Vous êtes sur la page 1sur 32

Bulletin de la Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines - N° 110 - DECEMBRE 2018 - ISSN 0805/7732

Abonnement : 10.000 F CFA - Etranger : 15.000 F CFA - Soutien : 20.000 F CFA

Le
rendez-vous
capital
de Tunis
bidjan en 2016, Marrakech en

A 2017, Kigali pour 2018…Et, voici


venu le tour de la Tunisie, de
recevoir au mois de février prochain, la
43 ème Assemblée Générale Annuelle
de la Fédération des Sociétés
LAICO : d’Assurances de Droit National
lieu de la Africaines (FANAF). La belle fête
Conférence annuelle des assureurs se tient en ce
début d’année 2019, du 17 au 21 février,
dans l’une des plus belles capitales
africaines, Tunis. (Lire page 4)
Editorial
BIENVENUE A TUNIS
L’Assureur AFRICAIN

ISSN 0850 / 7732


Revue trimestrielle Les assureurs y ont pris goût et nous voilà sur le chemin de Tunis pour la 43ème
de la Fédération des Sociétés édition de l’Assemblée Générale de la FANAF sur le thème, « «Quelle structure
d’Assurances de Droit National de marché pour promouvoir le développement de l’assurance africaine » ?
Africaines (FANAF) 43 ans, depuis nos premières rencontres de Yamoussoukro en 1976, ces assises
sont devenues un moment important de retrouvailles pour les uns, de partage sur
tout ce qui touche aux métiers de l’assurance.
Rédaction
Administration - Publicité Le temps est nul doute passé trop vite pour certains, mais chaque année à pareille
BP 308 - Dakar fête, tous les assureurs du continent, de la diaspora et nos partenaires présents
partout dans le monde se donnent rendez vous avec joie à cette belle fête de
Tél (221) 33 889 68 38 l’assurance devenue, le temps d’une semaine, un véritable moment d’échanges
Fax (221) 33 822 37 56 et de travail pour les délégués des pays présents à ces assises.
E-mail fanaf@orange.sn
Site Web : www.fanaf.org L’année 2019 commence ainsi avec ce grand évènement qui a lieu à Tunis.
D’autres suivront encore au cours de cette longue année qui va encore marquer
la vie de notre organisation. Des occasions de se retrouver encore au cœur de
Directeur de Publication débats de fond sur l’assurance, avec les marchés du Maghreb et du continent.
Adama NDIAYE
Vous comprendrez bien, que ce numéro de votre revue L’Assureur Africain
accorde une importance capitale à ce sommet de Tunis. L’enjeu est que pendant
Rédacteur en Chef que les yeux sont rivés sur des pays comme le Maroc, le Nigeria, l’Afrique du Sud
Fransady KONDE ou le Kenya, il se trouve que la Tunisie est aussi entrain de devenir un univers en
pleine émergence.
Comité de Rédaction
Le rendez-vous est donc pris, après le Forum de
Esther TIAKO - LOCOH Kodjo Cotonou, relaté dans ce numéro et qui a tenu toutes ses L’Assureur Africain
Mamadou KONE promesses. La preuve que nous ne sommes pas restés
Ernest ASSAMOI ANASSE en marge des grandes mutations qui touchent actuellement le continent. Une
Sorgho SOUMAILA évidence aussi qui s’impose au sein des économies qui a permis aux autorités
de remarquer et de faire observer que l’assurance est devenue un des secteurs
- Joël MULLER clés de ce monde en mutation où autant les moins jeunes, comme les jeunes,
cherchent à sécuriser leur existence pour les uns et leur avenir pour les autres.
Conseillers
Mame Aly KONTE Au nom de toute la rédaction, votre magazine en profite ainsi pour vous souhaiter
une Bonne et heureuse année 2019 en espérant que le rendez-vous de Tunis,
- Birahim DIENG permettra une fois encore, de consolider les acquis importants que nous avons
mis en route depuis 43 ans.
Impression
Imprimerie Saint Paul Bonne lecture

Ont collaboré à ce numéro SOMMAIRE


MM. Mame Aly KONTE
Eric MANIABLE - Maurel TCHOUONLA
NOUBI - Ndiouga KANDJI - Géraldine
4 ACTUALITES

MERMOUX - Stéphanie SOEDJEDE 43ÈME ASSEMBLEE GENERALE ANNUELLE DE LA FANAF


Blaise Jeutang KENDAH Le Rendez vous capital de Tunis
4ÈME FORUM DES MARCHES DE LA FANAF
Diagnostic sans complaisance à Cotonou
6 ETUDES
Analyse et commentaire relatifs au reglement L’ASSUREUR
N°003/CIMA/PCMA/PCE/2018 du 12 avril 2018 modifiant
AFRICAIN
l’article 28 du Code des Assurances CIMA
Le digital va accélérer le processus de destruction N°110
créatrice dans l’assurance en zone FANAF DEC
2018
11 L’ENTRETIEN
BENE BOEVI LAWSON, JURISTE ET ASSUREUR
«La séparation des rôles de direction et de contrôle apparaît PAGE
comme une exigence première de la gouvernance… » 3
NB : Les textes publiés dans «L’Assureur
Africain» ne reflètent pas nécessairement le
point de vue de la FANAF et n’engagent que
22 CONTRIBUTIONS 29 C’EST OFFICIEL
la responsabilité de leurs auteurs. ASSUREUR VIE
Connaître son risque de mortalité
Chute des Polices en Assurance Vie 30 BLOC NOTES
ACTUALITES
43ème ASSEMBLEE GENERALE ANNUELLE DE LA FANAF

Le Rendez vous capital de Tunis


Abidjan en 2016, Marrakech en 2017, Kigali pour 2018…Et, voici venu le tour même par rapport à d'autres
de la Tunisie, de recevoir au mois de février prochain, la 43 ème Assemblée économies émergentes. »
Devenue le creuset africain
Générale Annuelle de la Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit
des assurances sur tout le
National Africaines (FANAF). La belle fête annuelle des assureurs se tient en continent, la Fédération des
ce début d’année 2019, du 17 au 21 février, dans l’une des plus belles capi- Sociétés d’Assurances de
tales africaines, Tunis. L’occasion, encore une fois, pour les assureurs, les Droit National Africaines
marchés du continent et leurs partenaires venus d’un peu partout de par le (FANAF), est elle aussi à la
croisée du long chemin qu’elle
monde, de se pencher sur un thème assez évocateur par sa générosité,
a tracé depuis sa création à
«Quelle structure de marché pour promouvoir le développement de l'assu- Yamoussoukro en 1976. Face
rance africaine » ? aux différents enjeux de la
endez-vous capital, des questions du genre : « qui a été marquée par une

R
révolution digitale qu’elle se
mais aussi occasions de Quel capital-humain pour le faible relance de la croissance doit de prendre en charge,
vastes débats, les développement de l'assurance économique aussi bien à mais encore, dans l’optique de
Assemblées générales de la africaine ». Enfin, un dernier l’échelle nationale (1,9 % mieux outiller et réorganiser
FANAF sont devenues un grand sujet de l’heure au contre 1 % en 2016) qu’inter- tout le secteur au niveau des
moment important à ne pas centre de toutes les préoccu- nationale (3,8 % contre 3,2 % marchés continentaux, elle se
manquer pour tous les assu- pations « La finance au service en 2016), le secteur des assu- doit d’innover encore plus.
reurs du continent. Un moment de l'assurance ». rances en Tunisie a réussi à Ce défi sera aussi percep-
de partage, d’échanges et de Comparé au Maroc, omni- améliorer le rythme de sa tible dans le mode de manage-
rencontres entre acteurs de présent dans certains pays du croissance avec des perfor- ment imposé par la
l’assurance, gouvernements, continent, et surtout en Afrique mances plus honorables (12,6 Conférence Interafricaine des
élus et les différentes compo- de l’Ouest en termes de % contre 10,5 % en 2016). Marchés de l’Assurance
santes des marchés. Banque et Assurance, que « Toutefois, résume le (CIMA), depuis la promulga-
Autour de panels, de ren- pèse réellement le marché Président, les réalisations res- tion du Règlement
contres de partenariat, mais tunisien à la veille de cette tent encore en deçà du poten- N°007/CIMA/PCMA/PCE/201
encore des side events autour Assemblée ? Les propres tiel du secteur. » On peut 6 qui a fait monter les exi-
de nombreux thèmes qui tou- mots de Hafedh GHARBI, néanmoins signaler avec lui gences de capacitation et de
chent à la vie des marchés, les Président du Comité Général que, « En effet, le taux de capitalisation des entreprises
différents sous-thèmes abor- des Assurances tunisiennes pénétration de l’activité de l’as- d’assurance en termes
dés cette année seront centrés (CGA) résument ainsi l’état surance dans l’économie reste d’avoirs financiers.
sur des sujets d’actualité sur le actuel du secteur dans le pays. encore faible (2,2 %) réalisé Aujourd’hui, le montage
continent, comme « les Selon lui, « Bien que l'activité avec un chiffre d’affaires global d’une compagnie, devrait se
Infrastructures minimales de du secteur des assurances en du marché avoisinant 2.090 faire avec des apports en
marché pour accompagner le Tunisie s’est développée de millions de dinars (MD) en numéraire d’un montant au
développement ». manière positive ces dernières 2017, et la Tunisie se classe moins égal à 5 milliards FCFA.
Entre autres années grâce aux réformes et 2ème au niveau du Maghreb Le défi est là ; et cette AG ne
sujets importants études menées dans ce Arabe, après le Maroc (3,5 %) pourra faire l’économie de ce
qui vaudront sans domaine, les résultats restent et devant l'Algérie (0,7 %).» sujet.
doute le déplace- loin des attentes et des perfor- «De même, a ajouté le Rendez vous donc à cet
ment, le thème sur mances réalisées par les Président, le niveau de la den- important sommet continental
«les Enjeux de la autres secteurs financiers sité de l’assurance (prime pour l’assurance avec comme
L’ASSUREUR régulation et de la d’une part et au niveau de cer- moyenne par habitant) qui est lieu de rencontres l’Hôtel Laico
AFRICAIN
supervision». tains pays voisins ayant des de l’ordre de 182 dinars, reste de Tunis qui ne manque pas
Se grefferont économies similaires d’autre très faible comparé à la de charmes.

N°110 d’échanges sur


d’autres moments part.» moyenne mondiale qui est de Mame Aly KONTE pour

DEC
Ainsi, pendant l’année 2017 l’ordre de 1580 dinars et L’Assureur Africain

2018 LE PROGRAMME 10h15–10h30 Pause-café offerte par NCA-RE


10h30-11h30 Conférence Inaugurale: «Quelle structure de mar-
SAMEDI 16 FÉVRIER 2019 ché pour promouvoir le développement de l’assurance africaine

PAGE
Matin au soir Arrivée et accueil des délégués ?»

