Vous êtes sur la page 1sur 85

Université Protestante au Congo

Faculté d’Administration des Affaires et Sciences Economiques


Département des Sciences Economiques
B.P. 4745 Kinshasa II
Kinshasa - Lingwala

Crise de la dette de la zone euro et son impact sur les


économies Africaines
(Cas des économies en voie de développement d’Afrique Subsaharienne)

Mémoire de Licence présenté par :

MANSONI MATONDO Mignon-Ans

Option :
Economie mathématique

Directeur de recherche :

Prof. KAMIANTAKO M. Antoine

Rapporteur :

Chef de travaux LETA Prince

Octobre 2012
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Epigraphe

On ne fait pas la fête quand ça brule dans la case du voisin.

Proverbe Africain.

Dédicace

2
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

A Mon Père Popo MANSONI et ma Mère Suzanne MATONDO qui ont


beaucoup donné de leur amour et leur affection pour nous éduquer en contribuant
avec le peu de moyen que Dieu leur a donné pour nous mettre sur le banc de l’école.
Que ce travail soit une joie pour vous et que Dieu vous accorde une longue vie pour
profiter du fruit de votre éducation.

A Mes frères et sœurs  : Blondy, Noëlla, Guidel et Belande MANSONI pour leur
encouragement tout au long de notre cursus.

A mes oncles Joseph NDONGALA, Tipe MANSONI pour leur appui tant matériel
que financier tout au long de notre cycle de licence.

A ma tante Mamy MALULA et son mari Fabien MALULA pour leur hospitalité.

Remerciements
Au terme de ce travail, Il est de notre devoir impérieux, d’exprimer notre reconnaissance
au Seigneur Dieu Tout-Puissant père de notre Sauveur Jésus-Christ, qui, s’est révélé à
nous comme un amour parfait en nous aimant d’un amour infini, nous a préservé de tout
mal et a été pour nous un secours ne faisant jamais défaut depuis les premières heures de
notre existence jusqu'à ce jour, à lui soit la gloire et l’honneur.

3
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Nous songeons aussi à tous ceux qui nous ont encouragé et aidé afin d’aboutir à ce
laborieux travail de fin de cycle. C’est ainsi que nous éprouvons un agréable devoir
d’exprimer notre profonde et insoupçonnable gratitude envers eux par la présente.

De ce fait nous témoignons notre gratitude à tout le corps professoral de l’Université


Protestante au Congo en particulier au Professeur Antoine KAMIANTAKO, Directeur de
ce travail, qui en dépit de ses multiples occupations s’est montré disponible à notre
égard. Nos remerciements se vont aussi à l’endroit au chef de travaux LETA Prince,
rapporteur de ce travail, qui a contribué à la mise au point de ce travail.

Ce travail fruit de beaucoup de sacrifices n’a pu se réaliser sans l’apport de plus d’un. Il
s’agit notamment de (s) : assistants Patrick LUKAU et Abel KUNTANGILA pour vos
conseils et encouragements tout au long de notre cycle, Maman Berty MATUVANGA et
de Maman Léonie MONKA dont leur appui matériel nous a été d’une grande utilité, nos
cousins et cousines Pascale, Betty, Faëlle et Eminence MALULA, Patricia BUNZI, Jossy
TSEDE ainsi que d’autres trouvent à travers ces lignes notre gratitude.

Nos remerciements à nos compagnons de lutte : Hucko SAMBA, Clairy KAMWAMINI,


Abraham MFUNDU, Flory KOKOLO, Gaël BABALA, Yannick KALOMBO, Jonathan
LUTUMBA

C’est pour nous aussi l’occasion d’exprimer notre profonde gratitude à ceux qui nous
sont très proches : Patricia VANGU

Table des Matières


Epigraphe...............................................................................................................................................2
Dédicace................................................................................................................................................3
Remerciements.....................................................................................................................................4
Liste des abréviations............................................................................................................................7
Liste des Graphiques et des Tableaux..................................................................................................8
Introduction Générale...........................................................................................................................8
4
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

0.1. Enoncé du problème.............................................................................................................9


0.2. Hypothèse de recherche......................................................................................................11
0.3. Choix et Intérêt du sujet.......................................................................................................12
0.4. Délimitation de l’étude.........................................................................................................12
0.5. Revue de la littérature..........................................................................................................12
0.6. Méthodologie.......................................................................................................................13
0.7. Canevas du travail................................................................................................................14
Chapitre I : CRISE DE LA DETTE DE LA ZONE EURO............................................................................14
I.1. Crise.............................................................................................................................................14
1.1. Explication et définition de la crise........................................................................................14
1.2. Sortes des crises....................................................................................................................15
I.2. Dette publique...........................................................................................................................18
1.2.1. Rejet de la dette publique (classiques)...............................................................................19
1.2.2. Nécessité de la dette publique (Keynésien et HARROD-DOMAR)....................................20
I.3. Développement sur les fondements théoriques des crises de la dette...................................21
3.1. Prêts souverains....................................................................................................................22
3.2. Illiquidité contre insolvabilité...............................................................................................23
3.3. Défaut partiel et rééchelonnement.....................................................................................24
3.4. Dette odieuse........................................................................................................................24
3.5. Dette publique intérieure.....................................................................................................25
I.4. Crise de la dette de la zone euro...............................................................................................25
4.1. Cause de la crise...............................................................................................................26
4.1.1. Causes structurelles.....................................................................................................26
4.1.1.1. Raisons liées à la théorie des zones monétaires optimales...................................26
4.1.1.2. Problèmes liés à des visions politiques différentes.................................................27
4.1.2. Causes conjoncturelles............................................................................................28
4.2. Pays à risque élevé...........................................................................................................29
4.2.1. La Grèce....................................................................................................................29
4.2.2. L’Irlande....................................................................................................................31
4.2.3. Le Portugal...............................................................................................................33
4.2.4. L’Espagne.................................................................................................................34
4.3. Autres pays à risque........................................................................................................36
4.3.1. L’Italie.......................................................................................................................36
4.3.2. La France..................................................................................................................37
5
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

4.4. Renforcement du pacte de stabilité...............................................................................38


4.4.1. Grandes lignes..........................................................................................................39
4.4.2. Les Critiques et le débat au parlement européen sur la question.........................39
4.5. Traitement des crises pour 2012......................................................................................39
Chapitre II : ANALYSE DES PERFORMANCES DES ECONOMIES D’AFRIQUE SUBSAHARIENNES.....41
II.1.  Evolutions Macroéconomiques entre 2000 et 2011................................................................41
1.1. Croissance........................................................................................................................42
1.2. Résultats à l’exportation et taux de change réel...........................................................43
1.3. Finances publiques..........................................................................................................47
1.4. Indicateurs sociaux dans les pays exportateurs de ressources naturelles....................50
1.5. Qualité des institutions et abondance des ressources...................................................54
1.6. Des avancées dans la lutte contre la pauvreté...............................................................56
II.2. La relation économique entre l’Afrique et la zone euro.........................................................57
II.3. Risques et vulnérabilités de l’économie actuelle sur l’Afrique subsaharienne.......................61
Chapitre III : RELATION CRISE DE LA DETTE DE LA ZONE EURO-CROISSANCE ECONOMIQUE DE
L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE.............................................................................................................63
III.1. Cadre d’analyse et méthodologie...........................................................................................63
3.1.1. Cadre d’analyse...................................................................................................................63
3.1.2. Méthodologie.....................................................................................................................65
III.2. Spécification du modèle et estimations.............................................................................68
III .2 .1 .Tests de stationnarité.....................................................................................................69
III.2 .2. Détermination du nombre de retard (décalage) optimal du modèle.........................70
III.2.3. Estimation du modèle retenu...........................................................................................71
Tableau 3.7 Tests associés aux outputs de l’estimation du modèle d’analyse.................................72
III.2.4. TEST DE CAUSALITE DE GRANGER...............................................................................73
III.2.5. ANALYSE DE LA DYNAMIQUE ET PREVISION................................................................75
Conclusion...........................................................................................................................................80
Bibliographie.......................................................................................................................................82

6
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Liste des abréviations


ADF : Augmented Dickey Fuller
BAD : Banque Africaine de développement
PIB : Produit Intérieur Brut
FMI : Fonds Monétaire Intérieure
CEEAC : Communauté Economique des Etats d’Afrique centrale
CEMAC : Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale
IDE : Investissement Direct Etranger
UEMOA : Union Economique et Monétaire d’Afrique de l’Ouest
APD : Aide Publique au Développement
OMD : Objectif du Millénaire pour le Développement
IFI : Institution Financière Internationale
PIIGS : Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne
FESF : Fonds Européen de stabilité financière
BCE : Banque centrale Européenne
MESF : Mécanisme européen de stabilité financière
LTRO : Long Terme Refinancing Operations
TVA : Taxe sur la valeur Ajoutée
MES : Mécanisme européen de stabilité
CAC : Cotation assistée en continu
RNB : Revenu net brut
IDH : Indice de développement humain
UE : Union Européen
OCDE : Organisation de la coopération et développement économique
CNUCED : Conférence des nations unies sur le commerce et le développement
OMT: Organisation mondiale du tourisme
7
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Liste des Graphiques et des Tableaux


Graphique 1.1 : Les cycles économiques……………………………………………………. 15
Tableau 2.1. : Afrique subsaharienne : croissance du PIB réel…………………………….. 42
Tableau 2.2. : Taux de croissance du PIB réel par habitant……………………………….43
Graphique 2.1. : Pays d’AfSS riches en ressources naturelles : contribution des ressources
naturelles et autres à la croissance du PIB réel par habitant……………………………44
Graphique 2.2 : Afrique subsaharienne : indice des prix des ressources naturelles et taux
de change effectif réel, 2000–2011…………………………………………………………45
Graphique 2.3 : Afrique subsaharienne : exportations totales hors ressources naturelles,
2001–2011…………………………………………………………………………………….47
Tableau 2.3 : Recettes budgétaires hors dons…………………………………………….48
Graphique 2.4.1 : Afrique subsaharienne : recettes budgétaires hors dons, 2004–2011
(Moyenne pondérée)…………………………………………………………………………48
Graphique 2.4.2 : subsaharienne : recettes hors ressources naturelles, 2000–2011
(Moyenne pondérée)…………………………………………………………………………49
Tableau 2.4 : Dépenses budgétaires………………………………………………………..50
Graphique 2.4.3 : Afrique subsaharienne : dépenses budgétaires, 2000–2011 (Moyenne
pondérée)……………………………………………………………………………………..51
Graphique 2.5 : Afrique subsaharienne : PIB moins RNB par habitant, pour les années
indiquées……………………………………………………………………………………..52
Graphique 2.6 : Afrique subsaharienne : principaux indicateurs de développement,
2010…………………………………………………………………………………………...53
Graphique 2.7 : Afrique subsaharienne : principaux indicateurs de développement, 2005-
2010…………………………………………………………………………………………...54
8
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Graphique 2.8 : Afrique subsaharienne : indicateurs sociaux et abondance des ressources


naturelles, 2000–2009……………………………………………………………………….55
Graphique 2.9 : Afrique subsaharienne : évolution récente de la qualité des
institutions……………………………………………………………………………………57
Graphique 2.10 : Afrique subsaharienne : indice de pauvreté sur la base d’un seuil de
pauvreté de 1,25 dollar par jour……………………………………………………………..58
Tableau 3.1 : Nature et Justification des variables…………………………………………64
Tableau 3.2. Test PP sur séries stationnaires………………………………………………71
Tableau 3.3. Test PP sur séries stationnaires……………………………………………….71
Tableau 3.4 : L’out put de l’estimation……………………………………………………..73
Tableau 3.5 Tests associés aux outputs de l’estimation du modèle d’analyse………….73
Tableau 3.6 : Test de CAUSALITE……………………………………………………………75

Introduction Générale
1.1. Enoncé du problème

E voluant jadis dans un contexte d’ «internationalisation » correspondant au


processus caractérisant le développement des relations économiques entre
les différentes nations, l’économie mondiale a toutefois connue une étape
supplémentaire vers le début des années 1990 lorsque plusieurs phénomènes se
sont conjugués1, ce qui a poussé d’aucun à affirmer que le monde était devenu un
seul marché. Dès lors, il y a des plus en plus apparition et émergence d’un nouveau
terme exprimant le mieux cette réalité ou cette menace, « la mondialisation » ou
son anglicisme « globalisation » est une intégration économique qui va au-delà de
l’internationalisation des échanges, des marchandises, de services ou de capitaux
et qui se caractérise par une mobilité parfaite des capitaux et par une concurrence
accrue entre les firmes et les nations 2. Or, nul doute du fait que la mondialisation
rend notre planète en un gros village (un village planétaire). Et dans un village,
quand une case prend feu, c’est un danger pour les voisins.

De ce point de vue, tout dérèglement ou manifestation brusque


d’une anomalie au niveau d’un pays, d’une région ou d’un continent est
susceptible d’atteindre et de se répandre dans l’ensemble des pays du monde.
Ainsi, cela aurait moins des répercussions sur les économies des pays développées
1
Jean-Yves Capul, O. Garnier « Dictionnaire d’Economie et de sciences sociales » nouvelle édition 2011, p.309
2
Idem
9
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

que sur les économies en voie de développement de l’Afrique, surtout car celles-ci
disposant de peu des moyens adéquats en vue d’une riposte ou d’une thérapie
face à une attaque paralysant l’économie mondiale à cause des structures étroites
de production et d’exportation du continent qui perpétuent la vulnérabilité
historique de l’Afrique aux chocs extérieurs.
Certes, l’Afrique subsaharienne a accompli des progrès
remarquables dans le renforcement de sa politique économique durant ces
dernières années, mais elle reste vulnérable aux chocs exogènes 3. Cependant,
après la crise financière il a été constaté notamment Selon la Banque africaine de
développement (BAD), en 2009, que la croissance du PIB de l’Afrique
subsaharienne a été amputée en moyenne de moitie, pour se situer autour de 3%.
Ce chiffre implique une stagnation du revenu par habitant. Selon le FMI, la
croissance du PIB pour l’année 2010 a en moyenne été de 4 à 5% 4.
Ainsi donc, la crise actuelle de la dette souveraine qui secoue certains
pays de la zone euro menace sérieusement les perspectives économiques de
l’Afrique. Même si cette crise ne touche qu’un petit nombre de pays, il y a des
risques accrus qu’elle s’étende rapidement à d’autres pays d’Europe et que ses
retombées se fassent sentir dans d’autres régions du monde. L’escalade de la crise
actuelle a considérablement érodé la confiance des milieux d’affaires dans les
économies développées, tandis que les marchés émergents et les économies en
développement sont freinés par les chocs négatifs qu’elle a produits. L’économie
mondiale devrait donc ralentir en 2012 et à moyen terme et s’expose à des risques
accrus d’une autre récession si la crise de la zone euro ne trouve pas de solution
rapide5.

En effet, l’Afrique en général et subsaharienne en particulier regorge


en son sein plusieurs pays qui présentent les caractéristiques des pays en voie des
développements par leurs faibles niveaux de croissance des PIB par habitant, leurs
taux des mortalités élevés, leurs faibles niveaux d’éducation, d’expérience de vie
etc., ce qui par ricochet, entraine beaucoup de ces pays ou des ces économies à
une dépendance aux économies des pays du nord plus précisément de la zone
euro. Par conséquent, elles sont des plus en plus vulnérables aux crises qui
sévissent les économies vers qui elles reçoivent de l’aide.
En étant actuellement dans une période de récession causée par la
crise de la dette, les pays du nord, de la zone euro vivent un ralentissement ou
3
FMI Département Afrique, « Impact de la crise financière mondiale sur l’Afrique subsaharienne », 2009, p.15
4
Cité par P. JACQUEMOT, « l’Afrique subsaharienne dans la crise financière », IRIS Octobre 2011, p.3
5
Commission économique pour l’Afrique, « Impact de la crise de la dette européenne sur l’économie africaine », mars
2012, p.5.
10
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

baisse de croissance qui pèse en conséquence sur les budgets publics (moindre
recettes et accroissement des dépenses) des économies des pays de la zone euro
et sur d’autres opérations économiques que ces pays effectuent avec les pays
Africains en général et ceux de l’Afrique subsaharien en particulier.
Fort de ce qui précède, la présente étude se propose de répondre aux
questions suivantes :
 Quelles sont les canaux de transmission de la crise de la dette de la zone
euro vers l’Afrique ?
 Est-ce que ces variables influent-elle sur la croissance économique des pays
en voie de développements de l’Afrique subsaharienne?

1.2. Hypothèse de recherche


L’hypothèse étant une réponse provisoire à une étude, nous supposons que :
 Les canaux des transmissions de la crise de la dette de la zone euro vers les
économies d’Afrique subsaharienne sont : les exportations, les
importations, les investissements directs, les transferts des migrants et les
aides publiques au développement.
 Ces variables exercent une ascendance sur la croissance des pays en voie
développements de l’Afrique subsaharienne.

1.3. Choix et Intérêt du sujet


Le choix de ce travail vise la pertinence et la vérification empirique
des propos formulés sur l’impact de la crise de la dette de la zone euro sur les
économies d’Afrique subsaharienne.
Sur ce, la présente étude porte sur un intérêt double celui primo, de nous
permettre d’acquérir un ensemble des connaissances sur la crise de la dette de la
zone euro et secundo, nous pensons que cette étude servira d’un cadre des
références et d’un instrument empirique aux chercheurs et d’une pierre dans
l’évolution de la science.

1.4. Délimitation de l’étude


Notre étude étant axée sur l’impact de la crise de la dette de la zone
euro qui elle-même étant la résultante de la crise financière internationale, cette
étude sera basée sur les données des économies envoie de développement de
l’Afrique subsahariennes de manière agrégées de 1980 à 2011 pour la simple raison
qu’elle nous donne une grande étendue de l’horizon temporaire ceci afin de nous
faciliter dans l’analyse économétrique.

11
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

1.5. Revue de la littérature

Dans une étude menée par la Communauté Economique des Etats de


l’Afrique Centrale (CEEAC) intitulé « Concertation générale sur la crise financière
et économique mondiale » qui s’est tenu à Kinshasa le 23, 24 et 25 septembre
2009, il a été conclu par Désiré AVOM que les canaux des transmissions de la crise
financière sur les pays africains étaient la baisse de la demande étrangère adressée à
l’Afrique, Effondrement du cours des matières premières (L’exemple du prix du
pétrole est assez illustratif de la forte variation des prix des matières premières),
Raréfaction des flux financiers (les grandes entreprises ont rapatrié en fin d’année
une part plus importante de leurs profits 70%) et a ainsi conduit aux conséquences
ci-après : Détérioration de la Balance des Paiements, repli au niveau du secteur
réel, finances publics, Augmentation du chômage, Augmentation de la pauvreté ;

Pour sa part P. JACQUEMOT dans son article en octobre 2011 intitulé


« L’Afrique subsaharienne dans la crise financière » souligne que la crise financière
étant contagieuse a d’abord emprunté une voie classique, d’une ampleur
proportionnelle au degré d’intégration de chaque pays dans le système financier
mondial même si détenant peu d’actifs toxique l’Afrique du sud, le Kenya, le
Nigeria, le Ghana et l’ile Maurice ont été les exposés. Par la suite la crise a eu des
répercussions dans cinq domaines suivants :1) Les flux de capitaux privés en
direction de l’Afrique ont brutalement fléchi, passant de 48 milliards de dollars en
2008, à 30,3 en 2009 et à 32,6 en 2010  ; 2) Les transferts de revenus des travailleurs
africains à l’étranger, lesquels avaient atteint près de 20 milliards de dollars en 2008,
ont mécaniquement été affectés par la récession en Europe et aux Etats‐Unis, qui
sont pour les trois quarts à l’origine de ces transferts  ; 3) La pression sur l’aide
publique au développement, au regard des tensions déjà perceptibles sur les finances
publiques des pays donateurs, sera probablement sensible  ; 4) les taux de change de
certains pays ont réagis aux chocs sauf les pays de la zone CEMAC et UEMOA  ; 5) Sur
le plan des échanges de biens et services, l’impact de la crise a concerné la demande
par l’Europe de certains produits africains.
Lors de la Cinquième réunion conjointe de la Conférence des
ministres de l’économie et des finances de l’Union africaine et de la Conférence
des ministres africains des finances, de la planification et du développement
économique de la Commission économique pour l’Afrique tenue en Addis-
Abeba(Ethiopie) du 26 au 27 mars 2012, un document de travail sur l’ « Impact de la
crise de la dette européenne sur l’économie Africaine » a été élaboré dans lequel
les conférenciers après analyse ont affirmé que parmi les principaux canaux de
12
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

transmissions des effets de ladite crise sur l’Afrique figurent l’exposition par le
commerce, se traduisant par la chute de la demande de produits d’exportations
vers l’Europe, les risques souverains, notamment la baisse de l’aide publique au
développement (APD) et des risques de liquidité pouvant affecter d’autres flux
financiers tels que l’investissement étranger direct (IDE), Incidences sur d’autres
mouvements de capitaux et les envois de fonds ce qui aurait comme
conséquences : Réduction de la croissance économique, Réduction des dépenses
sociales et ralentissement des progrès accomplis pour réaliser les OMD,
Augmentation du chômage, de la vulnérabilité et de la pauvreté.
Shanta Devarajan de la banque mondiale, dans un article publié en
février 2012 intitulé « Crise de la zone euro et impacts sur l’Afrique sub-
saharienne » renchérit en disant que les effets de cette crise vont se faire ressentir
en Afrique subsaharienne sur les Termes de l’échange, les exportations, les
investissements directs étrangers et les transferts des migrants.

