Vous êtes sur la page 1sur 50

REPUBLIQUE TUNISIENNE

MINISTERE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L’EMPLOI


AGENCE TUNISIENNE DE LA FORMATION PROFESSIONNEL
CENTRE SECTORIEL DE FORMATION PROFESSIONNEL EN TRAVAUX
PUBLIC DE MORNAGUIA

RAPPORT DE STAGE OUVRIER

Entreprise Boudokhane Mokhtar


Du 18 DECEMBRE 2017 AU 13 JANVIER 2018

Elaboré par : Mr EDOH KODJO LUC AIME / CTP 26


Encadré par : Mr AMINE BOUSSAMI / Chef de projet

------ JANVIER 2018 -----


P a g e 2 | 50
Table des matières

Table des illustrations....................................................................................................................................2


Dédicace..........................................................................................................................................................2
Remerciements...............................................................................................................................................2
Introduction....................................................................................................................................................2
PARTIE I........................................................................................................................................................2
L’ENTREPRISE D’ACCUEIL......................................................................................................................2
CHAPITRE I :................................................................................................................................................2
I- LE GROUPE BOUDOKHANE............................................................................................................2
II- LA SOCIETE EBM...........................................................................................................................2
PARTIE II.......................................................................................................................................................2
LE DEROULEMENT DU STAGE.................................................................................................................2
CHAPITRE II :...............................................................................................................................................2
PRESENTATION DU PROJET.....................................................................................................................2
I. Présentation du Projet :.........................................................................................................................2
II. Description des travaux :...................................................................................................................2
III. MONTANT DU PROJET..................................................................................................................2
IV. LES DELAIS CONTRACTUELS....................................................................................................2
V. LES INTERVENANTS DANS L’EXECUTION DU PROJET..........................................................2
CHAPITRE III :.............................................................................................................................................2
L’INSTALLATION DU CHANTIER.............................................................................................................2
I- L’INSTALLATION DU CHANTIER..................................................................................................2
II- ROLE DE L'INSTALLATION DE CHANTIER............................................................................2
CHAPITRE IV :..............................................................................................................................................2
L’EXECUTION DES TRAVAUX..................................................................................................................2
I. Terrassements :......................................................................................................................................2
1. Définition :..............................................................................................................................................2
2. Les décapages :.......................................................................................................................................2
3. Les déblais :............................................................................................................................................2
4. Les remblais :..........................................................................................................................................2
II. Chaussées :..........................................................................................................................................2
1. Définition :..............................................................................................................................................2
2. Les différentes couches de la chaussée :................................................................................................2
III. Les travaux de drainage....................................................................................................................2
1. Généralité................................................................................................................................................2
CHAPITRE V :...............................................................................................................................................2
P a g e 3 | 50
LES ESSAIS AU LABORATOIRE................................................................................................................2
I- Définition :..............................................................................................................................................2
II- Les essais réalisés au laboratoire :....................................................................................................2
1. L’analyse granulométrique :..................................................................................................................2
2. Les essais Proctor :.................................................................................................................................2
3. Mesure de la teneur en eau :..................................................................................................................2
4. LIMITE D’ATTERBERG.......................................................................................................................2
A/ But de l’essai...........................................................................................................................................2
B/ Exécution de l’essaie...............................................................................................................................2
5. Essai d’équivalent de sable :...................................................................................................................2
Conclusion......................................................................................................................................................2
ANNEXES.......................................................................................................................................................2

Table des illustrations

FIGURE 1 : LES FILIALES DU GROUPE...............................................................................................................................2


