Vous êtes sur la page 1sur 82

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

UNIVERSITE de TLEMCEN
Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie et Sciences de la Terre et de l’Univers

Département de Biologie

MEMOIRE
Présenté par

LADHEM Nour El Houda

En vue de l’obtention du

Diplôme de MASTER

En Sciences des aliments

Thème

Contribution à l’étude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de


Tetraclinis articulata (Thuya de Berbérie)

Soutenu le : Jeudi 30 Juin 2016 , devant le jury composé de :

Président REBIAHI Sid-Ahmed M.C.A Université de Tlemcen

Encadreur TEFIANI Choukri M.C.B Université de Tlemcen

Examinatrice BARKA Fatiha M.C.B Université de Tlemcen

Examinateur BENYOUB Noreddine M.A.A Université de Tlemcen

Année universitaire 2015 - 2016


Dédicace

Au nom de Dieu, Clément, Miséricordieux

Je dédie le fruit de mon travail à la pupille de mes yeux, à celui qui m’a
permis d’être là parmi vous ce jour, à celui qui n’eût de cesse de me voir finir ce que
j’ai entrepris, lui qui m’a toujours encouragée, prodiguée ses conseils.

J’ai nommé mon père qui fut tour à tour mon confident, mon frère, ma mère…

A ma mère qui n’est plus là mais dont l’âme ne m’a jamais quittée et qui
espérait être là. Le destin en a décidé autrement

Ma pensée va vers mon frère Mohammed Sofiane, mes sœurs Ikram et Malika
et surtout ma très chère nièce Fatima Zohra.

A tous ceux et celles qui me connaissent.

Nour El Houda

-i-
Remerciments
Au terme de ce travail nous tenons à exprimer notre sincère gratitude et
profonde reconnaissance à :

Monsieur TEFIANI Choukri. Maître de conférences B à l’Université de


Tlemcen pour son encadrement, ses précieux conseils et son infinie complaisance.

Monsieur REBIAHI Sid Ahmed Maître de conférence A à l’Université de


Tlemcen qui nous a fait l’honneur de présider le jury de notre soutenance.

Monsieur BEN YOUB Nouredine Maître assistant au département de


d’Agronomie à l’Université de Tlemcen pour l’honneur d’accepter d’examiner notre
travail.

Mademoiselle BAKA Fatiha Maître de conférences B à l’Université de


Tlemcen pour avoir accepter de jurer ce mémoire.

Nos cordiaux remerciements s’adressent aussi à tous ceux et celles qui ont
contribué d’une manière ou d’une autre à réaliser ce travail.

-ii-
‫عانى اننثاخ يصذر هاو نهًزكثاخ انًضادج نألكسذج و ننشاط انًيكزوتاخ و انتي تستعًم في انطة‬
‫انثذيم تاإلضافح إنى استخذايها كًىاد حافظح نهًىاد انغذائيح‪ .‬نًعزفح اننشاطاخ انثيىنىجيح نهنثاتاخ‬
‫انطثيح و انعطزيح انًستخذيح تقهيذيا ين قثم انشعىب ‪ ،‬تزكز عًهنا عهى دراسح انًستخهصاخ انتي تى‬
‫استخزاجها ين أوراق نثاخ انعزعار نًىسًي ‪ 2016‬و‪ 2013‬ين خالل غهيها في انًاء و دراسح‬
‫نشاطها في انًختثز كًضاداخ نهًيكزوتاخ يع أرتع سالالخ ين انثكتيزيا انًسثثح نأليزاض‪ .‬نهكشف‬
‫عن انقذرج انًضادج نألكسذج ثى إجزاء انتجارب تىاسطح ‪ 3‬طزق يختهفح ‪ :‬تثثيظ انجذر انحز‪, DPPH‬‬
‫‪ ABTS‬و انقذرج عهى ‪ chélateur‬عنصز انحذيذ‪.‬‬
‫‪ IC50‬تاننسثح نتثثيظ انجذر انحز‬ ‫وأظهزخ نتائج اننشاط انًضاد نألكسذج فعانيح جيذج ين خالل تسجيم‬
‫‪0,04656‬‬ ‫‪ ABTS‬فتى تسجيم‬ ‫أيا تاننسثح ل‬ ‫‪ DPPH‬تًعذل ‪ 0,4439‬و ‪1,5875‬‬
‫‪2016‬‬ ‫و ‪ 0,5786‬تاننسثح نقذرج ‪ chélateur‬عنصز انحذيذ ‪ 0,2586‬و ‪.0,01806‬نهًىسًين‬
‫و ‪ 2013‬عهى انتىاني ‪.‬‬

‫كلمات البحث ‪:‬انًزكثاخ انًضادج نألكسذج‪ ,‬انًزكثاخ انًضادج نهثكتزيا‪, Tetracinis articualata ,‬‬
‫تثثيظ انجذر انحز ‪,DPPH, ABTS , chélateur‬عنصز انحذيذ‪.‬‬
The plant world is an excellent source of active principles, which confers its antimicrobial and
antioxidant important activity; often sought in the alternative medicine and the field of agro-food
for the food preservation. In order to know biological activities of medical plants traditionally
used by the population, our work focused on the study of crude extracts of leaves harvest 2016,
2013 from an aromatic plant: Tetraclinis ariculata by using the decoction method. The extracts
have been submitted to a screening for their antimicrobial activity in vitro, against the four strains
pathogenic (Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Bacillus subtilis and Micrococcus luteus)
using two diffusion methods on agar environment "cylinders method and the MIC technique).
The antioxidant activity in vitro has been studied with three different methods: technical
reduction of free radical DPPH, ABTS and the chelating power of iron. Both extracts have no
antimicrobial effect against pathogenic strains studied, whatever the method used. The results
obtained on the antioxidant activity showed a good efficiency of the extracts studied for DPPH
the result of IC50 are de 0,4439 and 1,5875 and for ABTS recording IC50 in the range of
0,04656 and 0,5786 and for the chelating power of iron test with IC50 in the rangde 0,2586
and 0,01806 respectively for the leaves harvest 2016, 2013.
Key words: Tetraclinis articulata, decoction, antioxidant activity, antimicrobial activity,
Le monde végétal est une excellente source de principes actifs, ce qui lui confère une
activité antimicrobienne et antioxydante importante ; souvent recherché dans la médecine
alternative et le domaine agroalimentaire pour la conservation des aliments. Dans le but de
connaître les activités biologiques des plantes médicinales utilisées traditionnellement par la
population, notre travail a porté sur l’étude des extraits aqueux (décoction) des feuilles de
Tetraclinis articulata récoltées 2016 et 2013. Les extraits ont été soumis à un criblage pour
leur activité antimicrobienne in vitro, vis-à-vis de quatre souches de bactéries pathogènes
(Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Bacillus subtilis et Micrococcus luteus) en
utilisant deux méthode de diffusion sur milieu gélosé « méthode des puits et la technique
de CMI).
L'activité antioxydante in vitro a été étudiée avec trois méthodes différentes : technique
de réduction du radical libre DPPH, ABTS et le pouvoir chélateur du fer. Les deux extraits
n’ont aucun effet anti microbien vis-à-vis des souches pathogènes étudiées quelques soit la
méthode utilisée de puits ou de CMI.
Les résultats obtenus de l’activité antioxydante ont montré une bonne efficacité des
extraits étudiés par la méthode de DPPH en enregistrant des IC50 de l’ordre de 0,4439
mg/ml et de 1,5875 mg/ml respectivement pour les feuilles récolte 2016 et 2013 de même
pour l’ABTS les IC50 sont de l’ordre de 0,04656 et 0,5786 mg/ml pour les feuilles , le
test de pouvoir chélateur du fer avec a révélé des IC50 d’ordre de 0,2586 et 0,01806
mg/ml respectivement pour les feuilles récolte 2016 et 2013.
Les résultats de l’activité antimicrobienne des extraits aqueux de la plante étudiée ont révélé
une non efficacité quel que soit la partie étudiée.
Mots clés :Tetraclinis articulata - feuilles - décoction - activité antimicrobienne - activité
antioxydante
°C Degré Celsius
μg Microgramme
μg/mL Microgramme par millilitre
μL: Microlitre
μL/mL: Microlitre par millilitre
μm: Micromètre
μM: Micromolaire
ABTS: acide 2,2-azino-bis-3-ethylbenzothiazoline-6-sulfonique
Cm: Centimètre
CMI: Concentration minimale inhibitrice
D.O: Densité Optique
DPPH: 1,1-diphenyl-2-picrylhydrazyl
Fe2+ : Fer Ferreux
Fe3+ : Ions Ferriques
FeCl3: Chlorure de Fer
FeSO4 : Sulfate ferreux
g :Gramme
IC50 :La Concentration qui correspond à 50% d’inhibition
mg/mL: Milligramme par millilitre
mm: Millimètre
mM: millimolaire
min: minute
pH: potentiel d’Hydrogène

O1: Localité, Secteur


Tableau n°01 : Nature des souches testées………………………………………………27

Tableau n°02 : Viabilité des différentes souches bactériennes confrontes à différentes


concentrations des feuilles de Tetraclinis articulata …………….…………………….…36

Tableau n°03 : IC50 des extraits de Tetraclinis articulata du test du piégeage du radical
DPPH……………………………………………………………………………………...42

Tableau n°04 : IC50 des extraits de Tetraclinis articulata du test du piégeage du radical
ABTS………………………………………………………………………………….…..44

Tableau n°05 : IC50 des extraits de Tetraclinis articulata du test du pouvir chélateur.....46
Figure 01 : Structure de base des acides benzoïques et cinnamiques………....…....……..06

Figure 02 : Structure de base des flavonoïdes……………………………………………..............07

Figure 03 : Les principales classes de flavonoïdes….…………………………..……...….08

Figure 04 : Exemple d’alcaloïde de la morphine…....………………………...……..…….09

Figure 05 : Unité isoprénique ……….…………………….……………………….………10

Figure 06 : Structure de noyau stéroïde ….………………………………………………..10

Figure 07 : Description botanique de Tetraclinis articulata…………………..……….….16

Figure 08 : Photo de Tetraclinis articulate à la region de Honaine………………….…….17

Figure 09 : Rameaux (A) et cônes (B) de Tetraclinis articulata……………………….…….19

Figure 10 : Arbre de Tetraclinis atrticulata………………………………………….…….20

Figure11: Ville de Honaine………………………………………………………………...25

Figure 12 : Position de Honaine à wilaya de Tlemcen…………………………………….26

Figure 13 : Réaction entre le radical DPPH* et l’antioxydant pour former le DPPH


stable………………………………………………………………………………………...29

Figure 14 : Formation de l’ABTS●+ par un oxydant persulfate de potassium………….…31

Figure 15 : Structure chimique de la ferrozine…………………………………………….32

Figure 16 : Diamètres des zones d’inhibitions des extraits de thuya de Berbérie et de la


chloramphénicol vis-à-vis des différentes souches bactériennes testées………………..….36

Figure 17 : Réaction entre le radical DPPH et l’antioxydant pour former le DPPH

Stable………………………………………………………………………………………. 40

Figure 18 : Pourcentages d’inhibition du radical libre DPPH• en fonction des différentes


concentrations de l’extrait des feuilles de Tetraclinis articulata (récolte 2016)………….41

Figure 19 : Pourcentages d’inhibition du radical libre DPPH• en fonction des différentes


concentrations de l’extrait des feuilles de Tetraclinis articulata (récolte 2013)……………41
Figure 20: Pourcentages d’inhibition du radical libre ABTS• en fonction des différentes
concentrations de l’extrait des feuilles Tetraclinis articulata (récolte 2016)…………….....45

Figure 21: Pourcentages d’inhibition du radical libre ABTS• en fonction des différentes
concentrations de l’extrait des feuilles Tetraclinis articulata (récolte 2013)…………45

Figure 22 : Pouvoir chélateur du fer en fonction des différentes concentrations de l’extrait


des feuilles Tetraclinis articulata (récolte 2016)………………………………………47

Figure 23 : Pouvoir chélateur du fer en fonction des différentes concentrations de l’extrait


des feuilles Tetraclinis articulata (récolte 2013)……………………………………...…….47
Introduction.……………………………………………………………………..……… …...01

Chapitre I: Synthèse Bibliographique

I- Plantes médicinales et Principes actifs ……...…………………………………….…………… 03

I-1- Définition des plantes médicinales……………………………………………..……..…. 03

I-2- Le développement de la phytothérapie ………………………………………..….. ….….04

I-3- L’action des plantes médicinales.. ………………………………………………..………04

I-4- Définition des principes actifs..……………………………………………………..….….05

I-4-1-1- Polyphénols…………………………………………………………..…….....05

I-4-1-1-1- Acides phénoliques ……………………………………..………....06

I-4-1-1-2- Flavonoïdes …………………………………………….………….06

I-4-1-1-3- Tannins…………………………………………………….……….08

I-4-1-1-4- Lingnines …………………………………………………….…….09

I-4-1-2- Alcaloïdes………………………………………………………………….….09

I-4-1-3-Terpènes et Stéroïdes ………………………………………………….………09

I-4-1-3-1- Saponosides ……………………………………………….…….....10

I-4-1-3-2- Huiles essentielles………………………………………….………..11

II-Les antioxydants…………………………………………………………………….………..11

II-1- Généralités…………………………………………………………….……….…..11

II-2- Les antioxydants endogènes………………………………………….…………...11

II-3- Les antioxydants exogènes…………………………………………….………….12

III- Considérations générales sur la Thuya de Berbérie ……………………………………..….14

III-1- Position systématique………………………………………………….…….…...14

III-2- Description botanique………………………………………………….…….…..14

III-3- Régénération et accroissement de Thuya……………………………………….….……..16


III-3-1- Accroissement en hauteur…………………………………………………..….17

III-3-2- Accroissement en diamètre………………………………………………….....17

III-3-3- Accroissement en volume de peuplement……………………………………...18

III-4- Origine…………………………………………………………………………………....19

A) Répartition du Tetraclinis articulata en méditerranée…………………...…….…...20

III-5- Utilisation de la Thuya de Berbérie……………………………………………………….22

III-5-1- Médecine traditionnelle……………………………………………………...…22

III-5-2- Autres utilisations ……………………………………………….…………..…23

Chapitre II : Matériel et Méthodes

1- Matériel Végétal………………………………………………………….………..…....25
1-1- Choix de la plante étudiée……………………………………….………...…...25
1-2- Situation géographique………………………………………….……………...25
1-3- Collecte du matériel végétal……………………………………….……..….…26
2- Méthodes de Préparation de l’extrait de Thuya de Berbérie………………...…………..26
3-Détermination de l’activité antimicrobienne des extraits étudiés…………….……...…...27
3-1- Nature, origine et conservation des souches ………………………….…….…..…27
3-2- Mise en évidence du pouvoir antimicrobien des extraits étudiés……………....….27
3-2-1- Méthodes de diffusion sur milieu gélosé…………………………...…...27
3-2-2- Détermination de la concentration minimale inhibitrice ……….…........28
4- Mesure du pouvoir antioxydant des extraits étudiés ……………………………..….....29
4-1- Piégeage du radicale DPPH*…………………………………………….…......…29
4-2- Piégeage du radical ABTS* ………………………………………………...….....30
4-3- Pouvoir chélateur du Fer …………………………………………….…….…..….32
Chapitre III : Résultats et Discussion
VI-1- Activité antimicrobienne des extraits de feuilles de Tetraclinis articulata…….…....34
VI-2- Mesure du pouvoir antioxydant des extraits de feuilles de Tetraclinis articulata…...38
VI-2-1- Piégeage du radicale de DPPH……………………………………………..…40
VI-2-2- Piégeage du rdical ABTS …………………………………………………..…43
VI-2-3- Pouvoir Chélateur de Fer Ferreux………………………………….......…..….46
Conclusion et perspectives …………………………………………………………..….50
Références Bibliographiques ............................................................................................52
INTRODUCTION
LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Introduction

Pendant longtemps, les remèdes naturels et surtout les plantes médicinales furent
le principal recours de la médecine de nos grands-parents, malgré l’important
développement de l’industrie pharmaceutique qui a permis à la médecine moderne de
traiter un grand nombre de maladies souvent mortelles. Environ 80% de la population
mondiale profite des apports de la médecine traditionnelle à base des plantes
reconnaissant ainsi les savoirs empiriques de nos ancêtres (EL Rhaffari et Zaid, 2004).

Certaines espèces possèdent des propriétés pharmacologiques qui leur confèrent


un intérêt médicinal. Les remèdes naturels et surtout les plantes médicinales ont été
pendant longtemps le principal, voire l’unique recours de la tradition orale pour soigner
les pathologies, en même temps que la matière première pour la médecine moderne (Jean
et jiri, 1983)

En effet, les plantes possèdent des milliers de substances actives à l'intérieur de


leurs organes (feuilles, fleurs, racines,...) et peuvent, selon des techniques chimiques
(extraction, distillation,....), permettre l'isolation du principe actif pour l’utiliser en
pharmacie. Ces remèdes naturels sont bien souvent très efficaces avec moins d'effets
secondaires reconnus que beaucoup de médicaments de synthèse, mais peuvent
néanmoins être mortels ou toxiques pour l'organisme lorsqu'ils sont mal utilisés
(Duraffourd et al., 1997),

Dans le monde, les plantes ont toujours été utilisées comme médicaments. Ces
derniers à base de plantes sont considérés comme peu toxiques et doux par rapport aux
médicaments pharmaceutiques. Les industries pharmaceutiques sont de plus en plus
intéressées par l’étude ethnobotanique des plantes. L’Afrique dispose d’une diversité
importante de plantes médicinales (Dibong et al., 2011).