1.6. Méthodologie
En vue de poser des bases théoriques, nous avons amorcé cette
étude en utilisant la technique documentaire qui permet de consulter les
ouvrages, les articles, les notes inédites en rapport avec notre sujet. Nous devons
de ce fait souligner que notre sujet étant d’actualité, la majeure partie des
documents en rapport à notre sujet nous est fourni par l’outil informatique au
travers de l’internet.

La méthode statistique nous servira dans le traitement des données


et dans l’interprétation des paramètres estimés par la méthode économétrique.

1.7. Canevas du travail


Ce travail, ceinturé d’une introduction et une conclusion générales,
sera structuré en trois chapitres. Le premier abordera les théories sur la crise de
dette de la zone euro, le second fera une analyse des performances de croissance
économiques des pays d’Afrique subsahariennes. In fine, le dernier consistera à
voir la relation crise de la dette de la zone euro et les économies en
développements d’Afrique subsaharienne.

13
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Chapitre I : CRISE DE LA DETTE DE LA ZONE


EURO

C e chapitre aborde de façon théorique les différents concepts clés de notre


étude. Ainsi, subdivisé en quatre sections (4), la première section intitulée
crise donne une explication de la crise en économie en générale et des
formes des crises faisant l’actualité économique en particulier. La seconde section
intitulée dette publique, fait une comparaison des théories des courants
économiques sur cette question. La troisième fait un développement sur les
fondements de la crise de la dette selon quelques auteurs. Enfin, la dernière fait
une esquisse de la crise de la dette de la zone euro.

I.1. Crise

1.1. Explication et définition de la crise

L’observation de la vie économique sur une longue période met en


évidence une succession de phases où l’activité économique est plus ou moins
importante. Il en découle, de cette observation, une suite interrompue des
phénomènes se déroulant invariablement dans le même ordre appelé
« cycles économiques». Ces derniers, étant des périodes plus ou moins longues,
caractérisées par une succession de phases de hausse et de baisse de la
production.

Sur ce, ils comportent ainsi une phase d’expansion économique


(augmentation de la production), une phase de crise (retournement brutal de la
conjoncture), une phase de dépression et une phase de reprise 6.

Graphique 1.1 : Les cycles économiques

6
Jean-Yves Capul, O. Garnier, op. cit. p.105
14
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Une crise économique survient lorsque l’activité économique cesse


de progresser. A ce point, on assiste à un retournement brutal de la conjoncture
économique qui marque la fin d’une période d’expansion (hausse de la
production). Par extension, situation économique caractérisée par la faiblesse de
la croissance du PIB et le développement du chômage. La crise est donc au départ
le court moment où tout bascule, à l’image d’un krach boursier par exemple.

La crise aujourd’hui aussi désigne la phase de dépression


(conjoncture économique caractérisée par la baisse de la production du PIB) elle-
même.

1.2. Sortes des crises

Carmen M. REINHART et Kenneth S. ROGOFF 7 dans leur ouvrage


intitulé « cette fois, c’est différent » disent qu’il y a donc plusieurs sortes des crises
en économies cependant les crises qui sont d’actualités depuis 1929 sont les crises
financières et les crises de la dette souveraine.

En outre, ils ajoutent que les crises financières ont des visages
multiples :

1. les « défauts souverains », qui surviennent quand les gouvernements se


trouvent dans l’incapacité de rembourser leurs obligations intérieures ou
extérieures,
2. les crises bancaires, dans lesquelles un pays s’aperçoit qu’un vaste pan de
son secteur bancaire est devenu insolvable par suite de lourdes pertes sur
ses investissements, ou encore en cas de panique bancaire,

7
Cité par Carmen M. Reinhart et Kenneth S. Rogoff
15
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

3. les crises de change, qui se caractérisent par la chute brutale de la valeur


d’une devise nationale,
4. les épisodes d’inflation élevée enfin, puisqu’un bond inattendu de l’inflation
équivaut de fait à un défaut de paiement, étant donné qu’il permet à tous
les débiteurs de rembourser leurs dettes dans une monnaie dont le pouvoir
d’achat a brutalement diminué.

Reinhart et Rogoff distinguent deux grands types de crises : les crises définies par
des seuils quantitatifs et les crises définies par les événements.

 Les crises définies par des seuils quantitatifs sont d’abord les crises
inflationnistes que l’on identifie à partir d’un seuil d’inflation d’au moins 40% sur
douze mois – seuil évidemment conventionnel puisqu’on peut soutenir d’une part
que l’inflation a des effets pernicieux à des niveaux inférieurs et d’autre part que le
seuil d’inflation jugé choquant varie selon les périodes historiques : avant la
Première Guerre mondiale, les taux d’inflation étaient bien plus bas qu’aujourd’hui.

Parmi ces crises, il convient également de citer les krachs monétaires, qui sont des
dépréciations annuelles du taux de change d’une valeur supérieure à 15%, et les
altérations monétaires, qui étaient les précurseurs des crises inflationnistes à
l’époque où les moyens d’échange principaux étaient les pièces métalliques
(réduction du contenu métallique des pièces en circulation).

 Les crises définies par des événements sont des crises bancaires ou
des crises de défauts intérieurs ou extérieurs. La crise bancaire se caractérise soit
par une panique bancaire qui mène à la fusion ou à la prise de contrôle d’une ou
plusieurs institutions financières par le secteur public, soit, en l’absence de
panique, à la fermeture, à la prise de contrôle ou au renflouement massif d’une
importante institution financière.

La crise de la dette extérieure (montant total de dette d’un pays


envers des créanciers étrangers, publics et privés) se traduit par un défaut de
paiement manifeste sur un emprunt obligataire extérieur, c’est-à-dire une
incapacité de rembourser les créances libellées dans une devise étrangère et
détenues par des créanciers étrangers. Ainsi, en 2001, l’Argentine n’a-t-elle pu
rembourser 95 milliards de dette extérieure.

La crise de la dette publique intérieure (ensemble des dettes d’un Etat


émises dans le cadre national et soumises au droit national, quelle que soit la
16
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

nationalité du créancier ou la devise dans laquelle la dette est libellée) se produit


classiquement dans un contexte économique bien pire que celui de la moyenne
des défauts extérieurs. Les informations sur la dette intérieure et ses crises sont
rares, parce que celle-ci n’implique généralement pas de puissants créanciers
extérieurs. Mais il y a tout de même des exemples célèbres de crise de la dette
publique intérieure comme la crise mexicaine de 1994-1995. Début 1994, les
autorités mexicaines avaient émis des « tesonobos », instruments obligataires
remboursables en pesos mais indexés sur le dollar, pour lutter contre les pressions
spéculatives dont était victime le peso. Mais dès la fin de l’année 1994, une
nouvelle vague de spéculation se déclencha contre le peso. Sans un renflouement
accordé par le Fonds monétaire international et le gouvernement américain, le
Mexique aurait sans doute fait défaut sur ses dettes souveraines, puisque la
réserve en dollars de la banque centrale mexicaine était presque épuisée, et
n’aurait pu suffire à couvrir les obligations arrivant à échéance.
Selon l’étude du FMI (1998), les crises financières sont 8:

 Crise monétaire:

Une crise monétaire survient lorsqu’un mouvement spéculatif contre le taux de


change entraîne une dévaluation ou forte dépréciation, ou oblige les autorités
monétaires à soutenir la monnaie locale en utilisant une bonne partie des réserves
de change ou en majorant considérablement les taux d’intérêt.

 Crise de la dette

Il y a crise de la dette lorsque les emprunteurs sont en défaut de paiement ou


lorsque les prêteurs jugent que cette situation constitue un risque important et
décident de ne plus octroyer de crédit et exigent un remboursement immédiat des
prêts existants.

La dette commerciale (privée) ou la dette souveraine (publique) peut être à


l’origine de cette crise.

On a connu la crise née de la décision mexicaine de suspendre le service de la


dette.

 Crise bancaire

La crise bancaire est déclenchée lorsque des banques font faillite ou que des
retraits massifs sont effectués, ou que de tels scénarios sont probables, ce qui
8
OGEDEP, « LES REPERCUSSIONS DE LA CRISE FINANCIERE MONDIALE SUR LA GESTION DE LA DETTE PUBLIQUE
CONGOLAISE », Mars 2009
17
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

amène les banques à suspendre la convertibilité interne de leurs engagements ou


l’Etat à leur apporter une assistance considérable pour éviter que cela ne se
produise.

I.2. Dette publique

La dette publique désigne en effet l’ensemble des emprunts


contractés par l’Etat (obligations d’Etat, bons du trésor) pour financer
généralement le déficit public, par les collectivités locales et par les organismes de
la sécurité sociale.

De ce fait, l’une des questions principales que d’aucun se pose est


celle-ci : « pourquoi les Etats s’endettent-ils ? ».

En effet, l’Etat dans sa mission régalienne d’offre des biens et des


services collectifs, élabore chaque année un budget (dépenses et recettes
prévisionnelles). Le problème se posant généralement à la suite de l’élaboration
du budget de l’Etat est celui de son financement. Les difficultés surviennent
lorsque l’Etat dépense plus qu’il ne perçoit de recettes. Il naît alors un déficit
budgétaire qui est le solde négatif des budgets de l’Etat, et pour le financer, il
peut effectuer un emprunt auprès du système bancaire (banque centrale et
banques commerciales). Il peut recourir également à un emprunt public interne
(avec l’émission des titres) ou encore effectuer un emprunt extérieur.

Ainsi, on appelle dette publique, la somme de la dette explicite de


l’Etat (dette directement contractée par l’Etat), de la dette implicite de l’Etat
(dette contractée notamment par les entreprises publiques, parapubliques,
organisations non gouvernementales, les collectivités décentralisées avec la
garantie de l’Etat) et de la dette contractée sur l’Etat (par exemple, la dette
endossée par l’Etat après la faillite d’une banque).

Il faudrait en effet noter que les appellations de la dette varient selon :

- L’origine des créditeurs, on parle de dette extérieure et de dette


intérieure. La dette extérieure d’un Etat représente l’ensemble des
emprunts contractés par les pouvoirs publics d’un pays auprès de
créanciers (privés ou publics, bilatéraux ou multilatéraux) extérieurs et
non résidents. Alors que la dette intérieure d’un Etat est l’ensemble des
engagements contractés auprès d’acteurs résidents dans le pays et

18
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

exprimés en monnaie locale. On parle de dette privée lorsque celle-ci est


contractée par les agents économiques autres que l’Etat, elle peut être
intérieure ou extérieure.

- Le type de créditeurs, on parle de dette bilatérale ou de dette


multilatérale. La dette bilatérale est l’ensemble des engagements
contractés par un Etat auprès d’un autre Etat. Alors que la dette
multilatérale est l’ensemble des dettes contractées par un Etat auprès
d’un groupe d’Etats ou d’une Institution Financière Internationale (IFI).

Par ailleurs, l’endettement de l’Etat n’a jamais fait l’unanimité chez les
économistes. Sa perception varie selon les écoles de pensée. C’est ainsi que
certains économistes pensent que la dette peut être nécessaire et même efficace
pour le développement d’un pays alors que d’autres rejettent systématiquement
l’emprunt public et pensent que tout emprunt public ne peut qu’être nuisible pour
les agents économiques.

1.2.1. Rejet de la dette publique (classiques)9

Les classiques assimilent l’endettement public à un report de l’impôt


sur les générations futures et imputent à l’Etat une connotation négative. Selon D.
RICARDO (1817), les citoyens voient dans l’emprunt un impôt différé dans le temps
et se comportent comme s’ils sont contraints de payer un impôt ultérieurement
pour rembourser cet emprunt quel que soit le décalage intergénérationnel.

En d’autres termes, le comportement des agents économiques est


guidé par une anticipation à la hausse des impôts. R. BARRO (1989) montre qu’une
politique de déficit budgétaire financée par l’emprunt reste sans effet sur l’activité
économique dans la mesure où les agents ne sont pas victimes de l’illusion fiscale.
Ils anticipent alors une hausse des impôts destinés à rembourser l’emprunt en
constituant une épargne d’un montant équivalent à l’endettement public. Pour A.
SMITH (1759), la dette est pernicieuse et ne doit pas être encouragée. Elle incite le
souverain à des dépenses inutiles et favorise l’irresponsabilité. J.B. SAY (1799)
pense qu’il faut limiter l’emprunt public parce qu’en plus d’alimenter la
consommation publique destructrice de richesse et de valeur, il fait intervenir le
paiement des intérêts. HAYEK (1989) dénonce l’endettement comme étant une
croissance artificielle, fondée sur un investissement supérieur à l’effort d’épargne
de la nation. Des études empiriques dont celles de KRUGMAN (1988), SACHS
(1989), FROOT (1989) et de CALVO (1989) ont montré que l’accumulation de la
9
Citer par Dotché Bruno DADJO
19
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

dette et de son service constituent une taxe sur la production future et


découragent l’investissement par l’effet d’éviction.

Ainsi, pour les classiques l’Etat doit tout simplement assurer sa


mission régalienne à partir des ressources générées par l’activité économique.
Toute intervention de l’Etat dans l’économie est source de sous-optimalité et de
nuisance. Aucun déficit budgétaire n’est justifiable et par conséquent, l’emprunt
public n’est pas envisageable. Cependant, d’autres écoles contestent cette pensée
et pensent à l’efficacité du financement par l’emprunt d’un déficit budgétaire
justifié et maîtrisé.

1.2.2. Nécessité de la dette publique (Keynésien et HARROD-DOMAR)

Contrairement aux classiques, les keynésiens pensent que


l’endettement public en général n’entraîne pas de coûts ni pour les générations
présentes, ni pour générations futures du fait des nouveaux investissements qu’il
génère. Ils pensent que le principe de l’équilibre budgétaire ne doit pas toujours
être respecté. Un déficit budgétaire justifié et maîtrisé peut être un facteur de
relance économique, de lutte contre le chômage : stimulation de la demande et/ou
de la consommation globale (infrastructures), qui par le biais de l’effet
multiplicateur, sont capables de promouvoir une croissance durable. Dans cette
approche, l’endettement public favorise la relance de la demande qui par son effet
accélérateur entraîne une augmentation plus que proportionnelle de
l’investissement qui provoque à son tour une hausse de la production permettant
ainsi de créer les emplois et de lutter contre la pauvreté.

Selon HARROD et DOMAR, il peut toujours y avoir croissance. Un


Etat, pour atteindre le taux de croissance garanti peut être amené à créer un
déficit budgétaire et le financer par un emprunt extérieur. En effet, l’hypothèse de
base du modèle de croissance de HARROD et DOMAR est qu’il n’ya pas de
croissance si un pays n’investit pas et le taux de croissance de la production est
une fonction croissante du capital.

I.3. Développement sur les fondements théoriques des crises de la dette

L’histoire économique nous montre des centaines d’épisodes où les


pays souverains ont fait défaut sur les emprunts souscrits auprès de créanciers
extérieurs.10 Ces « crises de la dette » remontent au 14è siècle avec les défauts sur

10
C. M. REINHART & K. S. ROGOFF, «  Cette fois, c’est différent », éd. Pearson Education France, Paris, 2010, p.71
20
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

des prêts par les financiers du Roi d’Angleterre Edward III jusqu’à ce jours. Une des
questions majeurs dont se pose beaucoup de chercheurs est celle de savoir : « est
ce qu’un pays peut-il être en faillite ? »

A cette question, WALTER WRISTON ancien président de la Citibank


(1967-1984), répond « un pays ne fait jamais faillite ». Cette phrase est restée
fameuse même si apparaissant grotesque avant la grande vague de défauts
souverains des années 1980. Pourtant, en un sens, le président de la Citibank avait
raison car un pays ne se trouve pas ruiné au sens où peut l’être une entreprise.
Pour cause, deux (2) raisons majeures sont souvent évoquées à savoir :

- Il n’est généralement pas obligé de baisser le rideau ;


- Son défaut ne résulte souvent d’un calcul coûts/bénéfices complexe où
entrent en jeu des considérations politiques et sociales, et pas seulement
économiques et financières.

Le plus souvent, avec assez d’efforts et de souffrances, un pays


débiteur déterminé est capable de rembourser ses créanciers étrangers. La
question qui se pose à la plupart des dirigeants est de savoir où placer le curseur
entre le remboursement de la dette et la survie de ses concitoyens ? La décision
n’est pas toujours d’ordre rationnel.

Il est convenu de nos jours qu’un pays débiteur ne sera pas obligé de sacrifier de
rares trésors nationaux pour payer ses dettes11.

Il se dégage à cet effet une nette différence entre la faillite souveraine


et celle d’une entreprise. Dans le premier, les prêteurs dépendent de la volonté
d’une nation souveraine de rembourser ses dettes, car leur pouvoir et leur
capacité de mettre la pression est limité en pratique sur papier ; tandis que dans la
faillite d’une entreprise les créanciers bénéficient de droits bien définis qui leur
permettent en général de saisir une grande partie des biens du débiteur et une
fraction de ses revenus futurs.

Il se pose dès lors un problème, celui de savoir de quoi se fonde la


crise de la dette. A cette question répond beaucoup d’auteurs, qui tirent son
fondement soit des non prêts souverains, soit de l’illiquidité ou insolvabilité, soit
d’un défaut partiel et rééchelonnement, soit de la dette odieuse, soit de la dette
publique intérieure ;

3.1. Prêts souverains


11
C. M. REINHART & K. S. ROGOFF, op. cit, p.72
21
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Il s’agit en général des emprunts contractés par un pays auprès des


créanciers étrangers. Jadis, le non remboursement de ces emprunts conduisait à la
prise par force des certaines pays qui manquaient au remboursement de leur dette
siècle, les superpuissances intervenaient périodiquement pour imposer l’exécution
de contrats des prêts12. L’idée de recourir à la force à cette époque moderne,
cependant, pour ses créances semble excessive. Dans la plupart des cas, l’analyse
coûts/bénéfices suffit à dissuader les Etats de supporter des risques et des
dépenses aussi énormes, d’autant plus que les emprunts sont en général
diversifiés entre l’Europe, le Japon et les Etats-Unis, ce qui réduit encore la
tentation d’utiliser la force armée13.

Quels bâtons les créanciers étrangers peuvent-ils alors agiter devant


leurs emprunteurs souverains ?, telle est la question que se sont posé Jonathan
Eaton et Mark Gersovitz14, car, ils soutenaient que dans un monde incertain et
changeant pouvoir faire appel aux capitaux internationaux est un avantage
énorme pour un pays. Ainsi, pour toujours bénéficier de cet accès permanent aux
capitaux étrangers, poursuivre le remboursement de la dette devrait être une
raison suffisante afin que les pays veillent à leur « réputation » d’emprunteur
international en l’absence de tout système juridique leur imposant de coopérer.

3.2. Illiquidité contre insolvabilité

L’idée qui sous tend ce point est celui de savoir, pourquoi les
emprunts tendent-ils à être à relativement à court terme ?

Pour répondre à cette question, Diamond et Rajan 15, par exemple estiment que les
prêteurs veulent être en mesure de discipliner les emprunteurs qui « se
comporteraient mal », c’est-à-dire qui se dispenseraient d’investir de manière à
accroitre la probabilité d’un remboursement futur.

Jeanne16, pour sa part dit que puisque les emprunts à court terme
accentuent le risque de crise financière (laquelle empêche souvent de proroger la
dette), les pays emprunteurs sont contraints de suivre des politiques plus
disciplinées, ce qui améliore les résultats économiques à la fois pour le débiteur et
pour le créancier.
12
Cité par TOMZ (2007)
13
 C. M. REINHART & K. S. ROGOFF, Op. Cit, p.75
14
Citer par EATON et GERSOVITZ (1981)
15
Diamond Douglas et Rajan Raghuram, “Liquidity Risk, Liquidity creation and financial Fragility: A theory of Banking,
journal of political Economy”, 109 (avril), 2001, p. 287-327
16
Jeanne Olivier, “Debt Maturity and the International Financial Architecture”, American Economic Review, vol 99(5),
décembre 2009, p. 2135-2148
22
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Pour ces raisons et d’autres du même genre, le taux des emprunts à court terme
est souvent inférieur à celui des emprunts à plus long terme.

