Vous êtes sur la page 1sur 74

NORME ISO

INTERNATIONALE 14004

Troisième édition
2016-03-01

Systèmes de management
environnemental — Lignes directrices
générales pour la mise en application
Environmental management systems — General guidelines on
implementation

Numéro de référence
ISO 14004:2016(F)

© ISO 2016
ISO 14004:2016(F)


DOCUMENT PROTÉGÉ PAR COPYRIGHT


© ISO 2016, Publié en Suisse
Droits de reproduction réservés. Sauf indication contraire, aucune partie de cette publication ne peut être reproduite ni utilisée
sous quelque forme que ce soit et par aucun procédé, électronique ou mécanique, y compris la photocopie, l’affichage sur
l’internet ou sur un Intranet, sans autorisation écrite préalable. Les demandes d’autorisation peuvent être adressées à l’ISO à
l’adresse ci-après ou au comité membre de l’ISO dans le pays du demandeur.
ISO copyright office
Ch. de Blandonnet 8 • CP 401
CH-1214 Vernier, Geneva, Switzerland
Tel. +41 22 749 01 11
Fax +41 22 749 09 47
copyright@iso.org
www.iso.org

ii  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Sommaire Page

Avant-propos.................................................................................................................................................................................................................................v
Introduction................................................................................................................................................................................................................................. vi
1 Domaine d’application.................................................................................................................................................................................... 1
2 Références normatives.................................................................................................................................................................................... 1
3 Termes et définitions........................................................................................................................................................................................ 1
3.1 Termes relatifs à l’organisme et au leadership............................................................................................................ 2
3.2 Termes relatifs à la planification.............................................................................................................................................. 3
3.3 Termes relatifs au support et à la réalisation des activités opérationnelles...................................... 4
3.4 Termes relatifs à l’évaluation et à l’amélioration des performances........................................................ 5
4 Contexte de l’organisme................................................................................................................................................................................. 6
4.1 Compréhension de l’organisme et de son contexte.................................................................................................. 6
4.2 Compréhension des besoins et attentes des parties intéressées.............................................................. 10
4.2.1 Généralités.......................................................................................................................................................................... 10
4.2.2 Détermination des parties intéressées pertinentes........................................................................ 10
4.2.3 Détermination des besoins et attentes pertinents des parties
intéressées pertinentes............................................................................................................................................ 10
4.2.4 Détermination des obligations de conformité...................................................................................... 11
4.2.5 Utilisation et application des besoins et attentes des parties intéressées................... 11
4.3 Détermination du domaine d’application du système de management environnemental.11
4.4 Système de management environnemental................................................................................................................. 12
4.4.1 Généralités.......................................................................................................................................................................... 12
4.4.2 Établissement, mise en œuvre, tenue à jour et amélioration continue d’un
système de management environnemental........................................................................................... 14
5 Leadership................................................................................................................................................................................................................ 14
5.1 Leadership et engagement......................................................................................................................................................... 14
5.2 Politique environnementale...................................................................................................................................................... 15
5.3 Rôles, responsabilités et autorités au sein de l’organisme............................................................................. 18
6 Planification............................................................................................................................................................................................................19
6.1 Actions à mettre en œuvre face aux risques et opportunités....................................................................... 19
6.1.1 Généralités.......................................................................................................................................................................... 19
6.1.2 Aspects environnementaux.................................................................................................................................. 22
6.1.3 Obligations de conformité..................................................................................................................................... 27
6.1.4 Planification d’actions............................................................................................................................................... 29
6.2 Objectifs environnementaux et planification pour les atteindre............................................................... 29
6.2.1 Généralités.......................................................................................................................................................................... 29
6.2.2 Établissement des objectifs environnementaux................................................................................. 30
6.2.3 Planification d’actions pour atteindre les objectifs environnementaux........................ 31
6.2.4 Indicateurs de performance................................................................................................................................. 31
7 Support......................................................................................................................................................................................................................... 32
7.1 Ressources................................................................................................................................................................................................ 32
7.2 Compétences........................................................................................................................................................................................... 33
7.3 Sensibilisation....................................................................................................................................................................................... 35
7.4 Communication.................................................................................................................................................................................... 36
7.4.1 Généralités.......................................................................................................................................................................... 36
7.4.2 Communication interne........................................................................................................................................... 37
7.4.3 Communication externe.......................................................................................................................................... 38
7.5 Informations documentées........................................................................................................................................................ 38
7.5.1 Généralités.......................................................................................................................................................................... 38
7.5.2 Création et mise à jour.............................................................................................................................................. 40
7.5.3 Maîtrise des informations documentées................................................................................................... 40
8 Réalisation des activités opérationnelles.................................................................................................................................40

© ISO 2016 – Tous droits réservés  iii


ISO 14004:2016(F)


8.1 Planification et maîtrise opérationnelles....................................................................................................................... 40


8.1.1 Lignes directrices: maîtrise opérationnelle............................................................................................ 40
8.1.2 Identification des besoins de maîtrise opérationnelle.................................................................. 41
8.1.3 Mise en œuvre de la maîtrise opérationnelle........................................................................................ 42
8.2 Préparation et réponse aux situations d’urgence................................................................................................... 43
9 Évaluation des performances................................................................................................................................................................44
9.1 Surveillance, mesure, analyse et évaluation................................................................................................................ 44
9.1.1 Généralités.......................................................................................................................................................................... 44
9.1.2 Évaluation de la conformité................................................................................................................................. 46
9.2 Audit interne........................................................................................................................................................................................... 47
9.3 Revue de direction............................................................................................................................................................................. 48
10 Amélioration...........................................................................................................................................................................................................49
10.1 Généralités................................................................................................................................................................................................ 49
10.2 Non-conformité et actions correctives............................................................................................................................. 49
10.3 Amélioration continue.................................................................................................................................................................... 50
10.3.1 Axes d’amélioration..................................................................................................................................................... 50
10.3.2 Mise en œuvre de l’amélioration continue.............................................................................................. 51
Annexe A (informative) Exemples d’activités, produits et services et les aspects et impacts
environnementaux, risques et opportunités, et actions qui leur sont associés...............................53
Annexe B (informative) Approche par phases pour la mise en application d’un système de
management environnemental (basée sur l’ISO 14005)..........................................................................................61
Bibliographie............................................................................................................................................................................................................................ 64

iv  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale d’organismes
nationaux de normalisation (comités membres de l’ISO). L’élaboration des Normes internationales est
en général confiée aux comités techniques de l’ISO. Chaque comité membre intéressé par une étude
a le droit de faire partie du comité technique créé à cet effet. Les organisations internationales,
gouvernementales et non gouvernementales, en liaison avec l’ISO participent également aux travaux.
L’ISO collabore étroitement avec la Commission électrotechnique internationale (IEC) en ce qui
concerne la normalisation électrotechnique.
Les procédures utilisées pour élaborer le présent document et celles destinées à sa mise à jour sont
décrites dans les Directives ISO/IEC, Partie 1. Il convient, en particulier de prendre note des différents
critères d’approbation requis pour les différents types de documents ISO. Le présent document a été
rédigé conformément aux règles de rédaction données dans les Directives ISO/IEC, Partie 2 (voir www.
iso.org/directives).
L’attention est appelée sur le fait que certains des éléments du présent document peuvent faire l’objet de
droits de propriété intellectuelle ou de droits analogues. L’ISO ne saurait être tenue pour responsable
de ne pas avoir identifié de tels droits de propriété et averti de leur existence. Les détails concernant
les références aux droits de propriété intellectuelle ou autres droits analogues identifiés lors de
l’élaboration du document sont indiqués dans l’Introduction et/ou dans la liste des déclarations de
brevets reçues par l’ISO (voir www.iso.org/brevets).
Les appellations commerciales éventuellement mentionnées dans le présent document sont données
pour information, par souci de commodité, à l’intention des utilisateurs et ne sauraient constituer un
engagement.
Pour une explication de la signification des termes et expressions spécifiques de l’ISO liés à
l’évaluation de la conformité, ou pour toute information au sujet de l’adhésion de l’ISO aux principes
de l’OMC concernant les obstacles techniques au commerce (OTC), voir le lien suivant: Avant-propos —
Informations supplémentaires.
Le comité chargé de l’élaboration du présent document est le Comité technique ISO/TC 207, Management
environnemental, sous-comité SC 1, Systèmes de management environnemental.
Cette troisième édition annule et remplace la deuxième édition (ISO 14004:2004), qui a fait l’objet d’une
révision technique.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  v


ISO 14004:2016(F)


Introduction
Atteindre un équilibre entre l’environnement, la société et l’économie est considéré comme essentiel
pour répondre aux besoins actuels, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à
leurs propres besoins. L’objectif de développement durable est atteint en équilibrant les trois piliers de
la durabilité: l’environnement, la société et l’économie.
Les organismes, qu’ils soient publics ou privés, de grande ou de petite taille, évoluant dans des économies
développées ou émergentes, ont un impact sur l’environnement et, en retour, peuvent être affectés par
l’environnement. On prend de plus en plus conscience que le développement et le bien-être de l’homme
sont subordonnés à la préservation et à la conservation de nos ressources naturelles, dont dépend
l’ensemble des activités et de la production humaines. Une bonne performance environnementale
implique que tout l’organisme s’engage dans une approche systématique doublée d’une volonté
d’amélioration continue du système de management environnemental.
Les attentes de la société imposent d’améliorer le management des ressources nécessaires au
développement humain en élevant le niveau d’efficacité, de transparence et de responsabilité pour tous
les organismes. Les pressions exercées sur l’environnement ne cessent de croître du fait du changement
climatique, de la surconsommation des ressources et des défis soulevés par la dégradation des
écosystèmes et la perte de biodiversité.
L’objectif de la présente Norme internationale est de fournir aux organismes des lignes directrices pour
un cadre commun afin d’établir, de mettre en œuvre, de tenir à jour et d’améliorer continuellement
un système afin de mieux soutenir le management environnemental. Il convient que ce cadre de
management environnemental contribue au succès à long terme de l’organisme et à l’objectif global du
développement durable. Le cadre d’un système de management environnemental robuste, crédible et
fiable est illustré à la Figure 1. Il comprend:
— la compréhension du contexte dans lequel opère l’organisme;
— la détermination et la compréhension des besoins et attentes pertinents des parties intéressées,
dans la mesure où ils se rapportent au système de management environnemental de l’organisme;
— l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique environnementale et d’objectifs environnementaux;
— la nécessité pour la direction de jouer un rôle de premier plan dans l’amélioration de la performance
environnementale;
— l’identification des aspects des activités, produits et services de l’organisme pouvant avoir des
impacts environnementaux significatifs;
— l’identification des conditions environnementales, y compris les événements, susceptibles d’affecter
l’organisme;
— l’étude des risques et des opportunités pour l’organisme à prendre en compte en relation avec:
— ses aspects environnementaux;
— ses obligations de conformité;
— d’autres enjeux (voir 4.1) et exigences (voir 4.2);
— la sensibilisation à l’interaction de l’organisme avec son environnement;
— la mise en place de contrôles opérationnels, le cas échéant, pour gérer les aspects environnementaux
significatifs de l’organisme et les obligations de conformité, ainsi que les risques et opportunités à
prendre en compte;
— l’évaluation de la performance environnementale et, si nécessaire, la mise en œuvre d’actions en vue
de son amélioration.

vi  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Figure 1 — Modèle de système de management environnemental pour la présente Norme


internationale

Les résultats d’une approche systématique du management environnemental peuvent fournir à la


direction des données qualitatives et quantitatives permettant de prendre des décisions d’organisme
éclairées participant au succès à long terme et offrant des options pour contribuer au développement
durable. Le succès du système de management environnemental est lié à l’engagement à tous les
niveaux et de toutes les fonctions de l’organisme, sous l’impulsion de la direction. Les opportunités
comprennent:
— la protection de l’environnement, y compris la prévention ou la réduction des impacts
environnementaux négatifs;
— la maîtrise ou l’influence sur la manière dont les produits et services sont conçus, fabriqués,
distribués, utilisés et éliminés;
— l’adoption d’une perspective de cycle de vie afin de prévenir le décalage involontaire des impacts
environnementaux ailleurs dans le cycle;
— la réalisation de bénéfices financiers et opérationnels pouvant résulter de la mise en œuvre
d’alternatives respectueuses de l’environnement qui renforcent la position de l’organisme sur le
marché;

© ISO 2016 – Tous droits réservés  vii


ISO 14004:2016(F)


— la communication d’informations environnementales aux parties intéressées pertinentes.


Outre l’amélioration de la performance environnementale, les bénéfices potentiels dégagés par la mise
en place d’un système de management environnemental efficace comprennent:
— l’assurance donnée aux clients de la démonstration de l’engagement de l’organisme en matière de
management environnemental;
— le maintien de bonnes relations avec le public et avec les instances locales;
— le respect des critères des investisseurs et la facilitation d’accès aux fonds financiers;
— l’amélioration de l’image de marque et l’accroissement des parts de marché;
— l’amélioration de la maîtrise des dépenses;
— la prévention des incidents qui impliquent des responsabilités;
— la préservation des matières premières et de l’énergie;
— la conception de produits plus respectueux de l’environnement;
— la facilitation des démarches d’obtention des permis et des autorisations, tout en satisfaisant à leurs
exigences;
— le développement de la sensibilisation environnementale des prestataires externes et des autres
personnes effectuant un travail sous le contrôle de l’organisme;
— l’amélioration des relations entre l’industrie et les pouvoirs publics.
Il est possible pour un organisme de mettre en œuvre un système de management intégré permettant
de se conformer aux exigences de systèmes de management de la qualité, de management de la santé
et de la sécurité au travail et de management environnemental, par exemple. Cette approche offre des
opportunités de réduction des chevauchements et d’amélioration de l’efficacité.
Des exemples et approches sont présentés dans la présente Norme internationale à des fins
d’illustration. Ils ne sont pas censés représenter toutes les possibilités et ne s’adaptent pas forcément
à tous les organismes. Lors de la conception, de la mise en œuvre ou de l’amélioration d’un système
de management environnemental, il convient que l’organisme choisisse une approche adaptée à ses
propres circonstances. Les conseils pratiques en encadré sont destinés à fournir des informations
complémentaires aux lignes directrices contenues dans la présente Norme internationale.

viii  © ISO 2016 – Tous droits réservés


NORME INTERNATIONALE ISO 14004:2016(F)

Systèmes de management environnemental — Lignes


directrices générales pour la mise en application

1 Domaine d’application
La présente Norme internationale donne à un organisme des lignes directrices concernant
l’établissement, la mise en œuvre, la mise à jour et l’amélioration d’un système de management
environnemental robuste, crédible et fiable. Les lignes directrices fournies sont destinées à un
organisme cherchant à gérer ses responsabilités environnementales de manière systématique afin de
contribuer au pilier environnemental du développement durable.
La présente Norme internationale aide un organisme à obtenir les résultats escomptés de son système
de management environnemental, qui fournit de la valeur pour l’environnement, l’organisme lui-même
et les parties intéressées. En cohérence avec la politique environnementale de l’organisme, les résultats
escomptés d’un système de management environnemental comprennent:
— l’amélioration de la performance environnementale;
— le respect des obligations de conformité;
— l’atteinte des objectifs environnementaux.
Les lignes directrices de la présente Norme internationale peuvent aider un organisme à améliorer
sa performance environnementale et permettent d’intégrer les éléments du système de management
environnemental dans son processus métier de base.
NOTE Bien que le système de management environnemental n’ait pas pour objet de traiter des questions
relatives à la santé et à la sécurité au travail, ces dernières peuvent être incluses lorsque l’organisme cherche à
mettre en œuvre un système de management intégré de l’environnement et de la santé et la sécurité au travail.

La présente Norme internationale est applicable à tout organisme, indépendamment de sa taille, de son
type et de sa nature, et s’applique aux aspects environnementaux de ses activités, produits et services
que l’organisme considère pouvoir maîtriser ou influencer, en adoptant une perspective de cycle de vie.
Les lignes directrices de la présente Norme internationale peuvent être utilisées dans leur totalité ou en
partie pour améliorer de façon systématique le management environnemental. Elles servent à fournir
une explication complémentaire des concepts et des exigences.
Les lignes directrices de la présente Norme internationale sont cohérentes avec le modèle de systèmes
de management environnemental de l’ISO 14001, mais n’ont pas pour objet de fournir une interprétation
des exigences de l’ISO 14001.

2 Références normatives
Il n’y a pas de références normatives.

3 Termes et définitions
Pour les besoins du présent document, les termes et définitions suivants s’appliquent.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  1


ISO 14004:2016(F)


3.1 Termes relatifs à l’organisme et au leadership


3.1.1
système de management
ensemble d’éléments corrélés ou en interaction d’un organisme (3.1.4), utilisés pour établir des
politiques, des objectifs (3.2.5) et des processus (3.3.5) de façon à atteindre lesdits objectifs
Note  1  à l’article:  Un système de management peut traiter d’un seul ou de plusieurs domaines (par exemple
qualité, environnement, santé et sécurité au travail, énergie, management financier).

Note 2 à l’article: Les éléments du système comprennent la structure, les rôles et responsabilités, la planification
et le fonctionnement de l’organisme, ainsi que l’évaluation et l’amélioration des performances.

Note  3  à l’article:  Le domaine d’application d’un système de management peut comprendre l’ensemble de
l’organisme, des fonctions ou des sections spécifiques et identifiées de l’organisme, ou une ou plusieurs fonctions
dans un groupe d’organismes.

3.1.2
système de management environnemental
composante du système de management (3.1.1) utilisée pour gérer les aspects environnementaux (3.2.2),
satisfaire aux obligations de conformité (3.2.9) et traiter les risques et opportunités (3.2.11)
3.1.3
politique environnementale
intentions et orientation d’un organisme (3.1.4) en matière de performance environnementale (3.4.11),
telles qu’elles sont officiellement formulées par sa direction (3.1.5)
3.1.4
organisme
personne ou groupe de personnes ayant un rôle avec les responsabilités, l’autorité et les relations lui
permettant d’atteindre ses objectifs (3.2.5)
Note 1 à l’article: Le concept d’organisme englobe sans s’y limiter, les travailleurs indépendants, les compagnies,
les sociétés, les firmes, les entreprises, les administrations, les partenariats, les organisations caritatives ou les
institutions, ou bien une partie ou une combinaison des entités précédentes, à responsabilité limitée ou ayant un
autre statut, de droit public ou privé.

3.1.5
direction
personne ou groupe de personnes qui oriente et dirige un organisme (3.1.4) au plus haut niveau
Note  1  à l’article:  La direction a le pouvoir de déléguer son autorité et de fournir des ressources au sein de
l’organisme.

Note 2 à l’article: Si le domaine d’application du système de management (3.1.1) ne couvre qu’une partie de
l’organisme, alors la direction s’adresse à ceux qui orientent et dirigent cette partie de l’organisme.

3.1.6
partie intéressée
personne ou organisme (3.1.4) qui peut soit influer sur une décision ou une activité, soit être influencé
ou s’estimer influencée par une décision ou une activité
EXEMPLE Clients, collectivités, fournisseurs, régulateurs, organismes non gouvernementaux, investisseurs
et employés.

Note 1 à l’article: «S’estimer influencée» signifie que le point de vue a été porté à la connaissance de l’organisme.

2  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


3.2 Termes relatifs à la planification


3.2.1
environnement
milieu dans lequel un organisme (3.1.4) fonctionne, incluant l’air, l’eau, le sol, les ressources naturelles,
la flore, la faune, les êtres humains et leurs interrelations
Note 1 à l’article: Le milieu peut s’étendre de l’intérieur de l’organisme au système local, régional et mondial.

Note 2 à l’article: Le milieu peut être décrit en termes de biodiversité, d’écosystèmes, de climat ou d’autres
caractéristiques.

3.2.2
aspect environnemental
élément des activités, produits ou services d’un organisme (3.1.4) interagissant ou susceptible
d’interactions avec l’environnement (3.2.1)
Note 1 à l’article: Un aspect environnemental peut causer un ou plusieurs impacts environnementaux (3.2.4). Un
aspect environnemental significatif est un aspect environnemental qui a ou peut avoir un ou plusieurs impacts
environnementaux significatifs.

Note 2 à l’article: Les aspects environnementaux significatifs sont déterminés par l’organisme en utilisant un ou
plusieurs critères.

3.2.3
condition environnementale
état ou caractéristique de l’environnement (3.2.1), tel que déterminé à un moment donné
3.2.4
impact environnemental
modification de l’environnement (3.2.1), négative ou bénéfique, résultant totalement ou partiellement
des aspects environnementaux (3.2.2) d’un organisme (3.1.4)
3.2.5
objectif
résultat à atteindre
Note 1 à l’article: Un objectif peut être stratégique, tactique ou opérationnel.

Note  2  à l’article:  Les objectifs peuvent se rapporter à différents domaines (tels que finance, santé, sécurité
et environnement) et peuvent s’appliquer à divers niveaux (au niveau stratégique, à un niveau concernant
l’organisme dans son ensemble ou afférant à un projet, un produit, un service ou un processus (3.3.5), par
exemple).

Note 3 à l’article: Un objectif peut être exprimé de différentes manières, par exemple par un résultat escompté,
un besoin, un critère opérationnel, en tant qu’objectif environnemental (3.2.6) ou par l’utilisation d’autres termes
ayant la même signification (par exemple finalité, but ou cible).

3.2.6
objectif environnemental
objectif (3.2.5) fixé par l’organisme (3.1.4) en cohérence avec sa politique environnementale (3.1.3)
3.2.7
prévention de la pollution
utilisation de processus (3.3.5), pratiques, techniques, matériaux, produits, services ou énergie pour
éviter, réduire ou maîtriser (séparément ou par combinaison) la création, l’émission ou le rejet de tout
type de polluant ou déchet, afin de réduire les impacts environnementaux (3.2.4) négatifs
Note 1 à l’article: La prévention de la pollution peut inclure la réduction ou l’élimination à la source, les
modifications de processus, produits ou services, l’utilisation efficace des ressources, la substitution de
matériaux et d’énergie, la réutilisation, la récupération, le recyclage, la réhabilitation ou le traitement.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  3


ISO 14004:2016(F)


3.2.8
exigence
besoin ou attente formulé, généralement implicite ou obligatoire
Note 1 à l’article: «Généralement implicite» signifie qu’il est habituel ou courant, pour l’organisme (3.1.4) et les
parties intéressées (3.1.6), que le besoin ou l’attente en question soit implicite.

Note  2  à l’article:  Une exigence spécifiée est une exigence formulée, par exemple une information documentée
(3.3.2).

Note 3 à l’article: Les exigences autres que les exigences légales deviennent obligatoires dès lors que l’organisme
décide de s’y conformer.

3.2.9
obligations de conformité (terme recommandé)
exigences légales et autres exigences (terme admis)
exigences légales (3.2.8) auxquelles un organisme (3.1.4) doit se conformer et autres exigences
auxquelles un organisme doit ou choisit de se conformer
Note 1 à l’article: Les obligations de conformité sont liées au système de management environnemental (3.1.2).

Note 2 à l’article: Les obligations de conformité peuvent provenir d’exigences obligatoires, telles que la législation
et la réglementation applicables, ou d’engagements volontaires tels que des normes organisationnelles
et sectorielles, des relations contractuelles, des codes de conduite ainsi que des accords passés avec des
communautés ou des organisations non gouvernementales.

3.2.10
risque
effet de l’incertitude
Note 1 à l’article: Un effet est un écart, positif ou négatif, par rapport à une attente.

Note 2 à l’article: L’incertitude est l’état, même partiel, de manque d’information qui entrave la compréhension ou
la connaissance d’un évènement, de ses conséquences ou de sa vraisemblance.

Note 3 à l’article: Un risque est souvent caractérisé par référence à des événements potentiels (tels que définis
dans le Guide ISO 73:2009, 3.5.1.3) et à des conséquences également potentielles (telles que définies dans le
Guide ISO 73:2009, 3.6.1.3), ou par référence à une combinaison des deux.

Note 4 à l’article: Un risque est souvent exprimé en termes de combinaison des conséquences d’un événement (y
compris des changements de circonstances) et de la vraisemblance de son occurrence (telle que définie dans le
Guide ISO 73:2009, 3.6.1.1).

3.2.11
risques et opportunités
effets négatifs potentiels (menaces) et effets bénéfiques potentiels (opportunités)

3.3 Termes relatifs au support et à la réalisation des activités opérationnelles


3.3.1
compétence
aptitude à mettre en pratique des connaissances et des savoir-faire pour obtenir les résultats escomptés
3.3.2
information documentée
information devant être maîtrisée et tenue à jour par un organisme (3.1.4) ainsi que le support sur
lequel elle figure
Note 1 à l’article: Les informations documentées peuvent se présenter sous n’importe quel format et sur tous
supports et peuvent provenir de toute source.

