Vous êtes sur la page 1sur 52

VULGARISATION DES

REGLES DES
COMPETITIONS I.A.A.F.
EN VIGUEUR AU COURS
DE LA SAISON 2013 – 2014
(compte tenu des dernières modifications adoptées par le congrès de l'IAAF)

Le but de ce document est de servir de support aux bénévoles désirant suivre une
formation de juges, et de recueil pour les juges départementaux et régionaux.
Il est une libre interprétation et ne saurait remplacer les règles du document officiel
émis par l'Association Internationale des Fédérations d'Athlétisme.

En italique , sont mentionnées les adaptations des règles pour les catégories
benjamins et minimes.

Rédigé par l'U.S. Issoire Athlétisme.

Page 1 / 52
Table des matières

Le Chronométrage des Courses: .......................................................................................................... 5


Mesure de vent : ......................................................................................................................... 5
Chronométrage manuel : ............................................................................................................ 5
Chronométrage par caméra et système automatique de photographie d'arrivée : ...................... 6
Déroulement des courses :.......................................................................................................... 6
Records : ..................................................................................................................................... 6
Les Courses : ........................................................................................................................................ 7
Équipement des athlètes : ........................................................................................................... 7
Caractéristiques dimensionnelles : ............................................................................................. 7
Marquages piste : ....................................................................................................................... 8
Déroulement des courses :........................................................................................................ 11
Les relais : ................................................................................................................................ 12
Les haies : ................................................................................................................................. 13
Aides et réclamations : ............................................................................................................. 13
Organisation des séries : ........................................................................................................... 13
Les concours de sauts verticaux : ....................................................................................................... 14
Conditions générales : .............................................................................................................. 14
Enchaînement des sauts :.......................................................................................................... 15
La barre : .................................................................................................................................. 15
Le classement : ......................................................................................................................... 16
Forces extérieures : ................................................................................................................... 16
Le saut en hauteur : ............................................................................................................................ 17
Zone d'élan et d'appel : ............................................................................................................. 17
Matériel : .................................................................................................................................. 17
Le saut à la perche :............................................................................................................................ 18
La compétition : ....................................................................................................................... 18
La piste d'élan : ......................................................................................................................... 18
Le bac d'appel : ......................................................................................................................... 18
Les montants : .......................................................................................................................... 19
Les perches : ............................................................................................................................. 19
La zone de réception : .............................................................................................................. 20
Les concours de sauts horizontaux : .................................................................................................. 21
Conditions générales : .............................................................................................................. 21
Mesurage : ................................................................................................................................ 22
Piste d'élan: ............................................................................................................................... 22
Mesure du vent : ....................................................................................................................... 22
Planche d'appel : ....................................................................................................................... 23
Zone de réception : ................................................................................................................... 23
Le saut en longueur : .......................................................................................................................... 24
Le triple-saut : .................................................................................................................................... 24

Page 2 / 52
Les lancers : ....................................................................................................................................... 25
Conditions générales : .............................................................................................................. 25
Engins : ..................................................................................................................................... 26
Les cercles de lancer : .............................................................................................................. 26
La piste d'élan du javelot : ........................................................................................................ 29
Le secteur de chute : ................................................................................................................. 29
Mesurage : ................................................................................................................................ 30
Essais : ...................................................................................................................................... 30
Le lancer du poids : ............................................................................................................................ 31
Technique : ............................................................................................................................... 31
Butoir :...................................................................................................................................... 31
Le Poids : .................................................................................................................................. 31
Le lancer du disque : .......................................................................................................................... 32
Le disque : ................................................................................................................................ 32
La cage : ................................................................................................................................... 32
Lancer du marteau :............................................................................................................................ 33
Compétition : ............................................................................................................................ 33
Le marteau : .............................................................................................................................. 34
La cage : ................................................................................................................................... 35
Lancer du javelot :.............................................................................................................................. 39
Technique : ............................................................................................................................... 39
Le javelot : ................................................................................................................................ 39
Les épreuves combinées : .................................................................................................................. 42
Épreuves et enchaînement : ...................................................................................................... 42
Généralités :.............................................................................................................................. 43
Particularités des règles pour les épreuves combinées : ........................................................... 43
Interclubs :.......................................................................................................................................... 44
Compétitions en salle : ....................................................................................................................... 45
Contraintes : ............................................................................................................................. 45
Déroulement des courses :........................................................................................................ 45
Marquages piste : ..................................................................................................................... 45
Les haies : ................................................................................................................................. 46
Les sauts : ................................................................................................................................. 46
Le poids : .................................................................................................................................. 46
Épreuves combinées : ............................................................................................................... 46
La marche :......................................................................................................................................... 47
Définition : ............................................................................................................................... 47
Jugement : ................................................................................................................................ 47
Départ : ..................................................................................................................................... 47
Sécurité et Médical : ................................................................................................................. 47
Ravitaillements : ....................................................................................................................... 47
Parcours : .................................................................................................................................. 47
Courses sur route :.............................................................................................................................. 48
Les épreuves de Cross-country : ........................................................................................................ 48

Page 3 / 52
Lutte antidopage :............................................................................................................................... 49
Violation des règles antidopage................................................................................................ 49
Autorisation d'usage à des fins thérapeutiques (A.U.T.) .......................................................... 49
Contrôles .................................................................................................................................. 49
Analyses ................................................................................................................................... 49
Procédures disciplinaires .......................................................................................................... 50
Organisation des compétitions : ......................................................................................................... 50
Inscriptions simultanées ........................................................................................................... 50
Mixité des épreuves .................................................................................................................. 50
Réclamations ............................................................................................................................ 50
Appels....................................................................................................................................... 51
Records : ............................................................................................................................................ 51
Généralités ................................................................................................................................ 51
Mesures .................................................................................................................................... 51
Courses ..................................................................................................................................... 51
Concours................................................................................................................................... 52
Lancers ..................................................................................................................................... 52
Sauts horizontaux ..................................................................................................................... 52
Sauts verticaux ......................................................................................................................... 52
Epreuves Combinées ................................................................................................................ 52

Page 4 / 52
Le Chronométrage des Courses:

Les chronomètres à aiguilles sont dorénavant interdits.


Un système de chronométrage entièrement automatique avec photographie d'arrivée devrait être
employé et avec si possible 2 caméras indépendantes et autonomes (une de chaque côté de la ligne
d'arrivée). Il est souhaitable de prévoir au moins 1 chronométreur manuel de réserve en cas de
problème technique avec le système automatique.
Les résultats des courses sont traités sous la direction du Juge chef Chrono Photographie d'arrivée
(JCP).
La connexion de l'anémomètre directement au système automatique est autorisée, le JCP étant le
garant de la mesure de vent. Dans le cas contraire c'est le préposé à l'anémomètre qui retranscrit et
communique les valeurs de vent.

Mesure de vent :
• L'anémomètre est positionné le long du couloir 1 à 50 m de l'arrivée pour 100m, 110m et
200m, pour les distances plus courtes il est à mi-distance entre départ et arrivée; à une
hauteur de 1m22 et au maximum à 2m de la piste.
• Le tube, si l'anémomètre en est équipé, doit dépasser de chaque côté de l’hélice de 2 fois le
diamètre.
• La mesure doit être affichée au 1/10e de m/s arrondi au supérieur.
• La mesure du vent se fait à partir du coup de feu sur les courses en ligne droite pendant :
5s sur 50m et 50m haies
10s sur 100m
13s sur 80m haies, sur 100m haies ou 110m haies,
ou à partir du moment où le premier coureur entre en ligne droite pendant :
10s sur 200m, 13s sur 200m haies.
• Un record est valable jusqu'à 2m/s (y compris) de vent dans le dos sur les courses. Lors des
épreuves combinées c'est la moyenne des mesures de vent des différentes épreuves qui est
prise en compte et ne doit pas dépasser 2m/s.
• Le vent est positif quand il souffle dans le dos des coureurs.

(Vérification anémomètre : par l'office national de contrôle des mesures.)

Chronométrage manuel :

• Les temps sont arrondis au 1/10e supérieur sur piste et à la seconde supérieure sur les
courses hors stade.
• Le chrono est déclenché à la vue de la flamme ou de la fumée.
• Les chronométreurs sont positionnés à au moins 5m à l'extérieur du dernier couloir et en
hauteur.
• Avec trois chronomètres : si deux temps identiques → temps officiel celui des deux chronos
identiques, si les trois sont différents → temps officiel le chrono intermédiaire.
• Avec deux chronos : temps officiel → temps le plus long.

Page 5 / 52
Chronométrage par caméra et système automatique de photographie
d'arrivée :
• La caméra doit être alignée de sorte à ce que sa fente de visée coïncide avec le plan vertical
du bord intérieur de la ligne d'arrivée. Celle-ci large de 5cm est blanche. Les intersections
avec les couloirs peuvent être peintes en noir pour faciliter la lecture du film. Les athlètes
sont classés dans l'ordre dans lequel une partie de leur corps (torse hormis tête, cou, bras,
jambe, main ou pied) franchit le bord intérieur de la ligne.
• Si le déclenchement de la caméra n'est pas automatique à partir du pistolet du starter, alors le
système de photographie ne peut servir à déterminer les temps officiels mais uniquement à
juger l'arrivée, départager et donner les écarts de temps.
• A l'installation le chef chrono s'assure du contrôle du déclenchement, de l'essai du matériel
et de la réalisation du point zéro qui doit être inférieur ou égal au 1/1000e de seconde.
• Le matériel doit être vérifié tous les 4 ans.
• Les temps du système de photographie sont considérés comme officiels sauf si un officiel
compétent les déclare inexacts auquel cas les chronos manuels font foi.
• Le chef chrono détermine places et temps et s'assure de leur traitement correct par le
secrétariat.
• Les ex-æquo sont tranchés au 1/1000e de seconde jusqu'à 10 000m inclus, les temps étant
arrondis et enregistrés au 1/100e de seconde, au-delà sur piste les temps sont arrondis au
1/10e de seconde alors que pour les courses se déroulant pour tout ou partie hors-stade
l'arrondi se fait à la seconde.

Déroulement des courses :


• Il est possible de donner les temps officiels de passage aux athlètes et le temps officiel au
vainqueur mais par un officiel et uniquement s’il n’y a aucun panneau d'affichage
automatique et si les temps sont donnés à tous les participants.
• Sur les courses en temps imposé, le chef chrono indique au chef starter l'échéance 1 minute
avant la fin pour un premier coup de feu et à la fin pour le second coup de feu final.
• Sur une course une réclamation ne peut être enregistrée au-delà de 30 min après la
promulgation des résultats de l'épreuve.
• Une réclamation sur faux-départ est caduque si on utilise une centrale de faux-départ sauf si
l'athlète a fini la course et que le starter n'a pas rappelé les coureurs
• Un athlète sera disqualifié s'il est sorti de son couloir sauf :
• s'il a été poussé en dehors de son couloir ou forcé à sortir du couloir sans en tirer avantage.
• Si cela s'est fait en ligne droite sans gêne pour les autres.
• Si l'empiètement s'est fait dans le couloir extérieur.

Records :

• Dans tous les cas aucun record ne pourra être validé si l'empiètement du couloir intérieur a
été relevé.
• Un record sur une distance inférieure à celle de la course ne sera validé que si le concurrent
finit la course sur la distance totale prévue.
• Jusqu'à 800m inclus seuls les temps pris avec des appareils de photographie d'arrivée
permettent de valider un record.

Page 6 / 52
Les Courses :

Équipement des athlètes :


• Les chaussures, si elles sont munies de pointes, n'en ont pas plus de 11, de diamètre inférieur
à 4mm et de longueur inférieur à 25mm, voir 9 mm sur les pistes synthétiques.
• Les dossards doivent être portés tels que remis. Des perforations peuvent y être pratiquées
mais en dehors des chiffres ou caractères.

Caractéristiques dimensionnelles :

La piste :
• Les courses sur route ouvrant possibilité de record doivent être mesurées par un officiel
mesureur.
• La piste est de longueur standard 400m. Elle est constituée de deux lignes droites parallèles
et de deux virages de même rayon. L'intérieur est délimité par une lisse (bordure) de 5 cm de
haut et 5 cm de large. Si cette bordure doit être retirée, une ligne de 5cm de large et des
fanions (20cm) ou des cônes espacés de 4m maxi doivent être mis en place.
• La mesure se fait à 30cm de la lisse pour le couloir intérieur, puis à 20cm de la ligne
intérieure pour les suivants. La distance est prise entre le bord de la ligne de départ le plus
loin de la ligne d'arrivée et le bord de la ligne d'arrivée le plus près de la ligne de départ.
• Les couloirs ont une largeur de 1m22 et sont séparés par une ligne de 5cm de large.