Quel que soit le cas, un pays qui emprunte à court terme n’est pas
seulement confronté au paiement des intérêts (sur ses propres ressources ou
grâce à de nouveaux emprunts), il doit aussi périodiquement proroger le principal.
Il y a crise de liquidité quand un pays qui est à la fois désireux et capable d’assurer
le service de ses dettes sur longue période se trouve temporairement incapable de
les proroger. Cette situation contraste avec ce qu’on appelle parfois un problème
d’ « insolvabilité », dans lequel un pays apparaît non désireux ou incapable de
rembourser à long terme17.

3.3. Défaut partiel et rééchelonnement

Souvent en pratique, la plupart des défauts s’avèrent finalement


partiels et non complets, au prix parfois de longues négociations et de beaucoup
de rancœurs. D’aucun se pose la question de savoir peut-être que les créanciers
n’ont-ils pas les moyens d’obliger à ces emprunteurs de pays la totalité ou peut
être parce qu’ils en ont seulement assez pour récupérer au moins quelque chose,
souvent une proportion significative de ce qui leur est dû.

Dans la plupart des cas, le remboursement partiel est simplement


symbolique et ceci porte sur un montant significatif, vraisemblablement déterminé
par les considérations coûts/bénéfices complexes. Bulow et Rogoff montrent par
exemple comment des tierces parties bien intentionnées, telles les institutions de
prêt internationales (FMI…) ou les gouvernements des pays créanciers, peuvent
être amenées à assumer des remboursements complémentaires pour faciliter un
accord, à la manière d’un agent immobilier qui réduit sa commission pour vendre
une maison18.

3.4. Dette odieuse

Partant du fait qu’un Etat emprunt de manière inter temporelle, ce


qui s’explique par le fait que les enfants des générations futures devront
rembourser ce que les parents ont eu à contracter comme dette.

17
C. M. REINHART & K. S. ROGOFF, Op. cit, p.80
18
Bulow Jeremy et Rogoff Keneth, “Multilateral negotiations for rescheduling Developing country Debt: A
bargaining-Theoretic Framework”, IMF staff papers, 35 (4), 1988, p. 644-657
23
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

La doctrine économique affirme que lorsqu’un gouvernement


kleptomane et corrompu qui veut accéder aux prêts internationaux, ces créanciers
doivent être rassurés que les gouvernements suivants ne pourront être tenu
d’honorer cette dette.

Il est impensable de s’imaginer que des fonctionnaires internationaux


se demandant, par exemple si une obligation émise par les Etats-Unis serait une
dette odieuse. Cependant il est plus facile quand il s’agit d’un pays en voie de
développement. Or, la réalité nous montre que ce sont plus ces pays
industrialisées qui ont des dettes colossaux.

En ce cas, bien entendu, le concept ne serait pas assez discriminant


pour être utile en pratique. Pour être applicables, les règles pratiques sur la dette
odieuse doivent être assez étroitement définies 19.

3.5. Dette publique intérieure

La dette intérieure est la dette d’un pays envers lui-même. La


littérature économique nous montre pleine d’épisodes de défauts des dettes
intérieures, même si cela est moindre comparé aux défauts extérieures
cependant, cela n’est pas à négliger. Le modèle ricardien de la dette dit que la
dette publique intérieure n’a pas la moindre importance car, si elle augmente, les
citoyens se contentent d’accroitre leur épargne en contrepartie d’impôts futurs 20.
L’analyse de Barro présume cependant que la dette sera toujours honorée, même
si les comportements d’épargne ne sont pas homogènes et si les remboursements
(par opposition aux répudiations) favorisent certains groupes au détriment des
autres21.

En Outre, North et Weingast nous renseigne à cet effet, qu’un


gouvernement parvient à faire face à des gros remboursements de dette se
ménage un énorme avantage stratégique, car les pays pourra ainsi mobiliser de
vastes ressources, spécialement en temps de guerre 22.

Le défaut intérieur joue sur l’épargne et le système financier qui sont les moteurs
dans une économie et a des conséquences inflationnistes.

19
C. M. REINHART & K. S. ROGOFF, Op. cit, p.84
20
Cite par R. BARRO (1974)
21
C. M. REINHART & K. S. ROGOFF ,op cit, p.85
22
Cite par C. M. REINHART & K. S. ROGOFF 
24
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

I.4. Crise de la dette de la zone euro


La crise de la dette dans la zone euro désigne une suite
d'événements financiers qui ont affecté, depuis le début de l'année 2010, les
économies de 17 États membres de l'Union européenne dont la monnaie de
référence est l'euro.
Elle débute en 2010 avec la crise de la dette grecque provoquée par un important
et constant déficit public. Elle s'étend à l'automne 2010 avec la crise de la dette
publique de l'Irlande provoquée par le sauvetage de ses banques rendu nécessaire
par les excès antérieurs de la dette privée. L'enchainement et le cumul de ces
évènements contribue à entretenir et à développer un mouvement de
stigmatisation des pays « à déficit », que certains vont même qualifier de « PIIGS »
(Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne). Suite en partie à la crise de la dette
publique grecque une crise tempête boursière survient durant l'été 2011.

4.1. Cause de la crise


4.1.1. Causes structurelles

4.1.1.1. Raisons liées à la théorie des zones monétaires optimales


Depuis les travaux de Robert Mundell des années 1950, sur la théorie
économique, pour que des pays aient intérêt à avoir une monnaie commune ils
doivent23:

 être intégrés économiquement ;


 ne pas avoir des économies qui réagissent trop différemment aux chocs
économiques ;
 avoir des mécanismes aptes à remédier aux divergences existantes ou
pouvant apparaître.

Parmi ces mécanismes, Jean Pisani-Ferry24 cite «  les migrations en réponse


à des écarts de salaire, les mouvements de capitaux en cas d'écarts de rendement,
ou simplement la flexibilité interne du système de prix en réponse aux variations
de la demande ». Lorsque la monnaie unique sera créée, les décideurs savent que,
si les asymétries entre pays européens ne sont pas plus grandes qu'entre États
américains, les pays du cœur de l'Europe (Allemagne, France, et quelques autres)
présentent des divergences malgré tout moins marquées que celles qu'on peut

23
Pisani-Ferry «  Le réveil des démons (La crise de l'euro et comment nous en sortir)  », Fayard, 2011, p. 30
24
Idem
25
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

trouver entre les pays de la périphérie. Ils savent aussi que les mécanismes
d'ajustement sont faibles.

Par ailleurs, Paul Krugman souligne alors que l'intégration par le


regroupement des industries dans les mêmes régions économiques va avoir
tendance à creuser les divergences plus qu'à les combler 25.

Pour Jean Pisani-Ferry, les responsables politiques des pays décident de


passer outre pour trois raisons :

1. ils n'aiment pas les changes flottants,


2. la libéralisation des capitaux les oblige soit à adopter des politiques
monétaires similaires, soit à laisser flotter leur monnaie, ce qu'ils ne veulent
pas faire,
3. pour des raisons politiques26.

En effet, la France, à partir du tournant de la rigueur de 1983, a dû


suivre la politique monétaire allemande et aimerait participer au pilotage d'une
monnaie européenne. D'autant que, selon Jean Pisani-Ferry27, «  François
Mitterrand, qui a abandonné ses ambitions de transformation sociale, veut placer
son second septennat sous le signe de l'Europe ». Par ailleurs, le chancelier
allemand Helmut Kohl, un européen fervent, comprend que l'adoption de l'euro
permettra de lever les craintes des autres européens à propos de la réunification
de l'Allemagne28.

4.1.1.2. Problèmes liés à des visions politiques différentes


Pour Jacques Delors, la monnaie est une étape vers une Europe
fédérale que, d'après Jean Pisani-Ferry29, « il désigne par prudence d'une formule
alambiquée : fédération d'États-Nations ». Si la finalité, pour Delors, est
institutionnelle, au contraire pour les Allemands l'essentiel n'est pas dans les
institutions mais dans les « liens unissant les peuples qui partagent la même
monnaie », ou selon l'expression du président de la Bundesbank d'alors, Hans
Tietmeyer, reprenant une formule de Nicolas Oresme : « la monnaie n'appartient
pas au prince, mais à la communauté »30.
25
Pisani Ferry, op. cit., p.31
26
Pisani Ferry, op. cit., p.31-34
27
idem
28
Pisani Ferry, op. cit., p.34-35
29
Pisani Ferry, op. cit., p.47
30
Pisani Ferry, op. cit., p.49
26
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Cette divergence se traduit dans la demande française d'un


gouvernement économique. Pour Jean Pisani-Ferry, les Français exprimeraient
surtout, en fait, à travers ce vocable qu'ils ont du mal à expliciter, le fait qu'ils ne
conçoivent pas une monnaie sans État31. Les Allemands voient le gouvernement
économique comme une tentative de prise de contrôle de la Banque centrale
européenne et donc s'en méfient. Les Français, eux, sont pris entre des sentiments
contradictoires : d'un côté, ils veulent d'un gouvernement économique, mais d'un
autre, ils ne veulent pas de transfert de pouvoir vers la Commission européenne et
prennent des libertés avec les lois communes 32. En fait, les Allemands seraient
davantage pour une union politique que les Français. Pour Jean Pisani-Ferry, « lors
des négociations de Maastricht, François Mitterrand assassine sans états d'âme
l'union politique en faisant alliance avec les Britanniques contre les projets des
fédéralistes »33.

Tout cela aboutit à une monnaie commune assortie de solidarités


minimales et à la clause de no bail-out qui veut « que ni l'Union ni les autres États
membres ne peuvent répondre des engagements d'un État européen »34

4.1.2. Causes conjoncturelles


La crise de la dette publique n'est que le symptôme qui doit conduire
à rechercher les causes premières qui sont multiples et variables d'un pays à
l'autre :

- une très forte dette publique liée à des problèmes structurels importants ( difficulté
à lever l'impôt et à maitriser les dépenses)  ;
- une flambée de l'immobilier en Espagne qui a conduit les agents privés à contracter
des montants risqués de dettes privées  ;
- l'absence d'appréciation par les banques des risques encourus tant dans l'octroi des
prêts que dans leur refinancement, les trop modestes efforts (depuis la crise des
subprimes) de régulation du secteur bancaire et financier35  ;
- la faiblesse de la croissance qui touche l'ensemble des anciens pays industrialisés
depuis la crise économique dite de la Grande Récession (2008 et après)   ;
- l'effet cumulatif provoqué par les anticipations d'une décélération continue des
perspectives de croissance.

31
Idem, p.49-50
32
Idem, p.51
33
Idem, p.50
34
Idem, p.52
35
Christophe Scalbert et Laurence Scialom, « Régulation financière : tout reste à faire ! », dans Les Échos, 5 et 6 août 2011
27
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Alors que le mouvement de dérégulation financière a produit des


innovations tant au niveau des institutions que des comportements et que ceux-ci
ne sont pas encore complètement décantés) de nombreux débats naissent dans
l'urgence – sinon dans la précipitation – pour déterminer qui doit prendre en
charge les risques (risques privés transférés vers les États) et qui doit payer et/ou
faire les efforts pour surmonter la crise.

Enfin la crise fournit l'opportunité à certains opérateurs de tirer profit


du décalage entre la rapidité d'exécution des marchés et la lenteur relative des
décisions publiques (et a fortiori lorsqu'elles sont interétatiques) en spéculant sur
les dettes souveraines européennes.

4.2. Pays à risque élevé


4.2.1. La Grèce
La crise de la dette publique grecque est issue de la crainte des
créanciers de la Grèce sur sa capacité à rembourser sa dette publique, ainsi que de
payer les intérêts de cette dette. Elle résulte à la fois de la crise économique
mondiale et de facteurs propres au pays : fort endettement (environ 120 % du PIB),
et déficit budgétaire qui dépasse les 13 % du PIB36. Cette crise a été aggravée par le
manque de transparence dont a fait preuve le pays dans la présentation de sa
dette et de son déficit, notamment par la levée de fonds hors bilan, par le biais
d'instruments financiers mis au point par Goldman Sachs37.

Pour l'économiste Jean Pisani-Ferry, depuis dix ans, l'écart moyen


entre le déficit budgétaire réel et le chiffre notifié à la Commission européenne a
été de 2,2 %38 du produit intérieur brut (PIB)39. Cette crise a entraîné une baisse de
l'euro qui favorise les exportations et la reprise 40. Elle a aussi et, peut-être surtout,
provoqué un double débat sur la façon de venir en aide à la Grèce (faut-il ou non
s'en occuper entre Européens ou vaut-il mieux laisser le pays demander
l'assistance du FMI ?) et sur la gouvernance de la zone euro.

Concernant le premier point, selon Jean Pisani-Ferry, directeur du


think tank Bruegel, il conviendrait de laisser faire le FMI, car cette institution
possède l'expertise de ce genre de problème et, à la différence des institutions
36
Daniel Gros et Thomas Mayer, «Toward an European monetary fund, Centre for European Policy Studies »,
8 février 2010, p.1
37
« Nouvelle révélation swap Goldman-Sachs Grece », dans L'AGEFI, 17 février 2010
38
Pisani-Ferry, « C'est le tour de l'Espagne », dans Le Monde, 17 mars 2010
39
Pisani-Ferry, « Gouvernement économique mode d'emploi », dans Le Monde, 23 février 2010
40
Marie de Vergès, « La baisse de l'euro, une aubaine pour la reprise », dans Le Monde, 4 mars 2010
28
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

européennes, «  est capable d'affronter l'impopularité »41. Au contraire pour


d'autres, tel Jean-Claude Trichet, le recours au FMI serait vu comme un échec pour
la zone euro42. Lors d'un sommet extraordinaire le 11 février 2010, les Européens
s'engagent à soutenir la Grèce si celle-ci faisait des efforts. Une équipe d'officiels
de l'Union européenne et de la BCE est envoyée à Athènes pour examiner la
situation. Ces experts sont accompagnés d'un représentant du FMI qui doit se
pencher sur les comptes publics.

Le 26 mars 2010 un Conseil européen43 décide que la zone euro


pourrait se porter au secours d'un pays de la zone en difficulté après que ce
dernier a fait appel au FMI et ait reçu une aide substantielle de cette institution.
Dans ce cas, sous certaines conditions, les pays de la zone euro pourraient
apporter un complément d'aide. Par ailleurs, la déclaration prévoit d'améliorer le
fonctionnement de la zone euro. Sur ce point, il existe, entre la version anglaise et
la version française, une différence notable. Là où le texte anglais emploie
l'expression gouvernance économique, le texte français utilise le terme
gouvernement économique44.

Le 7 mai 201045 les dirigeants de la zone euro ont endossé


formellement le plan d'aide à la Grèce. Les pays de la zone euro ont mis en place
un mécanisme sans précédent d'aide à la Grèce, consistant en des prêts bilatéraux
pour un montant total de 110 milliards d'euros (80 milliards pour les pays de la
zone euro et 30 milliards pour le Fonds monétaire international). Il prévoit que le
déficit public grec soit réduit à 2,6 % du PIB en 2014.

Le 10 mai 201046 les ministres des Finances des Vingt-Sept ont


annoncé la mise en place d'un « Fonds européen de stabilité financière » (FESF), de
l'ordre de 750 milliards d'euros, pour financer d’éventuels autres sauvetages, afin
d'éviter que la crise grecque ne s'étende à l'Espagne, au Portugal, voire à l'Italie.

Malgré l'adoption du plan de sauvetage et la mise en place de


plusieurs plans d'austérité dans le pays, les objectifs de réduction du déficit public
grec ne sont pas atteints. En effet, alors que le déficit public en 2009 était de
13,6 %, le plan prévoyait sa réduction à 8,1 % en 2010. Finalement, le déficit sera de
41
Pisani-Ferry, « L'Europe n'a rien prévu pour gérer ce type de crise », dans La Tribune, 3 février 2010
42
Catherine Chatignoux, « La zone euro piégée par ses incohérences », dans Les Échos, 11 février 2010
43
Philippe Ricard, « La zone euro s'accorde sur un modèle inédit d'aide à la Grèce », dans Le Monde, 27 mars 2010
44
Idem
45
« Les leaders de la zone euro endossent le plan d'aide à Athènes », dans Le Monde, 7 mai 2010
46
« L'Europe répond aux marchés par une riposte massive », dans Le Monde, 10 mai 2010
29
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

10,5 % en 2010, alors que dans le même temps le déficit de 2009 est réévalué à
15,5 % au lieu de 13,6 %. Le jeudi 21 juillet 2011, les Européens et le FMI ont adopté les
grandes lignes d'un second plan de sauvetage :

 Au niveau financier, le pays va bénéficier de 109 milliards d'euros de fonds


publics : 79 venant du FESF et du FMI, et 30 des privatisations. Par ailleurs, le
secteur privé doit participer pour 49,7 milliards d'euros. Les taux des prêts
du FESF sont ramenés de 4,5 % à 3,5 % et leur durée de remboursement est
allongée47.
 Au niveau structurel, il est créé une « task force » destinée à soutenir la
Grèce dans la mise en œuvre des réformes votées, et à essayer de
redynamiser la croissance en Grèce en employant au mieux les Fonds
européens (aides régionales notamment) non encore utilisés 48.
 Enfin, le FESF voit son rôle élargi : il pourra maintenant racheter des
obligations d’État sur le marché secondaire, participer au sauvetage des
banques en difficulté, prêter à des États en situation difficile. Son action est
conditionnée à l'avis unanime des pays participants et de la BCE. Ces
dispositions ne rentreront en vigueur qu'après ratification par les
parlements nationaux.

4.2.2. L’Irlande

L'Irlande fut le premier pays à connaître le même sort que la Grèce,


même si la situation du pays est sensiblement différente. Contrairement à la Grèce,
l'Irlande a longtemps été en croissance et ses finances publiques étaient saines. À
tel point que le pays fut surnommé le « Tigre celtique » (en référence aux Tigres
asiatiques).

Malgré cela, l'Irlande a été fortement touchée par la crise des


subprimes en 2008, notamment en raison de la bulle immobilière. En 2010, le pays
fait face à une grave crise bancaire. Plusieurs de ses banques (notamment la
banque Anglo) étaient au bord de la faillite et doivent être renflouées.

En septembre 2010, l'Irlande doit une nouvelle fois se porter au


secours de ses banques, ce qui provoque une augmentation considérable de son

47
Marie Dancer, « Questions sur le plan de sauvetage de la Grèce », dans La Croix, 25 juillet 2011
48
Anne Bauer, « Les principales dispositions de l'accord conclu par les chefs d'État de la zone euro », dans Les Échos, 22
et 23 juillet 2011
30
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

déficit public qui atteint 32 % du PIB49. Le pays hésite à demander l'aide du Fonds
européen de stabilité financière, à la fois pour des raisons de fierté nationale, et
parce qu'il craint que les autres pays lui imposent de relever son impôt sur les
sociétés, ce qui venait d'assurer son succès, mais qui est jugé « non coopératif »
par les autres États européens. Ceux-ci ont « incité » l'Irlande à recourir au
mécanisme du Fonds européen de stabilité financière car ils craignaient une
contagion au Portugal voire à l'Espagne.

Le gouvernement irlandais, rapidement dépassé, ne peut faire face


seul à cette crise. Un plan de sauvetage est donc mis en place au niveau européen
avec le FESF (Fonds européen de stabilité financière), qui prévoit l'octroi de prêts
allant de 80 à 90 milliards d'euros50.

En décembre 2010, The Irish Independent dévoile que la Banque


centrale d'Irlande a créé plus de 50 milliards d'euros de monnaie pour soutenir ses
banques51. Ce type d'opération, bien que conforme aux traités européens,
témoigne de la gravité de la situation bancaire et financière irlandaise.

En février 2011, le gouvernement de droite, accusé d'être responsable


de la crise, est renversé lors des élections générales, laissant la place à une
coalition de centre-gauche. Le nouveau gouvernement de ENDA KENNY promet
alors de remettre en cause les conditions du plan de sauvetage octroyé en
novembre 2011. Mais sans succès, notamment car l'Allemagne et la France exigent
de l'Irlande qu'elle rehausse son taux d'imposition sur les sociétés, ce que le
gouvernement irlandais a promis de ne pas faire 52.

Le 31 mars 2011, les résultats du test de résistance (stress-tests)


bancaires révèlent que le plan de sauvetage est loin d'être suffisant pour combler
les pertes subies par les banques irlandaises. Le gouvernement est forcé de
nationaliser plusieurs banques et de recapitaliser l'ensemble du secteur, pour un
montant de 24 milliards d'euros53.

4.2.3. Le Portugal
Le risque de crise au Portugal s'est accru à avril 2011. Ce pays, comme la
Grèce, a vu ses taux d'emprunt augmenter suite à la dégradation de la note de sa
49
http//www.wikipedia.org
50
idem
51
idem
52
idem
53
idem
31
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

dette souveraine, par Standard & Poor’s54 .Le fait que sa dette extérieure (privée et
publique) évaluée à près de 100 % du PIB, est essentiellement détenue par des
actifs étrangers (80 % pour la Grèce)55, est à la fois un élément de fragilité et de
force, car les pays dont les banques ont prêté peuvent s'inquiéter des
conséquences d'un défaut de paiement sur celles-ci. Si le Portugal présente des
similitudes avec le cas grec, malgré tout son endettement et son déficit sont
moindres56, et le pays n'a pas présenté des budgets « améliorés »57.

