Vous êtes sur la page 1sur 40

Département GE

MOTORISATION
ÉLECTRIQUE

2ème Année CI
Filière: GI-GM
Motorisation
Électrique

MACHINES
2 ASYNCHRONES
PLAN

 Principe général : champ tournant.


 Principe de la machine Asynchrone.
 Modélisation de la MAS.
 Estimation e Puissance
 Machines Asynchrones : caractéristiques
électromécaniques.
 Marche industrielle des machines asynchrones.

3
PRINCIPE GÉNÉRAL : CHAMP TOURNANT

• La circulation d’un courant


alternatif dans une bobine créée
un champ magnétique B alternatif
(même sens et fréquence que le
courant) dans l’axe de la bobine
(grandeur vectorielle).
• Deux bobines placées à proximité
l’une de l’autre, le champ
magnétique résultant est la somme
vectorielle .

B  B1  B2

4
PRINCIPE GÉNÉRAL : CHAMP TOURNANT

 3 bobines Alimentées par un réseau


triphasé de tension simple V1,V2 et V3

 Les axes de trois bobines forment entre


eux des angles de 120°

 Chacune de ces bobines crée un champ


magnétique variable déphasé de 120° les uns
par rapport aux autres.

Le champ magnétique résultant au point O


est un champ tournant, sa fréquence est
nommée : fréquence de synchronisme

5
PRINCIPE GÉNÉRAL : CHAMP TOURNANT
PRINCIPE DU MOTEUR SYNCHRONE
• Si On place, au point O, une aiguille
Aimantée ou un aimant permanant .
Cette aiguille aimantée va accrocher
le champ magnétique BT et tourner à
la même vitesse que : c’est le
principe du moteur synchrone MS
• La vitesse de synchronisme ns est
proportionnelle à la fréquence du
réseau.

6
PRINCIPE GÉNÉRAL : CHAMP TOURNANT
PRINCIPE DU MOTEUR ASYNCHRONE MAS
• remplaçons l'aiguille aimantée par
un disque plein fabriqué dans un
matériau conducteur. Ce disque se
met à tourner quand les bobines sont
alimentées, Mais il tourne plus
lentement que le champ magnétique
tournant : c’est le principe du
moteur asynchrone MAS
• La vitesse de rotation du disque est
inférieure de la vitesse du
synchronisme ns
7
MACHINES ASYNCHRONES
Les machines asynchrones (MAS) représentent plus de 80% des moteurs
électriques utilisés en industrie :

 Grande simplicité de construction  prix relativement bas.


 Facilité d’utilisation et d’entretien  coût de maintenance réduit.
 Simplicité de démarrage. Commande aisée avec les convertisseurs de
puissance.
 Grande robustesse mécanique.
8
Machines Asynchrones
TECHNOLOGIE DES MAS
Comme toute machine électrique , la machine asynchrone comporte
essentiellement des éléments électriques, magnétiques et mécaniques.

rotor bobiné

rotor à cage d’écureuil


9
Machines Asynchrones
Plaque signalétique d’un MAS

puissance Fréquence des


courants statoriques
cos  vitesse
nominale rendement
nombre de
phases

10
Machines Asynchrones
Plaque signalétique d’un MAS

tension maximum aux bornes


d ’un enroulement: c’est la tension
entre phase d’un couplage triangle
tension entre phase d’un
couplage étoile ( ce qui donne
toujours la même tension aux
bornes d’un enroulement:
220V)

11
Machines Asynchrones
Plaque signalétique d’un MAS
intensité nominale absorbée sur les lignes pour
un couplage triangle : I (=J3 avec J courant
dans un enroulement)

intensité nominale absorbée sur les lignes pour


un couplage étoile (donc courant dans un
enroulement)
Température maximale d ’utilisation

12
Machines Asynchrones
exploitation :

Puissance :(1,8Kw) puissance utile délivrée sur l’arbre du moteur.

Facteur de puissance :(0,82) permet le calcul de la puissance active consommée


par le moteur ( . )

Tensions : (220v/380v) la première indique la valeur nominale de la tension aux


bornes d’un enroulement. Elle justifie le couplage (étoile ou triangle) à effectuer en
fonction du réseau d’alimentation.

Intensités :(7,5A/4,3A) Elles représentes l’intensité en ligne (dans chaque phase)


pour chacun des couplages .

