Vous êtes sur la page 1sur 86

RENTABILISER

L’AVICULTURE GRÂCE
AUX PLANTES
Une réponse locale efficace aux défis sanitaires et économiques
de l’aviculture en Afrique

© 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
+229 61 86 29 79 .
RENTABILISER L’AVICULTURE
GRÂCE AUX PLANTES
« Ce document est un recueil des bonnes pratiques en matière
avicole. Il compile les fruits de recherches et expériences
vécues. Il aborde les techniques modernes d’aviculture, leurs
difficultés d’adaptation en contexte africain marqué par la
pauvreté et propose des alternatives locales plutôt efficaces
grâce à l’utilisation de la phytothérapie.

Le contenu de ce livre est pédagogique et pratique. Il sera


régulièrement actualisé et enrichi pour le bonheur de
l’aviculteur ouest africain. Cette première édition vous aidera
peut-être à relever votre défi avicole.

Alors, bonne lecture et plein succès à vous ! »

Les Éditions JE REUSSIS TOUJOURS.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 0 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

SOMMAIRE
INTRODUCTION..................................................................................................... 1
CHAPITRE 2. BIEN CONNAÎTRE LE POULET .............................................. 7
A. LES DIFFÉRENTES RACES DE POULETS ET LEURS PERFORMANCES 8
B. POURQUOI CHOISIR UNE RACE ET PLUTÔT QU’UNE AUTRE 9
CHAPITRE 3. CONSTRUIRE UN POULAILLER AUX NORMES .............. 11
A. LES DIFFÉRENTS TYPES DE POULAILLERS 11
B. CONSTRUIRE UN POULAILLER : LES RÈGLES À RESPECTER 11
C. MISE EN PLACE DU MATÉRIEL D’ÉLEVAGE 13
CHAPITRE 4. BIEN CHOISIR LES ANIMAUX À ÉLEVER ......................... 17
A. RECONNAÎTRE UNE PONDEUSE EN BONNE SANTÉ 17
B. RECONNAÎTRE UN POUSSIN EN BONNE SANTÉ 18
C. RECONNAÎTRE UN JEUNE POULET ADULTE EN BONNE SANTÉ 18
D. RECONNAÎTRE UN COQ EN BONNE SANTÉ 18
CHAPITRE 5. PRÉPARER LES PROVENDES SOI-MÊME ........................ 19
A. DIFFÉRENTS NUTRIMENTS POUR COMPOSER LA PROVENDE 20
B. SOUS QUELLE FORME PRÉPARER ET SERVIR LA PROVENDE 21
C. COMMENT COMPOSER LES PROVENDES SOI-MÊME 23
CHAPITRE 6. LA SANTÉ DES POULETS PAR LES PLANTES ................. 26
A. COMMENT ÉVITER AUX POULETS DE TOMBER MALADES 26
B. CONNAÎTRE ET IDENTIFIER LES MALADIES CHEZ LES POULETS 27
C. TRAITEMENT DES MALADIES À BASE DE PLANTES MÉDICINALES 38
CHAPITRE 7. ÉLEVAGE DES POULETS LOCAUX ..................................... 50
A. AVANT DE DÉMARRER 51
B. CONSTRUIRE ET ÉQUIPER LE POULAILLER 52
C. CONDUITE DE LA REPRODUCTION 54

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 0 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

SOMMAIRE

CHAPITRE 8. RÉUSSIR L’ÉLEVAGE DES POULETS DE CHAIR ............. 56


A. AVANT DE DÉMARRER 56
B. LE POULAILLER 58
C. APPROVISIONNEMENT EN POUSSINS 61
D. ALIMENTATION DES POULETS DE CHAIR 62
E. CONDUITE DE L’ÉLEVAGE 63
F. SOINS PRÉVENTIFS ET CURATIFS 64
CHAPITRE 9. RÉUSSIR L’ÉLEVAGE DES PONDEUSES............................ 67
A. AVANT DE DÉMARRER 67
B. LE POULAILLER 69
C. CONDUITE DE L’ÉLEVAGE 73
D. NOURRIR LA PONDEUSE 74
E. SOINS PRÉVENTIFS ET CURATIFS 76
CHAPITRE 10. FABRIQUER SOI-MÊME UNE COUVEUSE ........................ 79
A. A LA DÉCOUVERTE DE LA COUVEUSE ARTIFICIELLE 79
B. FABRIQUER UNE COUVEUSE EN BANCO 80
CONCLUSION ..................................................................................................... 82

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 1 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Introduction

JE REUSSIS TOUJOURS
INTRODUCTION

A
l’instar de la plupart des pays d’Afrique de l’ouest, l’agriculture est le
premier pourvoyeur d’emploi et de revenu. Au Bénin, il occupe plus …%
de la population active et constitue la principale source de devise pour le
pays. Pourtant comme ses voisins, le Bénin reste largement déficitaire et
dépendant en produits alimentaire y compris la viande. La production nationale
est de loin inférieure à la demande sans cesse croissante due à la démographie et
à l’adoption de régimes alimentaires de plus en plus occidentalisés et très friands
de la viande.
Le Bénin importe actuellement …% de ses besoins en viande dont % de volaille.
Ceci représente sans doute une très grande opportunité pour les jeunes et les
femmes en termes d’emplois et de revenus. Mais malgré son attractivité, de
nombreuses contraintes pèsent encore sur cette nouvelle forme
d’entrepreneuriat agricole et empêchent son plein épanouissement.
Une formation adaptée au contexte, un financement suffisant et adéquat, une
économie de la connaissance basée sur la capitalisation des expériences, telles
sont quelques solutions qu’il urge d’appliquer pour le rayonnement de ce secteur
salvateur pour l’économie et la société. Nous essaierons dans ce document d’y
contribuer qualitativement.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 1 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Généralités

JE REUSSIS TOUJOURS
DEFINITION ET OBJECTIFS DE L’AVICULTURE
L’aviculture, c’est simplement
l’ensemble des techniques et méthodes
permettant d’élever des oiseaux en vue
de produire de la viande, des œufs et
parfois même du fumier à base de leurs
excréments.
Ces oiseaux désignés sous le terme
« volaille » sont domestiqués, logés,
nourris et soignés selon plusieurs
modes en fonction des objectifs prévus par l’éleveur. Ces objectifs peuvent être les œufs
et la viande pour la consommation familiale ou encore la réalisation de bénéfices.
Dans le premier cas, on parlera d’aviculture familiale, et dans le second d’aviculture
commerciale.
ÉTAT DES LIEUX DE L’AVICULTURE FAMILIALE EN AFRIQUE
La plupart des élevages familiaux de volaille en Afrique ont les mêmes caractéristiques :
- Absence de poulailler ou abris précaire ;
- Alimentation des oiseaux limitée à quelques restes de nourriture et quelques fois
des céréales ;
- Les animaux sont en divagation hors de la concession, et exposés à tous les
dangers (maladies, prédateurs, vol, accidents, agression, etc.) ;
- Très fort taux de mortalité des poussins et poulets (plus de 50% parfois) ;
- Croissance très lente avec un faible poids à la vente.
- Faible revenu tiré de la vente, mais bénéfice acceptable en raison du faible niveau
d’investissement nécessaire ;
- Pas de soins vétérinaires ou très peu ;
- Faible niveau de connaissances techniques en aviculture par les éleveurs.
Ce modèle d’élevage n’a que deux buts : fournir de la viande ou des œufs à l’éleveur et lui
permettre d’avoir une petite économie en nature (poulets vivants); économie qu’il
convertira en argent par la vente. Compte tenu du goût exquis et recherché de la chair de
la volaille familiale, elle est prisée par de plus en plus de personnes éprises de leur santé.
En effet, la carcasse du poulet local élevé en aviculture familiale a très peu de graisse et
une chair succulente. Il y a donc une demande attachée à ce produit. L’inconvénient
majeur de ce modèle, c’est qu’il n’est pas économiquement rentable en entrepreneuriat
agricole, à moins qu’on ne lui apporte certaines modifications.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 2 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Généralités

JE REUSSIS TOUJOURS
DES SOLUTIONS EUROPEENNES MAL ADAPTEES
L’élevage des souches européennes obéit à un protocole bien établi. Ces races ont été
conçues pour se comporter d’une manière précise, donc pour des résultats prédéfinis.
Leur logement, leur alimentation, leurs soins de santé et le mode d’élevage ont été
étudiés et optimisés afin que ces oiseaux produisent dans les conditions climatiques
adéquates le rendement espéré. Et ça marche !
Mais quand ces solutions qui sont basées sur le contexte européen et les contraintes
propres à eux, sont transposées en région chaud et humide où sont disponibles d’autres
matières premières, et d’autres races de volailles, ça ne marche pas !
On ne peut pas élever les poules locales comme les poules importées. D’abord ça coûte
trop cher, ensuite ce n’est pas adapté et pas rentable du tout.
QUELQUES BONNES PRATIQUES AVICOLES LOCALES
Avant la vulgarisation de plus en plus répandue des méthodes et techniques de
l’aviculture moderne, grand-mère au village employait des techniques de traitement
des maladies de ses poules, coqs et poussins. Et ça marchait plutôt bien !
La recette n’était pas compliquée :
- Installer dans le poulailler des perchoirs et des nids bien aménagés
- Nettoyer tous les jours le poulailler en y répandant de la cendre de bois ;
- Administrer, selon la maladie, une solution de piment rouge écrasé, une
pommade d’huile de palme et de sel, infuser des plantes et faire boire les poulets,
leur faire prendre quelques antibiotiques achetés chez la vendeuse de
médicaments de rue.

Grand-mère avait rapidement beaucoup de poulets. Mais il faut reconnaître que


les épidémies étaient plutôt rares dans le temps.
A ce carrefour des connaissances, il apparaît clairement que sans rejeter les
pratiques locales efficaces de l’aviculture traditionnelle, il faut exploiter
judicieusement les techniques et méthodes modernes qui ont fait leur preuve en
les adaptant au contexte climato-physique, social, économique et culturel de nos
pays.
Si on veut faire du business avec la volaille, il vaut mieux maîtriser de quoi il s’agit
vraiment, au risque d’échouer comme la majorité des jeunes qui se précipitent
dans ce secteur pourtant très lucratif.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 3 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Généralités

JE REUSSIS TOUJOURS
LES PRINCIPES GENERAUX A APPLIQUER EN ELEVAGE
Principe 1 : offrir la même qualité de produit tout le temps
Le consommateur doit pouvoir retrouver le poulet ou la volaille qu'il a appréciée une
première fois, ce qui suppose que l'éleveur ait précisé un cahier des charges de
production permettant une bonne répétitivité de ses produits :
 Choix de la souche
 Choix de l'alimentation
 Choix de l'âge d'abattage
 Choix des techniques de production et du plan de prophylaxie
 Choix de présentation du produit mort
Principe 2 : respecter autant que possible certaines règles de base sur le plan
sanitaire
Dans un élevage organisé, la maîtrise de la mortalité est obtenue avant tout par la
technique d'élevage en bande :
- Dans un bâtiment sont mis en place les poussins d'1 jour provenant du même
couvoir, les poussins constituant ainsi une bande homogène qui va être élevée
jusqu'à l'enlèvement pour l'abattage ;
- Après l'enlèvement, le bâtiment est complètement vidé, nettoyé-désinfecté, ce
qui permet d'abaisser le niveau du microbisme dans le bâtiment, un vide
sanitaire est respecté ;
- Puis on remet en place une nouvelle litière, le matériel d'alimentation,
d'abreuvement et de chauffage et on prépare le bâtiment pour recevoir une
nouvelle bande.
SE FORMER ET S’INFORMER
On ne le dira jamais assez. La formation
est indispensable pour celui qui veut
réussir rapidement. Elle vous évite bien
des déboires et notamment la perte de
temps et d’argent. Vous connaîtriez
ainsi les pièges et erreurs à éviter ainsi
que les trucs et astuces. Certes la
formation ne vous apporte pas tout,
mais juste l’essentiel, juste les outils
pour réussir. A vous de savoir vous en
servir.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 4 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Généralités

JE REUSSIS TOUJOURS
Voici les compétences techniques que vous devez avoir pour être un bon éleveur d’une
espèce et d’une race de volaille.
- Bien connaître votre espèce de volaille et son mode de vie ;
- Connaître parfaitement la race que vous avez choisie d’élever ;
- Savoir comment et où choisir les bons reproducteurs ou les bons poussins ;
- Savoir choisir quel mode d’élevage convient le mieux à votre volaille en fonction
de vos moyens et des contraintes techniques liées à l’élevage de cette race ;
- Connaître les normes techniques en matière de logement, de matériel d’élevage
et être capable de les appliquer ;
- Connaître les besoins alimentaires de votre volaille et savoir préparer leurs
aliments en fonction de l’âge et de la disponibilité des matières première ;
- Connaître les maladies de votre volaille, comment les prévenir, les diagnostiquer
et les soigner ;
- Être capable de garantir le marché d’écoulement avant même de démarrer la
production ;
- Pouvoir sécuriser et protéger votre exploitation ;
- Savoir tenir la comptabilité et rédiger les rapports de votre exploitation ;

1. Choisir le type de volaille à élever


Pourquoi choisiriez-vous d’élever des poulets aux lieux des dindons ou des canards ?
Ce choix doit dépendre avant tout de l’existence d’un marché porteur et lucratif. Vous
devez ensuite tenir compte de votre passion pour cet oiseau et enfin des moyens dont
vous disposez pour vous lancer.

2. Choix du mode d’élevage


Le mode d’élevage dépend :
 en grande partie du type et de la race de volaille que vous avez choisie.
 dans une certaine mesure des moyens financiers et humains dont vous disposez ;
 aussi de la taille de votre exploitation, de l’espace dont vous disposez et de votre
situation géographique (urbaine, péri-urbaine ou rurale).
Ainsi, on distingue ainsi :
- Les élevages en divagation avec ou sans abris précaires
- Les élevages avec un parcours libre mais contrôlé avec un poulailler.
- Les élevages en claustration sur de la litière, dans un bâtiment clos.
- Les élevages en batterie dans des cages empilées les unes sur les autres.
Le choix du mode d’élevage aura un impact direct sur le type de logement et de matériel
d’élevage, les contraintes liées à l’hygiène et à la santé des animaux, ainsi que sur la
rentabilisation de l’exploitation.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 5 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Généralités

JE REUSSIS TOUJOURS
Quel que soit le mode d’élevage choisi, le respect strict des normes de
densité, de température, d’humidité, de lumière et de salubrité est
indispensable.

Élevage en divagation Élevage avec parcours libre

Élevage en claustration sur litière Élevage en batteries

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 6 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Bien connaître le poulet

JE REUSSIS TOUJOURS
Chapitre 2. Bien connaître le poulet

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 7 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Bien connaître le poulet

JE REUSSIS TOUJOURS
A. LES DIFFÉRENTES RACES DE POULETS ET LEURS PERFORMANCES
Il y a deux catégories de races de poulets : les races locales et les races importées.

1. Les poulets de races locales


Ils peuvent être classés en trois groupes : les poulets locaux ordinaires encore appelés
poulets nains, les poulets peulh ou Foulani et le poulet Sahouè. Les deux derniers
groupes sont de grand format contrairement au premier groupe.

Coq et poule bicyclette, race naine Poulet Peulh Poulets Goliath

2. Les poulets de races importées


On peut les classer en deux grands groupes : les poulets de chair et les poules
pondeuses. Ils sont tous issus de croisements génétiques compte tenu des performances
de leurs géniteurs.
 Les races de poules pondeuses
Souches noirs Souches rouges Souches blanches
 Rustique, production  Calmes, consommation  Faible consommation
convenable, très peu élevée, ayant une d'aliment mais
intéressant dans les valorisation meilleure à production médiocre à
contextes difficiles la reforme la reforme
 Poids vifs à 18ème  Poids vif à 20ème  Poids vifs à 17ème
semaine : 1,850 kg, semaine 1,530 kg, semaine 1,430 kg
 Pondre environ 260  Pondre 295-305 œufs  Pondre 310 œufs
œufs pendant 72 environ pendant 72 environ pendant 72
semaines, semaines, semaines,
 Poids d'un œuf : 64-66 g  Poids d'un œuf : 61-62 g  Poids d'un œuf : 62-66 g

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 8 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Bien connaître le poulet

JE REUSSIS TOUJOURS
 Poulets de chair
Deux grands groupes, qui se diffèrent par leur croissance et par leur qualité de chair :

Race de poulet
précoce (35 à
51jours) : Vedette JV
15 ; Cobb500 ;
Starbro ; Hubbard
Isa ; Ross PM3 et
Ross 308

Race de poulet à
cycle long (54 à 57
jours) : Tropic-bro ;
Red-bro ; JA757 ; JA
957

B. POURQUOI CHOISIR UNE RACE ET PLUTÔT QU’UNE AUTRE


Le choix de la race dépend des objectifs économiques définis par l’éleveur ou l’agro-
entrepreneur, des moyens financiers dont il dispose et de son marché. S’il n’a pas assez
de capital, il devra opter pour les races locales ou les races locales améliorées. S’il
dispose de capital suffisant et convoite une grande et rapide rentabilité, il choisira entre
les pondeuses et les poulets de chair.

1. Des poules pondeuses pour vendre des œufs de table


S’il veut vendre des œufs, il devra choisir parmi les souches de pondeuses disponibles
localement et en fonction des performances de ces dernières ainsi que des contraintes
qu’il est prêt à supporter :
 le prix à l’achat du poussin ou de la
poulette,
 le taux de mortalité,
 le taux de ponte,
 la durée de ponte,
 le poids moyen de l’œuf,
 la consommation moyenne,
 la valorisation à la réforme.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 9 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Bien connaître le poulet

JE REUSSIS TOUJOURS
2. Des poulets de chair pour vendre rapidement de la viande
Les poulets de chair sont adoptés pour la rapidité de leur production entre 45 et 60
jours de l’éclosion à la vente, avec un poids vif de 1,7 à 2,2 kg. Ici le choix de la race sera
fait en fonction des paramètres suivants :
 Durée élevage
 Poids à la finition en kg
 Densité par m²
 Nombre de bandes par an
 Taux de mortalité
 Indice de consommation
 Nombre de Kg de viande par m² et par an

3. Des poulets locaux faciles à élever et très recherchés


Ici, l’éleveur n’a pas beaucoup de capitaux à
investir, n’est pas disposé à se former à des
techniques pointues d’élevage, et souhaite
pouvoir vendre en tout temps du poulet. Il
a bien entendu le choix entre les
différentes races locales en fonction de
ses marchés :
 le marché de consommation
courante qui recherche tous les
formats de poulets locaux
 le marché des restaurants et
hôtels qui raffolent plutôt des
poulets nains
Le compromis entre les deux permet
à l’aviculteur de mieux rentabiliser
son exploitation. Il s’agit des poulets
locaux améliorés dont l’emblématique
.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 10 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Construire 1 poulailler

Chapitre 3. Construire un poulailler aux normes

JE REUSSIS TOUJOURS
A. LES DIFFÉRENTS TYPES DE POULAILLERS
Selon le mode d’élevage choisi par l’éleveur, il existe globalement quatre types de
poulaillers :
- Le poulailler pour élevage en claustration sur litière généralement utilisé pour les
poulets de chair et les pondeuses;
- Le poulailler pour élevage en claustration sur pilotis avec fonds en grillage;
- Le poulailler avec parcours constitué d’un abri et d’une aire de promenade pour
les poulets;
- Le poulailler constitué de cages superposées en batteries. Ce genre de poulailler
est généralement composé d’un grand bâtiment dans lequel sont disposées des
rangées de cages à poulets superposées

B. CONSTRUIRE UN POULAILLER : LES RÈGLES À RESPECTER


1. Espaces à prévoir
Il faut prévoir des zones pour :
- Les poussins avec leurs mères
- Les poulets et les poulettes
- Les pondeuses
- Un local de mise en quarantaine des oiseaux malades
- Un petit local de rangement de tous les effets

2. Les qualités générales


Le poulailler doit être implanté dans un lieu où l’air est continuellement renouvelé.
Éviter les zones inondables, les terrains humides, les zones trop encaissées et trop
ombragées. D’un point de vue général le poulailler doit être :
- sec : car l’humidité favorise les maladies
- clair : car la lumière favorise la santé, mais il ne faut pas trop de rayons
de soleil à l’intérieur du poulailler pour ne pas affecter la densité.
- Il faut donc prévoir de larges déports de toiture ; dont les dimensions
varieront en fonction de la hauteur du poulailler.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 11 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Construire 1 poulailler

