Vous êtes sur la page 1sur 15

Système d´information

Géographique
Les requetes spatiales
Pr. DIABATE KRAMOKO
Année académique 2019-2020

Ce cours est inspiré du livre « Analyse spatiale » de Régis Caloz et Claude Collet
Objectif du cours
L’objectif de ce cours est de démontrer le potentiel d’interrogation qu’offrent la
base de données géographique et son application à l’analyse spatiale

1
Table des matières
INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 3
1- Principe, catégorie et exigence des interrogations ..................................................................... 3
1-1- Principe de la requête SQL .................................................................................................. 3
1-2- Typologie de requête .......................................................................................................... 4
1-3- Niveau de complexité d’une requête .................................................................................. 4
1-4- Mode de création des requêtes .......................................................................................... 5
2- Les requêtes thématiques ........................................................................................................... 5
2-1- Opérateur de comparaison ................................................................................................. 6
2-2- Opérateurs arithmétiques ................................................................................................... 6
2-3- Les opérateurs logiques....................................................................................................... 7
2-4- Opérateur statistique .......................................................................................................... 9

2
INTRODUCTION
Les SIG font appels aux concepts de structurations et de normalisation
d’information géographique. De plus, la rigueur appliquée à la saisie
d’information géographique (géométrique) est primordiale pour la mise en
œuvre des requêtes spatiales.
Un langage d’interrogation dénommée SQl (structured query language) a été
élaboré originellement pour exploiter les bases de données relationnelles. Les
producteurs de données et logiciels SIG se sont associés pour former les OGC
(Open Geospatial Consortium) afin de concevoir un SQL spatial incluant les
interrogations géométriques et topologiques dénommées GQL.
La normalisation n’est pas définitive dans la mesure où le développement très
dynamique des logiciels propose de nouvelles fonctions avant de recevoir
l’agrément des producteurs. On dispose aujourd’hui, néanmoins, d’une liste
très étendue de fonctions que l’on peut considérer comme normalisées.
Les requêtes spatiales sont présentées successivement selon les trois
dimensions :
 Géométrique
 Thématique
 Et topologique

1- Principe, catégorie et exigence des interrogations

Bien que basée sur un principe relativement simple du


« select…….from…..where…… » ; , c’est à- dire sélectionne l’attribut de l’objet
spatial qui remplit la condition formulée, la requête spatiale doit satisfaire à
plusieurs propriétés décrites dans les sections suivantes.
1-1- Principe de la requête SQL

Une requête SQL repose sur le principe de question-réponse. L’interrogation


de l’information spatiale est initiée par la création et la soumission d’une
requête au système. Celui-ci renvoi la réponse après avoir contrôlé son
intégrité. Cette démarche simple permet l’accès à un nombre considérable
d’interrogations et d’analyse spatiale.

3
La diversité et le nombre de requête possible rendent nécessaire leur
classification selon les informations qu’elles exploitent. Leur typologie se
résume en trois (03) clases présenté dans la section suivante.

1-2- Typologie de requête

En référence aux dimensions BDG (base de données géographiques), les


requêtes sont placées en trois types :
 Les requêtes thématiques : elles portent sur la sélection ou la
manipulation des objets spatiaux sur la base de leur attribut (ex :
sélection des champs composés de noirs)
 Les requêtes géométriques : elles portent sur la sélection ou la
manipulation des objets spatiaux sur la base de leur
caractéristique géométrique (sélection des champs d’une
superficie de 4 ha)
 Les requêtes topologiques : elles portent sur la sélection ou la
manipulation des objets spatiaux sur la base de leurs
caractéristiques de voisinage et de relation spatiales aux autres
objets (ex : sélection des champs contenant un puits).

Les différents types de requêtes peuvent être combiné au sein d’une seules et
plus complexe (ex : sélection des champs d’une certaine superficie contenant
un puit).
La requête est dite spatiale car elle combine les composantes thématiques et
géométriques de l’information. (Quand les éléments sont combinés deux à
deux)
1-3- Niveau de complexité d’une requête

Les requêtes sont caractérisées d’une part, selon leur niveau


d’imbrication (simple ou complexe) et, d’autre part, selon leurs objectifs
(sélection ou manipulation).

4
1-4- Mode de création des requêtes

Plusieurs modes de création de requêtes sont proposés dans les logiciels


de SIG courants. Selon le degré d’assistance offert par le logiciel et de
connaissance requise de l’utilisateur, les modes de création d’une requête se
classe en trois (03) niveaux. Ils apparaissent sous forme d’une interface
graphique.
 L’interface d’aide à la mise en œuvre permet à l’utilisateur de
sélectionner les informations et les opérateurs de requêtes sans se
soucier du langage et de la syntaxe de la requête.
 L’interface d’aide à la rédaction de la requête présente
l’ensemble des opérateurs de requêtes et des informations
d’entrées. L’utilisateur peut donc composer le code d la requête
sans souci d’orthographe de celle-ci. Il reste cependant le garant
de la syntaxe de la requête.
 L’interface de composition de la requête permet à l’utilisateur de
composer, sans aide, le corps de la requête. Il doit, cependant,
connaitre à la fois les opérateurs et leur syntaxe ainsi que les
couches d’entrées à disposition.