• L'inclinaison latérale d'une piste sera au maximum de 1/100 tandis que la déclivité dans le
sens de la course ne peut excéder 1/1000 en descente.
• Les lignes de départ des courses hors couloirs sont incurvées de sorte à ce que chaque
coureur soit à la même distance de la ligne d'arrivée.

Les relais :
• Les témoins de relais sont des tubes creux et lisse de section circulaire. Leur poids doit être
supérieur à 50g, leur longueur compris entre_28cm et 30
cm, leur circonférence entre 12cm et 13cm. Ils sont colorés de sorte à être visibles.
• Les zones de relais ont une longueur de 20 m.
• Sur le 4 x 400 m les relayeurs seront positionnés en fonction de la position des équipes au
200m, la première à la corde.

Page 7 / 52
Marquages piste :
Sur piste circulaire les lignes du départ sont :
Départ 400 m = ligne blanche continue
Départs 4x400 m = ligne blanche avec centre bleu
Départs 800 m = ligne blanche avec centre vert

Ligne incurvée, compensée sur l’ensemble des couloirs : 800 m / 10 000 m, 1 500 m, 1 000 / 3 000 /
5 000 m, mile, 1 500 m steeple, 2 000 m steeple, 3 000 m steeple
La ligne de départ du 1 500 m peut être prolongée sur l’extérieur pour étaler tous les coureurs en
évitant le tassement à la corde sur la partie en virage.

Départs décalés pour 2 000 m / 10 000 m et 1 000 m / 3 000 m / 5 000 m à partir du couloir 5 pour
les pistes de plus de 6 couloirs, 4 pour les autres.

Les lignes de rabat sont vertes


en sortie du premier virage pour 800m, 4x400 m et départ décalé au droit de la ligne d’arrivée.

Les zones de transmission (longues de 20 m) sont


4 x 100 m = Jaune
4 x 400 m = Bleue
4 x 200 m = Bleue
4 x 60 m = Noire
La ligne de milieu de zone est blanche dans tous les cas
La ligne de zone d’élan est
4 x 100 m = Rouge
4 x 400 m = Bleue
4 x 200 m = Bleue
4 x 60 m = Noire

Page 8 / 52
Les haies :
• Les haies sont constituées d'un cadre avec en partie haute une latte de 7cm de haut pour 10 à
25mm d'épaisseur et une largeur de 1m18 à 1m20. Cette latte doit être suffisamment rigide
pour ne pas avoir plus de 35mm d'inflexion sous une pression de 10kg appliquée en son
centre. Elle est peinte de bandes noires et blanches, ou de toutes autres couleurs contrastées,

les deux extrémités étant dans la couleur la plus claire sur au moins 22,5cm.

• Les deux bases d'une longueur maxi de 70cm doivent être équipées d'un système de
contrepoids assurant qu'une poussée correspondant à un poids entre 3,6kg et 4kg fasse
basculer la haie.
• Les haies de steeple mesurent 91,4cm de haut pour les hommes et 76,2cm de haut pour les
femmes. Elles font 3m94 minimum de large dont 30cm dépasse à l'intérieur de la piste. La
barre supérieure est de section carrée de 12,7cm de côté, peinte de rayures blanches et noires
(ou contrastées), les extrémités sont de la couleur la plus claire sur 22,5cm.

• Elles comportent une base de chaque côté mesurant au sol entre_1m20 et 1m40. Leur poids
est compris entre 80kg et 100kg.
• Les haies sont positionnées avec le bord de la latte le plus près de la ligne de départ
correspondant au bord de la marque le plus près de la ligne de départ.
• La rivière est profonde de 70cm sur 30cm puis en pente régulière.
• Sur 2000 m il y aura 18 haies et 5 rivières.
• Sur 3000 m il y aura 27 haies et 7 rivières.
• Leur hauteur sera de 0,762 m chez les femmes, 0,914 m chez les hommes.

Page 9 / 52
Les espacements varient avec la distance de la course

distances Première haie Haies suivantes Dernière / arrivée Nbre de haies Couleur sol
50 m 11 m 50 7 m 50 8 m 50 5 Rouge
80 m 12 m 8m 12 m 8 Blanc
100 m 13 m 8 m 50 10 m 50 10 Jaune
110 m 13 m 72 9 m 14 14 m 02 10 Bleu
200 m 21 m 46 18 m 28 14 m 02 10 Bleu
320 m 35 m 35 m 40 m 8 vert
400 m 45 m 35 m 40 m 10 Vert

Les hauteurs varient avec la distance et les catégories

Distance SEM JUM CAM MIM BEM SEF- CAF MIF BEF
JUF
50 m 0,65m 0,762m 0,65m
80 m 0,84m 0,762m
100 m 1,067m 0,990m 0,914m 0,84m 0,762m
110 m 1,067m 0,990m 0,914m 0,914m 0,840m 0,762m
200 m 0,762m 0,762m
320 m 0.838 0.762
400 m 0,914m 0,914m 0,840m 0,762m 0,762m

Page 10 / 52
Déroulement des courses :

Le départ :
• Des blocs sont utilisés sur toutes les courses jusqu'au 400m inclus. Ceux-ci doivent être
rigides et ne peuvent dépasser la ligne de départ. Un athlète peut utiliser un bloc personnel
s'il est conforme, s'il ne gêne pas les autres et n'en tire aucun avantage.
Pour les benjamins et benjamines les blocs ne sont pas obligatoires mais le départ doit être pris en
position accroupie avec 4 appuis au sol.
• Les athlètes sont appelés à la position de départ par l'ordre « à vos marques » puis sur les
courses avec départ en blocs par l'ordre « prêts » commandant à l'athlète de prendre sa
position de départ avec obligatoirement les 2 mains au sol et les pieds sur les plaques des
blocs. Pour les départs debout les athlètes ne peuvent toucher le sol avec la main. En départ
accroupi les 2 mains et au moins un genou doivent être en contact avec le sol. Dans les deux
cas les athlètes doivent rester dans le couloir attribué et ne peuvent avoir de contact avec le
sol sur ou au-delà de la ligne de départ.
• Le départ se fera au coup de feu du starter quand celui-ci aura vérifié que chacun est en
position de départ correcte et immobile.
• Le starter après quelque commandement que ce soit peut rappeler les athlètes à leurs
marques s'il estime que les conditions pour un départ régulier ne sont pas réunies. De même
si un athlète interrompt le départ en levant la main ou en se relevant, n'observe pas les
obligations suite aux commandements, dérange les autres après le commandement « A vos
marques », le starter fera relever les athlètes et le juge arbitre des départs délivrera un
avertissement ou un carton vert (ce dernier n'impliquant personne).
• L'avertissement est signifié par un carton jaune, il se transformera en « rouge » lors de la
deuxième infraction sur la même course, entraînant l'exclusion de l'athlète pour l'épreuve.
• En cas de conduite inconvenante ou antisportive de l'athlète, l'interdiction de participer à
toute autre épreuve de la compétition peut être prononcée.
• Durant le déroulement du départ, après avoir pris leur position complète et finale, tout
mouvement avant le coup de feu donnera lieu à un faux-départ et à la disqualification de
l'athlète à qui le starter présentera un carton mi-rouge, mi-noir; excepté pour les épreuves
combinées où un faux-départ par course est toléré le carton présenté à tous les coureurs sera
alors mi-jaune, mi-noir, les faux-départs suivants entraînant la disqualification de leur
auteur. Toutefois un mouvement d’un athlète n’incluant pas de perte de contact entre pieds et
blocs de départ, ni entre mains et sol ne sera pas considéré comme un commencement de
départ mais peut entraîner un avertissement disciplinaire.
Pour les catégories benjamin et minime, un athlète est disqualifié si il est responsable de deux faux
départs dans une course.
• Un temps de réaction détecté par un système automatique inférieur à 1/10 ième de seconde
sera sanctionné comme étant un faux départ.
• En cas de faux-départ un second coup de feu rappelle les coureurs.
• Au 800m le départ se fait en couloir en position debout. La ligne de rabattement en sortie de
premier virage est incurvée et matérialisée par un cône ou un fanion de chaque côté de la
piste et potentiellement des petits cônes aux intersections des couloirs et de la ligne.
• Pour les départs hors couloirs, la ligne incurvée doit être tracée de telle sorte que chaque
athlète soit à égale distance de la ligne d'arrivée. Au-delà de 12 athlètes il est possible de
faire deux groupes au départ. Le premier composé d'environ 65% des concurrents prend un
départ normal, le deuxième prend un départ décalé sur la deuxième moitié de la piste sur la
largeur et devra courir jusqu'à la fin du premier virage sur cette demi-largeur extérieure. Sur
2 000m et 10 000m c'est la ligne de rabattement du 800m qui est utilisée. Alors que sur
1 000m, 3 000m et 5 000m une marque sera apposée sur la ligne médiane afin de
matérialiser le point où le groupe extérieur peut rejoindre la corde.
Page 11 / 52
La course :
• La corde est toujours à gauche.
• Tout athlète bousculant ou faisant obstruction, gênant ainsi la progression d'un autre
concurrent est passible de disqualification. Le juge arbitre course peut alors faire recourir la
course à l'exception du fautif ou autoriser l'athlète lésé à participer au tour suivant.
• Lors des courses en couloirs, pour tout ou partie, l'athlète doit rester dans son couloir sur la
distance prévue sous peine d'être disqualifié; sauf si :
il est poussé en-dehors de son couloir par une autre personne sans en tirer avantage
il court en-dehors de son couloir en ligne droite sans en tirer avantage
il empiète la ligne extérieure sans avantage et sans gêne pour autrui.
• La même règle est appliquée sur les courses non courue en couloir si un coureur empiète à
l'intérieur de la piste au-delà de la ligne matérialisant l’intérieur de la piste.
• Sur les courses où plusieurs tours sont effectués, un panneau donnant le nombre de tour
restant est placé au niveau de la ligne d'arrivée. Son décompte est mis à jour à chaque entrée
en ligne droite du meneur de la course.
• A partir du 1 500m un décompte de tours est tenu pour chaque athlète. A partir de 5 000m et
pour la marche plusieurs juges sous le contrôle du juge arbitre course (JAC) comptent les
tours (4 coureurs ou 6 marcheurs maxi par juge), les temps de passage sont annoncés à tous.
• Le dernier tour est annoncé par une cloche.
• Sur le sprint jusqu'à 200m une mesure de vent doit être effectuée pendant la course afin de
valider un record potentiel.
• Un athlète, ayant volontairement quitter la piste est mentionné comme « abandon »,s’il
reprenait la course il se verrait disqualifié par le juge arbitre.

L'arrivée :
• Les athlètes sont classés dans l'ordre de passage d'une partie quelconque du corps (torse
hormis la tête, les bras, les jambes, le cou, les mains, les pieds) au niveau du plan vertical du
bord de la ligne d'arrivée le plus proche de la ligne de départ.
• Pour les courses au temps un premier coup de feu marque 1 minute avant la fin, un
deuxième mentionne la fin de la course, moment où 1 juge (au moins) par athlète positionne
une marque à l'emplacement où se trouve le concurrent à cet instant. La mesure se fait à
l'arrière de cette marque et arrondie au mètre inférieur.
• Les ex-æquo sur les courses au temps sont départagés au 1/1000e de seconde.
• S'il n'est pas possible de trancher les ex-æquo en série ils sont qualifiés pour le tour suivant.
En finale, y compris pour la première place, ils ne sont pas départagés.

Les relais :
• Les zones de transmission font 20m de long, 10m de chaque côté de la ligne d'arrivée pour
le 4x400m. La zone de lancement mesure 10 m en amont de celle de transmission, disparaît
à partir du 4x400.Le réceptionnaire doit partir depuis cette zone.
• Le passage de témoin commence au moment où le réceptionnaire touche le témoin et
s'achève quand il quitte la main du passeur. Durant ce laps de temps le témoin et lui seul doit
se trouver dans la zone de transmission.
• Il est interdit de porter des gants ou toute substance visant à améliorer la tenue du témoin.
• En cas de chute du témoin, l'athlète l'ayant échappé peut le ramasser y compris dans un
autre couloir et continuer sa course.
• L'équipe peut être disqualifiée si l'un des coureurs est sorti de son couloir dans les mêmes
cas qu'une course normale.
• L'équipe peut également être disqualifiée si l'arrivant pousse le réceptionnaire pour l'aider au
Page 12 / 52
démarrage ou s'il sort de son couloir après le passage de témoin de sorte à gêner
délibérément une autre équipe.
• Sur les différents tours d'une compétition il est possible d'utiliser 2 remplaçants. Un athlète
remplacé ne pourra recourir ultérieurement. La composition et l'ordre du relais doivent être
donnés 1h avant l'épreuve.

