Vous êtes sur la page 1sur 23

Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

COURS
DE
BETON PRECONTRAINT

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 1


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

Chapitre 1 - Introduction.

Eugène Freyssinet, ingénieur français inventa la technique du béton précontraint en 1933. Le premier ouvrage construit date de
1941.

1°/Définition- principe:
1-1°/ Effet de la précontraine:

Précontrainte centrée

Précontrainte
sur appui
P

G+Q P P + G+Q

+ =

Précontrainte excentrée par pré-tension


Précontrainte sur appui

G+Q P P + G+Q

=
+

Précontrainte par post-tension

Schémas identiques en partie centrale

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 2


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

Avantages du béton précontraint:

Le béton peut être tendu, mais dans la limité de la non fissuration. Il y a donc une économie d'armatures passives importante,
notamment dans le cas de situations préjudiciables et très préjudiciables.

Les pièces sont plus fines.


Exemple: Poutre en T: h = l / 15
Poutre BP : h = l / 30

Les portées sont augmenttées, les maximum étant de 240 m en Australie et 190 m en France.

Inconvénients:

Il y a risque de rupture à vide par excès de compression. Il faut donc être très vigilant lors de la phase de réalisation ( peu chargée ),
et il faut justifier toutes les étapes.
Les délais sont plus importants ( temps de maturité du béton ) et des traitements thermiques sont parfois nécessaires.

1-2°/ Obtention de la précontrainte:

Précontrainte par pré-tension:

Les fils adhérents sont tendus avant coulage dans le moule.


On coule le béton, en général chauffé autour de 60 °.
Après un durcissement jugé suffisant ( par calcul et essais antérieurs), on libère les extrémités des fils.
Par adhérence la précontrainte de compression est transmise au béton.

Précontrainte par post-tension interne:

Des gaines sont placées dans le coffrage.


On coule le béton à température ambiante ou légèrement chauffées par calorifugeage.
On glisse les cables non adhérents dans les gaines.
Après un délai jugé suffisant on effectue les mises en tension des cables à des périodes et intervales fonction du projet et
des méthodes d'exécution de l'ouvrage.Le blocage se fait par différents systèmes de cales sur une zone de béton fretté.
On injecte un coulis de béton ( micro béton ).

Précontrainte par post-tension externe:

On coule le béton à température ambiante ou légèrement chauffées par calorifugeage.


Les gaines sont placéesà l'extérieur du béton ( dans la zone interieure du caisson ) et dans la position finale de l'ouvrage.
On glisse les cables non adhérents dans les gaines.
Après un délai jugé suffisant on effectue les mises en tension des cables à des périodes et intervales fonction du projet et
des méthodes d'exécution de l'ouvrage.Le blocage se fait par différents systèmes de cales sur une zone de béton fretté.
On injecte un coulis de béton ( micro béton ), ou de la graisse minérale.

1-3°/ Etapes de conception des ouvrages d'art:

Cahier des charges:


Charges d'exploitation
Géométrie et gabarit
Portée
forme de la section
caractéristiques du béton et des aciers.

Dimensionnement ;
de la section ( hauteur )
de la précontrainte : effort et excentrement
choix de la méthode de mise en précontrainte

Vérification:
des sections critiques ajustement de la section et du tracé des cables.

Calcul des armatures passives.


Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 3
Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

Chapitre 2 - Réglementation.

références:
BPEL 91
Fascicule 62, section II du CCTG
Eurocode 2 ( BA et BP )

Le cours de béton armé (BAEL 91) est supposé acquis.

2-1°/ Etats limites:

2-1-1°/ Etats Limites Ultimes (ELU):

ELU d'équilibre statique


ELU de résistance
ELU de stabilité de forme

Etat Limite de Fatigue.

2-1-2°/ Etat Limite de Service (ELS):


___
ELS de compression du béton (contrainte admissible sbc du béton comprimé )
ELS de décompression du béton (atteinte d'une contrainte nulle sur la fibre la moins comprimée)
ELS de formation des fissures (atteinte d'une contrainte de traction ftj)
ELS d'ouverture des fissures ( fissuration + ou - préjudiciable)

2-1-3°/ Classes de vérification:

Pour les ELS il y a 3 classes de vérification:

Classe I (la plus pénalisante):


elle concerne les pièces soumises à la traction simple (tirants, parois de réservoire contenant des fluides) et les pièces sollicitées à la
fatigue.

Classe II (la plus courante):


cas des éléments exposés à des ambiances agressives ou comportant de nombreux joints (ouvrages d'art).

Classe III (la moins pénalisante):


pièces en atmosphère peu agressive (cas des bâtiments).

2-2°/ Actions et sollicitations:

2-2-1°/ Actions:

Il s'agit des actions mécaniques appliquées sur la structure (forces et/ou moments).

actions permanentes: G (poids propre et charges constantes)


actions variables: Q, W, Sn (charges d'exploitation, actions climatiques)
Action de la précontrainte: P
Effet de la température: T
Actions accidentelles: FA ( séismes par exemple)

Combinaisons (BPEL 91 A.4.5):

ELU:
Combinaisons fondamentales: gp .Pm + 1,35.Gmax + Gmin + gQ1.Q1 + S1,3y0i.Qik

souvent: Pm + 1,35G + 1,5 Q

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 4


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE
Pm = valeur probable de la précontrainte = Po - DP
DP = pertes de précontrainte
ELS:
Combinaisons fréquentes: Pd + Gmax + Gmin + y11 Q1k + Sy0i.Qik

Combinaisons quasi-permanentes: Pd + Gmax + Gmin + Sy0i.Qik

souvent: Pd + G
Pd représente la valeur la plus défavorable entre P1 et P2:

P1 = 1,02 . Po - 0,8 DP
P2 = 0,98 . Po - 1,2 DP

DP, Pm et Pd dépendent de l'abcisse x et du temps t, en fonction des pertes de précontrainte.