4
08h00–20h00 Inscription des Délégués. 12 h 00 - 13 h 00 Assemblée Générale Annuelle
DIMANCHE LE 17 FÉVRIER 2019 13 h 15 – 14 h 45 Déjeuner offert par la CICA-RE
Matin au soir Arrivée et accueil des délégués 15 h 00 - 17 h 00 Table Ronde CIMA/FANAF
08h30–10h30 Marche de santé 19 h 30 Diner offert par AVENI-RE
11h00–18h00 Inscription des Délégués. MARDI 19 FÉVRIER 2019
19h00 : Cocktail de bienvenue offert par TUNIS-RE 09h00 – 10h30 Panel N° 1 : Infrastructures minimales de mar-
LUNDI 18 FÉVRIER 2019 ché pour accompagner le développement
08h00–08h50 Accueil et mise en place 10h30–11h00 Pause-café offerte par ALLIANZ AFRICA ;
9h00–10h15 Cérémonie d’ouverture 11h00 - 12h30 Panel N° 2 : Enjeux de la régulation
ACTUALITES
4ème FORUM DES MARCHES DE LA FANAF
Diagnostic sans complaisance à Cotonou dine FONDOP, Présidente de
Le quatrième (4ème) Forum des marchés de la FANAF, a vécu. Centré sur le
thème « Distribution de l’assurance dans l’espace FANAF : un modèle à l'Association Professionnelle
des Courtiers du Cameroun).
repenser », ces assises se sont tenues à Cotonou, capitale du Benin, dans Les débats ont été modérés par
les locaux de Golden TULIP. Pendant deux (2) jours (les 08 et 09 novembre M. Denis OUEDRAOGO, Direc-
2018), ces importantes assises ont été un moment de réflexions intenses, de teur Général de la SONAR,
diagnostics et de partages sur l’avenir du secteur. Au final, le Forum de Président de l’APSAB,
Cotonou a enregistré plus de 200 participants venus de plusieurs pays. (Association Professionnelles
des Sociétés d’Assurances du
a cérémonie d’ouverture

L
président a fait le tour d’horizon été animé par Simplice Roge>r
Burkina Faso).
officielle a été présidée par des actions réalisées par le KOUAKOU Bah, Sous-
Ainsi, en sus de l’analyse de
Monsieur Aristides MEDE- Bureau et le point sur les dos- Directeur des Agréments, des
ces nouveaux enjeux, les confé-
NOU, représentant du Ministre siers techniques. Il a également Etudes et Statistiques, repré-
renciers ont clairement proposé
de l’Economie et des Finances informé le public des échanges sentant du Directeur National
des stratégies optimales à
du Bénin. en cours avec la CRRAE- des Assurances de Côte
mettre en place pour la concilia-
Après son allocution d’ouver- UMOA et la finalisation du rap- d’Ivoire ; M. Mouftaou SOU-
tion des canaux classiques
ture, le Secrétaire Général de la port de SYRAVIE sur la mise en HOUIN, Directeur Général de
avec ces nouvelles passerelles
CIMA représenté par le Chef de place d’un fonds de pension de l’Africaine des Assurances et
alternatives en vue de mieux
Brigade, M. Adolphe OUE- la FANAF. Président de l’ASA-BENIN et M.
faire jouer à la distribution son
DRAOGO, a prononcé la com- Il a insisté sur le volume des Alain Michel MASSOUSSOU,
véritable rôle de levier de crois-
munication du Secrétariat arriérés de cotisations dus par Président de la Fédération
sance de l’assurance africaine.
Général relatif à l’augmentation certains membres et leur a Gabonaise des Courtiers
Les pertinentes recommanda-
de capital social et du fonds enjoint de régulariser leur situa- d’Assurance (FGCA) respecti-
tions formulées en ce sens ont
d’établissement dont la premiè- tion de déficit dans les meilleurs vement régulateur, assureur et
été prises en compte dans les
re échéance est fixée au mois délais. A défaut, les sociétés intermédiaire.
Résolutions qui ont sanctionné
de Mai 2019. débitrices ne pourront pas Les échanges sur le sujet ont
ces deux journées de réflexion.
Après avoir exposé les statis- prendre part à l’Assemblée permis d’identifier les nouveaux
La lecture des Résolutions a
tiques relatives au nombre de Générale et la liste des sociétés défis qui interpellent la distribu-
été précédée par l’intervention
sociétés susceptibles de res- concernées sera publiée. tion dans un environnement en
de M. Urbain ADJANON,
pecter les nouvelles exigences Ces différentes communica- perpétuelle mutation. Au final,
Directeur Général de l’IIA, qui a
avant l’échéance, il a fait part tions ont été suivies d’un pre- sont sorties de pertinentes
voulu sensibiliser l’assistance
des mesures prises par les mier panel en guise d’introduc- recommandations, allant des
sur les moyens financiers à
Ministres en charge des assu- tion qui a abordé l’état des lieux nouvelles pratiques de marché
mettre en œuvre pour parache-
rances de la CIMA. de la distribution. Ce panel a à instaurer aux réformes néces-
ver l’équipement du nouveau
La mise sous administration campé le sujet et a permis à tra- saires à imprimer à la réglemen-
siège en mobilier et matériel de
provisoire a été avancée parmi vers les échanges de faire le tation.
bureau dont le montant recher-
les solutions que pourrait propo- point sur l’état des lieux. Il a été Panel 3 : « Nouveaux enjeux
ché est d’environ 200 millions
ser le régulateur pour les socié- suivi de deux autres panels. de la distribution à l’ère de l’in-
de FCFA. Certaines bonnes
tés qui ne se seraient pas Un second panel sur les « clusion financière, de la digitali-
volontés ont déjà remis leur
conformées au règlement de Nouvelles exigences (régle- sation et de la bancassurance»
contribution finan-
2016 relatif aux modalités et mentaires, éthiques, organisa- Ce panel était animé par un
cière. L’ultime
étapes de l’augmentation de tionnelles, etc.) en matière de groupe d’experts parmi lesquels
étape de ces deux
capital. spécialisation, de professionna- M. ADAM Issa, Commissaire
journées de tra-
Le programme de la journée lisation et de rémunération », va Contrôleur en Chef à la CIMA,
vaux a été consa-
crée à l’adoption L’ASSUREUR
s’est poursuivi par la présenta- suivre. Assureur M. Alioune Badara
tion du rapport d’étape du plan Présidé par M. Théophile G. DIOP, Directeur Assurance
AFRICAIN
des résolutions.
d’actions du Bureau et celle des MOULONG, Directeur Général Facile (ASKIA Assurances
L’Assureur
statistiques des Marchés. de SAHAM Cameroun et Sénégal) et Intermédiaire, Mme

N°110
Africain
Pour le rapport d’étape, le Président de l’ASAC, le panel a NGOULLA TSANGUE Léopol-

DEC
2018
et de la supervision 13h00 – 14h45 Déjeuner
13h00 – 14h45 Déjeuner 15h – 18h Réunions des réassureurs / Rencontres B to B
15h00 – 16h30 19 h 30 Diner libre
16h30 – 18h30 Table ronde FANAF - FIAC JEUDI 21 FÉVRIER 2019

PAGE
Rencontres B to B 9h00 – 10h45 Travaux en ateliers

5
19 h 30 Diner 11h15 – 11h30 Pause-café offerte par CARTE Assurances de
MERCREDI 20 FÉVRIER 2019 Tunisie
9h00–10h30 Panel N° 3 : Quel capital-humain pour le dévelop- 13h00 - 13h30 Suite de l’Assemblée Générale (Adoption
pement de l’assurance africaine? des résolutions)
10h30–11h00 Pause-café offerte par WAICA-Ré Clôture des travaux
11h00 – 12h30 Panel N° 4 : La finance au service de l’assu- 20h00 Diner de gala offert par FTUSA
rance VENDREDI 16 FÉVRIER 2019
12h30-13h00 Intervention de Micro Insurance Net Work 09 h 00 Excursions
ETUDES

ANALYSE ET COMMENTAIRE RELATIFS AU

Par NDIOUGA KANDJI*


REGLEMENT N°003/CIMA/PCMA/PCE/2018
DU 12 AVRIL 2018 MODIFIANT L’ARTICLE 28
DU CODE DES ASSURANCES CIMA
Le Règlement n°003/CIMA/PCMA/- sur l’allongement du délai de pres-
a eu connaissance de la
PCE/2018 du 12 avril 2018 a modi- cription de cinq (5) à dix (10) ans déclaration omise ou déna-
fié l’article 28 du code des assu- dans certains cas, et d’autre part, turée.
rances de la CIMA intitulé « sur des dispositions transitoires 2) En cas de sinistre,
Prescription biennale et quinquen- que les entreprises d’assurances le délai de prescription com-
mence le jour où les intéres-
nale ». doivent appliquer dans un délai de
sés en ont connaissance,
La modification porte d’une part, trois (3) ans. s’ils prouvent qu’ils l’ont
RAPPEL DES DISPOSITIONS DE L’ARTICLE 28 AVANT SA MODIFICATION ignoré jusque-là.
vant sa modification, ans dans les contrats d’as- sus exposés, comportent 3) Quand l’action de

A l’article 28 s’intitulait
« Prescription bien-
nale ou quinquennale ». Cet
surance sur la vie lorsque le
bénéficiaire est une person-
ne distincte du souscripteur
deux séries d’exceptions :

A. Les exceptions rela-


l’assuré contre l’assureur a
pour cause le recours d’un
tiers, le délai de la prescrip-
tion ne court que du jour où
article disposait que : « et, dans les contrats d’assu- tives au point de départ
Toutes actions dérivant d’un rance contre les accidents du délai de prescription ce tiers a exercé une action
contrat d’assurance sont atteignant les personnes, en justice contre l’assuré ou
prescrites par deux ans à lorsque les bénéficiaires 1) En cas de réticence, a été indemnisé par ce der-
compter de l’événement qui sont les ayants droit de l’as- omission, déclaration faus- nier.
y donne naissance. suré décédé ». se ou inexacte sur le risque
Toutefois, ce délai ne Ainsi, dans les relations couru, le délai de prescrip- B. Les exceptions rela-
court : entre l'assuré et sa société tion commence le jour où tives à la durée du délai
• en cas de réticence, d'assurances, la durée du l’assureur en a eu connais- de prescription
omission, déclaration faus- délai de prescription est sance. Autrement dit, si lors
se ou inexacte sur le risque deux ans à compter de la de la conclusion du contrat 1) Le délai de prescription
couru, que du jour où l’assu- date de l’évènement (ou d’assurances, l’assuré fait est de cinq (5) ans en assu-
reur en a eu connaissance ; date du sinistre). Passé ce preuve de réticence, ou rance vie lorsque le bénéfi-
• en cas de sinistre, que délai, l'assureur ne peut omet des aspects essentiels ciaire n'est pas le souscrip-
du jour où les réclamer en justice le paie- du risque soumis à l’assu- teur ;
intéressés en ont ment des cotisations et de reur, fait une fausse décla- 2) Le délai de prescription
connaissance, même, l'assuré perd ses ration ou une déclaration est de cinq (5) ans en assu-
s’ils prouvent droits envers son assureur inexacte du risque, le délai rance contre les accidents
qu’ils l’ont ignoré pour réclamer le règlement de prescription de l’action corporels lorsque les bénéfi-
jusque-là. des indemnités. de l’assureur commence à ciaires sont les ayants droit
L’ASSUREUR Quand l’action Mais les principes ci-des- courir du jour où ce dernier de l'assuré décédé.