JE REUSSIS TOUJOURS
3. Les dimensions
a) En général
Elles varient avec :
- L’âge des volailles
- Leur race : certaines sont plus grosses
- La taille du parc : si celui-ci est petit, le poulailler couvert doit être plus grand
Voici les proportions à ne pas dépasser sous peine de baisse de rendement :
- 1 à 4 semaines : 15 à 20 poussins au m²
- 5 à 8 semaines : 10 à 15 animaux au m²
- 9 à 12 semaines : 6 à 8 animaux au m²
- Pour les pondeuses 3 à 5 au m²
b) Pour les poules pondeuses
Deux options :
La première est l’élevage au sol dans un bâtiment clos contenant de la litière bien sèche,
des mangeoires, des abreuvoirs et des pondoirs. Ces derniers doivent être montés de
manière à collecter les œufs sans entrer dans le bâtiment.
La deuxième option est celle du poulailler en bois sur pilotis avec pondoir séparé afin de
récolter les œufs par l’extérieur. Il peut être équipé d'une échelle pour un accès facile à
la partie couverte. Protection du toit en toile goudronnée, tiroir à déjection galvanisé.
- Grillage plastifié vert - Maille 25 x 25 mm
- Longueur totale poulailler : 187 x 75 cm
- Partie couverte : 75 x 76 cm - Hauteur : 136 cm
- Enclos : 82 x 75 cm - Hauteur :113 cm
- Pondoir : 70 x 30 cm - Hauteur : 42 cm
c) La poussinière : une étape capitale de l’élevage
La poussinière est l’endroit où sont élevés les poussins. Elle doit être :
- Sécurisante : il faut protéger les poussins des chiens, des chats, des rats et
des buses
- Au calme ; pour ne pas stresser les animaux
- Abrité de la pluie et des courants d’air
- Éclairé : les poussins au départ ont une mauvaise vue, il faut donc assez de
lumière pour qu’ils puissent localiser les mangeoires et les abreuvoirs.
- Confortable et isolante : grâce à la mise en place d’une litière de copeaux de bois
non traité ou paille hachée de 10-15 cm d’épaisseur minimum, pour
absorber l’humidité des excréments et isoler les poussins du sol en terre
battue ou en béton.
- A l’intérieur de la poussinière, les poussins doivent pouvoir accéder aux
mangeoires, abreuvoirs et la source de chaleur sans compétition.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 12 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Construire 1 poulailler

JE REUSSIS TOUJOURS
- Surtout éviter de mettre dans la poussinière des poussins d’âge différent
- Facilement accessible et contrôlable : la poussinière peut être faite en bois, en
tôle ou en grillage en fonction de la saison et de l’isolation du bâtiment.
- Chauffé: au départ les poussins en l’absence de leur mère et de plumes ne
peuvent régler leur température corporelle (thermorégulation), c’est pourquoi il
faut donc les chauffer artificiellement avec différents matériels de chauffage :
 radiants à gaz (2200 à 2500 kcal pour 600 poussins)
 ampoules chauffantes électriques (400 watt pour 60 à 80 poussins)
 lampes tempête ou fanal (25 – 30 poussins par fanal)
Pour s’assurer que la température est idéale dans la poussinière, il faut observer le
comportement thermique des poussins comme ci-dessous

C. MISE EN PLACE DU MATÉRIEL D’ÉLEVAGE


Le matériel d’élevage sert à nourrir et soigner les animaux. Il s’agit principalement des
mangeoires et des abreuvoirs. Vous pouvez les acheter dans le commerce ou les
fabriquer vous-mêmes en respectant un certain nombre de principes :
- Ils doivent être faciles à nettoyer ;
- Ils ne doivent pas blesser les oiseaux ni l’éleveur lors de leur manipulation ;
- Ils doivent être conçus de manière à éviter les fuites d’eau et les gaspillages de
nourriture ;
- Ils doivent permettre de garder l’eau et les aliments propres toute la journée ;
- Ils doivent être amovibles (on peut les déplacer facilement).

1. Les mangeoires
Les mangeoires linéaires doivent être assez longues pour que
les poules puissent se nourrir sans se gêner. Il est aussi
possible de faire des mangeoires rondes où la provende est
contenue dans un tube vertical qui empêche les poules de
marcher dedans. La provende tombe au
fur à mesure de la consommation.
La dimension des mangeoires linéaires varie selon la taille des
poules : Les mangeoires pour adulte font une largeur de 12 cm et
une profondeur de 16 cm.
Il existe dans le commerce plusieurs types de mangeoires qui sont
adaptées aux différentes catégories d’animaux (poussins, poulets ou
adultes). Mais on peut en fabriquer soit même. Dans tous les cas il faut
que les animaux puissent y accéder facilement (hauteur) et sans
compétition. Attention à bien régler les mangeoires pour éviter le
gaspillage d’aliment.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 13 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Construire 1 poulailler

JE REUSSIS TOUJOURS
REMARQUE :
 Le passage du matériel démarrage au matériel adulte doit se faire
progressivement
 Le passage d’une formulation d’aliment à une autre doit se faire aussi
progressivement
 La hauteur du matériel doit être réglée par rapport au dos des animaux
 Attention aux fuites d’eau et aux gaspillages d’aliment pour ne pas trop
dégrader la litière
 Les abreuvoirs comme les mangeoires doivent être assez nombreux pour que les
animaux puissent y accéder sans compétition

2. Les abreuvoirs
En raison de l’aliment qui est sec et de nos climats chauds les poulets boivent
beaucoup, il leur faut à peu près 2,5 à 3 fois plus d’eau que d’aliment. L’eau doit être
potable et à disposition des animaux en permanence.
Il faut changer quotidiennement l’eau. Les abreuvoirs en plastiques sont
recommandés car ils sont faciles à nettoyer. On trouve dans le commerce plusieurs types
d’abreuvoir de plusieurs capacités (3 l, 5l, 10 l, et 20 l) et fabriqués dans des matériaux
différents (plastiques ou galvanisés).
Il faut une eau propre en permanence (claire). Il faut aussi éviter de
mouiller la litière.
Les abreuvoirs siphoïdes peuvent être utilisés dans les
petits élevages.
Il existe aussi des abreuvoirs automatiques mais qui
coûtent cher.
Pour tous les types d’abreuvoirs, il faut absolument éviter que les
poules puissent y marcher.
Il est possible d’en fabriquer soi-
même soit avec des bouteilles, des dame-
jeanne des boîtes de conserve ou du
bambou. Dans tous les cas assurez-vous
que les animaux puissent facilement
accéder aux abreuvoirs sans compétition et
en réglant bien la hauteur par rapport aux
dos des animaux.
REMARQUE : Dans le cas d’abreuvoirs automatiques prévoir une réserve d’eau en cas
de coupure d’eau et pour faciliter l’absorption de certains médicaments avec l’eau
de boisson.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 14 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Construire 1 poulailler

JE REUSSIS TOUJOURS
3. Les pondoirs
- Le pondoir permet de récupérer les œufs pondus ou aux poules de les couver.
- Le pondoir doit être calme. Une poule stresse très facilement pour un bruit et fait
chuter le taux de ponte. Il doit y en avoir suffisamment pour éviter les bagarres.
- Une poule peut pondre des œufs sans avoir de coqs dans le poulailler, par contre si
vous voulez avoir des poussins il faut absolument avoir un ou des coqs avec les
poules
- Il faut 1 pondoir pour 5 pondeuses avec des dimensions de 35 cm x 35 cm x 35 cm
- Le fond des pondoirs doit être garni de pailles, d’herbes sèches ou de feuilles
mortes.
Il existe plusieurs types de pondoirs :
 Les pondoirs collectifs
 Les pondoirs individuels
a) Le pondoir individuel :
Il est utilisé dans la plupart des pays. Ils
ont de nombreux avantages.
Les œufs sont plus propres, moins
cassés, les poules sont moins stressées et
peuvent pondre tranquillement. Les
bagarres sont évitées. Les poules n’ont
pas tendance à couver et les couveuses
sont plus faciles à repérer. Il faut donc un
grand nombre de pondoir pour satisfaire
toutes les poules.

b) Le pondoir collectif :
Il présente plusieurs inconvénients. Le taux d’œuf
cassé est souvent plus important. Ce pondoir favorise
la couvaison. Il incite à la bagarre et les poules ont
tendance à manger les œufs.

La norme est de 1 pondoir pour 5 poules.


Les dimensions sont : 30 cm3 (largeur 30cm,
longueur 30cm, profondeur30cm), une planchette de
12 cm de haut pour caler la litière, un perchoir placé
10-15cm devant le pondoir.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 15 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Construire 1 poulailler

JE REUSSIS TOUJOURS
4. Perchoir

Pour respecter les habitudes des poulets et limiter les problèmes de parasitismes,
des perchoirs devront être installés dans les bâtiments qui les abritent. Ces perchoirs
devront être faciles d’accès pour les animaux avec la pose éventuelle d’échelles.
Ils seront disposés de telle sorte que les animaux des étages inférieurs ne reçoivent pas
les déjections de ceux qui sont perchés plus haut.
Les perchoirs devront être fabriqués de préférence en bois à raison de 20 cm de
perchoir par animal.
En dehors de ces principaux matériels il y aussi les pesons, les seaux, les balais, les
râteaux, le chauffage, les couveuses artificielles, mire-œuf, les éleveuses, les cages de
transport, combinaison de l’éleveur (bottes, gants, blouses), matériel de vaccination, les
pondoirs, etc.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 16 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Bien choisir les animaux
poussins et reproducteurs

JE REUSSIS TOUJOURS
Chapitre 4. Bien Choisir les animaux à élever
Selon l’orientation de la production, l’éleveur aura à choisir des reproducteurs ou des
poussins de chair ou des poussins de ponte. Nous reviendrons en détail sur chaque cas
dans la suite de ce document. Mais de façon générale, certaines règles doivent être
respectées pour choisir de bons sujets, notamment :
- S’assurer que les animaux viennent d’un élevage sûr et bien suivi, et que toutes
les vaccinations nécessaires ont été faites
- S’assurer de leur état apparent de santé
- Bien compter le nombre et veiller au surplus compensatoire
- Éviter d’acheter les animaux dont on ignore l’origine, notamment les volailles
vendus aux abords des voies et au marché. Le marché est un point de
concentration des maladies. Il est donc très risqué d’y acheter de la volaille. Mais
si malgré tout vous choisissez d’acheter vos reproducteurs au marché ou au bord
des routes, prenez les mesures suivantes :
o Apprêter un local d’isolement pour les poulets achetés
o Vérifier que vos oiseaux sont apparemment en bonne santé avant de les
acheter
o Appliquez systématiquement la prophylaxie bio
Comment s’assurer que les animaux sont en bonne santé avant de les acheter ?

A. RECONNAÎTRE UNE PONDEUSE EN BONNE SANTÉ


Une pondeuse en bonne santé doit avoir les caractéristiques suivantes :
- Doit paraître en bonne santé et en pleine vie
- Un plumage normal pour la race
- Une crête rouge (plus colorée lors de la période
de ponte)
- Des yeux clairs et brillants
- Un bec et des naseaux propres et secs
- Des plumes propres autour de l’orifice
- Des pattes et griffes droites sans signe de pattes
écaillées
- Des pattes moins colorées lors de la ponte
- L’os de la poitrine ne doit pas ressortir
- Un gros et large derrière
Dans les petits troupeaux, il est relativement de facile de
vérifier si les poules sont en période de ponte ou non. Vérifier avec la main. La distance
entre les os pubiens équivaut à deux doigts quand la poule est en période de ponte, et
seulement un doigt quand la poule n’est pas en période de ponte.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 17 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Bien choisir ses poulets

JE REUSSIS TOUJOURS
B. RECONNAÎTRE UN POUSSIN EN BONNE SANTÉ
Un poussin en bonne santé, nouvellement éclos doit
avoir les caractéristiques Suivantes :
- La taille et la grosseur du corps bien
développées
- Un duvet de plumes brillantes, sèches, épaisses
et colorées
- Ventre mou
- Intérieur du nombril propre et sec
- Des pattes robustes avec des griffes séparées et droites
- Des yeux grands et clairs
- Un comportement vivant

C. RECONNAÎTRE UN JEUNE POULET ADULTE EN BONNE SANTÉ


Un jeune adulte en bonne santé doit avoir les caractéristiques
suivantes :
- Doit paraître en bonne santé et en pleine vie
- Un plumage brillant et normal (en fonction de la race)
- Bonne taille pour son âge
- Yeux clairs et brillants
- Un bec et des naseaux propres et secs
- Plumes propres autour de l’orifice
- Pattes et griffes droites

D. RECONNAÎTRE UN COQ EN BONNE SANTÉ


Un coq en bonne santé doit avoir les caractéristiques
suivantes
- De nature protectrice et alerte
- Plumage brillant et normal pour la race
- Yeux clairs et brillants
- Bec et naseaux propres et secs
- Plumes propres autour de l’orifice
- Pattes et griffes droites sans signe de pattes écaillées
- Taille plus grande comparativement aux poules.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 18 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Préparer des provendes
de bonne qualité soi-même

Chapitre 5. Préparer les provendes soi-même

JE REUSSIS TOUJOURS
Comme tous les animaux, les besoins nutritionnels des poulets évoluent en quantité et
en qualité selon l’âge. Ainsi, on distingue quatre grands niveaux de formulation
d’aliments :
- Aliment démarrage
- Aliment croissance
- Aliment finition
- Aliment ponte
Selon la race et la disponibilité des matières premières, on peut avoir plusieurs formules
d’aliments. Nous verrons cela plus en détails dans la suite de ce document.
L’ALIMENTATION EST L’UNE DES CLES DU SUCCES AVICOLE !

L’alimentation est essentielle pour l’augmentation de la production de


viande et d’œufs chez la volaille. Même les petits troupeaux vont manquer
de nourriture à certaines périodes de l’année s’ils ont uniquement la
nourriture qu’ils trouvent en errant dans les alentours. Le manque de
nourriture et d’eau va réduire la résistance des oiseaux aux parasites et
aux maladies, et petit à petit la mortalité du troupeau va augmenter.

Si la production est essentiellement constituée de races améliorées pour la production


des œufs, différents types de régimes commerciaux peuvent être donnés. Normalement
ils sont divisés en trois catégories distinctes, avec une quantité de protéine décroissante,
telle que :
 Un régime pour le début : riche en protéines ; de l’éclosion jusqu’à 4 à 6 semaines ;
 Un régime de croissance : moyennement riche en protéines ; jusqu’à 20 semaines ;
 Un régime de pondeuse : faible en protéines ; poules à partir de 20 semaines.
La composition et la disponibilité de l’alimentation vont varier en fonction de la
saison, des situations géographiques et des systèmes de ferme.
Le besoin de nourriture va changer en fonction de l’âge et du statut de l’oiseau (poulet,
adulte, pondeuse, couveuse). La meilleure manière de composer de la nourriture
équilibrée et la moins chère possible, est d’utiliser les ressources locales.
Cependant, beaucoup de vitamines et de minéraux sont détruits s’ils sont stockés trop
longtemps ou pas dans des conditions optimales, comme forte humidité et chaleur. La
connaissance de la qualité et de la source des différentes matières nutritives est
importante pour réduire le risque de mauvaise alimentation.
En général, la volaille, et d’autres animaux ont besoin de nourriture contenant de
l’énergie et des protéines, ainsi que des vitamines et des minéraux.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 19 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Préparer les provendes

JE REUSSIS TOUJOURS
A. DIFFÉRENTS NUTRIMENTS POUR COMPOSER LA PROVENDE
1. Énergie
Normalement, au moins ¾ du régime est fait de nourriture énergétique. Les nourritures
énergétiques sont les plus importantes pour maintenir la température du corps et le
niveau d’exercice des oiseaux. Les céréales, le grain, les racines et les tubercules sont les
sources d’énergie les plus importantes. Les exemples de nourritures énergétiques sont
les céréales telles que le maïs et ses produits dérivés (son), le sorgho, le blé et ses
produits dérivés (son, courts ou sassés), le riz et ses produits dérivés (son mouillé, bruni
ou poli), farine de racine de manioc (farine, tapioca), malaga (taro), farine d’igname,
farine de yucca, farine de patate douce, plantain et farine de banane.
Les racines et les tubercules doivent être trempées dans de l’eau pendant 60 minutes et
cuites avant d’être séchées pour enlever les substances nocives, et la proportion du
régime est en général gardée en-dessous de 1/10.

2. Protéines
Les protéines sont nécessaires pour la croissance et pour garder une bonne santé.
Normalement pas plus de 1/5 de la diète est de la nourriture riche en protéines, étant
normalement très chère. Les protéines viennent soit de sources animales ou végétales.
Les exemples de nourriture riches en protéines sont : les asticots, les œufs des termites,
les insectes, les vers, les farines de déchets, de poisson, de viande, d’os, de sang, de
plumes, des pois, des fèves et des tourteaux de par exemple arachide, graines de coton,
noyaux de palmier, sésame et de noix de coco.
Quelques plantes riches en protéines, comme les fèves, contiennent des substances
nocives, il faut donc garder la proportion faible. Le niveau de substances nocives dépend
du type de plante et si la nourriture a été préparée auparavant.

3. Vitamines
Les oiseaux qui errent pour trouver leur nourriture obtiennent des vitamines en,
mangeant de l’herbe verte, des légumes, la bouse de vache fraîche et à travers la lumière
solaire. Les vitamines A, B2, et D3 sont très importantes car de nombreux problèmes
surviennent si les oiseaux manquent de ces vitamines. La lumière solaire et l’herbe verte
fournissent les vitamines A et D, alors que la vitamine B provient de la bouse de vache
fraîche. La vitamine B peut également être ajoutée avec des comprimés de Riboflavin.
Les vitamines additionnelles peuvent être données mais en très petites quantités et
achetées dans les drugstores ou les alimentations, mais ceci n’est normalement pas
nécessaire dans le cas de volaille qui erre pour trouver sa nourriture. En revanche, les
oiseaux confinés dans un espace ont toujours besoin de vitamines additionnelles dans
leur alimentation.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 20 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Préparer les provendes

JE REUSSIS TOUJOURS
4. Minéraux
Les minéraux sont importants pour la formation des os, la formation des coquilles
d’œufs et pour une bonne santé. Les minéraux les plus importants sont le calcium et le
phosphore. Pour produire des coquilles d’œufs solides, les poules pondeuses ont besoins
d’un libre accès au calcium (calcaire ou coquilles broyées), et les adultes sont
généralement capables d’équilibrer leur consommation en fonction de leurs besoins. Si
de la nourriture riche en phosphore est ajoutée, elle doit être compensée avec du
calcium, puisqu’une trop grande quantité de l’un entraîne la carence de l’autre. Les
exemples de sources de minéraux sont : la farine d’os, des coquilles d’huître broyées, des
coquilles d’escargots et des coquilles d’œufs brûlées. Utiliser de la farine d’os et des
coquilles d’œufs est un bon moyen pour équilibrer les niveaux de calcium et de
phosphore. Les coquilles d’œufs doivent toujours être brûlées ou cuites avant
l’utilisation dans les régimes pour enlever tous germes malades.

B. SOUS QUELLE FORME PRÉPARER ET SERVIR LA PROVENDE


1. Mélange simple de nourriture
Il est possible de faire un régime semi-équilibré pour les petits poussins de 0 à 6 semaines.
Des ingrédients accessibles localement doivent être séchés à l’ombre (le soleil détruit les
vitamines importantes) et broyés dans un mortier avant mélange.
Les récipients disponibles localement, tels que les boîtes de conserve de tomate ou les boîtes
d’allumettes peuvent être utilisées pour plus facilement quantifier les différents ingrédients.
Les unités de grammes et de pourcentages doivent être converties en unités locales pour les
pratiques sur le terrain. Les grandes quantités de mélange peuvent être stockées si et
seulement si les conditions adéquates de stockage sont assurées. Il n’est généralement pas
conseillé de stocker de la nourriture mélangée plus longtemps que quelques semaines pour
éviter toute contamination de mues, bactéries et rongeurs.