Note 2 à l’article: Les informations documentées peuvent se rapporter:

4  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


— au système de management environnemental (3.1.2), y compris les processus (3.3.5) connexes;

— aux informations créées en vue du fonctionnement de l’organisme (également appelées documentation);

— aux preuves des résultats obtenus (également appelées enregistrements).

3.3.3
cycle de vie
phases consécutives et liées d’un système de produits (ou de services), de l’acquisition des matières
premières ou de la génération des ressources naturelles à l’élimination finale
Note 1 à l’article: Les phases du cycle de vie incluent l’acquisition des matières premières, la conception, la
production, le transport/la livraison, l’utilisation, le traitement en fin de vie et l’élimination finale.

[SOURCE: ISO 14044:2006, 3.1, modifiée ― Ajout des mots « (ou de services) » à la définition et ajout de
la Note 1 à l’article.]
3.3.4
externaliser
passer un accord selon lequel un organisme (3.1.4) externe assure une partie de la fonction ou met en
œuvre une partie du processus (3.3.5) d’un organisme
Note 1 à l’article: L’organisme externe n’est pas inclus dans le domaine d’application du système de management
(3.1.1), contrairement à la fonction ou au processus externalisé qui en font partie intégrante.

3.3.5
processus
ensemble d’activités corrélées ou en interaction qui transforme des éléments d’entrée en éléments
de sortie
Note 1 à l’article: Un processus peut être documenté ou non.

3.4 Termes relatifs à l’évaluation et à l’amélioration des performances


3.4.1
audit
processus (3.3.5) méthodique, indépendant et documenté, permettant d’obtenir des preuves d’audit
et de les évaluer de manière objective pour déterminer dans quelle mesure les critères d’audit sont
satisfaits
Note 1 à l’article: Un audit interne est réalisé par l’organisme (3.1.4) lui-même ou par une partie externe pour le
compte de celui-ci.

Note 2 à l’article: Un audit peut être combiné (s’il associe deux disciplines ou plus).

Note 3 à l’article: L’indépendance peut être démontrée par l’absence de responsabilité dans l’activité auditée ou
l’absence de biais et de conflit d’intérêt.

Note  4  à l’article:  Les «preuves d’audit» consistent en des enregistrements, des énoncés de faits ou d’autres
informations qui sont pertinents pour les critères d’audit et vérifiables, et les «critères d’audit» sont l’ensemble
des politiques, procédures ou exigences (3.2.8) servant de référence pour comparer les preuves d’audit, comme
défini dans l’ISO 19011:2011, 3.3 et 3.2 respectivement.

3.4.2
conformité
satisfaction d’une exigence (3.2.8)
3.4.3
non-conformité
non-satisfaction d’une exigence (3.2.8)
Note  1  à  l’article:  La non-conformité se rapporte aux exigences de l’ISO  14001:2015 et aux autres exigences
relatives au système de management environnemental (3.1.2) qu’un organisme (3.1.4) établit pour lui-même.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  5


ISO 14004:2016(F)


3.4.4
action corrective
action visant à éliminer la cause d’une non-conformité (3.4.3) et à éviter qu’elle ne réapparaisse
Note 1 à l’article: Il peut y avoir plus d’une cause de non-conformité.

3.4.5
amélioration continue
activité récurrente menée pour améliorer les performances (3.4.10)
Note 1 à l’article: L’amélioration des performances concerne l’utilisation du système de management
environnemental (3.1.2) afin d’obtenir l’amélioration de la performance environnementale (3.4.11) en cohérence
avec la politique environnementale (3.1.3) de l’organisme (3.1.4).

Note 2 à l’article: Il n’est pas nécessaire que l’activité se déroule dans tous les domaines simultanément, ni sans
interruption.

3.4.6
efficacité
niveau de réalisation des activités planifiées et d’obtention des résultats escomptés
3.4.7
indicateur
représentation mesurable de l’état ou du statut des opérations, du management ou des conditions
[SOURCE: ISO 14031:2013, 3.15]
3.4.8
surveillance
détermination de l’état d’un système, d’un processus (3.3.5) ou d’une activité
Note 1 à l’article: Pour déterminer cet état, il peut être nécessaire de vérifier, de superviser ou d’observer d’un
point de vue critique.

3.4.9
mesure
processus (3.3.5) visant à déterminer une valeur
3.4.10
performance
résultat mesurable
Note 1 à l’article: Les performances peuvent être liées à des résultats quantitatifs ou qualitatifs.

Note  2  à l’article:  Les performances peuvent concerner le management d’activités, de processus (3.3.5), de
produits (y compris de services), de systèmes ou d’organismes (3.1.4).

3.4.11
performance environnementale
performance (3.4.10) liée au management des aspects environnementaux (3.2.2)
Note 1 à l’article: Pour un système de management environnemental (3.1.2), les résultats peuvent être mesurés par
rapport à la politique environnementale (3.1.3) de l’organisme (3.1.4), aux objectifs environnementaux (3.2.6) ou à
d’autres critères, au moyen d’indicateurs (3.4.7).

4 Contexte de l’organisme

4.1 Compréhension de l’organisme et de son contexte


Pour qu’un organisme établisse, mette en œuvre, tienne à jour et améliore continuellement un système
de management environnemental, il convient qu’il détermine le contexte dans lequel il opère. Ce contexte

6  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


inclut les enjeux externes et internes, y compris les conditions environnementales, pertinents compte
tenu de sa finalité, et qui influent sur sa capacité à obtenir les résultats escomptés de son système de
management environnemental. La finalité de l’organisme se reflète dans sa vision et sa mission.
Le terme «résultat escompté» désigne ce que l’organisme entend obtenir en mettant en œuvre son
système de management environnemental. Les résultats escomptés comprennent l’amélioration de la
performance environnementale, le respect des obligations de conformité et la réalisation d’objectifs
environnementaux. Ces éléments sont les résultats minimaux essentiels. Toutefois, l’organisme
peut définir d’autres résultats escomptés, allant au-delà des exigences du système de management
environnemental. Par exemple, l’organisme peut tirer profit de l’adoption de principes sociaux et
environnementaux pour appuyer une initiative plus générale de développement durable.
Il est important de comprendre le contexte car les organismes ne fonctionnent pas de façon isolée, mais
sont influencés par des enjeux externes et internes tels que la disponibilité de ressources et l’implication
de leurs employés. Le contexte de l’organisme peut comprendre la complexité, la structure, les activités
et les localisations géographiques des unités fonctionnelles aussi bien au niveau de l’organisme dans
son ensemble qu’au niveau local.
Le contexte de l’organisme comprend le milieu naturel dans lequel il opère. Le milieu naturel peut
créer des conditions et engendrer des événements qui affectent les activités, les produits et les services
de l’organisme. Les conditions peuvent être des conditions existantes ou sujettes à une évolution
progressive alors qu’un événement peut impliquer un changement soudain qui s’explique généralement
par une situation extrême. Se préparer à de tels événements et conditions, et en gérer les conséquences,
contribue à la continuité de l’activité.
Les enjeux sont des sujets importants pour l’organisme, des problèmes à débattre et discuter ou une
évolution de la conjoncture qui affectent la capacité de l’organisme à obtenir les résultats escomptés
qu’il a déterminé pour son système de management environnemental.
Pour déterminer les enjeux importants, l’organisme peut considérer ceux qui:
— sont les principaux moteurs et tendances, par exemple en relation avec les conditions
environnementales ou les préoccupations des parties intéressées;
— peuvent poser problème pour l’environnement ou l’organisme;
— peuvent être valorisés pour un effet bénéfique, y compris l’innovation conduisant à une amélioration
de la performance environnementale;
— offrent des avantages en matière de compétitivité, y compris la réduction des coûts, l’augmentation
de la valeur pour les clients ou l’amélioration de la réputation et de l’image de l’organisme.
Il convient qu’un organisme mettant en œuvre ou améliorant son système de management
environnemental ou intégrant son système de management environnemental dans ses processus
métier existants procède à une analyse de son contexte afin d’acquérir une connaissance des enjeux
pertinents susceptibles d’affecter le système de management environnemental. Cette revue peut
tirer profit de l’adoption d’une perspective de cycle de vie et d’une implication multifonctionnelle,
incluant l’approvisionnement, le financement, les ressources humaines, l’ingénierie, la conception, la
commercialisation et les ventes. La revue peut inclure les domaines principaux suivants:
a) identification des enjeux externes et internes pertinents, y compris les conditions environnementales
et les événements en rapport avec les activités, produits et services de l’organisme;
b) détermination de la façon dont ces enjeux peuvent influer sur la finalité de l’organisme et sa capacité
à obtenir les résultats escomptés de son système de management environnemental;
c) compréhension de la façon dont les points a) et b) peuvent être pris en compte dans la planification
(voir 6.1.1);
d) identification des axes d’amélioration de sa performance environnementale (voir 10.3).

© ISO 2016 – Tous droits réservés  7


ISO 14004:2016(F)


Une perspective de cycle de vie implique de prendre en compte la maîtrise et l’influence de l’organisme
sur les étapes du cycle de vie de ses produits et services. Cette approche permet à l’organisme d’identifier
les domaines dans lesquels, compte tenu de son domaine d’application, il peut réduire son impact sur
l’environnement tout en générant une valeur ajoutée pour l’organisme.
Les conseils pratiques dans les encadrés 1 à 3 fournissent des exemples d’éléments à considérer pour la
détermination des enjeux externes, des conditions environnementales, y compris les événements et des
enjeux internes.

Conseils pratiques 1 — Enjeux externes


Les éléments à considérer peuvent comprendre:
—   politique: type de régime politique en place, par exemple démocratie, dictature, niveau d’ingérence politique
dans le développement économique et volonté des politiciens d’exercer leur pouvoir de façon efficace;
—   économique: disponibilité des services publics tels que carburant, gaz et eau, infrastructures et transports,
y compris logements, routes, installations ferroviaires et maritimes et aéroports;
—   financier: système financier reconnu et disponibilité et accès aux ressources financières;
—   concurrence: autres organismes locaux ayant la même finalité et concepts pouvant être adoptés pour conser-
ver une position concurrentielle si nécessaire, tels que développement durable, écoconception et labellisation
écologique;
—   gestion de la chaîne d’approvisionnement: disponibilité, capacité et aptitude des fournisseurs, niveau de
technologie et exigences des clients;
—   social: valeurs ethniques, questions liées au genre, subornation et corruption, disponibilité au sein de la
population active, accès aux infrastructures scolaires et médicales, niveau d’éducation de la population active et
niveau de criminalité;
—   culturel: sépultures autochtones ou sites sacrés, bâtiment/biens du patrimoine, disponibilité de ressources
spécifiques telles que plantes médicinales, matériaux d’artisanat, aliments utilisés dans un contexte culturel à
des fins rituelles ou religieuses et valeurs esthétiques;
—   demande du marché et du public: tendances actuelles et futures du marché pour les produits et services, y
compris ceux qui sont efficients en termes d’énergie et de ressources;
—   technologique: disponibilité et accès à la technologie pertinente pour l’organisme;
—   législatif: cadre législatif dans lequel opère l’organisme;
        NOTE   Le cadre législatif comprend les exigences législatives, réglementaires et autres formes d’exigences
légales.
—   naturel: conditions climatiques actuelles et futures et autres conditions, conditions physiques, biodiversité,
espèces rares et menacées, écosystèmes, disponibilité des ressources, y compris quantité, qualité et accès, énergie
renouvelable et non renouvelable et profil spécifique du secteur de l’environnement/industrie.
Les sources externes d’information pouvant contribuer à la connaissance par l’organisme des enjeux externes
peuvent comprendre:
—   clients, fournisseurs et partenaires;
—   conseils d’entreprises;
—   organismes du secteur;
—   chambres de commerce;
—   organismes gouvernementaux;
—   agences internationales;
—   consultants;
—   recherche universitaire;
—   médias locaux;
—   groupes locaux issus de la communauté.

8  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Conseils pratiques 2 — Conditions environnementales, y compris les événements


Une condition environnementale pouvant influer sur les activités, les produits et les services d’un organisme
peut comprendre, par exemple, des variations climatiques de la température pouvant empêcher l’organisme de
cultiver des types particuliers de produits agricoles.
Un événement environnemental peut, par exemple, être une inondation provoquée par des conditions météoro-
logiques extrêmes, qui peut influer sur les activités d’un organisme, par exemple sur le stockage des substances
dangereuses par l’organisme afin d’éviter une pollution.
La prise en compte de certaines des sources d’information suivantes peut aider un organisme à identifier ses
conditions environnementales, y compris les événements:
a)   informations météorologiques, géologiques, hydrologiques et écologiques;
b)   informations concernant les antécédents de catastrophe sur le site de l’organisme;
c)   rapports d’audits, d’évaluations et de revues précédents, tels que la revue environnementale initiale ou l’ana-
lyse du cycle de vie;
d)   données de surveillance environnementale;
e)   demandes de permis ou d’autorisations d’exploitation;
f)   rapports sur les situations d’urgence et les accidents ayant des conséquences environnementales.

Conseils pratiques 3 — Enjeux internes


Les éléments à considérer peuvent comprendre:
—   gouvernance et structure de l’organisme: cadres de gouvernance nationaux et contractuels, y compris enre-
gistrement et compte-rendu; type de structure, y compris hiérarchique, matricielle, horizontale, basée sur un
projet; co-entreprises et services contractuels; et relations, rôles, responsabilités et autorités de la société mère;
—   conformité réglementaire: statut et tendances;
—   politiques, objectifs et stratégies: finalité, vision, objectifs commerciaux, autres objectifs et stratégies et
ressources nécessaires pour les atteindre;
—   capacité et aptitude: capacité, aptitude et connaissances de l’organisme en termes de ressources et de compé-
tence (par exemple capital, temps, personnes, langue, processus, systèmes et technologies et leur maintenance);
—   systèmes d’information: flux d’information et processus décisionnels (formels et informels) et temps néces-
saire à leur achèvement;
—   relations avec les parties intéressées internes, ainsi que leurs perceptions et leurs valeurs;
—   systèmes et normes de management: forces et faiblesses du (des) système(s) de management existant(s) de
l’organisme, et lignes directrices et modèles adoptés par l’organisme, tels que ceux concernant la comptabilité et
les finances, la qualité, la santé et la sécurité;
—   style et culture de l’organisme: entreprise familiale, entreprise publique ou privée, style de management et
de leadership, culture ouverte ou fermée, et processus décisionnels;
—   contrats: forme, contenu et étendue des relations contractuelles.
Les méthodes pouvant être utilisées pour examiner les facteurs internes pertinents comprennent la collecte
d’informations relatives au système de management actuel mentionné ci-dessus, y compris des entretiens avec
les personnes ayant travaillé ou travaillant actuellement sous le contrôle de l’organisme, et la revue des commu-
nications internes et externes.

Il convient que le processus suivi par un organisme pour améliorer la compréhension de son contexte
aboutisse à des connaissances pouvant être utilisées par l’organisme pour orienter ses efforts en
vue de la planification, de la mise en œuvre et du fonctionnement de son système de management
environnemental. Il convient d’aborder le processus de façon pratique afin de générer une valeur ajoutée
pour l’organisme et d’acquérir une connaissance conceptuelle générale des enjeux les plus importants.
Il peut être utile de documenter et de mettre à jour périodiquement le processus et ses résultats, si
nécessaire.
Les résultats peuvent être utilisés pour aider l’organisme à:
— définir le domaine d’application de son système de management environnemental;

© ISO 2016 – Tous droits réservés  9


ISO 14004:2016(F)


— déterminer les risques et opportunités à prendre en compte;


— développer ou enrichir sa politique environnementale;
— établir ses objectifs environnementaux;
— déterminer l’efficacité de son approche pour remplir ses obligations de conformité.

4.2 Compréhension des besoins et attentes des parties intéressées

4.2.1 Généralités

Les parties intéressées font également partie du contexte dans lequel opère un organisme et il convient
qu’elles soient prises en compte lorsque l’organisme passe en revue son contexte. La détermination
des parties intéressées et le développement d’une relation avec elles permettent une communication
propice à l’instauration d’un climat de compréhension, de confiance et de respect mutuels. Il n’est pas
nécessaire que cette relation soit formelle.
Il convient que l’organisme détermine ses parties intéressées et leurs besoins et attentes en rapport
avec son système de management environnemental. Il convient que l’organisme puisse tirer profit d’un
processus identifiant les besoins et attentes pertinents des parties intéressées pertinentes afin de
déterminer ceux auxquels il doit se conformer et ceux auxquels il choisit de se conformer (c’est-à-dire
ses obligations de conformité). Les méthodes utilisées et les ressources engagées peuvent varier selon,
par exemple, la taille et la nature de l’organisme, les finances disponibles, les risques et opportunités
devant être pris en compte et l’expérience de l’organisme avec le management environnemental.
L’organisme est censé acquérir une compréhension générale (c’est-à-dire de niveau élevé, non détaillée)
des besoins et des attentes exprimés des parties intéressées internes et externes jugées pertinentes, de
manière à ce que les connaissances acquises puissent être prises en compte lors de la détermination de
ses obligations de conformité.

4.2.2 Détermination des parties intéressées pertinentes

Les parties intéressées peuvent être internes ou externes à l’organisme. Il convient que l’organisme
détermine les parties intéressées qui sont pertinentes pour son système de management
environnemental. Les parties intéressées peuvent varier dans le temps et peuvent dépendre du secteur,
de l’industrie ou du lieu géographique dans lequel opère l’organisme. Des changements dans les enjeux
internes ou externes qui font partie du contexte de l’organisme peuvent également se traduire par un
changement des parties intéressées.

4.2.3 Détermination des besoins et attentes pertinents des parties intéressées pertinentes

Il convient qu’un organisme détermine les besoins et attentes pertinents de ses parties intéressées
pertinentes en tant qu’élément d’entrée en vue de la conception du système de management
environnemental. Des exemples de parties intéressées et de leurs besoins et attentes sont donnés dans
l’encadré de conseils pratiques 4. Il est important d’identifier non seulement ceux qui sont obligatoires
et exprimés, mais aussi ceux qui sont généralement implicites (c’est-à-dire normalement attendus). Les
parties intéressées pertinentes, c’est-à-dire celles qui ont été identifiées comme ayant un rôle dans
le contexte, peuvent avoir des besoins qui ne sont pas pertinents pour le système de management
environnemental de l’organisme; par conséquent, leurs besoins ne sont pas tous nécessairement pris
en compte.

Conseils pratiques 4 — Exemples de parties intéressées et de leurs besoins et attentes


Relation Exemples de parties intéressées Exemples de besoins et attentes
Par responsabilité Investisseurs Attendent de l’organisme qu’il gère les risques et
opportunités qui peuvent influer sur un investisse-
ment.

10  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Par influence Organisations non gouvernemen- Ont besoin d’une coopération de l’organisme pour
tales (ONGs) atteindre leurs propres objectifs environnementaux.
Par proximité Voisins, collectivité Attendent une performance socialement accep-
table, de l’honnêteté et de l’intégrité.
Par dépendance Employés Attendent de travailler dans un environnement sûr
et sain.
Par représentation Organisation associative sectorielle A besoin d’une collaboration concernant les ques-
tions environnementales.
Par autorité Organismes réglementaires ou de Attendent une démonstration de la conformité aux
droit public exigences légales.

4.2.4 Détermination des obligations de conformité

Il convient qu’un organisme détermine les besoins et attentes des parties intéressées pertinentes
auxquels il doit se conformer, puis les autres besoins et attentes auxquels il choisit de se conformer,
qui deviennent ses obligations de conformité. Ces connaissances étendues peuvent améliorer la
compréhension de ses obligations de conformité, telles que décrites de manière plus détaillée en 6.1.3.
Il n’existe pas d’approche unique pour déterminer les besoins et attentes. Il convient que l’organisme
utilise une approche appropriée à son domaine d’application, à sa nature et à son échelle, et adaptée en
termes de niveau de détail, de complexité, de temps, de coût et de disponibilité de données fiables.
L’organisme peut déterminer les besoins et attentes de ses parties intéressées pertinentes par d’autres
processus ou à d’autres fins.
Lorsque des exigences sont fixées par un organisme de régulation, il convient que l’organisme prenne
connaissance des domaines de la législation qui sont applicables, tels que les normes relatives à la
qualité de l’air, les limites en matière de rejet, les réglementations en matière d’élimination des déchets,
les exigences en matière d’autorisation d’exploitation de l’installation, etc.
En cas d’engagements volontaires, il convient que l’organisme acquière une large connaissance des
besoins et attentes pertinents, tels que les exigences d’un client, les codes adoptés volontairement et les
accords passés avec des communautés ou des pouvoirs publics. Cette connaissance permet à l’organisme
de comprendre les conséquences qu’ils peuvent avoir sur l’obtention des résultats escomptés de son
système de management environnemental.

4.2.5 Utilisation et application des besoins et attentes des parties intéressées

Les données de sortie de 4.2.1 à 4.2.4 peuvent aider à déterminer le domaine d’application du système
de management environnemental de l’organisme, à établir sa politique environnementale, à déterminer
ses aspects environnementaux, ses obligations de conformité et les risques et opportunités devant être
pris en compte par l’organisme. Ces éléments sont à prendre en considération lors de l’établissement
de ses objectifs de performance environnementale. L’organisme peut juger utile de consigner ces
informations par écrit afin de faciliter leur utilisation pour satisfaire à d’autres éléments de la présente
Norme internationale.

4.3 Détermination du domaine d’application du système de management


environnemental
Pour établir le domaine d’application du système de management environnemental, il convient que
l’organisme en détermine les limites et l’applicabilité. Le domaine d’application est spécifique à
chaque organisme. Il incombe à chaque organisme d’identifier les données d’entrée découlant d’une
compréhension des enjeux internes et externes déterminés en 4.1 et 4.2. La détermination du domaine
d’application inclut également le périmètre physique d’un ou plusieurs emplacements, et la sphère
de maîtrise et d’influence de l’organisme, en adoptant une perspective de cycle de vie. Le domaine
d’application est destiné à clarifier les périmètres physique, fonctionnel et organisationnel auxquels
s’applique le système de management environnemental.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  11


ISO 14004:2016(F)


La direction de l’organisme a toute liberté et toute souplesse pour définir le domaine d’application
du système de management environnemental. Il peut inclure la totalité de l’organisme ou des unités
opérationnelles spécifiques de l’organisme. Il convient que l’organisme comprenne l’étendue de la
maîtrise ou de l’influence qu’il peut exercer sur les activités, les produits et les services. Il est essentiel,
pour le succès du système de management environnemental et la crédibilité de la réputation de
l’organisme, de s’assurer que le domaine d’application n’est pas défini d’une manière qui exclut des
activités, produits, services ou installations ayant ou pouvant avoir des aspects environnementaux
significatifs, ou pour se soustraire à ses obligations de conformité ou induit en erreur les parties
intéressées. Un domaine d’application trop étroit ou exclusif pourrait nuire à la crédibilité du système
de management environnemental auprès de ses parties intéressées et réduire la capacité de l’organisme
à obtenir les résultats escomptés de son système de management environnemental. Le domaine
d’application est une déclaration factuelle et représentative des opérations ou des processus métier de
l’organisme inclus dans les limites de son système de management environnemental.
Lorsque le domaine d’application est limité à un sous-ensemble d’un grand organisme, la direction se
rapporte généralement à la direction de cette partie de l’organisme. Toutefois, la direction au plus haut
niveau de l’organisme peut conserver la responsabilité de l’orientation et du support du système de
management environnemental. Lorsque l’organisme modifie sa sphère de maîtrise ou d’influence, étend
ses opérations, acquiert plus de biens ou abandonne des secteurs d’activité ou des biens, il convient
de reconsidérer le domaine d’application ainsi que les autres changements susceptibles d’affecter le
système de management environnemental.
Il convient que l’organisme tienne compte des activités, produits et services fournis en externe lors de la
détermination du domaine d’application du système de management environnemental. Les organismes
peuvent avoir une maîtrise des activités, produits et services fournis en externe qui ont ou peuvent
avoir des impacts environnementaux significatifs, par le leadership de l’organisme, ou les organismes
peuvent influer sur eux par le biais de dispositions contractuelles ou d’un autre accord.
Il convient que l’organisme tienne à jour le domaine d’application sous forme d’une information
documentée et le mette à la disposition des parties intéressées. Pour ce faire, il existe plusieurs méthodes,
par exemple en utilisant une description écrite, en incluant une carte du site, un schéma organisationnel,
une page web, ou en affichant une déclaration publique de sa conformité. Lorsqu’il documente son
domaine d’application, l’organisme peut envisager d’utiliser une approche identifiant les activités
concernées, les produits et services qui en résultent et leur application et/ou le lieu où ils interviennent.
Des exemples d’utilisation de cette approche pour documenter le domaine d’application sont:
— la fabrication de machines et de pièces de rechange pour les moteurs à combustion sur un site A
(périmètre géographique); ou
— la commercialisation, la conception et la prestation de formations en ligne destinées à des personnes
et à des organismes (périmètre fonctionnel).