2- Les requêtes thématiques

La requête thématique porte sur la sélection ou manipulation


d’informations spatiales basée sur les valeurs d’attributs des objets. Le
formalisme général d’une requête SQL, comme formulé précédemment est le
suivant : select……..from………….where………….
 Select : les objets ou leurs champs à sélectionner
 From : les couches ou tables auxquels ils appartiennent
 Where : les critères ou conditions à observer
On distingue dans les requêtes thématiques quatre (04) types d’opérateurs :
 Les opérateurs de comparaisons, permettant de mettre en relation les
valeurs de champ et des critères de sélection.
 les opérateurs arithmétiques permettant de procéder à des calculs sur la
base des valeurs de champs ;

5
 les opérateurs logiques, grâce auxquels il est possible de combiner les
critères entre eux
 les opérateurs statistiques permettant d’agréger les informations sous la
forme d’indices statistiques.
2-1- Opérateur de comparaison

Les opérateurs de comparaison confrontent la valeur d’attribut d’un


objet à un critère de sélection. La comparaison est directe, elle peut porter sur
la valeur brute d’un attribut, ou indirecte, ou encore porter sur un calcul
arithmétique ou statistique faisant intervenir plusieurs attributs.
Opérateurs Description
= Opérateurs d’égalité
˂ Infériorité
˃ Supériorité
˂= Infériorité et d’égalité
˃= Supériorité et d’égalité
˂˃ D’inégalité

2-2- Opérateurs arithmétiques

L’exemple suivant présente la mise en œuvre d’opérateur arithmétique


pour le calcul d’un indicateur de salinité des puits à partir des mesures de
conductibilité des mesures de l’eau.
Select [puits ID] (TDS/100 + 1) AS [salinité] from [table_puit]
Les opérateurs arithmétiques sont

Opérateurs Description
+ Opértateur d’addition
- Soustration
X multiplication
÷ Division
^ Exponentielle

6
2-3- Les opérateurs logiques

Les opérateurs logiques permettent de combiner plusieurs conditions


where au sein de la même requête. Ils sont utilisés dans le but de resserrer ou
d’élargir les résultats d’une requête.
Un exemple est la localisation des champs avec une double condition à
satisfaire. (* veut dire sélectionner toutes les colonnes…)
Select*
From [champs cultivés]
Where [sol]= « Noir » and [Type culture]= « Coton » ;
Un second exemple est la localisation des champs dont le sol est noir ou
sur lesquels est cultivé le coton
Select*
From [champ cultivé]
Where [sol]= ‘’noir’’ or [type culture ]= « coton’ » ;

Opérateur Description Diagramme Exemple


And Opérateur logique « et » A
A and B
B

OR Opérateur logique « ou » appelé A or B


A B
également ou inclusif

NOT Opérateur logique « et non » B


A not B

A
XOR Opérateur logique « ou et A XOR B
uniquement ou « appelé A
B
également ou exclusif

7
EXEMPLE DE QUESTION
A and B and C
Sélectionner les champs irrigués de M. Dupond Jean affectés au coton.
Select*
From [champ cultivé]
Where [Propriétaire]= ‘’M. Dupond Jean’’ and [irrigation] =1 and [type de
culture] =’ « coton’ » ;
Sélectionner les champs de M. Dupond jean affecté au coton ou les champs
irrigués
Select *
From [champ cultivé]
Where [propriétaire]=’ « M. Dupond Jean » and [type de culture]= « coton »
OR [Irrigation] =1 ;

Exercice
Sélectionner les champs de M. Dupond jean affecté au coton ou irrigué

Select*
From [champs cultivés]
Where [type de culture]= « coton» and [propriétaire]= « m. dupond »OR
[irrigation]=1 ;

Ou
Select*
From [champ cultivé]
Where [type de culture]= « coton » or [irrigation]=1 and
[proprietaire]= « M. dupont Jean » ;

- Sélectionner les champs de M. Dupond jean soit affecté au coton soit


irrigué mais pas les deux à la fois

8
Select*
From [champ irrigué]
Where [propriétaire] « M. Dupond » and [type de culture]= « coton »
XOR [irrigation]=1 ;

Sélectionner les champs irrigués de M. Dupond qui ne sont pas affecté à


la culture de coton.

