Vous êtes sur la page 1sur 6

Les métiers de la Banque, de l'Assurance et de la Bourse 2ème Année LAE: TFA

Chapitre 3: Les métiers de l'assurance

Une assurance est une garantie financière face aux aléas sur les choses et les personnes.
En contrepartie de cette assurance protectrice financièrement, le souscripteur verse
une cotisation journalière, mensuelle ou annuelle.
Le prix du contrat varie en fonction du niveau de protection et du risque pris par la
compagnie ; un calcul de risque, algorithmique ou pas, fixe ainsi le montant et les conditions.
Les contrats d'assurances (vie ou non-vie) sont distribués par des assureurs, des courtiers,
agents généraux ou des grossistes en assurance, etc.
Les banques et mutuelles peuvent également distribuer des produits en assurance-vie et non-
vie ; le marché de l'assurance s'est fortement élargi depuis l'avènement de l'économie digitale.

I- Pourquoi travailler dans le secteur de l'assurance?


Au sein de la population en général, le secteur des assurances ne jouit pas nécessairement de
la meilleure image possible et ceci peut être dû au fait que les personnes qui travaillent dans
les compagnies exercent des professions qui restent, dans bien des cas, méconnues du grand
public.
Qu’ils soient experts en sinistre, courtiers d’assurance, tarificateurs, agent d’assurances de
dommages des particuliers, souscripteurs ou actuaires, les travailleurs de l’industrie de
l’assurance d’aujourd’hui sont souvent jeunes, dynamiques, professionnels et motivés. Alors
qu’est-ce qui pousse ces jeunes à choisir un métier dans le secteur des assurances? Les raisons
sont fort nombreuses:
- La stabilité. Le secteur des assurances constitue un important moteur économique. De plus,
il s’agit d’un secteur en pleine croissance.
- La variété du travail. Quand on travaille dans ce domaine, on s’aperçoit que chaque client
a des besoins uniques qu’il faut comprendre et analyser afin de lui offrir la meilleure police
d’assurance. Le travail est en fait aussi varié que le sont les besoins du client. Par exemple,
dans la même journée, on peut aider quelqu’un à acheter sa première maison ou on peut
assurer le véhicule récréatif d’un couple qui part en voyage. Contrairement à ce que l’on
pourrait croire, le travail n’est pas routinier et les journées ne se ressemblent jamais.
- L’apprentissage permanent. Comme de nouveaux défis se présentent à tous les jours, les
occasions d’apprendre de nouvelles choses ne s’arrêtent pas. Les travailleurs du secteur des

1
Les métiers de la Banque, de l'Assurance et de la Bourse 2ème Année LAE: TFA

assurances ont constamment l’occasion d’apprendre de nouvelles compétences et d’utiliser


pleinement toutes celles qu’ils possèdent déjà sur une base quotidienne.
Les possibilités d’avancement: Il y a des possibilités illimitées de croissance sur le plan
professionnel et sur le plan personnel. Et si cela ne suffisait pas, les métiers de l’assurance
offrent généralement de bonnes conditions de travail, des avantages sociaux intéressants et
des salaires concurrentiels. Sans compter que, selon un sondage récent, les travailleurs de
l’industrie de l’assurance feraient partie des employés les plus heureux au travail.
L’occasion d’aider les autres: Les opérations des compagnies d’assurances ont une grande
incidence sur le bien-être des Québécois. Qu’il s’agisse d’aider un client à obtenir la meilleure
couverture d’assurance lors de la souscription ou qu’il s’agisse de l’aiguiller vers les
ressources appropriées lors d’une réclamation, le travail est extrêmement gratifiant. Il est en
effet très valorisant professionnellement de savoir qu’on apporte une contribution positive et
essentielle en aidant les gens à reprendre une vie normale après un sinistre. Les travailleurs de
cette industrie aident véritablement les personnes, et l’économie en général, à se remettre sur
pied après une catastrophe. Et ce n’est pas rien!

II- Quels sont les métiers de l'assurance ?


La révolution technologique a favorisé l’apparition d’emplois nouveaux dans l’assurance. Elle
n’a toutefois pas épargné l’évolution des métiers de base de la profession comme ceux
d’actuaire, souscripteur ou gestionnaire qui vivent une profonde mutation. Leur
repositionnement dans un environnement de plus en plus concurrentiel et fluctuant s’impose.