Les plantes médicinales constituent des ressources précieuses pour la grande


majorité des populations rurales en Afrique, où plus de 80% de cette population s’en sert
pour assurer les soins de santé (Jiofack et al., 2009, 2010). De plus, les produits forestiers
non ligneux ont éveillé un intérêt considérable en Afrique au cours de ces dernières
années pour leur contribution à l’économie des ménages et la conservation de la
biodiversité végétale (Betti, 2002a, b).

L’Algérie recèle d’un patrimoine végétal important par sa richesse et sa diversité


dans les régions côtières, les massifs montagneux, les hauts-plateaux, la steppe et les oasis

Introduction Page 1
LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

sahariennes : on y trouve plus de 3000 espèces végétales. Parmi ces ressources naturelles
les plantes aromatiques et médicinales occupent une large place et jouent un grand rôle
dans l’économie nationale. Elles sont utilisées dans différents domaines : industrie
alimentaire, conserverie, pharmaceutique et phytothérapie (Duraffourd et al., 1997).

A l’instar des autres régions d’Algérie, Tlemcen possède un patrimoine très riche
en plantes vertueuses, 275 espèces de plantes médicinales appartenant à différentes
familles ont été recensées et identifiées dont les plus utilisées et vendues par les
herboristes sont : le thym, l’armoise, et la verveine (Loukkas, 2006).

Il faut noter que rares sont les plantes médicinales qui ont fait l’objet d’études
phytochimiques et/ou biologiques très approfondies. Malheureusement, Tetraclinis
articulata (Vahl) (Thuya de Berberie) est un exemple d’essence forestière qui n’échappe
pas à cette règle (Bourkhiss et al., 2007).
Ainsi, le Thuya de Berberie, de la famille des cupressacées, est une espèce à peu
près exclusivement nord-africaine. Il constitue un élément important de la végétation dans
les pays de Maghreb puisqu’il couvre plus d’un million d’hectare. Les formations à Thuya
sont représentées le plus souvent par des peuplements (purs ou en mélange) sous forme de
taillis, car c’est l’une des rares résineux qui rejette de souche après coupe ou incendie. Le
Thuya, considéré comme une espèce à croissance lente et qualifié d’espèce secondaire,
présente un intérêt écologique et économique certain (Boudy, 1950 ; Kacem, 1991).

L’intérêt de notre travail s’est porté sur l’étude de l’efficacité de la décoction de


feuilles de deux récoltes (2013 et 2016) de Tetraclinis articullata et de tester leurs
activités antibactériennes et les activités antioxydantes par les trois méthodes DPPH,
ABTS et pouvoir chélateur du fer.
Durant notre mémoire, nous allons consacrer deux grandes parties :
 La première partie : revue bibliographique englobe deux chapitres
1-La présentation de la plante Tetraclinis articullata
2-Les Flavonoides
 La deuxième partie : Etude expérimentale réunit deux chapitres
1-Matériel et méthodes
2-Résultats et discussion
 Conclusion.

Introduction Page 2
SYNTHESE

BIBLIOGRAPHIQUE
LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Chapitre I : Synthèse Bibliographique

I-Plantes médicinales et principes actifs

L’Algérie est riche en plantes aromatiques et médicinales susceptibles d’être


utilisées dans différents domaines (pharmacie, parfumerie, cosmétique,
agroalimentaire) pour leurs propriétés thérapeutiques et odorantes. Ces plantes
aromatiques sont, donc la source de produits à forte valeur ajoutée (huiles essentielles,
extraits, résines…) qui se présentent presque toujours comme des mélanges
complexes dont il convient d’analyser la composition avant leur éventuelle
valorisation. Les techniques d’analyse à la disposition de l’expérimentateur
d’aujourd’hui permettent, dans la grande majorité des cas, d’accomplir cette tâche.
Cependant l’identification de certains constituants est parfois délicate et l’utilisation
de plusieurs méthodes d’analyse complémentaires s’avère nécessaire (Jean V. et Jiri
S., 1983).

Les plantes médicinales sont importantes pour la recherche pharmacologique


et l'élaboration des médicaments, non seulement lorsque les constituants des plantes
sont utilisés directement comme agents thérapeutiques, mais aussi comme matières
premières pour la synthèse de médicaments ou comme modèles pour les composés
pharmacologiquement actifs (Ameenah, 2006).

Les plantes aromatiques et médicinales occupent une large place et jouent


un grand rôle dans l’économie nationale. Elles sont utilisées dans différents domaines
: industrie alimentaire, conserverie, pharmaceutique, et phytothérapie (Duraffourd et
al, 1997).
І-1- Définition des plantes médicinales
Dans le code de la Santé publique, il n'existe pas de définition légale d'une
plante médicinale au sens juridique, mais en France « une plante » est dite médicinale
lorsqu'elle est inscrite à la pharmacopée et que son usage est exclusivement médicinal.
C’est-à-dire qu’elles sont présentées pour leurs propriétés préventives ou curatives à
l'égard des maladies humaines ou animales ( Ghabrier, 2010).

Ce sont des plantes utilisées en médecine traditionnelle dont au moins une


partie possède des propriétés médicamenteuses. Leur action provient de leurs

Synthèse Bibliographique Page 3


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

composés chimiques (métabolites primaires ou secondaires) ou de la synergie entre


les différents composés présents (Sanago, 2006).

I-2-Le développement de la phytothérapie :

Depuis la nuit des temps, les hommes apprécient les vertus apaisantes et
analgésiques des plantes. Aujourd’hui encore, les deux tiers de la pharmacopée ont
recours à leurs propriétés curatives. A travers les siècles, les traditions humaines ont
su développer la connaissance et l’utilisation des plantes médicinales. Si certaines
pratiques médicales paraissent étrangers et révèlent de la magie, d’autres au contraire
semblent plus fondées, plus efficaces. Pourtant, toutes ont pour objectif de vaincre la
souffrance et d’améliorer la santé des hommes (Iserin et al., 2001).

I-3-L’action des plantes médicinales :

La plupart des espèces végétales qui poussent dans le monde entier possèdent
des vertus thérapeutiques, car elles contiennent des principes actifs qui agissent
directement sur l'organisme. On les utilise aussi bien en médecine classique qu'en
phytothérapie : elles présentent en effet des avantages dont les médicaments sont
souvent dépourvus.

Les médicaments chimiques peuvent enrayer les infections bien plus


efficacement que bien d'autres traitements. De même, les techniques chirurgicales
modernes (chirurgie plastique, microchirurgie, réanimation, etc.) augmentent les
chances de vaincre ou de soigner des maladies et des blessures graves (Iserin et al.,
2001) .

Toutefois, malgré les énormes progrès réalisés par la médecine moderne, la


phytothérapie offre de multiples avantages. N'oublions pas que de tout temps, à
l'exception de ces cent dernières années, les hommes n'ont eu que les plantes pour se
soigner, qu'il s'agisse de maladies bénignes, rhume ou toux, ou plus sérieuses, telles
que la tuberculose ou la malaria (Iserin et al., 2001).

Aujourd'hui, les traitements à base de plantes reviennent au premier plan, car


l'efficacité des médicaments tels que les antibiotiques (considérés comme la solution
quasi universelle aux infections graves) décroît. Les bactéries et les virus se sont peu à
peu adaptés aux médicaments et leur résistent de plus en plus . (Iserin et al., 2001)

La phytothérapie, qui propose des remèdes naturels et bien acceptés par


l'organisme, est souvent associée aux traitements classiques. Elle connaît de nos jours

Synthèse Bibliographique Page 4


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

un renouveau exceptionnel en Occident, spécialement dans le traitement des maladies


chroniques, comme l'asthme ou l'arthrite. De plus, les effets secondaires induits par
les médicaments inquiètent les utilisateurs, qui se tournent vers des soins moins
agressifs pour l'organisme.

On estime que 10 à 20% des hospitalisations sont dues aux effets secondaires
des médicaments chimiques . (Iserin et al., 2001)

I-4- Définition des principes actifs

Le principe actif c’est une molécule contenu dans une drogue végétale ou dans
une préparation à base de drogue végétale et utilisé pour la fabrication des
médicaments (Pelt, 1980). Cette molécule présentant un intérêt thérapeutique curatif
ou préventif pour l'homme ou l'animale, elle est issue de plantes fraîches ou des
séchées, nous pouvons citer comme des parties utilisées: les racines, écorces,
sommités fleuries, feuilles, fleurs, fruits, ou encore les graines (Benghanou, 2012).

Les plantes contiennent des métabolites secondaires peuvent être considérées


comme des substances indirectement essentiels à la vie des plantes par contre aux
métabolites primaires qu'ils sont les principales dans le développement et la
croissance de la plante, les métabolites secondaires participent à l'adaptation de la
plante avec l'environnement, ainsi à la tolérance contre les chocs (lumière UV, les
insectes nocifs, variation de la température …) (Sarni-manchado et Cheynier,
2006). Ces composés sont des composés phénoliques, des terpènes et stéroïdes et des
composés azotés dont les alcaloïdes.

І-4-1- Différents groupes des principes actifs

I-4-1-1- Polyphénols

Les polyphénols ou composés phénoliques forment une grande classe de


produits chimiques qui on trouve dans les plantes au niveau des tissus superficielles,
ils sont des composés photochimiques polyhydroxylés et comprenant au moins un
noyau aromatique à 6 carbones. Ils subdivisent en sous classe principales; les acides
phénols, les flavonoïdes, les lignines, les tanins... (Sarni-manchado et Cheynier,
2006).

Synthèse Bibliographique Page 5


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Comme ces molécules constituent la base des principes actifs que l'on trouve
chez les plantes, elles ont un rôle principale à la vie de plante, à la défense contre les
pathogènes; principalement les moisissures et les bactéries phytopathogènes et la
protection contre les rayonnements UV; sachant que tous les composés phénoliques
absorbent les rayonnements solaires (Sarn-imanchado et Cheynier, 2006).

І-4-1-1-1- Acides phénoliques

Les phénols ou les acides phénoliques sont des petites molécules constituées
d'un noyau benzénique et au moins d'un groupe hydroxyle, elles peuvent être
estérifiées, éthérifiées et liées à des sucres sous forme d'hétérosides, ces phénols sont
solubles dans les solvants polaires, leur biosynthèse dérive de l'acide benzoïque et de
l'acide cinnamique (Wichtl et Anton, 2009).

Les phénols possèdent des activités anti-inflammatoires, antiseptiques et


analgésiques (médicament d'aspirine dérivée de l'acide salicylique) (ISERIN et al.,
2001).

Acide benzoїque Acide cinnamique

Figure 01 : Structure de base des acides benzoїque et cinnamique (Bruneton,


2009).

I-4-1-1-2-Flavonoïdes

Terme en latin ; flavus = jaune. Ont une structure de C6-C3-C6 à poids


moléculaire faible, ils peuvent être considérés parmi les agents responsables des
couleurs de plante à côté des chlorophylles et caroténoïdes (Wichtl et Anton, 2009).

Les flavonoïdes ont des sous-groupes caractérisés à contenant deux ou


plusieurs cycles aromatiques existent sous forme libre dite aglycone ou sous forme

Synthèse Bibliographique Page 6


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

d’hétérosides, chacun portant une ou plusieurs groupes hydroxyles phénoliques et


reliées par un pont carboné (Heller et Forkmann, 1993).

Les flavonoïdes sont généralement des antibactériennes (Wichtl et Anton,


2009). Ils peuvent être exploités de plusieurs manières dans l'industrie cosmétique et
alimentaire (jus de citron) et de l'industrie pharmaceutique (les fleurs de trèfle rouge
traitent les rhumes et la grippe en réduisant les sécrétions nasales), comme certains
flavonoïdes ont aussi des propriétés anti-inflammatoires et antivirales (Iserin et al.,
2001).

Figure 02 : Structure de base des flavonoïdes (Bruneton, 1999).

Structuralement, les flavonoïdes se répartissent en plusieurs classes de


molécules (Harbone, 1988) dont les plus importantes sont : les flavones, les
flavonols, les flavanones, les isoflavones et les anthocyanidines (figure 03).

Ces diverses substances se rencontrent à la fois sous la forme libre (génine) ou


sous la forme de glycoside (C ou O glycosylés). On les retrouve dans toutes les
plantes vasculaires où elles peuvent être localisées dans divers organes : racines, tiges,
feuilles et fruits (Bruneton, 1999).

Synthèse Bibliographique Page 7


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Flavone Flavonol

Isoflavone Anthocyanidines

Flavanone

Figure 03: Les principales classes de flavonoïdes (Harbone, 1988)

I-4-1-1-3- Tanins

Tanin est un terme provient d'une pratique ancienne qui utilisait des extraits de
plantes pour tanner les peaux d'animaux. On distingue deux catégories : Les tanins
condensés, polymères d'unités flavonoïdes reliées par des liaisons fortes de carbone,
non hydrolysable mais peuvent être oxydées par les acides forts libérant des
anthocyanidines (Hopkins, 2003).

Les tanins hydrolysables, polymères à base de glucose dont un radical


hydroxyle forme une liaison d'ester avec l'acide gallique (Hopkins, 2003).

Les plantes riches en tanins sont utilisées pour retendre les tissus souples et
pour réparer les tissus endommagés par un eczéma ou une brûlure, elles rendent les
selles plus liquides, facilitant ainsi le transit intestinal (Iserin et al., 2001).

Synthèse Bibliographique Page 8


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

I-4-1-1-4- Lignines

Composés qui s'accumulent au niveau des parois cellulaires (tissus


sclérenchymes ou le noyau des fruits), au niveau de sève brute qu'ils permettent la
rigidité des fibres, ils sont le résultat d'association de trois unités phénoliques de base
dénommées monolignols de caractère hydrophobe (Sarni-Manchado et
Cheynier, 2006).

I-4-1-2-Alcaloïdes

Ce sont des substances organiques azotées d'origine végétale, de caractère


alcalin et de structure complexe (noyau hétérocyclique), on les trouve dans plusieurs
familles des plantes, la plupart des alcaloïdes sont solubles dans l'eau et l'alcool et ont
un gout amer et certains sont fortement toxiques (Wichtl et Anton, 2009).

Certains alcaloïdes sont utilisés comme moyen de défense contre les infections
microbiennes (nicotine, caféine, morphine, lupinine) (Hopkins, 2003). Des
anticancéreuses (vincristine et la vinblastine) (Iserin et al., 2001).

Figure 04 : Exemple d'alcaloïde la morphine (Osbourn et Lanzotti, 2009).

I-4-1-3- Terpènes et stéroïdes

Les terpènoïdes sont une vaste famille de composés naturels près de 15000 de
molécules différentes et de caractère généralement lipophiles, leurs grandes diversités
due au nombre de base qui constituent la chaîne principal de formule (C5H8) n selon la
variation de nombre n, dont les composés monoterpènes, sesquiterpènes, diterpènes,
triterpènes, … (Wichtl et Anton, 2009). Ces molécules présentent en forme des
huiles essentielles ; parfums et goût des plants, pigments (carotène), hormones (acide
abscissique), des stérols (cholestérol) (Hopkins, 2003).

Synthèse Bibliographique Page 9


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Figure 05 : Unité isoprénique (Osbourn et Lanzotti, 2009).

Les stéroïdes sont des triterpènes tétracycliques, possèdent moins de 30


atomes de carbone, synthétisés à partir d'un triterpène acyclique (Hopkins, 2003).

Figure 06 : Structure de noyau stéroïde (Ling et Jones, 1995).

Chez toutes les plantes on trouve ces composés liées avec un groupement
alcool qu'ils nommés les stérols; prenant une forme plane, glycosylée, analogues du
cholestérol qui ne diffèrent de celui-ci que par leur chaîne latérale comme: Β-
Sitostérol, Stigmastérol (Hopkins, 2003).

І-4-1-3-1- Saponosides

Le terme saponosides est dérivé de mot savon, sont des terpènes glycoslysés comme
ils peuvent aussi se trouve sous forme aglycones, ils ont un goût amer et acre
(Hopkins,2003). Ils existent sous deux formes, les stéroïdes et les terpènoïdes (Iserin
et al., 2001).

I-4-1-3-2- Huiles essentielles

Ce sont des molécules à noyau aromatique et caractère volatil offrant à la


plante une odeur caractéristique et on les trouve dans les organes sécréteurs (Iserin et
al., 2001). Ils jouent un rôle de protection des plantes contre un excès de lumière et
attirer les insectes pollinisateurs (Dunstan et al., 2013).

Synthèse Bibliographique Page 10


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Ils sont utilisées pour soigner des maladies inflammatoires telles que les
allergies, eczéma, favorise l'expulsion des gaz intestinales comme les fleurs frais ou
séchées de plante "camomille" (Iserin et al., 2001).

II. Les antioxydants

II.1. Généralités

Les antioxydants apparaissent aujourd’hui comme les clés de la longévité et


nos alliés pour lutter contre les maladies modernes. Ce sont des éléments protecteurs
qui agissent comme capteurs de radicaux libres. Ces derniers sont produits
quotidiennement par l’organisme ; ce sont des composés très réactifs comportant un
électron célibataire et nécessaire à des mécanismes vitaux (Bartosz, 2003) mais, ils
deviennent nocifs quand ils sont en excès et induisent certains dommages au niveau
de la structure des protéines, des lipides (Pourrut, 2008), des acides nucléiques
(Favier, 2003) en entrainant un stress oxydant qui contribue aux processus de
vieillissement cellulaire accéléré et au développement de pathologies humaines telles
que les maladies cardiovasculaires, les cancers, l’artériosclérose.

