Vous êtes sur la page 1sur 10

Les principes de base de la Gestion du Cycle de Projet

La q u alit é d e la p lan if icat io n d ’u n p r o jet est u n su jet im p o r t an t et sen sib le q u i


p r éo ccu p e les r esp o n sab les d es p o lit iq u es d e d évelo p p em en t d ep u is p lu sieu r s
an n ées.

Les q u est io n s à exam in er so n t sim p les: Les p r o g r am m es q u e n o u s avo n s


f in an cés o n t -ils ét é u t iles ? On t -ils r éso lu les p r o b lèm es d es b én éf iciair es ? Et
q u i so n t les vér it ab les b én éf iciair es ?

Ce t yp e d e r éf lexio n est d ’au t an t p lu s p er t in en t et f r éq u en t q u an d il s’ag it d e


f o n d s p u b lics, p u isq u e ceu x q u i les o n t u t ilisés d o iven t p o u vo ir d ém o n t r er q u e
leu r af f ect at io n a ét é u t ile à la co llect ivit é.

Vu le co n st at q u e les p r o g r am m es d e d évelo p p em en t n e p r o d u isen t , en


g én ér al, p as d e b én éf ices t an g ib les et d u r ab les p o u r les d est in at air es, les
g r an d s o r g an ism es d e d évelo p p em en t au n iveau in t er n at io n al (Nat io n s Un ies,
Ban q u e Mo n d iale, Ag en ces n at io n ales, Un io n eu r o p éen n e) se so n t d o t és d e
p o in t s d e r ep èr es et d ’in st r u m en t s visan t avan t t o u t u n e p lu s g r an d e ef f icacit é
d es p r o jet s et d es p r o g r am m es et u n e am élio r at io n g én ér ale d es m écan ism es
d e g est io n d e ces p r o g r am m es.

Cet en sem b le d ’in st r u m en t s est co n n u au n iveau in t er n at io n al so u s l’ap p ellat io n


“Pr o ject Cycle Man ag em en t ” (PCM), t r ad u it e en f r an çais p ar “Gest io n d u Cycle d e
Pr o jet ” 1 (GCP)

L’id ée f o n d am en t ale d e la GCP est q u e les p r o jet s d o iven t d ès le d ép ar t in clur e


les vr ais b eso in s (les p r o b lèm es) d es d est in at air es.

En r éalit é, si o n r éf léch it à la m an ièr e d o n t la m ajo r it é d es p r o jet s so n t élab o r és,


en co r e au jo u r d ’h u i, o n p eu t co m p r e n d r e p o u r q u o i ils o n t t en d an ce à p r o d u ir e
d es r ésu lt at s cr it iq u ab les d u p o in t d e vu e d es b én éf iciair es. La f ig u r e 1 illu st r e
clair em en t la d yn am iq u e q u i s’in st au r e en t r e les p r o t ag o n ist es d e la
p r o g r am m at io n . Dan s cet t e f ig u r e, les 3 act eu r s d e la p r o g r am m at io n et d e la

1
Voir notamment http://www.fse.be/publications/publications-methodologiques-de-lagence-fse/PCMFACILE.pdf
p lan if icat io n so n t p lacés id éalem en t au x 3 an g les d ’u n t r ian g le éq u ilat ér al. Les
act eu r s d e la p lan if icat io n so n t , en g én ér al :

- les d écid eu r s p o lit iq u es, q u i so n t p o r t eu r s d e valeu r s et d ’o r ien t at io n s


p o u r les p r o g r am m es à p ar t ir d ’u n m an d at co n f ié p ar les cit o yen s

- les exp er t s, p o r t eu r s d ’u n savo ir -f air e t ech n ico -sp écialist e et ap p elés à


f o u r n ir d es so lu t io n s.

- les b én éf iciair es et au t r es p er so n n es im p liq u ées d an s u n e sit u at io n


d ét er m in ée, q u ’o n ap p elle les acteurs-clés (st akeh o ld er s) ; ceu x q u i, en
g én ér al, o n t d es p r o b lèm es et d es b eso in s.

Où se t r o u ve le cen t r e d e g r avit é d an s ce « t r ian g le d e la p r o g r am m at io n » ?


En d ’au t r es t er m es, q u i p èse le p lu s su r les d écisio n s ?

La f ig u r e 1 m o n t r e q u e l’éq u ilib r e en t r e ces 3 asp ect s a ch an g é avec le t em p s.