4.4 Système de management environnemental

4.4.1 Généralités

Il convient qu’un système de management environnemental soit considéré comme un cadre


organisationnel devant faire l’objet d’une surveillance continue et d’une revue périodique afin de fournir
des orientations effectives en réponse aux évolutions des enjeux externes et internes de l’organisme.
Le modèle du système de management environnemental et le processus d’amélioration continue sont
illustrés à la Figure  1. Un modèle couramment utilisé pour un système de management est désigné

12  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


en tant qu’approche Planifier-Mettre en œuvre-Contrôler-Agir (Plan-Do-Check-Act, PDCA). Pour plus


d’information sur le modèle PDCA, se reporter à l’encadré de conseils pratiques 5.

Conseils pratiques 5 — Le modèle de système de management environnemental


Le PDCA est un processus continu et itératif qui permet à un organisme d’établir, de mettre en œuvre et de tenir à
jour sa politique environnementale et d’améliorer continuellement son système de management environnemental
afin d’améliorer sa performance environnementale. Les étapes de ce processus continu sont les suivantes:
a)   Planifier:
      1)  comprendre l’organisme et son contexte, y compris les besoins et attentes des parties intéressées (voir
Article 4);
      2)  déterminer le domaine d’application du système de management environnemental (voir 4.3) et le mettre
en œuvre (voir 4.4);
      3)  s’assurer du leadership et de l’engagement de la direction (voir 5.1);
      4)  établir une politique environnementale (voir 5.2);
      5)  attribuer les responsabilités et les autorités pour les rôles pertinents (voir 5.3);
      6)  déterminer les aspects environnementaux et les impacts environnementaux associés (voir 6.1.2);
      7)  identifier et avoir accès aux obligations de conformité (voir 6.1.3);
      8)  déterminer les risques et opportunités liés aux points 1), 6) et 7) ci-dessus qui doivent être traités (voir 6.1.1);
      9)  planifier les actions pour traiter les risques et opportunités déterminées au point 8) ci-dessus, et évaluer
l’efficacité de ces actions (voir 6.1.4);
      10)  établir des objectifs environnementaux (voir 6.2.2) et définir des indicateurs et un processus pour les
atteindre (voir 6.2.3 et 6.2.4);
b)  Mettre en œuvre:
      1)  déterminer les ressources requises pour mettre en œuvre et tenir à jour le système de management envi-
ronnemental (voir  7.1);
      2)  déterminer la compétence nécessaire de la (des) personne(s) et s’assurer que ces personnes sont compé-
tentes (voir 7.2) et sensibilisées (voir 7.3) comme déterminé;
      3)  établir, mettre en œuvre et tenir à jour les processus nécessaires pour les communications internes et
externes (voir 7.4);
      4)  assurer une méthode appropriée pour la création et la mise à jour (voir 7.5.2) ainsi que la maîtrise (voir 7.5.3)
des informations documentées;
      5)  établir, mettre en œuvre et contrôler les processus de maîtrise opérationnelle nécessaires pour satisfaire
aux exigences du système de management environnemental (voir 8.1);
      6)  déterminer les situations d’urgence potentielles et la réponse nécessaire (voir 6.1.1 et 8.2);
c)  Contrôler:
      1)  surveiller, mesurer, analyser et évaluer la performance environnementale (voir 9.1.1 et 9.1.2);
      2)  évaluer le respect des obligations de conformité (voir 9.1.2);
      3)  conduire périodiquement des audits internes (voir 9.2);
      4)  passer en revue le système de management environnemental de l’organisme pour s’assurer qu’il est toujours
pertinent, adéquat et efficace (voir 9.3);
d)  Agir:
      1)  mener des actions pour traiter une non-conformité (voir 10.2);
      2)  mener des actions pour améliorer de façon continue la pertinence, l’adéquation et l’efficacité du système de
management environnemental afin d’améliorer la performance environnementale (voir 10.3).

© ISO 2016 – Tous droits réservés  13


ISO 14004:2016(F)


4.4.2 Établissement, mise en œuvre, tenue à jour et amélioration continue d’un système de
management environnemental

Pour obtenir les résultats escomptés, il convient qu’un organisme établisse, mette en œuvre, tienne
à jour et améliore continuellement un système de management environnemental. Les bénéfices
comprennent une amélioration de la performance environnementale découlant des connaissances
acquises en 4.1 et 4.2 lors de l’établissement, de la mise en œuvre et de la tenue à jour du système de
management environnemental.
Le développement d’un système de management environnemental complet en une seule fois peut
s’avérer difficile pour certains organismes. Pour ces organismes, une approche par phases peut offrir
plusieurs avantages. L’Annexe B indique la manière de procéder à une mise en application par phases.
Un organisme conserve l’autorité et la responsabilité pour déterminer la manière dont il satisfait aux
exigences du système de management environnemental.

5 Leadership

5.1 Leadership et engagement


La direction fixe la mission, la vision et les valeurs de l’organisme, compte tenu de son contexte, des
besoins et attentes de ses parties intéressées et des objectifs commerciaux. Ces éléments sont restitués
dans ses plans stratégiques. L’engagement, la responsabilité et le leadership de la direction sont
essentiels à la mise en œuvre réussie d’un système de management environnemental, y compris la
capacité de produire les résultats escomptés. Il convient donc que la direction assume la responsabilité
de l’efficacité du système de management environnemental de l’organisme et assure que les résultats
escomptés sont obtenus. L’engagement de la direction consiste à fournir des ressources physiques
et financières ainsi qu’une orientation. Il inclut une implication active pour soutenir le système de
management environnemental et communiquer sur l’importance d’un management environnemental
efficace.
Il convient que l’engagement de la direction assure que le système de management environnemental:
— n’est pas géré de façon isolée ni séparée de la stratégie centrale de l’entreprise;
— est pris en compte lorsque des décisions stratégiques sont adoptées;
— est aligné sur les objectifs commerciaux;
— bénéficie d’un niveau de ressources approprié (voir  7.1), mises à disposition selon un calendrier
approprié et de manière efficace;
— suscite une implication appropriée à tous les niveaux de l’entreprise;
— fournit une valeur réelle à l’organisme;
— fait l’objet d’une amélioration continue et reste satisfaisant à long terme.
La politique environnementale et les objectifs environnementaux visent à répondre à la composante
environnementale des plans stratégiques de l’organisme et servent de base à son système de management
environnemental. Lorsqu’elle planifie ou passe en revue sa stratégie, la direction a la possibilité de
réaliser une plus grande valeur en tenant compte de la performance environnementale de ses activités,
produits ou services dès le début du cycle de vie. Par exemple, l’opportunité d’améliorer la performance
environnementale d’un bâtiment ou d’un produit est meilleure si les critères environnementaux sont
pris en compte dès la conception plutôt que d’attendre le stade de la construction ou de la fabrication.

14  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Le système de management environnemental sera plus efficace et durable s’il est intégré à l’orientation
stratégique de l’organisme et aux autres processus métier (voir l’encadré de conseils pratiques 6).

Conseils pratiques 6 — Intégration du système de management environnemental dans les processus métier
Le leadership et l’engagement de la direction sont essentiels pour l’intégration du système de management envi-
ronnemental dans les processus métier. Il appartient à l’organisme de décider du niveau de détail et de l’étendue
de l’intégration des exigences du système de management environnemental dans ses différentes fonctions opé-
rationnelles. L’intégration est un processus continu et les bénéfices peuvent augmenter avec le temps selon le
principe de l’amélioration continue.
L’intégration du système de management environnemental dans les processus métier de l’organisme peut amé-
liorer sa capacité:
—   de fonctionner de manière plus efficace et plus efficiente, par un partage des processus et des ressources;
—   de fournir une valeur ajoutée à l’organisme en étant plus étroitement associé aux processus dont dépend le
fonctionnement de l’organisme.
L’organisme peut étudier les opportunités d’intégration des activités de management environnemental dans ses
processus métier, comprenant l’intégration:
—   des résultats escomptés ou des objectifs environnementaux du système de management environnemental
dans la vision ou la stratégie de l’organisme (de façon explicite ou implicite), en relation par exemple avec l’inno-
vation et la compétitivité;
—   des engagements de la politique environnementale dans la gouvernance de l’organisme;
—   des responsabilités du système de management environnemental dans les fiches de poste;
—   des indicateurs de performance environnementale dans les systèmes de performance opérationnelle de
l’organisme, pouvant inclure des évaluations de services ou d’employés, par exemple des ICP;
—   de la performance environnementale dans les communications externes, par exemple les rapports financiers
ou relatifs au développement durable;
—   des processus permettant de déterminer les aspects environnementaux significatifs et les autres risques
et opportunités influant sur le système de management environnemental, dans le(s) processus normalisé(s) de
management du risque économique;
—   des critères environnementaux dans la planification des processus métier, la conception des produits ou
services, et les processus d’approvisionnement;
—   de la communication environnementale dans les processus et canaux de communication et d’engagement
habituels de l’entreprise, par exemple relations publiques.

Il convient que la direction communique l’importance d’un management environnemental efficace


et d’une conformité aux exigences du système de management environnemental par une implication
directe ou par une délégation de pouvoir, selon le cas. La communication peut être formelle ou
informelle, et peut prendre différentes formes, y compris visuelle et orale.
Il convient que la direction aide les autres rôles managériaux concernés à eux aussi faire preuve de
leadership dans leur propre domaine de responsabilité, en ce qui concerne le système de management
environnemental. Le leadership et l’engagement de la direction peuvent ainsi être diffusés à l’ensemble
de l’organisme. En faisant preuve de leadership et d’engagement, la direction est en mesure d’orienter
et d’aider les employés de l’organisme et les autres personnes effectuant un travail sous le contrôle de
l’organisme à atteindre les résultats escomptés de son système de management environnemental.
L’organisme est en mesure d’atteindre ses objectifs environnementaux et d’identifier les axes
d’amélioration lorsque la direction crée une culture incitant les personnes, à tous les niveaux, à
participer activement au système de management environnemental.

5.2 Politique environnementale


Une politique environnementale définit l’orientation stratégique de l’organisme en ce qui concerne
l’environnement dans le domaine d’application défini du système de management environnemental.
Il convient que la politique environnementale fournisse un cadre pour l’établissement d’objectifs
environnementaux et fixe le niveau visé de responsabilité vis-à-vis de l’environnement et de

© ISO 2016 – Tous droits réservés  15


ISO 14004:2016(F)


performance environnementale de l’organisme. Ce niveau sert de référence pour évaluer toutes les
actions ultérieures de l’organisme. La politique environnementale établit pour l’organisme ses principes
d’action.
Il convient que la politique environnementale soit spécifique à l’organisme et adaptée à la finalité
de l’organisme et au contexte dans lequel il opère, y compris la nature et l’échelle des impacts
environnementaux de l’organisme résultant de ses activités, produits et services. Il convient que la
politique environnementale comprenne l’engagement de l’organisme à respecter ses obligations de
conformité et son engagement en faveur de la protection de l’environnement, de la prévention des
pollutions et de l’amélioration continue. Les conseils pratiques 7 et 8 fournissent des informations
supplémentaires relatives aux engagements de la politique environnementale.
Lorsqu’il établit sa politique environnementale, il convient que l’organisme tienne compte de:
a) sa vision, sa mission, ses valeurs et ses convictions essentielles;
b) ses principes fondamentaux;
c) les besoins et attentes des parties intéressées et la communication avec celles-ci;
d) les enjeux internes et externes pertinents pour le système de management environnemental, y
compris les conditions locales ou régionales spécifiques;
e) la coordination avec les autres politiques de l’organisme (par exemple en matière de qualité, et de
santé et sécurité au travail);
f) les effets réels et potentiels des conditions environnementales externes, y compris les événements,
sur les activités de l’organisme.
L’établissement de la politique environnementale relève de la responsabilité de la direction de
l’organisme. Il convient que la politique environnementale soit tenue à jour sous forme d’une information
documentée et soit en cohérence avec, et puisse être intégrée ou associée à, d’autres documents
relatifs à la politique de l’organisme, tels que ceux associés à la qualité, à la santé et la sécurité au
travail et la responsabilité sociétale. La direction est responsable de la mise en œuvre de la politique
environnementale et de la mise à disposition des données qui permettent de la formuler ou de la modifier.
Il convient que la politique environnementale soit communiquée à toutes les personnes travaillant sous
le contrôle de l’organisme et soit mise à la disposition des parties intéressées. L’organisme peut décider
de rendre la politique environnementale disponible sans restriction, par exemple en la diffusant sur

16  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


un site internet, ou de la rendre disponible, selon le cas, après que des informations sur l’identité, les
besoins et les attentes de la partie intéressée ont été fournies, ou sur demande.

Conseils pratiques 7 — Protection de l’environnement et prévention des pollutions


Les organismes sont de plus en plus sensibilisés à l’environnement dans lequel ils opèrent, par exemple sur la dis-
ponibilité des ressources, la qualité de l’air et de l’eau et les effets et les impacts associés au changement climatique
lié à leur organisme. Par conséquent, en s’engageant en faveur de la protection de l’environnement, y compris la
prévention des pollutions, l’organisme contribue au développement durable de son entreprise et de la société.
Protection de l’environnement
L’engagement d’un organisme en faveur de la protection de l’environnement est lié à ses activités, produits et
services et à sa situation géographique. Il peut être atteint au sein de l’organisme ou par le biais du management
de la chaîne d’approvisionnement, de l’utilisation des produits ou de leur élimination. Il convient, le cas échéant,
que certains organismes prennent des engagements spécifiques en faveur de la protection de l’environnement
en raison de la nature, de l’échelle et de l’impact environnemental de leurs activités. Par exemple, si leurs activi-
tés sont associées à une déforestation, il convient de prendre en considération un engagement pour protéger la
biodiversité ou les services écosystémiques.
Les mesures pratiques pour protéger l’environnement peuvent comprendre:
—   une amélioration de l’efficacité dans l’utilisation des ressources naturelles telles que l’eau et les combustibles
fossiles, par exemple en réduisant l’utilisation, ou en s’engageant à réutiliser ou recycler, les ressources naturelles
liées à la production;
—   la protection de la biodiversité, des habitats et des écosystèmes par le biais d’une préservation directe sur
le site ou indirectement par des décisions en matière d’approvisionnement, par exemple acheter des matériaux
provenant de sources durables vérifiées;
—   l’atténuation du changement climatique en évitant ou réduisant les émissions de gaz à effet de serre ou en
adoptant des politiques de neutralité carbone afin de réduire sa contribution nette au changement climatique;
—   l’amélioration de la qualité de l’air et de l’eau par évitement, substitution ou réduction.
Prévention des pollutions
La prévention des pollutions peut être intégrée tout au long du cycle de vie des produits ou des services, y compris
la conception et le développement, la fabrication, la distribution, l’utilisation et la fin de vie. De telles stratégies
peuvent aider un organisme non seulement à préserver les ressources et réduire les déchets et les émissions,
mais aussi à réduire les coûts et fournir des produits et services plus compétitifs. L’ISO/TR 14062 et l’ISO 14006
fournissent des lignes directrices sur l’intégration des aspects environnementaux dans la conception et le déve-
loppement des produits.
La réduction à la source peut souvent être le moyen le plus efficace car elle permet d’éviter la production de
déchets et d’émissions et, simultanément, de préserver les ressources. Malgré cela, la prévention des pollutions
par la réduction à la source n’est pas applicable dans certaines circonstances. L’organisme peut prendre en compte
l’utilisation d’une hiérarchisation des approches pour la prévention des pollutions, donnant la préférence à la
prévention des pollutions à la source, comme suit:
a)   réduction ou élimination à la source (y compris la prise en compte de l’environnement dans la conception
et le développement, le remplacement de matériaux, le changement de procédé, produits et technologies, et la
préservation des matériaux et des ressources énergétiques);
b)   réutilisation ou recyclage des matériaux dans le procédé ou l’installation;
c)   réutilisation ou recyclage des matériaux en dehors du site;
d)   valorisation et traitement (valorisation des flux de déchets sur le site ou en dehors du site, traitement des
émissions et rejets des déchets sur le site ou hors du site afin de réduire leurs impacts environnementaux);
e)   mécanismes de maîtrise, tels que l’incinération ou le stockage contrôlé, lorsque cela est permis. Toutefois, il
convient que l’organisme n’utilise de telles méthodes qu’après avoir envisagé les autres options.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  17


ISO 14004:2016(F)


Conseils pratiques 8 — Politique environnementale et développement durable


Un nombre croissant d’organismes internationaux, tels que des gouvernements, des associations professionnelles
et des mouvements de citoyens, ont adopté des principes directeurs en faveur de la durabilité environnementale.
Ces principes ont permis aux organismes de définir le domaine général de leur engagement pour la défense de
l’environnement comme l’un des trois piliers du développement durable et de fournir un ensemble de valeurs
communes. Ces principes directeurs peuvent aider les organismes à mettre au point leur politique environne-
mentale, qui est propre à l’organisme pour lequel elle est établie.
La politique environnementale peut inclure d’autres engagements, tels que:
a)  développement durable et principes directeurs associés (par exemple Agenda 21 de l’ONU/Global Compact,
Equator Principles);
b)  limitation des impacts environnementaux significatifs négatifs des nouveaux développements à travers l’uti-
lisation de processus intégrés de management environnemental et la planification;
c)  conception des produits en tenant compte des aspects environnementaux et des principes de développement
durable.

5.3 Rôles, responsabilités et autorités au sein de l’organisme


Le succès de l’établissement, de la mise en œuvre et de la tenue à jour d’un système de management
environnemental et l’amélioration de la performance environnementale dépendent de la façon dont la
direction définit et attribue les responsabilités et les autorités au sein de l’organisme (voir l’encadré de
conseils pratiques 9).
Il convient que la direction désigne un (des) représentant(s) ou une (des) fonction(s) disposant d’une
autorité, d’une sensibilisation, d’une compétence et de ressources suffisantes pour:
a) s’assurer de l’établissement, de la mise en œuvre et de la tenue à jour du système de management
environnemental, à tous les niveaux de l’organisme concernés;
b) rendre compte à la direction du système de management environnemental, y compris la
performance environnementale et les axes d’amélioration.
Ces responsabilités et autorités peuvent être combinées à d’autres fonctions ou responsabilités.
Il convient que l’organisme s’assure que les responsabilités et autorités des personnes travaillant sous
son contrôle, dont le travail influe sur le système de management environnemental, soient définies et
communiquées au sein de l’organisme, selon le cas, pour assurer une mise en œuvre efficace du système
de management environnemental. Il convient de ne pas percevoir les responsabilités environnementales
comme étant confinées aux fonctions environnementales; elles peuvent aussi inclure d’autres fonctions
au sein de l’organisme, telles que la conception, l’approvisionnement, l’ingénierie ou la qualité. Il convient
que les ressources mises à disposition par la direction permettent de répondre aux responsabilités
attribuées. Lorsqu’une modification intervient dans la structure de l’organisme, il convient de revoir les
responsabilités et autorités attribuées.
L’encadré de conseils pratiques 9 donne des exemples de responsabilités dans le cadre du système de
management environnemental.

Conseils pratiques 9 — Exemple des rôles et responsabilités


Responsabilités dans le cadre du système de mana- Personne(s) typiquement responsable(s)
gement environnemental
Établir l’orientation générale (résultats escomptés) Le président, le directeur général, le conseil d’admi-
nistration
Établir la politique environnementale Le président, le directeur général et les autres direc-
teurs, selon le cas
Établir les objectifs environnementaux et les processus Les responsables concernés et d’autres responsables,
selon le cas
Prendre en compte les aspects environnementaux Les concepteurs de produits et services, les architectes
pendant le processus de conception et les ingénieurs

18  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Surveiller la performance générale du système de Le responsable environnement


management environnemental
S’assurer du respect des obligations de conformité L’ensemble des responsables
Promouvoir l’amélioration continue L’ensemble des responsables
Identifier les attentes des clients Les équipes de marketing et de vente
Identifier les exigences pour les fournisseurs et les Les acheteurs
critères relatifs à l’approvisionnement
Développer et tenir à jour des processus comptables Les responsables comptables et financiers
Se conformer aux exigences du système de manage- Toutes les personnes travaillant sous le contrôle de
ment environnemental l’organisme
Passer en revue le fonctionnement du système de La direction
management environnemental
NOTE   Les entreprises et les institutions diffèrent de par leur structure organisationnelle. Il faut qu’elles en
tiennent compte pour définir les responsabilités en matière de management environnemental à partir de leurs
propres processus de travail. Pour les petites et moyennes entreprises (PME), par exemple, le propriétaire peut
être la personne responsable pour toutes ces activités.

6 Planification

6.1 Actions à mettre en œuvre face aux risques et opportunités

6.1.1 Généralités

La planification est essentielle pour déterminer et entreprendre les actions requises pour s’assurer
que le système de management environnemental peut produire les résultats escomptés. Il s’agit
d’un processus continu utilisé à la fois pour établir et mettre en œuvre des éléments du système de
management environnemental et pour les tenir à jour et les améliorer, en se basant sur l’évolution
des circonstances ainsi que sur les données d’entrée et de sortie du système de management
environnemental lui-même. Le processus de planification peut aider un organisme à identifier
et concentrer ses ressources sur les secteurs qui sont les plus importants pour la protection de
l’environnement. Il peut aussi aider l’organisme à respecter ses obligations de conformité et d’autres
engagements de la politique environnementale et à établir et atteindre ses objectifs environnementaux.
Il convient que l’organisme dispose d’un (de) processus permettant de déterminer les risques et
opportunités à prendre en compte. La première étape du processus consiste à appréhender le contexte
dans lequel opère l’organisme, y compris les enjeux susceptibles d’influer sur les résultats escomptés du
système de management environnemental (voir 4.1) et les besoins et attentes des parties intéressées,
en incluant ceux que l’organisme adopte en tant qu’obligations de conformité (voir 4.2). Avec le domaine
d’application du système de management environnemental, ces éléments constituent les données
d’entrée à considérer lors de la détermination des risques et opportunités à prendre en compte. Les
informations générées lors du processus de planification sont des données d’entrée importantes
pour la détermination des opérations devant être maîtrisées. Ces informations peuvent également
être employées dans l’établissement et l’amélioration d’autres parties du système de management
environnemental, telles que l’identification des besoins en matière de formation, de compétences, de
surveillance et de mesure.
Le système de management environnemental fournit de la valeur pour l’organisme, ses parties
intéressées et l’environnement en traitant les risques et opportunités. Un système de management
environnemental robuste, crédible et fiable peut contribuer à la viabilité à long terme de l’organisme.
Sans management des risques et opportunités, l’organisme peut ne pas obtenir les résultats escomptés
ni être en mesure de répondre aux conditions environnementales, y compris les événements. Des
exemples des risques et opportunités liés à ces sources et devant être pris en compte sont fournis dans
l’encadré de conseils pratique 10. Il convient de prendre en compte les obligations de conformité, les
points de vue des parties intéressées et d’autres sources de risques et opportunités devant être traitées,
telles que les conditions environnementales, y compris les événements.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  19


ISO 14004:2016(F)


Conseils pratiques 10 — Exemples de risques et opportunités affectant l’organisme qui doivent être pris
en compte
Des risques et opportunités peuvent affecter l’organisme et sa capacité à obtenir les résultats escomptés du
système de management environnemental. Les effets négatifs sur l’organisme peuvent être dus, par exemple:
a)   à des aspects environnementaux, par exemple un très faible déversement qui contamine faiblement le sol ou
les eaux souterraines et qui n’est donc pas considéré comme significatif du point de vue environnemental, qui
peut néanmoins nuire à l’organisme en altérant son image d’entreprise respectueuse de l’environnement;
b)   à des aspects environnementaux significatifs, comme par exemple lorsqu’un incident de pollution suscite un
doute quant à la capacité de l’organisme de gérer ses aspects environnementaux significatifs et affaiblit donc sa
crédibilité;
c)   au non-respect d’obligations de conformité, qui peut entraîner des amendes, des coûts pour l’action corrective
et la perte potentielle de l’acceptation sociétale des activités de l’organisme;
d)   à des conditions environnementales, y compris des événements, ayant un impact sur l’environnement, comme
par exemple lorsque le changement climatique réduit la disponibilité de l’eau, ce qui peut influer que le fonction-
nement de la station d’épuration des eaux usées de l’organisme;
e)   à un besoin des clients nécessitant une expansion rapide de la capacité de l’organisme sans une augmentation
appropriée du nombre d’employés compétents, ce qui peut entraîner des erreurs éventuelles pouvant se traduire
par un danger pour l’environnement;
f)   à des points de vue de parties intéressées sur la performance environnementale d’un organisme susceptibles
de mobiliser une forte opposition;
g)   à une action mise en œuvre pour traiter des risques et opportunités sans prendre en compte les conséquences
imprévues qu’elle peut avoir, par exemple l’opportunité d’utiliser les eaux usées pour irriguer les zones de loisirs
de l’organisme peut causer des problèmes de santé à ceux qui utilisent ces zones.
NOTE   Des lignes directrices concernant les situations d’urgence potentielles sont données en 8.2.
Les effets bénéfiques potentiels pour l’organisme peuvent comprendre:
a)   l’identification de nouvelles technologies, telles qu’un équipement de contrôle permettant de réduire les rejets
polluants;
b)   l’optimisation de la préservation des ressources, telle que le recyclage de l’eau; ou
c)   la collaboration avec les parties intéressées pour désamorcer toute opposition à une méthode proposée d’éli-
mination des déchets.

