Vous êtes sur la page 1sur 70

REMERCIEMENT ...................................................................................................................................................

3
INTRODUCTION ..................................................................................................................................................... 4
................................................................................................................ 5
**CLIMAT ET RESSOURCES NATURELLES : .......................................................................................................... 6
Climat : .......................................................................................................................................................... 6
** PRODUCTION AGRICOLE : ........................................................................................................................ 7
**-DONNÉS PÉDAGOGIQUES ET HYDRIQUES ........................................................................................................ 7
Le Sol :........................................................................................................................................................... 7
Les ressources hydriques ............................................................................................................................... 8
............................................................................................... 19
1. I. INSTALLATION DES CULTURES : ............................................................................................................ 19
1-2 .La botanique de la plante :................................................................................................................... 20
2-1PRÉPARATION DU SOL : ............................................................................................................................ 21
A-ARROSAGE : .................................................................................................................................................. 21
B-LABOUR PROFOND : ...................................................................................................................................... 21
C-FUMURE DE FOND.......................................................................................................................................... 22
D-COVER-CROPAGE : ........................................................................................................................................ 22
2-2-CONFECTION DES BILLONS (BILLONNAGE).................................................................................................. 22
2-3INSTALLATION DE SYSTÈME D’IRRIGATION: ..................................................................................... 23
2-4LE PAILLAGE PLASTIQUE : ....................................................................................................................... 23
2-5DÉSINFECTION DU SOL: ............................................................................................................................ 23
2-6CONFECTION DES TROUS DE PLANTATION. ........................................................................................ 24
3 -PLANTATION : ............................................................................................................................................... 24
4.Désherbage : ............................................................................................................................................ 25
5.Palissage : ................................................................................................................................................ 25
6.Effeuillage : .............................................................................................................................................. 25
7.Éclaircissage : .......................................................................................................................................... 25
8.Nettoyage :................................................................................................................................................ 26
9. Pollinisation : .......................................................................................................................................... 26
.............................................................................................................................. 27
.................................................................................................................................... 30
A. Détermination des besoins hydriques de la culture ............................................................................. 33
B. Fréquence d’irrigation : ...................................................................................................................... 33
C. Stratégie des apports en eau à la culture : ...................................................................................... 33
.............................................................................................................................................. 34
1. PRÉPARATION DE LA SOLUTION MÈRE ..................................................................................................... 34
2. CARACTÉRISTIQUES DES SOLUTIONS NUTRITIVES : .................................................................................. 34
................................................................................................... 37
1) Les ravageurs: ..................................................................................................................................... 37
2) Les maladies: ....................................................................................................................................... 39
 CLADOSPORIOSE :.................................................................................................................................... 39

1
 POURRITURE GRISE: ................................................................................................................................. 40
 L’OÏDIUM: ............................................................................................................................................... 40
3. PROTECTION DE LA CULTURE : ................................................................................................................ 41
A LUTTE CHIMIQUE : ...................................................................................................................................... 41
OBSERVATION POST- TRAITEMENT POUR UN TRAITEMENT : ACARIENS ........................................ 41
..................................................................................................................................................................... 42
4 La lutte biologique : ................................................................................................................................. 42
2. DEGATS SUR FRUITS : .............................................................................................................................. 42
............................................................................................. 44
.......................................................................................................................................... 49
Introduction: ................................................................................................................................................ 49
1.1. Procédures ...................................................................................................................................... 53
.............................................................................................. 60
INTRODUCTION : .............................................................................................................................................. 60
 COÛT DE PRODUCTION D’UN HECTARE DE FRAMBOISIER: ........................................................ 60
1. CHARGES FIXES : ..................................................................................................................................... 60
2. CHARGES VARIABLES : ............................................................................................................................ 63
Coût d’achat et de transport des plantes .................................................................................................... 64
Les frais de la main d’œuvre ....................................................................................................................... 65
1.2. SEUIL DE RENTABILITE : ....................................................................................................................... 68
 Coût de revient unitaire................................................................................................................... 69
............................................................................................................................................................ 70

2
Remerciement
Avant d’entamer le contenu de ce rapport, J’adresse mes vifs
remerciements de gratitude à tout le personnel de l’entreprise :
ELITE HARVEST MAROC, qui ont toujours là pour nous aider et
diriger durant la période de stage, et surtout de nous avoir
donné la chance d’intégrer la vie professionnelle ce qui nous a
permis d’acquérir l’expérience professionnelle.

Un merci bien particulier adressé également à Mr Mohamed El


Adraoui notre maitre de stage pour ses remarques, ses
directives, son aidé, nous tiendrons à lui exprimer nos sincères
remerciements pour son suivi et ses orientations.

Nous n’oublierons pas de remercier nos encadrant et nos


formateurs de L’Institut Technique Agricole oued amlil, TAZA qui
ont perfectionné nos connaissances théoriques et pratiques durant
la période de la formation.

3
Introduction
Dans le cadre de notre formation au sein de l’Institut Technique
Agricole Oued Amlil, TAZA, a effectué un stage d’intégration en
milieu de travail de deux mois au sein de l’entreprise ELITE
HARVESTE MAROC et ce pour une durée allant du 02/04/2018
au 01/06/2018.

Pendant ces deux mois de stage, On a pu concrétiser et


approfondir l’ensemble des connaissances récoltées pendant notre
formation et nous à approcher au monde de travail.

Plus largement ce stage était l’opportunité de prise de contact


avec le milieu professionnel, car pendant cette période on
apprend à s’adapter profondément à la fonction future.

On a l’honneur de vous présenter ce modeste travail, qui est le


fruit de notre formation et notre stage.

4
1-environnement de l’entreprise :
1-1macro environnement de l’entreprise agricole :

Présentation de la région :

Figure : situation géographique de la région

Au nord : Région Tanger-Tétouan.


Au nord-est : Région Taza-Al-Hoceima-Taounat;
Au sud-est : Région Fès-Boulman et Meknès-Tafilalt;
Au sud : Région Rabat-Salé-Zammour-Zaïre;
A l’ouest : L’Océan Atlantique.
Population totale : 26608 Habitants

Nombre d’agriculteurs : 1790 Exploitants

La région concentre la plus grande réserve d’eau en Afrique du nord estimée à plus de 6.5
milliards de m³. Elle dispose de plusieurs barrages et du périmètre d’irrigation le plus étendu du

5
pays, avec une superficie agricole utile qui dépasse les 600 000 Hectares, permettant des cultures
variés à fort rendement, compte tenu de ses potentialités agricoles.