FIGURE 2: ORGANIGRAMME DU GROUPE.....................................................................................................................2
FIGURE 3: ORGANIGRAMME DE LA SOCIÉTÉ..........................................................................................................................2
FIGURE 4: PARC ROULANT......................................................................................................................................................2
FIGURE 5: LES MOYENS DE LA SOCIÉTÉ..................................................................................................................................2
FIGURE 6: PROJETS DE REFERENCES.............................................................................................................................2
FIGURE 7: PROJETS EN COURS D'EXECUTION.............................................................................................................2
FIGURE 8:SITUATION GEOGRAPHIQUE DU PROJET...................................................................................................2
FIGURE 9: BARAQUE DE CHANTIER.........................................................................................................................................2
FIGURE 10:AIRE DE STOCKAGE DES GLISSIÈRES DE SÉCURITÉ..............................................................................................2
FIGURE 11: LES POSTES D'UNE INSTALLATION DE CHANTIER................................................................................................2
FIGURE 12:AIRE DE DÉPÔT DU MATÉRIEL..............................................................................................................................2
FIGURE 13:AIRE DE FERRAILLAGE..........................................................................................................................................2
FIGURE 14:CENTRALE GRH....................................................................................................................................................2
FIGURE 15: AIRE DE STOCKAGE DES GRANULATS..................................................................................................................2
FIGURE 16: LES ENGINS DE TERRASSEMENT...........................................................................................................................2
FIGURE 17:DÉCAPAGE DE LA TERRE VÉGÉTALE.....................................................................................................................2
FIGURE 18:DÉBLAI MIS EN DÉPÔT...........................................................................................................................................2
FIGURE 19:DÉBLAI ROCHEUX MIS EN DÉPÔT..........................................................................................................................2
FIGURE 20:ARROSAGE DU REMBLAI........................................................................................................................................2
FIGURE 21:ETALAGE DU REMBLAI ET MISE À NIVEAU DU SOL...............................................................................................2
FIGURE 22:COMPACTAGE D’UNE SECTION APRÈS LA MISE EN REMBLAI...............................................................................2
FIGURE 23: TERMINOLOGIE DE LA CHAUSSÉE........................................................................................................................2
FIGURE 24:COUCHE D’IMPRÉGNATION...................................................................................................................................2
FIGURE 25:REPANDAGE DU GRAVE BITUME...........................................................................................................................2
FIGURE 26:COMPACTAGE DU GRAVE BITUME........................................................................................................................2
FIGURE 27:COUCHE D’ACCROCHAGE......................................................................................................................................2
FIGURE 28:DISTINCTION ENTRE LES FONCTIONS DE DRAINAGE ET D’ASSAINISSEMENT ROUTIER.......................................2
FIGURE 29:DALOT COULER SUR PLACE...................................................................................................................................2
P a g e 4 | 50
FIGURE 30:RÉALISATION DE TRANCHÉ POUR FOSSÉ TRAPÉZOÏDALE ......................................................................................2
FIGURE 31:OUVRAGE D'ART RÉALISÉ EN FIN DE PROJET.......................................................................................................2
FIGURE 32:FOSSÉ RÉALISER....................................................................................................................................................2
FIGURE 33:VUE EXTÉRIEUR DU LABORATOIRE......................................................................................................................2
FIGURE 34:VUE INTÉRIEUR DU LABORATOIRE........................................................................................................................2
FIGURE 35:ETUVE DE SÉCHAGE DES MATÉRIAUX...................................................................................................................2
FIGURE 36:PRELEVEMENT DE MATÉRIAUX.............................................................................................................................2
FIGURE 37:DAMME PROCTOR ET GRAND MOULE (PROCTOR MODIFIER)......................................................................2
FIGURE 38: DAMME PROCTOR ET PETIT MOULE (PROCTOR NORMAL)..........................................................................2
FIGURE 39: OUTILS DE L'ESSAI PROCTOR................................................................................................................................2
FIGURE 40:MISE EN ÉTUVE POUR SÉCHAGE...........................................................................................................................2
FIGURE 42: DÉFINITION DES LIMITES D’ATTERBERG.............................................................................................................2
FIGURE 41 : ETUDE DE LA LIMITE DE LIQUIDITÉ ET DE PLASTICITÉ.....................................................................................2
FIGURE 43:TABLEAU D'INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS DE L'ESSAI..................................................................................2
FIGURE 43:TABLEAU D'INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS DE L'ESSAI..................................................................................2
FIGURE 44:EQUIVALLENT DE SABLE.......................................................................................................................................2
FIGURE 44:EQUIVALLENT DE SABLE.......................................................................................................................................2

P a g e 5 | 50
Dédicace

Je dédie ce rapport :
À ma mère DENISE AFFIWA VODOUNOU JULLIETTE Et à mon
père KOKOU EMMANUELLE EDOH

Et à Mr Taoufik Raissi pour ses nombreux conseils et assistance à


mon égard

P a g e 6 | 50
Remerciements

Tout d’abord je tiens à remercier l’Entreprise Boudokhane Mokhtar de m’avoir ouvert ses portes
afin d’effectuer mon stage qui contribue à ma formation et mon entrée dans la vie professionnelle.

J’aimerais remercier également Mr AMINE BOUSSAMI Ingénieur de l’entreprise pour tous les
efforts qu’il a fournis pour que je puisse passer mon stage dans les meilleures conditions au sein de
l’entreprise.

Mes remerciements reviennent aussi à Mr BRAHIM MZOUGHI technicien de Laboratoire et


Mr MAZHOUD MALEK Ingénieur Qualité pour toute implication apportée pour la réalisation de ce
stage dans le but de connaitre au mieux leurs activités.

P a g e 7 | 50
Introduction 

Le stage ouvrier est une étape de formation qui nous permet de préparer notre entrée dans une vie
active en ayant le premier contact des champs professionnels et des métiers en entreprise. Pour cela le
centre sectoriel de formation professionnel en travaux publique de mornaguia (CSFTP Mornaguia) nous
donne l’occasion d’effectuer un stage d’une durée de un mois.

Dans le cadre d’une bonne formation et de bonnes études en BTS conducteur de travaux public,
j’ai eu l’opportunité d’effectuer un stage à l’Entreprise Boudokhane Mokhtar qui a pour objectifs de
veiller à l’élaboration des études et à la réalisation des projets relatifs aux ponts et chaussées et des
bâtiments civils, de veiller à l’entretien, a la modernisation et au développement du réseau routier
classé…

Ce stage m’a permis de découvrir d’une part le monde professionnel et d’autre part le
fonctionnement d’une telle entreprise.

Pour cela j’ai élaboré ce rapport de stage en deux parties :

La première portera sur l’Entreprise d’accueil et la deuxième portera sur le déroulement du stage.

P a g e 8 | 50
PARTIE I
___________________________________________________________________________________________
____

L’ENTREPRISE D’ACCUEIL

P a g e 9 | 50
CHAPITRE I :
PRESENTATION DE L’ENTREPRISE
__________________________________________________________________________________

P a g e 10 | 50
I- LE GROUPE BOUDOKHANE

Le groupe Boudokhane est l’un des principaux groupes privés Tunisiens fondé en 1979 par
Mokhtar Boudokhane. De nos jours le groupe connait près de 40 ans d’existence grâce à sa disposition
d’un drugstore équipé par des marques et des noms de renommée international.

Le groupe se distingue principalement par son matériel roulant, ses divers et multiples engins,
son parc automobile, ses centrales d’enrobages, ses centrales à béton équipé par des vraquiers et des
camions toupies ainsi que de ses central à GRH. Ces derniers représentent le point fort du groupe ; ce
qui lui de permis de diversifier ses activités.