Des systèmes de défense permettent de prévenir la formation radicalaire ou de


limiter les lésions d'oxydation résultantes. Ces systèmes peuvent être endogènes ou
exogènes, d’origine nutritionnelle.

II.2. Les antioxydants endogènes

Ce sont des enzymes ou protéines antioxydantes (Superoxyde dismutase,


Catalase et Glutathion peroxydase) élaborés par notre organisme avec l’aide de
certains minéraux. Elles sont présentes en permanence dans l’organisme mais leur
quantité diminue avec l’âge (Mika et al., 2004).

 Les superoxydes dismutases (SOD) : sont des métallo-enzymes se


retrouvant dans l’ensemble du monde du vivant. Elles catalysent la dismutation de
deux anions superoxydes en dioxygène et peroxyde d’hydrogène (Arora et al.,
2002).
 Les catalases (CAT) : Sont des enzymes majoritairement
peroxysomales catalysant la dismutation du peroxyde d'hydrogène (Arora et al.,
2002).

Synthèse Bibliographique Page 11


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

 Les peroxydases (POX): Sont une large famille multigénique


d’enzymes hémiques catalysant la réduction d’un substrat oxydé en utilisant de
nombreux co-substrats comme donneurs d’électrons.
 Les peroxyredoxines (PRX), aussi appelées thiorédoxines peroxydases,
sont des peroxydases non hémiques contenant un résidu cystéine au niveau de leur
site catalytique. Les PRX sont des éléments essentiels du système de détoxication des
espèces réactives de l’oxygène.
 Glutathion péroxydase (GPX) : Elle agit en synergie avec la SOD
puisque son rôle est d’accélérer la dismutation du H2O2 en H2O et O2.

II.3. Les antioxydants exogènes

Ils sont présents dans l’alimentation tels que les vitamines A, C, E et les
polyphénols en particulier les flavonoïdes, ainsi que les cofacteurs des enzymes
impliquées dans les systèmes anti-oxydants endogènes comme le sélénium, le zinc et
le manganèse.

Ces antioxydants nutritionnels sont indispensables mais leur action est limitée
jusqu’à ce qu’ils soient régénérés.

 La vitamine E : Le principal anti-oxydant nutritionnel est la vitamine E


(essentiellement l’α-tocophérol), liposoluble, puissant anti-oxydant mais qui peut
avoir des effets délétères à très forte dose. Elle agit principalement par le transfert
direct d’atomes d’hydrogène et permet d’inhiber la lipoperoxydation dans les
cellules (Njus et Kelley, 1991)

La vitamine E est abondante dans les germes de blé, les légumes verts, les
oeufs, les noix et les corps gras notamment les huiles de tournosol, de soja, de maïs
(Koechlin- Ramonatxo, 2006).

 L’ascorbate ou vitamine C : est l’antioxydant hydrosoluble majeur,


réagit rapidement avec l’anion superoxyde et l’oxygène singulet, ou encore avec le
peroxyde d’hydrogène. Elle est indispensable par sa capacité à réduire d’autres
antioxydants oxydés comme la vitamine E ou les caroténoïdes (Pourrut, 2008). La
vitamine C est abondante dans les agrumes, les fruits rouges, les pommes, les brocolis
(Benbrook, 2005).
 Les caroténoïdes : sont des pigments végétaux lipophiles formant une
famille de plus de 600 molécules notamment le lycopène et le β-carotène, précurseurs

Synthèse Bibliographique Page 12


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

de la vitamine A. Ils sont présents dans les carottes, les fruits rouge et jaunes, les
légumes verts et les tomates (Marc et al., 2004).

Le rôle biologique des caroténoïdes est, entre autres, complémentaire de celui


de la vitamine E, elle-même régénérée par la vitamine C, d'où l'intérêt de consommer
une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes variés pour bénéficier des
nombreux effets de synergie entre micronutriments (Miller et al., 1996 ).

 Les flavonoïdes : Ce sont des substances naturelles présentes dans tout


le règne végétal. Les flavonoïdes peuvent agir de différentes façons dans les processus
de régulation du stress oxydant : par capture directe des espèces réactives de
l’oxygène, par chélation de métaux de transition comme le fer le cuivre ou par
inhibition de l’activité de certaines enzymes responsables de la production des
espèces réactives de l’oxygène comme la xanthine oxydase (Lahouel et al., 2006).
 Les tanins : Les tanins sont des donneurs de protons aux radicaux libres
lipidiques produits au cours de la peroxydation. Des radicaux tanniques plus stables
sont alors formés, ce qui a pour conséquence de stopper la réaction en chaîne de l’auto
oxydation des lipides.
 Les coumarines : Ils sont capables de piéger les radicaux hydroxyles,
superoxydes et peroxyles, importants dans la prévention de la peroxydation des
lipides membranaires et ils ont une activité antiperoxydante (Diallo, 2005).
 Le sélénium : il neutralise les métaux toxiques en particulier le plomb
et le mercure. Il aurait aussi une action préventive sur certains cancers.

Synthèse Bibliographique Page 13


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

III-Considérations générales sur le thuya de berbèrie

III-1- Position systématique

Le thuya de berberie (Tetraclinis articulata Vahl Master), a été décrit par Vahl
(1791) sous le nom de Thuya articulata ; par la suite il a été reporté au genre Tetraclinis
par Benth (1883) et Maire (1952). Selon Quezel et Santa (1963) la systématique de
Tetraclinis articulata est comme suit :.

Embranchement : Spermatophytes
Sous-embranchement : Gymnospermes
Ordre : Conifèrales
Sous-ordre : Orbitales
Famille : Cupressacées
Genre : Tetraclinis
Espèce : Tetraclinis articulata

Noms vernaculaires

Arabe :âafsiya (‫ )عفصية‬, mot ayant pour racine âafis (‫( )عفص‬astringent), dont le
synonyme est qabidh (‫( )قابض‬Baba Aissa, 2000).

Local : berbouch(‫)بربوش‬, âarâr(‫()عرعار‬terme qui designe egalement le genevrier) (Baba


Aissa, 2000)

Berbere : Azouka, Imijad et tazout (Bnouham et al., 2002)

Français : Thuya de Berberie , thuya d’Algerie, bois de titre (Farjon, 2005), thuya à la
sandaraque et vernix (IUCN, 2005), thuya de Maghreb (Cherif, 2012)

Anglais : Arar tree, sandarac gum tree, gharghar (Farjon, 2005), Mediterranean alerce
(Fasla, 2009).

III-2- Description botanique

Tetraclinis articulata est un arbre souvent petit et buissonnant de 6à 15 m de


hauteur 5 rarement 20m)et d’un diametre de 0.5 m (rarement 1m) parfois avec deux ou
plusieurs troncs à la base (Farjon, 2005)

Le bois du thuya est très léger, tendre etaromatique. Il peut se fendre facilement
(Nichane, 2010) et résiste bien à la pourriture (Bouayad Alam, 2015).

Synthèse Bibliographique Page 14


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Les rameaux verts et erticulés (Quezel et Santa, 1963) sont recouverts de


feuilles en tres petites ecailles de 1à 18 mm de long et 1 à 1.5 mm de large (Farjon,
2005), opposées pais paraissant verticillées par 4, en partie soudées a la tige dont chaque
entrenoeud st entouré par 4 feuilles (Quezel et santa, 1963)

Selon Nichane (2010) la floraison est au début du printemps durant le mois de


mars. Les fleurs monoique , de couleur brunes sont aussi petites que les feuilles, et se
trouvent à l’extrémite des rameaux (Baba Aissa, 2000).

Les fruit sont des cones verts de 10 à 15 mm de long, devenat marron


aprésmaturité (Farjon, 2005), constitues de 4 valve munies au sommet d’un appendice
plat et reflichi (Quezel et santa, 1963)

Les graines allongées de 5 à 7 mm de long et 2 mm de large (Fasla, 2009)


portent. dans chaque cote , deux fines ailes de 3 à 4 mm de long (Farjon, 2005). Elles
ont entre trois et six cotylédons (Bajaj, 1996)

Le nombre des chromosomes est 2n=22 ( Bajaj, 1996).

La longévité du Thuya est estimée à 80 ans (Nichane, 2010)

En ce qui concerne l’accroissement du Thuya, on note pour essentielles les


informations rapportées par (Boudy, 1950) et celles données par (Benabid, 1977) dans
le cas de la forêt de l’Amsittène (Maroc) et qui donnent une indication sur la croissance
de l’espèce. D’après ces auteurs, l’accroissement et la production du Thuya varient en
fonction des endroits et qui sont l’expression de la fertilité de la station (classes de
fertilité), de l’âge des facteurs écologiques et surtout l’importance de la pression
anthropique. D’une manière générale, l’accroissement du thuya, en condition normales,
est faibles sur l’adret et fort sur l’ubac.

Synthèse Bibliographique Page 15


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Figure 07 : Description botanique de Tetraclinis articulata (www.tela-botanica.org)

III-3- Régénération et accroissement du Thuya

La régénération par semis des forêts de Thuya est irrégulière et occasionnelle et


c’est là le problème car elle est tributaire des conditions du milieu (nature du substratum
profondeur du sol, pâturage). Le renouvellement de ces forêts est assuré essentiellement
grâce aux rejets de souche après recepage ou passage d’incendie (Boudy, 1950 ;
Kacem, 1991).

Sur le plan dendrologique, le Thuya a une hauteur qui ne dépasse généralement


pas 12 m (en moyenne 6 à 7 m) et dont le diamètre se situe entre 40 et 50 cm (figure
08). Dans les conditions favorables, il peut s’élever jusqu’à 15 m avec un diamètre de 1
mètre (Maire, 1952).

Synthèse Bibliographique Page 16


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Figure 08 : Photo de Tetraclinis articulata à la région de Honaine (originale)

III-3-1- Accroissement en hauteur

L’accroissement en hauteur du thuya dépend des facteurs écologiques, de l’âge, de


la densité du peuplement et de la concurrence des autres espèces végétales. Il diminue
avec l’âge et il est plus faible dans les stations mal adaptées à cette essence (Benabid,
1977 ; Matali, 1982).

Selon Boudy (1950), l’accroissement en hauteur est de 20 cm par un jusqu’à l’âge


de 25 ans et de 10 cm par an jusqu’à 60 ans, ensuite il est considérablement ralenti.

III-3-2 accroissement en diamètre

L’accroissement en diamètre dépend des mêmes facteurs que l’accroissement en


hauteur. Il est estimé par Benabid (1977) à partir des mesures de diamètre à mi-hauteur
à : 3 à 5 mm /an jusqu’à 30 ans et de 1.5 à 2.5 mm/an jusqu’à 50 ans.

Synthèse Bibliographique Page 17


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Alors que Boudy (1950) avancent les valeurs l’accroissement moyen en diamètre de
4 mm/an jusqu’à 30 ans et de 1.5 mm/an jusqu’à 60 ans.

Les accroissements moyens annuels en hauteur et en diamètre sont en liaison étroite


avec la profondeur du sol et les précipitations annuelles (Matali, 1982).

III-3-3- accroissement en volume du peuplement

Le volume de matériel sur pied varie dans de larges mesures en raison de la


densité, de, l’âge, des facteurs écologiques et surtout de l’importance des délits de
coupe.

Boudy (1950) rapporte, pour des coupes à blanc étoc, les chiffres suivantes :

- 60 stères / ha (40m3 / ha) pour un peuplement de 20 à 50 ans


- 80 à 100 stères / ha pour un peuplement de 50 à 60 ans
- 1 stères / ha (0.66m3/ha) et par an en mauvais sol
- 1.5 stères / ha (1m3/ha) et par an ailleurs

Pour sa part, Benabid (1977) indique pour un peuplement dépressé à l’âge de 23


ans, l’accroissement en volume était de 2.90 m3 / ha / an et mis un lien entre
l’amélioration de la production et les opérations de dépressage et d’éclaircie.

I.3. Ecologie

Le thuya, par sa rusticité, s’accommode aux climats très secs et aux sols les plus
déshérités. Ses peuplements sont remarquablement liés aux variantes chaudes et
tempérées du thermo-méditerranéen semi-aride exceptionnellement subhumide inférieur
ou aride. En effet, le thuya peut se développer aussi dans le subhumide chaud, doux et
tempéré sur sol filtrant et calcaire, sur une forte pente et sur des expositions sud et sud-
est. En outre, il est retrouvé aussi dans l’aride supérieur sous un état mal venant
largement dominé par des espèces plus xérophiles : Argania spinosa, Acacia gummifera
et Stipa tenacissima (Benabid, 1985).

Le thuya est donc réputé par ses caractères écologiques : thermophile, xérophile et
rustique. Si les influences océaniques modérées favorisent le développement de cette
espèce, le froid l’élimine surtout avec l’augmentation de l’humidité de l’air. Tetraclinis
articulata est connu pour son indifférence à la nature chimique du substratum.
Cependant, il préfère le calcaire, plus sec (Boudy, 1950) et il est éliminé des roches

Synthèse Bibliographique Page 18


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

siliceuses par le chêne-liège, lorsqu’il s’agit de roches dures et résistantes, et par


l’oléastre et le lentisque en cas de sols argileux (Rübel et Lüdi, 1939).

Le thuya est un arbre monoïque, de 15-25 m de hauteur, au port d’abord


pyramidal, élancé, puis au feuillage diffus et léger. Son tronc est droit à rhytidome gris
clair, puis devenant plus sombre, fendillé longitudinalement, à rameaux dressés et
minces, composés de petites branches plates, vertes, articulées selon la disposition des
feuilles. Le système raçinaire est profond mais pas trop ramifié (Fennane et al., 1999).

Les feuilles sont en aiguilles bleutées, de 1-2 cm chez les jeunes plantes (figure
8A). Elles vont ensuite, chez les plantes adultes, laisser la place aux feuilles en écailles,
persistantes, opposées et plus ou moins verticillées par 4, enveloppant le rameau aplati
inégal, 2 larges alternant 2 étroites. Les fleurs mâles sont groupées à l’extrémité des
rameaux courts. Les fleurs femelles sont localisées sur des rameaux latéraux. Les cônes
plus ou moins globuleux, constitués de 4 écailles ligneuses, en 2 paires, en forme de
coeur (figure 8B) ; graine petite avec des poches de résine et 2 ailes latérales (Benabid,
2000).

Figure 09: Rameaux (A) et cônes (B) de Tetraclinis articulata (hipernatural.com et oshba.net)

III-4- Origine et répartition du Tetraclinis articulata

III-4-1-Origine

Tetraclinis articulata est un arbre isolé dans l’hemisphere septentrionale, alors


qu’il a une trentaire de parents dans l’hemisphere Australe, il est le dernier survivant de

Synthèse Bibliographique Page 19


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

forme qui s’etendaient jusqu’au Groenland à l’époque du jurassique, et qui peuplaient


encore l’eaurope occidentale au tertiaire (Maire ,1952)

A) Répartition du Tetraclinis articulata En méditerranée

Native du nord-ouest de l’Afrique, T. articulata croit relativement à basse altitude


au climat mediterranéen subtropical chaud et sec, principalement dans les zones
calcaires (Fasla, 2009)

le thuya est une espèce endémique de la mediterranée Sud-occidentale, (Rikli,


1943 ; Quézel, 1980), et en particulier des pays du Maghreb ou son importance speciale
decroit d’ouest en Est (Bebandellah, 2009).

Figure 10 : Arbre de Tetraclinis atrticulata (El Mouridi, 2011)

Le Tetraclinis articulata est une essence à peu près exclusivement Nord-


Africaine, dont l’intérêt écologique et économique est remarquable.(Quézel, 2000).

Le Tetraclinis articulata a une aire de distribution limité à l’Afrique du Nord


exception faite d’un petit peuplement à Malt et d’un autre dans l’extrême Sud-
Est de l’Espagne (White, 1986).

Synthèse Bibliographique Page 20


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Le Tetraclinis articulata est essentiellement présent au Maroc atlantique, où il


occupe une vaste surface, mais aussi en Oranie, littorale et sur le Cap Bon en Tunisie,
(Quézel, 2000).

Au Maroc

D’après Benabid (1976) et Fennane (1987), l’aire de répartition du thuya


est subdivisée en six grandes zones : zone Rifaine, zone du Maroc oriental, zone du
moyen Atlas oriental, zone des vallées du plateau central, zonedu moyen Atlas
occidental et haut Atlas, (piémonts Nord Atlasique, Revers Sud du haut Atlas,
région d’Essaouira, haut Atlas occidental), et zone de l’anti Atlas.

D’après Benabid (1976), au Maroc il occupe une superficie de 725000ha,


son aire actuelle de répartition est d’environ 607900 ha.

Le Tetraclinis articulata est généralement localisé dans les étages semi-arides


océanique et maritime, entre le niveau de la mer et 1500 m.

On trouve de vastes forêts à Tetraclinis articulata dans entre Essaouira et


Agadir, au-dessus de la formation broussailleuse à arganier et dans les vallées du
cours supérieur des rivières de Rabat et Casablanca White (1986).

En Tunisie

Les forêts naturelles en Tunisie sont composées essentiellement de pin


d’Alep, de chêne liège, de chêne zéen, et de pin maritime, avec d’autres
essences forestière, de grandes valeurs écologique, telle que le chêne vert, le chêne
kermès, le thuya…etc.

D’après Boudy (1950) et Maire (1952), le Tetraclinis articulata ne couvre que


30000 ha depuis les collines du Nord- Est jusqu’à une ligne allant de Bizert au
mont de Zaghouane et à Hammamat. Il pousse sur le calcaire, la silice, et même
sur les terrains gypseux à condition qu’il soit bien drainé (EL Hamrouni, 1978).

