Vous êtes sur la page 1sur 21

Chapi

tre 2
Auto
matis
ation
du
gratte
ur
CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Introduction 
L’automatisation industrielle c’est une notion immense dans tous les secteurs de l’industrie sous
forme des solutions autonomes aux couts optimisés ou dans des installations complexes. Au
cours de ce chapitre, je vous mettre l’accent sur l’API et la méthode de programmé.

I : Automatisation 

1 : Ce quoi l’automatisation 


L'automatisation d’un procédé consiste à transférer tout ou partie des tâches de coordination,
auparavant exécutées par des opérateurs humains, dans un système de contrôle.
Le système de contrôle mémorise le savoir-faire des opérateurs et exploite un ensemble
d'informations prélevées sur le procédé pour élaborer la succession des ordres nécessaires pour
obtenir les actions souhaitées.

2 : Avantage de l’automatisation 


 Eliminer les tâches répétitives
 Simplifier le travail de l’humain
 Augmenter la sécurité
 Accroitre la productivité
 Economiser les matières premières et l’énergie
 S’adapter à des contextes particuliers
 Maintenir la qualité

3 : système automatisé 


Un système automatisé est toujours composé d’une partie commande (PC), et d’une partie
opérative (PO), pour faire fonctionner ce système, l’opérateur (personne qui va faire fonctionner
le système) va donner des consignes à la partie (PC), celle-ci va traduire ces consignes en ordres
qui vont être exécuté par la (PO).
Une fois les ordres accomplis, la PO va le signaler à la PC qui va à son tour le signaler à
l’opérateur, ce dernier pourra donc dire que le travail bien été réalisé.

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 28


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

4 : structure d’un système automatisé 


 Partie opérative : le procédé à contrôler
 Partie commande : le système du contrôle
 Partie supervision : l’opérateur (surveillance, marche/arrêt…)

  Partie commande Partie supervision


Partie opérative

Mesures Rapports
Capteur
Système

Procédé Du Operateur
Contrôle Ordres
Actionneur Commandes

Figure 2.1 : structure d’un système automatiser

5 : implémentation
Le système de contrôle peut être réalisé :
 Logique programmée : API
 Logique électronique (câblée) : Combinatoire ou séquentielle

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 29


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

II :
représenté de
l’API 

2 : Définition
de l’API 
Un automate
programmable
industriel (API) est une machine électronique spécialisée dans la conduite et la surveillance en
temps réel de processus industriels et tertiaires. Il exécute une suite d'instructions introduites
dans ses mémoires sous forme de programmes, et s'apparente par conséquent aux machines de
traitement de l'information.

Figure 2.2 : vue de l’API

3 : structure interne de l’API 


Figure ce dessous représenter structure interne d‘un API :

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 30


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Figure 2.3 : structure interne d’un API

4 : composent de
l’API 
Il se compose de plusieurs
composants :

4.1: Rack 
Ce la corp de l’API :

Figure 2.4 : Rack


4.2: Unité centrale 
 Processeur :
Son rôle consiste d'une part à organiser les différentes relations, entre la zone mémoire et les
interfaces d'entrée et de sortie et d'autre part à gérer les instructions du programme.
 Mémoire :
Elle est conçue pour recevoir, gérer, stocker des informations issues des différents secteurs du
système qui sont :
o Le terminal de programmation : introduction du programme.
o Le processeur qui gère et exécute le programme.
Elle reçoit également des informations en provenance des capteurs. Il existe dans les
Automates plusieurs types de mémoires qui remplissent des fonctions différentes.

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 31


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Figure 2.5 : Unité centrale

4.3 : Alimentation 
Tous les automates actuels utilisent la tension 24 V
 Une alimentation 240 VCA fournit un courant 24 VCC aux
capteurs.
 Les entrées sont également en 24 VCC
 Une mise à la terre doit également être prévue.