Figure 1 : LES FILIALES DU GROUPE

Figure 2: ORGANIGRAMME DU GROUPE

P a g e 11 | 50
II-LA SOCIETE EBM

La société tunisienne EBM dont la dénomination social est Entreprises Boudokhane Mokhtar fut
créée le 31 mars 2003 dont le siège social est en Tunisie et est situer au Bloc 11 Cité Olympique 1003
Tunis – Tunisie. Son parc quant à lui se situe au 24 Cité El Hidaya Borj Louzir 2073 Ariana.

EBM est spécialisé dans le domaine du Bâtiment et des Travaux Public et se repose sur un
capital de 1 800 000 DT et emploie près de 1000 personnes avec des qualifications bien spécifier.

La société est gouvernée par 3 principales personnes qui sont :

Fondateur du groupe
35 ans d’expérience

Ingénieur en Génie Civil

Diplômé d’une grande école d’ingénierie au


Canada

13 ans d’expérience

Maitrisard en finance

Diplômé d’une grande école de gestion en


Tunisie

12 ans d’expérience

P a g e 12 | 50
Figure 3: Organigramme de la société

P a g e 13 | 50
Figure 4: Les moyens de la société

Figure 5: Parc Roulant

P a g e 14 | 50
Figure 6: PROJETS DE REFERENCES

Figure 7: PROJETS EN COURS D'EXECUTION


P a g e 15 | 50
PARTIE II
__________________________________________________________________________________

LE DEROULEMENT DU STAGE

P a g e 16 | 50
CHAPITRE II :
PRESENTATION DU PROJET
__________________________________________________________________________________

P a g e 17 | 50
I. Présentation du Projet :

Objet du marché PROJET DE PROLONGEMENT DE LA ROCADE X20


ENTRE LA MC31 ET LA SORTIE OUEST
Marché Approuvé le 29 AOUT 2016.
Durée du Marché 30 mois.

Début Travaux Juillet 2016.

Montant du Marché 60 262 693.328 DT TTC.

Maitre d’ouvrage La Direction Générale des ponts et chaussées au Ministère de


l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire

II. Description des travaux :


Le présent projet consiste à réaliser LE PROLONGEMENT DE LA ROCADE X20 ENTRE
LA MC31 ET LA SORTIE OUEST.
Seront notamment exécutés :
 Les travaux de dégagement des emprises (débroussaillage et décapage de la terre
végétale, démolition des constructions existantes, dépose et mise en dépôt des
panneaux de signalisation verticale, de bordure et caniveaux existants, et des
candélabres d’éclairage etc.)
 Les travaux de terrassement généraux (exécution de déblai, de remblai etc.)
 Les travaux de réalisation des couches de chaussées et dépendances.
 Les travaux de drainage de la chaussée par la mise en place d’un réseau enterré et ses
ouvrages annexes.
 Les travaux de construction des ouvrages hydraulique.
Avancement du Projet (Section EBM)
Installation de chantier : 90%

Etude d’exécution : 80%

Décapage de la terre végétale : 90%

Travaux Déblais : 80%

Travaux de remblai : 70%


Travaux de chaussée : 30%

P a g e 18 | 50
Figure 8:SITUATION GEOGRAPHIQUE DU PROJET

P a g e 19 | 50
III. MONTANT DU PROJET

Le montant contractuel des travaux est égal à : 62 126 514.516 DT TTC avant rabais ce qui est égale à 60
262 719.080 DT TTC après le rabais de 3٪.

IV. LES DELAIS CONTRACTUELS

Les délais contractuel des travaux est fixé à : 30 mois à compter de la date de notification de l’Ordre de
Service qui fut le 29/08/2016. Les dates prévisionnelles de démarrage et d’achèvement des principaux postes
du projet sont résumées dans le tableau suivant :

V. LES INTERVENANTS DANS L’EXECUTION DU PROJET

 Maître d’Ouvrage (MDO) : Ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du


Territoire – Direction Générale des Ponts et Chaussée –
 Ingénieur consultant : PEP INGENIERIE, 09,Rue des Usines, Mégrine Tél. : 71 296 710 Fax : 71
432 469
 Bureau de contrôle technique : SOTUPREC 62 RUE Ibn Bassem-1082-Tunis TEL : 71 754 439/71
754 463 FAX : 71 754 956
 Entrepreneur : SOMATRA-GET domicilié à Place Erroussafi – Mutuelle ville Tunis Tél. : 71 781 088
Fax : 71 780 717
 EBM domicilié à Cité Olympique - C.Khadra ville Tunis. Tél. : 71 695 550 Fax : 71 695 557
 Bureau d’Etudes de l’Entreprise : GIS Tunisie, 06 rue le Métal Charguia II, Tunis Tél. : 70101313
Fax : 70838171

P a g e 20 | 50
CHAPITRE III :
L’INSTALLATION DU CHANTIER
__________________________________________________________________________________

P a g e 21 | 50
I- L’INSTALLATION DU CHANTIER

Sur tout chantier, il est nécessaire d’en prévoir l’installation. L’installation de chantier est précéder par un
plan d’installation de chantier qui doit faire apparaître en plus des postes principaux la position :
 Des obstacles naturels (végétation, roche) et industriels (buse, regards),
 Du panneau de chantier (N° permis de construire, noms des maître d’œuvre et d’ouvrage, noms et
qualités des entreprises MDE et MDO, délais, coûts…),
 Des accès et des voies de circulation,
 De la benne à gravas
 Du poste de lavage éventuel des camions...

II-ROLE DE L'INSTALLATION DE CHANTIER

En outre l’installation de chantier a pour rôle de :


 Organiser le déroulement des travaux;
 Ordonner le chantier : Gain de temps, Évite les pertes (matériaux) et double emplois (matériels),
Améliore la sécurité : humaine + matériel et Améliore la qualité.
 Positionner les éléments : Organiser les déplacements des engins et des véhicules dans le chantier et
bien positionner les livraisons et Positionner les réseaux en utilisant des grillages avertisseurs et des
bandes de couleurs normalisées.