Son aire bioclimatique semble plus étendu puisqu’on le trouve depuis l’étage aride
dans ses variantes douce, tempérées ou fraiches jusqu’au niveau supérieur du
subhumide tempéré et doux (Fennane, 1987).

Synthèse Bibliographique Page 21


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

En Algérie

Le thuya est surtout répondu en Oranie aussi bien dans le secteur littoral que plus à
l'intérieur du pays (Boudy, 1950)

Il apparait ici dans le prolongement de son aire Marocaine. En effet il est surtout
dans l’Algérie Nord- occidental.

L’aire Algérienne du thuya de berbérie (Tetraclinis articulata) évaluée à 161000


ha par Boudy (1950) in Hadjadj (2009), il aurait occupé 161000 hectares plus
recemment, le ministere de agriculture donnait de 143000 hectares (M.A.R.A, 1976), Il
occupe ainsi la quatrieme position après le Pin d’Alep, le chêne vert et le chêne liege . Il
est absent dans le tell constantinois, dans la rigion centrale et orientale du Tell Algérois
(Banabdellah, 2009)

Quézel et Santa (1962) ont mentionné que le thuya est très commun dans le
secteur Oranais, assez commun dans le secteur Algérois et dans le sous secteur des
hauts plateaux et il est très rare dans le grand Kabylie.

A l'aide de la carte phytogéographique de Quezel et Santa (1962), on distingue


trois ensemble de différente importance définis en sous secteur:

Un ensemble strictement littoral, qui correspond au secteur 0 1 et A1; un ensemble


semicontinental du secteur 03, qui englobe les peuplements des Monts de Tlemcen,
Daya, Saida et de l'Ouarsenis jusqu'à coude de Chélif; en dernier ensemble
intermédiaire entre les deux précédents et correspondants au massifs sublittoraux des
Monts de Tessala et de Beni Choûgrane au secteur 02.

III-5-Utilisations du thuya de Berberie

III-5-1-Médecine traditionnelle

Le thuya de Berberie est une plante aromatique et médicinale très utilisée dans la
médecine traditionnelle de plusieurs pays notamment au Maroc (Bourkhiss et al.,
2015).

Synthèse Bibliographique Page 22


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Au Maroc aussi, T. articulata est réputée en médicine traditionnelle pour soigner


les plaies d’origine inflammatoire (Tekaya-Karoui et al., 2006)

Les feuilles et les rameaux sont utilisés dans le traitement des infections
intestinales et respiratoires (Bellakhder et al., 1991) dans une étude ethno
pharmacologique réalisée au Maroc Ziyyat et al. (1997) et Fasla (2000) ont rapporté
que les feuilles de thuya de Berberie sont utilisées contre le diabète et l’hypertension

La poudre des feuilles en usage externe est appliquée sur la plaie ombilicale des
nouveaux nés pour la cicatrisation (IUCN, 2005).

Les feuilles de Thuya sont utilisées par la population rurale Algérienne en


médecine traditionnelle. Amar (2001) a noté les utilisations dans les domaines suivants :
- Les soins dentaires, pour l’élimination des noircissements et traitement des caries
dentaires. Les feuilles de Thuya sont utilisées en décoctions par addition de quelques
gouttes de vinaigre et du sel, en procédant à un brossage léger des dents ;
- En mél ange avec du zest de grenadine, elles sont très utiles et efficaces pour
calmer les troubles digestifs, les nausées, les problèmes respiratoires ;
- Les feuille sont aussi utiles pour les traitements de la fièvre, et auraient une
action qui stopperait les hémorragies pouvant survenir en cas d’accouchement.
- Elles sont aussi préconisées comme un coiffant pour les cheveux (les feuilles en
poudre plus « El Hana »).

Au Maroc, les arilles (l’expansion charnues qui entourent les graines) sous forme
de poudre, ou en macération sont utilisés dans le traitement de : l’hyperglycémie,
l’hypertension, le vertige, la migraine et les diarrhées, contre l’inflammation des yeux et
les maux de tête (Bnouham et al., 2002)

Le cœur du bois (hearthwood) de T. articulata renferme plusieurs composés


dermatologiques actifs incluant le thymoquinone, le carvacrol, et le β-thujaplicins
(Mitchell et Arthur, 1979)

III-5-2- Autres utilisations

Le Thuya de Berberie apparait intéressant par la résine qu’il fournit appelée la


sandaraque. Cette résine est obtenue par gemmage profond de l’arbre.

La sandaraque est utilisée dans :

Synthèse Bibliographique Page 23


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

- L’industrie pour préparer les vernis, les laques ; et est particulièrement évaluée
pour préserver les peintures (Farjon, 2005) ;
- La préparation des lames microscopique en remplaçant le baume de Canada
(Fasla, 2009) ;
- Les ciments dentaires et en fumigation (Seth, 2004) ;
- Elle servirait surtout à la fabrication de colle (Mered Chiali, 1973).

L’huile de la sandaraque, appelée en arabe Gatran el-ghalid (‫)قطران الغليظ‬


(Goudron épais) est utilisée comme remplaçant dans le traitement des blessures chez le
bétail (IUCN, 2005).

L’huile essentielle des feuilles témoigne In vitro, d’activité antimicrobienne et


antifongique (Bourkiss et al., 2015) et responsable d’une action antioxydante
(Bourkhiss et al., 2010).

Le bois de thuya est utilisé surtout dans le secteur artisanal en menuiserie et en


ébénisterie (Hadjal-Chebheb, 2014), mais actuellement (en Algérie) il n’est pas
exploité pour son bois bien qu'il fut une source de revenue à une époque (Abi-Ayad,
2009).

La variation du bois peut être envisagée par la filière papetière (Hadded et al.,
2006). Le thuya de Berberie est également utilise comme arbre ornemental et quelques
fois comme Bonsaï (Rushforth, 1999).

Synthèse Bibliographique Page 24


MATERIEL
ET
METHODES
LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Chapitre II : Matériel et Méthodes

1. Matériel végétal
1-1 Choix de la plante étudiée
L’intérêt de ce travail est la valorisation d’une plante médicinale (Tetraclinis articulata)
poussant à l’état spontané dans la région de Tlemcen par l’étude de son activité
antimicrobienne et antioxydante.
Le choix de cette espèce a été effectué après enquête ethno-pharmacologique effectuée au
cours de cette étude auprès des tradi-thérapeutes, des herboristes et des personnes utilisant ou
vendant les plantes médicinales.

1-2-Situation géographique :

La ville de Honaine se trouve sur le côté occidentale de l’Oranie avec une altitude de
15 m et dont les cordonnées Lambert sont :

 1°39’13’’ longitude ouest ;

 35°10’38’’ de l’atitude nord. (Google Earth, 2016 ).

La ville de Honaine se trouve entre les sites portuaires de Bini saf et de Ghazaouet, à
40 km de la frontière et à 60 km au nord-ouest de Tlemcen. Elle est située au centre de la
bordure côtière du massif des Tarara, limitée au nord par la mer, à l’ouest Daïra de Nedrouma
et de Ghazaouet et au sud par la Daïra de Remchi dont elle faisait partie avant découpage
administratif de 1991.

Figure 11 : Ville de Honaine (Google Earth, 2016)

Matériel et Méthodes Page 25


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Figure 12 : Position de Honaine à wilaya de Tlemcen

1-3 Collecte du matériel végétal


Le matériel végétal utilisé est constitué de feuilles du Thuya de Berbérie récoltées dans
son habitat naturel au Nord-ouest de la wilaya de Tlemcen à Honaine en mars 2013 et 2016.
La plante fraîchement collectée a été séchée sur du papier à l'ombre, à température ambiante
et dans un endroit sec à l'abri de l'humidité pendant quelques jours jusqu’au moment de
préparation des extraits (Laouer et al. 2003).

2. Méthodes de préparation de l’extrait de Thuya de Berbérie


Après séchage, les feuilles ont été servies à la préparation des extraits aqueux par
décoction, ce protocole a été effectué par deux échantillons de feuilles du Thuya de Berbérie
des différentes collectes.

Suivant le protocole décrit par Kaneria et al. (2012) la décoction consiste à porter à
ébullition au bain-marie 100 ml d’eau distillée avec 10 g des parties étudiées pendant 20min.
Puis, le décocté obtenu est filtré à l’aide du papier filtre 0,22mm puis centrifugé pendant 5min
à 2000g (tours) et enfin et pour éviter tout risque de dégradation des extraits due à l'action de
l'air, nos échantillons étaient conservés au réfrigérateur (4-6°C) dans des tubes à vices stériles
bien fermés.

Matériel et Méthodes Page 26


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

3. Détermination de l’activité antibactérienne des extraits étudiés


La détection des propriétés biologiques nécessaires pour la survie des plantes est parmi les
bases dans la recherche de propriétés biologiques similaires pour combattre différents micro-
organismes responsables de plusieurs maladies infectieuses chez l’homme et l’animal. Ces
recherches ont tendance à faire face à la résistance aux antibiotiques des micro-organismes
pathogènes (Miguel, 2010).
Deux différentes méthodes ont été utilisées pour la détermination de l'activité
antimicrobienne, in vitro : une méthode de diffusion de disque dans un milieu gélosé et la
méthode de la concentration minimale inhibitrice. Tous les tests ont été répétés trois fois.

3.1. Nature, origine et conservation des souches

L’activité antibactérienne des extraits étudiés a été testée sur 04 souches pathogènes
(Tableau 01).

Tableau 01 : Nature des souches testées.

Bacteria Type de la bactérie


Escherichia coli ATCC 25922 Bacille Gram –
Bacillus subtilus ATCC 6633 Bacille Gram+
Micrococcus luteus Cocci Gram-
Staphylococcus aureus ATCC 29213 Cocci Gram+

Avant le test, les souches ont été revivifiées dans les bouillons adéquats (le BHIB pour
toutes les souches) durant 24h à 37°C pour atteindre la phase exponentielle.

La turbidité a été ajustée à 0.5 Mc Farland, ce qui correspond à 1-2 × 108 UFC/ml (D.O =
0.08 à 0.13 / λ = 625nm). Les cultures ont été diluées avec les différents bouillons afin
d'atteindre des densités optiques (D.O) correspondantes pour chaque test (CLSI, 2006a).

3.2. Mise en évidence du pouvoir antibactérien des extraits étudiés

3.2.1. Méthode de diffusion sur milieu gélosé

- Principe

La méthode de diffusion très utilisée en microbiologie (antibiogramme et


antifongigramme), repose sur la diffusion du composé antimicrobien en milieu solide. Cela

Matériel et Méthodes Page 27


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

consiste à mettre la substance inhibitrice dans un puit tracé sur la gélose inoculée par la
souche cible au préalable.
La substance inhibitrice diffuse dans le milieu en provoquant un gradient de concentration
décroissant autour du puit. Ainsi, la bactérie se développera si la concentration en antibiotique
est inférieure à la concentration minimale inhibitrice ; ce qui se matérialisera par l’apparition
d’une zone circulaire d’inhibition de la croissance bactérienne autour du disque, et, en
fonction du diamètre d’inhibition, la souche du microorganisme sera qualifiée de sensible,
d’intermédiaire ou de résistante. Dans la technique de diffusion, il y a compétition entre la
croissance du microorganisme et la diffusion du produit à tester (Broadasky et al. 1976 ;
Nicolas et Daniel, 1998).

- Procédure

L’activité antibactérienne des extraits de plantes étudiées a été déterminée par diffusion sur
milieu gélosé, suivant le protocole décrit par Hazzit et al. (2009) qui utilise 100 µL d’une
suspension contenant 2 × 108 UFC/ml de microorganismes à tester pour inoculer des boîtes
de Petrie coulées avec 15 ml de la gélose molle stérile du milieu cœur cervelle (BHI) (à 7g/L
d’Agar). Des volumes de 30, 50, 70 et 100µL d’extraits ont été mis dans les puits tracés sur la
gélose molle déjà inoculée avec les microorganismes à tester. Un puit imprégné avec 30µg de
chloramphénicol (control positif) ont été ajoutés. Les boîtes de pétri ont été conservées à 4°C
pendant 2h et ont été ensuite incubées à 37°C pendant 24h. Les diamètres des zones
d'inhibition (mm) sont mesurés, y compris le diamètre des disques.

3.2.2. Détermination de la concentration minimale inhibitrice (CMI)


- Principe
Selon Laouer et al. (2003) cette technique consiste à inoculer, par une suspension
bactérienne, un milieu gélosé contenant une gamme de concentrations décroissantes en
extraits de plantes étudiées. Après incubation, l’observation de la gamme permet d’accéder à
la Concentration Minimale Inhibitrice (CMI), qui correspond à la plus faible concentration en
extraits capable d’inhiber la croissance bactérienne visible.
Elle mesure donc, un effet bactériostatique et ne renseigne pas sur l'état de la population
bactérienne, ne permettant notamment pas de préciser si elle a été tuée en partie ou totalement
ou si elle a seulement cessé de se multiplier. Il convient de noter que lorsqu’une bactérie se
montre sensible à un antibactérien, ce dernier est susceptible d’être utilisé comme traitement
de ce type d’infections (Bergogne-Bérézin et Brogard, 1999)

Matériel et Méthodes Page 28


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

- Procédure

Suivant les recommandations du Comité Américain des Normes du Laboratoire Clinique


(CLSI, 2006b) tous les tests ont été effectués dans le milieu gélosé de Mueller Hinton.
100µL d’une suspension bactérienne dont la concentration finale a été ajustée à 5 × 105
UFC/ml sont inoculées sur des boites de Pétri contenants des concentrations bien déterminées
en extraits (1/250, 1/400, 1/500, 1/1000, 1/2000, 1/4000, 1/5000, 1/10000, v/v) mélangées
dans le milieu gélosé. Ensuite les boites sont incubées pendant 24h à 37°C.

4. Mesure du pouvoir antioxydant des extraits étudiés

La capacité antioxydante des extraits étudiés a été évaluée dans ce travail par une série de
03 tests visant la détermination du piégeage du radical 1,1-diphenyl-2-picrylhydrazyl
(DPPH●), du piégeage du radical de l’acide 2,2-azino-bis-3-ethylbenzothiazoline-6-sulfonique
(ABTS●+) et du pouvoir chélateur des ions ferriques.

4.1. Piégeage du radical DPPH●

La méthode de piégeage du radical de 1,1-diphenyl-2-picrylhydrazine (DPPH●) a été


décrite pour la première fois par Blois (1958).

- Principe
A température ambiante, le radical DPPH● présente, en solution alcoolique, une intense
coloration violette qui disparaît au contact d’une substance donneuse de protons (figure 13).
Cette décoloration met en évidence le pouvoir antioxydant d’un échantillon par sa capacité à
piéger le radical libre et se traduit par une diminution de l’absorbance à 517 nm (Moon et
Shibamoto, 2009).

Figure 13 : Réaction entre le radical DPPH* et l’antioxydant pour former le DPPH stable
(Moon et Shibamoto, 2009).

Matériel et Méthodes Page 29


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

- Procédure

La méthode utilisée pour l’évaluation du piégeage du radical DPPH par les extraits des
plantes étudiées est celle décrite par Dandlen et al. (2010).

Après la préparation des dilutions des extraits dans de l’eau distillée, on prend 25µL de
chaque qu’on met dans un tube Eppendorf et on additionne 975 μl de la solution de DPPH (à
60µM). Le mélange réactionnel est immédiatement agité avant d’être placé pendant 60 min à
l’obscurité et à la température ambiante du laboratoire. L’absorbance du milieu réactionnel a
été mesuré à 517 nm en utilisant un spectrophotomètre contre un control négatif (contenant de
l’eau distillée au lieu de l’extrait). Chaque test est répété trois fois.

Le pourcentage d’inhibition du radical de DPPH a été calculé suivant la formule :

PI = [(A0 − A1)/A0] × 100

Avec :
PI: pourcentage d’inhibition.
A0 : absorbance du control (sans échantillon)
A1 : absorbance de l’échantillon après 60 min

L’étude de la variation de l’activité anti radicalaire en fonction de la concentration des


extraits permet de déterminer la concentration qui correspond à 50% d’inhibition (IC50). Une
faible valeur d’IC50 correspondant à une grande efficacité de l’extrait.

4.2. Piégeage du radical ABTS●+

- Principe

Dans la méthode ABTS (sel d’ammonium de l’acide 2,2’-azinobis-(3-


éthylbenzothiazoline- 6-sulfonique), l’activité antioxydante totale d’une molécule est déduite
de sa capacité à inhiber le radical ABTS●+. L’obtention du radical cation ABTS●+ résulte du
contact de l’ABTS avec une enzyme de peroxydation qui est la peroxydase metmyoglobine
(Miller et Rice Evans, 1997) en présence de H2O2 ou d’un oxydant, le dioxyde de manganèse
(Benavente-Garcia et al. 2000 ; Miller et al, 1996) ou le persulfate de potassium (figure 14)
(Moon et Shibamoto, 2009).

Matériel et Méthodes Page 30


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Cette formation se traduit par l’apparition d’une coloration verte bleue intense. En
présence d’un donneur d’hydrogène (agent antioxydant), le passage du radical ABTS●+ à la
forme non radicalaire s’accompagne de la disparition de cette coloration mesurée à une
longueur d’onde de 734 nm (Lien et al, 1999 ; Re et al. 1999).

Figure 14 : Formation de l’ABTS●+ par un oxydant persulfate de potassium (Moon et


Shibamoto, 2009).