2. Système cafétéria
A plus de 6 semaines, la volaille devrait être nourrie avec un système de cafétéria,
limitant les pertes de temps et d’énergie pour l’alimentation mélangée.
Il est important de reconnaître que les adultes sont capables de mélanger leur propre
nourriture selon leurs besoins. Le meilleur moyen de nourrir des oiseaux de système
amélioré, après 6 semaines est le système cafétéria, où les types de nourriture les plus
communs sont donnés dans des compartiments séparés.
Dans le système cafétéria, il doit y avoir au moins un compartiment pour :
 Nourriture énergétique comme le maïs, le mil, et le sorgho.
 Nourriture riche en protéines comme les pois, les fèves, les tourteaux, le
poisson, la viande, la farine d’os, les asticots et les termites.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 21 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Préparer les provendes

JE REUSSIS TOUJOURS
 Nourriture riche en minéraux comme la farine d’os, les coquilles d’huître
broyées, les coquilles d’escargots, les coquilles d’œufs brûlées.
Dans un autre compartiment pour la nourriture riche en huile, il peut y être ajouté du
suif, des farines de tourteaux, et de l’huile de poisson. De donner la nourriture aux
adultes dans des compartiments permet d’observer le comportement des oiseaux et
d’éviter des quantités et types de nourriture inutiles. Par exemple, pendant les saisons
de récolte, il devrait être remarqué que les oiseaux se nourrissent moins de nourriture
riche en énergie du fait de la présence de céréales dans les alentours. Il est également
possible d’essayer de la nourriture que les oiseaux ne trouvent pas goûteuse.
Le système cafétéria est un bon moyen pour apprendre à connaître le comportement et
les préférences gustatives des oiseaux.

3. Acheter de la provende commerciale, granulée ou non


S’il est envisagé d’acheter de la nourriture commerciale, il faut calculer si c’est rentable ou
non. Si le prix des œufs est plus bas que celui de la nourriture, ce n’est pas rentable.

Eviter de donner de la nourriture


commerciale aux races locales,
c’est rarement rentable.

C’est seulement durant les premières quatre à six semaines qu’il faut penser à donner un
complément de nourriture déjà mixé acheté au marché. La production d’œufs et la
croissance des oiseaux seront limités selon l’accès à la nourriture et leur potentiel
génétique. Les oiseaux locaux des villages sont normalement les meilleurs convertibles
de nourriture en œufs, bien que leur potentiel de production soit bien plus faible que les
races améliorées génétiquement. Il est facilement possible d’augmenter la production
des œufs et la croissance des races locales en leur donnant un complément de
nourriture. Les races améliorées aussi se portent bien dans les conditions de village s’il
leur ait donné un complément de nourriture.

Cependant, il est recommandé de faire des calculs


économiques de coût et de bénéfice et évaluer les risques à
prendre en considération, avant de faire les choix sur la
quantité et la qualité de la nourriture. Les conseils sur
l’alimentation seront différents en fonction des systèmes de
production (traditionnel, amélioré, confiné), en raison des
différentes situations économiques.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 22 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Préparer les provendes

JE REUSSIS TOUJOURS
C. COMMENT COMPOSER LES PROVENDES SOI-MÊME
La formulation des provendes consiste à combiner les différentes matières premières
dont on dispose afin d’obtenir un mélange assurant la satisfaction des besoins des
animaux tout en garantissant le prix le plus faible par kg d’aliment composé.

1. Règles générales à respecter lors de la formulation :


- Il y a intérêt à utiliser un nombre important de matières premières (de 7 à 12) pour
équilibrer correctement une ration.
- Il faut s’approcher autant que possible des besoins recommandés pour chaque
catégorie de volailles et au cours des différents périodes d’élevage, sans gaspiller les
produits qui coûtent cher.
- On ne remplacera jamais une matière première par une autre sans recalculer la
composition de la provende.
- On ne fabriquera jamais un concentré minéral vitaminé soi-même et on respectera
les normes recommandées pour les l’utilisation de CMV du commerce.
- La lysine et la méthionine de synthèse sont souvent indispensables de même que les
sources de calcium et de phosphore.
- L’utilisation d’huile végétale ou de graisses animales permet d’obtenir un niveau
énergétique élevé dans les rations.
- Les sons (riz, blé, ..) doivent toujours être utilisés (entre 7 et 12 % de la ration) pour
la régularisation du transit digestif et éviter les diarrhées et constipations.

2. Limites d’utilisation de certaines matières premières :


En raison de la présence de facteurs antinutritionnels, pour respecter une
présentation optimale de la provende, ou parce que certains aliments confèrent
des goûts à la chair et aux œufs, il est nécessaire de respecter un certain nombre
de règles particulières pour l’incorporation des matières premières :
Céréales pas de limites d’utilisation à l’exception du sorgho rouge qui renferme
des tanins (limite de 30 à 35% dans les rations, selon la teneur en
tanins)
Tourteau d’arachide ne pas dépasser 25% du mélange en raison de la présence d’aflatoxine
Tourteau de coton ne pas dépasser 10% du mélange en raison de la présence de gossypol
Tourteau de palmiste ne pas dépasser 20% du mélange (teneur élevée en fibres)
Farine de poisson ne pas dépasser 5% du mélange car elle donne son goût aux œufs et à la
viande de poulet, surtout si elle est grasse
Farine basse de riz ne pas dépasser 40% du mélange pour limiter l’effet dépressif dû à son
utilisation dans les rations
Huile végétale / ne pas dépasser 5% du mélange pour éviter la diarrhée.
graisses animales

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 23 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Préparer les provendes

JE REUSSIS TOUJOURS
3. Préparation des aliments
Pour la préparation, tous les ingrédients doivent être écrasés au moulin. La composition
des poussins doit être finement écrasée afin de leurs faciliter la digestion. En voulant
faire vos propres compositions, utilisez une quantité qui sera proportionnelle à la
quantité d’aliment que vous désirez produire. La préparation des aliments dans
l’exploitation est réalisée en plusieurs étapes :
 Pesée des matières premières : elle doit être précise ;
 Mouture : les matières premières fines (particules de 0.1 à 1.5 mm) peuvent être
incorporés telles quelles dans le mélange (phosphore, craie, lysine, méthionine,
CMV, sons…). Les autres éléments de la ration (céréales, tourteaux…) doivent être
broyés avant d’être mélangés pour obtenir des particules grossières de 0.5 à 1.5
mm.
 Pré-mélange : il consiste à mélanger toutes les matières premières que l’on doit
incorporer en faibles quantités avec une partie des céréales moulues, de manière
à mieux les répartir dans le mélange final. Le pré-mélange peut être réalisé
simplement dans des bassines ou dans un tonneau désaxé mis en mouvement au
mayen d’une manivelle (exemple : craie, phosphore, lysine, méthionine, CMV +
une partie de maïs) ;
 Mélange : le pré-mélange est incorporé progressivement au reste des matières
premières à l’aide d’un mélangeur (mélangeur subhorizontal, vertical, tonneau
désaxé…) ou à la pelle sur surface bétonnée ;
 Incorporation d’huile : elle est réalisée en dernier lieu, progressivement et après
un certain temps de mélange pour éviter la formation de petites boulettes.
QUELQUES CONSEILS PRATIQUES POUR LA PREPARATION DE VOS PROVENDE :
 Utiliser toujours des matières premières de bonne qualité (éviter moisissures, terre,
corps étrangers, …)
 Peser correctement les matières premières.
 Vérifier s’il n’y a pas de pertes au niveau du broyage, sinon réaliser la pesée des matières
premières après mouture.
 Eviter les pertes au niveau des pré-mélanges.
 Incorporer progressivement le pré-mélange dans le mélange.
 Incorporer en dernier lieu les matières grasses, de manière progressive et après avoir
mélangé le reste pendant 10 minutes au moins.
 Respecter les temps de mélange recommandés par les fabricants de mélangeurs (de 20 à
30 min.)
 Vérifier la bonne répartition des ingrédients après avoir réalisé le mélange.
 Utiliser toujours une main d’œuvre qualifiée et expérimentée pour la préparation des
aliments.
 Lors de la fabrication, éviter la propagation des maladies d’un bâtiment à l’autre
(grandes exploitations) par l’intermédiaire des sacs réutilisés : marquage et utilisation
des sacs par bâtiment.
 Pour la même raison, utiliser des sacs neufs pour les provendes et les remplacer
régulièrement.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 24 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Préparer les provendes

JE REUSSIS TOUJOURS
4. Composition de provendes : quelques exemples
a) Exemple n°1
POUSSIN JEUNE Adulte ADULTE
INGREDIENTS (De 0 à 45 jours) (De 45 – 90 jrs) (à partir de 90 jrs)
Maïs 5 kg 62,5% 5 kg 68,9% 5 kg 58,8%
Soja ¼ kg 3,1% ½ kg 6,9% 1 kg 11,8%
Farine de poisson/crevettes 1 kg 12,5% ½ kg 6,9% ¼ kg 2,9%
Poudre de feuilles de moringa 1 kg 12,5% ½ kg 6,9% 1 kg 11,8%
Poudre d’os / coquilles d’escargot ½ Kg 6,2% ½ Kg 6,9% 1 Kg 11,8%
Sel (cuillerée à soupe) 1 cas 0,1% 1 cas 0,1% 1 cas 0,1%
Huile de palme 1/8 Litre 3,1% 1/8 Litre 3,4% 1/8 Litre 2,9%
8,005 7,255 100,0 8,505
TOTAL 100,0% 100,0%
KG KG % KG
b) Exemple n°2 : formule croissance simple
INGREDIENTS JEUNE Adulte (De 45 – 90 jrs)
Maïs 6 kg 60,0%
Son de riz 2 kg 20,0%
Soja 1,5 kg 15,0%
Farine de poissons 0,3 kg 3,0%
Poudre d’os / coquilles d’escargot 0,1 Kg 1,0%
Sel (cuillerée à soupe) 0,1 Kg 1,0%
TOTAL 10 kg 100,0%

c) Exemple n°3 : Formule pondeuse


INGREDIENTS PONDEUSE
Maïs 6,2 Kg 62%
Son de blé 0,88 Kg 8,8%
Soja 1,5 Kg 15%
Tourteau de coton 0,22 kg 2,2%
Farine de poissons 0,685 Kg 6,85%
Poudre d’os / coquilles d’escargot 0,2 Kg 2%
Sel (cuillerée à soupe) 0,03 Kg 0,3%
Prémix 0,025 kg 0,25%
Méthionine 0,02 kg 0,2%
Lysine 0,03 Kg 0,3%
Phosphate 0,2 Kg 2%
Sulfate de fer 0,01 kg 0,1%
TOTAL 10 kg 100%

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 25 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
LA SANTE DES POULETS :
prévenir et guérir grâce aux plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
Chapitre 6. La santé des poulets par les plantes
Les maladies sont partout et attaquent les oiseaux à tout âge,
mais un entretien attentionné peut empêcher beaucoup de maladies.

A. COMMENT ÉVITER AUX POULETS DE TOMBER MALADES


Les facteurs essentiels sur lesquels il faut veiller pour éviter les maladies sont :
- L’espace occupé par chaque oiseau
- La quantité et la qualité de l’aliment
- La quantité et la qualité de l’eau de boisson
- L’hygiène de l’habitat et des matériels d’élevage

1. Espace :
Trop d’oiseaux ensemble peuvent se blesser ou même se tuer, puisque les plus forts donnent
des coups de bec aux plus faibles. Il ne faut jamais garder les races locales en confinement
sans accès à l’air libre. S’il est question d’un confinement extérieur, il faut alors assurer un
libre mouvement d’au moins 5 m² par adulte. Dans les endroits encombrés, les maladies se
dispersent plus facilement d’un oiseau à l’autre.
D’autres espèces d’oiseaux peuvent avoir la maladie sans pour autant en montrer des
symptômes. Par exemple, les canards, les pintades et les dindes peuvent transmettre des
maladies aux poules et vice versa. La meilleure façon d’éviter la dissémination de maladies
d’une espèce à une autre est de les garder séparés dans des cages, des poulaillers ou des
paniers différents.
Toujours garder des oiseaux domestiques aussi loin des oiseaux sauvages que possible.

2. Alimentation :
Un complément de nourriture, en particulier pour les petits poussins est une des choses les
plus importantes pour empêcher les maladies. Les aliments doivent être stockés dans un
endroit sec et propre, pour éviter leur contamination ce qui peut disséminer les maladies.

3. Eau propre :
L’eau propre d’un puits, mais pas d’une mare est importante pour éviter la dispersion des
maladies d’origine hydrique, comme le choléra aviaire et la grippe aviaire.
Si une souche très contagieuse de grippe aviaire est présente dans l’environnement, il faut
faire bien attention d’éviter l’eau potentiellement contaminée par les oiseaux sauvages.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 26 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Soigner les poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
4. Hygiène :
Un habitat sec et propre est essentiel pour éviter le développement et la dissipation des
maladies. De temps en temps après le nettoyage, les habitats et les abris doivent être
désinfectés avec un lavage à la chaux.
Il est préférables d’abattre les poules qui sont trop maigres et de ne pas les laisser pondre
des œufs, car elles ne résistent pas aux maladies et peuvent les transmettre à d’autres qui
sont en bonne santé.

B. CONNAÎTRE ET IDENTIFIER LES MALADIES CHEZ LES POULETS


1. Les signes qui montrent que votre poulet est malade
Voici les signes qui montrent que votre poulet est malade :
 Blottissement des poussins l’un contre l’autre
 Toux, éternuement, accélération de la respiration
 Jetage buccal et nasal
 Somnolence, inappétence, fermeture des paupières
 Paralysie des pattes et des ailes
 Diarrhée blanche
 Retournement ou torsion du cou
 Couleur rouge sombre de la tête et de la crête
 Diarrhée verte ou jaune
 Diarrhée rouge sanguinolente
 Gonflement de la tête et de la crête
 Crête pâle
 Vers présents dans les fèces
 Ver dans l’œil
Les maladies des poulets peuvent être regroupées en deux grandes catégories : les
maladies infectieuses et les maladies non infectieuses
Les maladies infectieuses comprennent quatre sortes de maladies : virales, parasitaires,
bactériennes et fungiques. Elles sont généralement dues à la mauvaise hygiène.
Les maladies non-infectieuses sont des maladies dues à la mauvaise alimentation.

2. Les maladies virales


Elles sont parmi les plus meurtrières. Les maladies virales ne peuvent pas être
traitées avec aucun médicament chimiques, mais peuvent être empêchées ou
contrôlées si les animaux sont vaccinés avant que la maladie n’apparaisse dans le
troupeau. Si la maladie est présente dans le troupeau, les vaccinations chimiques
peuvent augmenter la sévérité de la maladie. Heureusement il y a des traitements

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 27 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Soigner les poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
à l'aide des plantes qu'on peut administrer aux animaux afin qu'ils soient complètement
guéris. Mais attention il faut toujours éloigner les oiseaux malades de ceux en bonne
santé.
Voici les maladies virales les plus importantes
- Maladie de Newcastle,
- encéphalomyélite aviaire,
- variole,
- maladie de Marek,
- Bronchite infectieuse,
- laryngo-trachéïte infectieuse,
- maladie de Gumboro (bursite infectieuse),
a) Maladie de Newcastle :
Qu’est-ce que c’est ?
La maladie est très fréquente pendant les saisons sèches et se voit parmi les poussins
jeunes, mais aussi les adultes. Elle se diffuse rapidement via les gouttelettes projetées et
transportées dans l’air par la toux ou l’éternuement des sujets infectés. Le virus peut
être transporté par les oiseaux sauvages, les œufs contaminés et l’habillement. Comme la
mortalité peut atteindre souvent 100 % chez les jeunes poussins. Cette maladie
représente probablement la contrainte la plus importante au développement de
l’aviculture familiale. Les sujets de tous âges peuvent être affectés, quoique les jeunes
soient plus susceptibles. La mortalité chez les oiseaux plus âgés est habituellement plus
faible, mais la production peut être sévèrement réduite.
Comment la reconnaître ?
 Les animaux perdent l’appétit et ont une mauvaise digestion.
 Ils ont une respiration forte, des fientes verdâtres et parfois de la diarrhée avec
du sang.
 Ils ont parfois des symptômes nerveux, paralysie et mort soudaine.
 Les symptômes arrivent tous en même temps.
 La période d’incubation de trois à cinq jours est suivie de somnolence, de toux,
d’éternuement et de halètement.
 L’accélération de la respiration s’accompagne d’un bruit de gargouillis dans la
gorge.
 Habituellement, les signes respiratoires apparaissent les premiers et sont
quelquefois suivis de signes nerveux, caractérisés par une torsion du cou,
pouvant être accompagnés de l’affaissement des ailes et des pattes.
 Compte tenu de l’environnement et du degré de résistance des oiseaux, tous les
symptômes ne sont pas visibles ou peuvent n’apparaître que sous forme atténuée
ou sub-clinique. Certains fermiers ont observé que la torsion du cou
n’apparaissait que chez les sujets qui survivent ultérieurement.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 28 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Soigner les poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
 Le diagnostic est difficile à poser à partir des seuls symptômes, car ces derniers,
très variés, se retrouvent dans beaucoup d’autres maladies.
Comment la prévenir ?
La maladie de Newcastle peut être empêchée par l'hygiène, la propreté des volailles et la
limitation du contact avec des oiseaux non suivis ou d’autres sources de contamination.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
La médecine vétérinaire moderne n’arrive pas à guérir cette maladie. Une fois malade,
aucune plante ne peut garantir une guérison à 100%.
Mais les feuilles de Moringa Oleifera sont très efficaces pour renforcer le système
immunitaire des poulets et prévenir les maladies virales comme la maladie de Newcastle
pseudo encore appelée peste aviaire.
B) Variole Aviaire
Qu’est-ce que c’est ?
Elle reste importante dans beaucoup de troupeaux du fait que :
- Le virus peut demeurer vivant dans les croûtes tombées des oiseaux et garder
son pouvoir virulent pendant 10 années.
- Les moustiques et autres insectes hématophages peuvent transmettre le virus.
La maladie est saisonnière et apparaît après la période de reproduction des moustiques.
C’est également une maladie majeure dans beaucoup d’autres régions tropicales souvent
parmi les jeunes poussins mais aussi chez les adultes.
Comment la reconnaître ?
Pustules sur la caroncule et sur la tête. Mort subite. Forte température et fatigue, suivi
par mort subite. La maladie peut paraître toute l’année, mais la plupart du temps
pendant les saisons sèches.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
Il n’y a pas de traitement au niveau de la médecine moderne. Aucune plante ne peut
garantir une guérison à 100%.
Mais les feuilles de Moringa Oleifera sont très efficaces pour renforcer le système
immunitaire des poulets et prévenir les maladies virales comme la variole aviaire.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 29 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Soigner les poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
C) Grippe Aviaire
La maladie est normalement commune chez les canards et autres oiseaux
aquatiques, et se dissipe sous forme très contagieuse et potentiellement
dangereuse chez les poulets. Forte mortalité dans le troupeau.
Comment la reconnaître ?
Caroncule et crête bleus et gonflés. L’infection se fait par de la nourriture ou de l’eau de
mares contaminées. La meilleure prévention est une hygiène stricte et la mise à part
des oiseaux malades.
Comment la prévenir ?
La grippe aviaire ne peut actuellement PAS être empêchée par un vaccin.
Mais les feuilles de Moringa Oleifera sont très efficaces pour renforcer le système
immunitaire des poulets et prévenir les maladies virales comme la variole aviaire.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
Il n’y a pas de traitement. Ne pas manger les oiseaux infectés.

