Vous êtes sur la page 1sur 5

La dynamique du véhicule

     Le mouvement d'une voiture est déterminé par les réactions (forces) qui lui sont appliquées de
l'extérieur. Ces forces sont de deux types, puisque le contact que la voiture peut avoir avec l'extérieur
est double :avec l'air et avec le sol.

On parlera donc de forces aérodynamiques et de forces d'adhérence. Chacune pourra être


considérée comme résultante de plusieurs composantes. Pour la force d'adhérence, par exemple, on
distinguera une composante longitudinale et une composante transversale (par rapport à la voiture).
Pour la force aérodynamique, on distinguera la traînée, la portance et la dérive. Le mouvement que
pourra prendre la voiture dans le cas le plus général est toujours une composante des mouvements
simples suivants :

 - Mouvement en ligne droite à vitesse constante :


 - Mouvement en ligne droite en accélération ou en freinage :

 - Mouvement en virage à vitesse constante :

 - Entrée en virage (transition du mouvement rectiligne au moment curviligne).

Mouvement en ligne droite


à vitesse constante

Un véhicule qui se déplace en ligne droite à une certaine vitesse est soumis, si l'on fait abstraction
des résistances au roulement, à certaines forces aérodynamiques, dont la plus importante, la traînée
(R), s'exerce dans la direction du déplacement. Pour vaincre cette résistance, le pilote doit, en
agissant sur l'accélérateur, faire en sorte que le moteur fournisse un couple C auquel correspond, au
sol, une force de traction T égale à R.

Si l'on ne considère pas le rendement, on a :

C=

= rapport de transmission de la boite de vitesses


= rapport de transmission du pont
r = rayon de roulement de la roue.

Le pilote peut obtenir cet équilibre sur diverses combinaisons, c'est-à-dire pour diverses valeurs du
rapport de transmission de la boite de vitesses : ce qui fait varier le couple C que doit fournir le
moteur (et, par conséquent, la position du papillon des gaz), mais également la vitesse de rotation du
moteur (en effet, les rendements n'étant pas considérés ici, la puissance est toujours la même).

Par exemple, sur une combinaison plus basse, seconde au lieu de quatrième, l'admission du moteur
est plus réduite, mais il fonctionne à un régime plus élevé. Le choix d'une combinaison est laissé à la
discrétion du pilote.

S'il cherche des performances élevées, il lui faudra utiliser des combinaisons basses (pour disposer
de couples plus grands) : si, au contraire,  il cherche de faibles consommations, il lui faudra utiliser
des rapports élevés (l'admission du moteur étant moins étranglée, son rendement est meilleur).

Il faut aussi signaler le fait que la résistance R croit comme le carré de la vitesse (R = k v2) si l'on
néglige toujours le rendement du moteur, on voit qu'il est préférable de voyager à faible allure. En
effet, le temps t nécessaire pour parcourir une certaine distance S à la vitesse v est S/v : la
puissance étant P=Rv, le travail nécessaire s'écrira :

W= Pt = Rvt = kv2 x (vS/ v) = kv2S

Le travail croit donc avec le carré de la vitesse, ainsi que la consommation de carburant, qui est, si
l'on ne tient pas compte des rendements, proportionnelle au travail.

Mouvement en ligne droite


en accélération ou en freinage 

Pour augmenter ou réduire la vitesse, il faut créer des forces extérieures dirigées dans l'axe
longitudinal du véhicule. Celles-ci sont également nécessaires pour vaincre les forces d'inertie.

Dans ces cas, le pilote doit créer ces forces dans le plan de la chaussée en comptant sur
l'adhérence, exactement comme un homme qui, en marchant, met en action des forces internes
musculaires afin de provoquer de la part du sol des réactions extérieures d'adhérence (si le
coefficient de frottement est presque nul, comme par exemple sur le verglas, une personne ne peut
pas avancer).

Si le pilote veut accélérer, il doit augmenter le couple C fourni par le moteur en appuyant davantage
sur l'accélérateur.
La
dynamique
du
véhicule

Mouvement en virage à
vitesse constante

La voiture est soumise à une force centrifuge - donc transversale par rapport à la voiture - qui doit
être équilibrée par des forces transversales d'adhérence. Un pneumatique fournissant un effort
transversal subit une
déformation qui modifie sa trajectoire d'un angle de
dérive.
 

les différences contraintes que subit la voiture font partie de ce qu'on appelle
" la dynamique du véhicule".
(Ici Emmerson Fittipaldi au volant d'un spider Alfa-Romeo)

Celui-ci est d'autant plus petit que le   pneumatique a une plus forte rigidité transversale et que la
force verticale est plus grande.
Si l'on augmente la pression des pneumatiques, ou encore la charge, la dérive diminue.
De l'angle de dérive dépend le comportement caractéristique de la voiture. Il peut être  sous-vireur,
surviveur ou encore neutre (dérive nulle).

L'angle de braquage nécessaire pour   suivre un virage circulaire de rayon donné  varie d'une voiture
à l'autre et, pour une même  voiture, il dépend de la vitesse (nous entendons  par angle de braquage
celui des roues : l'angle au volant étant directement proportionnel).