Dan s u n e p r em ièr e p h ase, g r o sso m o d o d e 1930 à 1960, les p r o g r am m es et p ar
co n séq u en t la m ajo r it é d es p r o jet s se d évelo p p aien t su r t o u t so u s l’im p u lsio n
d es g r an d s d écid eu r s p o lit iq u es (p ar exem p le la co n st r u ct io n d e la
Co m m u n au t é Eco n o m iq u e Eu r o p éen n e o u les in t er ven t io n s ext r ao r d in air es
d an s le Mezzo g io r n o it alien ).

Fig. 1 Les acteurs de la programmation et de la planification

Politiciens - Valeurs

Avant


A l’avenir

Maintenant



Experts Bénéficiaries
Compétences Problèmes
Dan s la seco n d e p h ase, la p h ase act u elle, le cen t r e d e g r avit é se t r o u ve
d avan t ag e d u cô t é d es exp er t s : la p lu p ar t d es p r o jet s so n t co n çu s et m is au
p o in t p ar d es so ciét és d e co n su lt an ce q u i r ép o n d en t à d es ap p els d ’o f f r e, san s
la p ar t icip at io n d es b én éf iciair es f in aux.

Le syst èm e GCP p r évo it p ar co n t r e q u e les p r o jet s à ven ir ser o n t b asés t o u jo u r s


p lu s su r les p r o b lèm es r éels exp r im és p ar les d est in at air es d es act io n s, et q u e,
p ar co n séq u en t , ces d est in at air es o u b én éf iciair es in t er vien d r o n t o u ser o n t
im p liq u és d ès la p r em ièr e p h ase d e la co n cep t io n d u p r o jet . De t elle m an ièr e
q u e les p r o jet s, cela sem b le évid en t , p u issen t vr aim en t r éso u d r e l es p r o b lèm es
en q u est io n en ch an g ean t la vie o u cer t ain es co n d it io n s d e vie d es b én éf iciair es
d an s u n sen s p o sit if . Vo ilà le sen s d u co n cep t d e q u alit é d o n t il est q u est io n
d an s ce d o cu m en t .

En r éalit é, le d eg r é d e p ar t icip at io n d es t r o is p r o t ag o n ist es d e la


p r o g r am m at io n var ie selo n l’ét ap e o ù se t r o u ve le p r o jet . Ch aq u e p r o jet su it u n
« cycle d e vie » (f ig . 2) st an d ar d , q u i co m p r en d les p h ases su ivan t es :
1. macro-programmation, o ù so n t p r ises les d écisio n s p o lit iq u es « en am o n t » d e
ch aq u e p r o jet . Dan s les p r at iq u es en vig u eu r au jo u r d ’h u i à la Co m m issio n
eu r o p éen n e, c’est la p h ase o ù la Co m m issio n ét ab lit , en acco r d avec les
Et at s Mem b r es, les o r ien t at io n s d ’u n p r o g r am m e o u d ’u n e in it iat ive
co m m u n au t air e, avan t d ’ém et t r e u n « ap p el d ’o f f r e »
2. la définition, o ù est exp o sée la p r em ièr e co n cep t io n d u p r o jet q u i ser a
p r ésen t é p ar u n p r o m o t eu r et d ét aillé p ar la su it e
3. la formulation opérationnelle o ù , en g én ér al à la su it e d ’u n e ét u d e d e
f aisab ilit é, le p r o jet p r en d sa f o r m e d éf in it ive avec le d évelo p p em en t d e
d ét ails (q u an t it és, co û t s,…)
4. le financement à la su it e d e la sig n at u r e d u co n t r at (Contracting)
5. la réalisation d u p r o jet , co m p r en an t les act io n s d e m o n it o r ag e et
d ’évalu at io n in itinere
6. l’évaluation ex-p o st o ù co m m en ce u n e r éf lexio n su r les r ésu lt at s at t ein t s
p ar le p r o jet , r éf lexio n q u i d evr ait m en er les r esp o n sab les d e la
p r o g r am m at io n à d éf in ir d es p r o g r am m es t o u jo u r s m eilleu r s o u f o u r n ir
les élém en t s u t iles à l’élab o r at io n d e n o u veau x p r o jet s au sein d e ce
p r o g r am m e.