Les caractéristiques de La région:

Une position géométrique privilégiée


Un territoire riche en ressources naturelles
Un potentiel agricole exceptionnel
Des ressources humaines productives
Industries Agro-alimentaire.

**Climat et ressources naturelles :

Climat :
Climat méditerranéen tempéré avec une moyenne pluviométrique importante (autour de 673
mm/an)

Type : méditerranéen avec une influence océanique

Etage bioclimatique : subhumide à hiver tempéré avec une tendance semi-aride en zone interne

Température :
La région se caractérise par un climat méditerranéen : doux et humide en hiver, chaud en été
avec une influence de l’océan favorisant le développement d’une large gamme de cultures sur
des vastes plaines.

Pluviométrie :
600 mm Deux périodes pluvieuses peuvent être distinguées au cours de l'année agricole :

 Octobre à Avril : c'est la période la plus pluvieuse (785 mm), soit 76% des précipitations
annuelles ;
 Mai à Septembre : c'est la période la moins pluvieuse avec 24% du total des
précipitations annuelles.

Les vents :
Les vents dominants dans la région du Gharb sont :

 Les vents de Sud-ouest


 Les vents du Nord-ouest
Ces vents peuvent atteindre une vitesse d’environs 120 km/h.

6
** Production agricole :

Cereals 56%
Oléagineux 10, 3%
Maraichage 7, 7%
Légumineuses 7%
Forages 6, 8%
Arboriculture 6%
Betterave sucriére 3 4%
Canne à Sucre 2, 5%
Bananier 0, 3%

Graphique : Le pourcentage des cultures de GHARB

On a la dominance des céréales dans la région en occupant 56 % de la superficie agricole


utile, suivi par les oléagineux et le maraîchage, alors que l’arboriculture représente que 6% et
cela a cause du climat du Gharb.
**-Donnés pédagogiques et hydriques

Le Sol :
Le Gharb désigne la plaine du cours inférieur du Sebou et son encadrement de hautes terres.
Au Nord, le Haut Gharb est un pays de collines marneuses datant du miocène.
A l'Est, la plaine est dominée par les rides pré-rifaines du JbelOutita et JbelBoudraâ. La limite
est moins nette au Sud où la plaine plonge sous le plateau sablonneux de la Maâmora. A
l'Ouest, un cordon de dunes consolidées l'isole de l'Océan Atlantique.
La plaine est composée d'une gamme variée de sols, qu'on peut regrouper en quatre
ensembles à vocation agronomique variée :
- Les Merja couvrent 15% de la surface de la plaine. Il s'agit de dépressions souvent
inondées, leurs sols sont très hydro morphes ;
- La plaine proprement dite, couvre 40% de la superficie. Elle est couverte de sols noirs
(Tirs), utilisées par plusieurs cultures ;
- Les zones des levées alluviales (30%) se caractérisent par des sols moins argileux (Dhess)
très favorables aux cultures.
- Les sables de la bordure Sud de la plaine sont plantés d'eucalyptus à usage industriel ;
- Les sables du cordon dunaire littoral connaissent une forte extension de l'agriculture sous
serres.

7
Les ressources hydriques

Le réseau hydrographique de la région, constitué par plusieurs cours d'eau et des nappes
phréatiques, présente une importance stratégique favorisant le développement de la région sur
tous les plans.
1-2-Microenvironnement de l’entreprise agricole :
Les clients Driscoll’s

Les fournisseurs Gender _ phytolukus_S.O.A.S_coopert_netafrime_irrisys

Les concurrents Africain blue_zniber_royagri_nattberry

2caractéristiques de l’entreprise :
2-1 identification de l’entreprise :

Dénomination de l’entreprise ELITE HARVEST MAROC


Nature juridique SARL
Mode de faire valoir : Direct : terrain melk
Nom et télé de l’exploitant ******
Nom et télé du gérant : Mohamed El Adraoui
Nom et télé du maitre de stage :
Région : Gharb chrarda bni hssen
Province : Kenitra
Cercle, commune rurale : Moulay bousselham
Douar : Dlalha
Adresse :
Téléphone : ******
Fax : ******
Email : ******
Site internet : Elite harvest maroc
Plan d’accès :
ELITE
HARVEST
MAROC

Souk l’arabaa 22km Oulad Mesbah

Dlalha
Driscoll’s
Moulay
Bousselha
m 10km

8
2-1-1 : Date de création de l’entreprise : 01/04/2016

2-1-2 Superficies occupées :

 Superficie totale : 108 HA


 Superficie agricole utile :83 HA
 Superficie irriguée :83 HA
 Nu agricole :
 Superficie inculte : 20 HA
 Foret : 5 HA

2-1-2 Ressources en eau :


Bassin d’accumulation et 9 puits
2-1-4 Personnel de l’entreprise :
2-1-4.1 personnel permanent :

Fonction /Poste Effectif Sexe Qualification Rémunération


mensuelle
Gérants 2 masculin Technicien et 6000/7500 DH
ingénieur
Chef de culture (myrtillier) 1 masculin Technicien 5000 DH
Chef de culture (fraisier) 1 Masculin Technicien 5000 DH
Chef de culture (framboisier) 1 Masculin Qualifié plus 5000 DH
expérience
Responsable de traitement 2 Masculin Technicien et 5000 /7000 DH
ingénieur
Responsable de qualité 1 Féminine Technicienne 5000 DH
Responsable d’irrigation 1 Masculin Technicien 5000 DH
Comptable 1 Masculin Technicien 5000 DH
spécialisé
Dates de
Responsable chronologie des1 Décisions importantes, Ingénieur
Masculin Principales étapes 7000d’évolution
DH
événements
fertigation extensions, de l’entreprise
constructions,
changement d’activités …
2016 Arrachage de forêt de Certification de l’entreprise par global
calyptus gap et f2f et Haccp
Installations des serres et des
tunnels , l’administration ,
Installation de culture
framboisier et fraisier et
myrtiller

9
2-1-4.2 Personnel occasionnel :

Opération/ Effectif Salaire Qualification sexe Période Cout/ha


activité /ha Journalie De travail
r
Irrigation 15 70.00 Ouvrier homme Toute 1050
agricole l’année
Demontage 15 76.00 Ouvrier homme Juin 1140.00
Plastique agricole
Montage de 10 76.00 Ouvrier Homme Juin 760.00
l’ombriére Agricole