AFRICAIN
de l’assuré
contre l’assureur LES MODIFICATIONS APPORTEES A L’ARTICLE 28
N°110 recours
a pour cause le Le régulateur a apporté PRESCRIPTION dispose désormais d’un
DEC
d’un deux (2) modifications à l’ar- délai de 10 ans, à compter
2018 la prescription ne
tiers, le délai de ticle 28, portant : Le délai de prescription de la date où il a eu
- sur la durée du délai de passe de cinq (5) à dix (10) connaissance du décès,
court que du jour prescription dans deux (2) ans dans deux cas ; pour réclamer à l’assureur
PAGE
où ce tiers a cas; le montant du capital ou de
6
exercé une - sur des dispositions 1) Dans les contrats d’as- la rente garantie ;
action en justice transitoires à appliquer par surance sur la vie lorsque le 2) Dans les contrats d’as-
contre l’assuré les compagnies d’assu- bénéficiaire est une person- surance contre les acci-
ou a été indemni- rances. ne distincte du souscripteur. dents atteignant les per-
sé par ce dernier. A titre d’exemple, le béné- sonnes, lorsque les bénéfi-
La prescription A. MODIFICATION DE LA ficiaire d’un contrat décès ciaires sont les ayants droit
est portée à cinq DUREE DU DELAI DE souscrit par un ayant droit, de l’assuré décédé.
ETUDES
Ainsi, dans les contrats « La seconde modification - La prescription résulte leur droit à être indemnisé
individuelle-accident », ou « apportée à l’article 28, porte de dispositions légales, du fait de la loi. Il est diffici-
Individuelle personnes sur les dispositions transi- notamment des articles 28 lement concevable de ver-
transportées » en véhicule toires ; celles-ci disposent et 256 du code des assu- ser à la CDC des indemni-
(appelée aussi « Assurance que « Les entreprises d’as- rances CIMA ; par consé- tés d’assurances dont les
sécurité routière »), en cas surances disposent d’un quent, lorsqu’un sinistre est bénéficiaires n’ont plus droit
de décès de l’assuré, les délai de trois (3) ans pour frappé par une prescription : cela équivaudrait à « rallu-
ayants droit bénéficiaires fiabiliser leur système d’in- légalement justifiée, il serait mer » un droit éteint par la
disposent d’un délai de dix formation, identifier les juridiquement inconcevable loi.
(10) ans pour réclamer à assurés et bénéficiaires de que son montant soit versé En revanche, il nous
l’assureur, le capital leur contrat d’assurances et à la Caisse des Dépôts et semble juste et normal de
revenant. Mais pour les vic- payer les sommes dues. A Consignations (CDC) ou au verser à la CDC au bout
times ayant subi des bles- l’échéance de ce délai, les bénéficiaire. En effet, la d’un temps à définir par la
sures mettant en jeu la montants frappés de pres- prescription se traduit par la règlementation, les indem-
garantie « frais médicaux » cription et non versés aux perte du droit de l'assuré ou nités d’assurances ou capi-
et/ou la garantie « bénéficiaires, doivent être du bénéficiaire à réclamer taux à payer ayant fait l’ob-
Incapacité » le délai de reversés à la caisse de une indemnité à l'assureur, jet d’émission de chèques
prescription reste fixé à dépôts et consignations elle a un caractère extinctif. de règlement mais dont les
deux (2) ans à compter de (CDC)ou tout organisme De ce fait, exiger des assu- bénéficiaires restent introu-
la date du sinistre. assimilé dans un délai reurs le versement d’indem- vables, ainsi que les indem-
La rédaction de l’article maximum de deux (2) ans » nités à la CDC, alors que nités d’assurances ou les
28 nouveau du code des L’objet de ces disposi- les sinistres correspon- capitaux « bon à payer »
assurances CIMA, est à tions transitoires est de per- dants sont prescrits confor- résultant de sinistres non
peu près similaire à celle de mettre aux assureurs de mément à la loi, reviendrait frappés par la prescription
l’article L 114-1 du code des mener les diligences néces- à vider de leur substance, dont les bénéficiaires ne se
assurances français saires pour trouver les les articles 28 et 256 relatifs sont pas présentés. Dans
(Edition 2017), et marque la bénéficiaires et régler les à la prescription. de tels cas, les montants
volonté des deux législa- prestations dues. Cela - Il convient à notre pourraient être versés à la
teurs de protéger davanta- passe par un audit exhaus- avis, de modifier la rédac- CDC, à charge par cette
ge les intérêts des assurés tif des fichiers et des dos- tion de cette partie des dis- dernière de payer les béné-
et bénéficiaires de contrat ; siers clients, mais aussi le positions transitoires de la ficiaires s’ils se présentent ;
toutefois, de ce point de recours aux nouveaux manière suivante : « les généralement les textes
vue, l’article L114-1 semble médiums de communica- montants non frappés de organisant les CDC pré-
être allé plus loin, dans la tion tels que les réseaux prescription et non versés voient une conservation de
mesure où il dispose, sociaux pour identifier et aux bénéficiaires, doivent ces fonds pendant un délai,
contrairement à l’article 28, trouver tous les sinistrés et être reversés à la caisse de mais passé ledit délai, le
que « Pour les contrats à leur payer les sommes dépôts et consignations ou bénéficiaire n’a plus droit au
d'assurance sur la vie, non- dues. Ces exigences s’ins- tout organisme assimilé reversement.
obstant les dispositions du crivent dans la volonté légi- dans un délai maximum de
2°, les actions du bénéficiai- time du Régulateur d’ame- deux (2) ans ». 2) Les intérêts
re sont prescrites au plus ner les assureurs, à respec- Si cette rédaction n’est à concilier
tard trente ans à compter ter leurs engagements en pas corrigée, les disposi- La modifica-
du décès de l'assuré » payant de manière diligen- tions transitoires prévues tion des disposi-
Par ailleurs, il convient de te, les sommes dues aux par ce Règlement seraient tions transitoires
noter que le législateur fran- assurés et bénéficiaires de en contradiction avec le que nous avons
çais a fait passer le délai de contrat. code des assurances. suggérée, per-
prescription de cinq (5) à Les dispositions transi- Il convient de préciser mettrait de L’ASSUREUR

AFRICAIN
dix (10) ans depuis la réfor- toires prévoient aussi que que les indemnités d’assu- prendre en
me de 2008, alors que la dans un délai de trois (3) rances non payées par les compte trois (3)

notre avis, sont N°110


CIMA vient seulement d’y ans en 2021 « les montants assureurs du fait de la pres- intérêts qui, à

DEC
procéder en 2018. Mais, en frappés de prescription et cription des sinistres cor-

2018
tout état de cause, ce non versés aux bénéfi- respondants, ne sont pas parfaitement
Règlement de la CIMA tra- ciaires, doivent être rever- assimilables aux « Fonds conciliables :
duit une avancée non négli- sés à la caisse de dépôts et en déshérence » détenus a) L’intérêt

PAGE
geable dans la protection consignations ou tout orga- par les banques qui peu- des assurés et

7
des assurés et bénéficiaires nisme assimilé dans un vent être éligibles à la CDC bénéficiaires de
de contrat. délai maximum de deux (2) lorsque leurs propriétaires contrat
ans ». ne se manifestent plus. Les L’intérêt pre-
B. LES DISPOSITIONS Cette partie des disposi- indemnités d’assurances mier à prendre
TRANSITOIRES tions transitoires entraîne relatives à des sinistres en compte est
1) Objet des disposi- de notre part, les observa- prescrits, concernent des celui des assu-
tions transitoires tions suivantes : bénéficiaires qui ont perdu rés et bénéfi-
ETUDES
ciaires de contrat ; les - Etc… modifier la rédaction des manence, par exercice de
sinistres dus, doivent être Mais dans ce cadre, dispositions transitoires. survenance et par branche
payés avec diligence. La d’autres initiatives pour- et/ou catégorie, un fichier
vocation d’un assureur est raient aussi être prises pour c) L’intérêt des Etats informatique des sinistres «
de payer les sinistres dus. d’une part, augmenter à procurer des ressources bon à payer » comportant
Pour la défense de cet davantage les ressources financières aux CDC les données suivantes :
intérêt, il faut souligner avec des assureurs, et d’autre Il est légitime que les - Le numéro d’enregistre-
force qu’à travers de nom- part, accroître la pression Etats de la zone CIMA cher- ment du sinistre (colonne 1)
breuses modifications règle- sur ces derniers pour le chent de nouvelles niches - La date du sinistre
mentaires et de contrôles paiement des sinistres : il qui permettraient d’alimen- (colonne 2)
sur place, la CIMA s’y inves- s’agit notamment : ter les CDC ; mais cet inté- - La date de déclaration
tit avec vigueur de manière - De l’organisation réguliè- rêt ne doit pas prendre le du sinistre (colonne 3)
progressive : re par la CIMA dans chaque dessus sur la règlementa- - La nature du sinistre
- Elle a d’abord cherché à Etat membre, de rencontres tion qu’ils ont eux-mêmes (corporel ou matériel ou
augmenter les ressources entre compagnies d’assu- mis en place. mixte) (colonne 4)
financières des assureurs rances consacrées au paie- 3) Les obligations - Nom et prénom du béné-
pour leur permettre de ment réciproque des quote- résultant des dispositions ficiaire potentiel de l’indem-
payer leurs sinistres ; c’est part de coassurance transitoires nité (colonne 5)
dans cette perspective que (primes et sinistres), et des Notons d’abord à ce sujet, - Qualité du bénéficiaire
la règle du paiement comp- recours. A ce sujet, l’encais- le souci du Régulateur de (victime, ou ayant droit, ou
tant des primes a été adop- sement des recours réci- donner aux assureurs le assuré) (colonne 6)
tée (article 13 nouveau du proques par les assureurs, temps de s’organiser avant - Le montant de l’indemni-
code des assurances) ainsi pourrait être suivi d’un de mettre en application le té due (colonne 7)
que la localisation de l’assu- contrôle du reversement Règlement ; le délai accor- - Le montant payé (colon-
rance directe des risques aux assurés bénéficiaires ; dé est de cinq (5) ans à ne 8)
auprès des assureurs - De l’organisation réguliè- compter de 2018 : - Date d’exigibilité du
agréés (article 308 alinéa re dans chaque Etat - Trois (3) ans pour fiabili- paiement (date à laquelle
1), etc... membre, de rencontres ser leur système d’informa- l’indemnité due est « bon à
- Elle a ensuite : entre compagnies d’assu- tions, rechercher les bénéfi- payer » (colonne 9)
. Exigé le respect par les rances et intermédiaires ciaires et les payer ; ce qui - La date du paiement
assureurs, de taux de frais consacrées au reversement nous amène à 2021 ; (colonne 10)
de gestion conformes aux des primes et au paiement - Deux (2) ans maximum - Les références du paie-
normes techniques, d’où des commissions d’intermé- pour verser à la CDC les ment (numéro de chèque,
l’imposition de plans de diation. indemnités et capitaux dus, banque) (colonne 11)
réduction de frais généraux L’organisation de telles soit au plus tard en 2023. - Situation de paiement du
à de nombreuses compa- rencontres sous la sur- L’exécution des obliga- bénéficiaire (paiement total
gnies d’assurances, afin veillance et l’arbitrage de la tions ci-dessus citées, ou partiel) (colonne 12)
qu’elles puissent consacrer CIMA, nous semble néces- requiert des assureurs une - Sort du dossier après
plus de ressources au paie- saire, car elles contribue- amélioration de leur organi- paiement (En cours ou à
ment des sinistres ; raient non seulement à aug- sation administrative, clôturer) (colonne 13)
. Diligenté des contrôles menter les ressources des notamment, leur système - Observations (colonne
sur place consa- compagnies, mais aussi, à d’informations. Si la plupart 14).
crés à la gestion assainir les marchés par des compagnies d’assu- La mise à jour permanen-
et au paiement des sanctions ciblant les rances de la zone CIMA dis- te de ce fichier informatique,
diligent des mauvais assureurs. pose de bases de données permettrait aux compagnies
sinistres, et infli- identifiant leurs assurés, ce d’assurances et aux autori-
L’ASSUREUR gé des sanctions b) L’intérêt des assureurs n’est généralement pas le tés de contrôle, de suivre la
AFRICAIN
administratives à opposer la prescription cas en ce qui concerne les maturité évolutive des
et financières à lorsque les conditions victimes et les tiers bénéfi- sinistres et le caractère dili-
N°110 d’assurances et
des sociétés légales sont réunies ciaires sinistrés. Par consé- gent des paiements ; mais