Figure 9: Baraque de chantier

Figure 10: Les postes d'une installation de chantier


P a g e 22 | 50
Figure 13: Aire de stockage des granulats Figure 12:Centrale GRH

Figure 14:Aire de dépôt du matériel Figure 15:Aire de ferraillage

P a g e 23 | 50
CHAPITRE IV :
L’EXECUTION DES TRAVAUX
__________________________________________________________________________________

P a g e 24 | 50
I. Terrassements :
1. Définition  :

L’opération Terrasser consiste à extraire, charger, transporter et éventuellement utiliser un sol


naturel en vue de construire un ouvrage. Les travaux de terrassements sont à exécuter en vue
de la préparation de la plate-forme destinées à recevoir le corps de chaussées, les accotements
et trottoirs. Ces travaux correspondent :

 aux décapage-purges ;
 à l’exécution des déblais ;
 à l’exécution des remblais.

Ces travaux s’effectuent par les engins de terrassement suivants :

 Le Bulldozer : c’est un tracteur à chenille portant une lame à l’avant. Cet engin
décape et pousse les matériaux devant lui. On voit qu’il ne peut agir que sur des
distances de transport très courtes.
 Les pelles : ce sont des engins qui servent à extraire et à charger les matériaux. Elles
comprennent un bras articulé se terminant par un godet qui permet d’excaver et
attaquer les matériaux en hauteur.
 Les chargeurs : ce sont des engins très mobiles, souples et rapides qui permettent
d’extraire et charger les matériaux. On distingue deux types de chargeurs qui sont :
déversement a l’avant et déversement à l’arrière.
 Les camions : ce sont des engins qui permettent généralement d’effectuer le transport
des matériaux de façon satisfaisante et souple car ils peuvent utiliser le réseau de la
voie publique.
 La niveleuse : c’est l’engin par excellence pour étaler des matériaux et pour les
niveler c’est-à-dire les positionner à l’altitude désirée en respectant le devers du
projet. Elle permet le réglage et le nivelage des remblais, le dressage de talus, le
surfaçage des pistes…

BULLDOZER NIVELEUSE PELLE HYDRAULIQUE CYLINDRE VIBRANT

Figure 16: Les engins de terrassement

P a g e 25 | 50
2. Les décapages  :

Tous les terrains vierges de construction sont recouverts de terre végétale (ou terre arable)
qui contient une grande proportion de matières organiques. Cette terre, si elle est très bonne
pour la culture, est proscrite pour les travaux de terrassement. En effet elle évolue dans le
temps en fonction de la dégradation des matières organiques qu’elle contient. Le travail de
décapage consiste à retirer cette terre de la surface du terrain à aménager. La terre végétale
est stockée sur site pour réutilisation dans les espaces verts à aménager ou évacuée dans des
zones appropriées.

Figure 17:Décapage de la terre végétale

3. Les déblais  :

Les déblais consistent à enlever des terres, des décombres pour mettre un terrain à niveau.
Cette phase des travaux intervient après les travaux préparatoires. L’exécution des sur-
profondeurs de décapages réalisés par endroit selon les directives et correspondent à des
matériaux non réutilisables suivra des prescriptions.

Les déblais sont classés en deux catégories :


 Catégorie 1 : déblai en terrain de toutes natures.
 Roche meuble : tout type de sol, y compris la terre végétale ; les graves alluvionnaires
tant que les plus gros éléments restent inférieurs à 0,2m3.
 Roche rippable : toute roche pouvant être extraite au ripper sans besoin d’utilisation
d’explosif (graves alluvionnaires avec gros éléments de volume supérieur à 0,2m3.
 Roche massive : sont considérés comme déblais en rocher compact, les déblais qui ne
peuvent être extrais par des engins de terrassements courants ou au ripper et

P a g e 26 | 50
nécessitant le recours à l’explosif ou brise roche, ils comprennent la perforation et
l’abattage par explosifs.

 Catégorie 2 : déblai en décaissement pour élargissement des chaussées ou pour


raccordement aux voies existantes.
 Pendant l’exécution des déblais, il faut éviter que la forme ou les matériaux de déblai
à utiliser en remblai ne soient détrempés ou dégradés par les eaux de pluie. Pour cela
maintenir en permanence une pente suffisante à la surface des déblais et exécuter en
temps utiles les saignées, rigoles, fossés nécessaires à l’évacuation des eaux hors des
tranchées pour réaliser un assainissement convenable et assurer la protection des
ouvrages pour toute la durée des travaux.
 Les matériaux en provenance de déblai sont utilisés en remblai dans la mesure où cette
disposition entraine une économie par rapport à l’utilisation de matériaux d’emprunts. Pour
les matériaux jugés non utilisables, un traitement de ces derniers est nécessaire pour
corriger et améliorer leurs caractéristiques afin d’optimiser les couts.