Trois sources possibles de risques et d’opportunités doivent être traitées pour s’assurer que le système
de management environnemental permet d’obtenir les résultats escomptés, de prévenir ou de réduire
les effets indésirables ou d’appliquer avec succès une démarche d’amélioration continue:
a) les aspects environnementaux (voir 6.1.2);
b) les obligations de conformité (voir 6.1.3);
c) d’autres questions et exigences identifiées en 4.1 et 4.2.
L’organisme est libre de choisir son approche lors de la détermination des risques et opportunités
devant être pris en compte. Par exemple, l’organisme peut:
— déterminer les aspects environnementaux, les obligations de conformité et tous les autres enjeux et
exigences, puis déterminer les risques et opportunités associés à prendre en compte pour chacun
d’eux; ou
— intégrer la détermination des risques et opportunités à prendre en compte dans sa détermination
des aspects environnementaux significatifs, et appliquer une approche similaire aux autres sources
de risques et d’opportunités à prendre en compte; ou
— suivre une approche alternative consistant à considérer conjointement deux (ou plus) des sources
de risques et d’opportunités à prendre en compte.

20  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


L’organisme peut utiliser des méthodes existantes pour déterminer les risques et opportunités
à prendre en compte. L’approche choisie peut comprendre un processus qualitatif simple ou une
évaluation quantitative complète (par exemple en appliquant des critères dans une matrice de décision),
selon le contexte dans lequel opère l’organisme. Des exemples d’approches sont donnés dans l’encadré
de conseils pratiques 11.
Les risques et opportunités résultants à prendre en compte constituent des données d’entrée pour les
actions de planification (voir 6.1.4), pour l’établissement des objectifs environnementaux (voir 6.2) et
pour la maîtrise des opérations concernées afin de prévenir les impacts environnementaux négatifs
et autres effets indésirables (voir 8.1). L’Annexe A donne des exemples d’activités, de produits et de
services et de leurs aspects et impacts environnementaux associés, ainsi que des actions à mettre en
œuvre pour les traiter.
Les résultats peuvent aussi avoir des implications dans d’autres domaines du système de management
environnemental, par exemple la détermination des besoins en compétences et des communications
relatives au système de management environnemental, la détermination des besoins en surveillance et
mesure, l’établissement du programme d’audits internes et l’élaboration de procédures de préparation
et de réponse aux situations d’urgence.
Les situations d’urgence sont des événements imprévus ou inattendus qui nécessitent une réponse
immédiate afin d’en atténuer les conséquences réelles ou potentielles. Les situations d’urgence
peuvent avoir des effets négatifs pour un organisme, par exemple en cas d’incendies, d’explosions, de
déversements accidentels ou de rejets de substances dangereuses, ou d’événements naturels tels que
crues éclair, tempêtes, typhons, tsunamis, etc. Elles peuvent également avoir des impacts secondaires
sur l’environnement ou des effets pour l’organisme, tels que le rejet en dehors du site d’une eau
d’extinction contaminée pendant le processus de lutte contre l’incendie et la nécessité d’éliminer
le matériel endommagé par le feu qui peut être dangereux à la suite de l’incendie. Dans le domaine
d’application du système de management environnemental, il convient que l’organisme détermine les
situations d’urgence potentielles, y compris celles pouvant avoir des conséquences environnementales.

Conseils pratiques 11 — Exemples d’approches pour déterminer les risques et opportunités à prendre
en compte
Exemples de données d’entrée Exemples de méthode Exemples de données de sortie
Aspects environnementaux (voir 6.1.2)
—   Aspects environnementaux
—   Aspects et impacts environne-
significatifs
mentaux
Évaluation de l’importance à l’aide —   Risques et opportunités à
—   Critères de détermination des de critères (voir 6.1.2.5) prendre en compte en relation avec
aspects environnementaux signi-
les aspects environnements signifi-
ficatifs
catifs (voir Note ci-dessous)
Obligations de conformité (voir 6.1.3)
—   Détermination des besoins et
attentes pertinents des parties
intéressées, qui deviennent des obli-
gations de conformité (voir 4.2)
—   Communication avec les parties
intéressées, y compris les réclama- Évaluation des résultats afin de Risques et opportunités à prendre
tions, les attributions de marché et déterminer s’il existe des risques et en compte en relation avec les obli-
la reconnaissance opportunités à prendre en compte gations de conformité
—   Audits internes et externes des
obligations de conformité
—   Revue des nouvelles tendances
réglementaires
Enjeux internes et externes (voir 4.1)

© ISO 2016 – Tous droits réservés  21


ISO 14004:2016(F)


—   Résultats de l’analyse du
contexte, y compris des enjeux in-
ternes et externes (voir les encadrés
de conseils pratiques 1 et 3) Risques et opportunités à prendre
en compte en relation avec d’autres
—   Résultats des revues de direction
enjeux en 4.1
—   Données d’entrée de la direction Évaluation des résultats afin de
et autres données d’entrée de mana- déterminer s’il existe des risques et
gement interfonctionnel opportunités pour l’organisme qui
doivent être pris en compte
Conditions environnementales Risques et opportunités à prendre
affectant l’organisme (voir l’encadré en compte en relation avec les
de conseils pratiques 2) conditions environnementales
Aspects environnementaux déter- Risques et opportunités à prendre
minés (autres que les aspects envi- en compte en relation avec les
ronnementaux significatifs) aspects environnementaux
Autres exigences (voir 4.2) Exigences autres que les exigences légales et celles que l’organisme a choisi
d’adopter.
—   Résultats des revues de direction
—   Circonstances nouvelles ou Évaluation des résultats afin de
modifiées Risques et opportunités à prendre
déterminer s’il existe des risques et
en compte en relation avec d’autres
—   Nouvelles informations opportunités pour l’organisme qui
exigences
doivent être pris en compte
—   Communication avec les parties
intéressées

6.1.2 Aspects environnementaux

6.1.2.1 Généralités

Pour établir un système de management environnemental efficace, il convient qu’un organisme


approfondisse sa compréhension de la façon dont il interagit avec l’environnement, en incluant
les éléments de ses activités, produits et services qui peuvent avoir un impact environnemental
(voir  6.1.2.2). Les éléments des activités, produits et services de l’organisme pouvant interagir avec
l’environnement sont appelés aspects environnementaux. Il peut s’agir, par exemple, d’un rejet, d’une
émission, de l’utilisation ou de la réutilisation d’un matériau, ou encore de la génération de bruit. Il
convient qu’un organisme mettant en œuvre un système de management environnemental détermine
les aspects environnementaux qu’il a les moyens de maîtriser et ceux qu’il a les moyens d’influencer
(voir 6.1.2.3), en adoptant une perspective de cycle de vie. L’encadré de conseils pratiques 12 fournit
des informations supplémentaires sur ce concept.
Les modifications de l’environnement, qu’elles soient négatives ou bénéfiques, qui résultent totalement
ou partiellement des aspects environnementaux, sont appelées impacts environnementaux. Les impacts
négatifs comprennent, par exemple, la pollution de l’air et l’épuisement des ressources naturelles. Les
impacts bénéfiques peuvent être, par exemple, l’amélioration de la qualité de l’eau ou du sol. La relation
entre aspects environnementaux et impacts environnementaux associés est une relation de cause à
effet. Il convient qu’un organisme ait une bonne compréhension des aspects qui ont ou qui peuvent avoir
des impacts significatifs sur l’environnement, c’est-à-dire les aspects environnementaux significatifs
(voir 6.1.2.4) qu’il peut juger nécessaire de prendre en compte pour protéger l’environnement.
La détermination des aspects environnementaux significatifs et des impacts environnementaux
associés est nécessaire pour déterminer les besoins de maîtrise ou d’amélioration, ainsi que pour établir
les priorités dans les actions de management (voir  6.1.2.5) fondées principalement sur les facteurs
environnementaux. Il convient que la politique environnementale, les objectifs environnementaux, la
formation, les communications, la maîtrise opérationnelle et les processus de surveillance de l’organisme
soient développés en se basant avant tout sur la connaissance de ses aspects environnementaux
significatifs. La détermination des aspects environnementaux significatifs est un processus continu.

22  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Il améliore la compréhension des relations de l’organisme avec l’environnement et contribue à


l’amélioration continue de la performance environnementale de l’organisme par le perfectionnement de
son système de management environnemental.
Il n’existe pas d’approche unique pour la détermination des aspects environnementaux et des impacts
environnementaux, ni pour l’évaluation de leur importance, qui convienne à tous les organismes. Les
lignes directrices données en 6.1.2.5 ont donc pour objet d’expliquer les principaux concepts pour les
organismes cherchant à mettre en œuvre ou améliorer un système de management environnemental. Il
convient que chaque organisme choisisse une approche qui soit appropriée à son domaine d’application,
à la nature et à l’échelle de ses impacts environnementaux et qui réponde à ses besoins en termes de
détail, de complexité, de temps, de coût et de disponibilité de données fiables. La mise en œuvre d’un
(de) processus pour mettre en pratique l’approche choisie peut aider à obtenir des résultats cohérents.

Conseils pratiques 12 — Perspective de cycle de vie


Une perspective de cycle de vie inclut la prise en compte des aspects environnementaux des activités, produits et
services d’un organisme qu’il peut maîtriser ou influencer. Les étapes d’un cycle de vie comprennent l’acquisition
des matières premières, la conception, la production, le transport/la livraison, l’utilisation, le traitement en fin
de vie et l’élimination finale.
Lorsque l’organisme applique une perspective de cycle de vie à ses produits et services, il convient qu’il prenne
en compte les éléments suivants:
—   l’étape du cycle de vie du produit ou du service;
—   le niveau de maîtrise qu’il a sur les étapes du cycle de vie, par exemple un concepteur de produit peut être
responsable du choix des matières premières, alors qu’un fabricant ne peut être responsable que de la réduction
de l’utilisation des matières premières et de la réduction des déchets de procédé et l’utilisateur ne peut être res-
ponsable que de l’utilisation et de l’élimination du produit;
—   le niveau d’influence qu’il a sur le cycle de vie, par exemple le concepteur ne peut influer que sur les méthodes
de production des fabricants, alors que le fabricant peut aussi influer sur la conception et la manière dont le pro-
duit est utilisé ou sur sa méthode d’élimination;
—   la durée de vie du produit;
—   l’influence de l’organisme sur la chaîne d’approvisionnement;
—   la longueur de la chaîne d’approvisionnement;
—   la complexité technologique du produit.
L’organisme peut prendre en compte les étapes du cycle de vie sur lesquelles il a le plus de maîtrise ou d’influence,
car elles peuvent offrir la plus grande opportunité de réduire l’utilisation des ressources et de limiter la pollution
ou les déchets.

6.1.2.2 Appréhender les activités, produits et services

La totalité des activités, produits et services ont des impacts sur l’environnement qui peuvent se produire
à n’importe laquelle ou toutes les étapes du cycle de vies, c’est-à-dire de l’acquisition et la distribution des
matières premières à l’utilisation et l’élimination. Il convient qu’un organisme appréhende ses activités,
produits et services qui se situent dans le domaine d’application de son système de management
environnemental afin de pouvoir identifier les aspects et impacts environnementaux associés. Il peut
être utile de regrouper ses activités, produits et services pour faciliter l’identification et l’évaluation
des aspects et impacts environnementaux associés. Un groupe ou une catégorie peut être basé(e) sur
des caractéristiques communes, telles qu’unités organisationnelles, localisations géographiques et
organigrammes d’opérations.

6.1.2.3 Détermination des aspects environnementaux

Lorsqu’il détermine ses aspects environnementaux dans le cadre de son système de management
environnemental, il convient que l’organisme adopte une perspective de cycle de vie et prenne en compte
les aspects associés à ses activités, produits et service, passés, en cours et prévus. Dans tous les cas, il
convient que l’organisme prenne en compte les conditions de fonctionnement normales et anormales,

© ISO 2016 – Tous droits réservés  23


ISO 14004:2016(F)


y compris la mise en marche, l’arrêt et l’entretien, ainsi que les situations d’urgence raisonnablement
prévisibles.
En plus des aspects environnementaux que l’organisme a les moyens de maîtriser directement,
il convient qu’il prenne également en compte les aspects sur lesquels il a les moyens d’avoir une
influence, c’est-à-dire ceux relatifs aux produits et services utilisés par l’organisme et ceux relatifs
aux produits et services que l’organisme fournit. Lorsqu’il évalue sa capacité à influencer les aspects
environnementaux, il convient que l’organisme tienne compte de ses obligations de conformité, de ses
politiques et des problèmes locaux ou régionaux. Il convient que l’organisme tienne également compte
des conséquences pour sa propre performance environnementale, par exemple, de l’achat de produits
contenant des substances dangereuses, d’activités réalisées par des prestataires externes, y compris
des fournisseurs ou des sous-traitants, de la conception des produits et services, des matériaux, biens
ou services fournis et utilisés, et du transport, de l’utilisation, de la réutilisation ou du recyclage des
produits mis sur le marché.
Pour déterminer et avoir une bonne compréhension de ses aspects environnementaux, l’organisme
peut rassembler des données quantitatives et/ou qualitatives sur les caractéristiques de ses activités,
produits et services, telles que les matériaux ou l’énergie entrants et sortants, les processus et la
technologie utilisés, les équipements et leur localisation, et les modes de transport. En outre, il peut
être utile de rassembler des informations sur:
a) la relation de cause à effet entre les éléments des activités, produits et services et les altérations
possibles ou réelles de l’environnement;
b) les préoccupations environnementales des parties intéressées;
c) les aspects environnementaux possibles identifiés dans les règlements et les autorisations
administratives, dans d’autres normes ou par des associations professionnelles, des institutions
universitaires, etc.
La participation de personnes ayant une bonne connaissance des activités, produits et services de
l’organisme facilite le processus de détermination des aspects environnementaux. Bien qu’il n’y ait pas
qu’une seule approche pour déterminer les aspects environnementaux, l’approche choisie peut prendre
en compte:
— les émissions dans l’air;
— les rejets dans l’eau;
— les rejets dans le sol;
— l’utilisation des matières premières et des ressources naturelles;
— l’utilisation de l’énergie;
— l’énergie produite (par exemple chaleur, rayonnement, vibrations (bruit) et lumière);
— la production de déchets et/ou de sous-produits;
— l’utilisation de l’espace.
Il convient donc de prendre en compte les aspects environnementaux en rapport avec les activités,
produits et services de l’organisme, notamment:
— la conception et le développement de ses installations, processus, produits et services;
— l’acquisition de matières premières, y compris l’extraction;
— les processus opérationnels ou de fabrication, y compris l’entreposage;
— l’exploitation et la maintenance des installations, des actifs et de l’infrastructure organisationnels;
— la performance environnementale et les pratiques des prestataires externes;

24  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


— le transport des produits et la prestation de services, y compris l’emballage;


— le stockage, l’utilisation et le traitement en fin de vie des produits;
— la gestion des déchets, y compris la réutilisation, la remise en état, le recyclage et l’élimination.
NOTE Des lignes directrices sur l’intégration des aspects environnementaux dans la conception des produits
sont données dans l’ISO/TR 14062, et des lignes directrices sur l’éco-conception sont données dans l’ISO 14006.

6.1.2.4 Compréhension des impacts environnementaux

La compréhension des impacts environnementaux d’un organisme liés aux aspects environnementaux
déterminés est nécessaire pour déterminer leur caractère significatif, notamment les aspects qui
peuvent conduire à des situations d’urgence. Beaucoup d’approches sont disponibles. Il convient que
l’organisme en choisisse une qui convienne à ses besoins.
Les informations directement disponibles sur les types d’impacts environnementaux associés aux
aspects environnementaux de l’organisme peuvent être considérées comme suffisantes par certains
organismes. D’autres organismes peuvent choisir d’employer des diagrammes ou des schémas reliant les
causes aux effets, afin d’illustrer les masses entrantes et sortantes et les bilans massiques/énergétiques,
ou d’autres approches, telles que les études d’impacts environnementaux ou les analyses de cycle de vie.
NOTE 1 Des lignes directrices sur l’analyse du cycle de vie sont données dans l’ISO 14040 et l’ISO 14044.

Il convient que l’approche retenue permette d’identifier:


— les impacts environnementaux positifs (bénéfiques) et négatifs (non bénéfiques);
NOTE 2 Les aspects environnementaux associés à des impacts environnementaux bénéfiques potentiels
peuvent offrir à l’organisme des opportunités d’améliorer les conditions environnementales. Les aspects
environnementaux associés à des impacts environnementaux négatifs peuvent constituer pour l’organisme une
menace qui peut nuire à sa capacité de remplir les engagements de sa politique environnementale.

— les impacts environnementaux réels et potentiels;


— le(s) secteur(s) de l’environnement qui peu(ven)t être altéré(s), tel que l’air, l’eau, le sol, la flore, la
faune, le patrimoine culturel, etc.;
— les caractéristiques géographiques qui peuvent influer sur l’ampleur de l’impact environnemental,
telles que les conditions climatiques locales, la hauteur de la nappe phréatique, le type de sol, etc.;
— la nature des altérations de l’environnement (telle que problématique locale/globale, durée de
l’impact environnemental ou potentiel d’accumulation avec le temps).

© ISO 2016 – Tous droits réservés  25


ISO 14004:2016(F)


L’encadré de conseils pratiques 13 indique des sources d’information possibles pouvant aider un
organisme à déterminer ses aspects et impacts environnementaux.

Conseils pratiques 13 — Sources d’information possibles pour déterminer les aspects environnementaux
et les impacts environnementaux
Les sources d’information possibles comprennent:
a)   des documents d’information générale, tels que brochures, catalogues et rapports annuels;
b)   des manuels opérationnels, des diagrammes de procédés ou des plans de production et qualité;
c)   des rapports d’audits, d’évaluations et de revues précédents, tels que la revue environnementale initiale ou
l’analyse du cycle de vie;
d)   des informations provenant d’autres systèmes de management, tels que qualité ou santé et sécurité au travail;
e)   des rapports contenant des données techniques, des études ou analyses publiées, ou des listes de substances
toxiques;
f)   des obligations de conformité;
g)   des codes de bonne pratique, des politiques, des lignes directrices et des programmes nationaux ou interna-
tionaux;
h)   des données d’achat;
i)   des spécifications de produits, des données de développement de produit, des fiches de données de sécurité
(FDS) ou des données sur le bilan énergétique et sur le bilan matière;
j)   des inventaires de déchets;
k)   des données de surveillance;
l)   les demandes de permis ou d’autorisations d’exploitation;
m)   les points de vue, demandes ou accords passés avec les parties intéressées;
n)   les rapports sur les situations d’urgence.

6.1.2.5 Détermination du caractère significatif des aspects environnementaux

Le caractère significatif est un concept se rapportant à un organisme et à son contexte. Ce qui est
significatif pour un organisme ne l’est pas nécessairement pour un autre. L’évaluation du caractère
significatif peut impliquer à la fois une analyse technique et un jugement tels que déterminés
par l’organisme. L’utilisation de critères peut aider l’organisme à établir, parmi ses aspects
environnementaux et ses impacts associés, ceux qu’il considère comme significatifs. L’établissement et
la mise en œuvre de tels critères peuvent permettre d’assurer la cohérence de l’évaluation du caractère
significatif.
Puisqu’un organisme peut avoir beaucoup d’aspects environnementaux et d’impacts environnementaux
associés, il convient qu’il établisse des critères et une méthode pour déterminer ceux qu’il considère
significatifs. Les critères peuvent se rapporter à l’aspect environnemental (par exemple type, taille,
fréquence) ou à l’impact environnemental (par exemple degré, sévérité, durée, exposition). D’autres
données d’entrée peuvent également être prises en compte lors de l’établissement des critères
d’importance, notamment les informations sur les obligations de conformité et les préoccupations
des parties intéressées internes et externes. Toutefois, il convient de ne pas choisir ces critères d’une
manière qui déclasse un aspect environnemental significatif.
L’organisme peut définir des niveaux (ou des valeurs) d’importance associée à chaque critère. Par
exemple, l’évaluation du caractère significatif peut être basée sur une combinaison de probabilité
d’occurrence (probabilité/fréquence) et de ses conséquences (sévérité/intensité). Certains types
d’échelle ou de hiérarchie peuvent être utiles pour la pondération, par exemple quantitativement en
termes de données chiffrées, ou qualitativement en termes de niveaux tels qu’élevé, moyen, faible ou
négligeable.
L’organisme peut juger utile d’évaluer le caractère significatif d’un aspect environnemental et des
impacts environnementaux associés en combinant les résultats de différents critères. Il convient que

26  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


l’organisme décide quels sont les aspects environnementaux significatifs, par exemple en utilisant des
valeurs seuil. Toutefois, si une telle approche est adoptée, il convient que l’organisme soit en mesure de
justifier la valeur seuil. Les aspects environnementaux significatifs peuvent se traduire par des risques
et opportunités qui doivent être pris en compte pour s’assurer que l’organisme permet d’obtenir les
résultats escomptés de son système de management environnemental et de prévenir ou de réduire les
effets indésirables.
Pour faciliter la planification, il convient que l’organisme tienne à jour les informations documentées
adéquates sur les aspects environnementaux et impacts environnementaux associés identifiés, sur les
critères utilisés pour déterminer ses aspects environnementaux significatifs et sur ceux considérés
comme significatifs, y compris ceux pouvant apparaître dans des situations potentielles d’urgence.
Il convient que l’organisme utilise ces informations pour comprendre les besoins de maîtrise
opérationnelle et déterminer les moyens correspondants, y compris ceux nécessaires pour atténuer
ou répondre aux situations d’urgence réelles. Il convient d’intégrer les informations sur les impacts
environnementaux identifiés partout où cela est approprié. Il convient que ces informations soient
passées en revue et mises à jour périodiquement et, lorsque les circonstances changent, il convient de
s’assurer que les informations sont à jour. Il peut être utile de tenir à jour ces informations sous forme
de liste, de registre, de base de données ou sous d’autres formes.
NOTE La détermination des aspects environnementaux significatifs n’exige pas une étude d’impacts
environnementaux.

6.1.3 Obligations de conformité

6.1.3.1 Généralités

Les obligations de conformité peuvent aboutir à des risques et des opportunités qui doivent être
pris en compte. Pour s’assurer du respect des obligations de conformité, la première étape consiste à
identifier et avoir accès aux obligations de conformité et à comprendre la façon dont elles s’appliquent à
l’organisme. Sur la base des connaissances acquises en 4.2.4, il convient que l’organisme établisse, mette
en œuvre et tienne à jour un processus visant à identifier et à avoir accès aux obligations de conformité
qui sont liées aux aspects environnementaux de ses activités, produits et services. Il convient que ce
processus permette à l’organisme de prendre en compte et de se préparer aux besoins et attentes,
nouveaux ou modifiés, des parties intéressées, de manière à pouvoir entreprendre, le cas échéant, une
action préparatoire pour maintenir la conformité. Il convient également que l’organisme prenne en
compte la façon dont les développements (nouveaux ou prévus) et les activités, produits et services
(nouveaux ou modifiés) peuvent influer sur son état de conformité.
Il convient qu’un organisme s’assure que les informations appropriées concernant les obligations de
conformité soient communiquées aux personnes travaillant sous le contrôle de l’organisme (y compris
les prestataires externes, tels que les sous-traitants ou les fournisseurs), dont les responsabilités sont
liées au respect des obligations de conformité ou dont les actions peuvent affecter le respect de ces
obligations de conformité.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  27


ISO 14004:2016(F)


Pour de plus amples informations sur les obligations de conformité relatives aux système de
management environnemental, voir l’encadré de conseils pratiques 14.

