sont nées pour

la plupart et n’ont connu que la vie des montagnes, ne savent pas où se délimite cette zone écologique intégrale

et encore où aller si c’est le cas. Une séance de travail, avec les paysans et autres habitants du groupement,

sous la coordination de Knowledge For All (Kfa), une organisation de la société civile, a permis de savoir

qu’avant cette décision du ministre qui fait d’une partie des massifs Bamboutos une réserve écologique intégrale,

les populations avaient déjà pris conscience de la situation au point de décider de procéder au reboisement et

détruire systématiquement les eucalyptus qui assèchent les montagnes. Les feux de brousse ont également été

réduits à plus de 80%. Par ailleurs, des plantes telles que le «zabazaba », et bien d’autres, qui protègent les

points d’eau commencent à être mises au sol.

Plan d’occupation

«Nous attendons encore que le gouvernement nous aident à trouver le type d’arbres qui peut constituer un

couvert végétal sur la montagne et aussi constituer des sources de revenus comme l’eucalyptus que nous

sommes en train de détruire», soutient le chef Forzenkeng à Wabane. Le principal souhait de ses sujets et lui

c’est qu’il y ait une plate forme entre le gouvernement et eux pour voir comment faire de ces massifs une zone

écologique simple et non intégrale. 37% de cette zone se trouve dans le Lebialem, 1% dans la Mezam, à Santa,
16% dans la Menoua et 46% dans les Bamboutos qui portent d’ailleurs le nom de ces massifs. Les conclusions

d’une étude menée sur le terrain par Kfa, avec l’appui du Pasoc, dans le cadre d’un plaidoyer pour une réserve

écologique simple sur les massifs Bamboutos, fait ressortir l’unanimité autour de la dégradation des massifs

Bamboutos, l’unanimité sur la nécessité d’agir ensemble, la nécessité d’une délimitation de la réserve écologique

par son intégration dans la dorsale camerounaise, l’urgence de penser une nouvelle dénomination des massifs

qui tient compte des appellations locales (Bamenda higlands, Mangwa pour Wabane, etc, et facilitent

l’appropriation des enjeux par les populations locales. Aussi, il semble s’imposer une nécessité d’élaboration

participative d’un plan d’occupation des sols des massifs Bamboutos. Le nombre de personne qu’on retrouve

dans ces massifs n’amène plus à penser à un déguerpissement sans recasement éventuellement. Patrice

Djimene, membre du comité de développement des monts Nki et Ngwoum (Codevmonkin), que dirige le Dr Jean

Pierre Meloupou depuis sa création, fait partie de ceux qui ont pris des initiatives pour le reboisement des

massifs, sur lesquels ils ont vu le jour, et compte sur la compréhension du gouvernement. L’exploitation intensive

des eaux dans les montagnes est en partie responsable des perturbations observées sur le réseau de

distribution d’eau dans la ville de Mbouda

Réactions :

André Tsayem (secrétaire général du Codevmonkin):« Le mont Ngwoum sera un champ

d’expérimentation»

Dans le cadre de la protection de l’écosystème tel que défini dans les statuts du Codevmonkin, cette structure a

d’abord demandé à tous ses membres de réduire les eucalyptus qui inondent la zone et de ne planter que des

arbres qui ne perdent pas les feuilles pendant la saison sèche. Certains de ces arbres vous les avez vus sur le

terrain. Ainsi, nous avons réduit progressivement les eucalyptus et planté ces arbres qui n’absorbent pas de l’eau

et protègent en retour le sol. Notre plan d’action à moyen terme c’est d’investir sur le mont Ngwoum. Nous allons

prendre une parcelle et y mettre ces différents types d’arbre en guise de champ d’expérimentation. Nous allons

commencer dès les premières pluies et d’ici à mars 2012, l’effet se fera sentir.

Jean Paul Toukem (chef du groupement Ngwoum):« C’est un combat que nous menons avant même

l’intervention du gouvernement»

C’est avec beaucoup d’inquiétude que nous avons accueilli cette décision du ministre des forêts et de la faune

faisant des Massifs Bamboutos une réserve écologique intégrale. Nous avons dans un premier temps rédigé une

pétition et par la suite des requêtes ont été faites, sur la demande du gouvernement. Nous avons compris les
enjeux de la dégradation des massifs et c’est pourquoi depuis 2005 nous avons un comité de développement qui

allait dans le même sens. Donc c’est un combat que nous menons avant même l’intervention du gouvernement.  