Ouvrier
Montage du 15 76.00 Agricole homme Octobre 1140.00
plastique
Ouvrier Toute l’annné
desherbage 3 76.00 Agricole Homme 228.00
Aout-
réparation Ouvrier Femme septembre
tunnel 3 76.00 Agricole Homme 228.00
Decembre
Ouvrier Femme/ Janvier
aération 4 76.00 Agricole Homme fevrier 304.00

Ouvrier aout
travaux des 2 76.00 Agricole Homme septembre
chemins
152.00
Ouvrier Femme/
divers 7 76.00 Agricole Homme 532.00
mars-avril
récolte 20 76.00 Ouvrier Femme mai
Agricole 1520.00
toute l’année
traitement 9 76.00 Ouvrier homme
Agricole toute l’année 684.00

nettoyage 1 59.04 ouvrier femme


ouvrier
taille 45 76.00 agricole homme 59.04

totale 3420.00

10
2-1-5Organigramme

Directeur générale Directeur technique Gérant

Techniciens Comptable
Pointeur
etMagasinier générale

Stationnaire et Chefs des équipes Gardiens


irrigateurs Tractoriste

Ouvriers d’irrigationet des Ouvriers (es) des techniques


traitements phytosanitaires culturales

2-1-5-1 Descriptif du poste

 Le directeur technique :il est responsable de la disponibilité de la main d’œuvre dans


l’exploitation, de l’état des bâtiments et de l’application de la réglementation nationale. Il
supervise toutes les activités techniques, ils mènent à bien toutes les opérations culturales
pratiquées. Ainsi il organise la distribution des travaux dans l’exploitation et supervisent le
travail des équipes tout en s’assurant de la réalisation du programme de travail de la journée.
 Gérant : c’est la main droite du directeur , et celui qui supervise et gère les activités
techniques au cas d’absence du directeur.
 Les techniciens : il y’as 4 techniciens :une responsable de système qualité au sein de la
ferme et les autres chacun d’eux responsable de la gestion d’irrigation et du coté protection
phytosanitaire des cultures et un responsable de production .
 Le comptable : elle assure la comptabilité générale et l’enregistrement des documents et
fiches comptables concernant société ELITE HARVEST MAROC

11
 Le pointeur et magasinier il est responsable de la gestion du stock des engrais, des
pesticides et il tient à jour les enregistrements relatifs aux stocks, ainsi le pointage des
ouvriers.
 Le stationnaire : fait le mélange des pesticides, des engrais tout en respectant les consignes
de leur manipulation.
 Les chefs des équipes:ils reçoivent les instructions qui concernent les techniques culturales
et le transmettent aux ouvriers. Ils sont aussi responsables du bon déroulement et de
l’organisation du travail au sein de la ferme.
2.2 Installations, matériel, et équipements de l’entreprise :

2.2.1 Installations ( bâtiments, ateliers, serres, tunnels ..) :

Construction

Désignation nombre superficie Date Durée Etat


De vie
Bureau 3 45 m² 2016 30 ans Bon
Bassin 1 1 Ha 2016 30ans Bon
Serres 40serres / 2016 15ans Bon
Ha = 3320
Magasin des 0,5 Ha 2016 30ans Bon
produits
phytosanitaire

Tunnels 2016 30 ans Bon


8 0 ,5ha

Pépinière 2 1Ha 2016 30ans Bon

Station 1 0 ,5 ha 2016 30ans Bon


De Fertigation

Magasin des 1 0,5 Ha 2016 30 ans Bon


engrais

12
Magasin des 1 0,5 Ha 30 ans Bon
emballages
Toilettes 10 2m² 2016 30 ans Bon

Administration Les tunnels

Les serres La pépinière

13
2.2.2 Matériels et équipements :

 Gros matériels :

 Tableau : matérielles de l’entreprise


Désignation Nbr Prix. U (dh) Prix total D. V Amortisseme A.a/ha/an
(dh) an nt
Gros matériel
Camion 1 300000 300000 10 30000 833,333
Tracteur 1 110000 110000 10 11000 90,163
Remorque 1 40000 40000 10 4000 32,786
Covercrope 1 30000 30000 10 3000 24,590
Charrue disque 1 7000 7000 10 700 5,737
Epandeur d'engrais 2 20000 40000 10 4000 32,786
Epandeur de fumier 3 40000 120000 10 12000 98,360
Rotavateur 1 5000 5000 10 500 4,098
Petit matériel
Sapes 15 70 1050 4 262,5 2,151
Râteaux 8 50 400 4 100 0,819
Fourches 5 50 250 4 62,5 0,512
Souffleur 1 1000 1000 5 200 1,639
Thermomètre 6 200 1200 4 300 2,459
Balances 2 250 500 4 125 1,024
Brouettes 8 200 1600 4 400 3,278
Caisses 1000 40 40000 4 10000 81,967
Sécateur 25 60 1500 5 300 2,459
Pelles 4 40 80 4 20 0,163
Pince 4 15 60 3 20 0,163
Lunette 8 20 160 1 160 1,311
Botte 8 70 560 1 560 4,590
Masque 8 75 600 1 600 4,918
Gants 8 45 360 1 360 2,950
TOTAL 593 320 1232,267

14
Sous soleuse

Tracteur Broyeur

Les bras à pulverisateur Moto frigorifique

15
Voiture de service Matériels d’appliquer les engrais
foliaire

Remorque Atomiseur

Quad La citerne

16
 petit matériels :

Rouleau à troué Le souffleur

Les pelles
Les aspersions

Brouette de récolte Paillage plastique noir

17
Le sécateur Les gaines

La ficelle Les balances

18
1. I. Installation des cultures :
1-1caractéristiques pédologique de la parcelle.

Le nom et le numéro:

Le numéro Nom de parcelle


p1 Marvilla
p2 Marvilla
p3 carmina
p4 carmina
p5 Espiranza
p6

La topographie de sol : sol sableux

La couleur de sol : marron

La profondeur des horizons : 90cm

La richesse en matières organiques :Faible

Le type de sol non vernaculaire : « Ramel »

Les critères sur lesquels se baser pour comparer les sols des différentes parcelles : le
même type de sol pour toutes les parcelles.

Les avantages du type de sol en place : Bon développement de la plante et le rendement


et pas de stagnation de l’eau.