2-2-2°/ Sollicitations:

Ce sont les éléments de réduction (N,V,M) provenant de la RDM (modèle élastique linéaire).

2-3°/ Définition des sections:

2-3-1°/ Sections brutes:


Pour la prise en compte du poids propre et des calculs de rigidité de la structure.

Section brute = section totale du béton sans réduction des conduits et ancrages.

2-3-2°/ Sections non fissurées:


Sections nettes, pour le calcul des contraintes à l'ELS en classe I et II.

Section nette = Section totale du béton avec déduction des conduits et ancrages.

Sections homogènes, pour prendre en compte une partie passive d'armatures actives adhérentes.

Section homogène = section nette +


(section d'armatures longitudinales adhérentes)
x (Coeficient d'équivalence ni = 5 si instantanné ou nv = 15 si long terme)
+ les section d'armatures passives dans les mêmes conditions si elles sont
conformes aux articles A.6 et A.8.1 du BAEL 91

2-3-3°/ Sections fissurées:


Pour le calcul aux ELS en classe III:

Section homogénéisée et réduite = (Section du béton comprimé seul)


+ (section d'armatures passives )x (nv)
+ (section d'armatures de précontrainte) x (n v )x (r)

r= 1 en cas de pré-tension
0,5 en ces de post-tension avec injection de coulis
0 en cas de post-tension avec torons gainés graissés.

2-3-4°/ section d'enrobage:


Pour certaines vérifications en classe II:

Section d'enrobage = section grisée c

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 5


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

2-3-5°/ Sections en Té:


Concerne les zones à hourdis pour lesquelles des dispositions règlementaires sont prévues dans le BPEL 91.
Chapitre 3 - Caractéristiques des matériaux.

3-1°/ Bétons:

3-1-1°/ résistance en compression:

Résistance caractéristique requise. fc28 = 20 à 60 Mpa


de préférence: 30 35 40 45 50 55 60 Mpa

Essais de contrôle: fcm = moyenne des n essais de compression


fcm >= 1,10 fcj(conforme au fascicule 65 du CCTG)
fcm>= 1,25 fcj

fcj = fc28 si t>= 28 jours

j
f cj = f c28 si fc 28  40 . Mpa
(4,76 + 0,83 j)

j
f cj = f c28 si fc 28  40 . Mpa
(1,40 + 0,95 j)
Contrainte de calcul ELU:
fbu = voir cours de BAEL

Contraintes admissibles ELS: ___ ___


sM et sm
(voir pages suivantes le tableau récapitulatif paragraphe 3-4).

3-1-2°/ Déformations instantannées:

module de déformation instantannée à j jours:


E ij  11000 . 3 fcj
3-1-3°/Déformations différées:

retrait: er(t) = er.r(t)

avec: er = 3.10-4 dans le quart sud-est de la France


er = 2.10-4 dans les autres régions

t
r (t )  avec t = temps et rm le rayon moyen en cm
t  9 rm
B
rm 
u

1 E ij
Fluage: dans les cas courants,  fl(t) =  . f ( t  t 1) avec  = 2 lorsque E v j =
E ij 1+
et: s1 = contrainte de compression du béton au moment du
chargement.
( t  t 1)
f ( t  t 1) 
( t  t 1 )  5. r m
3-2°/ Armatures de précontrainte:

fils tréfilés à froid ou fils trempés et revenus: f 4, 5, 6, 7, 8, 10, 12.2 classes 1570 , 1670 et 1770 Mpa
barres à haute résistance: f 20, 26, 32 classes 1030 ou 1230 Mpa

La précontrainte par pré-tension se fait uniquement par des torons et fils autres que les ronds lisses.
Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 6
Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

3-2-1°/ Résistance:

Charge maximale de rupture garantie: Fprg Contrainte associée: fprg


Charge de limite conventionnelle d'élasticité: Fpeg Contrainte associée: fpeg
Section nominale: Ap

3-2-2°/Relaxation:
r1000 = 2,5 % pour la classe TBR (Très Basse Relaxation)
r1000 = 8 % pour la classe RN (Relaxation Normale)

3-2-3°/ Adhérence:

Précontrainte par post-tension: Valeurs selon les résultats expérimentaux

Précontrainte par pré-tension:

Longueur conventionnelle de scellement: lcs = 100 Fn pour les fils (ronds lisses exclus) et torons de 3 fil
lcs = 75 Fn pour les torons de 7 fils


Longueur nominale de scellement: lsn  . lcs  2 ( 40  fcm ) avec lcs et lsn en cm
0, 85

pr
= avec spr = tension d'origine
fprg

Coefficient de fissuration: hp = 1,3 pour les torons de 3 ou 7 fils


1 pour les fils ronds (lisses exclus)

Coefficient d'adhérence: yp = 1,3 pour les torons de 3 ou 7 fils


1 pour les fils ronds (lisses exclus)

3-2-4°/Déformations:

Module d'élasticité: Ep = 200 000 Mpa pour les fils et barres


Ep = 190 000 Mpa pour les torons

Diagramme contrainte-déformations:
fpeg
pour les fils tréfilés et torons: pour p  0, 9. sp = Ep.ep
s
5
fpeg  s.p 
pour p > 0, 9.
p

s p =   0,9 
Ep  fpeg 
p

 p

0 2%
fpeg fpeg
pour les fils trempés et revenus et les barres: pour: p   p  E p . p sinon p 
s s
p

p
0

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 7


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE
Ce dernier diagramme est toléré pour les fils tréfilés et torons si on ne recherche pas une grande précsion.

