Vous êtes sur la page 1sur 165

CATÉCHISME

DE LA

DOCTRINE CHRÉTIENNE

publié par ordre de

S. S. LE PAPE PIE X

traduit et édité en français.

L e t é m o i g n a g e du S e i g n e u r e s t s û r ; il donne
la s a g e s s e a u x p e t i t e . ( P s . XVIII, 8 . )

PARIS
IMPRIMERIE PAUL FERON- VRAU
5, RUE BAYARD, 5
Biblio!èque Saint Libère

http://www.liberius.net
© Bibliothèque Saint Libère 2008.
Toute reproduction à but non lucratif est autorisée.
SEGRETERIA DI STATO
DI SUA SANT1TA Dal Vaticano, le 7 mars 1013,
N° 62 303

T R È S R É V É R E N D SUPÉRIEUR G É N É R A L ,

J'ai le plaisir de porter à votre connaissance que le


Saint-Père, accueillant volontiers votrs demande, a
daigné vous accorder l'autorisation de faire imprimer
et éditer par la Maison de la Bonne Presse la tra-
duction française que vous avez fait préparer du texte
du nouveau Catéchisme prescrit pour le diocèse de
Rome. Sa Sainteté ne doute pus que vous n'apportiez
tons vos soins à rendre cette traduction aussi exacte
et fidèle que possible.

Veuillez agréer, Très Révérend Supérieur Général, la


nouvelle assurance de mes sentiments dévoués en Notre-
Seigneur.

R. Card. MEKRY DEL V A L .

Au Très Révérend Père


Emmanuel Bailly*
Supérieur général des A ugusiins
de l'Assomption*
Rome,

IMPRIMATUR

FR. ALBERTUS LEPIDI, O . F ,


S . P . A P . MAGISTKW
LETTRE DE S. S. PIE X
A U C A R D I N A L - V I C A I R E

approuvant la nouvelle édition, faite par son ordre, du


Catéchisme de la doctrine chrétienne, et la. prescrivant
à toute la province ecclésiastique de Rome.

MONSIEUR LE C A R D I N A L ,

Dès le d é b u t de N o t r e pontificat, Nous Nous s o m m e s


occupé avec le p l u s g r a n d soin de l ' i n s t r u c t i o n reli-
gieuse dit p e u p l e c h r é t i e n , et en p a r t i c u l i e r d e s enfants,
p e r s u a d é q u ' u n e g r a n d e p a r t i e des m a u x q u i affligent
l'Eglise p r o v i e n n e n t de l ' i g n o r a n c e de sa d o c t r i n e et de
ses lofs. Cette d o c t r i n e et ces lois, les e n n e m i s de l'Eglise
les c o n d a m n e n t en b l a s p h é m a n t ce qu'ils ignorent, et
b e a u c o u p de ses fils, l e s c o n n a i s s a n t m a l , v i v e n t comme
s'ils n ' é t a i e n t p a s c a t h o l i q u e s . Aussi avons-Nous insisté
souvent s u r l a s o u v e r a i n e nécessité de r e n s e i g n e m e n t
c a t e c h i s t i q u e , et avons-Nous t r a v a i l l é de t o u t Notre
p o u v o i r à le d é v e l o p p e r p a r t o u t , soit p a r l'Encyclique
Acerbo nimis ( 1 ) et p a r les dispositions q u i r e g a r d e n t
les c a t é c h i s m e s d a n s les p a r o i s s e s , s o i t p a r l e s a p p r o -
b a t i o n s et les e n c o u r a g e m e n t s a u x Congrès c a t é c h i s t i q u e s
et a u x écoles de religion, soit p a r l ' i n t r o d u c t i o n ici, à
R o m e , d u t e x t e d u c a t é c h i s m e en usage d e p u i s l o n g t e m p s
d a n s q u e l q u e s g r a n d e s p r o v i n c e s ecclésiastiques d'Italie.
Toutefois, p l u s i e u r s a n n é e s s'ètant écoulées depuis
lors, les nouvelles difficultés que Ton a p e r f i d e m e n t sou-
levées p o u r e m p ê c h e r t o u t e n s e i g n e m e n t de l a d o c t r i n e
c h r é t i e n n e d a n s les écoles, où il se d o n n a i t d e p u i s des
siècles; l a p r é v o y a n t e a n t i c i p a t i o n , voulue p a r Nous, de
la p r e m i è r e C o m m u n i o n d e s enfants, d ' a u t r e s motifs
encore, o n t fait n a î t r e le d é s i r , qu'on Nous a e x p r i m é ,
d'un c a t é c h i s m e suffisant, q u i fût b e a u c o u p p l u s bref et
plus a d a p t é a u x e x i g e n c e s actuelles. Et Nous a v o n s con-
senti à la r é d u c t i o n de l'ancien c a t é c h i s m e en un caté-
chisme n o u v e a u , b e a u c o u p m o i n s développé, q u e Nous
avons e x a m i n é N o u s - m é m c , et que Nous a v o n s t e n u à
faire e x a m i n e r p a r b e a u c o u p de Nos c o n f r è r e s , les
évoques d'Italie, en les p r i a n t de Nous c o m m u n i q u e r
leur a v i s d'une façon g é n é r a l e , et de Nous i n d i q u e r , en
outre, s u i v a n t l e u r science et l e u r e x p é r i e n c e , les modi-
fications p a r t i c u l i è r e s à i n t r o d u i r e .
(1) E n v o i r le t e x t e l a t i n et u n e t r a d u c t i o n f r a n ç a i s e d a n s les
Questions actuelles, t. LXXIX, p . 2-21.
VI Lettre de S. S. Pie X au Cardinal-Vicaire

A y a n t r e ç u d'eux u n e a p p r é c i a t i o n f a v o r a b l e q u a s i
unanime, ainsi qu'un bon n o m b r e de précieuses obser-
v a t i o n s d o n t N o u s a v o n s o r d o n n é de t e n i r le c o m p t e
qu'il c o n v i e n t , il N o u s s e m b l e n e p a s d e v o i r r e t a r d e r
d a v a n t a g e u n e s u b s t i t u t i o n de t e x t e r e c o n n u e o p p o r t u n e
pour divers motifs. Nous a v o n s d'ailleurs confiance que
le t e x t e n o u v e a u , a v e c l a b é n é d i c t i o n d u S e i g n e u r , s e r a
beaucoup plus commode et aussi avantageux, sinon
p l u s , q u e l ' a n c i e n , s o i t p a r c e q u e le v o l u m e d u l i v r e e t
d e s m a t i è r e s à a p p r e n d r e , t r è s d i m i n u é , ne d é c o u r a g e r a
pas les enfants, déjà surchargés par les p r o g r a m m e s
scolaires, et permettra aux maîtres et aux catéchistes
de le f a i r e a p p r e n d r e e n e n t i e r ; s o i t p a r c e q u e c e l i v r e ,
malgré sa brièveté, explique plus clairement et met
d a v a n t a g e e n r e l i e f l e s v é r i t é s qu'aujourd'hui, p o u r l e
p l u s g r a n d d o m m a g e d e s â m e s e t de l a s o c i é t é , o n
c o m b a t , o u d é f o r m e , o u o u b l i e le p l u s .
Bien plus, les adultes eux-mêmes qui voudraient —
c o m m e ils le devraient de t e m p s en t e m p s pour m i e u x
vivre et m i e u x élever leur famille — raviver dans leur
âme les connaissances fondamentales sur lesquelles
reposent la vie spirituelle et morale du chrétien, ces
a d u l t e s , N o u s l ' e s p é r o n s , t r o u v e r o n t profit et a g r é m e n t
e n c e t t e b r è v e « S o m m e », t r è s s o i g n é e m ê m e d e f o r m e ,
oit i l s v e r r o n t e x p o s é e s t r è s s i m p l e m e n t l e s p r i n c i p a l e s
v é r i t é s d i v i n e s e t l e s p l u s efficaces r é f l e x i o n s c h r é t i e n n e s .
Ce c a t é c h i s m e , e n c o n s é q u e n c e , e t l e s p r e m i e r s élé-
ments que, conformément à Nos instructions, on a
extraits, s a n s changement d'expression, pour l a com-
m o d i t é d e s p e t i t s e n f a n t s , N o u s l ' a p p r o u v o n s p a r l a pré-
s e n t e l e t t r e , e t N o u s l e p r e s c r i v o n s a u d i o c è s e e t à la
p r o v i n c e e c c l é s i a s t i q u e d e R o m e , i n t e r d i s a n t q u e l'on
y suive désormais un autre texte dans l'enseignement
catéchistique.
Q u a n t a u x a u t r e s d i o c è s e s d'Italie, N o u s N o u s c o n t e n -
t o n s d ' e x p r i m e r l e v œ u q u e l e m ê m e t e x t e , j u g é suffisant
par N o u s et par un grand n o m b r e d'Ordinaires, y soit
p a r e i l l e m e n t a d o p t é , afin qu'il s o i t r e m é d i é à l a f u n e s t e
c o n f u s i o n e t à l'ennui q u ' e n t r a î n e n t a u j o u r d ' h u i , p o u r
un très grand n o m b r e , l e s fréquents c h a n g e m e n t s de
domicile; ils trouvent, dans leurs nouvelles résidences,
des formules et d e s t e x t e s n o t a b l e m e n t différents, qu'ils
a p p r e n n e n t a v e c difficulté, t a n d i s q u e , a v e c l e t e m p s ,
ils c o n f o n d e n t e t finissent p a r o u b l i e r ce qu'ils s a v a i e n t
déjà. L e s c o n s é q u e n c e s s o n t p l u s l â c h e u s e s e n c o r e p o u r
les e n f a n t s , c a r r i e n n'est s i c o n t r a i r e a u b o n r é s u l t a t
Lettre de S. S. Pie X au Cardinal-Vicaire vu

d'un e n s e i g n e m e n t c o m m e d e le c o n t i n u e r d a n s u n t e x t e
différent d e c e l u i a u q u e l l'enfant e s t d é j à p l u s o u m o i n s
habitué.
L'introduction du t e x t e n o u v e a u peut entraîner quelques
difficultés p o u r l e s a d u l t e s , p a r c e qu'il s'écarte du pré-
cédent en certaines de s e s formules; pour obvier à ces
i n c o n v é n i e n t s , N o u s o r d o n n o n s qu'à t o u t e s l e s M e s s e s
principales, l e s d i m a n c h e s et fêtes, comme aussi dans
toutes les classes de catéchisme, on récite au commen-
c e m e n t , à h a u t e v o i x , c l a i r e m e n t , p o s é m e n t , l e s pre-
mières prières et l e s autres principales formules. De
cette manière, après quelque temps, tout le monde les
a u r a a p p r i s e s s a n s effort; a i n s i s ' i n t r o d u i r a u n e excel-
l e n t e e t p r é c i e u s e h a b i t u d e d e prière c o m m u n e e t d'in-
s t r u c t i o n q u i , d e p u i s l o n g t e m p s , e s t e n v i g u e u r en b e a u -
c o u p d e d i o c è s e s d'Italie, a v e c g r a n d e édification e t
g r a n d profit.
Nous exhortons vivement dans le Seigneur tous les
catéchistes, maintenant que la brièveté même du texte
f a c i l i t e l e u r t r a v a i l , à s'efforcer d ' e x p l i q u e r e t d e f a i r e
pénétrer dans l'âme des enfants la doctrine chrétienne,
et a v e c d'autant p l u s de s o i n qu'est p l u s g r a n d aujour-
d'hui l e b e s o i n d'une s o l i d e i n s t r u c t i o n r e l i g i e u s e , à
c a u s e d u d é v e l o p p e m e n t q u e p r e n n e n t l ' i m p i é t é e t l'im-
m o r a l i t é . Qu'ils s e r a p p e l l e n t t o u j o u r s q u e l e fruit d u
c a t é c h i s m e d é p e n d p r e s q u e t o t a l e m e n t d u zèle, de l'in-
telligence et du savoir-faire avec lesquels ils réussiront
à en r e n d r e l ' e n s e i g n e m e n t p l u s facile e t p l u s a g r é a b l e
aux élèves.
A n o t r e é p o q u e , l e s e n n e m i s d e l a foi g r a n d i s s e n t
c h a q u e j o u r en n o m b r e e t e n p u i s s a n c e , e t i l s s'en v o n t
p r o p a g e a n t l'erreur p a r t o u s l e s m o y e n s ; N o u s d e m a n -
dons à Dieu q u e , de m ê m e , l e s âmes de bonne volonté
s u r g i s s e n t t r è s n o m b r e u s e s p o u r a i d e r a v e c tin g r a n d
zèle l e s p a s t e u r s , l e s m a î t r e s e t l e s p a r e n t s c h r é t i e n s
dans r e n s e i g n e m e n t , aussi nécessaire q u e noble et fécond,
du catéchisme.
En f o r m a n t c e s o u h a i t , N o u s v o u s a c c o r d o n s de g r a n d
c œ u r , M o n s i e u r l e C a r d i n a l , à v o u s et à t o u s v o s c o o p é -
rateurs en un aussi saint ministère, la Bénédiction
apostolique.
PIE X, P A P E .
D u V a t i c a n , l e 18 o c t o b r e 1912.
(Traduit du texte italien p u b l i c p a r le» Acta apo&tolivte Se dix d u
2 d é c e m b r e 1012, p . WXMi92.)
INDULGENCES
pour les personnes qui enseignent ou étudient la doctrine chrétienne.
Aux parents : Cent jours c h a q u e fois que, d a n s l e u r s
m a i s o n s , ils e n s e i g n e n t l a Doctrine chrétienne à leurs
lils ou a u x d o m e s t i q u e s . ( P a u l V, Bref du 6 o c t o b r e 1607.)
Aux maîtres : Sept ans c h a q u e fois q u e , a u x j o u r s et
fêtes de p r é c e p t e , ils c o n d u i s e n t les élèves a u c a t é c h i s m e
ou le l e u r e n s e i g n e n t . (Pattl V, m ê m e Bref.)
Cent jours c h a q u e fois que, a u x j o u r s fériés, ils l'en-
s e i g n e n t d a n s les écoles. ( P a u l V, m ê m e Bref.)
A tous les fidèles i Cent jours c h a q u e fois qite, p e n d a n t
u n e d e m i - h e u r e , ils é t u d i e n t le c a t é c h i s m e soit p o u r r e n -
seigner, soit p o u r r a p p r e n d r e . ( P a u l V, m ê m e Bref.)
Sept ans et sept quarantaines c h a q u e fois q u e , s'étant
confessés et a y a n t c o m m u n i é , ils a s s i s t e n t a u caté-
chisme, p e n d a n t qu'il est enseigné aux e n f a n t s d a n s les
églises et o r a t o i r e s . ( C l é m e n t XII, Bref du 16 m a i 1736.)
Indulgence plènière : a u x j o u r s de Noël, de P â q u e s et
d e s s a i n t s a p ô t r e s P i e r r e et P a u l , s'ils a s s i s t e n t assi-
d û m e n t au c a t é c h i s m e p o u r r e n s e i g n e r oti p o u r r a p -
p r e n d r e , à c o n d i t i o n q u e , s'étant confesses et a y a n t
c o m m u n i é , ils p r i e n t a u x i n t e n t i o n s du S o u v e r a i n Pon-
tife. ( C l é m e n t XII, m ê m e Bref.)
Trois ans à c h a q u e fête de la Sainte Vierge, s'ils o n t
l ' h a b i t u d e de se r é u n i r d a n s les écoles ou d a n s les
églises p o u r a p p r e n d r e la D o c t r i n e c h r é t i e n n e , à condi-
t i o n de se confesser à ces fêtes. (Pie IX, R e s c r i t de l a
S. Cong. des I n d u l g e n c e s , 18 juillet 1877.)
Sept ans si, de p l u s , ils c o m m u n i e n t . (Pie IX, m ê m e
Rescrit.)

AVERTISSEMENT

L ' a s t é r i s q u e (*) p l a c é d e v a n t les « P r e m i è r e s p r i è r e s


et f o r m u l e s », les « P r e m i è r e s n o t i o n s » et p l u s i e u r s
d e m a n d e s , i n d i q u e qu'elles se t r o u v e n t a u s s i d a n s les
Premiers Eléments de la Doctrine chrétienne, sans
c h a n g e m e n t , à l'usage des p e t i t s e n f a n t s : quelques
r é p o n s e s seules y sont a b r é g é e s , la 113° a une légère
t r a n s p o s i t i o n , et l a 328° l'adjonction des p a r o l e s à la
Messe.
•PREMIÈRES PRIÈRES ET FORMULES
A SAVOIR PAR CŒUR
Alcclifo ces cliosos ot sois-y loul. entier,
afin que 1ns progrès soient évidents poux*
tous. (77m. 3v,

1. — Signe de la croix.

In n o m m e P a t r i s et Filii et Spiritus
Sancti. A m e n .
Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-
Esprit. Ainsi soit-il.
2. — « Credo » ou Symbole des apôtres.

Credo in D e u m P a t r e m o m n i p o t e n t e m ,
C r e a t o r e m cœli et t e r r œ , et in J e s u m Chris-
t u m , Filimii ejuô u n i c u m , D o m i n u m nos-
trtmi, q u i c o n c e p t u s est de S p i r i t u Sancto,
n a t u s ex M a r i a V i r g i n e , p a s s n s s u b P o n t t o
Pilato, crucifixus, m o r t u u s et s e p u l t u s : des-
cendit a d i n f e r o s : t e r t i a die r e s u r r e x i t a
m o r t u i s : a s c e n d i t a d cœlos, sedet a d dex-
t e r a m Dei P a t r i s o n i n i p o t e n t i s : i n d e ven-
t u r u s est j u d i c a r e vivos et m o r t u o s . Credo
in S p i r i t u m S a n c t u m , s a n c t a m Ecclesiam
catholieam, s a n c t o r u m c o m m u n i o n e m , re-
missionem p e c c a t o r u m , c a r n i s r e s n r r e c t i o -
nem, v i t a m œ t e r n a m . A m e n .
Je crois en Dieu le Père tout-puissant,
créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-
Christ, son Fils unique Notre-Seigneur,
2 Premières prières et formules

qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la


Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate,
a été crucifié, est mort et a été enseveli, est
descendu aux enfers; le troisième jour est
ressuscité d'entre les morts, est monté au
ciel, est assis à la droite de Dieu le Père
tout-puissant, d'où il viendra juger les
vivants et les morts. Je crois au Saint-
Esprit, à la sainte Eglise catholique, à la
communion des saints, à la rémission des
péchés, à la résurrection de la chair, à la
vie éternelle. Ainsi soit-il.

3. — « Pater noster »
ou Oraison dominicale.

P a t e r n o s t e r q u i es in cœlis, sanctificetur
n o m e n t u u t n : a d v e n i a t r e g n u m t u u m : fiât
v o l u n t a s t u a , sicut in cselo et in t e r r a - P a n e m
n o s t r u m q u o t i d i a n u m d a n o b i s hodie, et
d i m i t t e n o b i s d é b i t a n o s t r a , sicut et n o s
d i m i t t i m u s d e b i t o r i b u s n o s t r i s ; et ne n o s
i n d u c a s in t e n t a t i o n e m , sed l i b é r a n o s a
malo. Amen.
Notre Père qui êtes aux deux, que votre
nom soit sanctifie, que votre règne arrive,
que votre volonté soit faite sur la terre
comme au ciel. Donnez-nous aujourd'hui
notre pain quotidien, pardonnez-nous nos
offenses comme nous pardonnons à ceux
qui nous ont offensés, et ne nous laissez
pas succomber à la tentation, mais déli-
vrez-nous du mal. Ainsi soit-il.
A savoir p a r cœur 3

4 . — « GLORIA PATRI » .

Gloria P a t r i et Filio et Spiritui Sancto,


sicut e r a t in p r i n c i p i o , et n u n c , et s e m p e r ,
et in sœcula s œ c u l o r u m . A m e n .
Gloire au Père, et au Fils et au Saint-
Esprit, comme il était au commencement,
maintenant et toujours, dans les siècles des
siècles. Ainsi soit-il.
5 . — « A V E MARIA »
o u SALUTATION ANGÉLIQUE.

Ave, Maria, g r a t i a plena : D o m i n u s t e c u m :


benedicta t u in m u l i e r i b u s , et benedictus
fructus v e n t r i s t u i , J é s u s . Sancta Maria,
Mater Dei, o r a p r o n o b i s p e c c a t o r i b u s , n u n c
et in h o r a m o r t i s nostra*. Amen.
Je vous salue, Marie, pleine de grâce; le
Seigneur est avec vous; vous êtes bénie
entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit
de vos entrailles, est béni. Sainte Marie,
Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres
pécheurs, maintenant et à l'heure de notre
mort. Ainsi soit-il.
6 . — « SALVE REGINA » .

Salve, R e g i n a , m a t e r m i s e r icordia?; vita,


dulcedo et s p e s n o s t r a , salve. Ad te clama-
mus, e x s u i e s filii H e v a \ Ad te s u s p i r a m u s
genientes et fientes in h a c l a c r i m a r u m valle.
Eia ergo, a d v o c a t a n o s t r a , illos t u o s , misé-
ricordes o c u l o s a d n o s c o u v e r t e . Et J e s u m ,
benedictum f r u c t u m v e n t r i s t u i , n o b i s p o s t
Premières prières et formules

h o c e x s i l i u m o s t e n d e . O c l e m e n s , o pia,
o dulcis V i r g o M a r i a .
Salut, Reine, Mère de miséricorde; notre
vie, notre douceur et notre espérance, salut.
Nous élevons nos cris vers vous, enfants
d'Eve exilés. Nous soupirons vers vous
avec pleurs et gémissements, en cette vallée
de larmes. Ecoutez-nous donc, ô notre Avo-
cate; tournez vers nous ces regards pleins
de vos miséricordes. Et au terme de cet
exil, montrez-nous le fruit béni de vos
entrailles, Jésus. O clémente, ô pieuse, ô
douce Vierge Marie.
1. — « ANGELE D E I » .

Angele Dei, q u i e u s t o s e s m e i , m e t i b i
c o m m i s s u m p i e t a t e s u p e r n a i l l u m i n a , cu-
s t o d i , r e g e et g u b e r n a . A m e n .
Ange de Dieu, qui êtes mon gardien, par
un bienfait de la divine charité, éclairez-
moi, protégez-moi, dirigez-moi et gouvernez-
moi. Ainsi soit-il.
8. — « REQUIEM ^ETERNAM »,
POUR LES FIDÈLES DÉFUNTS

R e q u i e m œ t e r n a m d o n a eis, D o m i n e , et
l u x p e r p é t u a luccat eis. R e q u i e s c a n t in
pace. Amen,
Donnez-leur le repos éternel, Seigneur,
et que la lumière sans fin brille sur eux.
Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.
À savoir par cœur s

9. — ACTE DE FOI.

Mon Dieu, ]e c r o i s f e r m e m e n t t o u t ce que


vous, infaillible Vérité, avez révélé et que
l'Eglise n o u s p r o p o s e à croire, j e crois
e x p r e s s é m e n t en v o u s , u n i q u e v r a i Dieu en
trois p e r s o n n e s égales et distinctes, P è r e ,
Fils et S a i n t - E s p r i t . Je crois de m ê m e a u
Fils i n c a r n é et m o r t p o u r n o u s , Jésus-Christ,
qui d o n n e r a à c h a c u n , selon ses m é r i t e s , la
récompense ou la p e i n e éternelle. Je v e u x
toujours v i v r e c o n f o r m é m e n t à cette foi. —
Seigneur, a u g m e n t e z m a foi.
10. — ACTE D'ESPÉRANCE.
Mon Dieu, j ' e s p è r e de v o t r e b o n t é , à cause
des p r o m e s s e s et des m é r i t e s de Jésus-Christ
notre S a u v e u r , la vie é t e r n e l l e et les g r â c e s
nécessaires p o u r la m é r i t e r p a r les b o n n e s
œ u v r e s q u e je dois et v e u x accomplir. —
Seigneur, q u e je ne sois p a s é t e r n e l l e m e n t
confondu.
11. — ACTE DE CHARITÉ.
Mon Dieu, je v o u s a i m e de t o u t m o n c œ u r
par-dessus t o u t e s choses, ô Bien infini et
notre é t e r n e l l e félicité; p a r a m o u r p o u r
vous j ' a i m e m o n p r o c h a i n c o m m e moi-même
et je p a r d o n n e les offenses reçues. — Sei-
gneur, faites q u e je v o u s aime t o u j o u r s
davantage.
12. — ACTE DE CONTRITION.
Mon Dieu, je me r e p e n s de mes péchés de
tout m o n c œ u r ; je les h a i s et les déteste
6 Premièras prières et formules

p a r c e qu'ils offensent v o t r e Majesté infinie,


s o n t la cause de la m o r t de v o t r e divin Fils
J é s u s , et c o n s t i t u e n t m a r u i n e s p i r i t u e l l e .
Je ne v e u x p l u s en c o m m e t t r e à l'avenir, et
je m e p r o p o s e d'en fuir les o c c a s i o n s . —
Seigneur, miséricorde, pardonnez-moi.
13. — L E S DEUX MYSTÈRES PRINCIPAUX
DE LA FOL

1° Unité et T r i n i t é de D i e u ; 2° I n c a r n a -
t i o n , P a s s i o n et M o r t de N.-S. J é s u s - C h r i s t .
14. — L E S DEUX COMMANDEMENTS
DE LA CHARITÉ.

1° Tu a i m e r a s le S e i g n e u r t o n Dieu de
t o u t t o n c œ u r , de t o u t e t o n â m e et d e t o u t
t o n e s p r i t ; 2° Tu a i m e r a s t o n p r o c h a i n
comme toi-même.
15. — L E S DIX COMMANDEMENTS DE D I E U
OU DÉCALOGUE.

Je s u i s le S e i g n e u r t o n D i e u :
1. Tu n ' a u r a s p a s d ' a u t r e Dieu q u e m o i .
2. Tu ne p r o n o n c e r a s p a s le n o m de Dieu
en v a i n .
3. Souviens-toi de sanctifier les fêtes.
4. H o n o r e t o n p è r e et ta m è r e .
5. Tu ne t u e r a s p o i n t .
6. Tu ne c o m m e t t r a s p a s d ' a c t e s i m p u r s .
7. Tu ne v o l e r a s p a s .
8. Tu ne d i r a s p a s d e faux t é m o i g n a g e s .
9. Tu ne d é s i r e r a s p a s la f e m m e d ' a u t r u i .
10. Tu ne d é s i r e r a s p a s le b i e n d ' a u t r u i .
A savoir par cœur 1

10. — L E S CINQ COMMANDEMENTS DE L'EGLISE.


1. Entends la Messe les dimanche et autres
fêtes de précepte.
2. Abstiens-toi de viande les vendredi et
autres jours prohibés, et jeûne aux jours
prescrits.
3. Confesse-toi au m o i n s une fois l'an et
communie au m o i n s à Pâques.
4. Subviens a u x nécessités de l'Eglise par
des versements selon les lois ou les usages.
5. Ne célèbre pas solennellement le mariage
aux t e m p s prohibés.
17. — L E S SEPT SACREMENTS.
Le Baptême, la Confirmation, l'Eucharis-
tie, la Pénitence, l'Extrême-Onction, l'Ordre
et le Mariage.
1 8 . — L E S SEPT DONS DU S A I N T - E S P R I T .

La sagesse, l'intelligence, le conseil, la


force, la science, la piété et la crainte de Dieu.
1 9 . — L E S TROIS VERTUS THÉOLOGALES.

La foi, l'espérance, la charité.


20. — L E S QUATRE VERTUS CARDINALES.
La prudence, la justice, la force, la tem-
pérance.
2 1 . — L E S SEPT ŒUVRES
DE MISÉRICORDE CORPORELLE.
1° Donner à manger à ceux qui ont faim;
2° donner à boire a ceux qui ont soif; 3 ° pro-
curer des vêtements à ceux qui sont n u s ;
2
Premières prières et formules

4° et u n l o g e m e n t a u x é t r a n g e r s ; 5° visiter
les i n f i r m e s ; 6° et les p r i s o n n i e r s ; 7° ense-
velir les m o r t s .
2 2 . — L E S SEPT Œ U V R E S
DE MISÉRICORDE SPIRITUELLE.
1° Conseiller les i n c e r t a i n s ; 2 ° i n s t r u i r e
les i g n o r a n t s ; 3° a v e r t i r les p é c h e u r s ; 4° con-
soler les affligés; 5° p a r d o n n e r les offenses;
6° s u p p o r t e r p a t i e m m e n t les p e r s o n n e s désa-
g r é a b l e s ; 7° p r i e r Dieu p o u r les v i v a n t s et
p o u r les m o r t s .
2 3 . — L E S SEPT PÉCHÉS CAPITAUX.

L'orgueil, l ' a v a r i c e , la l u x u r e , la colère,


la g o u r m a n d i s e , l'envie et la p a r e s s e .
24. — L E S SIX PÉCHÉS
CONTRE LE SAINT-ESPRIT.
•1° D é s e s p é r e r d u s a l u t ; 2 ° a v o i r la p r é -
s o m p t i o n de se s a u v e r s a n s m é r i t e s ; 3 ° com-
b a t t r e la v é r i t é c o n n u e ; 4° e n v i e r la g r â c e
d ' a u t r u i ; 5° s ' o b s t i n e r d a n s les p é c h é s ; 6° l'im
p é n i t e n c e finale.
2 5 . — L E S QUATRE PÉCHÉS
QUI CRIENT VENGEANCE DEVANT D I E U .
1° L'homicide v o l o n t a i r e ; 2° le p é c h é i m p u r
contre n a t u r e ; 3° l'oppression des pauvres;
4° f r u s t r e r les o u v r i e r s de l e u r s a l a i r e .
2 6 . — L E S QUATRE FINS DERNIÈRES.
1° La m o r t ; 2 ° le j u g e m e n t ; 3 ° l'enfer; 4 ° le
paradis.
PREMIÈRES NOTIONS DE LA FOI CHRÉTIENNE

Celui qui s'approche tic Dieu doit La vie éternelle, c'est qu'ils vous
croire qu'il existe et qu'il récompense connaissent, vous, le seul vrai Pieu,
ccu* qui le cherchent. (Ilebr. yi } fi.) et Celui que vous avez envové, Jésus-
Christ. (Joaa. xvii, 3 . )

* 1 . Qui nous a créés?


Dieu nous a créés.
* 2 . Qu'est-ce que Dieu?
Dieu est l'être infiniment parfait, Créateur
et Seiajneur du ciel et de la terre.
*3- Que signifie absolument parjail?
Absolument parfait signifie qu'en Dieu
se trouvent toutes les perfections, sans défaut
ët sans limite, car il est puissance, sagesse
et bonté infinies.
* 4 . Que signifie Créateur?
Créateur signifie que Dieu a fait toutes
choses de rien.
* 5 . Que signifie Seigneur?
Seigneur signifie que Dieu est maître
absolu de toutes choses.
* 6 . Dieu a-l-il un corps comme nous?
Dieu n'a pas de corps, mais il est un esprit
absolument pur.
*7. Où est Dieu?
Dieu est au ciel, sur terre et en tous lieux;
il est l'Immense.
*8. Dieu a-l-il toujours été?
Dieu a toujours été et sera toujours; il est
Y Eternel.
10 Premières notions de la foi chrétienne

*9. Dieu connaît-il tout?


Dieu c o n n a î t t o u t ; il est Y Omniscient.
* 1 0 . Dieu peut-il tout Jaire?
Dieu p e u t faire t o u t ce qu'il v e u t ; il est le
To ii t-P ii is s an t.
* 1 1 . Dieu peut-il Jaire le mal?
Dieu ne p e u t p a s faire le m a l , p a r c e qu'il
ne peut pas le vouloir, é t a n t la b o n t é infinie;
m a i s il le tolère p o u r laisser l i b r e s les créa-
t u r e s , s a c h a n t e n s u i t e t i r e r le bien m ê m e
du mal.
* 1 2 . Dieu prend-il soin des choses créées?
Dieu p r e n d soin d e s choses c r é é e s ; il les
c o n s e r v e et les d i r i g e t o u t e s à l e u r p r o p r e
fin, avec sagesse, b o n t é et j u s t i c e infinie; il
est la Providence.
*13- Pour quelle fin Dieu nous a-l-il créés?
Dieu n o u s a créés p o u r le c o n n a î t r e , l'ai-
m e r et le s e r v i r en cette vie et j o u i r de lui
en l ' a u t r e , d a n s le p a r a d i s .
* 1 4 . Qu'est-ce que le paradis?
Le p a r a d i s , c'est la j o u i s s a n c e éternelle de
Dieu, n o t r e félicité, et en Lui de t o u s les
autres biens, sans mélange d'aucun mal.
* 1 5 . Qui mérite le paradis?
Celui-là m é r i t e le p a r a d i s q u i est b o n ,
c'est-à-dire q u i a i m e Dieu, le s e r t fidèlement
et m e u r t d a n s s a g r â c e .
* 1 6 . Les méchants qui ne servent pas Dieu et
meurent en étal de pèche'mortel, que méritent-ils?
Les m é c h a n t s q u i n e s e r v e n t p a s Dieu et
Premières notions de la foi chrétienne il

meurent en état de péché mortel méritent


l'enfer.
*17. Qu'est-ce que l'enfer?
L'enfer, c'est la souffrance éternelle, qui
consiste dans la privation de Dieu, notre
félicité, et d a n s la peine du feu et de tous les
autres m a u x , sans mélange d'aucun bien.
*18. Pourquoi Dieu récompense-t-il les bons
et punit-il les méchants?
Dieu récompense les bons et punit les
méchants, parce qu'il est la justice infinie.
*19. Y a-t-il un seul Dieu?
Il y a un Dieu seul, m a i s en trois Personnes
distinctes, qui sont la Très Sainte Trinité.
*20. Comment s'appellent les trois Personnes
de la Très Sainte Trinité?
Les trois Personnes de la Très Sainte Tri-
nité s'appellent: Père, Fils et Saint-Esprit.
*2i. Des trois Personnes de la Très Sainte
Trinité, y en a-t-il une qui s'est incarnée et faite
homme?
Une des trois Personnes de la Très Sainte
Trinité s'est incarnée et faite h o m m e , la
seconde, c'est-à-dire le Fils.
*22. Comment s'appelle le Fils de Dieu fait
homme?
Le Fils de Dieu fait h o m m e s'appelle Jésus-
Christ.
*23. Qu'est-ce que Jésus-Christ?
Jésus-Christ est la seconde Personne de la
12 Premières notions de la foi chrétienne

T r è s S a i n t e T r i n i t é , le Fils de Dieu fait


homme.
*24. Jésus-Christ est-il Dieu et homme?
Oui, Jésus-Christ est v r a i Dieu et v r a i
homme.
y
*25. Pourquoi le Fils de Dieu s est-il fait
•homme?
Le F i l s de Dieu s'est fait h o m m e p o u r n o u s
s a u v e r , c'est-à-dire p o u r n o u s r a c h e t e r d u
péché et n o u s a c q u é r i r le p a r a d i s .
*26. On a fait Jésus-Christ pour nous sauver?
P o u r n o u s s a u v e r , J é s u s - C h r i s t a satisfait
p o u r n o s péchés en souffrant, en s ' i m m o l a n t
lui-même s u r la C r o i x , et il n o u s a enseigné
à v i v r e selon Dieu.
*27. Pour vivre selon Dieu, que devons-nous
faire ?
P o u r v i v r e selon Dieu, n o u s d e v o n s croire
les vérités révélées par Lui et observer ses
commandements, avec le s e c o u r s de sa
grâce, q u ' o n o b t i e n t p a r le m o y e n des sacre-
ments et la prière.

ORAISON

O Dion, a c c o r d e z - n o u s la g r â c e de p e n s e r et de f a i r e ce q u i
est d r o i t , afin q u e , ne p o u v a n t p a s e x i s t e r s a n s v o u s , n o u s
p a r v e n i o n s à v i v r e selon v o u s . N o u s v o u s en s u p p l i o n s p a r
v o t r e F i l s , J é s u s - C h r i s t , N o t r e - S e i g n e u r . A i n s i soit-il. {Oraison
e
du VIII dimanche après la Pentecôte.)
P R E M I È R E P A R T I E

« CREDO » OU PRINCIPALES VÉRITÉS


DE LA FOI CHRÉTIENNE

Sans la foi, il pst împossîlilo de plairn


à Dieu. (Jïeb, xi, G.)

CHAPITRE PREMIER

Mystères principaux. — Signe de la Croix.


Je crois.

*28. Quelles sont les vérités révélées par Dieu?


Les vérités révélées par Dieu sont princi-
palement celles que résume le Credo ou
Symbole des Apôtres, et qui s'appellent
vérités de foi, parce que nous devons les
croire d'une foi pleine, comme enseignées
par Dieu, qui ne se trompe pas et ne peut
pas tromper.
*29. Ouest-ce que le « Credo » ou Symbole
des Apôtres?
Le Credo ou Symbole des Apôtres est itne
profession des principaux mystères et des
autres vérités révélées de Diett par le moyen
de Jésus-Christ et des Apôtres, et enseignées
par l'Eglise.
3 0 - Qu est-ce qu'un mystère?
Un mystère est une vérité supérieure mais
non contraire à. la raison ; vérité que nous
croyons parce que Dieu l'a révélée.
1
14 I" Partie. — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

*31 • Quels sont les principaux mystères de In


foi professés dans le a Credo »?
Les p r i n c i p a u x m y s t è r e s de la foi professés
d a n s le Credo s o n t au n o m b r e de d e u x :
l ° r U n i t é et T r i n i t é de Dieu; 2° l ' I n c a r n a t i o n ,
la P a s s i o n et la Mort de Notre-Seigneur
Jésus-Christ.
*32. Professons-nous et exprimons-nous en-
core d'une autre manière les deux principaux
mystères de la Joi?
N o u s p r o f e s s o n s et e x p r i m o n s e n c o r e les
d e u x p r i n c i p a u x m y s t è r e s de la foi p a r le
signe de la Croix, q u i est le s i g n e d u c h r é t i e n .
*33. Comment fait-on le signe de la Croix?
O n fait le signe de la C r o i x en p o r t a n t la
m a i n d r o i t e a u front et en d i s a n t : Au nom
du Père; p u i s à la p o i t r i n e , en d i s a n t : Et du
Fils; e n s u i t e à l'épaule g a u c h e et à l'épaule
d r o i t e , en d i s a n t : Et du Saint-Esprit; on
t e r m i n e p a r les p a r o l e s : Ainsi soit-il.
*34. Dans le signe de la Croix, comment
exprimons-nous les deux principaux mystères
de la, foi?
D a n s le signe de la Croix, n o u s e x p r i m o n s
par les paroles l'Unité et la T r i n i t é de Dieu,
et par la figure de la Croix la P a s s i o n et
la Mort de Notre-Seigneur J é s u s - C h r i s t .
3 5 . Est-il utile de Jaire le signe de la Croix?
Il est t r è s utile de faire s o u v e n t et avec
d é v o t i o n le signe de la Croix, p a r c e que c'est
u n acte e x t é r i e u r de foi qui r a v i v e en n o u s
Chap. II. — Unité et Trinité de Dieu. 15

cette vertu, triomphe du respect humain et


des tentations, et nous obtient des grâces
de Dieu.
36. Quand est-il bien de faire le signe de la
Croix?
Il est toujours bien de faire le signe de la
Croix, m a i s spécialement avant et après tout
acte de religion, avant et après le repas,
avant et après le sommeil, et dans tous les
dangers de l'âme et du corps.

CHAPITRE II

Unité et Trinité de Dieu.


Je crois en Dieu, ïe Père tout-puis-
sanl ; en Jésus-Christ, son Fils unique,
Notre-Seigncur , et au Saint-Esprit.

37. Que sic/ni. fie Unité de Dieu?


Unité de Dieu signifie qu'il y a un seul
Dieu.
38. Que signifie Trinité de Dieu?
Trinité de Dieu signifie qu'en Dieu il y a
trois Personnes égales, réellement distinctes :
le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
39. Que signifie trois Personnes réellement
distinctes ?
Trois Personnes réellement distinctes
signifie qu'en Dieu une Personne n'est pas
l'autre, bien que toutes trois soient un seul
Dieu.
rc
10 I Partie. — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

4 0 . Comprenons-nous comment les trois Per-


sonnes divines, bien que réellement distinctes y

sont un seul. Dieu?


Nous ne c o m p r e n o n s p a s et n e p o u v o n s
c o m p r e n d r e c o m m e n t les t r o i s P e r s o n n e s
d i v i n e s , bien q u e r é e l l e m e n t d i s t i n c t e s , s o n t
u n seul D i e u ; c'est u n m y s t è r e .
*4Î. Quelle est la première Personne de la
Très Sainte Trinité?
La p r e m i è r e P e r s o n n e de la T r è s S a i n t e
T r i n i t é est le P è r e .
* 4 2 . Quelle est la seconde Personne de la Très
Sainte Trinité?
La seconde P e r s o n n e de la T r è s Sainte
T r i n i t é est le F i l s .
*43. Quelle est la troisième Personne de la
Très Sainte Trinité?
La t r o i s i è m e P e r s o n n e de la T r è s S a i n t e
T r i n i t é est le S a i n t - E s p r i t .
4 4 . Pourquoi le Père est-il la première Per-
sonne de la Très Sainte Trinité?
Le P è r e est la p r e m i è r e P e r s o n n e de la
T r è s S a i n t e T r i n i t é p a r c e qu'il ne p r o c è d e
p a s d ' u n e a u t r e P e r s o n n e , et q u e de Lui p r o -
c è d e n t les d e u x a u t r e s : le F i l s et le Saint-
Esprit.
4 5 . Pourquoi le Fils est-il la, seconde Per-
sonne de la, Très Sainte Trinité?
Le F i l s est la seconde P e r s o n n e de la T r è s
S a i n t e T r i n i t é p a r c e qu'il est e n g e n d r é p a r
Chap. II, — Unité et Trinité de Dieu. 17
r~—— • " • • —

le Père, et q u ' i l est, avec le P è r e , principe


de l'Esprit-Saint.
46. Pourquoi le Saint-Esprit est-il la irai*
sième Personne de la, Très Sainte Trinité?
Le Saint-Esprit est la t r o i s i è m e P e r s o n n e
de la T r è s S a i n t e T r i n i t é p a r c e qu'il procède
du P è r e et d u F i l s .
*47. Chacune des Personnes delà Très Sainte
Trinité est-elle Dieu ?
Oui, c h a c u n e d e s P e r s o n n e s de la Très
Sainte T r i n i t é est Dieu.
48 Si chacune des Personnes divines est Dieu,
les trois Personnes divines sont donc trois dieux?
Les t r o i s P e r s o n n e s d i v i n e s ne s o n t pan
trois d i e u x , c a r elles o n t u n e m ê m e et
unique n a t u r e ou s u b s t a n c e divine.
49- Les trois Personnes divines sont-elfes
égales^ on en est-il une plus grande, plus puis-
sante et plus sage?
Les t r o i s P e r s o n n e s d i v i n e s é t a n t u n seul
Dieu, s o n t é g a l e s en t o u t ; t o u t e s les per-
fections et o p é r a t i o n s l e u r s o n t é g a l e m e n t
c o m m u n e s ; c e p e n d a n t , c e r t a i n e s perfections
et les œ u v r e s c o r r e s p o n d a n t e s sont a t t r i -
buées à l'une p l u s qu'à l ' a u t r e ; ainsi on
attribue a u P è r e la p u i s s a n c e et la c r é a t i o n ,
50- Le Père an moins a été avant le Fils et
le Saint-Esprit ?
Le P è r e n ' a p a s été a v a n t le F i l s et le
Saint-Esprit, c a r T u n i q u e n a t u r e divine q u i
,c
18 I Partie. — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

est éternelle l e u r é t a n t c o m m u n e , les t r o i s


P e r s o n n e s d i v i n e s s o n t é g a l e m e n t éter-
nelles.