DEC
L’application du Règle- quent, des compagnies cet objectif n’est atteint que

2018 geants.
à leurs diri- ment ne doit pas aboutir à d’assurances seront ame- si la compagnie d’assu-
Par l’impossibilité pour les assu- nées à procéder à une rances concernée respecte
ailleurs, elle a reurs d’opposer la prescrip- revue exhaustive de leurs la règle de l’inventaire per-
PAGE
exigé de compa- tion au bénéficiaire. Si la sinistres en cours, afin manent des sinistres.
10
gnies d’assu- prescription est justifiée au d’une part, d’identifier les
rances, le paie- regard des dispositions du victimes et bénéficiaires de *ASSUREUR CONSULTANT
ment dans des code des assurances, il n’y contrat, et d’autre part, de DIRECTEUR GENERAL
délais courts, a plus d’indemnité ou de les payer s’il y a lieu. Pour DU CABINET SOREC-
des sinistres « capitaux à payer, ni de ver- ce faire, les assureurs vont ASSURANCES DAKAR-
bon à payer » sement à faire au profit de la devoir, sur le plan pratique, SENEGAL
identifiés. CDC, d’où la nécessité de tenir et mettre à jour en per-
ETUDES
Le digital va accélérer le processus de destruction Par
1

créatrice dans l’assurance en zone fanaf


Géraldine
MERMOUX*

Après une longue période de stabilité, l’assurance africaine connait
depuis plus d’une décennie une accélération de son histoire. Sous
l’impulsion des régulateurs (CIMA, ACAPS, CGA, …), qui agissent à
travers le levier des contraintes de solvabilité, les assureurs sont
aujourd’hui soumis à rude épreuve. FINACTU a déjà mis en évidence, … et
dans d’autres instances, comment l’exigence croissante de solvabilité 2
Stéphanie
allait accélérer la consolidation du secteur, avec à la clé la disparition SOEDJEDE*
des acteurs les plus fragiles du marché un peu partout.
es disparitions ne sont pact de la téléphonie mobile, ou encore les photos numé- à l’œuvre sur les marchés

C pas fortuites : elles sont


précisément ce que les
régulateurs recherchent à tra-
avec des taux de croissance
annuelle à 2 chiffres. Sait-on
que sur 100 habitants
riques des véhicules assurés,
par exemple, sont très effi-
caces pour lutter contre la
murs, en train de se dévelop-
per sur les marchés d’Afrique
les plus en avance (Maroc,
Afrique du sud, Afrique anglo-
vers le relèvement de l’exigen- d’Afrique Subsaharienne, fraude aux sinistres. En assu-
ce de capital. Les compagnies environ 50 ont aujourd’hui un rance maladie, le digital cou- phone de l’est).
les plus faibles disparaîtront, téléphone portable en main, plé à la biométrie facilite le Mais l’important est de bien
les plus fortes absorberont donc potentiellement un outil tiers-payant et permet de comprendre que le nouveau
certaines plus faibles, et la pour recevoir un devis d’assu- réduire la fraude. business model qui émerge
compétition se déplacera pro- rance, souscrire une police, Enfin, le digital permet une ainsi, en étant plus économe
gressivement du critère du envoyer des photos d’un révolution de l’offre d’assuran- en termes de distribution et de
prix (dumping) vers celui de la sinistre, recevoir une attesta- ce. Elle rend par exemple pos- gestion, va fragiliser compara-
qualité de service (rapidité des tion d’assurance, ou encaisser sibles des assurances à très tivement les « vieux » assu-
règlements). une indemnité ? faibles montants, qui n’avaient reurs qui n’auront pas vu venir
Cet outil est peu coûteux pas leur place dans un systè- le mouvement et resteront les-
Dans cette agitation d’un pour l’assureur, et il peut se me distribué par des agents tés par d’importants frais
secteur en pleine révolu- déployer instantanément, ou des courtiers physiques. généraux et des réseaux tradi-
tion, quel rôle va jouer l’ir- dans les régions les plus recu- L’exemple le plus connu est tionnels difficiles à faire évo-
ruption du digital, et des lées et auprès des milieux l’assurance « à la demande », luer.
révolutions qu’il permet sur sociaux les plus inabordables. ces primes payées pour une Ceux qui, à l’inverse, s’inté-
l’offre comme sur la deman- Il porte en lui une amélioration assurance automobile d’une resseront à ces nouveaux
de ? fulgurante de la qualité de ser- journée ou d’une semaine : outils et anticiperont cette «
vice : rapidité, fiabilité, disponi- leur coût est si faible (souvent transformation digitale »,
FINACTU, à l’aune de son bilité, etc. moins d’un US$ par jour) auront plus de chance face à
expérience combinée dans Sur le marché B2C (les par- qu’elles ne sauraient intéres- l’accélération de l’histoire.
l’assurance européenne, afri- ticuliers), l’émergence d’une ser un réseau physique Bien sûr, la menace n’est
caine du nord et sub-saharien- distribution digitale à court ou d’AGA, mais deviennent com- pas immédia-
ne, considère que l’irruption moyen terme pourrait donc pétitives si elles sont sous- te. Mais n’ou-
du digital constitue un formi- menacer, avec un coût bien crites de façon entièrement blions pas que la
dable accélérateur du proces- inférieur, la distribution tradi- automatisée à partir d’un « noria » des
sus de « destruction – créatri- tionnelle des agents généraux smartphone. générations tour-
ce » dont les assureurs doi- et des courtiers. Les vieux De même, le digital permet ne : les jeunes
nés « avec un
téléphone dans L’ASSUREUR
vent se préoccuper. Pour cer- assureurs du continent seront de réduire l’asymétrie d’infor-
tain, le digital sera une formi- freinés dans l’adaptation car mation qui caractérise – et
AFRICAIN
dable opportunité, pour leurs réseaux traditionnels ne pénalise – la relation entre les mains » gran-
d’autre un poison… Dans tous les laisseront pas facilement l’assureur et ses assurés. dissent et com-

que N°110
les cas, le digital va entrainer mettre en place une offre Ainsi, par exemple, de même mencent à arriver

DEC
une profonde transformation concurrente. que votre smartphone enre- en tant

2018
du business modèle de l’assu- A contrario, les nouveaux gistre à votre insu vos dépla- clients sur le mar-
rance. entrants pourront plus facile- cements (et vous informe ainsi ché de l’assuran-
Penchons-nous sur le ment se focaliser sur des sur votre activité physique), il ce, bien décidés
demain à épar-
PAGE
mécanisme de cette transfor- canaux de distribution digitale peut renseigner l’assureur sur
gner et s’assurer
11
mation. à la fois moins onéreux, plus le nombre de kilomètres par-
En premier lieu, le digital rapides et plus productifs. courus, voire même sur le avec la même
permet une révolution des Le digital aura aussi un comportement d’un conduc- facilité que pour
canaux de distribution. impact fort sur les processus teur, et donc sur le risque qu’il l’envoi d’un mes-
Rappelons ici que l’Afrique est de gestion au sein des compa- représente, partant sur la sage sur un
l’une des régions les plus gnies. Il est en effet un formi- prime qu’il doit payer. réseau social...
dynamiques au monde en dable outil de simplification ; la Les articles ne manquent Le poids de cette
matière de croissance et d’im- dématérialisation et la GED, pas sur ces innovations, déjà jeunesse, aux
ETUDES
gent pour la conduite automo-
bile et une innovation inédite
qui est l’appel et l’envoi auto-
matique des coordonnées
GPS à l’assistance connectée
via votre smartphone en cas
d’accident ou choc violent).
Mais l’histoire nous
enseigne que la réglementa-
tion, si elle ne précède pas
l’innovation, la suit de près,
comme le montre deux
exemples :
- En ce qui concerne l’assu-
rance indicielle, celle-ci était
déjà pratiquée par la
Compagnie Nationale
d’Assurance Agricole du
Sénégal (CNAAS) à des
niveaux plus ou moins impor-
tants avant que la réglementa-
tion encadrant cette activité ne
soit mise en place ;
- En ce qui concerne l’assu-
rance mobile/électronique,
certaines compagnies de la
zone CIMA commercialisent
déjà des produits à travers ce
canal alors que le règlement
encadrant ce mode de distri-
bution est encore en cours
d’étude par la CRCA.
Le régulateur a donc montré
dans ces cas sa disponibilité à
encourager l’innovation tout
en l’encadrant, au vu des pra-
tiques sur le terrain, afin d’évi-
ter les dérives.
Il reste maintenant l’essen-
tiel : comment les assureurs
du continent peuvent-ils se
préparer à l’irruption du digital
dans leur activité ?
Sur 100 habitants d’Afrique Subsaharienne, environ 50 ont aujourd’hui un télé- Les équipes de FINACTU
phone portable, un outil pour recevoir un devis d’assurance. ont la chance d’accompagner
plusieurs grands assureurs du
comportements • Souvenons-nous de teur de l’espace CIMA par continent dans cette « aventu-
très « digital orien- KODAK, géant de la pellicule exemple, mais en réservant re digitale », et nous mesu-
L’ASSUREUR
ted » explique les photo pendant des siècles, et hélas les quelques canaux rons ainsi quotidiennement
croissances brutalement disparu en 2012 innovants autorisés aujour- l’immense potentiel que cela
AFRICAIN considérables : pour ne pas avoir anticipé d’hui à la micro-assurance. constitue, et les avantages

N°110
entre 2016 et l'avènement du numérique ; • Au Maroc, le régulateur comparatifs que cela apporte
2020, le nombre • Souvenons-nous aussi de offre la possibilité de présen- à ceux qui anticipent les
DEC de portables sur le BLACKBERRY, pionnier flam- ter les produits d’assurance choses. Nul doute que le digi-
2018
continent va pas- boyant des smartphones, dis- via les sites internet : c’est tal va accélérer la redistribu-
ser de 330 mil- paru aujourd’hui pour ne pas ainsi que SAHAM ASSURAN- tion des cartes dans l’assuran-
lions à plus de avoir su négocier le virage du CE a pu lancer d’un contrat ce africaine.
PAGE
600 millions ! tactile et des applications d’assurance auto 100% onli-
12
Les assureurs mobiles... ne.
auraient tort de Bien entendu, le régulateur De même avec l’application *1- Directrice Générale
prendre ces ten- ne doit pas attendre passive- mobile « My Wafa » de WAFA Associée - FINACTU
dances de fond à ment ces évolutions inéluc- ASSURANCE, qui permet
la légère, car les tables : il lui appartient de leur d’accéder en ligne à plusieurs * 2- Manager-Actuaire -
conséquences du créer un cadre légal adapté services (la géolocalisation, le FINACTU
digital peuvent dès maintenant. calcul des tarifs automobile et
être sans pitié : • C’est ce qu’a fait le régula- habitation, un assistant intelli-
L’ENTRETIEN
BENE BOEVI LAWSON, JURISTE ET ASSUREUR