To u jo u r s selo n les p r in cip es d e la GCP, s’il s’ag it d e p r o g r am m es avec d es p r o jet s


co m p lexes et m u lt isect o r iels, la p h ase d e la programmation d evr ait acco r d er la
p ar o le ég alem en t au x b én éf iciair es et act eu r s-clés d es p r o jet s, d ’u n e p ar t , et
au x r esp o n sab les d e p r o jet s d ’au t r e p ar t .
Dan s la p h ase d e la définition, u n r ô le d o m in an t d evr ait êt r e at t r ib u é au x
b én éf iciair es et au x act eu r s-clés, avec q u elq u es p r o f essio n n els p o u r le so u t ien
t ech n iq u e.
Dan s la p h ase d e la formulation opérationnelle, il est n écessair e d ’avo ir r eco u r s au x
sp écialist es car les act io n s d éf in ies p ar les act eu r s-clés o n t b eso in d e
vér if icat io n s et d ’ap p r o f o n d issem en t s t ech n iq u es q u e seu ls les exp er t s saven t
f air e.
Par co n t r e, s’il s’ag it d e p r o g r am m es avec d es p r o jet s d e t yp e t ech n iq u e (ce q u i
p r ésu p p o se q u e le p r o cessu s « su p ér ieu r » d e p r o g r am m at io n a d éjà eu lieu en
am o n t ), il est clair q u e les p r o jet s so n t p r is en ch ar g e p ar les exp er t s q u i
s’o ccu p en t de la f o r m u lat io n o p ér at io n n elle.
Fig. 2 La Gestion du Cycle de Projet en partenariat

Macroprogrammation

At elier At elier d e
d ’év alu at io n d éf in it io n
f in ale d u p r o jet
evalu at io n
w o r ksh o p

Evaluation finale Définition

Evaluation
ex-ante

At elier At elier
d ’év alu at io d ’ét u d e d e
n f aisab ilit é
in t er m éd ia
ir e

Formulation
Réalisation opérationnelle
Evaluation
ex-ante

Financement
Il est évid en t les p r o g r am m es co m m u n au t air es n e f o n ct io n n en t p as t o u s selo n
ce « Cycle d u Pr o jet ». C’est essen t iellem en t u n in st r u m en t d e r éf ér en ce p o u r
r aiso n n er en t r e o p ér at eu r s en u t ilisan t u n lan g ag e co m m u n .

Les différences se rencontrent surtout dans la partie droite de la fig. 2, dans la phase de
construction du projet: certains programmes sélectionnent d’abord la première partie des
projets – (appelés aussi évaluations ex-ante) en finançant d’abord (ou seulement) l’étude de
faisabilité, et évaluent ensuite le reste du projet.
D’autres programmes évaluent tout de suite les projets dans leur entièreté, avec dès le départ
une partie opérationnelle relativement développée. Ceci dépend du niveau de technicité
déjà prévu dans l’appel d’offre: quand il s’agit de programmes qui prévoient des projets
complexes, en partenariat et multisectoriels, le premier schéma prévaudra; quand il s’agit par
contre d’appels d’offres pour des projets plus petits, déjà définis sur le plan technique, le
second principe de gestion est plus fréquent.

La planification par objectifs

L’appproche GCP se base sur le concept de la planification par objectifs, qui s’oppose à la
pratique bien plus courante de la planification par activités. Prenons par exemple le cas de
la formation des jeunes sans emploi.
Imaginons la logique de notre opérateur dans l’ordre suivant (du bas vers le haut):

PLANIFICATION PAR ACTIVITES

Insertion professionnelle stable des jeunes dans


le monde du travail

Bonne préparation au monde du travail


Cours de formation

Avec la logique par activités, la planification du projet [les cours de formation] part des
activités, qui sont imposées probablement parce que le concepteur du projet est un expert ou
un centre de formation qui a besoin de les organiser vu que le programme ne finance que ce
type d’activités. Dans cette logique, les cours de formation fournissent une meilleure
préparation au monde du travail et c’est ce qui mène à une meilleure insertion
professionnelle.
PLANIFICATION PAR OBJECTIFS

Insertion professionnelle
stable des jeunes dans le
monde du travail
  
Facilitation de nouveaux Bonne préparation au
Réduction des charges
recrutements monde du travail
  
Incitants pour les
Cours de formation Modifications législatives
entreprises

Dans la programmation par objectifs, par contre, on définit d’abord l’objectif “final” de l’action,
c’est-à-dire le bénéfice du public-cible, et ensuite les différents sous-objectifs nécessaires
pour atteindre l’objectif final. (Pour réaliser cet objectif, de quoi avons-nous besoin ?). C’est
le principe qu’on appelle forking en anglais. En effet, le schéma ressemble à une fourchette
inversée. Dans sa simplicité, c’est un système très utile pour assurer la cohérence d’une
analyse ou d’une stratégie. En réalité, on se rend compte que, pour obtenir des résultats
réels, tangibles, il faut intervenir dans plusieurs domaines, sans se limiter aux intérêts de celui
qui doit “vendre” une solution déterminée. C’est ce qu’on appelle un “projet intégré”.