Le Portugal affiche un déficit public de 9,4 % du PIB58 en 2009, puis 9,8 % en


2010, contre 13,6 % pour la Grèce en 2009. Son endettement public est de 77,4 % du
PIB en 2009, et 93 % en 2010, contre 115 % du PIB pour la Grèce en 200959.

Le 7 avril 2011, après avoir nié pendant longtemps la nécessité d'un plan de
sauvetage, le premier ministre José Sócrates finit par faire appel à l'Union
européenne et au FMI, afin de subvenir aux besoins en trésorerie du pays 60. Les
négociations qui s'en suivront aboutiront à la mise en place d'un plan de sauvetage
de 78 milliards d'euros61.

Le gouvernement de JOSE SOCRATES, puis celui de Pedro PASSOS Coelho


après les élections législatives de juin 2011, mettent en place plusieurs plans
d'austérité. Signe positif, la Commission européenne prévoit que le gouvernement
sera proche de ses objectifs de réduction du déficit, soit 4,5 % du PIB en 2012, puis
3,2 % en 2013 (contre 3 % selon les prévisions du gouvernement), avec une
récession de 3 % en 2012.

4.2.4. L’Espagne
L'agence Standard & Poor's a rétrogradé le crédit espagnol, invoquant les
faibles espoirs de croissance de ce pays, frappé de plein fouet par l'éclatement de
la bulle immobilière et de la construction62.

54
« Dette: S&P dégrade la note du Portugal », Le Figaro. Consulté le 29 mars 2012
55
Émilie Lévêque, « Le Portugal va-t-il sombrer dans la crise grecque ? », dans L'Expansion, 28 avril 2010
56
Patrick McGroarty, « Crise grecque pas comparable à Portugal,Espagne -min Fin alld », dans Investir, 28 avril 2010
57
Ana Navarro Pedro : "Le Portugal n'est pas la Grèce, mais ses perspectives restent sombres", Toute l'Europe,
avril 2010. Mis en ligne le 28 avril 2010, consulté le 14 mai 2010
58
Patrick McGroarty, Idem
59
Ana Navarro Pedro, Idem
60
http//www.wikipedia.org
61
« Bruxelles débloque 78 milliards pour mettre le Portugal à l'abri de la spéculation », Les Échos, 4 mai 2011
62
« Dette: S&P dégrade la note du Portugal », Le Figaro. Consulté le 29 mars 2012
32
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Le déficit public espagnol a explosé en 2009. Il s'est élevé à 11,2 % du PIB


selon Eurostat, bien au-delà de la limite des 3 % du pacte de stabilité européen. Le
gouvernement socialiste s'est engagé à le ramener à 3 % en 2013, mais S&P estime
« que le déficit public devrait probablement encore excéder 5 % du PIB d'ici
2013 »63. En fait, si l'Espagne a un tel déficit c'est que le modèle économique sur
lequel elle a bâti sa croissance jusqu'à la crise, le secteur immobilier, est plongé
dans une crise grave qui pèse sur le budget du pays.

En 2010, le déficit public est réduit à 9,24 % du PIB (contre un objectif de


9,3 %), avec 5,7 % pour l’État (contre un objectif de 6,7 %) et 2,83 % pour les régions
(contre un objectif de 2,4 %). En septembre 2011, le gouvernement espagnol
annonce qu'il tiendra son objectif de déficit fixé à 6 % du PIB pour l'année 2011,
alors que les déficits des régions est largement au-dessus des objectifs fixés par
l’État (plus particulièrement pour l'Andalousie et la Catalogne). Ainsi, c'est le
déficit des régions qui inquiète le plus les agences de notation. Toutefois,
l'Espagne loupe largement son objectif en 2011 alors que le déficit public s'affiche à
8,9 %, dont 2,9 % du PIB pour les régions. Suite aux élections générales espagnoles
de novembre 2011 remportées par le Parti populaire, Mariano Rajoy devient
président du gouvernement et promet davantage d'austérité.

Le gouvernement espagnol annonce d'importantes mesures d'austérité en


avril 2012 contenant des mesures d'économie totales de 39,5 milliards d'euros avec
pour objectif un déficit public à 5,3 % (contre 8,9 en 2011) alors que l'objectif initial
était de 4,4 %. Les budgets des ministères sont réduits de 17 % en moyenne afin de
réaliser 27,3 milliards d'économie en plus de 12,3 milliards de hausse de
prélèvement. Le budget estime la récession de l'économie en 2012 à 1,7 %, mais si
les coupes budgétaires devaient entrainer un contraction plus importante de
l'économie, le gouvernement ne pourra pas atteindre ses objectifs.

Pour les analystes, la dégradation de la note de l'Espagne est plus


préoccupante en raison du poids de son économie dans la zone euro, nettement
supérieur à celui de la Grèce et du Portugal car si elle devait demander l'aide
comme la Grèce à l'UE, cela ne serait pas possible vu sa taille64.

63
« L'Espagne en mesure de ramener son déficit dans les limites de l'UE d'ici à 2013 », sur Le Monde.
Consulté le 29 mars 2012
64
Dena Aubin, Axel Bugge et Marc Angrand, « L'Espagne sanctionnée à son tour par S&P, à AA », Le Nouvel Observateur,
28 avril 2010
33
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

En mai 2012, l'établissement bancaire Bankia est nationalisé tandis que son
plan de sauvetage est estimé à 23,5 milliards d'euros 65. Auparavant, entre février
2012 et avril 2012, les banques espagnoles ont déjà emprunté 144 milliards d'euros
à 3 ans auprès de la BCE dans la deuxième opération LTRO 66 (Long Terme
Refinancing Operations). D'après l'économiste Jacques Sapir, en juin 2012, les
besoins du système bancaire seraient de 250 à 300 milliards d'euros 67. Par ailleurs,
d'autres banques pourraient également avoir des besoins non négligeables.
Madrid ne veut alors pas d'aide européenne et prépare des plans dont l'un qui
conduisait à impliquer la BCE est rejetée par cette dernière 68. Pour Nicolas Véron,
les problèmes bancaires ne peuvent être traités de façon distincte des problèmes
de dette souveraine69.

Le 7 juin 2012, l'agence de notation Fitch Ratings dégrade la note


espagnole70. Cette dégradation pousse l'Espagne à demander l'aide du FESF le
9 juin 2012 pour le refinancement de ses banques 71, qui pourrait atteindre jusqu'à
100 milliards d'euros. Les besoins de refinancement ont été estimés à 62 milliards
d'euros. En juillet 2012, le gouvernement espagnol annonce un nouveau plan
d'austérité de 65 milliards d'euros et revoit ses objectifs de déficit public. Les
mesures comprennent la hausse de la TVA de 18 à 21 %, et le taux réduit de 8 à 10 %,
des baisses de subventions, des réductions d'avantages fiscaux, des réductions de
dépenses dans les ministères et des privatisations. Quant à l'objectif de déficit, il
est réduit à 6,3 % du PIB contre 5,3 %, puis 4,5 % en 2013 et 2,8 % en 2014.

4.3. Autres pays à risque


4.3.1. L’Italie

Début juillet 2011, la pression monte sur la dette italienne (environ 120 % du
PIB italien et 25 % de la dette de la zone euro). Les raisons de ces tensions tiennent
à la fois de problèmes extérieurs à l'Italie (la dégradation de la dette du Portugal)
et internes (les tensions au sein du gouvernement italien et ses problèmes
électoraux ainsi que l'enquête à laquelle est confronté le ministre des Finances
italien Giulio Tremonti. L'annonce par le gouvernement italien d'un plan d'austérité

65
Sandrine Morel avec Clément Lacombe "La tempête financière sur Madrid s'aggrave", Les Echos du 31/05/2012
66
http//www.wikipedia.org
67
Idem
68
Sandrine Morel avec Clément Lacombe "La tempête financière sur Madrid s'aggrave", Les Echos du 31/05/2012
69
Idem
70
http://www.liberation.fr/depeches/2012/06/08/l-agence-fitch-degrade-l-espagne-de-trois-crans_824559
71
http://www.lepoint.fr/monde/l-espagne-a-accepte-a-reculons-un-sauvetage-europeen-pour-ses-banques-
34
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

permet d'apaiser temporairement les tensions. Cependant, le gouvernement fait


rapidement voter un second plan ambitieux, qui prévoit de rétablir l'équilibre
budgétaire dès 2013.

Le 20 septembre 2011, l'agence Standard & Poor's dégrade à nouveau la note de la


dette, d'un cran, avec une perspective « négative »72.

Lors du G20 de Cannes des 3 et 4 novembre 2011, les pays membres


constatent qu'en réalité le pays ne met pas en œuvre les mesures censées être
prises. Aussi l'Italie est « mise sous tutelle des experts du Fonds monétaire
international et de la Commission européenne » chargées de vérifier la réalité des
réformes promises. Par ailleurs, Silvio Berlusconi est fortement incité par de
nombreux membres de la classe politique italienne de céder sa place, ce qu'il fera
le 16 novembre 2011.

Remplacé par Mario Monti, économiste italien, celui-ci mettra en place des
plans de rigueurs drastiques 73. Le total des mesures d'économie adoptées par
l'Italie s'élève à plus de 80 milliards d'euros et prévoit l'équilibre budgétaire en
2013, contre un déficit de 4,6 % du PIB en 2010. Cela n'empêchera toutefois pas
l'Italie de sombrer dans la récession, avec un recul trimestriel net de 0,7 %, et les
dégradations par les agences de notation. Le gouvernement Monti enregistre
toutefois quelques succès, notamment dans la lutte contre la fraude fiscale et les
taux d’intérêt du pays baissent mais restent élevés.

L'Italie connaissant une récession plus forte qu'estimée, prévue à 1,2 % du


PIB contre 0,4 % initialement en 2012, le gouvernement décide de retarder d'une
année son retour à l'équilibre budgétaire, donc en 2014, de peur que de nouvelles
mesures d'austérité plongent le pays dans un cercle vicieux. Le gouvernement
compte sur un léger retour à la croissance en 2013 et un déficit public de 0,5 % du
PIB la même année, permettant selon le gouvernement de réduire la dette
publique à 110,8 % en 2015 contre 120,3 en 201174. L'Italie pourrait pourtant encore
échouer à atteindre ses objectifs, puisque le FMI prévoit une récession de 1,9 % en
2012 et de 0,3 en 2013.

Toutefois, il faut souligner que l'Italie connait d'important excédents


budgétaires primaires depuis 2011, c'est-à-dire sans compter la charge de la dette,

72
« Standard & Poor's dégrade la note de la dette souveraine », le Courrier international du 20 septembre 2011
73
http://www.le monde.fr
74
http://www.rtbf.be/info/economie/detail_l-italie-annonce-une-aggravation-de-la-recession-en-2012?id=7750119 
35
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

après un important déficit en 2009 et qui s'est réduit fortement par la suite. En
2010, la charge de la dette pèse sur le budget à hauteur de 70 milliards d'euros 75.

4.3.2. La France
À partir d'août 2011, la France met en place deux plans de rigueur. Le
premier portait sur un train d'économie de 11 milliards d'euros en 2011 et 2012, le
second présenté par François Fillon le 7 novembre 2011 prévoit notamment le
passage en 2017 au lieu de 2018 de la date de départ à la retraite, la suppression du
dispositif Scellier, une majoration des impôts sur les sociétés, la création d'un taux
intermédiaire de 7 % pour la TVA76. Le différentiel (spread) entre le taux d'intérêt
des obligations d'État français et leur équivalent allemand atteint 147 points de
base en novembre 2011 alors qu'un an avant il n'était que de 45 points. Les
banques françaises détiennent, selon la BRI, 106 milliards d'euros de dette
italienne, deux fois plus que les banques allemandes, et surtout le déficit de la
France reste élevé en comparaison de celui de l'Allemagne : 5,2%.

Pour Alain Trannoy du cercle des économistes, "les plans français sont peu
lisibles et peu susceptibles de relancer la croissance qui est pourtant une variable clé
pour sortir de l'endettement" 77. Début février 2012, le déficit commercial (en 2011)
atteint un record historique pour la France à 69,6 milliards d'euros 78.

Le 13 janvier 2012, S&P dégrade la note de la France avec implication


négative, estimant que l'Hexagone avait encore une chance sur trois d'être
dégradée avant la fin de l'année. Un mois plus tard, sa consœur Moody's dégrade
la perspective de la note souveraine française à long-terme, qui pourrait avant
2013, perdre une nouvelle fois la meilleure note possible 79. Fitch annonce toutefois
début janvier, ne pas envisager de toucher à la note française en 2012, sauf en cas
de dégradation de la conjoncture économique du pays au cours de l'année 80.

Les difficultés de la France ravivent le débat sur la politique de la Banque


centrale européenne autour de la question de savoir si la BCE doit monétiser la
dette publique ou non. Les milieux financiers français semblent en faveur de
mesures de rachat de dettes par la BCE 81. Toutefois, les résultats de 2011 semblent
75
http://www.journaldunet.com/economie/magazine/dette-de-l-italie/des-raisons-d-esperer.shtml
76
http://www.wikipedia.org
77
Pierre Trannoy, « Un plan de rigueur risqué et peu lisible », dans Les Échos, 10 et 11 novembre 2011
78
http://www.wikipedia.org
79
http://www. tempsreel.nouvelobs.com
80
http://www. challenges.fr du 10 janvier 2012
81
http://www.wikipedia.org
36
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

assez encourageant pour la conjoncture économique du pays. Le déficit public


atteint 5,2 %82 pour l'année 2011, mieux que ce qui était attendu 83. C'est le cas aussi
pour la croissance qui évita de peu la récession fin 2011, portant à 1,7% la croissance
annuelle (+0,2 au quatrième trimestre) et confortant les prévisions pour 2012 84.

Le 7 juin 2012, l'agence de notation Fitch Ratings juge le plan économique français


crédible et lui maintient sa note85.

4.4. Renforcement du pacte de stabilité


4.4.1. Grandes lignes
Les vingt-sept ministres des Finances se sont mis d'accord le 15 mars
2011 sur une réforme du pacte de stabilité dans le but de renforcer la discipline
budgétaire et d'éviter un endettement excessif 86.

 À partir d'un ensemble d'indicateurs la Commission européenne pourra


alerter sur les déséquilibres (hausse trop forte des salaires, déficit de la
balance des paiements, bulle immobilière, etc.)
 Les pays dont la dette est supérieure à 60 % du PIB devront rembourser à
raison d'un vingtième par an du différentiel entre le montant total de la
dette et le seuil des soixante pour cent.

Les sanctions. Leur déclenchement, autrefois très politique et soumis au bon


vouloir des États, sera plus encadré, plus automatique, de façon à accroître leur
crédibilité.

4.4.2. Les Critiques et le débat au parlement européen sur la question

Cet aménagement se heurte à des critiques de certains députés du


parlement européen

82
http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=37 
83
http://www.lepoint.fr du 8 février 2012
84
http://www.iris.fr le 15 février 2012
85
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/06/07/20002-20120607ARTFIG00642-fitch-menace-la-note-des-etats-unis.php  
86
« L'Union européenne donne un tour de vis à sa discipline budgétaire », sur Les Échos. Consulté le 2 avril 2012
37
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

 Pour Sylvie Goulard « on parle beaucoup de coûts unitaire du travail mais il
n'y a pas de vraie réflexion sur la manière dont on répartit la charge des
réformes entre acteurs économiques »87
 d'une façon générale au parlement européen auquel ce texte sera soumis,
plus de 2 000 amendements ont été déposés.

4.5. Traitement des crises pour 201288

Un accord a été conclu le 28 novembre 2010. Cet « accord rend possible


soit une assistance temporaire à un État solvable, soit une renégociation avec les
créanciers en cas d'insolvabilité » Le FESF (Fonds européen de stabilité financière)
devrait être remplacé par le MES (Mécanisme européen de stabilité).

Lors du Conseil européen des chefs d'État et de gouvernement de la zone


euro du 11 mars 2011, il a été décidé :

 que Le MES disposerait de 500 milliards d'euros ;


 que le MES pourra, sur la base d'un accord unanime des pays, accorder des
prêts ou acheter de la dette primaire des États dans le cadre de strictes
conditions ; c'est-à-dire que les États bénéficiaires devront s'engager à
prendre des mesures précises qui conditionneront l'octroi du prêt ou
l'intervention sur le marché primaire de la dette (c'est-à-dire sur les titres de
dette nouvellement émis) ;
 que les prêts du MESF bénéficieraient « du statut de créance privilégiée, qui
ne sera inférieur qu'à celui du FMI » ;
 qu'un pays insolvable devrait négocier un plan de restructuration global
avec ses créanciers privés dans le cadre de clauses d'action collective (CAC)
afin de revenir à un endettement supportable. La question de la solvabilité
d'un État sera examinée sur la base d'analyses de la commission
européenne, du FMI et de la BCE.

Lors d'une réunion des chefs d'États et de gouvernement du 30 janvier 2012, il a


été décidé que le MES entrerait en fonction le 08 Octobre 2012 et il devrait être
dirigé par l’allemand Klaus Regling.

87
« Le compromis à vingt-sept sur la réforme du pacte de stabilité est déjà contesté, 16 mars 2011 », sur La Tribune.
Consulté le 3 avril 2012
88
http://www.wikipedia.org
38
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Chapitre II : ANALYSE DES PERFORMANCES DES


ECONOMIES D’AFRIQUE SUBSAHARIENNES

C e chapitre, se basant sur les perspectives économiques régionales : Afrique


subsaharienne de la FMI 2012, se propose de faire une étude sur les
prouesses les plus récentes réaliser par l’ensemble des économies
d’Afrique subsaharienne. Il se décompose en trois sections. La première retrace
l’évolution macroéconomique entre 2000 et 2010, la deuxième fait une étude de la
relation économique entre l’Afrique et la zone euro et la dernière analyse risques
et vulnérabilités de l’économie actuelle sur l’Afrique subsaharienne.

II.1.  Evolutions Macroéconomiques entre 2000 et 2011

En dépit d’une conjoncture extérieure difficile, l’activité économique s’est


développée à un rythme soutenu en Afrique subsaharienne en 2011; la production
de la région a ainsi progressé de 5 %, c’est-à-dire plus vite que la production
mondiale dans son ensemble, mais bien moins vite que pendant la période
antérieure à la crise (2004–08), lorsque le taux de croissance régional avait atteint
6½ % en moyenne89.

Tableau 2.1. : Afrique subsaharienne : croissance du PIB réel

 
2004-08 2009 2010 2011
Afrique subsaharienne (total) 6,5 2,8 5,3 5,1
Dont :
Pays exportateurs de pétrole 8,6 5,2 6,6 6
Pays à revenu intermédiaire 5 -0,8 3,7 4,3
Dont : Afrique du Sud 4,9 -1,5 2,9 3,1
Pays à faible revenu 7,3 5,5 6,3 5,8
États fragiles 3,1 2,9 3,8 1,7
       
Croissance économique mondiale 4,6 -0,6 5,3 3,9
Source : PER-Avril 2012

1.1. Croissance

89
Perspectives Economiques Régionales-Afrique Subsaharienne, Avril 2012
39
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Alors que les années 80 et 90 ont été marquées par la «malédiction des
ressources», depuis 2000, la croissance du PIB par habitant a été plus forte en
moyenne dans les pays exportateurs de ressources naturelles que dans les autres
pays subsahariens, et plus forte encore dans les pays budgétairement tributaires
de leurs exportations de ressources naturelles (graphique 2.1, panneau de gauche).
Cette croissance plus rapide reflète non seulement l’évolution favorable des cours
des produits de base, mais aussi la découverte de nouvelles ressources naturelles
(en Angola, en Guinée équatoriale, en Tanzanie, par exemple). Si les très bons
résultats obtenus jusque-là se maintenaient, cela voudrait dire que les effets
pervers évoqués par les travaux sur la malédiction des ressources (coûts des cycles
expansion-contraction, érosion des capacités institutionnelles, par exemple) ont
été partiellement neutralisés ou jouent un rôle moins important.
La contribution directe de la production de ressources naturelles à l’essor de la
production économique varie beaucoup d’un pays à l’autre : prépondérante en
Guinée équatoriale et en République démocratique du Congo, elle est plus
modeste en Afrique du Sud et en Zambie (graphique 2.1, panneau de droite).
Toutefois, dans de nombreux pays, la part de la croissance générée par le secteur
des ressources naturelles est largement sous-estimée du fait que seules les
mesures se rapportant à la production sont prises en compte. Le cas de l’Angola
illustre bien ce biais : avec des recettes pétrolières représentant la quasi-totalité
des exportations de marchandises et le secteur hors ressources naturelles
produisant pour l’essentiel des produits non échangeables, c’est la forte
augmentation de la production et des recettes pétrolières qui tirent la croissance
économique, en fournissant les devises nécessaires pour financer les importations
et en facilitant l’essor de la production de marchandises non échangeables .