Les haies :
• Un athlète sera disqualifié si :
il ne franchit pas une haie
il passe le pied ou la jambe sous le plan vertical de la haie
il renverse volontairement une ou plusieurs haies

Aides et réclamations :
• Il est autorisé de donner aux athlètes des temps intermédiaires mais uniquement des temps
officiels, s'ils sont donnés à tous les concurrents et par un officiel, en l'absence d'un tableau
d'affichage visible par eux.
• A partir de 5 000m l'organisation est autorisée à mettre à disposition des rafraîchissements.
• L'athlète ne peut pénétrer dans l'arène avec un caméscope, un lecteur de CD ou équivalent
(mp3), ni avec un téléphone portable.
• Un athlète doublé, lors d'une épreuve sur plusieurs tours, ou ne participant pas à l'épreuve
ne peut mener la course.
• Toute réclamation doit être portée dans les 30 min suivant la diffusion des résultats officiels
et sous conditions que l'athlète ait fini la course.

Organisation des séries :


• Des séries seront mises en place dès que le nombre des concurrents est trop élevé pour un
déroulement en 1 tour (finale directe). Autant que possible les athlètes de chaque club seront
placés dans des séries différentes.
• Des performances d'engagement seront demandées afin de composer des séries permettant
aux meilleurs performeurs, normalement, d'accéder à la finale.
• Pour le premier tour les couloirs sont tirés au sort. Pour les tours suivants, les couloirs 3 à 6
sont tirés entre les meilleurs classés, les couloirs restants entre les moins bien classés.
• Les séries sont constituées avec 1 premier du tour précédent, 1 deuxième, 1 troisième s'il y a
3 qualifiés à la place, (préférable), puis 1 qualifié au temps et ainsi de suite en zigzag. La
série A a donc le vainqueur le plus rapide, la B le deuxième vainqueur le plus rapide, etc. …
Par exemple sur un premier tour de sprint en couloir de 40 coureurs nous aurons 5 séries, les 4
premiers seront qualifiés ainsi que les 4 meilleurs temps soit 24 qualifiés et 3 séries au tour suivant:
A 1 6 7 12 13 18 19 24
B 2 5 8 11 14 17 20 23
C 3 4 9 10 15 16 21 22
De 1 à 5 nous trouvons les premiers, de 6 à 10 les deuxièmes, de 11 à 15 les troisièmes, de
16 à 20 les quatrièmes et de 21 à 24 les qualifiés au temps.
• L'ordre des séries est tiré au sort.
• Les qualifiés au temps doivent être désignés avec des temps issus d'un seul et même système
de chronométrage. S’il y a des ex-aequo à la dernière place qualificative, leur qualification
se fera au détriment des qualifiés au temps.
• L'intervalle de temps entre deux tours sera au minimum de 45 min jusqu'à 200m inclus, 90
min jusqu'à 1 000m inclus, le lendemain au-delà.
• Sur finale directe ou au-delà de 800m les positions de départ sont tirées au sort.
Page 13 / 52
Les concours de sauts verticaux :

Conditions générales :
Avant le début de l'épreuve les athlètes ont le droit d’utiliser le sautoir pour des sauts
d'échauffement. Une fois que la compétition a commencé, ils ne sont plus autorisés à utiliser ni les
perches, ni les zones d'élan ou d'appel à des fins d'entraînement.
Chaque athlète peut disposer deux marques le long de la piste d'élan de la perche ou sur la zone
d'élan de la hauteur. Il doit utiliser les marques fournies par l'organisation si c'est le cas. Sinon il
peut utiliser des morceaux de ruban adhésif mais en aucun cas de la craie ou similaire ou toute autre
substance laissant des traces indélébiles.
Les athlètes passent dans l'ordre tiré au sort avant la compétition. S'il y a un tour de qualification
puis un tour de finale, un nouveau tirage au sort est fait avant la finale. Si un athlète ayant porté
réclamation sur un essai jugé faute est autorisé à poursuivre, il passe alors en premier avant l'ordre
normal tiré au sort.
Lors d'un essai jugé faute le juge lèvera un drapeau rouge. Le drapeau blanc indiquant un essai
valable ne pourra être levé avant que cet essai ne soit achevé, c'est à dire pour les sauts verticaux
quand le juge aura estimé qu'il n'y a pas eu faute comme décrit ci-après.
Dans le cas d'un nombre trop important de concurrents, il est possible d'organiser un tour de
qualification. Les athlètes seront répartis en 2 ou plusieurs groupes. S'il n'y a qu'un seul sautoir pour
la compétition, dès qu'un groupe finit son tour de qualification, le suivant commence son
échauffement. Les performances enregistrées sur ce tour ne comptent pas pour le classement final
de l'épreuve. Sur les compétitions s'étalant sur plus de trois jours, il est recommandé de prévoir un
jour de repos entre tour de qualification et finale. Les performances de qualification et le nombre de
qualifiés sont décidés par le comité d'organisation, le but étant d'avoir au moins 12 athlètes en
finale. Les athlètes ne sont pas éliminés après trois échecs tant que le nombre de qualifiés n'est pas
atteint et que tous n'ont pas eu trois échecs à la hauteur de qualification. Si aucun ne passe la
hauteur de qualification ou si le nombre n'est pas atteint les suivants au classement des
performances seront qualifiés.
Si l'épreuve se dispute en deux groupes sur deux sautoirs, ils doivent être de force équivalente et les
montées de barres être simultanées.
Le Juge Arbitre Saut peut donner un essai de remplacement à un athlète qui aura été gêné durant son
essai. Il peut également déclarer échec un essai durant lequel l'athlète tarde sans raison à effectuer
son essai. Le temps imparti pour effectuer un saut débute au moment où l'athlète est appelé par le
jury, et au moment où les montants sont positionnés comme demandé par l'athlète à la perche.
L'essai est conforme à partir du moment où la course d'élan débute avant la fin du décompte de
temps.
Un drapeau jaune doit indiquer à l'athlète qu'il ne reste que 15 secondes pour entamer son saut.
Épreuves individuelles Épreuves combinées
Nbre athlètes Hauteur Perche Hauteur Perche
Plus de 3 1 min 1 min 1 min 1 min
2 ou 3 1,5 min 2 min 1,5 min 2 min
1 3 min 5 min 2 min 3 min
Essais consécutifs 2 min 3 min 2 min 3 min

Page 14 / 52
Durant l'épreuve un athlète peut sortir de la zone de compétition avec autorisation et accompagné
d'un officiel.
Le Juge Arbitre peut, contraint par des conditions particulières, choisir de changer de sautoir, mais
uniquement à la fin d'un tour complet. La force du vent ou sa direction ne sont pas une raison
suffisante.
Au terme de l'épreuve l'athlète sera crédité du meilleur de ses sauts y compris ceux effectués pour
départager les ex-æquo à la première place.

Enchaînement des sauts :


Avant le début de la compétition le Juge Arbitre annonce la barre de début et la succession des
hauteurs de barre. Chaque athlète commence à sauter à la hauteur qu'il désire et saute ensuite les
hauteurs à sa convenance. Il sera éliminé après 3 échecs consécutifs quelques soient les hauteurs
concernées. Si l'athlète renonce à sauter à une hauteur il ne sera plus possible de tenter cette hauteur
sauf dans le cas des sauts servant à départager la première place.
Les montées de barres ne peuvent être inférieures à 2 cm à la hauteur, et 5 cm à la perche, de même
que la progression des montées de barres ne peut augmenter.
Dans les épreuves combinées les montées de barres sont de 3 cm à la hauteur et 10 cm à la perche.
Quand il n'y a plus qu'un athlète en lice et qu'il a remporté l'épreuve, celui-ci peut choisir la ou les
barres à sauter sans appliquer les contraintes précédentes, en accord avec le Juge Arbitre; sauf dans
les épreuves combinées.
Les mesures de hauteur de barre sont faites perpendiculairement au sol jusqu'à la partie du bord
supérieur de la barre le plus près du sol. La mesure est faite avant que les athlètes ne commencent à
la franchir, en cas de record elle est mesurée avant le premier saut et à chaque fois qu'elle a été
touchée avant le saut suivant.
Les montées de barre pour les épreuves combinées sont fixes, 3 cm pour la hauteur et 10 cm pour la
perche.

La barre :
La barre est en fibre de verre ou toute autre matière exceptée en métal.
Sa section est circulaire sauf aux extrémités.
Son diamètre est de 30 mm (+ ou – 1 mm).
Sa longueur est de 4 m (+ ou – 2 cm) à la hauteur et de 4 m 50 (+ ou – 2 cm) à la perche.
Son poids est au maximum de 2 kg à la hauteur et de 2 kg 250 à la perche.
Ses extrémités ont une longueur de 15 à 20 cm, une largeur de 30 à 35 mm, elles sont dures et
lisses, sans caoutchouc ou toute autre substance que ce soit permettant d'augmenter l'adhérence.
La flèche maximum de la barre, en position, sous son propre poids est de 2 cm à la hauteur et de 3
cm à la perche. Soumise à un poids de 3 kg en son milieu, cette flèche ne peut dépasser 7 cm pour la
hauteur et 11 cm pour la perche.

Page 15 / 52
Le classement :
Il est fait dans l'ordre des hauteurs franchies.
Si deux athlètes franchissent la même hauteur finale, l'attribution des places se fait comme suit :
1. le plus petit nombre de saut à la hauteur franchie est classé avant
2. S'ils sont encore ex aequo, l'athlète ayant manqué le moins de saut y compris à la hauteur
finale est classé avant.
S'ils sont encore ex aequo les concurrents sont classés ex aequo excepté pour la première place.
Pour départager si les premiers sont ex aequo, la barre est élevée à la hauteur suivant la dernière
barre franchie. Chaque athlète effectuera 1 essai à chaque hauteur. Si aucune décision ne peut être
faite, la barre sera élevée si au moins deux athlètes ont réussi, baissée si aucun n'a franchi, de 2 cm à
la hauteur, de 5 cm à la perche. Et ce jusqu'à ce qu'une décision soit prise.
Si un athlète n'effectue pas un essai à une hauteur, il perd automatiquement le droit à la première
place. Si un autre athlète seulement reste, il est déclaré vainqueur qu'il franchi ou pas cette hauteur.

Enregistrement des essais :


‘’o’’ pour un essai réussi
‘’x’’ pour un essai manqué
‘’-‘’ pour un essai non tenté

Forces extérieures :
Quand il est évident que la barre a été déplacée par une force indépendante de l'athlète (bourrasque
de vent par exemple), si le déplacement intervient après que l'athlète a franchi la barre sans la
toucher, l'essai est alors considéré comme réussi. Dans tous les autres cas un essai supplémentaire
sera accordé à l'athlète.

Une manche à air devrait être installée dans un endroit approprié pour indiquer à l'athlète la
direction et la force approximatives du vent.

Page 16 / 52
Le saut en hauteur :
L'appel doit se faire sur un pied.
Il y a faute si l'un des cas suivant est constaté :
• si après le saut la barre ne reste pas sur ses supports du fait de l'action de l'athlète
• si l'athlète touche le sol, la zone de réception, les poteaux (intérieur ou extérieur) avec une
quelconque partie de son corps sans avoir franchi la barre. S'il y a contact pendant le saut
sans en tirer avantage, cela est acceptable.
• Pour les benjamin(e)s, si l'athlète prend son impulsion au-delà d'une ligne tracée au sol à mi-
distance des poteaux et perpendiculairement à la barre.

Zone d'élan et d'appel :


La longueur minimale d'élan est de 15 m, 20 m en compétition internationale et si les conditions le
permettent de 25 m. La zone d'élan est demi-circulaire et son centre est à mi-chemin entre les deux
poteaux.
La pente admissible est de 1/250 ième, la zone de réception étant au point haut.
Une ligne de 50 mm de large sera tracée entre les points se situant à 3 m à l'extérieur des poteaux;
son bord côté zone d'élan est aligné verticalement avec le bord côté zone d'élan de la barre.

Matériel :
Les montants sont rigides, les supports de la barre sont fixés solidement à eux.
Ils dépassent au moins de 10 cm la hauteur à laquelle la barre peut être élevée.
La distance entre les poteaux sera comprise entre 4,00 m et 4,04 m.
Les poteaux ne peuvent être déplacés pendant l'épreuve à moins que le Juge Arbitre n'estime la zone
d'appel ou celle de réception inutilisable. Dans ce cas le changement se fera après un tour complet.
Les supports de barre sont plats et rectangulaires. Ils mesurent 4 cm de large et 6 cm de long. Ils
sont solidement ancrés au poteau, impossible à bouger pendant le saut. Ils font face au poteau
opposé. Les supports ne sont munis ni de caoutchouc, ni de matière adhésive ni de ressort.
Les supports sont tous deux placés à la même hauteur par rapport au sol.