Notre souhait c’est que le gouvernement nous laisse vivre ici pour faire notre agriculture et notre élevage. Nous

l’invitons aussi à nous aider à planter des arbres qui puissent protéger l’eau et le sol.

Tiré des écrits de Blaise Nzupiap Nwafo du Journal Camerounais La nouvelle expression
 

Bamboutos
Index de l'article
Bamboutos
voir les chefféries Bamboutos
Voir l'article de Frank William Batchou sur le Musée de l'esclavage de Bamendjinda
Enjeux agricoles et sociétaux de l'eau sur les monts
Toutes les pages
Page 1 sur 4
Le département des Bamboutos est situé dans la province de l'ouest du Cameroun. Ce département a une

superficie de 1.155 km2 et pour chef-lieu la ville de Mbouda.

Le département possède outre quatre arrondissements dont : Babadjou, Batcham, Galim et Mbouda un symbole

influent en l'occurrence le mont Bamboutos, haut de 2700 m d'altitude.

La fierté et la raison d'être de certains ressortissants du département se résume a sa très célèbre équipe de

football (Bamboutos de Mbouda) qui évoluait encore en première division il y a de cela quelques années.

Le département des Bamboutos est majoritairement peuplé (90% a 95%) de l'ethnie Bamiléké. Les Bamilékés

forment le groupe ethnique le plus important du Cameroun (20%) et sont basés dans l'ouest du Cameroun. Ce

peuple fait preuve d'une solidarité sans équivoque.

Les hauts plateaux bamiléké de l'Ouest-Cameroun sont connus pour la célébrité de ses paysages de bocage.

L'exploitation du sol est fondée sur une judicieuse association de l'agriculture et de l'élevage du petit bétail.

L'occupation majeure pratiquée dans cette partie du pays est le commerce ainsi que l'agriculture.

D'ailleurs le peuple Bamiléké est réputé pour son sens du commerce et son esprit grenier. Ce peuple possède

aussi une manière toute particulière de vivre, qui se fait remarquer sous plusieurs aspects : l'environnement,
l'habitat, les occupations quotidiennes, la vie dans le cadre familial (les joies et les peines), les distractions, les

loisirs les coutumes et les rites traditionnelles. Les chefferies Bamilékés occupent aussi un rôle très important,

tant sur le plan traditionnel que dans la vie de ses ressortissants.

Précédent - Suivant >>

Depuis le 28 avril, Wikipédia en français compte plus d’un million et demi d’articles !

Monts Bamboutos
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche concernant la montagne, le volcanisme et le
Cameroun.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les
recommandations des projets correspondants.
Monts Bamboutos

Schéma géologique de la ligne du Cameroun avec les monts Bamboutos au centre.


Géographie

Altitude
2 679 m
Massif
Ligne du Cameroun
Longueur
50 km
Administration

Pays
 Cameroun
Régions
Nord-Ouest, Ouest, Sud-Ouest
Géologie

Âge
6 à 23 millions d'anées
Roches
Roches volcaniques

modifier 

Les monts Bamboutos sont un groupe de volcans basés sur une vague de la ligne volcanique
du Cameroun. Ils se situent sur le plateau ouest du Cameroun, fusionnant au nord avec le
champ volcanique Oku1.
Ce grand complexe volcanique s’étend du nord-est au sud-ouest sur environ 50 km. Son point
le plus haut atteint 2 679 mètres sur le bord d’une caldeira de 10 km de diamètre. On estime
que la lave date d’il y a 6 à 23 millions d’années2.

La partie la plus élevée du massif, culminant à 2 000 m d'altitude, a un climat doux et


nuageux. Il tombe 2 510 millimètres de précipitations par an. Les sols sont acides, ont une
faible teneur en phosphate et sont relativement stériles. À cause de la pression de la
population, l’agriculture est pratiquée sur des pentes abruptes ce qui mène à l’érosion et au
déclin de la fertilité. Le bétail paît également sur ces pentes où la culture de la nourriture n’est
pas une activité économique3,4,5.