- Procédure

Suivant le protocole d’Aazza et al. (2011) le radical ABTS●+ est produit par réaction entre
une solution aqueuse d’ABTS (7 mM) et une solution de persulfate de potassium (K2S2O8,
2.45mM), utilisé comme oxydant. Ce mélange est agité pendant 16 h à l’obscurité puis dilué
par l’éthanol jusqu'à obtenir une absorbance de 0.700 à 734 nm.
Un volume de 990 μl de cette solution d’ABTS●+ est ensuite mélangé avec 10 μl des
différents extraits étudiés à différentes concentrations. Après 6 min d’incubation à
température ambiante, l’absorbance du mélange est mesurée à 734 nm en utilisant un
spectrophotomètre contre un blanc (témoin négatif). Le calcul du pourcentage d’inhibition
permet d’exprimer cette activité antiradicalaire en IC50 comme décrit précédemment pour le
DPPH*.

Matériel et Méthodes Page 31


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

4.3. Pouvoir chélateur du fer

Le fer est un élément essentiel pour le bon fonctionnement physiologique, mais l’excès de
cet élément peut causer des dommages à la cellule. En raison de sa forte réactivité, le fer est
connu pour son grand rôle pro-oxydant vis-à-vis de l’oxydation des lipides (Gulcin, 2012).

- Principe

Un des mécanismes de l’action anti-oxydative est la chélation de la transition des ions


métalliques. Cette transition stimule la peroxydation des lipides par la participation à
l’accélération de cette peroxydation, en l’hydro-peroxyde lipidique en d’autres composés
aptes à enlever l’hydrogène et aussi par la perpétuation de la peroxydation des lipides
(Miguel, 2010).

Pour évaluer le pouvoir chélateur d’un extrait donné, le composé stabilisant le plus utilisé
est la ferrozine (figure 15) (Gulcin, 2012). En effet, la ferrozine forme avec le fer libre,
présent dans un milieu réactionnel, un complexe ferrozine-Fe2+ de couleur violette intense. La
quantification de ce complexe par spectrophotométrie à 562 nm dans un milieu de
concentration connue en fer, renseigne sur la quantité de fer non chélatée et donc sur la
capacité des extraits à chélater cet élément. Plus la coloration de la solution contenant l’extrait
testé est claire, plus le pouvoir chélateur est important (Zhao et al. 2006).

Figure 15 : Structure chimique de la ferrozine (Gulcin, 2012)

Matériel et Méthodes Page 32


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

- Procédure

Suivant le protocole décrit par Wang et al. (2004), un volume de 100 μl des extraits à
différentes concentrations est ajouté à 50 μl de Chlorure de fer (FeCl2, 4H2O, 2 mM). Après
une agitation vigoureuse et un repos de 5 min, 100 μl de ferrozine (5 mM) sont ajoutés, suivis
de 2.75 ml d’eau distillée. Le mélange est laissé au repos pendant 10 min à température
ambiante et l’absorbance est mesurée à 562 nm contre un blanc (sans ferrozine). Les résultats
permettent de calculer le pourcentage d’inhibition et d’exprimer cette activité en IC50 comme
décrit précédemment pour le DPPH●.

Matériel et Méthodes Page 33


RESULTATS
ET
DISCUSSION
LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Chapitre III : Résultat et discussion

IV.1. Activité antibactérienne des extraits de feuilles de Tetraclinis articulata

L’activité antimicrobienne et l’efficacité antioxydante des extraits des végétaux sont les
caractéristiques les plus étudiées pour leurs importances à préserver les aliments ainsi que
pour le control des maladies d’origine bactériennes qui touchent l’homme et de l’animal
(Bozin et al., 2007).

Les plantes contiennent de nombreux composés doués d’une action antimicrobienne,


ces constituants comprennent les composés phénoliques, les flavonoïdes, les huiles
essentielles et les terpènes (Rojas et al. 1992), le pouvoir antimicrobien des extraits de
plantes est tributaire de leurs compositions chimiques (Ben Sassi et al. 2007 ; Naili et al.
2010).

De ce fait, plusieurs études ont suggéré la forte efficacité antibactérienne et antifongique


d’une large gamme d’extraits de plantes (Baratta et al., 1998 ; Yesil Celiktas et al., 2007;
Cowan, 1999).

L’activité antibactérienne des extraits de plantes médicinales testées In vitro vis-à-vis


des micro-organismes a été qualitativement et quantitativement évaluée par la présence ou
l’absence des zone d’inhibition et par la CMI (Bouajaj et al., 2013 ; Hayouni et al., 2007).

C’est dans cette optique que, nous avons étudié In vitro le pouvoir antibactérien des
extraits isolés de Tetraclinis articulata par la méthode de diffusion des puits sur un milieu
gélosé semi-solide ainsi que par la méthode de la concentration minimale inhibitrice (CMI)
vis-à-vis des quatre souches (Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Bacillus subtilis et
Micrococcus luteus), fréquentes en pathologie humaine, appartenant à deux différentes
catégories (Gram positif et Gram négatif) et les comparer avec un antibiotique de référence
(Chloramphénicol).

La méthode de diffusion ou antibiogramme standard sont les plus utilisés en


bactériologie médicale, appelée encore méthode des disques. Cette technique consiste à
utiliser des disques de papier imprégnés des antibiotiques à tester, déposés à la surface d’un
milieu gélosé, préalablement ensemencés avec une culture pure de la souche à étudier.
Dès l’application des disques, les antibiotiques (ou les extraits à tester) diffusent de manière
uniforme si bien que leurs concentrations sont inversement proportionnelles à la distance du

Résultats et Discussion Page 34


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

disque. Après incubation, les disques s’entourent de zones d’inhibition circulaires qui
correspondent à une absence de culture (Delignette-muller, 1992).

Dans le cas de solutions à faible activité, une grande concentration ou volume doit être
utilisé. Vu la capacité limitée du disque à retenir de grands volumes de la substance il est
préférable d’utiliser des puits qui peuvent supporter un volume supérieur par rapport aux
disques (Bartner et al., 1994).

Une échelle de mesure de l’activité antimicrobienne des huiles essentielles et extraits


fut émise par Ela et al. (1996) et Meena et Sethi (1994), en classant les diamètres des zones
d’inhibition de la croissance microbienne en 04 classes :

- Classe 1 : Fortement inhibitrice lorsque la zone d’inhibition soit supérieure ou égale à


28 mm ;

- Classe 2 : Modérément inhibitrice lorsque la zone d’inhibition soit comprise entre 28


et 16 mm ;

- Classe 3 : Légèrement inhibitrice lorsque la zone d’inhibition soit comprise entre 16


10 mm ;

- Classe 4 : Non inhibitrice lorsque la zone d’inhibition soit inférieure à 10 mm.

Après lecture de nos résultats (figure 16), il s’est avéré que nos extraits appartenaient à
ème
la 4 classe en enregistrant des diamètres inférieurs à 10mm c’est-à-dire que les extraits
aqueux des feuilles de Tetraclinis articulata ont réagi négativement sur les bactéries ciblées.

De même, la constatation faite sur les boites de pétries en étudiant l’effet des différents
extraits de feuilles du thuya étudiées par la méthode de concentration minimale inhibitrice
(CMI) sur la croissance de toutes les souches bactérienne testées était indéterminable (tableau
02), ce qui approuve le résultat déjà obtenu par la méthode de puits.

L’absence d’effet antibactérien sur les différentes souches testées par les deux méthodes
étudiées pourrait être due à la résistance de celles-ci ou bien à l’insuffisance du volume et de
la concentration des principes actifs des extraits utilisées. Balansard (2007) a constaté que
pour de nombreuses plantes, en fonction de la date de récolte, il y aura des variations très
importantes dans la composition chimique et de l’activité biologique de leurs extraits.

Résultats et Discussion Page 35


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

De plus, la méthode d’extraction pourrait être à l’origine de ces résultats. En effet


Hayouni et al. (2007) ont montré que la méthode d’extraction et la nature du solvant peuvent
influencer l’activité antibactérienne des composés phénoliques des plantes.

Figure 16 : Diamètres des zones d’inhibitions des extraits de thuya de Berbérie et


de la chloramphénicol vis-à-vis des différentes souches bactériennes testées.

Tableau 02 : Viabilité des différentes souches bactériennes confrontées à différentes


concentrations d’extraits des feuilles du Thuya de Berbérie.

Concentration de l’extrait (v/v)


Bactéries 1/100 1/250 1/500 1/1000 1/2000 1/3000 1/4000 1/5000
Escherichia coli + + + + + + + +
Bacillus substilis + + + + + + + +
Micrococcus luteus + + + + + + + +
Staphylococcus aureus + + + + + + + +
+ : Croissance bactérienne - : Absence des bactéries

Résultats et Discussion Page 36


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

L’extrait aqueux étudié par Djouahri et al. (2014) a révélé une bonne efficacité
antibactérienne vis-à-vis de toutes les souches testées en enregistrant des zones d’inhibitions
comprises entre 12,5 et 15 mm vis-à-vis des souches de S. aureus, S. enterica, E. coli, K.
pneumoniae et P. aeruginosa et encore mieux vis-à-vis de L. monocytogenes avec une zone
d’inhibition de l’ordre de 40 mm. De même les extraits par le méthanol et éthanol ainsi que
l’huile essentielle ont révélé des valeurs similaires que l’extrait aqueux.

Les mécanismes d’action des composes phénoliques implique l’altération de la


perméabilité de la membrane cellulaire qui peut causer la rupture de la phosphorylation
oxydative, l’inhibition du transport actif et la perte de constituants cellulaires due à la
détérioration de la membrane cellulaire (Denyer, 1990 ; Djouahri et al., 2014). Aussi, la
présence du groupe hydroxyle des composés phénoliques peut influencer l’efficacité
antibactérienne par la fixation du site actif des enzymes, la formation de bandes hydrogènes
avec l’enzyme et par l’altération de leurs métabolismes, et aussi par la solubilisation des
lipides et le degré de l’entrave stérique du composé phénolique peut déterminer aussi son
activité antibactérienne (Beuchat & Golden, 1989; Ceylan & Fung, 2004).

L’étude mené par Houari et Slimani (2013) a révélé une efficacité des huiles
essentielle du Thuya de la même station (Honaine) mais à des concentrations comprise entre
1/250 et 1/100 (v/v) vis-à-vis de deux souches de S. aureus.

De même les résultats de Franchomme (1981) concordent avec notre car seules les
souches de Staphylococcus aureus ont été inhibé à des concentrations de 1/250 et 1/100 (v/v).

Le travail réalisé par Bourkhiss et al. (2007a) a montré une non efficacité des huiles
essentielles des rameaux du Thuya de Berbérie vis-à-vis d’Escherichia coli et de Bacillus
substilis ce qui est en concordance avec nos résultats mais vis-à-vis de S. aureus et
Micrococcus luteus ils ont remarqué une efficacité de ces huiles essentielles qui s’est traduite
par une CMI comprise entre 1/100 et 1/250 (v/v). La faible activité antimicrobienne de l’huile
essentielle peut s’expliquer par son profil chimique pauvre en composés connus pour leur
pouvoir antimicrobien comme certains alcools monoterpéniques et les phénols et riche en
hydrocarbures terpéniques, notamment le limonène qui ne présente aucun effet
bactériostatique ou fongistique (Scora et Scora 1998).

Dans une autre étude menée par Bourkhiss et al. (2007b), ils ont constaté un bon effet
antibactérien des huiles essentielles extraites des feuilles du thuya de Berbérie avec des
concentrations allant à 1/500(v/v) pour E. coli et 1/5000 (v/v) pour S. aureus. Ces auteurs ont

Résultats et Discussion Page 37


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

attribué la bonne activité à l’α–pinène qui montre une grande activité contre les micro-
organismes testé. Selon Aligiannis et al. (2001), ce composé possède une forte activité
antimicrobienne.

En 2010, Bourkhiss et ses collègues ont constaté que les huiles essentielles de la sciure
de bois de Tetraclinis articulata (vahl) masters ont été vraiment efficaces car leurs CMI
enregistrées sont de l’ordre de 1/5000 (v/v) vis-à-vis d’E. coli et S. aureus et de 1/10000 (v/v)
vis-à-vis de B. substilis et M. luteus. (Boukhiss et al., 2010)

Chikhoune et al. (2013) en étudiants les huiles essentielles des cônes et des feuilles de
Tetraclinis articulata de Hammam Meloiane et Tipaza (Algérie) ont constaté que
Staphylococcus aureus est la plus sensible avec des zones d’inhibitions comprise entre 22 et
15mm par contre Escherichia coli et Pseudomonas aeruginosa en enregistrant des zones
d’inhibitions comprises entre 7 et 12mm. Malgré cette faible activité mais qui reste plus
efficace que les extraits aqueux étudiées dans notre cas.

IV.2. Mesure du pouvoir antioxydant des extraits de feuilles de Tetraclinis


articulata

Le stress oxydative a été relié à plusieurs problèmes de santé comme l’artériosclérose, le


cancer, la maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson, le diabète et l’asthme (Edris, 2007).
La balance cellulaire des radicaux libres est maintenue par différents antioxydants (Raut &
Karuppayil, 2014).
Dans les matrices alimentaires, les cibles les plus oxydables sont les lipides, plus
précisément les acides gras polyinsaturés (LH). L’auto-oxydation des lipides est généralement
initiée à l’interface des émulsions alimentaires eau-lipide par transition des traces de métaux
(Fe2+, Cu+) à faible valence (Coupland et Mc Clements, 1996).

Selon Larson (1997), un antioxydant, qui inhibe la peroxydation lipidique, peut agir en
fonction de plusieurs mécanismes, les plus importants sont :

- Le piégeage rapide des radicaux lipidiques peroxyles (LOO•) qui propagent la chaine
de peroxydation (inhibition de la propagation).

- Le piégeage des espèces oxydantes hydrophiles formées dans la phase aqueuse


agissent comme initiateurs de la peroxydation (par exemple : O2•-, HO•). Les antioxydants
hydrophiles tels que les ascorbates et les polyphénols peuvent se comporter comme des
inhibiteurs de l’initiation.
Résultats et Discussion Page 38
LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

- La régénération d’un puissant antioxydant coupeur de chaine par réduction du radical


correspondant.

Le pouvoir antioxydant des molécules peut être évalué soit de façon in vivo, sur des
organismes vivants, soit in vitro, en utilisant des tests qui miment le phénomène
physiologique. Pour évaluer l’activité antioxydante, in vitro, des aliments, extraits naturels et
antioxydants commerciales, différentes méthodes ont été développées (Alam et al., 2013).

D’après Miguel (2010) et Krishnaiah et al. (2011), plusieurs méthodes ont été
développées pour l’évaluation de l’activité antioxydante d’un extrait indépendamment de la
teneur quantitative du composé individuel à qui l’activité anti-oxydante est attribuée.
Plusieurs méthodes existent, simples, de coût abordable et qui ont l’habilité d’identifier
l’activité effective d’un composé particulier ou d'un extrait complexe. Les méthodes
d’évaluation de l’activité antioxydante peuvent être classées en trois groupes :

- Méthodes indirectes : phénols totaux, réduction du Fe3+, pouvoir antioxydant


réduisant le fer ferrique (FRAP : the Ferric Reducing/ Antioxidant Potential), réaction Briggs-
Rausher (BRR) et le linoléate de méthyle.

- Méthodes utilisant les métabolites de l’oxydation lipidique : rancimat, produits


volatils, acides thiobarbituriques (TBA) ;

- Méthodes basées sur le piégeage d’un radical : TRAP (Total Reactive Antioxidant
Potential), ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity), TEAC (Trolox Equivalent
Antioxidant Capacity), DPPH (DiPhenyl-1-PicrylHydrazyl), PCL (Photo-Chimi-
Luminescence), spectroscopie RMN19F.

Parmi la grande variété de méthodes utilisées pour l’évaluation de l’activité


antioxydante, seules quelques-unes (TEAC, DPPH, PCL, ORAC) sont aisément adaptables à
la détermination de l’activité des molécules hydrophiles et des molécules lipophiles.
(Bousbia, 2011).

Ces méthodes impliquent le mélange d’espèces oxydantes, tels que des radicaux libres
ou des complexes métalliques oxydés, avec un échantillon qui contient des antioxydants
capables d’inhiber la génération de formation de radicaux libres. Ces antioxydants peuvent
agir selon trois mécanismes majeurs, par transfert d’atome d’hydrogène, par transfert
d’électron ou bien par inhibition d’enzymes d’oxydations (Miguel, 2010).

Résultats et Discussion Page 39


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Ainsi, compte tenu des différents facteurs impliqués, tels que les propriétés physico-
chimiques des molécules, il est recommandé d’utiliser plusieurs tests pour confirmer une
activité antioxydante (Prior et al., 2005 ; Miguel, 2010 ; Alam et al., 2013). C’est pourquoi
notre choix s’est porté sur l’utilisation de trois tests chimiques.

IV. 2. 1. Piégeage du radical DPPH

Le radical libre DPPH a permis l’estimation de l’activité antioxydante des composés


isolés et identifiés. C’est un radical synthétique de couleur violette qui vire vers le jaune
quand il est capté par les composés antioxydants testés (Figure 17). L’intensité de la couleur
jaune reflète la capacité antiradicalaire de la molécule testée, et dépend de la nature, la
concentration et la puissance de cette molécule (Babovic et al., 2010).

Figure 17 : Réaction entre le radical DPPH et l’antioxydant pour former le DPPH


stable (Moon &Shibamoto, 2009).

A travers les figures 18 et 19, nous constatons que les extraits des collectes de 2016 et
2013 ont exercé de bon effet antioxydants en enregistrant des taux maximaux respectifs de
l’ordre de 90 et 75% à la concentration de 2,7mg/ml et en enregistrant des IC 50 respectifs de
0,4439 et 1,5875 mg/ml (tableau 03).