3-3°/ Armatures passives:


Voir le cours de béton armé BAEL 91

3-4°/ Tableau récapitulatif des contraintes admissibles à l'ELS:

En En En En
construction: exploitation: exploitation: exploitations:
combinaisons rares combinaisons combinaisons combinaisons
Classe. Contraintes. rares. fréquentes. quasi
permanentes.
I
m 0 , 7 . ftj
Calcul en
section non
0
fissurée toute section

M 0 , 6 . fcj 0 , 6 . fc 28 0 , 6 . fc 28 0 , 5 . fc 28
toute section
II
 m
calcul en
section non en section 0 , 7 . ftj  ft 28 0
fissurée d'enrobage

 m
1, 5 . ftj 1, 5 ft 28
hors section
d'enrobage

M 0 , 6 . fcj 0 , 6 . fc 28 0 , 6 . fc 28 0 , 5 . fc 28
toute section
III
calcul en
st 2  2 0 , 35 . fe
section min . fe; 110. . ftj min . fe; 110. . ftj 
fissurée armatures passives 3  3 

Surtension maxi des


armatures actives: 0 , 10 . fprg 0 , 10 . fprg
100 Mpa
min( 0 , 10 fprg; 150 p ) min( 0 , 10 fprg; 150 p )
pour des sections Ap pour des sections Ap
adhérentes adhérentes
m 0 en section
toute section d'enrobage

M 0 , 6 . fcj 0 , 6 . fc 28 0 , 6 . fc 28 0 , 5 . fc 28
toute section

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 8


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

Chapitre 4 - Justification de la précontrainte.

4-1°/ Cas d'une précontrainte centrée:


Poutre sur deux appuis simples avec charge uniformément répartie.

longueur entre appuis: l

p / ml

Po Po
YA YB
pl / 2 pl / 2

p. l 2
La valeur du moment fléchissant maxi placé au centre de la poutre est : Mf 
8

Mf
La contrainte normale due au moment fléchissant est:  .y avec y extrème = +/- v
I
(si fibre supérieure) +v
(si fibre inférieure) -v
N
La contrainte normame dué à l'effort normal est:  avec N = po
S

Mf N
La superposition des deux contraintes donne:  .y 
I S

La contrainte de compression du béton est limitée par la valeur admissible conforme au BAEL 91.
La contrainte de traction sera limitée à celle des aciers compris les recommendations BAEL 91.
Dans une évaluation aux ELS le diagramme des contraintes (dit de Navier) sera conforme à la théorie de la RDM:
La valeur y1 correspond à la fibre neutre du béton homogénéisé soumis à la flexion seule.
Mser Po
bc  . y1 
I1 B
Mser Po
en valeur globale: (1) sc  . n .( y 1  d' )  en tenant compte des conventions du BAEL 91.
I1 B
Mser Po
st  . n .( d  y 1 ) 
I1 B

Il s'avère intéressant d'augmenter Po jusqu'à obtenir la contrainte maxi du béton, car cela permet d'augmenter le moment de service
sans changer la section de béton.

bc   ' contrainte admissible du béton comprimé.

  Mser 
On trouve pour Po: Po   . y 1   '. B (2)
 I1 

Dans cette relation Po évolue avec Mser. En général le chargement se fait après la mise en précontrainte (Po). Une première
limitation sera donc:

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 9


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

Po  '. B avec une contrainte nominale fc28 de compression variant de 20 à 60 Mpa, ce qui donne 12 à 36 Mpa pour s

Mais cela n'est pas suffisant, car le moment de service provoque une augmentation de la contrainte de compression.
Il faut encadrer la contrainte réelle du béton par rapport aux contraintes admissibles supérieures et inférieures..
On peut supposer une contrainte en partie inférieure nulle afin qu'il ny ait pas de traction dans le béton.

Mser
Fibre inférieure:  inf  0 Po  .( h  y 1 ). B (3) dans cette relation Mser est une valeur définie fixe.
I1

Po . I 1
ou encore: Mser  (4)
B.( h  y 1 )

En replaçant cette valeur dans l'équation (2) on obtient:

B.( h  y 1 )
Po  '.
h

h
Dans ces conditions le béton n'aura pas besoin d'armatures passives tendues, mais alors dans ce cas: y1 
2

B
Po  ' .
2
Cette condition est plus restrictive que la première.
La section de béton sera entièrement comprimée, mais l'optimisation ne sera pas excellente. Le diagramme de contrainte se résume
à:

Partie supérieure comprimée

Le volume engendré par le triangle


correspond à la charge de
précontrainte Po =  .B/2

Partie inférieure à contrainte nulle

4-2°/ Cas d'une poutre à précontrainte excentrée et excentrement constant:

Charge répartie q/ml

Po Po
Longueur L
eo
YA = q x L / 2 YB = q x L / 2

Dans ce nouvel exemple, On considèrera qu'il existe toujours un moment fléchissant minimum correspondant au poids propre de
l'ouvrage.
Dans la partie centrale de l'ouvrage cela donnera:

 . S. L2
Mf min 
8

L'effort de précontrainte excentrée de eo (valeur algébrique) donne:

Mf ( Po )  Po . eo avec dans notre exemple eo négatif

A vide on considèrera comme hypothèse que la fibre inférieure du béton a une contrainte bc   ' admissible.
Le moment de service à vide est:

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 10


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

  . S. L2 
 . S. L2   Po. eo 
Mser ( inf )   Po . eo et Mser (inf) Po  8  Po
8 '  .  y 1  h   .  y 1  h 
I1 S I1 S
expression prise ici avec les conventions du BAEL 91 (compression = contrainte positive). De cette façon on trouve:

S   . S. L2 
Po  .  '. I 1  .  y 1  h  (1)
I 1  e0. S.  y 1  h  8 
Maintenant il faut vérifier si en fibre supérieure la contrainte du béton ne se situe pas en traction. Dans ce cas il faudra limiter la
valeur Po pour aboutir à une contrainte nulle en fibre supérieure.
L'expression de la contrainte normale en fibre supérieure s'écrit:

Mser ( inf ) Po
'  . y1  0 lorsqu'on se place dans le cas limite de non fissuration du béton.
I1 S

  . S 2 . L2 . y 1 
On obtient alors: Po    (2)
 8.  eo. y 1.S  I 1 

Il faut comparer les drésultats (1) et (2) pour choisir la solution la plus restrictive. Nos calculs ont été menés pour une section de
béton quelconque, avec ou sans armatures passives.
En choisissant un exemple simple, une poutre à section rectangulaire sans acier passif, ces deux expressions donnent:

b. h  3 
po  .  '. h  .  . L2  pour l'équation (1)
h  6. eo  4 

3.  . b. h. L2
Po  pour l'équation (2)
4.  6. eo  h
Maintenant, passons à la phase chargement et voyons jusqu'à quelle valeur du Moment de service on peut aller sans avoir besoin
d'acier passif tendu. Nous reprendrons la valeur (2) de l'exemple de la poutre rectangulaire.
En phase de chargement, le point limite se situe lorsque la fibre inférieure risque de se retrouver tendue, d'où fissuration du béton.