Figure 18:Déblai mis en dépôt

Figure 19:Déblai rocheux mis en dépôt

P a g e 27 | 50
4. Les remblais  :

Les remblais consistent à rapporter une masse de matière pour élever le niveau d’un
terrain, combler un creux combler les vides d’une exploitation. La qualité des matériaux sera
contrôlée par des essais de réception qui seront exécutés par le laboratoire de chantier ou un
laboratoire privé. Ces essais de réception des matériaux sont les suivants : Teneur en matières
organiques, Analyse granulométrique par tamisage et par sédimentation, Limite d’Atterberg,
Proctor modifié, Proctor normal, Teneur en eau, Analyse chimique et Equivalent de sable.
Les remblais doivent être mis en œuvre en couches horizontales par une niveleuse.
L’épaisseur maximale d’une couche sera déterminée en fonction des moyens de compactage
disponible et après essais au début du chantier. Cette épaisseur maximale sera déterminée
pour chaque type de sol mis en remblai.
En tout état de cause l’épaisseur maximale admise pour une couche ne pourra être
supérieure à 20cm. Pour veiller au compactage des bords des remblais il faudra leur donner
une légère inclinaison vers l’intérieur, au moment du compactage, de façon à ce que les
compacteurs puissent effectivement circuler sur ces bords sans risquer d’être déséquilibrés.
Le compactage des crêtes de talus pourra être effectué à l’aide d’un rouleau vibrant dont le
centre de gravité sera déporté vers l’intérieur du remblai.
Avant tout début des travaux, il faut s’assurer que les moyens de compactages qui seront
utilisés pour l’exécution des travaux soient adaptés aux différentes natures de terrains
rencontrés lors des terrassements. Les travaux ne pourront commencer que lorsque les engins
et matériels de nature et en nombre seront amenés sur le chantier.
Une couche ne pourra être mise en place et compactée avant que la couche précédente
n’ait été réceptionnée après vérification de son compactage. Pour exécuter le compactage
dans les conditions optimales il faudra Arroser les terres trop sèches.

Figure 20:Arrosage du remblai

P a g e 28 | 50
Le cas échéant et pendant la saison de pluies, d’attendre leur séchage en facilitant au besoin
celui-ci par scarification. La teneur en eau optimale en place au moment du compactage
devra correspondre à celle déterminée par l’essai PROCTOR modifié effectué sur un
échantillon de sol représentatif de celui à compacter. Pour la stabilité des remblais il faudra
éviter des faits de négligence ou du manque de soins. Lorsque des matériaux jugés
inutilisables auront été placés dans les remblais, il faudra procéder à leur évacuation et à leur
remplacement par des matériaux de qualités convenables.
Pour l’évacuation des eaux, les mêmes dispositions que celles prévues lors de l‘exécution des
déblais seront mises en application.

Figure 21:Etalage du remblai et mise à niveau du sol

Figure 22:Compactage d’une section après la mise en remblai

P a g e 29 | 50
II. Chaussées :
1. Définition  :

La chaussée est la partie d’une voie de communication affectée à la circulation des


véhicules. Elle assure les déplacements des usagers et le transport des marchandises, quelques
soient les conditions météorologique, dans des conditions de sécurité et de confort adapté au
type d’itinéraire. D’un point de vue mécanique, son rôle est de repartir les charges
mécaniques sur le sol support, quelques soient les conditions environnantes.

2. Les différentes couches de la chaussée  :

Figure 23: Terminologie de la chaussée

Les chaussées bitumineuses sont réalisées en plusieurs couches qui sont :

 La couche de forme : cette couche constitue la couche supérieure des remblais, elle
est réalisée avec des matériaux sélectionnés, elle est mise en place pour améliorer les
corps de remblais, d’empêcher la remontée des eaux et d’éviter la contamination des
couches supérieures. Elle est constitué de grave concassé 0/31,5 d’une épaisseur de
40cm.

 La couche de fondation : cette couche repartit les pressions de terrain naturel, elle est
constituée de grave reconstituée humidifiée 0/20 d’une épaisseur de 30cm.

 L’Imprégnation est un traitement consistant à répandre un liant hydrocarboné sur une


couche de chaussée à pores fins, le liant étant choisi de telle façon qu'il pénètre par
capillarité dans les pores de la chaussée. La couche d’imprégnation elle est constituée

P a g e 30 | 50
de bitume fluidifié, son rôle est de permettre une bonne adhérence entre le grave
reconstitué humidifié et le grave bitume.

Figure 24:Couche d’imprégnation

 La couche de base : cette couche est le support des couches de roulements, son rôle
principal est d’apporter de la régularité et de l’unir pour la bonne réalisation de la
couche de roulement. Elle est constituée de grave bitume 0/20 d’une épaisseur de
18cm.

Figure 25:Repandage du grave bitume

P a g e 31 | 50
Figure 26:Compactage du grave bitume

 La couche d’accrochage : elle est exécutée par l’épandage d’émulsion à raison de


bitume résiduel pour empêcher et éliminer l’eau.

Figure 27:Couche d’accrochage

 La couche de roulement : c’est la couche de finition d’une chaussée, son rôle est
d’apportée une étanchéité et une planéité. Elle est réalisée avec du béton bitumine
0/14 d’une épaisseur de 6cm.

P a g e 32 | 50
III. Les travaux de drainage
1. Généralité

L’eau est présente en plus ou moins grande quantité dans l’environnement de la route, que ce
soit dans les talus de déblai ou de remblai, à l’intérieur même de la chaussée ou dans les sols sous-
jacents ou contigus des accotements. Une chaussée bien drainée a un meilleur comportement
mécanique sur un sol support dont la portance est également améliorée. La chaussée et la plate-
forme étant à une teneur en eau plus faible tout au long des cycles climatiques, il en résulte une
augmentation sensible de la durée de vie de la chaussée, un plus grand espacement des séquences
d’entretien et une protection efficace contre les effets destructeurs des phénomènes de gel - dégel.