L'intérieur du poteau doit être espacé d'au moins 1 cm avec le bord de la barre et ce de chaque côté.

La zone de réception ne doit pas être plus petite que 5 m de long par 3 m de profondeur.
Il est conseillé qu'elle mesure 6 m par 4 m par 0,70 m de haut.

Page 17 / 52
Le saut à la perche :

La compétition :
Le déplacement de la barre transversal est possible dans l'axe de la course depuis le bord arrière du
bac d'appel et sur 80 cm en direction de la zone de réception. L'athlète doit indiquer avant le début
de l'épreuve la position voulue pour son premier saut, puis avant l'appel du jury pour les sauts
suivants s'il désire faire modifier cette position. Dans le cas où il mentionnerait une nouvelle
position après l'appel du jury le décompte de temps englobera le positionnement de la barre.

L'athlète fait une faute si l'un des cas suivant est constaté :
• Si la barre ne reste pas sur les taquets du fait de l'action de l'athlète durant le saut.
• S'il touche le sol y compris la zone de réception au-delà du plan vertical passant par le bord
arrière du bac d'appel avec une partie quelconque du corps ou la perche sans avoir franchi.
• Si après avoir quitté le sol il passe la main inférieure au-dessus de la main supérieure ou s'il
déplace la main supérieure de sa prise de barre.
• Si durant le saut il stabilise la barre ou la remet en place avec la main.
Les perchistes sont autorisés à mettre une substance aidant une meilleure prise sur leurs mains, de
même ils peuvent porter des gants.

Pendant le saut après que la perche ait été lâchée, personne y compris l'athlète ne peut toucher la
perche avant qu'elle ne soit au sol, sauf si elle s'écarte des montants et de la barre. Dans le cas
contraire, le Juge Arbitre estime que la barre serait tombée sans cette intervention, il peut déclarer le
saut comme un échec.

Si lors du saut la perche se brise, l'athlète se verra accordé un nouvel essai.

La piste d'élan :
La piste d'élan mesure au minimum 40 m de long.
Sa largeur est de 1 m 22 (+ ou – 1 cm).
Les lignes blanches ont une largeur de 5 cm.
La déclivité latérale ne peut dépasser 1/100 ième , et 1/1000 ième dans le sens de la course.

Le bac d'appel :

Page 18 / 52
Les montants :
Il est possible d'utiliser n'importe quel modèle de montants à condition qu'ils soient rigides et que
leur structure inférieure soit recouverte d'un rembourrage de protection.
Les taquets portant la barre transversale sont faits de telle sorte qu'elle puisse tomber facilement
vers la zone de réception quand elle est touchée par le sauteur. Ils ne doivent comporter ni encoche,
ni rainure. Leur diamètre est au maximum de 13 mm et leur longueur est au maximum de 55 mm.
Les éléments de support des taquets, appelés ‘’endos’’ s'élèvent de 35 à 40 mm au-dessus des
taquets.

La distance entre les taquets est comprise entre 4 m 28 (4 m 30 pour l'IAAF) et 4 m 37.
Ils ne doivent pas être revêtus de caoutchouc ou de toute autre substance visant à améliorer
l'adhérence, ni comporter de ressort.

Les endos sont conçus de telle sorte que la barre ne puisse reposer sur leur partie supérieure.

Taquet } Endos

Les perches :
Il est possible d'utiliser la perche d'un autre concurrent si celui-ci en a donner l'autorisation.
Les perches peuvent être faites de n'importe quel matériau ou combinaison de matériau.
La longueur et diamètre de la perche sont libres, mais la surface doit être lisse.
Il est possible d'enrouler du ruban adhésif sur la prise et la partie inférieure, à condition de
conserver un diamètre constant uniforme au niveau de la prise sans création de quelque anneau que
ce soit pouvant servir de butée.

Page 19 / 52
La zone de réception :
Elle ne peut mesurer moins de 5 m par 5 m.
Les côtés de cette zone les plus proches du bac d'appel seront à une distance de 10 à 15 cm de celui-
ci; s'en éloignant avec une pente ascendante de 45° environ.
En compétition internationale, la zone de réception doit mesurer 6 m par 6 m, avoir une épaisseur
de 80 cm minimum et des avancées de 2 m minimum.

Un athlète peut, s’il le souhaite, ajouter, le temps de son essai uniquement, un rembourrage de
protection autour du bac.

Page 20 / 52
Les concours de sauts horizontaux :

Conditions générales :
Avant le début de l'épreuve les athlètes ont droit à utiliser le sautoir pour des sauts d'échauffement.
Une fois que la compétition a commencé, ils ne sont plus autorisés à utiliser zones d'élan et d'appel
à des fins d'entraînement.
Chaque athlète peut disposer deux marques le long de la piste d'élan. Il doit utiliser les marques
fournies par l'organisation si c'est le cas. Sinon il peut utiliser des morceaux de ruban adhésif mais
en aucun cas de la craie ou similaire ou toute autre substance laissant des traces indélébiles.
Les athlètes passent dans l'ordre tiré au sort avant la compétition. S'il y a plus de 8 concurrents,
chacun a droit à 3 essais. A l'issue 3 autres essais sont accordés aux athlètes ayant réalisé les 8
meilleures performances. Dans le cas de 8 concurrents ou moins, ceux qui n'auraient pas validés un
seul essai passeront en premier dans l'ordre du tirage au sort initial, sur les 3 tours suivants. Les
autres passeront pour les 3 derniers essais dans l'ordre inverse du classement des performances. S'il
y a un tour de qualification puis un tour de finale, un nouveau tirage au sort est fait avant la finale.
Si un athlète ayant porté réclamation sur un essai jugé faute est autorisé à poursuivre, il passe alors
en premier avant l'ordre normal tiré au sort.
Lors d'un essai jugé faute le juge lèvera un drapeau rouge. Le drapeau blanc indiquant un essai
valable ne pourra être levé avant que cet essai ne soit achevé, c'est à dire pour les sauts horizontaux
quand l'athlète sort de la zone de réception.
Dans le cas d'un nombre trop important de concurrents, il est possible d'organiser un tour de
qualification. Les athlètes seront répartis en 2 ou plusieurs groupes. S'il n'y a qu'un seul sautoir pour
la compétition, dès qu'un groupe finit son tour de qualification, le suivant commence son
échauffement. Les performances enregistrées sur ce tour ne comptent pas pour le classement final
de l'épreuve. Sur les compétitions s'étalant sur plus de trois jours, il est recommandé de prévoir un
jour de repos entre tour de qualification et finale. Les performances de qualification et le nombre de
qualifiés sont décidés par le comité d'organisation, le but étant d'avoir au moins 12 athlètes en
finale. Les athlètes ont tous droit à trois essais. Dès qu'un athlète réussi la distance de qualification,
il arrête le concours. Si aucun n'atteint la distance de qualification ou si le nombre de qualifiés n'est
pas atteint les suivants au classement des performances seront qualifiés.
Si l'épreuve se dispute en deux groupes sur deux sautoirs, ils doivent être de force équivalente.
Le Juge Arbitre Saut peut donner un essai de remplacement à un athlète qui aura été gêné durant son
essai. Il peut également déclarer échec un essai durant lequel l'athlète tarde sans raison à effectuer
son essai. Le temps imparti pour effectuer un saut débute au moment où l'athlète est appelé par le
jury. L'essai est conforme à partir du moment où la course d'élan débute avant la fin du décompte de
temps.
Un drapeau jaune doit indiquer à l'athlète qu'il ne reste que 15 secondes pour entamer son saut.
Nbre athlètes Épreuves individuelles ou combinées
2 et plus 1 min
Essais consécutifs 2 min

Enregistrement des essais :


une mesure vaut un essai réussi
‘’x’’ pour un essai manqué
‘’-‘’ pour un essai non tenté

Page 21 / 52
Chaque athlète ne peut bénéficier de plus d'un essai différé.
Durant l'épreuve un athlète peut sortir de la zone de compétition avec autorisation et accompagné
d'un officiel.
Le Juge Arbitre peut, contraint par des conditions particulières, choisir de changer de sautoir, mais
uniquement à la fin d'un tour complet. La force du vent ou sa direction ne sont pas une raison
suffisante.
Au terme de l'épreuve l'athlète sera crédité du meilleur de ses sauts.
Le classement est établi sur la meilleure performance. S'il y a des ex-æquo, ils sont départagés sur
leur deuxième meilleure performance, puis s'il y a lieu sur la troisième et ainsi de suite jusqu'à la
sixième si besoin. Si l'ex aequo est encore vrai sur les 6 performances, il ne sera plus tranché, même
pour la première place. Aucun essai supplémentaire ne sera tenté pour départager les premiers.

Mesurage :
Les distances sont enregistrées au centimètre inférieur le plus proche, si la mesure n'est pas un
centimètre entier.
Le saut est mesuré à partir de la marque, faite dans le sable de la zone de réception, par toute partie
du corps ou tout élément attaché à celui-ci au moment de la marque, la plus proche de la ligne
d'appel ou de son prolongement.
La distance est mesurée perpendiculairement à la ligne d'appel.

Piste d'élan:
Sa longueur est au minimum de 40 m, sa largeur de 1 m 22 (+ ou – 1 cm).
Elle est délimitée par des bandes blanches de 5 cm de large.
Sa déclivité latérale est au maximum de 1/100.
Sa déclivité globale maximale descendante sur les 40 m avant la ligne d'appel sera de 1/1000.

Mesure du vent :

• Le vent est mesuré pendant 5 secondes à partir du passage de l'athlète à 40 m de la ligne


d'appel pour la longueur, ou de 35 m pour le triple-saut, ou à partir du début de la course
d'élan quand celle-ci est plus courte.
• L'anémomètre est placé à 20 m de la ligne d'appel, à 1 m 22 de haut et à moins de 2 m de la
piste d'élan.
• Le tube, si l'anémomètre en est équipé, doit dépasser de chaque côté du ventilateur de 2 fois
le diamètre.
• La mesure doit être affichée au 1/10e de m/s arrondi au supérieur.
• Un record est valable jusqu'à 2m/s (y compris) de vent dans le dos sur les courses. Lors des
épreuves combinées c'est la moyenne des mesures de vent des différentes épreuves qui est
prise en compte et ne doit pas dépasser 2m/s.
• Le vent est positif quand il souffle dans le dos des coureurs.

Page 22 / 52
Planche d'appel :
La planche d'appel est en bois ou toute autre matériau rigide.
Sa longueur est de 1 m 22 (+ ou – 1 cm).
Sa largeur est de 20 cm (+ ou – 2 mm).
Son épaisseur est de 10 cm.
Elle est de couleur blanche.
Sa surface est au même niveau que la piste d'élan.
Le bord de la planche le plus près de la zone de réception est appelé ligne d'appel.
Immédiatement au-delà de cette ligne est placée une planche de plasticine.

La planche de plasticine doit être rigide, en bois ou autre matière équivalente. Sa couleur doit
contraster avec celle de la planche d'appel. La plasticine ayant une couleur différente des deux
planches. Elle mesure 1 m 22 de large (+ ou – 1 cm) et 10 cm de large (+ ou – 2 mm).
La surface de la planche de plasticine s'élève à 7 mm au-dessus de la planche d'appel. L'angle de la
planche le long de la ligne d'appel est en plasticine orienté à 45° avec un recouvrement de 10 mm en
direction de la zone de réception sur 1 mm d'épaisseur.
Ce dispositif doit être suffisamment rigide pour supporter la puissance du pied de l'athlète et assurer
l'adhérence au moment de l'appel.

Zone de réception :
Sa largeur est comprise entre 2 m 75 et 3 m.
Son axe doit correspondre à celui de la piste d'élan.

Un ruban peut en délimiter les côtés.

Page 23 / 52
Elle est remplie de sable fin et humide.

Le saut en longueur :
Il y a faute si l'un des cas suivant est constaté :
• Si l'athlète touche le sol en prenant appel au-delà de la ligne d'appel avec une partie
quelconque de son corps.
• S'il prend appel à côté de la planche d'appel
• S'il touche le sol entre la ligne d'appel et la zone de réception.
• S'il effectue un saut en culbute.
• Si en retombant il touche le sol à l'extérieur plus près que la marque laissée dans le sable la
plus proche de la ligne d'appel.
• Si, quand il quitte la zone de réception, il pose le pied plus près de la ligne que la marque
laissée dans le sable.

Le premier contact du pied à l'extérieur de la zone de réception marque la sortie, la fin du saut.

La distance entre la ligne d'appel et le fond de la zone de réception doit être au minimum de 10 m.
La planche d'appel se trouve entre 1 m et 3 m du bord de la zone de réception.

Pour les benjamin(e)s, la mesure se fait à partir de la ligne d'appel quand l'impulsion est faite sur
la planche ou à partir du bord de la planche le plus loin de la zone de réception si l'impulsion a eu
lieu avant la planche.

