Vous êtes sur la page 1sur 10

Analyse numérique 3D

de la stabilité du front de taille


d'un tunnel à faible couverture
en milieu frottant
R, DEil,lAGH l'Gl Les méthodes de calcul à la rupture proposent des
Départernent de Génle civil IE
l=
solutions au problème de soutènement du front de taille
d'un tunnel, soit à l'aide d'une approche statique
Batna, Algérie lut (par l'intérieur), soit avec une approche cinématique
rdemagh@yahoo.fu
l.0l
lÉ, (par l'extérieur). Ces méthodes, appropriées aux
matériaux standard, imposent les mécanismes de rupture
EMERIAULT
F. tfvt_tr;;rn
L en surestimant la dilatance des sols frottants. Dans cet
article, or s'intéresse au calcul en déplacements, à l'aide
t-
du code FLAC3D en différences finies explicites, de la
INSA-Lyon stabilité du front d'un tunnel à faible couverture creusé
Bat. JCA Coulomb, dans un sol frottant. Lieffet du caractère non associé
34 avenue des arts de la règle d'écoulement sur les pressions limites et
6962 1 Villeurb anne Ce dex les mécanismes de rupture est examiné. Deux modes
F abric e Emeri ault@nsa 4y on.fu
.
de rupture sont analysés, correspondant aux cas de la
poussé e (collapse) et de la butée (blow-out). Les résultats
du calcul en déplacement sont également utilisés pour
S. BENMEBAREK évaluer la pertinence de modèles analytiques basés sur
l'approche cinématique de l'analyse limite.
LRGCB-Département
de G'énie civil Mots-clés : front de taille, sols frottants, analyse limite,
Biskra, Algérie mécanisme tridimensionnel, méthode numérique.

3D Numerical analysis
of face stability of shallow tunnel
in cohesionles s material
l+, The yield design theory proposes some solutions to the problem
IrJ
t(o of tunnel face stability either by a static approach (lower bound)
l\-
l+, or kinematical approach (upper bound). The failure mechanisms
ItD considered in these methods, based on an associated flow rule,
l-o
t< are imposed. In this papet the face stabiiity of shallow tunnel in
cohesionless material is investigated by 3D numerical simulation
using FLAC3D code. The effect of a non-associated flow rule
on the critical pressures and on the failure mechanisms are
examined. The relevance of analytical models based on the
kinematical approach of the limit analysis is evaluated also.

Key words: tunnel face, frictional soil, limit analysis, three-


dimensional mechanism. numerical method.

I'IDIR : Les drscusst'ons sur


cet article sont accePtées
jusqu'au'L"' mars 2009.

91
REVUE FRANçAISE DE GÉOTECHNIQUE
N" 123
2" trimestre 2008
E configurations géométriques (différentes couches de
sol en particulier), soit à des chargements particuliers
lntroduction (forces d'écoulement par exemple). Il permet aussi de
prendre en compte plus finement le comportement des
En zone urbaine, concevoir un tunnel (creusé au sols (caractère non associé, comportement pré-rup-
bouclier à front pressurisé dans les terrains meubles) ture, anisotropie...) et de n'imposer aucune contrainte
impose une maîtrise totale de la stabilité du front de sur la forme et l'ampleur du mécanisme de rupture.
taille, particulièrement à faible profondeur. Se basant Cependant, outre le caractère prohibitif des temps de
sur des mécanismes bidimensionnels, te problème calcul liés à l'analyse d'une configuration particulière
de la stabilité du front a eté étudié pour la première ou de la réalisation d'une étude paramétrique com-
fois par Atkinson et Potts (1977) en terrain purement plète, il faut mentionner l'attention toute particulière
frottant, ensuite par Davis et aI. (1980) en terrain pure- qu'il faut apporter à la définition des conditions aux
ment cohérent. En milieu frottant-cohérent, on connaît limites imposées et à leur description numérique (pré-
essentiellement en bidimensionnel les résultats obte- cision des pas de calculs, critères de convergence )
nus par Muelhaus (1985), Leca et Panet (1gBB), Cham-
bon et Corté (1990), en tridimensionnel , Leca et Dor- Dans cet article, on s'intéresse à la stabilité tridi-
mieux (1990), Soubra (2000), Wong et Subrin (2006). mensionnelle du front de taille en milieu frottant, avec
Tous se réfèrent au calcul à la rupture par analyse limite un matériau standard (V - g) et non standard (le cas
et proposent des solutions analytiques (ou sous forme extrême V - 0 a été retenu dans cette étude). Cette ana-
d'abaques). Le calcul de la charge de rupture se fait lyse est menée dans le cas de la poussée et de la butée
avec deux approches complémentaires : uo€ approche des terres, communément appelées collapse et blow-
statique qui donne Ia borne inférieure de la pression out. Les résultats du calcul en déplacements obtenus à
limite et une approche cinématique qui fournit la borne l'aide du code FLAC3D en différences finies sont com-
supérieure. parés aux principales approches cinématiques tridi-
mensionnelles proposées dans la Iittérature et qui sont
IJapproche cinématique est fondée sur la règle de rappelées dans le paragraphe 2.
normalité de Hill qui reste sévère pour les matériaux
non standard (V < q) . La conséquence de l'application
de cette règle à un sol frottant, avec un angle de frotte-
ment interne g, est que son écoulement plastique sera
E
accompagné par une expansion de volume caracté- Approche par analyse limite
risée par un angle de dilatance v - q. Cependant, les
sols frottants s'avèrent expérimentalement se dilater
moins que ce qui est prévu par la règle de normalité et
doivent donc être considérés comme non standard. Un
ffi ilffi !ffffiffi