Figure 2.6 : block d’alimentation

5 : Interface E/S 


L'interface d'entrée comporte des adresses d'entrée. Chaque capteur est relié à une de ces
adresses. L'interface de sortie comporte de la même façon des adresses de sortie. Chaque pré-
actionneur est relié à une de ces adresses.
Le nombre de ces entrées et sorties varie suivant le type d'automate

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 32


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Figure 2.7 : Module Entrée Figure 2.8 : Module Sortie

 Les cartes E/S :


Modularité 8, 16 ou 32 voies.
Modules TOR (Tout Ou Rien) : l'information traitée ne peut prendre que deux états
(Vrai/faux, 0 ou 1 ...). C'est le type d'information délivrée par une cellule photoélectrique, un
bouton poussoir ...etc.
Modules analogiques : l'information traitée est continue et prend une valeur qui évolue dans une
plage bien déterminée (4-20mA). C'est le type d'information délivrée par un capteur (débitmètre,
capteur de niveau, thermomètre...etc.).

6 : Terminal de programmation 


Pour commander l’API en utiliser terminal de programmation.

Figure 2.9 : terminal de programmation

 Pupitre operateur :

Terminal de maintenance, affichant des messages ou une représentation du procédé.

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 33


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Figure 2.10 : pupitre operateur


 Console de
programmation :
o Pour écrire des programmes simples.
o Connexion par port ou sans fil.

Figure 2.11 : Console de programmation

 Interface graphique :

Ecran d'affichage / tactile ou un PC

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 34


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Figure 2.12 : Interface graphique

5 : Choix de l’API 
 Nombre des entrées et des sorties :
Le nombre de cartes peut avoir une incidence sur le nombre de racks dès que le nombre
d'entrées/sorties nécessaires devient élevé.
 Type de processeur :
La taille mémoire, la vitesse de traitement et les fonctions spéciales offertes par le processeur
permettront le choix dans la gamme souvent très étendue.
 Fonction de communication :
L’automate doit pouvoir communiquer avec les autres systèmes de commande (API,
supervision...) et offrir des possibilités de communication avec des standards normalisés
(Profibus ...).

III : affectation des E/S à l’automate

Tableur 2.1 : adresse des entres

Adresse Symbole Description


I1/0 RCH Marcher chaine
I1/1 ARCH Arrêter chaine
I1/2 AUTO Autorisation
I1/3 ASS A/N asservie
I1/4 Fdc.D Fin de cours droite
I1/5 TD Translation droite
I1/6 Fdc.G Fin de cours gauche
I1/7 TG Translation gauche
I1/8 ML Mente lente
I1/9 MR Mente rapide
I1/10 T. Haut Treuil haut

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 35


Adresse Symbol

B3CHAPITRE
0/3 X100
2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

I1/11 B3 0/4 DL X101 Descente lente


I1/12 DR Descente rapide
B3 0/5 X31
I1/13 T. Bas Treuil bas
B3 0/6 X44

B3 0/7 X60

B3 0/8 X41
Tableur 2.2 : adresse des étapes
B3 0/9 X34

B3 0/10 X50

B3 0/11 X200

B3 0/12 X201

B3 0/13 X202

B3 0/14 X21

B3 0/15 X36

B3 1/0 X46

B3 1/1 X33

B3 1/2 X22

B3 1/3 X43

B3 1/4 X20

B3 0/0 X0

B3 0/1 X1

B3 0/2 X13

B3 1/5 X30

B3 1/6 X32

B3 1/7 X35

B3 1/8 X37

B3 1/9 X40

B3 1/10 X42

B3
TALEL BRAHIM/SAMI 1/11
TOZNI X45 36

B3 1/12 X47
CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR
Tableur 2.3 : adresse des sorties

Adresse Symbole Description


Commande de rotation
O2/0 CRC
chaine
Commande de translation
O2/1 CTD
droite
Commande de enrouler de
O2/2 CE
câble
Commande de translation
O2/3 CTG
gauche
O2/4 CMT Commande de mente treuil

O2/5 CTL Commande de treuil lente

O2/6 CTR Commande de treuil rapide


Commande de descente
O2/7 CDT
treuil

IV : Description du logiciel RSLogix500 


La de l’automate est assurée par le logiciel de programmation RSLogix500.
Ce logiciel est un outil de programmation sous Windows spécifique aux processeurs de Control-
logix.
La maintenance des programmes sur différentes plateformes est ainsi plus pratique et plus facile.
Les fonctionnements du logiciel RSLogix500 incluent les éléments suivants :
 La facilité de configuration.
 Méthodes d’adressage des entrées /sorties simple.
 Editeur de bloc fonction facile à utiliser.
 Fonction de supervision de diagnostic qui comprend un affichage de l’état de l’automate.
 Une fonction de vérification du programme et une surveillance efficace des données.