Le triple-saut :
La technique obligatoire du triple-saut consiste en un saut à cloche-pied où la réception se fait sur le
pied ayant servi au premier appel (celui sur la planche d'appel). Il est suivi d'une enjambée
réceptionnée sur l'autre pied que celui d'appel, puis par un saut dans la zone de réception.
L'ordre d'enchaînement de cette combinaison de sauts ne peut être modifié.

Il y a faute si l'un des cas suivant est constaté :


• Si l'athlète touche le sol en prenant appel au-delà de la ligne d'appel avec une partie
quelconque de son corps.
• S'il prend appel à côté de la planche d'appel
• S'il effectue un saut en culbute.
• Si en retombant il touche le sol à l'extérieur plus près que la marque laissée dans le sable la
plus proche de la ligne d'appel.
• Si, quand il quitte la zone de réception, il pose le pied plus près de la ligne que la marque
laissée dans le sable.

Au triple-saut il n'y a pas faute si le sauteur entre en contact avec le sol entre planche d'appel et
zone de réception avec sa jambe « morte ».

La distance entre la planche d'appel et le bord de la zone de réception est adaptée au niveau des
compétiteurs en présence. Au niveau séniors international chez les hommes elle ne peut être
inférieure à 13 m et 11 m chez les femmes; le fond de la zone de réception doit être à plus de 21 m.

La zone entre planche d'appel et zone de réception mesure 1 m 22 de large et doit assurer des appuis
fermes, stables et uniformes.

Page 24 / 52
Les lancers :

Conditions générales :
Avant le début de l'épreuve les athlètes ont droit à utiliser les aires de lancers pour échauffement.
Ces essais se font sous la surveillance des juges et dans l'ordre de passage.
Une fois que la compétition a commencé, ils ne sont plus autorisés à utiliser ni les engins, ni les
zones de lancer, ni les secteurs de chute à des fins d'entraînement.
Chaque athlète peut disposer deux marques le long de la piste d'élan du javelot, une seul sur les
lancers en cercle. Il doit utiliser les marques fournies par l'organisation si c'est le cas. Sinon il peut
utiliser des morceaux de ruban adhésif mais en aucun cas de la craie ou similaire ou toute autre
substance laissant des traces indélébiles. Sur les lancers en cercle la marque est temporaire le temps
du lancer et ne doit pas gêner la vision des juges.
Les athlètes passent dans l'ordre tiré au sort avant la compétition. S'il y a plus de 8 concurrents,
chacun a droit à 3 essais. A l'issue 3 autres essais sont accordés aux athlètes ayant réalisé les 8
meilleures performances. Dans le cas de 8 concurrents ou moins, ceux qui n'auraient pas validé un
seul essai passeront en premier dans l'ordre du tirage au sort initial, sur les 3 tours suivants. Les
autres passeront pour les 3 derniers essais dans l'ordre inverse du classement des performances. S'il
y a un tour de qualification puis un tour de finale, un nouveau tirage au sort est fait avant la finale.
Si un athlète ayant porté réclamation sur un essai jugé faute est autorisé à poursuivre, il passe alors
en premier avant l'ordre normal tiré au sort.
Lors d'un essai jugé faute le juge lèvera un drapeau rouge. Le drapeau blanc indiquant un essai
valable ne pourra être levé avant que cet essai ne soit achevé, c'est à dire quand l'athlète sort de
l'aire de lancer.
Dans le cas d'un nombre trop important de concurrents, il est possible d'organiser un tour de
qualification. Les athlètes seront répartis en 2 ou plusieurs groupes. S'il n'y a qu'une seule aire de
lancer pour la compétition, dès qu'un groupe finit son tour de qualification, le suivant commence
son échauffement. Les performances enregistrées sur ce tour ne comptent pas pour le classement
final de l'épreuve. Sur les compétitions s'étalant sur plus de trois jours, il est recommandé de prévoir
un jour de repos entre tour de qualification et finale. Les performances de qualification et le nombre
de qualifiés sont décidés par le comité d'organisation, le but étant d'avoir au moins 12 athlètes en
finale. Les athlètes ont tous droit à trois essais. Dès qu'un athlète réussi la distance de qualification,
il arrête le concours. Si aucun n'atteint la distance de qualification ou si le nombre de qualifiés n'est
pas atteint les suivants au classement des performances seront qualifiés.
Si l'épreuve se dispute en deux groupes sur deux aires, ils doivent être de force équivalente.
Le Juge Arbitre Lancer peut donner un essai de remplacement à un athlète qui aura été gêné durant
son essai. Il peut également déclarer échec un essai durant lequel l'athlète tarde sans raison à
effectuer son essai. Le temps imparti pour effectuer un lancer débute au moment où l'athlète est
appelé par le jury. L'essai est conforme à partir du moment où le mouvement de lancer débute avant
la fin du décompte de temps.
Un drapeau jaune doit indiquer à l'athlète qu'il ne reste que 15 secondes pour entamer son lancer.
Nbre athlètes Épreuves individuelles ou combinées
2 ou plus 1 min
Essais consécutifs 2 min

Enregistrement des essais :


une mesure vaut un essai réussi
‘’x’’ pour un essai manqué
‘’-‘’ pour un essai non tenté

Page 25 / 52
Chaque athlète ne peut bénéficier de plus d'un essai différé.
Durant l'épreuve un athlète peut sortir de la zone de compétition avec autorisation et accompagné
d'un officiel.
Au terme de l'épreuve l'athlète sera crédité du meilleur de ses lancers.
Le classement est établi sur la meilleure performance. S'il y a des ex-æquo, ils sont départagés sur
leur deuxième meilleure performance, puis s'il y a lieu sur la troisième et ainsi de suite jusqu'à la
sixième si besoin. Si l'ex aequo est encore vrai sur les 6 performances, il ne sera plus tranché, même
pour la première place. Aucun essai supplémentaire ne sera tenté pour départager les premiers.

Engins :
poids/ BEF MIF CAF JUF à BEM MIM CAM JUM SEM
catégorie SEF
poids 2 kg 3 kg 3 kg 4 kg 3 kg 4 kg 5 kg 6 kg 7,260 kg
disque 600 gr 800 gr 1 kg 1 kg 1 kg 1,25 kg 1,5 kg 1,75 kg 2 kg
marteau 2 kg 3 kg 3 kg 4 kg 3 kg 4 kg 5 kg 6 kg 7,260 kg
javelot 400 gr 500 gr 500 gr 600 gr 500 gr 600 gr 700 gr 800 gr 800 gr

Les engins personnels sont acceptés s'ils sont contrôlés avant le début de l'épreuve et mis à
disposition des autres concurrents. Ils pourront être refusés s'ils sont du même modèle que ceux
proposés par l'organisation.
Aucune modification ne peut être apportée à un engin durant la compétition.

L'athlète ne peut utiliser quelque expédient que ce soit tel que attacher deux (ou plus) doigts
ensemble, ou utiliser des poids attachés au corps.
Un bandage aux doigts ne doit pas les empêcher de bouger séparément
Les gants sont interdits sauf au marteau à condition d'être lisses des deux côtés et que le bout des
doigts, autres que le pouce, soit ouvert.
Pour une meilleure prise, il est possible d'utiliser une substance sur les mains seulement, ou les
gants pour le marteau, le cou pour le poids. En outre au poids et au disque il est possible de mettre
de la craie ou une substance similaire sur l'engin à condition que celle-ci s’enlève facilement sans
laisser aucun résidu.
L’athlète ne peut répandre aucune substance au sol ou sur ses chaussures, ni gratter le sol pour le
rendre plus rugueux.

Les cercles de lancer :


Ils sont faits de bandes de fer ou d'acier ou d'autre matériau approprié.
Le haut est de niveau avec le sol à l'extérieur qui lui est en béton, asphalte ou autre matériau
équivalent.
L'intérieur du cercle est en béton, asphalte ou tout autre matériau dur et non glissant.
La surface est plate et se trouve à 2 cm en-dessous du niveau supérieur du cercle.
Au poids, un cercle portatif répondant à ces contraintes est autorisé.
La bande du cercle fera 6 mm d'épaisseur et sera peinte d'une couleur contrastée avec le blanc.
Les diamètres sont de 2,135 m (+ ou – 5 mm) au poids et marteau et de 2,5 m (+ ou – 5 mm) au
disque. Le marteau peut être lancé depuis le cercle du disque s'il est équipé d'une couronne
circulaire aussi appelée réducteur.
Une bande blanche de 5 cm de large est tracée à l'extérieure, le bord arrière passant par le centre du
cercle et perpendiculaire à l'axe du secteur de chute.
Il est interdit de répandre une substance sur le cercle pour en améliorer l'adhérence, ou de le frotter
pour le rendre plus rugueux.

Page 26 / 52
Cercle de lancer du poids.

Cercle de lancer du marteau.

Page 27 / 52
Cercle de lancer du disque.

Disque de lancer du disque avec réducteur pour lancer du marteau.

Page 28 / 52
La piste d'élan du javelot :
Sa longueur mini est de 30 m, voir 33,5 m si possible.
Elle est matérialisée par un couloir entre deux lignes parallèles de 5 cm de large, distantes de 4 m.
Le lancer se fait à l'arrière d'un arc de cercle de 7 cm de large et de 8 m de rayon, de même niveau
que le sol. Il est prolongé par deux lignes à l'extérieur du couloir et perpendiculaire à celui-ci.

La déclivité latérale ne peut excéder 1/100.


La déclivité globale dans le sens du lancer ne peut excéder 1/1000 en descendante.

Le secteur de chute :
Il est en cendrée, en herbe ou tout autre matériau permettant à l'engin de laisser une empreinte lors
de sa chute.
L'inclinaison globale descendante dans le sens du lancer est au maximum de 1/1000.

Au poids, disque et marteau, les secteurs sont matérialisés par des bandes blanches de 5 cm de large
formant un angle de 34,92° se rejoignant au centre du cercle de lancer.
Se faisant à 20 m du centre, elles sont éloignées de 12 m.
Page 29 / 52
Au javelot, les deux bandes de 5 cm de large se rejoignent au centre de l'arc de cercle, après être
passées à ses extrémités pour former un angle d'environ 29°.

Mesurage :
Les distances sont enregistrées au centimètre inférieur le plus proche, si la mesure n'est pas un
centimètre entier.

Au poids, disque et marteau, la mesure se fait à partir de la marque la plus proche du cercle laissée
par la chute de l'engin jusqu'à l'intérieur de la circonférence du cercle le long d'une ligne passant par
son centre.
Au poids le butoir devra être démonté pour mesurer et valider un record.

Au javelot, la mesure se fait à partir du premier point de contact avec le sol de la pointe du javelot,
jusqu'au bord intérieur de l'arc de cercle de la piste d'élan, le long d'une ligne passant par son centre.

Il est autorisé de placer des fanions ou marques pour marquer la meilleure performance de chaque
concurrent tout au long du déroulement du concours. Ces marques sont placées le long et à
l'extérieur du secteur de chute.

Essais :
Pour les lancers à partir d'un cercle, le jet commence par une position stationnaire à l'intérieur du
cercle. Il est autorisé de toucher l'intérieur de la bordure ou du butoir.

Il y a faute :
• Si l'athlète lâche le poids ou le javelot de manière irrégulière.
• Si après avoir pénétré dans le cercle et commencé le jet, le lanceur touche le haut de la
bordure ou le sol à l'extérieur du cercle avec une partie quelconque de son corps.
• Si, au poids, l'athlète touche une partie quelconque du butoir excepté l'intérieur.
• Si, au javelot, l'athlète touche avec une partie quelconque de son corps une ligne ou
l'extérieur de la zone d'élan.
• Si l'engin tombe sur la ligne ou à l'extérieur du secteur de chute
• Si l'athlète sort du cercle ou de la zone d'élan avant la chute au sol de l'engin.

Disque et marteau peuvent toucher la cage et tomber dans le secteur de chute; le jet reste valide.

Au poids, disque et marteau, l'athlète est sorti au premier contact avec le haut de la bordure ou le sol
à l'extérieur du cercle. Ce premier contact du pied avec le sol doit se faire à l'arrière de la ligne
blanche passant par le centre.
Au javelot, le premier contact avec les lignes parallèles de couloir ou le sol doit avoir lieu
complètement à l'arrière de l'arc de cercle et des bandes le prolongeant. L'athlète est considéré
comme sorti de la piste d'élan s'il a reculé de 4 m en arrière de l'arc de cercle, et s'il est resté dans le
couloir. Dans ce cas, si l'engin n'a pas encore touché le sol, la sortie de l’aire de lancer est
considérée comme correcte.