Tableau 2.2. : Taux de croissance du PIB réel par habitant

2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011


Pays exportateurs 8,2 4,6 4,7 6,6 4,3 2,4 3,8 3,2
du pétrole
Pays à revenu 3,6 3,8 4,2 3,5 2,7 -2 2,5 2,9
intermédiaire
Pays à revenu 2,8 3,9 3,7 3,7 3,3 2,3 3,1 2,4
faible
Pays fragiles -0,7 0,9 -0,1 0,3 0,5 0 0,9 -1,1
Source : l’auteur sur base des données PER-Avril 2012

Graphique 2.1. : Pays d’AfSS riches en ressources naturelles : contribution des


ressources naturelles et autres à la croissance du PIB réel par habitant

40
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Pays exportateurs
du pétrole
Pays à revenu
intermédiaire
Pays à revenu
faible
Pays fragiles

Source : l’auteur sur base des données PER-Avril 2012 Source : PER-Avril 2012

La croissance vigoureuse de la production qui a suivi la découverte de ressources


naturelles a sensiblement modifié la composition de la production dans les pays
exportateurs de ressources naturelles; en revanche, l’effet sur la structure de
l’emploi a été modéré. Cela est dû, entre autres facteurs, à l’intensité en capital
habituellement très de la production de ressources naturelles et indique
également qu’une forte dichotomie est en train de se dessiner dans la structure
économique, avec des secteurs à faible productivité (l’agriculture et bon nombre
de services, par exemple) qui n’évoluent quasiment pas. L’expansion du secteur
des ressources naturelles aura peu d’effets sur la pauvreté tant que des mesures
visant le principal secteur fournisseur d’emplois (l’agriculture) n’auront pas été
mises en place, notamment grâce aux revenus générés par l’exploitation des
ressources naturelles.

1.2. Résultats à l’exportation et taux de change réel

Les expériences respectives des pays subsahariens invalident parfois


l’hypothèse voulant qu’une forte croissance des exportations de ressources
naturelles soit associée à une appréciation du taux de change réel. L’étude de
l’évolution du taux de change réel des pays subsahariens exportateurs de
ressources naturelles depuis 2000 met en lumière certains profils intéressants
(graphique 2.2). Pour les exportateurs de pétrole et de cuivre/cobalt (Zambie),

41
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

cette évolution a été plus ou moins comparable à celle des prix réels à
l’exportation. Pour les deux autres groupes («exportateurs d’or» et «autres»), en
revanche, la hausse régulière de l’indice des prix des ressources ne s’est pas
accompagnée d’une appréciation notable du taux de change réel9. Les facteurs
clés qui semblent l’expliquer sont la part des revenus liés aux ressources naturelles
qui bénéficie aux acteurs nationaux (élevée chez les «exportateurs de pétrole»,
faible chez les «autres») et le poids des exportations de ressources naturelles par
rapport aux exportations totales. Le taux de change réel des pays subsahariens
non exportateurs de ressources naturelles a affiché une légère tendance à la
hausse pendant la décennie qui a débuté en 2000 (graphique 2.2, panneau
inférieur droit).

Graphique 2.2 : Afrique subsaharienne : indice des prix des ressources naturelles et
taux de change effectif réel, 2000–2011

Sources : PER-Avril 2012

42
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Sources : PER-Avril 2012

En outre, malgré des disparités importantes entre les pays, on observe que l’essor
des exportations hors ressources naturelles a été relativement faible dans bon
nombre de pays exportateurs de ressources naturelles (graphique 2.3),
notamment de pétrole. Les résultats d’exportation hors ressources naturelles ont
été particulièrement médiocres dans les pays exportateurs de pétrole, exception
faite de la République du Congo, où les exportations de sucre et autres produits de
base ont sensiblement progressé. En règle générale, les exportateurs de
ressources naturelles qui enregistrent de solides résultats à l’exportation pour
d’autres produits ne sont pas dépendants des ressources naturelles sur le plan
budgétaire; c’est le cas, par exemple, de l’Afrique du Sud, du Ghana et de la
Tanzanie. Certains pays exportateurs de ressources naturelles ont tenté de se
spécialiser en aval, dans la transformation de matières premières, notamment la
taille et l’affinage des diamants (Botswana).

Graphique 2.3 : Afrique subsaharienne : exportations totales hors ressources


naturelles, 2001–2011

43
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Sources : PER-Avril 2012

La flambée des cours des produits de base et la découverte de nouvelles


ressources peuvent être des leviers de la croissance économique, mais peuvent
aussi entraîner une brusque appréciation du taux de change réel et donc nuire
gravement à la compétitivité d’autres secteurs produisant des biens exportables,
en particulier des produits autres que les ressources naturelles. Faut-il y voir la
manifestation d’un effet pervers, d’un authentique «syndrome hollandais», ou
simplement l’évolution naturelle d’une économie se spécialisant dans les produits
pour lesquels elle possède un avantage comparatif? La réponse dépend de
plusieurs facteurs, mais surtout de l’échelle et de la durée prévue de la production
de ressources naturelles et de la capacité des secteurs qui souffrent (l’industrie
manufacturière, par exemple) à tirer parti de leurs spécificités et de leur
dynamisme pour contribuer à accélérer la croissance à moyen terme. Quand la
production de ressources naturelles menace de diminuer progressivement, faisant
de la diversification dans d’autres biens et services exportables un préalable à tout
développement à long terme, il peut être judicieux de soutenir les secteurs
dynamiques. Un premier pas dans cette direction consisterait à prendre des
mesures énergiques pour améliorer le climat des affaires, construire des
infrastructures et investir dans le capital humain.

44
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

1.3. Finances publiques90

Les pays budgétairement tributaires de leurs exportations de ressources


naturelles encaissent des recettes exceptionnelles au regard de leur PIB hors
ressources naturelles (graphique 2.4.1)

Tableau 2.3 : Recettes budgétaires hors dons


2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Pays Exportateur du 31,8 34,7 34,7 31,2 36,1 23,7 28,6 34,1
pétrole (PEP)
Pays à revenu 24,8 26,1 26,8 28,1 27,7 26,4 26 26,4
intermédiaire (PRI)
Pays à revenu faible 15 15,3 15,5 15,9 16,1 16,2 17,8 18,5
(PRF)
Pays fragiles (PF) 14,7 15,3 16,2 16,9 17,6 17,3 18,1 19,2
Source : l’auteur sur base des données PER-Avril 2012

Graphique 2.4.1 : Afrique subsaharienne : recettes budgétaires hors dons, 2004–2011


(Moyenne pondérée)

PEP
PRI
PRF
PF

Sources l’auteur sur base des données PER-Avril 2012

En revanche, les recettes moyennes des autres exportateurs de ressources


naturelles sont assez comparables à celles des pays qui n’en exportent pas. Sans
surprise, les recettes hors ressources naturelles sont moins importantes dans les
pays budgétairement tributaires de leurs exportations de ressources naturelles

90
Perspectives Economiques Régionales-Afrique Subsaharienne, Avril 2012, p.71
45
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

que dans les pays qui n’en exportent pas, et encore moins importantes que dans
les pays non subsahariens riches en ressources naturelles (graphique 2.4.2)

Graphique 2.4.2 : subsaharienne : recettes hors ressources naturelles, 2000–2011


(Moyenne pondérée)

Pays à forte intensité de ressources budgétairement tributaires de ces ressourc


Autres pays à forte intensité de ressources
Pays à faible intensité de ressources
Pays hors AfSS à forte intensité de ressources

Sources : FMI, base de données du Département Afrique; FMI, données d’enquêtes du Département de la stratégie, des politiques et
de l’évaluation.

S’agissant des «autres exportateurs de ressources naturelles», leurs recettes hors


ressources naturelles progressent depuis quelques années et sont équivalentes à
celles des pays non exportateurs de ressources naturelles.

Quand les recettes sont abondantes, les dépenses budgétaires représentent un


pourcentage important du PIB hors ressources naturelles dans la plupart des pays
budgétairement tributaires de leurs ressources naturelles, mais pas dans tous. La
majorité des exportateurs de pétrole, de même que le Botswana, affichent des
niveaux de dépenses élevés par rapport à leur PIB hors ressources naturelles
(graphique 2.4.2).

Tableau 2.4 : Dépenses budgétaires

2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011


PEP 26 23,5 24,9 26,1 28,4 30,4 31,1 30,1
PRI 26,7 26,7 26,7 27,8 29,8 32,2 31,5 31,3
PRF 21,8 22,6 22,4 22,4 22,3 23,6 25,1 26,5
46
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

PF 20,2 21,5 21,9 21 22,9 24,5 26,8 29,3


Source : l’auteur sur base des données PER-Avril 2012

Graphique 2.4.3 : Afrique subsaharienne : dépenses budgétaires, 2000–2011


(Moyenne pondérée)

PEP
PRI
PRF
PF

Source : l’auteur sur base des données PER-Avril 2012

Par comparaison, les dépenses du Cameroun, de la Guinée Equatoriale et de la


République démocratique du Congo sont plus modérées, ce qui reflète le faible
niveau des recettes minières et donc une marge de manœuvre budgétaire plus
étroite. Les différences de niveaux de dépenses entre les «autres exportateurs de
ressources naturelles» (dont les recettes minières sont relativement modestes) et
les autres économies subsahariennes sont négligeables.
1.4. Indicateurs sociaux dans les pays exportateurs de ressources naturelles 91

Les différentes expériences nationales montrent que, dans les pays en


développement, le fait de disposer de ressources naturelles abondantes ne se
traduit pas forcément par une pauvreté moindre et de meilleurs indicateurs
sociaux par rapport aux pays qui se trouvent dans une situation comparable, mais
sont pauvres en ressources naturelles. Toute une série de travaux se sont penchés
sur le phénomène de la «malédiction des ressources», c’est-à-dire sur le fait que les
découvertes de nouveaux gisements et les flambées des cours dans le secteur des
91
Perspectives Economiques Régionales-Afrique Subsaharienne, Avril 2012, p.73-77
47
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

ressources naturelles ont pour effet pervers à terme de ralentir la croissance


économique92.

D’autres chercheurs ont constaté que, si l’exploitation des ressources naturelles


peut effectivement stimuler la croissance du PIB, il arrive aussi que les bénéfices de
la croissance qui en découlent ne profitent qu’à une petite élite et que l’immense
majorité de la population en soit exclue. Nous cherchons ici à établir si la
croissance économique enregistrée ces dernières années par les pays exportateurs
de ressources naturelles s’est traduite par une amélioration significative des
niveaux de vie.

Premièrement, il convient de noter que le PIB par habitant peut ne pas être une
bonne mesure des revenus bénéficiant à la population des économies riches en
ressources naturelles et que les taux de croissance du PIB sont donc à interpréter
avec prudence. Comme l’extraction des ressources naturelles passe généralement
par des entreprises, des capitaux et du personnel qualifié étrangers, une part non
négligeable de la valeur des ressources produites revient à des acteurs étrangers
plutôt que nationaux.

Le graphique 2.5 montre d’ailleurs que l’écart entre le PIB et le revenu national
brut (RNB) est relativement important dans les pays producteurs de pétrole, mais
beaucoup moins dans les pays exportateurs d’autres ressources naturelles ou dans
les économies pauvres en ressources naturelles. Comme on peut s’y attendre,
l’écart est très marqué dans les économies où la part du secteur pétrolier dans le
PIB est élevée (Guinée équatoriale et République du Congo, par exemple).

Graphique 2.5 : Afrique subsaharienne : PIB moins RNB par habitant, pour les années
indiquées93

92
Les pays de la région jugés victimes de la «malédiction des ressources» sont, par exemple, l’Angola, le Nigéria, la
République démocratique du Congo et la Sierra Leone; le Botswana est souvent cité comme exemple de pays ayant tiré
des avantages considérables de ses richesses minérales.
93
Angola, Burundi, Comores, Guinée équatoriale, Ghana, Guinée-Bissau, Libéria, Niger, Nigéria, République du Congo et
Rwanda : 2000; Malawi : 2000–01; Togo : 2000–04; Bénin : 2000–05; Burkina Faso, Cap-Vert, Mali, République
centrafricaine, Seychelles et Tchad : 2000–06; Érythrée, Gambie, Madagascar et Zambie : 2000–07; dans tous les cas, les
années retenues sont fonction de la disponibilité des données. Les données sur le RNB n’étaient pas disponibles pour
São Tomé-et-Príncipe. Le Libéria et le Lesotho ne sont pas inclus en raison d’incohérences dans les données .
48
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Source : Banque mondiale, Indicateurs du développement dans le monde.

Même dans ce cas, on constate que le RNB par habitant en Afrique subsaharienne
est en moyenne plus élevé dans les pays exportateurs de ressources naturelles
que dans les pays n’en exportant pas, même si, en moyenne, cet avantage ne se
traduit pas par une progression sensible de l’indice de développement
humain(IDH) (graphique 2.6)94. Il est risqué d’accorder trop d’attention aux
comparaisons de moyennes concernant des groupes de pays très hétérogènes en
termes de niveau de revenu. En revanche, les moyennes générales et les
comparaisons entre pays (Angola et Ghana, par exemple) justifient les
préoccupations qui s’expriment fréquemment quant à l’inégalité des revenus dans
les pays riches en ressources naturelles.

Graphique 2.6 : Afrique subsaharienne : principaux indicateurs de développement,


2010

94
L’indice de développement humain est un indice composite qui mesure les résultats moyens pour trois aspects
fondamentaux du développement humain, à savoir la perspective de vivre longtemps et en bonne santé, le savoir et un
niveau de vie décent.
49
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Source : Banque mondiale, Indicateurs du développement dans le monde.

Les comparaisons internationales corroborent l’hypothèse qu’une accélération de


la croissance, en tout cas dans les pays exportateurs de pétrole, ne se traduit pas
forcément par des améliorations plus rapides du bien-être social (graphique 2.7).
Toutefois, il est probable que l’IDH évolue avec un temps de retard par rapport aux
niveaux de revenus; par conséquent, seule une analyse conduite sur une période
beaucoup plus longue permettrait de formuler des conclusions valables. Il
convient de noter que plusieurs exportateurs de pétrole dont le PIB a enregistré
une croissance soutenue ont vu leur IDH progresser de façon significative
(l’Angola, par exemple); en l’occurrence, il est indéniable que la croissance du PIB
contribue au progrès social, mais pas autant que dans les pays non exportateurs
de ressources naturelles.

Graphique 2.7 : Afrique subsaharienne : principaux indicateurs de développement,


2005-2010

50
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Source : Banque mondiale, Indicateurs du développement dans le monde.

L’évolution d’un certain nombre d’indicateurs sociaux au cours de la période


2000–209 dessine un tableau contrasté des résultats respectivement obtenus par
les exportateurs de ressources naturelles et les autres pays (graphique 2.8). Chez
les premiers, la croissance plus rapide s’est accompagnée de progrès plus
importants en termes de vaccination contre la rougeole, mais d’améliorations
moins sensibles en matière d’alphabétisation, de mortalité infantile et de
scolarisation que dans les économies pauvres en ressources naturelles.

Graphique 2.8 : Afrique subsaharienne : indicateurs sociaux et abondance des


ressources naturelles, 2000–2009

51
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Source : PER-Avril 2012

Source : PER-Avril 2012, Banque mondiale, Indicateurs du développement dans le monde.

1.5. Qualité des institutions et abondance des ressources

52
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

De nombreuses données empiriques confirment le postulat que de bonnes


institutions contribuent à de meilleurs résultats économiques dans les pays en
développement95. On peut conclure intuitivement que le renforcement des
capacités institutionnelles (se traduisant par la primauté du droit, le faible niveau
de corruption, etc.) contribue à doper la croissance en rendant les perspectives
des investisseurs privés moins incertaines, en dissuadant davantage le gaspillage
lié à la recherche de rentes et, sans doute, en assurant un meilleur rendement des
investissements publics.

Cette section présente brièvement quelques faits stylisés concernant la qualité des
institutions dans les pays subsahariens exportateurs de ressources naturelles, tout
en rappelant que ce groupe englobe des pays aussi divers que l’Afrique du Sud et
la République démocratique du Congo. Nous nous appuyons en particulier sur trois
mesures discrètes de la qualité institutionnelle (maîtrise de la corruption, primauté
du droit et efficacité de l’État)96.

Il existe une corrélation négative entre la dépendance à l’égard des ressources


naturelles et la qualité des institutions chez les exportateurs de ressources
naturelles de la région, mais le lien de cause à effet est loin d’être clair. Les mauvais
résultats que la République démocratique du Congo et l’Angola — deux pays
riches en ressources naturelles — obtiennent en matière de qualité des institutions
s’expliquent-ils par leur dotation en ressources naturelles ou par les ravages de la
guerre civile? Et si les conflits angolais et congolais ont duré aussi longtemps, est-
ce en raison de la concurrence qui s’exerçait, à l’intérieur et à l’extérieur du pays,
pour le contrôle des ressources naturelles? Identifier la manière dont l’abondance
des ressources naturelles influe sur le développement des institutions n’est pas
aussi facile qu’il pourrait paraître. Plus encourageantes, les données recueillies
pour les trois indicateurs semblent montrer que les exportateurs de ressources
naturelles améliorent leurs institutions plus vite que les autres économies
d’Afrique subsaharienne. Plus précisément, un pourcentage plus important de
pays riches en ressources naturelles ont vu progresser chacune des trois mesures
de la qualité institutionnelle entre 2000 et 2009 (graphique 2.9, panneau de
gauche) et le pourcentage de pays ayant enregistré des progrès dans les trois
catégories est plus important chez les exportateurs de ressources naturelles que
dans les autres groupes (graphique 2.9, panneau de droite).
95
Voir, par exemple Alesina et al. (1992), Mauro (1996) et Barro (1997). Voir, entre autres, les études de Goldsmith
(1998), Nkurunziza et Bates (2003), et Iimi (2006) pour l’Afrique.
96
Les données proviennent des indicateurs mondiaux de la gouvernance publiés par la Banque mondiale (Worldwide
Governance Indicators); pour plus de détails, voir Kaufmann, Kraay et Mastruzzi (2010).
53
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Graphique 2.9 : Afrique subsaharienne : évolution récente de la qualité des


institutions

Source : calculs des services du FMI d’après les Indicateurs de gouvernance dans le monde de la Banque mondiale. Voir
Kaufmann, Kraay et Mastruzzi (2010).

1.6. Des avancées dans la lutte contre la pauvreté

Des estimations récentes de la Banque mondiale confirment que la baisse


tendancielle de l’indice de pauvreté depuis le milieu des années 90 s’est poursuivie
jusqu’à la fin de la décennie 2000. Si l’on prend comme référence un seuil de
pauvreté de 1,25 dollar par jour calculé aux prix de 2005, la proportion estimative
de la population de la région qui vit dans la pauvreté est tombé de 56,5 % en 1990 à
47,5 % en 2008. Mais, en ce qui concerne le premier objectif du Millénaire pour le
développement (OMD), à savoir la réduction de moitié des taux de pauvreté, la
région a encore beaucoup de chemin à parcourir et reste la partie du monde où
l’incidence de la pauvreté est, de loin, la plus forte (graphique 1.14). Compte tenu
des progrès accomplis ces dernières années dans la réduction de la pauvreté,
l’Afrique subsaharienne, comme l’Asie du Sud, n’atteindra pas l’OMD en question à
l’horizon 2015.

Graphique 2.10 : Afrique subsaharienne : indice de pauvreté sur la base d’un seuil de
pauvreté de 1,25 dollar par jour.

54
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Source : Banque mondiale, Indicateurs du développement dans le monde

II.2. La relation économique entre l’Afrique et la zone euro

Il existe une vaste littérature économique qui montre l’Afrique est très
dépendante, en général, des pays de la zone euro qui joue un rôle clef 97 dans
l’intégration du continent africain dans l’économie mondiale. Ainsi, La crise de la
dette souveraine dans la zone euro, présente le risque de baisse le plus grave pour
l’économie mondiale et pour l’Afrique en particulier sur le commerce, les
investissements directs étrangers, les envois de fonds et les aides. 98 Et, on
annonce aussi un ralentissement des recettes touristiques et bien d’autres
secteurs.

 Impact sur le commerce

On annonce un impact immédiat et direct sur le commerce car la crise de la


zone euro pourrait avoir deux effets antagonistes sur les exportations des
économies africaines : un effet de demande négatif et un effet prix favorable aux
exportations africaines libellées en euro. L’UE s’impose, prise dans son ensemble,
s’impose comme le premier partenaire commercial de l’Afrique, absorbant environ

97
CEPII, N0 322, 26 juin 2012, p.1
98
Rapport économique sur l’Afrique 2012, «  Libérer le potentiel de l’Afrique en tant que pôle de croissance mondiale »
55
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

37% des exportations africaines, hors pétrole. 99 La dépendance commerciale vis-à-


vis de l’Europe est particulièrement importante en Afrique du nord et dans les
économies des petites iles. La baisse de la demande extérieure pourrait avoir des
effets importants en termes d’emploi dans les industries exportatrices et freiner
ainsi la demande intérieure et la croissance économique des pays africains
exportateurs.