Les inconvénients du type de sol en place : très perméable

La relation entre le type de sol et le choix des cultures : le sol sableux bien adapté la
culture framboiser

19
1-2 .La botanique de la plante :
Classification :

Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Rosales
Famille Rosaceae
Genre Rubus
Espèce Idaeus

Nom latin : rubus idaeus


 Nom français : framboisier

 Nom ang l
Framboisier sous serres

Description :

Le framboisier est un arbrisseau à tiges dressées, cylindriques pouvant atteindre 1,5 à 2 m de


haut. La souche drageonnant (un drageon est un rejet naissant sur racine) , vivace, émet de
nouvelles tiges chaque année. Les tiges sont armées d'aiguillons peu piquants. Les feuilles
sont pennées, celles de la base comportent 5 à 7 folioles dentées, les feuilles supérieures sont
trifoliolées. Elles sont tomenteuses, blanchâtres sur leur
face inférieure.

Les fleurs blanches sont réunies par groupes de 5 à 10. Le


pistil est formé de nombreux carpelles

Les fruits, composés, sont formés d'un ensemble de


petites drupes. Non adhérentes au cône du réceptacle,
elles s'en détachent facilement à maturité.

Fleurs du framboisier

20
les variétés utilisées dans la ferme

La variété Fournisseur Pays d’origine Les serres occupées


MARAVILLA Portugal Serre 5 ; 6 ; 7 ; 8 ; 9 ; 10 ; 11 et 12.
(6ha)
CARMINA Driscoll’s Angletaire Serre 1 ; 2 et 3. (3 ha)
CARMINA Angletaire Serre 4 5 .6 (3ha)
ISPIRANZA Angletaire Serre 13 (1ha)
Commenter : La variété la plus utilisée dans l’exploitation :

2 Installation de framboisier:

2-1Préparation du sol :
Après l’arrachage des plants de la campagne précédente et toutes les autres
constructions (la gaine d’irrigation, le paillage plastique), et le nettoyage de tout reste de
culture précédent, la société Frular, conduit les travaux de sol durant cette compagne comme
suit :

A-Arrosage :
Pour faciliter préparation du sol (les labours, le billonnage, ...), au domaine, on utilise
les asperseurs comme humidification de ce dernier.

Arrosage par aspersion

B-Labour profond :
Cette opération à été exécutée à l’aide d’une charrue à disques sur une profondeur de 35cm

Le labour à pour but :

Améliorer la porosité du sol, et bon drainage en cas d’excès d’eau


Permet d’ameublir le sol, ainsi détruire les mauvaises herbes et les œufs des
insectes
Faciliter la pénétration des racines
Assurer une meilleure aération et une meilleure exposition au soleil.

21
Tableau 1 : charges de labour profonde d’un ha de framboisier
Matériel Produit Produit utilisé Main d'œuvre Coût
utilisé utilisé d'opération
Unit Qté P Coût NJ P Coût
é U U
Charrue Gasoil L 12 9 108 0,5 70 35 143
Total 108 0,5 70 35 121,4

C-Fumure de fond
Épandage de fumier organique à raison de 30 tonnes par hectare et les engrais de fond à
base de MAP avec les pourcentages suivants 12-61-0 à raison de 600kg par hectare.

D-Cover-cropage :
C’est le labour superficiel, sa profondeur ne dépasse pas 20cm, l’outil utilisé dans ce cas est le
cover-crope.

Ce dernier consiste à casser les mottes et rend le sol meuble, ainsi la décomposition niveler et
l’enfouissement de la fumure de fonde.

Tableau :charges de cover cropage d’un ha de framboisier


Matériel Produit utilisé Produit utilisé Main d'œuvre Coût d'opération
utilisé
Unité Qté PU Coût NJ PU Coût

Covercrope Gasoil L 6 9 54 0,25 70 17,5 71,5

Total 54 0,25 70 17,5 71,5

2-2-Confection des billons (billonnage).


L’opération à été faite à l’aide d’une billonneuse, elle consiste à confectionner des ados qui
ont les dimensions suivantes :

Le billonnage

22
Largeur : 0,6m
Longueur : 50m
Hauteur : 0,20 à 0,30 m
Interlignes : 1,20 m
La plantation sur billons à plusieurs avantages :

Augmenter la densité de plantation


Permet d’irriguer par système goutte à goutte.
Permet l’utilisation du paillage plastique.
Faciliter le développement de système racinaire, et l’entretien de la culture.

2-3Installation de système d’irrigation:


Pour assure aux besoins en eau de culture, au moment le billonnage, la mise en place des
gaines d’irrigation ce fait à l’aide de la même machine que billonneuse.

2-4Le paillage plastique :


L’opération consiste à couvrir les ados par le film plastique de couleur noir ayant une
épaisseur de 40 micromètres, et une largeur de 1,4m.

Le paillage vise les objectifs suivants :

Éviter le développement des adventices.


Garder l’humidité au niveau du sol.
Permet d’éviter la contamination des fruits avec le sol (garder la propreté des fruits).
Réchauffement du sol
N.B :la fixation des billions, de gaines d’irrigation et de film plastique noir se fait par une seul
machine à la fois.

2-5Désinfection du sol:
La désinfection du sol est réalisée avec un produit chimique qui s’appel de sodium, avec
une dose de 100g /m2 par épandage

Le but de la désinfection du sol est d’éliminer ou tuer tous les ennemis de la culture
comme les champignons, les nématodes...

23
2-6Confection des trous de plantation.
La confection des trous est faite à l’aide des ouvriers .

3 -Plantation :
Cette opération consiste à plantés des racines nues du framboisier (dont la taille est de 0.5m
et pèsent environ 60 grammes) a été effectuée à partir du 06 Août sur les billons d’une
Hauteur de 25 cm pour éviter les conditions trop humides qui favorisent les maladies.

