Vous êtes sur la page 1sur 100

i

REMERCIEMENTS
Nous tenons tout d’abord à exprimer nos vifs remerciements à Dieu tout puissant
pour sa bienveillance, sa miséricorde et son grand amour. Il nous a donné la force, la santé et
le courage durant nos études et plus particulièrement la prévenance d’accomplir ce mémoire
de fin d’études. De même, nous adressons notre vive gratitude :

Au Révérend Père Mario Guiseppe CUOMO fondateur d’ASJA, pour sa bonne volonté
d’avoir nous construit cette Université afin de pouvoir continuer nos études supérieures ;

À son excellence Monseigneur ROSARIO Saro Vella, évêque de Moramanga, notre Parrain,
de son soutien moral et financier durant ces années d’études universitaires ;

Au Père Yvon Mathieu, Directeur général d’Athénée Saint Joseph Antsirabe, pour son bon
conseil et la prise en charge de l’Université ;

À Madame RALAMBORANTO Marie Laurence, Recteur de cette Université, première


responsable de tous les départements d’ASJA, pour son aide à la bonne gouvernance de
l’administration d’ASJA ;

À tous les enseignants du département ÉCONOMIE d’Athénée Saint Joseph Antsirabe


dirigé par Monsieur HERIMAMY, qui ont partagé ses connaissances durant ces longues
années et en nous distribuant des bonnes formations ;

À Monsieur RAKOTOARIMANANA Tsiriheriniaina, notre encadreur pédagogique,


enseignant chercheur en Économie à ASJA, d’avoir généreusement consacré le temps pour
l’orientation, remarques ainsi que les corrections afin que notre travail soit fini à temps et en
bonne qualité ;

À tous les responsables du département du ministère de tourisme de Nosy-Be, de l’Office


Régionale du Tourisme de Nosy-Be, du cantonnement de l’environnement et de la
préfecture de Nosy-Be, pour l’encadrement, des données et d’avoir consacré votre
disponibilité malgré vos multiples occupations ;

À mes parents et ma famille, pour votre soutien financier, technique et moral non
négligeable.
À tous mes amis qui étaient toujours là de près ou de loin pour me soutenir dans ce travail ;

Merci !!!
ii

AVANT-PROPOS

Athénée Saint Joseph Antsirabe est une Université Catholique à vocation


professionnalisant. Dans le cadre de sa formation professionnelle, ASJA oblige à tous les
étudiants en cinquième année d’effectuer un stage pratique au sein d’un établissement de
leur choix pendant 3 ou 4 mois. Ce stage a pour but de permettre à chaque apprenant de se
plonger dans le monde du travail et d’en appliquer les connaissances théoriques acquises
pendant les cours dans les dimensions réelles du monde des métiers. Le mémoire permet à
chaque apprenant en Master II de traiter un thème spécial de son propre gré, pour lui
différencier aux autres. Cela peut se réaliser par la recherche, par étude pratique ou même
par la consultation des documents.

En tant qu’un apprenant en Master II de la Mention Économie dans l’option


Économie et Développement, l’ouvrage présent est non seulement un mémoire de fin
d’études pour l’obtention du diplôme de master II, mais aussi il a pour but de renforcer le
secteur tourisme dans la Commune urbaine de Nosy-Be en réalisant le concept du
développement durable. Cela est parmi un sujet préoccupant pour l’État depuis toujours et
jusqu’à maintenant, dont le but de la protection de l’environnement surtout de gérer les
ressources naturelles de l’État pour le bien de tous présents, ainsi pour l’avenir des
générations futures.
iii

RESUME

Le tourisme dans la Commune urbaine de Nosy-Be comporte une potentialité


et opportunité touristique en raison de son écosystème adéquate, sa biodiversité diversifiée
(faunes et flores). Et ce secteur est l’un des facteurs qui envahisse le développement
particulièrement sur le plan culturel et moral qui a failli représenter comme une menace sur
l’avenir de la Commune urbaine de Nosy-Be à savoir le phénomène de la déculturation,
l’attrait d’argent facile, et le tourisme sexuel. Pourtant le secteur tourisme est un levier de
développement durable grâce à ses nombreuses qualités au niveau social, économique et
environnemental à savoir l’amélioration de l’IDH, la performance fiscale, la croissance
économique, l’entrée des devises et la préservation des sites touristiques. L’enjeu consiste à
faire connaître les apports du secteur tourisme dans le développement durable de la
Commune urbaine de Nosy-Be ensuite renforcer le secteur tourisme, au moyen de
l’utilisation des opportunités telles que l’harmonisation avec le Plan Régional de
Développement, l’extension de l’aérodrome à Nosy-Be et le renforcement des attributions
du secteur sur le plan social. En second lieu, l’exploitation des forces du secteur : atouts en
biodiversité, le basculement du TNT. En troisième lieu, la minimisation des menaces et
faiblesses à l’exemple de la réhabilitation des infrastructures (routes, et bâtiments.),
l’insuffisance de la promotion de l’État. Et enfin, les solutions et recommandations qui
pourraient soutenir le secteur : l’implication de l’État par le soutient du secteur, l’attraction
des investisseurs étrangers et la mise en œuvre du tourisme durable à travers la
Responsabilité Sociétale d’Entreprise touristique, de l’Écotourisme et enfin l’amélioration
des offres touristiques dans la Commune urbaine de Nosy-Be. Pour bien mener la recherche,
une méthodologie a été faite. Elle consiste à rechercher des documents, des enquêtes et des
interviews dans la Commune urbaine de
Nosy-Be. L’amélioration de ce secteur, les solutions et recommandations fournis conduira
selon notre hypothèse à la consolidation du développement durable dans la Commune
urbaine de Nosy-Be. L’intérêt de cette analyse et de recherche à viser est le développement
durable de la Commune urbaine de Nosy-Be par le renforcement du secteur.

Mots clés : Tourisme, développement, social, économique, environnemental et


développement durable et tourisme durable.
iv

TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS................................................................................................................i

AVANT-PROPOS..................................................................................................................ii

RESUME................................................................................................................................iii

TABLE DES MATIERES......................................................................................................iv

TABLE D'ILLUSTRATION………………………………………………………………viii

LISTE DES ABREVIATIONS……………………………………………………………...ix

GLOSSAIRE………………………………………………………………………………....x

INTRODUCTION ...................................................................................................................
1
Première partie : Revue de la littérature ..................................................................................
3
Chapitre I : Délimitation du domaine d’intervention ........................................................... 3
1-1 : Notion du développement économique ..................................................................
3
1-1-1 : Apparition du concept du développement économique .................................
3
1-1-2 : Définition du concept « développement économique » .................................
3
1-1-3 : Mesure de développement économique .........................................................
4
1-2 : Concept du développement durable .......................................................................
4
1-2-1 : Histoire de la notion de « développement durable » ......................................
4
1-2-2 : Définition du concept développement durable ..............................................
5
1-2-3 : Développement qualitatif de la croissance ....................................................
6
1-3 : Tourisme durable ...................................................................................................
6
v

1-3-1 : Tourisme, vecteur de développement durable ...............................................


6
1-3-2 : Définition du tourisme durable ......................................................................
7
1-3-3 : Objectifs du tourisme durable ........................................................................
7
Chapitre II : Description du thème ....................................................................................... 9
2-1 : Choix et intérêts du thème ..................................................................................... 9
2-1-1 : Choix du thème ..............................................................................................
9
2-1-2 : Intérêt du thème .............................................................................................
9
2-1-3 : Constat et objet de l’étude ............................................................................
10
2-2 :Problématique, objectif et hypothèses .................................................................. 10
2-2-1 : Problématique ..............................................................................................
10
2-2-2 : Objectifs .......................................................................................................
11
2-2-3 : Hypothèses ...................................................................................................
11

2-3 :Résultats attendus ..................................................................................................12


2-3-1 : Identification des effets économiques du secteur tourisme .........................12
2-3-2 : Identification des apports sociaux des activités touristiques .......................12
2-3-3 : Détermination des effets environnementaux des activités touristiques .......13
Chapitre III : Choix de la théorie et méthodologie de la recherche ................................... 14
3-1 : Choix de la théorie ............................................................................................... 14 3-1-
1 : Indicateur du développement humain .......................................................... 14
a) Origine de l'IDH......……………………………………………………………14

b) Trois critères de l'IDH……......………………………………………………...15

c) Intérêt du principe ................................................................................................


15
3- 1-2: Principe de responsabilité .................................................................................. 15
a) Principe de responsabilité de H Jonas ................................................................. 15
b) Hypothèse construite ...........................................................................................
16
vi

3-1-3: Théorie de développement de François Perroux.......……….....…….……..16

a) Pôle de croissance de François Perroux……………….……….


……………...16

b) Les effets des pôles de croissance………………………..


…………………….17

c) Hypothèse élaboré………………………..

…………………………………….17 3-2 : Relation entre la théorie et le

thème………………….…………………………18

3-2-1: Relation du thème sur l'indicateur du développement humain….…….…....18

3-2-2: Relation du thème sur le principe de responsabilité……...................……...18

3-2-3 : Relation du thème sur la théorie de croissance de François Perroux…...…19

3.3 : Méthodologie de la recherche ..............................................................................


19
3.3.1 : Recherche documentaire ..............................................................................
19
3.3.2 : Méthode hypothético-déductive ...................................................................
20
3.3.3 : Entretiens d’acteurs stratégiques ..................................................................
20
Deuxième partie : Revue de l’existant sur le secteur tourisme dans la Commune urbaine de
Nosy-Be .................................................................................................................................
22
Chapitre I : Analyse empirique .......................................................................................... 22
1-1 Analyse d’évolution du secteur ..............................................................................
22
1.1.1 : Cas de Madagascar ......................................................................................
22
1.1.2 : Cas de Nosy-Be ............................................................................................
24

1.1.3 : Analyses statistiques ....................................................................................26


a) Évolution des entreprises hôtelières à Nosy-
Be ..................................................26
b) Contribution du secteur agricole .........................................................................27
vii

c) Arrivée des touristes à Nosy-


Be ..........................................................................29
1-2 : Contexte actuel du tourisme dans la commune urbaine de Nosy-Be ...................
32
1.2.1 : Evolution de l’activité touristique ................................................................
32
1.2.2 : Service touristique .......................................................................................
32
1.2.3 : Acteurs de la promotion du tourisme ...........................................................
33
1-3 : Offre et la demande touristiques ..........................................................................
34
1.3.1 : Demande touristique de Nosy-Be ................................................................
35
1.3.2 : Offre touristique ...........................................................................................
35
1.3.3 : Nature avantageuse touristique ....................................................................
37
Chapitre II : Apport du tourisme au développement durable .............................................
38
2-1 : Effets sociaux .......................................................................................................
38
2.1.1 : Créateur d’emplois .......................................................................................
38
2.1.2 : Aides médicaux et soutiens éducatifs ..........................................................
39
2.1.3 : Générateur de revenus ..................................................................................
39
2.2.1 : Économie externe de consommation ...........................................................
41
2.2.2 : Stimulation de la croissance économique ....................................................
42
2.2.3 : Amélioration de la balance commerciale .....................................................
43
2-3 : Apport environnemental ...................................................................................... 44
2.3.1 : Lutte contre la déforestation ........................................................................
44
2.3.2 : Protection des écosystèmes fragiles par la création des sites touristiques et
viii

aires protégées .........................................................................................................


45
2.3.3 : Promotion rurale via le tourisme ..................................................................
47
Chapitre III : Force, opportunité, menace et faiblesse du secteur tourisme .......................
48
3-1 : Forces et opportunités dans la Commune urbaine de Nosy-Be ...........................
48
3.1.1 : Harmonisation avec le PND et PRD et le retour à la stabilité politique ......
48
3.1.2 : Implantation de Fruit de Madagascar et extension de l’aérodrome……….49
3.1.3 : Basculement de la TNT et manifestations socio-économiques ...................
49
3-2 : Faiblesse du secteur tourisme .............................................................................. 50
3.2.1 : Faible promotion de l’État ..........................................................................
50
3.2.2 : Faible infrastructure de base et l’insécurité .................................................
50
3.2.3 : Normes hôtelières ........................................................................................
51
3-3 : Menace du secteur tourisme .................................................................................51
3-3-1 : Au niveau social ...........................................................................................51 a)
Tourisme sexuel et l’attrait d’argent facile .........................................................51
b) Effervescence touristique et phénomène de déculturation..................................53
3-3-3 : Aléas climatiques et prolifération du secteur informel. ...............................
54
Troisième partie: Solutions et recommandations…………………………………………...53

Chapitre I : Avantages à améliorer ..................................................................................... 55


1-1 : Amélioration de la compétitivité.......................................................................... 55
1.1.1 : Création de l’image touristique de Madagascar et de la CUNB ..................
55
1.1.2 : Diversification des produits touristique .......................................................
56
1.1.3 : Rapport qualité, prix et performance du produit ..........................................
56
1-2 : Amélioration des zones touristiques ....................................................................
56
ix

1.2.1 : Amélioration des centres de formation le plus adaptée ...............................


57
1.2.2 : Révision de la classification hôtelière ..........................................................
57
1.2.3 : Aménagement des déchets (recyclage) ........................................................
58
1-3 : Autres avantages à améliorer ...............................................................................
58
1.3.1 : Soutenir le développement des hôtels et restaurants ....................................
59
1.3.2 : Importance des données statistiques de l’INSTAT ......................................
59
1.3.3 : Aménagement de nouveau site et aire protégée ...........................................
59
Chapitre II : Coûts à atténuer ............................................................................................. 61
2-1 : Incitation à l’implication de l’État dans le secteur tourisme ................................
61
2.1.1 : Mise en place Compte Satellite du Tourisme ..............................................
61
2.1.2 : Système 3P ...................................................................................................
61
2.1.3 : Amélioration de l’organisation institutionnelle ...........................................
62
2-2 : Attraction des investisseurs étrangers ..................................................................
63
2.2.1 : Mesures incitatives pour les investisseurs ...................................................
63
2.2.2 : Mise en application du TIROM ...................................................................
63
2.2.3 : Réalisation d’une guide d’investissement ....................................................
64
2-3 : Autre coût à améliorer.......................................................................................... 64
2-2-1 : Réparation des réseaux routière ...................................................................
64
2.3.2 : Baisse de tarif de la compagnie Air Madagascar ......................................... 64
2.3.3 : Communication : source d’information pour les touristes ........................... 65
Chapitre III : Suggestions à
x

adopter ................................................................................... 66 3-1 : Mise en


vigueur de la Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE) pour les
établissements touristiques ...........................................................................................
66 3-1-1 : Responsabilité Sociétale
d’Entreprise .......................................................... 66
3.1.2 : Objectif et l’intérêt de RSE ..........................................................................
66
3.1.3 : RSE et les hébergements touristiques ..........................................................
67
3-2 : Engagement de l’écotourisme dans la commune urbaine de Nosy-Be ................ 68
3.2.1 : Définition de l’écotourisme .........................................................................
68
3.2.2 : Objectifs et intérêts pratiques .......................................................................
68
3.2.3 : Outils de l’écotourisme ................................................................................
69
3-3 : Promotion du tourisme durable dans la Commune urbaine de Nosy-Be ............. 69
3.3.1 : Tourisme durable dans la Commune urbaine de Nosy-Be ..........................
69
3.3.2 : Élaboration d’une stratégie ..........................................................................
69
3.3.3 : Influencer les entreprises et les touristes. ....................................................
70
CONCLUSION ......................................................................................................................
71
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ET WEBOGRAPHIQUES ...... Erreur ! Signet
non défini.
ANNEXES ................................................................................................................................
I
ABSTRACT……………………………………………………………………………….…X

TABLE DES ILLUSTRATIONS

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Les secteurs rattachés à la filière tourisme .........................................................


17
Tableau 2 : l’importance du tourisme dans l’économie de Madagascar en 2011. .................
23
xi

Tableau 3 : Fréquentation touristique à Nosy-Be du 2015 à 2018 ........................................


30
Tableau 4 : Statistique des entreprises hôteliers de Nosy-Be de 2015 à 2018 .......................
32
Tableau 5 : Les ONG de développement ...............................................................................
34
Tableau 6 : Nombre des personnes bénéficiant de la rétribution du secteur tourisme. .........
40
Tableau 7: Dépendance entre le travail et le niveau salarial……………………....………..41
Tableau 8 : Contribution des quelques branches d’activités…………………...…………...43
Tableau 9 : Indicateur du secteur tourisme à Madagascar .....................................................
43
Tableau 10: Apport du secteur tourisme au développement de l'environnement…………...45
Tableau 11 : Croisement entre les facteurs de pollution et les moyens d’améliorations……46
Tableau 12 : Fonctions et tâches du Ministère.......................................................................
62
Tableau 13 : Action et gain de la RSE ...................................................................................
67

LISTE DES FIGURES

Figure N°1 : Piliers du développement durable .......................................................................


5
Figure N°2 : Les objectifs et les trois dimensions du tourisme durable ..................................
7
Figure N°3: Importance du tourisme dans l'économie de Madagascar 2011……………….24
Figure N° 4 : Répartition des touristes par motif de voyage 2012 ........................................
26
Figure N°5 : Statistique d’évolution des hôtels à Nosy-Be ...................................................
27
Figure N°6 : Contribution du secteur agricole à Nosy-Be .....................................................
28
Figure N°7 : Fréquentation touristique à Nosy-Be du 2015 à 2019 ......................................
31
Figure N°8: Chaîne de valeur du secteur tourisme………………………………………….36
xii

Figure N° 9 : Croisement de niveau salarial avec le travail……………………..


…………..41
Figure N°10:les facteurs de pollutions avec les moyens d'améliorations ………………..…46
Figure N°11 : Ordures collectées en volume .........................................................................
58

LISTE DES ANNEXES

ANNEXE A : Carte de Nosy-Be ............................................................................................ II


ANNEXE B: Sites touristiques à Nosy-Be ……………..…………………………………...II
ANNEXE B : Tableau d’IDH ................................................................................................
IV
ANNEXE C : Objectifs du développement durable ...............................................................
V
ANNEXE D : Extrait du code de tourisme ...........................................................................
VII
ANNEXE E : Guides d’entretiens .....................................................................................
VIIII
ANNEXE F: Fiches d'enquêtes……………………...……………………………………...IX
LISTE DES ABREVIATIONS ET DES ACRONYMES
APMF : Agence Portuaire Maritime et Fluviale
AGR : Activité Génératrice de Revenu
CGES : Cadre de Gestion Environnementale et Sociale
CNRO : Centre National de Recherche Océanographique
CUNB : Commune Urbaine de Nosy-Be
CTD : Collectivité Territoriale Décentralisée
CLB : Communauté Locale de Base
CST : Compte Tourisme Satellite
DD : Développement Durable
FFOM : Force Faiblesse Opportunité et Menace
GELOSE : Gestion Local Sécurisées
INTH : Institut National du Tourisme et Hôtellerie
MCT : Ministère du Tourisme et de Culture
MNP : Madagascar National Parc
OIT : Organisation Internationale du Travail
xiii

OMT : Organisation Mondial du Tourisme


ONG : Organisation Non Gouvernementale
ORTN : Office Régional du Tourisme de Nosy-Be
PCD : Plan Communal du Développement
PME : Petite et Moyenne Entreprise
PND : Plan National de Développement
PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement
PNUE : Programme des Nations Unies pour l’Environnement
PIPM : Programme d’Investissement Principal Municipal
PPIC : Projet Pôle Intégré de Croissance
PRD : Plan Régional de Développement
RFT : Reserve Foncière Touristique
RSE : Responsabilité Sociétale des Entreprises
SAGE : Service d’Appuis sur la Gestion de l’Environnement
SPPM : Société des Plantes à Parfum de Madagascar
TIROM : Tourisme Investisseurs Relation Office Madagascar
TNT : Télévision Numérique Terrestre

GLOSSAIRE

Agence de voyages : C’est une entreprise commerciale qui compose et vend des offres de
voyages à ses clients.

Certification : C’est une procédure d’évaluation par des instances reconnues compétentes et
indépendantes de la qualité des produits et des services.

Chambre : Une chambre d'hôtel est une pièce (une chambre à coucher) généralement
accompagnée de toilettes et d'une salle d'eau ou de bains, mise à disposition des clients de
l'industrie touristique par les acteurs de l'hôtellerie dans un établissement hôtelier, pour une
durée déterminée et moyennant paiement.

Circuit : Il s’agit d’un déplacement ou voyage effectué en plusieurs étapes, à l'aide d'un ou
de plusieurs moyens de transport permettant la visite de plusieurs lieux touristiques.

Crédit : est une créance pour un prêt ou plus généralement une ressource pour l'entreprise.
xiv

Décret : C’est une décision émise par une autorité souveraine.

Devise : C’est une unité monétaire acceptée par un pays étranger, tandis que la "monnaie"
est celle de son pays.