2. Définition

Le drainage routier correspond à la collecte et à l’évacuation des eaux présentes dans le sol
support et dans les chaussées. Il constitue l’un des trois volets du domaine de l’assainissement
routier avec la collecte et l’évacuation des eaux de surface (assainissement superficiel) et le
rétablissement des écoulements naturels. Le drainage participe de façon essentielle au bon
comportement mécanique de la chaussée et contribue ainsi largement à la pérennité des ouvrages
routiers. Les eaux internes à drainer proviennent :
 Des infiltrations au travers de la chaussée, vers les interfaces couches de chaussée et
chaussée/sol support ;
 Des infiltrations depuis les accotements, vers les interfaces couches de chaussée et
chaussée/sol support, alimentées par la plate-forme ;
 Des venues d’eau issues de l’environnement latéral, vers les interfaces chaussée/sol support
et le sol support, et qui ont pour origines les bassins versants, les déblais et les émergences
de nappe phréatique.
Même si les réseaux de drainage et d’assainissement rejoignent souvent des exutoires communs, il
est indispensable de les différencier car ils remplissent des fonctions distinctes : en particulier, le
réseau de drainage qui véhicule une eau dite « propre » (non souillée) ne doit en aucun cas être
perturbé par les eaux de ruissellement, souvent polluées (boues, huiles, végétation, etc.) et de débit
plus conséquent (pour éviter une mise en charge).

P a g e 33 | 50
Figure 28:Distinction entre les fonctions de drainage et d’assainissement routier
3. Le différent type d’ouvrage de drainage

Parmi les ouvrages de drainage on peut distinguer :


Les Ouvrages hydrauliques de traversée: ils permettent le transit de part et d’autre de la
plate-forme, des eaux des bassins versants. Il peut s’agir de véritables ouvrages d’art selon
leur capacité ou de petits ouvrages constitués d’un conduit circulaire ou rectangulaire. Ils sont
posés sur une fondation adaptée, et protégés par un remblai technique. Ils comportent un
aménagement amont pour entonner l’eau et aval pour la restituer au milieu naturel.
Les drainages à ciel ouvert: ce sont des fossés revêtus ou non de béton, des cunettes ou des
caniveaux. Ils ont pour fonction de recevoir ou de drainer les eaux de pluie qui s’écoulent sur
la plate-forme, les eaux de ruissellements des talus et des bassins versants et les eaux internes
éventuellement.
Les drainages enterrés: ce sont des éléments préfabriqués, collecteurs drainants et buses : ils
comportent une partie drainante pour capter les eaux et une partie qui permet l’écoulement
des eaux recueillies vers un exutoire. Ces ouvrages nécessitent des regards de visite
régulièrement espacés.
Les massifs drainants: ils ont pour fonction de collecter les eaux provenant des nappes
phréatiques situées dans les terrains traversés par les travaux de terrassements ou d’assurer la
stabilité des ouvrages de retenue (digues, barrages en terres, etc.).
Les buses sous remblais : Il existe deux types de buses qui sont couramment utilisées de nos
jours ; les buses en béton, les buses métalliques.
Le choix entre ces deux types d’ouvrages de sections circulaires dépend des critères liés à la
possibilité de fabrication locale ou non.

P a g e 34 | 50
En raison des difficultés liées aux manutentions, les buses en béton dépassent rarement les
diamètres Ø=1.20m tandis que les buses métalliques peuvent avoir plusieurs mètre de
diamètre. Les buses en béton nécessitent une fondation rigide(en béton) tandis que les buses
métalliques sont posées sur une fondation souple et font corps avec le remblai qui doit être
parfaitement compacté.

Figure 29:Dalot couler sur place

Figure 30:Réalisation de tranché pour fossé trapézoïdale

P a g e 35 | 50
Figure 31:Ouvrage d'art réalisé en fin de projet

Figure 32:Fossé réaliser

P a g e 36 | 50
CHAPITRE V :
LES ESSAIS AU LABORATOIRE
__________________________________________________________________________________

P a g e 37 | 50
I- Définition :

Le laboratoire est un local dirigé par un technicien qui effectue des essais et un ensemble de
contrôles nécessaires à l’obtention du produit fini défini par les termes du marché sur les
granulats, les bitumes et les produits bitumineux. Il conseille aussi les équipes du chantier sur
les solutions techniques à privilégier.

Figure 33:Vue Extérieur du laboratoire

Figure 34:Vue intérieur du laboratoire

P a g e 38 | 50
II- Les essais réalisés au laboratoire :
1. Les essais Proctor  :

 But de l’essai : C’est l’un des essais les plus utilisés en géotechnique routière. Il a
pour but de déterminer au laboratoire les conditions de compactage d’un sol donné en
fonction de la teneur en eau et l’énergie de compactage. A une énergie de compactage
donnée, il s’agit de déterminer la teneur en eau optimale (Wopt) et la densité
maximale (γd max) Proctor correspondantes.
 Domaine d’application : Contrôle de la mise en œuvre des matériaux de remblai.
 Appareillage :
- Quelques bacs de contenance 25kg environ
- 02 tamis de 20mm et 5mm respectivement
- Pelle à main, truelles, meurs métalliques, spatules, balayettes, pinceaux
- Quelques bacs de contenance 10kg et 5kg environ pour la préparation du matériau à
compacter
- Eprouvettes graduées de 250cm3 et 500cm3 environ pour la mesure de la qualité d’eau
d’humidification
- Des cristalliers (10 à 12) de contenance 500cm3 environ pour les prises de teneur en
eau
- Une balance de portée maximale au moins égale à 30kg précise à 5g
- Une balance de précision d’une portée maximale de 300g au moins (précision de
0,1g)
- Une étuve ventilée réglable
- Une burette à huile pour le graissage des parois du moule
- Un malaxeur automatique (si possible)
- 02 disques de papier filtre correspondant aux cotés de deux types de moules
- Couteau, maillet, burin, marteau
 Durée de l’essai : 04jours.
 Mode opératoire :