Résultats et Discussion Page 40


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Figure 18 : Pourcentages d’inhibition du radical libre DPPH• en fonction des différentes


concentrations de l’extrait des feuilles de Tetraclinis articulata (récolte
2016).

Figure 19 : Pourcentages d’inhibition du radical libre DPPH• en fonction des différentes


concentrations de l’extrait des feuilles Tetraclinis articulata (récolte 2013).

Résultats et Discussion Page 41


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Tableau 03 : IC50 des extraits de Tetraclinis articulata du test de piégeage du radicale


DPPH.

Extraits IC50 (mg/ml)

Récolte de 2016 0,4439

Récolte de 2013 1,5875

Houari et Slimani (2013) ont enregistré une faible activité antioxydant des huiles
essentielles et de l’hydrolysat de Tetraclinis articulata qui n’a même pas atteint les 50%
d’inhibition du radical DPPH. Par contre l’extrait éthanolique de la même plante a donné une
bonne activité antioxydante en piégeant plus de 70% du radical DPPH à la concentration de
0,21mg/ml d’extrait et en enregistrant une IC50 de 0,072mg/ml ce qui se montre plus efficace
que nos extraits.

Dans une étude réalisée par Ben Jemiaa et al. (2013), l’extrait hydro-acétonique du
thuya de la Tunisie a révélé une excellente efficacité à piéger le radical DPPH en enregistrant
une IC50 de l’ordre de 5,5 ± 0,86 µg/ml même comparé à l’antioxydant synthétique (BHT) qui
a donné une efficacité moindre (avec une IC50 de 12 ± 0,13µg/ml). Les huiles essentielles de
cette plante ont donné les plus faibles efficacités inhibitrices du radical DPPH (avec une IC 50
de 25,5 ± 0,53 µg/ml) mais qui restent plus importantes que nos résultats.

Dans le même cadre, les extraits éthanoliques obtenus par Bourkhiss et al., (2010), ont
démontré une bonne efficacité antioxydante en enregistrant des valeurs d’IC50 de l’ordre de
0,044 mg/ml.

Sliti et al. (2016) ont constaté une forte activité antioxydante vis à vis du radical DPPH
en étudiants les extraits hydro-méthanoliques de Tetraclinis articulata en enregistrant des
IC50 de l’ordre de 23,3 to 30,9 μg/mL et de 22,8 to 36,8 μg/mL respectivement pour
méthanol: eau (80:20) et méthanol: eau (50:50), cette efficacité avoisine même de
l’antioxydant commercial utilisé (l’α-tocopherol avec une IC50 de 21,2 μg/mL) ; ces auteurs
ont constaté que les extrait méthanol : eau (80:20) démontrent une plus forte efficacité
comparés à l’extrait méthanol : eau (50:50) ; plusieurs auteurs attribuent cette efficacité par la
richesse de ces extraits en composés phénoliques (flavonoids, acide tannique, acide caféique,
catéchine, rutine et quercétine) qui peuvent être acheminé par les différents solvants au court

Résultats et Discussion Page 42


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

de l’extraction par les différents solvants organiques (Rached et al., 2010 ;


Tachkittirungrod et al., 2007 ; Yen et al., 2010).

Djouahri et al. (2013), en étudiant l’activité de piégeage du radical DPPH par les huiles
essentielles obtenus par deux méthodes d’extraction (hydro-distillation assistée par
microondes (MAHD) et simple hydro-distillation (HD)), ont enregistré des valeurs d’IC50 de
l’ordre de 0,19172 ± 0,00122 et 0,51765 ± 0,00121 mg/ml respectivement pour MAHD et
HD. Ces résultats sont nettement différentes aux notre par le faite d’avoir atteint l’IC 50 ce qui
n’est pas notre cas.

Mimica-Dukic et al. (2003) attribuent la bonne efficacité des différents extraits à piéger
le radical DPPH à leurs teneurs en composés phénoliques.

IV. 2. 2. Piégeage du radical ABTS

Pour confirmer nos résultats nous avons dosé le pouvoir antioxydant avec un deuxième
protocole de l’ABTS

Selon Re et al. (1999), la méthode de piégeage du radical ABTS est une excellente
méthode pour déterminer l’activité antioxydante pour une large diversité de substances,
comme antioxydants donneurs d’hydrogène ou piégeurs de radicaux en phase aqueuse et
d’antioxydant briseur de chaines ou bien comme piégeur de radicaux pyroxylé.

Ce test est basé sur la capacité d’un antioxydant à stabiliser le radical cationique
ABTS·+ de coloration bleu-vert en le transformant en ABTS+ incolore, par piégeage d’un
proton par l’antioxydant.

Les valeurs des D.O enregistré au cours de l’expérimentation ont permis de calculer les
pourcentages d’inhibition du radical ABTS. Ces pourcentages augmentent de façon
proportionnelle en fonction des concentrations des extraits aqueux. Ces résultats ont permis de
tracer les différentes courbes des figures 20 et 21.

A travers ces figures nous remarquons que l’extrait aqueux des feuilles de Tetraclinis
articulata récoltée en 2016 a exercé une forte activité inhibitrice du radical ABTS en
atteignant les 98% avec une dose inférieure à 1,1 mg/ml. Par contre celle de la récolte de
2013 le piégeage de 80% du radical DPPH a nécessité une dose supérieure à 1.1 mg/ml ce qui
signifie que la collecte de 2016 a agit comme un bon donneur d’hydrogène.

Résultats et Discussion Page 43


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Les IC50 ont confirmé cette efficacité car l’extrait des feuilles de l’année 2016 a révélé
une valeur de 0,04656 mg/ml par contre la collecte de 2013 a démontré une faiblesse
d’efficacité remarquable par rapport à la première en enregistrant une IC50 de l’ordre de
0,5786 mg/ml (tableau 04).

Tableau 04 : IC50 des extraits de Tetraclinis articulata du test de piégeage du radicale ABTS.

Extraits IC50 (mg/ml)

Récolte de 2016 0,04656

Récolte de 2013 0,5786

Houari et Slimani (2013) ont enregistré une faible activité antioxydant des huiles
essentielles et de l’hydrolysat de Tetraclinis articulata qui n’a même pas atteint les 50%
d’inhibition du radical ABTS. Par contre l’extrait éthanolique de la même plante a donné une
bonne efficacité antioxydante en piégeant 60% du radical ABTS à la concentration de
0,21mg/ml d’extrait et en enregistrant une IC50 de l’ordre de 0,04mg/ml d’extrait et comme le
test du DPPH cet extrait a été aussi efficace vis-à-vis du radical ABTS que nos extraits.

Dans le même cadre, les extraits éthanoliques obtenus par Bourkhiss et al., (2010), ont
démontré une bonne efficacité antioxydante car les IC50 enregistré par la méthode d’ABTS est
de 0,027mg/ml.

L’étude menée par Herzi et al. (2013) a démontré une bonne efficacité des extraits de
feuilles de Tetraclinis articulata par fluides supercritiques, en donnant des résultats
d’efficacité (avec des IC50 de 0,02977 ± 0,0013 et 0,04091 ± 0,0053 µg/ml respectivement
pour 1000bars et 90 bars) supérieurs par rapport à nos résultats. Par contre l’huile essentielle a
révélé une faible efficacité (324,45 ± 14,21µg/ml).

Dans une autre étude menée par Rached et al. (2010) l’extrait de T. articulata d’Algérie
a révélé une excellente activité de piégeage du radical ABTS (avec une IC50 de 9,519 ±
0,521µg/ml) ces auteurs attribuent cette efficacité a la forte teneur en composés phénoliques.

Liu et al. (2007) ont démontré que l’utilisation de différents types de solvants est
déterminant dans l’efficacité antioxydante et ceci par la variation du contenu et la
concentration des composés phénolique extrait par ces solvants.
Résultats et Discussion Page 44
LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

D’un autre côté, il est connu que l’isolation des antioxydants naturels est difficile parce
que la plupart de ces composés sont sensibles à la chaleur et peuvent être détruits si les
conditions d’extraction ne sont pas bien adaptées (Valenzuela et Nieto, 1996).

Figure 20: Pourcentages d’inhibition du radical libre ABTS• en fonction des différentes
concentrations de l’extrait des feuilles Tetraclinis articulata (récolte 2016).

Figure 21 : Pourcentages d’inhibition du radical libre ABTS• en fonction des différentes


concentrations de l’extrait des feuilles Tetraclinis articulata (récolte 2013).

Résultats et Discussion Page 45


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

IV. 2. 3. Pouvoir chélateur du Fer Ferreux

Le mécanisme de protection de l’AND peut être expliqué par l’habilité chélatante du


Fe2+ du composé ou de l’extrait étudié (Horvathova et al. 2014).

La chélation des ions ferreux a été estimée selon la méthode de Le et al. (2007) dont
laquelle la Ferrozine peut quantitativement former un complexe avec le fer (Fe2+-Ferrozine) ;
chromophore rouge ayant un maximum d’absorption à 562nm. En présence d'agents
chélateurs, la formation de ce complexe est perturbée aboutissant à une diminution de la
couleur rouge qui est suivie spectrophotométriquement.

Dans cette étude nous avons constaté que les extraits des feuilles du thuya de Berbérie
récoltées en 2016 ont un important pouvoir chélateur avec une IC50 de l’ordre de 0,02987
mg/ml et une chélation du fer de l’ordre de 71% à la concentration de 2,7 mg/ml (Figure 22
et 23) de même l’extrait des feuilles récolté en 2013 a donné une efficacité chélatante plus
importante avec une IC50 de l’ordre de 0,01806 mg/ml et avec une inhibition supérieure à
85% à la concentration de 2,8mg/ml (Tableau 05).

Tableau 05 : IC50 des extraits de Tetraclinis articulata du test de pouvoir chélateur.

Extraits IC50 (mg/ml)

Récolte de 2016 0,2558

Récolte de 2013 0,01806

Dans une étude réalisée par Ben Jemiaa et al. (2013), les extraits hydro-acétoniques et
les huiles essentielles du Thuya de Berbérie se sont révélé inefficaces et n’ont pas chélater le
fer.

Résultats et Discussion Page 46


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Figure 22 : Pouvoir chélateur du fer en fonction des différentes concentrations de


l’extrait des feuilles Tetraclinis articulata (récolte 2016).

Figure 23 : Pouvoir chélateur du fer en fonction des différentes concentrations de


l’extrait des feuilles Tetraclinis articulata (récolte 2013).

Résultats et Discussion Page 47


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

En étudiant l’effet chélateur des huiles essentielles de Myrtus communis Wannes et al.
(2010) ont constaté que les fleurs ont exercé un effet chélateur contrairement aux feuilles et
tiges qui n’ont pas démontré une activité chélatante.

A travers l’étude réalisée par Bakchiche et al. (2013), on a remarqué que les extraits
hydro-alcoolique étudié par ces auteurs ont exercés une bonne efficacité à chélater le fer avec
0,099 ± 0.023, 0,258 ± 0.023 et 0,695 ± 0.023 mg/ml respectivement pour Haloxylon
scoparium Pomel, Artemisia campestris L. et Arbutu sunedo L. et sans qu’il y ai une activité
des extraits de Juniperus phoenicea L., Thymus algeriensis Boiss et Reut., Cytisus
monspessulanus L. et Anthemis arvensis L.

Plusieurs chercheurs ont attribué l’activité antioxydante des composes phénoliques


principalement au transfert d’électron de la chélation du métal et au potentiel redox du
composé antioxydant, par le faite de céder l’atome d’hydrogène par le radical libre (Calliste
et al., 2001).

La comparaison de ces résultats avec cels trouvés avec d’autres plantes éclaircit
l’importance de la capacité des extraits étudiés d’établir des liaisons avec les ions ferreux.

De ce fait, Chan et al. (2007) ont montré que l’infusion du thé vert, connu par son
potentiel antioxydant, a donné une activité chélatrice d’environ 42% à une concentration de
3,3mg/ml. Tandis que des effets chélateurs maximaux de 94% et 92% sont produits par les
extraits aqueux et méthanolique de la santoline à des concentrations de 0,2 mg/ml et 0,45
mg/ml respectivement.

L’activité chélatrice élevée de l’extrait aqueux par rapport à l’extrait méthanolique peut
être expliquée par la solubilité des agents chélateurs dans l’eau. Les résultats de Sahreen et
al. (2010) montrent que les extraits des plantes induisent des effets chélateurs directement
proportionnels à la polarité de leurs solvants

De même et selon Morris (1995) et Brown (1998), les composés phénoliques s’avèrent
comme de bons chélateurs des ions métalliques, à titre d’exemple, dans une étude menée sur
des extraits de quatorze variétés d’orge, Zhao et al. (2006) ont mis en évidence l’existante
d’une corrélation très faible et non significative entre l’activité chélatante des extraits et leurs
teneurs en composés phénoliques.

En étudiant l’effet chélateur des huiles essentielles de Myrtus communis Wannes et al.
(2010) ont constaté que les fleurs ont exercé un effet chélateur contrairement aux feuilles et

Résultats et Discussion Page 48


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

tiges qui n’ont pas démontré une activité chélatante. Ces auteurs expliquent l’efficacité des
huiles essentielles des fleurs par la présence d’eugénol et de méthyl-eugénol, par contre la
faible concentration de ces deux composés dans l’huile essentielle des feuilles n’a pas permis
de chélater le fer.

Singh et al. (2007) ont obtenus de très faibles activités chélatantes des huiles
essentielles d’Ajowan et de Curcuma, en plus des autres huiles essentielles, même avec de
fortes concentrations dépassant 25µL.

Résultats et Discussion Page 49


CONCLUSION
LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Conclusion et perspectives
Ces dernières années, il y a eu un intérêt croissant pour l'utilisation des antioxydants et des
antimicrobiens naturels. De nombreux chercheurs ont été intéressés par les composés
biologiquement actifs isolés des extraits de plantes.

La flore de l’Algérie jouie d’une biodiversité considérable, elle possède de nombreuses


plantes aromatiques et médicinales riches en métabolites secondaires avec des caractéristiques
thérapeutiques et pharmacologiques.

Dans le cadre d’une valorisation de ces ressources, une plante médicinale (Tetraclinis
articulata) a fait l’objet d’une évaluation de son potentiel antioxydant et antibactérien à partir
des extraits aqueux des feuilles de deux récoltes (2013 et 2016) réalisés par la méthode de
décoction.

D’après les résultats obtenus, le pouvoir antibactérien des extraits de Tetraclinis articulata
est nul sur toutes les souches testées quelque soit par la méthode de disques ou par la méthode
de concentrations minimale inhibitrices.

Donc les extraits de feuilles du Thuya de Berbérie collecté en 2013 et en 2016 ne


possèdent pas une activité antibactérienne vis-à-vis des souches pathogènes étudiées.

L’étude de l’activité antioxydante des extraits de Tetraclinis articulata a révélé une


forte activité à piéger les radicaux de DPPH et ABTS et à chélater le fer.

Cette étude permet la mise en valeur pour l’exploitation des extraits comme
conservateur dans le domaine de l’industrie agroalimentaire, ceci montre que la flore
algérienne peut constituer une réserve importante d’espèces végétales intéressantes.

L’ensemble de nos résultats obtenus sur la mise en évidence de l’activité antibactérienne


In vitro des extraits de Tetraclinis articulata vis-à-vis des souches pathogènes étudiées et
l’activité antioxydante par la méthode du DPPH et ABTS ne constitue qu’une première étape
pour valoriser cette plante.

Cependant pour la suite de ce travail, des essais complémentaires seront nécessaires sur
l’étude de l’activité antimicrobienne sur d’autres souches bactériennes et fongiques.

Malgré la complexité de l’application de ces extraits aqueux dans l’industrie


alimentaire, il serait utile de cibler un des produits alimentaires pour lequel on utilise ces

Conclusion et perspectives Page 50


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

extraits comme alternative aux conservateurs synthétiques déjà employé et voir son
comportement sur plusieurs plans.

De cet effet, et comme perspectives on propose de :

- Réaliser d’autres protocoles pour explorer tous les mécanismes d’action de ces extraits
dans le cadre antioxydant de cette étude et il faut étudier l’activité antioxydante par d’autres
méthodes.

- vérifier les autres propriétés biologiques de cet extrait et des autres types d’extraits à
savoir la macération et les extraits par les solvants organiques.

- compléter cette étude in vitro par une expérience In vivo et de s’en assurer de
l’innocuité totale chez un modèle animal de choix ;

- explorer la composition chimique de cet extrait et de tester l’effet isolé et synergique


des différents constituants des différents extraits de cette espèce végétale.

Conclusion et perspectives Page 51


REFERENCES
BIBLIOGRAPHIQUES
LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Références Bibliographiques :

Abbas Y., 2014., Microorganismes de la rhizosphère de tetraclinaies : outil pour optimiser la


régénération assistée du tetraclinis articulata Vahl.Master.thése.doc., Univ. Mohammed
V .111p+ annexe
Abi-ayad F.Z., 2009., Analyse de huile essentielle du thuya de Berberie (Tetraclinis
articulata ) de la région de Tlemcen et étude de son pouvoir antimicrobien. Thèse. Mag.,
Dép. Bio.,Fac. Sc., Univ. Tlemcen.103+annexe
Alam Md. N., Bristi N. J. & Rafiquzzaman Md. (2013). Review on in vivo and in vitro
methods evaluation of antioxidant activity. Saudi Pharmaceutical Journal, 21: 143–152
Aligiannis N., Kalpoutzakis E., Chinou I. B., Mitakou S., Gikas E. & Tsarbopoulos A.
(2001). Composition and antimicrobial activity of essential oils of five taxa of Sderitis from
Greece. J. Agric. Food Chem. 49: 811-815

Ameenah G. F., 2006. Medicinal plants: Traditions of yesterday and drugs of tomorrow
Molecular Aspects of Medicine, 27:1-93.