Doany : un endroit destiné à la pratique d’un culte traditionnel

Ecotourisme : Il s’agit d’un voyage responsable dans des environnements naturels où les
ressources et le bien-être des populations sont préservés.

Ecologie : L'écologie est au sens large le domaine de réflexion qui a pour objet l'étude des
interactions, et de leurs conséquences, entre un individu (isolé et/ou en groupe social
constitué) et le milieu biotique et abiotique qui l'entoure et dont lui-même fait partie.

Environnement : C’est l'ensemble des conditions naturelles (physiques, chimiques,


biologiques) et culturelles (sociologiques) susceptibles d’agir sur les organismes vivants et
les activités humaines.

Gîte rural : C’est un bâtiment d'habitation qui héberge des vacanciers généralement à la
campagne.

Hôtel : Établissement commercial qui met à la disposition d’une clientèle itinérante des
chambres meublées pour un prix journalier.

Ile aux parfums : île de Nosy-Be

Impôt : L'impôt constitue un prélèvement obligatoire effectué par voie d’autorité par l'État,
les provinces, les communes sur les ressources des personnes vivant sur son territoire ou y
possédant des intérêts pour être affecté aux services d'utilité générale.

Label : Un signe de reconnaissance mis en place par un regroupement de professionnels


indépendants désireux de bénéficier des avantages que constituent une marque et une
identification communes. Le label est attribué par un organisme de contrôle externe placé
sous la surveillance d'une administration.

Nuitée : Une unité de compte de la durée du séjour, constituée d'une nuit par personne
passée en hébergement hors de son domicile déclaré. Cette unité de mesure permet de
mesurer la durée de séjour moyenne des touristes dans les lieux touristiques.
xv

Pouvoir d’achat : Economiquement, le pouvoir d'achat d'un revenu (salaire ou autre) est la
capacité d'achat en termes de biens et services que permet ce revenu.

Population autochtone : Population originaire de la commune même.

Prêt : un prêt est l'opération par laquelle des fonds sont remis par un prêteur à un
bénéficiaire, moyennant en général le paiement par ce dernier d'un intérêt versé au prêteur,
et assorti de l'engagement de remboursement de la somme prêtée.

Publicité en ligne : La publicité en ligne est la forme de la publicité qui exploite internet et
en particulier le Web.

Produit intérieur brut : Le produit intérieur brut, abrégé en PIB, est un indicateur
économique utilisé pour mesurer les richesses créées dans un pays donné.

Commune : Division territoriale administré par un maire.

Subvention : Une subvention est une aide financière à partir de fonds publics.

Taxe : Théoriquement c’est la contrepartie monétaire d’un service rendu par une personne
publique.

Télévision Numérique Terrestre : Est une dénomination française désignant les systèmes
de diffusion numérique de la télévision via un réseau d'émetteurs terrestres.

Tourisme : C’est un ensemble des rapports et des phénomènes résultant du voyage et du


séjour dans une localité de personnes qui lui sont étrangers et n’étant par ailleurs lié à
aucune activité lucrative. Selon la définition officielle de l’O.M.T., le tourisme comprend les
activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans les
lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne
dépasse pas une année, à des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs.

Tourisme rural : Le tourisme rural est une forme de tourisme alternatif en milieu rural,
notamment chez les agriculteurs « agritourisme », mais aussi chez des gens du pays ne
vivant pas de l'agriculture.

Tour-opérateur : Un tour-opérateur (de l'anglais tour operator), ou voyagiste (terme


recommandé en France est un organisme chargé d'organiser des séjours touristiques en
assemblant plusieurs prestations de ses fournisseurs (compagnies aériennes, hôtelières,
xvi

autocaristes, restaurateurs, guides, etc.) et de les vendre à un prix tout compris, c'est-à-dire
un « forfait ».

Tourisme balnéaire : c’est la forme de tourisme plus pétitionné et l’une des plus
renommées des pays ayants accès à la mer. Elle se caractérise par des splendides bordures
de la mer de pays qui en ont accès.

Vignette touristique : Taxe parafiscale par chambre et nuitée.


1

INTRODUCTION
Accompagné par la mondialisation et la globalisation produites de l’économie, le
tourisme est devenu depuis quelques décennies l’un des secteurs les plus florissants. En
2011, il représente 5 % du produit intérieur brut (PIB) mondial et occupe 6 et 7 % de
l’ensemble des emplois dans le monde entier [9]. D’après les prévisions de l’Organisation
Mondiale du Tourisme (OMT), les entrées internationales de touristes ont affiché une
augmentation presque constante, passant de 25 millions en 1950 à 435 millions en 1990,
675 millions en 2000 et 940 millions en 2010 suivant une croissance moyenne de
production. En 2012, un milliard de personnes ont effectué des voyages touristiques
internationaux [8].

D’après les estimations du Conseil Mondial du Tourisme et des voyages, les 10 pays
ayant les taux de croissance les plus élevés dans le secteur des voyages et du tourisme en
2011 étaient tous des pays en développement. Il s’agissait de l’Ouganda (17,2 %), de la
Thaïlande (15,7 %), de l’Uruguay (15,1 %) et de la Turquie (13,4 %) [8].

Étant donné sa contribution majeure au Produit Intérieur Brut (PIB) et sa part


significative dans l’emploi, le tourisme est particulièrement important dans les pays en
voie de développement. Dans certains de ces pays, le tourisme représente plus de 25 % du
PIB. En effet, dans 20 des 49 pays en voie de développement recensés, le tourisme est la
première ou bien la deuxième source de recettes d’exportation. Le secteur est la source
principale de recettes d’exportation dans 10 de ces pays. Pour l’ensemble des pays en
développement, le tourisme représente 12 à 15 % des recettes totales d’exportation [7].

Pour Madagascar, le tourisme commence à bien se positionner que ce soit au niveau


mondial ou au niveau régional, c’est à dire dans l’océan Indien. En effet le pays
enregistre un grand nombre d’arrivées de visiteurs non-résidents à Madagascar. Environ
220 000 touristes sont arrivés à Madagascar pour l’année 2014, soit une légère hausse de
5% par rapport à 2013 selon le bilan établi par l’Office National du Tourisme de
Madagascar. La survenance de l’épidémie à Madagascar ainsi que des problèmes de la
compagnie aérienne Air Madagascar ont freiné le développement de ce secteur.

Pourtant de l’échelle nationale à l’échelle régionale, Madagascar représente un pays à


forte potentialité touristique, chaque région possède ses spécificités. En ce qui concerne la
2

Commune urbaine de Nosy-Be, elle abrite des sites naturels, des sites historiques, des
stations forestières et surtout des belles plages.

Le choix de l’étude est porté sur la Commune urbaine de Nosy-Be, car elle dispose d’un
grand atout et des opportunités touristiques. De plus ce secteur est une importante source
de revenu pour les habitants de la commune. Ceci parvient à notre thème : «
CONTRIBUTION DU TOURISME DANS LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA
COMMUNE DE NOSY BE ».

Malgré les fortes potentialités touristiques de ladite commune, les effets du secteur
tourisme et le développement de la Commune urbaine de Nosy-Be ne sont pas encore
palpables. Ainsi la question se pose : comment le tourisme contribue-t-il réellement au
développement durable de la Commune urbaine de Nosy-Be ? Dans ce cas, l’enjeu est
de montrer les apports du secteur tourisme sur le développement durable, ensuite, de
renforcer le secteur tourisme pour soutenir le développement durable de ladite commune.

La première partie du travail portera sur la délimitation du domaine d’intervention, en


expliquant successivement dans le premier chapitre : les concepts utilisés pour élaborer ce
travail. Dans le deuxième chapitre sera abordé le choix et la justification du thème, et
enfin le troisième chapitre se rapportera au cadrage théorique qui démontre les réalités
concrètes de nos théories. L’étude de l’analyse de l’existant figurera dans la deuxième
partie, en énumérant successivement dans le premier chapitre : Les apports
environnementaux et socio-économiques du secteur tourisme ; dans le deuxième
chapitre : les forces et les opportunités intéressantes pour développer le secteur et dans le
troisième chapitre : les menaces et faiblesses qui suspendent l’épanouissement du secteur
tourisme. Et pour terminer, la troisième partie comportera les solutions et
recommandations pour développer le secteur.
3

Première partie : Revue de la littérature sur le tourisme et le développement


La délimitation du domaine d’intervention constitue en premier lieu le repère et le
bornage des concepts et théories utilisés pour ce présent mémoire et en second lieu la
généralité du thème qui comporte la méthodologie, la problématique et l’intérêt.

Chapitre I : Délimitation du domaine d’intervention


Avant tout, ce présent chapitre montre une présentation des sources et des
définitions des concepts utilisés à savoir le développement économique, le
développement durable et enfin le tourisme durable de rigueur. Après, la méthodologie de
travail et le cadre théorique abordent les notions suivantes : l’indicateur de
développement humain, le principe de responsabilité et le pôle de croissance de Perroux.
Ces théories ont été fixées pour présenter les intérêts et les résultats escomptés de ce
travail.

1-1 : Notion du développement économique

Le mot « développement » est apparu en 1994, il a pour définition la combinaison


des changements mentaux et sociaux d’une population qui la rendent apte à faire croître
cumulativement et durablement son produit réel et global.

1-1-1 : Apparition du concept de développement économique


Le mot « développement » est utilisé pour la première fois par le président
américain Harry Truman dans la « partie IV » de son discours d'investiture du 20 janvier
1949 du XXe siècle, le terme constitue un mélange de bonnes volontés de certains États
du Nord industrialisés, d'actions effectives de la communauté internationale (en
particulier de l'ONU et de ses diverses agences). Certains critiques considèrent que la
croissance économique bénéficie surtout à une minorité qui tire profit de cette
augmentation de la productivité, alors que la majorité ne retire aucun bénéfice ni en
niveau de vie, encore moins en qualité de vie, de la croissance économique [8]. Ceci
résulte de la conception du développement économique et social qui fait référence à
l'ensemble des mutations positives (techniques, démographiques, sociales, sanitaires...)
que peut connaître une zone géographique.

1-1-2 : Définition du concept « développement économique »


Pour définir le développement économique, les économistes se réfèrent souvent à
la définition devenue classique proposée par l’économiste français François Perroux en
1961 : c’est « la combinaison des changements mentaux et sociaux d’une population qui
4

la rendent apte à faire croître cumulativement et durablement son produit réel et global »
[36].

Cette définition implique deux faits principaux : si la croissance peut se réaliser sans
forcément entraîner le développement (partage très inégal des richesses, captation des
fruits de la croissance par une élite au détriment du reste de la population), il y a tout de
même une forte interdépendance entre croissance et développement (le développement
est source de croissance et nécessite une accumulation initiale) [10]. Enfin, le
développement est un processus de long terme, qui a des effets durables. Une période
brève de croissance économique ne peut ainsi être assimilée au développement.

1-1-3 : Mesure de développement économique


Le niveau de développement d’un pays ne se limite pas à son niveau de richesse
économique, et ne se réduit pas à sa croissance économique [1]. C’est pourquoi d’autres
indicateurs sont souvent utilisés. Le PNUD a donc créé en 1990 un indicateur synthétique
qui est l’indicateur de développement humain (IDH). Considérant que le développement
traduit l’extension des possibilités humaines, celle-ci nécessite trois conditions : la
possibilité de vivre longtemps et en bonne santé, la possibilité de s’instruire, et enfin les
possibilités d’accès aux ressources permettant de vivre convenablement. Pour représenter
ces trois dimensions du développement (santé, éducation, niveau de vie), l’IDH synthétise
trois indicateurs mesurés de 0 à 1 (plus il est élevé, plus le pays est développé). [Annexe]

1-2 : Concept du développement durable

En 1987 est né le concept « développement durable » pendant la commission sur


l’environnement à Stockholm. Il a pour définition « un développement qui répond aux
besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures
à répondre aux leurs ».

1-2-1 : Histoire de la notion de « développement durable »


En 1972, est organisée par l’ONU la conférence de Stockholm sur «
l’environnement humain », qui donnera notamment naissance au Programme des Nations
Unies pour l’Environnement (PNUE). Première conférence internationale abordant les
liens entre enjeux environnementaux et socio-économiques, elle pose les repères d’une
nouvelle approche du développement : « l’écodéveloppement ».
5

Ensuite, en 1983, une Commission mondiale pour l’environnement et du développement,


créée par l’ONU et placée sous la présidence du Premier ministre norvégien Gro Harlem
Brundtland, reprend cette réflexion initiée à Stockholm 11 ans plus tôt. Elle publie en
1987 un rapport, intitulé « Notre avenir à tous », dont l’idée-force est que l’exploitation
des ressources naturelles et la dégradation de l’environnement constituent un danger pour
les perspectives futures de croissance et de développement.

1-2-2 : Définition du concept développement durable


Selon la définition proposée en 1987 par la Commission mondiale sur
l’environnement et le développement dans le rapport de Brundtland, le développement
durable est : « un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans
compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » [23]. Ce concept
réside dans la prise en compte de trois pôles interdépendants au sein des activités
humaines à savoir le pôle économique, social et environnemental.

Figure N°1 : Piliers du développement durable

Source : Données personnelles, 2019

Cette figure permet de dégager les trois objectifs du « développement durable ». Le


premier objectif consiste en la continuation de la croissance économique (augmentation
continue de la production de richesses) : c’est le pilier économique.

Le deuxième objectif reflète la préservation des ressources (en limitant la


surconsommation et les gaspillages) afin de satisfaire les besoins actuels et futurs : c’est
le pilier environnemental.
6

Le troisième objectif : assurer une meilleure répartition des ressources et des fruits de la
croissance économique entre les hommes et les territoires : c’est le pilier social.

1-2-3 : Développement qualitatif de la croissance


Les pays développés ont utilisé de manière intensive les ressources naturelles et
les pays en développement ne les respectent pas pour atteindre la croissance économique.
Ceci a engendré des taux de pollution importants de manière à mettre en péril le
fonctionnement de la biosphère. Il est donc urgent que ces pays modifient fortement leur
mode de croissance et la question de la compatibilité entre croissance et dégradation de
l’environnement doit être investiguée de manière approfondie [23]. Le taux de croissance
du PIB se trouve ainsi lié à des transformations qualitatives de la société dans les
domaines économiques (production, consommation), sociaux (éducation, santé
publique…), démographiques (taux de mortalité, taux de natalité…) et écologiques
(épuisement des ressources naturelles, pollution…).

1-3 : Tourisme durable

Le tourisme durable est un vecteur du développement durable, il a pour objectif


d’assurer un développement économique durable, à la fois respectueux des ressources
environnementales et socioculturelles et respectueux des visiteurs, des salariés du secteur
et de la population d’accueil.

1-3-1 : Tourisme, vecteur de développement durable


Derrière l’instauration du développement durable comme nouveau mode de
pensée se trouve un véritable défi à l’échelle planétaire : conjuguer progrès des sociétés,
croissance économique équitable et préservation de l’environnement. Avec l'émergence
de ses nouvelles préoccupations sociales et environnementales, le secteur économique est
de plus en plus confronté à la question de compatibilité avec le développement des
communautés locales et de la protection de l'environnement.

Par conséquent les différents secteurs de l’économie doivent ainsi mener une réflexion de
fond sur leurs modes de production et leurs consommations afin de prendre en compte les
trois piliers du développement durable, le tourisme n’y échappant pas. De plus il est à la
fois un facteur de développement et une source de nuisances [8]. Pourtant, il faut attendre
le début des années 2000 pour que le « tourisme durable » fasse l’objet de réflexions
gouvernementales.
7

1-3-2 : Définition du tourisme durable


Depuis le début des années 1970, le tourisme est le secteur qui connaît la plus
forte croissance à l'échelle de la planète. Avec l'émergence de nouvelles préoccupations
sociales et environnementales, celui-ci est de plus en plus confronté à la question de sa
compatibilité avec le développement des communautés locales et avec la protection de
l'environnement. Le tourisme durable est souvent vu comme une solution miracle capable
de concilier le développement économique, la protection de l'environnement et le bien-
être des communautés [34].

Ainsi le concept de tourisme durable cherche à concilier les objectifs économiques du


développement touristique avec la préservation des ressources rares et endémiques. Plus
précisément, il s’agit d’un tourisme qui assure un développement économique inscrit
durablement, à la fois respectueux des ressources environnementales et socioculturelles et
respectueux des visiteurs, des salariés du secteur et de la population d’accueil.

1-3-3 Objectifs du tourisme durable

Figure N°2 : Les objectifs et les trois dimensions du tourisme durable

Source : Programmes des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE)

Conformément aux travaux présentés par le PNUE en 2007, le tourisme durable est vu
comme l’articulation de douze objectifs plus ou moins reliés aux dimensions
économiques, socio-culturelles et environnementales : Viabilité et compétitivité
économique des destinations et entreprises touristiques, prospérité économique au niveau
local, qualité de l’emploi touristique, équité sociale et économique au sein des
8

communautés locales, satisfaction des visiteurs, contrôle local du tourisme, bien-être et


qualité de vie des communautés locales, richesse culturelle, intégrité physique des
destinations, diversité biologique, utilisation rationnelle des ressources et pureté de
l’environnement.[12]

Ce chapitre a permis de savoir les fondements et les concepts utilisés pour limiter le
thème de recherche. Alors, ce précédent chapitre va rapporter la généralité du thème.
9

Chapitre II : Description du thème


Ce chapitre conduit à étudier le contexte, le choix du thème et la justification dans
la première section, tandis que dans la seconde le choix d’une problématique, l’objectif et
l’hypothèse et pour terminer dans la troisième section les résultats attendus de ce présent
mémoire.
2-1 : Choix et intérêts du thème

Cette présente section va présenter le choix et l’intérêt du thème se généralisent


sur le développement durable de la Commune Urbaine de Nosy-Be. Il se procure de bien
mettre en évidence l’objet du choix de ce présent thème avec ses intérêts et enfin l’objet
du constat avec l’objet d’étude concernant le secteur tourisme à Nosy-Be.

2-1-1 : Choix du thème


Le choix de ce thème se repose sur l’affirmation de la contribution du secteur
tourisme au développement durable de la Commune Urbaine de Nosy-Be. En effet, la
Commune Urbaine de Nosy-Be renferme 3 cascades, 11 lacs, 3 réserves forestières, 1
réserves marine, et divers sites touristiques répartissant dans chaque arrondissement
respectif. En plus, plusieurs opportunités touristiques se focalisent sur cette commune, ce
qui devrait amplifier le développement de ce secteur tels que : la mise en œuvre du Plan
National de Développement, le projet axe de croissance, l’extension de l’aéroport et la
disponibilité des différentes aides internationaux. Cependant ces diverses potentialités et
opportunités touristiques, ne reflètent pas la réalité des retombées socio-économiques et
environnementales. Ce qui mène à démontrer les apports du secteur touristique dans le
développement durable de la commune, puis de renforcer le secteur touristique dans cette
zone pour soutenir le développement durable.

2-1-2 : Intérêt du thème


L’intérêt du thème « Contribution du tourisme dans le développement durable de la
Commune urbaine de Nosy-Be » réside dans l’aide à la réalisation de la ligne directrice
pour le développement de la nation qui est le Plan National Développement en général et
le Plan Région du Développement de la CUNB en particulier. Le thème aide à accomplir
l’axe stratégique de la PND à savoir l’axe 3 : Croissance inclusive, dont l’objectif global
consiste à renforcer le secteur tourisme pour apporter la croissance inclusive [27]. La
réalisation de ces objectifs spécifiques résulte de la constatation de la situation du secteur
à travers une analyse de FFOM, des solutions et des recommandations.
10

2-1-3 : Constat et objet de l’étude


L’expansion du secteur tourisme conduit à l’affermissement du développement
durable dans la CUNB. La création d’emplois génère des revenus pour la population
menant ainsi à l’accroissement du bien-être, ensuite à l’amélioration de la valeur ajoutée
qui contribue à l’augmentation du PIB. La performance fiscale, fruit de ces progrès, dont
les impôts et taxes, servent à faire des transferts sociaux. Enfin, l’augmentation de la
rentrée des devises influence positivement la balance commerciale. Par ailleurs,
l’environnement est préservé grâce à la création des aires protégées. Ainsi, cette
constatation a été mise en exergue et afin de la mettre dans l’objet d’étude pour que le
développement de ce présent travail apporte le résultat concret sur toutes les réalités qui
sont déjà cité précédemment.

2-2 : Problématique, objectif et hypothèses

La deuxième section de ce deuxième chapitre conduit à étudier la problématique,


l’objectif et l’hypothèse de ce mémoire.

2-2-1 : Problématique
Une forte baisse des arrivées touristiques a été enregistrée en 2009 par rapport à
l’année précédante, soit 162 687 touristes en 2009 et 375 010 en 2008 plus précisément
une baisse de -131% selon le ministère du tourisme [26]. L’apparition de la crise
sociopolitique de 2009 à Madagascar accentué par l’insécurité ont été les principales
causes de cette diminution des touristes.