D) Maladie De Marek
Qu’est-ce que c’est ?
L’infection se manifeste précocement et lorsqu’un oiseau infecté survit, il peut
disséminer le virus toute sa vie à partir de la perte de squames cutanées.
Comment la reconnaître ?
Les signes cliniques apparaissent chez les jeunes oiseaux en croissance sous forme aiguë
de la maladie, caractérisée par une forte mortalité due à des tumeurs viscérales. La
forme classique, également accompagnée d’un pic élevé de mortalité, survient chez les
oiseaux âgés de 15 semaines jusqu’à l’entrée en ponte. Elle se manifeste par la paralysie
des pattes et des ailes.
Comment la prévenir ?
Par la vaccination.
Les feuilles de Moringa Oleifera sont très efficaces pour renforcer le système
immunitaire des poulets et prévenir les maladies virales comme la variole aviaire.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
Par la médecine vétérinaire moderne, non. Par les plantes oui.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 30 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Soigner les poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
3. Les Maladies Bactériennes
A) Cholera Aviaire (Pasteurellose)
Qu’est-ce que c’est ?
Il s’agit d’une septicémie contagieuse (causée par Pasteurella Multocida) affectant tous
les types de volaille. Souvent transmis par des oiseaux sauvages ou d’autres animaux
domestiques, elle se dissémine par contamination de la nourriture ou de l’eau et par le
jetage nasal ou oral d’oiseaux infectés.
Comment la reconnaître ?
La période d’incubation est de quatre à neuf jours, mais des accès aigus peuvent
apparaître en deux jours. Dans certains cas, les oiseaux meurent dans les quelques
heures suivant les premiers signes qui varient suivant la forme de la maladie. La forme
respiratoire se caractérise par du halètement, de la toux et des éternuements, tandis que
dans la forme septicémique, apparaît une diarrhée avec des fèces humides de couleur
grise, jaune ou verte. Dans la forme localisée, les signes sont la paralysie et la flaccidité
des articulations des ailes et des pattes. Dans les cas aigus, la tête et la crête virent au
rouge sombre ou au pourpre. Si l’infection est localisée à la région des oreilles, une
torsion du cou (torticolis) peut quelquefois s’observer. Dans les cas chroniques, la crête
est généralement pâle, avec des gonflements autour des yeux et un jetage buccal ou
nasal. Le choléra est commun partout où il y a des troupeaux villageois en liberté, du fait
qu’ils associent plusieurs espèces de volailles et sont constamment en contact avec des
oiseaux sauvages.
Comment la prévenir ?
La meilleure prévention est une hygiène stricte.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
Il n’y a pas de traitement.
b) Pullorose (Diarrhée Blanche)
Qu’est-ce que c’est ?
Maladie transmise par l’œuf et causée par le Salmonella pullorum, elle se transmet
pendant l’incubation ou immédiatement après l’éclosion.
Comment la reconnaître ?
La diarrhée blanche peut s’observer dès l’âge de trois jours jusqu’à l’âge de plusieurs
semaines. Les poussins refusent de manger, tiennent leur tête repliée et leurs ailes
pendantes. Ils se blottissent l’un contre l’autre en émettant un pépiement
caractéristique. Dans les formes aiguës, la mortalité varie de 20 à 80 pour cent; elle est
d’environ 5 pour cent dans la forme chronique. Dans cette dernière, les signes sont un

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 31 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Soigner les poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
gonflement marqué de l’articulation du jarret, un développement ralenti du plumage,
une perte d’appétit et une dépression générale.
Comment la prévenir ?
Maintenir le poulailler toujours aéré, sec et propre. Eviter de faire de la poussière dans
le poulailler.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
Oui, grâce aux antibiotiques
c) Typhose
Qu’est-ce que c’est ?
Causée par Salmonella gallinarum, elle affecte communément les volailles adultes.
Comment la reconnaître ?
Lorsqu’elle surgit chez les jeunes oiseaux, les signes sont semblables à ceux de la
pullorose. La période d’incubation est de quatre à cinq jours, et deux jours plus tard, les
oiseaux deviennent dépressifs et anorexiques. La couleur de la crête et des barbillons
passe au rouge sombre; les fèces deviennent jaunes et les oiseaux laissent tomber la tête
avec les yeux clos. Habituellement, les oiseaux affectés meurent entre trois et six jours.
Pullorose et Typhose sont répandus en conditions d’élevage en liberté.
Comment la prévenir ?
Maintenir le poulailler toujours aéré, sec et propre. Eviter de faire de la poussière dans
le poulailler.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
Oui, grâce aux antibiotiques chimiques ou naturelles
d) Salmonellose aviaire
Qu’est-ce que c’est ?
Infection causée par tout type de Salmonella, autre que S. pullorum ou S. gallinaruim.
Dans les pays à systèmes avicoles intensifs, la viande de volaille et les œufs représentent
une source majeure d’infection pour l’homme. L’inverse peut être vrai quand c’est la
volaille qui est infectée par l’homme.
Comment la prévenir ?
Maintenir le poulailler toujours aéré, sec et propre. Eviter de faire de la poussière dans
le poulailler.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
Oui, grâce aux antibiotiques chimiques ou naturelles

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 32 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Soigner les poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
e) Gumboro (Bursite Infectieuse)
Qu’est-ce que c’est ? Seulement les jeunes poussins de moins de 6 semaines sont
contaminés et normalement uniquement dans les grands troupeaux gardés en
confinement. Pas dans les systèmes traditionnels villageois à petite échelle.
Comment la reconnaître ? Le symptôme le plus commun est la diarrhée.
Comment la prévenir ? Par la vaccination et par les plantes come le moringa oleifera
pour renforcer le système immunitaire des oiseaux.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
Par la médecine vétérinaire moderne, non.
f) Coryza infectieuse ou Rhume aviaire
Qu’est-ce que c’est ? Seulement les jeunes poussins de moins de 6 semaines sont
contaminés et normalement uniquement dans les grands troupeaux gardés en
confinement. Pas dans les systèmes traditionnels villageois à petite échelle.
Comment la reconnaître ? Le nez qui coule, enflures sous les yeux, fermeture des yeux
et baisse de la production d’œufs.
Comment la prévenir ? Par une observance stricte des normes d’hygiène et sanitaire
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
Des antibiotiques chimiques ou naturels ajoutés dans l’eau sont le meilleur traitement.

4. Les Maladies Parasitaires


a) Parasites externes (ectoparasites)
Très commun chez les volailles en divagation, ils comprennent:
 Poux: vivent sur la peau, spécialement autour du cloaque et sous les ailes. Ils causent
une irritation qui peut réduire la production. Les espèces de poux communément
rencontrées sur la volaille sont: Menacanthus straminens, Lipeurus caponis, Monopon
gallinae, Goniodes gigas and Chelopistes meleagride
 Acariens: parasites gênants, Ils se nichent dans les fentes du logement et des perches
et sortent seulement pendant la nuit. Ils sucent le sang et diminuent la production
d’œufs. Certains acariens comme Dermanyssus gallinae peuvent transmettre aussi le
protozoaire Borrelia qui provoque fièvre, dépression, cyanose et anémie.
 Tiques: une infestation massive peut causer une anémie sévère et, dans les cas
extrêmes, la mort due à la perte de sang. Argas persicus est particulièrement
dangereux, car il représente le vecteur de plusieurs parasites du sang, comme les
hémoprotozoaires et les microfilaires.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 33 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Soigner les poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
Si les parasites externes tels que les mites, les poux, les mouches et les tiques ne sont pas
traités, ils entraînent une perte de poids et possible perte de plumes, car les parasites
sucent le sang et irritent la peau. Les poux peuvent être situés autour des yeux et du
nez, tandis que les mouches peuvent se trouver sur le ventre.
Comment les prévenir ? Les cendres et la poudre de soufre doivent être utilisés à
l’endroit où les poules prennent leur bain de poussière. Les nids doivent être
protégés en mettant des feuilles de tabac mélangées avec de la cendre.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ? Le traitement recommandé est la
pulvérisation ou le saupoudrage de pesticides, de cendre et d’huile.
 Pattes écaillées : L’irritation de la peau des pattes de l’oiseau par un parasite externe
est la cause de pattes écailleuses. Les symptômes sont : les pattes ont visiblement
des écailles et des blessures et deviennent infirmes par leur apparence. Le meilleur
traitement est de tremper quotidiennement les pattes dans du kérosène, de
l’huile ou un insecticide jusqu’à ce que ces blessures disparaissent.

Parasites internes (endoparasites)


Les plus importants sont:
b) Helminthes: Vers (nematodes et vers solitaires)
Qu’est-ce que c’est ?
Ils sont communs chez la volaille en divagation, spécialement les nématodes et les
cestodes. Ssenyonga, (1982) a démontré que les vers représentaient une cause
essentielle de la faible production d’œufs chez la volaille en liberté en Ouganda; les plus
communément trouvés étaient Ascaridia galli (verrond), Heterakis gallinae (ver du
coecum), Syngamus trachae (ver de la trachée) et Raillientina spp. (ver plat)
Comment la reconnaître ? Ces parasites engendrent une mauvaise santé, une perte
de poids, une baisse de production d’œufs et une diarrhée de sang.
Comment la prévenir ? Une hygiène stricte devait empêcher une infection forte.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
Le meilleur traitement est d’ajouter des plantes antihelminthiques à l’eau potable.
c) Protozoaires : Coccidiosis
Qu’est-ce que c’est ? Les plus pathogènes sont les différentes espèces de Eimeria
tenellaet E.necatrix responsables de coccidioses. Celles-ci représentent des maladies
parasitaires communes chez la volaille en divagation. Elles affectent surtout les jeunes
oiseaux.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 34 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Soigner les poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
Comment la reconnaître ? Les signes les plus apparents sont l’émaciation, la soif,
l’apathie, un plumage ébouriffé, des matières fécales sanguinolentes, et un blotissement
des oiseaux les uns contre les autres. Si les poussins survivent, ils resteront maigres et
seront longs à pondre.
Comment la prévenir ? Une hygiène stricte devait empêcher une infection forte. Mais la
meilleure prévention est de ne pas mettre trop d’oiseaux ensembles, tels que des
oiseaux de groupes d’âges différents, puisque la maladie se transmet d’adulte à poussin.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ? Le traitement est l'administration des plantes
dans l’eau potable ou la nourriture.

5. Les Maladies Fongiques


a) Mycotoxicoses
Qu’est-ce que c’est ?
Aspergillus flavus se développe communément sur des aliments stockés dont la teneur
en humidité dépasse onze pour cent, spécialement les céréales (maïs) et les farines de
tourteaux (arachide). L’aflatoxine est la toxine spécifique produite par A.flavus. La
toxine peut subsister même si tous les signes de moisissure ont disparu. Les canards
sont plus sensibles, la dose léthale dans la nourriture est de un pour un million (ppm)
alors que le poulet peut tolérer jusqu’à 4ppm. Dans les formes aiguës de la maladie, la
mortalité peut s’élever jusqu’à 50 pour cent. Les autres effets secondaires incluent une
croissance ralentie chez les jeunes sujets et une ponte réduite chez les poules
Comment la prévenir ?
Respecter les normes de conservation et de stockage des aliments.
b) Aspergillose
Qu’est-ce que c’est ?
La maladie s’appelle également aérosaculite. Le champignon Aspergillus fumigatus
provoque la maladie en se développant dans les poumons et les sacs aériens. Il prospère
dans les litières ou dans la nourriture humide.
Comment la reconnaître ?
Les oiseaux peuvent inhaler les spores, qui se développent en lésions aisément visibles
sous forme de nodules verts ou jaunes qui vont envahir complètement les poumons.
Comment la prévenir ?
Eviter de laisser de la litière mouillée dans le poulailler ou de conserver des restes de
nourriture en décomposition.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 35 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Soigner les poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
6. Les maladies dues à la mauvaise alimentation
a) Déficiences alimentaires
Qu’est-ce que c’est ?
La santé de la volaille est également affectée par des facteurs nutritionnels et
environnementaux, tels une alimentation déficiente soit en quantité, soit en qualité. Une
mortalité élevée chez les poussins pendant les premiers jours ou les premières semaines
après l’éclosion peut être due à un manque d’eau ou d’aliment. Chez les adultes, une
mortalité élevée peut être provoquée par des problèmes nutritionnels, comme une
carence en sel.
Comment la reconnaître ?
Les symptômes sont une déformation des os et la perte des plumes. Les oiseaux se
déplacent difficilement, ils boitent. Les pattes sont déformées. Quelques déficiences
causent la perte des plumes. Des déficiences et déséquilibres en énergie et protéines
peuvent survenir lorsque les aliments contiennent des quantités insuffisantes de ces
nutriments, ce qui entraîne une croissance ralentie chez les jeunes sujets, une chute
dans la quantité d’œufs produits ainsi qu’une diminution du poids de l’œuf chez les
poules pondeuses. Des déficits en minéraux et vitamines peuvent entraîner une
croissance ralentie, une production faible ou la mort. Le manque de vitamine D
provoque le rachitisme (déformation des os) chez les poussins et, combiné à un déficit
en calcium, chez les sujets de tout âge. Un manque de manganèse entraîne des
déformations des pattes chez les poulets.
Comment la prévenir ?
Les maladies nutritionnelles peuvent être évitées grâce à un accès normal à la
végétation, et sont de ce fait rare chez les poulets qui divaguent. Le respect scrupuleux
de la proportion de chaque nutriment dans la formulation des aliments, le respect des
quantités servies et des délais de service sont les meilleures armes de prévention.
Peut-on la guérir ? Si oui, comment ?
Le meilleur traitement, si détectée à temps est un supplément de vitamines et de
calcium, de l’herbe fraîche et de la bouse de vache.

b) Intoxications
Qu’est-ce que c’est ?
Un excédent de certains nutriments, spécialement de minéraux, peut causer des problèmes.
L’ingestion de parties de plantes toxiques telles que feuilles, graines et sève, représente un
risque commun pour les oiseaux en divagation. Certaines toxines sont produites par des
micro-organismes, comme celles libérées par les bactéries Clostridiumbotulinum et
C.perfringens, toutes deux retrouvées dans le sol. C.pefringens est responsable de l’entérite

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 36 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Soigner les poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
nécrotique, provoquée par la multiplication de la bactérie dans le tractus intestinal en
conditions favorables et la libération subséquente de toxine très puissante qui entraîne une
mortalité élevée.
Comment la reconnaître ?
Trop de sel commun (NaCl) par exemple induit des déformations de la coquille de l’œuf et
une augmentation de la consommation d’eau;
si l’eau de boisson est insuffisante – comme c’est souvent le cas chez les volailles en liberté –
des signes d’intoxication peuvent apparaître.
Un accès libre à une alimentation riche en hydrates de carbone et pauvre en graisse,
combiné à un manque d’exercice, une température élevée, et un stress, peut causer le
syndrome du foie gras, conduisant à une mortalité élevée.
Occasionnellement, certains oiseaux atteints présentent de l’anorexie, de la dépression et de
la diarrhée, mais la plupart meurent sans montrer le moindre signe clinique.
C.botulinum provoque le botulisme, qui est une intoxication alimentaire aiguë. Elle est plus
fréquente chez le canard qui présente des symptômes nerveux, comme le cou replié vers le
bas, ainsi qu’une chute accélérée des plumes au moindre toucher. Le botulisme provient de
la consommation par les oiseaux de déchets de légumes en décomposition, contenant la
toxine. Les déchets ménagers végétaux qui ne sont pas régulièrement mis au rebut
représentent un risque potentiel de botulisme.
Comment la prévenir ?
Ne pas laisser la volaille en divagation. Veiller au respect des limites d’incorporation des
nutriments dans la composition des aliments.

7. Que faire quand les poulets tombent malades


Isoler immédiatement l’oiseau malade dans une cage ou un locale réservée
exclusivement pour les cas de maladie.
Identifier la maladie et appliquer le traitement adéquat en prenant soin de bien
alimenter le malade en eau et nourriture adéquates.
Marquer sur une fiche les informations liées aux sujets malades ainsi que la thérapie
appliquée et les résultats obtenus.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 37 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
LA SANTE DES POULETS :
prévenir et guérir grâce aux plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
C. TRAITEMENT DES MALADIES À BASE DE PLANTES MÉDICINALES
1. Prévenir vaut mieux que guérir

Pour prévenir les maladies, on a pas besoin de beaucoup de plantes


pour traiter les animaux, L'élevage bio est simple, économique et
facile. Il faut simplement savoir comment s'y prendre. Et surtout
respecter strictement les règles d'hygiène.

Les maladies les plus dangereuses sont les maladies virales. Ensuite les
maladies bactériennes, puis les maladies parasitaires et fongiques, et
enfin les troubles nutritionnels.

Pour vaincre les maladies virales, il est conseillé de vacciner les sujets. Il existe une
plante qui joue parfaitement le rôle d'un vaccin. En vérité quoi qu'il existe des remèdes
naturels pour traiter les maladies virales il est souvent difficile de les gérer lorsqu’elles
atteignent le stade final. Cela ne veut pas dire qu'on ne peut pas les traiter mais
plutôt qu'il est souvent difficile de le faire. Par contre aucun produit chimique n'a
encore été créé pour guérir les maladies virales.
La meilleure manière de vaincre les maladies virales est de les éviter. Alors il revient aux
éleveurs d'être vigilant et observer les animaux.
a) Quel rôle joue le vaccin
Il permet de préparer le système immunitaire pour affronter une maladie donnée.
Par exemple le vaccin de la grippe aviaire permet à l'organisme des animaux de
connaître le virus de cette maladie et comment l'attaquer afin que, quand le virus
sera présent, l'organisme parvienne à le neutraliser.
Ainsi le vaccin ne guéri pas d'une maladie mais plutôt prépare l'organisme pour
affronter la maladie. Alors quand on administre un vaccin de grippe à un animal
atteint de grippe, cela ne fera qu'aggraver la maladie et conduire le sujet au décès.
b) La vaccination biologique
La vaccination biologique consiste à procurer à l’organisme tous les sels minéraux,
vitamines et autres oligo-éléments qui lui sont nécessaires pour se défendre tout seul en
cas d’agression par les maladies.
Le meilleur moyen pour prévenir ou éviter toutes les maladies virales consiste en une
prophylaxie basée sur deux plantes : le moringa oleifera et le cailcédrat.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 38 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
La santé des poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
Le moringa oleifera

La poudre de feuilles de MORINGA suffit à elle seule pour gérer la plupart des maladies
aviaires. En effet, elle assume plusieurs fonctions dans leur organisme à savoir :
- Agir comme un vaccin contre tout virus en renforçant l’immunité naturelle des
animaux ;
- Désintoxiquer leur organisme
- Donner de l'appétit aux animaux
- Être un excellent complément alimentaire en apportant toutes les substances
nutritionnelles nécessaires manquant dans leurs nourritures
- Aider les animaux à guérir de toutes leurs maladies.

