Vous êtes sur la page 1sur 2

La théorie du petit monde

C'est la théorie de l’auteur Hongrois Frigyes Karinthy qui dit que : "la
possibilité que toute personne sur le globe puisse être reliée à n'importe
quelle autre, au travers d'une chaîne de relations individuelles comprenant
au plus cinq autres maillons"

Cette idée a été mise à l’experience aux années 60 par le psychologue


américain Sanley Milgram.

Il a choisi 296 volontaires et leur a demandé de d’envoyer une lettre à une


personne cible résidant à Boston; la régle était de passer la lettre de main en
main à une personne de leur entourage et qu’elle, à son tour, la passe à
quelqu’un d’autre en s'approchant de la personne cible.

Milgram a constaté que le nombre moyen de personnes intermédiaires


dans ces chaînes était de 5,2 .

L'expérience a montré que non seulement il y a quelques degrés de


séparation entre deux personnes, mais que les individus peuvent réussir à
naviguer vers la cible dans des chemins courts, même s’ils n’ont aucun moyen
de voir l'ensemble du réseau.

Pourtant en 2011, des chercheurs de l’université de Milan on reproduit


l’expérience en utilisant Facebook, et ont découvert que les 6 degrés de
sépartion sont devenus 4.74

En effet, les internautes ont plus de connaissances virtuelles (sur


Facebook) que réelles.
Ce qui rend le site paradoxalement à la fois très vaste et extrêmement
concentré, 84% des liens d'«amitié» réunissant des utilisateurs se trouvant
dans le même pays.