CHAPITRE III

Création du m o n d e . — Origine et chute


d e l'homme.
Je crois en Dieu , créateur du ciel
et de la terre.

51. Pourquoi Dieu est-il appelé Créateur du


ciel et de la terre ?
Dieu est a p p e l é Créateur du ciel et de la
terre, c'est-à-dire d u m o n d e , p a r c e qu'il l'a
fait de r i e n , et q u e , faire de r i e n , c'est créer.

52. Le inonde est-il tout entier Vœuvre de Dieu ?


Le m o n d e est t o u t e n t i e r l ' œ u v r e de Dieu,
et sa g r a n d e u r , s a b e a u t é , son o r d r e merveil-
l e u x n o u s m o n t r e n t la p u i s s a n c e , la sagesse
et la b o n t é infinies d u C r é a t e u r .

*53. Dieu a-t-il seulement créé ce qui est maté-


riel dans le monde?
Dieu n ' a p a s s e u l e m e n t créé ce q u i est
m a t é r i e l d a n s le m o n d e , m a i s e n c o r e les p u r s
e s p r i t s , et il crée l'âme de t o u t h o m m e .

*54. Qu est-ce que les purs esprits?


Les p u r s e s p r i t s s o n t d e s ê t r e s intelli-
gents sans corps.
Ghap. III. — Création du monde. — Origine et chute de l'homme. 1£

55. Comment savons-nous qu'il existe des


purs esprits créés?
Qu'il e x i s t e de p u r s e s p r i t s créés, n o u s le
savons p a r la foi.
56. Quels purs esprits créés nous fait con-
naître la foi?
La foi n o u s fait c o n n a î t r e les p u r s e s p r i t s
bons, qui s o n t les a n g e s ; et les m a u v a i s ,
qui sont les d é m o n s .
*57. Qu'est-ce que les Anges?
Les A n g e s s o n t les m i n i s t r e s invisibles de
Dieu et a u s s i n o s g a r d i e n s , car Dieu a confié
chacun de n o u s à l'un d ' e n t r e eux.
58. Avons-nous des devoirs envers les Anges?
Envers les A n g e s , n o u s a v o n s le devoir
de les v é n é r e r ; e n v e r s l'Ange G a r d i e n , n o u s
avons de p l u s celui de la r e c o n n a i s s a n c e ,
d'écouter ses i n s p i r a t i o n s et de ne j a m a i s
offenser sa p r é s e n c e p a r le péché.
*59. Qu'est-ce que les démons?
Les d é m o n s s o n t des a n g e s révoltés c o n t r e
Dieu p a r o r g u e i l , p r é c i p i t é s p a r suite d a n s
l'enfer, et q u i , p a r h a i n e de Dieu, t e n t e n t
l'homme a u m a l .
*60. Qu'est-ce que l'homme?
L ' h o m m e est u n ê t r e r a i s o n n a b l e composé
d'une â m e et d ' u n c o r p s .
*61. Qu est-ce que l'âme?
L'àme est la p a r t i e s p i r i t u e l l e de l ' h o m m e ,
par laquelle il vit, c o m p r e n d , est l i b r e , et
20 r° Partie. — « Credo » ou principales vérités do ia foi chrétienne.

se t r o u v e des l o r s c a p a b l e de c o n n a î t r e ,
a i m e r et s e r v i r Dieu.
*62. Uâme de Vhomme meurt-elle avec le
corpr,?
L'a me de r i i o m m e ne m e u r t p a s avec le
c o r p s , m a i s vit é t e r n e l l e m e n t , c a r elle est
spirituelle.
*63. Quel soin faut-il avoir de son âme?
Il faut a v o i r de son â m e le p l u s g r a n d soin,
p a r c e qu'elle est la p a r t i e la m e i l l e u r e de
nous-même, qu'elle est i m m o r t e l l e , et que
c'est s e u l e m e n t e n s a u v a n t n o t r e â m e q u e
nous serons éternellement heureux.
9
64. Comment l homme est-U libre?
L ' h o m m e est l i b r e en ce qu'il p e u t faire
u n e chose et n e p a s la faire, ou en faire u n e
p l u t ô t q u ' u n e a u t r e , c o m m e n o u s en a v o n s
bien conscience e n n o u s - m ê m e s .
65. Si Vhomme est libre, peut-il faire aussi
le mal?
L ' h o m m e peut faire m ê m e le m a l , en ce
s e n s qu'il en est c a p a b l e ; m a i s il ne doit pas
le faire, p r é c i s é m e n t p a r c e q u e c'est m a l ; la
l i b e r t é ne doit s e r v i r q u ' a u seul b i e n .
66. Quels furent le premier homme et la pre-
mière femme?
Le p r e m i e r h o m m e et la p r e m i è r e femme
furent A d a m et Eve, créés d i r e c t e m e n t p a r
Dieu ; d'eux d e s c e n d e n t t o u s les a u t r e s
h o m m e s ; d'où l e u r n o m de premiers parents.
Chap. III. — Création du monde. — Origine et chute de l'homme. 2J

67. L'homme fut-il crée faible et malheureux


tomme nous le sommes maintenant?
L'homme ne fut pas créé faible et malheu-
reux comme n o u s le s o m m e s maintenant,
mais dans un état heureux, avec une destinée
et des dons supérieurs à la nature humaine.
68. Quelle destinée l'homme reçut-il de Dieu?
L'homme reçut de Dieu la très haute des-
tinée de le voir et de jouir éternellement de
lui, Bien infini; et comme cela est entière-
ment supérieur à la capacité de la nature,
l'homme reçut en même t e m p s , pour y
atteindre, une puissance surnaturelle qui
s'appelle la grâce.
69. Outre la grâce, quel autre don Dieu
avait-il conféré à Thomme ?
Outrela grâce, Dieu avait conféré à l'homme
l'exemption des faiblesses, des misères de
la vie et de la nécessité de mourir, à la con-
dition de ne point pécher. Malheureusement
Adam, le chef de l'humanité, commit le
péché en mangeant du fruit défendu.
70. Quel péché fut celui d'Adam?
Le péché d'Adam fut un péché grave d'or-
gueil et de désobéissance.
71. Quels malheurs causa le péché d'Adam?
Le péché d'Adam le dépouilla, lui et tous
les hommes, de la grâce et de tous les autres
dons surnaturels; il les assujettit au péché,
au démon, à la mort, â l'ignorance, aux
mauvaises inclinations et à toutes les autres
misères; enfin il les exclut du paradis.
ic
22 I Partie. — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

7 2 . Comment s'appelle le péché auquel la


faute cl Adam assujettit les hommes?
Le péché a u q u e l la faute d ' A d a m assujettit
les h o m m e s s'appelle originel, p a r c e que,
c o m m i s a u d é b u t de l ' h u m a n i t é , il se t r a n s m e t
avec la n a t u r e à t o u s les h o m m e s d a n s leur
origine.
7 3 . En quoi consiste le péché originel?
Le péché o r i g i n e l consiste d a n s la p r i v a -
tion de la g r â c e originelle que, selon la dis-
p o s i t i o n de Dieu, nous devrions avoir, m a i s
que n o u s n ' a v o n s p a s , p a r c e que le chef de
l'humanité, p a r sa d é s o b é i s s a n c e , s'en est
p r i v é lui-même, et n o u s en a p r i v é s , n o u s
t o u s ses d e s c e n d a n t s .

7 4 . Comment donc le péché originel est-il


volontaire, et, par conséquent, faute pour nous?
Le péché o r i g i n e l est volontaire, et, p a r
c o n s é q u e n t , faute p o u r n o u s , en ceci seule-
m e n t que le chef de l'humanité le c o m m i t
volontairement; et c'est p o u r q u o i Dieu n'in-
flige p a s de c h â t i m e n t , m a i s s i m p l e m e n t il
n e d o n n e p a s la r é c o m p e n s e d u ciel à celui
q u i est u n i q u e m e n t souillé d u péché o r i g i n e l .

7 5 . L'homme, à cause du péché originel,


devait-il demeurer exclu pour toujours du
paradis?
L ' h o m m e , â c a u s e d u péché o r i g i n e l , devait
d e m e u r e r exclu p o u r t o u j o u r s du p a r a d i s ,
si Dieu, p o u r le s a u v e r , n ' a v a i t p r o m i s et
envoyé du ciel son p r o p r e Fils, J é s u s - C h r i s t .
Ghap. IV. — Incarnation. — Passion et Mort du Fils de Dieu. 23

CHAPITRE IV
Incarnation. — P a s s i o n et M o r t
du F i l s de D i e u .
Je croîs en Jésus-Guristj son Fila
unique, Notrc-Snîgncur, qui a été conçu
du Saint-Esprit, est né de la Vierge
Marie, a souffert sous Ponce-Pilatc, a éto
crucifié, est mort, est descendu aux enfers.
Je troisième joui* est ressuscité d'entre les
morLs, est monte au ciel, est assis à la
droite de Dieu le Père tout-puissant.

*76. Gomment le Fils de Dieu s'est-il fait


homme ?
Le Fils de Dieu s'est fait homme en prenant
un corps et une âme semblables aux nôtres,
dans le sein très pur de la Vierge Marie,
par l'opération d u Saint-Esprit.
*77. Le Fils de Dieu, en se faisant homme ^
a-t-il cesse d'être Dieu?
Le Fils de Dieu, en se faisant homme, n'a
pas cessé d'être D i e u ; m a i s restant vrai
Dieu, il est devenu aussi vrai homme.
78. Il y a donc deux natures en Jésus-Christ?
Il y a deux natures en Jésus-Christ : la
nature divine et la nature humaine.
79. Avec les deux natures, y a-t-il aussi en
Jésus-Christ deux personnes?
Avec les d e u x natures il n'y a pas en Jésus-
Christ deux personnes, mais une seule, la
personne du Fils de Dieu.
a
24 I" Partie. — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

80. Comment Jésus-Christ fut-il reconnu


pour Fils de Dieu?
Jésus-Christ fut reconnu pour Fils de Dieu
parce que Dieu le Père le proclama tel au
Baptême et à la Transfiguration, en disant :
« Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j'ai
m i s m e s complaisances », et parce que Jésus-
Christ se déclara tel durant sa vie mortelle.
Qlatth. m , 17; Luc. ix, 35.)
8 1 . Jésus-Christ a-t-il toujours été?
Jésus-Christ, c o m m e Dieu, a toujours été;
comme homme, il a commencé d'être au
m o m e n t de l'Incarnation.
*82. De qui /ésus-Clirist est-il né?
Jésus-Christ est né de Marie, toujours
Vierge, qui pour cela s'appelle, et est en
réalité Mère de Dieu.
*83. Saint Joseph ne fut-il pas le père de
Jésus-Christ ?
Saint Joseph ne fut pas le vrai père de
Jésus-Christ, m a i s son père putatif; c'est-
à-dire que, époux de Marie et gardien de
Jésus-Christ, il fut réputé père de celui-ci
sans être tel.
*84. Où. Jésus-Christ est-il né?
Jésus-Christ est né à Bethléem, d a n s une
étable, et il fut posé dans une crèche.
*85. Pourquoi Jésus-Christ a-l-il voulu être
pauvre?
Jésus-Christ a voulu être pauvre pour nous
apprendre à être h u m b l e s et â ne point
Chap. IV. — Incarnation. — Passion et Mort du Fils de Dieu. 28

placer le bonheur dans les richesses, dans


les honneurs et d a n s les plaisirs du monde.
86. Ou a fait Jésus-Christ dans sa vie ter-
resire?
Jésus-Christ, d a n s sa vie terrestre, nous
a enseigné par l'exemple et par la parole
à vivre selon Dieu, et il a confirmé sa doc-
trine par des miracles; enfin, pour effacer
le péché, nous réconcilier avec Dieu et nous
ouvrir le ciel, il s'est sacrifié sur la croix,
«Médiateur unique entre Dieu et les hommes».
(I Tim. il, 5 . )
87. Qu'est-ce cpie le miracle?
Le miracle est un fait sensible, supérieur
à toutes les forces ou lois de la nature, et
qui, par conséquent, ne peut avoir pour
auteur que Dieu, Maître de la nature.
88. Par quels miracles spécialement Jésus-
Christ a-t-il confirmé sa doctrine et démontré
qu'il est vrai Dieu ?
Jésus-Christ a confirmé sa doctrine et
démontré qu'il est Dieu, spécialement en
rendant en un instant la vue aux aveugles,
l'ouïe aux sourds, la parole aux muets, la
santé à toute sorte d'infirmes, la vie aux
morts; en commandant en maître aux dé-
mons et a u x forces de la nature; et par
dessus tout en ressuscitant d'entre les morts.
*89. Jésus-Christ esl-il mort comme Dieu ou
comme homme?
Jésus-Christ est mort comme homme, car
26 I re
P a r t i e . — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

c o m m e Dieu il ne p o u v a i t ni souffrir ni
mourir.
*90. Qu'est-il advenu de Jésus-Christ après
sa mort?
A p r è s la m o r t , J é s u s - C h r i s t , en s o n â m e ,
est d e s c e n d u a u x L i m b e s , a u p r è s d e s â m e s
d e s j u s t e s m o r t s a u p a r a v a n t , p o u r les con-
d u i r e à sa suite d a n s le ciel; p u i s il est res-
suscité, r e p r e n a n t son c o r p s , q u i a v a i t été
enseveli.

9 1 . Combien de temps le corps de Jésus-


Christ est-il resté dans le sépulcre?
Le c o r p s de J é s u s - C h r i s t est r e s t é d a n s le
s é p u l c r e t r o i s j o u r s i n c o m p l e t s , d e p u i s le
soir d u v e n d r e d i j u s q u ' à l'aube d u j o u r qui
s'appelle m a i n t e n a n t le d i m a n c h e de P â q u e s .

*92. Qua fait Jésus-Christ après sa résur-


rection ?
J é s u s - C h r i s t , a p r è s sa r é s u r r e c t i o n , est
r e s t é q u a r a n t e j o u r s s u r la t e r r e ; il est
e n s u i t e m o n t é a u ciel, où il est a s s i s à la
d r o i t e de Dieu le P è r e t o u t p u i s s a n t .

9 3 . Pourquoi Jésus-Christ, après sa résur-


rection, est-il resté quarante jours sur la terre?
Jésus-Christ, a p r è s sa r é s u r r e c t i o n , est
r e s t é q u a r a n t e j o u r s s u r la t e r r e , p o u r mon-
t r e r qu'il était v r a i m e n t r e s s u s c i t é , pour
confirmer ses disciples d a n s la foi en Lui et
les i n s t r u i r e p l u s p r o f o n d é m e n t d e sa doc-
trine.
Chap. V. — Venue de J.-C. à la ta du monde. — Les deux jugements. 2 1

*94. A. présent Jésus-Christ est-il seulement


au ciel?
A présent Jésus-Christ n'est pas seulement
au ciel; mais, comme Dieu, il est en tout
lieu; et comme Dieu et homme il est au ciel
et dans le Saint Sacrement de l'autel.

CHAPITRE V

Venue de Jésus-Christ à la fin du monde.


Les deux jugements :
l'un particulier, l'autre général.
.....D'où il viendra juger les vivants ef
les morts.

*95. Jésus-Christ ne reviendra-t-il jamais


visiblement sur la terre ?
Jésus-Christ reviendra visiblement sur la
terre à la fin du monde pour juger les vivants
et les morts, c'est-à-dire tous les hommes,
bons et mauvais.
*96. Jésus-Christ, pour nous juger, attendra-
t-il jusqu'à la fin du monde?
Jésus-Christ, pour nous juger, n'attendra
pas jusqu'à la fin du monde, mais il jugera
chacun aussitôt après la mort.
97. Y a-t-il deux jugements?
Il y a deux jugements : l'un particulier,
pour chaque âme, aussitôt après la mort;
l'autre universel, pour tous les hommes, à
la fin du monde.
!P
2fl I Partie. — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

*98. Sur quoi Jésus-Christ nous juger a A-il?


Jésus-Christ n o u s j u g e r a s u r le b i e n et le
mal o p é r é s p e n d a n t la vie, et a u s s i s u r les
pensées et les o m i s s i o n s .
9 9 . Après le jugement particulier que devient
rame?
A p r è s le j u g e m e n t p a r t i c u l i e r , F a m é , si
elle est s a n s péché et s a n s d e t t e d ' e x p i a t i o n ,
va en p a r a d i s ; si elle a q u e l q u e péché véniel
ou q u e l q u e d e t t e d ' e x p i a t i o n , elle v a en pur-
g a t o i r e j u s q u ' à ce qu'elle ait satisfait; si
elle est en état de péché m o r t e l , elle va,
rebelle i m p é n i t e n t e , a u feu de l'enfer.
1 0 0 . Où vont les enfants morts sans baptême?
Les e n f a n t s m o r t s s a n s b a p t ê m e v o n t a u x
L i m b e s , où il n'y a ni r é c o m p e n s e s u r n a t u -
relle n i p e i n e ; car, souillés d u p é c h é ori-
ginel, et de celui-là seul, ils ne m é r i t e n t ni
le p a r a d i s ni n o n p l u s l'enfer ou le p u r g a -
toire.
* 1 0 1 . Qu est-ce que le purgatoire?
Le p u r g a t o i r e est la souffrance temporaire
c o n s i s t a n t d a n s la p r i v a t i o n de Dieu et en
d ' a u t r e s peines q u i purifient l ' â m e de t o u t
r e s t e de péché p o u r la r e n d r e d i g n e de v o i r
Dieu.
1 0 2 . Pouvons-nous soulager et même déli-
vrer les âmes des peines du purgatoire?
Nous p o u v o n s s o u l a g e r et m ê m e d é l i v r e r
les â m e s des p e i n e s d u p u r g a t o i r e p a r les
suffrages, c'est-à-dire p a r les p r i è r e s , les
Chap. VI. — L'Eglise catholique. — La communion des Saints. 20

indulgences, l e s a u m ô n e s et autres bonnes


œuvres, et surtout par la sainte Messe.

103. Est-il certain que le paradis et Venfer


existent?
Il est certain que le paradis et l'enfer
existent : Dieu l'a révèle, promettant sou-
vent attx b o n s la vie et le bonheur éternels,
et menaçant les méchants de la perdition et
du feu éternels.

104. Combien dureront le paradis et Venfer?


Le paradis et l'enfer dureront éternelle-
ment.

CHAPITRE VI

L'Église catholique. — La communion


des Saints.
Jn crois la Sainte Eglise catholique,
ïa communion des saints.

1 0 5 . Qu'est-ce que l'Eglise?


L'Eglise est la société des vrais chrétiens,
c'est-à-dire des baptisés qui professent la foi
et la doctrine de Jésus-Christ, participent à
ses sacrements et obéissent aux Pasteurs
établis par Lui.

*106. Par qui a été fondée l'Eglise?


L'Eglise a été fondée par Jésus-Christ, qui
réunit ses fidèles en une société, la soumit
aux Apôtres, avec saint Pierre pour chef,
re
30 I Partie. — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

et lui d o n n a le sacrifice, les s a c r e m e n t s et


l'Esprit-Saint qui la vivifie.

*107. Quelle est l'Eglise de Jésus-Christ?


L'Eglise de J é s u s - C h r i s t est l'Eglise Catho-
lique R o m a i n e , car elle seule est une, sainte,
catholique et apostolique, c o m m e Lui-même
l'a v o u l u e .

1 0 8 . Pourquoi dites-vous que //Eglise est une?


L'Eglise est u n e p a r c e q u e t o u s ses m e m b r e s ,
f o r m a n t tous ensemble un seul corps, le
c o r p s mystique de J é s u s - C h r i s t , o n t eu et
a u r o n t t o u j o u r s la m ê m e foi, le m ê m e sacri-
fice, les m ê m e s s a c r e m e n t s et le m ê m e Chef
visible, le Pontife r o m a i n , s u c c e s s e u r de
saint Pierre.

1 0 9 . Pourquoi dites-vous que l'Eglise est


sainte?
L'Eglise est s a i n t e p a r c e q u e s o n t s a i n t s
Jésus-Christ, son Chef i n v i s i b l e et l'Esprit
qui la vivifie; p a r c e q u ' e n elle s o n t s a i n t s le
sacrifice, les s a c r e m e n t s et la d o c t r i n e ; p a r c e
que t o u s ses m e m b r e s s o n t a p p e l é s à se
sanctifier, et q u e r é e l l e m e n t b e a u c o u p ont
été s a i n t s , le s o n t et le s e r o n t .

1 1 0 . Pourquoi dites-vous que VEg lise est


catholique?
L'Eglise est c a t h o l i q u e ou u n i v e r s e l l e ,
p a r c e qu'elle a été instituée p o u r tous les
h o m m e s , adaptée à tous et répandue sur
toute la t e r r e .
Chap. VI. — L'Eglise catholique. — La communion des Saints. 31

1 1 1 . Pourquoi dites-vous que VEglise est


apostolique ?
L'Eglise est a p o s t o l i q u e p a r c e qu'elle est
fondée s u r les Apôtres et s u r l e u r prédica-
tion, et g o u v e r n é e p a r l e u r s successeurs, les
P a s t e u r s légitimes q u i , s a n s i n t e r r u p t i o n et
sans a l t é r a t i o n , c o n t i n u e n t de t r a n s m e t t r e
et la d o c t r i n e et le p o u v o i r .

*112. Quels sont les Pasteurs légitimes de


V Eglise?
Les P a s t e u r s légitimes de l'Eglise sont le
Pape ou S o u v e r a i n Pontife, et les Evêques
en u n i o n avec lui.

*113. Ouest-ce que le Pape?


Le P a p e est le s u c c e s s e u r de s a i n t P i e r r e
sur le siège de R o m e et d a n s sa primauté,
c'est-à-dire d a n s l ' a p o s t o l a t et l'épiscopat uni-
versels. Il est a i n s i le chef visible de toute
l'Eglise (appelée p o u r ce motif Catholique
Romaine) et le Vicaire de Jésus-Christ, qui
en est le chef invisible.

*114. Que constituent le Pape et les Evêques


unis avec lui?
Le P a p e et les E v ê q u e s u n i s avec lui con-
stituent l'Eglise enseignante, a i n s i appelée
parce qu'elle a r e ç u de Jésus-Christ la mis-
sion d'enseigner les v é r i t é s et les lois divines
à tous les h o m m e s , q u i en reçoivent seule-
ment p a r elle la pleine et sûre c o n n a i s s a n c e
nécessaire p o u r v i v r e c h r é t i e n n e m e n t .
e
32 V Partie. — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

*115. L'Eglise enseignante peut-elle errer


dans Venseignement des vérités révélées par Dieu ?
L'Eglise enseignante ne peut pas errer
dans l'enseignement des vérités révélées par
Dieu; elle est infaillible, car, selon la pro-
messe de Jésus-Christ, « l'Esprit de vérité »
l'assiste continuellement. (Joan. xv, 26.)

* 116. Le Pape peut-il errer quand il enseigne,


lui seul, les vérités révélées par Dieu ?
Le Pape ne peut pas errer quand il enseigne,
lui seul, les vérités révélées par D i e u ; il est
infaillible comme l'Eglise, lorsque, comme
Pasteur et Maître de tous les chrétiens, il
définit l e s doctrines touchant la foi ou les
mœurs.
117. En dehors de l'Eglise catholique romaine,
une autre Eglise peut-elfe être VEglise de Jésus-
Christ ou du moins en Jaire partie?
En dehors de l'Eglise Catholique Romaine,
aucune Eglise ne peut être l'Eglise de Jésus-
Christ ou en faire partie, car aucune autre
ne peut avoir en m ê m e temps qu'elle les
notes distinctives qui caractérisent la véri-
table Eglise, et qui sont l'unité, la sainteté,
la catholicité et Yapostolicité. Défait, aucune
des autres Eglises soi-disant chrétiennes ne
possède ces notes.

118. Pourquoi Jésus-Christ a-f-il institué


l'Eglise?
Jésus-Christ a institué l'Eglise pour que
tes h o m m e s trouvent en elle le guide sur et
Chap. VI. — L'Eglise catholique. — La communion des Saints. 33

les moyens p o u r a r r i v e r à la sainteté et au


salut éternel.
119. Quels sont les moyens de sainteté et de
salut éternel qui se trouvent dans VEglise?
Les m o y e n s de s a i n t e t é et de s a l u t éternel
qui se t r o u v e n t d a n s l'Eglise s o n t la vraie
foi, le sacrifice, les sacrements et les secours
spirituels r é c i p r o q u e s , tels que la p r i è r e ,
le conseil, l'exemple,
1 2 0 . Les moyens de sainteté et de salut sont-ils
communs à tous les hommes?
Les m o y e n s de s a i n t e t é et de s a l u t sont
communs à t o u s les h o m m e s a p p a r t e n a n t à
l'Eglise, c'est-à-dire a u x fidèles qui, d a n s les
écrits a p o s t o l i q u e s , s o n t appelés saints; leur
communion ou p a r t i c i p a t i o n à ces m o y e n s
est, dès l o r s , u n e communion des saints à
des choses s a i n t e s .
1 2 1 . Pourquoi appclle-l-on saints les fidèles
qui font partie de l'Eglise?
On appelle saints les iidèles qui font p a r t i e
de l'Eglise p a r c e q u ' i l s sont c o n s a c r é s à
Dieu, justifiés ou sanctifiés p a r les sacre-
ments, et obligés de m e n e r u n e vie sainte.
1 2 2 . One signifie connu union des saints?
Communion des saints signifie que t o u s
les fidèles, f o r m a n t u n seul c o r p s en Jésus-
Christ, profitent de t o u t le bien qu'il y a et
de t o u t celui qui se fait d a n s le c o r p s lui-
même, q u i est l'Eglise u n i v e r s e l l e , à m o i n s
d'en ê t r e e m p ê c h é s p a r l'affection au péché.
34 I " Partie. — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

1 2 3 . Les bienheureux du paradis et les âmes


du purgatoire sont-ils dans la communion des
saints?
Les b i e n h e u r e u x d u p a r a d i s et les â m e s
d u p u r g a t o i r e s o n t e u x a u s s i d a n s la com-
m u n i o n d e s s a i n t s , car u n i s e n t r e e u x et
avec n o u s p a r la c h a r i t é , les u n s reçoivent
n o s p r i è r e s , les a u t r e s n o s suffrages, et t o u s ,
en r e t o u r , i n t e r c è d e n t p o u r n o u s a u p r è s de
Dieu.

1 2 4 . Qui est hors de la communion des saints?


Celui-là est h o r s de la c o m m u n i o n d e s
s a i n t s q u i est h o r s de l'Eglise, t e l s les dam-
nés, les infidèles, les Juifs, les h é r é t i q u e s ,
les a p o s t a t s , les s c h i s m a t i q u e s et les excom-
muniés.
1 2 5 . Ouest-ce que les infidèles?
Les infidèles s o n t les n o n - b a p t i s é s qui ne
croient en a u c u n e m a n i è r e au S a u v e u r p r o -
m i s , c'est-à-dire a u Messie ou Christ; tels
sont les i d o l â t r e s et les m a h o m é t a n s .

126- Qu'est-ce que les Juifs?


Les Juifs s o n t les non-baptisés q u i p r o -
fessent la loi de Moïse et ne croient p a s que
Jésus-Christ est le Messie ou C h r i s t p r o m i s .

1 2 7 . Qu'est-ce que les hérétiques?


Les h é r é t i q u e s s o n t les b a p t i s é s q u i s'obs-
t i n e n t à n e p a s c r o i r e q u e l q u e v é r i t é révélée
de Dieu et enseignée p a r l'Eglise; t e l s s o n t
les p r o t e s t a n t s .
Chap. VI. — L'Eglise catholique. — La communion des Saints. ïtfj

1 2 8 . Qu'est-ce que (es apostats?


Les a p o s t a t s s o n t les b a p t i s é s q u i r e n i e n t ,
par u n acte e x t é r i e u r , la foi catholique
j u s q u ' a l o r s professée.
1 2 9 . Ou est-ce que les schisniatiques?
Les s c h i s n i a t i q u e s s o n t les b a p t i s é s q u i
refusent o b s t i n é m e n t de se s o u m e t t r e a u x
p a s t e u r s légitimes, et s o n t d o n c s é p a r é s de
l'Eglise, m ê m e s'ils ne nient a u c u n e vérité
de foi.
1 3 0 . Ou est-ce que les excommuniés?
Les e x c o m m u n i é s s o n t les b a p t i s é s exclus,
pour fautes t r è s g r a v e s , de la c o m m u n i o n
de l'Eglise, afin q u ' i l s ne p e r v e r t i s s e n t p a s
les a u t r e s , et q u ' i l s soient p u n i s et c o r r i g é s
par ce r e m è d e e x t r ê m e .
1 3 1 . Est-ce un qrand dommaqe d'être hors
de l'Eglise?
E t r e h o r s de l'Eglise est u n t r è s g r a n d
d o m m a g e , c a r on n e t r o u v e h o r s de l'Eglise
ni les m o y e n s é t a b l i s ni le g u i d e s û r p o u r
p a r v e n i r a u s a l u t é t e r n e l qui, p o u r l ' h o m m e ,
est l ' u n i q u e chose v r a i m e n t n é c e s s a i r e .
1 3 2 . Celui qui est hors de l'Eglise se sauve-l-il?
Celui q u i est h o r s de l'Eglise p a r sa p r o p r e
faute et m e u r t s a n s la c o n t r i t i o n parfaite ne
se s a u v e p a s , m a i s celui qui s'y t r o u v e sans
sa propre faute et mène une vie bonne peut
se s a u v e r p a r l ' a m o u r de c h a r i t é q u i unit à
Dieu, et u n i t a u s s i , en esprit, à l'âme de
l'Eglise.
36* I'" Partie. « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

CHAPITRE VII
L a rémission d e s p é c h é s . — L e p é c h é .

1 3 3 . Que signifie rémission des péchés?


Rémission des péchés signifie q u e J é s u s -
C h r i s t a d o n n é a u x A p ô t r e s et à l e u r s suc-
c e s s e u r s le p o u v o i r de r e m e t t r e , d a n s l'Eglise,
t o u s les p é c h é s .
1 3 4 . Dans l'Eglise, comment sont remis les
péchés?
D a n s l'Eglise, les p é c h é s s o n t r e m i s p r i n -
c i p a l e m e n t p a r les s a c r e m e n t s de B a p t ê m e
et de P é n i t e n c e , i n s t i t u é s à cette fin p a r
Jésus-Christ.
*135. Qu est-ce que le péché?
Le p é c h é e s t u n e offense à Dieu e n déso-
b é i s s a n t à s a loi.
*136. Combien g a-l-h d'espèces de péchés?
Il y a d e u x espèces d e p é c h é s : le pêche
originel et le péché actuel.
*137. Qu'est-ce que le péché originel?
Le p é c h é o r i g i n e l e s t celui que l'humanité
a commis en Adam, son chef, et q u e n o u s
c o n t r a c t o n s t o u s de n o t r e p r e m i e r p è r e p a r
descendance naturelle.
*138. Parmi les enfants d'Adam, personne
n'a-i-il jamais été préservé du péché originel?
P a r m i l e s e n f a n t s d ' A d a m , Marie seule
Chap. VII. — La rémission des péchés. — Le péché. 33

fut préservée du péché originel. Choisie pour


Mère de Dieu, elle fut « pleine de grâce »,
par conséquent s a n s péché dès le premier
instant. C'est pourquoi l'Eglise célèbre sa
Conception immaculée. {Luc. I, 28.)
*139. Comment est effacé le péché originel?
Le péché originel est effacé par le saint
Baptême.
*140. Qu'est-ce que le péché actuel?
Le péché actuel est celui qui est volontai-
rement c o m m i s par qui a l'usage de la raison.
*141. De combien de manières commel-on le
péché actuel?
On commet le péché actuel de quatre ma-
nières : par pensées, par paroles, par*
actions et par omissions.
*142. Combien y a-t-il d'espèces de péché
actuel?
Il y a deux espèces de péché actuel: le
péché mortel et le péché véniel.
*143. Qu'est-ce que le péché mortel?
Le péché mortel est une désobéissance à
la loi de Dieu en matière grave, commis
avec pleine advertance et consentement
délibère.
144. Pourquoi le péché grave s'appelle-t-ït
mortel?
Le péché grave s'appelle mortel, parce
qu'il prive l'âme de la grâce divine, qui est
sa vie, lui enlève l e s mérites ainsi que la
rc
33 ï Partie. — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

possibilité d'en a c q u é r i r de n o u v e a u x , et la
r e n d d i g n e de la peine ou mort éternelle
d a n s l'enfer.
1 4 5 . Si le péché mortel rend Vhomme inca-
pable de mérites, il est donc inutile que le pécheur
fasse des œuvres bonnes?
Non, il n'est p a s i n u t i l e a u p é c h e u r de
faire d e s œ u v r e s b o n n e s ; il doit m ê m e en
faire, soit p o u r n e p a s d e v e n i r p i r e en les
o m e t t a n t et en t o m b a n t d a n s de n o u v e a u x
péchés, soit p o u r se d i s p o s e r a i n s i , de q u e l q u e
m a n i è r e , à la c o n v e r s i o n et à la r é a c q u i s i -
tion d e la g r â c e de Dieu.
146. Comment réacqnérir la grâce de Dieu
perdue par le péché mortel ?
La g r â c e de Dieu, p e r d u e p a r le péché
m o r t e l , se r é a c q u i e r t p a r u n e b o n n e confes-
sion s a c r a m e n t e l l e , ou p a r la c o n t r i t i o n par-
faite, q u i d é l i v r e d e s p é c h é s , bien qu'il r e s t e
l'obligation de les confesser.
147. En même temps que la grâce, réac-
qnierl-on aussi les mérites perclus par le péché
mortel?
En m ê m e t e m p s q u e la g r â c e , on r é a c q u i e r t
a u s s i , p a r la s o u v e r a i n e m i s é r i c o r d e d e Dieu,
les m é r i t e s p e r d u s p a r le péché m o r t e l .
*148. Ou est-ce que le péché véniel?
Le p é c h é véniel est u n e d é s o b é i s s a n c e â la
loi de Dieu en m a t i è r e légère, ou en m a t i è r e
g r a v e , m a i s s a n s t o u t e l'ad v e r tance et s a n s
le c o n s e n t e m e n t d é l i b é r é .
Chap. VII. — La rémission des pèches. — Le péché.

149. Pourquoi le pêche non grave s'appelle-


t-il véniel?
Le péché n o n g r a v e s'appelle véniel, c'est-
à-dire pardonnable, p a r c e qu'il n'enlève
point la g r â c e , et q u ' o n p e u t en a v o i r le par-
don p a r le r e p e n t i r et p a r les b o n n e s œ u v r e s ,
même s a n s la confession s a c r a m e n t e l l e .

150. Le péché véniel est-il nuisible à Vaine?


Le péché véniel est n u i s i b l e à l'âme, car il
la refroidit d a n s l ' a m o u r de Dieu, la dispose
au péché m o r t e l , et la r e n d digne de peines
temporelles en cette vie et en l ' a u t r e .

1 5 1 . Les péchés sont-ils tous égaux?


Les p é c h é s ne s o n t p a s t o u s é g a u x ; et
de m ê m e q u e c e r t a i n s péchés véniels sont
moins l é g e r s q u e d ' a u t r e s , de m ê m e c e r t a i n s
péchés m o r t e l s s o n t p l u s g r a v e s et p l u s
funestes.
152. Parmi les péchés mortels, quels sont les
plus graves et les plus Junestes?
P a r m i les péchés m o r t e l s , les p l u s g r a v e s
et les p l u s funestes s o n t les péchés contre
le Saint-Esprit et c e u x qui crient vengeance
devant Dieu. ( F o r m u l e s 24-25.)
1 5 3 . Pourquoi les péchés contre le Saint-
Esprit sont-ils des plus graves et des plusfunestes ?
Les péchés c o n t r e le Saint-Esprit s o n t des
plus g r a v e s et d e s p l u s funestes p a r c e que
par e u x l ' h o m m e s'oppose a u x d o n s spiri-
tuels de la v é r i t é et de la g r â c e ; et c'est
4
rr
40 I Fartio, — « Credo » ou principales vérités de la foi chrétienne.

p o u r q u o i , m ê m e q u a n d il le peut, difficile-
m e n t il se c o n v e r t i t .
1 5 4 . Les péchés qui crient vengeance devant
Dieu, pourquoi sont-ils des plus graves et des
plus funestes ?
Les p é c h é s q u i c r i e n t v e n g e a n c e d e v a n t
Dieu s o n t des p l u s g r a v e s et des p l u s funestes
parce qu'ils sont directement contraires au
bien de l ' h u m a n i t é et t r è s o d i e u x , en s o r t e
qu'ils p r o v o q u e n t , p l u s q u e les a u t r e s , les
c h â t i m e n t s de Dieu.
1 5 5 . Qu est-ce qui nous aide particulièrement
à nous tenir éloignés du péché?
Ce q u i n o u s a i d e p a r t i c u l i è r e m e n t à n o u s
t e n i r é l o i g n é s d u péché, c'est d ' a b o r d la
pensée q u e Dieu est p a r t o u t et qu'il voit le
fond d u c œ u r ; c'est e n s u i t e la m é d i t a t i o n
d e s fins d e r n i è r e s , c'est-à-dire de t o u t ce q u i
n o u s a t t e n d à la fin de cette vie et à la fin
d u monde» ( F o r m u l e 26.)

CHAPITRE VIII
La résurrection de la chair. — La vie
éternelle. — Amen.
Je crois la résurrection de la chair,
la vie éternelle. Amen.

*156. Ouest-ce qui nous attend, à, la fin de


celle vie?
A la fin de cette vie n o u s a t t e n d e n t les
d o u l e u r s et les d e s t r u c t i o n s de la mort a i n s i
q u e le j u g e m e n t p a r t i c u l i e r .
Chap. VIII- — La résurrection de la chair, — La vie éternelle. 41

* 1 5 7 . Qu'est-ce qui nous attend à la fin du


monde?
A la fin du monde n o u s attendent la résur­
rection de la chair et le jugement universel.

*158. Que signifie résurrection de la chair?


Résurrection de la chair signifie que
notre corps, par la puissance de Dieu, se
reformera et se réunira à l'âme pour avoir
part à la récompense de la vie éternelle ou
au châtiment que n o u s aurons mérité.

*159. Que signifie vie éternelle?


Vie éternelle signifie que la récompense
comme la peine durera éternellement, et
que la vue de Dieu sera la vraie vie et la
félicité de l'Ame, tandis que la privation de
Dieu sera le plus grand malheur et comme
une éternelle mort.

160. Que signifie le mol « Amen »?


Le mot amen signifie en vérité, il en est
ainsi et qu'il en soit ainsi. Par cette parole,
nous confirmons la vérité de tout ce qui est
contenu dans le Credo, et nous nous souhai­
tons la rémission des péchés, la résurrec­
tion pour la gloire et la vie éternelle en
Dieu.
ORAISON

Donnez, Seigneur, à vos croyants, la constance et la sincérité


de la foi en vous, afin que, fermes dans l'amour divin, aucune
tentation ne puisse entacher l'intégrité de leur foi. Nous vous
en supplions par Jésus-Christ, votre Fils, etc. ( P o s t c o m m . 8 4 ,
Oraisons diverses d u Missel.)
DEUXIÈME PARTIE

MORALE CHRÉTIENNE
OU LES COMMANDEMENTS DE DIEU
LES COMMANDEMENTS DE L'ÉGLISE
LES VERTUS
Si tu veux entrer dans la vie, garde | Si vous m'aimez, observez mes com-
tes commandements. (Matlh. xix, 1 7 . ) ] mandements. (Joan. xiv, i 5 . )

CHAPITRE PREMIER
L e s commandements de D i e u .
§ 1 . — Les commandements de Dieu en général.
er

*161. Qu est-ce que les commandements de


Dieu?
Les c o m m a n d e m e n t s d e Dieu, ou Déca-
logue, s o n t les lois m o r a l e s q u e Dieu d o n n a
à Moïse s u r le m o n t Sinaï, d a n s l'Ancien
T e s t a m e n t , et q u e J é s u s - C h r i s t a perfection-
nées d a n s le N o u v e a u .
162. Que nous impose le Décalogue?
Le D é c a l o g u e n o u s i m p o s e les p l u s r i g o u -
r e u x d e v o i r s n a t u r e l s e n v e r s Dieu, n o u s -
m ê m e s et le p r o c h a i n , a i n s i q u e les a u t r e s
d e v o i r s q u i en découlent, p a r e x e m p l e c e u x
de n o t r e é t a t .
163. A quoi se réduisent nos devoirs envers
Dieu et envers le prochain?
Nos d e v o i r s e n v e r s Dieu et e n v e r s le pro-
chain se r é d u i s e n t à la c h a r i t é , c'est-à-dire
« au p l u s g r a n d et a u p r e m i e r c o m m a n d e -
er
Chap. I . — Les commandements de Dieu. 4?

ment», q u i est d ' a i m e r Dieu, et « a u s e c o n d » ,


qui « lui est s e m b l a b l e », et consiste à a i m e r
le p r o c h a i n ; « de ces d e u x c o m m a n d e m e n t s ,
a dit Jésus-Christ, d é c o u l e n t toute la loi et les
prophètes ». (Matth. x x n , 38-40; f o r m u l e 14.)
1 6 4 . Pourquoi le commandement d'aimer
Dieu est-il le plus grand commandement ?
Le c o m m a n d e m e n t d ' a i m e r Dieu est le
plus g r a n d c o m m a n d e m e n t , p a r c e q u e celui
qui l'observe, en a i m a n t Dieu de t o u t e son
âme, accomplit c e r t a i n e m e n t t o u s les a u t r e s
commandements.
1 6 5 . Les commandements de Dieu peuvent-
ils être observés?
Les c o m m a n d e m e n t s de Dieu p e u v e n t t o u s
et t o u j o u r s ê t r e o b s e r v é s , m ê m e d a n s les
plus fortes t e n t a t i o n s , avec la g r â c e , que
Dieu n e refuse j a m a i s à qui l'invoque de
cœur.
*166. Sommes-nous obligés d'observer les,
commandements de Dieu?
Nous s o m m e s o b l i g é s d ' o b s e r v e r les com-
m a n d e m e n t s de Dieu, p a r c e qu'ils n o u s sont
imposés p a r Lui, n o t r e Maître s u p r ê m e , et
dictés p a r la n a t u r e et la saine r a i s o n .
*167. Celui (fui transgresse les commande-
ments de Dieu pèche-t-il gravement?
Celui q u i d é l i b é r é m e n t t r a n s g r e s s e m ê m e
un seul c o m m a n d e m e n t de Dieu en m a t i è r e
grave pèche g r a v e m e n t c o n t r e Dieu et p a r
conséquent m é r i t e l'enfer.
e
44 II Partie. — Les commandements de Dieu et de l'Eglise. — Vertus.