La poudre de MORINGA doit être mis dans l'eau des animaux tous les jours. Mais
il faut veiller à ce que les animaux mangent bien (surtout les poussins) avant qu’ils
ne prennent l'eau de MORINGA. Car s'ils ne mangent pas bien, ils peuvent
succomber sous son effet.
Attention ! Ne jamais oublier de veiller à l'hygiène c'est très important. Car
l’efficacité de ce bio-vaccin ne sera pas confirmer si le poulailler ainsi que les
matériels d’élevage ne sont pas tenus tous les jours en parfait état de propreté.
Il faut donc :
- laver les mangeoires et abreuvoirs tous les jours.
- nettoyer le poulailler au moins 2 fois par semaine
La production avicole est un travail à plein temps et non à temps partiel. Celui qui
veut s'engager dans la production avicole doit abandonner tout autre travail
séculier. Il doit être tout le temps avec ses animaux.
Comment préparer la poudre de feuilles de moringa
Tout le monde peut faire la poudre de feuilles de moringa. En voici la recette :
- Cueillir les feuilles de moringa sur les arbres, les trier, les laver, les égoutter
puis les sécher le jour même à l’ombre à l’abri de la poussière et des mouches.
On ne les sèche pas au soleil car les rayons ultraviolets du soleil détruisent les
substances nutritives.
- Une fois sèches, les broyer finement et les conserver dans un récipient
hermétique.
Comment utiliser le bio vaccin poudre de feuilles de moringa
- La dose est 2 cuillères à soupe pour 1L d'eau.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 39 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
La santé des poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
Efficacité des feuilles de moringa sur les performances des volailles.
Une expérience effectuée à base d’extraits foliaires de moringa sur cinquante (50)
pondeuses au Centre Songhaï, a permis de conclure que le moringa améliore la
qualité des œufs et augmente le taux de ponte chez les poules.
L’expérience a consisté à mélanger 1mL d’extrait foliaire de moringa et 1g de la
poudre de cette même plante à de la provende habituellement consommée par les
sujets. Au bout de dix jours de traitement, les résultats sont très remarquables. Une
comparaison faite entre les œufs des sujets traités et ceux des sujets constituant la
bande témoin – au nombre de 50 aussi –, révèle que la couleur du jaune d’œuf des
premiers est plus accentuée.
L’expérience qui s’est poursuivie avec une augmentation de la dose d’extrait foliaire
(2mL) ainsi que de la poudre de moringa (2g) par kilogramme de provende utilisée, a
permis de conclure que le dosage agit également sur la proportion du jaune d’œuf. En
effet, plus les doses sont augmentées, plus le jaune de l’œuf est volumineux et sa couleur
intense.
L’impact de cette expérience ne se limite pas seulement au jaune d’œuf. Selon les
techniciens du département de la production animale
- Le taux de ponte des volailles est passé de 32% – avant l’expérience – à 80%.
- Aucun cas de mort n’a été constaté au niveau des sujets traités, contrairement
aux sujets témoins parmi lesquels quelques pertes ont été enregistrées.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 40 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
La santé des poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
3. Les recettes naturelles de l’INRAB contre les maladies infectieuses
virales et bactériennes
En Afrique, la disponibilité aléatoire des produits pharmaceutiques vétérinaires,
et les prix onéreux résultant de leurs importations ont amené certains pays à
manifester plus d’intérêt pour la pharmacopée vétérinaire traditionnelle.
Cette pratique qui est l’apanage des communautés Peulh qui sont de grands
éleveurs remonte aux temps ancestraux et s’apparente à celle des peuples
sémitiques dont ils tirent leurs origines. Les plantes utilisées ont des
propriétés thérapeutiques trypanocides, anthelmintiques, antivirales, anti
douleurs, anti diarrhéique, galactogènes, bactéricides, fongicides,... Les espèces
animales cibles sont les bovins, les caprins, les ovins et la volaille. Concernant
la volaille, la pseudo-peste aviaire communément appelé "gò" par les éleveurs
est de loin la plus redoutable.
En conséquence, la présente fiche technique est conçue afin d’actualiser
les connaissances et mieux outiller les aviculteurs et autres acteurs de la
filière volaille au Bénin, à mieux connaître et à mieux maîtriser les
plantes médicinales utilisées en aviculture traditionnelle.
Recettes et remèdes endogènes utilisés
Les recettes et remèdes inventoriés pour contrôler les différentes pathologies
sont indiqués dans le tableau suivant. Environ 86,7 % des recettes et
remèdes proviennent des plantes médicinales et leurs dérivés.
Voici la fiche technique rédigée par l’Institut National des Recherches Agricoles du Bénin
(INRAB) sur le Traitement des maladies de la volaille à base de plantes médicinales.
a) Maladies concernées
Encore appelées en langue fon « gᴐ », elles regroupent les maladies infectieuses virales
et bactériennes suivantes :

Maladies virales o Maladie de Newcastle


o Variole aviaire
o Grippe aviaire
o Maladie de Marek

Maladies bactériennes o Choléra aviaire


o Diarrhée blanche
o Salmonellose
o Gumboro ou bursite infectieuse
o Coryza infectieuse ou rhume aviaire

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 41 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
La santé des poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
b) Les plantes qui soignent les maladies infectieuses et leur usage thérapeutique

Nom de la plante Recettes à efficacité confirmée utilisées au Bénin


Nauclea latifolia Sm. - Laisser macérer l’écorce dans l’eau pendant 24 h
- Abreuver les poulets à volonté pendant 3 jours.
En français : - Renouveler le traitement durant toute la période de
En fon : koᶁᴐ l’épidémie.
- Triturer les feuilles dans l’eau. Récupérer l’extrait aqueux
filtré. Abreuver les poulets à volonté pendant 3 jours.
- Renouveler le traitement durant toute la période
- de l’épidémie.
- Utiliser à titre préventif et curatif.
Heliotropium - Triturer les feuilles dans l’eau. Utiliser l’extrait aqueux pour
indicum L. abreuver les poulets pendant 3 jours Renouveler le
traitement tous les 3 jours durant toute la période de
En français : l’épidémie.
En fon : - Utiliser à titre préventif et curatif.
Koklossoudinkpadjê
Adenopus brevifolius - Laisser macérer le fruit dans 2 à 3 litres d’eau pendant 24 h.
- Abreuver les poulets à volonté pendant 7 jours Renouveler
En français : le traitement durant toute la période de l’épidémie.
En fon : Yanblikpo - Utiliser à titre préventif et curatif.
Allium sativum L. - Découper l’ail en petits morceaux. Ajouter du glutamate3 et
En français : Ail de l’eau, puis administrer l’ensemble à chaque poulet
En fon : Ayo pendant 3 jours. Renouveler le traitement tous les 15 jours
- Utiliser à titre curatif.
Piper nigrum - Écraser du piment et du poivre ; ajouter un peu d’eau et
En français : Poivre abreuver les oiseaux pendant 3 jours
En fon : Linlinkoun - Renouveler le traitement tous les 15 jours
Capsicum frutenscens - Découper 100 g de piment en petits morceaux et ajouter 1
litre d’eau.
En français : Piment - Abreuver les poulets à volonté pendant 3 jours
pili-pili - Renouveler le traitement durant la période de l’épidémie.
En fon : Takin gaga vᴐvᴐ - Utiliser à titre curatif.
Papaver somniferum - Laisser macérer quelques feuilles dans l’eau pendant 24 h.
L. Abreuver les poulets à volonté pendant 5 jours
En français : Chanvre - Renouveler le traitement durant la période de l’épidémie.
indien En fon : Gué - Utiliser à titre curatif.
Carica papaya Découper la racine dans l’eau de boisson pour les oiseaux
En français : Papayer - Utiliser à titre préventif et curatif.
En fon : Kpintin

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 42 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
La santé des poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
4. Les recettes naturelles de l’INRAB contre les maladies parasitaires
a) Plantes contre les parasites externes ou ectoparasites

Nom de la plante Recettes à efficacité confirmée utilisées au Bénin


Urera obovata - Déposer quelques feuilles dans le nid ou dans la couchette
des poulets. Renouveler le traitement tous les 7 jours jusqu’à
En français : la disparition des parasites.
En fon : Azogbo - Utiliser à titre curatif.
Boerhavia diffusa - Déposer quelques feuilles dans le nid ou dans la couchette
Linn. des poulets. Renouveler le traitement tous les 7 jours jusqu’à
En français : la disparition des parasites.
En fon : hanman - Utiliser à titre curatif.
Ficus exasperata - Déposer quelques feuilles dans le nid ou dans la couchette
En français : des poulets. Renouveler le traitement tous les 7 jours jusqu’à
En fon : Ahlaman la disparition des parasites.
- Utiliser à titre curatif.
Parkia biglobosa - Déposer quelques feuilles dans le nid ou dans la couchette
(Jacq) Benth des poulets. Renouveler le traitement tous les 7 jours jusqu’à
En français : la disparition des parasites.
En fon : Ahoua-tin - Utiliser à titre curatif.
b) Plantes contre les parasites internes : les helminthes ou vers intestinaux

Nom de la plante Recettes à efficacité confirmée utilisées au Bénin


Azadirachta indica A. Juss. - Laisser macérer l’écorce dans l'eau pour
En français : Neem ou Margousier l’abreuvement des oiseaux à volonté
En fon : Kinini-tin - Utiliser à titre préventif et curatif.

Les résultats obtenus par les chercheurs de l’INRAB viennent


mettre en évidence l’efficacité de l’utilisation des plantes
médicinales pour le traitement des maladies aviaires et que
cette pratique est un outil de développement durable pour
l’aviculture villageoise.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 43 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
La santé des poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
5. Autres recettes naturelles efficaces à base de plantes et d’alicaments
a) Le caïlcédrat : un excellent déparasitant
Les écosses du caïlcédrat doivent être nettoyé et tremper dans l'eau pendant trois jours.
Et l'eau leur sera donné une à deux fois par semaine. Pour le déparasitage des
animaux, il faut bouillir dans l'eau les écorces de caïlcédrat et les servir après
refroidissement. *Et cela une fois tous les mois.* N'oubliez pas de les assoiffé la
veille car la solution est aussi amère.
b) Le vernonia : un puissant antibiotique, antiparasitaire
Il faut triturer les feuilles dans l'eau propre. Puis assoiffés les animaux pendant une nuit
avant de les servir. Car la VERMONIA est une plante très amère et il faut que les
animaux aient soif pour être obligé de consommer son eau. (CECI DOIT ÊTRE FAIT
UNE FOIS TOUT LES MOIS)
Les antibiotiques sont là pour traiter les maladies bactériennes, parasitaires et fongus.
La feuille de VERMONIA est un excellent antibiotique qui lutte contre les
bactéries.
c) Traitement des parasites externes
➢ Pour traiter les infections externes comme la gale par exemple, il faut mélanger
la potasse, le sel et de l'huile de palme ensemble. Ensuite gratter avec une pierre
les partie attaqués sur le corps puis passer la solution dans les plaies..
➢ Pour les poux et les pattes écaillées, il faut mettre les pattes dans du kérosène
ou du pétrole ça tue les parasites et poux.
Il faut aussi permettre aux animaux de faire des bains de poussière parce-que ça les
débarrasse des parasites. Si votre forme est cimenté, il vas falloir que vous même
les leurs fassiez avec la cendre. Si vous être sur un terrain non sablonneux ou une
ferme terrassé, vous pouvez construire un bac à cendre ou à sable dans lequel
vous mettrez de temps en temps vos animaux. Cela les permet de se débarrasser des
parasites externes comme les poux, puce et autres. Et aussi leurs crêtes est exempte de
plaies.
➢ Pour protéger vos animaux contre les prédateurs, Il faut du souffre (cassé en petit
morceaux) mélanger avec du diluant . Laissez la solution se reposer pendant 30 min
Le temps les morceaux de souffre aspirent le diluant. Ensuite répandez la solution
autour de votre poulailler. L'odeur de la solution devient une barrière
infranchissable aux prédateurs
d) Le neem :un puissant anticoccidien
Le NEEM communément appelé *QUININE ou MARGOUSIER* (français), de son
nom scientifique *Azadirachta indica* est un arbre originaire d’Inde appartenant à la
famille des Meliaceae. Il a une croissance rapide qui peut atteindre une hauteur de 20

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 44 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
La santé des poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
mètres. C’est un arbre qui ne pousse qu’en région chaude et est apprécié pour sa
résistance à la sécheresse.
Le neem est utilisé depuis des millénaires par la médecine ayurvédique et les
recherches modernes ont confirmé ses nombreuses propriétés curatives pour les
humains, pour les animaux et pour les plantes.
Comment obtenir la préparation ?
- Piler les feuilles de neem jusqu’à obtenir un kilo de feuilles pilées ;
- Mélanger un kilo de feuilles pilées à 5 litres d’eau ;
- Laisser reposer puis filtrer.
Comment le donner à vos poules ?
- Il vous suffit de donner la préparation obtenue comme eau de boisson
pendant 5 jours successifs à vos poules. Vous pouvez également mélanger
directement un kilo de feuilles pilées à 10 kg de provende et servir comme aliment
aux poules.
Précautions à prendre
- Il n’est pas conseillé de garder la solution plus de 24 h. Pour cela, il est judicieux de
piler que la quantité dont vous avez besoin pour votre préparation.
e) Coquilles et coquillage pour traiter le manque de calcium
- donner, en complément des grains habituels des coquilles d'huîtres broyées,
coquillages broyés (ou petits), escargots, coquilles d'œufs bien écrasées et
mélangées à de la pâtée
- Donner de l'eau pétillante.
f) Huile de foie de morue : Source importante de vitamines A et D
. Cette huile est particulièrement indiquée en période de mue, en période de froid
(hiver : administrer une fois par mois) ou en cas de faiblesse (après identification de la
cause éventuelle et traitement). Elle doit être conservée au frais, dans un récipient
étanche, à l'abri de l'air et de la lumière car sinon elle risque de s'oxyder et perd ses
bienfaits.
g) Levure de bière : riche complément vitaminé
La levure de bière est l'appellation courante d'un champignon unicellulaire
microscopique. Il s'agit principalement du Saccharomyces cerevisiae ou du Candida
utilis. Elle se distingue de la levure de boulanger par le procédé de déshydratation de la
crème de levure. De plus, la levure de bière est inactive si les cellules ont été
chauffées à plus de 40°C (mais elle conserve ses vitamines et sels minéraux).
Complément alimentaire très apprécié pour la vitamine B1 qu'elle contient, mais
aussi autres du groupe B, des protéines et des polysaccharides.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 45 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
La santé des poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
Elle a donc des bienfaits sur le peau, les plumes (et les poils), sur l'immunité; elle
stimule l'appétit. Existe aussi sous forme "enrichie"... en minéraux et/ou
"vitaminée" (souvent au rayon "pigeons" du magasin). Peu chère et facile d'utilisation
(saupoudrer simplement sur la nourriture).
h) Thym : Antibactérien, antiseptique, antispasmodique
Antibactérien, antiseptique respiratoire, intestinal et urinaire, antispasmodique,
stimulant la sécrétion de la bile, favorisant la digestion, diurétique, emménagogue,
expectorant pectoral, stimulant général... Le thym possède autant de bienfaits pour
nos poulettes que pour nous-mêmes !!
Il peut être donné à manger aux volailles sous toutes ses formes, au moins une fois par
mois à titre préventif (il dérange par exemple l'installation des coccidies), et plus en cas
de symptômes (d'infection bactérienne, respiratoire, manque de tonus, etc.).
En lotion, il peut être utilisé pour nettoyer les plaies et blessures (recette dans le
premier message).
Infusion dans de l'eau : jeter 1 grosse poignée de thym frais dans 250ml d'eau froide et
porter à ébullition; couvrir et laisser reposer hors du feu une vingtaine de minutes. A
intégrer aux restes de pâtes, par exemple, ou de semoule ou encore dans du pain (en les
laissant bien gonfler dans l'infusion) à raison de 2c. à soupe par poule par jour,
pendant 4/5 jours.
Dans de l'huile : jeter une petite poignée de thym frais dans 200ml d'huile, laisser
reposer 5 jours minimum, filtrer... A mélanger, aux graines des volailles par exemple, à
raison d'une c. à soupe par kilo de graines. Conserver à l'abri de la lumière.
Huile essentielle de Thym (thym à linalol) - en curatif - une goutte par ration
"normale" de nourriture pour deux/trois volailles, à diluer dans une cuillère
d'huile végétale, donner pendant 5 jours, puis faire une pause de 2 jours avant de
recommencer pour 5 jours; éventuellement, on peut mettre à disposition de toutes les
volailles deux bacs d'aliments : l'un avec l'huile essentielle de thym et l'autre pas...en
théorie, les poules iront d'elles-mêmes manger dans le bac qui leur convient.
i) Abcès de la patte ou du doigt
Laisser tremper la patte dans l'eau tiède pour "ramollir" la peau, retirer la nécrose et
curer le pus.
Cataplasmes d'argile verte : mélanger dans un récipient en verre avec une cuillère en
bois de l'argile verte sans de l'eau de source ou en bouteille ou mettre du romarin en
poudre.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 46 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
La santé des poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
j) Contre les affections virales

Contre tout type de virus comme: grippe aviaire, variole Aviaire, Gumboro etc.)
- Thym : le plus efficace et rapide en huile essentielle.
- Oignon : antiviral pour éviter la contagion
Recette contre l'affection virale : ingrédients
- 5 litres d'eau
- 1 kilo d'oignons
- 3-4 têtes d'ail
Couper les oignons et l'ail sans les éplucher
Laisser macérer dans un seau avec un couvercle, jusqu'à ce que vous n'entendez
plus de pétillement ( ce processus est une fermentation, vous pouvez d'ailleurs y
ajouter un peu de sucre) Cette fermentation dure environ une quinzaine de jours.
Après cette période de fermentation, vous pouvez vous en servir. : Ajouter 2 à 3
cuillère à soupe de cette préparation par Litre d'eau donné aux volailles.

k) Contre la Coryza infectieuse


Antibiotiques naturels des voies respiratoires
Pour lutter contre le Coryza, eucalyptus et thym en infusion ou en huile essentielle+
vitamines dans l'eau.
l) Cannibalisme ou picage :
(Causes) une carence alimentaire en protéines. un manque de nourriture et / ou d'eau
selon certaines sources, le fait que la poule n'ait pas les moyens de prendre des
bains de poussière. Alors vous savez désormais quoi faire pour éviter ça.
m) Croissance des poussins
- levure de bière
- Huile de foie de morue
- graines d'Amarante
- feuilles d'orties hachées
- Caillé :
Préparation :
- Chauffer le lait de 30- 32 degrés, le faire cailler avec de la présure et le
laisser reposer jusqu'au lendemain.
- Le caillé se trouve pris en bloc et facile à séparer du sérum qui est employé pour
les poules et coq .Pour le premier mois, il faut le caillé d'un litre de lait
pour 12 à 15 poussins. Le deuxième mois, un litre pour 8 à 10 poussins.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 47 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
La santé des poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
- Donner aux poussins le caillé avec du remoulage, farine d'orge blutée - et farine
de maïs en quantité égale, verdure (salade, oscille, chicorée, choux) le tout
finement hache humecté au lait écrémé. J'ajoute les œufs clairs, cuits durs, blanc
et jaune, a raison d'un œuf pour 25 poussins pendant les 15 premiers jours. Cette
pâtée est à donner 2 fois par jour.
n) Tonique et vermifuge
Tisane vermifuge et tonique pour les poules.
- Quelques feuilles ou sommités fleuries de tanaisie
- 3 branches de romarin
- 3 branches de thym
- 2 grosses gousses d'ail
- 1 litre d'eau
Effeuiller le romarin et le thym dans l'eau froide, ajouter la tanaisie, puis les gousses d'ail
épluchées et coupées en deux.
Porter à ébullition et laisser bouillir 10 minutes environ.
Laisser refroidir, filtrer et verser le liquide dans l'eau de boisson des volailles (1 litre de
tisane pour 10 litres d'eau).
Pour une bonne santé des poules, ce traitement est à renouveler tous les mois.
o) Contre les Vers
- Ail en gousse en préventif mais en l' association avec du Thym, pour éviter
l'implantation et le développement des œufs.
- Basilic : donner feuilles et fleurs fraîches à volonté
- graines de courges : contre Ténias et Ascaris.
- Menthe (menthe poivrée) - donner feuilles et fleurs fraîches à volonté
- Tanaisie
p) Ail
C'est, avec le thym, l'aliment préventif et curatif par excellence pour nos poulettes
Il devrait leur être donné au minimum une fois par mois, et sous toutes ses formes.
Antiseptique, antiviral, antispasmodique, bactéricide, vermifuge...
L'ail renforce les défenses immunitaires, améliore la circulation du sang (fortifie le
cœur, réduit la tension artérielle) et prévient des infestations par les parasites.
Le proposer en infusion dans l'eau de boisson permet d'être sûr que toutes les
volailles en consomment à dose satisfaisante (voir la recette pour l'infusion dans le
premier poste).

