Vous êtes sur la page 1sur 2

Qu’est-ce qu’une facture de prestation de service ?

Définition et fonctions d’une facture dans l’activité de service


Une facture est un document comptable qui fait figurer tous les différents aspects d’une
transaction commerciale, ici en l’occurrence d’une prestation de service. Son établissement
répond à des normes légales, quelle que soit la forme juridique de l’entreprise.

la facture a plusieurs fonctions :

 elle identifie le créancier et le débiteur ;


 elle permet le suivi de l’activité de l’entreprise en retraçant les montants HT et TTC dans
la comptabilité, et fournit les éléments pour l’établissement des comptes annuels ;
 elle retrace les détails de la négociation entre le prestataire et le bénéficiaire ;
 elle offre à l’acheteur un récapitulatif de toutes les modalités de la prestation reçue et fait
apparaître le montant de la transaction ;
 elle a une valeur de preuve en cas de litige entre l’acheteur et le vendeur : elle témoigne
de l’existence de leur relation commerciale.

Ces différentes fonctions, comptable, commerciale, fiscale et juridique, montrent toute


l’importance que revêt ce document. Pour autant, est-ce impératif d’établir une facture ?

Lire aussi : Facture : définition, mentions, obligations… notre tour d’horizon !

Est-il obligatoire de faire une facture ?


Pour une entreprise, la plupart des transactions financières font l’objet de l’édition d’une facture.
Ce document atteste de la réalisation de la prestation et vient officialiser la vente.

À l’issue d’une prestation de service, il est obligatoire d’établir une facture dans les cas suivants :

 toute prestation de service entre professionnels,


 toute vente de service d’un professionnel à un particulier, si ce dernier en formule la
demande,
 toute prestation de service effectuée par un professionnel auprès d’un particulier, lorsque
le montant s’élève à plus de 50 000F CFA

Qui peut facturer ses prestations de service ?


Qui établit une facture dans les activités de prestation de service ? Peut-on faire une facture en
tant que particulier ? La réponse est non. Il faut nécessairement être une société immatriculée au
registre du commerce et des sociétés pour émettre des factures, par exemple une SARL ou une
EURL. Ainsi, si vous êtes particulier sans statut, autrement dit sans être passé·e par la case
immatriculation, vous ne pouvez pas facturer un service à un autre particulier.

Lire aussi : Comment créer une SARL ? Mode d’emploi !

En revanche, vous pouvez être autorisé·e à le faire à condition de créer une entreprise
individuelle pour obtenir une immatriculation au Centre de formalités des entreprises (CFE), ainsi
qu’un numéro de Siret. Ce dernier justifie l’activité de l’entreprise et autorise l’émission de devis
et de factures de prestations de service.

💡 Une facture peut être établie par un tiers dans le cas d’un contrat de sous-traitance ou de
prestation de service de facturation, si et seulement si le mandataire exerce légalement au nom
du vendeur.

Comment facturer des prestations de service ?


Chacune de vos prestations de service doit faire l’objet d’une facturation. En tant que
professionnel·le, vous communiquez de manière transparente les tarifs de vos services ou les
méthodes de calcul des prix appliqués. La facture est émise en deux exemplaires et obéit à des
règles bien particulières. Voyons lesquelles.

Les mentions obligatoires


D’après l’article L.441-3 du Code de commerce, des mentions légales sont à indiquer
obligatoirement sur la facture, quelle que soit la forme juridique de l’entreprise. Voici les
principales :

 la date d’émission de la facture,


 le numéro de la facture,
 l’identité du vendeur de la prestation, avec sa dénomination juridique et son numéro
d’immatriculation, le cas échéant, ainsi que l’adresse du siège social,
 l’identité du client bénéficiaire et son adresse,
 l’adresse de facturation si différente de l’adresse de la livraison,
 le numéro d’identification à la TVA du professionnel,
 la date de la prestation de service,
 l’intitulé et le détail de la prestation : quantité et prix à l’unité ou taux horaire HT,
 le numéro de bon de commande s’il a été émis préalablement par l’acheteur,
 le taux de TVA applicable (si plusieurs services rendus, les différents taux applicables à
chaque ligne),
 le montant total de la TVA,
 les montants totaux HT et TTC à payer,
 les remises, ristournes ou majorations des prix acquises à la date de la prestation,
 les conditions de paiement : date d’échéance du règlement, escompte dans le cas de
paiements anticipés et pénalités applicables en cas de retard de paiement,
 l’indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement due par le créancier professionnel
pour tout retard de paiement.

D’autres mentions doivent se trouver sur les factures dans certains cas spécifiques, notamment
pour l’identification des parties.

Vous aimerez peut-être aussi