  . S  q  . L2 (3) (du au chargement et au poids propre)


Mf max 
8

  . S  q  . L2 (4) a (avec l'effet de la précontrainte)


Mser (sup)   Po. eo
8
La contrainte correspondante en fibre inférieure est limitée à 0:

 (  . S  q ). L2 
  Po . e o 
Mser (sup) Po  8  Po
'  .  y 1  h   .  y 1  h  0
I1 S I1 S
qui se simplie dans notre cas de poutre rectangulaire sans acier passif:

4. Po
q .  h  6. eo    . b. h
3. L2
charge que l'on peut solliciter sur cette poutre sans acier passif tendu.
12.  . b. h. eo
q
h  6. eo
Exemple numérique: h= 10 cm eo = -3cm b=1,00 m r = 2400 daN / m3

q = 10,8 daN / cm soit 1080 daN / m

Dans le cas d'armatures passives, c'est la contrainte admissible des aciers tendus qui servira de clause restrictive ( cf. classe III ).
Mais comme dans le cas de la précontrainte centrée, c'est la limite de fissuration (contrainte de traction) qui est déterminante.

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 11


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE
Ce cas particulier nous indique que la condition la plus restrictive se situe en fibre supérieure. Cela n'est pas utopique.
C'est ce qui se passe lorsqu'on utilise par exemple des prédalles précontraintes préfabriquées.
L'approche de ces deux cas nous montre que le dimensionnement d'une poutre en béton précontraint nous amène à vérifier les
limites de résistance à la compression et la limite de fissuration pour la zone qui risque d'être tendue.
L'intérêt de cette technique se situe dans l'augmentation du moment résistant en phase de chargement. On peut ainsi diminuer la
section de béton, mettre moins d'aciers passifs, et avoir des structures plus légères, donc plus esthétiques, et moins pénalisantes
pour les fondations. Le coût élevé d'une structure précontrainte se trouve largement compensé par le gain sur les quantités de
l'ensemble de l'ouvrage.

Chapitre 5 - Effort de Précontrainte.

L'effort de précontrainte est caractérisée par: F p   p . Ap noté P dans les combinaisons d'action.
La contrainte s varie de spo à sp(x,t) le long de la poutre et le temps t. C'est ce que l'on appelle la perte de précontrainte.

5-1°/ Tension à l'origine:

  min.  0,80. f ;0,90. f


po prg peg  dans les cas de post-tension et s'il n'y a pas de précaution particulière.

  min.  0,85. f ;0,95. f


po prg peg  dans le cas de pré-tension en usine, avec justification de la qualité de
réalisation.

5-2°/ Pertes de tension:

Post-tension Pré- Tension


Sans traitement thermique: Avec traitement thermique
Instantannées:
- Frottement des armatures: -Frottement des armatures -Frottement des armatures
(abouts et déviateurs): (abouts et déviateurs):
f ( x ) f f
-Rentrée d' ancrage, (1 à 6 mm): -Rentrée d'ancrage: -Rentrée d'ancrage:
g g g
-Raccourcissement instantanné du -Raccourcissement instantanné du -Raccourcissement instantanné du
béton: béton: béton:
 n pi  n 
-Retrait du béton: -Retrait du béton:
r 1 r 1

-Relaxation de l'acier: -Relaxation de l'acier:


p1 p1
-Manque d'adhérence dans les -Manque d'adhérence dans les
zones de scellement. zones de scellement.

-Effet therrmique du béton.

Instantannées
Totales: i ( x ) i i

Différées -Retrait du béton: -Relaxation des aciers


r -Fluage du béton
-Fluage du béton:
fl
Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 12
Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

-Relaxation de l'acier:
p
5
Différées d  r   fl    p Formule de concomitance.
6
Totales:

5-3°/ Estimations approximatives des pertes:

A la mise en précontrainte: A long terme:


Post-tension avec cables de moins de 30
m i  10%
Pré-tension avec traitement thermique
P 1  0 , 94. Po
P 2  0 , 86. Po d  i  25%
Post-tension avec cables de plus de 50 m P 1  0 , 82. Po
Pré-tension sans traitement thermique i  15%
P 2  0 , 68 . Po
P 1  0 , 90. Po
P 2  0 , 80. Po

5-4°/ Evaluation des pertes:

5-4-1°/ pertes de tension instantanées:

5-3-1-1°/ Frottement des armatures de précontrainte:

Elles sont dues au frottement des armatures de précontrainte dans leur gaines: P  Po . e  f avec f le coefficient de
frottement

Pour les imperfections de la partie rectiligne on prend une déviation par mètre de :
d  1 / m
d'ou une perte par unité de longueur de:   f . d  2  3 . 10 3 / ml
Po


P  Po. e  f x
P(x)
 ( x )  o. e  f x
0 x

Pour un tracé parabolique du cable on obtient:


 ( x)  o.  1  f  x 

5-4-1-2°/Pertes de tension à l'ancrage:

dues au glissement du cable par rapport à sa tête d'ancrage et se traduisant par un déplacement noté g (fourni par le
constructeur).