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 48 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
La santé des poulets par les plantes

JE REUSSIS TOUJOURS
L’ail peut être conservé dans l’huile : pour 1/2 litre d'huile, écraser les gousses d'une
tête d'ail, laisser macérer 5 jours, filtrer -donner aux poulettes 1 c. à soupe pour
2.5kg de graines 2 à 3 fois par semaine.
Par contre, il est possible que l’ail contienne une bactérie responsable du botulisme.
Ainsi conservé dans l’huile (sans oxygène), les conditions sont optimales pour le
développement de toxines. La consommation d’un produit détérioré peut mener à une
intoxication alimentaire grave qui se manifeste par des symptômes tels des
étourdissements, de la difficulté à respirer, à avaler. L’apparence, l’odeur et le goût d’une
huile détériorée ne seront pas nécessairement modifiés, d’où l’importance de respecter
les consignes suivantes :
- toujours garder au réfrigérateur l’ail conservé dans l’huile
- pour une conservation de plus d'une semaine, ajouter au mélange
une pincée de sel ou 5 gouttes de vinaigre et bien mélanger.
q) Amarante
C'est la plante à donner pour un bon développement des poussins et une grande forme
des adultes !!
Elle est riche en protéines, minéraux, vitamines, oligoéléments...
Les amarantes se déclinent en plusieurs espèces (et présentes plusieurs couleurs du vert
au pourpre), cultivées comme plantes ornementales ou potagères.
Il s'agit de plantes peu exigeantes, qui pourront vivre dans une terre pauvre avec très
peu d'eau (mais qui seront bien sûr plus vigoureuses et colorées dans une terre
enrichie). La plante se reproduit seule, par semis.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 49 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Elevage des poulets locaux

JE REUSSIS TOUJOURS
Chapitre 7. Élevage des poulets locaux
SITUATION GENERALE DE L’ELEVAGE DES POULETS BICYCLETTE AU BENIN
Chez beaucoup d’éleveurs traditionnels, la
volaille est laissée en liberté avec peu ou
pas de suivi et d’attention, ce qui entraîne
une perte considérable de productivité.
Les volailles trouvent leur nourriture en
errant entre les habitations, et récupèrent
les restes de la récolte et de la cuisine
domestique. L’alimentation est donc
rarement ajustée aux besoins des
animaux. Les petits poussins divaguent avec les adultes pour trouver leur nourriture. Ils
souffrent de la compétition pour l’alimentation et sont facilement les cibles des
prédateurs ainsi que la source de la dispersion des maladies.
Souvent les volailles n’ont pas suffisamment d’eau ou l’eau qu’ils trouvent est sale et est
source de transfert de maladies. Les animaux sont rarement mis dans un enclos ou sous
un abri pour les protéger du vent et de la pluie, des prédateurs ou des voleurs. Les
poules ne sont pas souvent dans leurs nids et pondent leurs œufs sur le sol.
Dans ce système, les poules couvent et élèvent leurs poussins elles-mêmes. Ceci a
beaucoup d’avantages, mais les longues périodes de couvaison réduisent la production
des œufs.
Les volailles sont rarement vaccinées et les médicaments contre les maladies et les
parasites ne sont pas souvent donnés, car ils ne sont pas considérés comme rentables.
Différentes espèces de volaille sont gardées ensembles et les animaux achetés au marché
ou dans d’autres villages sont mélangés avec le reste du troupeau. De nombreux
animaux meurent très jeunes, en raison des prédateurs, des maladies, du manque de
nourriture, des conditions climatiques défavorables et des accidents.
Huit poussins sur dix meurent généralement dans les premiers mois. Beaucoup
d’oiseaux sont malades ou grossissent lentement, produisant peu d’œufs et de viande.
Les volailles qui sont en liberté attrapent et dispersent facilement les maladies. Quand
un animal a une maladie contagieuse, il y a de fortes chances pour que tous les poulets
du village l’attrape. S’il y a un manque de substances nutritives essentielles, la résistance
contre les maladies est faible. La production de volaille villageoise fait souvent face à des
problèmes dus à un manque d’organisation.
Les apports locaux tels que l’alimentation, l’approvisionnement en médicaments, les
traitements et la formation sont rarement localement disponibles. La production de
volaille à petite échelle reste de ce fait, rudimentaire dans de nombreux endroits.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 50 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets locaux

JE REUSSIS TOUJOURS
A. AVANT DE DÉMARRER
1. Pourquoi élever les poulets bicyclette
a) Beaucoup de consommateurs le préfèrent au poulet commercial
Il est important de comprendre que les préférences gastronomiques des
consommateurs de poulets locaux et les usages religieux et coutumiers ont un grand
effet sur la demande du marché. Aussi le prix du marché pour la volaille élevée en liberté
est généralement stable du fait que:
 Sa viande est considérée plus savoureuse et plus succulente que celle du poulet
commercial.
 Le tissu musculaire est plus ferme et ne perd pas sa texture même dans des plats
requérant une longue cuisson.
 Les oiseaux ne sont pas nourris avec des aliments composés pouvant renfermer
des antibiotiques, des antifongiques, des enzymes, des sulfamides et autres
médicaments ou composés chimiques de synthèses.
 Bref, le poulet bicyclette est un poulet purement biologique
b) Pouvoir gagner de l’argent tous les mois et durant toute l’année
Le marché du poulet bicyclette est donc en permanence garanti et assuré. Ce marché
grandit d’année en année avec la prise de conscience par une bonne partie des
populations africaines des avantages de consommer bio sous l’influence des
mouvements écologistes internationaux.
c) Rentabiliser sa production : le défi majeur à relever
Toutefois, le défi majeur de ce business reste la rentabilité. L’éleveur villageois ne
dépense que peu de frais dans son élevage. Il peut donc se permettre de vendre son
poulet à très bas prix. Par contre, en élevage semi-intensif ou intensif, il faut apporter
aux poulets toute leur nourriture qu’il faut acheter, construire le poulailler et l’équiper,
entretenir chaque jour le poulailler, avoir du personnel pour s’occuper en permanence
des animaux, donc une séries de charges que doit supporter l’éleveur. Si le prix de vente
du poulet bicyclette n’est pas supérieur au total de ces charges, l’élevage des poulets
locaux est donc une pure perte de temps et d’argent. Il faut donc bien faire ses calculs
avant de s’y lancer. En tout cas, si vous décidez de vous y lancer, il est nécessaire de
choisir l’une des principales races de poulets localement disponibles.

2. Choix de la race
Au Bénin, il existe plusieurs races de poulets locaux. Les plus connues sont :
- le poulet nain qui est le plus répandu et le plus connu de tous les africains.
- Le poulet peulh ou foulani qui est un petit géant sur pattes
- Le poulet Sahouè qui est de format plus grand que le poulet nain ;

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 51 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets locaux

JE REUSSIS TOUJOURS
- Le poulet Zado qui est une version améliorée du poulet nain par croisement avec
une race importée ;
- Le poulet Goliath qui est le plus grand format de poulet local jusque-là connu.
C’est le poulet local de chair par excellence !
Le choix de la race dépend des objectifs économiques de l’éleveur. Toutes ces races de
poulet sont résistantes aux maladies. Il y a certains qui ont une croissance rapide et
d’autres une croissance lente. Globalement, l’éleveur de poulet de race locale naine sera
plus défavorisé qu’un éleveur des autres races. La race naine est très lente et pond très
peu d’œufs. Il lui faut 6 mois pour produire moins de 1,5 Kg de viande en poids vif. Dans
le même temps, il suffit de quatre mois au poulet Goliath pour avoir 3 Kg de poids vifs.
La poule locale naine pond en milieu traditionnel environ 50 œufs par an dès qu’elle
atteint l’âge de 6 mois. Pour améliorer ces piètres performances, certains éleveurs font
des croisements avec les races importées de chair ou pondeuses.

3. Choix du mode d’élevage


On peut élever les poulets locaux en claustration tout comme en semi-liberté à
conditions de respecter les conditions d’hygiène, de densité, d’aération, d’humidité et
d’éclairage.
Avec l’élevage des poulets locaux, on doit assurer tous les aspects de la conduite
d’élevage de volaille à savoir : la Ponte, le Démarrage, la Croissance et la Finition.
Pour rationnaliser la production, il est nécessaire de réduire le cycle de production de la
poule en la délestant de toute ou partie des activités suivantes : couvaison et conduite de
poussins. En effet, la couvaison lui prend 3 semaines et la conduite des poussins jusqu’à
8 semaines. Soit au total 11 semaines au cours desquelles la poule peut pondre encore
deux séries d’œufs.
Quel que soit le mode d’élevage (voir chapitre 3), il faut prévoir un emplacement
adéquat ainsi que des logements séparés pour chaque âge.

B. CONSTRUIRE ET ÉQUIPER LE POULAILLER


1. Choix de l’emplacement
Respecter les règles indiquées au chapitre 3.

2. Construction du poulailler
L’éleveur de poulets locaux est un naisseur-engraisseur. Il produit des œufs, éclot des
poussins, engraisse ces poussins pour en faire des poulets de chair. Il lui faut donc :
- Un espace reproducteur pour les poules pondeuses et les coqs reproducteurs;
- Un éclosoir ou une couveuse

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 52 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets locaux

JE REUSSIS TOUJOURS
- Une éleveuse ou poussinière
- Un espace pour l’engraissement
- Un espace de mise en quarantaine des poulets malades
- Un espace pour ranger le matériel d’entretien et les provendes
Soit au total 6 emplacements à aménager, chacun en respectant les normes en matière
d’hygiène, de densité, d’aération, d’humidité et d’éclairage.

3. Préparation du poulailler pour accueillir les nouveaux arrivants


Désinfectant
Deux jours avant l'arrivée des animaux achetés il faut déjà préparer le poulailler ou la
poussinière en les lavant et en désinfectant avant de les y installer animaux. Voici
comment préparer ce désinfectant.
C’est une substance liquide gazeuse qui détruit les insectes.
Ingrédients :
- 2 litres d’huile à moteur usée
- 2 morceaux de campho
- 8 litres de térébenthine ou diluant
- 4 litres de pétrole
Préparation:
Mélanger les ingrédients et embouteiller la solution dans des flacons hermétiquement
fermés afin de pouvoir pulvériser.
NB : NE JAMAIS L’APPROCHER DU FEU

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 53 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Elevage des poulets locaux

JE REUSSIS TOUJOURS
C. CONDUITE DE LA REPRODUCTION
Quelles sont les procédures de gestion améliorée ?

1. Alimentation
- Donnez aux oiseaux une alimentation équilibrée. Par exemple, une petite poignée
de maïs, une cuillère à café de farine de poisson locale et des légumes frais, en
supplément du picorage libre des insectes, assureront une bonne ration
quotidienne pour une poule.
- Laissez les oiseaux s’abreuver à volonté, avec de l’eau propre.

2. Collecte des œufs


- Aménagez un endroit protégé, sec et sombre pour permettre aux poules de
pondre
- Ramassez les œufs quotidiennement, écrivez au crayon sur chacun d’eux la date
de ponte et conservez-les avec l’extrémité la plus grosse dirigée vers le haut : cela
permettra à l’embryon de se développer normalement.

3. Couvaison des œufs


- Utilisez uniquement les œufs de moins de 14 jours.
- Faites couver les œufs par une pondeuse ou une poule couveuse, un canard, ou au
moyen d’un incubateur.
- Si vous utilisez des poules et des canards, assurez-vous que le nombre d’œufs à
couver correspond à la corpulence de l’oiseau – tous les œufs doivent être
totalement couverts par l’oiseau.
- Pour une couvaison synchronisée (où tous les poussins éclosent en même
temps), retardez la poule qui veut couver en lui donnant juste un œuf à couver, en
attendant que d’autres poules ne pondent et commencent à couver.
- Pour une couvaison successive, une poule ou un canard pouvant faire éclore
consécutivement deux couvées, les poussins sont retirés au fur et à mesure de
leur sortie des œufs et remplacés par de nouveaux œufs.
- Après l’éclosion, enlevez les coquilles d’œufs, nettoyez le nid et transférez les
poussins dans une couveuse.
- Tournez les œufs régulièrement, surtout quand vous utilisez un incubateur.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 54 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets locaux

JE REUSSIS TOUJOURS
4. Couvaison des poussins
- Faites couver les poussins par une poule mère, une poule adoptive, ou bien
utilisez une lanterne, une couveuse au kérosène, une chaufferette à charbon de
bois ou encore du charbon de bois placé dans un récipient métallique.
- Si vous utilisez une poule adoptive, mettez-la en condition pendant une journée
en lui • donnant de nouveaux poussins.
- Si vous utilisez une lanterne ou toute autre source de chaleur en guise de
couveuse, placez-la dans une caisse en bois munie de trous de ventilation, ou bien
à l’intérieur du liuli placée sur un sac en sisal ou sur des copeaux de bois.
- Faites attention à ce que les poussins ne se brûlent pas – couvrez le fourneau ou
le récipient de charbon de bois d’une caisse en bois et assurez-vous qu’il n’y a
aucun risque d’incendie.

5. Élevage des poussins


- Laissez vos poussins s’abreuver à volonté d’eau potable versée dans des cuvettes
peu profondes et propres.
- Nourrissez-les avec des aliments doux comme la farine de céréales ou de
tubercules.
- Laissez les poussins errer librement quand ils atteignent trois ou quatre
semaines.
- Vaccinez les poussins âgés de 4 jours contre la maladie de Newcastle.

6. Tenue d’un registre


Un registre bien tenu vous permettra de vous rendre compte si vous tirez un bénéfice de
votre élevage.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 55 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Les poulets de chair

JE REUSSIS TOUJOURS
Chapitre 8. Réussir l’élevage des poulets de chair

L’élevage des poulets de chair convient parfaitement à un éleveur qui souhaite


gagner rapidement de l’argent avec l’élevage des poulets et qui ne supporte pas
d’attendre de longs mois avant de faire du profit.
La durée totale de cette activité est de 45 à 60 jours maximum. Il est simple à
mettre en place car ayant un itinéraire technique clair et précis. Avec le poulet de
chair, on sait exactement quoi faire, et pour quel résultat.
Cependant, cet élevage est aussi très exigent techniquement et financièrement.
Il ne tolère ni les improvisations ni les approximations. Une planification
rigoureuse et une discipline à toute épreuve s’imposent.
Si vous n’avez ni les ressources financières, ni les compétences techniques, ni les
qualités managériales requises, ne vous y aventurez pas ! c’est l’échec garanti.

A. AVANT DE DÉMARRER
1. Pourquoi élever les poulets de chair
AVANTAGES :

 Elles produisent rapidement beaucoup de viande, environ 2kg en 60 j,


 Nous pouvons vendre la litière qui est un engrais très puissant,
 Ils sont de plus en plus consommés en dehors des périodes de fête

INCONVENIENTS :

 Elles sont fragiles, peu résistantes aux maladies,


 Les prophylaxies demandent beaucoup de produits chimiques ainsi que
pour satisfaire la production,
 Elles demandent un travail rigoureux quotidien,
 En cas de maladies virales, les pertes peuvent être importantes,
 L’investissement est important.

L’élevage des poulets de chair est intéressant économiquement


et techniquement parce que peu de gens sont capables de le
mener.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 56 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets de chair

JE REUSSIS TOUJOURS
2. Choix de la race
Deux grands groupes, qui se diffèrent par leur croissance et par leur qualité de chair:
- Race de poulet précoce (moins de 52 jours) : Cobb ; Starbro ; Hubbard Isa
- Race de poulet à cycle long (moins de 58 jours) : Tropic-bro ; Red-bro ; JA757
Pour l’élevage de poulet de chair, nous insisterons sur 3 paramètres de base :
• Souche fiable, de bonne croissance et constante
• Aliment de démarrage et de finition de bonne composition et constant
quant à sa qualité
• Coffret vétérinaire complet et de bonne qualité
Il convient de se renseigner régulièrement auprès des vétérinaires, des exploitants et
autres du domaine car les qualités, tant de l’aliment que des souches, peuvent varier au
cours de l’année et d’un fournisseur à un autre.

3. Choix du mode d’élevage


En fonction de la race choisie et des contraintes qu’impose son élevage, en fonction du
site disponible pour l’activité et en fonction du capital dont dispose l’éleveur, il choisira
l’un des 2 modes suivants :
 Claustration totale avec élevage sur litière,
 Élevage en batteries ou en cages en bois montées sur pilotis
En général, le mode d’élevage en claustration totale sur de la litière est le plus facile à
mettre en place et moins couteux.

4. Choix de l’emplacement
Un poulailler doit être construit sur :
 Un terrain proche de la maison pour limiter les déplacements. On diminue par la
même occasion les fatigues de travail, les pertes de temps. Cela permet aussi de
mieux surveiller.
 Un terrain sec en légère pente qui absorbe l’eau de la pluie. En sol humide, les
poules sont susceptibles d’attraper des maladies.
 Il faut surélever le terrain de 30 cm et faire des rigoles tout autour.
 Il faut prévoir les ouvertures du poulailler pour qu’elles ne soient pas face aux
vents dominants et au plein soleil.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 57 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Les poulets de chair

JE REUSSIS TOUJOURS
B. LE POULAILLER
1. Généralités
a) Matériaux de constructions
Mur De préférence en brique,
A l'intérieur : rendre plus lisse avec une couche de battare et peindre avec de la
chaux.
Toiture La hauteur dépend du climat à 3 m pour les zones chaudes et à 2,4 m pour les zones
des Hautes Terres.
En tuile, ou en chaume, ou en paille (satrana).
Inclinaison : 30 - 40%.
Sol Damé ou en terre battue, ou en bois carré, ou en bambou.
Couvert de copeaux de bois sec pour réduire la chaleur réfléchie.
Fenêtres Pour assurer la bonne aération de l'élevage.
Grillagées afin d'éviter les prédateurs.
Dispositions : à 0,5 m du sol en zones chaudes et 0,8 - 1 m du sol en zones froides.
Un bon poulailler :
- doit protéger les animaux contre les intempéries (vents, pluies, chaleur,
fraîcheur…) et contre ses ennemis (prédateurs et voleurs).
- est facile à nettoyer, bien aéré et bien éclairé
- est relativement éloigné du bruit et de la poussière (afin de diminuer le stress et
les maladies pulmonaires).
- doit être correctement ventilé.
- doit prévoir de la toile plastique afin de pouvoir réguler la ventilation.
- doit être désinfecté les bâtiments avant chaque occupation.
- doit avoir, dans la mesure du possible, un sol bétonné afin de faciliter le
nettoyage du bâtiment.
- On veillera à utiliser des copeaux de bois (sans sciure) d’essence forestière
réputée non toxique pour la litière
b) Dimension du poulailler :
Densité Stade de poussins 0 à 15 jours : 30 à 20 poulets/m2.
Stade de croissance 15 à 30 jours : 20 à 15 poulets/m2.
Stade de finition 30 à 45 jours : 10 poulets/m2.
La superficie des entrées de vents est à 10% de la superficie du
bâtiment.
Conséquences Rétrécissement ou arrêt des croissances.
du non-respect Déséquilibre des croissances entre les animaux à élever.
de ces densités Accroissement du taux de mortalité et des quantités de provende
consommés pour avoir le poids de 1kg.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 58 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets de chair

JE REUSSIS TOUJOURS
c) Matériels de l'élevage
Litière  Pour éviter l'humidité et donner de la chaleur, la litière est constituée
par des copeaux de bois de préférence couleur blanche.
 Épaisseur : environ 6 à 10 cm, dépendant du climat.
 Bien séché et de même épaisseur.
 Renouveler périodiquement.
 Changer les litières après sorties des animaux.
Abreuvoir En nombre suffisant, pour assurer les meilleurs abreuvements. Placé
proportionnellement à la hauteur du dos des animaux.
Pour les abreuvoirs, il est possible d’en trouver de 2 types : manuel ou
automatique.
 Abreuvoir Manuel dont le remplissage est manuel
o Abreuvoir siphoïde 1er âge d’une contenance de 3 litres (1 pour
50 poussins)
o Abreuvoir siphoïde 2ème âge d’une contenance de 10 litres (1
pour 50 sujets)
o Abreuvoir rond de 40 cm de diamètre : 1/100 volailles (à climat
moyenne) et 1/60 volailles (à climat chaud).
o Abreuvoir allongé : 2cm/volaille (à climat moyen) et 3
cm/volaille (à climat chaud).
 Abreuvoir Automatique dont le remplissage est automatique. Ce
système, adapté au sujet à partir de 4 semaines, nécessite une
installation d’eau courante. Il est utilisé à raison d’une pièce pour
100 sujets.
Mangeoire En nombre suffisant, pour assurer les meilleures productions.
De 2 différents types et avec dimensions suivantes :
 Mangeoire allongée : 2,5 cm/volaille
 Mangeoire ronde : 1/40 volailles.
Remarques : Réajuster tous les 2 ou 3 jours le réglage des abreuvoirs et
mangeoires (proportionnelle à la hauteur du dos des animaux).
Les mangeoires sont différentes suivant la taille des sujets. Pour les
poussins, nous utilisons des assiettes, que l’on appelle « plateau de
démarrage », à raison d’une pièce pour 30 à 50 sujets. Ces plateaux ont
un rebord fin permettant ainsi au poussin de venir se nourrir sans
toutefois gaspiller trop l’aliment.
A partir de 2 à 3 semaines, on utilise des mangeoires pic assiettes dont le
rebord est accentué.
A plus de 4 semaines, on utilise des mangeoires que l’on peut fabriquer
soi-même. À raison de 1 pour 50 à 70 sujets.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 59 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets de chair

JE REUSSIS TOUJOURS
Chauffage La chaleur est un élément essentiel pour la croissance des poussins.
Vous devez absolument poser des thermomètres d’ambiance dans le
poulailler.
Il y a différentes sortes de chauffage mais il faut retenir l'importance des
éléments suivant :
 Chauffage à l'intérieur du poulailler ne doit pas perturber l'oxygène.
 Chauffage avec un réglage.
 Chauffage économique.
Voici des exemples de chauffage praticable :
 Lampe Infra-Rouge (lieu électrifié),
 Fût (plus économique)…
La chaleur change en fonction de l'âge, du climat et de la souche :
(respecter les consignes du fournisseur de poussins)
Jour Besoins en chaleur °C Chaleur à l’intérieur du poulailler
0 -3 33 – 35 °C 27 – 29 °C
4–7 31 - 33 °C 25 - 27 °C
8 - 14 30 - 32 °C 24 - 26 °C
15 – 21 27 - 29 °C 21 - 23 °C
22 - 28 25 °C 18 - 21 °C
Lumière La lumière est un élément essentiel, contribuant à la croissance des
animaux car elles peuvent manger toujours en présence de lumière.
Il faut bien gérer l'éclairage dans les poulaillers :
 De 1 à 15 jours : 3 à 5 watt/m² pendant 24 heures.
 De 3 à 4 semaines : 1 à 2 watt/m² pendant 10 - 14 heures /jour.
 De 5 semaines et plus: 0,3 watt pendant 24 heures.
Autres 1 balance - 1 machette - 1 lime - 1pelle – 1 fourche –1 râteau - 2 balais
matériels cantonniers – 1tenues de travail – cache nez - 1 paire de botte - 1 tuyau
d’arrosage – 2 fûts vides – 2seaux de 15 l – 2 seaux de 5 litres.
Petit matériel Suivant le bâtiment prévoir un rouleau de film plastique pour contrôler
et outillage la ventilation.
indispensable Une installation électrique pour le montage des ampoules IR
1 bac plastique servant de pédiluve avec un flacon d’eau de javel et de
crésyl

Dans l’élevage de poulets de chair, on a deux grandes phases : le démarrage qui dure 4
semaines et la finition qui dure entre 2 et 3 semaines selon les races.
Selon les moyens dont dispose l’éleveur, il peut avoir deux poulaillers : 1 poussinière
pour le démarrage et un poulailler pour la croissance et la finition.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 60 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets de chair

JE REUSSIS TOUJOURS
2. La poussinière
Elle peut simplement être une partie délimitée du poulailler de finition que l’on élargira
au fur et à mesure que les animaux grandissent. Mais si on veut avoir une exploitation
ininterrompue, une poussinière séparée est nécessaire.
Voici les normes d’occupation de cette poussinière :
- Densité au sol : 100 à 40 sujets /m² (la densité diminue en fonction du
grossissement)
- Isolation thermique
- Chaleur 1 lampe chauffante IR (100W) pour 50 à 100 sujets
- 1 point d’alimentation par 30 à 50 poussins
- 1 point d’abreuvement pour 30 à 50 poussins
- La phase de démarrage dure près de 30 jours à raison de 1,7kg d’aliment de
démarrage et 5 litres d’eau par sujet.
- Désinfecter le bâtiment puis observer un vide sanitaire de 14 jours.

