Vous êtes sur la page 1sur 4

MALOLA MALOLA

GHELL ROXAN
Master 1 DPU
Université Internationale de Libreville

Devoir de droit des organisations internationales et des ONG

Sujet : la genèse des organisations internationales

Le monde dès organisations internationales est très vaste et d'une architecture complexe cet exposé
dresse un portrait sur la genèse des organisations internationales. En effet, la question de la genèse
ou ka formation des organisations internationales est une problématique importante car son analyse
fournie dessus prérequis à toute personne désireux de mener une étude sur cette matière.

Une organisation internationale est une personne morale de droit public, fondée par un instrument
juridique (tels qu'une convention, un traité, une charte…) par les États ou des organisations
internationales afin de coordonner une action sur un sujet déterminé dans les statuts pour la
réalisation d'un intérêt commun. L'idée d'une institution de coopération universelle est lointaine car
elle trouve son fondement dès l'antiquité. En effet dès la Grèce antique, période pendant laquelle les
guerres étaient permanentes et les populations vivaient en autarcie, les cités avaient développé deux
types d'organisation ou union à savoir : l’amphictyonie et la ligue. Les premières étaient des
associations de personne à caractère religieux qui sont regroupées autour d'un sanctuaire pour rendre
culte à dieu. Tels avait été le cas de l'amphictyonie de Panhelletique (6ième siècle av-JC) qui regroupait
les personnes appartenant à plus de 12 peuples différents de la Grèce. Ainsi, comme dans les
organisations internationales actuelles, chaque peuple avait un représentant qui siégeait au conseil.
Les ligues par contre étaient des formes d'alliance entre cité . Ce type d'alliance étaient établis sur un
mode fédéral pour administrer la défense collective. Cela était le cas de la ligue de Dalos ( 5ième siècle
av-JC) qui regroupait plus de 150 cités.

Toutes fois, ces formes d'organisation furent des institutions ou de formes d'associations et non des
organisations internationales dans le sens actuel. Il faut être prudent car l'idée de la recherche
organisations internationales a caractère universel est beaucoup plus récente. Elle date en effet du
14ième siècle environ avec Pierre DUBOIS et son ouvrage intitulé «la récupération de la terre sainte »
dont l'idéologie est celle de la création d'un empire chrétien couvrant tout le territoire jadis colonisé
par l'empire romain pendant la pax romana. Elle se poursuivra part le projet du roi BOHEME Georges
de PODEBRADY en 1467 qui prônera l'organisation de la paix et la sécurité à l'échelle européenne. Au
17ème siècle plusieurs ouvrages sont consacrés au organisations internationales. Le 18ème siècle quant
à lui voit paraitre les multiples projets du même type, conceptualisés et des philosophes et par des
penseurs tels que Jérémy Bentham, Jean Jacques Rousseau ou l’Abbé Grégoire. Qui furent de
véritables précurseurs des Organisation Internationales. Néanmoins, leurs ouvrages qui peuvent
présenter quelques intérêts, du point de vue des idées politiques, n’ont réservées en réalité qu’une
très faible influence sur les solutions qui devraient être adoptées compte tenu de dévolution de la suite
des évènements de la vie internationale. Le 19ème , par le canal de la révolution industrielle, marque
les prémices des organisations internationales dans leur conception actuelle.

Par ailleurs, mener une recherche sur la genèse des organisations internationales renvoie par
conséquent à l'étude sur la recherche d'une organisation internationale forte, de caractère universel
et visant à assurer la paix.

Dès lors, comment les organisations internationales actuelles ont elle été formé ?