Conseils pratiques 14 — Obligations de conformité


Les composantes recommandées liées aux obligations de conformité du système de management environnemental
sont résumées dans la liste suivante. Il convient qu’un organisme établisse, mette en œuvre et tienne à jour les
processus nécessaires et fournisse les ressources adéquates pour:
a)  établir une politique environnementale qui comprenne un engagement de satisfaire aux obligations de confor-
mité (voir 5.2);
b)  identifier, rendre accessibles et comprendre la façon dont ces obligations de conformité s’appliquent à l’orga-
nisme (voir 4.2 et 6.1.3);
c)  établir les objectifs environnementaux en tenant compte des obligations de conformité (voir 6.2);
d)  atteindre les objectifs environnementaux liés aux obligations de conformité par le biais:
      —   des rôles, des responsabilités, des processus, des moyens et des calendriers identifiés pour atteindre les
objectifs environnementaux liés au respect des obligations de conformité (voir 6.1.4);
      —   des contrôles opérationnels (y compris les procédures lorsque cela est nécessaire) pour répondre à l’enga-
gement de conformité et aux objectifs environnementaux liés aux obligations de conformité (voir 8.1);
e)  s’assurer que toutes les personnes travaillant sous le contrôle de l’organisme connaissent les processus qui
leur sont applicables et les conséquences liées au non-respect des obligations de conformité (voir 7.3);
f)  s’assurer que toutes les personnes travaillant sous le contrôle de l’organisme ont les compétences nécessaires
en ce qui concerne les obligations de conformité applicables, liées aux processus qui leur sont applicables, et
l’importance de satisfaire aux obligations de conformité applicables, sur la base d’une formation initiale ou pro-
fessionnelle et/ou d’une expérience appropriées (voir 7.2);
g)  établir des processus de communication pertinents pour le système de management environnemental, en
tenant compte des obligations de conformité de l’organisme (voir 7.4);
h)  évaluer périodiquement le respect des obligations de conformité (voir 9.1.2);
i)  identifier les cas de non-conformité réglementaire ou autre (ainsi que les cas de non-conformité réglementaire
ou autre potentiellement prévisible) et prendre rapidement les mesures pour identifier, mettre en œuvre et assurer
le suivi des actions correctives (voir 10.1);
j)  conserver les informations documentées comme preuve des résultats de son évaluation de la conformité
(voir 9.1.2);
k)  traiter les thèmes liés au respect des obligations de conformité lors de la conduite périodique d’audits du
système de management environnemental (voir 9.2);
l)  tenir compte des changements des obligations de conformité lors de la revue de direction (voir 9.3).
L’engagement des obligations de conformité reflète l’attente qu’un organisme emploie une approche systématique
pour atteindre et maintenir le respect des obligations de conformité.

6.1.3.2 Exigences légales

Un organisme peut accéder à une ou plusieurs sources d’information pour identifier les exigences
légales relatives à ses aspects environnementaux. De telles sources comprennent les institutions
gouvernementales, les agences de régulation, les associations d’industriels ou les associations
professionnelles, les bases de données et les publications commerciales, ainsi que les services et les
consultants professionnels. Il convient que le processus permette à l’organisme d’anticiper et de se
préparer à des modifications ou à de nouvelles exigences, afin qu’il puisse maintenir sa conformité.

6.1.3.3 Autres exigences

Il convient également qu’un organisme détermine dans quelle mesure les autres obligations de
conformité qu’il a adoptées, provenant d’autres parties intéressées (telles qu’identifiées en  4.2), se
rapportent aux aspects environnementaux de l’organisme.

28  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


6.1.3.4 Informations documentées

Il convient qu’un organisme tienne à jour des informations documentées concernant ses obligations de
conformité, ces informations pouvant se présenter sous forme d’un registre ou d’une liste. Cela peut
aider à maintenir la sensibilisation et la transparence en ce qui concerne les exigences applicables. Il
convient que ce registre soit revu périodiquement pour s’assurer qu’il reste à jour. Ce registre ou cette
liste peut comprendre:
— l’origine de l’obligation de conformité, y compris la partie intéressée pertinente;
— un aperçu de l’obligation de conformité;
— la façon dont l’obligation de conformité se rapporte aux aspects de l’organisme et/ou aux exigences
pertinentes des parties intéressées.

6.1.4 Planification d’actions

Il convient qu’un organisme envisage et planifie les actions visant à traiter les aspects environnementaux
significations, les obligations de conformité et les risques et opportunités à prendre en compte, telles
que déterminées en 6.1.1. Il convient que l’organisme planifie les actions de diverses manières en
utilisant les processus de son système de management environnemental ou d’autres processus métier.
Il convient également que l’organisme détermine l’efficacité des actions entreprises.
La planification d’une action peut inclure une seule action, telle que l’établissement d’un objectif
environnemental, la maîtrise opérationnelle, la préparation aux situations d’urgence, ou un autre
processus métier, par exemple une évaluation des fournisseurs. En variante, l’organisme peut utiliser
une combinaison d’actions incluant des objectifs environnementaux et une maîtrise opérationnelle
impliquant une combinaison de hiérarchies de maîtrise. Lorsqu’il planifie des actions, il convient
que l’organisme tienne compte des options et de la faisabilité technologiques ainsi que des exigences
financières, opérationnelles et commerciales. Comme pour toute action planifiée, il convient de prendre
en compte la possibilité de conséquences inattendues, par exemple des impacts négatifs à court ou long
terme sur l’environnement au cours du cycle de vie du produit ou service.
Les organismes peuvent adopter diverses méthodes et techniques pour évaluer l’efficacité des actions
entreprises, allant de techniques statistiques à des comparaisons de résultats de surveillance et de
mesure avec des niveaux de performance attendus (voir 9.1). Certaines exigences légales peuvent
spécifier la nécessité d’une validation ou d’une vérification de la capacité de performance et de la
performance réelle de certains contrôles. Dans certains cas, les organismes choisissent d’évaluer
l’efficacité des actions en dehors du système de management environnemental. Ceci peut être effectué,
par exemple, par le biais des systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail ou par
des processus métier. Lorsque ces actions sont entreprises en dehors du système de management
environnemental, elles peuvent être référencées dans le système de management environnemental.
Le Tableau A.1 donne des exemples d’aspects environnementaux, d’impacts environnementaux et
de risques et opportunités à prendre en compte, et l’action prévue pour les traiter pour différentes
activités.
Le Tableau A.3 donne des exemples de risques et opportunités à prendre en compte, et l’action prévue
pour les traiter associée aux obligations de conformité.
Le Tableau A.4 donne des exemples de risques et opportunités à prendre en compte, et l’action prévue
pour les traiter associée aux obligations de conformité.

6.2 Objectifs environnementaux et planification pour les atteindre

6.2.1 Généralités

Dans le processus de planification, un organisme établit des objectifs environnementaux afin de


répondre aux engagements annoncés dans la politique environnementale et d’atteindre d’autres buts de
l’organisme. Le processus d’établissement et de revue des objectifs environnementaux, ainsi que celui

© ISO 2016 – Tous droits réservés  29


ISO 14004:2016(F)


pour mettre en œuvre les processus pour atteindre ces objectifs, fournissent une base systématique
pour permettre à l’organisme d’améliorer sa performance environnementale dans certains domaines,
tout en maintenant son niveau de performance environnementale dans d’autres domaines.

6.2.2 Établissement des objectifs environnementaux

Lors de l’établissement des objectifs environnementaux, il convient qu’un organisme prenne en compte
des données d’entrée, y compris:
— les principes et les engagements de sa politique environnementale;
— ses aspects environnementaux significatifs (et les informations qui ont permis de les déterminer);
— ses obligations de conformité;
— les risques et opportunités liés à d’autres enjeux, tels que déterminés en 6.1.1, qui doivent être
traités, et les exigences affectant le système de management environnemental.
L’organisme peut également prendre en compte:
— les effets de l’atteinte des objectifs environnementaux sur d’autres activités et processus;
— les effets possibles sur l’image publique de l’organisme;
— les renseignements tirés des analyses environnementales;
— les autres buts de l’organisme.
Il convient que les objectifs environnementaux soient établis par la direction de l’organisme, ainsi
qu’aux autres niveaux et fonctions où sont conduites les activités importantes, pour satisfaire aux
engagements de la politique environnementale et aux buts généraux de l’organisme. Il convient que les
objectifs environnementaux soient cohérents avec la politique environnementale et les engagements
en faveur de la protection de l’environnement, y compris la prévention de la pollution, du respect des
obligations de conformité et de l’amélioration continue.
Un objectif environnemental peut être exprimé directement par un niveau spécifique de performance
ou peut être exprimé de manière générale et être plus détaillé par une ou plusieurs cibles, c’est-à-
dire une exigence de performance détaillée qu’il convient de satisfaire pour atteindre un objectif
environnemental. Lorsque des cibles sont définies, il convient qu’elles soient mesurables. Un calendrier
spécifique peut être nécessaire pour atteindre les cibles.
Il convient de considérer les objectifs environnementaux que l’organisme a établis comme faisant partie
des objectifs généraux de management. Une telle intégration peut accroître la valeur non seulement du
système de management environnemental, mais aussi des processus métier concernés par l’intégration.
Des objectifs peuvent être applicables à l’organisme dans son ensemble ou peuvent être spécifiques à un
site ou à des activités particulières. Par exemple, une usine peut avoir un objectif général de réduction
de sa consommation énergétique, objectif qui peut être atteint par des économies d’énergie dans un
service particulier. Cependant, dans d’autres situations, il convient de mettre à contribution l’ensemble
de l’organisme pour répondre aux objectifs généraux de l’organisme. Il est aussi possible que différentes
parties de l’organisme, poursuivant un même objectif général, soient amenées à mettre en œuvre des
actions différentes pour atteindre les objectifs de leur service.
Il convient qu’un organisme identifie les contributions de ses différents niveaux et fonctions dans
l’atteinte de ses objectifs environnementaux, et s’assure que ses membres individuels soient conscients
de leurs responsabilités.
La documentation et la communication des objectifs environnementaux améliorent la capacité de
l’organisme à atteindre ses objectifs environnementaux. Il convient que l’organisme conserve des
informations documentées relatives à ses objectifs environnementaux et il convient que les informations
relatives aux objectifs environnementaux soient fournies aux responsables de leur réalisation ainsi

30  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


qu’aux autres personnes qui ont besoin de telles informations pour mener leurs missions, telles que la
maîtrise opérationnelle.

6.2.3 Planification d’actions pour atteindre les objectifs environnementaux

Une partie du processus de planification peut comprendre un (des) programme(s) pour atteindre les
objectifs environnementaux de l’organisme.
Il convient que le programme traite des rôles, des responsabilités, des processus, des ressources, du
calendrier, des priorités et des actions permettant d’atteindre les objectifs environnementaux. Ces
actions peuvent avoir trait à des processus spécifiques, à des projets, à des produits, à des services, à des
sites ou à des installations particulières dans un site. Les organismes peuvent intégrer ces programmes
pour l’atteinte des objectifs environnementaux à d’autres programmes dans le cadre du processus
de planification stratégique. Les programmes pour atteindre des objectifs environnementaux aident
l’organisme à améliorer sa performance environnementale. Il convient qu’ils soient dynamiques.
Lorsque des changements interviennent dans les processus, les activités, les services et les produits
relevant du domaine d’application du système de management environnemental, il convient que les
objectifs environnementaux et les programmes associés soient révisés si nécessaire.

6.2.4 Indicateurs de performance

Les indicateurs de performance environnementale d’un organisme sont un outil important pour le
suivi de ses progrès dans la réalisation des objectifs environnementaux et de l’amélioration continue.
Il convient qu’un organisme établisse des indicateurs de performance environnementale permettant
de produire des résultats objectifs, vérifiables et reproductibles. Il convient que les indicateurs
soient adaptés aux activités, produits et services de l’organisme, en cohérence avec sa politique
environnementale, pratiques et économiquement et technologiquement réalisables. Ces indicateurs
peuvent être utilisés pour suivre les progrès de l’organisme dans la réalisation de ses objectifs
environnementaux. Ils peuvent également être utilisés à d’autres fins, par exemple dans le cadre d’un
processus global pour l’évaluation et l’amélioration de la performance environnementale. L’organisme
peut envisager l’utilisation d’indicateurs de condition environnementale (ICE), d’indicateurs de
performance de management (IPM) et d’indicateurs de performance opérationnelle (IPO) adaptés à ses
aspects environnementaux significatifs. L’encadré de conseils pratiques  15 fournit des informations
complémentaires sur les indicateurs de performance.
NOTE Des lignes directrices concernant le choix et l’utilisation des indicateurs de performance
environnementale sont données dans l’ISO 14031 et l’ISO/TS 14033.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  31


ISO 14004:2016(F)


Le Tableau A.2 donne des exemples d’objectifs, de cibles et d’indicateurs environnementaux pour des
activités sélectionnées.

Conseils pratiques 15 — Indicateurs de performance


Les progrès dans la réalisation d’un objectif environnemental peuvent généralement être mesurés en utilisant
des indicateurs de performance environnementale, tels que:
—   la quantité de matière première ou d’énergie utilisée;
—   la quantité d’émissions, par exemple de CO2;
—   la quantité de déchets produits par quantité de produit fini;
—   l’utilisation efficace des matières premières et de l’énergie;
—   le nombre d’incidents environnementaux (par exemple le dépassement des seuils);
—   le nombre d’accidents environnementaux (par exemple les rejets imprévus);
—   le pourcentage de déchets recyclés;
—   le pourcentage de matériaux recyclés utilisés dans les emballages;
—   le nombre de kilomètres des véhicules de service par unité de production;
—   les quantités de polluants spécifiques émis, par exemple NOx, SOx, CO, COV, Pb et CFC;
—   les investissements pour la protection de l’environnement;
—   le nombre de poursuites en justice;
—   la surface de terre laissée à l’habitat sauvage;
—   le nombre de personnes formées à l’identification des aspects environnementaux;
—   le pourcentage du budget alloué aux technologies à faible émission.

7 Support

7.1 Ressources
Il convient qu’un organisme détermine les ressources nécessaires à l’établissement, la mise en œuvre,
la tenue à jour et l’amélioration du système de management environnemental. Lors de la détermination
des ressources nécessaires, il convient que l’organisme prenne en compte:
— l’infrastructure;
— les ressources provenant de l’extérieur;
— les systèmes d’information;
— les compétences;
— la technologie;
— les ressources financières, humaines et autres, spécifiques à ses activités, produits et services.
Il convient que les ressources soient mises à disposition selon un calendrier approprié et de manière
efficace.
Il convient que l’allocation des ressources prenne en compte les besoins actuels et futurs de l’organisme.
Lors de l’allocation des ressources, l’organisme peut suivre les avantages ainsi que les coûts
d’investissement et d’exploitation de ses activités environnementales ou de ses activités associées à
l’environnement. Cela peut couvrir des questions telles que le coût de l’équipement de surveillance
de la pollution (dépenses en immobilisations) et du temps pris par le personnel travaillant sous le
contrôle de l’organisme pour rendre le système de management environnemental efficace (dépenses
de fonctionnement). Il convient de revoir périodiquement les ressources et leur allocation et, lors de
la revue de direction, de s’assurer de leur adéquation. Lors de l’évaluation de cette adéquation des

32  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


ressources, il convient de tenir compte des modifications prévues et/ou des nouveaux projets ou des
nouvelles activités. L’encadré de conseils pratiques 16 fournit des informations complémentaires sur
les ressources.

Conseils pratiques 16 — Ressources humaines, matérielles et financières


Les ressources et la structure organisationnelle d’organismes de petite taille peuvent limiter la mise en œuvre
du système de management environnemental. Afin de surmonter ces limites, un organisme peut envisager des
stratégies de coopération. Les options peuvent comprendre une coopération avec:
—   des organismes clients et fournisseurs plus importants, pour partager savoir et technologie;
—   d’autres organismes de la chaîne d’approvisionnement, ou voisins, pour définir et traiter les questions com-
munes, partager l’expérience, faciliter le développement technologique, utiliser conjointement les installations
et engager collectivement des ressources extérieures;
—   des organismes de normalisation, des associations ou des chambres de commerce, pour la formation et les
programmes de sensibilisation;
—   des universités et autres centres de recherche, pour soutenir l’amélioration de la performance, l’adoption
d’une perspective de cycle de vie et l’innovation.

Les connaissances sont une ressource importante pour établir ou améliorer le système de management
environnemental. Pour répondre aux défis futurs, il convient que l’organisme prenne en compte sa
base de connaissances actuelle et détermine comment il peut acquérir ou accéder aux connaissances
supplémentaires nécessaires.

7.2 Compétences
Les connaissances, la compréhension, les savoir-faire ou les aptitudes permettent à un individu
d’acquérir les compétences nécessaires en matière de performance environnementale. Il convient
que toutes les personnes travaillant sous le contrôle d’un organisme, qui influent ou peuvent influer
sur sa performance environnementale, y compris sa capacité à remplir les obligations de conformité,
soient compétentes, sur la base d’une formation initiale ou professionnelle, d’une expérience ou
d’une combinaison de celles-ci, telles que déterminées par l’organisme. Ces personnes comprennent
les employés de l’organisme ainsi que ceux travaillant sous son contrôle, comme par exemple les
prestataires externes.
Pour ces personnes, les exigences en matière de compétences ne se limitent pas aux personnes réalisant
un travail ayant ou pouvant avoir des impacts significatifs sur l’environnement, mais aussi aux
personnes qui gèrent une fonction ou assument un rôle qui est critique pour l’obtention des résultats
escomptés du système de management environnemental. L’encadré de conseils pratiques 17 fournit des
exemples de besoins en matière de compétences.
Un grand nombre d’organismes n’ont pas accès à l’ensemble de ces compétences et peuvent faire appel
à des prestataires de services compétents pour s’assurer de la performance environnementale et de
l’obtention des résultats escomptés du système de management environnemental.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  33


ISO 14004:2016(F)


Conseils pratiques 17 — Exemples de besoins en matière de compétences


Domaines Rôles types au Exemples de compétences/ Exemples de moyens permettant
potentiels de sein de l’orga- aptitudes requises d’établir les compétences
compétence nisme
—   Maîtrise du prélèvement —   Formation et évaluation concer-
d’échantillons environnementaux nant les exigences et les pratiques
Techniciens de de collecte
l’environnement —   Capacité d’utiliser l’équipe-
ment de contrôle —   Certification ou licence permet-
Technologie de tant d’utiliser l’équipement
l’environnement
—   Maîtrise des réglementations —   Diplôme dans le domaine de
Responsables de environnementales applicables l’environnement
programmes envi-
ronnementaux —   Formation sur les réglementa-
tions applicables
Personnes dont —   Sensibilisation à la façon dont —   Formation sur les impacts envi-
les activités leur travail influe sur la perfor- ronnementaux associés à leur travail
professionnelles mance environnementale
Opérations envi- —   Formation sur les critères
impliquent des —   Connaissance des critères opérationnels pour s’assurer que les
ronnementales
aspects environ- opérationnels qui doivent être processus sont maîtrisés
nementaux signi- satisfaits pour limiter l’impact
ficatifs négatif sur l’environnement
—   Capacité d’établir, mettre en —   Expérience dans la mise en
œuvre et améliorer un système de œuvre d’un système de management
management environnemental. environnemental
—   Capacité de déterminer —   Formation sur les exigences du
les risques et opportunités à système de management environ-
prendre en compte pour s’assu- nemental
rer que le système de manage-
Responsables ment environnemental permette
environnement d’obtenir les résultats escomp-
tés, et capacité de planifier les
actions appropriées
—   Capacité d’analyser et d’agir
sur les résultats de perfor-
mance environnementale et les
Systèmes de obligations de conformité de
management l’organisme.
environnemental —   Capacité de développer et de —   Formation au management de
Responsables gérer des programmes d’audit programmes
de programmes pour déterminer l’efficacité du
—   Expérience dans la mise en
d’audit système de management environ-
œuvre de programmes
nemental de l’organisme
—   Connaissance et compréhen- —   Formation sur les systèmes de
sion des conséquences de l’éta- management environnemental et
blissement et de la mise en œuvre l’établissement d’une politique envi-
d’une politique environnementale ronnementale
Direction —   Connaissance et compré- —   Expérience dans la gestion
hension de la disponibilité des d’entreprise
ressources et son application à un
système de management environ-
nemental, y compris l’attribution
des responsabilités et autorités

Il convient que l’organisme identifie les compétences nécessaires pour obtenir le résultat escompté
du système de management environnemental et traiter les écarts, y compris en entreprenant les
actions nécessaires pour acquérir les compétences requises. Les informations documentées peuvent
être utiles pour s’assurer que les besoins en compétences identifiés sont traités, suivre les progrès

34  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


dans le traitement des écarts et permettre la communication d’informations pertinentes aux parties
intéressées. Au minimum, il convient de conserver les informations documentées comme preuves des
compétences.
NOTE Des lignes directrices concernant la compétence des auditeurs sont données en 9.2.

Lorsque les compétences sont acquises par le biais d’une formation, le(s) processus de formation de
l’organisme peu(ven)t comprendre:
— l’identification des besoins en formation;
— la mise au point et le développement d’un plan ou programme de formation destiné à répondre aux
besoins identifiés;
— la prestation de formation;
— l’évaluation du résultat de la formation;
— la documentation et le contrôle de la formation reçue.
Le cas échéant, il convient que l’organisme évalue l’efficacité de la formation et des autres actions
entreprises pour acquérir les compétences nécessaires afin de s’assurer que le résultat escompté de la
formation est atteint.

7.3 Sensibilisation
La direction a une responsabilité fondamentale dans la sensibilisation au système de management
environnemental et à la performance environnementale au sein d’un organisme, afin d’accroître
les connaissances et de promouvoir un comportement soutenant les engagements de la politique
environnementale de l’organisme. Cela inclut une sensibilisation des employés et des autres personnes
travaillant sous le contrôle de l’organisme aux valeurs environnementales de l’organisme et à la façon
dont ces valeurs peuvent contribuer à la stratégie commerciale de l’organisme (voir 5.1).
Il convient que la direction s’assure que les personnes travaillant sous son contrôle soient encouragées à:
— améliorer la performance environnementale;
— contribuer à l’obtention des résultats escomptés du système de management environnemental;
— reconnaître l’importance d’atteindre les objectifs environnementaux pour lesquels elles sont
responsables.
Il convient que la direction s’assure également que toutes les personnes travaillant sous le contrôle de
l’organisme soient conscientes:
— de la politique environnementale de l’organisme et de son engagement en faveur de cette politique;
— de l’importance de se conformer aux exigences du système de management environnemental;
— de leur contribution à l’efficacité du système de management environnemental;
— des effets positifs d’une amélioration de la performance environnementale;
— de leurs responsabilités au sein du système de management environnemental;
— des aspects environnementaux significatifs réels ou potentiels et des impacts environnementaux
associés liés à leurs activités;
— des risques et opportunités identifiés liés à leurs activités, qui doivent être traités le cas échéant;
— des conséquences des écarts par rapport aux exigences applicables du système de management
environnemental, y compris les obligations de conformité de l’organisme.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  35


ISO 14004:2016(F)


Les exemples de méthodes de sensibilisation peuvent comprendre la communication interne, les


signaux visuels et bannières, les campagnes, la formation initiale ou professionnelle et l’encadrement.

7.4 Communication

7.4.1 Généralités

Il convient qu’un organisme établisse des processus de communication pertinents pour le système
de management environnemental, en tenant compte des obligations de conformité de l’organisme. Il
convient que ces processus identifient:
— les informations devant être communiquées;
— quand et dans quelles circonstances elles doivent être communiquées;
— à qui elles doivent être communiquées;
— comment elles seront communiquées.
Il convient que l’organisme prenne en compte le coût potentiel et les avantages des différentes approches
lors du développement de processus de communication adaptés à chaque circonstance particulière.
Il convient que la communication des informations environnementales soit basée sur, et cohérente avec,
les informations générées au sein du système de management environnemental, y compris l’évaluation
interne de la performance environnementale de l’organisme (voir 9.1).
NOTE Des informations complémentaires sur la communication sont fournies dans l’ISO 14063.

Lorsque l’organisme détermine comment il souhaite communiquer, il convient qu’il tienne compte
des différentes méthodes de communication pouvant favoriser la compréhension et l’acceptation des
efforts de management environnemental de l’organisme et promouvoir le dialogue avec les parties
intéressées. Ces méthodes de communication comprennent, par exemple, les discussions informelles,
les journées portes ouvertes, les groupes dédiés, le dialogue avec la collectivité locale, l’implication
dans les événements locaux, les sites Web et les messages électroniques, les communiqués de presse,
la publicité et les lettres d’information périodiques, les rapports annuels ou d’autres périodicités et un
numéro vert.
Il convient que l’organisme prenne en compte et réponde aux questions et préoccupations pertinentes
ou à d’autres données d’entrée communiquées de son système de management environnemental. Il peut
être avantageux d’établir un processus pour recevoir et répondre à de telles communications internes
et externes.
Il convient que les organismes conservent des informations documentées comme preuve de leurs
communications, le cas échéant, afin de:
— retracer l’historique des communications avec des parties intéressées spécifiques, des enquêtes ou
des préoccupations;
— comprendre la nature des divers engagements des parties intéressées au fil du temps;
— améliorer l’efficacité de l’organisme dans le développement des communications futures et, si
nécessaire, dans le suivi et le traitement des préoccupations de parties intéressées spécifiques.
Certaines communications n’ont pas à être documentées si cela n’a aucun intérêt pour le système
de management environnemental, par exemple les communications informelles. Il convient que
l’organisme prenne en compte sa nature et sa taille, ses aspects environnementaux significatifs et la
nature et les besoins et attentes des parties intéressées, lors de l’établissement de son (ses) processus
de communication.