sable lâche constitue, à ce titre, un cas extrême (maté- Cas des matériaux standard (V = q)
riau contractant pour lequel V = 0). La non prise en
compte de la dilatance des matériaux non standards Le problème est idéalisé avec un tunnel de diamè-
est donc la principale limite de la méthode. tre D creusé dans un milieu homogène et pesant de
poids volumique y, sous une couverture C. Le matériau
Par ailleurs, la borne supérieure dépend aussi du est standard (V - q), ses paramètres de résistance sont
mécanisme de rupture imaginé, ce qui constitue une la cohésion c et l'angle de frottement interne q. l]ne
autre limite. Des techniques de régularisation de la pression uniforme o, simule une surcharge éventuelle
méthode cinématique ont été proposées permettant en surface.
de pallier à cette dernière difficulté (Pastor et al., 20OO ;
Lyamin et Sloan 2002; module LIMI de CESAR ; Dro- Dans le cas de la poussée, Leca et Dormieux (1990)
niuc et aI., 2005a,2005b). ont imaginé un mécanisme de rupture tridimension-
nel, composé de deux blocs tronconiques à un degré
Cependant, les résultats ne permettent pas toujours de liberté a, le cône supérieur étant maintenu vertical.
d'aboutir à une quantification précise du risque d'ins- IJoptimisation faite sur cr conduit à une borne supé-
tabilité du fait de l'écart important qui subsiste entre rieure pour cr* - 49 - g/2 (en degrés), figur e 1a. Soubra
les approches statique et cinématique. (2000) a étendu ce mécanisme en intercalant entre les
Le recours aux méthodes de calcul en déplacement, deux blocs une zone de cisaillement radial, appelée log
qui s'affranchissent des hypothèses des méthodes ana- sandwich et a libéré l'axe vertical du bloc supérieur
lytiques, est aussi un moyen d'évaluer leur pertinence. (Fig. 1b). La zone log sandwich est approchée avec (n -
Le calcul en déplacement permet de représenter des 2) blocs tronconiques. Soubra (2000) montre que pour
complexités diverses qui peuvent être liées soit à des n ) 5, la pression limite reste la même. Leca et Dor-

q
2

1:iji,rti'7:1!1:Iu:ii,tti:::1:1:tit;rt1jt::1:il:i:iyig;itfi:i::tt1: Mécanismes g = 2O degréS et C/D = O,4 (a) Leca et Dormieux (1990) ; (b) Soubra (2000) ; (c) superposition.
z

Collapse mechanism g : 20 degrees and C/D = 0.4: (a) Leca et Dormieux (1990) ; (b) Soubra (2000) ; (c) superposition.

2g
REVUE FRANçAISE DE GÉOTECHNIQUE
N" 123
2" trimestre 2008
mierw (1q901 comme Sorrhra f2OOOi qont- nar\/ennq
r*^ à la l'intérêt d'a.roir été dé.reloppés a\./ec une homog énéité
même formulation de la borne supérieure, donnée par d'approche en poussée et en butée,, même si l'analyse
les équations (1) et (2).Les coefficients N,'*, Nr'* et N.'* bibliographique montre que le mécanisme, en poussée
ne sont en revanche pas les mêmes pour les auteurs : uniquement, de Wong et Subrin (2006) affine la borne
supérieure.
or à orlf,rt* +y Dltrrc* + cN!*
(1)
AVCC
l/F.
e -
ldrt* -L
tgcp
(2) W
Chambon et Corté (1990) ont proposé un mécanisme
Cas des matériaux non standards (V < q)
de rupture bidimensionnel avec un monobloc rigide, Le problème de la stabilité du front de taille dans
délimité par deux arcs de spirales logarithmiques les matériaux non standard n'a pas encore été étudié.
(Fig. 2a). Plus tard, Wong et Subrin (2006) l'ont adapté En s'intéressant au problème de Ia capacité portante
au cas tridimensionnel et ont proposé un mécanisme des fondations filantes, Drescher et Detournay (1993)
original en forme de corne de rhinocéros, construit à ont montré que la charge limite pour un matériau non
partir d'arcs de spirales logarithmiques (Fig.2b). standard correspond en fait à une résistance réduite
Dans le cas de la butée, Leca et Dormieux (1990) liée à la non-associativité de la règle d'écoulement.
ont consid éré un mécanisme monobloc, l'optimisa- Cette approche donne une bonne approximation de la
tion faite sur cr donne une borne supérieure pour cx, - capacité portante des fondations superficielles pour les
49 degrés (Fig. 3a). Soubra (2000) a proposé un méca- cas analysés, V - 0 et V - g/2.La charge limite fournie
nisme inverse à celui de la poussée (Fig. 3b). Leca et par un calcul en déplacement pour un matériau non
Dormieux (1990) comme Soubra (2000) ont fourni la associé est comparée à celle évaluée avec les équations
même formulation de la borne supérieure donnée par (5) à (7). La différence est de 12 % (cas q - 20 degrés
les équations (3) et (4) avec des coefficients N3*, Nf. et avec V - 0) et de 20 % (cas q - 40 degrés avec V -
N3. propres à chaque mécanisme : 20 degrés). Les paramètres réduits pour un matériau
or <orNf. +yDl/rB* +cldj* de Coulomb sont :