Généralement, les métiers de l'assurance sont classés selon trois grandes fonctions:

- Les métiers de contact client (ou front office): Le commercial, l'inspecteur, l'agent
d’assurances, le courtier d’assurances, l'expert..
- Les métiers de soutien: Gestionnaire de contrats, le gestionnaire sinistres, l'actuaire, Juriste
d’entreprise
- Les métiers de support: Chargé d’études et de recherche, Informaticien auditeur interne,
Compliance officer, Gestionnaire actif passif, Gestionnaire ressources humaines.
On peut également distinguer, les métiers de l'assurance "dans l'assurance" et "en dehors de
l'assurance". Par exemple, le métier d'expert, d'agent d'assurance et de courtier d'assurance
sont de métiers en dehors de l'assurance.
II- 1- L'actuaire

2
Les métiers de la Banque, de l'Assurance et de la Bourse 2ème Année LAE: TFA

Les actuaires appliquent les mathématiques aux problèmes financiers. Ils font appel à leurs
connaissances spécialisées en mathématique financière, en statistique et en théorie des risques
afin de résoudre les problèmes spécifiques des sociétés d’assurances (Vie, Non-vie et Santé).
De formation scientifique (Mathématiques, Probabilités, Statistiques, Informatique), les
actuaires doivent maîtriser, non seulement l’environnement financier, mais aussi les aspects
juridiques, comptables, fiscaux et commerciaux dans lesquels se situent leurs interventions.
Ils possèdent également un bon sens pratique et de la créativité. Ces qualités leur permettent
de mettre en place deux solutions novatrices pour répondre aux problèmes qui leur sont
soumis. Ils aident la société à se développer en participant à minimiser les pertes et à maîtriser
les risques liés :
- à la retraite
- à la maladie
- à l’invalidité
- aux dommages matériels et à la perte de biens
- aux instruments financiers
- à la mort prématurée
- ....
L’évolution des principes comptables et des règles prudentielles applicables aux services
financiers, dans le sens d’une plus grande maîtrise des risques de l’entreprise augmente le
besoin d’actuaires alors que la profession est déjà fortement demandée.

Diplômé d’une école, université ou institut spécialisé, il joue un rôle éminemment technique.
Il est au cœur de l’activité assurance. Son rôle diffère selon la direction à laquelle il est
rattaché : souscription et commercialisation des risques ou gestion de l’actif/passif.

1. Affecté à une direction technico-commerciale, l’actuaire est en charge des évaluations


tarifaires, de la rentabilité et de la surveillance du portefeuille dont il assure
l’optimisation. Il participe à la conception des produits vie, il met également en place les
tarifs des risques non vie.

2. Au niveau de la gestion actif/passif, l’actuaire est en charge du calcul des réserves à


constituer, du respect des règles prudentielles et par là même de la solvabilité de
l’entreprise.

II-2- Le Chargé d'études et de recherche


Qu’il s’agisse d’analyser les processus et procédures de la compagnie d’assurances ou d’en
étudier le positionnement, le chargé d’études dispose de connaissances des plus variées pour

3
Les métiers de la Banque, de l'Assurance et de la Bourse 2ème Année LAE: TFA

mener à bien sa mission. En collaboration étroite avec les autres départements (marketing,
audit interne, …), il intervient dans la création de nouveaux produits et propose des
améliorations sur les produits existants. Il suit de près l’implémentation de nouvelles
procédures et veille à leur application correcte. Cette fonction transversale contribue ainsi
largement tant au développement interne qu’externe de la compagnie.

II-3- Gestionnaire actif-passif


Convoité par les entreprises, ce fin gestionnaire financier est un maillon indispensable à
l’augmentation de la rentabilité de toute entreprise. Chargé d’identifier les risques auxquels la
compagnie d’assurances est exposée, il contribue à définir la stratégie d’investissement.
Gestionnaire de la diversité et de la masse des engagements de la compagnie d’assurances, il
essaye d’en optimiser les rendements. Etudes de bilans, connaissances des marchés financiers
et excellentes aptitudes à bien appréhender les tendances du marché, font partie intégrante de
cette fonction où l’intuition jouit cependant également d’une place capitale.

II-4- Le responsable clients (ou commercial)


Le responsable clientèle est en charge d’un portefeuille de clients dont il connaît la situation et
leurs besoins et est, en permanence, en prospection de nouveaux clients pour leur proposer
des produits adaptés à leur besoin. Plutôt que de « vendre » son produit, il doit persuader par
une argumentation pertinente et conseiller au mieux les clients. Il doit disposer d’un esprit
commercial et d’un sens relationnel aigu afin de pouvoir communiquer avec des
interlocuteurs tant privés que professionnels.