Arora A., Sairam R., Srivastava G. ; 2002. Oxidative stress and antioxidative system in
plants. Current Science, 82, 1227-1238.
Aazza S., Lyoussi B. & Miguel M.G. (2011). Antioxidant activity of some Moroccan
hydrosols. J. Med. Plants Res., 5: 6688–6696.

Baba aissa F., 2000. Encyclopédie des plantes utiles flore d’Algérie et du Maghreb libérie
Moderne- Rouiba. ed., Alger 368 p.
Bajaj y.P.S., 1996., Biotechnology in agriculture and forestry . Sapringer. ed., New York.,
428.
Balansard G., (2007) Analyse critique des protocoles pharmacologiques utilisés pour la
recherche d'extraits et de substances pures d'origine végétale à propriétés Antibactérienne
ou antiparasitaire. Revue ethnopharmacologie.p42

Baratta M. T., Dorman H. J. D., Deans S. G., Biondi D. M & Ruberto G.(1998).
Chemical Composition, Antimicrobial and Antioxidative Activity of Laurel, Sage,
Rosemary, Oregano and Coriander Essential Oils. J. Ess. Oil. Res., 10: 618–627.

Bartner A., Pfeiffer K.P. & Bartner H. (1994). Applicability of diffusion methods
required by the pharmacopoeias for testing antibacterial activity of natural compounds.
Pharmazie, 49: 512- 516.

References Bibliographiques Page 52


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Bartosz G. ; 2003. Generation of reactive oxygen species in biological systems.


Comments on Toxicology, 9, 5-21

Benabdellah K., Merlos MA., Azcón-Aguilar C. and Ferrol N., 2009. GintGRX1, the
first characterized glomeromycotan glutaredoxin, is a multifunctional enzyme that
responds

Benabid A., 1976. Etude écologique, phytosocio-écologique et sylvo-pastorale de la


tetraclinaie de l’Amsitten (Essaouira). Aix-Marseille III.155 p.
Benabid A., 1985. Les écosystèmes forestiers marocains : Diversité, biogéographie et
dégradation Forêt méditerranéenne, Marseille, T.7.
Benabid A., 2000. Flore et écosystèmes du Maroc : évaluation et préservation de la
biodiversité. Edition Ibis Press, Paris, p. 359.
Benavente-Garcia, O., Castillo J. & Lorente J. (2000). Antioxidant activity of phenolics
extracted from oleaeuropaea L leaves, Food Chem, 68: 457-62.
Bellakhdar J., CLAISSE. R., FLEURENTIN et J ET YAONOS. C., 1991. Repertory of
standard herbal drugs in the Maroccan pharmacopoeia. Journal of Ethnopharmacology,
35:123-143
to oxidative stress. Fungal Genet. Biol., 46 (1) : 94-103
Benabdellah K., Merlos MA., Azcón-Aguilar C. and Ferrol N., 2009. GintGRX1, the
first characterized glomeromycotan glutaredoxin, is a multifunctional enzyme that
responds to oxidative stress. Fungal Genet. Biol., 46 (1) : 94-103.
Benbrook C.M. ; 2005. Accroître la teneur en antioxydants des aliments grâce à
l’agriculture et à la transformation alimentaire biologiques. Rapport sur l’état des
connaissances scientifiques. The Organic Center for Education and Promotion, 45.

Benghanou M., 2012. La phytothérapie entre la confiance et mefiance. Memoire


professionnel infirmier de la sante publique, institut de formation paramédical CHETTIA
(Alger): 56.
Ben Jemiaa M., Chaabanea S., Senatoreb F., Brunoc M. & Kchouk M. E. (2013):
Studies on the antioxidant activity of the essential oil and extract of Tunisian Tetraclinis
articulata (Vahl) Mast. (Cupressaceae) Natural Product Research, 27(16): 1419–1430
Ben Sassi A., Harzallah-Skhiri F. & Aouni1 M. (2007). Investigation of some medicinal
plants from Tunisia for antimicrobial activities.J. Pharmaco. Bio. 45 (5): 421–428.

BEN YAHYIA-BOUAYAD ALEM A., 2015., Activités antimicrobiennes et insecticides de


Thymus capitatus, Daucus crinitus et Tetraclinis articulata sur la mineuse Tuta absoluta
(Meyrick) et la microflore pathogène de la tomate Lycopersicum esculentum. Thèse. Doc. Univ.
Tlemcen. 135 + Annexes.
Bergogne-Bérézin E. & Brognard J. M. (1999). Bases biologiques de l'antibiothérapie.
Ed. Masson, pp 27.
Bergogne-Bérézin E. & Brognard J. M. (1999). Bases biologiques de l'antibiothérapie.
Ed. Masson, pp 27.

References Bibliographiques Page 53


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Beuchat L.R. & Golden D.A. (1989). Antimicrobials occurring naturally in foods. Food
Technol. 43: 134–142.
Betti, J.L. 2002a. Usages traditionnels des plantes médicinales et traitement des maux de dos
dans la réserve de biosphère du Dja/Cameroun. In history of health and diseases: Living and
curing old age in the world/Old age in the world, — Gueri, A. & Consiglière, S (ed). Genoa/Italy,
117-154
Betti, J.L. 2002b. Medicinal plants sold in Yaounde markets, Cameroon —African Study
Monographs 23 (3): 47-64.
Blois M.S. (1958). Antioxydant determination by the use of stable free radical, Nature.
181.

BNOUHAM M., MEKHFI H., LEGSSYER A et ZIYYAT A., 2012. Medicinal plants
used in the botanicals and plant allelochemicals in integrated pest management.
Pharmaceutical
Bouajaj S., Benyamna A., Bouamama H., Romane A., Falconieri D., Piras A. &
Marongiu B. (2013). Antibacterial, allelopathic and antioxidant activities of essential oil of
Salvia officinalis L. growing wild in the Atlas Mountains of Morocco. Natural Product
Research, 27(18): 1673–1676
Boudy P ., 1950 ., Economie forestère Nord Africaine. Monographie et traitement des
essences. Ed. Larose. Paris. Pp : 29 – 249.
Boudy P ; 1952., Guide du forestier en Afrique du Nord. Pris maison rustique. 509 p

Bourkhiss M., Ouhssine M., Hnach M., Bourkhiss M. , Satrani B. & Farah A. (2007a).
Composition chimique et bioactivité de l’huile essentielle des rameaux de Tetraclinis
articulata. Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 146, 75-84

Bourkhiss M., Hnach M., Bourkhiss B., Ouhssine M. & Chaouch A. (2007b).
Composition chimique et propriétés antimicrobiennes de l’huile essentielle extraite des
feuilles de Tetraclinis articulata (Vahl) du Maroc. Afrique Science, 03(2): 232 – 242.

Bourkhiss M., Hnach M., Lakhlifi T., Bourkhiss B., Ouhssine M. & Satrani B. (2010).
Production et caractérisation de l’huile essentielle de la sciure de bois de Tetraclinis
articulata (vahl) masters. Bulletin de la Société Royale des Sciences de Liège, 79: 4 – 11.

Bousbia N. (2011). Extraction des huiles essentielles riches en antioxydants à partir de


produits naturels et de coproduits agroalimentaires ; thèse de doctorat en chimie ;
Université d’Avignon et des pays de Vaucluse ; 176p.
Bozin B., Mimica-Dukic N., Samojlik I., & Jovin E.(2007). Antimicrobial and
Antioxidant Properties of Rosemary and Sage (Rosmarinus officinalis L. and Salvia
officinalis L., Lamiaceae) Essential Oils. J. Agric. Food Chem. 55:7879–7885.
Broadasky T. F., Lewis C. & Eble T.E. (1976). Bioautographic thin layer chromatophic
analysis of antibiotics and their metabolites in the whole animal. I Clindamycin in the
rat. J. Chromatogr., 123: 33-44.
Brown J. E., Khodr H., Hider R. C., Rice-Evans C. (1998). Structural dependence of
flavonoid interactions with Cu2+ ions. Biochem. J. 330 : 1173-1178.

References Bibliographiques Page 54


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Bruneton J., 2009. Pharmacognosie : Phytochimie, plantes médicinales, 4éme édition de


médicales internationales (Tec et Doc), Paris: 1288.

Bruneton J., 2009. Pharmacognosie : Phytochimie, plantes médicinales, 4éme édition de


médicales internationales (Tec et Doc), Paris: 1288.

C
Ceylan E. & Fung D.Y.C. (2004). Antimicrobial activity of spices. J. Rapid Methods
Automat. Microbiol. 12: 1–55.
Chan E W C, Lim Y Y and Chew Y L .(2007). Antioxidant activity of Camellia
sinensis leaves and tea from a lowland plantation in Malaysia. Food Chemistry.,
102 : 1214-1222.
Cherif.I., 2012 ., Contribution à une étude phytoécologiques des groupements à
Tetraclinis articulata du litoral de Honaine (Algerie occidentale).These.
Mag.,Dep. Eco., Univ. Tlemcen.,168+ Annexes
Chikhoune A., Hazzit M., Kerbouche L., Baaliouamer A. & Aissat K. (2013).
Tetraclinis articulata (Vahl) Masters essential oils: chemical composition and
biological activities. The Journal of Essential Oil Research, 1-8.
CLSI (2006a). Clinical and Laboratory Standards Institute. Methods for Dilution
Antimicrobial Susceptibility Tests for Bacteria That Grow Aerobically; Approved
Standard. Seventh Edition. CLSI document M7-A7 (ISBN 1-56238-587-9). 26 (2):
31 pages.
CLSI (2006b). Clinical and Laboratory Standards Institute. Performance Standards for
Antimicrobial Disk Susceptibility Tests; Approved Standard. Ninth Edition.
Clinical and Laboratory Standards Institute document M2-A9 (ISBN 1-56238-
586-0). 26 (1): 39 pages.
Coupland J.N. & Mcclements D.J. (1996) . Lipid oxidation in food emulsions. Trends
Food Sci Technol., 7: 83 – 91.
Cowan, M. M. (1999). Plant Products as Antimicrobial Agents. Clin. Microbiol. Rev.
12 (4): 564–582.
D

Dandlen A. S., Lima A. S., Mendes M. D., Miguel M. G., Faleiro M. L., Sousa M. J.,
Pedro L. G., Barroso J. G. & Figueiredo A. C., (2010). Antioxidant activity of
six Portuguese thyme species essential oils. Flavour and fragrance journal. 25:
150–155.
Delignette-muller M.L. (1992). Méthode de prédition des aptitudes de croissance des
populations de micro-organismes, Thèse de doctorat, p 118-15.

Denyer S.P. (1990). Mechanisms of action of biocides. Int. Biodeter. 26: 89–100.

References Bibliographiques Page 55


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Dibong, S. D., Mpondo, M. E., Nigoye, A., Kwin, M. F. & Betti, J. L. 2011.
Ethnobotanique et phytomédecine des plantes médicinales de Douala, Cameroun.
[Ethnobotany and phytomedicine of medicinal plants sold in Douala markets] —
Journal of Applied Biosciences 37: 2496 – 2507. ISSN 1997–5902. Published online at
www.biosciences.elewa.org.
Djouahri A., Saka B., Boudarene L., Benseradj F., Aberrane S., Aitmoussa S.,
Chelghoum C., Lamari L., Sabaou N. & Baaliouamer A. (2014): In vitro
synergistic/antagonistic antibacterial and anti-inflammatory effect of various
extracts/essential oil from cones of Tetraclinis articulata (Vahl) Masters with
antibiotic and anti-inflammatory agents. Industrial Crops and Products. 56: 60–66.

Diallo A. ; 2005. Etude de la phytochimie et des activites biologiques de Syzygium


guineense WILLD. (MYRTACEAE). Thèse de Doctorat en Pharmacie. Faculté de
Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie de Bamako, Mali.

Duraffourd C., Lapraz J-C., Chemli R. ; 1997. La plante médicinale de la tradition à


la science. 1er congrès Intercontinental. Tunis. Ed. Granche. Paris,

Dunstan H., Florentine S. K., Calviño-Cancela M., Westbrooke M.E., Palmer G.


C., 2013. Dietary characteristics of Emus (Dromaius novaehollandiae) in semi-arid New
South Wales, Australia, and dispersal and germination of ingested seeds. CSIRO
PUBLISHING, 113: 168-176.

EL Hamrouni A., 1978 ., Etude phyto-sociologique et problème d’utilisation et


d’aménagement dans les forêts de Pin d’Alep de la région de Kassarine (Tunisie
centrale). Thèse 3 ème cycle. Univ. Aix Marseille III. 106p.
EL Mouridi M., 2011, Caractérisation mécanique de la loupe de thuya (Tetraclinis
Articulata (Vahl) Masters) en vue de sa valorisation. Thèse en Cotutelle. Univ.
Montpellier 2, Languedoc. Science technique du Languedoc.115 p. Figure 10
El-Rhaffari L., Zaid A. ; 2004. Pratique de la phytothérapie dans le sud-est du Maroc
(Tafilalet). Un savoir empirique pour une pharmacopée rénovée. Origine des
pharmacopées traditionnelles et élaboration des pharmacopées savantes,

Edris A. E. (2007). Pharmaceutical and therapeutic potentials of essential oils and their
individual volatile constituents: a review. Phytother. Res., 21: 308–323.
Ela M.A., El-Shaer N.S & Ghanem N.B.(1996). Antimcrobial evaluation and
chromatographic analysis of some essential and fixed oils. Pharmazie., 51: 993-
995.
F
Fasla B., 2009., Evaluation du potentiel antimitotique et génotoxique de plantes médicinales
et analyse photochimique., Thèse. Mag., Dép. Bio., Fac. Sc., Univ. Es-Senia .Oran ., 172
p +annexes

References Bibliographiques Page 56


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Farjon A., 2005., A Monograph of cupressaceae and sciadopitys. Royal Botanic Gardens.,
Kew. ISBN 1842460684http://www.conifers.org/refs/farjon05.htm (consult: 08.02.2016).
Favier A. ; 2003. Le stress oxydant. Intérêt conceptuel et expérimental dans la
compréhension des mécanismes des maladies et potentiel thérapeutique. L’actualité
chimique, 11, 108-115.

Fennane M., 1987. Etude phytoécologique des tétraclinaies marocaines. Aix-Marseille III.
Fennane M., Ibn Tattou M., Mathez J., Ouahya A. and El Oualidi J., 1999. Flore
Pratique du Maroc, volume 1. Trav. Inst. Sci., 36 : I-XV; 1-560.

G
Ghabrier J. Y., 2010. Plantes médicinales et formes d’utilisation en phytothérapie.
Thèse de doctorat en pharmacie, Université Henri Poincaré-Nancy1 (France): 165.

Gulcin I. (2012). Antioxidant activity of food constituents: an overview. Arch. Toxicol, 86: 345-
391.

H
Hadjadj A. S., 2009., Effet des facteurs environnementaux sur les premiers stades de la
régénération naturelle de Tetraclinis articulata (Vahl, Master) en Oranie (Algérie).
ecologia mediterranea. Vol. 35 – 2009. Pp : 20 – 31.
Harborne J. B., Williams C. A., 2000. Advances in flavonoids research since 1992.
Phytochemistry, 55: 481–504.

Hayouni E.A, Abedrabba M., Bouix M. & Hamdi M. (2007).The effects of solvents
and extraction method on the phenolic contents and biological activities in vitro of
Tunisian Quercus coccifera L. and Juniperus phoenicea L. fruit extracts. Food
Chem. (in press).
Hazzit M., Baalioumer A., Verissimo A. R., Faleiro M. L. & Miguel M. G. (2009).
Chemical composition and biological activities of Algerian Thymus oils. Food
chemistry, 116: 741-721.
Heller W., Forkmann G., 1993. Biosynthesis of flavonoids. Chapman and Hall,
London: 499-535.
Herzi N., Camy S.E., Bouajila J., Destrac P., Romdhane M. et Condoret, J.S.
(2013b). Supercritical CO2 extraction of Tetraclinis articulata: chemical
composition, antioxidant activity and mathematical modeling. Journal of
Supercritical Fluids, 82: 72-82.
Hopkins W. G., 2003. Physiologie végétale. 2éme édition américaine, de Boeck et
Lancier S A, Paris: 514.

References Bibliographiques Page 57


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Horvathova E.,Navarova J.,Galova E., Sevcovicova A., Chodakova L.,


Snahnicanova Z., Melusova M., Kozics K., & Slamenova D. (2014).
Assessment of Antioxidative, Chelating, and DNA-Protective Effects of Selected
Essential Oil Components (Eugenol, Carvacrol, Thymol, orneol, Eucalyptol) of
Plants and Intact Rosmarinus officinalis Oil. J. Agric. Food Chem.62: 6632−6639.

Houari A. & Slimani H. (2013). Effet antibactérien et antioxydant des huiles


essentielles de Tetraclinis articulata de la région de Tlemcen. Ing. Agronomie
option TIAA. Université de Tlemcen.

Iserin P., Masson M., Restellini J. P., Ybert E., DE LAAGE DE MEUX A.,
Moulard F., ZHA E., DE LA ROQUE R., DE LA ROQUE O., VICAN P.,
DEELESALLE -FEAT T., Biaujeaud M., Ringuet J., Bloth J., Botrel A., 2001.
Larousse des plantes médicinales : identification, préparation, soins. 2éme édition de
VUEF, Hong Kong.