(3)
AVCC tgcp :Ttgcp
l{'"* -1
ltrË. - (4)
c : T.lc
(5)
tgcp
avec (6)
Dans cet article, les résultats du calcul en dépla- _ cosl.p cos g (7)
cements à l'aide de FLAC3D sont comparés aux résul- 1- sinr.p sincp
tats du calcul par analyse limite fournis par Leca et
Dormieux (1990) et Soubra (2000). Ceux-ci présentent

E
Cas d'étude et exploitation
ffi
Configuration étudi ée
On considère un tunnel de diamètre D
(b) creusé sous une couverture C variable. On s'intéresse
à un matériau purement frottant, le massif est homo-
Mécanisme débouchant : (a) Chambon et gène et la cohésion est nulle. Le poids volumique yvaut
Corté (1990) ; (b) Wong et Subrin (2006). 16 kl\/m3 (en référence aux essais en centrifugeuse de
Collapse mechanism (a) Chambon
' (2006). & Corté Chambon et Corté, 1990), la surface du massif est sou-
(1990) ; (b) Wong et
Subrin
mise à une surcharge o. = 25 kPa. Le modèle géomé-

49

(a) i'*
(b)
(c)

E'1"t1,1'11i:i'11,1:ir:1:i,':t:i:il1'tt:tii'tiffii'#:,iitt:i Mécanismes g = 2O degrés et C/D = 7 : (a) Leca et Dormieux (1990) ; (b) Soubra (2000) ; (c) superposition.
Collapse mechanism g = 20 degrees and C/D - L : (a) Leca & Dormieux (1990) ; (b) Soubra (2000) ; (c) superposition.

eg
REVUE FRANçAIsE or eÉorcctNteuE
N'123
2" trimestre 2008
trique a pour dimensions 60 m x 60 m x 30 m {Fig. 4b). 10 000) ct la valcur dc l'incrômcnt dc diminution de la
Le maillage est composé d'environ 25 000 næuds, il pressi on, 2,5 ou 1 kPa.
est généré avec les éléments volumiques de FLAC3D Pour tous les cas testés (Fig. 5a), le dernier palier de
(brique à huit næuds). Les conditions aux limites classi-
pression pour iequel on observe encore la stabilité du
ques sont appliquées : déplacement horizontal nul sur
front est le même (12,5 kPa en 1'occurrence). A partir
les faces verticales et déplacement vertical nul à la base.
de ce palier, une réduction de la pression de 0,5 kPa
Le sol est modélisé en élasto-plasticité avec le critère provoque une rupture (ce qui correspond à une pré-
de rupture de Mohr-Coulomb. Un état de contraintes cision maximale de 4 % sur la pression limite). D'une
géostatiques est initialisé avec un coefficient des terres
façon globale, la précision des résultats du calcul en
au repos Ko = 0,5. Le module élastique est E - 150 MPa déplacement, dans le cas cle la rupture par poussée,
et le coefficient de Poisson v - 0,3. La surcharge o. est est au maximum comprise entre 2 et 6 "/", Ia recherche
appliquée graduellement par incrément de 2,5 kPâ. La d'une meilleure précision, jugée peu utile,, entraînerait
stabilité du front est assurée par une pression uniforme en revanche des temps de calcul importants.
o'r, initialement égale à la contrainte horizontale natu-
relle. Pour simuler un revêtement parfaitement rigide, En outre, les différents chargements testés ont
les næuds situés sur la frontière de l'excavation sont conduit à une réponse qui est pratiquement la même
fixés. en termes de déplacement final du front. La figure 5a
montre l'extrusion axiale du front (rapportée au diamè-