«La séparation des rôles


de direction et de contrôle
apparaît comme une exigence
première de la gouvernance… »
On pourrait dire de lui, qu’il a fait partie de d’années. Africa Re, NSIA, un rôle prépondé-
ceux qui ont été à la base de la première révo- rant au sein de la FANAF, voilà un peu le par-
lution de la FANAF depuis la réunion de cours de ce juriste de formation, originaire du
Yaoundé en 1979. Béné Boévi LAWSON, pour Togo, qui, dans cet entretien, revisite avec ses
ne pas le nommer est un homme du sérail mots et son regard d’experts, la question cen-
comme on dit souvent qui, après l’Ecole trale de la gouvernance des entreprises d’as-
nationale d’assurance de Paris, chemine dans surances.
le secteur depuis près d’une quarantaine ENTRETIEN…
Que recouvre exactement le terme d'Auto Evaluation par les objectifs de la société,
gouvernance? Comment s’est- elle Pairs) a souhaité de façon - Le bon traitement par les
introduite dans l’univers de nos claire et irréversible inscrire entreprises, des différentes
entreprises d’assurances? les Etats africains et leurs parties prenantes, qu'il
entreprises dans cette s'agisse des actionnaires,
Pour moi, la définition la codes, les
même mouvance. des clients, des fournis-
plus simple à retenir de la principes
Les Etats membres de seurs, des employés, des
corporate governance est de la
l'Union Africaine ont libre- communautés,
celle de Sir Adrian Cadbury Corporate
ment adhéré au MAEP dans - La responsabilité des
selon qui, « C’est le systè- governance (Code Cadbury
le but d'encourager l'adop- administrateurs et des diri-
me par lequel les entre- en Grande Bretagne et
tion de politiques, normes et geants.
prises sont dirigées et gou- Principles of Corporate
pratiques qui doivent Plus près de nous,
vernées ». Dirigées et gou- governance de l’American
conduire à la stabilité poli- l’Organisation pour
vernées. C’est donc l’en- Institute of Law). Ces docu-
tique, à une croissance éco- l’Harmonisation en Afrique
semble des règles et procé- ments ont suscité en France
nomique élevée, au déve- du Droit des
dures qui organisent les un très intense débat qui a
loppement durable et à une A f f a i r e s
relations entre ceux qui diri- débouché sur deux célèbres
intégration régionale accélé- (OHADA) a
gent (mandataires sociaux rapports, le Rapport Viennot
rée. prescrit des
salariés) et ceux qui gouver- (1995) commandé par le
Afin de renforcer la gou- règles de gou-
nent (le Conseil d’adminis- CNPF le patronat français,
entreprises de L’ASSUREUR
vernance des entreprises, vernance des
tration ayant reçu mandat et le Rapport Marini (1996)
cinq objectifs d'ordre géné-
AFRICAIN
des actionnaires). rédigé à la demande du
ral ont été fixés par le son espace. Les
La gouvernance d’entre- Premier Ministre.
MAEP: banques et les
N°110
prise est née d’une préoccu- L’Afrique ne pouvait rai-
- La promotion d'un envi- assurances, de
DEC
pation bien traduite par sonnablement pas rester en
ronnement favorable et d'un par leur spécifici-
2018
Montesquieu qui au 18 ème marge du mouvement et
cadre réglementaire effica- té d’entreprises
siècle, visant les institutions l’Afrique du Sud a très vite
ce pour les activités écono- détentrices
publiques, a écrit ceci: « épousé cette dynamique en
miques d’épargne
PAGE
Pour que l’on ne puisse pas s’inspirant des documents
- La responsabilité socia- publique sou-
15
abuser du pouvoir, il faut fondateurs cités plus haut.
le, le respect des droits mises à une
que par la disposition natu- Le Code King, du nom de
humains et la contribution à régulation stricte
relle des choses, le pouvoir son rédacteur Mervyn F.
la durabilité de l'environne- ont vu ces règles
arrête le pouvoir » King en est aujourd’hui à sa
ment renforcées dans
Afin d’améliorer l’efficacité quatrième édition.
- L’adoption de codes de des circulaires
de leurs entreprises, les De son côté, l’Union
bonnes éthiques d'affaires de leurs autori-
Anglais et les Américains, Africaine, en mettant en
dans la réalisation des tés de contrôle.
ont consigné dans des place le MAEP (Mécanisme
L’ENTRETIEN
Pouvez-vous nous donner les caracté- Aussi, si logiquement et influencer notre jugement
ristiques principales d’un dispositif de objectivement une personne ou nos actions ou avoir l'ap-
gouvernance efficace? raisonnable peut conclure parence de le faire, même
qu'il y a un risque que son lorsque nous croyons que
Avant de décrire le dispo- son entre- intérêt personnel soit préfé- l'avantage ne nuira pas à
sitif de gouvernance, per- prise. J'ai ré à celui de l’entreprise, notre objectivité ou à notre
mettez-moi d’insister sur la la faibles- même en l'absence de impartialité.
corrélation qu’il y a entre se de pen- conflit réel, c'est qu'il y a En conservant notre indé-
l’éthique et la gouvernance, ser que apparence de conflit d'inté- pendance de pensée et
tant il est reconnu que le même la simple rumeur est rêts et les mesures néces- d'action, il nous sera d'au-
succès d'une entreprise déjà suffisante pour enta- saires doivent être prises tant plus facile d'offrir une
dépend aujourd'hui non seu- cher une réputation et qu'il pour corriger la situation. prestation de travail au
lement du respect des faut tout faire pour ne pas Pour être concret, disons mieux de notre compétence
règles du jeu économique être l’objet d’une rumeur que les dirigeants doivent et de contribuer au maintien
mais également de la réfé- désobligeante sur son com- signaler toute autre fonction de la confiance de nos par-
rence à des valeurs supé- portement. On a tendance à ou activité professionnelle, tenaires et de nos clients.
rieures telles que l'honnête- dire... « Ils n'ont qu'à penser associative ou politique En aucune circonstance
té, le respect des autres et ce qu'ils veulent, je ne rémunérée ou non et le cas l’on ne doit :
la solidarité. cherche pas à être aimé, échéant, devront s'assurer
En instaurant une régula- c'est ma vie privée etc.. » de recevoir l'accord formel - Accepter quoique ce soit
tion des conduites, l'éthique Mais, il vaut mieux mettre en de leur Président du Conseil d'un fournisseur avec lequel
professionnelle devient un œuvre toutes les diligences d'administration. nous sommes en affaires,
véritable outil de gestion et pour que les personnes qui Il est avéré que les en négociation de contrat ou
un levier de compétitivité de travaillent avec nous, les moyens de l’entreprise en processus d'appel
l'entreprise. Aussi, tout dis- clients et fournisseurs qui (véhicules, téléphone, d'offres.
positif de gouvernance doit nous observent et les pro- temps de travail rémunéré)
s’appuyer sur une priétaires de la société qui sont souvent utilisés dans - Recevoir une rémunéra-
démarche éthique, le code nous emploie aient de nous, l'intérêt personnel de cer- tion autre que celle de sa
d’éthique doit se situer en sinon la meilleure au moins tains dirigeants. Il faut défi- société, lorsque l’on agit en
bonne place dans le disposi- une perception très positive. nitivement remédier à ce son nom
tif de gouvernance. genre de confusion généra-
Je vais m'étendre sur cer- • Le conflit d'intérêts lement incompatible avec - Solliciter en son nom des
taines exigences d’un code l'éthique professionnelle. dons, des prix ou d'autres
d’éthique en précisant Travailler avec intégrité et contributions auprès des
d'abord que la toute premiè- au mieux de sa compétence • Le traitement de faveur clients, fournisseurs ou par-
re est celle de l’exemplarité implique que chacun exerce tenaires
du leadership, c'est-à-dire ses fonctions ou son rôle Le traitement de faveur Il peut arriver que dans
ceux qui ont le privilège de avec objectivité et impartiali- survient lorsque l'on attribue une optique de développe-
diriger l’entreprise. té afin d'éviter les situations un avantage à quelqu'un ment des affaires, l’on soit
C'est cette exemplarité qui où ses intérêts personnels sans égard au processus amené à accepter certains
permet au diri- pourraient entrer en conflit existant et normal pour l'at- avantages. Cependant,
geant de gagner ou avoir l'apparence d'entrer tribution dudit avantage. ceux-ci doivent être
son autorité par en conflit avec ceux de son C'est le cas lorsque dans le modiques, non répétitifs et
l'estime, le res- entreprise. cadre d'un appel d'offres on conformes aux bonnes pra-
pect et la confian- Un conflit d'intérêts existe transmet à un soumission- tiques commerciales. Avant
L’ASSUREUR deront ses colla-
ce que lui accor- lorsque nous sommes dans naire en particulier de l'infor- d'accepter de tels avan-
une situation où nous ris-
AFRICAIN
mation qui n'a pas été com- tages, il importe de se poser
borateurs. quons de favoriser nos inté- muniquée aux autres sou- quelques questions et,
rêts personnels (incluant
N°110
missionnaires (ex: les cri- éventuellement en discuter
• L'Intégrité ceux d'un Groupe externe
DEC
tères d'évaluation et leur avec son supérieur hiérar-
Il s'agit de res- dont nous pourrions faire
2018
pondération). chique ou la Direction géné-
pecter la norme partie) au détriment de ceux Il faut éviter une telle pra- rale.
d'intégrité la plus de l’entreprise qui nous tique afin de préserver la L'intérêt de la gouvernan-
élevée, respecter emploie. Il est important de
PAGE
confiance de nos fournis- ce d'entreprise n'est plus à
les normes préciser ici qu'il n'est pas
16
seurs, clients et partenaires. démontrer car disposer d'un
éthiques les plus nécessaire d'avoir réelle- sens aigu de l'éthique ne
rigoureuses, ment favorisé ses intérêts • Sollicitation garantit pas que l'entreprise
c'est-à-dire éviter ou ceux d'un tiers ni d'avoir et réception d'avantages agisse toujours correcte-
tout comporte- l'intention de le faire. On ment. L'élément clé qui
ment de nature à peut se trouver accidentelle- Accepter un cadeau ou sous-tend une grande partie
entacher sa répu- ment en situation de conflit tout autre privilège peut
tation et celle de d'intérêts.
L’ENTRETIEN
de ce que les meilleures Président dont les déci- doivent être capables de des enjeux vitaux après les
entreprises éthiques font, sions ne doivent pas être remettre en question les multiples scandales finan-
c'est le leadership. Le lea- influencées par les intérêts positions exprimées par la ciers dont la presse s’est
dership, qu'on peut discer- particuliers de la direction direction. Ils doivent largement fait l’écho.
ner à travers les actions, générale mais dictées par constamment prendre les Tous les codes conver-
l'engagement et les le seul objectif de création mesures nécessaires pour gent autour de quatre prin-
exemples, le leadership qui de valeur pour l’actionnaire, comprendre les problèmes cipaux thèmes d'investiga-
fournit le ton moral qui à long terme. Le recrute- et les risques actuels et tion :
découle de la tête d'une ment d'administrateurs émergents auxquels sont
entreprise et qui traduit les indépendants, qui ne sont confrontés la société et son - Efficacité du conseil
principes éthiques en des ni salariés de la société, ni secteur d'activité afin que d'administration à préserver
comportements concrets. liés à elle ou à sa direction leurs décisions soient aussi les intérêts des action-
"Walk the Talk" pour parler par des liens effectifs de éclairées que possible ; naires: critère d'indépen-
comme les anglais. quelque nature que ce soit dance, d'expertise ;
Dans le fameux rapport répond à cet objectif. Ils - Ils font preuve de discer-
Cadbury (1992), Sir Adrian sont susceptibles d'appor- nement et prennent les - Efficacité des procé-
Cadbury élabore un peu ter une contribution impor- décisions qu'ils jugent dures d'audit et de contrôle
plus la définition de la gou- tante à la prise de décisions conformes à leurs obliga- (interne et externe) à pré-
vernance d'entreprise du conseil d'administration, tions en tant qu'administra- server les intérêts des
comme suit : par une gestion rigoureuse teurs, sachant qu'ils en actionnaires ;
«La gouvernance d'entre- des activités et une évalua- seront tenus responsables;
prise est le système par tion objective des résultats. ils savent que les entre- - Qualité de la démocratie
lequel les entreprises sont En règle générale, les prises doivent prendre des actionnariale ;
dirigées et contrôlées...Les entreprises régies selon les risques mais qu'il n'est pas - Alignement de la poli-
conseils d'administration meilleures pratiques adop- dans leur intérêt de prendre tique de rémunération des
sont chargés d'assurer la tent un certain nombre de des risques excessifs ou dirigeants sur les intérêts
gouvernance de leurs principes qui sont à la base inutiles ; des actionnaires.
entreprises, les action- de tout système de gouver- - Ils accordent une gran- De toute évidence, ces
naires ont, en ce domaine, nance d'entreprise efficace. de considération aux droits, textes trouvent leur légitimi-
pour rôle de nommer les Leurs conseils d'adminis- à l'égalité de traitement et té et donc leur acceptation
administrateurs et les audi- tration qui pilotent cette au processus démocratique dans la vision actionnariale
teurs et de veiller à la mise gouvernance se confor- des actionnaires, de sorte de la gouvernance. Ils
en place d'une structure de ment à ces règles : que toutes les mesures visent donc à sécuriser les
gouvernance adéquate. Le prises par le conseil reflè- investissements financiers.
conseil d'administration a - Les a d m i n i s t r a t e u r s tent ce respect sous-jacent A côté de cette vision
notamment pour responsa- sont conscients de la envers les actionnaires de actionnariale de la gouver-
bilité de définir les objectifs confiance que leur accor- la société nance centrée sur les
stratégiques de la société, dent les actionnaires en les On observe depuis le actionnaires, il y a une
d'assurer le leadership élisant au conseil d'admi- milieu des années 1990, autre approche qui est la
requis pour les mettre en nistration et s'abstiennent une multiplication des lois, vision partenariale qui pré-
œuvre, de superviser la de profiter de cette situation règles et standards visant à conise une gouvernance
gestion des affaires et de en participant à des activi- définir les «meilleures pra- élargie aux
faire rapport aux action- tés servant leurs propres tiques» en matière de gou- autres parties
naires sur sa gestion. Le intérêts ; vernance. D'après une liste prenantes.
conseil d'administration doit fournie par «l'European Effectivement, la
prendre des mesures res- - Ils comprennent que les Corporate Governance valeur créée par
L’ASSUREUR
pectant la législation et le actionnaires fournissent du Institute», 193 codes ont l'entreprise
cadre réglementaire et les capital à leur société et s'at- été publiés entre 1992 et dépend égale-
souhaits des actionnaires tendent à recevoir un ren- 2006: 180 codes nationaux ment des autres AFRICAIN