N.B : L’essai s’effectue sur un matériau ne contenant que des éléments inferieurs à 20mm

Il existe deux sortes d’essai Proctor :

Proctor modifié pour les sols fins


Proctor normal pour les sols fins uniquement

Caractéristiques essentielles pour les deux types de compactage :

Granulométrie du sol Moule à Dimension du moule Nombre de


Employer coupe/couche
Sol passant au tamis de Moule Proctor h=11,5cm 25
5mm
Ø=15cm
Sol passant au tamis de Moule CBR h=11,5cm 55

P a g e 39 | 50
20mm
Ø=15cm

Essai Proctor normal Essai Proctor modifié


Poids de la dame 2,490kg Poids de la dame 4,538kg
Hauteur de la chute 305mm Hauteur de la chute 457mm
Nombre de couches 3 Nombre de couches 5
Pour les remblais Finir avec ce Proctor pour les 50 derniers cm

L’échantillon nécessaire est ensuite prélevé par quartage ou de préférence au moyen d’un
échantillonneur.

Deux cas peuvent se présenter :

 On utilise le moule CBR : on prendra une quantité du matériau correspondant


largement au remplissage de 6 moules : prévoir 40kg de matériau.
 On utilise le moule Proctor : on prendra une quantité de matériau correspondant.

Figure 35:Damme Proctor et grand moule (PROCTOR MODIFIER)

P a g e 40 | 50
Figure 36:
Damme
Proctor et petit moule (PROCTOR NORMAL)

Figure 37: Outils de l'essai Proctor

2. Mesure de la teneur en eau  :

 But de l’essai : Déterminer la quantité d’eau contenue dans un sol


 Domaine d’application : Travaux de terrassement de compactage
 Appareillage :
- Etuve sèche

P a g e 41 | 50
- Des récipients
- Balances
* Balance sensible à 0,01g près pour les sols fins
* Balance sensible à 0,1g près pour les sols sableux
* Balance sensible au gramme prés pour les sols grossiers
 Durée de l’essai : 15 à 16 heures
 Calculs : Soit M le poids humide de l’échantillon et m le poids sec de l’échantillon.

La teneur en eau W= m*100/M (en %)

Figure 38:Mise en étuve Pour séchage

P a g e 42 | 50
3. LIMITE D’ATTERBERG

A/ But de l’essai
Il s’agit de déterminer les d’Atterberg sur le sol dont les éléments passent à travers le
tamis de dimension 400µm .les limites d’Atterberg sont des paramètres géotechniques
destinés à identifier un sol et à caractériser son état au moyen de son indice de consistance.
On distingue 4 états de consistance des sols :
 L’état liquide dans lequel le sol a la consistance d’une boue
 L’état plastique, le sol a la consistance d’une  « pâte à modeler »
 L’état solide avec retrait
 L’état solide sans retrait

La consistance d’un sol évolue avec sa teneur en eau. Lorsque celle-ci augmente le sol passe
de l’état solide à l’état plastique puis liquide.
L’essai consiste à :
 Rechercher la teneur en eau pour laquelle une rainure pratiquée dans un sol placé dans
une coupelle et son soutenu sont soumis à des chocs répétés ;
 Rechercher la teneur en eau pour laquelle un rouleau de sol, la dimension fixée et
confectionnée manuellement se mesure.

B/ Exécution de l’essaie

Limite de liquidité
La procédure pour déterminer la limite de liquidité est la suivante :
 Prendre environ 200grammes de sol préalablement tamisé au tamis par voie humide et
sèche.
 Malaxer la totalité de telle sorte à obtenir une pâte homogène et presque fluide
 Prendre une partie de la pâte et l’étaler dans la coupelle de l’appareil de casa grande à
l’aide de la spatule ;
 Pratiquer une rainure dans cette pâte de telle sorte à diviser en deux
 L’outil à rainure devra être tenu perpendiculairement à la coupelle, présentant sa
partie biseautée face à la direction du mouvement.
 Soumettre la coupelle et les matériaux qu’elle contient des chocs répétés avec une
cadence de deux coups par seconde.
 Arrêter les chocs quand les deux lèvres se rejoignent sur environ 2cm, noter les
nombres de coup correspondant.
 Prélever de deux cotés des lèvres à l’endroit où elles se sont renfermées environ
5grammes de sol afin d’en déterminer la teneur en eau.
 Homogénéiser de nouveau sol et le sécher un peu puis reprendre les opérations de 3à
7 .Il faut au moins trois essais avec un nombre de coups et de préférence bien étalé
entre 15 et 35.

P a g e 43 | 50
P a g e 44 | 50
Limite de plasticité
 Prendre un peu de matériau et former une boule.
 Rouler à la main sur une plaque de marbre cette boule de telle sorte à obtenir un
bâtonnet.

Trois cas peuvent se présenter :


 Le bâtonnet confectionné commence à se fissurer quand il atteint 10cm et diamètre
3cm ; Dans ce cas, le sol est à la limite de plasticité et il faut le mesurer (c’est la
teneur en eau).
 Les sols encore fluide et vous n’arrivez pas à confectionner le bâtonnet il faut sécher
un peu le matériau.
 Le bâtonnet commence à se fissurer trop tôt, le matériau est sec, il faut l’humidifier un
peu.
 Il faut réaliser au moins deux essais pour la limite de plasticité.