On peut déterminer la relation entre l'angle  de braquage le rayon de courbure R de la trajectoire

et l'empattement E de la voiture en  fonction des angles de dérive avant et arrière On


trouve :

Quand les angles de dérive avant et arrière


sont semblables, l'angle de braquage (égal à  E / R) dépend uniquement de paramètres 
géométriques : en ce cas. on dit que la voiture   est neutre.
Quand la dérive à l'avant est plus grande  qu'à l'arrière, l'angle de braquage nécessaire pour
parcourir un virage de rayon donné est plus grand que celui requis pour une voiture neutre, on dit
alors que la voiture est sous- vireuse. Le contraire se produit si l'angle de dérive est plus petit à
l'avant qu'à l'arrière (voiture survireuse).

Quand on augmente la vitesse, dans une courbe de rayon constant, les réactions transversales des
pneumatiques et, par conséquent, les angles de dérive, s'élèvent également. Il existe une relation
précise, mais compliquée, entre un virage de rayon donné, la façon dont il est parcouru et l'angle de
braquage que le pilote doit réaliser. L'estimation de cette corrélation est laissée à la sensibilité et à
l'habileté de ce dernier.

Généralement, les voitures présentent une tendance sous-vireuse plutôt accentuée, destinée à leur
conférer une certaine stabilité. Au fur et à mesure que le survirage augmente, les angles de
braquage requis diminuent jusqu'à une valeur très faible, ce qui constitue évidemment une situation
d'instabilité. Si le sous-virage est préférable, il ne doit cependant pas être excessif, car, dans ce cas,
il diminuerait la maniabilité (angles de braquage importants).

Causes principales de
survirage ou de sous-virage

- Pneumatiques avant et arrière différents. En général, ceci ne se produit que sur les voitures de
compétition: dans les voitures de série, on utilise presque toujours des pneumatiques identiques qui
sont seulement gonflés à des pressions différentes pour les deux essieux (cette différence est
supérieure à celle qui résulterait d'un gonflage proportionnel aux charges verticales exercées sur ces
essieux).

Le fait de gonfler davantage les pneumatiques arrière a pour conséquence d'avoir des angles de
dérive plus grands à l'avant qu'à l'arrière, ce qui rend la voiture sous-vireuse.

- Travail des pneumatiques   avant et arrière. En virage, la force centrifuge appliquée au centre de
gravité de la voiture à une certaine distance au-dessus du sol donne naissance à un couple de
renversement avec, pour conséquence, un transfert de charge des roues intérieures sur les roues
extérieures.

De la même façon, à l'accélération ou au freinage, un transfert peut s'opérer sur l'essieu avant ou
arrière qui modifiera aussi les angles de dérive. Pour obtenir un comportement sous-vireur, il faudra
dans tous les cas répartir le transfert en donnant la prépondérance à l'essieu avant.

- Le type de traction. Si l'essieu avant est moteur. les angles de dérive causés par la force centrifuge
sont plus importants à l'avant. Une traction avant sera donc sous-vireuse Par ailleurs, du fait de la
propulsion, on note un transfert de charge vertical du train AV sur le train AR. quel que soit le type de
traction adopté.

En définitive, on distingue : deux effets sous- vireurs pour la traction avant, un effet sous- vireur et un
effet survireur pour la traction arrière (pour des forces de traction élevées, ce second effet sera
prépondérant et on aura ce que l'on appelle du sous-virage de puissance).

Dans les deux cas, le constructeur cherchera à stabiliser au maximum la voiture pour toutes les
situations. Par exemple, pour diminuer le sous-virage excessif d'une traction avant, on augmentera la
pression des pneumatiques avant et on réduira le transfert de charge en virage sur la roue avant
extérieure avec une barre antiroulis montée à l'arrière.

Il faudra aussi augmenter le pourcentage de charge statique sur le train avant en avançant le centre
de gravité. Nous n'avons indiqué que les causes les plus communes qui peuvent avoir une influence
sur la tendance survireuse ou sous-vireuse d'une voiture: ces causes sont nombreuses et variables
(il suffit de penser à la position du centre de gravité. qui varie avec le nombre de passagers).

Entrée en virage

Lorsqu'il veut orienter son véhicule, le pilote donne un angle de braquage qui commence par être un
angle de dérive pour les roues directrices. Il en résulte une force transversale et un moment par
rapport au centre de gravité ; la voiture commence à tourner.

On remarque que le véhicule ne prend pas immédiatement la valeur de braquage choisie, mais obéit
au commandement de la direction avec un certain retard. La rapidité de réponse est un point
important pour la sécurité : les facteurs qui ont le plus d'influence sur elle sont :

 la rigidité à la dérive du pneu :


 le moment d'inertie par rapport à l'axe vertical passant par le centre de gravité.

La voiture sera d'autant plus rapide à répondre que les pneumatiques seront plus rigides (plus forte
pente du diagramme de la force latérale en fonction de l'angle de dérive) et que le moment d'inertie
sera plus petit.
Pour un même moment d'inertie. la rapidité de réponse augmente également avec l'empattement.
L'un des avantages des voitures à moteur central est précisément d'avoir une faible valeur du
moment d'inertie par rapport à l'axe vertical.