Au cours d'un lancer sans infraction il est possible de poser l'engin au sol, de sortir du cercle ou de
la piste d'élan de façon régulière pour y revenir et poursuivre son lancer, mais le tout dans le temps
imparti.

Page 30 / 52
Le lancer du poids :

Technique :
Le poids est lancé depuis l'épaule à une seule main.
Au début du lancer le poids doit toucher ou être très proche du cou ou du menton.
La main ne peut être abaissée durant le lancer, ni le poids ramené en arrière de la ligne d'épaules.

Butoir :
Peint en blanc il est en bois ou en tout matériau équivalent.
Il est en forme d'arc de cercle et son bord intérieur coïncide avec la bordure intérieure du cercle et
son bord verticale est perpendiculaire à la surface du cercle.
Son centre doit correspondre avec la médiane du secteur.
Il doit être solidement fixé au sol.
Il mesure :
11,2 cm de large au plus étroit à 30 cm au plus large.
10 cm de haut (+ ou – 2 mm).
La corde fait 1 m 21 (+ ou – 1 cm).

Le Poids :
Il est en fer ou en laiton ou tout autre métal au moins aussi dur que le laiton. Il peut être massif ou
constitué d'une enveloppe de ces métaux remplie de plomb ou tout autre matériau solide.
De forme sphérique sa surface est lisse.
La hauteur moyenne des aspérités est inférieure à 1,6 micron (rugosité < N7).
Poids mini pour 4 kg 5 kg 6 kg 7,260 kg
un record
Poids des engins à livrer pour une compétition
mini 4,005 kg 5,005 kg 6,005 kg 7,265 kg
maxi 4,025 kg 5,025 kg 6,025 kg 7,285 kg
Diamètre mini 95 mm 100 mm 105 mm 110 mm
Diamètre maxi 110 mm 120 mm 125 mm 130 mm

Page 31 / 52
Le lancer du disque :

Le disque :
Le corps du disque peut être plein ou creux, en bois ou matériau équivalent.
Il est muni d'une jante métallique dont la bordure doit être circulaire et dont le profil arrondi a un
rayon de 6 mm.
Le centre des flancs doit être plat, avec ou sans plaques métalliques.
Les deux côtés sont identiques et symétriques, sans entailles, ni points en saillies, ni bords
tranchants. Ils sont régulièrement profilés de la jante au cercle plat central. Le disque est lisse, la
hauteur moyenne des aspérités est inférieure à 1,6 micron (rugosité < N7).
Poids mini pour 1 kg 1,5 kg 1,75 kg 2 kg
un record
Poids des engins à livrer pour une compétition
mini 1,005 kg 1,505 kg 1,755 kg 2,005 kg
maxi 1,025 kg 1,525 kg 1,775 kg 2,025 kg
Diamètre extérieur de la jante métallique
mini 180 mm 200 mm 210 mm 219 mm
maxi 182 mm 202 mm 212 mm 221 mm
Diamètre des plaques métalliques ou du centre plat du disque
mini 50 mm 50 mm 50 mm 50 mm
maxi 57 mm 57 mm 57 mm 57 mm
Épaisseur des plaques métalliques ou du centre plat du disque
mini 37 mm 38 mm 41 mm 44 mm
maxi 39 mm 40 mm 43 mm 46 mm
Épaisseur de la jante métallique (à 6 mm du bord)
mini 12 mm 12 mm 12 mm 12 mm
maxi 13 mm 13 mm 13 mm 13 mm

La cage :
Tous les lancers du disque se font à l'intérieur d'une cage afin de protéger les spectateurs, officiels et
autres athlètes présents à proximité.
Il est possible d'utiliser une cage de marteau quand le cercle est équipé d'un réducteur ou qu'un
cercle de disque est implanté devant celui du marteau.
La cage doit pouvoir arrêter un disque de 2 kg lancé à 25 m/s.
Le dispositif doit empêcher le ricochet ou le rebond en arrière vers le lanceur ou au-dessus de la
cage.
Si elle correspond à ces contraintes toute forme de conception ou de construction est acceptable.

Page 32 / 52
La cage doit avoir une forme de U.
Son ouverture doit être de 6 m entre les bords intérieurs du filet.
La hauteur des panneaux du filet sera d'au moins 4 m.
Le filet doit être au moins à 3 m du centre du cercle.
Les mailles des filets en cordage sont des carrés de 44 mm de côté maxi, 50 mm si en acier.
Le secteur de danger est de 69°, en fonction de la présence de lanceurs droitiers et gauchers,
position et orientation de la cage doivent être étudiées soigneusement.

Lancer du marteau :

Compétition :
En position de départ il est autorisé de poser la tête du marteau au sol à l'intérieur ou à l'extérieur du
cercle. Durant le lancer si le marteau touche le sol, le lancer ne sera pas considéré comme irrégulier,
l'athlète peut s'arrêter et recommencer son lancer s'il n'a enfreint aucune règle.
Si le marteau casse au cours d'un essai ou en l'air sans infraction à la règle ou si le lanceur perd
l'équilibre, un nouvel essai sera accordé.

Page 33 / 52
Le marteau :
Il est constitué de trois parties principales: la tête, le câble et la poignée.

La tête
Elle est de forme sphérique et lisse. Elle est en fer ou en laiton ou tout autre métal au moins aussi
dur que le laiton. Elle peut être massive ou constituée d'une enveloppe de ces métaux remplie de
plomb ou tout autre matériau solide.
Si un remplissage est utilisé, il ne doit pouvoir remuer et le centre de gravité ne doit pas se trouver à
plus de 6 mm du centre de la sphère.

Le câble
Il est fait d'un seul morceau de fil d'acier d'au moins 3 mm de diamètre.
Il ne doit pas s'étirer pendant le lancer et sera fixé à chacune de ces extrémités en faisant une
boucle.

La poignée
Elle doit être rigide et sans joints articulés.
Sa déformation sous une tension de 3,8 kN ne peut excéder 3 mm.
Sa résistance à la rupture sera au minimum de 8 kN.
La prise peut être courbe ou droite.
La poignée sera symétrique et sa prise courbée ou droite. Le câble sera lié à la tête au moyen d'un
pivot (simple ou sur roulement à billes).
La poignée est reliée au moyen d'une boucle, l'utilisation d'un pivot est interdite.
Poids minimum 4 kg 5 kg 6 kg 7,260 kg
pour un record
Poids des engins à livrer pour une compétition (totalité : tête + câble + poignée )
Mini 4,005 kg 5,005 kg 6,005 kg 7,265 kg
Maxi 4,025 kg 5,025 kg 6,025 kg 7,285 kg
Longueur du marteau, mesuré de l'intérieur de la poignée
maxi 1195 mm 1200 mm 1215 mm 1215 mm
Diamètre de la tête
mini 95 mm 100 mm 105 mm 110 mm
maxi 110 mm 120 mm 125 mm 130 mm

Centre de gravité de la tête


Il ne doit pas être à plus de 6 mm du centre de la sphère.
Pour le vérifier il suffit que la tête reste en équilibre sur un orifice circulaire à arête vive de 12 mm
de diamètre.

Page 34 / 52
La cage :
Tous les lancers du marteau se font à l'intérieur d'une cage afin de protéger les spectateurs, officiels
et autres athlètes présents à proximité.
La cage doit pouvoir arrêter un marteau de 7,260 kg lancé à 32 m/s.
Le dispositif doit empêcher le ricochet ou le rebond en arrière vers le lanceur ou au-dessus de la
cage.
Si elle correspond à ces contraintes toute forme de conception ou de construction est acceptable.

La cage doit avoir une forme de U.


Son ouverture doit être de 6 m entre les bords intérieurs du filet et être placée à 7 m devant le centre
du cercle.
La hauteur des panneaux du filet sera d'au moins 7 m à l'arrière de la cage et 10 m pour les derniers
panneaux de 2,80 m de large reliés aux points de pivot des panneaux mobiles.
Le filet doit être au moins à 3,5 m du centre du cercle.
Deux panneaux de 2 m de large et au minimum de 10 m de haut seront utilisés l'un pour les lancers
de gaucher et l'autre pour ceux de droitier. La position fermée du panneau mobile est atteinte quand
ce dernier est perpendiculaire à la ligne de secteur de son côté d'utilisation.
Les mailles des filets en cordage sont des carrés de 44 mm de côté maxi, 50 mm si en acier.
Le secteur de danger est de 53°, en fonction de la présence de lanceurs droitiers et gauchers,
position et orientation de la cage doivent être étudiées soigneusement.

Page 35 / 52
Cage pour lancer du marteau et du disque avec cercles concentriques
en configuration Marteau

Page 36 / 52
Cage pour lancer du marteau et du disque avec cercles concentriques
en configuration Disque

Page 37 / 52
Cage pour lancer du marteau et du disque avec cercles séparés

Page 38 / 52
Lancer du javelot :

Technique :
Le javelot, tenu par la corde, doit être lancé par-dessus l'épaule ou au-dessus de la partie supérieure
du bras utilisé pour le lancer.
Un mouvement rotatif est interdit, de même que tout style non-orthodoxe.
Un essai ne sera valable que si la pointe touche le sol avant toute autre partie du javelot.
Tant qu'il tient le javelot l'athlète ne peut tourner le dos vers l'arc de lancer.

Si le javelot se casse en cours d'essai ou en l'air sans infraction aux règles ou si l'athlète perd
l'équilibre un nouvel essai sera accordé.

Le javelot :
Il est constitué de trois parties principales: une pointe, une hampe et une corde de prise.
Il doit être de section circulaire d'un bout à l'autre.
Le diamètre maximum de la hampe doit se trouver immédiatement devant la cordée.
La différence de diamètre de la hampe à chaque extrémité de la cordée ne peut excéder 0,25 mm.
A partir de la cordée le diamètre du javelot diminue graduellement jusqu’aux extrémités de façon
linéaire.
Il n'y a aucune altération brusque du diamètre sauf aux bords de la cordée et à l'arrière de la pointe.
Le décrochement au niveau de la pointe ne peut excéder 2,5 mm et ne peut se prolonger sur plus de
300 mm.
La vérification de la rectitude du javelot se fait avec une règle de 500 mm, un calibre de 0,20 mm
qui ne doit pouvoir s'insérer entre la règle et le javelot en quelque point que ce soit. Un calibre de
1,25 mm ne doit pouvoir être introduit à l'arrière de la pointe.

La hampe
Elle est pleine ou creuse et entièrement faite de métal ou d'un autre matériau approprié de façon à
constituer un ensemble figé et intégré.
Sa surface ne doit avoir ni creux, ni bosses, ni rainures ou stries, ni trous ou rugosités. Elle est lisse,
la hauteur moyenne des aspérités est inférieure à 1,6 micron (rugosité < N7).

La pointe
Entièrement métallique, elle se termine par un embout effilé fixé à la hampe.
Elle doit être lisse et uniforme tout au long de sa surface.

La cordée
Elle doit recouvrir le centre de gravité.
D'épaisseur uniforme, son diamètre ne peut excéder celui de la hampe de plus de 8 mm.
Sa surface antidérapante ne peut comporter ni pince, ni encoche ni découpure.

Page 39 / 52
Poids minimum pour 400 gr 500 gr 600 gr 700 gr 800 gr
record
Poids des engins à livrer pour une compétition
mini 405 gr 505 gr 605 gr 705 gr 805 gr
maxi 425 gr 525 gr 625 gr 725 gr 825 gr
Longueur totale (L0)
Mini 1,85 m 2,00 m 2,20 m 2,30 m 2,60 m
Maxi 1,95 m 2,10 m 2,30 m 2,40 m 2,70 m
Longueur de la tête (L3)
Mini 200 mm 220 mm 250 mm 250 mm 250 mm
Maxi 250 mm 270 mm 330 mm 330 mm 330 mm
Distance entre l'extrémité de la tête et le centre de gravité (L1)
mini 0,75 m 0,78 m 0,80 m 0,86 m 0,90 m
maxi 0,80 m 0,88 m 0,92 m 1,00 m 1,06 m
Diamètre de la hampe à l'endroit le plus épais (D0)
mini 20 mm 20 mm 20 mm 23 mm 25 mm
maxi 23 mm 24 mm 25 mm 28 mm 30 mm
Largeur de la corde de prise (L4)
Mini 130 mm 135 mm 140 mm 150 mm 150 mm
maxi 140 mm 145 mm 150 mm 160 mm 160 mm

Le javelot ne peut comporter aucune partie mobile ou appareil qui pourraient déplacer ou changer
son centre de gravité ou ses caractéristiques.

L'effilement du javelot vers la tête ne peut dépasser un angle de 40°.

Le diamètre à 150 mm de la pointe ne peut excéder 80% du diamètre maximum.