II-5- Gestionnaire de contrats


Le gestionnaire de contrats est impliqué dans le cycle de vie de chaque contrat dont il
est appelé à s’occuper c-à-d depuis l’établissement d’un contrat (la rédaction) jusqu’à sa
suspension voire sa résiliation. Au sein d’une équipe de production, le rédacteur est le bras
droit des commerciaux (responsables commerciaux, agents, courtiers..). Il gère les dossiers et
participe à la rédaction des contrats d’assurance à partir des clauses et conditions définies par
les procédures internes..

Tout au long de sa « vie » un contrat peut subir divers amendements sans que sa légalité ne
soit mise en cause. A chaque moment le gestionnaire de contrat veillera à mettre à jour ces
données, à envoyer le contrat amendé au client et à vérifier qu’un exemplaire dûment signé
soit renvoyé à la compagnie afin de disposer à chaque instant d’un dossier complet.

Il est également amené à communiquer avec des entités externes : avocats, médecins, etc.

4
Les métiers de la Banque, de l'Assurance et de la Bourse 2ème Année LAE: TFA

II-6- Gestionnaire de sinistres


Dans les sociétés d'assurances, les gestionnaires sinistres sont chargés d'instruire les
dossiers en cas de dommage et de régler les litiges. Ils occupent des postes spécialisés dans le
secteur des assurances. Le gestionnaire sinistres enregistre les déclarations de dommage et
vérifie que les garanties souscrites s'appliquent bien au sinistre. À charge pour lui d'apprécier
les responsabilités de chacune des parties, d'évaluer le coût des dommages et de régler les
sommes dues à l'assuré ou à la victime.

II-7- Le métier d'Inspecteur

Ce technicien, qui est très familiarisé avec les produits de la compagnie d’assurances
pour laquelle il travaille, est notamment responsable de l’animation d’un réseau d’agents
indépendants qu’il a pour mission d’organiser et de développer. Il assure assistance aux
agents en cas de problèmes et les accompagne auprès de clients ayant des demandes plus
complexes. L’inspecteur peut en outre être en charge d’un portefeuille clients en assurance vie
ou non vie.

II- 8- Le métier d’agent d’assurance


Un des canaux de distribution les plus répandus est la vente de produits d’assurances
par un agent d’assurances qui est lié le plus souvent à une compagnie d’assurances dédiée et
exerce cette activité souvent à titre accessoire. Parmi ses tâches comptent outre la vente de
produits d’assurance, la vérification des conditions desdits contrats avant envoi pour signature
aux clients, l’envoi de la demande de paiement des primes y relatives ainsi que l’assistance
aux clients en cas de besoin (par exemple en cas d’accident de voiture). Il est ainsi
l’interlocuteur privilégié et du client et de la compagnie d’assurances qui le contacte en cas de
besoin de clarification de détails.

Ce métier traditionnel est en profonde mutation. Il ne s’agit plus seulement de vendre des
polices d’assurance mais surtout de conseiller et de fidéliser un client de plus en plus volatile.
Même si le choix de l’offre se fait en ligne, la finalisation du contrat s’effectue le plus souvent
à l’agence, notamment pour certains produits qui nécessitent conseils et accompagnement
: assurance dépendance, épargne, retraite.

II- 9- Le métier de courtier d’assurance

5
Les métiers de la Banque, de l'Assurance et de la Bourse 2ème Année LAE: TFA

Tout comme pour l’agent d’assurances, le courtier a comme principal objectif la


proposition de contrats d’assurances sur mesure. Contrairement à l’agent d’assurances, il n’est
pas lié à une compagnie d’assurance spécifique; il évalue les offres de différentes compagnies
avant d’offrir la plus adaptée aux meilleures conditions à ses clients qui sont souvent des
indépendants ou des entreprises de petite et moyenne taille. Il sait persuader par son expertise
et sa connaissance des différents produits du marché et exerce ce métier en règle générale à
titre principal.

II- 10- L'Expert


L’expert est bien souvent un représentant indépendant, chargé par une compagnie d’assurance
d’évaluer les dégâts ayant résulté d’un sinistre. Suite à son évaluation, l’assureur procède au
dédommagement du client lésé. L’expert doit disposer aussi bien d’une spécialisation dans
son domaine (i.e. bâtiment, automobile, …) que d’être familiarisé avec les mécanismes
d’indemnisation de chaque compagnie d’assurances le contractant.