Vous êtes sur la page 1sur 6

 Management of a measles epidemic

 
 Annexes
Annexe 29. Rôle des membres d’une équipe de vaccination

 Service d’ordre
 Enregistreur
 Distributeur de vitamine A
 Préparateur
 Vaccinateur
 Pointeur
 Chef d’équipe de vaccination

Voir Outils

Service d’ordre
– Informer la population : classes d’âge ciblées, horaires d’ouverture du site de vaccination et
nombre de jours de vaccination, point d’eau à disposition.
– Organiser le flux des arrivants et la file d’attente.
– Vérifier l’âge (pas de vaccination avant l’âge de 6 mois).
– Faire avancer les personnes à vacciner vers les enregistreurs.
– Maintenir l’ordre.
– Informer le chef d’équipe en cas de difficulté.

Enregistreur
– Préparer l’équipement et le matériel : table et chaises, cartes, stylos, tampon dateur et
encreur.
– Pré-tamponner ou écrire les dates sur les cartes de vaccination et autres informations
nécessaires (numéro de lot).
– Demander à l’accompagnant les renseignements nécessaires pour remplir la carte de
vaccination :
• nom et prénom ;
• âge en mois (si moins de 1 an) ou années ;
• adresse.
– Ecrire au stylo de manière lisible.
– Donner la carte à l’accompagnant en insistant sur l’importance de conserver ce document et
de le présenter lors de chaque visite dans un centre de santé.
– En fin de journée : ranger.

Distributeur de vitamine A
– Préparer l’équipement et le matériel : table et chaise, vitamine A, aiguille et essuie-mains.
– Vérifier l’âge de l’enfant pour déterminer la dose à administrer (carte de vaccination) :
• enfants de 6 à 11 mois : 4 gouttes de la capsule puis la jeter ;
• enfants de 1 à 5 ans : 8 gouttes (une capsule entière).
– Demander l’aide de l’accompagnant et expliquer ce que l’on administre.
– Pour les enfants de 6-11 mois : prendre une capsule, la percer à l’aide d’une aiguille et
administrer la dose.
– S’assurer que l’enfant a bien avalé la dose (si l’enfant la recrache, donner une nouvelle
dose).
– Se laver les mains régulièrement.
– En fin de journée : ranger.

Préparateur
– Donner en début de journée le numéro de lot du vaccin aux enregistreurs.
– S’installer dans un lieu calme, à l’ombre, à coté du vaccinateur.
– Organiser la table de travail avec l’équipement et le matériel : table et chaise, glacière avec
vaccins/solvants, porte-vaccins, matériel d’injection, etc.
– Préparer les conteneurs de sécurité selon la procédure.
– Vérifier régulièrement la chaîne de froid : température dans la glacière et le porte-vaccins.
– Reconstituer le vaccin :
• vérifier : le nom du vaccin, le solvant, la date de péremption, l’aspect du vaccin et solvant
(couleur, limpidité), la pastille de contrôle du vaccin (PCV) ;
• respecter les règles d’asepsie ;
• diluer 1 flacon de vaccin avec 1 flacon de solvant à la fois ;
• conserver le vaccin reconstitué dans les incisions de la mousse du porte-vaccin ;
• après reconstitution, jeter la seringue avec l’aiguille dans le conteneur de sécurité ;
• placer les flacons de vaccins et solvants utilisés, séparément, dans les seaux avec couvercles.
– Remplir la seringue autobloquante avec le vaccin reconstitué selon la procédure
recommandée puis la donner au vaccinateur.
– Se laver les mains régulièrement.
– En fin de journée :
• éliminer les vaccins reconstitués non utilisés. NE JAMAIS LES UTILISER le lendemain ;
• comptabiliser avec le vaccinateur le matériel, les vaccins et solvants restants ;
• ranger et nettoyer le site ;
• conditionner les déchets en vue du transport.

Vaccinateur
– S’installer à côté des préparateurs, à l’ombre.
– Installer l’équipement et contrôler que le matériel est complet : porte-vaccins, gants, haricot,
coton, sacs poubelle et conteneur de sécurité.
– Mettre des gants et les changer régulièrement (toutes les 50 vaccinations), se laver les mains
à chaque changement de gants.
– Expliquer à l’accompagnant comment maintenir l’enfant. Demander de l’aide si nécessaire.
– Nettoyer le site d’injection avec du coton et de l’eau propre.
– Injecter le vaccin en respectant la technique d’injection et les règles d’asepsie.
– Jeter la seringue utilisée directement dans le conteneur de sécurité placé à proximité, hors
du circuit de passage des personnes. Ne jamais re-capuchonner l’aiguille.
– Diriger les personnes vers le pointeur.
– En fin de journée :
• fermer le conteneur conformément aux règles de sécurité ;
• compter et noter sur la feuille de pointage le nombre de flacons de vaccins et de solvants,
vérifier les PCV et comptabiliser le matériel restant ;
• ranger et nettoyer le site et conditionner les déchets en vue du transport.
Pointeur
– S’installer après le vaccinateur.
– Organiser la table de travail avec le matériel : table et chaise, feuilles de pointage, stylos,
etc.
– Compléter les informations générales sur la feuille de pointage : équipe, localité, date,
numéro de lot, etc.
– Vérifier l’âge sur la carte de vaccination.
– Pointer dans la colonne correspondant à son âge.
– En fin de journée :
• faire les totaux par classe d’âge, le total général ;
• remettre la feuille de pointage au chef d’équipe/superviseur ;
• ranger.