3. Le poulailler
- Densité au sol 10 sujets/m2
- 1 point d’alimentation par 50 à 70 sujets
- 1 point d’abreuvement pour 50 sujets
- Points d’éclairage
- La phase de finition dure près de 15 à 20 jours à raison de 3 à 3,3 kg d’aliment de
finition par sujet.
- Désinfecter le bâtiment puis observer un vide sanitaire de 14 jours.

C. APPROVISIONNEMENT EN POUSSINS
Les prix peuvent variés selon les races et
les fournisseurs mais tout est négociable.
Lors de l’achat des poussins, il convient
de vérifier chaque carton afin de
procéder au contrôle de la qualité de
chaque poussin et d’effectuer un
comptage (sujet par sujet).
La quantité livrée doit être majorée de
2% minimum par rapport à la commande
réalisée.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 61 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets de chair

JE REUSSIS TOUJOURS
D. ALIMENTATION DES POULETS DE CHAIR
Objectif : Assurer la bonne croissance des animaux et la bonne qualité des chairs.

1. Les besoins alimentaires des poulets de chair


Les besoins alimentaires varient selon les stades physiologiques des poulets:
- 1ere stade : poussin de 1 jusqu'à 15-17 jours
- 2ème stade : phase de croissance de 15-17jours jusqu'à 30-35 jours
- 3ème stade : phase final de 30-35 jours jusqu'à l'abattage.
a) L'eau :
- L'eau constitue les 2/3 du corps d'un poulet et est très essentielle dans la vie des
animaux et sa digestion.
- Il faut donner aux poulets de l'eau : propre, hygiénique afin d'éviter les
vulnérabilités à différentes maladies.
- Les besoins en eau dépendent beaucoup de l'âge, les poids des animaux et le
climat :
o En zone chaude (à plus de 30°C) : les besoins en eau se multiplient 3 ou 4
fois plus.
o La pénurie en eau durant la saison chaude peut entrainer des taux de
mortalités élevés.
b) Les provendes :
Il est très important de connaître les compléments et matières utilisés pour la
fabrication des provendes :
- Aliment avec apports calorique : maïs, manioc, son du riz, son de blé
- Aliment avec apport protéique : tourteau d'arachide, tourteau de soja, tourteau
de coprah, tourteau de cotonnier
- Aliment avec apport minéral : farine de poisson, farine de sang, farine des os,
calcium, phosphore, coquillage.
Si vous souhaitez préparer vous-même la provende, veillez à ce que les nutriments y
soient présents dans les proportions indiquées ci-dessous

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 62 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets de chair

JE REUSSIS TOUJOURS
E. CONDUITE DE L’ÉLEVAGE
Objectif : Pour assurer un bon résultat.

1. Démarrage en poussinière: 0 à 15-17 jours


Alimentation - Faire boire de l'eau potable 20°C à 25°C dès qu'ils sont installés.
- Améliorer l'abreuvement en mélangeant 20g de sucre et 1g de
vitamine C par litre d'eau.
- Ensuite servir l'aliment après 3 à 4 heures (voir plus) de la mise
en place des poussins.
- Distribuer les aliments en petites quantités dans les assiettes de
démarrage.
- Servir à chaque fois peu d'aliment mais renouveler l'opération à
plusieurs reprises au cours de la journée.
- Contrôler bien que les poussins s'alimentent normalement en
tâtant le jabot qui doit être bien plein.
Chauffage - Assurer bien les besoins en chaleur des poussins.
- Vérifier régulièrement les matériels de chauffage.
- L'éleveur doit se fier au comportement des animaux sur l'aire
d'élevage.
Densité - L'éleveur doit respecter les normes techniques pour la densité
d'élevage : 40 à 50 poussins/m².
Lumière - Il faut éclairer le bâtiment durant 20 à 24 heures par jour au cours
des 2 à 3 premiers jours du démarrage, pour permettre aux
poussins de distinguer parfaitement l'aire d'élevage.
Durée - Le démarrage en poussinière dure en moyenne 1 à 15 jours.

2. Phase de croissance: 15-17 jours à 30-35 jours


Alimentation - Le mode d'alimentation et le rationnement alimentaire changent
petit à petit.
Densité - Extension de l'élevage par enlèvement des cloisons ou par
transfert des poussins dans les bâtiments d'élevage.
Chauffage - Arrêter le chauffage, en cas de saison chaude (signe indiquée par
le comportement des animaux).
Ventilation - Éviter d'arrêter brusquement les matériels de chauffage, il faut le
faire petit à petit.
- Assurer une bonne circulation d'air par ouverture permanente
des fenêtres.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 63 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets de chair

JE REUSSIS TOUJOURS
3. Préparation pour la phase finale : 30-45 jours jusqu'à l'abattage
Alimentation - Multiplier les besoins en alimentation et apporter des aliments
riches en énergie.
Densité -
Chauffage - Besoins de chauffage en cas d'intempérie (fraicheur).
- Surveiller le comportement des animaux car durant cette phase
pourrait apparaître les taux de mortalité très élevé.
Ventilation - Assurer une bonne circulation maximum d'air à l'intérieur du
bâtiment d'élevage.
Litière - Changer régulièrement les litières pour assurer une bonne
croissance des animaux et pour éviter la propagation des
maladies.

4. Fiche d'élevage pour la planification du travail :


L'éleveur doit tenir une fiche d'élevage qui doit être mise à jour quotidiennement et
remplie correctement dès le jour de réception des poussins

F. SOINS PRÉVENTIFS ET CURATIFS


1. Nettoyage et désinfection du poulailler
OBJECTIF : Lutter contre la maladie microbienne et la maladie virale.
a) La désinfection

Objectif : Diminuer la pression microbienne et parasitaire


Réalisation :
- Après le retrait de la litière faire sortir les abreuvoirs et mangeoires en présence
des animaux.
- Fermer le poulailler 20 à 30 minutes en pulvérisation.
- Produits utilisées : Virkon, Virunet, Virocid à la dilution 1 :200 de travail.
Produits utilisés : Diluer le crésyl à 4%, pour nettoyer les murs, les sols, les nids, les
abreuvoirs, les mangeoires.

b) La désinsectisation :

Objectif : Diminuer la pression des insectes (poux, puces) et des tiques, pour le confort
et la santé des animaux
Produit à utiliser : Bac de poudrage, insecticide, acaricide, Karbalap.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 64 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets de chair

JE REUSSIS TOUJOURS
2. Les principales maladies
LES MALADIES SYMPTÔMES
Newcastle " pseudo- Maladie virale due à un virus paramyxovirus 1qui se manifeste par : torsion du
peste aviaire " cou (torticolis), perte précoce de l'appétit (provoquant une diarrhée verdâtre) et
apparition soudaine d'une mortalité très élevée
Gumboro Affecte seulement les poulets de 3 à 6 semaines. Cette maladie se manifeste par :
prostration, anorexie, consommation d'eau triplée, diarrhée aqueuse,
déshydratation.
Durée d'incubation : 2 à 3 jours.
Choléra aviaire " Maladie bactérienne due à un virus Pasteurella Multocida qui se manifeste par
Pasteurellose " différente forme : respiratoire (halètement de la toux et des éternuements),
septicémique (diarrhée avec des fèces humide de couleur grise, jaune ou verte),
localisée (paralysie et la flaccidité des articulations des ailes et des pattes),
torticolis, dans les cas chronique : crête pâle avec des gonflements autour des
yeux et un jetage buccal ou nasal.
Période d'incubation : 4 à 9 jours mais les excès aigu peuvent paraître en 2 jours.
Grippe aviaire Maladie due à un virus H5N 1:
- Très forte mortalité de volaille (plus la moitié) en 1 à 2 jours
- Forte diminution de l’état général.
Coccidiose Maladie parasitaire due par un protozoaire, affecte principalement les jeunes
sujets et se manifeste par une diarrhée chronique, un amaigrissement rapide et
une apparition des tâches marron au niveau du ventre.
Vers intestinaux: Ascaris, capillaires, hétérakis et ténias.

3. Soins préventifs : la vaccination:


LES MALADIES TRAITEMENT PREVENTIF
Newcastle " pseudo- Médical : vaccin à virus vivant pour les poussins
peste aviaire "
Gumboro Médical : vaccin à virus vivant pour les poussins ou vaccin à virus inactivé pour
les reproducteurs.
Sanitaire (en zone infectée) : nettoyage, désinfection et vide sanitaire.
Choléra aviaire " Sanitaire :
Pasteurellose " - Nettoyer régulièrement les mangeoires et les abreuvoirs.
- Maintenir les animaux sur des sols bien drainés ou des litières sèches.
Grippe aviaire Sanitaire :
- Garder les volailles dans un endroit clos
- Utilise un pédiluve à l’entrée de votre exploitation.
- Appeler les vétérinaires ou techniciens d’élevage en cas de mortalité pour
autopsie.
- Ne pas toucher, ni manger les oiseaux malades
Coccidiose Sanitaire : préventions par le respect des normes suivantes :
- Densité d'élevage ; symptôme de la maladie et sa contamination ; litière
suffisante, propre et sèche.
- Nettoyage du bâtiment d'élevage.
Vers intestinaux: Par vermifuges polyvalents : traitements individuels par des pastilles à base de
citrate de pipérazine (que l'on met dans le bec de l'oiseau).
2 traitements à recommander par an : 1 avant l'hiver et 1 après.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 65 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poulets de chair

JE REUSSIS TOUJOURS
En élevage de poulet de chair, seules 2 maladies peuvent être traitées par vaccination. Il
s’agit de la maladie de Newcastle et du Gumboro.
Voici le programme de vaccination pour ces deux maladies virales
Age Maladie Vaccins Type Méthode
6ème jour Newcastle TAD HB1 Vivant Eau de boisson/Spray
12ème jour Gumboro TAD GUMBORO FORTE Vivant Eau de boisson
16ème jour Gumboro TAD GUMBORO VAC Vivant Eau de boisson
21ème jour Newcastle TAD LASOTA Vivant Eau de boisson/Spray

4. Soins curatifs : les soins vétérinaires chimiques et biologique


a) Les soins vétérinaires chimiques

LES MALADIES TRAITEMENT CHIMIQUE


Newcastle " pseudo- Aucun traitement curatif
peste aviaire "
Gumboro Médical : vaccin à virus vivant pour les poussins ou vaccin à virus inactivé pour
les reproducteurs.
Sanitaire (en zone infectée) : nettoyage, désinfection et vide sanitaire.
Choléra aviaire " -
Pasteurellose "
Grippe aviaire Aucun traitement curatif
Mesure à prendre :
- Garder les volailles dans un endroit clos
- Utilise un pédiluve à l’entrée de votre exploitation.
- Appeler les vétérinaires ou techniciens d’élevage en cas de mortalité pour
autopsie.
- Ne pas toucher, ni manger les oiseaux malades
Coccidiose Aucun traitement curatif
Vers intestinaux: Par vermifuges polyvalents : traitements individuels par des pastilles à base de
citrate de pipérazine (que l'on met dans le bec de l'oiseau).
2 traitements à recommander par an : 1 avant l'hiver et 1 après.

b) Traiter les maladies des poulets de chair par les plantes


Consulter le chapitre 6.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 66 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Les poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
Chapitre 9. Réussir l’élevage des pondeuses
A. AVANT DE DÉMARRER
1. Pourquoi élever les poules pondeuses
AVANTAGES :

 Elles produisent beaucoup d’œufs environ 200 à 250 par an,


 Nous pouvons vendre la litière qui est un engrais très puissant,
 Nous pouvons vendre les poules réformées.

INCONVENIENTS :

 Elles sont fragiles, peu résistantes aux maladies,


 Les prophylaxies demandent beaucoup de produits chimiques ainsi que
pour satisfaire la production,
 Elles demandent un travail rigoureux quotidien,
 En cas de maladies virales, les pertes peuvent être importantes,
 L’investissement est important.

L’élevage de poules pondeuses est intéressant économiquement


et techniquement parce que peu de gens sont capables de le
mener.

2. Choix de la race
Avec un type d’élevage industriel, il est important de tenir compte du choix de souche.
Le choix doit se baser sur les performances attendues comme : les conditions d’élevage,
la résistance des animaux, le choix proposé par les couvoirs, …
a) Les différentes souches et leurs performances

1. Souche à plumage blanc et œuf blanc :


Souche à faible consommation alimentaire
- Rustique, production convenable, très intéressant dans les contextes difficiles
- Poids vifs à 18ème semaine : 1,850 kg,
- Pondre environ 260 œufs pendant 72 semaines,
- Poids d'un œuf : 64-66 g

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 67 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
2. Souche à plumage roux et œuf brun :
Consommation alimentaire élevée
- Calmes, consommation peu élevée, ayant une valorisation meilleure à la
reforme
- Poids vif à 20ème semaine 1,530 kg,
- Pondre 295-305 œufs environ pendant 72 semaines,
- Poids d'un œuf : 61-62 g

3. Souche à plumage noir et œuf brun :


Souche rustique qui résiste bien aux maladies
- Faible consommation d'aliment mais production médiocre à la reforme
- Poids vifs à 17ème semaine 1,430 kg
- Pondre 310 œufs environ pendant 72 semaines,
- Poids d'un œuf : 62-66 g

b) Quelle souche choisir


Une souche ayant au moins les performances suivantes
- Pic de ponte se situe à 8 semaines
- Long temps de ponte
- Peuvent résister à la chaleur

3. Choix du mode d’élevage


En fonction de la race choisie et des contraintes qu’impose son élevage, en fonction du
site disponible pour l’activité et en fonction du capital dont dispose l’éleveur, il choisira
l’un des 3 modes suivants :
 Claustration totale avec élevage sur litière,
 Élevage en batteries et
 Élevage en semi-liberté avec un parcours contrôlé.
 En général, le mode d’élevage en claustration totale sur de la litière est le plus facile
à mettre en place lorsqu’on manque d’espace.
 Le mode de semi-liberté avec parcours convient bien à une ferme spacieuse située
en milieu rural.

4. Choix de l’emplacement
Un poulailler doit être construit sur :

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 68 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
 Un terrain proche de la maison pour limiter les déplacements. On diminue par la
même occasion les fatigues de travail, les pertes de temps. Cela permet aussi de
mieux surveiller.
 Un terrain sec en légère pente qui absorbe l’eau de la pluie. En sol humide, les
poules sont susceptibles d’attraper des maladies.
 Il faut surélever le terrain de 30 cm et faire des rigoles tout autour.
 Il faut prévoir les ouvertures du poulailler pour qu’elles ne soient pas face aux
vents dominants et au plein soleil.