168. Que faut-il distinguer dam les com-


mandements de Dieu ?
Il faut d i s t i n g u e r d a n s les c o m m a n d e -
m e n t s de Dieu ce qui est o r d o n n é et ce qui
est défendu.
% 2. — Lès commandements de Dieu en particulier.
PREMIER COMMANDEMENT

*169. Que nous ordonne le premier comman-


dement : « Je suis le Seigneur ton Dieu lu }

n'auras pas d'autre Dieu que moi? »


Le p r e m i e r c o m m a n d e m e n t : Je suis le
Seigneur ton Dieu; tu n'auras pas d'autre
Dieu que moi, n o u s o r d o n n e d'être religieux,
c'est-à-dire de c r o i r e e n Dieu et de l'aimer,
de l ' a d o r e r et de le s e r v i r c o m m e Tunique
v r a i Dieu, C r é a t e u r et S e i g n e u r de t o u t e s
choses.
*170. Que nous défend le premier comman-
dement ?
Le p r e m i e r c o m m a n d e m e n t n o u s défend
l ' i m p i é t é , la s u p e r s t i t i o n , l ' i r r é l i g i o s i t é ,
l'apostasie, l'hérésie, le d o u t e v o l o n t a i r e et
l ' i g n o r a n c e c o u p a b l e d e s v é r i t é s de la foi,

1 7 1 . Qu'est-ce que l'impiété?


L'impiété est le refus à Dieu de t o u t culte.

172. En quoi consiste la superstition?


La s u p e r s t i t i o n c o n s i s t e à r e n d r e u n culte
d i v i n ou d e latrie à u n être qui n'est pas Dieu
o u e n c o r e à Dieu lui-même, m a i s d'une ma-
pv r
Chap. l . — Les commandements en particulier: V commandement. 45

îiière qui ne convient pas. Tels sont : l'ido-


lâtrie, culte de fausses divinités et de créa-
tures; le recours au démon, aux esprits et à
tout moyen suspect pour obtenir des choses
humainement i m p o s s i b l e s ; l'usage de rites
inconvenants, v a i n s ou prohibés par l'Eglise.

173. Qu'est-ce que Virrêligiosilê?


L'irréligiosité est le manque de respect à
Dieu et aux choses divines, comme la tenta-
tion de Dieu, le sacrilège ou profanation des
personnes ou des choses sacrées; la simonie,
par laquelle on achète ou on vend des choses
soit spirituelles, soit connexes a u x choses
spirituelles.
174. Si le culte des créatures est une super-
stition, comment le culte catholique des Anges et
des Saints n'est-il pas superstition?
Le culte catholique des Anges et des Saints
n'est pas superstition, parce que ce n'est pas
un culte divin ou d'adoration due à Dieu
seul : n o u s ne les adorons pas comme Dieu,
mais nous les vénérons comme les amis de
Dieu et pour les d o n s qu'ils ont reçus de Lui;
ainsi nous honorons par là Dieu lui-même,
qui opère des merveilles dans les Anges et
les Saints.

175. On est-ce que les Saints?


Les Saints sont ceux qui, pratiquant héroï-
quement les vertus selon les enseignements
et les exemples de Jésus-Christ, ont mérité
une gloire spéciale dans le ciel et même sur
50 II" Partie. — Les commandements de Dieu et de l'Eglise. — Vertus.

la t e r r e , où, de p a r l ' a u t o r i t é de l'Eglise, ils


sont p u b l i q u e m e n t h o n o r é s et i n v o q u é s .
1 7 6 . Pourquoi vénérons-nous aussi le corps
des Saints?
Nous v é n é r o n s a u s s i îe c o r p s des S a i n t s ,
parce qu'il l e u r a servi à p r a t i q u e r des v e r t u s
h é r o ï q u e s , qu'il a été c e r t a i n e m e n t le t e m p l e
de l'Esprit-Saint et qu'il r e s s u s c i t e r a glo-
r i e u x p o u r la vie é t e r n e l l e .
1 7 7 . Pourquoi vénérons-nous même les plus
petites reliques et les images des Saints?
Nous v é n é r o n s m ê m e les p l u s p e t i t e s
r e l i q u e s et les i m a g e s d e s Saints en m é m o i r e
d'eux et en leur h o n n e u r , r e p o r t a n t à e u x
t o u t e la v é n é r a t i o n , c o n t r a i r e m e n t a u x ido-
l â t r e s , q u i r e n d e n t a u x i m a g e s ou idoles u n
culte divin.
1 7 8 . Dieu, dans l'Ancien Testament, na-i-it
pas sévèrement prohibé les images?
Dieu, d a n s l'Ancien T e s t a m e n t , a sévère-
m e n t p r o h i b é les i m a g e s à a d o r e r , et m ê m e
q u a s i t o u t e s les i m a g e s , c a r elles é t a i e n t
u n e occasion p r o c h a i n e d ' i d o l â t r i e p o u r les
H é b r e u x , q u i v i v a i e n t p a r m i les i d o l â t r e s et
é t a i e n t t r è s e n c l i n s à la s u p e r s t i t i o n .

DEUXIÈME COMMANDEMENT

*179. Que nous défend le deuxième comman-


dement : « Tu ne prononceras pas le nom de
Dieu en vain ? »
Le d e u x i è m e c o m m a n d e m e n t : Tu ne pro-
er e
Chap. I . — Les commandements en particulier; 2 commandement. 47

nonceras pas le nom de Dieu en vain, nous


défend de déshonorer le nom de Dieu; par
conséquent, de le prononcer sans respect, de
blasphémer contre Dieu, la Sainte Vierge,
les Saints ou les choses saintes; de prêter
des serments faux, inutiles, ou de quelque
manière illicites.

180. On est-ce (pie le serinent?


Le serment est u n appel à Dieu en témoi-
gnage de ce qu'on affirme ou de ce qu'on
promet; celui donc qui jure le mal ou qui
se parjure offense souverainement Dieu, qui
est la Sainteté et la Vérité.

181. Le blasphème est-il un grand pèche?


Le blasphème est un grand péché parce
qu'il contient une injure et une moquerie
de Dieu ou de ses saints, et même souvent
une horrible hérésie.

*i82. Que nous ordonne le deuxième com-


mandement ?
Le deuxième commandement nous ordonne
de toujours révérer le saint nom de Dieu,
et d'accomplir les v œ u x et les promesses
faites par serment.

183. Ouest-ce (pie le vœu?


Le v œ u est la promesse faite à Dieu d'un
bien qui Lui est agréable, auquel nous nous
engageons par religion.
58 IV P a i t i e . — Les commandements de Dieu et de l'Eglise. — Vertus,

TROISIÈME COMMANDEMENT

*184. One nous ordonne le troisième commun-


dément : « Souviens-toi de sanctifier les fêles? »
Le t r o i s i è m e c o m m a n d e m e n t : Souviens-toi
de sanctifier les fêtes, n o u s o r d o n n e d'ho-
n o r e r Dieu, les j o u r s de fête, p a r d e s acteë
de culte extérieur, d o n t le p l u s i m p o r t a n t ,
p o u r les c h r é t i e n s , est la s a i n t e Messe.
1 8 5 . Pourquoi devons-nous accomplir des
actes de culte extérieur? Ne suffit-il pas d'ado-
rer intérieurement dans le cœur Dieu, qui est
Esprit?
Il ne suffit p a s d ' a d o r e r Dieu i n t é r i e u r e -
m e n t d a n s le c œ u r , m a i s n o u s d e v o n s lui
r e n d r e a u s s i le culte e x t é r i e u r c o m m a n d é ,
p a r c e q u e n o u s s o m m e s s o u m i s à Dieu d a n s
tout n o t r e ê t r e , d a n s n o t r e â m e et d a n s
notre corps, parce que nous devons donner
le b o n e x e m p l e , et a u s s i p a r c e q u ' o n p e r d
l'esprit r e l i g i e u x en a g i s s a n t a u t r e m e n t .
*186. Oue nous défend, le troisième commun-
dément ?
Le t r o i s i è m e c o m m a n d e m e n t n o u s défend
les œ u v r e s s e r v i l e s a u x j o u r s de fête.
*187. Ouelles sont les œuvres dites serviles?
Les œ u v r e s d i t e s s e r v i l e s s o n t les t r a v a u x
m a n u e l s p r o p r e s a u x a r t i s a n s et a u x o u v r i e r s .
1 8 8 . Toutes les amvres serviles sont-elles
prohibées les jours de fête?
T o u t e s les œ u v r e s s e r v i l e s q u i n e s o n t p a s
er e
Chap. î . — Les commandements en particulier : 4 commandement. 49

nécessaires à la vie o u a u service de Dieu


et qui ne s o n t p a s justifiées p a r la piété ou
par u n a u t r e motif g r a v e s o n t p r o h i b é e s les
jours de fête.
1 8 9 . Comment convient-il d'employer les
jours de fêle?
Il c o n v i e n t d ' e m p l o y e r les j o u r s de fête
pour le b i e n de l ' â m e en a s s i s t a n t à la prédi-
cation et a u c a t é c h i s m e , et en accomplissant
quelque b o n n e œ u v r e ; p o u r le r e p o s aussi
du c o r p s , en se t e n a n t éloigné de t o u t vice
et de t o u t e d i s s i p a t i o n .

QUATRIÈME COMMANDEMENT

*190. Que nous ordonne le quatrième com-


mandement: a Honore Ion père et la mère? »
Le q u a t r i è m e c o m m a n d e m e n t : Honore
ton père et ta mère, n o u s o r d o n n e l'amour,
le r e s p e c t et l'obéissance à l'égard de nos
p a r e n t s et de t o u s c e u x q u i ont p o u v o i r sur
nous et s o n t n o s s u p é r i e u r s en a u t o r i t é .
*191. One nous défend le quatrième com-
mandement ?
Le q u a t r i è m e c o m m a n d e m e n t n o u s défend
d'offenser n o s p a r e n t s et n o s s u p é r i e u r s en
a u t o r i t é ou de l e u r d é s o b é i r .
1 9 2 . Pourffuoi devons-nous obéir à nos supé-
rieurs en autorité?
Nous d e v o n s o b é i r à n o s s u p é r i e u r s en
a u t o r i t é p a r c e qu'il n'est p a s de p o u v o i r qui
ne v i e n n e de D i e u ; « c'est p o u r q u o i , qui
50 11° Partie. — Les commandements de Dieu et de l'Eglise. — Vertus.

résiste au p o u v o i r r é s i s t e à T o r d r e q u e Dieu
a établi ». (Rom. x n i , 1, 2.)

CINQUIÈME COMMANDEMENT

*193. Que nous défend le cinquième comman-


dement : « Tu ne tueras pas ? »
Le c i n q u i è m e c o m m a n d e m e n t : Tu ne tue-
ras pas, n o u s défend t o u t e a t t e i n t e à la vie
du p r o c h a i n et à la n ô t r e , soit n a t u r e l l e ,
soit s p i r i t u e l l e ; a i n s i s o n t d é f e n d u s l'homi-
cide, le suicide, le duel, les b l e s s u r e s , les
coups, les i n j u r e s , les i m p r é c a t i o n s et le
scandale.
1 9 4 . Pourquoi le suicide est-il un péché?
Le suicide est u n péché c o m m e l'homicide,
p a r c e q u e Dieu seul est le m a î t r e de n o t r e
vie c o m m e de celle d u p r o c h a i n ; c'est, en
o u t r e , u n péché de d é s e s p o i r qui enlève, en
p l u s de la vie, la p o s s i b i l i t é de se r e p e n t i r
et de se s a u v e r .
1 9 5 . L'Eglise a-i-elle établi des peines contre
le suicide?
L'Eglise a é t a b l i c o n t r e le suicidé, r e s p o n -
sable de son acte, la p r i v a t i o n de s é p u l t u r e
ecclésiastique.

196. Pourquoi le duel est-il un péché?


Le duel est u n péché, p a r c e qu'il est tou-
j o u r s u n e t e n t a t i v e d ' h o m i c i d e , et m ê m e
q u a s i de s u i c i d e ; qu'il est u n acte de ven-
geance p r i v é e , au m é p r i s de la loi et de la
justice p u b l i q u e , et qu'il r e m e t s o t t e m e n t la
ep e
Chap. I . — Les commandements en particulier : 6 commandement. 51

décision d u d r o i t et d u t o r t à la force, à
l'adresse et a u h a s a r d .
197. L'Eglise a-l-elle établi des peines contre
le duel?
L'Eglise frappe d ' e x c o m m u n i c a t i o n qui-
conque se b a t en d u e l ou y assiste volontai-
rement.
198. En quoi consiste le scandale?
Le s c a n d a l e c o n s i s t e à d o n n e r au p r o c h a i n ,
par u n m a u v a i s acte q u e l c o n q u e , l'occasion
de pécher.
199. Le scandale est-il un péché grave?
Le s c a n d a l e est u n péché t r è s g r a v e , et
Dieu d e m a n d e r a c o m p t e d u m a l q u ' o n fait
commettre a u p r o c h a i n p a r des excitations
perfides ou des e x e m p l e s m a u v a i s : « Malheur
à l ' h o m m e p a r q u i le s c a n d a l e a r r i v e . »
(Matth. xviii, 7.)
*200. Que nous ordonne le cinquième com-
mandement?
Le c i n q u i è m e c o m m a n d e m e n t n o u s o r d o n n e
de v o u l o i r d u b i e n à t o u s , m ê m e à n o s enne-
mis, et de r é p a r e r le m a l corporel et spiri-
tuel fait a u p r o c h a i n .

SIXIÈME COMMANDEMENT

*201. Que nous défend le sixième commande-


ment : <( Tu ne commettras pas d'actes impurs? »
Le s i x i è m e c o m m a n d e m e n t : Tu ne com-
mettras pas d'actes impurs, nous interdit
toute i m p u r e t é , c'est-à-dire les a c t i o n s , les
52 II" Partis. — Les commandements de Dieu et de l'Eglise. — Vertus.

p a r o l e s , les r e g a r d s , les l i v r e s , les i m a g e s ,


les spectacles i m m o r a u x .
*2G2. One nous ordonne le sixième commun-
dément?
Le s i x i è m e c o m m a n d e m e n t n o u s o r d o n n e
d'être « s a i n t s d a n s n o t r e c o r p s », p o r t a n t
le p l u s g r a n d respect à n o t r e p e r s o n n e et à
celle d ' a u t r u i , p a r c e qu'elles s o n t œ u v r e s de
Dieu et t e m p l e s où il h a b i t e p a r sa p r é s e n c e
et p a r sa g r â c e .
SEPTIÈME COMMANDEMENT

*203. Que nous défend le septième comman-


dement : a Tu ne voleras pas ? »
Le s e p t i è m e c o m m a n d e m e n t : Tu ne vo-
leras pas, n o u s défend t o u t d o m m a g e a u x
biens d u p r o c h a i n ; il i n t e r d i t d o n c le vol,
les d é g â t s , l ' u s u r e , la f r a u d e d a n s les con-
t r a t s et les services, enfin l'aide p r ê t é e à ces
dommages.
*204. Que nous ordonne le septième com-
mandement ?
Le s e p t i è m e c o m m a n d e m e n t n o u s o r d o n n e
de r e s t i t u e r le b i e n d ' a u t r u i , de r é p a r e r les
d o m m a g e s d o n t n o u s s o m m e s c o u p a b l e s , de
p a y e r les d e t t e s et de d o n n e r a u x o u v r i e r s
le j u s t e s a l a i r e .
2 0 5 . Celui qui, le pouvant, ne restitue pas
ou ne répare pas, ohliendraA-il le pardon?
Celui q u i , le p o u v a n t , n e r e s t i t u e p a s ou
n e r é p a r e p a s , n ' o b t i e n d r a p a s le p a r d o n ,
m ê m e s'il d é c l a r e en paroles se r e p e n t i r .
er ,j p
Chap. I . — Les commandements en particulier : 8 -9 commandements 53

HUITIÈME COMMANDEMENT

*206. Que nous défaut le huitième comman-


dement : a Tu ne diras pas de faux témoi-
gnage? »
Le huitième commandement : Tu ne diras
pas de faux témoignage, nous interdit toute
fausseté ainsi que tout injuste dommage à
la réputation d'autrui; c'est pourquoi sont
défendus, outre le faux témoignage, la ca-
lomnie, le mensonge, la médisance, la détrac-
tion, l'adulation, le jugement téméraire et
le soupçon téméraire.
*2Q7. Que nous ordonne le huitième com-
mandement?
Le huitième commandement nous ordonne
4e dire la vérité en t e m p s et lieu et d'inter-
préter en bien, selon le possible, les actions
4u prochain.
*208. A quoi est oblige celui qui a causé du
dommage au prochain dans sa réputation, en
l'accusant faussement ou en parlant mal de lui?
Celui qui a causé du dommage au prochain
dans sa réputation e n l'accusant faussement
ou en parlant mal de lui est tenu de réparer,
autant qu'il le peut, le dommage qu'il a fait.
NEUVIÈME COMMANDEMENT

*209. Que nous défend le nennième comman-


dement: « Tu ne désireras pas la femme d'au-
trui? »
Le neuvième commandement : Tu ne dési-
54 II" Partie. — Les commandements de Dieu et de l'Eglise. — Vertus.

reras pas la femme d'autrui, nous interdit


les mauvaises pensées et les mauvais dé-
sirs.
*210. Que nous ordonne le neuvième com-
mandement ?
Le neuvième commandement nous ordonne
la parfaite pureté de l'âme et le plus grand
respect, même au fond du cœur, pour le
sanctuaire de la famille.

DIXIÈME COMMANDEMENT

*211. Que nous défend le dixième comman-


dement : « Tu ne désireras pas le bien cfau-
trui? »
Le dixième commandement : Tu ne dési-
reras pas le bien d'autrui, n o u s interdit
le désir effréné des richesses, sans égard
pour les droits et pour le bien du pro-
chain.

*212. Que nous ordonne le dixième comman-


dement?
Le dixième c o m m a n d e m e n t n o u s ordonne
d'être justes et modérés d a n s le désir d'amé-
liorer notre condition et de souffrir avec
patience les embarras et toutes les misères
que le Seigneur permet, pour qu'ils nous
soient u n e source de mérites, car « c'est
par beaucoup de tribulations qu'il n o u s faut
entrer d a n s le royaume de Dieu ». (Act.
xiv, 21.)
e r
Chap. II. — Les commandements de l'Eglise : 1 commandement. 55

CHAPITRE II

Les commandements de l'Église.


9
213. Ou est-ce que les commandements de
l'Eglise ?^
Les commandements ou préceptes géné-
raux de l'Eglise sont des lois par lesquelles
elle prescrit aux fidèles, en application des
commandements de Dieu, quelques actes de
religion et certaines abstinences.

214. Comment l'Eglise a-l-elle autorité pour


établir des lois et commandements?
L'Eglise a autorité pour établir des lois et
commandements, parce qu'elle l'a reçue dans
la personne des Apôtres, de Jésus-Christ,
l'Homme-Dieu; et c'est pourquoi qui déso-
béit à l'Eglise désobéit à Dieu même.

215. Oui peut, dans l'Eglise, établir des lois


et commandements?
Dans l'Eglise, le Pape et les evêques,
comme successeurs des apôtres, peuvent éta-
blir des lois et commandements, car c'est à
eux que Jésus-Christ a dit : «Qui vous écoute
m'écoute, et qui v o u s méprise me méprise. »
(Luc. x, 1 6 . )
PREMIER COMMANDEMENT

216. Que nous ordonne le premier commun-


5
50 II" Partie. — Les commandements de Dieu et de l'Eglise. — Vertus.

dénient: « Entends fa Messe les dimanches et


autres fêtes de précepte? »
Le p r e m i e r c o m m a n d e m e n t : Entends la
Messe les dimanches et autres fêtes de pré-
cepte, n o u s o r d o n n e d ' a s s i s t e r d é v o t e m e n t
à la s a i n t e Messe ces jours-là.
2 1 7 . Celui (jui n entend pas la Messe aux
jours de précepte commet-il un péché grave?
Celui q u i , s a n s e m p ê c h e m e n t v é r i t a b l e ,
n ' e n t e n d p a s la Messe a u x j o u r s de précepte
et ne d o n n e p a s a u x p e r s o n n e s de sa dépen-
d a n c e le m o y e n d'y a s s i s t e r , c o m m e t un
péché g r a v e ; il n ' a c c o m p l i t p a s le comman-
d e m e n t d i v i n de sanctifier les fêtes.

DEUXIÈME COMMANDEMENT

2 1 8 . Que nous défend, te second, commande-


ment par les paroles: a Abstiens-loi de viande
le vendredi et autres jours prohibés? »
Le s e c o n d c o m m a n d e m e n t , p a r les p a r o l e s :
Abstiens-toi de viande le vendredi et autres
jours prohibés, n o u s défend de m a n g e r de
la v i a n d e le v e n d r e d i ( j o u r de la P a s s i o n et
de la m o r t de J é s u s - C h r i s t ) et à c e r t a i n s
j o u r s de j e û n e . ( Voir VAppendice II, à la fin.)
2 1 9 . Ou ordonne le second, commandement
par les paroles : « Jeûne aux jours prescrits? »
Le s e c o n d c o m m a n d e m e n t , p a r les p a r o l e s :
Jeûne aux jours prescrits, o r d o n n e d'ob-
s e r v e r le j e û n e e c c l é s i a s t i q u e en C a r ê m e , à
c e r t a i n s j o u r s de l'Avent, a u x Quatre-Temps
et à q u e l q u e s Vigiles.
p
Chap. II. — Les commandements de l'Eglise : 3 commandement. 5J

220. A quoi oblige le jeûne ecclésiastique?


Le j e u n e ecclésiastique oblige à l'absti-
nence de c e r t a i n s a l i m e n t s , et à ne p a s faire
de r e p a s en d e h o r s d u p r i n c i p a l ; l'Eglise
permet toutefois u n e a u t r e légère réfection.

2 2 1 . Quelles sont les personnes tenues au


jeûne ecclésiastique?
Les p e r s o n n e s t e n u e s a u jeûne ecclésias-
tique s o n t t o u s les fidèles d e p u i s l'âge de
vingt et u n a n s a c c o m p l i s j u s q u ' à l'âge de
soixante, à m o i n s q u ' u n e infirmité, des t r a -
vaux p é n i b l e s ou q u e l q u e a u t r e j u s t e r a i s o n
ne les en d i s p e n s e .

2 2 2 . Pourquoi l'Eglise nous impose-t-elle


des abstinences et des jeûnes?
L'Eglise n o u s i m p o s e , c o n f o r m é m e n t a u x
exemples et à la d o c t r i n e de Jésus-Christ,
des a b s t i n e n c e s et d e s jeûnes, p o u r n o u s
faire faire p é n i t e n c e de n o s péchés, mortifier
la g o u r m a n d i s e et les p a s s i o n s , et p o u r
d'autres nécessités p a r t i c u l i è r e s .
TROISIÈME COMMANDEMENT

2 2 3 . Que nous ordonne le troisième corn-


mandement : « Confesse-loi unefois l'an et com-
munie au moins ci Pâques? »
Le t r o i s i è m e c o m m a n d e m e n t : Confesse-toi
une fois Van et communie au moins à
Pâques, n o u s o r d o n n e de n o u s a p p r o c h e r
de la P é n i t e n c e a u m o i n s u n e fois Tan et de
l'Eucharistie au m o i n s à P â q u e s .
58 II' Partie. — Les commandements de Dieu et de l'Eglise. — Vertus.

2 2 4 . Pourquoi VEglise, en imposant de se


confesser et de communier une fois Van, ajoute-
l-etle ce au moins » ?
L'Eglise, en i m p o s a n t de se confesser et de
c o m m u n i e r u n e fois Tan, ajoute les m o t s
au moins, p o u r n o u s r a p p e l e r l'utilité, et
m ê m e le b e s o i n de r e c e v o i r f r é q u e m m e n t ,
c o m m e elle le d é s i r e , ces s a c r e m e n t s .

Q U A T R I È M E C O M M A N D E M E N T

2 2 5 . Que nous ordonne le quatrième com-


mandement : a Secours l'Eglise dans ses besoins
par des cotisations faites selon les lois et les
usages? »
Le q u a t r i è m e c o m m a n d e m e n t : Secours
l'Eglise dans ses besoins par des cotisa-
tions faites selon les lois et les usages, n o u s
o r d o n n e de faire les offrandes p r e s c r i t e s
p a r l ' a u t o r i t é ou en u s a g e , en v u e d ' a s s u r e r
l'exercice c o n v e n a b l e d u culte et le juste
e n t r e t i e n d e s m i n i s t r e s de Dieu.

C I N Q U I È M E C O M M A N D E M E N T

2 2 6 . Que nous défend le cinquième comman-


dement : (( Ne célèbre pas solennellement le ma-
riage aux temps prohibés? »
Le c i n q u i è m e c o m m a n d e m e n t : Ne célèbre
pas le mariage solennellement aux temps
prohibés, i n t e r d i t la Messe a v e c bénédiction
spéciale d e s é p o u x de î'Avent à l'Epiphanie,
et du p r e m i e r j o u r de C a r ê m e à l'octave de
Pâques.
Chap. III. — Les vertus en général. 59

CHAPITRE III
Les vertus.
§ 1 . — L e s vertus
e r
en général. — L e s vertus théologales.

2 2 7 . Qu est-ce que la vertu?


La v e r t u est u n e d i s p o s i t i o n c o n s t a n t e de
Tâme à faire le b i e n .
2 2 8 . Combien y a-l-il d'espèces de vertus?
Il y a d e u x espèces de v e r t u s : les v e r t u s
naturelles, que n o u s a c q u é r o n s en r é p é t a n t
les actes b o n s , telles s o n t les v e r t u s appelées
morales; et les v e r t u s surnaturelles que
nous n e p o u v o n s a c q u é r i r ni p r a t i q u e r avec
nos seules forces, m a i s q u i n o u s v i e n n e n t
de Dieu, et ce s o n t les v e r t u s p r o p r e s du
chrétien.
*229. Quelles sont les vertus propres du chré-
tien ?
Les v e r t u s p r o p r e s d u c h r é t i e n s o n t les
vertus s u r n a t u r e l l e s et spécialement la foi*
Yespérance et la charité, q u i s o n t appelées
théologales ou d i v i n e s , p a r c e qu'elles ont
Dieu p o u r objet et p o u r motif.
2 3 0 . Comment recevons-nous et pratiquons-
nous les vertus surnaturelles ?
Nous r e c e v o n s les v e r t u s s u r n a t u r e l l e s en
même t e m p s q u e la g r â c e sanctifiante, p a r
le m o y e n d e s s a c r e m e n t s ou p a r l ' a m o u r de
charité, et n o u s les p r a t i q u o n s p a r les g r â c e s
actuelles d e s b o n n e s pensées et d e s inspi-
f>0 II* Partie. — Les commandements de Dieu et de l'Eglise. — Vertus.

r a t i o n s d o n t Dieu se s e r t p o u r n o u s m o u v o i r
et n o u s a i d e r d a n s t o u t acte b o n .
2 3 1 . Parmi les vertus surnaturelles, quelle
a:1 la plus excellente?
P a r i a i les v e r t u s s u r n a t u r e l l e s , la p l u s
excellente est la c h a r i t é , c a r elle est i n s é p a -
r a b l e de la g r â c e s a n c t i f i a n t e ; elle n o u s u n i t
i n t i m e m e n t à Dieu et a u p r o c h a i n , elle n o u s
p o r t e à l ' o b s e r v a n c e p a r f a i t e de la Loi et à
t o u t e œ u v r e b o n n e , et elle ne c e s s e r a j a m a i s ;
en elle se t r o u v e la perfection c h r é t i e n n e .
LA FOI

*232. Qu est-ce que la foi?


La foi est cette v e r t u s u r n a t u r e l l e p a r
laquelle n o u s c r o y o n s , s u r l ' a u t o r i t é de Dieu,
les v é r i t é s qu'il a r é v é l é e s et qu'il n o u s p r o -
pose à c r o i r e p a r le m o y e n d e l'Eglise.
2 3 3 . Où sont conservées les vérités que Dieu
a révélées et qu'il nous propose à croire par
le moyen de l Eglise?
Les v é r i t é s q u e Dieu a r é v é l é e s et q u ' i l n o u s
p r o p o s e à c r o i r e p a r le m o y e n de l'Eglise
s o n t c o n s e r v é e s d a n s Y Ecriture Sainte et
d a n s la Tradition.
2 3 4 . Qu est-ce que l'Ecriture Sainte?
L ' E c r i t u r e S a i n t e est l ' e n s e m b l e d e s l i v r e s
é c r i t s s o u s l ' i n s p i r a t i o n d e Dieu, d a n s Y An-
cien et d a n s le Nouveau Testament, et q u e
l'Eglise r e c o n n a î t c o m m e l ' œ u v r e d e Dieu
même
Chap. III. — Les vertus théologales. 61

235. Qu'est-ce que la Tradition?


La T r a d i t i o n est r e n s e i g n e m e n t de Jésus-
Christ et d e s A p ô t r e s fait de vive voix, et
t r a n s m i s p a r l'Eglise j u s q u ' à n o u s s a n s alté-
ration.
236. Qui peut, avec autorité, nous faire con-
naître, entièrement et dans le vrai sens, les
vérités contenues dans VEcriture Sainte et dans
la Tradition?
L'Eglise seule p e u t , a v e c a u t o r i t é , n o u s
faire c o n n a î t r e e n t i è r e m e n t et d a n s le v r a i
sens les v é r i t é s c o n t e n u e s d a n s l ' E c r i t u r e
Sainte et d a n s la T r a d i t i o n , car à elle seule
Dieu a confié le d é p ô t d e la Foi et envoyé
l'Esprit-Saint q u i l ' a s s i s t e c o n t i n u e l l e m e n t
et l'empêche d ' e r r e r .

237. Suffil-il de croire en général les vérités


révélées par Dieu?
Il n e suffit p a s de c r o i r e en g é n é r a l les
vérités r é v é l é e s p a r Dieu, m a i s il faut en
croire q u e l q u e s - u n e s p a r u n acte de foi expli-
cite. Telles s o n t l'existence de Dieu r é m u n é -
rateur et les d e u x p r i n c i p a u x m y s t è r e s .

L'ESPÉRANCE

*238. Ou est-ce que Vespérance?


L'espérance est cette v e r t u s u r n a t u r e l l e
par l a q u e l l e n o u s a v o n s confiance en Dieu
et a t t e n d o n s de Lui la vie éternelle a i n s i
que les g r â c e s n é c e s s a i r e s p o u r la m é r i t e r
ici-bas p a r les b o n n e s œ u v r e s .
02 II" Partie. — Lss commandements de Dieu et de l ' E l i s e . — Vertus.

2 3 9 . Pour quel motif espérons-no as de Dieu


la vie éternelle et les grâces nécessaires pour la
mériter?
Nous e s p é r o n s de Dieu la vie éternelle et
les g r â c e s n é c e s s a i r e s p o u r la m é r i t e r parce
que c'est L u i . infiniment b o n et fidèle, qui
n o u s les a p r o m i s e s p a r les m é r i t e s de Jésus-
C h r i s t ; de telle s o r t e q u e se défier ou déses-
p é r e r , c'est l'offenser s o u v e r a i n e m e n t .
LA C H A R I T É

*240. Ou est-ce que la charité?


La c h a r i t é est cette v e r t u s u r n a t u r e l l e p a r
laquelle n o u s a i m o n s Dieu p o u r lui-même,
p a r - d e s s u s t o u t e chose, et n o t r e p r o c h a i n
c o m m e n o u s - m ê m e s p o u r l ' a m o u r de Dieu.
2 4 1 . Pourquoi devons-nous aimer Dieu?
Nous d e v o n s a i m e r Dieu p o u r lui-même,
p a r c e qu'il est le S o u v e r a i n Bien, s o u r c e de
t o u t b i e n ; a u s s i faut-il q u e n o u s l'aimions
par-dessus toute chose « d e t o u t n o t r e cœur,
de t o u t e n o t r e â m e , de t o u t n o t r e e s p r i t et
d e t o u t e s n o s forces ». (Marc, x n , 30.)
2 4 2 . Pourquoi devons-nous aimer le pro-
chain ?
N o u s d e v o n s a i m e r le p r o c h a i n p o u r l'amour
de Dieu q u i n o u s le c o m m a n d e , et p a r c e que
t o u t h o m m e est créé à l'image de Dieu,
c o m m e n o u s , et est n o t r e f r è r e .
2 4 3 . Sommes-nous obligés d'aimer aussi nos
ennemis ?
Nous s o m m e s o b l i g é s d ' a i m e r a u s s i nos
Chap. III. Les vertus. — Pratique des actes de foi, etc. 03

ennemis en p a r d o n n a n t les offenses p a r c e


qu'ils s o n t e u x a u s s i n o t r e p r o c h a i n , et que
Jésus-Christ n o u s Fa c o m m a n d é expressé-
ment.
§ 2. — Pratique des actes de foi,
d'espérance et de charité. — Conseils évangèliques.

2 4 4 . Quand devons-nous faire des actes de


foi, d'espérance et de charité?
Nous d e v o n s faire d e s actes de foi, d'espé-
rance et de c h a r i t é s o u v e n t d a n s la vie, et
en p a r t i c u l i e r q u a n d n o u s a v o n s des ten-
tations à v a i n c r e ou d ' i m p o r t a n t s d e v o i r s
chrétiens à r e m p l i r , enfin d a n s les p é r i l s de
mort.
2 4 5 . Est-il bon de faire souvent des actes
de Joi, d'espérance et de charité?
Il est b o n de faire s o u v e n t des actes de foi,
d'espérance et de c h a r i t é p o u r c o n s e r v e r ,
accroître et fortifier d e s v e r t u s t e l l e m e n t
nécessaires, qu'elles s o n t c o m m e les p a r t i e s
vitales de « l ' h o m m e s p i r i t u e l ».
2 4 6 . Comment devons-nous faire des actes
de foi, d'espérance et de charité?
Nous d e v o n s faire d e s actes de foi, d'espé-
rance et de c h a r i t é , d e c œ u r , de b o u c h e et
en actions^ en l e u r r e n d a n t t é m o i g n a g e p a r
notre c o n d u i t e .
2 4 7 . Comment rend-on témoignage a, la
foi?
On r e n d t é m o i g n a g e à la foi en la confes-
e
(54 II Partie. — Les commandements de Dieu et de l'Eglise. — Vertus.

s a n t et en la défendant, s'il en est besoin,


s a n s c r a i n t e ni r e s p e c t h u m a i n , et en a y a n t
u n e vie conforme à ses m a x i m e s : « La foi
s a n s les œ u v r e s est u n e foi m o r t e . » (Jac.
il, 26.)

2 4 8 . Comment vend-on témoignage à l'espé-


rance ?
O n r e n d t é m o i g n a g e à l ' e s p é r a n c e e n ne se
t r o u b l a n t ni des m i s è r e s ni des c o n t r a r i é t é s
de la vie, ni m ê m e des p e r s é c u t i o n s , et en
v i v a n t r é s i g n é s et confiants d a n s les p r o -
m e s s e s de Dieu.

2 4 9 . Coinmenl rend-on témoignage à ta


charité?
O n r e n d t é m o i g n a g e à la c h a r i t é p a r l'ob-
s e r v a n c e d e s c o m m a n d e m e n t s et la p r a -
t i q u e des œuvres de miséricorde, et, selon
l'appel de Dieu, p a r la p r a t i q u e d e s conseils
évangéliques.

2 5 0 . Qu est-ce que les conseils évangéliques ?


Les conseils é v a n g é l i q u e s s o n t d e s exhor-
t a t i o n s que J é s u s - C h r i s t a faites d a n s l'Evan-
gile à m e n e r u n e vie p l u s p a r f a i t e , en pra-
tiquant des vertus non commandées.

2 5 1 . Quels sont les principaux conseils évan-


géliques?
Les p r i n c i p a u x conseils é v a n g é l i q u e s s o n t :
la pauvreté volontaire, la chasteté perpé-
tuelle et Y obéissance parfaite.
Chap. III. — Les vertus morales. — Les vices. — Les béatitudes. 05

§ 3. — Les vertus morales. — Les vices.


Les béatitudes évangéliques.

252. Qu'est-ce que la ver lu morale?


La v e r t u m o r a l e est l ' h a b i t u d e de faire le
bien, a c q u i s e p a r la r é p é t i t i o n d'actes b o n s .
*253. Quelles sont les principales vertus mo-
rales ?
Les p r i n c i p a l e s v e r t u s m o r a l e s s o n t : la
religion, q u i n o u s fait r e n d r e à Dieu le culte
qui lui est d û , et les q u a t r e v e r t u s cardi-
nales de prudence, de jur.tice, de force et
de tempérance, p a r lesquelles n o u s v i v o n s
honnêtement.
2 5 4 . Pourquoi ces vertus sont-elles appelées
cardinales ?
Ces v e r t u s s o n t a p p e l é e s c a r d i n a l e s , p a r c e
qu'elles s o n t c o m m e les gonds (en latin,
>
cardines ) ou s o u t i e n s des a u t r e s v e r t u s
morales.
* 2 5 5 . Qu'est-ce que la prudence?
La p r u d e n c e est la v e r t u qui d i r i g e les
actes v e r s l e u r j u s t e fin, et q u i n o u s fait dis-
cerner et e m p l o y e r les m o y e n s b o n s .
2 5 6 . Ou*est-ce a ne la. justice?
La j u s t i c e e^t îa v e r t u q u i n o u s fait attri-
buer à c h a c u n ce qui l u i est dû.
2 5 7 . Ou est-ce que la forer?
La force est la v e r t u qui n o u s fait affronter,
sans t é m é r i t é , c o m m e s a n s timidité, t o u t e
e
00 II Partie. — Les commandsmonis de Dieu et de l'Eglise. — Vertus.

difficulté, tout danger et même la mort,


pour le service de Dieu et pour le bien du
prochain.
258- Qu'est-ce que la tempérance?
La tempérance est la vertu qui refrène
les passions et les désirs, spécialement les
désirs sensuels, et règle l'usage des biens
sensibles.
259. Ou est-ce que les passions?
Les passions sont des commotions ou
mouvements violents de l'âme qui, s'ils ne
sont pas réglés par la raison, entraînent au
vice et souvent même au crime.
260- Qu'est-ce que le vice?
Le vice est l'habitude de faire le mal,
acquise par la répétition d'actes mauvais.
261. Quels sont les vices principaux?
Les vices principaux sont les sept péchés
capitaux, ainsi n o m m é s parce qu'ils sont la
tête (en latin, capità) ou l'origine des autres
vices et péchés. (Formule 23.)
262. Quelles sont les vertus opposées aux
vices capitaux?
Les v e r t u s opposées a u x vices capitaux
sont : l'humilité, la libéralité, la chasteté,
la patience, la sobriété, la fraternité et la
diligence chrétienne.
263. Jésus-Christ a-t-il recommandé en par-
ticulier quelques vertus morales?
Jésus-Christ a recommandé en particu-
Chap. III. — Les vertus morales. — Los vîcos- — Les béatitudes. Oï

lier q u e l q u e s v e r t u s m o r a l e s en p r o c l a m a n t
bienheureux ceux qui les p r a t i q u e n t ; ce s o n t
les huit béatitudes évangcliques.
264. Récitez les béatitudes énancjélur/ues.
Bienheureux les pauvres en esprit, p a r c e
que le r o y a u m e des cieux l e u r a p p a r t i e n t .
B i e n h e u r e u x ceux q u i s o n t doux, c a r ils
posséderont la t e r r e .
B i e n h e u r e u x ceux q u i pleurent, c a r ils
seront consolés.
B i e n h e u r e u x ceux q u i o n t faim et soif de
la justice, car ils s e r o n t r a s s a s i é s .
B i e n h e u r e u x les miséricordieux, c a r ils
obtiendront m i s é r i c o r d e .
B i e n h e u r e u x ceux q u i o n t le cœur pur,
car ils v e r r o n t Dieu.
B i e n h e u r e u x les pacifiques, car ils s e r o n t
appelés e n f a n t s de Dieu.
B i e n h e u r e u x ceux q u i souffrent persé-
cution pour la justice, c a r le r o y a u m e des
cieux l e u r a p p a r t i e n t . (Matth. V, 3-10.)
2 6 5 . Pourquoi Jésus-Christ, dans les béati-
tudes évangéliqaes, a-l-il appelé bienheureuses ?

contrairement à //opinion du monde> les per-


sonnes humbles et éprouvées?
Jésus-Christ, d a n s les b é a t i t u d e s évangé-
liques, a appelé b i e n h e u r e u s e s , c o n t r a i r e -
ment à l'opinion d u m o n d e , les p e r s o n n e s
humbles et é p r o u v é e s , p a r c e qu'elles rece-
vront de Dieu u n e r é c o m p e n s e spéciale ; e t
08 II" Partie. Les commandements de Dieu et de l'Eglise. — Vertus.

il n o u s a enseigné de cette m a n i è r e à les


imiter, s a n s é g a r d p o u r les fausses maximes
du m o n d e .
2 6 6 . Ceux qui suivent les maximes cl a monde
peuvent-ils être véritablement heureux?
Ceux q u i s u i v e n t les m a x i m e s d u monde
n e p e u v e n t p a s ê t r e véritablement heureux,
p a r c e qu'ils n e c h e r c h e n t p a s Dieu, l e u r Sei-
g n e u r et l e u r vraie félicité; ils n ' o n t donc
p a s la p a i x de la conscience, et ils m a r c h e n t
v e r s la p e r d i t i o n .
ORAISONS

Dieu t o u t - p u i s s a n t e t é t e r n e l , a u g m e n t e z e n n o u s l a foi, l'es-


p é r a n c e et l a c h a r i t é ; et, afin q u e n o u s p u i s s i o n s m é r i t e r ce
q u e v o u s n o u s a v e z p r o m i s , f a i t e s q u e n o u s a i m i o n s ce que
e
v o u s c o m m a n d e z . (Oraison du XIII dimanche après la Pen-
tecôte.)
F a i t e s , ô Dieu t o u t - p u i s s a n t , q u e n o u s p e n s i o n s t o u j o u r s ce
q u i est r a i s o n n a b l e et q u e n o u s o b s e r v i o n s , e n p a r o l e s et en
œ u v r e s , ce q u i v o u s est a g r é a b l e . N o u s v o u s en s u p p l i o n s par
v o t r e F i l s J é s u s - C h r i s t , etc. (Oraison du dimanche après
l'Epiphanie,)
T R O I S I E M E P A R T I E

MOYENS DE LA GRACE

SECTION 1

Les Sacrements ou moyens productifs.


Celui qui croira et sera baptisé Les péchés seront remis à ceux à
sera sauvé. {Marc. XVI. 16.) Si vous qui vous les remettrez, et ils seront
ne mangez la chair du Fils clc l'homme retenus à ceux a qui vous les retien-
et si vous ne huvcz son sang, vous drez. {Joan. XX,
11'aurez pas la vie en vous. (Joan, vi 5 4 . )
)

CHAPITRE PREMIER
L e s sacrements en général.

*267. Qu est-ce que les sacrements?


Les s a c r e m e n t s s o n t les signes efficaces
de la g r â c e , i n s t i t u é s p a r Jésus-Christ p o u r
nous sanctifier.

268. Pourquoi les sacrements sont-ils les


signes efficaces de la grâce?
Les s a c r e m e n t s s o n t les signes de la g r â c e
parce q u e , p a r l e u r é l é m e n t s e n s i b l e , ils
signifient où i n d i q u e n t la grâce invisible
qu'ils c o n f è r e n t ; et ils en sont les signes
efficaces, p a r c e q u ' i l s confèrent réellement
la grâce q u ' i l s signifient.

269. Quelles grâces confèrent les sacrements ?


Les s a c r e m e n t s confèrent la grâce sancti-
fiante et l a g r â c e sacramentelle.
70 III- Partie. — Moyens de la grâce.

2 7 0 . Qu'est-ce que la grâce sanctifiante?