Références[modifier | modifier le code]


 (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en
anglais intitulé « Bambouto massif » (voir la liste des auteurs)

1. ↑ (en) Kevin Burke, « Origin of the Cameroon Line of Volcano-Capped Swells », The Journal of
Geology, vol. 109, 2001, p. 349–362 (DOI 10.1086/319977, Bibcode 2001JG....109..349B, lire en
ligne)

2. ↑ (en) Alan Robert Woolley, Alkaline rocks and carbonatites of the world, Part 3, Geological
Society, 2001 (ISBN 1-86239-083-5, lire en ligne), « Bambouto », p. 35

3. ↑ (en) Siéwé Jean Mermoz, Djoufac Woumfo Emmanuel, Bitom Dieudonné, Figueras François,
Djomgoué Paul, Njopwouo Daniel and Azinwi Primus Tamfuh, « Andosols of the Bambouto
Mountains (West Cameroon): Characteristics, Superficial Properties - Study of the Phosphate Ions
Adsorption », The Open Inorganic Chemistry Journal, vol. 2, 2008, p. 106–115 (lire en ligne)

4. ↑ (en) Cornelius Mbifung Lambi, Emmanuel Ndenecho Neba, Ecology and Natural Resource
Development in the Western Highlands of Cameroon: Issues in Natural Resource Management, African
Books Collective, 2009, 62–63 p. (ISBN 9956-615-48-X, lire en ligne)

5. ↑ (en) Bernard P.K. Yerima, E. Van Ranst, Major Soil Classification Systems Used in the Tropics::
Soils of Cameroon, Trafford Publishing, 2005 (ISBN 1-4120-5789-2, lire en ligne), p. 277

v · d · m

Les curiosités naturelles en pays Bamiléké et alentours


Mont Mbapit · Mont Oku · Mont Batcha-Batchingou · Mont Koupé · Mont Metchou ·
Sommets et
Mont Kassang · Mont Bana · Monts Bamboutos · Mont Mete · Monts Kala · Mont
cols
Manengouba · Col Batié · Col Bana · Col Fotouni · Col de Batcha · Collines Kafu
Vallées,
plaines et Plaine des Mbo · Plaine du Noun
forêts
Lac de cratère de Mbapit · Lac Barombi Mbo · Lac Baleng · Lac Nyos · Lac Monoun ·
Lac de Bati · Lac Mfouet · Lac Doupé · Lac Ghanka · Lac de Takouche · Lac Bugam ·
Lacs et
Lac Nfou · Lac de Bamendjing · Source de Mefo Meku · Kemtsop · Noun · Nkam ·
rivières
Cascade de Lingang · Lac Municipal de Dschang · Lac Kip · Lac Matapit · Lac
Forouogain · Lac Ngouendam · Lac Petponou
Chutes et Chutes de Bamena · Chutes de Mamy Wata · Chutes de la Métché · Chutes de la
cascades Mentchum · Chutes de la Moakeu · Chutes d'Ekom · Chutes de Chehandzo-
Chehanzewe · Chutes de Tchui · Chutes de la Mifi · Chutes des Mariés · Chutes du Ndé
· Chutes Pendou · Chutes de Batoum · Chutes de Mouanko · Chutes de Bakondji ·
Chutes de Tchanko · Chute de Banka · Chutes de Sincoa · Chutes de Bakelac · Chutes
Ntaveu · Cascades de Kigang · Cascades de Batcha
Grotte Fovu · Grotte Kouovu · Grotte de Loung · Grotte Ndemvoh · Grotte de
Doumkho · Grotte aux Hyènes · Grotte de Shum Laka · Grottes Mboeto · Grottes de
Grottes et
Banwa · Grottes Ndessi Nekang · Grotte de Nka'a · Falaise de Foréké · Rocher de
rochers
Loung · Rochers de Fongo Tongo · Rocher de Ngang Batoufam · Pic Neyang · Falaise
de Santchou

Vous aimerez peut-être aussi