B. LE POULAILLER
1. L’aménagement du poulailler
Le poulailler est une construction spécialement conçue pour l’habitat des poules. Il est
composé d’un parc et d’un abri comportant des perchoirs, des abreuvoirs et des
mangeoires.
Le logement est important pour limiter la perte des œufs, des poules, limiter les risques
de maladies, récupérer le fumier.
Nous allons définir dans ce chapitre comment et où construire un poulailler. Ensuite,
nous verrons quelles sont les conditions à réunir pour faire un bon poulailler industriel.
a) Le parc
Le parc doit être assez grand pour rester en herbe. Il faut prévoir 1,2m² par poule. Il
possible de séparer le parc en deux où les volailles vont alternativement pour laisser le
temps à l’herbe de repousser.
Les clôtures du parc doivent être de 1,5 m de haut avec un grillage à maille de 4 cm ou
avec des branches d’épineux bien serrées. La porte doit être assez large pour faire
passer une brouette (nettoyage).
On peut planter des arbres (papayers) pour faire de l’ombre dans le parc. Il est
nécessaire de construire un toit en paille pour abriter la mangeoire.
b) L’abri
L’abri doit être conçu de façon à protéger les poules contre
 Le milieu extérieur : les excès de chaleur, de froid et la pluie
 Les prédateurs : Voleurs, chats, souris, civettes, serpents
Il existe plusieurs formes d’abri plus ou moins coûteux.
L’abri doit être
 Sec et aéré : l’humidité facilite l’arrivée des maladies. On peut utiliser des
bâtiments fermés en ventilation dynamique (avec moteur). L’aération permet un

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 69 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
bon apport d’oxygène. C’est aussi une lutte contre la chaleur avec une orientation
perpendiculaire aux vents dominants. Par contre cette technique nécessite un fort
investissement en matériel et une consommation d’énergie.
 Lumineux : La santé des poules est favorisée par la lumière.
 Dimensionné proportionnellement au nombre de poules
 Protégé des prédateurs : les trous doivent être fermés par des grillages à mailles
fines pour lutter contre les serpents et les rats. Pour les voleurs, il faut mettre une
fermeture solide aux portes et aux fenêtres.
 Équipé d’un local pour les aliments et le matériel.
Les dimensions sont déterminées en fonction des densités des types de productions
ainsi que de la taille des bandes :
Surface en Elevage Elevage de Largeur en m Longueur en
m² poulets de poules (l) m (L)
chairs pondeuses
50 m² 500 250 5 10
100 m² 1 000 500 6 17
200m² 2 000 1 000 7 30
500m² 5 000 2 500 8 62,5
750m² 7 500 3 750 10 75
1000m² 10 000 5 000 10 à 12 83 à 100
Il est préférable de faire le sol en béton. Il est plus facile de nettoyer la litière composée
de copeaux de bois (15 cm d’épaisseur) sur un béton bien lisse que sur de la terre
battue.
Le bâtiment ou l'exploitation doit clôturer à 2 m de hauteur, de préférence en brique, ou
planche.
Le toit peut être composé d’une double pente à 30%. Il doit être élevé de 2,5m pour
permettre à la chaleur de monter et de rester éloignée des volailles. Ce volume d’air
permet une bonne inertie thermique et permet aussi de lutter contre les grandes
variations de chaleur.
Éviter une l'exposition au rayonnement solaire et vent dominant : orientation est-ouest.
Confectionner des canaux autour de la maison, Installer un ombrage pour réduire de
mouvement de vent : planter des arbres, verdures aux alentours du bâtiment au moins à
20 m du bâtiment
Dimension du bâtiment : 3-5 poules / m2, mais la largeur n'excède pas 8 m pour avoir
une ventilation naturelle.
Le bâtiment d'un élevage de poule pondeuse doit comporter 3 types :
- Pour les poussins de 0-6 semaines 20-40 tête/m2
- Les poulettes de 6-18 semaines

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 70 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
- Et pour les pondeuses de 18 semaines et plus
c) Disposition de l'enceinte
- Magasin de stock de provende et magasin pour matériel
- Poussinière
- Bâtiments pour poulettes
- Bâtiments pour pondeuse
- Stock fumier
- Prévoir un pédiluve de 10 cm à l'entrée
- Disposer un vestiaire si possible
d) Les matériaux de construction
Utiliser des matériaux locaux bon marché mais résistants et faciles à nettoyer.
Le mur
- De préférence en brique,
- Rendre lisse l'intérieur et peindre avec de la chaux
La toiture
- Imperméable et déborder les murs d'un mètre
- La hauteur dépend du climat à 3 m pour les régions chaudes et à 2,4 m pour les
hautes terres en tuile, ou bozaka, ou satrana
- Inclinaison : 30-40 %
- Si possible prévoir une ouverture supérieure pour un effet cheminé
Le sol
- Facile à décaper, lavable ou échangeable
- En ciment, terre battue, en bois carré, bambou,
- Couvrir avec des coupeaux de bois sec pour réduire la chaleur réfléchie
Les fenêtres
- Les fenêtres assurent la bonne aération de l'élevage donc elles doivent être large
et grande
- Un système de volet ou bâche permet d'obstruer temporairement le bâtiment
- Disposition : à 0,5 m du sol pour les régions chaudes et à 0,8-1 m du sol pour les
régions froides

2. Les matériels de l'élevage


a) Mangeoire et Abreuvoirs
Matériaux
- Les mangeoires et abreuvoirs doivent être solides et faciles à nettoyer
régulièrement (par jour)

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 71 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
- Bien stable pour éviter d'être reversé, le type suspendu est recommandé
- De bonne hauteur et profondeur
- Équipé d'un rebord pour empêcher les volailles de répandre la nourriture sur le
sol
Dimension pour 100 poulets :
- 1-4 semaines : profondeurs 5 cm, dimension 2,5m
- 4-10 semaines profondeurs 8-9 cm, dimension 4-6 m
- 10 semaines et plus profondeurs : 12-15cm, dimension 9-13 m
Pondoirs
- De préférence en bois, 30x30x30 cm, 1 cage pour 5 pondeuses
- Mettre des litières à l'intérieur des pondoirs
Perchoirs
- Fabriquer en bois carré ou bambou
- Dimension : 15-20 cm / poule et ayant une section de 2-3 cm
- Disposition : parallèle au mur à une distance de 20-25 cm et à une hauteur de 0,9-
1 m du sol
- Mettre un plateau à déjection à 20cm en dessous
- On peut mettre les nids au-dessous (des perchoirs avec des plateaux de
déjection)
La litière
- Épaisseur 8-10 cm,
- Absorbant l'humidité et déjection
- Tendre et clair : copeaux de bois de pin
- Changer tous les trois semaines pour la poussinière mais pour les poulettes et
pondeuses, c'est mieux de changer la litière une fois par semaine.
b) Le matériel de travail et d’entretien
Matériel Durée de vie
Une pelle 5ans
Broyeur à main ou électrique 5 à 20 ans
Mangeoires 5 ans
Abreuvoirs 3 ans
Pondoirs 10ans
Pulvérisateur 10 ans
Gans, lunettes, bottes 5 ans
Brosse de nettoyage 2 ans
Seringue 1 an
Gobelet gradué 10 ans
Gobelet non gradué 10 ans
Une petite balance 10 ans
Stylos, cahier 1an

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 72 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
C. CONDUITE DE L’ÉLEVAGE
1. Démarrage
- Les poussins doivent être gardés au chaud et au sec.
- Chauffer à 35 °C la poussinière 12 h avant entrée des poussins
- Ne donner que de l'eau sucrée (5g/l) pour le 1er jour
- On peut se procurer des poulettes de 6 semaines pour éviter une structure
d'élevage des poussins
a) Densité :
Respecter la densité prescrit pour éviter le stress des volailles
- 0-8 semaines : 30-40 poussins par m2
- 9-20 semaines : 12-20 poulettes/m2
- 21 semaines et plus : 5-6 pondeuses / m2
Ces chiffres peuvent varier de 10-20 % selon les souches à élever
b) Besoin en aération
Le mouvement d'air doit être homogène environ 0,1 m/s
- 0-6 semaines : 2,5 m3/heure
- 7-17 semaines : 6,5 m3 /heure
- +17 semaines : 9 m3/heure
Cette aération augmente jusqu'à 0,5 m/s si la température monte de 5-6 °C
c) Température
- Maintenir la température à 33-35 °C pendant la 1ère semaine
- Diminuer de 2 °C par semaine jusqu'à la cinquième semaine
- A partir de 5ème et plus maintenir à 24°C la température
- Éviter un écart de 4°C sur 24 heures
d) Débecquage :
Faire le débecquage à partir de 15 jours d'âges et avant la 18ème semaine (âge de la
ponte)
e) Programme lumineux
- La lumière accélère la maturation sexuelle.
- Pour la poule en ponte : l'accroissement de luminosité augmente la production
d'œufs

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 73 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
2. Tenir des fiches de suivi
Un bon éleveur doit tenir des fiches de suivi. Cette fiche permet de suivre l'homogénéité
sur le poids, le pic de ponte et les nombres d'œufs par jour

3. Taux de la ponte :
- Au début de la ponte (21-26 semaines): 10-88%
- Au pic de la ponte (29ème semaines : 94-96%
- Fin de la ponte (+ 42 semaines) : 60-70%

4. Désinfection
- Mener une désinfection après sortie des animaux
- Enlever la litière et les matériels
- Dépoussiérer et balayer
- Passer un jet d'eau chaude ou de l'eau de javel
- Désinsectiser et dératiser
- Désinfecter à l'aide d'un produit désinfectant à la fois virucides, bactéricides et
fongicides
- Un vide sanitaire de 15jours est indispensable

D. NOURRIR LA PONDEUSE
Le coût de l'aliment représente le 2/3 du coût total de la production. Une meilleure
nutrition des jeunes renforce leur réponse immunitaire face aux maladies. La production
d'œufs dépend de l’alimentation.
- Le principal constituant source d'énergie est la protéine qu'on peut trouver dans
le maïs, tourteau de soja, son de riz.
- Les principaux aliments sources d'énergie sont : maïs, tourteaux de soja, son de riz
- Les principaux minéraux sont Ca et P qu'on peut trouver dans les farines de
poisson, et os calciné
- Il y a aussi les autres nutriments : le CMV

1. Les besoins
Eau
- L'eau doit être propre
- La consommation augmente avec la température
- Poussin d'1 semaine : 30 ml / jour elle augmente de 10 ml par semaine mais à
partir de 10ème semaine jusqu'à la ponte la consommation varie de 150 ml à 250
ml par jour

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 74 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
Énergie
- Les besoins en énergie varient de 2800-2900 kcal pour les poussins,
- Ce besoin diminue pendant la poulette et ajuster à 2600-2800 kcal au moment de
la ponte
Protéines
- Les besoins varient de 18-20 g % pour les poussins
Éléments minéraux
- Le besoin en calcium peut atteindre 3,5-4,2 g % au moment de la ponte, mais ce
besoin n'est que 0,8-1 g%
- Le phosphore
En générale une poule au moment de la ponte consomme 130-145 g de provende /jour

2. Où se procurer l’aliment de la pondeuse


- Il est préférable de cultiver soit même le maïs. Le sang et les os sont à acheter
chez des éleveurs de vache (pour le sang et les os) ou de poissons (pour le
calcium). Le prémix doit être acheté dans un magasin spécialisé. Sel est du sel
pour animaux, pas du sel de cuisine.
- Pour un volume d'élevage moyen de 100-200 têtes, mieux vaut acheter des
provendes chez le fournisseur que de fabriquer.

3. La distribution
- La poule pondeuse doit accès en permanences à l'eau et à la nourriture
- Éviter un long parcours
- Remplir les mangeoires au 2/3
- Distribuer au lever de jour et à 14 heures
- Éviter le gaspillage mais ajouter de la nourriture dès que les mangeoires sont
vides

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 75 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
E. SOINS PRÉVENTIFS ET CURATIFS
1. Nettoyage et désinfection du poulailler
a) La désinfection

Objectif : Diminuer la pression microbienne et parasitaire


Réalisation :
- Après le retrait de la litière faire sortir les abreuvoirs et mangeoires en présence
des animaux.
- Fermer le poulailler 20 à 30 minutes en pulvérisation.
- Produits utilisées : Virkon, Virunet, Virocid à la dilution 1 :200 de travail.
- Diluer le crésyl à 4%, pour nettoyer les murs, les sols, les nids, les abreuvoirs, les
mangeoires.

b) La désinsectisation :

Objectif : Diminuer la pression des insectes (poux, puces) et des tiques, pour le confort
et la santé des animaux.
Produit à utiliser : Bac de poudrage, insecticide, acaricide, Karbalap.

2. Les principales maladies

LES MALADIES SYMPTÔMES


Newcastle " Maladie virale due à un virus paramyxovirus 1qui se manifeste par :
pseudo-peste torsion du cou (torticolis), perte précoce de l'appétit (provoquant
aviaire " une diarrhée verdâtre) et apparition soudaine d'une mortalité très
élevée

Gumboro Affecte seulement les poulets de 3 à 6 semaines. Cette maladie se


manifeste par : prostration, anorexie, consommation d'eau triplée,
diarrhée aqueuse, déshydratation.
Durée d'incubation : 2 à 3 jours.
Bronchites Maladie virale due à coronavirus.
infectieuses Trouble respiratoire, toux, dyspnée rate, mortalité de5-20 %,
Pour les poulettes : lésion de l'appareil génital entraîne à la stérilité
Pour les pondeuses : œufs déformés, chute de poule, retard de la
ponte

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 76 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
Maladie de Maladie virale due à l'herpèsvirus. Affecte surtout les poussins de
Marek quelques semaines.
Il y trois forme de symptômes :
" Amaigrissement, boiterie, paralysie, rétraction des doigts,
torticolis
" Trouble digestif dû à des tumeurs aux organes internes
" Déformation de pupille, décoloration de l'œil et la cécité
Variole aviaire Maladie virale due à poxvirus
Lésions modulaires éruptives papulo-visiculo-pustuleuses sur la
tête, anorexie, mortalité brutale
Choléra aviaire " Maladie bactérienne due à un virus Pasteurella Multocida qui se
Pasteurellose " manifeste par différente forme : respiratoire (halètement de la toux
et des éternuements), septicémique (diarrhée avec des fèces
humide de couleur grise, jaune ou verte), localisée (paralysie et la
flaccidité des articulations des ailes et des pattes), torticolis, dans
les cas chronique : crête pâle avec des gonflements autour des yeux
et un jetage buccal ou nasal.
Période d'incubation : 4 à 9 jours mais les excès aigu peuvent
paraître en 2 jours.
Grippe aviaire Maladie due à un virus H5N 1:
- Très forte mortalité de volaille (plus la moitié) en 1 à 2 jours
- Forte diminution de l’état général.
Coccidiose Maladie parasitaire due par un protozoaire, affecte principalement
les jeunes sujets et se manifeste par une diarrhée chronique, un
amaigrissement rapide et une apparition des tâches marron au
niveau du ventre.
Vers intestinaux: Ascaris, capillaires, hétérakis et ténias.

3. Soins préventifs : la vaccination:


LES MALADIES TRAITEMENT PREVENTIF
Newcastle " Médical : vaccin à virus vivant pour les poussins
pseudo-peste Vaccination par nébulisation fine dès éclosion
aviaire " Rappel après 2 à 4 semaines
Introduire dans l'eau à boisson ou instiller dans l'œil ou la narine

Gumboro Médical : vaccin à virus vivant pour les poussins ou vaccin à virus
inactivé pour les reproducteurs. Vaccination au 1ér jour et rappel le
7ème et 11ème jour
Donner beaucoup à boire
Sanitaire (en zone infectée) : nettoyage, désinfection et vide
sanitaire.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 77 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES
Elevage des poules pondeuses

JE REUSSIS TOUJOURS
Bronchites Vaccination le 1er jour, rappel après 4-6 semaines, puis à 10
infectieuses semaines et 16 à 20 semaines
Isolement strict du troupeau
Respect de conduite de bande unique
Maladie de Vacciner dès l'éclosion : appliquer une nébulisation fine du vaccin
Marek Marek HVT/ rispens + rispens fort au niveau de couvoirs, ou
tremper le bec des poussins à la réception
Variole aviaire Vaccination à 1 mois, et rappel après 8 à 12 semaines
Désinfection du bâtiment
Choléra aviaire " Médical : Vaccination à 7ème 11ème semaines
Pasteurellose " Sanitaire :
- Nettoyer régulièrement les mangeoires et les abreuvoirs.
- Maintenir les animaux sur des sols bien drainés ou des litières
sèches.
Grippe aviaire Sanitaire :
- Garder les volailles dans un endroit clos
- Utilise un pédiluve à l’entrée de votre exploitation.
- Appeler les vétérinaires ou techniciens d’élevage en cas de
mortalité pour autopsie.
- Ne pas toucher, ni manger les oiseaux malades
Coccidiose Sanitaire : préventions par le respect des normes suivantes :
- Densité d'élevage ; symptôme de la maladie et sa contamination ;
litière suffisante, propre et sèche.
- Nettoyage du bâtiment d'élevage.
Vers intestinaux: Par vermifuges polyvalents : traitements individuels par des
pastilles à base de citrate de pipérazine (que l'on met dans le bec de
l'oiseau).
2 traitements à recommander par an : 1 avant l'hiver et 1 après.

4. Soins curatifs : les soins vétérinaires chimiques et biologique


a) Les soins vétérinaires chimiques
Consulter le chapitre 8, section F, point 4 a)
b) Traiter les maladies des poulets de chair par les plantes
Consulter le chapitre 6.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 78 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Fabriquer 1 couveuse

JE REUSSIS TOUJOURS
Chapitre 10. Fabriquer soi-même une couveuse
A. A LA DÉCOUVERTE DE LA COUVEUSE ARTIFICIELLE
1. Qu’est-ce qu’une couveuse artificielle
Une couveuse ou incubateur est un appareil destiné à l'incubation des œufs afin
d'obtenir des poussins. Il simule la couvaison en maintenant ceux-ci dans des
conditions de température et d'humidité constante.

2. Quelles sont les différentes sortes de couveuses qui existent


Il en existe trois catégories : les couveuses naturelles, les couveuses artificielles à
énergies fossiles et les couveuses électriques.
Les couveuses naturelles sont les poules. Et c’est leur comportement qu’on imite lors de
la réalisation des autres couveuses.
Les couveuses à énergies fossiles sont les couveuses à pétrole ou à gaz. Les sont moins
performantes que les couveuses électriques, mais sont moins coûteuses et utilisable
partout.
Les couveuses électriques utilisent l’énergie électrique pour le chauffage et la
ventilation, et parfois même pour le retournement des œufs. Il y en a donc qui sont
manuels. Et il y en a qui sont automatiques, et c’est les plus cher, mais aussi les plus
performantes. Avec les panneaux solaires, l’énergie électrique est désormais disponible
en abondance.

3. Pourquoi fabriquer soi-même une couveuse artificielle


Selon les moyens dont on dispose et la technologie à utiliser, il peut être plus ou moins
simple de fabriquer soi-même un incubateur d’œufs de volailles.
Le plus simple et le moins onéreux à réaliser est la couveuse en banco, accessible à tous.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 79 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Couveuse Artificielle

JE REUSSIS TOUJOURS
B. FABRIQUER UNE COUVEUSE EN BANCO
1. Présentation de la couveuse en banco
La couveuse en banco est inspirée d’un modèle en bois.

2. Procédure de réalisation
Pour la construction de la couveuse, les matériaux utilisés sont des briques en banco,
du grillage cadré avec une planche servant de récipient pour contenir les œufs à
couver, un morceau de plastique noir servant de fermeture de la façade de la
couveuse et un morceau de tôle pour couvrir la partie supérieure (toiture).
C’est le grillage cadré qui détermine les dimensions de la couveuse en fonction de la
capacité souhaitée ; 50 cm x 50 cm pour une capacité de 100-120 œufs à couver
pour 10 briques.
C’est encore autour du cadre grillagé que sont déposées les briques sur leur côté pour la
délimitation des contours de la couveuse. Après la première rangée de briques du
mur, deux morceaux de fer rond servant de support au grillage cadré contenant les
œufs sont déposés de part et d’autre sur le joint séparant les deux rangées de
briques de manière parallèle.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 80 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

Couveuse Artificielle

JE REUSSIS TOUJOURS
Sur la deuxième rangée de briques, deux petits tuyaux sont aussi déposés de part et
d’autre pour servir de trous d’aération pour la lampe. Le dernier joint est prolongé
pour compléter la hauteur de la couveuse en vue de permettre l’installation de la
lampe dans la couveuse.
Puis, un morceau de tôle est confectionné pour servir de couvercle permettant
ainsi de capter la chaleur de la lampe et la répercuter sur l’intérieur de la couveuse.
Ensuite, un morceau de planche est déposé sur la tôle pour empêcher son contact avec
l’air qui pourrait contribuer à déséquilibrer le niveau de la température intérieure.
Enfin la façade de la couveuse est couverte par un plastique qui sert de fermeture après
y avoir mis des œufs et installé la lampe.
A l’intérieur de la couveuse, une couche de sable est déposée sur le sol et doit être
arrosée régulièrement pendant toute la période de la couvaison.
Il est recommandé de construire la couveuse à l’abri du soleil et de la pluie pour sa
durabilité et son efficacité.

3. Comment utiliser efficacement la couveuse en banco


Utilisation : l’opération de couvaison nécessite une lampe luciole, des œufs de
bonne qualité et un thermomètre en état de fonctionnement. Les œufs sont retournés
matin et soir pour permettre à chaque côté de profiter de la chaleur intérieure ; à
l’aide du thermomètre, la température intérieure doit toujours être vérifiée
régulièrement oscillant entre 38 et 40°C. Au bout de 21 jours on peut avoir les
poussins et 25 jours les pintadeaux. La couveuse est adaptée à couver n’importe
quel œuf.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 81 sur 85
RENTABILISER L’AVICULTURE GRÂCE AUX PLANTES

CONCLUSION

Conclusion

JE REUSSIS TOUJOURS
L’élevage de la volaille encore appelée aviculture est un métier passionnant et très
lucratif si on sait comment s’y prendre et qu’on reste dans un processus continu
d’amélioration de son savoir-faire avicole.
Grâce aux recherches et techniques centenaires de prévention et de traitement des
maladies aviaires, qu’elles soient virales, bactériennes, parasitaires, fongiques ou liées à
une mauvaise alimentation, l’aviculteur africain peut maintenant facilement rentabiliser
son affaire s’il se donne la peine d’apprendre et d’assimiler ces connaissances phyto-
thérapeutiques.
Le présent document est un condensé et une esquisse pour aider le débutant et
rafraîchir la mémoire aux techniciens. Il n’aborde pas en profondeur certains aspects qui
feront sans doute l’objet d’autres parutions.
Remerciements à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à l’élaboration de ce
livre. Profondes gratitudes aux chercheurs de l’INRAB, aux étudiants des facultés et
écoles agricoles, aux passionnées de l’aviculture, aux institutions internationales qui
appuient l’aviculture en Afrique, au CTA, au NEPAD, à la FAO, etc.

SOMMAIRE © 2020 - JE REUSSIS TOUJOURS


jereussistoujours@gmail.com
Page 82 sur 85