Le secteur « tourisme » dans la Commune urbaine de Nosy-Be génère une faible


retombée sociale et environnementale dans la zone selon les résultats d’enquête. Alors,
sans environnement et société, l’économie n’existe pas. En ce sens, les apports sociales et
environnementaux doivent strictement pris en compte. Pourtant le secteur tourisme
devrait contribuer au développement durable de la zone par ses nombreuses potentialités
et opportunités. De plus le secteur « tourisme » est compatible et se concilie au
développement durable. Ainsi la question se pose « Comment le tourisme contribue-t-il
réellement au développement durable de la Commune urbaine de Nosy-Be ? ».

La problématique du thème étant justifiée, il est bien fondamental d’élaborer une


démarche stratégique pour réaliser le développement durable de la qualité, de la
11

productivité du secteur tourisme afin qu’il apporte l’effet positifs sur la vie des
populations de la CUNB. 2-2-2 : Objectifs

L’ambition est de faire sortir des analyses « classiques » du secteur tourisme et de


suggérer des pistes de réflexion. Ils pourraient permettre à l’identification des
contributions du secteur tourisme dans le développement durable de la Commune urbaine
de Nosy-Be.
Ainsi, l’objectif global de ce travail a été élaboré pour « Identifier la contribution du
secteur tourisme dans le développement durable de la Commune urbaine de
NosyBe ». Cet objectif a été conçu pour répondre à la question de la problématique « 
Comment le secteur tourisme contribue-t-il réellement dans le développement durable de
la Commune urbaine de Nosy-Be ». Dans le but de surmonter tous les problématiques
dans ce contexte, il est nécessaire d’en mettre une relation. Et aussi, pour fructifier ce
travail, ces deux sphères comme celle du secteur tourisme et la Commune urbaine de
Nosy-Be doivent se diriger vers un même objectif qui est le développement durable.

Alors, l’objectifs spécifiques sont déterminés dans le but de mieux surmonter tous les
problématiques sur ce secteur. Le processus est donc, premièrement d’« Identifier les
effets économiques des activités touristiques », ensuite « Identifier l’apport des
activités touristiques sur le plan social », et enfin de « Déterminer les effets
environnementaux des activités touristiques » dans la Commune urbaine de Nosy-Be.
Ces objectifs spécifiques contribuent à l’essor de l’objectif global de ce travail.

2-2-3 : Hypothèses
L’hypothèse est une supposition dont nous tirerons des conséquences. Autrement
dit, une hypothèse est une proposition ou une explication, sans prendre position sur son
caractère véridique, c’est-à-dire sans l’affirmer ou le nier. Il s’agit donc d’une simple
supposition, appartenant au domaine du possible ou du probable. Si l’objectif de ce
mémoire est réalisable. Des hypothèses comme suit peut-être tirées.

Premièrement, les activités touristiques entraînent une croissance économique de la


Commune urbaine de Nosy-Be.

Cette première hypothèse se base sur le reflet des activités touristiques sur d’autres
secteurs envers l’économie de la Commune urbaine de Nosy-Be.
12

En outre, les activités touristiques entraînent le développement sur le plan social. Cette
deuxième hypothèse se base sur la dépendance entre les activités touristiques et la société.

Enfin, les activités touristiques entraînent une dégradation de l’environnement de la


Commune urbaine de Nosy-Be.

2-3 : Résultats attendus

Les résultats attendus sont les perturbations provoquées au niveau du mécanisme


de développement que ce soit au secteur tourisme et sur tous les secteurs concernés.
Autrement dit, l’identification des effets des activités touristiques sur l’économie, sur le
plan social et environnemental de la Commune urbaine de Nosy-Be seront un des causes
du développement que ce soit du secteur tourisme, des autres secteurs et surtout dans la
CUNB.

2-3-1 : Identification des effets économiques du secteur tourisme


Particulièrement, l’État appuie le développement du secteur, par exemple par la
rénovation des infrastructures et l’attraction des investisseurs étrangers, car c’est un
secteur porteur du fait qu’il participe à l’essor de l’économie. Le renforcement du secteur
se fait par l’injection des investissements que ce soit par l’État ou par les secteurs privés
pour la réhabilitation des infrastructures routières et sites touristiques, entre autres,
entraînant des effets économiques positifs d’où l’effet de l’entraînement. Donc, à partir de
cet effet d’entraînement que le secteur tourisme se valorise plus qu’auparavant sur le fait
qu’il apporte en premier lieu l’injection des investissements, l’amélioration des
indicateurs de croissance économique entre autres PIB par l’augmentation des arrivées
des touristes et après le développement de la Commune urbaine de Nosy-Be. Ainsi, cette
présente soussection qui s’intitule l’identification des effets économiques est prise en
compte dans ce travail.

2-3-2 : Identification des apports sociaux des activités touristiques


L’utilisation et l’exploitation de ses atouts mèneront à l’amélioration du secteur
qui devrait affermir les retombées sociales dans la commune urbaine de Nosy-Be.
Notamment en premier lieu sur l’amélioration des niveaux de vie de la population qui
concerne : l’augmentation du revenu par la création d’emplois générés par l’industrie
touristique, l’éducation et santé qui provient des aides et appuies des organismes
nationaux ou internationaux œuvrant dans la promotion du secteur tourisme. En second
lieu, la santé publique serait assurée par l’intervention des organismes étrangers, des
13

ONG et des projets comme l’exemple du projet Pôle Intégré de Croissance. Et en dernier
lieu, ces effets ne seront toujours pas positifs, mais il y aura aussi des effets négatifs à
identifier concernant la vie sociale des populations de la CUNB.

2-3-3 : Détermination des effets environnementaux des activités touristiques


Les activités touristiques dans la Commune urbaine de Nosy-Be ont des effets sur
l’environnement, quel que soit direct ou indirect. Ces effets sont devenus maintenant une
question qui stipule les objets de la recherche. Mais, afin de mieux déterminer ces effets,
ils sont obligatoirement inclus des effets positifs et des effets négatifs du secteur tourisme.
Alors, la détermination des effets positifs directs et indirects et enfin l’effet négatifs direct
et indirect seront les résultats attendus concernant l’environnement. Avec cette démarche,
espérons d’avoir trouvé des résultats attendus fiables des côtés positifs ainsi que des côtés
négatifs en ce qui concerne la contribution des activités touristiques sur le développement
durable de la Commune urbaine de Nosy-Be.
14

Chapitre III : Choix de la théorie et méthodologie de la recherche


Le cadrage théorique comprend les théories employées pour élaborer des
hypothèses entre autres L’IDH, le principe de Responsabilité J HANS, et le pôle de
croissance de F Perroux. Ce présent chapitre consiste l’indicateur du développement
humain qui est l’outil de mesure de développement. En ce qui concerne le principe de
responsabilité de J HANS, il admet l’action de la responsabilité afin que les acteurs de
secteur tourisme puissent modérer leur action. Et enfin, ce qu’on entend sur le pôle de
croissance de F Perroux, promouvoir l’investissement du secteur tourisme à Nosy-Be.

3-1 : Choix de la théorie

Pour accomplir ce travail, des théories seront étudiées, analysées et appliquées.


Les pôles théoriques suivants seront pris en compte dans ce travail : l’indicateur du
développement humain, principe de responsabilité de Jonas Hans et la théorie de
développement de François Perroux.

3-1-1 : Indicateur du développement humain


L’IDH est un indice statistique composite, crée par le Programme des Nations
Unies pour le Développement (PNUD) pour évaluer le niveau de développement humain.
Cette section consiste trois paragraphes à savoir, l’origine de l’IDH, ses critères et enfin
l’intérêt du principe.

a) Origine de l’IDH

Élaboré à la fin des années 1980, l'Indicateur de Développement Humain (IDH)


est un indice synthétique élaboré par les experts du Programme des Nations Unies pour le
Développement (PNUD). L’objectif des Nations Unies consistait alors à proposer une
vision du développement humain qui ne se limite pas aux indicateurs monétaires
traditionnels de type Produit Intérieur Brut (PIB).

Cet indice intègre trois dimensions : le niveau de vie (PIB/habitant), le niveau


d’instruction (taux d’alphabétisation des adultes et taux de scolarisation) et la santé de la
population (espérance de vie à la naissance). Agréger ces données chiffrées suppose leur
normalisation pour rendre pertinentes les comparaisons internationales : Pour ce faire,
pour chaque indicateur, une valeur maximale et minimale, comprise entre 0 et 1 a été
fixée [Annexe].
L’IDH est la moyenne des trois indices ainsi obtenus (niveau de vie, instruction et santé).
15

b) Trois critères de l’IDH

L'IDH est un indice statistique, compris entre 0 (exécrable) et 1 (excellent). Il est


calculé par la moyenne de trois indices quantifiant respectivement : la santé et longévité
(mesurées par l'espérance de vie à la naissance), qui permet de mesurer indirectement la
satisfaction des besoins matériels essentiels tels que l'accès à une alimentation saine, à
l'eau potable, à un logement décent, à une bonne hygiène et aux soins médicaux ; le
savoir ou niveau d'éducation. Il est mesuré par la durée moyenne de scolarisation pour les
adultes de plus de 25 ans et la durée attendue de scolarisation pour les enfants d'âge
scolaire. Il traduit la satisfaction des besoins immatériels tels que la capacité à participer
aux prises de décision sur le lieu de travail ou dans la société ; le niveau de vie (mesurées
par le revenu par habitant), afin d'englober les éléments de la qualité de vie qui ne sont
pas décrits par les deux premiers indices tels que la mobilité ou l'accès à la culture.

c) Intérêt du principe
L’idée est de faire de l’IDH un critère et un indicateur référence du
développement et du développement durable dans la zone d’étude. Ainsi, l’IDH sera un
indicateur de mesure de développement et de développement durable pour la Commune
urbaine de Nosy-Be, entre autres le niveau de vie de la population qui est mesuré par le
revenu par habitant, la santé mesurée par l’espérance de vie plus précisément le taux de
mortalité et le taux de natalité et enfin le taux de scolarisation qui représente le niveau de
l’éducation de la population. Ensuite il représentera un critère évaluation pour le
développement de la région. De plus l’IDH indique la participation du secteur tourisme
dans la Commune urbaine de Nosy-Be.

3-1-2 : Principe de responsabilité

Le « Principe de responsabilité » est l’ouvrage le plus connu du philosophe


allemand HANS Jonas publié en 1979. Cette section comprend le principe de
responsabilité de Hans Jonas et l’hypothèse construite.

a) Principe de responsabilité de H Jonas


Le principe de responsabilité de Jonas s’interroge sur l’évolution de nos modes
d’action au sein de la civilisation technologique. Le pouvoir que l’homme confère
aujourd’hui à la science et à la technologie entraîne une responsabilité nouvelle et
inédite : léguer aux générations futures une terre humainement habitable et ne pas altérer
16

les conditions biologiques d’humanités. Mais Jonas reconnaît qu’on ne saurait édifier un
système plus respectueux des contraintes écologiques sans un effort scientifique et
technique approprié. Il plaide donc pour une nouvelle conception de la responsabilité.
[16]

La conception nouvelle prônée par Jonas dépasse à la fois le cadre du passé et


l’imputabilité de la faute. Il s’agit de considérer les conséquences lointaines des décisions
et des actions, au-delà des générations actuelles et au-delà des possibilités de réparation
ou de dédommagement. Une telle responsabilité est de nature à la fois individuelle et
collective. Idéalement, il faudrait donc connaître les conséquences à long terme des
décisions prises aujourd’hui, afin de pouvoir les apprécier moralement. [16]

b) Hypothèse construite
Le principe de responsabilité est une théorie qui sera utilisée par les
établissements touristiques dans la Commune urbaine de Nosy-Be dans le but de
minimiser les conséquences néfastes engendrées par leur activité et à la fois pousser les
entreprises touristiques à contribuer à l’amélioration de la Société, l’économie et rendre
plus propre l’environnement à travers des investissements sociaux et environnementaux.
Ainsi, une meilleure gestion environnementale, une réalisation d’économie d’énergie, une
mise en place de politique de ressources humaines novatrice, une bonne relation avec les
parties prenantes et les différents dons et aide pour la Société sont les actions à
entreprendre pour développer les entreprises touristiques et faciliter l’atteinte des objectifs
du développement durable dans la Commune urbaine de Nosy-Be.

3-1-3 : Théorie de développement de François Perroux

François Perroux est un économiste français renommé par ses ouvrages


concernant l’économie politique. Ce concept consiste des points essentiels à savoir le pôle
de croissance de F Perroux, les effets d’un pôle de croissance et l’hypothèse élaboré.

a) Pôle de croissance de François Perroux

François Perroux fait pour sa part la promotion de centraliser les investissements


dans les secteurs moteurs de l’économie afin de susciter une croissance généralisée par la
suite à travers des effets d’entraînement et de liaison. Le concept de pôle de croissance a
été développé par F Perroux en 1955 pour démontrer l’idée selon laquelle des
17

investissements sectoriels sélectifs sont susceptibles de créer des mécanismes


multiplicateurs de croissance [36].

Ainsi un pôle de croissance repose sur l’existence d’un ou de plusieurs secteurs


dominants et moteurs. La croissance de ce secteur moteur se diffuse (dans des effets
moteurs quantitatifs ou qualitatifs) vers les autres firmes ou secteurs. Les effets de
croissance se propagent au profit des différents secteurs par des effets amont, et effet aval
[36].

b) Effets d’un pôle de croissance

Le pôle de croissance nécessite et attire un effet d’attraction sur les centres


commerciaux et les services des tiers, mais aussi des effets d’agglomération. Plus
exactement un pôle de croissance attire et concentre des capitaux financiers et mains
d’œuvre, il suscite des effets d’agglomération au niveau de l’habitat.

L’effet d’entraînement défini par les actions dans lesquelles l’augmentation du taux de
croissance du produit ou de la productivité d’une unité simple ou complexe a provoqué
l’augmentation du taux de croissance du produit ou de la productivité d’une autre unité
simple ou complexe [36].

c) Hypothèse élaborée

Les investissements en infrastructures financés par le secteur tourisme joueront le


rôle d’unité motrice et serviront de catalyseur de développement. L’implantation de ces
entreprises touristiques privées sera génératrice de revenus pour la population et pour
l’économie régionale. Selon la théorie de F Perroux, le pôle de croissance devrait exercer
un effet d’entrainement en amont et en aval.

Tableau 1 : Les secteurs rattachés à la filière tourisme


Secteur primaire Secteur secondaire Secteur tertiaire

Approvisionnement : Demande : Matériaux Demande : Articles


viande, poisson, de construction, publicitaire et
fruits et menuiserie générale, promotion, transport,
légumes, fourniture électrique… produits d’épicerie,
sculpture, etc. etc.

Source : Données personnelles, 2019


18

En fait, il amènera des sous-traitants et des fournisseurs plus exactement des activités
complémentaires aux entreprises touristiques. Ces entreprises dans cette zone contribueront à
une intensification et une diversification de la production ainsi que la création d’activités
nouvelles. Ces activités se rencontrent dans de différents secteurs :

Pour réaliser le travail, il a fallu des théories qui sont l’IDH, le principe de responsabilité
et le pôle de croissance de F Perroux pour d’une part mieux assurer et rendre scientifique
le présent mémoire.

3-2 : Relation entre la théorie et le thème

Trois théories ont été choisies afin d’approfondir la recherche et afin d’expliquer plus
clairement l’objet de ce mémoire. Ces théories ont des relations à ce thème.

3-2-1 : Relation du thème sur l’indicateur du développement humain

L’IDH est un indice statistique composite, crée par le Programme des Nations
Unies pour le Développement (PNUD) pour évaluer le niveau de développement humain.
L’objectif consistait alors à proposer une vision du développement humain qui ne se
limite pas aux indicateurs monétaires traditionnels de type Produit Intérieur Brut (PIB),
mais il s’intègre sur trois grandes dimensions à savoir le niveau de vie, le niveau
d’instruction et la santé. Alors pour bien mener l’analyse sur la contribution du secteur
tourisme dans le développement durable de la Commune urbaine de Nosy-Be, ce présent
indice statistique est un outil efficient pour pouvoir mener l’étude même sur le long
terme. Et de même, c’est à partir de l’IDH que le fait de présenter l’effet économique,
social et environnemental des activités touristiques envers le développement de la
Commune urbaine de Nosy-Be sera possible. Ainsi, cet indice serait nécessaire afin de
bien mettre une cohérence d’idée, commençant par des hypothèses jusqu’aux résultats
attendus.

3-2-2 : Relation du thème sur le principe de responsabilité

Dans la conception courante de la responsabilité, telle que la définissent la morale


et le droit, l’homme ne peut être rendu responsable que de ce que l’homme a
effectivement commis ou occasionné, ainsi que des conséquences immédiates. La
responsabilité doit être liée à une faute passée, directement imputable.
19

La responsabilité est le devoir de répondre de ses actes, toutes circonstances et


conséquences comprises, plus exactement en assumer l’énonciation, la faction et par suite
la réparation voire la sanction lorsque l’obtenu n’est pas l’attendue. [16]

Alors, dans cette étude la théorie de principe de responsabilité de Hans Jonas, tient une
place très importante à savoir les objectifs du développement durable [Annexe]. En effet,
cette théorie est comme un indicateur qui canalise l’effet que ce soient positif ou négatif
de la contribution du secteur tourisme au développement durable de la Commune urbaine
de Nosy-Be.

3-2-3 : Relation du thème sur la théorie de développement de François Perroux

La théorie de développement de François Perroux est un concept qui est


réellement le cas du thème de ce présent travail. Parce que dans la théorie de
développement de
François Perroux, il existe deux points essentiels à savoir le pôle de croissance et l’effet
de pôle de croissance. Alors dans le pôle de croissance, il parle d’investissement, comme
le cas d’investissement en hôtellerie à Nosy-Be. Ces investissements ne sont que de
moteur ou la principale source d’investissement des autres secteurs comme la pêche, les
boucheries, le transport, broderie et tout autre service.

Tandis que sur l’effet de pôle de croissance, il parle de l’effet de cette croissance sur la
population à savoir premièrement sur l’effet économique comme l’augmentation de la
productivité qui se termine par l’augmentation du revenu. Ensuite, ces effets ne restent
pas au niveau économique, mais s’étendent jusqu’au niveau social concernant le mode de
vie.
Et enfin, ces effets touchent obligatoirement l’environnement que ce soient du bon ou
mauvais comme la préservation des airs protégés et les déchets de tous les établissements
hôteliers envers les populations. Donc, cette théorie sert comme balise de cette étude.

3-3 : Méthodologie de la recherche

La méthodologie de travail comprend : la collecte de données auprès des


organismes publics à partir d’un entretien avec les personnes cibles et une méthode de
raisonnement pour pouvoir en dégager des idées. Il concerne de la recherche
documentaire, la méthodologie hypothético-déductive et des entretiens d’acteurs
stratégiques.
20

3-3-1 : Recherche documentaire


Les premières recherches se sont basées sur la lecture des documents comme le
Plan National de Développement, le Plan Régional de Développement avec le Projet Pôle
intégré de Croissance, le schéma directeur du tourisme durable invoquant l’atout du
secteur tourisme dans la Commune urbaine de Nosy-Be. Ensuite les collectes des données
statistiques sont effectuées auprès de la Direction Régional de l’Économie et de la
Planification et auprès de la Direction Régional du Tourisme ainsi que l’office Régional
du tourisme de Nosy-Be dans le but de formuler des hypothèses.

Ainsi les éléments de construction du concept de tourisme durable et du développement


durable sont issus des rapports et publications internationaux qui proviennent de divers
organisme ou programmes des Nations Unies notamment l’Organisation mondiale du
tourisme, Rapport du secrétaire général sur le tourisme et développement.

3-3-2 : Enquête
L’objectif principal de l’enquête est d’obtenir des maximums d’informations en
qualité sur les conditions favorable. L’éélaboration de la fiche d’enquête dirige avant la
consultation publique. Elle dirige l’enquêteur pour recueillir les informations. Pour
absorber les données, son utilisation est importante en facilitant la façon de parler avec les
personnes enquêtées. Afin de réaliser ce travail d’enquête, nous avons choisi 11
fokontany,
100 ménages à titre d’échantillon qui se répartissent sur les 5 arrondissements de la
commune urbaine de Nosy-Be.

3-3-3 : Entretien d’acteurs stratégiques


Afin de compléter cette analyse documentaire, un entretien a été menée auprès des
structures publiques et quelques personnes impliquées dans le secteur tourisme. Trois
personnes influant ont ainsi accepté un entretien. Le Directeur de l’Économie et de la
Planification est le premier qui a accepté un échange pendant la période de cette
recherche.
En tant que Directeur, il a apporté un éclairage concernant le secteur tourisme, le PND, le
PRD et le Pôle de croissance dans le plan national et spécialement de la commune
urbaine de Nosy-Be. Ensuite, monsieur le Directeur Régional du Tourisme a accepté de
répondre à de nombreuses questions au sujet du secteur tourisme : les menaces et les
avantages de ce secteur. Enfin, monsieur le Directeur de l’ORTNB a donné des données
21

telles que l’évolution du tourisme à Nosy-Be. Cet entretien est basé sur des entretiens
face à face, ce qui a permis d’établir un contact direct avec les personnes interrogées. En
outre les discussions ouvertes qui ont été engagées ont amené à recueillir des
informations qualitatives relativement complètes.