La baisse de l’euro pourrait, à l’inverse, avoir des effets positifs sur le commerce
des pays exportateurs de la zone CFA. L’attachement des pays de la zone franc à
l’euro pourrait leur permettre de relancer la compétitivité-prix de leurs produits à
l’export. En ce qui concerne les importations, beaucoup des produits importés par
la zone CFA, tels que le pétrole, fuel, etc., sont libellés en dollars. La dépréciation
de l’euro pourrait ainsi un effet négatif sur le déficit de la balance commerciale car
nous aurions d’une part une baisse des exportations pénalisées par un effet prix
négatif, et d’autre part un gonflement des importations libellées en dollar.

 Un effet incertain sur les investissements directs étrangers


Il est vrai que les APD représentent toujours la principale source de
capitaux pour beaucoup de pays africains. Cependant, les investissements directs
étrangers (IDE) à destination de l’Afrique ont beaucoup progressé depuis 2002 et
participent de façon importante au financement des infrastructures et du secteur
minier.

Pour la CNUCED100, les troubles politiques qui ont lieu en Egypte, en Tunisie et en
Lybie, ainsi que la conjoncture économique mondiale difficile ont entrainé pour la
3ème année consécutive une baisse des IDE vers l’Afrique en 2011. Par exemple, les
IDE à destination du Maroc (dont 96% proviennent de la zone euro ont diminué de
26,9% en 2011.

 Une réduction de l’aide publique au développement allouée par la zone euro

Bien que de nouveaux acteurs de la coopération émergent en Afrique,


notamment la Chine101, les Etats-Unis et l’Europe demeurent les principaux bailleurs
99
CEPII, op. cit., p.2
100
CEPII, op. cit., p.2
101
Même si l’aide Chinoise a augmenté de façon très importante dans les flux d’aide bilatéraux à destination
de l’Afrique, celle-ci reste uniquement orientée vers les pays africains qui ont des exportations stratégiques
pour la Chine. Ainsi, une minorité de pays africains en bénéficient.
56
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

de l’Afrique. D’après l’OCDE, l’aide publique au développement (APD) à


destination de l’Afrique a augmenté en 2010 de 3,6% par rapport à 2009, atteignant
ainsi un montant global de 29,3 milliards de dollars et environ 45% de cette
provient de la zone euro102.

L’intensification de la crise de la dette a mené certains pays de la zone euro à


réduire les montants d’aide alloués, qui jadis dominé même au niveau mondiale par
les pays européens, et d’après l’OCDE, c’est pour la première fois depuis 1997 que
ce chiffre a diminué de 2,7% en 2011 (en valeur réelle).

Ce recul de l’aide a été particulièrement marqué en Grèce et en Espagne


respectivement de (-39,3%) et (-32,7%).103 La France, elle, a reculé au 4ème rang
mondial suite à la baisse de 5,6% de son APD en 2011. Cette tendance persistant en
2012 pénalise les pays africains les plus dépendants de l’APD provenant de la zone
euro, tels que le Libéria, la République du Congo, la République Démocratique du
Congo et le Mozambique (dont les montants d’aide reçus de la zone euro
atteignaient respectivement 35%, 9%, 8% et 6% en 2010).

 Les envois de fonds des migrants plutôt résilients104

Selon la Banque Mondiale, l’Afrique aurait reçu 40 milliards de dollars US


sur les 325 milliards que les migrants ont envoyés vers les pays en développement
en 2010. Du fait de sa proximité géographique et de ses liens historiques avec
l’Afrique, l’Europe reste une destination privilégiée par les migrants africains et
constitue ainsi une des principales régions émettrices de transferts à destination
des ménages africains. En 2010, les principaux pays de la zone euro émetteurs de
transferts à destination des pays africains étaient la France, l’Espagne, l’Italie et le
Portugal (avec respectivement 42%, 16%, 15,5% et 7% des transferts en provenance
de cette zone).

La dégradation de la situation économique en Europe est susceptible d’avoir un


effet direct sur les montants individuels de transférés en Afrique et indirect à
travers leur retour dans leur pays d’origine (faute d’avenir en Europe ou suite au
durcissement des politiques migratoires).

102
CEPII, Idem
103
Idem
104
CEPII, op. cit., p.2-3
57
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Avec en 2010 des transferts d’argent en provenance de la zone euro représentant


respectivement environ 6%, 5% et 4% de leur PIB, le Maroc, le Cap-Vert et le Sénégal
seraient les Etats africains les affectés par un éventuel tarissement de ces flux.
Certains pays risquent de pâtir également de l’appréciation de leur monnaie par
rapport à l’euro, qui diminue la valeur de la monnaie locale des transferts en euros.
Cependant les transferts des migrants tendent à être beaucoup plus volatiles et
dépendants de la conjoncture économique que les autres flux des capitaux privés.
Ainsi, dans l’année qui a suivi l’éclatement de la crise financière de 2008 par
exemple, les transferts mondiaux n’ont diminué que de 5,2% contre 39,7% pour les
IDE.

 Un ralentissement des recettes touristiques

Il est sans ignorer qu’à l’échelle continentale, le secteur touristique n’est


réellement développé que dans un petit nombre de pays. Bien que les
infrastructures du tourisme soient peu développées en Afrique, l’OMT
(Organisation Mondiale du tourisme) estime que les arrivés de touristes
internationaux en Afrique sont passées de 27 à 50 millions entre 2000 et 2010 et
que les recettes provenant du tourisme international auraient triplé en l’espace de
dix ans, passant de 10 à 30 milliards en 2010 105.

Le tourisme africain a cependant connu un ralentissement en 2010-2011 ce qui


s’explique davantage par les événements internes (les révolutions arabes) que par
la conjoncture internationale, l’OMT prévoit une baisse du nombre de touristes
européens dans certains pays d’Afrique du fait de la crise économique (le Kenya
connaît déjà une baisse de la fréquentation des touristes français de 10% depuis
l’an dernier) ; cela pourrait être encore une mauvaise nouvelle pour les petites
économies insulaires qui, déjà particulièrement exposées aux risques
commerciaux, sont fortement dépendantes de la fréquentation des touristes en
provenance d’Europe106.

II.3. Risques et vulnérabilités de l’économie actuelle sur l’Afrique


subsaharienne107

105
CEPII, op. cit., p.3
106
Idem
107
Perspectives économiques mondiales Janvier 2012, p.1-2
58
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

La croissance reste exposée à des risques de dégradation : l’intensification


des incertitudes liées à la crise de la dette dans la zone euro pourrait en effet
grever la croissance en Afrique subsaharienne de 1,3 point de pourcentage en 2012,
les exportations de marchandises, les recettes du tourisme, les cours des produits
de base, les investissements directs étrangers et les envois de fonds des
travailleurs émigrés, qui sont tous d’importants moteurs de la croissance,
demeurant hautement vulnérables.

 Sur les Échanges

Le net ralentissement en Europe aura des répercussions notables sur


les échanges de la région, puisque les États membres de l’Union européenne
importent quelque 37 % des produits non pétroliers exportés par la région.
Toutefois, ces répercussions varieront en fonction de l’exposition de chaque pays
aux économies européennes les plus durement touchées et de la composition de
leurs exportations. Les exportateurs les moins diversifiés et les exportateurs de
pétrole, de métaux et de minéraux pourraient être plus vulnérables que les
exportateurs de produits agricoles.

 Cours des produits de base

Quelque 70 % des recettes d’exportation de la région proviennent des


produits agricoles, du pétrole et des métaux et minéraux, qui sont tous à la merci
d’un repli des cours. En Angola et au Congo, où la contribution du secteur pétrolier
au PIB dépasse les 60 %, un recul de 10 % des cours du pétrole pourrait se traduire
par une baisse du PIB de, respectivement, 2,7 et 4,4 %. Au Nigéria, où ce secteur
entre pour 15 % dans le PIB, un recul de même ampleur pourrait grever la
croissance de 1,8 %. En outre, des chocs négatifs sur les termes de l’échange sont
susceptibles d’induire une vive dépréciation des monnaies nationales, ainsi qu’un
risque de hausse de l’inflation. Néanmoins, une chute des cours du pétrole serait
bénéfique pour les importateurs de pétrole de la région.

 Envois de fonds des travailleurs émigrés

Un déclin marqué des envois de fonds des travailleurs émigrés, alors


qu’ils soutiennent les dépenses des ménages et les monnaies nationales,
pourraient assombrir les perspectives de croissance. La Banque mondiale estime
que ces transferts de fonds progresseront à 24 et 26 milliards de dollars
59
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

respectivement en 2012 et 2013. Cependant, si le ralentissement économique


mondial devait s’aggraver, les envois de fonds pourraient chuter. Le Cap-Vert, le
Sénégal et la Guinée-Bissau sont les pays les plus tributaires d’envois de fonds en
provenance des pays fragiles de la zone euro (et dont les taux souverains sont
assortis à ce titre de fortes primes de risque).

 Risques internes

Les perturbations de l’activité économique liées à la tenue d’élections


constituent un risque notable. Toutefois, en 2011, un tiers des pays de la région a
tenu des scrutins présidentiels, sans que cela ne perturbe l’activité économique
nationale. Les aléas météorologiques sont eux aussi source de risque. Comme
l’agriculture participe au PIB à hauteur d’environ 20-40 % dans la plupart des pays
d’Afrique subsaharienne, une pluviosité défavorable peut avoir des répercussions
significatives non seulement sur le secteur agricole, mais aussi sur les services et
l’industrie, étant donné que la production d’électricité est fortement dépendante
de sources hydrauliques.

60
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Chapitre III : RELATION CRISE DE LA DETTE DE LA


ZONE EURO-CROISSANCE ECONOMIQUE DE
L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE

I l sera question dans ce chapitre de discuter empiriquement de la


relation entre les canaux de transmissions de la crise de la dette de la
zone euro et la croissance économique de les pays en voie de
développements d’Afrique subsaharienne. Ainsi, nous servant d’un modèle
économétrique car celui-ci est vue comme mesure de l’économie, constitue l’outil
privilégié permettent de ressortir quantitativement la résonnance entre les
variables économiques pris théoriquement. De ce fait, ce chapitre sera donc
subdivisé en deux parties, la première présentera le cadre d’analyse et la
méthodologie et enfin, la deuxième partie sera consacrée à l’estimation ou mieux
à la spécification du modèle économétrique et interprétations des résultats.

III.1. Cadre d’analyse et méthodologie

3.1.1. Cadre d’analyse

Cette section consiste à spécifier le modèle à utiliser, à présenter et à explorer les


données usitées. Avant de procéder à la spécification du modèle, nous nous
proposons de rappeler la problématique de l’étude qui se résume aux
interrogations ci-après :

 Quelles sont les canaux de transmission de la crise de la dette de la zone


euro vers l’Afrique ?
 Est-ce que ces variables influent-elle sur la croissance économique des pays
en voie de développements de l’Afrique subsaharienne?

Etant donné la revue de la littérature utilisée pour mener notre étude nous avons
choisi les variables vues dans le tableau ci-après en prenant comme sur les
données statistiques de la Banque mondiale (World Bank Indicators, 2012) allant
de 1980 à 2011.

61
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Tableau 3.1 : Nature et Justification des variables


Variables Explication Type de Mesure
variable

Le taux de Nous avons choisi pour cette variable d'utiliser le


croissance du taux de croissance annuel du produit intérieur
brut (PIB). Il est ici considéré comme la mesure Variable à Croissance du PIB
produit intérieur
prédire en % annuel
brut des performances économiques au cours d’une
période donnée. Autrement dit, il mesure
[T(x)PIB] l’ensemble des richesses créées au cours d’une
période donnée.

La Balance La balance commerciale est la différence entre les


Commerciale valeurs des exportations et des importations de
Variable Solde de la
[BCOMM] biens et de services, sur une période donnée.
Elle forme la partie la plus importante de la prédictive balance
commerciale en %
balance des paiements. Lorsque son solde est
positif, on parle d’ « excédent commercial » ou de du PIB
balance commerciale excédentaire et dans le cas
contraire, on parle de balance déficitaire.
L’IDE est défini comme le transfert des capitaux
à l’étranger108. Cependant, dans l’usage courant,
notamment celui du Fonds Monétaire
International et de l’Organisation de Coopération Variable L’investissement
et de Développement Economiques, en sigle prédictive direct étranger en
L’investissement l’OCDE, la notion de l’investissement direct % du PIB
direct étranger étranger prend un sens plus large et se réfère à
[IDE] toute transaction par laquelle un acteur étranger
prend durablement le contrôle des actifs
nationaux. Nous avons choisi cette variable afin
de capter les flux des investissements provenant
de l’extérieur durant une période.
Elle correspond au contrat d’aide en direction des
pays en développements et d’institutions
L’aide publique au multilatérales émanant d’organismes publics. Variable L’aide publique au
développement Nous utiliserons cette variable pour capter les prédictive développement
[APD] flux d’aides aux développements au cours d’une nette entrant en %
année vers les pays en développements d’Afrique PIB
subsaharienne.

C’est envoie transfrontalier de fonds, de la part


d’un individu qui travail dans un pays étranger à
Les Transferts des une autre personne vivant dans le pays d’origine. Variable en % du PIB
migrants [TRANSF] prédictive
Ces transferts représentent une fraction des

108
LOLINGA L., Notes de Cours d’entreprises multinationales, l1fase, UPC, Kinshasa.
62
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

sommes gagnées par le labeur du travailleur


migrant, et sont envoyés principalement à des
membres de sa famille.

L’inflation est la hausse du niveau général de


manière continue. C’est un phénomène qui
Variable Le taux d’inflation
rétrécit le pouvoir d’achat de la population,
L’inflation [TINFL] désarticule l’économie et engendre une prédictive
perversion des valeurs sociales du fait que les
activités productives sont abandonnées au profit
des activités spéculatives, ce qui entrave la
hausse de la productivité.
Source : l’auteur

3.1.2. Méthodologie

Cette étape se distingue également par la place car la validité d’une étude
économétrique dépend de la pertinence de la spécification du modèle estimé.
Ainsi, pour mener à bien notre étude et expliquer comment les variables se sont
comportées durant la période d’étude, nous avons choisi d’utiliser un modèle très
sophistiqué dit (Vecteur auto régressif).

PRESENTATION DU MODELE DE VECTEURS AUTO REGRESSIFS (VAR)

L’approche structurelle de la modélisation des séries chronologiques utilise la


théorie économique pour modéliser la relation entre les variables étudiées.
Malheureusement, la théorie économique n'est souvent pas assez riche pour
fournir des spécifications dynamiques qui identifient toutes ces relations. En outre,
l'estimation et l'inférence sont compliquées par le fait que les variables endogènes
peuvent apparaître dans les deux les membres (gauches et droits) des équations
structurelles.

Ces problèmes mènent à une alternative pour modéliser la relation entre plusieurs
variables.
Depuis un temps, les modèles autorégressifs vectoriels (VAR) sont largement
utilisés. Leur popularité est due à leur caractère flexible et leur facilité d’utilisation
pour produire des modèles ayant des caractéristiques descriptives utiles. Il est
aussi facile de les utiliser pour tester des hypothèses économiques. Au cours des

63
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

deux dernières décennies, les modèles VAR ont été appliqués à de très nombreux
échantillons de données et ont fourni une bonne description des interactions entre
les données économiques.

Le modèle VAR repose sur l’idée selon laquelle toutes les variables présentes dans
un modèle sont endogènes et les erreurs de chaque équation sont corrélées.

La conception de base de la modélisation VAR est de relier les variables dans un


vecteur autorégressif d’un donné mettant les variables dans un cadre relationnel.
D’autre part, à cause de la particularité de ses différentes parties aléatoires, la
modélisation VAR est utilisée dans le cadre de l’analyse des impacts et de la
causalité.

FORME FONCTIONNELLE DU MODELE VAR109

Soit un modèle VAR à k variables ayant p décalages, noté VAR(p). La


représentation générale de ce modèle sera écrite comme suit :

P P P
Y 1 t =a01 + ∑ a 11i Y 1 t−i + ∑ a 21i Y 2 t−i +…+ ∑ ak1 i Y kt −i +v 1 t
i=1 i=1 i=1

P P P
Y 2 t =a + ∑ a Y 1 t−i + ∑ a Y 2 t−i +…+ ∑ ak2 i Y kt−i + v 2t
0 1 2
2 2i 2i
i=1 i=1 i=1

P P P
Y kt =a0k + ∑ a1ki Y kt−i + ∑ a 2ki Y 2 t−i +…+ ∑ akki Y kt −i+ v kt
i=1 i=1 i=1

L’expression générale sous forme matricielle sera :

Y t = A0 + A2 Y t−2 +…+ A p Y t− p +v t

y1 t a111 … ak1 p a01 v 1t

y kt [] [
Avec:Y t = ⋮ ; A p = … … … ; A 0= ⋮ ; v t = ⋮  
a1k 1 … akkp a0k v kt] [] []
L’utilisateur de l’operateur de retard L permet d’écrire sous forme :

Y t − A1 BY t −A 2 B2 Y t −…− A p B p Y t =A 0 +v t

Soit :  ¿

109
E. KINTAMBU, op.cit., pp. 231.
64
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Le modèle VAR(p) sera stationnaire si le polynôme défini par le déterminant :

|(I −A 1 h− A2 h2−…− A p h p)|=0


Donne des racines qui sont à l’extérieur du cercle unitaire du plan complexe.

La détermination du nombre de décalages dans le modèle ci-haut se fait sur la base


des critères d’Akaike et de Schwarz.

L’approche structurelle de la modélisation des séries chronologiques utilise la


théorie économique pour modéliser la relation entre les variables étudiées.
Malheureusement, la théorie économique n’est souvent pas riche pour finir des
spécifications dynamiques qui justifient toutes ces relations. En outre, l’estimation
et l’inférence sont compliquées par le fait que les variables endogènes peuvent
apparaitre dans les membres (gauche et droits) des équations structurelles 110.

Dans l’utilisation des techniques quantitatives pour la prévision, les modèles uni-
équationnels ont été peu à peu laissés de côté au profit des modèles simultanés
multi-équationnels. Ainsi dans les modèles simultanés, certaines variables sont
considérées comme endogènes et d’autres comme exogènes. Pour estimer ces
modèles simultanés, l’on doit s’assurer au préalable de l’identification de chaque
équation du modèle. A cet effet des restrictions étaient imposées sur :
- Des paramètres avec notamment le principe de normalisation ;
- Les variables dont quelques-unes devraient être absentes dans certaines
équations.

Or, le principe de simultanéité peut être discutable. En effet, s’il y a véritablement


simultanéité dans les relations d’un modèle, logiquement il n’y aurait pas eu lieu
de faire la distinction entre variables endogènes et variables exogènes ; toutes les
variables devraient être considérées comme endogènes.

Sur base de toutes ces considérations, une nouvelle classe d’économètres s’est
mise à la recherche d’autres formes fonctionnelles plus adéquates. C’est dans ce
contexte que survint la modélisation vectorielle autorégressive (VAR), qui tente de
relier les variables en se basant sur l’évolution des données-elles-mêmes.

La conception de base de la modélisation VAR est de relier les variables dans une
vectrice auto régressive d’un ordre donné mettant les variables dans un cadre
relationnel. D’autre part, à cause de la particularité de ses différentes parties

110
KINTAMBU.M.E.G.(2004), Principes d’économétrie, 3ème Edition, Presses de l’Université Kongo, Mbanza-Ngungu,P.222
65
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

aléatoires, la modélisation VAR est utilisée dans le cadre de l’analyse des impacts
et de la causalité.

De ce fait, le modèle VAR repose sur l’idée selon laquelle toutes les variables
présentes dans le modèle sont endogènes et les erreurs de chaque équation sont
corrélées.

De tout ce qui précède, nous disons que la résolution de nos séries temporelles
par le modèle « VAR » se fera à travers les étapes suivantes :

- Vérification de la stationnarité ;
- Détermination du nombre de retard (décalage) optimal du modèle VAR ;
- Estimation des paramètres du modèle ;
- Teste de la causalité de Granger ;
- Analyse de dynamique du VAR et prévision.

III.2. Spécification du modèle et estimations

Sur base des hypothèses de base qui sous tendent notre réflexion économique,
nous avons formalisé notre raisonnement théorique par le modèle économétrique
de la manière ci-après :

T ( X ) PIBt =δ 0 +δ 1 BCOMM t +δ 2 IDEt + δ 3 APD t + δ 4 TRANSF t + δ 5 TINFL t

III .2 .1 .Tests de stationnarité

Cependant, le test de stationnarités de Dickey-Fuller Augmenté (ADF) et Philips


Perron (PP) seront faits pour vérifier la stationnarité des variables. Le traitement
d'une série chronologique exige la connaissance de leurs caractéristiques
stochastiques. Si ces caractéristiques c'est-à-dire son espérance et sa variance se
trouvent modifiées dans le temps, la série chronologique est considérée comme
non stationnaire ; dans le cas d'un processus stochastique invariant, la série
temporelle est alors stationnaire111.