5-4-1-3°/ Raccourcissement instantanné du béton:

Pour le nième cable mis en tension de façon non simultanné, le raccourcissement du béton vaut:

n 1 Ep
n  .bj. avec n = nombre de cables tendus successivement
2. n Ebj
Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 13
Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE
sbj = contrainte dans le béton au niveau du CDG des cables

5-4-2°/ Pertes différées:


5-4-2-1°/ Retrait du béton:
r  r.  1  r ( t ) . Ep
  310
. 4  sud  est de la France
r

  2.10 4  autres
r

5-4-2-2°/ Fluage du béton:


Ep
fl   b  M  .
Eij
Ep
ou: sM= contrainte maximale supportée par le béton à l'ELS et si  1, 5 b alors: fl   2,5b  .
Eij
sb= contrainte réelle finale du béton (au CDG des armatures de précontrainte) sous combinaison quasi-
permanentes

5-4-2-3°/ relaxation de l'acier:


6  pi ( x ) 
p  .  1000.  o .pi ( x )
100  fprg 
avec: o  0,43 TBR
o  0,30 RN
o  0,35 autres

5-5°/ pertes de tension dans le cas de la pré-tension:

5-5-1°/ Pertes à la mise en oeuvre:

5-5-1-1°/ à la mise en tension:


Ep
glissement g de l'armature par rapport à son ancrage sur le banc: g  g .
Lb
Lb = longueur du banc de fabrication.

frottement au niveau des déviateurs: 1% de perte environ

5-5-1-2°/ Entre mise en tension et mise en précontrainte: valeur forfaitaire.

5-5-1-3°/ à la mise en précontrainte:

Ep
raccourcissement du béton: pi  bj. .  1  ki 
Ebj
ki défini dans l'annexe 1 du BPEL 91

pertes par manque d'adhérence dans les zones de scellement: paragraphe 3-2-3

5-5-2°/Pertes différées:

Les calculs se mènent de la même façon que pour la précontrainte par post-tension.

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 14


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

Chapitre 6 - Vérification d'une section - exemple

6-1°/ Données géométriques:

1,50
0,28

0,50 4,50
0,50 10,00

6-2°/ Données mécaniques - chargement:

-Charge d'exploitation: p = 30 kN / m
-Ouvrage en classe II
-Mise en tension au bout de 14 jours: fc14 = voir règlement fc28 = 35 Mpa
-Précontrainte par 6 cables de 12 f 7: fprg = 1402 Mpa fpeg = 1230 Mpa
-Module d'Young : Ep = 190 000 Mpa
-Force de précontrainte: Po = 3695 kN
-Pertes instantannées: 6 % de Po
-Pertes différées: 10,7 % de Po
-poids propre du béton:  béton  2500. daN / m 3

6-3°/ Caractéristiques géométriques de la section:

Section brut de béton: B  0 ,50 x 1,50  0 ,75 m 2

b. h 3
I 12 1
Rendement géométrique d'une section:    (voir cours de RDM 1ère année)
B. v. v ' h h 3
b. h. .
2 2
b. h 3 I I
Moment quadratique de la section de béton: I  0,1406m 4   0 ,1875
12 v v'

I
i  0 ,433
Rayon de giration: B
i 2  0 ,1875

6-4°/ Calcul des moments fléchissants mini et maxi:

0,75 x 0 ,025 x 20 2
Mm   0 ,9375. MN . m  93,75.10 3 . daN . m
8

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 15


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

0 ,030 x 20 2
MM  0 ,9375   2 ,4375 M N . m  243,75.10 3 . daN . m
8

6-5°/Calcul des contraintes limites dun béton:


 M  0 ,6 . f c 2 8  2 1. M p a
6-5-1°/ Contraintes limites du béton en exploitation (28 jours):
  f
m t 28  0 , 6  0 ,0 6 x 3 5  2 ,7 . M pa
6-5-2°/contraintes limites en phase de construction (14 jours):
(hors section d'enrobage)
14
f c 14  . f c 2 8  2 9 , 9 1. M p a
 4 , 7 6  0 ,8 3 x 1 4 
 M  0 , 6 . fc 1 4  1 7 , 9 5 . M p a
 m  1 ,5 x f t 1 4  1 ,5 x ( 0 , 6  0 , 0 6 x 2 9 , 9 1 )  3 ,5 9 . M p a

dans la section d'enrobage: ft 14  2 , 39 . Mpa

6-6°/Pertes de tension:

6-6-1°/Pertes instantannées:

6-6-1-1°/Frottement des armatures de précontrainte:

 0 ,28 
  Arctg    3,5605  6 ,2141.10  2 rd
 4 ,50 
f  0 ,16 / rd
f   0 ,16.6 ,2141.10  2  9 ,943.10  3
 d  1 / m  17 ,455.10  3 rd / m
 x  f . d . x  0 ,16 x17 ,455.10  3 x 5,50  15,36.10  3
 P  Po . (1  e   f   x  )  3695. (1  e 
(  9 , 943  15 , 36 ).10  3 
)  92 ,32 . KN

6-6-1-2°/Pertes de tension à l'ancrage:

déplacement g (donné par le constructeuret et égal à 1mm si TBR ou 6 mm si RN), il n'intervient que dans la
zone d'ancrage. Au milieu de la poutre (objet de l'étude ici), il n'y apas lieu d'en tenir compte.

6-6-1-3°/Raccourcissement instantanné du béton:

La mise en tension se fait par gaine, soit ici en 6 fois.