Conclusion partielle : Les apports socio-économiques et environnementaux du secteur


tourisme dans la Commune urbaine de Nosy-Be n’est pas encore tangibles comme tout le
monde le crois d’où la problématique du présent mémoire : « Comment le tourisme
contribue-t-il réellement dans le développement durable de la Commune urbaine de
NosyBe ». En outre ce présent mémoire est encadré par des concepts tels que le
développement durable et le tourisme durable. Le choix des théories se repose sur : La
théorie de F Perroux (Pôle de croissance) et J Hans (Principe de responsabilité) pour
revitaliser le secteur, en entraînant des effets positifs sur l’économie, la société, et
l’environnement en général le développement durable.

Alors, la partie suivante présentera la revue de l’existant sur le secteur tourisme dans la
commune urbaine de Nosy-Be. Elle se focalise sur la description de la situation, analyse
de la situation et le dégagement des enjeux.
22

Deuxième partie : Revue de l’existant


La partie suivante va identifier l’apport du tourisme dans la zone d’étude, ensuite,
les principaux obstacles et avantages pour la croissance du secteur tourisme.

Chapitre I : Analyse empirique


L’analyse portera sur l’environnement social, économique et environnemental de
la commune dans la dimension réelle du secteur et elle sera basée par des données
statistiques. En commençant par l’analyse de l’évolution du secteur, contexte actuel du
secteur tourisme dans la commune de Nosy-Be et l’offre et la demande touristique de
ladite commune.

1-1 Analyse d’évolution du secteur

Cette section indiquera quelques données sur l’évolution de ce secteur sur le plan
national en général et sur le plan communal particulièrement. Il consiste du cas de
Madagascar, de Nosy-Be ou de la zone d’étude et de l’analyse statistique.

1-1-1 : Cas de Madagascar


Cette sous-section examine les rapports causals parmi le développement du
tourisme, la croissance économique et la pauvreté à Madagascar dans un cadre de tri varie
de Granger.

Ces dernières années, beaucoup d’attention a été consacrée au rôle du tourisme comme
moteur de croissance (Pablo-Romero et Molina, 2013). Cependant, peu d’étude
empirique existe sur le rapport causal entre le tourisme et croissance économique pour les
pays moins développés. En attendant, le tourisme présente un moyen important pour
diversifier l’économie et peut être employé comme outil pour le développement et
l’allègement de la pauvreté (Chok, Macbeth, et Warren 2007).

Mais d’après le résultat d’étude empirique faite par Hanitra RAKOTONDRAMARO et


Louisa ANDRIAMASY sur la causalité de multi variable de Granger parmi le tourisme,
la pauvreté et la croissance économique à Madagascar, le développement de tourisme
cause la croissance économique et la causalité de longrun a été soutenu par la limite de
contre mesure électronique. Ceci prouve que l’augmentation de 1% de la croissance
produit d’environ 0.29% d’augmentation en tourisme et réduit la pauvreté de 0.43%. Il
prouve également que la croissance et la pauvreté de PIB est causé par le développement
du tourisme de Granger. Cependant, le rapport entre le développement de tourisme et la
23

pauvreté est positif parce que l’augmentation de 1% en tourisme augmente le nombre de


personnes sous de faible revenu de 0.66%.

Voici un tableau montrant l’importance du tourisme dans l’économie de Madagascar en


2011.

Tableau 2 : l’importance du tourisme dans l’économie de Madagascar en 2011.


Quantité d’indicateur Montant en (US$) % de contribution Rang global
économique

Contribution directe au PIB 299 millions 5.4 52 (sur 181)

Contribution totale au PIB 1.7 milliards 14.9 46

Contribution directe à l’emploi 199 500 4.3 67

Visiteur exporté 637 millions 26.6 37

Investissement en capital 269 millions 15.5 26


d’équipement

Source : Base de données de voyage du monde et de conseil de tourisme

Les résultats de ce présent tableau indiquent que la causalité de Granger fonctionne du


développement et de la pauvreté, du tourisme à la croissance et de la pauvreté au
développement du tourisme.

La figure suivante va apporter plus d’éclaircissement sur son évolution ainsi que des
contributions par rapport au PIB, à l’emploi, au visiteur exporté et aux investissements en
capital d’équipement.
24

80
67
70
60 52
46
50
37
40
26,6 26
30
20 149
, 155
,
10 5,4 4,3
0
Contribution Contribution Contribution Visiteur exportéInvestissement
direct au PIB totale au PIB direct à l’emploi en capital
d’équipement

Quantité d’indicateur économique: Contribution direct au PIB Contribution totale au


PIB Contribution direct à l’emploi Visiteur exporté Investissement en capital
d’équipement
Rang global

Figure N°3 : Importance du tourisme dans l’économie de Madagascar 2011.

Source : Auteur, 2019

Cette présente figure explique l’importance du secteur tourisme dans l’économie de


Madagascar en 2011. Elle montre la contribution du secteur tourisme à travers des autres
indicateurs économiques comme la contribution directe au PIB, contribution totale au
PIB, contribution directe à l’emploi, au visiteur exporté et enfin aux investissements en
capital d’équipement.

En général, vu l’abondance des touristes exportés, l’investissement en capital


d’équipement est devenu important à Madagascar. Et cela apporte des impacts sur la
contribution directe à l’emploi. Donc, il y a certainement la contribution directe au PIB.

1-1-2 : Cas de Nosy-Be


D’après la demande des données auprès de bureaux du ministère de tourisme et
celle des statistiques, la situation de la Commune urbaine de Nosy-Be du 2018 est la
suivante :

- Nombre de la population en 2017 : 93 682 habitants sur 5 arrondissements à


savoir Hell-ville, Ampangorina, Dzamandzar, Bemanondrobe, Ambatozavavy ;
- Proportion du tourisme international de Madagascar : entre 25% et 30% en termes
de nombre des touristes, mais totalisant environ 30% des recettes nationales du
secteur ;
- Tourisme balnéaire et découvert (terre et mer) et autres ;
- Nombre moyen de nuitées/ touristes : 7 ;
25

- Nombre d’hôtels : 196 ;


- Nombre de touristes à Nosy-Be par année : moyenne 62 847 touristes du 2015 à
2018 ;
- Environ 6 500 nouveaux emplois

Actuellement, l’industrie touristique à Nosy-Be est très développée. Pendant le discours


Ady Gasy en émission sur RNM, le 03 mars 2015, ANDRIANJATO ET NIVO
Ratiarison affirmaient que Nosy-Be est la quatrième « île merveilleuse du monde ». L’île
de Nosy-Be vit pratiquement du tourisme : par sa population accueillante, ses plages et
ses sites naturels, ce chapelet d’îles attire les touristes étrangers. Voilà pourquoi Nosy-Be
devient l’une de première destination touristique de Madagascar. Elle constitue donc
l’une des fenêtres extérieures de Madagascar. Le développement du secteur tourisme à
Nosy-Be a un double impact :

D’une part, il contribue à la relance économique du pays : apport des devises et création
d’emploi, favorisant des Activités Génératrices de Revenus (AGR). Il améliore ainsi la
qualité de vie de la population de « l’île au parfum ».

D’autre part, la population n’est pas entièrement intégrée à la culture du tourisme qui
marginalise la culture locale : les mœurs et coutumes ne sont plus respectées, entrainant
le choc culturel contre des actes condamnables comme la pédophilie, le banditisme et la
prostitution, ainsi que le commerce d’espèces protégées. Il s’ensuit la perte de valeurs
morales, particulièrement chez les jeunes : imitation aveugle des cultures des étrangers.

Notons que les infrastructures hôtelières de Nosy-Be disposent de plus de 1700


chambres : 150 Établissements dont 5 écolodges et 2 îles-hôtels, selon le Directeur de
l’Office Régional du Tourisme de Nosy-Be. Tout cela entraîne une augmentation du
volume d’emploi à plus de 4 000. C’est ce que madame Léa, délégué du tourisme
affirmait.
Ces résultats sont produits par les différents types d’hôtels : de petite catégorie jusqu’aux
Étoiles qui sont nombreuses à Nosy-Be. Cette figure va présenter les motivations des
touristes de venir à Nosy-Be.
26

Figure N° 4 : Répartition des touristes par motif de voyage 2017

Source : Délégué du tourisme de Nosy-Be, 2017

Les touristes arrivent à Nosy-Be pour des différentes raisons : Ce figure montre que la
majorité des touristes qui arrivent à Nosy-Be sont venus par loisir et 19 % pour visite de
famille. Avec le reste du 28 % sont des touristes d’affaires qui se manifestent dans des
différents domaines de l’économie locale.

1-1-3 : Analyses statistiques


Cette analyse statistique porte sur l’évolution des entreprises hôteliers dans le
temps et dans l’espace, la contribution du secteur agricole et examen sur l’arrivé des
touristes dans la Commune urbaine de Nosy-Be.

a) Évolution des entreprises hôtelières à Nosy-Be

Les entreprises hôtelières à Nosy-Be ne cessent pas d’évoluer compte tenu de


l’augmentation des touristes arrivant sur l’île. Cette figure suivante va montrer son
évolution dans le temps et dans l’espace.
27

Statistique des hôtels de Nosy-Be


250

200

150

100

50

0
2015 2016 2017 2018

Hôtels crées Total

Figure N° 5 : Statistique d’évolution des hôtels à Nosy-Be

Source : Auteur, 2019

Cette présente figure montre la statistique d’évolution de l’entreprise hôtelière à Nosy-


Be. Les entreprises hôtelières à Nosy-Be se caractérisent généralement de trois étoiles
jusqu’à cinq étoiles. Cela signifie que Nosy-Be reçoit différente gamme des touristes dont
plus de 50 % ceux qui sont venus pour la simple raison d’un voyage de vacance et le reste
sont d’une différente raison de voyage comme des affaires et de visite de famille.

Pour l’année 2015, Nosy-Be avait 11 nouveaux hôtels qui se totalisent en 174, pour ne
pas dire que 2015 est l’année où l’entreprise hôtelière à Nosy-Be connaissait une grande
évolution par rapport aux autres années suivantes. Les années suivantes n’a jamais atteint
le nombre supérieur que l’année 2015. Mais en 2018, le nombre des entreprises hôtelier à
Nosy-Be a atteint à 196.

Par ailleurs, le progrès de l’infrastructure matériel et social qui accompagne


habituellement le développement du tourisme ont souvent des retombées dans les autres
domaines de l’économie et font « tache d’huile », s’étendent par exemple à la santé, à la
protection sociale et environnementale.

b) Contribution du secteur agricole

À part de l’activité touristique de l’île, l’agriculture est la seconde qui tient une
place importante sur l’économie. Grâce aux contributions du secteur tourisme que
28

certaines branches d’activité peuvent s’évoluer comme la pêche, des boucheries et des
artisanats. Mais, au paravent, l’île au parfum a déjà sa reconnaissance concernant la
culture de rente comme de café, du poivre, de la vanille et surtout d’Ylang-Ylang d’où
son nom île aux parfums. Ici, on va déterminer comment le secteur agricole contribue
apparemment dans l’économie de la Commune urbaine de Nosy-Be. La figure suivante
montre son évolution.

80000 4E+10

70000 3,5E+10

60000 3E+10

50000 2,5E+10

40000 2E+10

30000 1,5E+10

20000 1E+10

10000 5E+09

0 0
2016 : Vanille 2016 : Café 2016 : Huiles 2017 : Huiles 2018 : Huiles
essentielles essentielles essentiels
Ylang-Ylang Ylang-Ylang Ylang-Ylang

Quantité (Kg) Valeur (Ar)

Figure N°6 : Contribution du secteur agricole à Nosy-Be

Source : Auteur, 2019

Cette présente figure montre le chiffre d’affaires que les sociétés exportatrices de
produits de rente avaient cumulé. On a observé que l’année 2017, le produit d’huiles
essentielles Ylang-Ylang a trouvé beaucoup de croissance par rapport à celle de 2016 et
2018. Et, on a observé aussi que le café est le produit de rente qui a la moindre valeur
d’importance par rapport aux autres comme la vanille et ylang-ylang.

En principe, le secteur tourisme est actuellement la principale activité le plus développée


sur l’île, mais apparemment, en tant que Madagascar est encore un pays à vocation
agricole et encore presque 75 % de la population sont encore des agriculteurs. Il est
important de mentionner ici que l’île de Nosy-Be est auparavant une île à vocation
agricole aussi qui a un sol fertile qui est capable de bien produire en différente catégorie
de la culture. C’est la raison pour laquelle pendant la période coloniale, beaucoup de
29

terrain à Nosy-Be est occupé par différente culture de rente comme le café, du poivre,
d’ylang-ylang et beaucoup d’autres épices qui sont destinées principalement à
l’exportation.

À présent, suivant l’évolution de cette présente figure, on peut dire que le


développement du secteur tourisme à Nosy-Be avait amené à la population locale la
tendance d’écarter le monde paysan. Puis que le fait de travailler en même temps à
l’hôtel, puis aller travailler aux champs rend les gens trop occupés.

Bref, on peut classifier que l’agriculture à Nosy-Be tient une place importante sur le
développement de l’économie. Ainsi, actuellement beaucoup de la population paysanne
ont déjà trouvé le moyen de construire leur propre maison en dure et avec moyen de
locomotion, grâce à la filière ylang-ylang et il se trouve en majorité au nord de Nosy-Be.

c) Arrivée des touristes à Nosy-Be

Grâce aux efforts de l’État et aux opérateurs économiques en synergie avec


l’ORTNB que cette présente évolution est due. Ce chiffre qu’on a ici dans cette analyse
est dû de différents types de voyages que la commune de Nosy-Be recevait comme
internationaux, nationaux, et des croisiéristes. Alors, ce tableau ci-dessous va le montrer
du 2015 à 2018.

Tableau 3 : Fréquentation touristique à Nosy-Be du 2015 à 2018


Catégorie Total Jan à Déc. Années

Internationaux 34 075

Nationaux 1 649 2015

Croisiéristes 7 036

Internationaux 46 032

Nationaux 3 050 2016

Croisiéristes 11 579

Internationaux 49 443
30

Nationaux 2 766 2017

Croisiéristes 10 956

Internationaux 59 087

Nationaux 3 378 2018

Croisiéristes 22 336

Source : PAF et APMF de Nosy-Be, 2019

D’après l’observation de ce tableau, la fréquentation de l’île au parfum a été très


évolutive avec l’augmentation du nombre des touristes chaque année. Par rapport aux autres
années, on a observé que pour l’année 2018 la fréquentation internationale a atteint de nombre
très intéressant.
Et cela aussi prouve que ce secteur pour l’île aux parfums se développe dans le temps et dans
l’espace.

Alors la figure suivante va présenter l’évolution du secteur tourisme dans la Commune


urbaine de Nosy-Be entre années 2015 au juin 2019 :
31

Figure N° 7 : Fréquentation touristique à Nosy-Be du 2015 à 2019

Source : Auteur, 2019

D’après l’observation de cette figure, la fréquentation de l’île au parfum a été très


évolutive avec l’augmentation du nombre des touristes chaque année. Par rapport aux
autres années, on a observé que pour l’année 2018 la fréquentation internationale a atteint
de nombre très intéressant jusqu’à 59 087 touristes, tandis que pour nationaux il a
diminué par rapport l’année précédente. Quant aux croisiéristes pour l’année 2019, il
atteint 18 644 touristes, or cela ne représente pas encore la totalité de l’année, mais encore
les données de la fin du mois de juin. Alors par rapport aux années précédentes 2019
représente le chiffre très important concernant les croisiéristes. Et cela aussi prouve que
ce secteur pour l’île aux parfums se développe avec le temps. Toutes ces données
prouvent que la commune de Nosy-Be est une des destinations touristiques de
Madagascar la plus fréquentée.
32

1-2 : Contexte actuel du tourisme dans la commune urbaine de Nosy-Be

Il sera rapporté dans cette section l’évolution de l’activité touristique, les services
et les acteurs touristiques de la région.

1-2-1 : Evolution de l’activité touristique


L’ORTNB affirme avoir atteint 85 % des objectifs qu’il s’était fixé pour l’année
2018. Grâce à l’amélioration, des capacités des opérateurs touristiques locaux ainsi que la
qualité d’accueil dans le but d’encourager les touristes à prolonger leur séjour à Nosy-Be
et les formations de perfectionnement font partie du programme pour cette année 2019.
Une hausse du taux de fréquentation a été enregistrée l’année dernière par l’Office
régional du Tourisme de Nosy-Be ou ORTNB.

Tableau 4 : Statistique des entreprises hôteliers de Nosy-Be de 2015 à 2018


Années Hôtels crées Total

2015 11 174

2016 07 185

2017 04 192

2018 04 196

Source : Ministère du tourisme de Nosy-Be, 2019

Ce présent tableau montre l’évolution dans le temps et dans l’espace de l’industrie


touristique à Nosy-Be. Pour l’année 2015, il y a une énorme croissance par rapport aux
autres années suivantes. Mais, en général cette croissance est due aux efforts du ministère
de tourisme de Nosy-Be.

1-2-2 : Service touristique


Nosy-Be est un des centres de la première destination touristique de Madagascar.
Ainsi, une des particularités des efforts pour l’essor du tourisme consiste à développer
toute sorte du tourisme notamment par des visites, des découvertes et des aménagements
du territoire des affaires et des vacances qui se trouvent dans la commune. Il en est de
même pour les ateliers des artisans.

En complémentarité avec ce qui précède, plusieurs sites naturels procurent des atouts
diversifiés au tourisme de « découverte ». Il s’agit principalement de Nosy Komba, Nosy
33

Sakatia, Arbre sacré à Mahatsinjo, Nosy Tanikely, réserve Lokobe. Par ailleurs, le
tourisme balnéaire, du fait de la présence des belles plages, le tourisme villageois et le
tourisme durable font partie des axes prioritaires de la politique de développement du
tourisme dans la commune urbaine de Nosy-Be.

1-2-3 : Acteurs de la promotion du tourisme


Nosy-Be possède un Office Régional du Tourisme et le ministère de tourisme qui
s’occupe de la promotion du secteur. C’est à Nosy-Be qu’on trouve plusieurs agences de
voyages recensées, durant la collecte des données monographiques de 2017. Tous les
autres arrondissements n’en possèdent pas encore.

Tout d’abord il y a l’ORTNB, cet organisme est sous la tutelle du Ministère du


Tourisme. Il remplace la Maison du Tourisme de Madagascar. L’ORTNB est le
promoteur du tourisme dans la Commune urbaine de Nosy-Be. Il travaille avec les
différentes entités publiques ou privées œuvrant pour la promotion de la destination
Nosy-Be.

Ensuite, la Direction régionale du tourisme qui a pour rôle : formuler la politique


touristique et créer les directives applicables aux types de produits spécifiques (tels que
l’écotourisme), définir les objectifs du développement touristique et encourager leur
aboutissement, introduire le sujet du tourisme dans la planification de tout autre ministère
approprié, promouvoir des mesures de réglementation institutionnelle et législative pour
le développement du tourisme, établir une coopération entre secteurs au niveau national
et international, développer les ressources humaines.

Outre, les ONG ci-après travaillent en étroite collaboration avec le ministère de tourisme
et l’ORTNB :

Tableau 5 : Les ONG de développement


Acronymes Dénomination Objectifs

WCS Promouvoir le
développement durable et
la gestion rationnelle des
ressources naturelles
34

CNRO Centre National de Il participe à l’élaboration


Recherche des politiques nationales en
matière de recherche et
Océanographique assure l’exercice des
recherches concernant les
ressources non stratégiques
de la mer

SAGE Service à l’Appui de la Protection de


gestion de l’environnement l’environnement marine
côtière et appuie aux
actions de constitution des
CLB et GELOSE

MNP Madagascar National Parc Conserver et gérer d’une


manière durable un réseau
de parc national et des
réserves représentant les
biodiversités et
l’environnement

Source : PCD, 2017

1-3 : Offre et la demande touristiques

Il est traité par cette section trois points de l’offre et de la demande touristique
dans la Commune urbaine de Nosy-Be.

1-3-1 : Demande touristique de Nosy-Be


La demande touristique est les personnes qui se déplacent périodiquement et de
façon temporaire, hors de leur résidence habituelle pour de motifs de voyages autres que
pour travailler ou d’accomplir une activité rémunérée. La méthode la plus utilisée pour
évaluer cette demande est : le nombre d’arrivées aux frontières ou les nombres des nuitées
[31].