111
Bourdonnais R(2006), économétrie manuel et exercices corrigés, 7ème édition Dunod, Paris p221
66
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Etant donné que nous travaillons sur des séries chronologiques, il est nécessaire
d’analyser la stationnarité112 de celle-ci  .Si la série initiale n’est pas stationnaire, il
faudra vérifier cette condition pour sa différence première et éventuellement, pour
la différence seconde. Le premier test est le test usuel de racine unitaire de Dickey-
Fuller(ADF). Ce test prend en compte uniquement la présence d’auto corrélation
dans les séries. L’hypothèse nulle est la présence de racine unitaire (non
stationnaire).

L’application du test ADF exige la connaissance du nombre des décalages (lags)


optimal. La détermination de ce dernier se fait sur base des critères d’AKAIKE
(AIC) et SCHWARTZ (SC) donnés par les formules ci-après :

Le retard p qui minimisera les deux critères sera retenu comme nombre de
décalages optimal.

SC(P) =Ln ¿

Avec k = le nombre des paramètres du modèle ;

T = la taille de l’échantillon ;

∑e = la matrice des variances covariances des résidus.

AIC(P )=L n¿

Le deuxième test est celui de Phillips-Perron(PP). Ce test est construit sur une
correction non paramétrique des statistiques de Dickey-Fuller pour prendre en
compte les erreurs hétéroscédastiques.

Tableau 3.2. Test PP sur séries stationnaires

Variables étudiées TEST PP CONCLUSION


STAT ADF Valeur Critique
de Mackinnon
(au seuil de 5%)
IDE -2,568905 -3,568379 Non stationnaire
Taux d’inflation -3,162950 -3,568379 Non stationnaire
Balance commerciale -2,082288 -3,568379 Non Stationnaire
Taux de croissance du PIB -3,506906 -3,568379 Non Stationnaire
APD -2,267309 -3,568379 Non Stationnaire
Transfert -2,398700 -3,568379 Non Stationnaire

112
Une série est stationnaire si elle ne comporte ni tendance, ni saisonnalité et plus généralement, aucun facteur
évoluant avec le temps. Mathématiquement, on dira qu’un processus stochastique Xt est stationnaire si : ‐ E (Xt) = E
(Xt+h) =μ quels que soient t et h, la moyenne est constante et indépendante du temps; ‐la variance est finie et
indépendante du temps; ‐la covariance est indépendante du temps.
67
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Source : l’auteur

Ce tableau nous renseigne des variables non stationnaire et des méthodes


appropriées pour la stationnarisation.

Tableau 3.3. Test PP sur séries stationnaires

Variables étudiées TEST PP CONCLUSION


STAT PP Valeur Critique
de Mackinnon
(au seuil de 5%)
IDE -9,154669 -3,568379 Stationnaire
Taux d’inflation -7,433469 -3,568379 Stationnaire
Balance commerciale -6,961606 -3,568379 Stationnaire
Taux de croissance du PIB -5,540226 -3,568379 Stationnaire
APD -5,200322 -3,568379 Stationnaire
Transfert -6,790655 -3,568379 Stationnaire
Source : l’auteur

Apres ces tests nous avons stationnarisé quatre variables soit [DT(x)PIB],
[DTRANSF], [DBCOMM], [DAPD], [DIDE] et [DTINFL]. De ce fait, nous le modèle à
vecteur auto régressif (VAR) peut donc être utilisé . Cependant avant cela nous
devons d’abord déterminer le retard optimal.

III.2 .2. Détermination du nombre de retard (décalage) optimal du modèle

Après l’étude de stationnarité d’une série, il faut déterminer l’ordre de


décalage des variables explicatives pour analyse le décalage nous allons nous
servir du modèle VAR (Modèle Vectoriel Autorégressif).

La détermination du décalage optimale se fait par la minimisation des critères


Akaike (AIC), Schwarz (SC).

Par parcimonie nous choisissons le modèle qui contient le moins de paramètre


possible : c’est le modèle VAR qui aura le plus faible décalage. C’est le modèle
estimé avec 1 décalage.

Pour ce faire, l’on estime un nombre donné de modèle VAR et l’on construit un
tableau qui reprend les critères AIC et SC de la dernière partie de l’output de
chaque modèle estimer et à partir de ce tableau nous pouvons, par ligne,
minimiser les critères AIC et SC ; pour obtenir le décalage optimal du modèle VAR.
Lag AIC SC
1 14,64100 16,04219*
2 16,71658 20,39414
68
3 12,40953* 17,83350
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Par parcimonie nous allons prendre comme retard 1 car c’est le modèle qui est
estimé avec le moins de décalage possible.

III.2.3. Estimation du modèle retenu

Après la détermination du décalage optimal, nous avons estimé le modèle VAR


d’ordre de retard égale à 1. Le modèle VAR retenu dans notre modèle est de la
forme :

T ( X ) PIBt =δ 0 +δ 1 BCOMM t−1 +δ 2 IDEt −1 + δ 3 APD t−1 +δ 4 TRANSFt −1+ δ 5 TINFLt −1

Tableau 3.4 : L’out put de l’estimation

DTXPIB DBCOMM DIDE DAPD DTRANSF DTINFL


DTXPIB(-1) -0.089069 0.155828 0.130590 0.002063 0.024182 0.429998
(0.20384) (0.21378) (0.07162) (0.11288) (0.02189) (0.55984)
[-0.43695] [ 0.72893] [ 1.82346] [ 0.01828] [ 1.10451] [ 0.76808]
DBCOMM(-1) 0.206382 -0.085553 0.027292 0.026471 0.007122 0.029774
(0.15028) (0.15760) (0.05280) (0.08322) (0.01614) (0.41272)
[ 1.37335] [-0.54285] [ 0.51692] [ 0.31809] [ 0.44127] [ 0.07214]
DIDE(-1) -0.407872 0.093872 -0.637838 0.492352 0.013029 -0.229643
(0.44806) (0.46990) (0.15742) (0.24813) (0.04812) (1.23057)
[-0.91030] [ 0.19977] [-4.05184] [ 1.98425] [ 0.27074] [-0.18662]
DAPD(-1) 0.246055 0.311418 -0.304758 0.068998 0.027069 -0.240650
(0.42034) (0.44083) (0.14768) (0.23278) (0.04515) (1.15444)
[ 0.58537] [ 0.70644] [-2.06363] [ 0.29641] [ 0.59957] [-0.20846]
DTRANSF(-1) 1.986015 -2.249341 1.251978 -0.728728 -0.123633 7.197659
(2.02843) (2.12727) (0.71265) (1.12331) (0.21786) (5.57091)
[ 0.97909] [-1.05738] [ 1.75679] [-0.64873] [-0.56748] [ 1.29201]
DTINFL(-1) 0.021030 -0.146567 0.043835 -0.023957 0.006356 -0.248088
(0.07623) (0.07995) (0.02678) (0.04222) (0.00819) (0.20936)
[ 0.27587] [-1.83331] [ 1.63670] [-0.56750] [ 0.77627] [-1.18495]
C 0.018887 0.201468 0.084836 -0.019481 0.063568 -0.685197
(0.31102) (0.32618) (0.10927) (0.17224) (0.03340) (0.85419)
[ 0.06072] [ 0.61767] [ 0.77638] [-0.11311] [ 1.90297] [-0.80216]

Où (.) : écart-type et [.] : t-Student.

69
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

L’out put de l’estimation ci-haut nous montre que les variables ne sont significatifs
car leur t-student est inférieur à 2,16.

Tableau 3.5 Tests associés aux outputs de l’estimation du modèle d’analyse

 R-squared  0.564323  0.602626  0.894429  0.544524  0.590766  0.742385


 Adj. R-squared -0.307032 -0.192123  0.683287 -0.366429 -0.227702  0.227155
 Sum sq. resids  27.49773  27.14158  1.771747  9.368413  0.313974  141.2857
 S.E. equation  1.747943  1.736586  0.443690  1.020262  0.186778  3.962122
 F-statistic  0.647639  0.758259  4.236147  0.597752  0.721795  1.440882
 Log likelihood -39.47687 -39.29435 -1.086944 -24.40223  23.13879 -62.39039
 Akaike AIC  4.176919  4.163882  1.434782  3.100159 -0.295628  5.813600
 Schwarz SC  5.080915  5.067878  2.338778  4.004155  0.608368  6.717596
 Mean dependent  0.182178  0.009402  0.102657 -0.038769  0.059192 -0.211485
 S.D. dependent  1.528918  1.590508  0.788400  0.872807  0.168570  4.506940

Le modèle est quasiment bon du fait que le coefficient de détermination R2 56.43%


de la variable endogène (DTXPIB) est largement supérieur à 50%.

VAR Model - Substituted Coefficients:


===============================
DTXPIB = - 0.0890687583571*DTXPIB(-1) + 0.206382034657*DBCOMM(-1) -
0.407872488401*DIDE(-1) + 0.246054650626*DAPD(-1) + 1.98601478362*DTRANSF(-1) +
0.0210303757097*DTINFL(-1) + 0.0188865011915 (1)

DBCOMM = 0.155828352086*DTXPIB(-1) - 0.0855529263326*DBCOMM(-1) +


0.0938715741619*DIDE(-1) + 0.311418211642*DAPD(-1) - 2.24934063949*DTRANSF(-1) -
0.146567277151*DTINFL(-1) + 0.201467995461 (2)

DIDE = 0.130589702123*DTXPIB(-1) + 0.0272917862858*DBCOMM(-1) -


0.637838390012*DIDE(-1) - 0.304758316842*DAPD(-1) + 1.25197832071*DTRANSF(-1) +
0.0438353939899*DTINFL(-1) + 0.0848359944527 (3)

DAPD = 0.00206321962855*DTXPIB(-1) + 0.0264713459357*DBCOMM(-1) +


0.492351680621*DIDE(-1) + 0.0689981461621*DAPD(-1) - 0.72872785379*DTRANSF(-1) -
0.0239574228593*DTINFL(-1) - 0.0194814522283 (4)

DTRANSF = 0.0241815055836*DTXPIB(-1) + 0.0071222259687*DBCOMM(-1) +


0.0130288485291*DIDE(-1) + 0.0270687032381*DAPD(-1) - 0.12363250494*DTRANSF(-1) +
0.00635581690817*DTINFL(-1) + 0.0635681915872 (5)

70
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

DTINFL = 0.429998108007*DTXPIB(-1) + 0.0297743929751*DBCOMM(-1) -


0.229643334509*DIDE(-1) - 0.240650274825*DAPD(-1) + 7.19765879128*DTRANSF(-1) -
0.248087693597*DTINFL(-1) - 0.68519651768 (6)

III.2.4. TEST DE CAUSALITE DE GRANGER

Ce test de causalité est basé sur l’idée que la corrélation entre deux variables
macroéconomiques n’implique pas nécessairement leur causalité. Il existe
plusieurs définitions de la causalité mais nous retenons celle de Granger (1969) qui
stipule: «  qu’une variable x cause la variable y si et seulement si la connaissance des
valeurs passées de x mais aussi celui des valeurs passées de y améliorent la prévision
de y à tout horizon  ». Cette définition de la causalité nous amène à tester la
causalité entre nos variables macroéconomiques.

Tableau 3.6 : Test de CAUSALITE

Pairwise Granger Causality Tests


Date: 08/08/12 Time: 17:44
Sample: 1980 2011
Lags: 1

 Null Hypothesis: Obs F-Statistic Prob. 

 DBCOMM does not Granger Cause DTXPIB  30  2.65399 0.1149


 DTXPIB does not Granger Cause DBCOMM  0.71131 0.4064

 DIDE does not Granger Cause DTXPIB  30  1.57566 0.2201


 DTXPIB does not Granger Cause DIDE  4.34337 0.0467**

 DAPD does not Granger Cause DTXPIB  30  0.32390 0.5740


 DTXPIB does not Granger Cause DAPD  0.03072 0.8622

 DTRANSF does not Granger Cause DTXPIB  30  0.11614 0.7359


 DTXPIB does not Granger Cause DTRANSF  1.03910 0.3171

 DTINFL does not Granger Cause DTXPIB  30  0.01229 0.9125


 DTXPIB does not Granger Cause DTINFL  0.50064 0.4853

 DIDE does not Granger Cause DBCOMM  30  0.41933 0.5227


 DBCOMM does not Granger Cause DIDE  0.80343 0.3780

 DAPD does not Granger Cause DBCOMM  30  0.11915 0.7326


 DBCOMM does not Granger Cause DAPD  0.03829 0.8463

 DTRANSF does not Granger Cause DBCOMM  30  1.34344 0.2566


 DBCOMM does not Granger Cause DTRANSF  0.28163 0.6000

 DTINFL does not Granger Cause DBCOMM  30  2.49985 0.1255


 DBCOMM does not Granger Cause DTINFL  0.01361 0.9080

71
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

 DAPD does not Granger Cause DIDE  30  7.05690 0.0131**


 DIDE does not Granger Cause DAPD  3.68263 0.0656***

 DTRANSF does not Granger Cause DIDE  30  3.08695 0.0903***


 DIDE does not Granger Cause DTRANSF  0.03260 0.8581

 DTINFL does not Granger Cause DIDE  30  0.05602 0.8147


 DIDE does not Granger Cause DTINFL  0.02148 0.8846

 DTRANSF does not Granger Cause DAPD  30  0.05278 0.8200


 DAPD does not Granger Cause DTRANSF  0.30979 0.5824

 DTINFL does not Granger Cause DAPD  30  0.00070 0.9791


 DAPD does not Granger Cause DTINFL  0.68020 0.4167

 DTINFL does not Granger Cause DTRANSF  30  1.05387 0.3137


 DTRANSF does not Granger Cause DTINFL  1.89483 0.1800

Causalité : *au seuil de 1 %  ; **au seuil de 5 %  ; ***au seuil de 10 %.


Source : L’auteur sur base des calculs effectués à partir du logiciel économétrique, EVIEWS

La relation entre les variables peut être définis en terme de relation


unidirectionnelle, lorsque la causalité entre deux variables se définie dans un seul
sens. Et une relation bidirectionnelle en ce sens que la causalité entre deux
variables s’identifie dans les deux sens (relation symétrique). Ainsi les hypothèses
sont posées comme suit :

H0 : il n’y a pas causalité au sens de Granger

H1 : Il y a causalité au sens de granger

Le tableau ci-haut montre qu’à court terme la relation entre le taux de croissance
et les IDE est justifiée. Car on remarque que la probabilité de la statistique de
Fisher est inférieure à 5%. Eu égard à cela nous allons rejeter l’hypothèse nulle
selon laquelle il y a absence de causalité entre les deux variable. Cela implique que
si il ya croissance économique, cela pousse les investisseurs étrangers à…..

III.2.5. ANALYSE DE LA DYNAMIQUE ET PREVISION

2.4.1. Analyse des chocs

Nous allons analyser les chocs au moyen de la fonction de réponse impulsionnelle,


cette fonction montre comment l’effet des chocs se répercute à un horizon
prévisionnel de h période sur les variables du modèle (DTXPIB, DBCOMM, DIDE,
DAPD, DTRANSF, DTINFL). Les graphiques (voir annexes) nous en donne le
résultat :

72
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Un choc positif du solde de la balance commerciale à un effet positif sur la


croissance les deux premières années puis décroit au cours de la 3è année et
revient à sa position initiale au cours de la 4è année.

Un choc positif des IDE sur la croissance entraine une augmentation de la


croissance au cours d’une année et puis vient une décroissance exponentielle
entre la 2e et la 3e année jusqu’à atteindre un seuil négatif à la 3 e année et enfin
remonte jusqu’à retrouver un niveau assez stable les années suivantes.

Un choc positif des APD sur la croissance entraine un effet asymétrique au


cours de la croissance dans 2 premières années et accroit entre la 2 e et la 3e année
et puis atteint un niveau stationnaire proche de l’asymptote à la 4 e et 5e année.

Un choc des transferts de migrants sur entre sur la croissance entraine que
celle-ci n’accroit qu’au milieu de la 1 ère et 2e année jusqu’à un niveau et décroit
après la 2e année jusqu’à atteindre son niveau initiale.

Un choc du taux d’inflation sur la croissance à entraine un accroissement de


celle-ci jusqu’à ce qu’elle devienne positif à la 2 e année et enfin décroit jusqu’à un
niveau de se neutraliser au cours de la 3e année.  

2.4.2. Décomposition de la variance

La décomposition de la Variance de l’erreur prévisionnelle du taux de croissance


du PIB qui est vu en annexe nous montre que jusqu’à la période 5, la variance du
taux de croissance du PIB est dû respectivement à 3,2%, 1%, 2,6%, 4%, 1,7% par
DBCOMM, DIDE, DAPD, DTRANSF et DTINFL seulement contre 87,5% par ses
propres efforts.

Au regard de cela, nous voyons que les pays en voie de développements d’Afrique
subsaharienne devraient stimuler la croissance par les facteurs de production
interne au lieu de toujours s’attendre aux facteurs extérieurs car cela ne
contribuent pas autant à la croissance.

2.4.3 Prévision

Comme le terme l'indique, la prévision est l'art de prévoir les valeurs futures de
certaines variables en dehors d'un échantillon original donné113.

113
KAMIANTAKO M. A., « Cours de Théorie et pratique de prévisions » UPC, 2010, p.1
73
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Une prévision peut être aussi définie comme une affirmation concernant des
événements inconnus, et, plus particulièrement, futurs114.
Nous recourons à la prévision pour deux raisons : d'abord, le futur est incertain;
ensuite, il existe souvent un décalage de temps entre la perception d'un événement
ou d'un besoin et la réalisation effective de cet événement. D'où, la difficulté
d'évaluer pleinement l'impact des décisions prises à un moment donné.
Pour Chevillon Guillaume115, « prévoir, c’est établir une déclaration sur les
événements à venir en utilisant comme outils le passé et le présent ».
La raison principale qui justifie les prévisions est l'existence des événements futurs
que nous ne connaissons pas et qui sont importants pour les décisions à prendre
présentement.
Avant de faire la prévision nous allons nous rassurés si notre modèle VAR est
stable si les racines unitaires de son polynôme caractéristiques se trouvent à
l’intérieur du cercle sinon dans le cas contraire on ne peut prévoir.

Inverse Roots of AR Characteristic Polynomial


1.5

1.0

0.5

0.0

-0.5

-1.0

-1.5
-1.5 -1.0 -0.5 0.0 0.5 1.0 1.5

Etant donné que tous les points se trouvent à l’intérieur du cercle, cela nous
permet donc de prévoir sur base de notre modèle VAR.

114
Idem
Chevillon, G. « Econométrie de la Prévision », Observatoire Français des Conjonctures Economiques , Paris,
115

2005, p5
74
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

DTXPIB = - 0.0890687583571*DTXPIB(-1) + 0.206382034657*DBCOMM(-1) -


0.407872488401*DIDE(-1) + 0.246054650626*DAPD(-1) + 1.98601478362*DTRANSF(-1) +
0.0210303757097*DTINFL(-1) + 0.0188865011915
La valeur de DTXPIB t+1 sera donc de 4,636676.

INTERPRETATIONS DES RESULTATS ET MESURES POLITIQUES

Au regard de l’estimation fait ci haut nous avons procédé à tous les étapes de la
modélisation VAR celui de La vérification de la stationnarité des variables qui nous
a montrée confer l’output résumé dans le tableau 3.2 que les variables n’étaient
pas stationnaires à niveau ainsi après stationnarisation par le test de PHILLIPS-
PERRON, celles-ci étaient alors stationnaire ce qui nous a permis de passer à
l’étape suivante celui de la détermination du décalage optimal.

Cette étape de la détermination du retard optimal nous a permis ainsi de passer à


l’étape de l’estimation de notre modèle choisie par la minimisation des critères
des AKAIKE et SCHWARZ. En vertu de la règle de parcimonie, notre modèle retenu
a été celui qui avait le moins des paramètres soit 1.

A l’étape de l’estimation du modèle, nous avons remarqué que le modèle était


globalement bon car le R2 associé à notre variable endogène dans la spécification
de notre modèle économétrique soit TXPIB était largement supérieure au seuil de
50%. Cependant les t-student associé aux variables de notre modèle n’étaient pas
significatifs. Ce qui implique que ces variables n’expliquent pas notre variable
endogène qui est le taux de croissance du PIB.

Ainsi, ce qui par voie de fait a rejeté notre hypothèse celui de dire que ces canaux
de transmission détermine ou influe sur le taux de croissance du PIB des pays en
voie développements d’Afrique subsaharienne et ce qui par conséquent serait
déterminé par des facteurs internes ces pays. Ce qui est appuyé voyant l’évolution
des ces variables en pourcentage du Produit intérieur Brut durant une décennie
allant de 2001 à 2011, nous remarquons sur base du tableau ci-après que ces
variables sont en dessous de 50% du produit intérieur brut.