C’est avec l'apparition de la société politique que naissent véritablement les organisations
internationales. L'État sur sa forme souveraine actuelle n'apparaît qu'au 16ème siècle mais reste
jusqu'au 18ème préoccupé par ses seuls intérêts cat l'état belliciste persiste. C’est à partir du 19ème siècle
que les États dépassent l'inter étatisme (1) dans le but de réaliser l'intérêt commun. De cette volonté
va naître l'institutionnalisation d'une véritable coopération internationale (2)

I. LE DÉPASSEMENT DE L’INTER ÉTATISME : UNE AMORCE DANS LA


CRÉATION DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES

De 1815, à 1914, la paix est relative, mais durable, accompagnée de grands progrès techniques et
scientifique. Les États ont alors besoin de coopérer pour mener certaines actions. Deux
phénomènes se développent : la multiplication des conférences internationales (A) et
l'établissement de structures institutionnelles permanentes (B)

A. LA MULTIPLICATION DES CONFÉRENCES DU 19ÈME SIÈCLE

Ce sont les premières tentatives de dépassement, traduite par une sorte de gouvernement de fait par
les grandes puissances de l'époque. Le but est de préserver la paix et une unité de la société
internationale. Dès septembre 1814, les vainqueurs de la guerre napoléoniennes se sont rencontrés à
Vienne pour décider de la configuration du monde d'après guerre. On aboutit alors à l'acte final du
congrès de Vienne le 19 juin 1815 . S’ensuit la sainte alliance, née le 26 septembre 1816 composée de
ces puissances et ayant pour but d'assurer la paix et l'unité du monde chrétien. Arrive ensuite de
directoire européen, puis le concert européen, dont l'objectif est de maintenir le contact entre les
puissance et consolider la paix. Les grandes puissances décident à cette époque de se réunir en grandes
conférences. A la fin du 19ème siècle, les conférences deviennent les grandes conférences de paix, dont
celles de la Haie de 1899 et 1897. La première créée la cours permanente d'arbitrage, première
institution juridique internationale et introduit le règlement pacifique des différends. La seconde
s'élargit de 26 à 44 États, perfectionne les dispositions de la première et ajoute des nouvelles normes.
Elle crée également la juridiction de la cour internationale des prises, qui ne verra cependant jamais le
jour.
Ces mécanismes réunissent périodiquement les États, point de départ de nouvelles relations
internationales. Le problème est qu'il ne sont pas permanents, et n'ont pas de structure pour veiller
a6 l'exécution des décisions prises, ni d'autonomie réelle vis à vis des États, ce ne sont donc pas encore
réellement des organisations internationales.

B. L'ÉTABLISSEMENT DES STRUCTURES INSTITUTIONNELLES PERMANENTES


Au sortir de la révolution industrielle, les progrès scientifique et techniques entraîne le
développement du machinisme et des échanges commerciaux cela rend nécessaire la coopération
internationale étatique, au niveau technique et administratif. Les États créent alors des
administrations auxquelles ils confient des pouvoirs des pouvoirs de décisions , d'exécution et de
contrôle. Elles se développent en premier dans des rapports de voisinage avec des commissions
fluviales puis dans un cadre élargi avec des institutions qui permettent d'organiser des domaines
techniques spécialisés.

S'agissant des commissions fluviales, leur but est de règlementer, faciliter la navigation fluviale sur
certains fleuves internationaux. Certains qui étaient riverains décident alors d’institutionnaliser leur
coopération par des commissions permanentes et de composition inter gouvernemental. La première
est là commission centrale du Rhin créée en 1831 par le traité de Mayence, puis la commission
européenne du Danube, institué par le traité de Paris en 1856. Elles sont chargées d'élaborer les
règlements de la navigation fluviale. C’est également un moyen de faire exécuter certains travaux et
veiller à ce que la liberté de navigation soit respecté. Le pouvoir de décision n’est cependant pas
totalement autonome, les États décident de l'intérieur…

Les unions administratives internationales quant à elles avaient pour but d’institutionnaliser les actions
collectives des États en vue d'une permanence. Cela concerne des secteurs techniques spécifiques.
Elles sont dotées d'organes internes, comparables à ceux des organisations internationales l’actuelle,
dont la conférence internationale prenant les décisions à l'unanimité, et le bureau international
purement administratif. C’est la première génération d'organisation internationales, structure
organique, chargée d'organiser une coopération économique et techniques entre les différents États.
Cela qui conduire quelques années plus tard à la création de la société des nations.