La g r â c e sanctifiante est le d o n s u r n a -
t u r e l , i n h é r e n t à l'âme, et p a r c o n s é q u e n t
habituel, qui n o u s r e n d saints, c'est-à-dire
justes, a m i s et fils adoptifs de Dieu, frères
de Jésus-Christ et h é r i t i e r s d u p a r a d i s .

2 7 1 . Qu est-ce que la grâce sacramentelle?


La g r â c e s a c r a m e n t e l l e est le d r o i t a u x
g r â c e s spéciales n é c e s s a i r e s p o u r o b t e n i r la
lin p r o p r e de c h a q u e s a c r e m e n t .

2 7 2 . Oui a donné aux sacrements la vertu


de conférer la grâce?
Jésus-Christ, l'Homme-Dieu, a d o n n é a u x
s a c r e m e n t s la v e r t u de conférer la g r â c e ,
q u e lui-même n o u s a m é r i t é e p a r sa P a s s i o n
et p a r sa Mort.

*273. Comment nous sanctifient les sacre-


ments ?
Les s a c r e m e n t s n o u s sanctifient, soit en
n o u s c o n f é r a n t la première g r â c e sancti-
fiante, q u i efface le péché, soit en augmen-
tant la g r â c e q u a n d n o u s la p o s s é d o n s déjà.

*274. Par quels sacrements la grâce première


nous est-elle conférée?
La g r â c e p r e m i è r e n o u s est conférée p a r
le B a p t ê m e et la P é n i t e n c e , a p p e l é s sacre-
m e n t s des morts, p a r c e q u ' i l s d o n n e n t la
vie de la g r â c e a u x â m e s mortes p a r le
péché.
ER
Chap. I . — Les sacrements en général. 71

*275. Par quels sacrements la grâce est-elle


augmentée en nous?
La grâce est augmentée en nous par la
Confirmation, l'Eucharistie, l'Extrême-Onc-
tion, TOrdre et le Mariage, appelés sacre-
ments des vivants, parce que celui qui les
reçoit doit déjà vivre spirituellement par la
grâce de Dieu.
*276. Celui qui, sachant n'être pas en état
de grâce, reçoit un sacrement des vivants, com-
met-il un péché?
Celui qui, sachant n'être pas en état de
grâce, reçoit un sacrement des vivants,
commet u n péché très grave, le sacrilège,
car il reçoit indignement une chose sainte.
*277. Que devons-nous Jaire pour conserver
la grâce des sacrements ?
Pour conserver la grâce des sacrements,
nous devons y correspondre par notre action
propre en opérant le bien et en fuyant le
mal.
*278. Quels sont les sacrements les plus néces-
saires pour Jaire son salut?
Les sacrements les plus nécessaires pour
faire son salut sont les sacrements des
morts, c'est-à-dire le Baptême et la Péni-
tence, car ils confèrent la première grâce ou
vie spirituelle.
279- Le Baptême et la Pénitence sont-ils
également nécessaires?
Le Baptême et la Pénitence ne sont pas
G
e
72 III Partie. —- Moyens de la grâce.

é g a l e m e n t nécessaires, c a r le B a p t ê m e est
nécessaire à t o u s les h o m m e s — qui n a i s s e n t
t o u s avec le péché o r i g i n e l ; — t a n d i s q u e la
P é n i t e n c e est nécessaire à ceux q u i , depuis
le B a p t ê m e , o n t p e r d u la g r â c e en p é c h a n t
mortellement.
2 8 0 . ASÏ le Baptême est nécessaire à tous,
personne donc ne petit être sauvé sans le Bap-
tême ?
S a n s le B a p t ê m e , p e r s o n n e n e p e u t être
s a u v é ; toutefois, l o r s q u e le B a p t ê m e de Veau
n e p e u t ê t r e reçu, il suffit d u B a p t ê m e de
sang — m a r t y r e souffert p o u r Jésus-Christ,
— ou d u B a p t ê m e de désir — a m o u r de cha-
rité, désireux d e s m o y e n s de s a l u t institués
p a r Jésus-Christ.
*281. Combien de fois peut-on recevoir les
sacrements ?
Les s a c r e m e n t s p e u v e n t ê t r e r e ç u s les u n s
p l u s i e u r s fois, les a u t r e s u n e fois seulement.
*282. Quels sont les sacrements qu'on ne
reçoit qu'une fois?
O n n e r e ç o i t q u ' u n e fois le B a p t ê m e , la
C o n f i r m a t i o n et l ' O r d r e .
*283. Pourquoi ne reçoit-on qu'une fois le
Baptême, la Confirmation et VOrdre?
O n n e r e ç o i t q u ' u n e fois le B a p t ê m e , la
C o n f i r m a t i o n et l ' O r d r e , p a r c e q u ' i l s im-
p r i m e n t d a n s l'âme u n caractère perma-
nent, o p é r a n t u n e consécration perpétuelle
d e l ' h o m m e à J é s u s - C h r i s t , p a r l a q u e l l e il
er
Chap. I . — Les sacrements en général.

se d i s t i n g u e de q u i c o n q u e n'en est point


marqué.
*284. Ou est-ce que le caractère?
Le c a r a c t è r e est u n s i g n e distinctif spiri-
tuel q u i n e s'efface j a m a i s .
*285. Quel caractère impriment dans rame
le Baptême, la Confirmation et l'Ordre?
Le B a p t ê m e i m p r i m e d a n s l'âme le carac-
tère de chrétien; la Confirmation celui de
soldat de J é s u s - C h r i s t ; l ' O r d r e , celui de
ministre d e Dieu.
*286. Combien y a-t-il de choses requises
pour un sacrement?
P o u r u n s a c r e m e n t , t r o i s choses sont
requises : la matière, l a forme et le ministre
qui doit a v o i r l ' i n t e n t i o n de faire ce que
l'Eglise fait.
*287. Qu est-ce que la matière d'un sacre-
ment?
La m a t i è r e d ' u n s a c r e m e n t , c'est l'élément
sensible q u i est r e q u i s p o u r l ' a d m i n i s t r e r ,
comme l'eau p o u r le B a p t ê m e .
*288. Ou est-ce que la forme d'un sacrement ?
La forme d ' u n s a c r e m e n t , ce s o n t les
paroles q u e îe m i n i s t r e doit proférer d a n s
l'acte m ê m e d ' a p p l i q u e r la m a t i è r e .

*289. Qu'est-ce que le ministre d'un sacre-


ment ?
Le m i n i s t r e d ' u n s a c r e m e n t , c'est l a per-
74 e
III Partie. — Moyens de la grâce.

s o n n e qui a le p o u v o i r de le conférer au
n o m et p a r l ' a u t o r i t é de J é s u s - C h r i s t .

CHAPITRE II

L e Baptême.
*290. Qu'est-ce que le Baptême?
Le B a p t ê m e est u n s a c r e m e n t qui n o u s
fait c h r é t i e n s , c'est-à-dire disciples de Jésus-
C h r i s t , e n f a n t s de Dieu et m e m b r e s de
l'Eglise.
2 9 1 . Quelle est la matière du Baptême?
La m a t i è r e d u B a p t ê m e est l'eau n a t u r e l l e .
*292. Quelle est la forme du Baptême?
La f o r m e d u B a p t ê m e , ce s o n t les p a r o l e s :
Je te baptise au nom du Père, et du Fils,
et du Saint-Esprit.
*293. Quel est le ministre au Baptême?
Le m i n i s t r e d u B a p t ê m e est o r d i n a i r e -
m e n t le p r ê t r e ; m a i s , en cas de nécessité,
toute personne peut l'administrer, même un
h é r é t i q u e ou u n infidèle, p o u r v u qu'il ait
l ' i n t e n t i o n de faire ce q u e l'Eglise fait.
*294. Comment se donne le Baptême?
Le B a p t ê m e se d o n n e en v e r s a n t de l'eau
s u r la t ê t e de la p e r s o n n e à b a p t i s e r , et en
p r o n o n ç a n t en m ê m e t e m p s les p a r o l e s de
la forme.
2 9 5 . Quels effets produit le Baptême?
Le B a p t ê m e confère la p r e m i è r e g r â c e
Chap. II. — Le Baptême. 75

sanctifiante et les v e r t u s surnaturelles, en-


lève le péché originel et les péchés actuels,
s'il y en a, ainsi que toute la peine qui leur
est due; il imprime le caractère de chrétien
et rend capable de recevoir les autres sacre-
ments.

296. Le Baptême lransforme-t-il l'homme?


Le Baptême transforme l'homme spiri-
tuellement et le fait comme renaître en le
rendant un homme nouveau; c'est pourquoi
on impose alors au baptisé un nom conve-
nable, celui d'un saint, qui lui servira
d'exemple et de protecteur dans sa vie de
chrétien.

297. A quoi s'oblige celui qui reçoit le Bap-


tême?
Celui qui reçoit le Baptême et devient
chrétien s'oblige à professer la foi et à
observer la loi de Jésus-Christ; il renonce
donc à tout ce qui s'y oppose.

298. A quoi renonce-t-on en recevant le Bap-


ic:ue?
En recevant le Baptême, on renonce au
démon, à s e s œ u v r e s et à s e s pompes.

299. Ou'entend-on par les œuvres et les


pompes du démon?
Par les œ u v r e s et les pompes du démon,
on entend le péché, les vanités du monde et
ses m a x i m e s perverses, contraires à l'Evan-
gile.
e
7C> III Partie. — Moyens de la grâce.

3 0 0 . En recevant le Baptême, comment les


enfants renoncent-ils au démon?
En r e c e v a n t le B a p t ê m e , les e n f a n t s re-
n o n c e n t au d é m o n p a r l ' i n t e r m é d i a i r e des
parrains.
3 0 1 . Qu'est-ce que les parrains, dans le
Baptême?
Les p a r r a i n s , d a n s le B a p t ê m e , s o n t ceux
q u i p r é s e n t e n t à l'Eglise la p e r s o n n e à bap-
tiser, r é p o n d e n t en son n o m , si c'est u n
e n f a n t , et a s s u m e n t , c o m m e pères spiri-
tuels, le soin de son é d u c a t i o n c h r é t i e n n e ,
a u cas où les p a r e n t s n a t u r e l s v i e n d r a i e n t à
y m a n q u e r ; a u s s i doivent-ils ê t r e de b o n s
chrétiens.

3 0 2 . Sommes-nous obligés de tenir les pro-


messes et les renoncements faits par les parrains
en notre nom au Baptême?
N o u s s o m m e s obligés de t e n i r les pro-
m e s s e s et les r e n o n c e m e n t s faits p a r les par-
r a i n s en n o t r e n o m a u B a p t ê m e , c a r il ne
n o u s est i m p o s é en cela q u e ce q u e Dieu
i m p o s e à t o u s , et qu'il n o u s f a u d r a i t p r o -
mettre nous-mêmes pour être sauvés.

3 0 3 . Les parents ou ceux qui en tiennent


lieu, quand dowent-ils présenter F enfant au
Baptême ?
Les p a r e n t s o u ceux q u i e n t i e n n e n t lieu
n e d o i v e n t p a s a t t e n d r e p l u s d e h u i t ou d i x
j o u r s à p r é s e n t e r l'enfant a u B a p t ê m e , et il
est l o u a b l e de lui a s s u r e r i m m é d i a t e m e n t la
Chap. III. — La Confirmation. 77

grâce et la félicité éternelle, car très facile-


ment il pourrait mourir.

CHAPITRE III
La Confirmation.
*304. Qu'est-ce que la Confirmation?
La Confirmation est un sacrement qui
nous rend parfaits chrétiens, soldats de
Jésus-Christ, et nous en imprime le caractère.
305. Quelle est la matière de la Confir-
mation ?
La matière de la Confirmation est le Saint
Chrême, mélange d'huile et de baume, con-
sacré par l'Evêque le Jeudi-Saint.
306. Quelle est la Jorme de la Confirmation?
La forme de la Confirmation, ce sont les
paroles : Je te marque du signe de la Croix
et je te confirme du chrême du salut, au
nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.
*307. Quel est le ministre de la Confirmation?
Le ministre ordinaire de la Confirmation
est l'Evêque; et le ministre extraordinaire,
le prêtre, qui a reçu du Pape cette faculté.
308. Comment l'Evêque adminislre-t-il la
Confirmation ?
L'Evêque étend les m a i n s sur les confir-
mands, invoque le Saint-Esprit, puis avec
le Saint Chrême oint le front de chacun en
forme de croix, prononçant en même temps
les paroles de la forme; il donne ensuite
78 III E
Partie. — Moyens de la grâce.

un léger soufflet en disant : « La paix soit


avec toi »; à la fin il bénit solennellement
tous les confirmés.
*309. Comment la Confirmation nous rend-
elle parjaits chrétiens et soldats de Jésus-Christ ?
La Confirmation nous rend parfaits chré-
tiens et soldats de Jésus-Christ en nous
donnant l'abondance de l'Esprit-Saint, c'est-
à-dire l'abondance de ses grâces et de ses
dons, qui n o u s confirment ou n o u s fortifient
dans la foi et dans l e s autres vertus contre
les ennemis spirituels.
310. A quel âge est-il bon de recevoir la
Confirmation?
Il est bon de recevoir la Confirmation à
l'âge d'environ sept ans, parce qu'alors com-
mencent d'habitude les tentations, et que
l'enfant peut suffisamment connaître la sain-
teté et la grâce de ce sacrement.
*311. Quelles dispositions doit avoir celui
qui reçoit la Confirmation?
Celui qui reçoit la Confirmation doit être
en état de grâce, connaître les principaux
mystères de la foi, s'il a l'usage de la raison,
et s'approcher de ce sacrement avec dévo-
tion, profondément pénétré de ce que les
rites signifient.
312. Que signifie le Saint Chrême?
Le Saint Chrême, par l'huile qui s'épand
et fortifie, signifie la grâce abondante de
la Confirmation; par le b a u m e qui est odo-
Chap. IV. — L'Eucharistie. 79

rant et p r é s e r v e de la c o r r u p t i o n , il signifie
la b o n n e o d e u r des v e r t u s que le confirmé
devra p o s s é d e r , f u y a n t la c o r r u p t i o n des
vices.
3 1 3 . Que signifie Vonction qui se fait sur le
front en Jorme de croix?
L'onction q u i se fait s u r le front en forme
de croix signifie q u e le confirmé, en vail-
lant s o l d a t de Jésus-Christ, d e v r a p o r t e r le
front h a u t , s a n s r o u g i r de la Croix et s a n s
c r a i n d r e les e n n e m i s de la Foi.
3 1 4 . Que signifie le léger soufflet que
l'Evêque donne au confirmé?
Le léger soufflet q u e l'Evêque d o n n e au
confirmé signifie que celui-ci doit ê t r e dis-
posé à souffrir p o u r la Foi t o u t affront et
toute p e i n e .
3 1 5 . Y a-t-il des parrains à la, Confir-
mation ?
A la C o n f i r m a t i o n , il y a des p a r r a i n s
p o u r les h o m m e s et d e s m a r r a i n e s p o u r les
f e m m e s ; ils d o i v e n t ê t r e de b o n s c h r é t i e n s ,
p o u r édifier et a s s i s t e r s p i r i t u e l l e m e n t les
confirmés.

CHAPITRE IV
L'Eucharistie.
§ l . — Le sacrement,
e p
son institution, sa fin.

*316. Ou est-ce que l'Eucharistie?


L ' E u c h a r i s t i e est u n s a c r e m e n t qui, sous
e
III Partie. — Moyens de la grâce.

les a p p a r e n c e s d u p a i n et d u v i n , contient
réellement le C o r p s , le S a n g , l'Ame et la
Divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ p o u r
être la n o u r r i t u r e des â m e s .

3 1 7 . Quelle est la matière de l'Eucharistie?


La m a t i è r e de l ' E u c h a r i s t i e est le p a i n de
froment et le v i n de r a i s i n .
3 1 8 . Quelle est la forme de l'Eucharistie?
La forme de l'Eucharistie, ce s o n t les
p a r o l e s de Jésus-Christ : Ceci est mon Corps;
ceci est le Calice de mon Sang répandu
pour vous et pour beaucoup, en rémission
des péchés. ( P r i è r e s , II, C a n o n . )

3 1 9 . Quel est le ministre de //Eucharistie?


Le m i n i s t r e de l ' E u c h a r i s t i e est le p r ê t r e
q u i p r o n o n c e à la Messe les p a r o l e s de J é s u s -
C h r i s t , et c h a n g e le pain en son C o r p s et le
v i n en son S a n g .

3 2 0 . Quand Jésus-Christ a-t-il institué l'Eu-


charislie?
Jésus-Christ a i n s t i t u é l ' E u c h a r i s t i e à l a
d e r n i è r e Cène, a v a n t sa P a s s i o n , l o r s q u ' i l
a c o n s a c r é le p a i n et le vin, et les a distri-
b u é s a u x a p ô t r e s c o m m e son C o r p s et son
S a n g , l e u r c o m m a n d a n t de r e n o u v e l e r en-
suite ce m y s t è r e en m é m o i r e de lui.

3 2 1 . Pourquoi Jésus-Christ a-t-il institue


V Eucharistie?
Jésus-Christ a i n s t i t u é l ' E u c h a r i s t i e p o u r
Chap. IV. — L'Eucharist: BL

qu'elle fût, par la Messe, le sacrifice perma-


nent du Nouveau Testament, et par la com-
munion, la nourriture des âmes, en souvenir
perpétuel de son amour, de sa Passion et de
sa Mort.

§ 2. — Présence réelle de Jésus-Christ dans l'Eucharistie.

*322. Y a-l-il, dans l'Eucharistie, le même


Jésus-Christ qui est au ciel et qui est né, sur
terre, de la Vierge Marie ?
Il y a d a n s l'Eucharistie le même Jésus-
Christ qui est au ciel, et qui est né, sur terre,
de la Vierge Marie.

323. Pourquoi croyez-vous que Jésus-Christ


est véritablement dans VEucharistie?
Je croîs que Jésus-Christ est véritablement
dans l'Eucharistie parce que Lui-même a
appelé le pain et le vin consacrés son Corps
et son Sang, et parce que tel est renseigne-
ment de 1 Eglise; mais c'est un mystère et
un grand mystère.

324. Qu'est-ce que Vhostie avant la Consé-


cration?
Avant la Consécration, l'hostie est du
pain.

325. Qu'est-ce que Vhostie après la Consé-


cration?
Après la Consécration, l'hostie est le vrai
Corps de Notre-Seigneur Jésus-Christ, sous
les apparences du pain.
c
82 Iïl Partie. — Moyens de la grâce.

326. Que contient le calice avant la Couse*


cration?
Avant la Consécration, le calice contient
du vin auquel ont été mélangées quelques
gouttes d'eau.
327. Qu'y a-t-il dans le calice après la
Consécration?
Après la Consécration, il y a dans le calice
le vrai Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ,
sous les apparences du vin.
*328. A quel moment le pain et le vin de-
viennent-ils le Corps et le Sang de Jésus?
Le pain et le v i n deviennent le Corps et
le Sang de Jésus au moment de la Consé
cration.
*329. Après la Consécration, ne reste-t-il
rien du pain et du vin?
Après la Consécration, il n'y a plus ni
pain ni vin, m a i s seulement l e s espèces ou
apparences, s a n s la substance.
330. Qu'est-ce que les espèces ou apparences?
Les espèces ou apparences sont tout ce
qui tombe s o u s les sens, comme la figure, la
couleur, l'odeur, la saveur du pain et du vin.
331. Sous les apparences du pain, y a-l-il
le Corps seulement de Jésus, et, sous celles du
vin, y a-t-il seulement son Sang?
Non, sous les apparences du pain il y a
Jésus-Christ tout entier : son Corps, son
Sang, son Ame et sa Divinité, et il en est de
même sous les espèces du v i n .
Chap. IV. — L'Eucharistie.

*332. Lorsqu'on brise Vhostie en plusieurs


parties, brise-t-on le Corps rie Jésus-Christ?
Lorsqu'on brise l'hostie en plusieurs par-
ties, on ne brise pas le Corps de Jésus-
Christ, m a i s seulement les espèces du pain;
le Corps du Seigneur reste entier en cha-
cune des parties,

*333. Jésus-Christ se trouve-l-il dans toutes


les hosties consacrées du monde?
Oui, Jésus-Christ se trouve dans toutes
les hosties consacrées du monde.

334. Pourquoi conserve-t-on dans les églises


la sainte Eucharistie?
On conserve la sainte Eucharistie dans les
églises pour que les fidèles l'adorent, qu'ils
la reçoivent dans la communion, et qu'ils
sentent en ce sacrement l'assistance et la
présence perpétuelles de Jésus-Christ dans
l'Eglise.

§3. — Sainte Communion : disposition, obligations, effets.

*335. Combien de conditions sont nécessaires


pour Jaire une bonne communion?
Pour faire une bonne communion, trois
conditions sont nécessaires : 1° être en état
de grâce; 2° savoir qui l'on va recevoir et y
penser; 3° être à jeun depuis minuit.

*336. Que signifie être en étal de grâce?


Etre en état de grâce signifie avoir la
conscience pure de tout péché mortel.
111° Partie. — Moyens île la grâce.

3 3 7 . Celai qui communie avec la, conscience


(fan péché mortel reçoit-il Jésus-Christ?
Celui qui c o m m u n i e avec la conscience
d'un péché m o r t e l reçoit Jésus-Christ, m a i s
n o n p a s sa g r â c e ; il c o m m e t , a u c o n t r a i r e ,
u n h o r r i b l e s a c r i l è g e et m é r i t e la d a m n a t i o n .
3 3 8 . Que signifie « savoir qui Von va, rece-
voir et penser à Lui »?
Savoir qui l'on va recevoir et penser à
Lui signifie s ' a p p r o c h e r de Notre-Seigneur
J é s u s - C h r i s t a v e c u n e foi vive, u n désir
a r d e n t , u n e h u m i l i t é et u n e m o d e s t i e pro-
fondes.
*339. Quel est le jeune requis avant la com-
munion?
A v a n t la c o m m u n i o n , il est r e q u i s le jeûne
naturel ou total, q u i se r o m p t en p r e n a n t
q u o i q u e ce soit en m a n i è r e d e n o u r r i t u r e
o u de b o i s s o n .
3 4 0 . La communion n'est-elle jamais per-
mise à qui n'est pas à jeun?
La c o m m u n i o n est p e r m i s e s a n s ê t r e â
jeun q u a n d il y a d a n g e r de m o r t , et d u r a n t
les l o n g u e s m a l a d i e s , m a i s d a n s les condi-
t i o n s d é t e r m i n é e s p a r l'Eglise.
* 3 4 1 . Y a-l-il obligation de recevoir la com-
m union?
Il y a o b l i g a t i o n de r e c e v o i r l a c o m m u n i o n
chaque année â Pâques, ainsi qu'en danger
d e m o r t , p o u r q u ' e l l e soit le viatique qui
s o u t i e n n e l ' â m e d a n s le v o y a g e de l ' é t e r n i t é .
Chap. ÎV. — L'Eucharistie.

' 3 4 2 . À quel dge commence Vobligation de


la communion pascale?
L'obligation de faire la c o m m u n i o n pas-
cale c o m m e n c e à l'âge où Ton est capable
de la faire avec les d i s p o s i t i o n s suffisantes,
c'est-à-dire d ' o r d i n a i r e v e r s l'âge de sept a n s .

*343. Est-il bonet utile de communier souvent ?


Il est excellent et t r è s utile de c o m m u n i e r
souvent et m ô m e t o u s les j o u r s , p o u r v u
qu'on le fasse t o u j o u r s avec les d i s p o s i t i o n s
requises.

3 4 4 . Après la communion, combien de temps


Jésus-Christ resle-i-il en nous?
Apres la communion, Jésus-Christ reste
en n o u s t a n t q u e d u r e n t les espèces eucha-
ristiques.

3 4 5 . Quels ejfels produit VEucharistie en


ceux qui la reçoivent dignement?
En c e u x q u i la r e ç o i v e n t d i g n e m e n t , l'Eu-
charistie c o n s e r v e et a u g m e n t e la g r â c e , qui
est la vie d e F â m e , c o m m e la n o u r r i t u r e le
fait p o u r la vie d u c o r p s ; elle r e m e t les
péchés v é n i e l s et p r é s e r v e des péchés mor-
tels; elle d o n n e c o n s o l a t i o n et confort, eu
a u g m e n t a n t la c h a r i t é et l'espérance de la
vie é t e r n e l l e , d o n t elle est le gage.

§ 4. — Le Saint Sacrifice de la Messe.

3 4 6 . L'Eucharistie n'est-elle que sacrement?


L ' E u c h a r i s t i e n'est p a s seulement sacre-
86 III" Partie. — Moyens de la grâce.

m e n t , m a i s elle est a u s s i le sacrifice perma-


n e n t d u N o u v e a u T e s t a m e n t , et c o m m e telle,
on la n o m m e la s a i n t e Messe.
3 4 7 . Ouest-ce que le sacrifice?
Le sacrifice est l'offrande faite à Dieu
d ' u n e chose q u e Ton d é t r u i t , p o u r professer
qu'il est le C r é a t e u r et M a î t r e s u p r ê m e au-
quel t o u t est e n t i è r e m e n t d û .

*348. Ou est-ce que la sainte Messe?


La s a i n t e Messe est le sacrifice d u C o r p s
et d u S a n g de J é s u s - C h r i s t q u e le p r ê t r e
offre à Dieu s u r l'autel s o u s les espèces d u
p a i n et d u vin, en m é m o i r e et renouvelle-
ment d u sacrifice de la C r o i x .

3 4 9 . Le sacrifice de la Messe est-il le sacri-


fice même de la Croix?
Le sacrifice d e la Messe est le sacrifice
m ê m e de la C r o i x , il y a s e u l e m e n t u n e dif-
férence d a n s la m a n i è r e de l ' a c c o m p l i r .

3 5 0 . Quelle différence y a-l-il entre le sacri-


fice de la Croix et celui de la Messe?
E n t r e le sacrifice de la C r o i x et celui de la
Messe, il y a cette différence q u e , s u r la
C r o i x , J é s u s - C h r i s t s'est sacrifié e n v e r s a n t
v o l o n t a i r e m e n t s o n p r o p r e S a n g et a mérité
pour nous toute grâce ; tandis que, sur
l'autel, s a n s r é p a n d r e son S a n g , Il se sacrifie
et s ' a n é a n t i t m y s t i q u e m e n t p a r le m i n i s t è r e
du p r ê t r e , et n o u s applique les m é r i t e s d u
sacrifice de la C r o i x .
Chap. IV. — L'Eucharistie. 87

351. Pour quelles fins offre-t-on la Messe à


Dieu?
On offre la Messe à Dieu pour lui rendre
le culte suprême de latrie ou d'adoration;
pour le remercier de ses bienfaits, l'apaiser
et lui donner satisfaction pour nos péchés,
enfin pour obtenir des grâces en faveur des
fidèles v i v a n t s et des trépassés.
352. La Messe n'est-elle pas également offerte
aux Saints?
La Messe n'est pas offerte aux Saints,
mais à Dieu seul, même quand on la célèbre
en l'honneur des Saints; le sacrifice n'appar-
tient qu'au Créateur et Maître suprême.
*353. Sommes-no us obligés d'en tendi *e la
Messe ?
Nous s o m m e s obligés d'entendre la Messe
les dimanches et autres fêtes de précepte;
mais il est b o n d'y assister fréquemment,
afin de participer au plus grand acte de la
Religion, acte souverainement agréable à
Dieu et méritoire.
354. Quelle est la meilleure manière d'as-
sister à la Messe?
La meilleure manière d'assister à la Messe
est de l'offrir à Dieu en union avec le prêtre,
en pensant a u sacrifice de la Croix accompli
par la P a s s i o n et la Mort du Seigneur, et
en communiant; la communion est l'union
réelle à la Victime immolée et forme, par
conséquent, la meilleure participation au
Saint Sacrifice.
e
88 III Partie. — Moyens de la gTàce.

CHAPITH V

La Pénitence.
£ t . — Le sacrement
r r
et ses parties. — L'examen
de conscience.

*355. Qu est-ce c/ue la Pénitence?


La P é n i t e n c e ou Confession est u n sacre-
ment institué par Jésus-Christ pour remettre
les p é c h é s c o m m i s a p r è s le B a p t ê m e .

3 5 6 . Quand le sacrement de Pénitence a-t-rf


été institué par Jésus-Christ?
Le s a c r e m e n t de P é n i t e n c e a été institué
p a r J é s u s - C h r i s t q u a n d il a dit a u x Apôtres
et, en eux, à l e u r s s u c c e s s e u r s : « Recevez le
S a i n t - E s p r i t ; les péchés s e r o n t r e m i s à ceux
à q u i v o u s les r e m e t t r e z , et ils s e r o n t r e t e n u s
à ceux à q u i v o u s les r e t i e n d r e z . »(Joan. xx,
22-23.)

3 5 7 . Quel est le ministre de la Pénitence?


Le m i n i s t r e d e la P é n i t e n c e est le p r ê t r e
a p p r o u v é p a r l'Evêque.
*358. Combien y a-t-il de conditions requises
pour Jaire une bonne confession, et quelles
sont-elles?
Il y a c i n q c o n d i t i o n s r e q u i s e s p o u r faire
u n e b o n n e confession : 1° l ' e x a m e n de con-
science; 2° la d o u l e u r de ses p é c h é s ; 3° le
b o n p r o p o s de ne p l u s les c o m m e t t r e ; 4° la
confession; 5° la satisfaction ou pénitence.
Chap. V. — La Pénitence 8»

*359. Gomment se fait Vexamen de con-


science?
On fait l ' e x a m e n de conscience en rappe-
lant à s o n e s p r i t les p é c h é s qui, d e p u i s la
dernière confession bien faite, ont été com-
mis p a r p e n s é e s , p a r p a r o l e s , p a r actions
et p a r o m i s s i o n s c o n t r e les c o m m a n d e m e n t s
de Dieu, c o n t r e les c o m m a n d e m e n t s de
l'Eglise et c o n t r e les o b l i g a t i o n s de son état.
3 6 0 . Dans Vexamen de conscience, devons-
nous rechercher le nombre des péchés?
D a n s l ' e x a m e n de conscience, n o u s de-
vons r e c h e r c h e r , et m ê m e avec diligence, le
nombre d e s p é c h é s mortels.
§ 2 . — La contrition et le bon propos.

"361. On est-ce que la contrition?


La c o n t r i t i o n , ou r e p e n t i r , ou d o u l e u r , est
le r e g r e t et d é t e s t a t i o n d e s péchés c o m m i s
qui n o u s fait n o u s p r o p o s e r de n e p l u s
pécher.
362. Combien y a-l-il d'espèces de contrition?
Il y a d e u x espèces de c o n t r i t i o n : la con-
trition p a r f a i t e et la c o n t r i t i o n i m p a r f a i t e
ou a t t r i t i o n .
363. Qu'est-ce que fa contrition parfaite?
La c o n t r i t i o n p a r f a i t e est la détestation
des p é c h é s c o m m i s , en t a n t qu'ils offensent
Dieu n o t r e P è r e , infiniment b o n et a i m a b l e ,
et qu'ils o n t c a u s é la P a s s i o n et la Mort de
notre R é d e m p t e u r , Jésus-Christ, F i l s de
Dieu.
III" Partie. — Moyens de la grâce.

3 6 4 . Pourquoi V appelle-t-on parfaite?


O n Tappelle p a r f a i t e p a r c e qu'elle naît
d ' u n motif p a r f a i t , q u i est l ' a m o u r filial de
Dieu o u c h a r i t é , et p a r c e qu'elle n o u s obtient
i m m é d i a t e m e n t le p a r d o n d e s péchés, bien
qu'il n o u s r e s t e l ' o b l i g a t i o n d e les confesser.

3 6 5 . Qu'est-ce que la contrition imparfaite


ou atirition ?
La c o n t r i t i o n i m p a r f a i t e ou a t t r i t i o n est la
d é t e s t a t i o n d e s p é c h é s c o m m i s , p a r crainte
des c h â t i m e n t s é t e r n e l s et t e m p o r e l s , ou à
c a u s e de la l a i d e u r d u péché.

3 6 6 . Pourquoi Vattrition est-elle une con­


trition imparfaite?
L'attrition est une contrition imparfaite
p a r c e qu'elle n a î t de motifs m o i n s parfaits,
p r o p r e s a u x esclaves p l u t ô t q u ' à d e s fils; et
p a r c e qu'elle n e n o u s o b t i e n t le p a r d o n des
péchés q u e m o y e n n a n t le s a c r e m e n t .

*367. Est-il nécessaire d'avoir le repentir de


tous les péchés commis?
Il est nécessaire d ' a v o i r le r e p e n t i r de
tous les p é c h é s mortels s a n s e x c e p t i o n qui
o n t été c o m m i s , et il convient de l'avoir
a u s s i des p é c h é s v é n i e l s .

3 6 8 . Pourquoi est-il nécessaire d'avoir le


repentir de tous les péchés mortels ?
Il est n é c e s s a i r e d ' a v o i r le r e p e n t i r de
t o u s les péchés m o r t e l s p a r c e q u e chacun
d'eux offense Dieu g r a v e m e n t , n o u s fait
Chap. V. — La Pénitence. 91

perdre sa grâce, et nous mérite de rester


séparés de Lui éternellement.
*369. Qu'est-ce que le bon propos?
Le bon propos est la volonté résolue de
ne plus jamais commettre de péché et d'en
fuir les occasions.
370. Qu'est-ce que l'occasion du péché?
L'occasion du péché est ce qui nous met
en danger de le commettre, que ce soit une
personne ou une chose.
371. Sommes-nous obligés de fuir les occa-
sions de péché?
Nous s o m m e s obligés de fuir les occasions
de péché parce que n o u s s o m m e s obligés
de fuir le péché; qui ne le fuit pas finit par
y tomber, car « qui aime le danger y périra ».
(EcclL m , 27.)
§ 3. — Confession des péchés.
*372. Qu'est-ce que la concession?
La confession est l'accusation des péchés
faite au prêtre confesseur pour en recevoir
l'absolution.
*373. De quels péchés sommes-nous obligés
de nous confesser?
Nous s o m m e s obligés de nous confesser
de tous les péchés mortels non encore con-
fessés ou mal confessés, et il est bon de con-
fesser aussi les fautes vénielles.
374. Comment devons-nous accuser les péchés
mortels?
Nous d e v o n s accuser les péchés mortels
92 11V Partie. — Moyens de la grâce.

pleinement, s a n s n o u s l a i s s e r a l l e r à la
fausse h o n t e d'en t a i r e a u c u n ; il faut en
d é c l a r e r Ycspèce, le nombre a i n s i q u e les
circonstances q u i a j o u t e r a i e n t à la faute
u n e n o u v e l l e malice grave.
3 7 5 . Celui qui ne se souvient pas du nombre
précis des péchés mortels, que doit-il faire?
Celui q u i ne se s o u v i e n t p a s d u n o m b r e
p r é c i s des péchés m o r t e l s doit faire c o n n a î t r e
le n o m b r e q u i lui p a r a i t le p l u s p r è s de la
vérité.
3 7 6 . Pourquoi faut-il ne pas se laisser aller
à la fausse honte de taire aucun péché mortel?
Il faut ne p a s se l a i s s e r a l l e r à la fausse
h o n t e de t a i r e a u c u n péché m o r t e l , p a r c e
q u e n o u s nous confessons à Jésus-Christ
d a n s la p e r s o n n e dit p r ê t r e , et q u e celui-ci
n e p e u t r é v é l e r a u c u n e de n o s fautes, au
p r i x m ê m e de sa v i e ; enfin, p a r c e que, si
n o u s a g i s s i o n s a u t r e m e n t , n ' a y a n t p a s ob-
t e n u le p a r d o n , n o u s s e r i o n s d é s h o n o r é s en
p r é s e n c e de t o u s a u j u g e m e n t g é n é r a l .
*377. Celui qui, par honte ou par un autre
motif, tairait un péché mortel, ferait-il une
bonne confession?
Celui qui, p a r h o n t e ou p a r u n a u t r e mo-
tif, t a i r a i t u n péché m o r t e l , n e ferait p a s
u n e b o n n e confession, m a i s c o m m e t t r a i t u n
sacrilège.
*378. Que doit faire celui qui reconnaît ne
s'être pas bien conjessé?
Celui qui r e c o n n a î t ne s'être p a s bien cou-
Chap. V. — La Pénitence. 03

fessé doit refaire les confessions mal faites


et s'accuser des sacrilèges commis.
379. Celui qui a omis ou oublié un pêche
mortely sans quil y ait de sa faute, a-t-il fait
une bonne confession?
Celui qui a o m i s oit oublié un péché mortel,
sans qu'il y ait de sa faute, a fait une bonne
confession, mais il lui reste l'obligation de
s'en confesser dans la suite.
§ 4. — L'absolution, la satisfaction, les indulgences.

*380. Qu'est-ce que l'absolution?


L'absolution est la sentence par laquelle
le prêtre, au nom de Jésus-Christ, remet les
péchés au pénitent en disant: Je t'absous
de tes péchés au nom du Père, et du Fils,
et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.
381. Les péchés une fois remis par Vabsolu-
tion, la peine méritée est-elle remise aussi?
Les péchés une fois remis par l'absolution,
la peine éternelle méritée par le péché est
remise a u s s i ; mais.si on n'a pas une contri-
tion très parfaite, il reste ordinairement à
expier, en cette vie ou en l'autre, une peine
temporelle.
*382. Qu'est-ce que la satisfaction on péni-
tence sacramentelle?
La satisfaction ou pénitence sacramentelle
est la bonne œ u v r e imposée par le confesseur
en punition de la faute, en correction du
pécheur, et en déduction de la peine tempo-
relle méritée par le péché.
0
94 III Partie. — Moyens de la grâce.

3 8 3 . Quand doit-on faire la pénitence sacra-


mentelle?
Il c o n v i e n t d ' a c c o m p l i r la p é n i t e n c e sacra-
m e n t e l l e a u p l u s t ô t , si le confesseur n'en a
p a s a s s i g n é le t e m p s .

3 8 4 . La pénitence sacramentelle suffit-elle


à nous libérer de toute la neine temporelle
méritée par le péché?
La p é n i t e n c e s a c r a m e n t e l l e n e suffit p a s
d ' o r d i n a i r e à n o u s l i b é r e r de t o u t e la peine
t e m p o r e l l e m é r i t é e p a r le p é c h é ; a u s s i est-il
b o n d'y s u p p l é e r p a r d ' a u t r e s œuvres de
pénitence et de piété, a i n s i q u e p a r les indul-
gences.
3 8 5 . Quelles sont les œuvres de pénitence et
de piété?
Les œ u v r e s de p é n i t e n c e et de piété s o n t :
les j e û n e s , les m o r t i f i c a t i o n s , les actes de
m i s é r i c o r d e s p i r i t u e l l e et c o r p o r e l l e , les
p r i è r e s et l'usage p i e u x de ces objets b é n i t s
et de ces rites s a c r é s q u ' o n n o m m e sacra-
mentaux, t e l s q u e l'eau b é n i t e et les béné-
d i c t i o n s d i v e r s e s . ( F o r m u l e s 21-22.)

*386. Qu est-ce quune indulgence?


Une i n d u l g e n c e est u n e r é m i s s i o n de peine
t e m p o r e l l e d u e p o u r les péchés : l'Eglise la
concède s o u s c e r t a i n e s c o n d i t i o n s a u x â m e s
en état de g r â c e , en l e u r a p p l i q u a n t les
m é r i t e s et les satisfactions s u r a b o n d a n t e s
de Jésus-Christ, de la S a i n t e V i e r g e e t des
S a i n t s , qui c o n s t i t u e n t le trésor de VEglise.
Chap. VI. — I/Extrèrae-Onction.

*387. Combien y a-l-il de sortes d'indul-


gences ?
Il y a d e u x sortes d'indulgences : les indul-
gence&plênières et l e s indulgences^artf eZtes.
388. Qu'est-ce que Vindulgence plénière?
L'indulgence plénière est celle qui remet
toute la peine temporelle due au péché,
389. Ouest-ce que V indulgence partielle?
L'indulgence partielle est celle qui remet
seulement une partie de la peine temporelle
due au péché.
390. Qu'entend-on par indulgence de qua-
rante ou de cent jours, de sept ans, clc?
Par indulgence de quarante ou de cent
jours, de sept ans, etc., o n entend la rémis-
sion de peine temporelle qu'on aurait obtenue
par quarante ou cent jours, par sept ans, etc.,
de la pénitence établie par l'Église, a u x
temps antiques.
*391. Quelles sont les conditions nécessaires
pour acquérir les indulgences?
Les conditions nécessaires pour acquérir
les indulgences sont l'état de grâce et l'ac-
complissement des œ u v r e s prescrites.

CHAPITRE VI
\J Extrême-Onction.
*392. Qu'est-ce que VExtrême-Onction?
L'Extrême-Onction, appelée aussi du nom
de Saintes Huiles, est u n sacrement institué
96 e
III Partie. — Moyens de la grâce.

pour le soulagement spirituel et m ê m e tem-


porel des chrétiens g r a v e m e n t malades.
393. Quel est le ministre de VExtrême-
Onction?
Le ministre de l'Extrême-Onction est le
curé de la paroisse ou tout autre prêtre qui
ait la permission.
394- Comment le prêtre administre-t-il
9
l Extrême-Onction ?
Pour administrer l'Extrême-Onction, le
prêtre oint en forme de croix, avec l'huile
bénite par l'Evèque, les organes des sens de
l'infirme en disant : Par cette onction sainte
et par sa très amoureuse miséricorde, que
le Seigneur te pardonne toute faute com-
mise par la vue, par l'ouïe, etc. Ainsi soit-il.
9
395. Quels effets produitl Extrême-Onction?
L'Extrême-Onction augmente la grâce
sanctifiante, efface les péchés véniels et
m ê m e les péchés mortels dont l'infirme au-
rait Vattrition s a n s pouvoir les confesser;
elle donne des forces pour supporter patiem-
ment la maladie, pour résister aux tenta-
tions et mourir saintement; enfin, elle aide
à recouvrer la santé, si c'est pour le bien
de l'âme.
396. Quand peut-on administrer VExirême-
Onction ?
On peut administrer l'Extrême-Onction
dès qu'il y a danger de mort, et il est b o n
de le faire aussitôt après la confession et la
Chap. VII. - L'Ordre.

réception du Viatique, pendant que le malade


conserve la connaissance.

CHAPITRE VII

L'Ordre.

*397. Ou est-ce que l'Ordre?


UOrdre est un sacrement qui donne le
pouvoir d'accomplir les actions sacrées con-
cernant l'Eucharistie et le salut des âmes ; il
imprime le caractère de ministre de Dieu.

398. Oael est le ministre de l'Ordre?


Le ministre de l'Ordre est l'Evêque qui
donne l'Esprit-Saint et le pouvoir sacré par
l'imposition des mains et par la tradition
des objets propres à l'Ordre, en prononçant
les paroles de la forme prescrite.

399. Pourquoi le sacrement qui consacre les


minisires de Dieu s'appelle-l-il Ordre?
Le sacrement qui consacre les ministres
de Dieu s'appelle Ordre parce qu'il com-
prend des ministres de divers degrés, subor-
donnés les uns aux autres, et formant ainsi
la Hiérarchie sacrée.
4 0 0 . Quels sont les degrés de la Hiérarchie
sacrée?
Les degrés de la Hiérarchie sacrée sont :
les Ordres mineurs, le Sous-diaconat et le
Diaconat, qui sont préparatoires; la Prêtrise
ou Sacerdoce, qui donne le pouvoir de con-
0
98 III Partie. — Moyens de la grâce.

sacrer l'Eucharistie et de remettre les péchés;


enfin YEpiscopat, plénitude d u sacerdoce,
donnant le pouvoir de conférer l e s Ordres,
d'instruire et de gouverner l e s fidèles.