duction et des N°110


en assemblée générale.» dement approprié en émanant de 60 pays diffé- facteurs de pro-

DEC
La séparation des rôles retour; rents et 13 codes internatio-

clés que la firme 2018


de direction et de contrôle - Ils pensent et agissent naux. Tout se passe comme compétences
apparaît comme une exi- indépendamment de la si aucun pays ne pouvait
gence première de la gou- direction, libres de tout plus se passer d'un code réussit à mobili-
vernance qui doit donner un conflit d'intérêts, dans l'inté- de bonnes pratiques. Dans ser.
cadre précis et repérable à rêt véritable de la société ; une logique de compétition C’est cette der- PAGE
chacun des rôles des deux internationale, le code est nière vision qui 19
parties prenantes ainsi - Les administrateurs doi- un signal offrant une garan- est privilégiée
qu'aux relations qu'elles vent avoir au moins une tie aux investisseurs. actuellement.
entretiennent entre elles. connaissance pratique du Réguler, sécuriser, res-
L'objectif est de garantir l'in- secteur d'activité de la taurer la confiance des
dépendance du conseil société, notamment l'ex- investisseurs sont apparus
d'administration et de son ploitation et les risques et pour plusieurs pays comme
L’ENTRETIEN
Qu’en est-il de la gouvernance des - Il y a aussi la fierté qui se sur le sujet d’où il ressort
entreprises familiales ? traduit de plusieurs façons: ceci :
J’ai recensé plus de cin- plus des fierté de la marque construi-
quante définitions de l’entre- t r o i s te et de la notoriété, fierté - Les entreprises fami-
prise familiale mais je n’en quarts des liée à l'indépendance, la liales ont une durée de vie
retiendrai que celle de la e n t r e - capacité de gérer le temps très courte, 95% ne dépas-
Commission Européenne : p r i s e s et les décisions, fierté issue sent pas la troisième géné-
françaises de la réussite et la capacité ration
« Entreprise majoritaire- sont des à assurer la pérennité de
ment détenue par une ou entreprises familiales, l'entreprise. - Elles sont complexes en
plusieurs familles dont l'un - Les en-treprises fami- gouvernance du fait des
des membres est impliqué liales sont en général mieux Une autre conclusion est émotions et problèmes fami-
dans le management ». gérées que les autres entre- l'importance accordée par liaux
Plusieurs études intéres- prises et obtiennent des per- les dirigeants de ces entre-
santes ont été menées sur formances meilleures ; prises au capital humain. - L’existence d’un conseil
la gouvernance dans les Leur énergie fédère de d’administration non contrô-
entreprises familiales, en - La passion d'entre- façon efficace et durable lé par la famille constitue
Europe et en Amérique. prendre est toujours à l'origi- leurs collaborateurs et ils l’élément le plus important
ne de la création de la nourrissent en général une dans la survie et le succès
L'une de ces études, pilo- société et se renforce au fil véritable envie de les voir de ces entreprises.
tée par PwC a particulière- des ans par les actions évoluer dans leurs compé- Nos entreprises familiales
ment retenu mon attention. menées pour adapter et tences pour qu'ils s'épa- africaines n’échappent pas
Elle a été menée en 2010 développer l'entreprise, faire nouissent dans l'entreprise à ces constats, bien sûr, et
dans 35 pays et les diri- face aux difficultés ou sur- et s'impliquent. L'évolution elles ont besoin d’avoir un
geants de 1800 entreprises monter les crises écono- collective est au cœur des dispositif de gouvernance
familiales y ont participé. miques ou financières ; valeurs et la recherche de la bien structuré qui repose sur
stabilité et de la fidélisation des administrateurs choisis
Je partage volontiers - L'esprit entrepreneurial constitue le pilier de la poli- en fonction de leurs compé-
quelques conclusions inté- se retrouve aussi dans le tique RH des entreprises tences dans la stratégie et
ressantes qui en ressortent. souhait d'impulser des pro- familiales. dans la supervision de la
jets, d'innover et de se gestion et des activités de la
- Plus de la moitié des remettre en question pour La SFI a également pro- société, et qui apportent une
entreprises européennes et avancer sans cesse ; duit une étude intéressante valeur ajoutée à l’entreprise.

Quelles sont les obligations qui pèsent sur compétents, les sociétés d’assu-
l’administrateur? rances, à l’instar des banques,
L’administrateur a deux prin- de l’administra- devront recourir à des administra-
cipales obligations: Obligation teur. teurs indépendants recrutés sur la
de loyauté (duty of loyalty) et A tous ceux seule base de la compétence et
Obligation de diligence (duty of qui s’intéres- de l’expérience.
diligence) sent au domai- Je trouve pour ma part que la
ne très enri- voie de la gouvernance est fort
- Obligation de loyauté: il doit chissant de la intéressante pour ceux qui, après
toujours agir dans l’intérêt de la gouvernance, je recommanderais une carrière exécutive bien rem-
société. vivement d’adhérer en ligne à un plie ont le souci de transmettre
L’ASSUREUR
Institut des Administrateurs aux plus jeunes les valeurs de la
- Obligation de diligence: il (Afrique du Sud, France, Canada, bonne gouvernance.
AFRICAIN doit exercer sa fonction de bonne Grande-Bretagne J’ai été heureux de m’entretenir

N°110
foi de façon à promouvoir la socié- entre autres) qui font de la for- avec vous sur le sujet de la gou-
té avec le soin attendu d’une per- mation continue et mettent à la vernance d’entreprise. Mes vœux
DEC sonne prudente dans l’exercice disposition de leurs membres une de réussite continuent à
2018 d’une telle mission. importante quantité d’informations l’Assureur Africain.
Comme vous le constatez, c’est sur les dernières évolutions en la
tout un programme qui en dit long matière. Notre sous-région a un Propos recueillis par
PAGE sur le rôle et les responsabilités grand besoin d’administrateurs L’Assureur Africain
20
CONTRIBUTIONS
ASSUREUR VIE Par

Connaître son risque de mortalité


Eric
MANIABLE

Depuis 2012, les assureurs Vie en zone CIMA doivent utiliser des
tables de mortalité construites sur les données des populations assu-
rées des quatorze pays. Elles sont censées reproduire le comporte-
ment des assurés en matière de mortalité. Ces tables ont eu une inci-
dence certaine sur les tarifs des produits d’assurance Vie, sur le pro-
… et Maurel
visionnement et la rentabilité. TCHOUONLA
Six ans après l’introduction de ces nouvelles tables, le cabinet d’ac- NOUBI *

tuariat Integr-All, basé au Cameroun, a étudié le portefeuille d’une


compagnie de la zone CEMAC et évalué les écarts et leur incidence
sur la solvabilité de la compagnie.
expositions au risque » sur la
Les tables de mortalité recouvrent. Ils ont été conser- fois manuelles) du portefeuille, période d’observation), le por-
CIMA de 2012 vés sur une ligne, homogène le portefeuille résiduel est tefeuille retenu représente une
Démarré en 2009, l’équipe en matière de période d’assu- composé de 101 000 assurés exposition totale de 743 000
qui a construit ces tables de rance (et indépendant de la et 855 décès. années-personnes. Les
mortalité, à partir des porte- garantie souscrite). En tenant compte des femmes représentaient 46%
feuilles des assurés des com- Au final, après des durées de présence sous de l’effectif.
pagnies d’assurance de la semaines de corrections (par- contrat de chaque assuré («
zone CIMA, a rencontré un
sévère problème d’hétérogé-
néité entre pays et zone
(UMEAO/CEMAC).
En 2014, Integr-All avait
également relevé que les
fausses déclarations d’âge
pouvaient avoir un impact
significatif sur la représentati-
vité de la réalité de la mortali-
té.