W tre D de l'excavation) enregistrée à la fin du caicul de


chaque palier en fonction de la pression appliquée au
front. Cette figure montre, en particulier; que la rup-
Modèles decalcul ture du front est effective après un déplacement relatif
de l'ordre de 1 %.
Les simulations ont été effectuées pour chacun des
modes en poussée et en butée. Elles correspondent aux La butée quand à elle est simulée par une incré-
cas : C/D - 1 avec q variable 20 < q < 40 (en degrés) et mentation de 25 kPa avec 5 000 pas de calcul associés
(p 30 degrés avec un rapport C/D variable 0,5 < C/D à chaque palier de pression appliquée au front (recom-
-
< 2. Pour rendre compte du phénomène de dilatance mandations de FLAC3D). La précision sur les pressions
des matériaux frottants, les deux cas suivants sont limites est au maximum comprise entre 0,5 et 3 oÂ, ce
pris en considération : matériau standard (V - q) pour qui justifie par ailleurs ce choix.
permettre une comparaison avec les pressions limites Cette façon de procédet même si elle entraîne des
données dans la littérature et matériau non standard temps de calculs importants,, est préférable du point de
(V - 0) pour examiner l'influence de la dilatance dans vue physique à une simulation basée sur un contrôle
un cas extrême. en déplacement.
Typiquement, avec un processeur Intel Pentium 4 et
ffiTlffiïïtffiffiirrffiffir 3 Go de vitesse d'horloge, les temps de calculs jusqu'à
la rupture, pour le cas d'un matériau standard avec C/D
Paramàres decalcul et critères deconvergence
poussée et de 45 heures pour le mode butée, le maillage
tlne étude de sensibilité de la pression limite vis- étant composé d'environ 25 000 næuds. Les temps de
à-vis des paramètres de calcul a eté faite dans le cas calculs augmentent rapidement avec l'angle de frotte-
de la poussée, sur un matériau standard ave c C/D - 1 ment interne (et donc avec la dilatance) : à titre d'exern-
et q : 30 degrés. Les deux paramètres concernés par ple, en mode butée pour le cas C/D - 1 et q - 40 degrés,
cette étude sont le nombre de pas de calcul de chaque il faut 200 paliers de 25 kPa pour atteindre les 5 MPa
palier de pression appliquée au front (5 000 pas en réfé- nécessaires à 1a rupture, à raison de 5 000 pas de calcul
rence aux recommandations de la notice de FLAC3D ou par paliel il faut au moins 4 jours de calcul.

î
c
\y
I
,,
tD
^,.,
i, ,/,n,/,,,' i = 4g" - q
l" *r'.Y. - * '* *ir*' * ' *.
a s
13

,/

&_
l/" \ B = 45" -cpl2

Cas étudié : (a) en butée d'après Leca et Dormieux (1990) ; (b) maillage 3D utilisé.
Study case : (a) biow-out mode Leca & Dormieux (1990); (b) 3D mesh used.

30
REVUE FRANçAIsE oe cÉorccuNreuE
N"',I23
2" trimestre 2008
63 80 kP 2.5 t
75
o Incrémentation : 2,5 kPa et 5 000 pas de calcul
p Incrémentation: 1 kPa et 5 000 pas de calcul 2,0
. l-1 62,5
a Incrémentation :2,5 kPa et 10 000 pas de calcul
Êr 15
rQ
C) 50 o Incrémentation: 1 kPa et 10 000 pas de calcul
ct
?75
3
a
()
r,o

25
0,5
a
V)
Cas d'un matériau standard
() 12,5 CID:1 et cp: 30 degrés
0,0
-1 234567
0 0,2 0,4 0,6 0,8 I
Déplacement relatif dlD (%)
Déplacement relatif du front dlD (%) (b)
(a) Étude de sensibilité ; (b) critère en déplacement.
Criteria of failure : (a) sensitivity studV ; (b) displacement criteria.

W Lapplication simultanée de ces deux critères per-


met une évaluation précise de la charge limite corres-
Critères de rupture du front de taille pondant à la pression de rupture.
Pour apprécier la pression de rupture, Demagh et
al. (2005) et (2006), dans des travaux précédents, ont
proposé une méthode basée sur un calcul en dépla-
E
cement à l'aide de FLAC3D. La courbe de déplacement Résu ltats et interprétation
du front en fonction de la pression o.. â été exploitée
comme indiqué sur la figure 5b. Cette approche relati- Les résultats des simulations sont donnés sous
vement rapide permettait un calcul paramétrique mais forme de courbes représentant la pression iimite en
avait tendance à donner une valeur trop conservative. fonction du rapport C/D et de l'angle de frottement <p.
Pour cette analyse, deux critères propres au code Les équations (1) à (4) permettent le calcul de la borne
FLAC3D sont utilisés pour juger de l'apparition de la supérieure des pressions limites évaluées par Leca et
rupture. Le premier critère est observé lorsque la force Dormieux (1990) ainsi que par Soubra (2000).
maximale non équilibrée (maximum unbalanced force) Dans le cas de la poussée, le mécanisme à cinq
converge vers une valeur non nulle (égale à quelques cônes de Soubra (2000) apporte une amélioration de 6 à
dizaines de Newton, figure 6b). Le second critère concerne 9 % par rapport au mécanisme à deux cônes de Leca et
la vitesse afale d'un næud appartenant au front (le centre Dormieux (1990).La différence entre les pressions limi-
du tunnel par exemple). Pour le palier équilibré précédent tes obtenues avec un calcul en déplacement et celles
la rupture, le champ de vitesse est diffus à travers tout Ie évaluées à partir du mécanisme à cinq cônes est infé-
massif et la vitesse est quasi nulle (valeur comprise entre rieure à 10 'Â. On note même une bonne concordance
10-11 et 10-1' rrfpas de calcul). Au palier suivant (corres- pour le cas d'un matériau standard avec q - 30 degrés
pondant à la rupture), cette vitesse enregistre un saut et (Fig . 7 a). Les pressions limites données par le méca-
ne peut plus converger vers une valeur constante (Fig. nisme à cinq cônes constituent bien une borne supé-
6b) Ce saut de vitesse est accompagné par l'apparition rieure quels que soient le rapport C/D (Fig. 7a) et l'an-
brutale d'un champ de vitesse localisé (Fig. 6a). On estime gle de frotternent g (Fig. 7b). Par ailleurs, les pressions
que la rupture est atteinte à partir d'une vitesse de 10-5 m/ limites calculées avec FLAC3D sont indépendantes du
pas de calcul, ce qui corespond à un déplacement axial rapport C/D (Fig . 7 a), ce qui est en accord avec l'équa-
de 10 cm tous les 10 000 cvcles de calcul. tion (1) pour laquelle les pararnètres Nï et N!* fournis
750
Cant*ur of Vr:locit_y h{ag.
MWtâç * û.ffie+0t0
Live mech zcrræ shcnôrn Force non
AJ
to =
û.000ûe{ffit(} 1.ffi 600 (o
1.00ûûe-006 io 2,0OOte-Oû6 équiliQrée ^o
2"W*W9to 3"ûCI00e-00û oo
3.ûSffisSûS ts) 4^0tûÛe-ûÛ6 E
.û0ûCIe-0ûS to 5.0ûOûe-OO6 Âa
5"C{lËÉe.ffito 6,0û004ûffi
S.ûOûSâ,ÛO6 tû 7^CËffi*-W
z 450 $
o-
7 ^tffie;ffi6 tqr 8.0û0Se-OÛ6 o Palier 4€-
O
8"ff{l0e-ffiSto 9"000te-000 rupturer lr)
#.ûûCI0ô-0t6 ùo 1.CI{JûSe-ût5 o eO I