IUCN., 2005. A guide to Hadjadj A. S., 2009., Effet des facteurs environnementaux sur
les premiers stades de la régénération naturelle de Tetraclinis articulata (Vahl, Master) en
Oranie (Algérie). ecologia mediterranea. Vol. 35 – 2009. Pp : 20 – 31.
medicinal plant in North Africa, Public par international union for conservation of Nature
and natural resources. 133 p.

Jiofack, T., Ayissi, I., Fokunang, C., Guedje, N., Kemeuze, V. 2009. Ethnobotany and
phytomedicine of the upper Nyong Valley forest in Cameroon — African Journal of
Pharmacy and pharmacology 3 (4): 144-150

J. G. & Figueiredo A. C., (2010). Antioxidant activity of six Portuguese thyme species
essential oils. Flavour and fragrance journal. 25: 150–155.

Kaneria M., Kanani B., Chanda S. (2012). Assessment of effect of hydroalcoholic and
decoction methods on extraction of antioxidants from selected Indian medicinal
plants. Asian Pacific Journal of Tropical Biomedicine 195-202.
Koechlin-Ramonatxo C. ; 2006. Oxygen, oxidative stress and antioxidant
supplementation, or another way for nutrition in respiratory diseases. Nutrition Clinique
et Métabolique, 20, 165-177.

References Bibliographiques Page 58


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Krishnaiah D., Sarbatly R. & Nithyanandam R. (2011). A review of the antioxidant


potential of medicinal plant species. Food and bioproducts processing, 89: 217–
233.

L
Lahouel M., Amedah S., Zellagui A., Touil A., Rhouati S., Benayache F., Leghouchi
E., et Bousseboua H. ; 2006. The interaction of new plant flavonoids with rat liver
mithochondria: relation between the anti and prooxydant effect and flavonoids
concentration. Thérapie, 61(4), 347-355.
Laouer H., Zerroug M. M., Sahli F., Chaker A. N. Valentini G., Ferretti G.,
Grande M. & Anaya J. (2003). Composition and Antimicrobial activity of
Ammoides pusilla (Brot.) Breistr. essential oil. Journal of Essential oil Research,
Larson R.A.(1997) : Naturally occurring antioxidants. Ed. Boca Raton : Lewis
publishers, CRC Press; 1997.
Le K., Chiu F. & Ng K. (2007). Identification and quantification of antioxidants in
Fructus lycii. Food Chemistry, 105, 353-363.
Lien E. J., Ren S., Bui H. H. & Wang R. (1999). Quantitative structure-activity
relationship analysis of phenolic antioxidants, Free RadicBiol Med, 26: 285-294.
Liu X., Dong M., Chen X., Jiang M., Lv X., & Yan G. (2007). Antioxidant activity
and phenolics of an endophytic Xylaria sp. from Gingko biloba. Food Chemistry,
105: 548–554.
Ling W. H., Jones P. J. H., 1995. Dietary phytosterols of metabolism benefits and side
effects. Review life science, 57: 195-206.
Loukkas A. ; 2006. Atlas des parcs nationaux algériens. Edition Diwane

Marc F., Davin A., Deglène-Benbrahim L., Ferrand C., Baccaunaud M., Fritsch P.;
2004. Méthodes d’évaluation du potential antioxidant dans les aliments.
Médecines Sciences, 20, 458-464.
Marie R., 1952 ., Flore de l’Afrique du Nord, Vol 1, ed. Le chevalier. Paris
Meena M.R. & Sethi V. (1994). Antimicrobial activity of the essential oils from spices.
J. Food Sci and Tech. 31: 68-70
Mika A., Minibayeva F., Beckett R., Lüthje S. ; 2004. Possible functions of
extracellular peroxidases in stress-induced generation and detoxification of active oxygen
species. Phytochemistry Reviews, 3, 173-193.

Miller N-J., Sampson J., Candeias L.P., Bramley P.M., Rice-Evans C.A. ; 1996.
Antioxidant activities of carotenes and xanthophylls.
FEBS Letters, 384, 240-242.

References Bibliographiques Page 59


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Miller, N.J. & Rice-Evans C. A. (1997). The relative contributions of ascorbic acid and
phenolic antioxidants to the total antioxidant activity of orange and apple fruit juices
andblackcurrant drink, Food Chem, 60: 331

Miguel M. G. (2010). Antioxidant and Anti-Inflammatory Activities of Essential Oils:


A Short Review. Molecules, 15: 9252-9287.

Moon J. K. & Shibamoto T. (2009). Antioxidant Assays for Plant and Food
Components. Journal of Agricultural Food Chemistry, 57: 1655–1666.

Morris Stephen.(1995) : The Common prior assumption in economic theory, Economic


and Philosophy,11: 227-253.

Njus D., Kelley P.M. ; 1991. Vitamins C and E donate single hydrogen atoms in vivo.
FEBS. Letters, 284(2), 147-151.

Naili M.B., Alghazeer O.A., Saleh N.A. & Al-Najjar A.Y. (2010). Evaluation of
antibacterial and antioxidant activities of Artemisia campestris (Astraceae) and
Ziziphus lotus (Rhamnacea). Arab. J. Chem. 3: 79–84.
Nicolas, M., & Daniel, C. (1998). Activités technologiques en microbiologie1 -
Techniques de base et méthodologie. Editeurs CRDP D’Aquitaine-Bordeaux, 152
pages.

Osbourn A. E., Lanzotti V., 2009. Plant-derived Naturels Products synthesis,


function and application. Édition SPRINGER, New York: 11-35.

P
Pelt J. M., 1980. Les drogues, leur histoire et leurs effets. Édition Doin, Paris: 221.
Pourrut B. ; 2008. Implication du stress oxydatif dans la toxicité du plomb sur une
plante modèle, Vicia faba. Thèse pour l’obtention du Diplôme de Doctorat à l’Institut
National Polytechnique de l’Université de Toulouse spécialité : Ecotoxicologie.
France.
Prior R. L., Wu X. & Schaich K. (2005). Standardized methods for the determination
of antioxidant capacity and phenolics in foods and dietary supplements. Journal of
Agricultural and Food Chemistry, 53(10): 4290-4302.

Q
Quezel P., Santa S., 1962-1963., Nouvelle Flore de Algérie et des régions désertiques
méridionales, Paris,C.N.R.S..Vol(2). 1170 p.

References Bibliographiques Page 60


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Quezel P., 1980 ., Biogéographique et écologie des conifères sur le pourtour méditerranéen.
Impression : Actualité d’écologie forestière. Badras Edit, Paris : 205- 256.
Quezel P., 2000, Réflexion sur l’évolution de la flore et de la vegetation au Maghreb
méditerranéen. Ibis. Press. Edit. Paris. 117 p.

Rached W., Benamer H., Bennaceur M., &Marouf A., (2010): Screening of the
antioxidant potential of some Algerian indigenous plants, J. Biological Sciences
10: 316–324.
Raut J. S. & Karuppayil S. M. (2014). A status review on the medicinal properties of
essential oils. Industrial Crops and Products, 62: 250–264.
Re R., Pellegrini N., Proteggente A., Pannala A., Yang M. & Rice-Evans C. (1999).
Antioxidant activity applying an improved ABTS radical cation decolorization
assay. Free Radic. Biol. Med. 26: 1231–1237.
Rojas A., Hernandez L., Pereda-Miranda R. & Mata R. (1992). Screening for
antimicrobial activity of crude drug extracts and pure natural products from
Mexican medicinal plants. J. Ethnopharmacology. 35 : 275-283
Rübel E. and Lüdi W., 1939. Ergebnisse der Internationalen Pflanzegegraphischen
Exkursion durch Marokko und Westalgerien 1936. Verlag Hans Huber, Bern. Printed
in Switzerland : 71-81.
Rushforth K., 1999. Trees of Britain and Europe. London: Collins
http://www.conifers.org/cu/Tetraclinis.php. (Consult: 08. 02. 2016)

Saei-Dehkordi S. S., Tajik H., Moradi M., Khalighi-Sigaroodi F. (2010). Chemical


composition of essential oils in Zataria multifloraBoiss. from different parts of
Iran and their radical scavenging and antimicrobial activity. Food Chem. Toxicol.
48: 1562–1567.
Sahreen S., Khan M.R. & Khan R.A. (2010). Evaluation of antioxidant activities of
various solvent extracts of Carissa opaca fruits. Food Chem., 122: 1205–1211.
Sanago R., 2006. Le rôle des plantes médicinales en médecine traditionnelle. Université
Bamako(Mali): 53.
Sarni-Manchado P., Veronique C., 2006. Les polyphénols en agroalimentaires.
Collection sciences et techniques agroalimentaires, édition TEC et DOC, Paris (France):
398.

References Bibliographiques Page 61


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Scora K.M. & Scora R.W. (1998). Effect of volatiles on mycelium growth of
Penicillium digitatum, P. italicum, and P. ulaiense. - J. Basic Microbiol., 38(6):
405-413.

Seth M. K., 2004., Trees and their Economic importance. The Botanical review. 69 (4):
321- 376
Singh G., Maurya S., Marimuthu P., Murali H. S. & Bawa A. S. (2007). Antioxidant
and antibacterial investigations on essential oils and acetone extracts of some
spices. Natural Product Radiance, 6(2): 114-121.
Sliti S., Ayadi S., Dumarçay S., Khouja M. A., Gérardin P., André E., Perrin D. &
Abderrabba M. (2016). Evaluation of essential oil composition and antioxidant capacity
of hydromethanolic extracts of Tetraclinis articulata, depending on location and seasonal
variations. J. Mater. Environ. Sci. 7(3): 968-980.

T
Tachakittirungrod S., Okonogi S. & Chowwanapoonpohn S. (2007). Study on
antioxidant activity of certain plants in Thailand: Mechanism of antioxidant action
of guava leaf extract. 103(2): 381–388
U
V
Valenzuela A.B. & Nieto S.K. (1996). Synthetic and natural antioxidants: food quality
protectors, Grasas y Aceites 47: 186–196.

W
Wang B. J., Lien Y. H. & Yu Z. R. (2004). Supercritical fluid extractive fractionation
study of the antioxidant activities of propolis. Food Chem., 86: 237–243.
Wannes W. A., Mhamdi B., Sriti J., Ben Jemia M., Ouchikh O., Hamdaoui G.,
Kchouk M. E. & Marzouk B. (2010). Antioxidant activities of the essential oils
and methanol extracts from myrtle (Myrtus communis var. italica L.) leaf, stem
and flower. Food and Chemical Toxicology, 48: 1362–1370
White F., 1986., La végétation de l’Afrique du Nord. Institue Français de recherche
scientifique. Paris
Wichtl M., Anton R., 2009. Plantes thérapeutiques tradition, pratique officinale,
science et thérapeutique. Édition LAVOISIR, Paris: 38, 41.

X
Y

References Bibliographiques Page 62


LADHEM N.H. (2016). Etude de l’effet antibactérien et antioxydant de l’extrait aqueux de Tetraclinis articulatas. Master en Sci. Alim. Univ.de Tlemcen

Yesil Celiktas O., Hames Kocabas E. E., Bedir E., Vardar Sukan F., Ozek T. &
Baser K. H. C. (2007). Antimicrobial activities of methanol extracts and essential
oils of Rosmarinus officinalis, depending on location and seasonal variations.
Food Chem. 100 (2): 553–559.

Z
Zhao H., Dong J., Lu J., Chen J., Li Y. & Shan L. (2006). Effect of extraction solvent
mixtures on antioxidant activity evaluation and their extraction capacity and
selectivity for free phenolic compounds in barley (Hordeum vulgare L.). Journal
of Agricultural and Food Chemistry, 54(19): 7277-7286.
Zhao H., Dong J., Lu J., Chen J., Li Y. & Shan L. (2006): Effect of extraction solvent
mixtures on antioxidant activity evaluation and their extraction capacity and
selectivity for free phenolic compounds in barley (Hordeum vulgare L.). Journal
of Agricultural and Food Chemistry, 54(19): 7277-7286.

Ziyyat A., Legssyer A., Mekhfi H., Dassouli A., Serhrouchni M et Benjelloun W.1997.,
phytotherapy of hypertension and diabetes in oriental Morocco, J. Enthnopharmacol,
Ireland 58: 45–54

References Bibliographiques Page 63


‫الملخص‬
‫ نًعزفح اننشاطاخ‬.‫عانى اننثاخ يصذر هاو نهًزكثاخ انًضادج نألكسذج و ننشاط انًيكزوتاخ و انتي تستعًم في انطة انثذيم تاإلضافح إنى استخذايها كًىاد حافظح نهًىاد انغذائيح‬
2016 ‫ تزكز عًهنا عهى دراسح انًستخهصاخ انتي تى استخزاجها ين أوراق نثاخ انعزعار نًىسًي‬، ‫انثيىنىجيح نهنثاتاخ انطثيح و انعطزيح انًستخذيح تقهيذيا ين قثم انشعىب‬
‫ نهكشف عن انقذرج انًضادج نألكسذج ثى‬.‫ ين خالل غهيها في انًاء و دراسح ن شاطها في انًختثز كًضاداخ نهًيكزوتاخ يع أرتع سالالخ ين انثكتيزيا انًسثثح نأليزاض‬2013‫و‬
.‫ عنصز انحذيذ‬chélateur ‫ و انقذرج عهى‬ABTS , DPPH‫ تثثيظ انجذر انحز‬: ‫ طزق يختهفح‬3 ‫إجزاء انتجارب تىاسطح‬
‫ فتى‬ABTS ‫أيا تاننسثح ل‬ 1,5875 ‫ و‬0,4439 ‫ تًعذل‬DPPH ‫ تاننسثح نتثثيظ انجذر انحز‬IC50 ‫وأظهزخ نتائج اننشاط انًضاد نألكسذج فعانيح جيذج ين خالل تسجيم‬
. ‫ عهى انتىاني‬2013 ‫ و‬2016 ‫نهًىسًين‬.0,01806 ‫ و‬0,2586 ‫ عنصز انحذيذ‬chélateur ‫ تاننسثح نقذرج‬0,5786 ‫ و‬0,04656 ‫تسجيم‬
.‫عنصز انحذيذ‬,DPPH, ABTS , chélateur ‫ تثثيظ انجذر انحز‬, Tetracinis articualata ,‫ انًزكثاخ انًضادج نهثكتزيا‬,‫انًزكثاخ انًضادج نألكسذج‬: ‫كلمات البحث‬

Résumé
Le monde végétal est une excellente source de principes actifs, ce qui lui confère une activité antimicrobienne et antioxydante importante ;
souvent recherché dans la médecine alternative et le domaine agroalimentaire pour la conservation des aliments. Dans le but de connaître les
activités biologiques des plantes médicinales utilisées traditionnellement par la population, notre travail a porté sur l’étude des extraits
aqueux (décoction) des feuilles de Tetraclinis articulata récoltées 2016 et 2013. Les extraits ont été soumis à un criblage pour leur activité
antimicrobienne in vitro, vis-à-vis de quatre souches de bactéries pathogènes (Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Bacillus subtilis et
Micrococcus luteus) en utilisant deux méthode de diffusion sur milieu gélosé « méthode des puits et la technique de CMI).
L'activité antioxydante in vitro a été étudiée avec trois méthodes différentes : technique de réduction du radical libre DPPH, ABTS et le
pouvoir chélateur du fer. Les deux extraits n’ont aucun effet anti microbien vis-à-vis des souches pathogènes étudiées quelques soit la
méthode utilisée de puits ou de CMI.
Les résultats obtenus de l’activité antioxydante ont montré une bonne efficacité des extraits étudiés par la méthode de DPPH en
enregistrant des IC50 de l’ordre de 0,4439 mg/ml et de 1,5875 mg/ml respectivement pour les feuilles récolte 2016 et 2013 de même pour
l’ABTS les IC50 sont de l’ordre de 0,04656 et 0,5786 mg/ml pour les feuilles , le test de pouvoir chélateur du fer avec a révélé des IC50
d’ordre de 0,2586 et 0,01806 mg/ml respectivement pour les feuilles récolte 2016 et 2013.
Les résultats de l’activité antimicrobienne des extraits aqueux de la plante étudiée ont révélé une non efficacité quel que soit la partie étudiée.
Mots clés :Tetraclinis articulata - feuilles - décoction - activité antimicrobienne - activité antioxydante

Abstract

The plant world is an excellent source of active principles, which confers its antimicrobial and antioxidant important activity; often sought in the
alternative medicine and the field of agro-food for the food preservation. In order to know biological activities of medical plants traditionally used
by the population, our work focused on the study of crude extracts of leaves harvest 2016, 2013 from an aromatic plant: Tetraclinis ariculata by
using the decoction method. The extracts have been submitted to a screening for their antimicrobial activity in vitro, against the four strains
pathogenic (Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Bacillus subtilis and Micrococcus luteus) using two diffusion methods on agar environment
"cylinders method and the MIC technique). The antioxidant activity in vitro has been studied with three different methods: technical reduction of
free radical DPPH, ABTS and the chelating power of iron. Both extracts have no antimicrobial effect against pathogenic strains studied, whatever
the method used. The results obtained on the antioxidant activity showed a good efficiency of the extracts studied for DPPH the result of IC50 are
de 0,4439 and 1,5875 and for ABTS recording IC50 in the range of 0,04656 and 0,5786 and for the chelating power of iron test with IC50
in the rangde 0,2586 and 0,01806 respectively for the leaves harvest 2016, 2013.
Key words: Tetraclinis articulata, decoction, antioxidant activity, antimicrobial activity,