Racines nues du framboisier

Serre Variété Date de Billons Densité Quantité


plantation Nombre longueur KG/100m total en kg
(m)
1 MARAVILLA 06/05/2016 36 96,5 7,5 260,55
2 MARAVILLA 08/05/2016 42 93 7,5 292,95
3 MARAVILLA 07/05/2016 36 89,4 7,5 241,26
4 MARAVILLA 08/05/2016 38 78,2 10,5 311,85
5 CARMINA 13/05/2017 52 56 7,5 218,4
6 CARMINA 12/05/2017 56 94 7,5 394,8
7 CARMINA 13/05/2017 45 99 7,5 335,4
8 CARMINA 15/05/2017 52 93 7,5 362,7
9 CARMINA 16/05/2017 45 99 7,5 335,4
10 CARMINA 16/05/2017 47 103,2 7,5 363,75

24
Plantation du framboisier dans les 10 serres.

Commenter. La profondeur du lit de plantation ne doit pas dépasser 3- 4 cm et les racines


doivent être étalées avant d’être recouvertes de terre. La quantité des racines plantées est de
7.5 kg racines /100mètre linéaire pour arriver à une densité de 15-20 cannes/m.linéaire.

4.Désherbage :
Le désherbage consiste à éliminer les mauvaises herbes pour éviter le risque de
contamination, par des foyers de développement des divers ennemis tel que, les acariens. Ont
utilisés trois types de désherbage :
 Désherbage manuel : Pour les adventices qui poussent autour des pieds du framboisier
 Désherbage avec les sapes: il est effectué manuellement avec la sape en arrachant les
mauvaises herbes qui poussent entre les billons et auprès des fuites d’eau.

5.Palissage :
L’installation du système de palissage est très importante dans la conduite du framboisier. On
procède à cette opération quand les cannes atteignent une longueur de 70 cm (dès la 4éme
semaine après la plantation). En effet les cannes du framboisier ont une croissance verticale
mais elles ont une tendance à se plier vers le bas une fois chargées des fruits. C’est pour cette
raison qu'on doit prévoir un système de palissage pour supporter les cannes.

6.Effeuillage :
C’est une opération qui consiste à éliminer les feuilles basales des cannes jusqu’à un niveau
de 30 cm du sol, lorsque les cannes du framboisier arrivent à une longueur de 90cm à peu
prés, dans le but d’améliorer l’aération (éviter les maladies fongiques)

7.Éclaircissage : Effeuillage

Cette opération qui se fait avant la floraison consiste à éliminer les jeunes pousses à la base et
garder les cannes plus vigoureuses pour arriver à la densité souhaitée (20à 25
cannes/m.linéaire) et pour que les haies profitent le maximum en éléments fertilisants et en
eau.

25
8.Nettoyage :
Le nettoyage permet d’évacuer les débris végétaux issus de diverses opérations culturales
telles que le désherbage entre les billons, l’effeuillage, l’éclaircissage et taille. Il se fait à
l’aide des râteaux ou manuellement.

9. Pollinisation :
Dans l’exploitation, la pollinisation se fait à l’aide des ruches d’abeilles qui sont
Les ruches sont introduites dans les serres dés l’ouverture de 30-40% des fleurs des
framboisiers.
La densité des ruches est de : 6 ruches par hectare

Les ruches
d'abeilles

26
On commence la récolte une fois que les framboises sont devenus rouges .les
baies commence à se mûre à partir de la mi-décembre et elles ne doivent pas
être cueillies avant qu’elles ne deviennent tout à fait rouges où la teneur en

Quelques fruits du framboisier en maturation

Pour une bonne cueillette des framboises, il faut adopter la méthode qui consiste
à serrer légèrement la base du fruit entre la pousse, l’index et le doigt du milieu
puis tirer doucement pour le détacher du réceptacle où les ouvrières qui font la
récolte sont munies des clayettes ou des paniers

Operation de Récolte Method de Récolte

 L’emballage des framboises

27
Une fois cueillies, les framboises doivent être triées et emballées à la main et sur place (dans
la serre) selon deux classes, classe1 et classe2.Les fruits de la classe1 sont entreposés
délicatement dans des barquettes de 125 g à 175 g destinées à l’export avec un prix varie entre
9€ et 15€ par Kg. Les fruits de laclasse2 dans des barquettes de 145 g destinées au marché
normal d’Europe et la classe 3 de 155g destinée au marché locale (sous l’absence d’un
contrat avec des supermarchés et les grands hôtels, le prix de vente varie entre 15 ET
35DH/kg).

Transport des fruits emballés vers les


chambres froides

1 Conduite de la Récolte

28
Date de Mode Matériels Rende Quantité
récolte utilisés ment récoltée/ouvrier/jou Cout
/ha r
total Ha Unité/kg

De Manuelle Les caisses 14t/ha 15kg/ouvrier/jour 65520 504 4,2


15/01/201 en plastique
7 les barquettes
à 15/6/201
7

 Pour la culture de Framboise le seul moyenne de récolte les fruits


manuellement.
 Pour l'exportation :
 Les fruits ne doit pas être très mures
 Avec calice vert : destinée vers l'Espagne et la France.

Les fruits récoltés et transportes par Matour vers la station de conditionnement doivent être
airé.

29
 Un bassin d’accumulation d’eau : (1000 m3.)

 Station de constituée de
 3 Pompes horizontal au niveau de bassin pour pomper l’eau
 Kit d’injection qui aspire la solution mère des bacs, pour distribuer la solution fille
 2 filtres à sable :
 16 filtres à disque
 Appareil pour mesurer l’EC et le PH
 EC mètre portable
 Réseau de distribution qui est constitué d’une canalisation en PVC, avec un
diamètre qui diminue partout de la station de tête vers les serres
 Compteur
 Caplet anti retour
 Nombre de bac : 5
 2 bacs mélangeur
 Volumes de bacs : 2000L
 Les manomètres

30
 La vanne à anti pression
 Vanne papillon et à coller

Tableau : les équipements de station de tête


 Source d'eau  Puits, bassin
 Type de pompe  Immergé et axe horizontal
 Section de sortie  160
 Débit pompe  45 chevaux
 Source énergie, consommation  Électricité
 Date achat  2016
 État  Nouveau

Les filtres à disques Les filtres à sable

Les kits d’injection Programmateur

Les bacs Bac mélangeur

31
Une armoire électrique Manomètre

Le réseau d’irrigationLe réseau d’irrigation

Les 3 pompes à axe horizontale

Le réseau
d’irrigation

32
N.B

 Les techniques d’applications d’un engrais : par injection (fertigation) pour les
engrais soluble dans l’eau, ou par pulvérisation pour les engrais foliaires.
 Les techniques de contrôle effectuées sont :
 Pression : la mesure de pression au niveau des extrémités des portes rompe, des
goutteurs, de station de tête.
 Bouchage : utilisation des acides nitrique
 Débit : avec le débitmètre

A. Détermination des besoins hydriques de la culture


Les apports d'eau se basant sur l'aspect de la plante. Ils varient en fonction :

 Des conditions climatiques.