Rendement (rdt%79) : permet de connaître la puissance électrique consommée (on


dit absorbée)

Vitesse :(1410 Tr/mn) Indique la vitesse nominale du rotor. On dit aussi vitesse
réelle. On connait alors La vitesse de synchronisme ns du moteur (ici 1500 T/mn)

13
Machines Asynchrones
COUPLAGE DES ENROULEMENTS
L1 L2 L3 L1 L2 L3

U1 V1 W1 Le couplage des enroulements U1 V1 W1


du moteur est effectué en
fonction de la tension de
réseau d’alimentation. W2 U2 V2
W2 U2 V2

Couplage Etoile (Y) Couplage Triangle ()

Réseau d’alimentation
Plaque Moteur
127/220 V 220/380 V 380/660 V
127/220 V Étoile
220/380 V Triangle Étoile
380/660 V Sous-alimenté Triangle Étoile
Plaque à bornes 14
Principe de fonctionnement
• Le stator est formé de 3 bobines
dont les axes font entre eux un
angle de 120°. Et possède 2p pôles.
Il est alimenté par un réseau
triphasé équilibré, qui crée dans
l’entrefer un champ magnétique
tournant ( radial ) à la vitesse de
synchronisme s=2ns
• Le rotor traversé par les seuls
courants de Foucault (courants
induits) créés par le champ
tournant). Il tourne alors à la
vitesse. =2n<s

15
Principe de fonctionnement
Nombre de Paire et vitesse de synchronisme

16
Principe de fonctionnement
Nombre de Paire et vitesse de synchronisme

17
Principe de fonctionnement
Glissement
• Le champ magnétique tournant à la fréquence de
synchronisme ns (ou à la vitesse angulaire s=2ns) et le
rotor à la vitesse n( ou =2n), on définit le glissement par
la relation :

ns  n s  
g 
ns s

18
Principe de fonctionnement
Glissement

Application :

• Calculer le glissement d’un moteur asynchrone tétrapolaire


alimenté par un réseau 50Hz et qui tourne à 1420tr/min.

19
Modélisation de la machine asynchrone
Fonctionnement à rotor ouvert
La machine est équivalente à un transformateur triphasé :
Stator  Primaire
Rotor  Secondaire
Rs Ls m Lr
Is rr

Impédance nr Impédance
Vs Rf Lm ns Ero Vro
du stator Es du rotor

(s) (ro = s)


Impédance
magnétisante

Rapport de transformation :

20
Modélisation de la machine asynchrone
FONCTIONNEMENT À ROTOR EN COURT-CIRCUIT

Rs Ls mch Lr
Is rr Ir
Iso

Vs Es Rf Lm Er

(s) (r)

Rapport de transformation :

21
SCHÉMA MONOPHASÉ ÉQUIVALENT
On ramène toutes les grandeurs à la même pulsation s :
Courant magnétisant
non négligeable

Rs jXs m rr / g jXr
Is Ir
Iso

Vs Es Rf jXm Ero

(s) (s)

Équation des f.m.m. : F = Fs – Fr

Équation des courants : ns Iso = ns Is – nr Ir

22
MODÉLISATION DE LA MACHINE ASYNCHRONE

SCHÉMA MONOPHASÉ RAMENÉ AU PRIMAIRE


Par la suite, on peut ramener tous les éléments au primaire, en effectuant les règles de
transformation :
Zs Z’r
Rs jXs jX’r
Is I’r Rr / g
Iso

Vs Es Rf jXm
Zm

Les règles de transformation sont :

L’impédance totale vue du stator :

23
ESTIMATION DES PUISSANCES

24
ESTIMATION DES PUISSANCES

1. Puissance absorbée

Pa  3 UI cos 

25
ESTIMATION DES PUISSANCES

2. Pertes au stator

• Pertes fer au stator : pferS


Elles dépendent de la tension aux bornes d’un enroulement et de la fréquence du réseau.
On considère qu’elles sont constantes : pferS =constante
• Pertes par effet Joule au stator : Pjs

Couplage étoile : pjS  3RsI avec Rs la résistance d’un enroulement et I courant en


2

ligne.

Couplage triangle pjS  RsI2 avec Rs la résistance d’un enroulement.


3
Couplage triangle ou étoile : pjS  RI2 avec R la résistance mesurée entre
2 phases du stator 2

26
ESTIMATION DES PUISSANCES
3. Puissance transmise au rotor Ptr
On dit aussi puissance électromagnétique Pem.

Ptr  Pa  pjS  pferS

Cette puissance est transmise du stator au rotor magnétiquement sous la forme d’un
couple électromagnétique Tem qui tourne a la vitesse de synchronisme s

Ptr  Tem. s

27
ESTIMATION DES PUISSANCES
4. Puissance totale au rotor
Le rotor reçoit le couple électromagnétique Tem et tourne à la vitesse angulaire < s
Sa puissance totale est .
Pr  Tem. 
Ptr 
On a Tem  et 1  g 
s s
On en déduit donc

Pr  Ptr. 1  g 

5. Pertes au rotor
Pertes fer au rotor pferR : On néglige les pertes fer au rotor
Pertes par effet Joule pJR :

pjR  Ptr  Pr  Ptr  Ptr. 1  g  pjR  gPtr


28
ESTIMATION DES PUISSANCES
6. Puissance utile et pertes mécaniques
Le moteur développe un couple utile de moment Tu en
tournant à la vitesse . Il
fournit donc, une charge mécanique de puissance utile Pu=Tu. 
 La différence (Pr− Pu) représente les pertes mécaniques du
moteur. Elles sont dues aux différents frottements et sont
fonction de Ω
Ω variant peu, on considère que pmec=Cte.