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 16


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE
n1 Ep
n  .  bj .
2. n E bj
M m  P o. e o Po
 bj  .y 
I B
y   2 8 . cm  e o
 93 ,7 5.1 0 5  36 9 5 0 0 .28  36 9 5 0 0
 bj  4 .   28    47 ,3 3. da N / cm 2  4 ,73. M p a
14 0 6 .1 0 75 0 0
E p  1 9 0 0 00 . M p a
E b 1 4  11 0 0 0 . f c 14  1 1 0 0 0 . 3 2 9 ,91  34 1 4 5. M p a
61 1 9 0 0 00
 6  .4 ,73.  10 ,9 7 . M pa
2 .6 34 1 4 5
51 1 9 0 0 00
 5  .4 ,7 3.  1 0 ,53. M p a
2 .5 34145
41 19 0 0 0 0
 4  .4 , 7 3 .  9 ,87 . M p a
2 .4 34145
31 1 9 0 0 00
 3  .4 , 7 3 .  8 ,77 . M p a
2 .3 34 1 4 5
21 19 0 0 0 0
 2  .4 , 7 3 .  6 ,58 . M p a
2 .2 34145
 6
1
  n  4 6 ,7 2 . M pa   P n    n . A p  46 7 ,2 .27 ,7 0 9  12 9 4 6 . da N  1 2 9 ,4 6 . K N

6-6-1-4°/Total des pertes instantannées:  P i  9 2 ,3 2  1 2 9 ,4 6  2 2 1,7 8 . K N


Dans l'énoncé, il était indiqué 6 % à priori, soit une perte de : 221,7 KN, ce qui est sensiblement le même
résultat que la valeur forfaitaire.

6-6-2°/Pertes différées:

6-6-2-1°/Retrait du béton:

Par simplification on prendra le retrait à t infini, soit: er=2.10 -4 soit:


  r  2 .10 .190000  38. Mpa
4

6-6-2-2°/ Fluage du béton:

Ep Ep
  fl    b   M  . ou par la formule forfaitaire:   fl  2 ,5. b.
E ij E ij
190000
ce qui donne dans ce cas:   fl  2 ,5.4 ,73.  65,80. Mpa
34145
6-6-2-3°/Relaxation de l'acier:

Le coefficient de relaxation r1000 à 1000 heures est donné par le constructeur:


7 % pour les RN
2,5 % pour les TBR
Nous aurons ici des cables de type RN.
6   pi ( x )  6  1333,5 
p   1000.    o .  pi ( x )  .7 .   0 ,3 .1333,5  364 ,7 . M pa
100  f prg  100  1402 

5 5
d  r  n  .   p  38  65 ,8  .364 ,7  407 , 72 . M pa
6-6-2-4°/Bilan des pertes différées: 6 6
 P d    d . A p  4077 , 2  27 , 709  112975. daN  1129 , 75. K N
1 0 ,7
La valeur forfaitaire donne:  P d  1 0 ,7 % . P o  .3 6 9 5  3 9 5 . K N
100
Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 17
Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

Cette valeur forfaitaire est sous-estimée par rapport aux calculs conformes au BPEL 91. Cela est du
essentiellement par le choix des cables de précontrainte de type RN.

6-6-3°/ Bilan global:

 P   P i   P d  2 2 1 , 7 8  1 1 2 9 , 7 5  1 3 5 3 ,5 3 . K N

6-7°/Vérification suivant les différentes phases:

m    y   M
D'une façon générale, en classe I ou II il faut vérifier: y P
 m   M se r  P . e o .   M
I B
6-7-1°/ Précontrainte en phase d'exécution:

P 1  1,02 . Po  0 ,8.  P  1,02  3695  0 ,8  1353,53  2686 ,08 KN


6-7-2°/Précontrainte en phase d'utilisation:

P 2  0 , 98 . P o  1, 2 .  P  0 , 98  3695  1,2  1353 ,5 3  1996 ,87 K N


6-7-3°/ Vérification en phase de construction:

y P
 m   M ser  P . e o  .  M
I B
M ser  M m  9 3,75.10 3 daN . m
P . e o  P 1. e o  2686 ,0 8  (  0 ,28 )   752 ,10. K N . m   75201,00. daN . m
M ser  P . e o   93 ,75  75,201  10 3  18 ,55  10 3 daN . m

Il faut vérifier les valeurs des contraintes du béton pour les fibres extrèmes, soit:
y = v = 0,75 m et y = v' = -0,75 m

0 ,75 268608
en fibre supérieure:  b  13,03.10 3    427655daN / m 2  4 ,28 M pa
0 ,1406 0 ,75
compression à comparer avec:   3,59 . M pa ( traction )
m

 0 ,28 268608
en fibre section d'enrobage:  b  13 , 03  10    332195 daN / m 2  3 ,32 M pa
3
0 ,1406 0 ,75
compression à comparer avec:   0 . M p a ( tr a c tio n  n u lle )
m

 0 ,75 268608
en fibre inférieure:  b  13,03  10 3    288638 daN / m 2  2 ,89 M pa
0 ,1406 0 ,75
(compression)
compression à comparer avec:  M  1 7 , 9 5. M p a
Ces trois conditions sont vérifiées.

6-7-3°/ Vérification en phase d'utilsation:

y P
 m   M ser  P . e o  .
  M
I B
M ser  M M  243 ,75.10 3 daN . m
P . e o  P 2 . e o  1996 ,87  (  0 ,28 )   559 ,12 K N . m   55912 daN . m
M ser  P  e o   243,75  55,912   10 3  187 ,84  10 3 daN . m

Il faut vérifier les valeurs des contraintes du béton pour les fibres extrèmes, soit:
y = v = 0,75 m et y = v' = -0,75 m

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 18


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE
0 , 75 1 9 96 8 7
en fibre supérieure:  b  1 8 7 ,84  1 0 3    1 2 6 82 4 1d a N / m 2  1 2 , 6 8 M p a
0 ,1 4 0 6 0 , 75
compression à comparer avec:   21. Mpa (compression )
M

 0 , 2 8 1 99 6 8 7
en fibre section d'enrobage:  b  1 87 ,8 4  1 0     1 0 7 8 2 7 d aN / m 2   1, 0 8 M p a
3
0 ,1 4 0 6 0 ,7 5
traction à comparer avec:   0. Mpa (traction nulle )
m

 0 ,7 5 1 9 9 6 8 7
en fibre inférieure:  b  1 8 7 ,8 4  1 0 3     7 3 5 7 4 2 d a N / m 2   7 ,3 6 M p a
0 ,1 4 0 6 0 ,7 5
(compression)
traction à comparer avec: m  2,7. Mpa (traction  ft 28 )
Seule la première condition est vérifiée, les deux autres ne le sont pas .
Il faut donc proposer une autre solution.