 Du stade physiologique de la plante
 Des besoins en éléments nutritifs.

B. Fréquence d’irrigation :
La fréquence d’irrigation varie en fonction de l’âge et de quantité d’énergie qu’elle reçoit.
Dans l’exploitation la détermination de besoins d’eau est basée sur l’expérience du directeur
et sur l’observation quotidienne des plantes et de la température et la nature du sol.

Remarque :Du fait qu'ils sont estimés, les apports ne sont pas toujours optimaux c’est ainsi
qu’il y a parfois des excès ou des déficits.

C. Stratégie des apports en eau à la culture :


 Avant plantation
Un arrosage d’une heure par aspersion, et 6 heurs après l’installation du paillage plastique
et avant la plantation pour permettre le ressuyage du sol.

 A la plantation :
Juste après l’installation des racines, on apporte de l’eau à raison de 40/60 minutes par
hectare. L’objectif étant d’assurer une bonne cohésion dans le sol pour obtenir une reprise
régulier et en conséquence une émission rapide des racines.

33
 En cours de la culture :
La dose et la fréquence d’arrosage sont décidées par le directeur de la ferme à partir de son
expérience professionnelle.

Le programme de fertigation est établi chaque semaine selon l’état de framboisier et les
conditions climatiques qui déterminent le moment et la durée d’irrigation.

Les apports d'engrais sont calculés selon le rendement escompté, et selon les analyses
d'eau et du sol.

1. Préparation de la solution mère


Après avoir diluée chaque engrais tout seul dans un bac de 2000L, on met chaque
engrais dans le bac mélangeur qui facilite le mélange après on lance la solution dans les bacs ,
pour être injecté ultérieurement dans le réseau d'irrigation à l'aide des kit d’injection donnant
naissance à la solution fille beaucoup moins concentrée.
Pour démarrer la fertigation, on a qu'à démarrer le programmateur et le régler sur le
pH, EC, taux d'injection, et les secteurs qu'on veut irriguer. En cas de défaillance le système
d'alarme fonction pour réparer le problème.

2. Caractéristiques des solutions nutritives :


Les solutions nutritives doivent être conformes aux besoins en élément fertilisant de la
culture selon le stade végétatif et l’environnement climatique existant. Trois paramètres la
caractérisent et doivent régulièrement contrôles :

 l’acidité : Sa valeur doit être comprise entre 5,5et 6,5 un pH trop élevés provoquent
des phénomènes de précipitation de certain éléments et empêchant l’assimilation des
oligo-éléments.
 L’EC : La conductivité électrique doit être maintenue entre 1,8 et 2,5 mmhos/cm en
fonction de stade végétatif et de climat, on contrôle chaque semaine la conductivité de
sol.
 Équilibre minéral
 Il faut bien raisonner les types d’engrais qu’il faut mélanger
 Ne jamais mélanger des engrais à base de calcium avec de engrais à base de sulfate ou
à base de phosphate.
 Pour favoriser la dissolution des engrais on prend en compte :
 La qualité d’eau
 L’équilibre entre les éléments fertilisants
 La compatibilité des engrais
 Les besoins journaliers de la plante

34
 Type d’engrais:

Pour répondre aux besoins de la culture, plusieurs types d'engrais sont utilisés. Le choix de
ces engrais est fait en fonction de :

 La disponibilité sur le marché


 Le coût
 Le stade phénologique : durant les premiers stades, il est préconisé de choisir
ceux qui sont plus assimilables; exemple : les nitrates sont plus assimilable que
les formes ammoniacales;
 La nature de l'engrais.
Les engrais utilisés dans la ferme :

Table. Engrais utilisés et teneurs en éléments fertilisants

FORMULE TENEUR EN ELEMENTS FERTILISANTS (


NOM COMMERCIAL ASSIMILABLE %)
N P2O5 K2O MgO CaO
Ammonitrate NH4 NO3 33 ,5
Nitrate de potasse K NO3 13 46
Sulfate de potasse K2SO4 50
Sulfate de magnésium MgSO4 16
Nitrate de chaux Ca (NO3)2 15.5 28
MAP liquide 12 61

Commenter : Résume les besoins annuels de la culture du framboisier :

Tableau 2: Programme de fustigation

Engrais Besoins (estimés) de la culture du framboisier (kg/cycle/ha)

Ammonitrate 900
MAP 200
Sulfate de potasse 220
Nitrate de calcium 425
Sulfate de magnésium 300

NB :

 La fertilisation commence juste après les deux premières semaines après la plantation.
L’apport de l’Azote sous forme NH4 doit être minimisé dès la dixième semaine pour
éviter retard de la floraison.
 Puisque l’apport des éléments fertilisants se fait selon les besoins de la culture, il est
recommandé de prendre en considération les pertes par lessivage des éléments fertilisants

35
et de la teneur du compost en ces éléments .d’après les analyses granulométriques du sol,
la perte de potasse est de 13.74% (perte de potasse=10 % d’Argile).

3 Irrigation.

Les quantités d’eau nécessaires varient selon les conditions climatiques, la densité et la
vigueur des framboisiers.
Pour obtenir une croissance vigoureuse des cannes et un rendement élevé, il est nécessaire de
prévoir une quantité d’eau appropriée. Un excès d’eau peut engendrer des pourritures des
racines.
Le manque d’eau durant le stade végétatif, peut accélérer la floraison (indésirable) des cannes
ce qui va diminuer le rendement. (Une floraison normale commence lorsque les cannes
atteignent une longueur d’environ 1.20m)
Lors du grossissement du fruit le manque d’eau peut réduire la taille des framboises et peut
causer des difficultés de séparation des framboises de leurs réceptacles pendant la récolte. Au
niveau de la ferme, le raisonnement des apports en eau de la culture se base actuellement sur
l’observation visuelle du technicien. Les apports d’eau selon les stades est résumé de la façon
suivante :
 Le débit des goutteurs est de 4L/h, La distance entre les goutteurs est de 40cm.
 Le nombre de goutteurs/ha=7600 goutteurs

1 Jour avant Stade végétative Florais Nouaiso Fructific Fin de la


plantation on n ation récolte
30-60min 1 jour après plantation 40-30 30 min 20 min 15-20min
min
2-3 heures 90min 3 Jours après plantation

60min Apparition des pousses

45min Développement des cannes


Tableau : les apports d'eau

COMMENTAIRE :

Azote : Les besoins en azote sont indispensables durant tout le cycle de la culture. Cependant,
ils sont très élevés lors de la végétation.