29
RENDEMENT

30
CARACTÉRISTIQUE MÉCANIQUE TEM()

Calcul du couple électromagnétique


La puissance mécanique développée par la machine est telle que :
Pem  Tem . 

Pem  Ptr  1  g  
 1  g
3R ' I'r2
r
g
Avec :
s
   s 1  g   1  g 
p

Le couple électromagnétique s’écrit alors :


Pem 3 p R 'r 2
Tem     I'r
 s g 31

© M. ZEGRARI
Caractéristique couple-vitesse
3 Vs2 R 'r / g
Équation du Couple : Tem  2
s  R 'r 
   X s  X'r 
2
 Rs 
 g 

Caractéristique mécanique :

 Démarrage :  = 0  g = 1  Tem = Td
Tem
 A vide :  =  s  g = 0  Tem = 0
Tmax
 Le couple passe par un maximum : Temax Point de
fonctionnement
Pour  voisin de s, g est faible :
Td
Couple résistant
Tem = K. où : K < 0

Vitesse à vide s

32
Caractéristique mécanique Tem()
VALEURS CRITIQUES
 Couple de démarrage Td :

3p 2 R 'r
Td  Vs Td : dépend de la résistance
 R s  R 'r    X T 
2 2
s Rr du rotor.

 Couple électromagnétique maximal Temax :

3p Vs2 1
Te  max   . . Temax : inversement proportionnel
s 2 R s  R s2  X T2 à XT et indépendant de Rr.

 Ce couple est maximal pour une valeur particulière appelée glissement critique gc :
R 'r
gc  gc : proportionnel à la résistance
R s  XT
2 2
Rr du rotor.

33
COUPLAGE D’UN MOTEUR ASYNCHRONE À
UNE CHARGE MÉCANIQUE

34
COUPLAGE D’UN MOTEUR ASYNCHRONE À
UNE CHARGE MÉCANIQUE

APPLICATION
CALCULER LA PUISSANCE MÉCANIQUE UTILE
QUE LE MOTEUR ASYNCHRONE FOURNIT À
LA CHARGE

35
DÉMARRAGE DIRECT : CÂBLAGE
L1 L2 L3 Circuit de Circuit de
Puissance Commande
Q : Sectionneur
Transformateur Q

KM : Contacteur RT

AT

RT : Relais Thermique
MA KM

MAS

KM

36
INVERSION DU SENS DE MARCHE

L1 L2 L3
Circuit de 24 V Circuit de
Puissance Commande

Q Q

RT

KM-AV KM-AR AT

MAV KM-AV MAR KM-AR

RT
KM-AR KM-AV

MAS

KM-AV KM-AR
37
DÉMARRAGE ETOILE-TRIANGLE

38
DÉMARRAGE ETOILE-TRIANGLE
L1 L2 L3
Phases de fonctionnement
Q  Phase 1 : Démarrage
Fermeture du contacteur de ligne
KML KML et couplage en Etoile (KMY).
Le moteur est alimenté sous une
RT
tension réduite.

U1 V1 W1  Phase 2 : Fonctionnement nominal


Ouverture du contacteur KMY et
MAS KMD
Couplage Triangle passage au couplage triangle
U2 V2 W2 (KMD).
Le moteur est à présent alimenté
KMY : Couplage sous sa tension nominale.
Etoile

39
VARIATEUR DE VITESSE INDUSTRIEL

 Démarrage et arrêt : réglage de l'accélération et de
la décélération au moyen d’un profil de vitesse.
Démarrage Arrêt  Variation et régulation de la vitesse : certains
variateurs sont munis d'un régulateur de vitesse
t avec une boucle de retour.
tacc tdéc
 Inversion du sens de rotation : cette fonction est
souvent réalisée par inversion de la consigne à
l’entrée du variateur.
 Freinage : réalisé par injection du courant continu
dans le moteur avec un fonctionnement réversible
de l’étage de puissance.
 Protections intégrées : contre les courts-circuits, les
surtensions et les chutes de tension, les
Variateur de vitesse pour MAS
(type ATV58H – Télémécanique)
déséquilibres et la marche en monophasé.

40

Vous aimerez peut-être aussi