D’une manière générale pendant la saison touristique 2018, l’Office régional du Tourisme
de Nosy-Be (ORTNB) dresse un bilan positif avec une réalisation à hauteur de 85 % de
35

ses objectifs. Cela représente en tout une hausse de 34,25 % du nombre de ses visiteurs
comparé à celui de l’année 2017. Selon le président du conseil d’administration de
l’ORTNB, ces résultats sont le fruit des efforts de tous les acteurs du secteur tourisme.

1-3-2 : Offre touristique


Cette sous-section suivante analyse le côté de l’offre touristique, c’est-à-dire
l’ensemble des services et des biens finaux proposés par le secteur touristique aux
consommateurs [35]. Pour qu’il y ait une offre de biens ou de services, il faut qu’il y ait
des producteurs. Pour produire, ces derniers utilisent des matières premières. Dans le « 
secteur tourisme », et surtout dans le cas de l’île touristique Nosy-Be, les matières
premières sont essentiellement constituées par le capital naturel que possède la zone. En
ce qui concerne le capital naturel, le secteur tourisme malgache est essentiellement basé
sur ce dernier, c’est sa principale matière première. Le capital naturel de Nosy-Be, à la
fois terrestre et marin, en fait une destination cible pour une gamme variée de touristes.
Ainsi se présentent plusieurs activités sur le secteur tourisme comme une chaîne de
valeur. Alors, cette figure ci-dessous va montrer comment se fonctionne cette chaîne de
valeur.
36

Figure N° 8 : Chaîne de valeur du tourisme

Source : Office Régionale du Tourisme de Nosy-Be, 2019 Note : Les activités encadrées
en pointillé sont des activités principales du secteur tourisme. . Ce présent figure montre
37

une chaîne de valeur des activités touristiques en général. Alors par rapport à celle-ci,
l’activité et l’offre touristique dans la commune urbaine de Nosy-Be est basée sur cette
dernière.

1-3-3 : Nature avantageuse touristique


La Commune urbaine de Nosy-Be possède un atout touristique [Annexe]
importante entre autres les stations forestières, mais qui sont menacé par la déforestation.
Des espèces faunistiques et floristiques endémiques qui sont en danger en raison de la
chasse et du feu de brousse, et sa renommée en tant qu’île au parfum : l’Ylang-Ylang, du
poivre, du café et de la vanille.

L’existence de plage couverte de sable blanc bordé par une mer aux eaux turquoise ainsi
que les éléments climatiques favorables au tourisme sont des atouts pour la mise en
œuvre de la filière tourisme dans la Commune urbaine de Nosy-Be. Il en est de même
l’existence des sites touristiques et historiques dans la Commune.

Et enfin, étant d’origine volcanique, l’île de Nosy-Be comporte une douzaine de lacs de
cratère dont les plus importants sont : Anjavibe, Amparihibe, Maintimaso,
Amparihimirahavavy inférieur, Amparihimirahavavy supérieur, Bemapaza, Amparihin’i
Kola, Antsahamanavaka, Djabala, Ampobilava, Antsidihy, Amparihimaiky. Ces lacs de
cratère jouent un rôle significatif sur un plan culturel, social et économique dans la
Commune urbaine de Nosy-Be.

Bref, ce chapitre analyse la situation actuelle du secteur tourisme dans la Commune


urbaine de Nosy-Be.

Chapitre II : Apports du tourisme au développement durable


Ce chapitre a pour intérêt de marquer les retombées socio-économiques et
environnementales du secteur tourisme dans la commune de Nosy-Be. Il se subdivise en
trois grandes sections à savoir, les effets sociaux, les effets économiques et l’apport
environnemental du secteur dans la commune.

2-1 : Effets sociaux

La présente section se rapportera sur les apports sociaux du secteur à travers la


création d’emploi et la génération de revenus et des aides apportés par des partenaires
étrangers grâce au développement du secteur.
38

2-1-1 : Créateur d’emplois


La contribution du secteur « Tourisme » dans l’économie ne se limite pas
seulement en apport en devises. Il est aussi un secteur générateur de l’emploi. Concernant
les effets du développement du tourisme sur le niveau d’emploi, nous allons distinguer
trois effets : les emplois directs générés par le tourisme, les emplois indirects et les
emplois induits.

Les emplois directs sont des emplois qui correspondent à des emplois purement
touristiques, des emplois créent suite à la demande des touristes. On y trouve par exemple
les emplois créés suite à la création d’un établissement hôtelier, les guides touristiques.

Les emplois indirects quant à eux sont des emplois créés dans les activités
concourant à la satisfaction de la consommation touristique intérieure dans d’autres
secteurs. Ce sont donc des emplois qui correspondent aux emplois créent dans les
entreprises, autres que les entreprises touristiques productrices des biens et services
consommés par les touristes. On peut citer par exemple le commerce, l’agriculture et
l’artisanat. Autrement dit, ce sont des emplois créés, suite à la réponse d’une demande
induite du secteur touristique. Les emplois créés dans les secteurs d’activités liées à
l’activité touristique telles que les activités liées aux investissements touristiques (par
exemple : la création des hôtels entraînant une création d’emploi dans le secteur de
bâtiment et travaux publics) peuvent également être considérés comme des emplois
indirects.

Il est manifesté que le secteur tourisme dans la commune urbaine de Nosy-Be de


par son activité crée des emplois dans la commune. En effet, selon les statistiques
obtenues auprès du Ministère du Tourisme et de l’Artisanat pendant l’année 2018, la
commune urbaine de Nosy-Be abrite 196 établissements formels qui offrent des chambres
(hôtels, auberges, pensions de famille, relais, gîte et écolodge). Ainsi, c’est grâce à ce
secteur qu’actuellement des activités professionnelles donnant lieu à des travaux
rénumérés qui font vivre plusieurs personnes.

Enfin, le développement du secteur « Tourisme » exerce un effet sur d’autres


secteurs économiques. Ainsi, les emplois induits sont des emplois créés dans d’autres
secteurs de l’économie du fait de la demande de la consommation générée par les revenus
gagnés par les salariés du secteur touristique. Ces emplois induits peuvent donc concerner
tous les secteurs d’activité.
39

2-1-2 : Aide médicaux et soutiens éducatifs


Plusieurs organismes, associations et aides nationaux et internationaux sont
implantés dans la Commune urbaine de Nosy-Be qui a pour but de promouvoir le
tourisme.
Ces organismes œuvrent principalement dans les domaines de l’aide médicale, du soutien
éducatif et tourisme rural. Le principal objectif de cette association est de contribuer à un
développement durable par le tourisme et global de la grande île en collaborant
étroitement avec les populations locales.

Ces principales réalisations consistent en la construction de 44 bornes d’eau potable, la


réhabilitation d’écoles et, formation en menuiserie, maçonnerie, restauration, la création
d’une pépinière d’arbres fruitiers et des plantes de reboisement. D’autres projets sont en
cours, à savoir la construction d’un centre de santé pour les villages montagnards, la
formation pédagogique des enseignants et l’apprentissage de langue française et anglaise.

2-1-3 : Générateur de revenus


Depuis la création de nombreuses entreprises touristiques et l’arrivée des touristes
dans la commune urbaine de Nosy-Be, des emplois se créent. Il en ainsi des hôtels et des
restaurations des établissements de voyage et des animations touristiques qui génèrent des
rémunérations des employés. Le tableau ci-après indique le nombre des personnes
bénéficiant de la rétribution du secteur tourisme.

Tableau 6 : Nombre des personnes bénéficiant de la rétribution du secteur tourisme.


Agriculteurs et Artisans Établissements
touristiques
Éleveurs

Nombre 120 12 168

Source : Association des jeunes dynamiques de Nosy-Be, 2018

Il peut être déduit que le secteur tourisme génère des revenus à la population de la
commune urbaine de Nosy-Be avec 300 personnes qui bénéficient de sa rétribution. En
outre l’achat des produits par les touristes et l’approvisionnement en matière première des
hébergements touristiques ont accordé des ressources de revenues durables pour les
groupes d’éleveurs, agriculteurs.
40

Outre, la contribution du secteur tourisme sur le plan social est basée aussi sur la
répartition des revenus comme ce tableau suivant la montre :

Tableau 7 : Dépendance entre le travail et le niveau salarial


Niveau de Non [150000- [200000- [300000- [50000010000 [100000 TOTAL
salaire travail réponse 200000 300000 500000 00 0
A A A Ar] Ar[
r] r] r]
Non réponse 1 0 0 0 0 0 1

tourisme 3 12 3 5 4 5 32
agriculteur 3 1 3 2 5 0 29
6
pêcheur 0 1 5 4 1 2 13

commerçant 0 5 5 7 1 0 18

fonctionnaire 0 0 3 4 5 2 14

TOTAL 7 34 19 22 16 9 107
Source : Auteur, 2019

Suivant le résultat d’enquête analysé qui affiche sur ce présent tableau, on a observé que
le secteur tourisme contribue majoritairement. Il joue le rôle générateur de revenu en
tenant jusqu’au 32% des résultats par rapport aux autres secteurs d’activités. Donc ce
secteur apporte le développement sur le plan social plus que d’autres secteurs dans la
commune urbaine de Nosy-Be.

travail x Niveau de salaire

32
5
5
4
2
5 3
1
3
7 2
2
16 1
12 5
4 5
4
5
5
0 3 3 3
1 1
Non réponse tourisme agriculteur pêcheur commerçant fonctionnaire

Non réponse[150000- 200000Ar][200000-300000Ar]


41

[300000-500000Ar][500000-1000000Ar][1000000Ar[

Figure N° 9 : Croisement de niveau salarial avec le travail

Source : Auteur, 2019

Cette figure représente la part de chaque branche d’activité au niveau de revenu de


chaque ménage. A partir des résultats d’enquête analysé qui affiche sur cette figure, on
peut confirmer que le secteur tourisme contribue d’une manière majoritaire au rôle
générateur de revenu de ménage. Mais, ce niveau de revenu est basé dans l’intervalle de
[150 000Ar200 000Ar] qui se trouve sur deux branches. Ce bas niveau de revenu est
marqué par le manque de qualification des travailleurs dans ce domaine.

2-2 : Effets économiques

Cette présente section aborde l’effet des activités touristiques sur trois niveaux du
domaine de l’économie. Premièrement, sur l’économie externe de consommation, ensuite
sur la stimulation de la croissance économique et enfin sur l’amélioration de la balance
commerciale.

2-2-1 : Économie externe de consommation


On parle l’économie externe de consommation sur la contribution du secteur
tourisme au développement dans la commune urbaine de Nosy-Be d’une manière entre
les touristes et la population locale. Cette externalité montre une réciprocité de
satisfaction d’une part pour les touristes et d’autre part à ceux des populations locales. Ici,
l’économie externe se présente d’une manière très claire parce que, quand
l’administration de la commune et ceux des intervenants comme des propriétaires d’hôtel
aménagent le territoire, cela privilégie en premier lieu la population locale avant qu’elle
prétende de satisfaire les touristes. Et, grâce au service rendu par les autorités et les
propriétaires d’établissement hôtelier que les peuples locaux peuvent profiter d’en tirer
profit. L’exemple, grâce à la connaissance des populations locales des bons coins de l’île
qu’ils peuvent guider les touristes d’en visiter, et cela apporte beaucoup d’avantage aux
populations locales. Ainsi, la notion d’externalité favorise l’économie de la commune par
la réciprocité de satisfaction que les intervenants ont gagnée d’une part la population
locale et d’autre part, les touristes.
42

2-2-2 : Stimulation de la croissance économique


La croissance économique désigne la variation positive de la production de biens
et de services dans une économie sur une période donnée, généralement une période
longue. En pratique, l’indicateur le plus utilisé pour la mesurer est le produit intérieur brut
ou PIB. Il est défini comme la valeur totale de la production interne de biens et services
dans un pays donné au cours d’une année donnée par les agents résidant à l’intérieur du
territoire national [23].

Le tourisme stimule la production de biens et de services dans une large gamme de


secteurs, comme la construction, l’artisanat, les pierres précieuses, financiers, les hôtels et
les autres types d’hébergement génèrent une activité économique à travers des liens en
amont et en aval avec l’agriculture et la pêche.

Les touristes eux-mêmes, à travers leurs dépenses personnelles dans et en dehors des
hébergements touristiques, créent une demande en matière de transport, de
télécommunications, de services médicaux, de sécurité et de commerce de détail.

Ce tableau ci-dessous présente la contribution du secteur tourisme ainsi que des autres
secteurs d’activités sur l’économie de la commune urbaine de Nosy-Be :

Tableau 8 : Contribution des quelques branches d’activités


Nb. Fréq.
travail cit.

Non réponse 1 1,0%


tourisme 32 32,0%
agriculteur 29 29,0%
pêcheur 13 13,0%
commerçant 18 18,0%
fonctionnaire 14 14,0%
TOTAL 100
OBS.
43

Source : Auteur, 2019

Selon les résultats d’enquête, ce présent tableau montre que le secteur tourisme apporte
une importante contribution dont 32% sur l’économie de la commune urbaine de Nosy-
Be.
Ensuite, l’agriculteur tient la deuxième place ainsi que des autres secteurs d’activités.

2-2-3 : Amélioration de la balance commerciale


Le secteur tourisme participe à l’amélioration de la balance commerciale de
Madagascar par le biais des entrées ou l’exportation de devises des touristes. A noter que
la balance commerciale d’un pays est l’élément de comptabilité nationale qui répertorie et
résume ses exportations et importations de biens, et de services marchands. Le tableau qui
suit fait de l’apport en devises des touristes en 2014.

Tableau 9 : Indicateur du secteur tourisme à Madagascar


Période Arrivées des Apport en devises
visiteurs des visiteurs
nonrésidents
nonrésidents UM :
Milliard

Aout 2014 18 680 37.54

Septembre 2014 18 195 36.27

Octobre 2014 21 378 47.04

Source : MTTM/Services des statistiques, 2014

Pendant ce trimestre de l’année 2014, le mois d’octobre a montré le plus haut indicateur
d’arrivée des touristes et des devises il enregistre une hausse de 3 points par rapport au
deux précédant mois suite à l’apparition de l’épidémie peste. Ensuite, cette augmentation
a amélioré en même temps l’apport en devises du même mois. Ses gains de devises
permettent donc à Madagascar de réduire son énorme déficit commercial. À noter que la
balance commerciale de Madagascar est fortement déficitaire depuis des années
[Annexe].

2-3 : Apport environnemental

Le respect de l’environnement est l’un des piliers et la plus importante du concept


de développement durable. Ainsi, sur la commune de Nosy-Be, ce secteur apporte
44

beaucoup de développement en matière environnementale par intermédiaire de lutte


contre la déforestation, pprotection des écosystèmes fragiles par la création des sites
touristiques et aires protégées et enfin la promotion rurale via le tourisme.

2-3-1 : Lutte contre la déforestation


La création de l’écotourisme de Nosy Sakatia et de Nosy Komba en une Tourisme
villageoise par le projet qui se réfère au schéma directeur du tourisme durable de 2015
proposé par la coopération entre une société du fondation suisse d’Ambatozavavy et de la
commune urbaine de Nosy-Be ont réduit les feux de brousse dans ces districts.

Prenons le cas des zones couverte des savanes en partie Nord de Nosy-Be : une zone où
les feux de brousse sont en répétition. Presque 30% de la superficie ont été brûlées. Des
feux sont parfois allumés par les bergers pour avoir, selon la perception locale, des
pâturages plus frais et plus verts. Le feu est aussi utilisé par les agriculteurs pour
débarrasser leurs champs des mauvaises herbes. Le feu est à l’origine de la réduction de
la superficie de la forêt dense humide [15]

En mettant en place l’écotourisme, le secteur tourisme dans la commune urbaine de Nosy-


Be participe à l’entretien des forêts et lutte contre le feu de brousse. Vu que l’écotourisme
est un voyage responsable dans des environnements naturels où les ressources et le
bienêtre des populations sont préservés [30].

2-3-2 : Protection des écosystèmes fragiles par la création des sites


touristiques et aires protégées
La Commune urbaine de Nosy-Be vient d’avoir une nouvelle aire protégée : Arbre
sacré par le conseil du gouvernement du mardi 21 avril 2015, dont le but de préserver
l’environnement et de faire un produit touristique. En 2009, 1 500 hectares d’aire
protégée ont été créés dans des différents arrondissements de la commune de Nosy-Be
[17].

La création des aires protégées est constituée de trois zones : une zone de conservation
stricte appelée le noyau dur, une zone tampon et une zone périphérique [5] :

Le noyau dur consiste en une zone sanctuaire d’intérêt biologique (écosystème fragile).
Les activités, les entrées et la circulation y sont restreintes et réglementaires. Seuls la
patrouille et les travaux de recherche liés à la conservation des biodiversités y sont
autorisés.
45

La zone de tampon est un espace dans lequel les activités sont réglementées afin de
protéger le noyau dur et garantir les destinations économiques de ces composantes. C’est
aussi dans cette zone que l’on pratique l’écotourisme.

La zone périphérique comprend les champs de culture, pâturage et les activités de


reboisement.

Par ailleurs, la création des aires protégées assure la protection de l’environnement tout
en garantissant la destination économique en minimisant la dégradation environnementale
par les différentes zones de conservation.

Selon l’enquête concernant le moyen de contribution du secteur tourisme au


développement de l’environnement, le tableau ci-dessous montre les résultats :

Tableau 10 : Apports du secteur tourisme au développement de l’environnement


Nb. cit. Fréq.
Moyen d'amélioration

Non réponse 56 56,0%


Réalisation d'un air protégé 33 33,0%
Réalisation d'une parc 33 33,0%
suivi des normes hôteliers 40 40,0%
aménagement des déchets 31 31,0%
TOTAL OBS. 100

Source : Auteur, 2019

Ce présent tableau montre les résultats d’enquêtes concernant l’apport du secteur


tourisme au développement de l’environnement. Malgré l’effort des certains hôtels dans
le développement de celle-ci, mais en général le secteur tourisme contribue plutôt à la
dégradation qu’à l’amélioration de l’environnement.

Alors le tableau suivant va montrer le rapport entre la pollution et l’amélioration de


l’environnement selon les résultats d’enquête obtenus.

Tableau 11 : Croisement entre les facteurs de pollution et les moyens d’améliorations


Moyen d'amélioration Non Réalisati Réalisati suivi aménage TOTAL
réponse on d'un a on d'une des ment des
ir protég parc normes déchets
Facteur de pollution é hôtelier
s
Non réponse 4 0 0 0 0 4
hôtellerie 34 27 28 33 24 146
industrie 17 14 15 15 12 73
transport de la voie maritime et 29 11 11 16 14 81
terrestre
46

manque d'infrastructure 23 14 12 16 12 77
TOTAL 107 66 66 80 62 381
Source : Auteur, 2019

Pour mieux expliquer les données d’analyse obtenue dans ce tableau ci-dessus, il est
important de le montrer sur le graphique afin de pouvoir faire sortir des commentaires
importants sur le contexte. Ainsi la figure suivante montre les résultats analysés obtenus
concernant les facteurs de pollution et les moyens d’améliorations par une enquête.
Facteur de pollution x Moyen d'amélioration

146
24

33

28 14
12 12
16 16
15
27 11 12
15
11
14
14
34 29
17 23
0
4
Non réponse hôtellerie industrie transport de la manque d'infr
voie maritime et astructure
terrestre

Non réponseRéalisation d'un air protégé


Réalisation d'une parcsuivi des normes hôteliers
aménagement des déchets

Figure N° 10 : Les facteurs de pollution avec les moyens d’amélioration

Source : Auteur, 2019

Cette présente figure mise en exergue la contribution des activités touristiques ainsi que
des autres branches d’activités. Elle montre le rapport entre la pollution et l’amélioration
de l’environnement par chaque branche d’activité. Alors, on a observé que le secteur
tourisme est le majeur facteur de la pollution avant les transports et il est aussi le premier
réparateur au niveau de l’environnement. Ces moyens sont basés par le suivi des normes
hôtelières ainsi que des réalisations des parcs et des aires protégés afin de se rapprocher à
la durabilité.

2-3-3 : Promotion rurale via le tourisme


En 2008, une association villageoise qui pratique le tourisme rural dans la région
entraîne la promotion rurale à Nosy-Be. À noter que 4 zones ont été bénéficié de cette
forme de tourisme. Voici les listes de ces sites : Mahatsinjo, Sakatia, Mont Passot, Nosy
Komba.
47

Afin de pouvoir réaliser la promotion du tourisme rurale et d’assurer la promotion


rurale, un gîte rural a été aménagé. Les populations au cœur de ces villages pour héberger
les touristes et le villageois ont suivi une formation en métier de guide touristique et
bénéficient également de cours de cuisine, d’animations, Françaises et Anglaises.

En attirant les touristes par les paysages à couper le souffle (grottes et piscine naturelle.)
De l’entourage de ces villages, le savoir-faire local et les us et coutumes qui suscitent
l’intérêt du touriste, l’artisanat (broderie, poterie et les pierres précieux.), la cuisine
malgache traditionnelle qui vient directement des producteurs ruraux. Le villageois peut
profiter des achats des produits artisanaux des touristes et l’approvisionnement des
matières premières pour la cuisine.