Les Données

Le portefeuille étudié com-


prenait des contrats de 1995 à
2017, soit sur 22 années,
contenant 199 000 assurés et
936 décès. Du fait des anoma- Construire des tables d’expérience
lies constatées
(doublons, âges Pour bâtir ces tables de mortalités d’expérience, deux méthodes ont été utilisées (Hoem et
aberrants,…), Kaplan Meier).
20% du porte-
feuille a été
exclus. Le porte-
L’ASSUREUR feuille a été réduit
AFRICAIN
de 29% du fait des
« faux doublons »

N°110 rés qui ont plu-


: il s’agit des assu-

DEC
sieurs contrats et

2018 sieurs fois dans le


sont présents plu-

portefeuille

PAGE
( c o n t r a t
d’épargne, contrat
22 emprunteur,…),
parfois avec des
noms légèrement
différents (fautes
de frappe, ordre
des noms,…) et
souvent pour des
périodes qui se Figure 1 - Taux bruts des Hommes (Hoem / Kaplan Meier)
CONTRIBUTIONS
es taux bruts calculés ont été

L ajustés par différents modèles


(Thatcher, Makeham,
Brass,…). Le portefeuille n’étant
pas suffisamment représenté avant
20 ans et après 60 ans, il a fallu «
fermer » les tables (méthodes de
Gompertz, de Coale et Kisker,
modèle Logistique, modèle de
Kannistö, modèle de Lindbergson,
modèle de Denuit & Goderniaux,
de Coale & Guo). Les vérifications
graphiques et théoriques (R², Test
de Fisher,...) montrent que le
modèle de Brass avec comme
table de référence la table CIMA
s’ajuste le mieux aux taux bruts.
Figure 2 - Taux bruts des Femmes (Hoem / Kaplan Meier)

Figure 3 - Tables d'expérience ajustées


Comparaison avec les conduirait à réduire les tarifs la compagnie que la marge inférieurs de 50% à 70% par
tables CIMA – impact tari- parfois jusqu’à 70% (contrats actuellement demandée. rapport à ceux projetés
faire décès). Les contrats mixtes (attendus) par les tables
Dans la figure 3 ci-dessus, sont beaucoup moins impac- Conclusion CIMA.
on constate que les tables tés (suivant le rapport entre La construction de tables Cette étude met en lumière
CIMA sont hors de l’intervalle garanties décès et vie). Les de mortalité sur un porte- l’utilité du suivi technique des
de confiance, rares contrats de rente viagè- feuille particulier, en consa- produits, de la rentabilité dif-
principalement re, seraient plutôt sous-tari- crant beaucoup d’effort pour férée contenue dans les pro-
pour les hommes. fés. obtenir des données corri- visions mathématiques
Le portefeuille Autrement dit, les contrats gées, a permis de confirmer à (bonne nouvelle pour les
assuré par cette actuels de cet assureur, tari- la compagnie d’assurance actionnaires), de la sur-solva-
L’ASSUREUR
compagnie pré- fés avec la table CIMA, com- que les décès constatés sont bilité pour cet assureur.

AFRICAIN
sente donc une portent des marges tech-
mortalité signifi- niques confortables. Cet RéFéRENCES
CIMA [2012], Règlement n°0006/CIMA/PCMA/PCE/2012.

N°110 rieure aux tables


cativement infé- écart se reproduit sur les pro- CIMA [2012], Note sur la confection des nouvelles tables de mortalité,

DEC
visions mathématiques. Et 2012.
CIMA. Sans « rend la marge de solvabilité Gubry F., Gubry P. [1980], « Les déclarations de l’âge dans les pays à

2018 nettoyage » de de 5% des provisions mathé- état-civil incomplet »


Kamega, Planchet [2012], « Actuariat et Assurance vie en afrique subsa-
notre portefeuille matiques peu significative par harienne Francophone-outils d’analyse de la mortalité », Edition-SEDDI-
initial, l’écart entre rapport aux gains techniques TA.
PAGE table CIMA et déjà provisionnés par l’écart Maniable, Menkui, Ngounou Bakam [2014], « Impact de la déclaration de

24
l’âge sur la table de mortalité-cas de la table CIMA ».
table d’expérien- de table. Maniable [2014], « Avec les nouvelles tables de mortalité CIMA, les com-
ce aurait été deux Les autorités de contrôle pagnies Vie devraient modifier leur pilotage des risques »
fois plus impor- devraient insister pour un Planchet, Thérond [2006], « Modèles de Durée – Applications actua-
tant. meilleur suivi statistique et rielles », Economica.
Quashie, Denuit [2005], « Modèles d’extrapolation de la mortalité aux
Utiliser les actuariel de la mortalité, qui grands âges », Institut des Sciences Actuarielles et Institut de
tables d’expé- peut avoir un impact bien Statistique, Université Catholique de Louvain, WP.
riences bâties supérieur sur la solvabilité de Thatcher [1999], « The long-term pattern of adult mortality and the
highest attained age », journal of the Royal Statistical Society, 162.
CONTRIBUTIONS

Chute des Polices en Assurance Vie

Par Blaise Jeutang KENDAH *


Cas spécifique dans la zone CIMA
CONTEXTE – DEFINITION – IMPACT – CAUSES – COÛT - SUGGESTIONS
Le nombre de polices dans une négligeable, il s’agit des chutes
compagnie d’assurance vie est de polices prématurées des
sujet à une érosion naturelle telle contrats, ces chutes de polices
que les décès et les maturités, en sont généralement observées
plus de cette érosion naturelle, lors des premières années de la boursements ne sont pas
nous observons dans notre mar- vie du contrat. considérées comme chute
de polices.
ché un autre type d’érosion non Ci-dessous un graphique
Chute des polices : contrat en cas d’inexistence 3. Les chutes de polices pour illustrer les chutes de
Définition ? ou d’insuffisance de la de type III, il s’agit ici des police de la Rente
On parle de chute de poli- valeur de rachat, soit la contrats rachetés. Education (durée 10 ans)
ce en assurance vie quand réduction du contrat. d’un portefeuille d’une com-
on observe un arrêt de paie- Nous notons trois types de NB : Les annulations/rem- pagnie vie sur le marché.
ment des cotisations après chute de polices :
observation d’une période 1. Les chutes de polices
de grâce qui est d’au moins de types I, il s’agit des
40 jours dans notre marché. chutes de polices consta-
Selon l’article 73 du Code tées la première année de
des Assurances CIMA, l’as- cotisations, c’est-à-dire ente
sureur doit informer le 1ièr mois au 12ième mois ;
contractant par lettre recom- (Type le plus observé sur le
mandée, par laquelle il l’in- marché)
forme qu’à l’expiration d’un 2. Les chute de polices de
délai de quarante jours à type II, il s’agit des types de
dater de l’envoi de cette cotisations constatées entre
lettre le défaut de paiement le 13ième mois et le 23ième
entraine soit la résiliation du mois de cotisations ;

Chute des polices : Impact L’assureur


L’impact des chutes de polices est élaboré ci-dessous sur a. Frein aux futurs profits : La chute des polices entraine la
les principaux acteurs lors de la commercialisation d’un pro- réduction des cotisations et par conséquent la réduction des
duit d’assurance. provisions mathématiques ce qui conduit à un frein aux
futurs retours sur investissement.
L’assuré b. Perte des dépenses initiales à la souscrip-
a. Perte d’une protection précieuse : Avec l’arrêt du paie- tion : Les coûts engagés par les compagnies
ment des cotisations, l’assuré perd toutes les garanties sous- d’assurance vie lors de la souscription des nou-
crites. Car d’après l’article 73 du CA CIMA, lorsqu’une prime velles affaires sont généralement très élevés on
L’ASSUREUR
ou une fraction de prime n’est pas payée dans les dix jours y retrouve, les commissions, les charges admi-
de son échéance, l’assureur adresse au contractant une nistratives, la communication, le marketing etc…
lettre recommandée, par laquelle il l’informe qu’à expiration et par conséquent les chutes prématurées et AFRICAIN

non recouvrement de ces charges par l’assureur. N°110


d’un délai de quarante jours à dater de l’envoi de cette lettre abusives des polices entrainent généralement le

DEC
le défaut de paiement entraine soit la résiliation du contrat en

beaucoup d’efforts sur les nouvelles affaires qui 2018


cas d’inexistence ou insuffisance de la valeur de rachat, soit c. Efforts improductifs : L’assureur produit
de la réduction du contrat.
b. Perte des primes initiales : Lors de la chute des polices, meurent avant qu’il n’ait eu la possibilité de récu-
les primes initiales sont perdues en cas d’inexistence ou d’in- pérer les dépenses ou charges initiales.
suffisance de la valeur de rachat. d. Mauvaise image suite à la mauvaise publi- PAGE
c. Perte de l’épargne : L’article 73 de CA CIMA mentionné cité des assurés mécontents : La majorité des 25
ci-dessus stipule que, en cas de chute de polices nous avons assurés qui ne bénéficient pas d’une valeur de
deux options, soit le contrat est résilié par conséquent perte rachat à la suite de la résiliation de leur contrat,
des primes initiales (c’est-à-dire épargne) soit le contrat est généralement accusent les assureurs d’avoir
réduit, et dans ce cas l’assuré ne bénéficie qu’une fraction indûment bénéficier de leurs cotisations initiales.
des cotisations à date. Et par conséquent découragent leur entourage à
souscrire à une police d’assurance vie.
CONTRIBUTIONS
e. Organisation du travail : La chute de police d’assurance • Education
vie dans les compagnies vie entraine généralement une • Age
nouvelle organisation de travail, soit par la création d’un • Genre (moins chez les femmes)
nouveau service de recouvrement, soit par la mise en place • Location urbaine ou rurale (Plus dans les zones rurales)
des nouvelles procédures de souscription etc…. • Capitaux disponibles (Plus pour les faibles capitaux
assurés)
Les intermédiaires
a. Baisse des revenus : La chute des polices entraine la Facteurs macro-économiques
baisse de la production et par conséquent la baisse des • Revenu disponible
commissions (revenus) des intermédiaires. • Politiques gouvernemental vis-à-vis des taxes/impôts
b. Efforts improductifs : Les intermédiaires mobilisent • Développement économique du pays.
beaucoup d’efforts pour des affaires instables et par consé- Tous ces facteurs sont hors de contrôle et d’influence des
quent ne sont pas toujours récompensés à la hauteur de compagnies d’assurances vie. Mais les facteurs internes ci-
leurs efforts. dessous sont contrôlables et influençables par celles-ci.

La société Causes internes


La dépendance à l’aide financière des amis ou parents : 1. Conception des produits d’assurance
La chute des polices entraine la perte des garanties comme • Types de produits (Plus de chute sur les produits mixtes)
on l’a mentionné plus haut et par conséquent, en cas de • Périodicité des cotisations (Plus de chute pour les cotisa-
sinistres les personnes ayant perdues leur couverture en tions mensuelles)
assurance ou leurs bénéficiaires sont littéralement dépen- • Durée des contrats (Plus de chutes pour les produits de
dant des amis ou de la famille. longue durée)
• Mode de paiement (Plus de chute sur les cotisations en
L’économie espèces).
Financement de l’économie : les chutes de polices entrai-
nent la réduction du chiffre d’affaires des compagnies vie 2. Marketing et stratégies personnelles
ainsi que la réduction de leur provision et par conséquent • Planning des activités
réduit leur apport dans le financement des structures finan- • Education de l’équipe commerciale (Agent commercial,
cières et de l’économie en général. cadre commerciaux, marketing, profil de carrière …)
• Education des clients
Chute des polices : Les causes • Etude du marché
Dans notre présentation, nous avons identifié plusieurs • Recrutement, Formation et mode de rémunération des
causes des chutes prématurées des polices d’assurances commerciaux.
vie. Il y a des causes externes et des causes internes.
Chute des polices : Coûts
Causes Externes Dans certaines compagnies du marché on observe des
1. Classe socio-économique de l’assuré chutes de police sur certains produits d’environ 50% sur les
2. Disponibilité d’autres options d’investissements deux premières années de cotisations. Appliquer ce taux de
3. Caractères spécifiques des assurés chute à une grande échelle entraine forcement des pertes
• Richesse et épargne financières énormes pour notre marché.