401 - La dignité du Sacerdoce est-elle grande?


La dignité du Sacerdoce est très grande,
car il a pouvoir sur le Corps réel de Jésus-
Christ, qu'il rend présent d a n s l'Eucharistie,
et sur s o n Corps mystique, l'Eglise, qu'il
gouverne, ayant la mission sublime de con-
duire les h o m m e s à la sainteté et à la vie
bienheureuse.

402. Quel but doit avoir celui qui entre dans


les Ordres?
Celui qui entre dans les Ordres doit avoir
pour but la seule gloire de Dieu et le salut
des âmes.

403. Chacun peut-il entrer à son gre dans


les Ordres?
Personne ne peut entrer à s o n g r é dans
l e s Ordres, mais il faut être appelé de Dieu
par l'intermédiaire de s o n Evêque, c'est-
à-dire qu'il faut avoir la vocation, avec l e s
vertus et les aptitudes au saint ministère
qu'elle requiert.

404. Celui qui embrasserait le Sacerdoce


sans vocation ferait-il mal?
Celui qui embrasserait le Sacerdoce sans
vocation ferait très mal, car il pourrait dif-
ficilement en observer les sublimes devoirs,
Chap. VIII. — Le Mariage.

et courrait le d a n g e r é v i d e n t de s c a n d a l e s
publics et de p e r d i t i o n é t e r n e l l e .
405. Quels devoirs ont les fidèles à l'égard
de ceux qui sont appelés aux Ordres?
Les fidèles o n t le d e v o i r de laisser à l e u r s
fils et à t o u s ceux qui s o n t de leur dépen-
dance la pleine l i b e r t é de s u i v r e leur voca-
tion; ils d o i v e n t en o u t r e d e m a n d e r à Dieu
des p a s t e u r s et des m i n i s t r e s b o n s , j e û n e r
dans ce b u t a u x Q u a t r e - T e m p s ; v é n é r e r enfin
les o r d o n n é s c o m m e des p e r s o n n e s consa-
crées à Dieu.

CHAPITRE VIII

Le Mariage.

*406. Ou est-ce que le Mariage?


Le Mariage est u n s a c r e m e n t q u i u n i t
l'homme et la f e m m e indissolublement,
comme s o n t u n i s Jésus-Christ et l'Eglise son
épouse, et q u i l e u r d o n n e la grâce de v i v r e
s a i n t e m e n t e n s e m b l e et d'élever c h r é t i e n n e -
ment leurs enfants.
4 0 7 . Quels sont les ministres du Mariage?
Les m i n i s t r e s d u M a r i a g e sont les é p o u x
qui le c o n t r a c t e n t .
4 0 8 . Comment se contracte le Mariage?
Le m a r i a g e se c o n t r a c t e p a r le consente-
m e n t m u t u e l , e x p r i m é en présence d u c u r é
ou de s o n délégué, et d e v a n t deux t é m o i n s ,
sur le t e r r i t o i r e de lia p a r o i s s e .
100 III" Partie. — Moyens de la grâce.

*409. En contractant le Mariageles époux


doivent-ils être en état de grâce?
En contractant le Mariage, les époux
doivent être en état de grâce, sinon ils com-
mettent un sacrilège.

*410. Qn est-ce que l'acte qu'on appelle


Mariage civil ?
L'acte qu'on appelle mariage civil est la
formalité prescrite par l'Etat pour que le
contrat matrimonial ait les effets civils.

*411. Suf/il-il, pour les chrétiens, de faire


seulement l'acte civil?
Il ne suffit pas, pour les chrétiens, de faire
seulement l'acte civil, parce que cet acte
n'est pas sacrement; pour eux, l'acte seul
qui est sacrement constitue le Mariage
devant Dieu.

412. Les époux doivent-ils accomplir aussi


l'acte civil?
Les époux doivent accomplir aussi l'acte
civil, bien qu'il ne soit pas sacrement, afin
de s'assurer à eux-mêmes et à leurs enfants
les effets de la société conjugale; c'est pour-
quoi l'Eglise ne permet pas d'ordinaire le
Mariage r e l i g i e u x , si on n'accomplit pas
aussi les actes prescrits par l'Etat.

413. Quels devoirs ont les époux?


Les époux ont le devoir de v i v r e ensemble
saintement, de s'aider avec une affection
constante dans les nécessités spirituelles et
Chap. VIII. — Le Mariage. 101

temporelles, et de bien élever leurs enfants,


en prenant soin de leur âme non moins que
de leur corps, et en les formant avant tout
À la religion et à la vertu, par la parole et
par l'exemple.
ORAISONS

Que c e s s a c r e m e n t s , S e i g n e u r , n o u s p u r i f i e n t p a r l e u r p u i s -
sante v e r t u e t n o u s f a s s e n t p a r v e n i r p u r s à v o u s , q u i e n ê t e s
E R
l'auteur. ( S e c r è t e du I dimanche de VArgent,}
Seigneur, q u e la p a r t i c i p a t i o n à v o s s a c r e m e n t s n o u s s a u v e
et n o u s c o n f i r m e d a n s l a l u m i è r e d e v o t r e v é r i t é . N o u s v o u s e n
s u p p l i o n s p a r J é s u s - C h r i s t , v o t r e F i l s , e t c . (Postcomm. de la
Messe des saints Jlippolyte et Cassicn \12 août].}
T R O I S I E M E P A R T I E

MOYENS DE LA GRACE

SECTION 11

La prière, moyen impétratoire.

Demandez et on vous donnera ; En vérité, en vérité je vous \e dis,


cherchez et vous trouverez; frappez tout ce que vous demanderez au Père
et l'on vous ouvrira. (Z.uc, xi, 9.) en mon nom, il vous l'accordera.
(Joan. X V J , A3.)

CHAPITRE UNIQUE

*414. Ou est-ce que la prière?


La p r i è r e est u n e p i e u s e élévation de
Tâiiie à Dieu p o u r b i e n le c o n n a î t r e , l ' a d o r e r ,
le r e m e r c i e r et lui d e m a n d e r t o u t ce d o n t
nous avons besoin.

*415. Combien y a-t-il d'espèces de prières?


Il y a d e u x espèces de p r i è r e s : la p r i è r e
mentale et la p r i è r e vocale.

*416. Qu'est-ce que la prière mentale?


La p r i è r e m e n t a l e est celle q u e l'on fait
avec l'esprit et le c œ u r s e u l e m e n t : telles
sont la méditation des v é r i t é s c h r é t i e n n e s
et la contemplation.

*417. Qu'est-ce que la prière vocale?


La p r i è r e vocale est celle q u e l'on fait en
p a r o l e s , suivies p a r l'esprit et le c œ u r .
Chap. unique. — La prière. 10.1

*418. Comment devons-nous prier?


Nous d e v o n s p r i e r en p e n s a n t que n o u s
sommes e n p r é s e n c e de l'infinie majesté de
Dieu, et q u e n o u s a v o n s besoin de sa misé-
ricorde; il faut être, p a r c o n s é q u e n t , h u m b l e s ,
attentifs et p i e u x .

*419. Est-il nécessaire de prier?


Il est n é c e s s a i r e de p r i e r et de p r i e r sou-
vent, p a r c e q u e Dieu n o u s le c o m m a n d e , et
q u ' o r d i n a i r e m e n t c'est à la p r i è r e et à la
prière seule q u ' i l a c c o r d e les g r â c e s spiri-
tuelles et t e m p o r e l l e s .

4 2 0 . Pourquoi Dieu accorde-t-il les grâces


que nous demandons?
Dieu a c c o r d e les g r â c e s que n o u s deman-
dons p a r c e q u e Lui-même, q u i est t r è s fidèle,
a p r o m i s de n o u s e x a u c e r si n o u s le p r i o n s
avec confiance et p e r s é v é r a n c e au n o m de
Jésus-Christ.

4 2 1 . Pourquoi devons-nous prier Dieu an


nom de Jésus-Christ?
Nous d e v o n s p r i e r Dieu a u n o m de Jésus-
Christ p a r c e que Lui seul, son Fils et u n i q u e
Médiateur e n t r e Dieu et les h o m m e s , d o n n e
leur v a l e u r à n o s p r i è r e s et à n o s b o n n e s
œ u v r e s ; c'est p o u r q u o i l'Eglise a la cou-
t u m e de t e r m i n e r les o r a i s o n s p a r ces pa-
roles ou d ' a u t r e s é q u i v a l e n t e s : Par Jésus-
Christ, votre Fils, Notre-Seigneur.
i\
104 III- Partie. — Moyens de la grâce.

422. Pourquoi ne sommes-nous pas toujours


eœancès dans nos prières ?
Nous ne s o m m e s p a s toujours exaucés
dans n o s prières, ou parce que nous prions
mal, ou P A X * c e que nous demandons des
choses qui ne sont p a s utiles à notre vrai
bien, qui est le bien spirituel.

*423. Que faut-d demander à Dieu?


Il faut demander à Dieu qu'il soit glorifié,
et pour nous, la v i e éternelle et même les
grâces t e m p o r e l l e s , comme Jésus - Christ
nous l'a enseigné dans le Pater.
*424. Qu est-ce que le « Pater? »
Le Pater est la prière enseignée et recom-
mandée par Jésus-Christ, que nous appe-
lons pour ce motif YOraison dominicale ou
du Seigneur, et qui est la plus excellente de
toutes.
425. Pourquoi le « Pater » est-il la prière
la plus excellente ?
Le Pater est la prière la plus excellente
parce qu'elle est sortie de l'esprit et du
Cœur de Jésus, et qu'elle renferme en sept
brèves demandes ce que n o u s devons im-
plorer de Dieu comme ses enfants et comme
frères entre nous.

426. Que deoons-nous demander en bons


enfants de Dieu ?
En bons enfants de Dieu, nous devons
demander que son nom soit connu et honore
Ghap. unique. — La prière. 105

dans le m o n d e e n t i e r ; q u e son royaume,


l'Eglise, soit propage, et q u e t o u s accom-
plissent sa t r è s s a i n t e volonté; c'est ce q u e
nous i m p l o r o n s d a n s les t r o i s p r e m i è r e s
demandes d u Pater.
4 2 7 . Que Jaui-il demander comme frères
entre nous ?
C o m m e f r è r e s e n t r e n o u s , il faut d e m a n d e r
à Dieu la nourriture d u c o r p s et de l'âme,
le pardon d e s péchés, l a protection contre
les tentations et la délivrance du mal; c'est
ce que n o u s i m p l o r o n s p o u r n o u s et p o u r
tous les h o m m e s d a n s l e s q u a t r e d e r n i è r e s
d e m a n d e s d u Pater.

4 2 8 . Pourquoi Jésus- Christ nous Jail - u


invoquer Dieu comme notre Père?
J é s u s - C h r i s t n o u s fait i n v o q u e r Dieu
comme notre Père p o u r n o u s r a p p e l e r q u e
Dieu e s t v é r i t a b l e m e n t le P è r e de t o u s , spé-
cialement d e s c h r é t i e n s q u i , p a r le B a p t ê m e ,
sont d e v e n u s ses fils a d o p t i f s ; enfin, p o u r
nous i n s p i r e r e n v e r s l u i b e a u c o u p d ' a m o u r
et de confiance.
4 2 9 . Si Dieu eœance ceux qui le prient,
pourquoi invoquons-nous aussi la Sainte Vierge,
les Anr/es et les Saints?
Nous i n v o q u o n s a u s s i la Sainte Vierge,
les A n g e s et les S a i n t s , afin que, a g r é a b l e s
au S e i g n e u r et m i s é r i c o r d i e u x e n v e r s n o u s ,
ils n o u s a i d e n t , d a n s n o s d e m a n d e s , p a r
leur p u i s s a n t e intercession.
e
III Partie. — Moyens de la grâce.

4 3 0 . Pourquoi les Anges, les Saints et la


Sainte Vierge sont-ils de puissants intercesseurs
auprès de Dieu ?
Les A n g e s et les S a i n t s s o n t de p u i s s a n t s
i n t e r c e s s e u r s a u p r è s de Dieu p a r c e qu'ils
s o n t ses fidèles s e r v i t e u r s et m ê m e ses amis
de p r é d i l e c t i o n ; la S a i n t e V i e r g e est toute
p u i s s a n t e p a r c e qu'elle est Mère de Dieu et
pleine de g r â c e ; c'est p o u r q u o i n o u s l'invo-
q u o n s si f r é q u e m m e n t , d ' a u t a n t p l u s que
J é s u s - C h r i s t n o u s l'a d o n n é e p o u r Mère.

*431. En quelle prière spéciale invoquons-


nous la Sainte Vierge?
Nous i n v o q u o n s la S a i n t e V i e r g e spécia-
l e m e n t d a n s Y Ave Maria ou Salutation an-
gclique, a i n s i appelée p a r c e qu'elle débute
p a r le s a l u t q u e lui fit l ' A r c h a n g e Gabriel
en lui a n n o n ç a n t qu'elle é t a i t choisie pour
Mère de Dieu.

*432. Que demandons-nous à la Sainte Vierge


dans V « Ave Maria? »
D a n s Y Ave Maria, n o u s d e m a n d o n s à la
Sainte V i e r g e sa m a t e r n e l l e intercession
p o u r n o u s d u r a n t la vie et à la m o r t .

4 3 3 . Invoquer la Sainte Vierge et les Saints,


n est-ce pas montrer, ce semble, un manque de
confiance en Jésus-Christ, Vunique Médiateur,
comme s'il ne suffisait pas de ses mérites pour
obtenir les grâces?
I n v o q u e r la Sainte V i e r g e et les S a i n t s ce
n'est p a s m a n q u e r de confiance en Jésus-
Chap. unique. — La prière.

Christ, Tunique Médiateur, mais c'est mon-


trer, au contraire, une foi plus entière en
ses mérites, si grands et si efficaces, que
par eux et par eux seuls la Sainte Vierge
et les Saints ont la grâce, les mérites et la
puissance d'intercession.
ORAISONS

S e i g n e u r , e n s e i g n e z - n o u s à p r i e r . (Luc. x i , 1.)
Ouvrez, S e i g n e u r , à n o s p r i è r e s s u p p l i a n t e s l'oreille de votre
miséricorde, et afin qu'à notre d e m a n d e v o u s accordiez ce q u e
nous d é s i r o n s , f a i t e s q u e n o u s i m p l o r i o n s c e q u i v o u s e s t
a g r é a b l e . (Oraison du IX* dimanche après la Pentecôte.)

O Seigneur Jésus-Christ, qui a u j a r d i n de Gethsémani n o u s


avez, p a r l a p a r o l e e t p a r l ' e x e m p l e , e n s e i g n é à p r i e r p o u r
triompher d u d a n g e r des t e n t a t i o n s , concédez en votre miséri-
corde q u e t o u j o u r s a p p l i q u é s à l ' o r a i s o n n o u s m é r i t i o n s d'en
recueillir l e s f r u i t s a b o n d a n t s . A i n s i s o i t - i l . (Collecte de la fête
de VOraison de Notre-Seigneur au Mont des Oliviers [mardi de
la Septuagèsime, dans l'Appendice du missel].)

SAINT, SAINT, SAINT

EST L E SEIGNEUR

LE DIEU TOUT-PUISSANT

QUI ÉTAIT

QUI EST

ET Q U I VIENDRA

A LUI GLOIRE DANS LES SIÈCLES

AINSI SOIT-IL
PRIÈRES POUR TOUS LES JOURS

E T P O U R LES P R I N C I P A L E S ACTIONS RELIGIEUSES DES FIDÈLES.

I. — 1. A DIEU

Le m a t i n .

Au n o m du P è r e et du Fils et du S a i n t - E s p r i t . Ainsi
soit-il.
J e v o u s a d o r e , m o n Dieu, et v o u s a i m e de toiit nqon
c œ u r . Je v o u s r e m e r c i e de m ' a v o i r c r é é , fait c h r é t i e n et
c o n s e r v é en cette n u i t . Je v o u s offre les a c t i o n s de la
j o u r n é e ; faites qu'elles soient t o u t e s selon v o t r e s a i n t e
volonté, p o u r v o t r e p l u s g r a n d e g l o i r e . Préservez-moi
du péché et de t o u t m a l . Que v o t r e g r â c e soit t o u j o u r s
avec moi et avec t o u s ceux q u i m e s o n t c h e r s . Ainsi
soit-il.
Pater, Ave, Gloria, Credo, actes de foi, d'espérance et de charité,
Salve Reaina, Angele Dei.

Le soir.
J e vous a d o r e , mon Dieu, et v o u s a i m e de t o u t m o n
c œ u r . J e v o u s r e m e r c i e de m ' a v o i r créé, fait c h r é t i e n
et conservé en ce j o u r . P a r d o n n e z - m o i le m a l q u e j ' a i
c o m m i s a u j o u r d ' h u i , et si j ' a i a c c o m p l i q u e l q u e bien,
acceptez-le. G a r d e z - m o i d a n s le r e p o s et délivrez-moi
des d a n g e r s . Que v o t r e g r â c e soit t o u j o u r s avec moi et
avec t o u s ceux q u i m e s o n t c h e r s . Ainsi soit-il.
Pater, Ave, Gloria, Credo, actes de foi, d'espérance et de charité;
de
P U I S U N B R E F E X A M E N D E C O N S C I E N C E , S U I V I D E L'ACTE contrition.
( I N D U L G E N C E D E FTO J O U R S ET D E 1 0 > J O U R S EN SE SIGNANT A V E C L'EAU BÉNITE,)

Pour l e s â m e s du P u r g a t o i r e ( P s . 129).

Du fond de l'abîme je De p r o f u n d i s c l a m a v i ad
crie v e r s v o u s , S e i g n e u r ; V:
te,Dominc: D o m i n e , e x a u d i
Seigneur, écoutez m a voix. vocem m c a m ,
Que vos oreilles soient Fi an t a u r e s t u œ i nten
a t t e n t i v e s a u x accents de d e n t é s * in vocem depre-
ma prière! c a t i o n i s mcœ.
Si vous p r e n e z g a r d e à Si i n i q u i t a t e s o b s e r v a -
l'iniquité, S e i g n e u r , qui veris, Domine, * Domine,
p o u r r a , S e i g n e u r , subsis- qui s s u s ! i ne bit ?
ter?
En l'honneur de la Sainte Vierge. 100

Q u i a apttd t e p r o p i t i a t i o M a i s a u p r è s de v o u s e s t
est, * e t p r o p t e r l e g e m t u a m l e p a r d o n , et à c a u s e d e
sustinui t e , D o m i n e . v o t r e loi je v o u s a t t e n d s ,
Seigneur.
S u s t i n u i t a n i m a m e a in Mon â m e a t t e n d , c o n f i a n t e
verbo e j u s , * s p e r a v i t a n i m a en votre parole; m o n â m e
mea in D o m i n o . a m i s son e s p o i r d a n s l e
Seigneur.
A eustodia matutina us- Depuis la veille du matin
que a d n o c t e m * s p e r e t j u s q u ' à la n u i t , qu'Israël
Israël in D o m i n o . espère dans le Seigneur!
Q u i a apttd D o m i n u m m i - Car a u p r è s du S e i g n e u r
s e r i c o r d i a , * et c o p i o s a apttd est la miséricorde, auprès
eum r e d e m p t i o . de lui une surabondante
délivrance.
Et i p s e r e d i m e t I s r a ë l * C'est lui qiti r a c h è t e r a
ex o m n i b u s i n i q u i t a t i b u s I s r a ë l de t o u t e s s e s ini-
ejus. quités.
Requiem feternam* dona Donnez-leur, Seigneur,
eis, D o m i n e , l'éternel r e p o s ,
Et l u x p e r p é t u a * l u c e a t Et q u e l'éternelle l u m i è r e
eis. brille sur eux.
R e q t i i e s c a n t in p a c e . Qu'ils r e p o s e n t e n p a i x .
Amen. A i n s i soit-il.
(INDULGENCE DE 50 JOURS, ET À UNE HEURE DE NUIT (1), DE 100 JOURS.)

J é s u s , J o s e p h , Marie, je v o u s d o n n e m o n c œ u r , m o n
esprit e t m a v i e .
J é s u s , J o s e p h , Marie, d a i g n e z m ' a s s i s t e r d a n s m a der-
nière a g o n i e .
J é s u s , J o s e p h , Marie, d o n n e z - m o i , je v o u s p r i e , de
rendre R A M E en p a i x d a n s v o t r e c o m p a g n i e .
(INDULGENCE DE 300 JOURS CHAQUE FOIS.)

[. — 2. EN L'HONNEUR DE LA SAINTE VIERGE


Au son de l'Angélus, le matin, à midi et le soir.

Angélus Domini nuntia- L'Ange d u S e i g n e u r an


vit M a r n e ; e t c o n c e p i t de n o n ç a à Marie, e t elle con-
Spiritu S a n c t o . ç u t d e l'Esprit-Saint.
Ave Maria, etc. Ave Maria, etc.
( I ) A R O M E ET EN ITALIE, ON SONNE LES CLOCHES UNE HEURE APRÈS L'ANGÉLUS
— QUI SE SONNE À LA TOMBÉE DO LA NUIT, — POUR INVITER LES (IDOLES A
RÉCITER LE De profundin* L'INDULGENCE DE 100 JOUR.S EST ACCORDÉE A CETTE
PRATIQUE.
110 Prières pour tous les jours.

V o i c i l a s e r v a n t e d u Sei- E c c e a n c i l l a D o m i n i ; fiât
g n e u r ; qu'il m e s o i t f a i t mihi s e c u n d u m verbum
selon votre parole. t u u m . Ave, e t c .
Ave, e t c .
E t le V e r b e s'est f a i t Et V e r b u m c a r o f a c t u m
c h a i r , e t il a h a b i t é p a r m i e s t , e t h a b i t a v i t in n o b i s .
n o u s . Ave, e t c . Ave, e t c .
f. P r i e z p o u r n o u s , s a i n t e f. O r a p r o n o b i s , s a n c t a
Mère de D i e u , Dei Genitrix.
fi). Afin que n o u s d e v e - % Ut d i g n i eflicî amitr
nions dignes des promesses p r o m i s s i o n i b u s Christi.
d u Christ.
PRIONS OREMUS

R é p a n d e z , s'il v o u s p l a î t , Gratiamtuam,qua?sumus
Sei g n e u r , v o t r e g r â c e e n n o s Domine, mentibus nostris
â m e s , afin q u ' a y a n t c o n n u , i n f u n d e , u t q u i , A n g e l o nttn-
p a r l a p a r o l e d e l'Ange, t i a n t e , C h r i s t i F i l i i t u i In-
l'Incarnation de votre Fils carnationem cognovimus,
J é s u s - C h r i s t , n o u s arri- p e r P a s s i o n e m c j u s e t Cru-
v i o n s , p a r l e s m é r i t e s de cem ad resurrectionis glo-
s a P a s s i o n et de s a Croix, riam perducumur. Per cun-
à la gloire de sa Résurrec- dem Christum Dominum
tion. Par le m ê m e Jésus- nostrum. Amen.
Christ N o t r c - S e i g n e u r .
Ainsi soit-il.
ence de 100 jours chaque l'ois.)

Mystères du Rosaire.

JOYEUX (lundi et jeudi).

1. L ' A n n o n c i a t i o n de l'Ange à l a V i e r g e Marie.


2. La V i s i t a t i o n de M a r i e à s a i n t e E l i s a b e t h .
3. L a N a i s s a n c e de J é s u s - C h r i s t d a n s F é t a b l c de B e t h -
léem.
4. La P r é s e n t a t i o n de l'Enfant J é s u s a u T e m p l e .
5. Le r e c o u v r e m e n t de J é s u s p a r m i l e s d o c t e u r s d u
Temple.
DOULOUREUX (mardi et vendredi).

1. L'Oraison d e J é s u s a u j a r d i n d e G e t h s é i n a n i .
2. La F l a g e l l a t i o n d e J é s u s .
3. Le C o u r o n n e m e n t d'épines.
En l'honneur de la Sainte Vierge. 111

4. La M a r c h e de J é s u s au C a l v a i r e sous le faix de la
croix.
5. La Crucifixion et la Mort de Jésus-Christ.
GLORIEUX (mercredi, samedi et dimanche).
1. La R é s u r r e c t i o n de J é s u s - C h r i s t .
2. L'Ascension de J é s u s - C h r i s t au ciel.
8. La Descente du S a i n t - E s p r i t s u r la Vierge Marie et
les A p ô t r e s .
4. L'Assomption de la Vierge Marie.
5. Le C o u r o n n e m e n t de la Vierge Marie et la gloire
des Anges et des S a i n t s d a n s le ciel.

Sub tuum.

Sub t u u m praesidium con- Nous nous réfugions sous


fugimus, s a n c t a Dci Geni- v o t r e protection, sainte
trix ; n o s t r a s d e p r e c a t i o n e s Mère de Dieu; ne dédaignez
ne d e s p i c i a s in necessita- p a s les p r i è r e s q u e nous
tibus, sed a p e r i c u l i s cunc- vous a d r e s s o n s en nos né-
tis l i b é r a n o s s e m p e r , Virgo cessités,mais délivrez-nous
gloriosa e t b e n e d i c t a . t o u j o u r s de t o u t d a n g e r ,
Vierge glorieuse et bénie.

Litanies de la Sainte Vierge.

Kyrie, eleison. Seigneur,ayez pitié de nous.


Christe, eleison. Jésus-Christ, ayez pitié de
nous.
Kyrie, eleison. Seigneur, ayez p i t i é de nous.
Christe, a u d i nos. Jésus-Christ, écoutez-nous.
Christe, e x a u d i nos. J é s u s - C h r i s t , exaucez-nous.
P a t e r de cœiis Deus, mise- P è r e céleste q u i ê t e s Dieu,
rere nobis. ayez pitié de n o u s .
F i 1 i R e d e m p t o r mundi Fiis R é d e m p t e u r du m o n d e ,
Deus, m i s e r e r e n o b i s . ayez pitié de n o u s .
S p i r i t u s S a n c t c Deus, mi- E s p r i t - S a i n t q u i ê t e s Dieu,
serere nobis. ayez pitié de n o u s .
S a n c t a ï r i n i t a s u n u s Deus, T r i n i t é sainte, q u i êtes un
miserere nobis. seul Dieu, ayez pitié de
nous.

SanctaMaria,orapro nobis. S a i n t e Marie, p r i e z pour


nous.
S a n c t a Dei G e n i t r i x , S a i n t e Mère de Dieu,
112 Prières pour tous les jours.

Sainte Vierge des vierges, Sancta Virgo virginum.


Mère de J é s u s - C h r i s t , Mater Christi,
Mère de la d i v i n e g r â c e , M a t e r divinae gratise.
Mère t r è s p u r e , Mater purissima,
Mère t r è s c h a s t e , Mater c a s t i s s i m a ,
Mère s a n s t a c h e , Mater inviolata,
Mère t o u j o u r s v i e r g e , Mater intemerata,
Mère a i m a b l e , Mater amabilis,
Mère a d m i r a b l e , Mater admirabilis,
Mère d u B o n Conseil, M a t e r b o n i Consilii,
Mère du Créateur, Mater Creatoris,
Mère d u S a u v e u r , Mater S a l v a t o r i s ,
Vierge très prudente, Virgo prudentissima,
Vierge vénérable, Virgo veneranda,
Vierge digne de louanges, V i r g o i>rœdicanda,
Vierge puissante, Virgo potens,
Vierge clémente, Virgo clemens,
V i e r g e fidèle, V i r g o fidelis.
Miroir d e j u s t i c e , S p é c u l u m justitiaî,
T r ô n e de l a S a g e s s e , Sedes sapientise,
Cause de notre joie, C a u s a n o s t r œ lœtitia;,
Demeure du Saint-Esprit, Vas spirituale,
Vaisseau honorable, Vas honorabile,
E x e m p l a i r e de d é v o t i o n , Vas insigne devotionis,
Rose mystique, Rosa mystica,
T o u r de D a v i d , T u n i s Davidica,
T o u r d'ivoire, Tttrris e b u r n e a ,
M a i s o n d'or, Domus aurea,
A r c h e d'alliance, Fœderis arca,
Porte du ciel, Janua c œ l i ,
Etoile du matin, Stella matutina,
Santé des infirmes, Salus infirmorum,
Refuge des pécheurs, Refugium peccatorum,
C o n s o l a t r i c e d e s affligés, C o n s o l a t r i x afflictorum,
Secours des chrétiens, Auxilium christianorum,
Reine des Anges, Regina Angelorum,
Reine des Patriarches, Regina Patriarcharum,
Reine des Prophètes, Regina Prophetarum,
Reine des Apôtres, Regina Apostolorum,
Reine des Martyrs, Regina Martyrum,
Reine d e s C o n f e s s e u r s , Regina Confessorum,
Reine des Vierges, Regina Virginum,
Reine de t o u s l e s S a i n t s , ReginaSanctorum omnium
Reine c o n ç u e s a n s p é c h é , Regina sine labe original
concepta,
Reine du t r è s s a i n t R o s a i r e , Regina sacratissimi Rosari
En l'honneur de la Sainte Vierge. 113

Agnus Dei, q u i toïlis pec- A g n e a u de Dieu, qui effacez


c a t a m u n d i , p a r c e nobis, les péchés du m o n d e , par-
Domine. donnez-nous, Seigneur.
Agnus Dei, q u i tollis pee- A g n e a u de Dieu, qui effacez
c a t a m u n d i , e x a u d i no:;. les péchés du monde,
Domine. e x a u c e z - n o u s , Seigneur.
Agnus Dei, q u i tollis pec- A g n e a u de Dieu, qui effacez
c a t a m u n d i , m i s e r e r e no- les péchés du m o n d e ,
bis. ayez pitié de nous.
Christe, a u d i n o s . Jésus-Christ, écoutez-nous.
Christe, e x a u d i nos. Jésus-Christ, exaucez-nous.
S a n c t a Maria, s u c c u r r c Sainte M a r i e , secourez
miseris, juva pusillanimes, les m a l h e u r e u x , fortifiez
rcibvc flebiles, o r a pro po- les p u s i l l a n i m e s , consolez
pulo, i n t e r v e n i p r o clero, ceux qui p l e u r e n t , priez
i n t e r c è d e p r o devoto i'emi- p o u r le peuple, i n t e r v e n e z
neo sexu : s c n t i a n t o m n e s p o u r le clergé, intercédez
tuum juvamen, quicumque p o u r le pieux sexe féminin;
célébrant tuum sanctum q u e v o t r e aide soit éprou-
patrocinium. vée de toits ceux q u i cé-
l è b r e n t (et i n v o q u c n t ) v o t r c
saint patronage.
f. O r a p r o nobis, s a n c t a y. Priez p o u r n o u s , s a i n t e
Dei G e n i t r i x . Mère de Dieu;
k). Ut digni efficiamur p r o - rô. Afin que n o u s deve-
m i s s i o n i b u s Christi. n i o n s dignes des p r o m e s s e s
de Jésus-Christ.
OREMUS PRIONS

Concède nos f a m u l o s t u o s , Accordez-nous, n o u s vous


quEcsumus, Domine Deus, en prions, Seigneur Dieu, à
p e r p é t u a m e n t i s et corpo- n o u s vos s e r v i t e u r s , d e jouir
r i s s a n i t a t e g a u d e r e : et gio- d'une p e r p é t u e l l e s a n t é de
riosa beatte Maria: semper l'âme et du corps, et d'ob-
Virginis i n t c r c e s s i o n e , a t e n i r , p a r la glorieuse in-
prœsenti liberari tristitia, tercession de la bienheu-
et a l t e r n a p e r f r u i lœtitia. reuseMarietoujoursVierge,
Pcr Christum Dominum la d é l i v r a n c e de t o u t e t r i s -
n o s t r u m . Amen. t e s s e p r é s e n t e et la jouis-
sance de l'éternelle joie.
P a r Jésus-Christ Notre-Sei-
g n e u r . Ainsi soit-il.
(Indulgence de :U)0 jours.)
LE SAINT SACRIFICE DE LA MESSE
Au début.
Prêtre. A u n o m d u P è r e , Prêtre. In n o m i n e P a t r i s
et d u Fils, e t d u Saint- et F i l i i e t S p i r i t u s S a n c t i .
Esprit. Ainsi soit-il. Amen.
J'irai à l ' a u t e l d e D i e u . Introibo ad altare Dei.
C l e r c . Au Dieu qui fait la C l e r c Ad Deum, qui lœ-
joie de ma jeunesse. tificat juventute m meam.

Psaume 42.
(On l'omet aux Messes des morts.)

P. R e n d e z - m o i j u s t i c e , ô P.Judica m e , Deus, et dis-


Dieu ; séparez m a cause de cerne c a u s a m m e a m de
c e l l e d'une n a t i o n infidèle; gente non sancta, ab ho-
délivrez-moi de l'homme mine iniquo et doloso
injuste et t r o m p e u r . crue m e .
C. Car, ô Dieu, vous êtes C. Quia tu es, Deus, forti-
ma force ; pourquoi donc tudo mea; quare me re-
me repousseZ-VOUH?Pour- pulisti et quare tristis
quoi faut-il que je marche incedoj dum affligit me
dans la tristesse, au mi- inimicus?
lieu des ennemis qui
m'opprimen t ?
P. E n v o y e z v o t r e l u m i è r e e t P.Emitte lucem tuam et
v o t r e vérité : e l l e s m e g u i - veritatem tiiam: ipsa m e
deront et me conduiront deduxeritnt et adduxe-
à votre montagne sainte runt in montem sanctum
et à vos tabernaclcsl tuum et in tabe m a c u l a
tua.
C. Et j'irai à Vautel de Dieu, C . E t introibo ad altare
au Dieu qui fait la joie Dei; ad Deum, qui lœti-
de ma jeunesse. ficat juventutem meam.
P.Je vous célébrerai sur P.Confitebortibiincithara,
la harpe, ô Dieu, mon Deus, Deus m e u s : quare
DicuT P o u r q u o i e s - t u tristis es anima m e a et
triste, ô mon â m e , et quare conturbas m e ?
pourquoi me troubles-tu ?
C. Espère en Dieu, car je C.Spera in Deo, quoniam
le louerai encore, lui, le adhuc confitebor illi, #cr-
salut de ma face et mon lutare vultus mei et Deus
Dieu. meus.
P . Gloire a u P è r e , e t a u F i l s , P.Gloria Patri et Filio et
et au Saint-Esprit. Spiritui Sancto.
Pour le Saint Sacrifice de la Messe. 115

C.Sicutevat inprincipio,et C. Comme il était au com-


nunc, etsemper, et in sœ- mencement, maintenant
cula sœculorum. Amen. et toujours, dans les siè-
cles des siècles. Ainsi
soit il.
P.Introibo ad altare Dei. P.J'irai à l'autel de D i e u .
C.Ad Dcnm, qui lœtificat C.Azz Dieu qui fait la joie
juventiitem meam. de ma jeunesse*

Au Gonfiteor.
P. Adjutorium n o s t r u m in P. Notre secours est dans
nomine Domini, l e n o m du S e i g n e u r .
C.Qni fecit ctvlum et ter- C.Qui a fait le ciel et la
ram. terre.
P . Confîteor ad Domi- P.Je me confesse l e Sei-
num Deum nostrum. g n e u r notre D i e u .
C.Misereatur tui omnipo- C. Que le Dieu tout-puis&a nt
tens Deus, el, dimissis vous fasse miséricorde,
peccatis tuis, perducai qu'il vous reinette 7?os
te ad vitam œternam. péchés et vous conduire
à la vie éternelle.
P. Amen. P . À i n s i soit-il.
C.Confiteor Deo omnipo- C.Je con fe s se â Dieu
tenti, Beatœ Mainœ se m- tout-puissant, à la Bien-
per Virgini, beato Mi- heureuse Marie toujours
chaeli Archangelo, beato Vierge, à saint Michel
Joanni Baptistœ, sanctis archange, à saint Jean-
Apostolis Petro etPaulo, Baptiste, aux Apôtres
omnibus Sanctis et tibi, saintPierre et saint Paul,
Pater, quia peccavi ni- à tous les Saints et à
mis cogitatione, verbo et vous, mon Père, que j'ai
opère; mea calpa, mea beaucoup péché en pen-
culpa, mea maxima cul- sées, paroles et actions;
pa> Jdeo precor beatam c'est ma faute, c'est ma
Mariam semper Virgi- faute, ma très grande
nem, beatnm Michaelcm faute. C'est pourquoi je
Archangelum, beatum prie la Bienheureuse
Joannem Bapiistam, Marie toujours Vierge,
sanctos Apostoios Pe- saint Michel archange,
truni et Paulum, omnes saint Jean-Baptiste, les
sanctos et te, Pater, orare Apôti^es saint Pierre et
pro me ad Dominum saint Paul,tousles Saints
Deum nostrum. et vous, mon Père, de
prier pour moi le Sei-
gneur notre Dieu.
110 Prières

P . Q u e le Dieu t o u t - p u i s s a n t P . M i s e r e a t u r v e s t r i omni-
v o u s fasse m i s é r i c o r d e , p o t e n s Deus, et, d i m i s s i s
qu'il v o u s r e m e t t e vos peccatis vestris,perducat
p é c h é s , et v o u s c o n d u i s e vos a d v i t a m œ t e r n a m .
à la vie é t e r n e l l e .
C. Ainsi soit-il. C. Amen.
P. Que le p a r d o n , l'absolu- P . I n d u l g e n t i a m , absoltitio-
t i o n et la r é m i s s i o n de n c m , et r e m i s s i o n e m pec-
nos p é c h é s n o u s s o i e n t catorum nostrorum, tri-
a c c o r d é s p a r le t o u t - p u i s - buat nobis omnipotens,
s a n t et m i s é r i c o r d i e u x et m i s e r i c o r s D o m i n u s .
Seigneur.
C. Ainsi soii-iL C. Amen.
P . O Dieu, t o u r n e z - v o u s P . Deus, t u c o n v e r s u s vivi-
v e r s n o u s , et v o u s n o u s fîcabis n o s .
d o n n e r e z la vie.
C.Et votre peuple se re- C.Et plebs tua lœlahitur
jouira en x)Oiis. in te.
P . Montrez-nous, S e i g n e u r , P. O s t e n d e n o b i s , Domine,
votre miséricorde. misericordiam tuam.
C.Et donnez-nous votre C.Et salutare tuum da
salut. nobis.
P . Seigneur, exaucez ma P. D o m i n e , e x a u d i o r a t i o -
prière. nem mcam.
C.Et que mon cri s'élève C.Et elamor meus ad te
jusqu'à vous. veniat.
P. Le Seigneur soit avec P . Dominus vobiscum.
vous.
C.Et avec votre esprit. C.Et cum spiritu tuo.
P. P R I O N S . — Otez de n o t r e â m e , n o u s v o u s en s u p -
plions, Seigneur, n o s i n i q u i t é s , afin q u ' a v e c u n c œ u r p u r
n o u s m é r i t i o n s d ' e n t r e r d a n s le Saint des saints (l'autel).
P a r Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ainsi soit-il.
P a r les m é r i t e s d e s S a i n t s d o n t les r e l i q u e s sont ici,
et de t o u s vos S a i n t s , n o u s v o u s p r i o n s , Seigneur, de
p a r d o n n e r t o u s m e s p é c h é s . Ainsi soit-il.

Kyrie.

P . Seigneur, ayez pitié de P . Kyrie, eleison.


nous.
C. Seitjneur, ayez pitié de C. Kyrie, eleison*
nous.
P . Seigneur, ayez p i t i é de P . Kyrie, eleison.
nous.
Peur le Saiiït Sacrifice cle la Messe- 117

CtChriste, eleison. C. Christ, ayez p itiè de


nous.
P.Christe, eleison. P . Christ,ayez pitié de nous.
C. Christe, eleison. C.Christ, ayez pitié de
nous.
P. Kyrie, eleison. P . Seigneur, ayez pitié de
nous.
C. Kyrie, eleison. C. Seigneur, ayez pitié de
nous.
P . Kyrie, eleison. P . Seigneur, ayez pitié de
nous.

Glor ia.
P . G l o r i a in excelsis Deo, P . Gloire à Dieu a u p l u s
et in t e r r a p a x h o m i n i b u s h a u t d e s cieux, e t s u r la
bonaj v o l u n t a t i s . L a u d a - t e r r e , p a i x a u x h o m m e s de
mus t e . B c n c d i c i n i u s t e . b o n n e volonté. Nous vous
A d o r a m u s t c . Glorificamus louons, nous vous bénis-
te. G r a t i n s a g i m u s tibi sons, n o u s vous a d o r o n s ,
propter nlagnam gloriam n o u s v o u s glorifions; nous
tua ni : D o m i n e Deus, Rex vous rendons g r â c e s à
cœlestis, Deus P a t e r omni- c a u s e de v o t r e g r a n d e
potens. D o m i n e , Fili uni- gloire. Seigneur Dieu, Roi
genite, J c s u C h r i s t e . Do- céleste, ô Dieu, P è r e t o u t -
mine Deus, A g n u s Dei, Fi- p u i s s a n t î Seigneur J é s u s -
lius P a t r i s . Qui tollis pec- Christ, Fils u n i q u e ; Sei-
c a t a m u n d i , m i s e r e r e nobis. g n e u r D i e u , A g n e a u de
Qui tollis p c e e a t a m u n d i , Dieu, Fils du P è r e ! Vous
suscipe d e p r e c a t i o n e m n o s - q u i ôtez les p é c h é s d u
t r a m . Qui s e d e s a d dexte- m o n d e , ayez pitié de n o u s .
rani P a t r i s , m i s e r e r e nobis. Vous q u i ôtez les p é c h é s
Quoniam t u s o l u s S a n e t u s . du m o n d e , recevez n o t r e
T u s o l u s D o m i n u s . Tu solus h u m b l e p r i è r e . Vous q u i
Altissimus, J e s u C h r i s t e : ê t e s assis à la d r o i t e d u
eu m Sancto S p i r i t u , in gto- Pci-e,ayczpitié de n o u s . C a r
ria Dei P a t r i s . A m e n . ' v o u s seul, ô Jésus-Christ,
v o u s êtes le Saint, v o u s êtes
le Seigneur, vous êtes le
Très-Haut, avec le Saint-
E s p r i t d a n s la gloire du
P è r e . Ainsi soit-il.
P . D o m i n u s vobisctim. P . Le Seigneur soit avec
vous.
C.Et eu m spiritu tuo. C.Et avec votre esprit.
118 Prieras

A la fin des Oraisons,


C. Ainsi soit-il* C.Amen.

A la fin de l'Epi tre.


Grâces soient rendues à C. Eeo grotiis.
Dieu.
Avant l'Evangile.
P . Purifiez m o n c œ u r e t m e s l è v r e s , D i e u t o u t - p u i s s a n t ,
q u i a v e z purifié a v e c u n c h a r b o n a r d e n t l e s l è v r e s du
p r o p h è t e Isaïe,* p a r v o t r e b i e n v e i l l a n t e m i s é r i c o r d e
d a i g n e z m e purifier, de s o r t e q u e je p u i s s e d i g n e m e n t
annoncer votre s a i n t Evangile. P a r Jésus-Christ Notre-
Seigneur. Ainsi soit-il.
Q u e l e S e i g n e u r s o i t d a n s m o n c œ u r et s u r m e s l è v r e s ,
afin q u e j ' a n n o n c e s o n E v a n g i l e d'une m a n i è r e d i g n e e t
c o n v e n a b l e . A i n s i soit-il.