Potasse : il est apporté sous forme des sulfates de potasse et nitrate de potasse. Les besoins en
potasse sont élevés surtout pendant la période de fructification.

Le phosphore : est apporté sous forme de MAP l’apport de ce dernier débute de la plantation
et aussi qu’au stade floraison.

Son rôle est le transport et la libration d’énergie calorique nécessaire, ce qui implique son
utilisation durant toute la compagne, alors qu’un manquede cet élément crée un manque
d’énergie dont un ralentissement de la croissance suivi d’un nanisme de la plante.

36
Magnésium :il est apporté sous forme des sulfates de magnésie, cet élément entre dans la
constitution de la chlorophylle et qu’un manque en cet élément crée un blocage de l’activité
photosynthétique de la plante ce qui est explique par un jaunissement es feuilles.

Calcium :sont apporté sous forme des nitrates de calcium. Les besoins en cet élément induit
des nécroses apicales, qui défavorisent la quantité du fruit, et diminue le rendement.

Comme chaque culture, le fraisier est souvent attaquée par un ensemble de maladies et
ravageurs suit aux conditions des tunnels .ces différents ennemis causent plusieurs dégâts sur
cette culture. Ces maladies et ravageurs se développement par plusieurs facteurs à savoir :
 Non désinfection du sol
 Changement condition climatique
 Mauvais entretien des tunnels
Parmi les problèmes rencontrés dans l’exploitation ELITE HARVEST MAROC on peut
citer :

 Les ravageurs.
 Les maladies cryptogamiques.
 Les accidents physiologiques.
1) Les ravageurs:
Les acariens et les noctuelles sont les principaux ravageurs du framboisier que nous avons vu
dans l’exploitation :

Les noctuelles

La noctuelle (lépidoptères, Noctuidés) est un ravageur polyphage qui regroupe plusieurs


espèces de papillons dont les larves provoquent des dégâts sur le framboisier. Les principales
espèces de noctuelles qui attaquent le framboisier sont :

Les dégâts :

Les dégâts sont provoqués généralement par les chenilles qui se nourrissent du tissu végétal
des feuilles dès leur éclosion et même le fruit. Ces dégâts se présentent par des perforations
sur les folioles.

37
Dégâts de la larve de
noctuelle

Les acariens :

 Les acariens rouges : (les tétranyques)

 Dégâts :

Les tétranyques (tetranychus spp) se


nourrissent en suçant le jus des feuilles. En
se nourrissant du feuillage des baies, ils
entraînent un mouchetage blanchâtre à gris
de la surface de la feuille. Lorsque les
infestations sont considérables, la face
inférieure de la feuille se couvre de fils
soyeux filés sur toute la surface. Ils réduisent
la vitalité du plant, le rendement en fruits ainsi que la taille du fruit

38
Acariens rouges sur feuille du framboisier

2) Les maladies:
La seule maladie cryptogamique qu’on a vue dans l’exploitation était la Cladosporiose, elle se
caractérise par l’apparition d’un mycélium vert-noirâtre sur fruit et feuille (dans des
conditions trop humide). D’Autres maladies ont été très rare ou même inexistantes grâce aux
traitements préventifs mais elles peuvent apparaitre selon les conditions climatiques (botrytis
sur tige, Oïdium).

 Cladosporiose :
a. Les caractéristiques
 Agent causal : Fulvia fulva
 L'incubation est assez longue 12 à 15 jours.
 se conserve sur les débris végétaux dans le sol et sur les structures des abris
 développement en une humidité relative supérieure à 80 et une température de 20 à 25
°C.
 les conidies sont viables de 9 à 12 mois

b. Les symptômes :
 Les feuilles basales sont infectées en premier.
 l’apparition d’un duvet brun sur la face supérieure des feuilles dû à la présence du
mycélium.
 l'apparition sur les limbes de petites tâches irrégulières, mal délimitées, jaunâtres,
situées principalement aux angles des nervures devenant nécrotique à la face
supérieure des feuilles.
 Le symptôme sur les fruits attaqués est sous forme d’un tissu mycélien vert-noirâtre,
bien que ce tissu ne cause aucun dommage au fruit, mais l’attaque rend le fruit
inesthétique, désagréable et invendable.

Cladosporiose sur Cladosporiose sur


fruits feuille

39
c. Précautions de lutte

 Aération des abris-serres pour réduire l’humidité.


 Elimination des feuilles basales attaquées.
 Déclenchement de traitement préventif avec des produits à base d’Azoxystrobine.

 Pourriture grise:
Durant notre stage on a vue cette maladie sur un fruit blessés mais selon le responsable
technique cette maladie est peut apparaitre sur les tiges du framboisier dans des conditions
climatiques trop humides et pluvieuses

a. Les caractéristiques :
 Causée par le champignon Botrytis cinerea
 principale maladie de post-récolte des fruits du framboisier
b. Les symptômes :
 Les baies infectées se couvrent de masses de spores fongiques
c. Précautions de lutte :
 Assurer une bonne circulation d’air dans les serres.
 Eliminer les mauvaises herbes

 L’oïdium:
a. Les caractéristiques :
 Causée par Sphaerotheca macularis.
 Affecte en premier le feuillage des framboisiers
 Le développement de la maladie est favorisé par des conditions de chaleur et de
sécheresse.
b. Les symptômes :
 Des taches vertes (chlorotiques) sur la surface supérieure des feuilles.
c. Précautions de lutte :
 Enlever les repousses infectées.
 Eclaircir les tiges pour obtenir une densité appropriée.
 Favoriser la circulation de l’air dans les serres
 Durant notre stage nous avons rencontrés aussi un problème des adventices. Le
désherbage avec la sape était la moyenne efficace pour la lutter contre ces mauvaises
herbes, ce qui nécessite une main d’œuvre très importante (3 à 4 Ouvriers par hectare)

40
3. protection de la culture :

a Lutte chimique :
Dates Stade Ravager Types Matériel
végétati ou malades Produits Dos de utilise
ve e traiteme
nt
Nom et matière hl ha
commerci active
al et
matière
active