Pour illustration,
trouvez ci-contre les
différents graphiques
représentant les diffé-
L’ASSUREUR
rents types de chute
de polices pour diffé-
AFRICAIN rents produits d’un

N°110
portefeuille du mar-

DEC
ché.

2018

PAGE
26
CONTRIBUTIONS
Ces taux sont très élevés comparativement aux stan- Ci-dessous une illustration des pertes financières d’une
dards internationaux qui sont inférieurs à 10% à la première compagnie vie suite à la chute des polices.
année.

Ce tableau illustre le faite que cette compagnie a perdu • Frais irrécouvrables annuels dans la zone CIMA
plus d’un demi-milliard en 5 ans sur la production des • Opportunités perdues et pertes financières dans la zone
affaires nouvelles de l’année N. CIMA.

Conclusion/Suggestions Ci-dessous quelques suggestions d’ordre général


L’érosion massive prématurée des contrats d’assurance afin d’améliorer la persistance des polices d’assurance
vie combinée avec le coût élevé d’acquisition des contrats vie.
à la souscription sont un frein pour la croissance et la sta-
bilité des compagnies vie dans notre sous-région CIMA. • Education des populations sur l’importance de l’assu-
Dans ce document, nous nous sommes limités à des rance (Sociétés d’assurance et Gouvernement)
constats et des faits réels d’ordre général et de notre expé- • Eviter les recrutements de masse des agents
rience dans la gestion des différents portefeuilles. • Continuer la relation avec l’assuré après la vente ainsi
Une analyse plus approfondie est en train d’être menée qu’après les prestations
sur le coût exact des chutes des polices et l’impact réel sur • Connaitre son client, comprendre ses besoins
les différents facteurs/acteurs impliqués dans la gestion • Concevoir les produits adaptés aux besoins des assu-
d’un contrat, ceci afin de nous permettre de répondre aux rés
questions ci-dessous : • Formation préalable au recrutement suivie d’un test et
• L’impact sur la rentabilité d’une compagnie d’assurance d’un entretien pour les commerciaux (profil de carrière).
vie
• L’impact de la chute des polices sur le tarif en assuran- Actuaire Diplômé de Herriot Watt University, Ecosse
ce vie Ancien Président de la Maison des actuaires
• L’émergence des profits suite à la chute des polices du Cameroun
• Chute des polices Directeur Commercial de Saham Life Insurance
• Perte cumulée annuelle des cotisations dans la zone Cameroon
CIMA

C’EST OFFICIEL
CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D’ASSURANCES
CONSEIL DES MINISTRES DES ASSURANCES

REGLEMENT N°007 /CIMA/PCMA/PCE/2018


MODIFIANT ET COMPLETANT LE REGIME DU CONTRAT D’ASSURANCE
L’ASSUREUR
AFRICAIN
LE CONSEIL DES MINISTRES, Article 8 - Les noms, domiciles, adresses
Vu le Traité instituant une Mentions du contrat d'assurance postales, numéros de téléphones fixes

N°110
Organisation intégrée de l’Industrie des et/ou mobiles, courriels, et le cas

DEC
Assurances dans les Etats africains Les entreprises d’assurances doi- échéant les références sur les réseaux
notamment en ses articles 6, 39, 40, 41 vent, avant de nouer une relation sociaux, références bancaires et tous
et 42 :
Vu le code des assurances en ses
contractuelle ou d’assister leur client
dans la préparation ou la réalisation
éléments de géolocalisation des par-
ties contractantes ;
2018
articles 8, 12, 16 et 28 : d’une transaction et pendant toute la - la chose ou la personne assurée;
PAGE
Considérant le communiqué final du durée de la vie d’un contrat, prendre - la nature des risques garantis;

29
Conseil des Ministres du 05 octobre toutes les dispositions pour connaitre - le moment à partir duquel le risque
2018 ; et actualiser leur connaissance du est garanti et la durée de cette garan-
Aprés avis du Comité des Experts; client et du risque couvert et permettre tie;
le respect dans les délais des différents - le montant de cette garantie;
DECIDE engagements pris. - la prime ou la cotisation de l'assuran-
Article 1er : le code des assurances A ce titre, les polices d’assurances ce ;
est modifié et complété par les disposi- doivent indiquer au minimum les infor- - les conditions de la tacite reconduc-
tions suivantes: mations suivantes : tion, si elle est stipulée;
C’EST OFFICIEL
- les cas et conditions de proro- géolocalisation de deux a trois lors de la conclusion du contrat, postales, numéros de télé-
gation ou de résiliation du personnes qui peuvent être sur les circonstances qui sont de phones fixes et/ou mobiles et le
contrat ou de cessation de ses contactées en cas de nécessité nature à faire apprécier par l'as- cas échéant les courriels, réfé-
effets ; et notamment dans le cas où les sureur les risques qu'il prend en rences sur les réseaux sociaux,
- les obligations de l'assuré, a numéros de téléphones fixes, charge ; références bancaires et tous
la souscription du contrat et mobiles, les courriels et les réfé- 3°) de déclarer, en cours de éléments de géolocalisation le
éventuellement en cours de rences sur les réseaux sociaux contrat, les circonstances nou- concernant. Ces mêmes infor-
contrat, en ce qui concerne la du contractant et des bénéfi- velles qui ont pour conséquence mations, exception faite des
déclaration du risque et la décla- ciaires ne sont plus fonctionnels, soit, d’aggraver les risques, soit références bancaires doivent
ration des autres assurances les références de l’employeur d'en créer de nouveaux et ren- être fournies le cas échéant pour
couvrant les mêmes risques ; telles que les numéros de télé- dent de ce fait inexactes ou les bénéficiaire(s), les per-
- les conditions et modalités phones, les courriels, les réfé- caduques les réponses faites a sonnes a contacter prévues à
de la déclaration a faire en cas rences sur les réseaux sociaux, l'assureur, notamment dans le l’article 8 et l’employeur.
de sinistre ; les éléments de géolocalisation formulaire mentionné au 2°) ci- L’assureur ne peut se préva-
- le délai dans lequel les et les éléments d’identification dessus. loir des dispositions de cet ali-
indemnités sont payées ; du contractant auprès de l’em- L'assuré doit, par lettre recom- néa en cas de manquement à
- pour les assurances autres ployeur. mandée ou contresignée, décla- ses obligations.
que les assurances contre les Ces informations doivent être rer ces circonstances à l'assu-
risques de responsabilité, la collectées, traitées, utilisées et reur dans un délai de quinze Article 16
procédure et les principes rela- conservées dans le respect des jours a partir du moment ou il en Obligations de l'assureur
tifs a l'estimation des dommages lois relatives a l'informatique, a eu connaissance.
en vue de la détermination du aux fichiers et aux libertés en En cas de lettre contresignée, Lors de la réalisation du
montant de l'indemnité : vigueur dans chaque Etat. un récépissé servant de preuve risque ou a l'échéance du
- la prescription des actions Les clauses des polices édic- doit étre délivré à l'assuré: contrat, l'assureur doit exécuter
dérivant du contrat d'assurance; tant des nullités, des 4°) de donner avis a l'assu- dans le délai convenu la presta-
- les formes de résiliation ainsi déchéances ou des exclusions reur, dés qu'il en a eu connais- tion déterminée par le contrat et
que le délai de préavis. ne sont valables que si elles sance et au plus tard dans le ne peut être tenu au-delà.
En sus des informations ci- sont mentionnées en caractères délai fixé par le contrat, de tout L'assureur ne couvre pas les
dessus, les polices d’assu- très apparents. sinistre de nature a entrainer la sinistres survenus après expira-
rances conclues avec des per- Les polices des sociétés d'as- garantie de l'assureur. Ce délai tion ou suspension du contrat.
sonnes physiques doivent indi- surance mutuelles doivent ne peut être inférieur a cing jours Lorsqu’un contrat arrive à
quer le cas échéant, les informa- constater la remise a l'adhérent ouvrés. échéance ou lorsque l'assureur
tions suivantes : du texte entier des statuts de la En cas de vol ou en cas de est informé du décès de l'assu-
- les noms, domiciles, société. sinistre mortalité de bétail, ce ré, il est tenu de rechercher par
adresses postales, les numéros délai est fixé a 48 heures. tous moyens le bénéficiaire et si
de téléphones fixes et/ou Article 12 Les délais ci-dessus, peuvent cette recherche aboutit, de l’in-
mobiles, les courriels, les réfé- Obligations de l'assuré être prolongés d'un commun former de la stipulation effectuée
rences sur les réseaux sociaux, accord entre les parties contrac- a son profit et des pièces à four-
les éléments de géolocalisation L'assuré est obligé : tantes. nir pour jouir de la prestation.
des bénéficiaires, 1°) de payer la prime ou coti- Les dispositions mentionnées Il est interdit sous peine de
- les noms, domiciles, sation aux époques convenues ; aux 1°), 3°) et 4°) ci-dessus ne sanctions de faire supporter aux
adresses postales, les numéros 2°) de répondre exactement sont pas applicables aux assu- bénéficiaires les frais au titre de
de téléphones fixes et/ou aux questions posées par l'as- rances sur la vie. l'accomplissement des obliga-
mobiles, les courriels, les réfé- sureur, notamment dans le for- 5°) de porter à la connaissan- tions de recherche et d’informa-
rences sur les réseaux sociaux, mulaire de déclaration du risque ce de l’assureur les change- tion.
les éléments de par lequel l'assureur l'interroge ments de domiciles, adresses A SUIVRE

NECROLOGIE
BLOC NOTES Monsieur le Président de l’Association des Assureurs du

L’ASSUREUR
BURKINA FASO Sénégal (AAS) ;
Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux des Sociétés
AFRICAIN M. Serge Victorien Wendtinbnoma
membres de l’Association ;
Monsieur le Directeur Exécutif et l’ensemble du personnel de
N°110
RAMDE, ingénieur statisticien est
l’A.A.S. ;
DEC
nommé Secrétaire Général de
ont le regret et la profonde douleur de vous faire part du décès
2018
l’APSAB en remplacement de
Madame BADO Reynatou, admise à de
faire valoir ses droits à la retraite ; M. CHEIKH KANE,
PAGE SENEGAL Président du Conseil d’Administration
30
de la CNART Assurances
Président de la F.N.G.T.S. (Fédération des Groupements des
Monsieur Mouhamadou Moustapha
Transporteurs du Sénégal)
FALL est nommé Directeur Général
Décès survenu le Lundi 14 Janvier 2019 à Dakar.
de la CNAAS en remplacement de
Monsieur Papa Amadou Ndiouga
La FANAF présente ses tristes condoléances
NDIAYE décédé ;
à sa famille éplorée et à tous les assureurs