P . Le S e i g n e u r soit avec P. Dominus vobiscum.


vous.
C. Et avec votre esprit. C.Et eu m spiritu tuo.
P. C o m m e n c e m e n t (ou) P . I n i t i u m (pu) S e q u c n t i a
Suite du saint Evangile sancti Evangelii secun-
selon N. d u m N.
C. Gloire à vous, Seigneur. C.Gloria tibi, Domine.

A la fin de l'Evangile.

C. Louange à noua, ô Christ. C.Laus tibi f Christe.


Credo.
P . Je c r o i s e n u n s e u l D i e u , P . C r e d o in u n u m D e u m .
P è r e t o u t - p u i s s a n t , Créa- P a t r c m o m n i p o t e n t e m , fac-
t e u r d u c i e l e t de l a t e r r e , t o r e m cseli e t terra;, v i s i -
de t o u t e s l e s c h o s e s vi- b i l i u m o m n i u m et i n v i s i b i -
sibles et invisibles; et en un l i u m : Et i n unuiii D o m i n u m
seul Seigneur, Jésus-Christ, J e s u m C h r i s t u m F i l i u m Dei
F i l s u n i q u e de D i e u ; n é unigenitum, et ex Pâtre na-
du Père avant tous les t u m ante omnia ssccula;
s i è c l e s ; D i e u de D i e u , lu- D e u m d e D e o , l u m e n de lu-
m i è r e de l u m i è r e , v r a i D i e u m i n e , D e u m v e r u m de D e o
de vrai D i e u ; q u i n'a p a s vero; genitum non factum,
été fait, m a i s e n g e n d r é ; c o n s u b s t an t i a l e m Patri;
Pour le Saint Sacrifice de la Messe. 119

perquem omniafacta sunt ; consubstanticl au Père, p a r


q u i p r o p t e r n o s h o m i n e s et q u i t o u t a été fait; q u i est
propter nostram salutem d e s c e n d u des cieux p o u r
d e s c e n d i t de ceelis; et in- n o u s autres hommes et
c a r n a t u s e s t de S p i r i t u p o u r n o t r e s a l u t ; qui a
s a n c t o ex M a r i a Virgine, p r i s c h a i r de la Vierge
KT HOMO FACTUS EST ; C r u c i - Marie p a r l ' o p é r a t i o n du
fixus e t i a m p r o n o b i s , s u b S a i n t - E s p r i t e t s'est fait
P o n t i o P i l a t o p a s s u s , et h o m m e ; q u i a été crucifié
s e p u l t u s e s t ; et r c s u r r e x i t a u s s i p o u r n o u s , s o u s Ponce-
t e r t i a die s c c u n d u m Scri- P i l a t e , a souffert, a été ense-
p t u r a s ; et a s c e n d i t in c a > veli, est r e s s u s c i t é le t r o i -
lum, sedet ad dexteram s i è m e jour, selon les Ecri-
P a t r i s ; et i t e r u m v e n t u r u s t u r e s , est m o n t é a u ciel, est
e s t c u m g l o r i a j u d i c a r e vi- a s s i s à la droite d u P è r e , e t
vos et m o r t u o s ; cujus r e - v i e n d r a de n o u v e a u d a n s
gni n o n c r i t finis : Et in s a gloire j u g e r les v i v a n t s
S p i r i t u m S a n c t u m , Domi- et les m o r t s ; et son r è g n e
n u m et vivificantem, q u i n ' a u r a point de fin. Je crois
ex P â t r e F i l i o q u e p r o c e d i t : a u Saint-Esprit, Seigneur
q u i c u m P â t r e et Filio si- et vivifiant, q u i p r o c è d e
m u l a d o r a t u r , et conglori- d u P è r e et du F i l s ; q u i est
ficatur; q u i l o c u t u s est p e r a d o r é et glorifié conjointe-
P r o p h e t a s : Et u n a m , sanc- m e n t avec le P è r e et le Fils;
t a m , c a t h o l i c a m et a p o s t o - q u i a p a r l é p a r les p r o -
licam E c c l e s i a m . Confiteor p h è t e s . Je crois l'Eglise
u n u m b a p t i s m a in r e m i s - q u i est une, s a i n t e , catho-
s i o n e m peceatorum. Et l i q u e et a p o s t o l i q u e . J e
e x s p e c t o resurrectionem confesse u n seul B a p t ê m e
m o r t u o r u m , et v i t a m ven- p o u r la r é m i s s i o n des pé-
t u r i sseculi. A m e n . c h é s , et j ' a t t e n d s la r é s u r -
r e c t i o n des m o r t s et la vie
d u siècle à v e n i r . Ainsi
soit-il.

P.Dominus vobiscum. P . Le Seigneur soit avec


vous.
C. Et cum spiritu tiio> C.Et avec v o t i v e esprit.
Offertoire.
P . Acceptez, P è r e s a i n t , Dieu t o u t - p u i s s a n t et éternel,
cette Hostie i m m a c u l é e q u e j ' o s e , s e r v i t e u r indigne, v o u s
offrir, à v o u s , m o n Dieu v i v a n t et v é r i t a b l e , p o u r m e s
i n n o m b r a b l e s péchés, oifenses et négligences, p o u r t o u s
les a s s i s t a n t s et a u s s i p o u r t o u s les fidèles c h r é t i e n s
v i v a n t s et défunts, afin q u e , p o u r eux c o m m e p o u r m o i ,
9
120 Prières

ce sacrifice soit p r o f i t a b l e a u s a l u t d a n s l a vie é t e r n e l l e .


A i n s i soit-il.
O Dieu, qui d'une m a n i è r e m e r v e i l l e u s e avez créé la
noble n a t u r e de l ' h o m m e , et p l u s m e r v e i l l e u s e m e n t
e n c o r e l'avez r a c h e t é e , a c c o r d e z - n o u s , p a r le m y s t è r e de
celte eau et de ce vin, de p a r t i c i p e r à l a d i v i n i t é de
celui q u i a d a i g n é p a r t i c i p e r à n o t r e h u m a n i t é , J é s u s -
C h r i s t , v o t r e Fils, N o t r e - S e i g n e u r , q u i , é t a n t Dieu, vit e t
r è g n e avec v o u s , en l'unité du S a i n t - E s p r i t , d a n s toits
les siècles d e s siècles. Ainsi soit-il.
Nous v o u s offrons, Seigneur, le Calice d u s a l u t et n o u s
c o n j u r o n s v o t r e c l é m e n c e afin q u ' i l s'élève en o d e u r de
s u a v i t é en p r é s e n c e de v o t r e d i v i n e Majesté, p o u r n o t r e
s a l u t et celui d u m o n d e e n t i e r . Ainsi soit-il.
Nous voici en e s p r i t d ' h u m i l i t é e t le c œ u r c o n t r i t ;
accueillez-nous, S e i g n e u r , et que n o t r e sacrifice s'accom-
p l i s s e si bien en v o t r e p r é s e n c e a u j o u r d ' h u i , qu'il v o u s
soit a g r é a b l e , S e i g n e u r Dieu.
Venez, s a n c t i f i c a t e u r , Dieu t o u t - p u i s s a n t et éternel, e t
bénissez ce sacrifice p r é p a r é à v o t r e s a i n t n o m .
(I,e pvôtre, se tare les mains en récitant le psaume «Lavabo ».)

T r i n i t é s a i n t e , acceptez cette offrande q u e n o u s v o u s


faisons en m é m o i r e de la P a s s i o n , de l a R é s u r r e c t i o n e t
de l'Ascension de J é s u s - C h r i s t , N o t r e - S e i g n e u r ; en l'hon-
n e u r de la B i e n h e u r e u s e Marie, t o u j o u r s Vierge, de
s a i n t Jcaiv-Baptistc, d e s s a i n t s A p ô t r e s P i e r r e et P a u l ,
de ceux-ci et de t o u s les a u t r e s S a i n t s , afin qu'ils en
r e t i r e n t h o n n e u r et n o u s s a l u t ; et q u e d a n s le ciel ils
d a i g n e n t i n t e r c é d e r p o u r nous, qui faisons m é m o i r e
d'eux s u r la t e r r e . P a r le m ê m e J é s u s - C h r i s t , Notre-
Seigneur. Ainsi soit-il.

Orate, fratres.

P.Priez, mes frères, pour P. Orate, fratres, ut meum


que m o n sacrifice, q u i est ac v e s t r u m sacrificium
aussi le v ô t r e , soit a g r é é a c c e p t a b i l e fiât a p u d
de D i e u , le P è r e t o u t - Dcu m Pat rem omn ip o-
puissant. tentem»
C. Que le Seigneur agrée C. Suscipiat Dominus sa-
ce sacrifice de vos mains crificium demanibus tnis
pour la louange et la ad laudem et gloriam no~
gloire de son nom, pour minis sui, ad iiiilitaiem
notre utilité et celle de qnoque nostram, totius-
i ouïe set sainte Eglise. que Ecclc&iœ suœ sancta?.
Pour le Saint Sacrifice de la Messe. 121

Secrète.

P . S e i g n e u r , q u e ee sacrifice d ' e x p i a t i o n et de l o u a n g e
n o u s r e n d e d i g n e s de v o t r e p r o t e c t i o n . P a r N o t r e -
S e i g n e u r J é s u s - C h r i s t , v o t r e F i l s , qui v i t et r è g n e a v e c
v o u s , e n l'unité d u S a i n t - E s p r i t .

Préface.

P.Pcr omnia sœcula sœcu- P. D a n s t o u s l e s s i è c l e s d e s


lorum. siècles.
C. Amen. C.Ainsi soitil.
P.Dominus vobiscum. P . Le S e i g n e u r soit avec
vous.
C.Et cum spiritu Uio. C. Et avec votre esprit.
P . Sursit m c o r d a . P . En h a u t l e s c œ u r s .
C.Habemus ad Domimim. C. Nous les avons vers le
Seigneur.
P. Gratias agamus Domino P . R e n d o n s g r â c e s a u Sei-
Deo nostro. gneur notre Dieu.
C.Dignum et justum est. C. C'est une chose digne et
juste.

P . O u i , c'est u n e c h o s e d i g n e et j u s t e , é q u i t a b l e e t
s a l u t a i r e , d e v o u s r e n d r e g r â c e s e n t o u t t e m p s et e n
tous lieux, Seigneur saint, Père tout-puissant, Dieu
é t e r n e l , p a r J é s u s - C h r i s t N o t r e - S e i g n e u r , p a r q u i Jes
A n g e s l o u e n t v o t r e Majesté, l e s D o m i n a t i o n s l'adorent,
les P u i s s a n c e s l a r é v è r e n t en tremblant, les Cieux et
les Vertus d e s cieux, et l e s bienheureux Séraphins la
c é l è b r e n t a v e c t r a n s p o r t . D a i g n e / , n o u s v o u s en p r i o n s ,
accueillir n o s v o i x avec leurs voix, tandis que nous
disons en une h u m b l e confession :

Sanctus.

Sanctus, Sanctus, Sanc- S a i n t , S a i n t , S a i n t e s t le


tus D o m i n u s D e u s S a b a o t h . S e i g n e u r Dieu d e s a r m é e s .
Pleni s u n t coïli e t t e r r a L e s c i e u x et l a t e r r e s o n t
gloria t u a . l l o s a n n a in e x - r e m p l i s de t a g l o i r e . l l o -
celsis. B e n c d i c t u s q u i v e n i t sanna au plus haut des
innomineDomini. llosanna c i e u x ! B é n i s o i t c e l u i qui
in e x c e l s i s . v i e n t a u n o m du S e i g n e u r ,
l l o s a n n a au p l u s h a u t d e s
cieux T
122 Prières

Canon.
C'est d o n c à v o u s , P è r e t r è s c l é m e n t , q u e n o u s a d r e s -
s o n s , p a r J é s u s - C h r i s t , v o t r e F i l s , N o t r e - S e i g n e u r , de s u p -
p l i a n t e s p r i è r e s p o u r v o u s d e m a n d e r d e b é n i r e t d'agréer
ces dons, ces présents, ces sacrifices s a i n t s et sans tache.
N o u s v o u s l e s offrons d'abord p o u r v o t r e s a i n t e E g l i s e
c a t h o l i q u e , afin q u e v o u s d a i g n i e z l u i a c c o r d e r la p a i x
e t l'unité, l a g a r d e r e t l a g o u v e r n e r d a n s le i n o n d e
e n t i e r , a v e c v o t r e s e r v i t e u r l e P a p e N., a v e c n o t r e
E v o q u e N., a v e c t o u s v o s a d o r a t e u r s o r t h o d o x e s et de
foi c a t h o l i q u e e t a p o s t o l i q u e .

Mémento des vivants.


S o u v e n e z - v o u s , S e i g n e u r , d e v o s s e r v i t e u r s e t de v o s
s e r v a n t e s N. N., a i n s i q u e d e t o u s l e s a s s i s t a n t s d o n t
v o u s s a v e z l a foi e t c o n n a i s s e z l a d é v o t i o n . P o u r e u x et
p o u r t o u s l e s l e u r s n o u s v o u s offrons e t e u x - m ê m e s v o u s
offrent c e s a c r i f i c e d e l o u a n g e p o u r l a r é d e m p t i o n de
l e u r s â m e s , l ' e s p é r a n c e de s a l u t e t d e p r o t e c t i o n ; c'est
pourquoi ils v o u s présentent leurs v œ u x , Dieu éternel,
v i v a n t e t v é r i t a b l e - I l s s ' u n i s s e n t d'abord à l a g l o r i e u s e
Marie, t o u j o u r s V i e r g e , Mère d e n o t r e D i e u e t S e i g n e u r ,
Jésus-Christ, dont ils vénèrent la m é m o i r e ; ensuite aux
saints Apôtres et Martyrs : Pierre, Paul, André, Jacques,
Jean, Thomas, Jacques, Philippe, B a r t h é l é m y , Matthieu,
S i m o n e t T h a d d é e ; L i n , Clet, C l é m e n t , S i x t e , Corneille,
C y p r i e n , L a u r e n t , C h r y s o g o n e , J e a n e t P a u l , C ô m e et
D a m i e n e t à t o u s v o s S a i n t s . A l e u r s m é r i t e s et à l e u r s
prières accordez que nous soyons toujours aidés de votre
s e c o u r s e t m u n i s de v o t r e p r o t e c t i o n . P a r le m ê m e
Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ainsi soit-il.
Nous v o u s prions donc, Seigneur, de recevoir favora-
b l e m e n t c e t t e offrande d e v o s s e r v i t e u r s et. d e t o u t e
v o t r e f a m i l l e ; d i s p o s e z n o s j o u r s d a n s v o t r e p a i x , pré-
s e r v e z - n o u s de l a d a m n a t i o n é t e r n e l l e , e t a c c o r d e z - n o u s
d'être au n o m b r e d e v o s é l u s . P a r J é s u s - C h r i s t Notre-
S e i g n e u r . A i n s i soit-il.

A la Consécration.
D a i g n e z , ô D i e u , n o u s v o u s e n s u p p l i o n s , r e n d r e cette
o b l a t i o n e n t o u s p o i n t s b é n i e , a d m i s e , ratifiée, spiri-
t u e l l e e t a g r é a b l e , e t qu'elle d e v i e n n e p o u r n o u s le Corps
e t le S a n g de v o t r e b i e n - a i m é F i l s , J é s u s - C h r i s t , Notre-
Seigneur.
Pour le Saint Sacrifice de la Messe. 123

Qui, l a veille de s a P a s s i o n , p r i t du pain en ses m a i n s


saintes et v é n é r a b l e s , et, l e v a n t les yeux ait ciel v e r s
vous, Dieu s o n P è r e t o u t - p u i s s a n t , vous r e n d i t g r â c e s ,
le b é n i t , le r o m p i t et le d o n n a à s e s disciples en d i s a n t :
« P r e n e z e t m a n g e z - e n t o u s : c a r CECI EST MON C O U P S . »
(On élève l'Hostie consacrée et tous Va dorent.)
De la m ê m e m a n i è r e , a p r è s le r e p a s , il p r i t a u s s i en
ses m a i n s s a i n t e s et v é n é r a b l e s ce glorieux Calice; et,
de n o u v e a u r e n d a n t g r â c e s , il le b é n i t et le d o n n a à ses
disciples en d i s a n t : « P r e n e z et buvez-en t o u s , c a r CECI
EST LE CALICE DE MON S A N G , s a n g d u T e s t a m e n t n o u v e a u
et é t e r n e l ( m y s t è r e de foi), q u i s e r a r é p a n d u p o u r v o u s
et p o u r b e a u c o u p , en r é m i s s i o n d e s péchés. C h a q u e fois
que vous ferez ceci, faites-le en m é m o i r e de moi. » (On
élève le Calice et tous l'adorent).

Après la Consécration.
C'est p o u r q u o i , Seigneur, n o u s , v o s s e r v i t e u r s , et avec
nous v o t r e p e u p l e s a i n t , en m é m o i r e de la b i e n h e u r e u s e
Passion du m ê m e J é s u s - C h r i s t , v o t r e Fils, Notre-Seigneur,
de sa R é s u r r e c t i o n d ' e n t r e les m o r t s et de s a glorieuse
Ascension d a n s le ciel, n o u s offrons à v o t r e i n c o m p a -
rable Majesté d e s d o n s q u e n o u s t e n o n s de vous, l'Hostie
pure, l'Hostie s a i n t e , l'Hostie s a n s t a c h e , le P a i n s a c r é
de la vie s a n s fin et le Calice du s a l u t é t e r n e l .
Daignez j e t e r s u r ces offrandes un r e g a r d f a v o r a b l e
et doux, et l e s a v o i r p o u r a g r é a b l e s , comme v o u s avez
daigné a g r é e r les d o n s de v o t r e s e r v i t e u r le j u s t e Abel,
le sacrifice de v o t r e p a t r i a r c h e A b r a h a m et celui q u e
vous offrit v o t r e g r a n d - p r ê t r e Melchisédech, en i m m o -
lation s a i n t e et en h o s t i e i m m a c u l é e (qui n ' é t a i e n t
cependant q u e la figure de l ' i m m o l a t i o n et de l'Hostie
de v o t r e d i v i n Fils).
C o m m a n d e z , Dieu t o u t - p u i s s a n t , n o u s vous en p r i o n s
h u m b l e m e n t , q u e n o t r e oflrandc soit p o r t é e p a r les
mains de v o t r e s a i n t Ange s u r l'autel du ciel, en p r é -
sence de v o t r e divine Majesté, afin q u e n o u s t o u s qui
p a r t i c i p e r o n s à ce sacrifice p a r la réception d u Corps
et du S a n g s a c r o - s a i n t s de v o t r e Fils, n o u s soyons r e m -
plis de t o u t e s les b é n é d i c t i o n s e t g r â c e s célestes. P a r le
même J é s u s - C h r i s t Notre-Seigneur. Ainsi soit-il.

Mémento des morts.


Souvenez-vous aussi, S e i g n e u r , de vos s e r v i t e u r s et
de vos s e r v a n t e s q u i ; n o u s o n t p r é c é d é s avec le signe
124 Prières

de la foi et d o r m e n t du s o m m e i l de la p a i x . (A ce
moment on recommande en particulier les défunts.)
A eux, S e i g n e u r , et à t o u s ceux q u i r e p o s e n t en J é s u s -
C h r i s t , accordez, n o u s v o u s en p r i o n s , le lieu de rafraî-
c h i s s e m e n t , de l u m i è r e et de p a i x . P a r le m ô m e J é s u s -
C h r i s t N o t r e - S e i g n e u r . Ainsi soit-il.
Et à n o u s , v o s s e r v i t e u r s , q u i a v o n s p é c h é , m a i s qui
e s p é r o n s en l a m u l t i t u d e de vos m i s é r i c o r d e s , daignez
d o n n e r p a r t et société avec vos s a i n t s A p ô t r e s et Mar-
tyrs : Jean, Etienne, Mathias, Barnabe, Ignace, Alexandre,
Marcellin, P i e r r e , Félicité, P e r p é t u e , A g a t h e , Lucie,
Agnès, Cécile, A n a s t a s i e et t o u s v o s S a i n t s , d a n s la
c o m p a g n i e d e s q u e l s n o u s v o u s p r i o n s de n o u s a d m e t t r e ,
n o n p a s en c o n s i d é r a t i o n de nos m é r i t e s , m a i s en n o u s
f a i s a n t g r â c e . P a r J é s u s - C h r i s t N o t r e - S e i g n e u r , p a r lequel
t o u s ces b i e n s s o n t t o u j o u r s c r é é s , S e i g n e u r , de m ê m e
q u e sanctifies, vivifiés, b é n i s et d o n n é s a v o s s e r v i t e u r s .
P a r Lui, avec Lui et en Lui v o u s e s t r e n d u t o u t h o n n e u r
e t t o u t e gloire à v o u s , Dieu le P è r e t o u t - p u i s s a n t , en
l'unité du S a i n t - E s p r i t .

Au Pater.

P . D a n s t o u s les siècles d e s P . P e r o m n i a s œ c u l a sœcu-


siècles. lorum.
C. Ainsi soit-iL C. Amen.
P . Prions. Avertis par un P . O r c m u s . P r œ c c p t i s salu-
p r é c e p t e s a l u t a i r e et for- t a r i b u s m o n i t i et d i v i n a
m é s p a r u n e leçon d i v i n e , i n s t i t u t i o n c f o r m a t i , au-
nous osons dire : Notre d e m u s d i c e r e : P a t e r nos-
P è r e . . . Et ne n o u s i n d u i - ter... Et ne n o s i n d u c a s
sez p o i n t en t e n t a t i o n . in t e n t a t i o n e m .
C.Mais délivrez-nous du C. Sed libéra nos a malo.
mal.
P . Ainsi soit-il. P. A m e n .

Délivrez-nous, S e i g n e u r , n o u s v o u s en p r i o n s , de t o u s
les m a u x p a s s é s , p r é s e n t s et f u t u r s , et p a r Tinterecs
sion de la B i e n h e u r e u s e et g l o r i e u s e Marie, t o u j o u r s
Vierge, Mère de Dieu, ainsi q u e p a r les p r i è r e s de vos
s a i n t s A p ô t r e s P i e r r e , P a u l , A n d r é , cl de t o u s les S a i n t s ,
daignez a c c o r d e r la p a i x en nos j o u r s , afin q u ' a s s i s t é s
du s e c o u r s de v o t r e m i s é r i c o r d e , n o u s soyons t o u j o u r s
affranchis du p é c h é , à l'abri d ' a u c u n t r o u b l e . P a r le
m ê m e J é s u s - C h r i s t v o t r e Fils, N o t r e - S e i g n e u r , q u i , é t a n t
Dieu, vit et r è g n e avec v o u s en l'unité du S a i n t - E s p r i t .
Pour le Saint Sacrifice de la Messe. 125

P.Pcr omnia sœcula HSCCU- P. Dans tous les siècles des


lorum. siècles.
C.Amcn. Ainsi Hoit-iL
P.PaxDomini sit somper P. I,n p a i x d u S e i g n e u r s o i t
vobiscum. avec vous.
C.Et cum spiritu tuo. C./iV avec votre esprit.
P. Q u e l a r é c e p t i o n d e c e m é l a n g e c o n s a c r é d u Corps
et d u S a n g d e N o t r e - S e i g n e u r J é s u s - C h r i s t n o u s profite
pour l a v i e é t e r n e l l e . Ainsi s o i t - i l .

Agnus Dei.
Agnus Dei, qui tollis pec- A g n e a u d e D i e u qui effa-
catamundi,miserere nobis. cez les péchés du monde,
(On répète: A g n u s D e i . Aux a y e z p i t i é de n o u s . (On
Messes des morts, an lieu répète : A g n e a u d e D i e u .
de: m i s e r e r e n o b i s , on dit: Aux Messes des morts, an
dona eis requiem.) lieu de : ayez p i t i é d e n o u s ,
on dit : d o n n e z - l e u r l e
repos.)
Agnus Dei, qui tollis pce- A g n e a u d e D i e u q u i effa-
feata m u n d i , d o n a n o b i s cez l e s péchés du monde,
p a c e m . (Aux Messes des d o n n e z - n o u s l a p a i x . (Aux
morts : d o n a e i s r e q u i e m Messes des morts: d o n n e z -
s e m p i t e r n a m , au lien de: l e u r l e r e p o s é t e r n e l , au
dona nobis paeem.) lieu de : d o n n e z - n o u s l a
paix.)

A la Communion.
Seigneur Jésus-Christ, qui avez dit à v o s Apôtres :
« J e v o u s l a i s s e m a p a i x , je v o u s d o n n e m a p a i x v>, n e
r e g a r d e z p o i n t m e s p é c h é s , m a i s la foi d e v o t r e E g l i s e ,
et d a i g n e z , s e l o n v o t r e v o l o n t é , l u i a c c o r d e r l a p a i x e t
l'unité, v o u s q u i v i v e z e t r é g n e z d a n s toits l e s s i è c l e s
des s i è c l e s . A i n s i soit-il. (On omet cette oraison aux
Messes des morts.)
Seigneur Jésus-Christ, Fils d u Dieu vivant, qui, selon
la v o l o n t é d u P è r e , a v e c l a c o o p é r a t i o n de i ' E s p r i t - S a m t ,
avez d o n n é p a r v o t r e Mort l a v i e a u m o n d e , a c c o r d e z -
moi, p a r l ' a d o r a b l e s a c r e m e n t d e y o t r e Corps e t d e v o t r e
Sang, l a d é l i v r a n c e d e t o u s m e s p é c h é s et de t o u s l e s
m a u x ; f a i t e s q u e je d e m e u r e t o u j o u r s fidèle à v o s c o m -
m a n d e m e n t s , e t n e p e r m e t t e z p a s q u e je m e s é p a r e
j a m a i s d e v o u s q u i , é t a n t DieiT, v i v e z et r é g n e z a v e c l e
même D i e u le Père et avec le Saint-Esprit, dans les
s i è c l e s d e s s i è c l e s . A i n s i soit-il.
126 Prières

Que l a r é c e p t i o n de v o t r e Corps, d o n t j'ose m ' a p p r o -


c h e r , m a l g r é m o n i n d i g n i t é , ne t o u r n e p o i n t à mon juge-
m e n t e t à m a c o n d a m n a t i o n ; m a i s , selon v o t r e m i s é r i -
c o r d e , qu'il m e s o i t u n r e m è d e et u n e défense p o u r
l ' â m e et p o u r le c o r p s , S e i g n e u r J é s u s - C h r i s t , qui, é t a n t
Dieu, vivez et régnez avec Dieu le P è r e en l'unité d u
S a i n t - E s p r i t , d a n s t o u s les siècles d e s siècles. Ainsi soit-il.
J e p r e n d r a i le p a i n du ciel et j ' i n v o q u e r a i le n o m d u
Seigneur.
S e i g n e u r , je ne s u i s p a s digne q u e v o u s e n t r i e z s o u s
m o n t o i t , m a i s d i t e s s e u l e m e n t u n e p a r o l e et m o n â m e
s e r a g u é r i e . (Trois fois. — Communion de la sainte
Hostie.)
Que r e n d r a i - j e a u S e i g n e u r p o u r t o u s les b i e n f a i t s
d o n t il m ' a c o m b l é ? J e p r e n d r a i le Calice d u s a l u t et
j i n v o q u e r a i le n o m d u S e i g n e u r . J e l o u e r a i e t j'invo-
q u e r a i le n o m du S e i g n e u r , et je s e r a i d é l i v r é de m e s
e n n e m i s . (Communion du Calice.)

Après la Communion.
Ce que n o u s a v o n s p r i s de b o u c h e , recevons-le en u n
c œ u r p u r , et que d'un p r é s e n t t e m p o r e l il nous d e v i e n n e ,
Seigneur, un remède éternel.
P u i s s e n t v o t r e C o r p s q u e j ' a i p r i s et v o t r e S a n g q u e
j ' a i bu, S e i g n e u r , s ' a t t a c h e r à m e s e n t r a i l l e s , et qu'il ne
r e s t e a u c u n e s o u i l l u r e de péché en m o n â m e , dont u n
s a c r e m e n t si p u r et si s a i n t a été la r é f e c t i o n . Accordez-le-
m o i , Dieu q u i vivez et r é g n e z d a n s t o u s les siècles d e s
siècles. Ainsi soit-il.
P . Le S e i g n e u r s o i t avec P. D o m i n u s v o b i s c u m .
vous.
C.Et avec votre esprit. C.Et cum spiritu tuo.

A la fin des Oraisons.


P . Dans t o u s les siècles des P. P e r o m n i a ssecula srecu
siècles. lorum.
C. Ainsi soit-il. C. Amen.
P. Le S e i g n e u r soit avec P . Dominus vobiscum.
vous.
C.Et avec votre esprit. C.Et cum spiritu tuo.
P . Retirez-vous, l a Messe P . l t é , Missa est.
est dite.
C . G r â c e s soient rendues à C.Deo grattas.
Dieu.
Pour le Saint Sacrifice de la Messe. m
Aux Messes des morts :
P.Requiescant in pacc. P . Qu'ils r e p o s e n t e n p a i x .
C.Amen. C. Ainsi soit-il.
R e c e v e z , T r i n i t é s a i n t e , l ' h o m m a g e de m a s e r v i t u d e ,
e t a y e z p o u r a g r é a b l e c e s a c r i f i c e q u e j'ai offert a u x
y e u x d e v o t r e m a j e s t é , t o u t i n d i g n e q u e je s u i s ; qu'il
s o i t p o u r m o i e t p o u r t o u s c e u x p o u r qui je l'ai offert
u n sacrifice d e p r o p i t i a t i o n . P a r J é s u s - C h r i s t N o t r e -
S e i g n e u r . A i n s i soit-il.

Bénédiction.
P.Benedicat vos omnipo- P . Q u e le D i e u t o u t - p u i s -
t e n s D e u s , P a t e r , e t Fi- s a n t v o u s bénisse, Père,
lius et Spiritus Sanctus. Fils et Saint-Esprit.
C.Amen. C. Ainsi soit-il.

Au dernier Evangile.
P. Dominus vobiscum. P. L e S e i g n e u r s o i t a v e c
vous.
C.Et cum spiritu tuo. C.Et avec votre esprit.
P. Inittum ( o u ) Sequentia P.C o m m e n c e m e n t (ou)
sancti Evangelii secun- Sitite d u s a i n t E v a n g i l e
d u m N. s e l o n N.
C.Gloria tibi. Domine. C.Gloire à vous, Seigneur,

A la fin de l'Evangile.
C.Deo gratias. C. Grâces soient rendues à
Dieu.
Après la Messe.
Ave Maria ( t r o i s f o i s ) , Salve Regina.
P. O r a p r o n o b i s , s a n c t a D e i G e n i t r i x .
C. Ut digni efficiamur promissionibus ChristL
P. O r e m u s . . . P e r C h r i s t u m D o m i n u m n o s t r u m .
C. Amen.
P. S a n c t e M i c h a ë l A r c h a n g e l e . . . i n i n f e r n u m d e t r u d e .
C. Amen.
(Indulgence de 300 jours.)

P.CorJcsusacratissimum.
C. Miserere nobis.
j
)
troisfoi8>
(Indulgence de 1 a n s et 7 quarantaines.
LES SACREMENTS
DE PÉNITENCE ET D'EUCHARISTIE
1. — A v a n t l a Confession.
Mon t r è s m i s é r i c o r d i e u x S a u v e u r , j ' a i p é c h é et b e a u -
coup p é c h é c o n t r e vous p a r m a faute, p a r m a t r è s g r a n d e
f a u t e , e n t r a n t en r é b e l l i o n avec v o t r e loi s a i n t e et don-
n a n t la p r é f é r e n c e s u r v o u s , m o n Dieu et m o n P è r e d u
ciel, à de m i s é r a b l e s c r é a t u r e s et à m e s c a p r i c e s . Bien
q u e je ne m é r i t e q u e c h â t i m e n t s , ne m e refusez p a s la
s r â c e de bien c o n n a î t r e , d é t e s t e r et confesser sincère-
m e n t t o u s m e s p é c h é s , alin q u e je p u i s s e o b t e n i r v o t r e
p a r d o n et p a r v e n i r à un a m e n d e m e n t v é r i t a b l e .
Vierge s a i n t e , i n t e r c é d e z p o u r m o i . Pater, Ave.
1. On fait soigneusement l'examen des péchés commis
par pensées, paroles, actions et omissions, contre les
commandements de Dieu, les commandements de l'Eglise
et les devoirs d'état.
2. On considère le grand mal qu'on a commis en
offensant gravement Dieu, qui est notre Seigneur et
Père, qui nous a comblés de si nombreux bienfaits, nous
aime tant et mérite infiniment d'être aimé par-dessus
toutes choses et sei*vi en toute fidélité. On rappelle à
son esprit que la Passion de Notre-Seigneur Jésus-
Christ fut occasionnée par nos péchés. On réfléchit à
la perte de la grâce et du paradis ainsi qu'an châti-
ment de l'enfer que l'on a mérité. Pais on récite avec
une profonde componction /'Acte de c o n t r i t i o n .
3. En se présentant au confesseur, le pénitent s'age-
nouille, fait le signe de la croix et demande la bénédic-
tion, puis se confesse humblement.
4. Ensuite, il écoute docilement tes avis du confesseur,
accepte la pénitence, et, au moment de l'absolution,
renouvelle PActe de c o n t r i t i o n .
Après l a Confession.
Aussitôt après la confession, si le confesseur n'en
a pas disposé autrement, on récite, si on le peu!, la
prière imposée pour pénitence ; puis on se rappelle et
on grave bien dans son esprit les conseils reçus; on
renouvelle les bonnes résolutions ; enfin on remercie le
Seigneur.
Comme vous avez été bon avec m o i , S e i g n e u r ! Les
Pour les sacrements de Pénitence et d'Eucharistie. 129

paroles m e m a n q u e n t pour v o u s remercier- Au lieu de


m e p u n i r p o u r t a n t d e p é c h é s q u e j'ai c o m m i s , v o u s m e
l e s a v e z t o u s p a r d o n n e s a v e c u n e infinie m i s é r i c o r d e ,
e n c e t t e c o n f e s s i o n . De n o u v e a u , je m'en r e p e n s d e t o u t
m o n c œ u r ; je p r o m e t s , a v e c l e s e c o u r s d e v o t r e g r â c e ,
de ne p l u s j a m a i s v o u s offenser, e t de c o m p e n s e r p a r
d e s b o n n e s œ u v r e s e t p a r b e a u c o u p d'amour l e s i n n o m -
b r a b l e s o f f e n s e s q u e je v o u s a i f a i t e s d u r a n t l a v i e .
V i e r g e s a i n t e , A n g e s e t S a i n t s d u ciel, je v o u s r e m e r c i e
de v o i r e a s s i s t a n c e , r e n d e z g r â c e s p o u r m o i a u S e i g n e u r
de s e s m i s é r i c o r d e s » e t o b t e n e z - m o i l a c o n s t a n c e et l e
progrès dans le bien.
Dans les tentations, on n oubliera pas d'invoquer
l'aide de Dieu, en disant, par exemple; Mon J é s u s ,
a i d e z - m o i e t d o n n e z - m o i l a g r â c e de n e j a m a i s vous
offenser.
2. — Avant la sainte Communion.
Acte de foi et d'adoration. — Mon S e i g n e u r J é s u s -
Christ, je c r o i s d e t o u t e m o n â m e q u e v o u s ê t e s réelle-
m e n t d a n s l e S a i n t S a c r e m e n t d e l'autel, a v e c v o t r e
Corps, v o t r e A m e , v o t r e S a n g e t v o t r e D i v i n i t é . Je v o u s
y a d o r e e t v o u s r e c o n n a i s p o u r m o n Créateur, S e i g n e u r ,
Rédempteur, p o u r m o n s u p r ê m e et unique bien.
Acte d'espérance. — S e i g n e u r , j'espère qu'en v o u s
d o n n a n t t o u t à m o i e n ce d i v i n s a c r e m e n t v o u s m e t r a i -
terez avec miséricorde et m'accorderez toutes les grâces
nécessaires pour m o n salut éternel.
Acte de charité. — S e i g n e u r , je v o u s a i m e d e t o u t
mon cœur, par-dessus toutes choses, parce que vous
êtes m o n Père, m o n R é d e m p t e u r et m o n Dieu infiniment
aimable; j'aime m o n prochain c o m m e moi-même pour
l ' a m o u r d e v o u s e t je p a r d o n n e d e c œ u r à c e u x q u i
m'ont offensé.
Acte de contrition. — S e i g n e u r , je d é t e s t e t o u s m e s
p é c h é s , p a r c e qu'ils v o u s offensent e t m e r e n d e n t i n d i g n e
de v o u s r e c e v o i r d a n s m o n c œ u r ; je m e p r o p o s e , a v e c
v o t r e g r â c e , d e n e p l u s e n c o m m e t t r e à l'avenir, d'en
fuir l e s o c c a s i o n s e t d e faire p é n i t e n c e .
Acte de désir. — S e i g n e u r , je d é s i r e a r d e m m e n t q u e
v o u s v e n i e z e n m o n â m e p o u r l a sanctifier e t l a r e n d r e
t o u t e v ô t r e p a r a m o u r , si b i e n qu'elle ne s e s é p a r e p l u s
de v o u s , m a i s v i v e t o u j o u r s e n v o t r e g r â c e .
Acte d'humilité. — S e i g n e u r , je n e s u i s p a s d i g n e q u e
vous veniez en moi, mais dites une seule parole et m o n
âme sera guérie.
130 Prières

Après la sainte Communion.


Acte de foi et d'adoration. — Mon S e i g n e u r J é s u s -
C h r i s t , je crois q u e v o u s ê t e s v r a i m e n t en m o i a v e c
v o t r e C o r p s , v o t r e A m e , v o t r e S a n g et v o t r e D i v i n i t é ;
h u m i l i é d a n s m o n n é a n t , je v o u s a d o r e p r o f o n d é m e n t
c o m m e m o n Dieu e t S e i g n e u r .
Acte d'espérance. — Seigneur, puisque vous êtes venu
en m o n â m e , faites q u e je ne v o u s en c h a s s e p l u s p a r
le p é c h é , m a i s d e m e u r e z - y t o u j o u r s p a r l a g r â c e : je
l ' e s p è r e de v o t r e b o n t é et m i s é r i c o r d e .
Acte de charité. — S e i g n e u r m o n Diett, je v o u s a i m e
c o m m e je s a i s et c o m m e je p u i s , et je d é s i r e v o u s a i m e r
t o u j o u r s d a v a n t a g e ; faites q u e je v o u s a i m e p a r - d e s s u s
t o u t e s choses, m a i n t e n a n t et t o u j o u r s d a n s les siècles
d e s siècles.
Acte d'offrande. — Seigneur, puisque vous vous êtes
d o n n é t o u t à moi, je m e d o n n e t o u t à v o u s ; je v o u s offre
m o n c o r p s et mon â m e , je v o u s c o n s a c r e t o u t e m a vie,
e t je v e u x ê t r e v ô t r e p o u r t o u t e l ' é t e r n i t é .
Acte de demande. — S e i g n e u r , donnez-moi t o u t e s les
g r â c e s s p i r i t u e l l e s et t e m p o r e l l e s q u e v o u s s a v e z u t i l e s
à mon â m e ; secourez mes parents, mes bienfaiteurs,
m e s a m i s , m e s s u p é r i e u r s , et délivrez les s a i n t e s â m e s
dit p u r g a t o i r e .
A Jésus crucifié. — O b o n et t r è s d o u x J é s u s , je m e
p r o s t e r n e à g e n o u x en v o t r e p r é s e n c e , et je v o u s p r i e
et v o u s conjure, a v e c t o u t e la f e r v e u r d e m o n â m e , de
d a i g n e r g r a v e r d a n s m o n c œ u r de vifs s e n t i m e n t s de foi,
d ' e s p é r a n c e et de c h a r i t é , u n v r a i r e p e n t i r de m e s p é c h é s
et u n e v o l o n t é t r è s f e r m e de m'en c o r r i g e r , p e n d a n t
q u e je c o n s i d è r e en m o i - m ê m e et q u e je c o n t e m p l e en
e s p r i t vos cinq p l a i e s a v e c u n e g r a n d e affection et u n e
g r a n d e d o u l e u r , ayan^t d e v a n t les y e u x ces p a r o l e s q u e
le p r o p h è t e David v o u s a p p l i q u a i t déjà, en les m e t t a n t
d a n s v o t r e b o u c h e , ô b o n J é s u s : « Ils o n t p e r c é m e s
m a i n s et m e s p i e d s ; ils o n t c o m p t é toits m e s os. »
(Indulgence plênière.)

3. — Pour la Bénédiction du Saint Sacrement.


O V i c t i m e d u s a l u t , qiti O salutaris hostia,
n o u s o u v r e z la p o r t e d u Qua; cœli p a n d i s o s t i u m ,
ciel! L ' e n n e m i n o u s p r e s s e Bella p r e m u n t hostilia,
p a r s e s a t t a q u e s , donnez- Da r o b u r , fer a u x i l i u m .
n o u s l a force, p r ê t e z - n o u s
secours.
Pour les sacrements de Pénitence et d'Eucharistie. 131

Uni t r i n o q u e D o m i n o A u Seigneur, u n en na-


Sit s c m p i t e r n a g l o r i a , t u r e et t r o i s en p e r s o n n e s ,
Qui v i t a m s i n e t e r m i n o soit gloire à j amaisT Puisse-
Nobis d o n e t in p a t r i a . A m e n t-il n o u s d o n n e r d a n s la
p a t r i e céleste l a vie q u i ne
finira p o i n t l Ainsi soit-il.

Tantum ergo Sacramen- En n o u s p r o s t e r n a n t , vé-


tum n é r o n s un si g r a n d s a c r e -
Vencremur ccrnui : m e n t ; que les r i t e s a n t i q u e s
Et a n t i q u u m d o c u m e n t u m cèdent la place à ce mys-
Novo c e d a t r i t u i ; t è r e de la loi nouvelle, et
Prsestet fides s u p p l e m e n - q u ' u n e foi vive s u p p l é e a u
tum d é f a u t de nos sens.
S e n s u u m defectui.
Genitori Genitoquc Au P è r e et au F i l s soient
L a u s et j u b i l a t i o , l o u a n g e et j u b i l a t i o n , s a l u t ,
Salus,honor, virtus quoque h o n n e u r , p u i s s a n c e et bé-
Sit et b c n c d i c t i o : n é d i c t i o n ; et à celui q u i
Proeedenti ab utroque p r o c è d e de l'un et de l ' a u t r e ,
C o m p a r sit l a u d a t i o . Amen. q u ' u n égal h o m m a g e soit
r e n d u . Ainsi soit-il.

f. P a n c m de caclo prac- f. Vous l e u r avez donné


s t i t i s t i eis, le p a i n du ciel,
û). O m n c d e l e c t a m e n t u m ïî. Qui contient t o u t e dou-
in se h a b e n t e m . c e u r en lui.
OREMUS PRIONS

Deus, q u i n o b i s s u b Sa- O Dieu, q u i sous cet ad-


cramento mirabili Pâssio- m i r a b l e S a c r e m e n t nous
nis t u œ m c m o r i a m reli- avez laissé le s o u v e n i r de
q u i s t i : t r i b u e , quaesumus, votre Passion,daignez nous
i t a nos C o r p o r i s et San- a c c o r d e r de v é n é r e r les
guinis t u i s a c r a m y s t e r i a s a i n t s m y s t è r e s de v o t r e
vcncrari, ut redemptionis C o r p s et de v o t r e Sang, de
tiuc i'ructum in n o b i s ju- manière à goûter toujours
giter s e n t i a m u s . Qui vivis en n o u s le fruit de v o t r e
et r é g n a s in spécula srccu- r é d e m p t i o n . Vous q u i vivez
lorum. Amen. et régnez d a n s les siècles
d e s siècles. Ainsi soit-il.
Indulg. q u o t i d i e n n e de 100 jours; avec l'oraison, indulg de 300 jours.)
A P P E N D I C E I

B R E F R É S U M É D E L A R É V É L A T I O N D I V I N E .