36  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Il convient que l’organisme prenne en compte les étapes suivantes du processus:


— rassembler les informations, ou réaliser des enquêtes y compris auprès des parties intéressées
(voir 4.2);
— déterminer le(s) destinataire(s) visé(s) et leurs besoins d’information ou de dialogue;
— sélectionner les informations pertinentes pour les intérêts du (des) destinataire(s);
— décider des informations à communiquer au(x) destinataire(s) visé(s);
— déterminer les méthodes et formats adaptés pour la communication;
— évaluer et déterminer périodiquement l’efficacité du processus de communication.
Les principales composantes de communication d’un système de management environnemental sont
récapitulées dans l’encadré de conseils pratiques 18. Ces composantes sont recommandées en tant que
composantes essentielles minimales et un organisme peut aller au-delà, si cela est nécessaire à une
communication efficace pertinente pour le système de management environnemental.

Conseils pratiques 18 — Communication du système de management environnemental


Principales composantes de communication:
Il convient que la direction communique l’importance d’un management environnemental efficace et du respect
des exigences du système de management environnemental (voir 5.1).
Il convient que la direction s’assure que les éléments suivants sont communiqués au sein de l’organisme:
—   la politique environnementale (voir 5.2);
—   les responsabilités et les autorités pour les rôles pertinents (voir 5.3).
Il convient que l’organisme communique:
—   ses aspects environnementaux significatifs entre les différents niveaux et les différentes fonctions de l’orga-
nisme, selon le cas (voir 6.1.2.5);
—   ses objectifs environnementaux (voir 6.2.2);
—   son (ses) exigence(s) environnementale(s) pertinente(s) aux prestataires externes, y compris les sous-trai-
tants (voir 8.1);
—   les informations pertinentes sur la performance environnementale, aussi bien en interne qu’en externe,
telles que déterminées par son (ses) processus de communication et telles que requises par ses obligations de
conformité (voir 9.1.1).
Il convient que l’organisme s’assure que les résultats des audits internes soient communiqués aux responsables
pertinents (voir 9.2).
Il convient que la revue de direction du système de management environnemental prenne en considération la
(les) communications des parties intéressées (voir 9.3).

7.4.2 Communication interne

La communication entre et au sein des différents niveaux et fonctions de l’organisme est essentielle
pour l’efficacité du système de management environnemental. Par exemple, la communication est
importante pour résoudre les problèmes, coordonner les activités, assurer le suivi des plans d’action et
pour le développement futur du système de management environnemental. La fourniture d’informations
appropriées à ceux qui travaillent sous le contrôle de l’organisme contribue à les motiver et à leur faire
accepter les efforts de l’organisme pour améliorer sa performance environnementale. Cela peut aider
les employés et les prestataires externes travaillant sous le contrôle de l’organisme à assumer leurs
responsabilités et l’organisme à atteindre ses objectifs environnementaux. Il convient que l’organisme
ait un processus permettant la communication à tous les niveaux de l’organisme. Des commentaires et
des suggestions peuvent ainsi être faits en vue d’améliorer le système de management environnemental
et la performance environnementale de l’organisme. Il convient que les résultats de la surveillance du
système de management environnemental, des audits et de la revue de direction soient communiqués
aux personnes appropriées au sein de l’organisme.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  37


ISO 14004:2016(F)


7.4.3 Communication externe

La communication avec les parties intéressées externes peut être un vecteur important et efficace
pour le management environnemental. Il convient qu’un organisme prenne en compte les exigences en
matière de communication associées à ses obligations de conformité et ses processus de communication
(voir 7.4.1), et communique en externe les informations pertinentes pour le système de management
environnemental, comme exigé. Il peut également considérer s’il communique ou non en externe avec
les parties intéressées sur ses aspects environnementaux, y compris ceux relatifs à la distribution, à
l’utilisation et à l’élimination des produits.
Pour les cas de situations d’urgence pouvant affecter ou concerner des parties intéressées externes,
il convient que l’organisme dispose d’un processus de communication avec ces parties. Un organisme
peut également trouver utile de documenter ses processus pour la communication externe.
NOTE Voir aussi 8.2 en ce qui concerne la préparation et la réponse aux situations d’urgence.

Il convient que les communications avec des parties intéressées externes concernant la performance
environnementale de l’organisme soient précises, fiables et vérifiables (voir l’ISO/TS  14033). Les
déclarations relatives à la performance environnementale peuvent, par exemple, prendre la forme
de rapports relatifs au développement durable de l’organisme, de documents promotionnels ou de
campagnes publicitaires. Les organismes peuvent envisager des approches permettant de vérifier les
déclarations de performance environnementale.
Voir l’ISO  14031 pour des lignes directrices concernant la performance d’un organisme. Voir
l’ISO/TS 14033 et l’ISO 14020 pour des lignes directrices concernant les déclarations environnementales
relatives aux produits.

7.5 Informations documentées

7.5.1 Généralités

Il convient qu’un organisme développe et tienne à jour des informations documentées adaptées pour
s’assurer que son système de management environnemental fonctionne efficacement, est compris par
les personnes travaillant sous le contrôle de l’organisme et les autres parties intéressées pertinentes, et
que les processus associés au système de management environnemental sont exécutés comme prévu.
II convient que les informations documentées soient rassemblées et tenues à jour de façon à refléter la
culture et les besoins de l’organisme.
Il convient que les informations documentées sous forme de processus, de plans et de programmes,
par exemple, soient tenues à jour de façon appropriée afin de s’assurer de la cohérence, de l’actualité
et de la répétabilité des résultats. Il convient de conserver des informations documentées sous forme
d’enregistrements comme preuves des résultats obtenus ou des activités réalisées, afin de démontrer la
mise en œuvre effective des exigences du système de management environnemental. Les informations
servant d’enregistrement des résultats obtenus ou de preuve des activités réalisées font partie des
informations documentées de l’organisme, mais peuvent être maîtrisées par différents processus de
management.
Pour le management efficace de ses principales activités (par exemple celles associées à ses risques
et opportunités identifiés qui doivent être traités), l’organisme peut spécifier la façon de réaliser
les activités en établissant un (des) processus pouvant être documentés, et peut décrire de façon
suffisamment détaillée la manière dont les activités sont gérées. Lorsque l’organisme décide de ne
pas documenter un processus, il convient que les personnes concernées travaillant sous le contrôle de
l’organisme soient informées des exigences à satisfaire, le cas échéant, par le biais d’une communication
ou d’une formation.
L’organisme peut choisir de documenter son système de management sous la forme d’un manuel, lequel
constitue une vue d’ensemble ou un résumé du système avec une description des principaux éléments,
et peut fournir des orientations pour les informations documentées associées. Il n’est pas nécessaire

38  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


que la structure d’un tel manuel suive la structure de l’ISO 14001 ou d’une autre norme (voir l’encadré
de conseils pratiques 19).
La portée des informations documentées peut varier d’un organisme à l’autre. Créer des informations
documentées inutiles ou compliquées peut diminuer l’efficacité du système de management
environnemental. Lorsqu’il considère la portée des informations documentées qu’il crée, l’organisme
peut donc prendre en compte les bénéfices offerts par les informations documentées en ce qui concerne
l’efficacité, la continuité et l’amélioration continue du système de management environnemental.
Les informations documentées peuvent être maîtrisées sur différents supports (papier, électronique,
photos et affiches) qui sont utiles, lisibles, facilement compréhensibles et accessibles à ceux qui ont
besoin des informations contenues.
Lorsque les processus du système de management environnemental sont alignés avec ceux d’autres
systèmes de management, l’organisme peut combiner les informations environnementales documentées
pertinentes avec les informations documentées de ces autres systèmes de management.
Les principales informations documentées liées à un système de management environnemental sont
récapitulées dans l’encadré de conseils pratiques 19. Il s’agit des informations essentielles minimales
qu’il convient de documenter, et l’organisme peut aller au-delà, si cela est nécessaire à l’efficacité du
système de management environnemental.

Conseils pratiques 19 — Informations documentées


Il convient que l’organisme tienne à jour les éléments suivants sous forme d’informations documentées:
—   le domaine d’application du système de management environnemental (voir 4.3);
—   la politique environnementale (voir 5.2);
—   ses risques et opportunités identifiés qui doivent être traités (voir 6.1.1);
—   les processus requis en 6.1.1 à 6.1.4, dans la mesure nécessaire pour avoir la certitude que ces processus sont
exécutés comme prévu (voir 6.1.1);
—   ses aspects environnementaux et les impacts environnementaux associés, les critères utilisés pour déterminer
ses aspects environnementaux significatifs, et ses aspects environnementaux significatifs (voir 6.1.2);
—   ses obligations de conformité (voir 6.1.3);
—   des informations sur les objectifs environnementaux (voir 6.2.1);
—   des informations relatives aux processus de maîtrise opérationnelle nécessaires pour satisfaire aux exigences
du système de management environnemental, dans la mesure nécessaire pour avoir la certitude que ces processus
ont été exécutés comme prévu (voir 8.1);
—   les processus nécessaires à la préparation et à la réponse aux situations d’urgence potentielles identifiées
en 6.1.1 à 6.1.1, dans la mesure nécessaire pour avoir la certitude que ces processus sont exécutés comme prévu
(voir 8.2.1).
Il convient que l’organisme conserve des informations documentées comme preuves (enregistrements) de ce qui suit:
—   les compétences, le cas échéant (voir 7.2);
—   ses communications, le cas échéant (voir 7.4.1);
—   les résultats de la surveillance, de la mesure, de l’analyse et de l’évaluation, le cas échéant (voir 9.1.1);
—   le(s) résultat(s) de l’évaluation de la conformité (voir 9.1.2);
—   la mise en œuvre du programme d’audit, et les résultats d’audit (voir 9.2);
—   les conclusions des revues de direction (voir 9.3);
—   la nature d’une non-conformité identifiée et de toute action ultérieure entreprise, et les résultats de toute
action corrective (voir 10.2).
Les autres exemples d’informations documentées comprennent des descriptions des programmes et des respon-
sabilités, des procédures, des informations sur les procédés, des organigrammes, des normes internes et externes
et des plans d’urgence du site.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  39


ISO 14004:2016(F)


7.5.2 Création et mise à jour

Lorsqu’il crée et met à jour des informations documentées relatives au système de management
environnemental, il convient que l’organisme s’assure que les éléments suivants sont appropriés:
— identification et description (par exemple titre, date, auteur, numéro de référence);
— format (par exemple langue, version logicielle, graphiques) et support (par exemple papier,
électronique);
— examen interne et approbation du caractère approprié et pertinent des informations.

7.5.3 Maîtrise des informations documentées

La maîtrise des informations documentées relatives au système de management environnemental est


importante pour s’assurer que:
— les informations peuvent être identifiées par le biais du nom de l’organisme approprié, du
département, de la fonction, de l’activité ou de la personne à contacter;
— les informations conservées par l’organisme sont régulièrement passées en revue, révisées si
nécessaire et approuvées par le personnel autorisé avant leur publication;
— les versions actuelles des informations documentées pertinentes sont disponibles en tout point où
des opérations essentielles au fonctionnement efficace du système sont effectuées, y compris celles
nécessaires pour s’assurer que les exigences sont satisfaites;
NOTE Lorsque la disponibilité des informations documentées n’est pas réalisable, des actions conformes aux
pratiques prescrites peuvent être considérées comme adéquates.

— les informations obsolètes sont rapidement retirées de tous les points de diffusion et d’utilisation
(dans certaines circonstances, par exemple pour des raisons légales et/ou de conservation des
connaissances, ces informations documentées obsolètes peuvent être conservées comme preuves
des résultats obtenus).
Les informations documentées peuvent être effectivement maîtrisées par:
— le développement d’un format approprié unique qui comprend les titres, les numéros, les dates, les
révisions, l’historique et l’autorité chargée de la révision;
— l’affectation de la revue et de l’approbation des informations documentées tenues à jour par
l’organisme aux personnes disposant de la compétence technique suffisante et de l’autorité
hiérarchique;
— la tenue à jour d’un système de distribution effective.

8 Réalisation des activités opérationnelles

8.1 Planification et maîtrise opérationnelles

8.1.1 Lignes directrices: maîtrise opérationnelle

Il convient qu’un organisme s’assure que ses opérations et les processus associés sont exécutés de façon
maîtrisée pour répondre aux engagements de sa politique environnementale, atteindre ses objectifs
environnementaux et gérer ses aspects environnementaux significatifs, ses obligations de conformité et
ses risques et opportunités qui doivent être traités. Pour planifier une maîtrise opérationnelle efficace
et efficiente, il convient que l’organisme détermine où et dans quel but des moyens de maîtrise sont
nécessaires. Il convient qu’il établisse les types et les niveaux de maîtrise qui répondent à ses besoins. Il
convient de tenir à jour et d’évaluer périodiquement les moyens de maîtrise opérationnelle choisis pour
s’assurer qu’ils sont toujours efficaces.

40  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Lors de la détermination des moyens de maîtrise nécessaires ou des modifications devant être apportées
aux moyens de maîtrise existants, il convient de prendre en compte les risques et opportunités qui
doivent être traités, ainsi que toute conséquence imprévue pouvant en découler. Il convient que
l’organisme maîtrise les modifications planifiées et passe en revue les conséquences des modifications
imprévues, en entreprenant si nécessaire les actions pour remédier à tout effet négatif.
Lorsqu’il envisage les moyens de maîtrise relatifs aux impacts environnementaux négatifs, l’organisme
peut se référer à la hiérarchie suivante:
— élimination, par exemple interdiction d’utiliser des PCB, CFC, etc.;
— remplacement, par exemple remplacement d’une peinture à base de solvant par une peinture à
base d’eau;
— contrôles d’ingénierie, par exemple contrôles des émissions, technique de réduction des
émissions, etc.;
— contrôles administratifs, par exemple procédures, contrôles visuels, instructions de travail, fiches
de données de sécurité (FDS), etc.
Pour éviter les écarts par rapport à la politique environnementale, aux objectifs environnementaux et
aux obligations de conformité, des informations documentées peuvent être élaborées, selon le cas, pour
expliquer par exemple:
— une séquence spécifique d’activités à réaliser;
— les qualifications nécessaires du personnel concerné, y compris toute qualité d’exécution requise;
— les variables essentielles qu’il convient de maintenir dans des limites données, telles que temporelles,
physiques, biologiques;
— les caractéristiques des matériaux devant être utilisés;
— les caractéristiques de l’infrastructure devant être utilisée;
— les caractéristiques des produits résultant du processus.

8.1.2 Identification des besoins de maîtrise opérationnelle

Un organisme peut mettre en œuvre une maîtrise opérationnelle pour


— gérer les aspects environnementaux significatifs identifiés;
— s’assurer du respect des obligations de conformité;
— atteindre les objectifs environnementaux et assurer la cohérence avec sa politique environnementale,
y compris l’engagement de protection de l’environnement, de prévention de la pollution et
d’amélioration continue;
— éviter ou minimiser les impacts négatifs pour l’environnement ou les effets négatifs pour l’organisme;
— maximiser les opportunités.
Sur la base du domaine d’application de son système de management environnemental et des actions
déterminées en 6.1 et 6.2, il convient que l’organisme détermine les moyens de maîtrise opérationnelle
nécessaires (voir 6.1 et 6.2), en adoptant une perspective de cycle de vie, y compris pour les opérations
liées aux fonctions telles que la recherche et le développement, la conception, les ventes, le marketing,
les achats et le «facilities management».
Il convient que le type et l’étendue de la maîtrise ou de l’influence pendant les phases du cycle de vie
soient définis dans le système de management environnemental.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  41


ISO 14004:2016(F)


Il convient d’adopter dès que possible une perspective de cycle de vie, c’est-à-dire lors du processus
de conception et de développement. On disposera ainsi d’une plus grande opportunité d’améliorer la
performance environnementale globale des activités, des processus, des produits ou des services, et
cela aidera l’organisme à réduire la possibilité de transfert d’impacts environnementaux négatifs à
d’autres phases. Il en résultera une valeur ajoutée pour l’organisme et la protection de l’environnement.
De nombreux organismes peuvent avoir leurs impacts environnementaux significatifs lors de la phase
d’utilisation ou de l’application des informations fournies par l’organisme. Les méthodes permettant
d’influer sur les aspects environnementaux significatifs peuvent alors comprendre, par exemple:
— la fourniture d’une formation sur la manière de gérer les impacts environnementaux pertinents;
— la fourniture d’un accès facile à l’information (par exemple sur des sites Web, sous forme de foires
aux questions (FAQ));
— la formation de groupes d’utilisateurs en vue de partager l’information et de tenir les utilisateurs
informés.
Le cas échéant, il convient que l’organisme considère également la façon dont les fournisseurs externes
et les processus externalisés peuvent affecter sa capacité à gérer ses aspects environnementaux et
satisfaire à ses obligations de conformité. Il convient que l’organisme établisse la maîtrise opérationnelle
nécessaire, telle que les procédures documentées, les contrats ou les accords avec les fournisseurs ou
les instructions pour l’utilisateur final, et qu’il les communique à ses sous-traitants, fournisseurs et
utilisateurs de façon appropriée. Un processus externalisé peut faire l’objet d’une maîtrise ou d’une
influence. Un processus externalisé est un processus remplissant tous les critères suivants:
a) la fonction ou le processus fait partie intégrante du fonctionnement de l’organisme;
b) la fonction ou le processus est nécessaire pour que le système de management environnemental
produise le résultat escompté;
c) la responsabilité de la conformité de la fonction ou du processus aux exigences est conservée par
l’organisme;
d) l’organisme et le prestataire externe ont une relation, par exemple lorsque le processus est perçu
par les parties intéressées comme étant exécuté par l’organisme.
NOTE 1 La conception peut désigner le développement d’un nouveau produit, alors que des produits existants
peuvent faire l’objet d’une nouvelle conception ou d’une amélioration.

NOTE 2 Des informations complémentaires sur la perspective de cycle de vie pendant le processus de
conception sont fournies dans l’ISO 14006 et l’ISO/TR 14062.

NOTE 3 Des informations complémentaires sur les informations relatives aux produits sont fournies dans
l’ISO 14020, l’ISO 14021, l’ISO 14024, l’ISO 14025, l’ISO 14046 et l’ISO/TS 14067.

8.1.3 Mise en œuvre de la maîtrise opérationnelle

La maîtrise opérationnelle peut prendre différentes formes, telles que des procédures, des instructions
de travail, des contrôles physiques, l’intervention de personnel compétent ou toute combinaison de ces
différentes formes. Le choix d’une méthode de maîtrise spécifique dépend de nombreux facteurs, tels
que le savoir-faire et l’expérience des personnes en charge de l’opération et la complexité et l’importance
environnementale de l’opération elle-même. Un organisme peut choisir de planifier et d’établir des
processus pour accroître sa capacité à mettre en œuvre la maîtrise de façon cohérente.
Une approche commune pour établir la maîtrise opérationnelle peut comprendre:
a) le choix d’une méthode de maîtrise;
b) le choix de critères opérationnels acceptables, par exemple les caractéristiques de fonctionnement
de machines et des mesures de masse ou de température;

42  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


c) l’établissement de processus, en fonction des besoins, définissant la façon dont les opérations
identifiées doivent être planifiées, conduites et contrôlées;
d) la documentation de ces processus, si nécessaire, sous la forme d’instructions, d’affiches, de
formulaires, de vidéos, de photos, etc.;
e) l’application d’options techniques, telles que des systèmes automatisés, des matériaux, des
équipements et des logiciels.
La maîtrise opérationnelle peut également comprendre des dispositions pour assurer la mesure,
la surveillance et l’évaluation des critères opérationnels et pour déterminer si ces derniers ont été
respectés.
Une fois la maîtrise opérationnelle établie, il convient que l’organisme surveille son application continue
et son efficacité et qu’il planifie et entreprenne toute action nécessaire.

8.2 Préparation et réponse aux situations d’urgence


Lors de la préparation d’une réponse à une situation d’urgence, il convient de prendre en compte
l’impact environnemental initial qui peut en résulter ainsi que tout impact environnemental secondaire
pouvant résulter de la réponse à l’impact environnemental initial. Par exemple, lors de la réponse à un
incendie, il convient de prendre en compte la possibilité de pollution atmosphérique.
Lors de la préparation d’une réponse à des situations d’urgence raisonnablement prévisibles, il convient
de porter une attention particulière aux conditions de mise en marche et d’arrêt ainsi qu’aux conditions
de fonctionnement anormales. Voir 6.1.1 pour la détermination des situations d’urgence.
Il convient qu’un organisme soit préparé à différents types de situations, par exemple de faibles
déversements de produits chimiques, une défaillance de l’équipement de réduction des émissions ou des
situations environnementales graves mettant en danger les humains et l’environnement dans une large
mesure. Il convient que l’organisme soit préparé à chaque type de situation d’urgence raisonnablement
prévisible.
Il incombe à chaque organisme d’établir des plans de préparation et de réponse aux situations d’urgence,
répondant à ses besoins spécifiques. Lors de l’établissement de ces plans, il convient que l’organisme
prenne en compte:
— les conditions environnementales externes réelles et potentielles, y compris les catastrophes
naturelles;
— la nature des dangers sur site, par exemple les liquides inflammables, les réservoirs de stockage, les
gaz sous pression et les mesures à prendre en cas de fuites ou de rejets accidentels;
— le scénario le plus probable pour une situation d’urgence;
— l’équipement et les ressources nécessaires;
— l’éventualité d’une (de) situation(s) d’urgence ou d’un (d’)accident(s) dans une installation voisine
(par exemple une usine, une route, une voie ferrée);
— la (les) méthode(s) la (les) plus appropriée(s) pour répondre à une situation d’urgence;
— les actions nécessaires pour minimiser les dommages environnementaux;
— l’organisation des secours et les responsabilités correspondantes;
— les voies d’évacuation et les points de rassemblement;
— la liste du personnel clé et des organismes d’assistance, y compris leurs coordonnées détaillées, par
exemple pompiers et services d’intervention spécialisés;
— les possibilités d’assistance mutuelle par des organismes voisins;

© ISO 2016 – Tous droits réservés  43


ISO 14004:2016(F)


— les processus de communication interne et externe;


— les mesures ou actions à prendre pour répondre aux différentes situations d’urgence et pour en
atténuer les effets;
— le(s) processus d’évaluation après accident, y compris l’évaluation de la réponse prévue, de façon à
établir et mettre en œuvre des actions correctives et des actions préventives;
— les tests périodiques des procédures de réponse aux situations d’urgence;
— les informations sur les matières dangereuses, y compris les impacts environnementaux potentiels
de chaque matériau et les mesures à prendre en cas de rejets accidentels;
— les exigences en matière de formation ou de compétences, y compris celles relatives au personnel
intervenant pour répondre aux situations d’urgence et aux exercices permettant de vérifier leur
efficacité.
Lors de la planification de la préparation aux situations d’urgence, il est possible de prendre en compte
les liens avec d’autres systèmes de management en rapport avec la continuité de l’activité et la santé et
la sécurité au travail.
Il convient que l’organisme tienne à jour des informations documentées dans la mesure nécessaire pour
avoir la certitude que les processus requis pour la préparation et la réponse aux situations d’urgence
sont exécutés comme prévu.

9 Évaluation des performances

9.1 Surveillance, mesure, analyse et évaluation

9.1.1 Généralités

II convient que l’organisme ait une approche systématique pour la surveillance, la mesure, l’analyse
et l’évaluation de sa performance environnementale, sur une base régulière. Cela peut permettre
à l’organisme d’établir des rapports et de communiquer de façon précise sur sa performance
environnementale.
La surveillance se rapporte généralement à des processus au cours desquels des observations sont
effectuées au fil du temps, sans nécessairement utiliser un équipement de contrôle. La mesure se
rapporte généralement à des processus au cours desquels un équipement est habituellement utilisé pour
déterminer des propriétés quantitatives ou qualitatives. Par conséquent, la mesure peut nécessiter des
contrôles supplémentaires pour s’assurer du maintien de la fiabilité d’un tel équipement (par exemple
étalonnage), le cas échéant.
Il convient qu’un organisme détermine ce qu’il est nécessaire de surveiller et de mesurer compte tenu
de ses objectifs environnementaux, de ses aspects environnementaux significatifs, de ses obligations de
conformité et de sa maîtrise opérationnelle. Il convient d’y inclure la détermination de la fréquence et
des méthodes utilisées pour collecter les données.
Afin de concentrer ses ressources sur les mesures les plus importantes, il convient que l’organisme
sélectionne des indicateurs pertinents qui soient faciles à comprendre et qui fournissent des
informations utiles pour l’évaluation de sa performance environnementale. Il convient que le choix
des indicateurs reflète la nature et l’échelle des opérations de l’organisme et soit adapté à ses impacts
environnementaux. Les exemples d’indicateurs comprennent des paramètres physiques tels que
des températures, des pressions, le pH, l’utilisation de matériaux, l’efficacité énergétique, le choix
de l’emballage et du transport. Pour des lignes directrices concernant le choix des indicateurs, voir
l’ISO 14031.