En conclusion, il a été montré que le secteur tourisme dans la commune urbaine de


Nosy-Be produit des impacts positifs non négligeables en terme socio-économique et
environnemental entre autres l’amélioration de la balance commerciale, la création
d’emploi pour la population locale, et enfin la sauvegarde de l’environnement.

Chapitre III : Force, opportunité, menace et faiblesse du secteur tourisme


Il sera traité tout au long de ce chapitre les avantages et les contraintes du secteur
tourisme de la commune dont l’État et le secteur privé devront minimiser et exploiter. On
verra en premier lieu, les forces et opportunités dans la commune urbaine de Nosy-Be,
ensuite les faiblesses du secteur tourisme et enfin les menaces du secteur tourisme dans la
commune urbaine de Nosy-Be.

3-1 : Forces et opportunités dans la Commune urbaine de Nosy-Be

À travers de cette section, il sera rapporté sommairement l’harmonisation avec le


PND et PRD, l’implantation d’un centre Fruit de Madagascar, le basculement de la TNT.

3-1-1 : Harmonisation avec le PND et PRD et le retour à la stabilité


politique
Après l’élection, le retour à l’ordre constitutionnel est plus au moins ressenti à
Madagascar. Ceci reflète la volonté politique réelle des dirigeants locaux entre autres la
relance du secteur tourisme dans la PRD [Annexe], la séparation du pouvoir entre le Chef
de région qui consiste à développer socialement et économiquement la région et le Préfet
qui représente l’administration centrale au niveau de la région. Dans ce sens, la
décentralisation du pouvoir contribue à accélérer les actions pour développer le secteur.
48

Le PND et la PRD favorisent le développement du secteur tourisme. En effet l’État a


instauré une ligne directrice pour revitaliser le développement socio-économique du
pays : Plan National de Développement (PND) en raison de la crise qui a donné un
problème de pilotage de l’économie et les partenaires techniques et financiers s’accordent
à souligner l’importance de la disponibilité d’un référentiel national pour mieux aligner
leurs aides.

Cinq axes stratégiques sont dégagés de la mise en relation du diagnostic, des grandes
orientations de l’État et des aspirations nationales entre autres l’axe N° 3 concernant la
croissance inclusive. L’axe N° 3 vise la promotion des secteurs dits stratégiques et
porteurs
(tourisme). De ce fait, l’Axe3 validera et apportera les aides financières étrangères et
appuiera à la planification de la réalisation des activités prioritaires pour relancer le
secteur. 3-1-2 : Implantation d’un centre Fruit de Madagascar et l’extension de
l’aérodrome
Les restaurants et grands hôtels locaux ont des besoins exprimés en fruits et
légumes. Leurs exigences reposent surtout sur la constance de la qualité, la régularité de
l’approvisionnement et la salubrité des produits offerts. Par ailleurs, dans le cadre de la
promotion du tourisme, ils s’efforcent d’attirer les clients par l’octroi de produits de haut
de gamme, en particulier les produits bios qui commencent à être de plus en plus
demandés.

L’implantation d’un centre Fruit de Madagascar dans la commune de Nosy-Be permettra


de surmonter ce problème de qualité et de satisfaire les besoins des consommations des
touristes. Le Centre Fruit de Madagascar est un centre qui va vendre ses services aux
opérateurs économiques pour des opérations de Jus, entreposage, stockage froid,
transformations légères, laboratoires, service phytosanitaire de toute sorte de fruits.

Grâce au partenariat public-privé entre les investisseurs venant d’étranger et l’État un


aérodrome du critère international a été fait. Il a pour rôle d’assurer l’exportation des
produits issus des industries et surtout le moyen d’accueillir les touristes de masse. Par
ailleurs, cet aérodrome garantit le transport aérien des touristes de la commune de
NosyBe.
49

3-1-3 : Basculement de la TNT et manifestations socio-économiques


La commune urbaine de Nosy-Be est l’une des communes qui bénéficient du
basculement de la TNT à Madagascar. Mais à défaut de financement le projet ralentit. S’il
faut rappeler le calendrier, tous les conventions ou contrats qui permettront à la Grande-
Île d’y accéder au basculement, devraient être finalisés au plus tard au mois de décembre
de l’année 2015. Le basculement de la TNT dans la commune urbaine de Nosy-Be a un
impact important sur le secteur tourisme principalement sur le plan marketing et
information.

Dans le but de développement socio-économique de la commune urbaine de Nosy-Be,


des manifestations culturelles, des festivals socio-économiques tels que : Donia,
Somarôho, Libertalia et Symphonie de Nosy-Be, se présentent chaque année. Ces
manifestations suscitent l’attirance des touristes dans la commune grâce à ses différentes
fêtes et la vente des produits locaux. Ainsi, les évènements culturels et socio-
économiques de la commune urbaine de Nosy-Be participent à l’essor du secteur
tourisme.

3-2 : Faiblesse du secteur tourisme

Il est ici entendu par « faiblesse » : la faiblesse au niveau de l’État, d’infrastructure


et d’offre touristiques.

3-2-1 : Faible promotion de l’État


La promotion des investissements relève du Ministère et la Direction Régionale du
Tourisme et de la Promotion de l’Artisanat, qui dispose d’une Direction de la promotion
des investissements, mais ses fonctions semblent être purement administratives et ne sont
pas conçues pour promouvoir l’investissement d’une façon proactive.

En outre la commune urbaine de Nosy-Be ne dispose pas d’une représentation à


l’extérieur pour la promotion des investissements ou la commercialisation de la
destination, l’activité étant assurée par les Ambassades et les autres délégations. Les pays
qui ont du succès dans le tourisme combinent normalement les efforts et les financements
des secteurs publics et privés pour promouvoir le pays et la commune. Tous ces
évènements ont alors d’obstacle pour le développement du secteur.
50

3-2-2 : Faible infrastructure de base et l’insécurité


Le secteur tourisme dans la commune urbaine de Nosy-Be dépend énormément
chaque composante de l’infrastructure nationale et régionale comme : route, centrale
électrique et approvisionnement en eau. L’efficacité de ses infrastructures affecte
également les bénéfices d’exploitation des établissements d’hébergement, à éviter la
pollution exemple l’utilisation de bois pour faire des charbons afin d’attirer les touristes.
L’approvisionnement en eau dans les zones éloignées de la commune consiste encore un
obstacle de taille. Dans cet ordre d’idée, le secteur n’est pas à l’abri de la mauvaise
infrastructure communale.

Actuellement, la sécurité dans la commune semble être adéquate à Nosy-Be, cependant,


les dix derniers mois, la problématique sécuritaire sur le territoire semble engendrer la
baisse de l’affluence touristique. Dès le 14 avril 2018, l’agence consulaire a avancé des
chiffres alarmants correspondant à l’insécurité régnant à Nosy-Be. Elle a ainsi enregistré
sept agressions physiques de ressortissants français résidents et non-résidents. Les
agresseurs, en majorité armée de coupe-coupe, ont visé les sacs contenants des liquidités.
Tous ces vols au titre se sont passés dans le quartier Madirokely ou ses environs, un
endroit réputé mondialement par son animation et le plus fréquenté par les « Vazaha »
(étrangers). 3-2-3 : Vérification des hypothèses
Après avoir analysée la contribution du secteur tourisme sur le développement durable de
la commune urbaine de Nosy-Be, les résultats de l’enquête et l’observation sur la
situation empirique prouve que :

L’hypothèse 1 est vérifiée : ce qui fait que 32% de contribution sur l’économie de la
commune urbaine de Nosy-Be est apporté par le secteur tourisme. Alors que ce secteur se
développe avec quelques secteurs comme transport, commerce, agriculture, pêche. Donc,
il entraine la croissance économique en considérant le pôle de croissance de François
Perroux.

L’hypothèse 2 est semi-vérifiée : puis que le secteur tourisme contribue sur l’économie
local comme source de revenu. Mais d’autre part il entraine la marginalisation de culture
locale par des étrangers, l’attrait d’argent facile et surtout le tourisme sexuel. Donc sur le
plan social, il entraine le développement mais menace l’avenir de générations futures.
51

L’hypothèse 3 est confirmée : le résultat de l’enquête prouve que 56% des personnes
enquêtés ont répondu sur l’effet négatif apporté par les activités touristiques. Aussi, les
résultats d’entretien confirment que les activités touristiques consomment beaucoup et en
plus dégagent des polluants sur l’environnement.

3-3 : Menace du secteur tourisme

Les menaces qui frappent le secteur tournent généralement sur le niveau social
autour du tourisme sexuel, la route, les aléas climatiques et la prolifération du secteur
informel et le manque de financement des entreprises touristiques.

3-3-1 : Au niveau social


Au niveau social, cette menace apporte atteinte sur deux dimensions différentes comme le
tourisme sexuel et l’attrait d’argent facile ainsi que le phénomène de déculturation causé
par l’effervescence touristique.

a) Tourisme sexuel et l’attrait d’argent facile

Comme Nosy-Be est une première destination du tourisme, le tourisme sexuel


s’introduit progressivement à Nosy-Be à cause des situations sociales difficiles des
parents impliquant la non-application de la loi. Deux facteurs qui favorisent l’expansion
du tourisme sexuel. L’exploitation sexuelle des enfants consiste à faire participer un
enfant à des activités sexuelles. Une telle exploitation se présente sous deux formes :

– Activités Sexuelles sur les Enfants (A. S.E) : viols, attouchements, et

– Exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales (E.S.E.C) : la


population locale ciblée âgée de 10 à 20 ans en est victime. Ici, le jeune enfant et/ou la
jeune fille sont traités comme un objet sexuel et un objet commercial. Ils sont utilisés
par des activités sexuelles visant la satisfaction des besoins sexuels des touristes.
Selon les responsables de l’UNICEF (2008) :

Selon les études sur l’exploitation sexuelle des enfants dans les sites touristiques et sites
d’exploitation minière à Madagascar UNICEF en 2008 avait constaté que la prostitution
est la forme d’E.S.E.C la plus rencontrée (79,9 %), suivie du tourisme sexuel impliquant
des enfants (TSIE, 56,5 %), dont 84,6 % avec des étrangers. 43,8 % des enfants victimes
d’exploitation sexuelles sont victimes du tourisme sexuel avec des étrangers. 34,8 % ont
été exploités pour la première fois l’âge de 15 ans. Ces pourcentages concernant
52

l’E.S.E.C représente 69 cas des enfants et jeunes étudiés. Ce phénomène a une


conséquence grave pour les jeunes Nossibéens, là où leur avenir risque d’être menacé.

Déclaration de Monsieur Manasoa, vice-président du fokontany d’Ambatoloaka :


Beaucoup des touristes arrivent à Nosy-Be font du tourisme sexuel à l’endroit des enfants
mineurs. Moins personnellement, j’ai vu un vieil étranger de 70 ans ayant fait une relation
sexuelle avec une jeune fille de 17 ans à l’hôtel proche.

Dans l’un ou l’autre cas, l’attrait d’argent facile apparaît comme un des vecteurs
essentiels de ce genre de prostitution. Cas que l’on retrouve plus particulièrement à
l’arrivée d’un bateau touristique à Nosy-Be : beaucoup de jeunes élèves désertent les
cours, pour vendre les objets de valeurs aux touristes : les caméléons, les objets de
sculpture. Il y en a qui se font des guides touristiques. Ici, les études semblaient perdre
leur valeur sociale, au profit de l’euro qui a une emprise sur les jeunes Nossibéens.

L’attrait d’argent facile est aussi un problème considérable pour l’éducation des jeunes de
Nosy-Be. À l’arrivée d’un bateau touristique à Nosy-Be, beaucoup d’élèves désertent leur
classe ils vont vendre le caméléon, les sculptures, l’artisanat aux touristes et font le guide.
Mais le touriste détourne les enfants en leur donnant de l’argent, favorisant l’attrait de la
culture touristique.

b) Effervescence touristique et phénomène de déculturation

Le nombre sans cesse croissant des vols aériens et des voyages touristiques
par bateau et par voie terrestre vers l’île au parfum renforce l’importance de la mobilité
humaine, laquelle s’accentue relativement au rythme du développement du tourisme. En
effet, l’effervescence touristique, que connaît actuellement Nosy-Be, tend à modifier,
outre les aspects physiques du milieu, la situation socioculturelle des communautés
locales. Ces mêmes problèmes se manifestent autrement au niveau de l’occupation de
l’espace : les plages sont, traditionnellement tenues pour des débarcadères naturels des
pêcheurs ; ce sont parallèlement des zones de circulation libre des populations riveraines.
À l’heure actuelle, la plupart des plages situées en face des structures hôtelières sont
devenues des propriétés privées où tout accès est interdit. Dans un contexte du
développement touristique, les risques de squattérisassions (liés au phénomène
d’occupation illicite) et de la spéculation foncière pourraient s’amplifier
53

3-3-2 : Non-accessibilité des réseaux routiers et manque de financement pour


les entreprises locales.

La succession de la crise sociopolitique a entraîné l’insécurité dans toute la région


de Madagascar. Des attaques fréquentes des ressortissants par les bandits persistent sur la
les zones éloignées et parfois dans les zones réputées. Le secteur tourisme se retrouve
confronté à ce problème qui repousse l’arrivée des touristes dans la commune.

Le chemin menant à différents sites touristiques, se trouve actuellement face à des


difficultés en matière d’infrastructures, mettant en péril, non seulement les activités
touristiques, agricoles, mais également l’accessibilité de la localité. Résultat : la
destruction de la route qui mène vers un enclavement de toute la localité, chaque saison
de pluies. La destruction fut persistée après le passage des cyclones. Presque de la moitié
des chefs-lieux de commune de Nosy-Be sont accessibles en voiture légère.

La plupart des entreprises ne peuvent pas avoir accès aux crédits bancaires et
quand elles le peuvent, les coûts sont élevés. Généralement, les banques ne prêteront pas
aux petites sociétés, aux entreprises d'artisanat, qui ne disposent pas de ressources
importantes. Du fait que les banquiers considèrent que l'environnement des affaires est
trop risqué pour faire des prêts d'affaires importants. Le crédit est restreint à cause du
manque à la fois d'informations et de mécanismes d'application de la loi. Il s’en suivrait
des faillites et la fermeture des

3-3-3 : Aléas climatiques et prolifération du secteur informel.


Le climat affecte de façon marquée les arrivées de touristes pendant les trois
derniers et premiers mois de l'année, ce qui est dommage parce que cela serait le meilleur
moment pour attirer les touristes à cause de la saison inverse en Europe du nord. L'hiver
dans le nord crée un exode de touristes, mais coïncide avec l'insupportable saison des
pluies à Madagascar. De janvier en mars, la saison humide restreint le tourisme à cause
des pluies battantes, des rivières en crue et des routes endommagées qui peuvent rendre
certains déplacements terrestres impossibles. En revanche, les populations locales qui
travaillent sur ce secteur subissent cette terrible variation. C’est pour cette raison que
presque 25% de travailleur sur ce secteur sont frappés par chômage technique et 10%
pour d’autres secteurs ont perdu le travail durant la basse saison ou la saison de pluie.
54

Plusieurs personnes sont devenues chômeur après la crise sociopolitique de 2009 ceux qui
a entraîné la monté des marchands ambulants. Cette prolifération du secteur informel sur
la route dans la commune de Nosy-Be gêne la circulation des touristes. Et en outre, ces
petits marchands ambulants détruisent l’image de la commune. Au bout du compte,
l’attraction des touristes par l’image de la commune tant escomptée en serait loin d’être
atteint.

En guise de conclusion, il est apparu que la majorité des problèmes et des faiblesses du
secteur tourisme dans la commune de Nosy-Be proviennent de l’État qui se trouve
paralysé par l’instabilité politique et la dégradation des infrastructures de base.

Conclusion partielle : Il en est ainsi l’état de lieux, de constatation à travers lequel il a été
l’environnement du secteur tourisme à Madagascar et plus précisément dans la commune
de Nosy-Be, ainsi que les impacts positifs et les problèmes du secteur. On peut en
conclure que le secteur apporte beaucoup de changement sur la société locale en ce qu’il
apporte en premier lieu la ressource de revenu locale, l’apport sur la rénovation de
l’environnement par différent type d’activité. Outre, à part du côté positif du changement
apporté par le secteur tourisme dans la commune de Nosy-Be, il a aussi des faiblesses
ainsi que des menaces qui peuvent entraîner les activités touristiques dans la commune de
Nosy-Be en déclin. Pour cela, la partie suivante qui est la suggestion et la proposition de
solution va solutionner à des problèmes précédents afin d’en suggérer.

Troisième partie : Solutions et recommandations

Cette partie portera successivement sur les avantages à améliorer, les coûts à
atténuer et d’autres suggestions.

Chapitre I : Avantages à améliorer


Dans ce chapitre seront traitées les améliorations des avantages du secteur
tourisme dans la Commune urbaine de Nosy-Be. On entend par l’amélioration de la
compétitivité, l’amélioration des zones touristiques ainsi que des autres avantages à
améliorer.

1-1 : Amélioration de la compétitivité

À travers cette section, il sera exposé l’amélioration de l’image de Madagascar,


diversification des offres touristique.
55

1-1-1 : Création de l’image touristique de Madagascar et de la Commune


urbaine de Nosy-Be
Madagascar, en tant que destination touristique relativement jeune, ne possède pas
encore une image claire ou une position définie sur le marché du tourisme mondial.
L’image exacte de Madagascar, au niveau de marchés émetteurs spécifiques ou de
certains groupes de personnes, doit être déterminée avant l’élaboration et la mise en
œuvre de nouvelles stratégies de marketing.

Pour la commune urbaine de Nosy-Be, la description de tâche est de créer une image
synthèse des thèmes touristiques comme : la préservation de la nature. La publication
internationale du thème devra être analysée en profondeur. Par des sondages dans les
marchés émetteurs ciblés représentent un outil de recherche établi pour déterminer
l’image existante détaillée et définir les futurs objectifs. Les intermédiaires tels que les
tours opérateurs et les agents de voyage aideront aussi à cette même fin.

L’image véhiculée par ces sources d’information reflète leur perception et l’idée que les
touristes se font de la Commune urbaine de Nosy-Be avant d’y arriver. Cette première
impression, un des éléments fondamentaux pour le visiteur dans sa décision d’achat et
consommation, doit être particulièrement soignée par des actions promotionnelles
appropriées, régulières et bien ciblées, particulièrement la publicité en ligne.

1-1-2 : Diversification des produits touristique


Dans le contexte d’une concurrence féroce de destinations (Sainte Marie,
Majunga et Tamatave), la différenciation de l’offre et la diversification du produit
touristique jouent un rôle très important dans la lutte pour attirer des touristes. Les
destinations doivent offrir une large gamme d’options ou développer des liens avec
d’autres destinations capables d’offrir un produit.

Actuellement, l’attrait de la zone comme destination touristique se base presque


entièrement sur une diversité d’expériences naturelles. Ces expériences tournent autour
de la richesse de son capital naturel (faune et flore) et correspondent respectivement à un
tourisme naturel. La commune pourrait cependant augmenter son attraction en
diversifiant le produit offert tout en renforçant le tourisme naturel déjà établi, par le
tourisme de culture : visite monument et patrimoine culturel exemple le parc naturel
Lokobe, tourisme balnéaire : se faire des plaisirs au bord de la mer avec des belles plages
56

et tourismes des affaires vu que la commune de Nosy-Be est adéquate pour des
différentes activités touristiques.

1-1-3 : Rapport qualité, prix et performance du produit


Aujourd’hui le prix complet d’un voyage à Madagascar est encore assez élevé, surtout le
vol international (vu le monopole d’Air France et d’Air Madagascar pour les vols
internationaux et nationaux respectivement). Il est important qu’un bon équilibre soit
établi entre le prix et la performance et que le secteur du tourisme à Madagascar doit
œuvrer pour offrir un service de qualité très élevé avec des prestations à tous les niveaux.

Une politique sur la qualité doit être élaborée et mise en œuvre dans tous les secteurs
(par ex. l’hébergement). Cependant Madagascar doit à tout prix éviter de devenir une
destination bon marché. Des tarifs non contrôlés pourraient attirer un flot touriste de
basse qualité entraînerait des suites très nuisibles à l’environnement naturel et social.

1-2 : Amélioration des zones touristiques

Cette section traitera respectivement la réhabilitation des infrastructures de la commune


urbaine de Nosy-Be qui persiste à se dégrader.

1-2-1 : Amélioration des centres de formation le plus adaptée


A la suite de la fermeture du centre de formation professionnelle et supérieure
INTH, la jeunesse de Nosy-Be souffre également de l’inadéquation formation-emploi.
Une situation qui n’est cependant pas l’apanage de l’île étant donné que la problématique
est la plus ou moins généralisée dans le pays.