A mi-distance entre la pointe côté tête et le centre de gravité il ne peut excéder 90% du diamètre
maximum.
De même le diamètre à mi-distance entre centre de gravité et la pointe de queue ne peut excéder
90% du diamètre maximum.
Par contre à 150 mm de la queue le diamètre ne peut excéder 40% du diamètre maximum.
A l'extrémité de la queue le diamètre ne peut être inférieur à 3,5 mm.

Page 40 / 52
Page 41 / 52
Les épreuves combinées :

Épreuves et enchaînement :

JUM et SEM
Pentathlon (5 épreuves) se déroule en une seule journée avec dans l'ordre :
longueur, javelot, 200 m, disque, 1 500 m.

Décathlon (10 épreuves) se déroule sur deux jours consécutifs avec dans l'ordre
1er jour : 100 m, longueur, poids, hauteur, 400 m
2ième jour : 110 m haies, disque, perche, javelot, 1 500 m

JUF et SEF
Heptathlon (7 épreuves) se déroule sur deux jours consécutifs avec dans l'ordre
1er jour : 100 m haies, hauteur, poids, 200 m
2ième jour : longueur, javelot, 800 m

Décathlon (10 épreuves) se déroule sur deux jours consécutifs avec dans l'ordre
1er jour : 100 m, disque, perche, javelot, 400 m
2ième jour : 100 m haies, longueur, poids, hauteur, 1 500 m

CAM
Décathlon
Octathlon (8 épreuves) se déroule sur deux jours consécutifs avec dans l'ordre
1er jour : 100 m, longueur, poids, 400 m
2ième jour : 110 m haies, hauteur, javelot, 1 000 m

CAF
Heptathlon (7 épreuves) se déroule sur deux jours consécutifs avec dans l'ordre
1er jour : 100 m haies, hauteur, poids, 200 m
2ième jour : longueur, javelot, 800 m

Page 42 / 52
Généralités :
Il y aura lorsque c'est possible au moins 30 minutes pour chaque athlète entre chaque épreuve et 10
heures entre la dernière du premier jour et la première du deuxième jour.
Dans chacune des épreuves, sauf la dernière, les séries ou groupes doivent être composés d'athlètes
(jamais moins de 3) dont les dernières performances dans chaque épreuve sont similaires sur une
période prédéterminée. En cas de contraintes horaires trop importantes la disponibilité des athlètes
peut être le critère prépondérant à la mise en place des séries.
Les séries de la dernière épreuve sont fonction du classement après l'avant-dernière épreuve.
Les règles de chaque épreuve s'appliquent excepté
• A la longueur et sur les lancers les athlètes n'auront que 3 essais.
• En l'absence de chronométrage électronique, les temps de chaque athlète seront pris par trois
chronométreurs manuels.
• En course, 1 seul faux départ par course sera toléré, les suivants étant éliminatoires.
Sur une épreuve de course, un seul système de chronométrage doit être utilisé.
Tout athlète ne prenant pas le départ d'une course ou ne marquant pas au moins un essai sur un
concours, ne pourra plus participer aux épreuves suivantes, sera considéré comme ayant abandonné
et ne sera pas classé.

Le vainqueur est l'athlète marquant le plus de points au total des épreuves.


En cas d'ex aequo, l'athlète qui dans le plus grand nombre d'épreuves aura obtenu le plus de points
sera le mieux placé. Si cela ne suffit pas, le mieux placé sera celui qui aura marqué le plus de points
dans une quelconque épreuve, s'il y a encore égalité c'est celui qui aura le plus de points dans sa
deuxième meilleure épreuve, et ainsi de suite si besoin.

Particularités des règles pour les épreuves combinées :

• Les montées de barre pour les épreuves combinées sont fixes, 3 cm pour la hauteur et 10 cm
pour la perche.

• Durant les courses un premier faux-départ est toléré par course, les suivants entraîneront la
disqualification de leur auteur.

Page 43 / 52
Interclubs :

Généralités
Les Clubs présentent des équipes formées d’athlètes des catégories Cadet à Vétéran, de sorte à
disposer de 2 athlètes par épreuve. Epreuves qui sont chez les hommes :
100 m, 200m, 400 m, 800 m, 1 500 m, 5 000 m, 110 m haies, 400 m haies, 3 000 m steeple, 5 000 m
marche, hauteur, perche, longueur, triple saut, poids, disque, marteau, javelot .
Chez les femmes :
100 m, 200m, 400 m, 800 m, 1 500 m, 5 000 m, 100 m haies, 400 m haies, 3 000 m marche,
hauteur, perche, longueur, triple saut, poids, disque, marteau, javelot .
Ainsi que les relais 4 x 100 m et 4 x 400 m .
Cadets ne seront pas admis sur 5 000 m ni sur 3 000 m steeple.
Cadets et cadettes seront admis sur une seule course de 200 m ou plus relais 4x400m compris.
Un athlète pourra participer au maxi à une course, un concours et un relais ou à un saut, un lancer et
un relais ; la marche étant classée comme course.

Particularités
Sur les concours de sauts verticaux un athlète participant à deux épreuves peut tenter les essais qui
pourraient lui rester à la hauteur en cours à son retour.
Les courses jusqu’à la distance de 400m incluse se font par deux pour Hommes et femmes, au-delà
une course unique pour chaque. Au 800m les deux athlètes d’un même club partent dans le même
couloir.
Hauteur : les hommes débutent à 1m60 et les femmes à 1m40 puis montent de 5 en 5cm. Chaque
athlète peut demander 1seule barre inférieure multiple de 10. En fin de concours le dernier restant
peut demander une barre au choix mais sera cotée à la barre prévue inférieure.
Les temps imparti sont de 1 min voir 2 min en cas d’essais consécutifs.
Perche : les hommes débutent à 2m80 et les femmes à 2m00 puis montent de 20 en 20cm jusqu’à
4m60 pour les hommes et 3m40 pour les femmes, puis de 10 en 10cm. Chaque athlète peut
demander 1seule barre inférieure multiple de 20. En fin de concours le dernier restant peut
demander une barre au choix mais sera cotée à la barre prévue inférieure.
Les temps impartis sont de 1 min voir 3 min en cas d’essais consécutifs.
Triple-saut : la planche d’appel est placée à 13 m pour les hommes qui peuvent aussi opter pour
11m ou 9 m, et à 11 m pour les femmes qui ont le choix avec 9 m et 7 m. Si la planche plus proche
n’existe pas il en sera matérialisée une par de la bande adhésive de 20 cm, au-delà de laquelle il y
aura essai à l’appréciation du juge. Les concours se déroulent dans l’ordre des planches et du tirage
au sort.
Lancers : Les engins séniors sont utilisés.
Concours sauts horizontaux et lancers : 6 essais sur un seul concours.
Courses : elles se font dans l’ordre marche – 400m haies – 400m – 800m – 200m – 1500m – 110m
haies – 100m haies – 100m – 3000m steeple – 3000m – 5000m -4x100m – 4x400m

Classement
Les clubs sont classés selon le total des points, en cas d’exæquo, on cherche le nombre de 1e place,
puis de 2e, etc.

Page 44 / 52
Compétitions en salle :

Contraintes :

Piste en ligne droite


Inclinaison latérale maximum 1/100
Inclinaison dans le sens de la course maximum 1/250 en un point, 1/1000 sur la longueur totale.
6 à 8 couloirs de 1,22m de large (+ ou – 1 cm)
Zones libre de tout obstacle de 3 m minimum avant la ligne de départ et 10 m après l'arrivée.

Piste circulaire
De préférence longue de 200 m, elle comporte deux virages de rayons égaux pouvant être relevés.
4 à 6 couloirs ayant une largeur de 0,90 m à 1,10 m (+ ou – 1 cm).
Chaque couloir a la même pente latérale. La ligne droite est plate ou en pente avec une déclivité
latérale maxi de 1/100.

Déroulement des courses :


Sur courses jusqu'à 400 m inclus, chaque athlète aura au départ un couloir séparé.
Jusqu'à 300m inclus, les courses sont courues entièrement en couloir.
Les courses de plus de 300 m et de moins de 800 m partiront en couloirs jusqu'à la fin du deuxième
virage.
Les courses au-delà de 800 m seront courues sans couloirs, la ligne de rabat se trouve en sortie du
premier virage.
Pour le relais 4 x 200 m, le premier tour est fait en couloir, le rabat se fait en sortie du 1er virage du
deuxième tour.
Pour les courses en totalité ou partiellement en couloirs, un tirage au sort est fait pour l'attribution
des couloirs. Entre les deux meilleurs performeurs pour les deux couloirs extérieurs, entre les 3ième
et 4ième pour les couloirs suivants, 5ième et 6ième pour les couloirs intérieurs.

Marquages piste :
Sur piste circulaire les lignes du départ sont :
Départ 200 m = ligne blanche continue
Départs 400 m, 4x400 m = ligne blanche avec centre bleu
Départs 800 m et 4x800 m = ligne blanche avec centre vert
Départ 4x200 m = ligne blanche avec centre jaune

Ligne incurvée, compensée sur l’ensemble des couloirs : 800 m, 1 500 m, 1 000 / 3 000 m, mile

Les lignes de rabat sont vertes


en sortie du premier virage pour 800m, 4x200 m et 4x800 m, 4x 1 tour
en sortie du deuxième virage pour 400 m et 4x400 m.

Les zones de transmission sont


4 x 1 tour (tour < 200 m) = Noire
4 x 400 m = Bleue
4 x 200 m = Jaune pour 2e puis Bleue pour 3e

Page 45 / 52
Les haies :
BE M&F MIM CAM JUM SEM MIF CAF JUF, SEF
hauteur 0,650 m 0,840 m 0,914 m 0,990 m 1,067 m 0,760 m 0,762 m 0,840 m
distance 50 m 50 m 50 m / 60 m 50 m 50 m / 60 m
nombre 5 haies 4 haies 4 haies / 5 haies
Départ → n° 1 11,50 m 13,00 m 13,72 m 12,00 m 13,00 m
Entre haies 7,50 m 8,50 m 9,14 m 8,00 m 8,50 m
Dernière → 8,50 m 11,50 m 8,86 m / 9,72 m 14,00 m 11,50 m / 13,00 m
arrivée
Couleur rouge jaune bleue blanche jaune

Les sauts :
Il est possible de commencer son élan sur la pente de la piste, à condition que les derniers mètres
répondent à la déclivité maximale de la règle standard, sur 15 m à la hauteur, et 40 m sur les autres
sauts.

Le poids :
Une barrière de protection de 4 m de haut doit être dressée autour de l'air de chute.
Il est possible d'utiliser, lorsque le secteur de chute est un sol normal de salle de sport, un poids
ayant une enveloppe de plastique souple ou de caoutchouc permettant de ne pas marquer le sol.

Épreuves combinées :

Hommes
Pentathlon (5 épreuves) se déroule en une seule journée avec dans l'ordre :
60 m haies, longueur, poids, hauteur, 1 000 m.

Heptathlon (7 épreuves) se déroule sur deux jours consécutifs avec dans l'ordre
1er jour : 60 m, longueur, poids, hauteur
2ième jour : 60 m haies, perche, 1 000 m

Femmes
Pentathlon (5 épreuves) se déroule en une seule journée avec dans l'ordre :
60 m haies, hauteur, poids, longueur, 800 m

Page 46 / 52
La marche :

Définition :
La marche athlétique est une progression de pas exécutés de telle manière que le marcheur
maintienne un contact avec le sol sans qu'il ne survienne aucune perte de contact visible (pour l'œil
humain). La jambe avant doit être tendue (c'est-à-dire que le genou ne doit pas être plié) à partir du
moment du premier contact avec le sol jusqu'à ce qu'elle se trouve en position verticale.

Jugement :
Les juges au nombre de 6 (à 9 sur route) opèrent indépendamment les uns des autres par des
observations visuelles.
Les marcheurs doivent être prévenus par un carton jaune lorsqu'ils risquent de ne pas respecter la
progression normale en perdant le contact avec le sol ou en pliant le genou. Un athlète n'a pas droit
à une deuxième mise en garde par le même juge, auquel cas il se verra attribuer un carton rouge. Ce
carton peut être attribué directement si l'infraction est constatée par un juge.
Lorsque 3 cartons rouges de trois juges différents pour un même athlète sont remontés au chef juge,
celui-ci informera l'athlète de sa disqualification par un panneau rouge. Un tableau d'affichage
recensera toutes les infractions de chaque athlète.

Départ :
Les commandements sont ceux des épreuves de plus de 400 m. Pour les épreuves comportant un
grand nombre de participants, un avertissement sera fait à 5 min, puis 3 min puis 1 min du départ.

Sécurité et Médical :
Un examen médical manuel par le personnel médical désigné par l'organisation, ne sera pas
considéré comme une aide.