44  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


La surveillance et la mesure peuvent servir plusieurs objectifs dans un système de management


environnemental, tels que:
— le suivi des progrès du respect des engagements de la politique environnementale, de l’atteinte des
objectifs et de l’amélioration continue;
— la fourniture d’informations pour déterminer les aspects environnementaux significatifs;
— la collecte de données sur les émissions et les rejets pour satisfaire aux obligations de conformité;
— la collecte de données sur l’utilisation de l’eau, de l’énergie et des matières premières pour atteindre
les objectifs environnementaux;
— la fourniture de données pour aider ou évaluer la maîtrise opérationnelle;
— la fourniture de données pour évaluer la performance environnementale de l’organisme;
— la fourniture de données pour évaluer la performance du système de management environnemental.
NOTE 1 Des lignes directrices supplémentaires sur l’évaluation de la performance environnementale sont
données dans l’ISO 14031.

NOTE 2 Des lignes directrices sur les informations environnementales quantitatives sont données dans
l’ISO/TS 14033.

Il convient que la surveillance et la mesure soient effectuées dans des conditions contrôlées, avec des
processus appropriés pour assurer la validité des résultats, tels que:
— le choix des techniques d’échantillonnage et de collecte de données;
— la réalisation d’un étalonnage approprié ou la vérification de l’équipement de mesure;
— l’utilisation des étalons de mesure pouvant être reliés à des étalons de mesure internationaux ou
nationaux;
— le recours à un personnel compétent;
— l’utilisation de méthodes appropriées de contrôle qualité comprenant l’interprétation des données
et l’analyse des tendances.
Il convient que les organismes envisagent, le cas échéant, de faire appel à des laboratoires dont les
techniques d’essai ont été soit agrées par un organisme national d’accréditation soit approuvées par les
autorités de réglementation. Lorsque l’accréditation ou l’approbation n’est pas possible ou disponible,
l’organisme peut envisager d’autres méthodes pour vérifier l’exactitude des résultats, telles qu’une
analyse d’échantillons fractionnés, des essais de matériaux de référence certifiés et des programmes
d’essai d’aptitude.
Il convient que les résultats de la surveillance et de la mesure soient analysés et utilisés pour identifier
les non-conformités, le respect des limites spécifiées par les obligations de conformité, les tendances
en matière de performance et les axes d’amélioration continue. L’analyse de ces données peut inclure la
prise en compte de la qualité, de la validité, de l’adéquation et de l’exhaustivité des données, éléments
nécessaires à la fiabilité des informations. Des outils statistiques peuvent être utilisés afin d’accroître la
fiabilité des décisions quant à déterminer si un résultat souhaité a été atteint ou non. Ces outils peuvent
inclure, suivant le cas, des techniques graphiques, des indexations, des agrégations ou des pondérations.
Des procédures écrites pour réaliser la surveillance, la mesure, l’analyse et l’évaluation peuvent
contribuer à assurer la cohérence, la reproductibilité et la fiabilité des données produites. Il convient
que les résultats de la surveillance, de la mesure, de l’analyse et de l’évaluation soient conservés sous
forme d’informations documentées.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  45


ISO 14004:2016(F)


9.1.2 Évaluation de la conformité

Il convient que l’organisme établisse un processus pour évaluer dans quelle mesure ses obligations de
conformité sont satisfaites, en surveillant, mesurant, analysant et passant en revue sa performance par
rapport à ses obligations de conformité, telles que déterminées en 4.2 et 6.1.3. Ce processus peut aider
l’organisme à démontrer son engagement à respecter ses obligations de conformité, à comprendre son
état de conformité, à réduire les possibilités de violation de la réglementation et à éviter les actions
défavorables de ses parties intéressées.
Il convient d’évaluer périodiquement la performance par rapport aux obligations de conformité, bien
que la fréquence et le calendrier de chacune d’elles puissent différer selon:
— les exigences légales de l’organisme;
— la pertinence d’autres exigences adoptées en tant qu’obligations de conformité;
— les modifications des obligations de conformité;
— la performance passée de l’organisme en matière d’obligation de conformité, y compris les effets
négatifs potentiels associés à une non-conformité;
— les variations attendues de la performance d’un processus ou d’une activité; par exemple, la
performance d’une station d’épuration des eaux usées peut varier en fonction du volume d’eaux
usées reçu.
Il convient que l’évaluation de la conformité soit un processus itératif qui utilise les données de sortie
des autres domaines du système de management environnemental pour déterminer si l’organisme
satisfait à ses obligations de conformité. Les méthodes utilisées pour l’évaluation de la conformité
peuvent comprendre la collecte d’informations et de données, par exemple par le biais:
— de visites ou d’inspections des installations;
— d’observations directes ou d’entretiens;
— de revues de projet ou de chantier;
— d’une revue de l’analyse d’échantillons ou des résultats d’essai, et une comparaison aux seuils
réglementaires;
— d’une vérification de l’échantillonnage ou des essais;
— d’une revue des informations documentées exigées par la loi (par exemple manifestes relatifs aux
déchets dangereux, documents réglementaires à soumettre).
Les audits internes (voir 9.2) peuvent être utilisés pour déterminer l’efficacité du (des) processus
établi(s) et mis en œuvre afin d’évaluer le respect des obligations de conformité, mais ils ne peuvent
pas être utilisés pour démontrer que les obligations de conformité de l’organisme ont été satisfaites.
Toutefois, des techniques d’audit peuvent être appliquées par l’organisme pour évaluer le respect de ses
obligations de conformité.
Les obligations de conformité peuvent être prises en compte dans divers processus du système de
management environnemental, tels que:
— la détermination des aspects environnementaux significatifs (voir  6.1.2.5) et des risques et
opportunités à prendre en compte (voir 6.1.1);
— la planification des actions (voir 6.1.4);
— l’établissement d’objectifs environnementaux (voir 6.2.2);
— le développement de processus de sensibilisation (voir 7.3), de communication externe (voir 7.4.3),
de planification et maîtrise opérationnelles (voir 8.1) et de surveillance et de mesure (voir 9.1).

46  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


L’efficacité de ces processus et les résultats obtenus peuvent également fournir des preuves de respect
des obligations de conformité.
L’organisme peut choisir de passer en revue les rapports et les communications fournis par des
parties intéressées (par exemple rapports d’inspection réglementaire de site ou audits client) ou de
communiquer spécifiquement avec les parties intéressées sur ses obligations de conformité.
Lorsqu’une incapacité réelle ou potentielle à respecter une obligation de conformité est identifiée,
il convient que l’organisme entreprenne une action. Le processus de non-conformité et d’actions
correctives de l’organisme (voir 10.2) peut être utilisé pour traiter les corrections nécessaires. Le cas
échéant et si cela est exigé, il convient que l’organisme communique ou rende compte du non-respect
d’une obligation de conformité à la (aux) partie(s) intéressée(s) concernée(s) (voir 7.4).
Une non-conformité n’est pas nécessairement élevée au rang de non-conformité du système de
management si, par exemple, elle est identifiée et corrigée par les processus du système de management
environnemental.
Pour évaluer la conformité, l’organisme acquiert une connaissance et une compréhension de son état
de conformité. Il convient que la fréquence des évaluations de la conformité soit appropriée pour tenir
à jour cette connaissance et cette compréhension. Il convient que les évaluations soient effectuées de
manière à fournir en temps utile des données d’entrée pour la revue de direction (voir 9.3) de telle sorte
que la direction puisse examiner le respect par l’organisme de ses obligations de conformité et se tenir
continuellement informée de l’état de conformité de l’organisme.
Il convient que l’organisme conserve des informations documentées comme preuves de l’évaluation de
la conformité. Celles-ci peuvent comprendre:
— les rapports des résultats des évaluations de la conformité;
— les rapports d’audits internes et externes;
— les communications et rapports internes et externes.

9.2 Audit interne


II convient de réaliser, à des intervalles planifiés, des audits internes du système de management
environnemental de l’organisme afin de déterminer et fournir des informations permettant à la
direction de déterminer si le système est conforme aux dispositions prévues et s’il a été correctement
mis en œuvre et tenu à jour. Les résultats peuvent être utilisés pour identifier les axes d’amélioration du
système de management environnemental de l’organisme.
Il convient que l’organisme établisse un programme d’audit interne pour permettre la planification
et la conduite des audits internes et pour identifier les besoins d’audits pour répondre aux objectifs
du programme d’audit. Il convient que le programme et la fréquence des audits internes soient basés
sur la nature des opérations de l’organisme, en termes d’aspects environnementaux et d’impacts
environnementaux potentiels, de risques et opportunités à prendre en compte, de résultats d’audits
internes et externes précédents et d’autres facteurs pertinents (par exemple changements affectant
l’organisme, résultats de la surveillance et des mesures et situations d’urgence passées). Il convient
que les processus externalisés faisant l’objet de dispositions d’audit à titre de contrôles soient pris en
compte dans la planification du programme d’audit.
Il convient que l’organisme détermine l’efficacité des audits internes. Le programme d’audit peut, par
exemple, couvrir une seule ou plusieurs années et peut comporter un seul ou plusieurs audits.
Il n’est pas nécessaire que chaque audit interne couvre l’intégralité du système, dès lors que le
programme d’audit assure que toutes les unités organisationnelles et fonctionnelles, les éléments du
système et l’intégralité du domaine d’application du système de management environnemental sont
audités périodiquement.
Il convient que les audits internes soient planifiés et conduits par un auditeur ou une équipe d’audit
objectif (objective) et impartial(e), aidé(e) par un (des) expert(s) technique(s), lorsque cela est approprié,

© ISO 2016 – Tous droits réservés  47


ISO 14004:2016(F)


choisi(s) parmi les membres du personnel de l’organisme ou parmi des personnes extérieures. Il
convient que les compétences collectives de l’équipe soient suffisantes pour atteindre l’objectif de l’audit
et satisfaire au périmètre d’un audit particulier et crédibilise la fiabilité des résultats.
Les résultats d’un audit interne peuvent être fournis sous forme de rapport pour servir de base de
vérification et peuvent être utilisés pour corriger ou prévenir des non-conformités spécifiques, ou pour
atteindre un ou plusieurs objectifs du programme d’audit, et pour fournir des données d’entrée pour la
revue de direction.
Il convient que l’organisme conserve des informations documentées comme preuves de la mise en
œuvre du programme d’audit et des résultats d’audit.
NOTE Des lignes directrices pour l’audit d’un système de management environnemental sont données dans
l’ISO 19011.

9.3 Revue de direction


Il convient que la direction de l’organisme conduise, à des intervalles qu’elle a déterminés, une revue de
son système de management environnemental pour évaluer la pertinence, l’adéquation et l’efficacité de
son système. Il convient que cette revue couvre les aspects environnementaux des activités, produits et
services inclus dans le domaine d’application du système de management environnemental.
Une revue de direction peut coïncider avec d’autres activités de management (par exemple réunions du
conseil d’administration, réunions opérationnelles) ou peut être conduite comme une activité distincte.
Une revue de direction peut être coordonnée avec le cycle de planification et de budgétisation de
l’organisme, et la performance environnementale peut être évaluée au cours de la revue par la direction
de la performance globale de l’entreprise, afin que les décisions en matière de priorités et de ressources
pour le système de management environnemental soient équilibrées avec d’autres priorités et besoins
en ressources de l’entreprise.
Les données d’entrée de la revue de direction peuvent comprendre:
— les résultats des audits et des évaluations du respect des obligations de conformité;
— les informations venant des parties intéressées externes, y compris les plaintes;
— la performance environnementale de l’organisme;
— le niveau de réalisation des objectifs environnementaux de l’organisme;
— l’état d’avancement des actions correctives;
— le suivi des actions décidées à l’issue des revues de direction précédentes;
— les changements de circonstances, y compris:
— le contexte de l’organisme;
— les modifications des activités, produits et services de l’organisme;
— les résultats de l’évaluation des aspects environnementaux significatifs et des risques et
opportunités à prendre en compte à partir des nouveaux développements ou des développements
planifiés;
— les modifications des obligations de conformité de l’organisme;
— les points de vue des parties intéressées;
— les avancées scientifiques et technologiques;
— les leçons tirées des situations d’urgence;
— l’adéquation des ressources;

48  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


— des recommandations pour l’amélioration.


Il convient que les conclusions de la revue du système de management environnemental comprennent
des décisions concernant:
— la pertinence, l’adéquation et l’efficacité du système;
— les axes d’amélioration continue;
— les modifications nécessaires en matière de ressources matérielles, humaines et financières;
— les actions nécessaires si des objectifs environnementaux n’ont pas été atteints;
— les actions liées aux modifications possibles de la politique environnementale, des objectifs
environnementaux et d’autres éléments du système de management environnemental;
— les actions liées à l’amélioration de l’intégration du système de management environnemental avec
d’autres processus métier, si nécessaire;
— les conséquences pour l’orientation stratégique de l’organisme.
Les exemples d’informations documentées conservées comme preuves des conclusions de la revue de
direction comprennent des copies des ordres du jour des réunions, la liste des participants, les supports
de présentation ou communiqués, et les décisions de la direction enregistrées sous forme de rapports,
de comptes rendus ou de systèmes de traçabilité.
La direction peut décider qui participera à la revue de direction. En général, cela comprend les
responsables environnement, les responsables des principales unités et la direction. Des représentants
d’autres systèmes de management (par exemple qualité, santé et sécurité au travail, énergie, continuité
de l’activité) peuvent également participer à des fins d’intégration.

10 Amélioration

10.1 Généralités
L’amélioration fait partie intégrante d’un système de management environnemental efficace. Il convient
que l’organisme identifie les axes d’amélioration suite à:
— la surveillance, la mesure, l’analyse et l’évaluation relatives à la performance environnementale et
au respect des obligations de conformité (voir 9.1);
— des audits de son système de management environnemental (voir 9.2);
— la revue de direction (voir 9.3).
Pour obtenir les résultats escomptés du système de management environnemental, il convient que
l’organisme entreprenne les actions nécessaires pour traiter les axes d’amélioration identifiées,
y compris l’identification et la correction d’une non-conformité, et améliorer sa performance
environnementale par le biais d’une amélioration continue de la pertinence, de l’adéquation et de
l’efficacité de son système de management environnemental.

10.2 Non-conformité et actions correctives


Pour qu’un système de management environnemental soit continuellement efficace, il convient
qu’un organisme dispose d’une approche systématique pour identifier une non-conformité, prendre
des mesures immédiates pour atténuer tout impact environnemental, analyser les causes de la non-
conformité et mettre en œuvre une action corrective. Cette approche aide l’organisme à mettre en
œuvre et tenir à jour le système de management environnemental.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  49


ISO 14004:2016(F)


Une non-conformité est la non-satisfaction d’une exigence qui peut être définie par rapport au système
de management ou en termes de performance environnementale. De telles situations (non-conformité)
peuvent arriver lorsqu’une partie du système de management environnemental ne fonctionne pas
comme elle le devrait ou que les exigences de performance environnementale ne sont pas respectées.
De telles situations comprennent, par exemple:
— une non-conformité de la performance du système de management environnemental, telle que:
— l’importance des aspects environnementaux de produits n’est pas évaluée;
— les responsabilités de la préparation et de la réponse aux situations d’urgence ne sont pas
attribuées;
— une défaillance dans l’évaluation périodique du respect des obligations de conformité;
— une non-conformité de la performance environnementale, telle que:
— les objectifs de réduction de la consommation d’énergie ne sont pas atteints;
— la maintenance exigée n’est pas réalisée comme prévu;
— les critères opérationnels (par exemple les limites autorisées) ne sont pas remplis.
Le processus d’audit interne décrit en 9.2 est l’une des façons d’identifier régulièrement les non-
conformités. Une autre façon consiste à attribuer la responsabilité de l’identification des non-
conformités et de la notification des problèmes potentiels ou réels à toutes les personnes travaillant
sous le contrôle de l’organisme.
Une fois qu’une non-conformité est identifiée, il convient d’en rechercher la (les) cause(s) afin que
l’action corrective puisse cibler la partie appropriée du système de management environnemental. Lors
de l’élaboration d’un plan pour traiter une non-conformité, il convient que l’organisme considère les
mesures à prendre pour résoudre le problème, les changements nécessaires pour corriger la situation
et restaurer un fonctionnement normal, et ce qu’il convient de faire pour éliminer la (les) causes(s) et
éviter que le problème ne se répète ou ne réapparaisse ailleurs. Il convient que le caractère et le délai
de réalisation de telles actions soient adaptés à la nature et au degré de la non-conformité et de l’impact
environnemental.
Lorsqu’un problème potentiel est identifié mais que la non-conformité n’est pas avérée, une action
peut être entreprise pour éviter l’apparition d’une non-conformité. Les problèmes potentiels peuvent
être identifiés grâce à des méthodes telles que l’extrapolation d’une action corrective liée à des non-
conformités réelles à d’autres secteurs dans lesquels des activités similaires sont réalisées, l’analyse
des tendances ou les études de dangers, et il convient qu’ils soient pris en compte lors de la planification
des actions à mettre en œuvre face aux risques et opportunités identifiés en 6.1.1.
Lorsque les actions se traduisent par des modifications du système de management environnemental,
il convient que les informations documentées et les compétences associées soient mises à jour, le cas
échéant, et que les changements soient communiqués à toutes les personnes devant en être informées.
Il convient que la direction s’assure que les actions correctives et les actions menées pour prévenir
les problèmes avant qu’ils ne se produisent, ont été mises en œuvre et qu’il y a un examen et un suivi
systématiques pour s’assurer de l’efficacité des actions menées.
Il convient que l’organisme conserve des informations documentées comme preuves de la nature des non-
conformités et des actions ultérieures entreprises, ainsi que des résultats des actions correctives menées.

10.3 Amélioration continue

10.3.1 Axes d’amélioration

L’amélioration continue est une composante essentielle d’un système de management environnemental
efficace pour améliorer la performance environnementale. Elle peut être accomplie à travers l’atteinte

50  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


des objectifs environnementaux et l’enrichissement global du système de management environnemental


ou de l’une de ses composantes. Un organisme peut encourager tous les employés à proposer des idées
d’amélioration.
Il convient que l’organisme évalue de façon continue sa performance environnementale et la
performance de son système de management environnemental afin d’identifier les axes d’amélioration.
Il convient que la direction soit directement impliquée dans cette évaluation à travers le processus de
revue de direction.
L’identification des déficiences du système de management environnemental fournit aussi des axes
significatifs d’amélioration. Afin de réaliser de telles améliorations, il convient que l’organisme
connaisse l’existence de ses déficiences et comprenne pourquoi elles existent. Pour cela, il est possible
d’analyser la (les) cause(s) profonde(s) des déficiences du système de management environnemental.
Les sources d’information utiles pour l’amélioration continue comprennent:
— l’expérience acquise des non-conformités et des actions correctives associées;
— une analyse comparative par rapport aux bonnes pratiques dans les autres organismes;
— les associations professionnelles et les groupes de pairs;
— une nouvelle législation ou des modifications proposées de la législation existante;
— les résultats des audits du système de management environnemental et d’autres audits;
— l’évaluation et l’analyse des résultats de la surveillance et des mesures;
— les publications relatives aux progrès technologiques;
— le point de vue des parties intéressées, y compris celui des employés, des clients et des fournisseurs.

10.3.2 Mise en œuvre de l’amélioration continue

Lorsque des axes d’amélioration ont été identifiés, il convient de les évaluer pour déterminer les actions
à mettre en œuvre. Il convient que les actions d’amélioration soient planifiées et que les modifications
du système de management environnemental soient mises en œuvre en conséquence.
Il n’est pas nécessaire que les améliorations soient mises en place dans tous les domaines en même
temps (voir 4.4.1). Plus la performance du système de management environnemental s’améliore, plus

© ISO 2016 – Tous droits réservés  51


ISO 14004:2016(F)


l’amélioration continue du système est difficile à obtenir. L’encadré de conseils pratiques 20 donne des
exemples d’actions d’amélioration.

Conseils pratiques 20 — Exemples d’amélioration


Les améliorations peuvent, par exemple, consister en;
—   l’établissement d’un processus pour évaluer les nouveaux matériaux et pour promouvoir l’utilisation de
matériaux moins nuisibles;
—   l’amélioration de la formation des employés sur les matériaux et leur manipulation, afin de réduire la pro-
duction de déchets;
—   l’introduction de processus de traitement des eaux usées pour permettre la réutilisation de l’eau;
—   la mise en œuvre de changements des réglages par défaut des équipements de reproduction permettant une
impression recto-verso dans un service de reprographie;
—   la redéfinition des itinéraires de livraison afin de réduire l’utilisation d’énergie fossile par les sociétés de
transport;
—   l’établissement d’objectifs environnementaux pour mettre en place des combustibles de substitution dans les
chaudières et réduire les émissions de particules;
—   le développement d’une culture d’amélioration environnementale au sein de l’organisme;
—   le développement de partenariats avec les parties intéressées;
—   la prise en compte du développement durable dans les processus métier de l’organisme.

52  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Annexe A
(informative)

Exemples d’activités, produits et services et les aspects et impacts


environnementaux, risques et opportunités, et actions qui leur
sont associés

Tableau A.1 — Exemples d’activités, produits et services et aspects et impacts


environnementaux, risques et opportunités, et actions qui leur sont associés
Activité/produit/service Aspects environnemen- Impacts environnemen- Risques et opportunités Action prévue
taux taux réels et potentiels à prendre en compte
Activité: fonctionnement d’une chaudière au fioul
Fonctionnement de la Utilisation de fioul Épuisement des res- Risques (effets négatifs Le service financier
chaudière sources naturelles non potentiels) demande de surveiller les
renouvelables prix des combustibles, de
—   Fioul non disponible comparer les scénarios
—   Augmentation du prix futurs en termes de coûts
du pétrole et de réaliser une analyse
coût/bénéfice.
Opportunités (effets
positifs potentiels) Établir un objectif
environnemental pour
—   Remplacer la source remplacer la source de
de chaleur de la chaudière chaleur de la chaudière
par l’énergie solaire par l’énergie solaire.
—   Réduire les coûts
d’exploitation
Émissions de dioxyde de Impacts respiratoires sur Risques (effets négatifs Mettre en place une
soufre, d’oxydes d’azote et les résidents voisins potentiels) maîtrise opérationnelle
de CO2 (c’est-à-dire de gaz pour s’assurer que les
à effet de serre) Impacts des pluies acides —   Incapacité de res- obligations de conformité
sur les eaux de surface pecter les obligations de sont respectées.
conformité
Réchauffement global et Établir un objectif
changement climatique —   Amende éventuelle environnemental pour
—   Publicité négative installer un équipement
approprié de réduction
Opportunités (effets des émissions.
positifs potentiels)
—   Réduire les émissions
- installer une unité de
désulfuration des gaz de
combustion
Rejets d’eau chaude Modifications de la qua- Opportunités (effets Établir un objectif envi-
lité de l’eau (par exemple positifs potentiels) ronnemental pour ins-
température). taller un équipement de
—   Récupérer la chaleur récupération de chaleur.
des eaux usées
—   Réduire les coûts
d’exploitation

© ISO 2016 – Tous droits réservés  53


ISO 14004:2016(F)


Tableau A.1 (suite)


Activité/produit/service Aspects environnemen- Impacts environnemen- Risques et opportunités Action prévue
taux taux réels et potentiels à prendre en compte
Stockage du fioul dans des Rejets de fioul dans le sol Pollution du sol Risques (effets négatifs Élaborer des plans
réservoirs enterrés (situation d’urgence) potentiels) d’urgence pour traiter les
Pollution des eaux sou- fuites des réservoirs et
terraines —   Coûts de dépollution une réponse en termes de
—   Amendes dépollution.