Chef d’équipe de vaccination


En l’absence de chef d’équipe ces taches sont redistribuées entre les membres de l’équipe, en
accord avec le superviseur.
Le chef d’équipe connaît le déroulement de la campagne et son organisation pratique.
Chaque matin
– Réceptionner et vérifier le matériel reçu (quantités).
– Vérifier que le site est propre et bien organisé :
• zones ombragées pour l’attente et l’équipe ;
• circuit bien matérialisé et postes correctement organisés.
– S’assurer que chacun est à son poste.
– Contrôler que le matériel de chaîne de froid est à l’abri du soleil.
– Désigner un endroit pour stocker les déchets, hors de portée de la population.
Avant le début de la séance de vaccination
– Vérifier que les membres du service d’ordre tiennent leurs rôles : messages à diffuser, classe
d’âge cible et organisation du circuit.
– S’assurer que les enregistreurs ont pré-rempli un certain nombre de cartes.
– Contrôler que les préparateurs commencent la reconstitution des vaccins.
– Veiller à ce que le pointeur complète les informations générales sur la feuille de pointage :
équipe, localité, date, numéro de lot, etc.
Pendant la séance de vaccination
– Veiller à la circulation fluide des personnes (pas d’attente excessive à chaque poste).
– S’assurer de la qualité du travail de chacun.
– Veiller à la qualité du pointage (fiabilité du calcul de la couverture vaccinale).
– Vérifier la chaîne de froid.
– En cas de difficulté, informer immédiatement le superviseur ou le logisticien selon les
besoins.
En fin de journée
– Collecter et contrôler les feuilles de pointage et calculer la couverture, le taux d’utilisation
des vaccins et le matériel utilisé.
– Vérifier la chaîne de froid.
– S’assurer que le site est rangé et nettoyé.
– Contrôler que les déchets sont collectés conformément aux règles de sécurité et remis au
logisticien en charge de la collecte.
– Organiser une synthèse avec l’équipe : résultats obtenus, points forts et difficultés,
propositions pour améliorer. Remercier l’équipe.
– Faire le point avec le superviseur : analyse les résultats, bilan de la journée, mesures
correctives proposées et moyens nécessaires

Tout vaccinateur doit considérer la vaccination comme un élément de la


planification des soins, qu’il doit aborder chez les groupes visés par les
programmes de vaccination mentionnés dans le PIQ et qu’il peut aborder
au moment de l’évaluation de la personne.

Devoirs et obligations

Vaccinateur
Le vaccinateur doit :

 Vérifier, avant de lui administrer un vaccin, le statut et l’histoire


vaccinale de la personne à l’aide de son carnet de vaccination, de
son dossier médical, de son dossier de santé ou du registre de
vaccination, si ce dernier est accessible au vaccinateur.
 Déterminer la pertinence de vacciner la personne à la lumière des
données recueillies, des indications et des contre-indications.
 Renseigner la personne ou son représentant légal sur les avantages
et les risques de la vaccination, qui sont mentionnés dans les feuilles
d’information destinées à la population fournies avec le PIQ.
 Obtenir le consentement ou le refus libre et éclairé de la personne ou
de son représentant légal avant de procéder à la vaccination.
 Respecter les indications, la posologie, la voie d’administration, les
techniques d’administration et d’atténuation de la douleur et de
l’anxiété ainsi que le calendrier de vaccination.
 Respecter les consignes pour la manipulation et la conservation des
produits immunisants.
 Noter les vaccinations dans le dossier, le registre de vaccination et le
carnet de vaccination (voir Techniques
d’administration, Documentation de la vaccination). Le vaccinateur
peut déléguer la tâche d’inscrire les vaccinations dans le registre à
une tierce personne (ex. : un commis).
 Noter également dans le dossier que le consentement ou le refus de
vaccination a été obtenu. Dans le registre, le consentement étant
implicite, seul le refus doit être inscrit.
 Assurer la surveillance requise immédiatement après la vaccination.
Respecter la conduite à tenir en cas de réactions à la suite de la
vaccination (incluant l’administration d’adrénaline).
 Pour les vaccins oraux utilisés en santé voyage qui peuvent être
auto-administrés ou administrés par les parents à la maison
(vaccins Chol-Ecol-O et Typh-O) , la surveillance par le vaccinateur
n’est pas requise.
 Déclarer au directeur de santé publique de sa région, dans les plus
brefs délais, toute MCI survenue chez une personne qui a reçu un
vaccin ou chez une personne de son entourage ainsi que fournir au

directeur tous les renseignements prévus par la LSP   et


le Règlement concernant le registre de vaccination et les
manifestations cliniques inhabituelles temporellement associées à
une vaccination  .

Description des maladies


évitables par la vaccination
Liste des maladies
Cette section présente les informations à connaître dans un contexte de
vaccination. Les informations qui y figurent ne sont pas exhaustives. Par
exemple, les mesures préventives autres que la vaccination (ex. : lavage
des mains, précautions hydriques et alimentaires) n’y sont pas abordées.

 Choléra
 Coqueluche
 Diarrhée à Escherichia coli  entérotoxinogène
 Diphtérie
 Encéphalite japonaise
 Fièvre jaune
 Gastroentérite à rotavirus
 Grippe
 Hépatite A
 Hépatite B
 Infections invasives à Hæmophilus influenzæ de type b
 Infections invasives à méningocoque
 Infections invasives à pneumocoque
 Infections par les virus du papillome humain
 Oreillons
 Poliomyélite
 Rage
 Rougeole
 Rubéole
 Tétanos
 Tuberculose
 Typhoïde
 Varicelle
 Zona