I. — Création du monde et de l'homme.


1 . Au c o m m e n c e m e n t Dieu s e u l é t a i t , et r i e n n ' e x i s t a i t
en d e h o r s de lui. I n i î n i m e n t p a r f a i t et h e u r e u x en lui-
m ê m e , il n ' a v a i t b e s o i n de r i e n , m a i s p a r p u r e b o n t é il
v o u l u t c r é e r , c'est-à-dire t i r e r d e s ê t r e s d u n é a n t . Il
v o u l u t , e t a u s s i t ô t ils e x i s t è r e n t : le ciel, l a t e r r e , les
c h o s e s v i s i b l e s et i n v i s i b l e s .
2. Les c r é a t u r e s f u r e n t p r o d u i t e s les u n e s a p r è s l e s
a u t r e s d a n s u n o r d r e m e r v e i l l e u x : la l u m i è r e , le firma-
m e n t et les a s t r e s , l a t e r r e et la m e r , les v é g é t a u x et
les a n i m a u x ; et, en d e r n i e r lieu, p o u r c o u r o n n e r la créa-
t i o n , l ' h o m m e . Il fut c r é é à l'image et r e s s e m b l a n c e de
Dieu, c a r en son c o r p s , f o r m é de t e r r e , le C r é a t e u r
insuffla u n e s p r i t i m m o r t e l ; p a r l a g r â c e , il l'éleva à
l ' é t a t s u r n a t u r e l , et lui d o n n a p o u r fin de j o u i r de Dieu
lui-même dans l'éternité.
3. Au p r e m i e r h o m m e , qu'il n o m m a A d a m , Dieu d o n n a
u n e c o m p a g n e , t i r é e de son côté, p o u r de h a u t e s r a i -
s o n s ; ce fut Eve, la p r e m i è r e f e m m e . D'eux est s o r t i la
famille h u m a i n e t o u t e n t i è r e .
IL — Chute de l'homme et promesse du Sauveur.
4. L ' h o m m e a v a i t été é t a b l i roi de l a n a t u r e et placé
d a n s u n j a r d i n délicieux, le paradis terrestre, où il
p o u v a i t j o u i r de t o u t . Mais, afin qu'il r e c o n n û t le plein
d o m a i n e d u C r é a t e u r , Dieu lui a v a i t i n t e r d i t de g o û t e r
a u fruit de l ' a r b r e d i t de la science du bien et du mal;
le bien, c ' é t a i t l ' o b é i s s a n c e et l a g r â c e de D i e u ; le m a l ,
la d é s o b é i s s a n c e et la p e r t e des d o n s q u i n ' é t a i e n t p a s
d u s à l ' h o m m e , m a i s d o n t Dieu l'avait e n r i c h i .
5. L ' h o m m e osa se r é v o l t e r . Eve, se l i a n t a u s e r p e n t -
d é m o n p l u t ô t q u ' à Dieu, et A d a m , p a r c o m p l a i s a n c e
p o u r sa f e m m e , d é s o b é i r e n t ; p a r l e u r f a u t e d o n c , selon
les m e n a c e s qui l e u r a v a i e n t été i n t i m é e s , e u x et l e u r s
d e s c e n d a n t s f u r e n t d é p o u i l l é s de la g r â c e , de l'éternelle
félicite en Dieu, ainsi q u e d e s a u t r e s d o n s q u i ô t a i e n t
les i m p e r f e c t i o n s et les infirmités de la n a t u r e . Ainsi,
s o t t e m e n t , ils se r e n d i r e n t esclaves du d é m o n , des pas-
sions, des m i s è r e s , de la m o r t , et n o u s e x p o s è r e n t t o u s
à la p e r d i t i o n éternelle.
Bref résumé de la révélation divine.

6. I l s p e r d i r e n t l e » délice6 d u p a r a d i s t e r r e s t r e . D i e u ,
néanmoins, en l e s condamnant au travail et à la douleur
c o r p o r e l l e , n e l e u r e n l e v a p a s l ' e s p é r a n c e d u s a l u t de
l ' â m e ; il l e u r a n n o n ç a m ô m e qu'il d é t r u i r a i t l a p u i s -
s a n c e t y r a n n i q u e d u d é m o n p a r l e M e s s i e ou Christ q u i
viendrait d a n s l a plénitude des t e m p s . Par l'espérance
et l a foi e n l u i , l ' h o m m e r e v i v r a i t s'il o b s e r v a i t la loi
morale gravée dans son cœur.
III. — Corruption et déluge. — Le peuple choisi.
7 I Le c o n t r a i r e a r r i v a . A c o m m e n c e r p a r Caïn, q u i
tua son frère Abel par envie, les péchés se multiplièrent
à m e s u r e q u e s e m u l t i p l i a i e n t l e s h o m m e s , e t le g e n r e
h u m a i n t o u t e n t i e r s e p e r v e r t i t . C'est p o u r q u o i D i e u
e n v o y a le déluge s u r l a t e r r e . T o u s p é r i r e n t d a n s ce
c h â t i m e n t , e x c e p t é le j u s t e K o é e t s a f a m i l l e , s a u v é s d a n s
Yarche, g r a n d n a v i r e q u e D i e u l e u r a v a i t fait c o n s t r u i r e
à c e d e s s e i n . N o c , p r é s e r v é , offrit à D i e u u n sacrifice
d'action de g r â c e s .
8. L e s d i v e r s e s n a t i o n s i s s i t c s d e S e m , de Chain et de
J a p h e t , t o u s t r o i s fils d e N o é , s e c o r r o m p i r e n t e l l e s -
m ê m e s ; avec le t e m p s elles oublièrent l'unique vrai
D i e u , et, c o m m e t t a n t u n t r è s g r a v e p é c h é , e l l e s a d o r è r e n t
à s a p l a c e de f a u s s e s d i v i n i t é s e t d e s c r é a t u r e s . A l o r s
D i e u c h o i s i t , d a n s l e n o m b r e t r è s r e s t r e i n t de c e u x q u i
l u i é t a i e n t d e m e u r é s fidèles, l e C h a l d é e n Abraham, de
la r a c e d e S e m . Il l ' a p p e l a h o r s de s a p a t r i e et lui p r o m i t
q u e , si l u i e t s e s d e s c e n d a n t s g a r d a i e n t l a foi e t l a reli-
gion, il s e r a i t l e u r D i e u , l e s m u l t i p l i e r a i t c o m m e l e s
é t o i l e s d u c i e l , l e s r e n d r a i t m a î t r e s de la t e r r e d e Cha-
naan ou Palestine, et, dans sa postérité, bénirait toutes
l e s n a t i o n s . L a m ê m e p r o m e s s e fut r e n o u v e l é e p a r D i e u
â Tsaac, fils d ' A b r a h a m , e t à. Jacob, a p p e l é a u s s i Israël,
s e c o n d fils d'Isaac.
9 . A i n s i la r a c e d ' A b r a h a m e t d'Israël, qu'on n o m m e
r a c e h é b r a ï q u e , d e v i n t le peuple choisi de D i e u p o u r
g a r d e r l a foi et l a r e l i g i o n v r a i e s , et p o u r t r a n s m e t t r e
la p r o m e s s e d u S a u v e u r .
IV. — Servitude d'Egypte. — Délivrance par Moïse.
10. J a c o b m o u r u t e n E g y p t e . D u r a n t u n e g r a n d e
f a m i n e , il s'y é t a i t r e n d u a v e c l e s s i e n s a u p r è s de Joseph,
s o n fils de p r é d i l e c t i o n , q u e s e s f r è r e s , j a l o u x , a v a i e n t
v e n d u c o m m e e s c l a v e , e t q u e l e Pharaon o u r o i de c e
p a y s a v a i t é l e v é à l a p l u s h a u t e d i g n i t é de ce r o y a u m e ,
134 Appendice 1.

à c a u s e de s o n e s p r i t p r o p h é t i q u e , de s a fidélité et de
s a p r é v o y a n c e . Le n o m b r e d e s H é b r e u x s ' a c c r u t en c e t t e
r é g i o n , e t l e u r p r o s p é r i t é d e v i n t si g r a n d e q u e , a p r è s
p l u s i e u r s siècles, u n P h a r a o n c r u e l , j a l o u x d e l e u r p u i s -
s a n c e , t e n t a d e les e x t e r m i n e r en l e s s o u m e t t a n t à u n e
t r è s d u r e s e r v i t u d e , et en o r d o n n a n t de j e t e r t o u s l e u r s
e n f a n t s m â l e s d a n s les e a u x d u Nil.
1 1 . Mais Dieu i n t e r v i n t en f a v e u r de son p e u p l e . Moïse,
le futitr l i b é r a t e u r , a v a i t é t é s a u v é d e s e a u x e t élevé à
l a c o u r p a r l a fille m ê m e d u P h a r a o n . C'est p a r lui q u e
Dieu o r d o n n a d a n s la s u i t e a u P h a r a o n d ' a v o i r à l a i s s e r
p a r t i r le p e u p l e h é b r e u . Le r o i a y a n t refusé, s o n r o y a u m e
fut s u c c e s s i v e m e n t f r a p p é de d i x fléaux t e r r i b l e s , a p p e l é s
plaies d'Egypte. Le d e r n i e r d e ces fléaux fut l ' e x t e r m i -
n a t i o n de t o u s les fils a î n é s d e s E g y p t i e n s ; il fut a c c o m p l i
en une n u i t p a r l'ange, s a n s q u ' a u c u n e m a i s o n fût é p a r -
gnée, en d e h o r s de celles d e s H é b r e u x , m a r q u é e s , selon
T o r d r e de Dieu, avec le s a n g de l ' a g n e a u i m m o l é .
12 A l o r s le r o i c é d a , et Moïse p a r t i t a u s s i t ô t a v e c t o u t
H

le p e u p l e v e r s l a m e r R o u g e . Mais les E g y p t i e n s ne t a r -
dèrent p a s à regretter d'avoir consenti à leur départ,
et ils se m i r e n t à les p o u r s u i v r e . D e v a n t l e s H é b r e u x ,
les e a u x de la m e r R o u g e se d i v i s è r e n t p o u r les l a i s s e r
p a s s e r . Les E g y p t i e n s v o u l u r e n t y e n t r e r a p r è s eux,
m a i s les e a u x se r é u n i r e n t , et ils f u r e n t t o u s s u b m e r g é s .
Le g r a n d p a s s a g e ou P â q u e é t a i t a c c o m p l i , e t le sou-
v e n i r de c e t t e m i r a c u l e u s e l i b é r a t i o n d e v a i t ê t r e , d a n s
la s u i t e , c é l é b r é c h a q u e a n n é e p a r les H é b r e u x en la
p l u s solennelle des fêtes, j u s q u ' à l ' a c c o m p l i s s e m e n t de
la P â q u e d u C h r i s t , q u i a l i b é r é l ' h u m a n i t é e n t i è r e de
l a s e r v i t u d e , infiniment p l u s funeste, d u p é c h é .
V. — Les Hébreux dans le désert. — La Loi. — Josué.
Terre promise.
13« Les H é b r e u x f u r e n t c o n d u i t s d a n s le d é s e r t . Dieu,
d a n s l'éclat d'une g r a n d e m a j e s t é , p a r m i l e s é c l a i r s et
les t o n n e r r e s , leur d o n n a , p a r l ' i n t e r m é d i a i r e d e Moïse,
s u r le m o n t Sinaï, la loi m o r a l e d u Décalogue ou des
dix c o m m a n d e m e n t s , g r a v é e s u r d e u x t a b l e s de p i e r r e .
Il leur i m p o s a d ' a u t r e s lois e n c o r e , r i t u e l l e s et sociales,
a u x q u e l l e s son p e u p l e d e v a i t se c o n f o r m e r j u s q u ' à la
venue d u Messie, s'il v o u l a i t o b t e n i r l a r é a l i s a t i o n des
p r o m e s s e s divines, ê t r e v i c t o r i e u x et h e u r e u x ,
14. Tel fut VAncien Testament ou pacte de Dieu avec
l a n a t i o n choisie.Telle fut la Loi, loi a n t i q u e , loi m o s a ï q u e ,
Bref résumé de la révélation divine. 135

tout ordonnée, avec s e s minutieuses pénalités, à main-


t e n i r v i v e l a foi e t fidèle l e c u l t e d e Tunique v r a i D i e u ,
m é c o n n u p a r t o u t , p r é p a r a n t l e Nouveau Testament ou
Loi nouvelle d u C h r i s t , i n f i n i m e n t s u p é r i e u r e . Telle f u t
enfin l a b a s e e t l a c o n s t i t u t i o n d u p e u p l e h é b r e u , f o n d é e
p a r Moïse.
15. L e s H é b r e u x , h o n o r é s d'un t e l p a c t e a v e c D i e u ,
m i r a c u l e u s e m e n t n o u r r i s par lui dans le désert, avec l a
m a n n e qui t o m b a i t c o m m e l a r o s é e , e t d é s a l t é r é s a u x
e a u x t i r é e s d u r o c h e r p a r l a v e r g e d e Moïse, l e s H é b r e u x ,
par leurs fautes, méritèrent que leur entrée dans la
t e r r e p r o m i s e f û t r e t a r d é e . Moïse m o u r u t à l a f r o n t i è r e
de la Palestine, l a i s s a n t pour successeur Josuô, qui en
fit l a c o n q u ê t e , e t l a d i v i s a e n t r e l e s d o u z e t r i b u s , i s s u e s
d e s d o u z e fils d e J a c o b . L e s p é r é g r i n a t i o n s d'Israël
avaient duré quarante ans.
VI. — Les Juges. — Les Rois. — David. — Salomon.
Le Temple. — Royaume de Juda.
16. A p r è s J o s u c , le p e u p l e f u t g o u v e r n é p a r l e s Juges,
s u s c i t é s de D i e u q u a n d s u r g i s s a i t q u e l q u e n é c e s s i t é p l u s
g r a v e ; e n s u i t e p a r l e s Rois* d o n t l e p r e m i e r , Satil, fut
plus tard rejeté de Dieu et remplacé par le valeureux
e t fidèle David, d e l a t r i b u de J u d a , d a n s l a f a m i l l e
duquel devait rester la succession héréditaire du trône
et p r e n d r e n a i s s a n c e , à l a fin, l e M e s s i e , d o n t l e r è g n e
n'aura point de t e r m e .
17. Salomon, fils d e D a v i d , f u t p l e i n d e s a g e s s e e t t r è s
h e u r e u x . Il é l e v a d a n s l a v i l l e d e J é r u s a l e m u n m a g n i -
fique t e m p l e a u S e i g n e i t r ; m a i s , en s a v i e i l l e s s e , il t o m b a
dans la l u x u r e et ridolâtrie. Ces fautes, ainsi que l a
s o t t e d u r e t é d e s o n fils e t s u c c e s s e u r , R o b o a m , firent
perdre à l a m a i s o n d e David, dix tribus qui consti-
t u è r e n t s o u s J é r o b o a m , c h e f d e l a r é b e l l i o n , l e royaume
d'Israël. B i e n t ô t c e r o y a u m e t o m b a d a n s l'idolâtrie;
c'est p o u r q u o i i l f u t r é p r o u v é d e D i e u e t d é t r u i t à
jamais par les Assyriens.
18. P e n d a n t c e t e m p s , l e s t r i b u s e l l e s - m ê m e s d e Juda
et de Benjamin, r e s t é e s s o u s l e s c e p t r e d e s d e s c e n d a n t s
d e D a v i d , e t f o r m a n t l e royaume de Juda, f u r e n t s o u -
v e n t infidèles, m a l g r é l e s r e p r o c h e s d e s p r o p h è t e s , s p é -
c i a l e m e n t s o u s q u e l q u e s r o i s i m p i e s , c o m m e Achaz e t
Manassê. C'est p o u r q u o i D i e u e n v o y a Nabuchodonosor*
roi d e B a b y l o n e , q u i a s s i é g e a e t d é t r u i s i t J é r u s a l e m
avec le Temple, et e m m e n a roi et peuple en esclavage.
10
136 Appendice I.

VIL — Captivité de Babylone.


Le retour. — Le nouveau Temple. — Les Prophètes.
La réalisation des prophéties.
1 9 . D a n s les afflictions de l a captivité de Babylone,
a u x p a r o l e s d ' a v e r t i s s e m e n t et de c o n s o l a t i o n d e s Pro-
phètes, le p e u p l e s ' a m e n d a , r a v i v a s a foi en Dieu et s a
c r o y a n c e a u r e l è v e m e n t d ' I s r a ë l p a r le Messie.
20. L o r s q u e , a p r è s s o i x a n t e - d i x a n s , C y r u s , roi des
P e r s e s , s ' é t a n t e m p a r é de B a b y l o n e , a c c o r d a , selon l a
p r é d i c t i o n d'Isaïe, le r e t o u r d a n s la p a t r i e , ce fut a v e c
u n g r a n d zèle q u e , s o u s l a d i r e c t i o n de Zoi*obabel et de
Nèhèmie, on r e c o n s t r u i s i t J é r u s a l e m , en c o m m e n ç a n t
p a r le T e m p l e , q u i , m o i n s s p l e n d i d e q u e l'ancien, ne
d e v a i t p a s ê t r e m o i n s g l o r i e u x , c a r il l u i é t a i t r é s e r v é
d ' ê t r e h o n o r é p a r l a p r é s e n c e du « D o m i n a t e u r » a t t e n d u
et de T « Ange d u T e s t a m e n t » n o u v e a u . Le c u l t e p u b l i c
fut r é t a b l i p a r Esdras, a i n s i q u e l ' o b s e r v a n c e de la loi,
d o n t le l i v r e fut lu a u p e u p l e et i n t e r p r é t é .
21. D a n s les siècles s u i v a n t s , a u sein de l a d é c a d e n c e
p r o g r e s s i v e de l a p u i s s a n c e et de la l i b e r t é n a t i o n a l e s ,
il n'y e u t p a s , m a i g r e la p e r v e r s i o n d'un g r a n d n o m b r e ,
ttne d i m i n u t i o n , m a i s u n a c c r o i s s e m e n t d u zèle p o u r la
loi et p o u r l ' a t t e n t e d u S a u v e u r , a n n o n c é en t e r m e s de
p l u s en p l u s p r é c i s et d i s t i n c t s . Les Prophètes en a v a i e n t
s u c c e s s i v e m e n t p r é d i t , d a n s les p l u s m i n u t i e u s e s cix*-
e o n s t a n c e s , la v e n u e et l a vie, la p r é d i c a t i o n , les souf-
frances, l a g l o i r e et le r è g n e p e r p é t u e l ; si b i e n q u e ,
plusieurs personnes cherchant vainement à s'appliquer
à elles-mêmes les p r o p h é t i e s , o s è r e n t se d o n n e r p o u r le
Messie. Enfin p a r u t J é s u s de N a z a r e t h , en q u i se véri-
fièrent et s ' a c c o m p l i r e n t t o u t e s les p r o p h é t i e s d i v i n e s .
VIII. — Jésus-Christ : sa vie et sa prédication, sa mort,
sa résurrection et son ascension au ciel.
22. J é s u s n a q u i t à B e t h l é e m , de la Vierge Marie, épouse
de s a i n t Joseph, d e s c e n d a n t de David. C o m m e l'ange
G a b r i e l l'avait a n n o n c é , T E s p r i t - S a i n t é t a i t d e s c e n d u en
celle q u i é t a i t pleine de g r â c e , et, s a n s c e s s e r d'être
Vierge, elle é t a i t d e v e n u e Mère d u V e r b e d i v i n q u i
s'était i n c a r n é en elle.
23. L'Enfant fut c i r c o n c i s , selon l a Loi, e t a p p e l é
Jésus, n o m q u i signifie S a u v e u r . P o u r se s o u s t r a i r e a u x
e m b û c h e s d'Hérode, la s a i n t e F a m i l l e d u t fuir en Egypte.
Au r e t o u r , J é s u s vécut à N a z a r e t h , d a n s u n e h u m b l e
obéissance à Marie et à J o s e p h , c r o i s s a n t « en s a g e s s e ,
Bref résumé de la révélation divine. 137

en â g e e t e n g r â c e d e v a n t D i e u e t d e v a n t l e s hommer ».
V e r s Tâge d e t r e n t e a n s , a p r è s a v o i r reçu d e s a i n t Jean-
Baptiste ( B a p t i s e u r ) l e B a p t ê m e d e P é n i t e n c e d a n s l'eau
d u J o u r d a i n , il s e m i t à p r ê c h e r , d a n s l a J u d é e et l a
G a l i l é e , l'Evangile, a i n s i a p p e l é p a r c e q u e c'était l a
<t b o n n e n o u v e l l e » d e l a r é m i s s i o n d e s p é c h é s e t de l a
vie éternelle pour c e u x qui croiraient en lui et obser-
v e r a i e n t s e s e n s e i g n e m e n t s ; il c o n f i r m a i t p a r l e s p l u s
étonnants miracles s a divine mission et s a doctrine.
24. B e a u c o u p c r u r e n t e n l u i . D a n s c e n o m b r e i l f a u t
n o m m e r e n p r e m i e r l i e u l e s d o u z e , a p p e l é s apôtres ou
envoyés, e t c h o i s i s p a r l u i p o u r f o n d e r s o n E g l i s e , d o n t
Pierre fut établi le chef et le fondement. Mais bientôt
se déchaîna contre lui la haine implacable d e s pontifes,
d e s p h a r i s i e n s e t d e s d o c t e u r s d e l a L o i , j a l o u x de s o n
p o u v o i r e t o f f e n s é s d e s r e p r o c h e s qu'il l e u r f a i s a i t d e
l e u r s h y p o c r i s i e s e t d e l e u r s e r r e u r s . Cette h a i n e finit p a r
l e f a i r e c o n d a m n e r p a r l e Sanhédrin, tribunal suprême
de la nation, lui, le Rédempteur attendu. Lorsque l e
lâche Pilate, gouverneur romain, tenta de le gracier, à
l ' o c c a s i o n d e l a P â q u e , afin d e l e s a u v e r d e l a m o r t , o u
lui préféra le v o l e u r B a r a b b a s .
25. A p r è s l e s p l u s c r u e l l e s a v a n i e s , J é s u s f u t crucifié
sur le Calvaire, hors des m u r s de Jérusalem, entre deux
m a l f a i t e u r s . Il a c c o m p l i s s a i t a i n s i s u r l a c r o i x l a r é d e m p -
tion de l'humanité pécheresse, en satisfaisant au Père
é t e r n e l p a r l ' i m m o l a t i o n d e l u i - m ê m e . Il m o u r u t e n p a r -
donnant et en priant pour ses ennemis, qui ne cessaient
d e l'insulter. A l o r s finit l e T e s t a m e n t a n c i e n , pacte d e
Dieu avec l a n a t i o n i n g r a t e qui maintenant l'avait
rejeté et m i s à mort: Le Rédempteur, dans s o n sang
d i v i n , f o n d a l e Testament nouveau et éternel*
26. S o n c o r p s f u t e n s e v e l i ; s o n â m e d e s c e n d i t a u x
limbes pour libérer les âmes des justes qui y étaient
d é t e n u e s e n a t t e n d a n t l a R é d e m p t i o n . L e t r o i s i è m e jour,
il r e s s u s c i t a d'entre l e s m o r t s , c o m m e il l'avait a n n o n c é
à p l u s i e u r s r e p r i s e s . P u i s il a p p a r u t a u x p i e u s e s f e m m e s ,
à Pierre, à deux disciples sur la route d'Emmaus et aux
autres apôtres incrédules encore, mais qui, à la vue de
s e s plaies glorieuses, ne doutèrent plus de l a résurrec-
tion. Après l e s avoir instruits sur le règne de Dieu et
envoyés évangéliser toutes les nations, avec mission de
les baptiser et pouvoir de remettre ainsi que de retenir
l e s p é c h é s ; a p r è s l e u r a v o i r p r o m i s l'Esprit-Saint et s a
propre assistance jusqu'à la consommation des siècles.
138 Appendice I.

le q u a r a n t i è m e j o u r d e p u i s s a s o r t i e du t o m b e a u , il
s'éleva a u ciel en l e u r p r é s e n c e , et il y e s t a s s i s à la
d r o i t e de Dieu le P è r e , de q u i il a r e ç u t o u t p o u v o i r a u
ciel et s u r l a t e r r e .
IX. — Descente du Saint-Esprit. — L'Eglise catholique.
27. Dix j o u r s p l u s t a r d , à l a Pentecôte, l'Esprit-Saint,
p r o m i s p a r le C h r i s t , d e s c e n d i t v i s i b l e m e n t s u r les
a p ô t r e s et s u r l'Eglise n a i s s a n t e , d o n t il ne d e v a i t p l u s
s'éloigner j a m a i s . Le r o y a u m e de Dieu, a v e c les a p ô t r e s
p o u r p r o p a g a t e u r s et g o u v e r n e u r s , avec les p u i s s a n c e s
s p i r i t u e l l e s q u e c o n s t i t u e n t la parole d i v i n e n o n seule-
m e n t prêchèe, m a i s e n c o r e écrite, l e s sacrements (dont
le p r i n c i p a l est l ' E u c h a r i s t i e , p a r laqticlle J é s u s d e m e u r e
t o u j o u r s a v e c les siens), et l e s dons du S a i n t - E s p r i t , le
r o y a u m e de Dieu é t a i t d é s o r m a i s confirmé, p a r f a i t , et
c o m m e n ç a i t s a p r o p r e vie i n d é p e n d a n t e de la s y n a g o g u e
et s a p r e m i è r e m i s s i o n de s a l u t p a r m i les p a ï e n s . P e u
à peu, m a l g r é les s a n g l a n t e s p e r s é c u t i o n s d u p u i s s a n t
e m p i r e r o m a i n , l'Eglise a r r a c h a i t u n g r a n d n o m b r e
d ' â m e s au goutfre de L'idolâtrie et de la c o r r u p t i o n , e t
elle les c h a n g e a i t en fleitrs de foi e t de v e r t u s .
28. L a n a t i o n juive ne t a r d a p a s à t o m b e r p o u r tou-
j o u r s , a v e c s a c a p i t a l e e t son T e m p l e , et les J u i f s f u r e n t
d i s p e r s é s s u r t o u t e la t e r r e . P u i s , ce fut l a c h u t e d u
m o n d e a n t i q u e , avec ses g l o i r e s l i t t é r a i r e s , a r t i s t i q u e s ,
scientifiques; il é t a i t c o n s u m é de vices. D ' a u t r e s n a t i o n s ,
d ' a u t r e s e m p i r e s se s o n t é c r o u l é s , et l'Eglise, avec l a
civilisation c h r é t i e n n e , d u r e et^ c o n t i n u e r a de s ' é t e n d r e
t o u j o u r s , p o u r le bien de l ' h u m a n i t é , m a l g r é l a c h u t e
de fils d é g é n é r é s , m a l g r é les p l u s f u n e s t e s d i s s e n s i o n s
q u i ont a r r a c h é du r o y a u m e de Dieu e t j e t é d a n s le
s c h i s m e ou l'hérésie des n a t i o n s p u i s s a n t e s ; m a l g r é l a
p l u s i n s i d i e u s e g u e r r e d e s e n n e m i s de la r é v é l a t i o n sur-
n a t u r e l l e , de l a m o r a l e c h r é t i e n n e et de l'idée m ê m e de
Dieu. « Les p o r t e s de l'enfer ne p r é v a u d r o n t p o i n t c o n t r e
elle. » Le bon c h r é t i e n , t r a n q u i l l e en cette p r o m e s s e
divine, ne se t r o u b l e p a s , m a i s avec l'Eglise s a m è r e il
p r i e , il t r a v a i l l e et souffre, en a t t e n d a n t la r é s u r r e c t i o n
finale et le r e t o u r d u J u g e s u p r ê m e , J é s u s - C h r i s t , q u i
n o u s a a n n o n c é les h a i n e s , les a p o s t a s i e s , les p e r s é c u -
t i o n s , m a i s q u i , en m ê m e t e m p s , a fortifié n o t r e c o u r a g e
p a r ces p a r o l e s : « Si le m o n d e v o u s hait, s a c h e z qu'il
m ' a h a ï le p r e m i e r S'ils m ' o n t p e r s é c u t é , ils v o u s per-
s é c u t e r o n t v o u s aussi , m a i s ayez confiance, j ' a i v a i n c u
le m o n d e . (Joan. xv, 18-20; xvi, 33.)
A P P E N D I C E II

I. — C O U R T E S INDICATIONS
SUR LES FÊTES CHRÉTIENNES.
1. Ce n'est p a s s e u l e m e n t p a r l a d o c t r i n e c h r é t i e n n e
et p a r l'Histoire Sainte, m a i s encore par l'institution
d e s fêtes, q u e l'Eglise n o u s r a p p e l l e e t n o u s i n c u l q u e
pratiquement l e s vérités de l a loi et les meilleurs
exemples des vertus chrétiennes.
2. L e s f ê t e s o n t é t é i n s t i t u é e s p o u r r e n d r e à D i e u e n
c o m m u n , dans s e s saints temples, le culte suprême
d'adoration, de louange, de remerciements, de répara-
t i o n . T o u t y a é t é si b i e n d i s p o s é e t a d a p t é a u x c i r c o n -
s t a n c e s — l e s c é r é m o n i e s , l e s p a r o l e s , l e c h a n t , l'ordon-
nance extérieure en t o u s s e s détails, — qu'elles peuvent
faire pénétrer p r o f o n d é m e n t dans l'esprit l e s mystères,
les vérités ou les faits que nous célébrons, et nous
porter aux sentiments et a u x actes correspondants. Si
l e s fidèles é t a i e n t b i e n i n s t r u i t s d e c e t t e m a t i è r e e t
c é l é b r a i e n t l e s f ê t e s a v e c l'esprit v o u l u d e l'Eglise e n
l e u r i n s t i t u t i o n , on o b t i e n d r a i t u n e r é n o v a t i o n et u n
a c c r o i s s e m e n t notable de foi, de piété, d'instruction
r e l i g i e u s e , et, p a r c o n s é q u e n t , l a v i e e n t i è r e d e s chré-
t i e n s s'en t r o u v e r a i t r a n i m é e e t a m é l i o r é e .
3. L'année e n t i è r e e s t c o n s a c r é e à D i e u . Il n e s e p a s s e
p o i n t d e j o u r s a n s q u e l'Eglise n o u s l i s e , à l a Messe e t
à l'Office, q u e l q u e s t r a i t s d e s S a i n t e s E c r i t u r e s , œ u v r e s
de l ' E s p r i t - S a i n t , e t s a n s qu'elle n o u s s u g g è r e , a v e c
une merveilleuse variété, des formules appropriées de
louanges et de p r i è r e s a u Seigneur, notre premier prin-
cipe e t n o t r e d e r n i è r e fin. Elle n o u s y r a p p e l l e l e s infi-
nies perfections de Dieu, s e s bienfaits i m m e n s e s , sa loi
s a i n t e . D e m ê m e , a u c o u r s d e l'année, elle n o u s r e d i t
c h a q u e jour, à l ' E v a n g i l e d e l a Messe, q u e l q u e m i r a c l e
ou q u e l q u e e n s e i g n e m e n t d e N o t r e - S e i g n e u r Jésus-Christ,
qui e s t l a Voie, l a Vérité e t l a Vie, e t q u i , s e u l , a « l e s
p a r o l e s d e l a v i e é t e r n e l l e ».
Mais c o m m e n o u s n e s o m m e s d'ordinaire o b l i g é s d'as-
s i s t e r a u S a i n t Sacrifice q u e l e s d i m a n c h e s , la s a i n t e
Eglise y a s a g e m e n t réparti les évangiles et l e s écrits
apostoliques, de sorte q u e la vie entière ainsi que la
d o c t r i n e d u S a u v e u r s o n t l u e s e t e x p l i q u é e s a u x fidèles
d u r a n t l'année, f o r m a n t a i n s i u n v r a i c o u r s d ' i n s t r u c t i o n
religieuse chrétienne.
140 Appendice Iî.

4. Nous v é n é r o n s , d a n s l e s fêtes propres majeures,


n o n s e u l e m e n t le m y s t è r e f o n d a m e n t a l du c h r i s t i a n i s m e ,
l a S a i n t e Trinité, h laquelle nous rendons perpétuelle-
m e n t g l o i r e , h o n n e u r et sacrifice, m a i s n o u s r a p p e l o n s
et c é l é b r o n s e n c o r e , en ce r i t e s o l e n n e l , l e s faits p r i n c i -
p a u x de l a vie de N o t r e - S e i g n e u r , d a n s l e s q u e l s se
t r o u v e p l u s l u m i n e u s e m e n t m a n i f e s t é e son infinie misé-
r i c o r d e p o u r n o u s ; n o u s f ê t o n s a i n s i Noël, l a Circonci-
sion, Y Epiphanie — q u i est s a m a n i f e s t a t i o n , — s a P a s -
sion, s a Mort et s a g l o r i e u s e R é s u r r e c t i o n (Pâques), sa
m e r v e i l l e u s e Ascension, le d o n ineffable de s o n C o r p s e t
de son S a n g d a n s l a s a i n t e E u c h a r i s t i e (Saint Sacre-
ment), V effusion de l ' E s p r i t - S a i n t s u r l'Eglise (Pentecôte).
P r e s q u e t o u t e s ces fêtes s o n t s u i v i e s d'une p r o l o n g a t i o n
ou c o n t i n u a t i o n de h u i t j o u r s , a p p e l é e Octave; Noël a
m ê m e u n e p r é p a r a t i o n de p r i è r e s e t de j e û n e s : YAvent;
P â q u e s , l a p r i n c i p a l e de t o u t e s l e s s o l e n n i t é s , a l a l o n g u e
p r é p a r a t i o n d u Carême, i n s t i t u é en m é m o i r e d e s q u a -
r a n t e j o u r s de j e û n e d u S a u v e u r , e t c o n s a c r é spéciale-
ment à la pénitence, à l'enseignement catéchistique, à
l a p r é d i c a t i o n ; c e t t e m ê m e fête de P â q u e s est suivie
d'une l o n g u e p r o l o n g a t i o n d ' a l l é g r e s s e , le temps pascal,
en s o u v e n i r d e s q u a r a n t e j o u r s q u e J é s u s - C h r i s t glo-
rieux a passés sur la terre a p r è s sa résurrection.
5. La T r è s S a i n t e Vierge MARIE, Mère de Dieu, a r e ç u
des p r i v i l è g e s t o u t p a r t i c u l i e r s , q u e n o u s c é l é b r o n s et
fêtons avec l a p l u s g r a n d e s o l e n n i t é . Ce s o n t : l'exemp-
t i o n d u p é c h é o r i g i n e l (Immaculée Conception) et l'élé-
vation i m m é d i a t e de son c o r p s v i r g i n a l avec s o n â m e
d a n s l a g l o i r e céleste (Assomption). En o u t r e , b i e n q u e
ce ne soit p l u s de p r é c e p t e , le p e u p l e c h r é t i e n célèbre
avec t r a n s p o r t les d a t e s les p l u s m é m o r a b l e s de s a vie :
l a Nativité, 8 s e p t e m b r e ; VAnnonciation, 25 m a r s ; l a
Purification, 2 février. P l u s i e u r s d i m a n c h e s o n t été
é g a l e m e n t c o n s a c r é s à l a m é m o i r e et â la c o n s i d é r a t i o n ,
e
p a r e x e m p l e , des Douleurs de Marie (III d i m a n c h e de-
s e p t e m b r e ) oit de q u e l q u ' u n e de s e s g r â c e s i n s i g n e s (le
r
Saint Rosaire, p d i m a n c h e d ' o c t o b r e ) , p o u r ne p o i n t
citer les a u t r e s fêtes p a r t i c u l i è r e s oû s ' a l i m e n t e l a p i é t é
des fidèles e n v e r s l e u r Mère céleste.

6. La g l o i r e de t o u s les Anges et de t o u s les S a i n t s de


l'Eglise t r i o m p h a n t e n o u s est p r é s e n t é e à la fois en l a
fête de la Toussaint, afin q u e , n o u s r é j o u i s s a n t de l e u r s
t r i o m p h e s , n o u s soyons enflammés p a r l e u r s e x e m p l e s .
Et aussitôt, c o m m e p a r u n e succession n a t u r e l l e , ce
Courtes indications sur les fêtes chrétiennes. 141

s o n t t o n s l e s c h e r s d é f u n t s de l'Eglise soufFrante q u i
n o u s s o n t r a p p e l é s (Commèmoraison des fidèles défunts,
2 n o v e m b r e ) , p o u r q u e n o u s l e s a i d i o n s d e n o s suffrages,
e t qu'à l a p e n s é e d e l e u r s p e i n e s n o u s n o u s s e n t i o n s
n o u s - m ê m e s s t i m u l é s à f a i r e p é n i t e n c e de n o s p é c h é s
et à pratiquer toute sorte de bonnes œ u v r e s .
La fête p a r t i c u l i è r e d e q u e l q u e s s a i n t s p l u s i m p o r -
t a n t s e s t a u s s i d e p r é c e p t e ; t e l l e s s o n t : c e l l e de s a i n t
Joseph, é p o u x t r è s p u r d e l a V i e r g e Marie, p è r e p u t a t i f
e
d e J é s u s - C h r i s t e t p a t r o n de l'Eglise u n i v e r s e l l e (III di-
m a n c h e a p r è s P â q u e s ) ; c e l l e d e s a i n t Jean-Baptisie, le
P r é c u r s e u r d e J é s u s - C h r i s t (IV" d i m a n c h e d e j u i n ) ; c e l l e
d e s a i n t Pierre e t s a i n t Paul, P r i n c e s d e s A p ô t r e s
(29 j u i n ) . C e p e n d a n t , t o u s l e s j o u r s l'Eglise, n o n c o n t e n t e
d'honorer s p é c i a l e m e n t quelque Saint, fait relire, dans
l e Martyrologe, tous les noms des Saints et Bienheureux
célébrés dans les diverses églises particulières; nous
v o y o n s p a r l à c o m b i e n e l l e v o u d r a i t qu'ils f u s s e n t l'objet
de la v é n é r a t i o n , d u s o u v e n i r , d e s i n v o c a t i o n s de t o u s
l e s fidèles, p o u r l e u r é d i f i c a t i o n , l e u r s o u t i e n e t l e u r
réconfort.
7. C e r t a i n s j o u r s f é r i a u x enfin m é r i t e n t p a r t i c u l i è r e -
m e n t , d e n o t r e p a r t , a t t e n t i o n e t o b s e r v a n c e . Ce s o n t
d'abord c e u x q u i s o n t c o n s a c r é s a u j e û n e e t à l a péni-
t e n c e (Argent, Carême); c e u x q u i o n t é t é é t a b l i s c o m m e
p r é p a r a t i o n d e s f ê t e s m a j e u r e s (Vigiles), c e u x o ù n o u s
d e v o n s demander la grâce de bons ministres du Seigneur
ou la conservation d e s fruits de la terre (Quatre-Temps,
Litanies majeures de saint Marc e t d e s Rogations); mais
ce sont plus spécialement encore les derniers jours de
l a S e m a i n e S a i n t e , o r d o n n é e t o u t e n t i è r e à noits repré-
senter d a n s l a forme l a plus v i v e les atroces souffrances
et la mort ignominieuse que l'Hommc-Dieu supporta
p o u r n o u s r a c h e t e r , n o u s , i n d i g n e s p é c h e u r s , d e l'escla-
vage de Satan et de la mort.
8. Q u e t o u t b o n c h r é t i e n , s ' a i d a n t d e l a p r é d i c a t i o n
o u d e q u e l q u e l i v r e a p p r o p r i é , s'étudie à c o m p r e n d r e e t
à f a i r e s i e n l'esprit d e c h a q u e fête, s e r e p o r t a n t à s o n
objet et à son but spécial, méditant la vérité, la vertu,
le p r o d i g e , l e b i e n f a i t q u i s'y t r o u v e p a r t i c u l i è r e m e n t
c o m m é m o r é , c h e r c h a n t de t o u t e s m a n i è r e s à e n r e t i r e r
u n e a m é l i o r a t i o n p e r s o n n e l l e . Il c o n n a î t r a m i e u x a i n s i
et a i m e r a a v e c p l u s d e f e r v e u r D i e u , N o t r e - S e i g n e u r
Jésus-Christ, l a S a i n t e V i e r g e e t l e s S a i n t s ; il s e r a p o r t é
à en p r a t i q u e r l e s e x e m p l e s e t l e s e n s e i g n e m e n t s ; i l
142 Appendice IL

s'affectionnera à la s a i n t e L i t u r g i e , à l a p r é d i c a t i o n , à
l'église, et c h e r c h e r a m ê m e à y a t t a c h e r les a u t r e s . T o u t e
fête s e r a d è s l o r s p o u r lui un j o u r de Dieu, u n e v r a i e
fête q u i r é j o u i r a son â m e , l a r e s t a u r e r a , l a r e t r e m p e r a ,
la r e m p l i r a d ' u n e nouvelle v i g u e u r p o u r p o r t e r les souf-
frances et les l u t t e s q u o t i d i e n n e s d u r a n t la s e m a i n e .

ORAISON

O Dieu, a c c o r d e z - n o u s en v o t r e b o n t é q u e , p a r l a célé-
b r a t i o n des fêtes p é r i o d i q u e s d'ici-bas, n o u s m é r i t i o n s
d ' o b t e n i r les joies é t e r n e l l e s du p a r a d i s . (Oraison du
mercredi de Pâques.)
Seigneur, n o u s v o u s en p r i o n s , d o n n e z t o u j o u r s a u x
p e u p l e s c r o y a n t s de c é l é b r e r de j o y e u s e s fêtes en l'hon-
n e u r de vos S a i n t s , et de m é r i t e r de l e u r p a r t l a p r o t e c -
t i o n d'une i n t e r c e s s i o n c o n t i n u e l l e . Nous v o u s en s u p
plions p a r J é s u s - C h r i s t N o t r e - S e i g n e u r . (Postcomm. de
la Messe de saint Dama&e [11 décembre].)

IL — A N N É E E C C L É S I A S T I Q U E .

A . — Les parties de F année liturgique.


I . L'Aveni : q u a t r e s e m a i n e s a v a n t le 25 d é c e m b r e .
I I . Le t e m p s de Noël et de Y Epiphanie, suivi de q u e l q u e s
s e m a i n e s , de une à six, selon les a n n é e s .
I I I . Les D i m a n c h e s de Septuagésime, de Sexagésimc et
de Quinquagésime, jusqu'au mercredi des Cendres.
I V . Le Carême, du mercredi des Cendres au Samedi-
S a i n t : six s e m a i n e s et q u a t r e j o u r s .
V . Le Temps pascal, d u d i m a n c h e de P â q u e s a u s a m e d i
a p r è s la P e n t e c ô t e : h u i t s e m a i n e s .
V I . Après la Pentecôte, de la fête de l a S a i n t e T r i n i t é à
l'Avent : de v i n g t - t r o i s à v i n g t - h u i t s e m a i n e s , selon
les a n n é e s .
B, — Les jours de fêtes qui sont de précepte.
L — A date mobile.
a) Tous les dimanches. — A ces j o u r s t o m b e n t b e a u -
coup de s o l e n n i t é s m a j e u r e s : Pâques, la Pentecôte, la
Sainte Trinité, s a i n t Joseph, p a t r o n de l'Eglise u n i v e r -
selle, s a i n t Jean-Baptiste.
e
b) L'Ascension (jeudi de l a V s e m a i n e a p r è s P â q u e s ) .
Année ecclésiastique. 143

IL — A datefixe( 1 ) .
a) FÊTES DE NOTRE-SEIGNEUR.
1. Noël (25 d é c e m b r e ) .
er
2. L a Circoncision (1 janvier).
3. VEpiphanie (6 j a n v i e r ) .
b) F Ê T E S D E LA S Â I N T E VLERGE.
1
4. L Immaculée Conception (8 d é c e m b r e ) .
5. VAssomption (15 a o û t ) .
c) FÊTES DES SAINTS.