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
IDE 4,26 3,22 3,08 2,05 2,95 2,15 3,32 3,97 3,49 2,30 3,25
APD 6,32 7,81 8,39 7,67 8,71 9,98 7,53 7,69 8,51 8,17 7,51
Transfert des
migrants 1,61 1,67 1,52 1,63 1,64 1,94 2,49 2,34 2,50 2,22 2,35
Solde de la Balance - - - - -
commerciale 0,09 -0,86 1,39 -1,35 -1,34 2,00 -2,55 3,77 4,28 -2,73 1,60
Source : l’auteur sur base des données du World Bank Indicators

75
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Après l’étape de l’estimation, nous sommes passés à l’étape qui constitue l’un des
étapes fondamentales du modèle VAR celui de la vérification de la causalité au
sens de GRANGER. A ce point, nous avons remarqué qu’il y avait beaucoup de
causalité au seuil soit 5 ou 10%. Cependant par rapport à notre variable endogène,
nous avons remarqué qu’il ya qu’une causalité unidirectionnelle au seuil de 5%
entre le taux de croissance du PIB et les IDE. Ce qui peut se comprendre
économique car les IDE étant des investissements ne vont que là où le rendement
est élevé.

Les économies en voie de développements de l’Afrique subsaharienne devraient


donc stimuler les facteurs endogènes de croissance afin d’attirer encore plus des
capitaux exogènes et non pas le contraire.

Enfin, dans la dernière étape celle de l’analyse dynamique des chocs (voir
commentaire de l’étape 2.4.1) et décomposition de la variance nous avons
remarqué qu’après décomposition de la variance du Taux de croissance du PIB
était dû respectivement à 3,2%, 1%, 2,6%, 4%, 1,7% par DBCOMM, DIDE, DAPD,
DTRANSF et DTINFL seulement contre 87,5% par ses propres efforts. Ce qui nous
pousse encore à affirmer que les pays en voie de développements d’Afrique
subsaharienne devraient plus en utilisant les facteurs internes de production afin
de demeurer sur le chemin de la croissance auto entretenue.

La dernière étape à consister à prévoir l’évolution du taux de croissance du PIB


pour l’année n+1 sur base il faut le souligner du modèle retenu et des variables
sélectionnées qui nous ont donnée 4,636676.

76
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Conclusion

N ous voici au point d’achèvement de notre étude sur la « crise de la dette


de la zone euro et son impact sur les économies Africains : cas des pays
en voie de développements d’Afrique subsaharienne ».

Il s’est agi dans ce travail de vérifier empiriquement la relation crise de la dette de


la zone euro qui a débuté en 2010 et les pays en voie de développements
d’Afrique subsahariennes car le monde est actuellement vu sous un angle de
globalisation (village planétaire). Ainsi, après étude, lecteur de plusieurs travaux et
publication sur la matière, nous sommes interrogés sur la problématique des
canaux de transmission de cette crise et si ces canaux influaient sur la croissance
desdits pays.

Pour cela nous avons commencé tout d’abord à analyser le sujet partant des
récentes publications sur la crise de la dette de la zone euro pour voir les causes de
celle et quelles sont les mesures que prennent les états membres afin de limiter
l’hémorragie et éradiquer cette contagion qui déstabilise l’économie de l’Europe
en particulier et qui par voie transmission peut atteindre d’autres pays du monde.

Après cela, sur base des publications des perspectives économiques


régionales de l’Afrique subsaharienne, nous avons fait une étude sur les récentes
performances de croissance de l’Afrique subsaharienne qui nous a fait remarquer
qu’en dépit d’une conjoncture extérieure difficile, l’activité économique s’est
développée à un rythme soutenu durant le deux dernières année. Outre cela, nous
fait un rapprochement sur la relation économique existant entre l’Europe et
l’Afrique en générale et les pays en voie de développements d’Afrique
subsaharienne en particulier qui faut le souligner reste l’un de ses partenaires
privilégiés.

Enfin, nous avons recouru à l’estimation du modèle à vecteur auto régressif


(VAR) pour tester économétriquement la significativité de quelques probables
canaux de transmission choisis sur la croissance des pays en voie de
développements d’Afrique subsaharienne. Il ressort de cette analyse que les
canaux de transmissions de cette crise sur la croissance des pays en voie de
développements d’Afrique sont statistiquement non significatifs ce qui implique
qu’ils n’influent pas sur leur croissance économique sur base de leur passé.

77
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Face à cet état des choses, nous avons suggéré aux décideurs politiques et
économiques des pays d’Afrique subsaharienne de promouvoir une bonne
croissance auto entretenue sur base sur les facteurs de productions endogènes car
l’estimation nous a montré que le taux de croissance du PIB était du en grande
partie par ses propres efforts.

Toutefois, il est à noter que ce travail présente certaines limites, qui bien qu’elles
ne compromettent certainement pas les résultats obtenus ; mais n’ont pas permis
de saisir tous les canaux de transmission de la crise de la dette de la zone euro vers
les pays en voie de développements d’Afrique subsaharienne. Car en effet, ce
travail n’a privilégié que le solde de la balance commerciale, les IDE, les APD et les
transferts des migrants comme moyens de transmission vers l’Afrique. De ce fait,
un prolongement par d’autres chercheurs peut être fait en intégrant d’autres
variables explicatives comme canaux de transmission pour appréhender de
manière exhaustive ce thème.

78
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Bibliographie
1. Diamond Douglas et Rajan Raghuram, “Liquidity Risk, Liquidity creation and financial Fragility: A
theory of Banking, journal of political Economy”, 109 (avril), 2001
2. Anne Bauer, « Les principales dispositions de l'accord conclu par les chefs d'État de la zone euro »,
dans Les Échos, 22 et 23 juillet 2011
3. Bourdonnais R, économétrie manuel et exercices corrigés, 7ème édition Dunod, Paris, 2006
4. Bulow Jeremy et Rogoff Keneth, “Multilateral negotiations for rescheduling Developing country
Debt: A bargaining-Theoretic Framework”, IMF staff papers, 35 (4), 1988
5. C. M. REINHART & K. S. ROGOFF, «  Cette fois, c’est différent », éd. Pearson Education France, Paris,
2010
6. Catherine Chatignoux, « La zone euro piégée par ses incohérences », dans Les Échos, 11 février 2010
7. Centre d’Etudes Prospectives et d’Informations Internationales, « crise de l’euro et impact sur
l’Afrique » N0 322, Paris, juin 2012
8. Chevillon, G. « Econométrie de la Prévision », Observatoire Français des Conjonctures Economiques ,
Paris, 2005
9. Christophe Scalbert et Laurence Scialom, « Régulation financière : tout reste à faire ! », dans Les
Échos, 5 et 6 août 2011
10. P. JACQUEMOT, « l’Afrique subsaharienne dans la crise financière », IRIS Octobre 2011, p.3
11. Commission économique pour l’Afrique, « Impact de la crise de la dette européenne sur l’économie
africaine », mars 2012,
12. Daniel Gros et Thomas Mayer, «Toward an European monetary fund, Centre for European Policy
Studies », 8 février 2010
13. Dena Aubin, Axel Bugge et Marc Angrand, « L'Espagne sanctionnée à son tour par S&P, à AA », Le
Nouvel Observateur, 28 avril 2010
14. Émilie Lévêque, « Le Portugal va-t-il sombrer dans la crise grecque ? », dans L'Expansion,
28 avril 2010
15. FMI Département Afrique, « Impact de la crise financière mondiale sur l’Afrique subsaharienne »,
2009
16. FMI, Perspectives économiques mondiales, Janvier 2012

17. FMI, Perspectives Economiques Régionales-Afrique Subsaharienne, Avril 2012

18. http//www.wikipedia.org

19. http://www. challenges.fr du 10 janvier 2012


20. http://www. tempsreel.nouvelobs.com
21. http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=37 
22. http://www.iris.fr le 15 février 2012
23. http://www.journaldunet.com/economie/magazine/dette-de-l-italie/des-raisons-d-esperer.shtml
24. http://www.le monde.fr
25. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/06/07/20002-20120607ARTFIG00642-fitch-menace-la-note-
des-etats-unis.php 
26. http://www.lepoint.fr du 8 février 2012
27. http://www.lepoint.fr/monde/l-espagne-a-accepte-a-reculons-un-sauvetage-europeen-pour-ses-
banques-
28. http://www.liberation.fr/depeches/2012/06/08/l-agence-fitch-degrade-l-espagne-de-trois-
crans_824559

79
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

29. http://www.rtbf.be/info/economie/detail_l-italie-annonce-une-aggravation-de-la-recession-en-2012?
id=7750119 
30. http://www.wikipedia.org
31. Jeanne Olivier, “Debt Maturity and the International Financial Architecture”, American Economic
Review, vol 99(5), décembre 2009,
32. Jean-Yves Capul, O. Garnier « Dictionnaire d’Economie et de sciences sociales » nouvelle édition
2011
33. KAMIANTAKO M. A., « Cours de Théorie et pratique de prévisions » UPC, 2010
34. KINTAMBU.M.E.G.(2004), Principes d’économétrie, 3ème Edition, Presses de l’Université Kongo,
Mbanza-Ngungu

35. La Tribune « Le compromis à vingt-sept sur la réforme du pacte de stabilité est déjà contesté, 16
mars 2011 », Consulté le 3 avril 2012
36. L'AGEFI « Nouvelle révélation swap Goldman-Sachs Grece », 17 février 2010
37. le Courrier international, « Standard & Poor's dégrade la note de la dette souveraine », du 20
septembre 2011
38. Le Figaro « Dette: S&P dégrade la note du Portugal », Consulté le 29 mars 2012
39. Le Monde, « Les leaders de la zone euro endossent le plan d'aide à Athènes », 7 mai 2010
40. Le Monde, « L'Espagne en mesure de ramener son déficit dans les limites de l'UE d'ici à 2013 »,
Consulté le 29 mars 2012
41. Le Monde, « L'Europe répond aux marchés par une riposte massive », 10 mai 2010
42. Les Échos, « Bruxelles débloque 78 milliards pour mettre le Portugal à l'abri de la spéculation », 4
mai 2011
43. Les Échos, « L'Union européenne donne un tour de vis à sa discipline budgétaire », Consulté le 2
avril 2012
44. LOLINGA L., Notes de Cours d’entreprises multinationales, l1fase, UPC, Kinshasa.

45. Marie Dancer, « Questions sur le plan de sauvetage de la Grèce », dans La Croix, 25 juillet 2011
46. Marie de Vergès, « La baisse de l'euro, une aubaine pour la reprise », dans Le Monde, 4 mars 2010
47. OGEDEP, « LES REPERCUSSIONS DE LA CRISE FINANCIERE MONDIALE SUR LA GESTION DE LA
DETTE PUBLIQUE CONGOLAISE », Mars 2009
48. Patrick McGroarty, « Crise grecque pas comparable à Portugal,Espagne -min Fin alld », dans Investir,
28 avril 2010
49. Philippe Ricard, « La zone euro s'accorde sur un modèle inédit d'aide à la Grèce », dans Le Monde,
27 mars 2010
50. Pierre Trannoy, « Un plan de rigueur risqué et peu lisible », dans Les Échos, 10 et 11 novembre 2011
51. Pisani-Ferry «  Le réveil des démons (La crise de l'euro et comment nous en sortir)  », Fayard, 2011,
p. 30
52. Pisani-Ferry, « C'est le tour de l'Espagne », dans Le Monde, 17 mars 2010
53. Pisani-Ferry, « L'Europe n'a rien prévu pour gérer ce type de crise », dans La Tribune, 3 février 2010
54. Rapport économique sur l’Afrique 2012, «  Libérer le potentiel de l’Afrique en tant que pôle de
croissance mondiale »
55. Sandrine Morel avec Clément Lacombe "La tempête financière sur Madrid s'aggrave", Les Echos du
31/05/2012
56. Toute l'Europe, Ana Navarro Pedro : "Le Portugal n'est pas la Grèce, mais ses perspectives restent
sombres", avril 2010.
57. Pisani-Ferry, « Gouvernement économique mode d'emploi », dans Le Monde, 23 février 2010

80
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Annexe 1 : séries statistiques

81
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Période TXPIB BCOMM IDE APD TRANSF TINFL


1980 4,03 1,06 0,09 7,86 0,63 13,57
1981 2,29 -6,20 0,60 8,01 0,67 12,78
1982 0,59 -5,04 0,60 8,66 0,58 12,10
1983 -0,98 -1,86 0,38 8,59 0,70 11,59
1984 2,41 -1,09 0,46 9,67 0,64 11,31
1985 1,31 2,68 0,49 10,25 0,64 9,41
1986 2,05 1,78 0,29 9,77 0,59 7,77
1987 2,32 2,33 0,54 9,47 0,59 8,64
1988 4,33 0,72 0,55 9,61 0,65 9,16
1989 3,20 0,91 1,05 10,08 0,72 10,29
1990 1,17 0,89 0,42 10,00 0,69 11,02
1991 0,74 -0,80 0,73 9,69 0,67 9,55
1992 -1,04 -2,06 0,52 9,99 0,72 10,06
1993 0,60 -1,90 0,86 9,31 0,96 9,70
1994 1,84 -1,82 1,22 9,76 0,88 26,08
1995 3,77 -2,14 1,36 8,22 1,08 12,29
1996 5,01 0,71 1,22 7,06 1,02 7,38
1997 3,56 -1,44 2,43 6,76 1,41 8,17
1998 2,39 -3,57 2,09 6,50 1,46 6,21
1999 2,46 -2,33 2,71 5,75 1,45 4,77
2000 3,60 1,71 1,94 5,80 1,55 5,34
2001 3,55 0,09 4,26 6,32 1,61 5,17
2002 3,35 -0,86 3,22 7,81 1,67 5,03
2003 4,10 -1,39 3,08 8,39 1,52 6,27
2004 5,88 -1,35 2,05 7,67 1,63 4,31
2005 5,99 -1,34 2,95 8,71 1,64 7,17
2006 6,35 -2,00 2,15 9,98 1,94 6,70
2007 6,45 -2,55 3,32 7,53 2,49 7,08
2008 5,02 -3,77 3,97 7,69 2,34 10,66
2009 2,11 -4,28 3,49 8,51 2,50 7,29
2010 5,02 -2,73 2,30 8,17 2,22 4,37
2011 4,12 -1,60 3,25 7,51 2,35 5,67

Annexe 2 : Analyse des chocs

82
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Response to Cholesky One S.D. Innov ations ± 2 S.E.


Response of DTXPIB to DTXPIB Response of DTXPIB to DBCOMM Response of DTXPIB to DIDE Response of DTXPIB to DAPD Response of DTXPIB to DTRANSF Response of DTXPIB to DTINFL
3 3 3 3 3 3

2 2 2 2 2 2

1 1 1 1 1 1

0 0 0 0 0 0

-1 -1 -1 -1 -1 -1
1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5

Response of DBCOMM to DTXPIB Response of DBCOMM to DBCOMM Response of DBCOMM to DIDE Response of DBCOMM to DAPD Response of DBCOMM to DTRANSF Response of DBCOMM to DTINFL
3 3 3 3 3 3

2 2 2 2 2 2

1 1 1 1 1 1

0 0 0 0 0 0

-1 -1 -1 -1 -1 -1

-2 -2 -2 -2 -2 -2
1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5

Response of DIDE to DTXPIB Response of DIDE to DBCOMM Response of DIDE to DIDE Response of DIDE to DAPD Response of DIDE to DTRANSF Response of DIDE to DTINFL
.8 .8 .8 .8 .8 .8

.4 .4 .4 .4 .4 .4

.0 .0 .0 .0 .0 .0

-.4 -.4 -.4 -.4 -.4 -.4

-.8 -.8 -.8 -.8 -.8 -.8


1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5

Response of DAPD to DTXPIB Response of DAPD to DBCOMM Response of DAPD to DIDE Response of DAPD to DAPD Response of DAPD to DTRANSF Response of DAPD to DTINFL
1.5 1.5 1.5 1.5 1.5 1.5

1.0 1.0 1.0 1.0 1.0 1.0

0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5

0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0

-0.5 -0.5 -0.5 -0.5 -0.5 -0.5


1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5

Response of DTRANSF to DTXPIB Response of DTRANSF to DBCOMM Response of DTRANSF to DIDE Response of DTRANSF to DAPD Response of DTRANSF to DTRANSF Response of DTRANSF to DTINFL
.2 .2 .2 .2 .2 .2

.1 .1 .1 .1 .1 .1

.0 .0 .0 .0 .0 .0

-.1 -.1 -.1 -.1 -.1 -.1

-.2 -.2 -.2 -.2 -.2 -.2


1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5

Response of DTINFL to DTXPIB Response of DTINFL to DBCOMM Response of DTINFL to DIDE Response of DTINFL to DAPD Response of DTINFL to DTRANSF Response of DTINFL to DTINFL
6 6 6 6 6 6

4 4 4 4 4 4

2 2 2 2 2 2

0 0 0 0 0 0

-2 -2 -2 -2 -2 -2

-4 -4 -4 -4 -4 -4
1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5 1 2 3 4 5

83
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

Annexe 3: Décomposition de la variance

 Variance Decomposition of
DTXPIB:
 Period S.E. DTXPIB DBCOMM DIDE DAPD DTRANSF DTINFL

 1  1.591139  100.0000  0.000000  0.000000  0.000000  0.000000  0.000000


 2  1.647529  93.39628  3.203326  0.245229  0.312133  2.602881  0.240152
 3  1.691776  88.57915  3.112606  0.840264  2.101008  3.928372  1.438600
 4  1.701829  87.61689  3.142225  1.016677  2.553202  3.998274  1.672727
 5  1.703370  87.48150  3.147047  1.033717  2.603119  3.999392  1.735229

 Variance Decomposition of
DBCOMM:
 Period S.E. DTXPIB DBCOMM DIDE DAPD DTRANSF DTINFL

 1  1.668678  5.488404  94.51160  0.000000  0.000000  0.000000  0.000000


 2  1.834427  7.578995  78.21083  0.198603  0.936628  3.666221  9.408724
 3  1.853469  8.685654  76.66291  0.197406  1.097651  3.628278  9.728102
 4  1.857040  8.693024  76.41871  0.199248  1.266802  3.614994  9.807225
 5  1.857755  8.690059  76.36257  0.208356  1.268683  3.616464  9.853865

 Variance Decomposition of
DIDE:
 Period S.E. DTXPIB DBCOMM DIDE DAPD DTRANSF DTINFL

 1  0.559019  24.40754  6.554511  69.03795  0.000000  0.000000  0.000000


 2  0.799669  31.78461  4.403745  41.59845  12.71394  5.070443  4.428809
 3  0.839353  31.07033  4.011052  38.77329  16.02444  4.811171  5.309729
 4  0.841037  31.12566  4.000818  38.62640  16.03878  4.841336  5.367001
 5  0.841515  31.09165  3.997831  38.59769  16.06864  4.881971  5.362229

 Variance Decomposition of
DAPD:
 Period S.E. DTXPIB DBCOMM DIDE DAPD DTRANSF DTINFL

 1  0.881147  1.399518  0.550671  0.014125  98.03569  0.000000  0.000000


 2  0.919034  2.237817  0.511443  4.190394  90.77396  1.284829  1.001554
 3  0.949680  4.137300  0.638904  5.172419  86.98074  1.637631  1.433002
 4  0.956082  4.479407  0.642686  5.244135  86.38538  1.652616  1.595774
 5  0.956389  4.499267  0.642560  5.242477  86.34744  1.656058  1.612200

 Variance Decomposition of
DTRANSF:
 Period S.E. DTXPIB DBCOMM DIDE DAPD DTRANSF DTINFL

 1  0.170895  4.546994  4.398908  10.68695  22.93847  57.42868  0.000000


 2  0.182875  7.804276  4.084572  9.337634  26.30440  50.68881  1.780300
 3  0.184078  7.726644  4.177308  9.224457  26.38276  50.34669  2.142141
 4  0.184526  7.689202  4.157393  9.180221  26.60550  50.23270  2.134989
 5  0.184585  7.684494  4.155193  9.174491  26.64103  50.20860  2.136197

 Variance Decomposition of
DTINFL:
 Period S.E. DTXPIB DBCOMM DIDE DAPD DTRANSF DTINFL

 1  4.369937  1.624578  1.440540  0.003111  18.87555  0.875792  77.18043


 2  4.778694  3.267368  1.208838  0.407333  22.84845  3.754132  68.51388
 3  4.862273  3.157405  1.300461  0.450334  24.36852  3.821819  66.90146
 4  4.873441  3.142955  1.296001  0.493405  24.38967  3.808887  66.86908
 5  4.875611  3.143547  1.297642  0.508612  24.38210  3.807636  66.86047

84
Mémoire de Licence Présenté par Mignon-Ans MANSONI MATONDO
L2 Economie Mathématique / UPC / RDC.

 Cholesky Ordering: DTXPIB


DBCOMM DIDE DAPD
DTRANSF DTINFL

85

Vous aimerez peut-être aussi