La méthode GOPP: bref historique

Dès lors, comment faire en sorte que les programmes et les projets puissent vraiment
résoudre les problèmes des bénéficiaires, en changeant positivement leur vie ou certaines
conditions de vie ? Comment faire des projets de qualité ?
La réponse est: s’assurer que les projets soient constamment suivis, voire ”contrôles” , dans
toutes les phases de leur cycle, par les acteurs-clés et surtout par les bénéficiaires finaux,
dont les problèmes étaient en définitive à la base de la rédaction des programmes et des
projets. Ce concept de la propriété ou de l’appropriation [ownership] des projets par les
bénéficiaires provoque un débat très intéressant au niveau international.

Comment faire pour y arriver ? L’approche GCP suggère que les acteurs-clés et les
bénéficiaires d’un projet effectuent, au cours des phases principales du Cycle du Projet, des
discussions en groupe [ateliers GOPP] sur l’analyse et la planification du projet afin de
participer à l’élaboration et à la gestion de ce projet.

Les ateliers GOPP sont animés par des facilitateurs professionnels mais neutres par rapport
aux intérêts des acteurs-clés et ne sont pas experts des contenus techniques du projet.
La méthode GOPP ainsi que les autres instruments inspirés par le Cadre Logique, est
apparue dans les années 60 dans le cadre des activités des agences internationales de
développement : l’agence américaine de développement [USAID], quelques agences des
Nations Unies (en particulier la UNIDO, Un it ed Nat io n s In d u st r ial Develo p m en t Fu n d ),
la GTZ en Allemagne. Dans le monde anglo-saxon, où le rôle de la consultance privée est
plus développé, l’accent est mis surtout sur le Cadre Logique comme instrument de
construction de projet. Mais c’est l’agence allemande (la GTZ) qui a développé la méthode
GOPP en l’articulant en processus structuré et en prévoyant l’intervention d’un facilitateur
qui, à partir de techniques particulières de communication interpersonnelle et de visualisation
de ce qui est dit, aide les participants à définir le projet.

C’est à partir de 1993 que l’Union Européenne a commencé à utiliser ces instruments, de
manière variable selon les Directions Générales. Ils sont à la base de la gestion de certains
programmes [ex. LIFE] ou de certaines lignes de financement [ex. MEDA, Europe Aid].
La méthode GOPP a été utilisée pour des partenariats, souvent à la demande de la
Commission, dans des programmes aussi divers que ceux portant sur l’innovation scientifique
et technologique [ex. Sprint, Innovex] et ceux portant sur le développement local [ex. Recite
II, RIS, RITTS, Innovex].

Po u r cit er u n au t r e exem p le, les in t er ven t io n s d es Fo n d s St r u ct u r els 2000 -2006


o n t ét é m is en p lace et ser o n t évalu ées su r le m o d èle d u Cad r e Lo g iq u e. En f in ,
FORMEZ a r est r u ct u r é sa p lan if icat io n in t er n e à p ar t ir d u Cad r e Lo g iq u e.

Il est co n seillé d ’o r g an iser d es at elier s GOPP au x m o m en t s clés d u cycle d e vie


d ’u n p r o jet :

- la phase de définition (atelier de définition)

- au début de la phase d’étude de faisabilité ou de la planification opérationnelle


(atelier de formulation opérationnelle)

- à mi-parcours (atelier d’évaluation intermédiaire)

- à la fin du projet (atelier d’évaluation finale)

La méthode GOPP est surtout développée dans la phase de définition du projet, sous la
forme d’une première mise en forme détaillée et structurée de l’idée de base. Il s’agit de
définir le projet en groupe, avec l’aide d’un facilitateur professionnel et externe, et c’est à se
stade qu’on en découvre tout le potentiel et tous les avantages. Ceci dit, certaines parties
de cette méthode peuvent également être utiles pour les professionnels qui travaillent « en
chambre » sans impliquer les acteurs-clés.
2
Fed er ico Bu ssi

2
Administrateur de PROGETTO GRUPPO Sr l – Lar g o G. Tar t in i 3-4 00198 Ro m a
Tel. + 39.06.85203826 Fax + 39.06.85203400, in f o @p r o g et t o g r u p p o .it . w w w .p r o g et t o g r u p p o .it

Vous aimerez peut-être aussi