Select*
From [champs cultivés]
Where [propriétaire] ‘’M. Dupond’’ and [irrigation]=1 NOT [type de
culture]=’’coton’’ ;

Sélectionner les champs qui appartiennent à M. Dupond ou qui sont soit


irrigués soit affecté au coton

Select*
From [champs cultivés]
Where propriétaire= ’’M.Dupond’’ or irrigation=1 XOR [type de
culture]=’’coton’’ ;
2-4- Opérateur statistique
Les opérateurs statistiques ont pour but de calculer les indicateurs
statistiques basés sur les valeurs des champs thématiques. Ils permettent de
transformer l’information sous une forme agrégée, comme par exemple la
tendance centrale ou la dispersion des valeurs d’attribut des objets. La liste
des opérateurs statistiques, proposée par la grande majorité des logiciels SIG
est comme suit :

Opérateur Description
Max Valeur maximale rencontrée
Min Valeur minimale rencontrée
Std Dev Ecart type
Mean La valeur moyenne
Var Variance associée à la moyenne
Sum Somme des valeurs
Count Nombre d’objet décomptés

9
3- Requêtes géométriques

La requête géométrique procède à la sélection ou à la manipulation d’objets


sur la base de leurs caractéristiques géométriques (position, longueur,
périmètre…….). Les logiciels actuels présentent des approches différentes des
caractéristiques géométriques des objets spatiaux.
3-1- La position
La position (X Y) dans le système de référence est déterminée par les
coordonnée (x, y) de l’objet (pour le cas d’un système cartésien. Dans le cas du
point, les coordonnées correspondent à celles du point lui-même.
Dans le cas d’une ligne ou d’une zone, les coordonnées de l’objet
correspondent à celles du centre de gravité de l’objet (centroide).
Suivant la géométrie de l’objet, il est possible que le centre de gravité, se
trouve à l’extérieur de celui-ci. En mode raster, les coordonnées correspondent
à celle du centre de la cellule.
Un exemple de requête géométrique faisant appel à la position de l’objet
consiste à déterminer l’ensemble des champs situé au nord du village,
connaissant les coordonnées du village (y=2600)
Select*
From [champs cultivés]
Where [y]˃2600 ;

3-2- Longueur et l’aire

La longueur et l’aire correspondent à la mesure des dimensions linéaires


Un exemple de requête faisant appel à une condition de longueur est de
localiser les tronçons routiers d’une longueur inférieure à 2 000 m
Select*
From route
Where longueur ˂ 2000 ;

10
Un autre exemple surfacique cette fois-ci est de localiser les champs d’une
surface supérieure à 4 ha
Select*
From [champ cultivé]
Where [surface] ˃ 4 ;

3-3- Distance

La distance généralement considérée est la distance linéaire euclidienne


ou les centres des objets
Un exemple de requête faisant appel des distances linéaire est la
localisation des champs situés à moins de 400 m des routes principales.

Select *
From route, [champ cultivé]
Where [type_ROUTE]= ‘’double’’ and Distance ([champ cultivé]. ID, [route].ID)
« m » ˂ 400 ;

4- Requête topologique

La topologie considère l’objet dans son contexte et permet d’analyser les


relations de voisinages entre objets. Plusieurs cas de voisinages sont
susceptibles d’être rencontrés dans l’espace géographique.

4-1- Modèle topologique

Les objets géographiques sont déterminés à partir des deux modelés


représentés ci-dessous

11
Modèle simplifié
Modèle complet

Bord de l’objet

Les deux modèles ci-dessus considèrent les objets spatiaux selon trois
éléments clés
- Le bord identifiés plus loin par l’indice « b »
- Le corps intérieur représenté par l’indice « c »
- La matrice complémentaire ou corps extérieur

 Le bord de l’objet
Il correspond aux limites de l’objet spatial, séparant le corps intérieur de la
matrice complémentaire.
 Le corps intérieur
Il représente le corps de l’objet spatial
 La matrice complémentaire
Il représente le complément de l’espace considéré excluant le bord et le corps
intérieur

12
4-2- Les opérateurs topologiques

Opérateurs Description Diagramme


DISJOINT Deux corps sont dits
disjoints si ni leur bord, ni
B
leur corps intérieur ne se
A
touchent
ADJACENT Deux objets sont dits
adjacents si leurs bords se
touchent
A

Deux objets présentent une


INTERSECTE intersession s’il y a une zone
d’intersection non nulle B A
entre leurs corps intérieur
CONTENANT (contenu) Un objet en contient un
autre si son corps intérieur
B
enveloppe entièrement le A
bord de l’objet contenu
COUVRANT (couvert) Un objet couvre un autre si
son corps intérieur est B
A

enveloppé par le corps


intérieur de l’objet couvert
EQUAL (EGAL) Deux corps sont dits égaux si
leurs corps et leurs bords A= B
intérieurs sont identiques

L’exemple suivant présente une requête portant sur l’opérateur topologique


d’adjacence
Le but de la requête est de localiser l’ensemble des champs adjacents aux
routes.

13
Select *
From [champs cultivés] [route]
Where adjacent ([champ cultivés]. ID, [route]. ID) ;

 On peut aller plus loin avec cette requête en utilisant non plus un
opérateur d’adjacence mais d’intersection
Select *
From [champs cultivés], route
Where Intersect ([champ cultivés]. ID, [route]. ID) ;

 Un exemple supplémentaire tente à nouveau de se rapprocher du but


recherché en utilisant un opérateur de distance à la route
Select *
From [champs cultivés], route
Where distance ([champ cultivés]. ID, [route]. ID) ;

CONCLUSION
Les requêtes spatiales formulées en SQL recouvrent un large éventail
d’information et l’on est susceptible d’extraire de la base de données. Leur
avantage réside dans le faite que les opérateurs font partie des logitiels SIG
courants.

14

Vous aimerez peut-être aussi