Ravitaillements :
Eau et rafraîchissements seront disponibles au départ et à l'arrivée.
En fonction des conditions météo et de la distance des points de rafraîchissements seront prévus sur
le parcours. A chaque tour pour les épreuves de + de 10 km un point ravitaillement sera également
prévu. Un athlète qui se procure des rafraîchissements en dehors d'un poste prévu est passible d’un
carton jaune de la part du juge arbitre, puis d’un carton rouge et de disqualification en cas de
récidive.

Parcours :
Sur route le tour doit mesurer entre 1 km (2 km pour des mondiaux) et 2,5 km.
Lors d'épreuves de 20 km et plus l'athlète peut quitter le parcours sous la surveillance d'un officiel à
condition de ne pas réduire la distance parcourue au total. Si le juge arbitre est convaincu que
l'athlète a réduit la distance parcourue, ce dernier sera disqualifié.

Page 47 / 52
Courses sur route :
Les distances standards sont 10 km, 15 km, 20 km, semi-marathon, 25 km, 30 km, marathon
(42,195km), 100 km et Relais; à savoir que les relais se courent avec des étapes de 5 km, 10 km, 5
km, 10 km, 5 km et 7,195 km soit la distance du marathon alors que pour les juniors c'est sur la
distance du semi-marathon (3 relais de 5 km et un de 7,195km).
Les parcours de course sur route doivent se faire sur sol dur (route, chemin piéton, piste cyclable);
en aucun cas sur terrain meuble, accotements gazonnés ou similaires. Départ et arrivée peuvent se
faire sur un stade.
Les lignes arrivée et départ mesurent au moins 5 cm de large. La distance est mesurée selon la
trajectoire la plus courte que puisse emprunter le coureur. La longueur réelle du parcours ne peut
être inférieure à la distance annoncée. L'incertitude de mesurage ne peut dépasser 0,1%.
Un certificat de mesurage est valable 5 ans.
Il est recommandé que la dénivellation ne dépasse pas 1/1000 soit 1 m par km.
Les distances en km doivent être indiquées clairement aux athlètes.
Pour les courses de relais des lignes 10 m avant et 10 m après la ligne de départ de chaque relais
matérialiseront les zones de passage de relais. Celui-ci se fait par un contact physique entre les deux
athlètes.
Le départ sera donné par un coup de feu ou similaire. Les commandements sont ceux des couses de
plus de 400 m. Pour un grand nombre de concurrents des avertissements seront donnés 5 min, 3 min
puis 1 min avant le départ.
Ravitaillements :
De l'eau et des rafraîchissements seront mis à disposition au départ et à l'arrivée.
Sur les courses jusqu'à 10 km si les conditions atmosphériques le justifient, des postes de
rafraîchissement seront mis en place avec éponges et uniquement de l'eau seront fournies; tous les 2
ou 3 km. Sur les courses de plus de 10 km, des postes de ravitaillement seront mis en place tous les
5 km et des postes de rafraîchissement éponges + eau à mi-chemin.
Un athlète se procurant des rafraîchissements en dehors des postes prévus sera averti par un carton
jaune puis en cas de récidive, sera disqualifié.
Un athlète peut quitter le parcours sous la surveillance d'un officiel à condition de ne pas réduire la
distance parcourue au total. Si le juge arbitre est convaincu que l'athlète a réduit la distance
parcourue, ce dernier sera disqualifié.
Les records féminins ne seront homologués que sur des courses réservées aux féminines, sinon lors
de courses mixtes on parlera de meilleures performances et non de records.

Les épreuves de Cross-country :


Le parcours sera tracé en terrain découvert ou boisé, si possible recouvert d'herbe, avec des
obstacles naturels.
La boucle principale fera entre 1 750 m et 2 000m si possible. Une boucle plus courte permettra
d'ajuster la distance. Celle-ci se fera toujours au début de la course.
Il est préférable d'éviter les obstacles artificiels, les traversées de bitume qui devraient être
recouvertes de terre ou tapis.
En cas d'un grand nombre de participants, il est bon d'éviter les rétrécissements du parcours sur les
1 500 m après le départ.
Le départ sera donné par un coup de feu ou similaire. Les commandements sont ceux des couses de
plus de 400 m.
Si le juge arbitre est convaincu que l'athlète a réduit la distance parcourue, ce dernier sera
disqualifié.

Page 48 / 52
Lutte antidopage :

Violation des règles antidopage


• La présence d'une substance interdite ou de ses métabolites ou de marqueurs dans les tissus
ou liquides organiques d'un athlète.
Il incombe à chaque athlète de s'assurer qu'aucune substance interdite ne pénètre dans son
organisme. Par conséquent il n'est pas nécessaire de faire la preuve de l'intention ou de l'usage
conscient de la part du sportif.
La violation est établie si la présence de substance interdite est révélée dans l'échantillon A
et que le sportif renonce à l'analyse de l'échantillon B ou lorsque l'échantillon B analysé
confirme la présence des substances trouvées dans l'échantillon A.
Une exception en termes de critères d'appréciation est possible pour les substances pouvant
être produites de façon endogène.
• L'usage ou la tentative d'usage d'une substance interdite ou d'une méthode interdite.
• Le refus de se soumettre à un prélèvement d'échantillon ou absence suite à une notification.
• Le manquement à l'obligation de transmission des informations sur la localisation, ainsi que
les contrôles manqués. La combinaison de 3 de ces cas sur une période de 18 mois
constituera une violation de la règle.
• La falsification ou tentative de tout élément du contrôle antidopage.
• La possession d'une substance interdite ou d'une méthode interdite. En ou hors compétition
toute détention sans autorisation thérapeutique par l'athlète ou son encadrement sera
considéré comme une violation de la règle.
• Le trafic ou la tentative de trafic de toute substance ou méthode interdite.
• L'administration ou tentative, en ou hors compétition, d'une substance ou méthode interdite,
ou assistance, incitation, contribution dissimulation ou autre forme de complicité.
Les faits liés aux infractions antidopage peuvent être établis par tout moyen fiable, notamment mais
pas exclusivement, sur la foi des aveux, du témoignage de tierces personnes, des déclarations de
témoins, des rapports d'expert, des preuves documentaires, des conclusions tirées du suivi
longitudinal ou d'autres renseignements analytiques.

Autorisation d'usage à des fins thérapeutiques (A.U.T.)


Les athlètes qui ont un dossier médical documenté justifiant l'usage d'une substance interdite ou
d’une méthode interdite doivent obtenir au préalable une AUT. Cette dernière ne sera accordée
qu'en cas de nécessité médicale évidente et dans la mesure où cela ne procure pas à l'athlète un
avantage sur les autres concurrents. Auquel cas il n'y a pas violation de la règle.

Contrôles
Tout athlète peut faire l'objet de contrôles en compétition ou hors compétitions en tout temps et en
tout lieu. Ils sont tenus de se soumettre à ce contrôle chaque fois qu'une personne ayant autorité le
leur demande.

Analyses
Les échantillons prélevés seront analysés uniquement dans des laboratoires accrédités par l'agence
mondiale antidopage.
Après analyse de l'échantillon A, si celui-ci est positif, l'examen de l'échantillon B peut se faire
devant l'athlète ou son représentant s'il en fait la demande. Les copies de tests positifs seront
transmises à l'athlète.

Page 49 / 52
Procédures disciplinaires
Lorsqu'une infraction est confirmée, trois étapes s'enchaînent :
1. suspension provisoire.
2. audition.
3. sanction ou acquittement.
En cas de violation avérée sur une compétition, toutes les performances, records, titre, médaille,
points, prime seront annulés.
Si l'athlète contrôlé positif faisait partie d'un relais, l'équipe est disqualifiée.
S'il fait partie d'une équipe avec classements aux points, ses points seront retranchés du total de
l'équipe.

Organisation des compétitions :

Inscriptions simultanées
• Un athlète inscrit sur plusieurs épreuves dont au moins un concours pour être autorisé par le
juge arbitre à effectuer son essai dans un tour dans un ordre différent de celui tiré au sort..
• Cet essai sera considéré comme non tenté lorsque le temps imparti sera écoulé
• En interclub, et seulement, pour les sauts horizontaux.il sera possible de tenter tous les
essais restant à une hauteur si elle est encore en cours au moment où il revient.

Mixité des épreuves


• Sur piste la mixité est autorisée sur les concours et sur les course de 3 000m et au-delà
quand il y a moins de 3 concurrents d’un des deux sexes.
• Hors stade elle est autorisée.

Réclamations
• Toute réclamation sur les résultats ou le déroulement d’une épreuve doit être formulée dans
les 30 minutes qui suivent l’affichage des résultats.
• Elle doit être faite oralement auprès du juge arbitre par l’athlète, quelqu’un agissant en son
nom ou par un officiel représentant d’équipe.
• Le juge arbitre peut s’appuyer sur toute preuve disponible photo ou vidéo pour trancher la
réclamation.
• Sur une course un athlète peut porter réclamation sur un faux-départ au près du JA courses
qui peut l’autoriser à participer sous réserve sauf si une centrale faux départ est utilisée et en
parfait été de marche.
• Pour un faux-départ non rappelé, le fautif peut être disqualifié après la course si une
réclamation et portée par un athlète ayant participé et terminé la dite course.
• Sur un concours, si un athlète porte réclamation immédiatement et verbalement après son
essai, le JA pour demander à ce que son essai soit mesuré pour préserver ses droits à
concourir aux 3 essais suivants ou à la barre suivante. Si un athlète poursuit sous réserve,
celui ou ceux qui serait qualifié(s) pour la suite sans l’athlète sous réserve auront également
droit aux essais supplémentaires. Dans le cas où la réclamation serait rejetée, toute
performance réalisée après coup sera invalidée.

Page 50 / 52
Appels
• Tout appel d’une décision de JA doit être formulée dans les 30 minutes qui suivent
l’affichage des résultats modifiés ou la signification aux personnes de non suite à
réclamation.
• L’appel doit être fait par écrit signé et accompagné d’une caution de 100 € remboursée en
cas d’acceptation de la réclamation.
• En l’absence de jury d’appel, l’appel se fait par lettre recommandée dans les 48h à la ligue
ou à la FFA (pour le niveau national)

Records :

Généralités
• Au moins trois athlètes doivent concourir de bonne foi aux épreuves individuelles et au
moins deux équipes pour les relais.
• Le record doit être supérieur ou égal. Si un record est égalé il aura le même statut que le
record initial.
• Un record peut être établi en série, tour qualificatif, tentative visant à départager les ex-
aequo ou dans les épreuves individuelles des épreuves combinées même si l’athlète ne va
pas au bout de ses épreuves.
• Excepté pour les concours les performances effectués lors d’épreuves mixtes ne pourront
donner lieu à record.
• Les catégories Mi, Ca, Ju, Es gardent le bénéfice de la catégorie qu’ils quittent jusqu’au 31
décembre de l’année en cours.
• Un record de France sénior ne sera valide que si l’athlète subi un contrôle anti-dopage
négatif au plus dans les 24h suivant la compétition.

Mesures
• Les mesures se font par des rubans en acier ou barres certifiés et calibrés, ou d’appareils de
mesure scientifiques tous rattachés à un système national de contrôles des mesures.

Courses
• Jusqu’à 800 m inclus, seules les performances chronométrées par un appareil entièrement
automatique seront prises en compte.
• Jusqu’au 200 m inclus, le vent est obligatoirement mesuré et sa moyenne ne doit pas
dépasser 2 m/s.
• Pour les courses en couloirs, le record ne sera pas accepté si l’athlète a couru sur ou à
l’intérieur de la ligne intérieure de son couloir.
• Il est possible de valider un record sur une distance inférieure à la distance de l’épreuve
concernée à condition que l’athlète ait fini l’épreuve totale.
• A la marche, trois juges marche doivent être présent pour accepter un record.
• Lors de l’utilisation d’un système de chronométrage automatique, un contrôle du point zéro
doit démontré un délai total entre déflagration et déclenchement du système égal ou
inférieur à 1 millième de seconde.

Page 51 / 52
Concours
• Un record peut être battu plusieurs fois dans un même concours à condition que la
performance soit supérieure ou égale à la meilleure performance du moment.

Lancers
• La validité de l’engin sera contrôlée dès que possible.

Sauts horizontaux
• le vent est obligatoirement mesuré et sa moyenne ne doit pas dépasser 2 m/s.

Sauts verticaux
• Dans tous les cas de records, les juges doivent vérifier la mesure lorsque la barre est placée à
la hauteur du record et ils doivent vérifier à nouveau la mesure avant chaque tentative
ultérieure contre le record si la barre a été touchée depuis la dernière mesure.

Epreuves Combinées
• Un record sera accepté si les conditions ont été remplies dans chaque épreuve et que la
vitesse moyenne du vent (somme des vitesses mesurées / nbre d’épreuves) est inférieure à 2
m/s.

Page 52 / 52