Figure 39 : Etude de la limite de liquidité et de plasticité

Figure 40: Définition des limites d’Atterberg

P a g e 45 | 50
4. Essai d’équivalent de sable  :

 But de l’essai : Cet essai qui s’effectue sur la fraction de sol ou de granulat passant,
au tamis à mailles carrés de 5mm, est réalisé pour déterminer le degré de pollution
d’un sol ou d’un sable.
 Domaine d’application : Cet essai s’applique dans des nombreux domaines,
notamment
- Le choix et contrôle des sols utilisables en stabilisation mécanique
- Contrôle des sols utilisés en stabilisation chimique
- Choix et contrôle des granulats pour les enrobés hydrocarbonés.
 Appareillage :
- 1 tamis de 5mm d’ouverture de mailles avec fond
- 1 échantillon de 5mm d’ouverture
- 1 spatule et cuillère
- 1 entonnoir à large ouverture pour faire passer l’échantillon dans l’éprouvette
cylindrique
- 1 récipient de pesée en alliage léger pouvant recevoir environ 200cm3
- 1 balance précise au gramme, de portée au moins égale à 250g

- 1 chronomètre gradué en °C
- 1 réglet de 500mm, gradué en mm
- 1 goupillon à pal doux pour le nettoyage des éprouvettes
- des bacs pour tamisage
- des éprouvettes cylindriques
- 1 tube laveur
- 1 tube caoutchouc
- 1 piston lare
- 1 machine d’agitation
 Mode opératoire :
- On verse dans une cylindrique jusqu’au trait repère inférieur, une solution lavant.
- Introduire dans l’éprouvette une masse sèche de 120g ± 1g de matériau l’aide de
l’entonnoir.
- Frapper fortement à plusieurs reprises la base de l’éprouvette sur la paume de la main
par déloger les bulles d’air et favoriser le mouillage de l’échantillon.
- Laisser reposer 10mn
- Boucher l’éprouvette à l’aide du bouchon de caoutchouc.
- Fixer l’éprouvette sur la machine d’agitation
- Faire subir à l’éprouvette 90 cycles ± 1 cycle en 30s ± 1s.
- Remettre l’éprouvette en position verticale sur la table d’essais.
- Oter le bouchon de caoutchouc et le rincer au-dessus de l’éprouvette avec la solution
lavant.
* En descendant le tube laveur dans l’éprouvette.
- Rincer les parois de l’éprouvette avec la solution lavant.
- Puis enfoncer le tube jusqu’au fond de l’éprouvette.
- Puis laver le sable pour faire remonter les éléments argileux tout en maintenant
l’éprouvette en position verticale.
* L’éprouvette étant soumise à un lent mouvement de rotation, remonter lentement et
régulièrement le tube laveur. Lorsque le niveau du liquide atteint le trait repère
supérieur.

P a g e 46 | 50
* Relever le tube laveur de façon à ce que le niveau du liquide se maintienne à
hauteur de trait repère.
* Arrêter l’écoulement dès la sortie du tube laveur.
- Laisser reposer sans perturbation pendant 20mn ± 10s

Au bout de 20mn

- Mesurer à l’aide du réglet la hauteur h1 au niveau supérieur du floculat par rapport au


fond de l’éprouvette
- Mesurer également, si possible, la hauteur h2 du niveau supérieur de la partie
sédimentée par rapport au fond de l’éprouvette.
* Les hauteurs h1 et h2 sont arrondies au millimètre le plus voisin.
* Descendre doucement le piston taré dans l’éprouvette jusqu’à ce qu’il repose sur le
sédiment. Pendant cette opération, le manchon coulissant prend appuie sur
l’éprouvette.
* Lorsque l’embase du piston repose sur le sédiment, bloquer le manchon coulissant
sur la tige du piston. Introduire le réglet dans l’enroche du manchon, faire venir buter
le zéro contre la face inférieure de la tête du piston.
* Lire la hauteur du sédiment h2 au niveau de la face supérieure du manchon. Arrondir
la hauteur h2 au millimètre le plus voisin. Noter la température du contenu de
l’éprouvette au degré le plus voisin.

- Refaire les mêmes opérations.


 Calculs :
L’équivalent de sable d’une prise d’essai d’un échantillon est par définition mesuré au piston
et donné par la formule :

ES= (h2 x 100) / h1

L’équivalent de sable visuel est, dans les mêmes conditions, donné par la formule :

ESV= (h’2 x 100) / h1

On a toujours ES < ESV.


Les résultats sont donnés avec une décimale.
La détermination portant sue deux prises d’essais par échantillon, l’équivalent de sable ES ou
ESV d’un échantillon est la moyenne des équivalents de sable déterminés sur les deux prises
d’essais.
La valeur de la moyenne est arrondie à l’entier le plus voisin.

P a g e 47 | 50
Figure 41:Equivallent de sable

Figure 42:Equivallent de sable

Figure 43:Tableau d'interprétation des résultats de l'essai

Figure 44:Tableau d'interprétation des résultats de l'essai

P a g e 48 | 50
Conclusion

Il est évident que cette période de stage m’a permis d’accroitre mes connaissances en
matière de Travaux Public ainsi que d’appréhender la vie professionnelle : ses enjeux, ses
contraintes et ses exigences. Ce stage m’a montré que exercer dans le domaine des travaux
publics n’est pas facile, les outils utilisés peuvent se révéler dangereux et le lieu de travail.
Ainsi des mesures de sécurités sont prises (la tenue vestimentaire et la prévention des risques
naturels).

Une ambiance professionnelle à caractérisée le déroulement de cette période qui a


facilement favorisé la cohésion avec le personnel ainsi que mon intégration au sein de
l’équipe. Ce stage m’a également incité dans ma volonté de travailler dans les travaux publics
et de faire la différence entre les études théoriques et les réalités du terrain.

P a g e 49 | 50
ANNEXES
__________________________________________________________________________________

RESULSTATS D’ESSAIS
Plans
 DIVERS

P a g e 50 | 50