1^tûûûe-Oû& to 1,MW*ffi$
tL 300
nlerval * 1-{3*ffi x
f

2 \./
o
.rrc) au)

Ita*ca Çcrwultirry &ratP, lrw " U

60 65 70 75 B0 85 90 95 100

Pas de calcul (x 10t)


(a) (b)
l:;'1ii::tj:7i':fil!'llt1i.îr:''rittttttitititiçrffii:igr:tititt Critères de rupture du front : (a) contour du champ de vitesse ; (b) historiques de la force maximale non
équilibrée et de la vitesse.
Criteria of failure : (a) contour of velociW ; (b) histories of maximum unbalanced force and velociW.

31
REVUE FRANçAISE DE GEOTECHNIQUE
N'193
2e trimestre 2008
par l'Ana1;zse lim jte sont respectivement constant et nr-rl Dormielrx (1990), (Fig.Ba et Bb). Pour un matériau stan-
pour le cas C/D dard, les pressions calculées à partir du mécanisme de
Pour un matériau non standard (ici purement Soubra (2000) sont supérieures de 13 à 40 o/" aux pres-
contractant V - 0), les pressions limites obtenues avec sions limites fournies par un calcul en déplacement.
FLAC3D restent supérieures de 4à7% à celles calculées Pour un matériau non standard, les calculs FLAC3D
avec un matériau standard (Fig.7a et 7b). fournissent des valeurs de pression limite inférieu-
Ces mêmes résultats ont été comparés avec l'ap- res de 10 à 40 % à celles calculées avec un matériau
proche par analyse limite non associée proposée par standard. Cette différence. contrairement au cas de la
Drescher et Detournay (1993). On note une grande poussée (4 à 7 "Â), montre f influence de la dilatance
différence entre les deux approches fiusqu'à 3,2 kPa sur la butée.
au maximum, soit 30 %).De plus, pour un angle e > La figure 9b montre que, pour un matériau non
23 degrés environ, les pressions limites données par standard, l'approche par analyse limite non associée
l'analyse limite non associée sont supérieures aux pres- proposée par Drescher et Detournay (1993) fournit
sions limites obtenues avec un calcul en déplacement des pressions limites supérieures de 10 à 20 % à celles
et de ce fait ne peuvent constituer une borne supé- obtenues avec un calcul en déplacement et qu'elle peut
rieure pour le cas extrême V - 0 (Fig. 9a). Ainsi,, pour donc constituer une bonne approximation de Ia borne
l'évaluation de la pression limite dans le cas d'un maté- supérieure pour les matériaux non standard, du moins
riau non standard, on préférera l'approche originale de pour le cas extrême V - 0.
Soubra (2000) avec V = g. La validation de l'approche de Drescher et Detournay
Dans le cas de la butée, le mécanisme à cinq cônes (1993) avait été effectuée à partir de calcul de capacité
de Soubra (2000) améliore jusqu'à 50 % les pressions portante de semelles de fondation filantes. I1 est intéres-
limites données par le mécanisme monobloc de Leca et sant de noter que cette approche semble être pertinente
15 {}- Leca et Dormieux (1990)
30 --{1- Leca et Dormieux (1990)
---o- Soubra (2000)
- - a- - FLACUD (,u = q)
--O- Soubra (2000)
FLAC3D (W = q)
-14
(u - - \r - FLACto (,U = 0) 25
TL G FLAC3D (r.t, = 0)
5 v- - -v- --v -- -v
È
Y
o
.= ;20
E 13 =
c E
.9 a- - -A- --a -- -a 5 15
a rz-v-\./-\-/ '6
a a
812 o
t-
rL
n-tr-tr-tr È10

0,5 1,0 1,5 2,0 20 25 30 35 40


Rapport C/D Angle de frottement (degrés)
(a) (b)
t'1:';1':;:::1::1,r:;11i't'1:";:11:l::11:.'1l,::t::t:,:r!:!:içn1çr1',1:i:t:t:,
BOfne SUpéfieufe en pOUSSée : (a) g = 30 degféS ; (b) C/D = t.
Upper bound for collapse , (a) q = 30 degrees ; (b) C/D -1.