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 37


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

V :
Figure 2.13 : Page intro du logiciel de programmation RSLogix500

Guide de l’utilisation de logiciel Rslogix500 :


La programmation avec Rslogix5000, se fait sur plusieurs étapes. Ces étapes sont données avec
les figures explicatives suivante :

Etape 1 : Lancer le logiciel Rslogix500.

Figure 2.14 : RSLogix500

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 38


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Etape 2 : nous cliquons sur le bouton « nouveau » de la barre d’outils ou sur le « nouveau » de
menu fichier, une fenêtre permet sélectionner le type de processeur apparait comme le montre la
figure suivante :

Etape 3 : configuration des E/S :


La configuration des E/S se
Figure 2.15 : Sélectionner le type de processeur
fait par le choix :
 De rack (nombre
d’emplacement).
 Des cartes d’entrées.
 Des cartes de sorties.
La figure suivante illustre la configuration de l’automate :

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 39


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Figure 2.16 : configuration des E/S

Figure 2.17 : rack (donner nombre d’emplacement)

Etape 4 : affectation d’adresses aux variables :

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 40


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Pour désigner un module d’entrée ou sortie, nous utilisons l’adresse d’une voie d’entrée ou de
sortie qui dépend :
 De la première lettre qui peut être « I » pour désigner une entrée ou bien « O » pour désigner
une sortie
 Du numéro d’emplacement du module dans le châssis
 Du numéro de voie dans le module

Etape 5 : la programmation :


Figure 2.18 : Main Routine
Le langage de programmation utilisé est
le mode schéma LADDER.

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 41


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Insertion une nouvelle ligne dans le


ladder
Insertion d’un parallélisme pour faire OU

Insertion contact NO
Insertion d’une bobine de sortie

Insertion contact NC

Chaque onglet affiche une catégorie d’instruction


différentes de la barre d’outils

Figure 2.19 : Langage ladder

VI : logiciel ‘’RSlinx’’ 


Ce logiciel assure la communication complète entre les différents équipements et le logiciel
d’exploitation. Il possède une interface d’échange dynamique de données qui gère cette
communication. Ce logiciel assure la communication à une vaste gamme d’application. Il gère
les logiciels de programmation, l’interface homme machine et les composantes de Rockwell
software

Etape 1 : Lancer le logiciel RSLinx :

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 42


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Figure 2.20 : RSlinx

Etape 2 : nous
cliquons sur le bouton
« configure
drivers » de la barre
d’outils

Figure 2.21 : configuration drivers


Etape 3 : nous
cliquons sur
le bouton « Add New » pour choisir SLC 500 Emulateur driver

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 43


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Figure 2.22 : choix d’émulateur driver

Etape 4 : Dans le logiciel


RSLOGX500 nous cliquons sur le bouton « communications » dans le barre d’outils et
choisissons « who actifs » pour télécharger ou charger le programme ladder a l’automate

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 44


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

Etape 6 : chargement du programme ladder sur l’ordinateur.


Pour charger le programme ladder en utiliser un logiciel RSLogix emulate 500 :

FigureFigure
2.24 : RSLogix émulateurladder
2.25 : programme 500

Dans la figure 47 nous présentons les commandes de rotation chaine avec de deux commandes pour
Controller autorisation et asservie.
L’utilisation de l’instruction TON pour mettre une sortie on ou off après que la temporisation a
fonctionné pendant un intervalle de temps présélectionné.

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 45


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

L’instruction ‘’TON’’ permet de gérer des retards à


l'enclenchement, la valeur cumulée est remise à zéro
lorsque les conditions de ligne passent à faux,
indépendamment du fait que le temporisateur ait terminé la
temporisation :

Figure 2.27 : temporisation

Bits

d’instruction Figure
: 2.26 : Emplacement de la sécurité dans le programme
 EN= bit de validation
 DN= bit de fin

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 46


CHAPITRE 2: AUTOMATISATION DE GRATEUR

VII : conclusion 
Dans ce chapitre, nous sommes focalisés sur la présentation de l’automate (Allen Bradley slc
500) et de point de vue de matériel ainsi que de point vue logiciel (RSlogix 500).

TALEL BRAHIM/SAMI TOZNI 47