6-8°/ 2ème essai.Pertes de tension

Un 7ème cable est rajouté ce qui donne Po = 4311 KN Section Ap = 32,327 cm2
L'excentrement eo sera augmenté jusqu'à la valeur eo= 40 cm.
Le béton sera de qualité "Hautes performances" avec: fc28 = 45 Mpa
utilisation:
  0 ,6 . f
M c 28  27 . M pa
 m  0 ,6  0 ,06. fc 28  3,3. M pa
exé cution: (14 jours )
14 14
f c 14  . f c 28  .45  42 ,8. M pa
1,4  0 ,95 j 1,4  0 ,95.14
 M  0 ,6. f c 14  0 ,6.42 ,8  25,7 . M pa
 m  0 ,6  0 ,06. fc14  3,17 . M pa
vé rifier:1,5. ft 14  4 ,75. M pa

6-8-1°/Pertes instantannées:

6-8-1-1°/Frottement des armatures de précontrainte:


 0 ,40 
  Arctg    5,08  8 ,865.10  2 rd
 4 ,50 
f  0 ,16 / rd
f   0 ,16 .8 ,865.10  2  14 ,19 .10  3
 d  1 / m  17 ,45.10  3 rd / m
 x  f .  d . x  0 ,16 x 17 ,45.10  3 x 5,50  15,36.10  3
 P  P o . (1  e   f   x  )  4311. (1  e 
(  14 , 19  1 5 , 36 ). 10  3 
)  125,53. K N

6-8-1-2°/Pertes de tension à l'ancrage: Pour les mêmes raisons que précédement on n'en tiendra pas compte.

6-8-1-3°/Raccourcissement instantanné du béton:

La mise en tension se fait par gaine, soit ici en 7 fois.

n1 Ep
n  . bj.
2. n Ebj
M m  P o. e o Po
 bj  .y 
I B
y   40. cm  eo
 93,7510
. 5  369500.40 369500
 bj  4 .  40   64 ,64. daN / cm 2  6,46. Mpa
1406.10 7500
Ep  190000. Mpa
Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 19
Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

E b 14  11000 . 3 f c 14  11000. 3 42 ,8  38478. M pa


71 190000
 7  .6 ,46 .  13 ,67 . M pa
2 .7 38478
61 190000
 6  .6 ,46 .  13 ,29 . M pa
2 .6 38478
51 190000
 5  .6 ,46.  12 ,76 . M pa
2 .5 38478
41 190000
 4  .6 ,46 .  11,96. M pa
2 .4 38478
31 190000
 3  .6 ,46 .  10 ,63. M pa
2 .3 38478
21 190000
 2  .6 ,46 .  7 ,98 . M pa
2 .2 38478
 7
1
  n  70 ,29 . M pa   P n    n . A p  702 ,9 .27 ,709  19477 . daN  194 ,77 . K N

6-8-1-4°/Total des pertes instantannées:  P i  1 2 5 ,5 3  1 9 4 , 7 7  3 2 0 , 3 0 . K N


6-8-2°/Pertes différées:

6-8-2-1°/Retrait du béton:

Par simplification on prendra le retrait à t infini, soit: er=2.10 -4 soit:


  r  2 .10 .190000  38. Mpa
4

6-8-2-2°/ Fluage du béton:


Ep Ep
  fl    b   M  . ou par la formule forfaitaire:   fl  2 ,5. b.
E ij E ij
190000
ce qui donne dans ce cas:   fl  2 ,5.6 ,46.  79 ,75. M pa
38478
6-8-2-3°/Relaxation de l'acier:
Le coefficient de relaxation r1000 à 1000 heures est donné par le constructeur:
7 % pour les RN
2,5 % pour les TBR
Nous aurons ici des cables de type TBR (2,5 %).
Pi 399100
Pi  320,30. KN  Pi  Po  Pi  4311  320,30  3991. KN  Pi    12346. daN / cm 2  1234,6. Mp
Ap 32,327
6  pi ( x )  6  1234,6 
p   1000.  o .pi ( x )  .2,5.  0,43.1234,6  60,12. Mpa
100  f prg  100  1636 

5 5
 d   r   n     p  38  79 ,75   60 ,12  167 ,85 Mpa
6-8-2-4°/Bilan des pertes différées: 6 6
 P d    d . A p  1678 ,5  32 ,327  54261daN  542 ,6 KN
10,7
La valeur forfaitaire donne: P d  10,7%. P o  .4311  461,27. KN
100
Cette valeur forfaitaire est inférieure à celle calculée conformément au BPEL 91.

6-8-3°/ Bilan global:

P  Pi  Pd  320,30  542,6  862,9 KN

6-9°/Vérification suivant les différentes phases:


Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 20
Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

m    y  M
D'une façon générale, en classe I ou II il faut vérifier: y P
 m   M ser  P . e o  .   M
I B
6-9-1°/ Précontrainte en phase d'exécution:

P 1  1 , 0 2  P o  0 , 8   P  1 , 0 2  4 3 1 1  0 ,8  8 6 2 , 9 0  3 7 0 6 , 9 . K N
6-9-2°/Précontrainte en phase d'utilisation:

P 2  0 ,9 8  P o  1,2   P  0 ,9 8  4 3 1 1  1,2  8 6 2 ,9  3 1 8 9 ,3 K N
6-9-3°/ Vérification en phase de construction:

y P
   M  P. e  .
m ser  o  M
I B
M ser  M m  93,75.10 3 daN . m
P . e o  P 1. e o  3706 ,9  (  0 ,40 )   1482 ,76 KN . m   148276. daN . m
M ser  P . e o   93,75  148 ,28   10 3   54 ,53  10 3 daN . m

Il faut vérifier les valeurs des contraintes du béton pour les fibres extrèmes, soit:
y = v = 0,75 m et y = v' = -0,75 m

0 ,75 370690
en fibre supérieure:  b   54 ,53  10 3    203375 daN / m 2  2 ,03 M pa
0 ,1406 0 ,75
Compression à comparer avec:    4 , 7 5. M pa ( tractio n )
m

 0,40 370690
en fibre section d'enrobage:  b   54 ,53  10 .   649389 daN / m 2  6,49. Mpa
3
0,1406 0,75
compression à comparer avec:   0. Mpa ( traction nulle )
m

 0 ,75 370690
en fibre inférieure:  b   54 ,53  10 3    785132 daN / m 2  7 ,85. Mpa
0 ,1406 0 ,75
compression à comparer avec:   25,7. Mpa
M

Ces trois conditions sont vérifiées.