L’existence de formation professionnelle répondant aux normes et exigences


internationales serait la seule et l’unique solution pour faire face à la crise de l’emploi que
subissent les jeunes malgaches et de Nosy-Be actuellement. La situation profiterait
toutefois au secteur informel. Ce qui pénaliserait les jeunes diplômés des centres reconnu
et homologué par l’État. « Les jeunes issus des centres de formation informelle sont
recrutés par les hôteliers étant donné qu’ils acceptent les salaires (aussi bas soient-ils)
qu’on les propose » a déploré Jao Djao, jeune diplômé en Tourisme et Hôtellerie de
Nosy-Be. L’avenir de la jeunesse de Nosy-Be est incertain. Avec l’ouverture prochaine
de deux hôtels à cinq étoiles dans l’île, et les opportunités que cela représente en termes
57

de création d’emplois et de revenus, l’État devrait se pencher sur la question et écouter un


peu la voix des jeunes de la partie du Nord, particulièrement jeunes de l’île au parfum du
pays. La réouverture de l’INTH ne serait ainsi qu’un simple retour des choses.

1-2-2 : Révision de la classification hôtelière


La classification hôtelière permet de séparer les hôtels en différentes catégories d’après
un certain nombre de critères [Annexe]. C’est un outil de marketing important qui aidera
à améliorer les normes de qualité au niveau national [24]. Avec un tel système, les tours
opérateurs et les visiteurs sauront ce qu’ils peuvent attendre du service, de la qualité et du
prix. Les tarifs devront correspondre au nombre d’étoiles de l’hôtel.

Bien qu’il existe déjà un système de classification hôtelière à Madagascar, ce système


est extrêmement compliqué et restrictif et ne correspond pas toujours aux normes
internationales, ce qui entraîne la confusion des touristes [13]. Les visiteurs qui
choisissent un hôtel trois étoiles à Nosy-Be seront déçus si la qualité de l’hébergement ne
correspond pas à un hôtel trois étoiles à l’étranger.

1-2-3 : Aménagement des déchets (recyclage)


La commune urbaine de Nosy-Be possède actuellement 9 camions et celle
d’autres particuliers pour collecter les déchets solides de la commune. En ce qui concerne
la collecte des déchets solides, la commune urbaine de Nosy-Be possède 3 camions. Il y a
aussi l’EGEDEN qui fait la prestation d’un camion pour ce service, 3 camions pour
Tanana MADIO et 2 camions pour Dzamandzar. En 2016, la commune collecte 36 tonnes
de déchets par jours pour 91 567 habitants. Et, pour le projet de recyclage de ces déchets
solides, la commune a choisi deux lieux bien aménagés pour les décharges. Donc, le
projet de collecte et de recyclage est priorisé dans la commune vu le développement du
secteur tourisme nécessitant la salubrité du territoire et pour éloigner les épidémies. Le
tableau cidessous présentera la collecte des déchets de la commune.
58

AUTRES Particuliers

VEHICULE 3 CUNB

CAMION 3: Tanana MADIO


Série1

CAMION 2 dzamandzar

CAMION 1 préstataire
EGEDEN

0,00 4 000,00 8 000,00 12 000,00

Figure N° 11 : Ordures collectées en volume

Source : Service technique EGDN Nosy-Be, 2019

Cette entité se coopère avec la commune urbaine de Nosy-Be et faire la collecte de


toutes sortes des déchets de la commune et avec des autres particuliers. Et, il se focalise
au recyclage des déchets solide afin de garder la propreté de la commune.

1-3 : Autres avantages à améliorer

Les autres avantages à améliorer concernent l’aménagement des nouveaux sites et


aires protégées, l’amélioration des données statistiques et le soutien des entreprises
touristiques.

1-3-1 : Soutenir le développement des hôtels et restaurants


Les soutiens financiers à l’hôtellerie et à la restauration concernent surtout les
projets d’investissement et de rénovation. L’objectif de ces dispositifs est de soutenir les
actions de rénovation ou d’amélioration de la qualité de service auprès de la clientèle
[22].

L’État, les banques peuvent intervenir auprès des grands et des PME de l’hôtellerie et de
la restauration via de prêts et crédit d’impôt : Le Prêt Hôtellerie soutient des programmes
de rénovation d’hôtels comme les achats immobiliers. Ce prêt permet également de
financer des travaux liés à la rénovation.
59

Le Prêt Restauration s’adresse aux restaurateurs. Ce prêt soutient des programmes de


modernisation ou de mise aux normes, en lien avec l’amélioration du service à la
clientèle. Il peut également être mobilisé pour des projets de reprise de restaurant.

Pour assurer la promotion de l’investissement dans le tourisme, des mesures incitatives


devront appliquer par l’État : L’exonération fiscale sur l’impôt foncier, sur la propriété
bâtie puis la réduction de la taxe sur valeur ajoutée sur toutes les prestations touristiques
(15 % pour chambres et service, 5 % pour restauration et boissons).

1-3-2 : Importance des données statistiques de l’INSTAT


Le futur développement du produit touristique de la région devra se baser sur des
données provenant du secteur entier. Les données statistiques touristiques sont des outils
dans tous les aspects de la gestion stratégique du tourisme. Les statistiques touristiques
quantitatives sont importantes dans l’analyse des tendances actuelles, par ex. arrivés
touristiques. Les changements qualitatifs sont souvent détectés et illustrés par des
sondages de visiteurs détaillés et permettent d’adapter le produit et la stratégie de
marketing en conséquence. Pourtant à défaut de fonds et de personnel l’INSTAT de la
commune urbaine de Nosy-Be ne parvient pas à faire sa fonction normalement. Donc un
projet de financement et aide par l’État ou autre organisme devrait améliorer l’activité de
l’INSTAT qui aidera la collecte des données.

1-3-3 : Aménagement de nouveau site et aire protégée


Pour éviter la destruction des faunes et des flores dans une forêt naturelle par les feux de
brousse et le braconnage, la création des sites ou aires protégées est la solution pour
préserver l’environnement.

Ce dernier prendra alors les charges de l’aménagement des sites qui doit être
accompagné de la réhabilitation des routes et sentiers. Puis une zone où des mesures
particulières de gestion sont mises en œuvre, dans un objectif de protection, restauration
et gestion du milieu, des habitats naturels et des espèces.

Bref, ce chapitre sur les avantages améliorés a dégagé des propositions : l’amélioration
de la compétitivité, la réhabilitation des zones touristiques.
60

Chapitre II : Amélioration des points faibles


Dans cette section sera rapportée en bref l’incitation à l’implication de l’État dans le
secteur par la promotion de l’attraction des investisseurs étrangers.

2-1 : Incitation à l’implication de l’État dans le secteur tourisme

L’incitation à l’implication de l’État dans le secteur se rassemble autour de la mise en


place CST, le partenariat public-privée et l’amélioration organisation institutionnelle.

2-1-1 : Mise en place Compte Satellite du Tourisme


En 1993, les Nations unies ont appelé tous les pays à développer un Compte du
Tourisme Satellite (CTS) qui consiste à mesurer la taille des activités économiques qui ne
sont pas incluses de leur plein droit dans les comptes publics, dans le but de fournir une
mesure crédible de leur contribution à l’économie nationale.

À noter qu’un compte satellite est un cadre de présentation des données de l'économie
d'un domaine particulier en relation avec l'analyse économique globale du cadre central
de la comptabilité nationale, exemple éducation, tourisme, santé. L’objectif est d’en
informer les organes de décision de la politique gouvernementale et de décision
d’investissement du secteur privé. L’État devrait s’organiser pour mettre en place en CTS
de manière progressive dont l’intérêt consiste à concrétiser les retombées économiques du
secteur.

2-1-2 : Système 3P
Le partenariat public-privé (PPP) est un mode de financement par lequel une autorité
publique fait appel à des prestataires privés pour financer et gérer un équipement assurant
ou contribuant au service public. Le partenaire privé reçoit en contrepartie un paiement
du partenaire public et/ou des usagers du service qu'il gère.

Quand il s’agit de développer une région ou un pays, tous les efforts des différentes
entités doivent être conjugués et converger vers les mêmes objectifs. Les secteurs privé et
public doivent travailler et chercher des solutions ensemble. Nombreux sont les
opérateurs qui veulent œuvrer dans le milieu du tourisme.

Par ailleurs, n’ayant plus à soucier des aides et partenaire financière, le développement
du secteur tourisme dans la commune urbaine de Nosy-Be pourrait être atteint par le
système 3P à l’exemple : la réhabilitation concernera tout d’abord le parc marin de Nosy
61

Tanikely et celui de la réserve Lokobe. La BNI-CL a financé tous les travaux de


réhabilitation, le Ministère du Tourisme était le maître de l’ouvrage.

2-1-3 : Amélioration de l’organisation institutionnelle


Le Ministère du Tourisme devra être totalement responsable du développement du
tourisme, de la politique touristique et de son exécution. Ce tableau ci-dessous montre
quelques fonctions et tâches que le Ministère du Tourisme n’a pas pu réaliser à cause du
manque de personnel et du financement :

Tableau 12 : Fonctions et tâches du Ministère


Planification économique Attribuer les budgets pour les
fonctions exécutives : DRT et
ORTNB

Réglementation Développer et contrôler les


normes de qualité des services
touristiques

Améliorer le système de
statistique sur le tourisme

Décentralisation Augmenter le personnel en


région afin de répondre aux
besoins par exemple le contrôle

Promotion Promouvoir et encourager les


investissements locaux et
étrangers

Source : Données personnelles, 2019

D’une part, le Ministère du Tourisme devra représenter les intérêts de l’industrie du


tourisme dans tous les domaines relevant du Gouvernement, par exemple impôts, santé et
hygiène, éducation et formation, politique économique générale. D’autre part, il
représente les intérêts du Gouvernement en termes de réglementation et contrôle des
activités du secteur.
62

2-2 : Attraction des investisseurs étrangers

La présente section parlera en général sur l’investissement. Autrement dit, elle exposera
sur la recommandation à adopter dans le domaine investissement.

2-2-1 : Mesures incitatives pour les investisseurs


L’investissement étranger dans le tourisme conduit à un transfert de savoir et de
technologie dans le pays, ce qui pourrait avoir un impact sur la modernisation du secteur.
Les investisseurs ont maintes fois dit que leur décision de s’implanter à Madagascar se
base sur les mesures incitatives contenues dans la loi sur les entreprises franches. La mise
en application de ces textes de loi a réduit les coûts à la bureaucratie et à la paperasserie
administrative, en même temps que leurs responsabilités fiscales.

En contraste, le rapport affirme que les taxes élevées, l’application changeante des lois
et de la réglementation. Si les obstacles actuels à l’investissement disparaissent, la
réponse au niveau de l’offre devrait être la construction de nouveaux hôtels conformes
aux normes du tourisme international. Tout changement de la politique gouvernementale
pour encourager les nouveaux investissements doit ainsi être accompagné d’une
assistance aux petits hôtels existants, en particulier ceux qui appartiennent à des
nationaux.

2-2-2 : Mise en application du TIROM


Ce bureau sera responsable de la coordination des investissements touristiques à
Madagascar et représentera le pays à l’étranger. Le concept bureau et guichet unique est
la solution qui permettra de rassurer les étrangers voulant investir à Madagascar. TIROM
(Tourisme Investisseurs´ Relations Office Madagascar) sera indépendant du
gouvernement, mais doit être formellement reconnu par le gouvernement. Il sera financé
en partie par des subventions gouvernementales et en partie par les contributions
d’investisseurs (membres).

Le bureau guichet unique offrira un large éventail de compétences pour toutes les étapes
du processus et une base de données à jour (lois, régulations, mesures incitatives,
statistiques financières, géographiques, touristiques, programmes d’infrastructure,
possibilités de partenariat). Le bureau guichet unique créera un réseau au niveau de tout
le pays qui permettra d’élargir les possibilités de contact. Suite à l’implantation du
TIROM, il sera plus facile de s’investir dans le secteur tourisme à Madagascar [13].
63

2-2-3 : Réalisation d’une guide d’investissement


Un guide général d’investissement dans le tourisme à Madagascar présentera les
informations contextuelles les plus importantes liées au pays. Il parlera aussi des facteurs
économiques, de la politique du tourisme et présentera une vision des développements
futurs. Ce guide sera édité et mis à jour une fois par an pour inclure d’autres contacts et
les nouvelles promotions et activités de marketing. Il sera disponible en français et en
anglais.

Le guide d’investissement dans le tourisme présentera aux investisseurs potentiels, une


première vue générale compréhensive et compacte de Madagascar et de son industrie
touristique. Son but sera d’augmenter l’intérêt dans la destination et d’encourager le
lecteur à rechercher des informations supplémentaires. Le premier contact est
d’importance capitale et une impression de dévouement et professionnalisme devra être
créée [13].

2-3 : Amélioration d’autres point faible

C’est dans cette section se trouve les propositions relevant des réparations des
infrastructures notamment les réseaux de communication.

2-2-1 : Réparation des réseaux routière


Tous les tour-opérateurs ont fait mention de l’état incertain des routes sur quelques
circuits des trajets, y compris les plus parcourus. Des progrès ont été accomplis en
matière de réseau routier, grâce à des financements et aides étrangères, mais avec si peu
de routes praticables en tout temps dans la commune aussi vaste, plusieurs zones restent
inaccessibles. Même pendant la saison sèche, des parties de l’arrondissement à l’ouest et
à l’Est de route de ceinture ne sont pas facilement accessibles.

En un mot, le résultat est que la commune de Nosy-Be est accessible en voiture légère et
même pendant la période de pluie. En ce sens, il faudrait que l’État répare les routes
impraticables dans la commune urbaine de Nosy-Be.

2-3-2 : Baisse de tarif de la compagnie Air Madagascar


Les annulations de vols causées par l’indisponibilité des avions, le coût des billets
d’avion trop élevé, la grève, ne sont que des exemples parmi tant d’autres qui illustrent
ces difficultés [18]. Pourtant la compagnie aérienne doit être en parfaite santé surtout
64

chaque haute saison. Le coût du billet pour venir à Madagascar, est trop cher par rapport à
des destinations équivalentes, représente un frein à l’arrivée massive de touristes.

Pour y remédier, seules la baisse des tarifs et l’ouverture du ciel permettront d’attirer
une plus grande proportion de visiteurs étrangers, issus notamment des classes moyennes
des pays à revenus élevés. L’Air Madagascar devrait descendre sensiblement ses tarifs
surtout pour les vols nationaux.

Le président de l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) a même


préconisé que l’Air Madagascar fasse une campagne touristique en proposant par
exemple que les 100 premières places bénéficient (subjonctif) d’une réduction.

2-3-3 : Communication : source d’information pour les touristes


La promotion de la destination « Madagascar » reste insuffisante malgré certaines
initiatives et actions marketing entreprises par les agences de voyages et les compagnies
aériennes. Certains sites à l’intérieur de la région méritant le détour et semblent en effet
être délaissés par les touristes à défaut d’informations précises.

La multiplicité des sources d’information des visiteurs sur Madagascar permet de


mesurer l’étendue de la notoriété de la destination. L’image véhiculée par ces sources
d’information reflète leur perception et l’idée que les touristes se font de la commune
urbaine de Nosy-Be avant d’y arriver. Cette première impression, un des éléments
fondamentaux pour le visiteur dans sa décision d’achat et consommation, doit être
particulièrement soignée par des actions promotionnelles appropriées, régulières et bien
ciblées, particulièrement la publicité en ligne.

En un mot, l’atténuation des menaces et des faiblesses du secteur tourisme dans la


commune urbaine de Nosy-Be se résume sur l’appui de l’État et la promotion des
investisseurs étrangers et locaux.

Chapitre III : Recommandations


Ce chapitre montrera successivement sur le tourisme durable relatif à la RSE,
l’Écotourisme et la labélisation.

3-1 : Mise en vigueur de la Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE) pour


65

les établissements touristiques

Dans cette section seront traités la définition, l’intérêt dans la démarche de la RSE et
l’application.

3-1-1 : Responsabilité Sociétale d’Entreprise


Selon la définition de la Commission européenne : « Le concept de RSE est
l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et
environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties
prenantes » [Biblio]. La responsabilité sociétale (ou sociale) des entreprises (RSE) est un
concept dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales,
environnementales, et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec
leurs parties prenantes sur une base volontaire.

La RSE est donc la déclinaison pour l’entreprise des concepts de développement


durable, qui intègrent les trois piliers environnementaux, sociaux, et économiques. Elle a
été à l’ordre du jour du sommet de la Terre de Johannesburg en 2002, auquel ont participé
de grandes entreprises, en particulier françaises, des secteurs de l’environnement et de
l’énergie [25].

3-1-2 : Objectifs et l’intérêts de RSE


De par sa définition, la RSE concerne l’intégration volontaire par les entreprises de leur
rôle social, environnemental, et économique. Elle couvre, par exemple, la qualité globale
des filières d’approvisionnement, de la sous-traitance, le bien-être des salariés, leur santé,
l’empreinte écologique de l’entreprise.

Ceci reflète, en partie, la reconnaissance croissante de la nécessité de garantir l’équilibre


des écosystèmes, l’équité sociale et la bonne gouvernance des organisations. Au final,
toutes les activités des organisations dépendent à un moment ou un autre de l’état des
écosystèmes de la planète [4].

3-1-3 : RSE et les hébergements touristiques


Pour mettre en œuvre ces démarches, les entreprises touristiques devraient disposent de
différents référentiels ou autres outils de type « standards » ou « normes » portant sur les
thématiques sociales et environnementales. C’est le cas dans le domaine social des
normes ISO 9000 (sécurité) et SA 8000 (conditions de travail). Mais il existe aussi un
outil en matière d’environnement : la norme ISO 14000. Ces outils sont relativement
66

thématiques et techniques, tournés sur l’organisation, et donnent la plupart du temps


accès à une certification [4].

La réalité et la perception des performances d’une entreprise en matière de


responsabilité sociétale peuvent avoir une incidence sur ce qui suit, entre autres :

Tableau 13 : Action et gain de la RSE


Social Environnementale Économique

Action -Offrir une bonne -Traitement des déchets. -Développer des produits
condition sociale : congé, et de services répondant
Audit environnemental.
CNAPS etc. aux préoccupations
-Économie d’énergie : sociales et écologiques.
-Être attentif au bien-être
utilisation des énergies
personnel : -Respect des contrats.
renouvelables.
environnement sur et
-Donner la possibilité de
agréable. -Choisir des fournisseurs faire part de la satisfaction.
respectant des critères
-Faire connaître les écologiques stricts.
valeurs et l’engagement
de l’entreprise.

Bénéfice -Réduction de -Pour l’environnement : -Pour les clients : Relations


l’absentéisme. moins de pollution. commerciales durables.

-Pour les salariés : -Pour l’entreprise : -Pour l’entreprise :


motivation pour aller diminution des augmentation des clients,
travailler. dépenses : factures rivaliser la concurrence.
d’électricité.

Source : Données personnel, 2019

La RSE est outil clé, facteur de performance, exemple en fidélisant les employés par des
actions responsables telle l’amélioration de la condition de travail, et en améliorant les
images auprès du public ou les clients. Sur le plan environnemental, la RSE constitue un
levier d’excellence opérationnelle par les différentes mesures d’économie d’énergie,
réduction des déchets ou bien de recyclage des matériaux, lesquelles vont tous dans le
sens d’une éco-efficacité, source de rentabilité [32].
67

3-2 : Engagement de l’écotourisme dans la commune urbaine de Nosy-Be

Cette section traitera ce qui est de l’écotourisme, sa définition, son importance et


sa certification.

3-2-1 : Définition de l’écotourisme


L’Organisation Mondiale du Tourisme le définit quant à elle comme une forme de
tourisme « satisfaisant aux besoins présents des touristes et des régions hôtes, tout en
protégeant et en mettant en valeur les opportunités pour le futur. Il conduit à une gestion
des ressources qui remplit les besoins économiques, sociaux et esthétiques, tout en
maintenant l’intégrité culturelle, les processus écologiques essentiels, la diversité
biologique et les systèmes qui supportent la vie. »

En général, l’écotourisme ou le tourisme vert est une des formes du tourisme durable,
plus centrées sur la découverte de la nature (écosystèmes, mais aussi agrosystèmes et
tourisme rural), voire d’écologie urbaine (jardins écologiques, Espaces verts écologiques,
réserves naturelles urbaines et autres sujets du domaine de l’écologie urbaine...) [Biblio]

3-2-2 : Objectifs et intérêts pratiques


La pratique de l’écotourisme rehausse l’image de la région et même Madagascar
par le label et le marque de l’établissement touristique, et pour aider à préserver les
ressources naturelles de base, les hébergements, particulièrement celles situées dans les
zones écologiques sensibles, devraient commencer à appliquer l’écotourisme [6].