Opportunités (effets Mettre en place une


positifs potentiels) maîtrise opérationnelle
pour contrôler périodi-
—   Remplacer la source quement l’étanchéité des
de chaleur de la chaudière réservoirs.
par l’énergie solaire
Établir un objectif
environnemental pour
remplacer la source de
chaleur de la chaudière
par l’énergie solaire.
Livraison et transport Rejets incontrôlés de Pollution des eaux de Risques (effets négatifs Élaborer un processus de
du fioul fioul dans les collecteurs surface potentiels) livraison.
d’eaux de surface (situa-
tion d’urgence) Bioaccumulation de —   Coûts de dépollution Élaborer des plans
substances toxiques par d’urgence pour traiter
la faune —   Amendes les rejets incontrôlés et
—   Publicité négative dépolluer.
réduisant la valeur de
l’entreprise
Activité: construction routière
Construction sous une Ruissellement des eaux Érosion des sols Risques (effets négatifs Mettre en œuvre une maî-
forte pluie pluviales (condition potentiels) trise opérationnelle pour
anormale) Pollution des eaux de retenir le limon.
surface —   Coûts de dépollution
Élaborer des plans
Dégradation de l’habitat —   Amendes d’urgence pour réduire le
des zones humides ruissellement incontrôlé.
—   Publicité négative
(liée à la dégradation de Élaborer une réponse en
l’habitat) entraînant la termes de dépollution.
perte de futurs projets de
construction
Activité: agriculture: riziculture

54  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Tableau A.1 (suite)


Activité/produit/service Aspects environnemen- Impacts environnemen- Risques et opportunités Action prévue
taux taux réels et potentiels à prendre en compte
Inondation et préparation Utilisation de l’eau Épuisement de la res- Risques (effets négatifs Modéliser la disponibilité
des rizières source d’eau souterraine potentiels) en eau en se basant sur les
scénarios de changement
—   Changement clima- climatique futur.
tique (par exemple préci-
pitations réduites) Investir dans des travaux
de recherche.
—   Augmentation de
l’utilisation des puits
artésiens et des aquifères
—   Augmentation du prix
de l’eau
Opportunités (effets
positifs potentiels)
—   Trouver des variétés
de riz dont la culture
exige moins d’eau (c’est-à-
dire plus résistantes à la
sécheresse)
—   Faire pousser d’autres
cultures
Usage de pesticides Pollution du sol Risques (effets négatifs Étudier la possibilité de
potentiels) réduire/remplacer l’usage
Bioaccumulation de de pesticides.
substances toxiques par —   Pollution des eaux
la faune provoquant des souterraines Maîtrise opérationnelle
effets chroniques sur la lors de l’application de
santé ou la disparition —   Organismes résistant pesticides.
d’espèces aux pesticides
Rechercher les modes
—   Augmentation de de culture biologique
l’usage de pesticides actuels.
—   Augmentation des
coûts
Opportunités (effets
positifs potentiels)
—   Utiliser des modes de
culture biologique
—   Lutte intégrée contre
les nuisibles
—   Réduire les coûts liés
aux pesticides
Émissions de CO2 et de Réchauffement global et Risques (effets négatifs Rechercher les possibi-
méthane (c’est-à-dire de changement climatique potentiels) lités de compensation
gaz à effet de serre). carbone.
—   Atteinte à l’image
de l’organisme et de
l’industrie
Produit: chaudière
Modèle de chaudière à Réduction de l’usage de Préservation des res- Opportunités (effets Campagne de promotion
haut rendement combustible sources énergétiques non positifs potentiels) axée sur les économies
renouvelables (impact en termes de coût et de
bénéfique) —   Augmentation des carbone.
ventes
—   Amélioration de la
réputation grâce à des
conceptions innovantes
Remplacement par un Réduction de la produc- Réduction des déchets Opportunités (effets Fournir avec le produit
matériau non dange- tion de déchets dangereux dangereux mis à la dé- positifs potentiels) des informations sur la
reux lors de la phase de en fin de vie charge (impact bénéfique) récupération appropriée.
conception. —   Augmentation des
ventes
—   Réduire les amendes
dues à législation relative
à la responsabilité du
producteur
Produit: cartouche d’encre pour imprimante

© ISO 2016 – Tous droits réservés  55


ISO 14004:2016(F)


Tableau A.1 (suite)


Activité/produit/service Aspects environnemen- Impacts environnemen- Risques et opportunités Action prévue
taux taux réels et potentiels à prendre en compte
Cartouche d’encre conçue Réduction de l’utilisation Préservation des res- Opportunités (effets Au niveau du point de
pour être réutilisée de matières premières et sources énergétiques non positifs potentiels) vente du produit, fournir
d’énergie renouvelables (impact des informations sur
bénéfique) —   Offrir des activités la façon de recycler la
Réduction de la produc- de service cartouche.
tion de déchets solides en Réduction des déchets
fin de vie mis à la décharge (impact —   Relations à plus long
bénéfique) terme avec les clients

Produit: climatiseur
Utilisation par le consom- Utilisation d’électricité Épuisement des res- Risques (effets négatifs Analyse comparative des
mateur d’un appareil (l’organisme peut être sources naturelles non potentiels) performances par rapport
capable d’avoir une renouvelables à d’autres concurrents.
«influence» sur l’aspect) —   Chute des ventes au
profit de fabricants plus Investissement dans la
compétitifs recherche et le dévelop-
pement en rapport avec
l’efficacité énergétique.
Utilisation de fluides Réchauffement planétaire Risques (effets négatifs Établir un partena-
frigorigènes et potentiel de destruc- potentiels) riat avec un institut
tion de la couche d’ozone de recherche sur les
lorsque le système de —   Publicité négative alternatives aux fluides
climatisation fuit liée à l’utilisation de frigorigènes.
fluides frigorigènes ayant
un potentiel élevé de
réchauffement planétaire
et de destruction de la
couche d’ozone
Opportunités (effets
positifs potentiels)
—   Nouvelle offre de ser-
vices pour des ingénieurs
qualifiés
Production de déchets Augmentation des déchets Risques (effets négatifs Rechercher des options
solides (l’organisme peut mis à la décharge potentiels) de recyclage ou de réuti-
être capable d’avoir une lisation.
«influence» sur l’aspect) —   Augmentation des
redevances de déverse-
ment
—   Interdictions de mise
en décharge
Service: services d’entretien et de réparation
Manipulation et uti- Rejets incontrôlés en cas Pollution de l’air Risques (effets négatifs Établir un objectif
lisation de produits d’incendie ou d’explosion potentiels) environnemental pour
chimiques (situation d’urgence) Pollution du sol supprimer l’utilisation de
—   Coûts de dépollution produits chimiques.
Dommages aux popula-
tions —   Amendes
—   Publicité négative
Sous-traitance de la répa- Rejets de certaines Destruction de la couche Risques (effets négatifs Lancer un nouvel appel
ration du climatiseur substances détruisant la d’ozone potentiels) d’offres pour assurer un
couche d’ozone (c’est-à- meilleur entretien.
dire fluide frigorigène) —   Amendes
(condition anormale) —   Publicité négative
Service: services bureautiques
Impression de documents Utilisation d’électricité Épuisement des res- Risques (effets négatifs Axes de recherche pour
sources naturelles potentiels) fournir une technologie
Utilisation de papier bureautique sans papier.
—   Perte de part de mar-
ché au profit d’une tech-
nologie bureautique sans
papier plus compétitive

56  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Tableau A.1 (suite)


Activité/produit/service Aspects environnemen- Impacts environnemen- Risques et opportunités Action prévue
taux taux réels et potentiels à prendre en compte
Impression recto-verso Réduction de l’utilisation Préservation des Opportunités (effets Élaborer une documen-
des ressources naturelles ressources naturelles positifs potentiels) tation commerciale pour
(l’organisme peut être (impact bénéfique) promouvoir les bénéfices
capable d’avoir une —   Réduction des coûts environnementaux et
«influence» sur l’aspect) financiers pour les clients
potentiels.
Recyclage des vieux Réduction de la produc- Réduction des déchets Opportunités (effets
papiers tion de déchets solides mis à la décharge (impact positifs potentiels)
(l’organisme peut être bénéfique)
capable d’avoir une —   Réduction des coûts
«influence» sur l’aspect) —   Publicité positive
Service: transport et distribution de produits et services
Maintenance de routine Réduction des émissions Réduction de la pollution Risques (effets négatifs Communiquer les béné-
de la flotte (y compris les d’oxydes d’azote atmosphérique (impact potentiels) fices environnementaux
vidanges) bénéfique) à ceux qui effectuent
Rejets d’huiles usagées —   Amendes l’entretien.
Pollution du sol
—   Coûts de dépollution Développer un processus
Opportunités (effets de maîtrise opération-
positifs potentiels) nelle pour gérer les
déchets.
—   Recyclage des huiles
usagées Envisager le passage à
des véhicules électriques
—   Réduction des coûts dans le cadre d’une reca-
d’exploitation pitalisation.
Exploitation de la flotte Utilisation de carburant Épuisement des res- Risques (effets négatifs Établir un objectif envi-
sources en carburant potentiels) ronnemental pour réduire
fossile non renouvelables l’utilisation de carburant.
—   Disponibilité du
carburant
—   Augmentation des
coûts du carburant
Opportunités (effets
positifs potentiels)
—   Utiliser un carburant
alternatif (GNC/GNL)
—   Réduire les coûts
d’exploitation
Émissions d’oxydes Pollution de l’air Risques (effets négatifs Rechercher des méthodes
d’azote potentiels) permettant de réduire les
Réchauffement global et émissions.
changement climatique —   Introduction de
normes d’émission plus
rigoureuses
Génération de bruit Gênes et désagrément Risques (effets négatifs Assurer la formation des
pour le voisinage potentiels) conducteurs.
—   Atteinte à l’image de Imposer des horaires de
l’organisme travail stricts.
Emballage Récupération des embal- Réduction des déchets Opportunités (effets Promouvoir le service
lages mis à la décharge positifs potentiels) dans le cadre de négocia-
tions contractuelles.
—   Amélioration des
relations avec le client

© ISO 2016 – Tous droits réservés  57


ISO 14004:2016(F)


Tableau A.2 — Exemples d’activités, produits et services et leurs aspects et objectifs


environnementaux, cibles, programmes, indicateurs, moyens de maîtrise opérationnelle, et
surveillance et mesure associés
Aspects Objectifs Cibles Programmes Indicateurs Maîtrise opéra- Surveillance et
tionnelle mesure
Activité: fonctionnement d’une chaudière au fioul
Utilisation de fioul Réduire l’utilisa- Réduction de Installation de Étapes intermé- Processus pour Évaluation
tion de ressources l’utilisation de brûleurs plus diaires du projet. l’installation des trimestrielle des
non renouvelables fioul (basée sur efficaces. brûleurs modifiés. progrès par rap-
l’utilisation cou- Utilisation de port au projet.
rante de l’année) fioul par heure de Processus pour
de 20 % en 1 an. fonctionnement enregistrer l’utili- Suivi mensuel des
de la chaudière. sation de fioul. ratios d’utilisa-
tion de fioul.
Rejets d’eau Minimiser les Réduire la tempé- Réorganiser Température Processus Surveillance
chaude impacts envi- rature moyenne l’installation et moyenne des d’échantillonnage continue de la
ronnementaux des rejets en eau concevoir les rejets d’eau. et d’analyse de la température des
négatifs sur la de 5 °C d’ici 2018. opérations pour qualité de l’eau. rejets.
qualité du bassin extraire et réu- Paramètres de
versant en raison tiliser la chaleur qualité de l’eau du Plan d’échantillon- Surveillance
de l’élévation de des eaux usées bassin versant. nage des poissons/ trimestrielle de la
température des (c’est-à-dire, cogé- de la faune. qualité de l’eau du
Nombre et diver- bassin versant.
effluents. nération). sité des poissons/ Processus opéra-
espèces animales tionnels pour la
dans le bassin cogénération.
versant.
Contrôles d’ingé-
nierie.
Produit: climatiseur
Utilisation d’élec- Encourager le Réduire la tem- Éduquer le Accroître l’intérêt Conception de Enquête auprès
tricité consommateur pérature de fonc- consommateur du consommateur produit à partir des utilisateurs.
à économiser tionnement de sur l’impact pour les écono- de matériaux
l’énergie 5 % par rapport à environnemental mies d’énergie. ayant une meil-
la température de d’une consom- leure efficacité.
fonctionnement mation excessive Accroître l’intérêt
de l’année passée d’énergie par du consomma- Utilisation de
d’ici la fin de la distribution teur pour de nou- l’énergie élec-
l’année en cours de documents veaux produits trique.
d’information ayant une plus
grande efficacité Prise en compte
sur l’efficacité des demandes
énergétique avec énergétique.
d’efficacité
le produit (c’est- énergétique par
à-dire réalisation les clients lors
d’économies, de la conception
réduction des de nouveaux
impacts envi- produits.
ronnementaux
adverses).
Production de Réduire la Atteindre une Revoir la Quantité de maté- Processus de Surveillance
déchets solides. production de réduction de conception de riau d’emballage contrôle de la trimestrielle de
déchets solides 5 % de matériau l’emballage du par unité. conception. la quantité de
d’emballage des d’emballage pour produit (départe- matériau d’embal-
consommateurs la gamme de ment ingénierie, Réduction en % Processus lage utilisé, par
par la réduction produits actuelle 6 mois). de matériau d’em- d’emballage du exemple les achats
de la quantité de d’ici 2018. ballage utilisé produit. moins les rebuts.
matériaux d’em- Mettre en œuvre pour la gamme de
ballage utilisés. les changements produits. Unités de produits
dans la produc- expédiés dans
tion (6 mois). Réduction esti- la gamme de
mée du volume de produits.
Faire un test déchets solides
avant de passer par appareil
à plein régime de unitaire chez le
production. consommateur.

58  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Tableau A.2 (suite)


Aspects Objectifs Cibles Programmes Indicateurs Maîtrise opéra- Surveillance et
tionnelle mesure
Service: transport et distribution de produits et services (entretien de la flotte de véhicules)
Émissions Améliorer les im- Atteindre une Identifier les % d’entretien Processus Suivi de la fré-
d’oxydes d’azote pacts environne- réduction de 25 % principaux para- réalisé à temps. d’entretien. quence d’entretien
(NOx) mentaux positifs des émissions de mètres d’entretien par rapport au
sur la qualité de NOx d’ici 2018. pour réduire les Émissions de Formation des calendrier établi.
l’air en amélio- émissions de NOx. NOx/km. techniciens
rant l’efficacité d’entretien. Surveillance de
de l’entretien de Revoir les l’efficacité en
programmes Notification termes de NOx
la flotte. informatique
d’entretien pour du carburant des
y incorporer les du calendrier véhicules.
principales tâches d’entretien.
permettant de Tester de façon
réduire les émis- trimestrielle le
sions de NOx. niveau d’émis-
sions de NOx des
Optimiser le véhicules.
calendrier d’en-
tretien de la flotte Réaliser une éva-
par l’utilisation luation annuelle
d’un programme des émissions de
informatique. NOx évitées.

Production Gérer les huiles Atteindre la Développer et % des employés Processus de ges- Surveillance
d’huiles usagées usagées en conformité mettre en œuvre du centre de ser- tion des déchets. des formations
conformité avec aux exigences un programme de vice formés. dispensées aux
les exigences. relatives à l’élimi- formation à la ges- Programme de employés des
nation des huiles tion des déchets Nombre de non- formation pour centres d’entre-
usagées dans les dans les centres conformités en les employés des tien.
centres d’entre- d’entretien. termes d’élimina- centres d’entre-
tien, en un an. tion des déchets. tien. Suivi des quan-
tités d’huiles
% d’huiles usagées usagées éliminées
éliminées selon les et des méthodes
exigences. d’élimination.

© ISO 2016 – Tous droits réservés  59


ISO 14004:2016(F)


Tableau A.3 — Exemples de risques et opportunités à prendre en compte et d’actions mises en


œuvre pour les traiter, associés aux obligations de conformité
Obligations de conformité Risques et opportunités à prendre en Action prévue
compte
Nouvelle exigence légale Risques (effets négatifs potentiels) Développer un (des) processus de contrôle
pour s’assurer que la surveillance de
Une défaillance dans l’identification et le l’environnement réglementaire est efficace
respect d’obligations de conformité nou- pour améliorer l’identification de nouvelles
velles ou modifiées nuire à la réputation de exigences.
l’organisme et entraîner des amendes.
Demande d’informations auprès des autori- Risques (effets négatifs potentiels) Développer un (des) processus de commu-
tés de réglementation. nication plus efficace(s) pour recevoir et
Une défaillance dans la réponse, le délai de répondre aux communications des autorités
réponse ou l’exactitude de la réponse peut de réglementation, y compris des calen-
conduire à un examen plus minutieux de la driers de communication d’informations.
part de l’organisme de régulation.
Appliquer le programme d’audit interne
Opportunités (effets positifs potentiels) pour donner des recommandations per-
Une communication en temps opportun, mettant d’améliorer le respect des délais et
proactive et transparente peut renforcer la la transparence des communications, et si
relation entre l’organisme et les autorités de nécessaire entreprendre des actions pour
réglementation. l’amélioration continue des processus de
communication.
Exigence des clients régionaux concernant la Risques (effets négatifs potentiels) Établir des objectifs afin de développer et
reprise des produits en fin de vie. mettre en œuvre une conception en vue
Accroître les ressources et la logistique re- du retraitement des produits à l’appui du
quises pour la reprise régionale de produits programme de reprise, afin de préserver les
peut augmenter de manière significative les ressources et de réduire le coût des matières
coûts par unité de production. premières.
Opportunités (effets positifs potentiels)
La mise en œuvre d’une reprise des produits
pour tous les clients dans le monde peut
améliorer la réputation de l’organisme en
matière de protection de l’environnement,
et peut conduire à de nouvelles opportunités
commerciales.

Tableau A.4 — Exemples de risques et opportunités à prendre en compte et d’actions mises en


œuvre pour les traiter, associés à d’autres enjeux et exigences
Autres enjeux et exigences Risques et opportunités à prendre en Actions à mettre en œuvre face aux
compte risques et opportunités
Taxes carbone (organismes de gestion Risques (effets négatifs potentiels) Établir des objectifs pour diversifier les
d’actifs/services financiers) portefeuilles en augmentant les investis-
Délaissement d’actifs, tels que des stocks sements dans les énergies renouvelables et
de charbon connus qui peuvent ne pas être en réduisant les investissements dans les
utilisés en raison du passage à une économie secteurs à fortes émissions.
à faibles émissions de carbone.
Opportunités (effets positifs potentiels)
Plus forte rentabilité financière réalisée
par des investissements dans les énergies
renouvelables/technologie propre.
Rareté de l’eau (organismes du secteur des Risques (effets négatifs potentiels) Appliquer des mesures d’ingénierie pour
denrées alimentaires et des boissons) réduire la perte d’eau dans le processus de
Contraintes de production dues à une dispo- production.
nibilité limitée de l’eau
Établir des indicateurs de performance et
Opportunités (effets positifs potentiels) surveiller/mesurer l’utilisation de l’eau par
Augmentation de l’efficacité par une optimi- unité de production.
sation des processus

60  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Annexe B
(informative)

Approche par phases pour la mise en application d’un système de


management environnemental (basée sur l’ISO 14005)

Un organisme peut développer un système de management environnemental complet lorsque le domaine


d’application de ce système englobe la totalité des activités, produits et services de l’organisme, ceux-ci
étant traités en utilisant tous les éléments d’un système de management environnemental, dans tous
leurs aspects. Le développement d’un système de management environnemental complet en une seule
fois peut s’avérer difficile pour certains organismes. Pour ces organismes, une approche par phases
offre plusieurs avantages, notamment la capacité d’évaluer facilement dans quelle mesure le temps et
l’argent investis dans un système de management environnemental fournit un retour. L’organisme peut
voir comment les améliorations de la performance environnementale peuvent contribuer à réduire les
coûts, à améliorer leurs relations avec la communauté, les aider à répondre aux attentes des clients
et à démontrer qu’ils respectent les obligations de conformité. L’organisme peut suivre les bénéfices
de son système de management environnemental pendant qu’il met en œuvre le système étape
par étape, en ajoutant ou en développant des éléments qui apportent de la valeur à l’organisme. Les
approches possibles pour le développement par phases d’un système de management environnemental
comprennent ce qui suit.
a) Entreprendre un seul projet axé sur un seul ou un nombre limité d’aspects environnementaux.
Cela permet de se familiariser avec les éléments fondamentaux d’un système de management
environnemental, permet à l’organisme d’expérimenter certains des bénéfices d’un management
des aspects environnementaux de manière systématique et l’aide à améliorer sa performance
environnementale, et renforce ainsi le soutien de la direction dans la mise en œuvre d’un système
de management environnemental.
b) Utiliser des étapes fixes pour suivre une progression d’éléments (voir Figure B.1). Cette approche
peut convenir à des organismes qui, après avoir réalisé un projet environnemental initial, décident
d’adopter cette approche structurée pour gérer leurs aspects environnementaux.
c) Utiliser une sélection d’étapes pouvant être mises en œuvre consécutivement ou simultanément.
Cette sélection d’étapes peut être choisie de manière à traiter des questions environnementales
spécifiques, telles que le respect d’obligations de conformité, y compris la satisfaction des besoins
des parties intéressées, ou l’amélioration de la performance environnementale. Cette approche peut
convenir à des organismes qui souhaitent développer le système de management environnemental
à leur propre rythme, dans les limites des ressources dont ils disposent pour assurer l’efficacité de
leur système de management environnemental.
Un plan de mise en application peut être utile, car il peut identifier:
— l’approche à adopter;
— le calendrier de réalisation;
— les ressources nécessaires;
— les rôles et responsabilités des personnes mettant en œuvre le plan;
— les informations documentées requises;
— les méthodes permettant de surveiller et de mesurer constamment les progrès réalisés.
Les progrès peuvent être mesurés en termes d’obtention des résultats spécifiés à la fin de chaque phase
et de conformité au plan de mise en application. Il est utile de mesurer les progrès dans la mise en

© ISO 2016 – Tous droits réservés  61


ISO 14004:2016(F)


application d’un système de management environnemental pour assurer une utilisation efficace des
ressources et l’atteinte des objectifs environnementaux de l’organisme.
La Figure  B.1 illustre la mise en application d’un système de management environnemental en cinq
phases. La phase  1 correspond à la mise en œuvre d’un projet spécifique. Les phases  2, 3, 4 et 5
correspondent à une mise en œuvre séquentielle des principaux éléments d’un système de management
environnemental. Lorsqu’un organisme fait preuve d’un engagement suffisant en faveur de la mise en
application d’un système de management environnemental, il peut débuter par la phase 2.
Le niveau de développement des éléments de support au fur et à mesure que le système de management
environnemental est mis en application est démontré par la forme du triangle. Le niveau des besoins en
éléments de support croît au fur et à mesure que le système de management environnemental est mis
en application.

62  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


Figure B.1 — Exemple de mise en application en cinq phases

© ISO 2016 – Tous droits réservés  63


ISO 14004:2016(F)


Bibliographie

[1] ISO 14001:2015, Systèmes de management environnemental — Exigences et lignes directrices pour


son utilisation
[2] ISO 14005, Systèmes de management environnemental — Lignes directrices pour la mise en
application par phases d’un système de management environnemental, incluant l’utilisation d’une
évaluation de performance environnementale
[3] ISO 14006, Systèmes de management environnemental — Lignes directrices pour intégrer l’éco-
conception
[4] ISO 14020, Étiquettes et déclarations environnementales — Principes généraux
[5] ISO 14021, Marquage et déclarations environnementaux — Autodéclarations environnementales
(Étiquetage de type II)
[6] ISO 14024, Marquage et déclarations environnementaux — Étiquetage environnemental de type
I — Principes et méthodes
[7] ISO 14025, Marquages et déclarations environnementaux — Déclarations environnementales de
Type III — Principes et modes opératoires
[8] ISO 14031:2013, Management environnemental — Évaluation de la performance
environnementale — Lignes directrices
[9] ISO/TS 14033, Management environnemental — Information environnementale quantitative —
Lignes directrices et exemples
[10] ISO 14040, Management environnemental — Analyse du cycle de vie — Principes et cadre
[11] ISO 14044:2006, Management environnemental — Analyse du cycle de vie — Exigences et lignes
directrices
[12] ISO 14045, Management environnemental  — Évaluation de l’éco-efficacité des systèmes de
produits — Principes, exigences et lignes directrices
[13] ISO 14046, Management environnemental — Empreinte eau — Principes, exigences et lignes
directrices
[14] ISO/TR 14062, Management environnemental — Intégration des aspects environnementaux dans
la conception et le développement de produit
[15] ISO 14063, Management environnemental — Communication environnementale — Lignes
directrices et exemples
[16] ISO/TS 14067, Gaz à effet de serre — Empreinte carbone des produits — Exigences et lignes
directrices pour la quantification et la communication
[17] ISO 19011:2011, Lignes directrices pour l’audit des systèmes de management
[18] ISO 26000, Lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale
[19] ISO 31000, Management du risque — Principes et lignes directrices
[20] ISO 50001, Systèmes de management de l’énergie — Exigences et recommandations de mise en oeuvre
[21] Guide ISO 73:2009, Management du risque — Vocabulaire

64  © ISO 2016 – Tous droits réservés


ISO 14004:2016(F)


ICS 13.020.10
Prix basé sur 59 pages

© ISO 2016 – Tous droits réservés 

Vous aimerez peut-être aussi