--{F Leca et Dormieux (1990) -a- Leca et Dormieux (1990)


<)- soubra (2000) --.o- Soubra (2000)
(E FLAC'D (,.p = g) FLACto (,p = g)
TL G.
FLACto (q, = 0) FLACto (q.,= 0)
o
.= ;=12
E
c
Ee
.o c
U)
a
o
t-
3o
a
o- o
t-
O- .t
J

0
0,5 1,0 1,5 20 25 30 35 40
Rapport C/D Angle de frottement (degrés)
(a) (b)
Borne supérieure en butée : (a) ç = 30 degrés ; (b) C/D = l.
Upper bound for blow-out , (a) q =30 degrees; (b) C/D = 1.

32
REVUE FRANçAIsE or cÉorucHNreuE
N" 193
2" trimestre 2008
*Analyse !!mite n^n
I t\,rt
.:oonniÂa
I (-r\J9\r\.rt\rv
Ln
{1-Analyse limite
-_V-.FLAC3D (tp = 0) --w--FLACuo (W=
3,5
25
$ (U
o-
5 g 3,0
z.
E20 .=
; FIF

z,C
E E
c co 2.0
.9
a 15 '6
a
o
t-
o- o-
0 1,s
10
1,0

0,5
20 25 30 35 40 20 25 30 35 40
Angle de frottement (degrés) Angle de frottement (degrés)
(a) (b)
lt::t:ttttl:t:tlitt:t:l:tttlittltttiltatti:tllt-,#,]/fi1::;Or$,:::,i::i::
Comparaison de la pression limite donnée par FLAC3D (V = O) et l'analyse limite non associée donnée par
l'équation (5) pour (a) en poussée ; (b) en butée.
(V = 0)
Comparison of limit pressure' from FLAC3D and equation (5) : (a) collapse ; (b) blow-out.

dans le cas d'une sollicitation similaire, celle de la rupture avec FLAC3D est bien encadré par le mécanisme à cinq
en butée du front d'un tunnel alors qu'elle donne des blocs, avec cependant une meilleure approximation
résultats non satisfaisants pour une rupture en poussée. pour le cas d'un mécanisme débouchant. Le mé ca-
nisme lié aux forces de surface (fournissant le coeffi-
E cient N,) est par ailleurs légèrement plus performant
que celui qui est défini à partir des forces de gravité
(donnant le coefficient Nr)
Analyse des mécanismes de rupture
Lorsque le matériau est non standard (figure 10c
Les résultats de la section 4 sont ici analysés sous avec C/D - 1., q - 30 degrés et V - 0), le calcul en dépla-
l'angle des mécanismes de rupture. Pour cela, on a cement fournit un mécanisme de rupture débouchant
superposé le champ de vitesses obtenu par Ie calcul en et qui présente une forme cylindrique dans sa partie
déplacement et celui construit à partir du mécanisme à supérieure. Lapproche par analyse limite modifiée sui-
cinq blocs de Soubra t2000). vant les propositions de Drescher et Detournay (1993)
Dans le cas de la poussée, pour un matériau stan- donne en revanche un mécanisme non débouchant
dard, les figures 1,0a et 10b présentent les mécanismes qui, du fait de la valeur non nulle de q*, est de forme
obtenus pour C/D conique à proximité de la surface. I1 apparaît donc inté-
mécanisme obtenu pour e = 10 degrés débouche en ressant de proposer une autre approche par analyse
surface alors que pour g - 25 degrés celui-ci est non limite non associée pour la détermination des caracté-
débouchant. Ces exemples confirment les résultats de ristiques réduites c* et q* qui permette, en particulier
l'approche par analyse limite qui prédisent pour tout lorsque V - 0, d'avoir q* = 0 et c* non nulle, conditions
le domaine défini par C/D nécessaires pour obtenir un mécanisme de rupture par
mécanismes de rupture en poussée non débouchant. analyse limite cylindrique dans sa partie supérieure et
Dans les deux cas de figure, le champ de vitesse obtenu donc débouchant en surface.

ffiffiffi Mécanisrnes enpoussée ClD =7: (a) déboucha.ntV= q-- lOdegrés; [b)nondébouchantV= I = 25 degrés;
(c) matériau non standard V = 0 et <p = 30 degrés (9* = 26,6 degrés).
CollapsefailuremechanismC/D=7:(a)y=g=l0degrees;(b)y=q=25degrees;(c)non-standardmaterialy=0and
<p = 30 degrees (g* = 26.6 degrees).