II. L’INSTITUTIONNALISATION LA COOPÉRATION INTERNATIONALE

Au 20ème siècle l'organisation des grandes conférences, moyen de dépassement de l’inter étatisme n'a
cessé de progresser, cependant cela n'a guère empêché les guerres pour autant. L'idée est alors prises
d'organiser politiquement la société internationale dans un système intégrant tous les États, origine
de la société des nations (A) et de l'ONU (B)

A. L'AVÈNEMENT DE LA SOCIÉTÉ DES NATIONS

Le pacte de la SDN est adopté à Versailles le 18 janvier 1919 après la première guerre mondiale, entré
en vigueur le 10 janvier 1920, et annexé au traité de Versailles, et incorporé aux traités de la paix de
l’après-midi guerre. Elle est installée à Genève, Paul HYMEN en était le premier président. C’est la
première organisation internationale à vocation universelle créée par la volonté des États. Elle a une
compétence générale, c’est-à-dire non seulement technique mais aussi politique ; ses principaux
objectifs sont d'assurer la paix et la sécurité collective mais aussi de développer la coopération entre
les nations. Le pacte dote la SDN de trois organes principaux : l'Assemblée, le Conseil et le Secrétariat
permanent. Il permet également la possibilité de s'entourer d'autre s institutions auxiliaires pour
fonder un nouvel ordre mondial basé sur le droit, avec la cour permanente de justice internationale.
Toutes ensemble, elles devraient être placées sous le contrôle de la SDN, qui a structuré les relations
internationales pendant l’entre guerre, et à ainsi contribué à un ordre international nouveaux.

L'absence des USA, de l'Allemagne, de l'URSS, contribue cependant à la faire disparaître. De plus, le
secrétaire n'a pas de rôle politique, il n'y a pas de force d'intervention armée. Les décisions doivent
être prises à l'unanimité. La SDN a donc été incapable de réagir face à des nombreuses crises et
notamment au déclenchement de la seconde guerre mondiale ce qui l'a conduit à l'échec et par la suite
à la création de l'ONU.

B. LA CRÉATION DES L’ONU ET LA MULTIPLICATION DES ORGANISATIONS


INTERNATIONALES

La charte de l'ONU a été signée à San Francisco, le 26 juin 1945par 51 États. C’est une organisation
internationale universelle à vocation généraliste. Son université est plus large que celle de la SDN car
suivant le mouvement de démocratisation de la société internationale avec la décolonisation,
l'éclatement de l'URSS. L'ONU rassemble aujourd'hui plus de 192 États. Sa compétence est étendue
dans tous les domaines ; son but principal reste le maintien de la paix entre les États. L'ONU privilégie
la dimension politique ; donne de véritables pouvoir de décision et d'action aux organes, avec la
possibilité de mettre en œuvre des sanctions communes. Cette organisation est donc plus autonome
vis-à-vis des États.

Se créent aussi des institutions spécialisées, affiliées à l'ONU. Par exemple l'UNESCO,
l'OMS….Ensemble, elles constituent le système des nations unies. L'ONU reste le symbole d'une
communauté politique institutionnelle.

Par ailleurs, les États ont également cherchés à institutionnaliser les relations au niveau régional par
la création d'organisation internationale régionale, comme des corporations politiques telles que
l'Organisation des États Américains, le Conseil d'Europe en 1949, l'Organisation de l’unité Africaine
remplacée en 2002 par l’Union Africaine….

Le domaine de la sécurité comprend aussi des organisations politico-militaire comme l'OTAN, le pacte
de Varsovie (1955), l'OTASE(1954) …

Une nouvelle génération d’Organisations Internationales voient ainsi le jour, pour gérer le patrimoine
commun à l'humanité, tels est le cas de l'autorité internationale des fonds marins créées dans la
convention de 1982 Mais entrée en vigueur seulement en 1994.

En somme, par la création de l'ONU, les États ont pu réaliser leur désir de créer une institution
internationale universelle pour le maintien de la paix dans le monde et une meilleure coopération
entre eux