B. Saints Pierre et Paul (29 juin).


er
1. La Toussaint ( 1 n o v e m b r e ) .
C. — Les jours d'abstinence et de jeûne.
I. — Jours d'abstinence de viande.
Tons les vendredis ( à l'exception de c e u x o ù t o m b e
u n e fête de p r é c e p t e ) .
Tous les samedis de jeûne et l e s mercredis des
Qua tre-Temps.
H. — Jours de jeûne.
I. Tous les vendredis et samedis de l'A vent.
IL Tous les jours fériés de C a r ê m e .
III. L e s mercredis, vendredis et samedis des Qjatre-
Temps, o u s a i s o n s :
1 . D u p r i n t e m p s , d a n s l a p r e m i è r e s e m a i n e de Carême.
2. D e l'été, d a n s l a s e m a i n e de l a P e n t e c ô t e .
3. De Y automne, d a n s la 3" s e m a i n e de s e p t e m b r e .
e
4. De Yhiver, d a n s l a 3 s e m a i n e de l'A v e n t .
IV. L e s Vigiles : d e Noël (24 d é c e m b r e ) , de la Pentecôte,
d e s s a i n t s Apôtres Pierre et Paul (28 juin), de
Y Assomption de l a S a i n t e V i e r g e (14 a o û t ) , de la
Toussaint (31 o c t o b r e ) .
er
A R o m e , p a r v œ u , l a v i g i l e de la Purification ( 1 fé-
vrier).
N I . — Jours de maigre strict.
1. L a vigile de Noël.
2. Le vendredi de la première semaine de Carême.
3. Le Vendredi-Saint.
4. La vigile de l'Assomption.
er
A R o m e , l a vigile de la Purification (1 février).
(1) En France, Noël, l'Assomption et la Toussaint sont le*
seules fêtes de précepte à date fixe.
10*
A P P E N D I C E III

A V E R T I S S E M E N T S

A U X P A R E N T S E T É D U C A T E U R S C H R É T I E N S

1. F a i r e le c a t é c h i s m e , c'est i n s t r u i r e d a n s l a foi et
d a n s la m o r a l e de J é s u s - C h r i s t ; c'est d o n n e r a u x e n f a n t s
de Dieu la conscience de l e u r p r o p r e origine, de l e u r
dignité, de l e u r d e s t i n é e et de l e u r s p r o p r e s d e v o i r s ;
c'est d é p o s e r et d é v e l o p p e r d a n s l e u r s intelligences les
p r i n c i p e s et les motifs de la religion, de la v e r t u et de
la s a i n t e t é s u r t e r r e , et p a r c o n s é q u e n t de la félicité
d a n s le ciel.
2. L'enseignement du c a t é c h i s m e est donc le p l u s
nécessaire et le p l u s b i e n f a i s a n t p o u r les i n d i v i d u s ,
p o u r l'Eglise et p o u r la société c i v i l e ; c'est l'enseigne-
m e n t fondamental q u i est la b a s e de l a vie c h r é t i e n n e ;
où il m a n q u e , où il est m a l d i s t r i b u é , l a moisson s u r -
n a t u r e l l e végète, périclite et facilement d i s p a r a i t .
3. Les p a r e n t s s o n t les premiers et principaux édu-
cateurs de l e u r s fils; ils d o i v e n t de m ê m e en ê t r e les
premiers et principaux catéchistes : les p r e m i e r s , c a r
ils doivent g o u t t e à g o u t t e l e u r i n c u l q u e r avec le lait
la d o c t r i n e reçue de VEglise; les principaux, c a r il l e u r
incombe de faire a p p r e n d r e p a r c œ u r en famille les
choses p r i n c i p a l e s de la foi, en c o m m e n ç a n t p a r les
premières prières; ils doivent e n s u i t e les faire r é p é t e r
t o u s les j o u r s , afin que p e u à p e u elles p é n è t r e n t p r o -
fondément d a n s l'âme de l e u r s e n f a n t s . S ' i l s sont obligés,
c o m m e il a r r i v e souvent, de se faire s u p p l é e r p a r
d ' a u t r e s d a n s l'éducation, qu'ils n ' o u b l i e n t p a s l'obli-
gation sacro-sainte de choisir des i n s t i t u t e u r s et des
p e r s o n n e s qui s a c h e n t et veuillent c o n s c i e n c i e u s e m e n t
remplir, à leur place, un si g r a v e d e v o i r . L'indifférence
en cette m a t i è r e a été la p e r t e i r r é p a r a b l e de t a n t de
îilsl Quel c o m p t e il f a u d r a en r e n d r e à D i e u l
4. P o u r e n s e i g n e r avec fruit la d o c t r i n e c h r é t i e n n e , il
faut la bien savoir, Yexposer et l ' e x p l i q u e r d'une m a n i è r e
adaptée à la c a p a c i t é des élèves, et s u r t o u t , p u i s q u ' i l
s'agit de d o c t r i n e p r a t i q u e , il faut la vivre.
5. Il faut bien savoir la doctrine chrétienne. — Com-
m e n t i n s t r u i r e , en effet, si on n'est p a s i n s t r u i t ? Le
Avertissements aux parents et éducateurs chrétiens. 14S

d e v o i r des p a r e n t s et d e s é d u c a t e u r s est donc de revoir


le c a t é c h i s m e et d'en p é n é t r e r à fond les v é r i t é s ; p o u r
cela, ils f r é q u e n t e r o n t les i n s t r u c t i o n s p l u s étendues
d o n n é e s p a r les c u r é s a u x a d u l t e s , ils i n t e r r o g e r o n t des
p e r s o n n e s c o m p é t e n t e s et liront, s'ils le p e u v e n t , des
l i v r e s t r a i t a n t ces m a t i è r e s .
6. On doit exposer la doctrine d'une manière adaptée
aux élèves. — C'est-à-dire qu'il faut le faire avec intelli-
gence et a m o u r , de s o r t e q u e les enfants ne soient p a s
e n n u y é s et d é g o û t é s d u m a î t r e et de la d o c t r i n e . Il con-
v i e n t de se m e t t r e à l e u r p o r t é e , d'employer les p a r o l e s
les plus c o n n u e s et les p l u s simples, d'éveiller l'intelli-
gence p a r d ' o p p o r t u n e s c o m p a r a i s o n s et des exemples,
d ' é m o u v o i r les s e n t i m e n t s du c œ u r , d'avoir g r a n d e dis-
c r é t i o n et m e s u r e p o u r ne p a s f a t i g u e r ; d ' a v a n c e r peu
à peu, s a n s se r e b u t e r de r é p é t e r ; de s u p p o r t e r avec
p a t i e n c e et affection les dissipations, les d i s t r a c t i o n s ,
les i m p e r t i n e n c e s et a u t r e s défauts de cet âge. Qu'on
é v i t e s u r t o u t cette m a n i è r e m é c a n i q u e d'enseignement
q u i é c r a s e et laisse l ' e s p r i t obtus, m e t t a n t en jeu l a
seule m é m o i r e et n ' e n g a g e a n t p a s l'intelligence et le
cœur.
7. Enfin, il faut vivre la foi et la m o r a l e qu'on enseigne,
a u t r e m e n t c o m m e n t aura-t-on le c o u r a g e d ' a p p r e n d r e
a u x e n f a n t s la religion qu'on ne p r a t i q u e p a s , les com-
m a n d e m e n t s de Dieu et de l'Eglise qu'on néglige sous
l e u r s p r o p r e s y e u x ? Et q u e l fruit, en ce cas, pouvoir en
e s p é r e r ? Au c o n t r a i r e , les p a r e n t s y p e r d r o n t facilement
t o u t e a u t o r i t é , et a m è n e r o n t l e u r s enfants à l'indifférence
et au m é p r i s des p r i n c i p e s les p l u s n é c e s s a i r e s et des
d e v o i r s les p l u s s a c r o - s a i n t s de la vie.
8. P u i s q u ' i l s'est é t a b l i une a t m o s p h è r e d'incrédulité
e x t r ê m e m e n t funeste à la vie s p i r i t u e l l e , et qu'on fait
la g u e r r e à t o u t e idée d ' a u t o r i t é s u p é r i e u r e , de Dieu, de
r é v é l a t i o n , de vie f u t u r e , de mortification, il i m p o r t e
qitc les p a r e n t s i n c u l q u e n t avec le p l u s g r a n d soin les
v é r i t é s f o n d a m e n t a l e s c o n t e n u e s d a n s les p r e m i è r e s
n o t i o n s c a t é c h é t i q u e s ; ils doivent i n s p i r e r le concept
c h r é t i e n de la vie, le s e n s de la r e s p o n s a b i l i t é de tout
acte d e v a n t le J u g e s u p r ê m e qui est p a r t o u t , sait t o u t
et voit t o u t ; il leur faut r é p a n d r e , avec la c r a i n t e sacrée
de Dieu, l ' a m o u r du Christ, de l'Eglise, le goût de la
c h a r i t é et de la solide p i é t é , l'estime des v e r t u s et pra-
t i q u e s c h r é t i e n n e s . C'est s e u l e m e n t ainsi q u e l'éducation
des e n f a n t s s e r a fondée, non pas s u r un s a b l e d'idées
146 Appendice III.

m o u v a n t e s e t de r e s p e c t h u m a i n , m a i s s u r l e r o c d e s
c o n v i c t i o n s s u r n a t u r e l l e s , q u i ne s e r o n t p a s é b r a n l é e s
durant une vie entière, malgré bien des tempêtes.
9 . P o u r toitt c e l a , il f a u t u n e foi v i v e , u n e p r o f o n d e
e s t i m e de l a v a l e u r d e s â m e s e t d e s b i e n s s p i r i t u e l s ; i l
faut c e t a m o u r j u d i c i e u x q u i s ' é t u d i e à a s s u r e r a v a n t
t o u t l'éternelle f é l i c i t é a u x â m e s d e c e u x q u i n o u s s o n t
c h e r s . Ce q u ' i l f a u t e n c o r e , c'est u n e g r â c e s p é c i a l e p o u r
comprendre la nature des enfants et trouver le c h e m i n
de l'intelligence et du cœur. Les parents chrétiens, en
v e r t u d u s a c r e m e n t de M a r i a g e b i e n r e ç u , o n t d r o i t a u x
g r â c e s de l e u r é t a t , e t p a r c o n s é q u e n t à c e l l e s qui s o n t
n é c e s s a i r e s p o u r é l e v e r c h r é t i e n n e m e n t l e u r f a m i l l e . Ils
p e u v e n t , en o u t r e , o b t e n i r , p a r u n e h u m b l e p r i è r e , d e s
g r â c e s s p é c i a l e s d a n s c e b u t , c a r il e s t p a r t i c u l i è r e m e n t
a g r é a b l e à D i e u qu'on l u i f o r m e d e s a d o r a t e u r s p i e u x
e t d e s lils o b é i s s a n t s . Qu'ils le f a s s e n t d o n c a u p r i x d e
t o u s l e s s a c r i f i c e s , il y v a d u s a l u t é t e r n e l d e l'âme
de l e u r s e n f a n t s e t de l a l e u r p r o p r e . D i e u b é n i r a l a foi
et l'amour qu'ils m e t t r o n t à c e t t e œ u v r e de c a p i t a l e
i m p o r t a n c e , e t il L u r d o n n e r a l a r é c o m p e n s e l a p l u s
d é s i r a b l e , celle d'une p o s t é r i t é s a i n t e , é t e r n e l l e m e n t
b i e n h e u r e u s e a v e c e u x d a n s le ciel.

ORAISON

S e i g n e u r , q u e l e C o n s o l a t e u r q u i p r o c è d e de v o u s illu-
m i n e n o s e s p r i t s et l e s c o n d u i s e à t o u t e l a v é r i t é , c o m m e
l'a p r o m i s J é s u s - C h r i s t , v o t r e F i l s , N o t r e - S e i g n e u r , q u i
v i t et r é g n e a v e c v o u s , en l'unité d u m ê m e E s p r i t - S a i n t ,
d a n s l e s s i è c l e s d e s s i è c l e s . A i n s i soit-il. (Oraison pour
le mercredi de la Pentecôte.)
TABLE A L P H A B É T I Q U E DES MATIÈRES
Les chiffres arabes gras renvoient aux formules d u
c o m m e n c e m e n t ; les chiffres arabes ordinaires aux
demandes et réponses du Catéchisme, à moins cepen-
dant d'être placés après un chiffre romain; ils indiquent^
en ce cas, les paragraphes des annexes placées à la fin 9

comme : A p p ( e n d i c e ) I, 23; P r ( i é r e s ) I, 2.
A b s o l u t i o n , 380. B l a s p h è m e , 181.
A b s t i n e n c e , 218, A p p . II, fin. C a l o m n i e , 206, 208.
A c c u s a t i o n d e s p é c h é s , 372 e t C a n o n de l a M e s s e . P r . II.
suiv. C a r a c t è r e d e s s a c r e m e n t s , 283-
A c t e c i v i l , 410-412. 285, 295, 30'«. 397.
A c t e s d u c h r é t i e n , 9 - 1 2 , 244 e t C a r ê m e , 219, A p p . II, 4, 7 e t i
suiv. l a fin.
A d a m , 66-74, 137, A p p . I, 3 et C a t é c h i s m e , 189.
suiv. C é r é m o n i e s , 385, A p p . II, 2.
A d o r a t i o n , 174, 351. C h a r i t é , 14, 19, 123, 132, 103 et
A d u l a t i o n , 206. suiv.,229 et suiv.,240 et suiv.,
A m e , 53, 61 e t s u i v . ; 90, 144, 280, 345, 364; — a c t e d e , II.
150, 164, 210, 227, 270, e t c . C h a s t e t é , 202, 210, 251, 262.
Amen, 160. C h o s j s a i n t e , 120, 173, 276; —
A m e s d u p u r g a t o i r e , 102, 123, s p i r i t u e l l e , 173.
A p p . Il* 6. C h r ê m e , 305,312.
A m o u r de D i e u et du p r o c h a i n , C h r é t i e n , 105, 285, 290, 295 et
v. Charité. s u i v . ; — s i g n e d u , 32; — v e r -
Angele Dei, 7. t u s d u , 228*
A n n é e e c c l é s i a s t i q u e , A p p . II, C h r i s t , 125 e t s u i v . , v . Jésus,
fin. Me: sic.
A p o s t a s i e , a p o s t a t s , 123,170. C i e l , 2,7, 51, 92, 94, 322, A p p . I, ?.
A p ô t r e s , 29, 106, 111, 214, 215, C i r c o n c i s i o n , f è t e , App.11,4.1,23.
S20, 356, A p p . ï, 24, 26 e t s u i v . C i r c o n s t a n c e s d e s p é c h é s , 374.
A p p a r e n c e s , v. Espèces. C o m m a n d e m e n t s d e Dieu, 15,
A s c e n s i o n , 02, A p p . I, 26. 27, 161-212, 359, A p p . I, 13; —
A s s o m p t i o n , A p p . II, 5. l e s d e u x g r a n d s , 14, 163; —
A t t r i t i o n , 365 e t s u i v . , 395. d e l ' E g l i s e , 10, 213-226, 353, 359.
A u m ô n e , 102, v . Miséricorde. C o m m u n i o n , 223 e t s u i v , 321,
Avarice, 23. 334-345,354. P r . III, 2 ; II, à la fin
Ave Maria, 5, 431 e t s u i v . C o m m u n i o n d e s S a i n t s , 120 e t
A v e n l , 219, A p p . II, 4, 7 e t fin. suiv.
A v i d i t é d e s r i c h e s s e s , 212. C o n f i r m a t i o n , 17 , 275, 282 e t
B a p t ê m e , 17, 100, 139, 274, 278 et s u i v . , 30Ï-315.
s u i v - , 290-303, 428. Confession o u P é n i t e n c e , 17,
B a u m e , 312. 146, 223 e t s u i v . , 274, 278 et
B é a t i t u d e s è v a n g é l i q u e s , 263 s u i v . , 355-385. P r . III, 1; —
et suiv. a c c u s a t i o n d e s p é c h é s , 146,
B é n é d i c t i o n s d i v e r s e s , 385. 364, 372-379.
Bénédiction du Saint Sacre- Confiteor. P r . II, a u d é b u t .
m e n t . P r . III» 3. Conscience, v. Examen.
148 Table alphabétique des matières.

Consécration de l'Eucharistie, D o n s , 67 e t s u i v . , 228 e t p u î w ,


320, 324 e t s u i v . P r . II, v e r s A p p . I, 4 e t s u i v . ; — d u S a i n t -
le m i l i e u ; — de l'homme à E s p r i t , 1 8, 153, 309.
D i e u , 121, 202, '283, 405. D o u t e s c o n c e r n a n t l a F o i , 170.
C o n s e i l s é v a n g é l i q u e s , 240,251. D u e l , 193, 196 e t s u i v .
Conseil (don), 18. E c r i t u r e S a i n t e , 233 e t s u i v . ,
C o n t e m p l a t i o n , 416. A p p . I, 20 e t s u i v . , 27; II, 3.
C o n t r i t i o n , 132, 140, 301-308; — E d u c a t i o n , : 01, 413, A p p . III, 3.
p a r f a i t e , 132, 140, 363 e t s u i v . E g l i s e , 29, 105, 134, 175, 213 e t
Acte de, 12. s u i v . , 23 , 2î;6, 286, 290, 334,
C o r p s h u m a i n , 60, 62, 76, 158, 386, 390, 401, 406, 412, A p p . I,
202; — d e s s a i n t s , 170; — m y s - 27 e t s u i v . , II, 1 e t s u i v . ,
t i q u e , 108, 122. 401. v. Commandements ; — en-
Corpus Domini, v. Saint Sa- s e i g n a n t e , 114 e t s u i v . ; —
c reincnt. souffrante et t r i o m p h a n t e ,
C o u p s , 193. A p p . II, 6; — R o m a i n e , 113.
Crainte de Dieu ( d o n ) , 18; — E n f e r , 2 6 , 17, 99, 103 e t s u i v . ,
d e s c h â t i m e n t s , 365. 144, 167, 368, : 81.
C r é a t e u r , 4, 40, 51 e t s u i v . E n n e m i s , 200, 243.
C r é a t i o n , A p p . I, 1-2. Envie, 2 3 ; — de la g r â c e d'au-
Credo, v. Symbole. t r u i , 2 4 , 153.
C r o i x ( s i g n e d e l a ) , 1, 32-36, E p i s c o p a t , 113, 400; v. Evêques.
308, 313, 304; — m o r t e t s a c r i - E p o u x , 407-413.
fice d e J.-C. s u r l a , 26, 86, E s p è c e s o u a p p a r e n c e s , 310,
348 e t s u i v . , 354, A p p . I, 25. î .29-332, 344.
C u l t e d i v i n , 184 e t s u i v . , 225, E s p é r a n c e , 1 9 , 229, 238 et s u i v . ,
351 e t s u i v . , A p p . II, 2 ; — d e s 244 e t s u i v . ; — a c t e d e , \ 0.
A n g e s e t d e s S a i n t s , 58, 174 E s p r i t - S a i n t , 20, 33, 38 e t s u i v . ,
et suiv. 76, 106, 109, 115, 176, 236, 303 e t
D é c a l o g u e , 1 5 , 101 e t s u i v . , s u i v . , 398; A p p . I, 26 e t s u i v . ;
A p p . I, 13. — p é c h é s c o n t r e l e , 2 4 , 152
D é g â t s , 203. e t s u i v . , v. Dons.
D é f u n t s , 8, 351. P r . I, 1; v . Mé- E s p r i t s , 5 i-59, 172.
mento. E t a t , 410-412; — e c c l é s i a s t i q u e ,
D é m o n , 50, 88, 172, 298 e t s u i v . , •v.Ordre;— particulier,169,;&9.
A p p . I, 5. E t e r n i t é d e D i e u , 8; — d e s
D é p ô t d e l a F o i , 236. r é c o m p e n s e s et des peines,
De profanais. P r . I, 1. 104, 159.
D é s e s p o i r , 24, 153, 194, 239. E u c h a r i s t i e , 1 7 , 04, 275, 316-354,
D é s i r s m a u v a i s , 209. 397; 401. P r . II, 3 ; v. Messe.
D é t r a c t i o n , v. Médisance. E v a n g i l e , 250, 263, A p p . I, n.
D e t t e s , 203; — d ' e x p i a t i o n , 09, E v e , 66, A p p . I, 3.
381, 384 e t s u i v . E v o q u e s , 11 e t s u i v . , 215, 305,
D e v o i r , 162 et s u i v . 307 et suiv.,314,357,394, ;;98, MU.
D i a c o n a t , 400. F a u s s e t é , 206.
D i e u , 1-13,19,37 et s u i v . , e t c . , e t c . ; F é l i c i t é , 14, 63, 68, 159, 266, .°03.
— n o t r e P è r e , 270, 290, 363, 428. F ê t e - D i e u , A p p . II, 4.
D i l i g e n c e c h r é t i e n n e , 262. F ê t e s , 184-189,216 et 8 U I V . , A p p . I I .
D i s s i p a t i o n , 100. F i d è l e s , 106, 120, 213, 221, 3 4,
D o c t r i n e c h r é t i e n n e , 105, A p p . .351, 405.
III, v. Foi. F i l s , 190 e t s u i v . , 413, A p p . IIL
D o m m a g e s , 205-208. F i l s d e D i e u , 20, 38 et s u i v . , 76
Table alphabétique des matière*.. 140
•7— • •* — •-• •—' »— .

et s u i v . ; v. Jésus-Christ, etc. I n v o c a t i o n d e s A n g e s et d e s
F i n s d e r n i è r e s , 2 6 , 155. S a i n t s , 12^, 429 et s u i v .
F i n de l ' h o m m e , 13, 68. I r r é l i g i o s i t é , 173.
F o r c e : vertu, 20, '57; — don, J e a n - B a p t i s t e ( s a i n t ) , A p p . I,
18, 09. 23; II, 6.
F o r m e d e s sacrements,286,288, J é s u s - C h r i s t , 22 et suiv., 29, M,
292, 306, 318, 380, 394, 398. 34, 75-98, 105 et s u i v . , 133 et
F r a t e r n i t é , 202. suiv., 161, 163, 214 et suiv.,
F r a u d e , 2 5 , 203. 218, 22 >., 235, 239, 243, 250, 263
G l o i r e , 175. et suiv., 267, 270, 272, 280, 283
Gloria in excelsis. P r . II. et suiv., 290, 304, 309, 313, 355
Gloria Patri, 4. et suiv., 363, 376, 380, 386, 401,
G o u r m a n d i s e , 2 3 , 222. 406, 420 et s u i v . ; A p p . I, 6,
G r â c e , 15, 27, 68 et suiv., 138, 21-26; II, 3-4, e t c . ; v. Fils,
144, 146, 105, 230 et suiv., 238, Rédempteur, etc.
267-279, 295, 309, 311, 3 !6 et J e û n e , 839 et s u i v . ; — ecclé-
suiv,, 345, 350, 395, 406, 409, 419 s i a s t i q u e , 219-222, A p p . II, 7 et
et s u i v . , 433. fin; — œ u v r e de pénitence,385.
Hérésie, 171, 181. J o s e p h ( s a i n t ) , 83, A p p . I, 22
H é r é t i q u e s , 127, 293. et suiv. ; II, 6.
H i é r a r c h i e , 399 et s u i v . J u g e m e n t , 2 6 , 95-93,158, 199, 376;
H o m i c i d e , 2 5 , 154, 196. — t é m é r a i r e , 208.
H o m m e , 60 et s u i v . , 202, A p p . I, J u i f s , 128, A p p . i, 9 et suiv.
2 et s u i v . J u s t i c e , 2 0 , 256; v. Grâce.
Hostie, 32's et s u i v . , 332 et s u i v . Kyrie clei-ion. P r . II.
Huiles ( s a i n t e s ) , v. Extrême- L a t r i e , 172, 351 ; v. Culte divin.
Onction. L i b é r a l i t é , 262.
H u m i l i t é , '262, 265. L i b e r t é , 11, 64, 405.
I d o l â t r i e , 172, 177 et suiv., A p p , L i m b e s , 90, 100, A p p . I, 26.
I, 8. L i t a n i e s de la S a i n t e Vierge.
I g n o r a n c e , 71; — d e s v é r i t é s P r . 1, 2; — m a j e u r e s , App.II, 7.
* de la Foi, 170. Loi, 114, 120, 135, 143, 148, 161,
I m a g e s s a i n t e s , 177 et s u i v . 231, 297, App. 1,14, 20; v. Com-
I m m a c u l é e C o n c e p t i o n , 138, mandements*
A p p . II, 5. L u x u r e , 2 3 ; v. Impureté.
I m m o r t a l i t é de P â m e , 62. Mal, 11, 05, 71, 199, 280, 277,
l m p è n i t c n c e finale, 2 4 , 153. A p p . 1,4.
I m p o s i t i o n d e s m a i n s , 303, M a r i e , 76, 82, 138, 429 et s u i v .
398. P r . I, 2; A p p . I, 22 et suiv.,
I m p r é c a t i o n , 193. II, 5 .
I m p u r e t é , 201, 209; — c o n t r e M a r i a g e , 1 7 , 406-413.
n a t u r e , 2 5 , 154. M a r t y r e , 280.
I n c a r n a t i o n , 13, 21, 31, 34, 76 e t M a t i è r e des s a c r e m e n t s , 2JÏ0,
suiv., A p p . I, 22. 291, ;:or>, 317, 394, 398.
I n c l i n a t i o n s m a u v a i s e s , 71. M é d i a t e u r , «fi, 421, 433.
I n d u l g e n c e s , 102, 380-391. M é d i t a t i o n , 416.
Infaillibilité, 115 et suiv., 236. M é m e n t o d e s v i v a n t s et d e s
Infidèles, 125, 293. m o r t s , P r . IL
Infirmes, 340et suiv., 392 et s u i v . Mensonge, 208.
I n s t r u c t i o n r e l i g i e u s e , A p p . III. M é r i t e s , 15 et s u i v . , 100, 144 e t
I n t e l l i g e n c e ( d o n ) , 18. suiv., 158, 212, 23» et suiv.,
I n t e r c e s s i o n , 123, 429 et s u i v . 350, 386, 43).
150 Table alphabétique des matières.

Mes.se, 102, 184, 216 et suiv., 346- P a p e , 10;*, 112 et s u i v . , 215, 201
354. P r . II. P â q u e , A p p . I, 12, 24.
Messie, 125 et s u i v . , A p p . I, 6, P â q u e s , A p p . II, 4.
13, 16, 10-21. P a r a d i s , 2 6 14-15, 71, 74, 75, 83,
M i n i s t r e dos s a c r e m e n t s , 288, 90 et suiv., 123, 270; — ter-
280, 203, 307, 310, 350, 357, 303, r e s t r e , 71, 75, A p p . I, 4.
308,407; — de Dieu 57 ( a n g e s ) , P a r d o n ( d e s offenses), 2 2 , 243;
225, 285, 307 et s u i v . — d e s p é c h é s , v. Rémission
M i r a c l e , 87 et s u i v . des péchés.
M i s è r e , 60, 71, 212, 248, 265. P e n s é e s , 9, 98, 141, 200, 359.
M i s é r i c o r d e , 21-22, 240, 385. P e n t e c ô t e , A p p . 1, 27; II, 4.
M o d é r a t i o n , 212, 258 et s u i v . P è r e (Dieu le), 20,3B et suiv., 92.
Monde,51 et suiv.,05,157, A p p . I, P e r f e c t i o n c h r é t i e n n e , 231.
1-2; — et m o n d a i n s , 85, 2G5 P e r s é c u t i o n s , 248, App.I,à la fin.
e t suiv., 200, A p p . I, 28. P e r s o n n e s d i v i n e s , 10 et suiv.,
Mort, 26, 71, A p p . I, 6; — de 38-50; — s a c r é e s , 173, 40j.
l ' â m e , 144, 150, 274; — de P i e r r e ( s a i n t ) , 106, 103, 113,
J é s u s - C h r i s t , 80, A p p . I, 25; A p p . I, 24.
v. Passion, Sacrifice. P i e r r e et P a u l ( s a i n t s ) , A p p .
M o r t i i i c a t i o n , 222, 385. II, 6.
Morts ( s a c r e m e n t s d e s ) , 274,278. Piété (don) 18; — œ u v r e s de,
M u r m u r e , 206. 188, 384.
M y s t è r e s , 13, 20 et s u i v . , 40, P o m p e s , 298.
237, 311, A p p . II. 2 ; — d u s a i n t P o n t i f e r o m a i n ; v. Pape.
R o s a i r e . P r . ï, 2. P o u v o i r , 190 e t s u i v . ; — d ' O r d r e ,
Noël, A p p . Il, 4, 397 et s u i v .
Nom de Dieu, 170, 182, 426, 428; P r é c e p t e s de l ' E g l i s e ; v. Com-
— a u , 1, 33, 202, 306, 3iJ0; — de mandements.
J é s u s - C h r i s t , 289, 3i.O, 420 et P r é d i c a t i o n , 189.
suiv., A p p . I, 23; — b a p t i s - P r é f a c e . P r . 11.
m a l , 29G. P a r e n t s , 190 e t suiv., 303, 405,
O b é i s s a n c e , 190 e t s u i v . , 251. 413, A p p . III; — p r e m i e r s , 66.
Objets s a c r é s , 308. P a r e s s e , 23.
Œ u v r e s , 08, 141, 350; — b o n n e s , P a r j u i v , 180.
102, 145, 140, 189, 230 et suiv., P a r o l e s , 141, 205 et suiv., 359.
2i0 et suiv., 277. c91; v. Misé- P a r r a i n s , 301 et s u i v . , 315.
ricorde, Piété, e t c . ; — d u dé- P a s s i o n de J é s u s - C h r i s t , 1 3 ,
m o n , 299; — s e r v i l e s , 186 et 26, 86, 89, 272, 321, 354, 363.
suiv. A p p . I, 24, 23; II, 7.
O b s t i n a t i o n d a n s le p é c h é , 2 4 , P a s s i o n s , 69, 71, 222, 259.
153. P a s t e u r s , 105, 111 et s u i v . , 129,
O c c a s i o n s d u p é c h é , 369-371. 405; v. Evêques.
Offertoire. P r . II. Pater noster, 3, 423-428.
Offrandes p o u r l'Eglise, 225. P a t i e n c e , 2 2 , 262.
O m i s s i o n , 08, 141, 359, 370. Pauvres (oppression des), 25,
O r a i s o n . P r . I-IIÏ; v. Prière; 154.
— d o m i n i c a l e , y .Pat r noster. P a u v r e t é , 85, 251.
O r d r e , 17, 275, 2.2-285, 307-504. P é c h é , 16, 25 et s u i v . , 58, 86, 99
O r d r e s m i n e u r s , 400. et s u i v . , 122, 132-1 5, 167, 214,
O r g u e i l , 2 3 , 50, 70. 217, 222, 261, 274 et suiv., 205,
O salutaris Hostia. P r . III, 3. 200, 336 et s u i v . , 355 et suiv.,
O u v r i e r s , 2 5 , 154, 204. 305, 404, 409, 427; - o r i g i n e l ,
Table alphabétique des matières. 151

70-75, 136-139, 279, 295, A p p . I, R i t e , 172, 311.


4-6; — d i v e r s , 2 3 - 2 5 , 170 e t R o s a i r e , P r . I, 2.
s u i v . , 179, 181, 193 e t s u i v . , S a c e r d o c e , 400 e t s u i v ,
201, 203, 206, 209, 211. S a c r a m e n t a u x , 385.
P é n i t e n c e , 1 7 , 134, 146, 149, 223 S a c r e m e n t s , 1 7, 27,105 e t s u i v . ,
e t s u i v . , 274, 278 e t s u i v . , 355- 119, 230, 267-411.
384. P r . 111, 1 ; v . Mortifica- S a c r i f i c e , 1 6 e t s u i v . , 119, 321,
tion, Satisfaction. ÎÎ46-354, A p p . I, 25.
P r é s e n c e r é e l l e d e N.-S. d a n s S a c r i l è g e , 173, 276, 337, 377 e t
l ' E u c h a r i s t i e , 94, 322-334. s u i v . , 409.
P r é s o m p t i o n , 2 4 , 153. S a g e s s e ( d o n ) , 18.
P r ê t r i s e , v. Sacerdoce. S a i n t e t é , 118 e t s u i v . , 401.
P r i è r e , 102, 27, 123, 385, 414-433. S a i n t s , 109, 121 e t s u i v . , 270; —
P r . I-III; v . Oraison. r e c o n n u s , 174-178, 296, 42î) e t
Prières de la sainte Messe, s u i v . , 433, A p p . II, 6.
P r . I I ; — q u o t i d i e n n e s , P r . I. Saint Sacrement (fête du),
P r i m a u t é de s a i n t P i e r r e et A p p . II, 4 ; v . Eucharistie.
d u P a p e , 106, 113, A p p . I, 24. S a l a i r e , 25 , 204.
P r o c h a i n , 1 4 , 162 e t s u i v . , 193, S a l u t é t e r n e l , 63, 118 e t s u i v . ,
198, 203, 206 e t s u i v . , 211, 240- 131; v . Vie.
243, 257, 425, 427 e t s u i v . Salve Regina 6.
r
P r o p h è t e s et p r o p h é t i e s , App.I, Sanctus, P r . II.
18, 19, 21. S a n h é d r i n , A p p . I, 24.
P r o p o s ( b o n ) , 361, 369. S a t i s f a c t i o n , 9», 382 e t s u i v .
P r o t e c t e u r ( s a i n t ) , 296. S a u v e u r , 125, A p p . I, 9, 23.
P r o v i d e n c e , 12. S c a n d a l e , 193, 198-200.
P r u d e n c e , 255. S c h i s n i a t i q u e s , 129.
P u r e t é d ' â m e , 210, 264, 336. S c i e n c e ( d o n ) , 18.
P u r g a t o i r e , 99 e t s u i v . , 123, S e r m e n t , 180.
351, 381. S i m o n i e , 173.
Q u a t r e - T e n i p s , 219, 405, A p p . II, S o b r i é t é , 262,
lin. S o u f f l e t ( c é r é m o n i e ) , 308, 314.
R é d e m p t e u r , 25, 363, A p p . I, S o u p ç o n t é m é r a i r e , 206.
21, 24 e t s u i v . , v . Saupeur. S o u s - d i a c o n a t , 400.
R è g n e d e D i e u , 426. S u f f r a g e s , 102, 123.
R e l i g i o n , 169, 183, 253, 353. S u i c i d e , 193, 195.
R e l i q u e s , 177. S u p e r b e , v. Orgueil.
R é m i s s i o n d e s p é c h é s , 133 e t S u p é r i e u r s , 190 e t s u i v .
s u i v . , 139, 146, 149, 273, 279, S u p e r s t i t i o n , 172.
295, 345, 364, 366, 380 e t s u i v . , S y m b o l e a p o s t o l i q u e , 2 , 28-160;
395, 400; — d e l a p e i n e , 102, — Nicéno - Constantinopoli-
3L*1, 385 e t s u i v . t a i n , P r . IL
R é p a r a t i o n , 200, 205, 208. Tanium e r g o , P r . III, 3.
R é p u t a t i o n , 206 e t s u i v . T é m o i g n a g e f a u x , 206.
Requiem (vternam, 8. T e m p é r a n c e , 2 0 , 258.
R e s p e c t h u m a i n , 35, 247, 313. T e n t a t i o n , 35, 59, 71, 165, 244,
R e s t i t u t i o n , 204-205. 310, 427; — d e D i e u , 173.
R é s u r r e c t i o n d e l a c h a i r , 158; Testament ancien et nouveau»
— d e J é s u s - C h r i s t , 90, A p p . I, 161, 178, 234, 321, 346, A p p . I,
26; II, 4. 14, 25; v . Ecriture Sainte.
Révélation (histoire de la), T o u s s a i n t , A p p . H, 4.
A p p . I ; v. Vérités révélées. T o u t - p u i s s a n t , 10.
152 Table alphabétique des matière^.
A

T r a d i t i o n , 233 e t s u i v . V e r t u , 1 9 , 2 0 , 175, 227 e t s u i v . ,


T r é s o r d e l ' E g l i s e , 3E6. 295, 309, 312, 403, 413; — A c t e
T r i n i t é , 1 3 , 19-21, 31, 34, 3:1 e t des vertus théologales, 9-11.
s u i v . , 292, 306, 310; v. Père, V i a t i q u e , 341.
Fil», Saint-Esprit ; — fétc d e V i c e s , 2 3 , 189, 260-262, 312.
l a T r è s S a i n t e , A p p . ï ï , 4. Vie éternelle o u b i e n h e u r e u s e ,
U n i t é d e D i e u , 1 3 , 19, 37 e t 159, 345, 401.
s u i v . , 48 e t s u i v . V i g i l e s , 219, A p p . Il, tin.
U s a g e , 225. V i v a n t s e t d é f u n t s , 95; v. M e
U s u r e , 203. mento.
V e n d r e d i , 218, A p p . II, fin. V o c a t i o n , 249, 403.
V e n g e a n c e , 196. Cf. 243. V œ u , 183.
V é r i t é s r é v é l é e s o u d e foi, 27 V o l , 283.
e t s u i v . , 103, 114 e t s u i v . , 127, V u e d e D i e u , 68, 101, 159, 345,
170, 232-237. 401.
T A B L E D E S M A T I È R E S

LETTRE DE S. S. LE P A P E P I E X a u C a r d i n a l - V i c a i r e v
Indulgences concédées p a r les Souverains Pontifes vin
PREMIÈRES FORMULES ET PRIÈRES 1
PREMIÈRES NOTIONS DE LA F O I CHRÉTIENNE. 9

PREMIÈRE PARTIE

« CREDO » O U P R I N C I P A L E S V É R I T É S DE LA FOI

CHAPITRE — L e s m y s t è r e s p r i n c i p a u x . — Le s i g n e d e la
I E R
.
Croix 13
CHAPITRE II. — U n i t é et T r i n i t é d e Dieu 15
CHAPITRE III. — La c r é a t i o n d u m o n d e . — O r i g i n e et c h u t e
de Thomnie 13
CHAPITRE IV. — I n c a r n a t i o n , P a s s i o n et Mort d u F i l s de
Dieu 23
CHAPITRE V. — V e n u e d e J é s u s - C h r i s t h la fin d u m o n d e . —
Les d e u x j u g e m e n t s : F u n p a r t i c u l i e r ,
l'autre général 27
CHAPITRE VI. — I / E g l i s e c a t h o l i q u e . — La C o m m u n i o n d e s
saints 29
CHAPITRE VII. — La r é m i s s i o n d e s p é c h é s . — Le p é c h é 36
CHAPITRE VIII.— La r é s u r r e c t i o n d e l a c h a i r . — La v i e éter-
n e l l e . — Amen 40

DEUXIÈME PARTIE

LES COMMANDEMENTS DE DIEU E T DE L ' É G L I S E


LES V E R T U S O U LA MORALE C H R É T I E N N E
er
CHAPITRE I . — L e s c o m m a n d e m e n t s de Dieu.
pr
§ l . — Les c o m m a n d e m e n t s de Dieu e n g é n é r a l . . . 42
^ 2. — Les c o m m a n d e m e n t s de Dieu e n p a r t i c u l i e r . 44
Premier commandement 44
Deuxième commandement 46
Troisième commandement 43
Quatrième commandement 49
Cinquième commandement 50
Sixième commandement 51
Septième c o m m a n d e m e n t 52
154 Table des matières.

Huitième commandement 53
Neuvième commandement 53
Dixième commandement 54

CHAPITRE II. — L e s c o m m a n d e m e n t s d e l ' E g l i s e .


Premier commandement 55
Deuxième commandement 5(5
Troisième commandement 57
Quatrième commandement 53
Cinquième commandement 58

CHAPITRE III. — L e s v e r t u s .
er
§ I . — Les v e r t u s e n général. — Les v e r t u s théolo-
gales 59
L a foi 60
L'espérance 61
La charité 62
§ 2. — P r a t i q u e d e s a c t e s d e foi, d ' e s p é r a n c e e t d e
charité. — Conseils évangéliques 63
§ 3. — L e s v e r t u s m o r a l e s — L e s v i c e s . — L e s Béa-
titudes évangéliques 65

TROISIÈME PARTIE

MOYENS DE LA GRACE

Section I, — Les sacrements ou moyens productifs.


er
CHAPITRE I . — Les s a c r e m e n t s en général — 69
CHAPITRE IL — Le B a p t ê m e 74
CHAPITRE III,— La Confirmation 77
CHAPITRE IV,— L'Eucharistie 79
g l . — Le s a c r e m e n t , s o n i n s t i t u t i o n , s a fin
t r
79
§ 2. — P r é s e n c e r é e l l e d e J é s u s - C h r i s t d a n s FEu-
charistie 81
§ 3. — S a i n t e C o m m u n i o n : d i s p o s i t i o n s , o b l i g a -
t i o n , effets 83
§ 4 . — Le S a i n t S a c r i f i c e d e l a M e s s e 85

CHAPITRE V. — L a P é n i t e n c e 88
c r
§ l . — Le s a c r e m e n t e t s e s p a r t i e s . — L ' e x a m e n de
conscience 88
§ 2. — L a c o n t r i t i o n e t l e b o n p r o p o s 89
§ 3. — C o n f e s s i o n d e s p é c h é s 91
§ 4 . — L'absolution, la s a t i s f a c t i o n , l e s i n d u l g e n c e s . 93
CHAPITRE VI. — L ' E x t r ê m e - O n c t i o n 95
CHAPITRE VII. — L'Ordre 97
CHAPITRE VIII.— Le M a r i a g e 99
Table des matières. 155

T R O I S I È M E P A R T I E

MOYENS DE LA GRACE

Section II. — La prière, moyen impètratoire.


C H A P I T R E U N I Q U E 102

Prières.

Prières pour t o u s les jours et p o u r les principales actions


religieuses d e s fidèles.
Prières à Dieu 108
Prières en l'honneur de la Sainte Vierge 109
Prières p o u r le Saint Sacrifice de la Messe 114
Prières p o u r la r é c e p t i o n des s a c r e m e n t s de P é n i t e n c e et
d'Eucharistie 128

Appendices.

APPENDICE Ï. — Bref r é s u m é de la révélation divine 132


APPENDICE II. — I. C o u r t e s i n d i c a t i o n s s u r l e s f ê t e s c h r é -
tiennes 139
II. A n n é e e c c l é s i a s t i q u e 142
A P P E N D I C E III. — A v e r t i s s e m e n t s a u x p a r e n t s e t é d u c a t e u r s
chrétiens 144
Table a l p h a b é t i q u e d e s m a t i è r e s 147

1581-13« — Impr. P. FKRON-VRAU, 3 e t 5, r u e B a v a r d , P a r i s - 8 \