33
REVUE FRANÇA|sE or cÉorecrNteuE
N'123
2" trimestre 2008
De plus, il est intéressant de noter que, pour le cas
des matériaux standard (V - q), la rupture obtenue
par le calcul en déplacement semble plus présente en
radier du tunnel (Fig. 6a, 1,0a et 10b), ce qui est logique
Conclusion et perspectives
pour un matériau pesant. Dans le cas des matériaux Pour étudier la stabilité tridimensionnelle du front
non standard [V - 0), on observe une vitesse maximum --de taille des tunnels à faible couverture et afin d'avoir
au niveau de l'axe du tunnel. Le mécanisme de rupture une estimation réaliste de la pression critique de soutè-
translationnel retenu par l'analyse limite ne permet pas nement du front, des calculs en déplacement utilisant
de rendre compte de ce phénomène. le code en différences finies explicites FLAC3D ont été
Dans le cas de la butée, pour un matériau stan- entrepris. Une méthode d'exploitation des résultats et
dard, le mécanisme à cinq blocs encadre très large- d'analyse des mécanismes de rupture a également été
ment le champ de vitesses capté juste après la rupture présentée.
(Fig. 11a), ce qui explique en partie la marge de 13 à Dans le cas des matériaux standard (q = V), le calcul
40 % entre la borne supérieure donnée par le méca- en déplacement fournit des résultats (pression limite et
nisme à cinq cônes et les pressions limites fournies mécanisme de rupture) qui restent bien encadrés par
avec un calcul en déplacement (Fig. Ba et Bb). Globale- les bornes supérieures des approches tridimension-
ment, le mécanisme de Soubra prédit un bloc en rup- nelles par analyse limite existantes dans la littérature.
ture Ce volume plus important que celur obtenu avec La comparalson avec l'ensemble de ces approches (qui
FLAC3D. Les mécanismes de rupture associés aux ter- se distinguent essentiellement par la forme générale
mes de surface et de gravité (responsables des coeffi- des mécanismes de rupture consid érés) prouve que
cients \ et l'Ir) sont globalement identiques. ces dernières fournissent, dans le cas de la poussée,
Le constat est le même pour un matériau non stan- une évaluation satisfaisante de la borne supérieure (au
dard (Fig. 11b). Lanalyse limite modifiée suivant les maximum 10 % de différence). En revanche, dans le
propositions de Drescher et Detournay (1993) conduit cas de la butée, elles peuvent conduire à une très forte
à un mécanlsme de rupture encore plus important que surestlmation de la pression limite, jusqu'à 40 % et
celui fourni par un calcul en déplacement, de forme donc à trop d'optimisme. Dans ce dernier cas, le méca-
cylindrique dans sa partie supérieure, ce qui, comme nisme de rupture fournit par l'analyse limite encadre
dans le cas de la rupture par poussée, incite à proposer largement le champ de vitesse cbservé.
une nouvelle approche de l'analyse limite non associée Le caractère associé ou non de la loi d'écoulement
pour le calcul des caractéristiques réduites q* et cn. du matériau a un impact très important en particulier
Dans les matériaux frottants (avec ou sans cohé- sur la butée. Lensemble des calculs en déplacement
sion), la méthode de la borne supérieure de l'analyse a montré que si la différence dans le cas d'une rup-
limite impose un mécanisme translationnel de cônes ture par poussée n'est que de 7 % au maximum, €[
rigides qui donne une intersection elliptique avec la revanche elle peut aller jusqu'à 40 "Â dans le cas d'une
section transversale du tunnel. A ce titre, il est apparu rupture par butée.
intéressant de tester sur un cas (<p = 30 degrés et C/D La prise en compte du caractère non associé du
- L en l'occurrence), uD tunnel présentant la même sec- comportement du sol n'est théoriquement pas possible
tion elliptique que celle correspondant au mécanisme par l'analyse limite. Lapproche par analyse limite non
deruptureobtenuparana1yse1imite(grandaxeD associée proposée par Drescher et Detournay (1993) a
6,5 m et petit axe d - 5 m). Dans ce cas , Ia différence été testée : si elle conduit effectivement à une bonne
entre la pression limite évaluée par I'analyse limite et approximation de la borne supérieure dans le cas de la
celle fournie par un calcul en déplacement n'est plus butée pour V - 0, il n'en est pas de même en poussée
que de 7 % pour le cas d'un matériau standard (alors où la nature du mécanisme de rupture est différente.
qu'elle était de 28 % pour le cas d'un tunnel avec une
section circulaire de même diamètre). Ceci montre Le calcul en déplacement a permis de montrer les
qu'une partie de l'écart avec la borne supérieure don- limites des mécanismes actuellement pris en compte
née par le mécanisme à cinq cônes de Soubra (2000) dans l'approche par l'analyse limite :

tient au choix du mécanisme lui-même. Un mécanisme - dans le cas extrême du matériau non standard (V - 0),
épousant la section circulaire du tunnel (de conception le calcul en déplacement fournit un mécanisme de rup-
bien plus complexe), permettrait certainement d'amé- ture débouchant et cylindrique dans sa partie supé-
liorer ce résultat. rieure ;

:':::1;j:t:,1:i::4ii'iX'11:'it'i'i'itltit:ttt.iltrIgt'itfi:"iit"l"t'i, Mécanismes en butée q = 30 degrés et C/D = L z (a)V=g;(b)\f=Q.