6-9-3°/ Vérification en phase d'utilsation:


y P
 m   M ser  P . e o  .   M
I B
M ser  M M  243,75.10 3 daN . m
P . e o  P 2 . e o  3189  (  0 ,40 )   1275,6 KN . m   127560. daN . m
M ser  P . e o   243,75  127 ,56   10 3  116 ,19  10 3 daN . m

Il faut vérifier les valeurs des contraintes du béton pour les fibres extrèmes, soit:
y = v = 0,75 m et y = v' = -0,75 m

0,75 318930
en fibre supérieure:  b  116 ,19  10 3    1045030 daN / m 2  10 ,45 Mpa
0 ,1406 0,75
compression à comparer avec:   2 7. M p a ( c om p ressio n )
M

 0 ,40 318930
en fibre section d'enrobage:  b  116 ,19  10    94685daN / m 2  0 ,095 Mpa
3
0 ,1406 0 ,75
Traction à comparer avec:   0. M p a ( tra c tio n  n u lle )
m

 0 ,7 5 3 1 8 9 3 0
en fibre inférieure:  b  1 1 6 ,1 9  1 0 3     1 9 4 5 5 0 d a N / m 2   1,9 5 M p a
0 ,1 4 0 6 0 ,7 5
traction à comparer avec:    3,3. M pa ( traction  f )
m t 28

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 21


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE
Ce quatrième essai nous permet de répondre aux critères du règlement, avec toutefois une zone encore tendue pour le béton.
Le béton est loin d'être optimisé dans sa partie comprimée. Il y a encore des améliorations technologiques à proposer pour
optimiser l'ensemble de la structure.

6-10°/ Armatures passives


6-10-1°/Armatures passives tendues:
La hauteur de béton tendue doit être d'au moins 5 cm. Sinon, il n'y a pas lieu d'en mettre.

Bt Nbt ftj
As    avec: Bt = surface de béton tendu (cm 2)
1000 fe bt
Nbt = effort normal dans la partie de béton tendu = surface de la partie du diagramme
des contraintes dans la zone de béton tendu.
ftj = contrainte de traction du béton calculée à partir de fcj
sbt = Contrainte de traction réelle dans le béton tendu.

Valeur de hbt: cela correspond au lieu ou la contrainte est nulle.


soit 36 cm environ en dessous du CDG.
N bt hbt = 30 cm environ.
h
bt f t 28  3,3. Mpa  33. daN / cm 2
fe  400. Mpa  4000. daN / cm 2

bt
B t  b . h bt  50 .30  1500 . cm 2
 bt  1,95 Mpa  19 ,5daN / cm 2
hb 19 ,5  30  50
N bt   bt   b   15625daN
2 2
1500 14625 33
As     6 ,85cm 2
1000 4000 19 ,5

6-10-2°/Armatures de Peau:

6-10-2-1°/Longitudinales: 3cm2/ml de périmètre de section et si A/B > 0,1%


Les armatures pré-tendues peuvent servir d'armature de peau longitudinales.
A pl  3,00   1,50  0 ,50   2  12 cm 2
A pl 12 soit 24 HA 8 répartis sur le pourtour
  0 ,16%
B 7500

6-10-2-2°/Transversales: 2cm2/ml de parement mesuré // axe du CDG et placé sur le pourtour dans les zones
dépassant 40 cm de largeur.
Le choix se portera ici sur des cadres permettant de répondre à cet impératif , façonnés ici avec 4 cadres en HA 8 mm /
ml.

6-10-2-3°/ Minimum d'armatures transversales:


écartement maximal entre les armatures transversales:
 0 ,8 . h   0 ,8  1,5 0  1, 2 0 
   
S t  in f  3. b    3  0 ,5 0  1,5 0   1,0 0 m
 1,0 0 m   
   1,0 0 
choisi en fonction de critères technologiques. On prendra ici par exemple un écartement de 20 cm au droit des appuis pour
atteindre 1,00 m au centre.

Contrainte:
At


 s   u  0,14  f cj 2
1
 avec: br = largeur réduite au sens BPEL 91 modifié 97
br  St 0,9  f e
br = (50 - 7,8 x 4 ) = 18,8 cm
diamêtre d’une gaine de précontrainte: 7,8 cm . 7 gaines disposée en 2 lits de 4 et 3 gaines
gs = 1,15 ( idem BAEL 91)
fe = 400 Mpa fcj = fc14 = 29,91 Mpa en phase de construction et fcj = fc28 = 35 Mpa en phase d’utilisation

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 22


Lycée Technique Gustave Eiffel BP 83 57525 TALANGE

V 30  2000
u  u   11,8 daN 2  118
, Mpa
bo  d 2   18,8  0,9  150 cm

At  br  St 

 s   u  0,14  f cj 2
1
  18,8  25    118
,  0,14  35 
s
 0,53cm
1
2
2
0,9  f e 0,9  400
Les armatures transversales aus ens Effort tranchant sont du même ordre que ceux pour la précontrainte. On peut donc
conserver la valeur réglementaire spécifiée au point 6-102-3 .

Béton précontraint cours selon le BPEL 91 page 23

Vous aimerez peut-être aussi