L’objectif est que les revenus et autres bénéfices tirés de l’écotourisme doivent
directement bénéficier aux populations de l’aire concernée et à celles qui en sont
riveraines, et être utilisés pour la protection, gestion, restauration, conservation et
surveillance de la nature et des zones protégées (incluant les aires marines protégées
incluses dans la zone de projet ou en aval de cette zone le cas échéant) ;

3-2-3 : Outils de l’écotourisme


Pour la démarche à suivre, les entreprises doivent disposer de label. Les labels et
les marques, dans le domaine environnemental, sont des outils qui permettent aux
professionnels du tourisme de communiquer auprès des touristes, d’autres professionnels
du tourisme et des divers organismes sur leur implication dans un tourisme plus durable.
Certains sont accrédités par des organismes externes de contrôle (labels officiels, labels
privés collectifs, labels privés individuels contrôlés), d’autres sont uniquement basés sur
68

la responsabilité du professionnel, sans contrôle externe (labels privés individuels non


contrôlés) [3].

3-3 : Promotion du tourisme durable dans la Commune urbaine de Nosy-Be

Tout comme la section précédente, la présente énumérant la stratégie et


l’application dans la CUNB.

3-3-1 : Tourisme durable dans la Commune urbaine de Nosy-Be


Pour la commune urbaine de Nosy-Be, le tourisme durable n’est pas difficile à
intégrer. Cette partie de l’île de Madagascar compte de pionniers en matière de projet de
développement durable et d’écotourisme. Le mariage des deux concepts devrait faciliter
les choses. Le vrai défi est la mise aux normes des établissements hôteliers dans un
environnement qui se prête au tourisme [33].

La régularisation de ces petits établissements informels est une priorité. Ensuite le


concept de tourisme durable ne se limite pas à des préoccupations environnementales
comme les entreprises ont tendance à le penser puisque d’autres paramètres économiques,
sociaux et culturels sont aussi pris en compte comme la gestion de toutes les ressources
de telle sorte que les besoins économiques, sociaux puissent être satisfaits.

3-3-2 : Élaboration d’une stratégie


L’élaboration d’une stratégie de tourisme durable doit être un processus
participatif associant de multiples acteurs (l’État et leurs agences, comités et observatoires
du tourisme et les entreprises touristiques), afin de susciter une plus large adhésion à la
stratégie et la volonté de la mettre en œuvre. Le choix des acteurs associés à l’élaboration
de la stratégie doit être représentatif de la composition des partenariats instaurés pour le
tourisme au niveau local [Annexe].

La formulation d’une stratégie se déroule en trois étapes : la première étape consiste à


analyser le contexte, les problèmes et les possibilités ; la deuxième étape comprend la
définition des objectifs et décisions concernant les choix stratégiques ; et la troisième
étape montre la formulation des politiques et des programmes d’action

3-3-3 : Influencer les entreprises et les touristes.


Bien que l’exploitation des entreprises touristiques relève essentiellement de la
responsabilité du secteur privé, les politiques gouvernementales peuvent influencer les
69

entreprises de diverses manières pour les encourager à adopter un mode d’exploitation


durable.

Les gouvernements peuvent encourager les entreprises à être plus durables par des
conseils et des aides directes ou par des politiques et initiatives créant un contexte
favorable à la durabilité. Par des outils : la législation, la réglementation.

Les consommateurs peuvent être sensibilisés à tout moment à la durabilité du tourisme


et des voyages à travers l’éducation, les médias, etc. On peut aussi influer sur l’impact
des voyages par la communication d’images et de messages lors du choix du voyage,
pendant le voyage, sur la destination ou après.

Les gouvernements peuvent influencer directement les visiteurs de nombreuses façons,


notamment par des campagnes marketing et des actions d’information, et indirectement
par l’effet de leurs politiques sur le marché des voyages.

Bref, cette section montrait la mise en œuvre de la RSE, la promotion de l’écotourisme


et l’application du tourisme durable, dans la Commune urbaine de Nosy-Be.

Conclusion partielle : À titre de conclusion, cette dernière et troisième partie a été axée
respectivement sur les avantages à améliorer, les coûts à atténuer et en dernier point, le
concept du tourisme durable, la RSE et l’ISO.

CONCLUSION
En guise de conclusion, les quatre mois passés sur terrain ont donné des
expériences professionnelles et l’enrichissement des connaissances pratique que théorique
qui sont bien appliqué sur ce présent travail.

La commune urbaine de Nosy-Be est surtout connue pour son potentiel éco systémique :
les productions des cultures de rente comme la vanille, ylang-ylang, poivre, café et de son
histoire avec des patrimoines culturels. Au-delà de cette image, la région a aussi une
vocation touristique entre autres, le tourisme des affaires, tourisme balnéaire, tourisme de
découverte et le tourisme de masse ; vu que la Région est l’une des villes les plus
reconnues en termes de destination touristique. En un mot, ces atouts touristiques
70

résidents sur : sa biodiversité, ses sites et forêts naturels, ses merveilleux paysages, ses
monts, ses lacs, chutes d’eau et surtout sa station.

Le tourisme peut constituer une base socio-économique régionale comme l’augmentation


de la recette fiscale fournie par les entreprises touristiques et aussi un générateur de
revenus offerts par les dépenses touristiques. Il est une source de la rentrée des devises et
aussi un secteur pilote qui favorise de mieux en mieux la création d’emploi au bénéfice
de la région. Le tourisme est un moteur de développement et qui assure la sauvegarde des
patrimoines naturels plus précisément l’environnement. Il est aussi utilisé comme une
justification des actions de conservation et comme un moyen de lever des recettes pour la
conservation.

Le meilleur renforcement du secteur tourisme réside en premier lieu, par la minimisation


des faiblesses et des menaces du secteur par le biais de l’intervention de l’État qui marque
l’appuie financière pour la promotion du secteur tourisme, l’attraction des investisseurs
pour faire des transferts des technologies et des compétences et la réhabilitation des
infrastructures concernant les routes impraticables, la rénovation des sites touristiques.

Et en second lieu, l’utilisation des opportunités et forces telles que le retour à l’ordre
constitutionnel qui se présente par l’harmonisation avec le PND et la PRD comportant la
relance du secteur tourisme, le basculement de la TNT comme outil de marketing
touristique, le partenariat public privé.

La mise en œuvre du tourisme durable dans la commune de Nosy-Be se fait par


l’application de la responsabilité sociétale d‘entreprise (RSE) des établissements
touristiques à travers les normes et standards internationaux comme l’ISO et puis le
recours à l’écotourisme par le moyen de labélisation des gîtes, hôtel hébergements. Dans
ce sens, la réalisation de ces propositions et suggestions pourrait consolider le
développement durable dans la commune urbaine de Nosy-Be.

De tout ce qui précède, il est bien clair que le secteur tourisme constitue un levier de
développement durable de la commune urbaine de Nosy-Be et généralement de la grande
île (Madagascar). Cependant le secteur tourisme a un effet négatif sur la société comme le
tourisme sexuel, acculturation.
71

BIBLIOGRAPHIES

1- Ouvrages spécifiques

[5] CHABOUD C, MERAL P, ANDRIANAMBININA D, 2004. « Le modèle vertueux


de l’écotourisme ». Vol 32. N°125. 11-32. Paris.

[3] CACCOMO Jean-Louis. 2006. L’innovation dans l’industrie touristique. Harmattan.


21-22. Paris

[8] Council of Europe, 1997. Développement touristique durable. Volume 34 de


rencontre environnement. 73-80. Genève

[9] Organisation Mondial du Tourisme (OMT) (2012). Faits saillants OMT du


tourisme, édition 2012. OMT. 40-50 Madrid.

[11] FROCHOT Isabelle, 2007. Marketing du tourisme. DUNOD. 216-200. Paris

[12] FROGER, R LAPEYRE, 2010. Vers un tourisme durable dans le sud PIE Peter
Lang, 259-264, Bruxelles.

[13] GATO AG, 2004, « Plan Directeur du tourisme à Madagascar ». Version finale. 10-
15. Antananarivo.

[14] GODWIN, HAROLD, 2002. Le tourisme au service des pauvres : une nouvelle
approche pour la lutte contre la pauvreté. Présenté dans le cadre de séminaire sur le
tourisme, Organisation du tourisme, 10, Nigeria.

[29] Programme des Nations Unies pour l’Environnement, 2006. Vers un tourisme
durable. PNUE. OMT. 82-92. Washington DC

[31] ROCHEFOUCAULD Béatrice, 2007. Économie de tourisme, Bréal, Ad hoc, 21-30.


Rennes.

[32] ROUZET E, SEGUIN G, 2010. « Marketing du tourisme durable ». DUNOD. 68-70.


Paris.

[34] SCHEOU Bernard, 2009. Durable au tourisme équitable. De Boeck Université.


Groupe De Boeck SA. 70-75, Belgique.
72

[35] Stafford J, 1995. Microéconomie du tourisme, Presse de l’Université du Québec,


Typo Litho Inc. Canada.

2- Ouvrages généraux

[1] Abel HOVELACQUES Elsa ASSIDON, 2000. Les théories économiques du


développement. Collection Repère 3eme édition, La découverte 85-91. Paris

[6] CHABOUD C, FROGER G, MERAL P. 2010. Madagascar face aux enjeux du


développement durable. Karthala. 135-145. Paris.

[10] Dwight H Perkins, 2008. Économie développement, De Boeck, Nouveaux Horizon.


70-76. Paris

[23] Lester R Brown, 2003 Eco-économie, une autre croissance est possible, écologie et
durable, Édition du Seuil ; 48-52. Paris.

[25] NAZIM Annie, HOFMANN Elisabeth, 2003. Les entreprises aux enjeux du DD,
Karthala, Méridien, 49-54, Paris.

[33] SARRASIN Bruno, RAMAHATRA H, 2013. Environnement et développement à


Madagascar. Edition KARTHALA.170-175. Paris

[15] GROUZIS, P MILLVILLE, 2[9] Organisation Mondial du Tourisme (OMT) (2012).


Faits saillants OMT du tourisme, édition 2012. OMT. 40-50 Madrid.

[36] PERROUX François, 1964. L'économie du XXème siècle, PUF, 2e édition, 692p.
Vendôme.

[30] Rapport du SG. 19-30Avril 1999. Tourisme et développement durable Commission


du développement durable, Septième session. Genève.

[27] Plan National de Développement, 11 juillet 2014. Note conceptuelle à l’élaboration


d’un plan national de développement. Ministère de l’Économie et de la Planification,
Antananarivo.

[37] Tourism management percpective, 05 Août 2016. Multivariate Granger Causality


among tourism, poverty and growth in Madagascar. 3p.
73

I- WEBOGRAPHIES

[4] CESE. Carnet de route vers la RSE, [Base de données en ligne]. Paris. ETHIC. 2013.
[Consulté le 24/07/2019], PDF, disponible : « www.cese.fr »

[2] Africa Region Working Paper Series N° 63. Étude du secteur tourisme à Madagascar.
[Base de données en ligne], Antananarivo, AFTPS, [2006], [Consulté le 22/07/2019],
PDF, disponible : « http://www.worldbank.org/afr/wps/index.htm».

[19] INSTAT. Tableau de bord économique, [Base de données en lignes], Antananarivo,


INSTAT. [2013], [Consulté le 10/08/2019], PDF. Disponible : « www.instat.mg »

[21] ISM. Les aides publiques au tourisme, [Base de données en ligne], Paris, ISM,
[2013], [Consulté le 08/08/2019], PDF disponible : « www.aides-entreprises.fr »

[22] La revue de PROPARCO. Secteur privé et développement, [Base de données en


lignes]. Paris, PROPARCO, [2014], PDF, [Consulté le 01/09/19] Disponible : «
www.proparco.fr ».
I

Page|

ANNEXES
ANNEXE A : Carte de Nosy-Be
II

:
Source : Auteur, 2019

P a g e | ANNEXE B Les sites touristiques de Nosy-Be


Sites Potentialité écotouristique

Hell-Ville Des monuments comme ancienne maison


coloniale, les canons,
Ambatoloaka Plongé et pêche, plage des pêcheurs,

Madirokely Plongé et pêche, plage, qualité balnéaire

Dzamandzar Usine de sucrerie, terrain de Golf

Ambondrona Plongé et pêche, plage, qualité balnéaire

(Nosy Sakatia) Forêt sacrée d’Ambohibe Plages, qualité du récif et balnéaire, accès
facile, la mer pour les sports nautiques
Espèces végétales
Espèces animales

Ex: Anjavy, caméléon tige d’allumette, …


Andilana La mer pour plonger, plages, qualité du récif et
balnéaire
Anjiabe, Andrekareka, Antamotamo, Faune et Flore: la forêt et le parc aux
Ampasimbe, Ampangorina, Antitorogno, lémuriens, les plages, la mer pour plonger,
Antamotamo (Nosy Komba) planche à voile, Ski nautique et jet ski
Ambatozavavy Son historique, plages

Ampasipohy Plage

Antafondro Qualité du récif, plongée et pêche

Ambanoro (Marodoka) Son historique (site archéologique), qualité du


récif
Ampasindava Baie d’Ampasindava, les pages

Befotaka Plongée et pêche, qualité du récif

Amporaha Plages, qualité du récif et balnéaire

Ampanasina Plage

Nosy Tany hely Faune et flore, plages, qualité du récif et


balnéaire, réserve marine, accès facile.
III

Nosy Vorona (Ampangoriana) Plage, qualité du récif et balnéaire, phare

Page|

ANNEXE B : Les sites touristiques de Nosy-Be


Sites Potentialité écotouristique
Mont Passot Point culmine de l’île, Vu du coucher du
soleil, vu en majorités des différentes lacs
Nosy Fanihy (Amporaha) Faune et flore, plage, qualité balnéaire, la mer
(plongée)
Ambatorano (Ankovehy), Antrema Plongé et pêche, site de nidification pour
différentes espèces d’oiseaux
Nosy Antsabory (Antanamitarana) Qualité du récif
Sources : PCD de Nosy-Be, 2019
IV

:
Page|

ANNEXE C Tableau d’IDH

Source : Auteur, 2019


V

:
Page|

ANNEXE D Objectifs du développement durable

Source : PNUE, 2018

Page|

ANNEXE E Extrait du code de tourisme


CHAPITRE III
Droits et obligations des opérateurs touristiques
Art. 5- Les opérateurs touristiques sont tenus au respect des lois et des règlements en vigueur
et notamment :
- Le droit commercial ;
- Le droit du travail ;
- Les recours des tiers et la protection ;
- La protection de l’environnement, de la faune et de la flore ;
- La sauvegarde, protection et conservation du patrimoine national ;
- L’hygiène et la santé publique ;
VI

:
- L’ordre public et les bonnes mœurs ;
Art. 6- Au-delà de ses obligations que sont celles de tout opérateur commercial, les opérateurs
touristiques sont tenus selon leur activité :
- à une déclaration d’existence au Mini de leur assurance responsabilité civile ;
- à un classement s’ils exercent une activité ;

- à une licence lorsqu’il s’agit d’un agent de voyage, avec toute garantie nécessaire,
notamment financière pour couvrir les risques de la réalisation de la prestation
commandée par le client.
Des textes règlementaires fixeront les modalités d’application des dispositions du présent article.
Art. 7- Les opérateurs touristiques sont tenus de respecter un classement dont les catégories
et les normes ainsi que les modalités d’obtention de licence sont définies par les textes
règlementaires.
Art. 8- Les opérateurs touristiques doivent employés des personnes qualifiées.
Ainsi, toute personne exerçant dans le domaine touristique doit bénéficier d’un minimum de
formation.
La formation du personnel est une obligation. Elle peut être entreprise soit directement
à l’initiative de l’entreprise, soit par l’intermédiaire des associations professionnelles et
financée par un fonds de participation ou par des taxes parafiscales.
A ce titre, l’Administration et les associations professionnelles se concertent pour la
définition des objectifs et les modalités de mise en œuvre du programme de formation.
Un agrément est requis pour tout organisme désirant dispenser la formation.
Art. 9- Les opérateurs sont tenus à des règles strictes de publicité extérieure et intérieure relatives
aux classements, licences, déclaration d’existence et aux tarifs pratiqués. Ces règles seront
déterminées par voie réglementaire.
Art. 10- Les opérateurs touristiques jouissent du droit d’exercer librement leur activité
professionnelle sur l’ensemble du territoire national dans la mesure où ils respectent les
dispositions légales et les obligations ci-dessus.
Ils disposent de la liberté de recrutement de leur personnel dans le cadre des lois sociales
en vigueur. Cependant, ils sont tenus d’employer de préférence, à capacité égale du
personnel national.
Ils ont droit à la protection de leurs biens et de leur personnel.
P a g e | VII

Ils bénéficient de la promotion mise en place par les pouvoirs publics et notamment de celle
des instances chargées de cette promotion.

CHAPITRE IV
DROITS ET OBLIGATIONS DES TOURISTES
Art. 11- Tout voyageur, qu’il soit excursionniste ou touriste, est tenu au respect des lois
et règlements en vigueur et e particulier ceux relatifs :
- à l’ordre public ;
- aux règlements relatifs au séjour des touristes étrangers ;
- au respect des us et coutumes locaux ;
- aux bonnes mœurs et à la santé publique ;
Les voyageurs doivent participer par une attitude positive au respect de l’environnement.
Toute dégradation volontaire peut conduire à des pénalités conformément aux dispositions
légales et réglementaires en vigueur.
Les plaisanciers sont tenus au respect des règles de sécurité relatives à la navigation de
plaisance prescrite par le Code Maritime et les Codes des Voies Navigables et leurs textes
d’application.
Art. 12- Ils ont droit à la sécurité des biens et des personnes, sur toute l’étendue du
territoire, notamment pour les déplacements quels qu’ils soient, à l’assistance en cas de
besoin, notamment en matière de santé, à toutes les mesures relatives à la protection du
consommateur et plus particulièrement à une publicité claire des prix pratiqués.

Page|

ANNEXE F Guides d’entretiens


Date : 01/07/19
Lieu : Direction Régionale de l’Economie et de la Planification (DREP) à Nosy-Be
Personne : Quelques personnels ainsi que Directeur de la DREP de Nosy-Be Question
ouverte :
1) Le secteur tourisme dans la commune urbaine de Nosy-Be est-il un levier de développement
économique. Pourquoi ?
2) Qu’en pensez-vous de la place du tourisme dans le développement durable de la
commune urbaine de Nosy-Be ?
VIII

:
3) Comment renforcer le secteur tourisme dans la commune de Nosy-Be ?
4) Quelles sont les stratégies pour atteindre aux objectifs de développement durable de la
commune urbaine de Nosy-Be ?

Date : 01/08/19
Lieu : Office Régionale du Tourisme de Nosy-Be
Personne : Quelques responsables du département de l’ORTNB de Nosy-Be Question
ouverte :
1) Quelles sont les Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces du secteur tourisme dans
la commune urbaine de Nosy-Be ?
2) Pensez-vous que le tourisme durable est réalisable dans la commune urbaine de NosyBe.
Pourquoi ?
3) Quelles sont les stratégies pour atteindre au tourisme durable ?

ANNEXE G : Fiches d’enquêtes


P a g e | IX
X

Page|
P a g e | XI

ABSTRACT
Tourism in the urban district of Nosy-Be comprises a potentiality and tourist
opportunity because of its ecosystem adequate, its diversified biodiversity (fauna S and flora
S. And this sector is one of the factors which particularly invades the development of the
level cultural and moral which failed to represent like a threat to the future of the urban
district of Nosy-Be to knowing the phenomenon of the enculturation, the easy money
attraction, and sexual tourism. However the sector tourism is a durable lever of development
thanks to its many qualities on the social standing economic and environmental to know the
improvement of the IDH, the tax performance, the economic growth, the entry of the
currencies and the safeguarding of the places of interest. The stake consists in making known
the contributions of the sector tourism in the durable development of the urban district of
Nosy-Be then to reinforce the sector tourism, by means of the use of opportunities such as
the harmonization with the Regional Plan of Development, the extension of the aerodrome to
Nosy-Be and the reinforcement of attributions of the sector as regards the social aspects In
the second place, exploitation of the forces of the sector: assets in biodiversity, the swing of
the TNT. In third place, the minimization of the threats and weaknesses the rehabilitation
following the example of the infrastructure – roads, and buildings – , the insufficiency of the
promotion of the State. And finally, suggestions and the proposals which could support the
sector: the implication of the State by supports sector, the attraction of foreign investors and
the implementation of durable tourism through the Responsibility tourist Societal of
Enterprise of Ecotourism and finally the improvement of the tourist offers in the urban
district of Nosy-Be. For undertaking research well, a methodology was made. It consists in
seeking documents, investigations and interviews in the urban district of Nosy-Be The
improvement of this sector, the suggestions and proposals furnace N I S will lead according
to our assumption to the consolidation of the durable development in the urban district of
Nosy-Be. The interest of this analysis and research to be aimed is the durable development
of the urban district of Nosy-Be by the reinforcement of the sector.
Key words: Tourism, development, social, economic, environmental, durable
development and durable tourism.