Blow-out faiiure mechanism e = 30 degrees and C/D -1,:(a)V=9;b)V-0.
34
REVUE FRANçAISE DE GEOTECHNIQUE
N'123
2" trimestre 2008
- la section trans.,'ersale de la zone en rupture au ni',"'eau intéressant de faire é..'oluer ces approches \./ers l'ana-
du front (circulaire pour le calcul en déplacement) n'est lyse de tunnels de grands diamètres pour lesquels la
pas correctement représentée par I'analyse limite (sec- rupture pourrait être plus localisée et ne pas intéresser
tion elliptique de demi grand axe vertical et égal au l'ensemble du front. Le calcul en déplacements pour-
diamètre du tunnel). rait alors également servir de base de validation à ces
Le calcul en déplacements peut ainsi être utilisé nouvelles approches.
comme source d'inspiration pour le développement de
nouveaux mécanismes en analyse limite.
Enfin, l'ensemble des approches par analyse limite l.,1.,.'. i l.;..i..t...,

proposées jusqu'à présent, considère un tunnel dont Les auteurs remercient R. Kastner, Professeur au Laboratoire de génie
}e diamètre est faible au regard de la variation de la civil et d'ingénierie environnementale (LGCIE) de l'INSA-Lyon pour ses sug-
pression appliquée au front (par la boue ou la terre gestions au cours de cette étude ainsi que A.H. Soubra, professeur à I'IUP de
Génie civil et Infrastructures de Saint-Nazaire pour les discussions pertinen-
dans les techniques du tunnelier à front pressurisé). tes et l'autorisation d'utiliser le programme d'optimisation du mécanisme à
La pression o.' est donc supposée constante. Il serait cônes, ce qui a permis de réaliser ce travail avec }a précision qu'il méritait.

W
Atkinson J.H., Potts D.M. - Stability of a associative and non-associative materials. Leca E., Dormieux L. - Contribution à l'étude
shallow circular tunnel in cohesionless Géotechnique 43, no 3, 1993, p. M3-456. de la stabilité du front de tailie d'un tunnel
soil. Géotechnique 27 , no 2, 1977 , p. 203- Droniuc N., Magnan J.-P., Mestat P., Hum- en milieu cohérent. Revue française de
215. bert P. - Introduction de ia méthode géotechnique n" 6L, 1992, p. 5-16.
Chambon P.. Corté J.-F. - Stabiiité du front cinématique régularisée dans CESAR- Lyamin A. V., Sloan S. W. - Upper bound
de taiile d'un tunnel dans un milieu frot- LCPC (module LIMI). Bulletin des labo- limit analysis using linear finite ele-
tant, approche cinématique en calcul à ratoires des ponts et chaussées n" 256- ments and non-linear programming.
1a rupture. -Revue française de géotech- 257 , 2005, p. 135-148. Int. J.l/umer. Anal. Meth. Geomech. 26,
nique no 51, 1990, p. 51-59. Droniuc N., Magnan J.-P., Humbert P., 2002, p. 181 -216.
Davis 8.H., Gunn M.J., Mair R.J., Sene- Mestat P. - La méthode cinématique Muelhaus H. B. - Lower bound solutions
viratne H.N. - The stability of shallow régularisée appliquée à l'étude de la for circular tunnels in two and three
tunnels and underground openings in stabilité des pentes. Bulletin des labora- dimensions. Rock Mechanics and Rock
cohesive material. Géotechnique 30, toires des ponts et chaussées no 256-257 , Engineering 18, 1985, p. 35-52.
Tto 4, 1980, p . 397 -416. 2005, p.149-161. Pastor J., Thai TH. et Francescato P. - New
Demagh R., Benmebarek S., Kastner R. - FLAC3D, Fast Lagrangian Analysis of bounds for the height limit of a vertical
Analyse 3D des mouvements générés Continua in Three Dimensions. Itasca siope . Int. J. I'Ium er. Anal. Meth. Geo-
par le front d'un tunnelier à pression de Consulting Group Inc., 2000, Mineapo- mech. 23, 2000. p. 165- 182.
boue. Conférence internationale Geoci' lis. Soubra A.H. - Three-dimensional face sta-
tyl'{et'05, 2005, Lille, France. Leca E., Panet M. - Application du calcul à bility analysis of shaliow circular tunnel.
Demagh R., Benmebarek S., Kastner R. - la rupture à la stabilité du front de taille International Conference on Geotechni-
Analyse 3D des mécanismes de rupture d'un tunnel. Revue française de géotech- cal and Geological Engineering. Mel-
du front de taille dans les sols meubles. nique n" 43,1988, p. 5-19. bourne, Australia, 2000, p. 1-6.
Symposium international ELU/ULS, Leca E., Dormieux L. - Upper and lower Wong H., Subrin D. - Stabilité frontale
2006, Marne-ia-Valiée LCPC/ENPC, bound soiutions for the face stability d'un tunnel : mécanisme 3D en forme
France. of shallow circular tunnels in frictionai de corne et influence de ia profondeur.
Drescher A., Detournay E. - Limit load in material. Géotechnique 40, no 4, 1990, Revue européenne de génie civil, vol. 10,
translational failure mechanisms for n 581-606. no 4,2006, p. 429-456.

35
REVUE FRANçAISE DE GEOTECHNIQUE
N" 123
2" trimestre 2008

Vous aimerez peut-être aussi