15/05 Végétati Acariens Acranrate Befanazat 25 250C Foliaire Pubvesateur


/17 ve CC C tracter

12/02 …… Noctuelle Proclaim 25g 25g Foliaire ……


/17

10/03 ……. Drosofulla Radiant Spentoran 60C 600C Foliaire ……


/17 C C

Observation post- traitement pour un traitement : acariens


Réalisé pendant période de stage : Acranrate :

Observation oui Non

Le traitement a concerné toute la culture affectée par l’ennemi *

Le développement de l’ennemi s’est arrête après le traitement *


L’application du produit a engendre une phytotoxité *
L’application du produit a engendre la mort des pollinisateurs *
L’application du produit a engendre la diminution de présence des ennemis *
naturel

*
L’ennemi à présente une résistance a cette Matière active

41
4 La lutte biologique :
Les auxiliaires :

Dans l’exploitation les responsables ont utilisés


L’acarien Phytoseiulius persimilis comme agent
biologique pour lutter contre l’acarien
tétranyque.
Il se développe mieux à des températures de 16 à
27°C et souffre si les températures excèdent
38°C. Ainsi, il doit être relâché tôt dans la
saison, avant que le feuillage commence à
envahir l’espace entre les tiges. Pour une lutte efficace, 25 000 à 35 000 individus de
Phytoseiulius persimilis doivent être relâchés par hectare.

2. Dégâts sur fruits :

Lors de la récolte on a observé quelques symptômes sur les drupéoles du


framboisier tels que :
 drupes de couleur blanchâtre : Durant la période de maturité des fruits, un
ensoleillement très intense accompagné de températures supérieures à 25-30°C, peut
occasionner des brûlures sur les fruits (coups de soleil), reconnaissables aux drupes de
couleur blanchâtre translucide.

les coups de soleil

 fruits déformés : la déformation des fruits est due aux écarts thermiques c’est -a- dire
que les basses températures, les alternances thermiques et les gelées printanières
peuvent perturber les fécondations et les nouaisons et donc affecter la structure de
certains étages fructifères. Il en est de même des carences (carence en bore) ou des
déséquilibres nutritionnels.

42
Déformation des fruits

 taches rouges (foncé) au niveau des drupéoles : ce symptôme est dû à la larve du thrips
 fruits blessés par les oiseaux.

l'attaque des oiseaux

43
Question relative l’hygiène, santé et sécurité Oui / Observations et
Non commentaires
les moyens de propreté individuelle sont ils mirent à la Oui Oui la ferme dispose des
disposition des salariés, notamment des vestiaires, lavabos et moyens de propreté
cabinets d’aisance ? individuelle
Y a-t-il une douche appropriée pour les salariés qui manipulent Oui -
des produits chimiques, tels que les pesticides et les engrais ?
En cas d’accident ou d’urgence, sont elles clairement Oui -
comprises par les salariés
Existe-t-il au moins un salarier ayant reçu une formation en Oui -
secourisme ?
Les trousses de premiers soins de secours sont elles disponibles Oui Chez les stationnaires et
à proximité du lieu de travail ? bureau de comptable.
Les dangers sont ils clairement identifiés par les panneaux Oui -
d’avertissement ?
Existe-t-il un plan d’intervention d’urgence en cas d’accident Oui Station de traitement et de
ou ? fertigation, magasin...
Les salariés sont ils informés des dangers des produits utilisés Oui
Les salariés sont ils munissent des équipements de protection Oui Il existe dans l’exploitation
individuelle appropriés aux risques
Les vêtements et les équipements de protection sont ils stockés Oui Il existe un placard
dans un endroit autre que le lieu de stockage des produits spécifique pour les vitement
phytosanitaires ? de traitement
Le salarié peut il refuser d’exécuter un travail présentant un Oui -
danger pour sa vie ou sa santé ?
Les salariés appliquent ils les règles d’hygiènes, santé et Oui
sécurité au travail ?
L’entreprise est elle conventionnée à un médecin du travail ? Oui -
Les salariés sont ils informés sur la réglementation relative à Oui
l’hygiène, santé et sécurité au travail ?
Existe-t-il une démarche de prévention aux risques dans Oui -
l’entreprise ?
L’entreprise prend elle en considération les précautions Oui -
relatives à l’hygiène, santé et sécurité au travail ?
Le chef d’entreprise veille-t-il au port des équipements et Oui -
assure-t-il leur remplacement lorsqu’il s’avère nécessaire ?

N.B :
Durant notre période de stage a la ferme, nous avons constaté que la poste le plus risqués au
niveau de la ferme est l’entretien de culture sur tout le traitement et le des chargements des
engrais, à cause de ces derniers les salarieras ayant eu des accidents de travail on site des
accidents de la dernière année :

44
un ouvrier est affecté par l’acide qui cause des brulures sur leur main.

Même que les conditions de travail en matière d’hygiène, santé et sécurité sont
favorable et le chef de culture insiste sur les salariés surtouts les salariés de traitement
phytosanitaire et d’irrigation de mettre leurs équipements de protection, ils les négligent mais
ils ont ses raison et se sont comme suivant :

- Quand je les a met je travaille pas à l’aise et à cause de ça la qualité de mon travail devient
mauvaise.

- Ils sont trop chauds

- Ils me dérangent

- Et je ne peux pas rester 8 heures avec ses équipement c’est trais difficile

- Pour les salariés d’irrigation ils disent qu’ils ne veulent pas mettre tous ces équipement la
juste pour verses deux bidons d’acides s’apprend pas beaucoup de temps c’est juste 5
minute

45
Panneaux d’avertissement de premiers secours

46
Panneaux d’avertissement

Les toilettes

47
Matériels de protection phytosanitaire

Les produits interdits au Extincteur


niveau n des serres

48
Introduction:
L’exploitation ELITE HARVEST MAROC comme autres fermes a commencé sa
compagne avec de certaines notions de système Qualité. Dans cette partie nous allons
proposer en bref tous les détails d'un cahier de charge de la ferme à propos de ce système.

Le système qualité se base sur la mobilisation des hommes et sur la prévention tout au long de
la chaîne de production.

Il s'agit de travailler avec transparence sur la base d'un cahier des charges précis pour
atteindre les objectifs fixés à savoir la réduction du non qualité et par conséquent
l'amélioration de la productivité, à travers la bonne maîtrise des techniques, la motivation du
personnel, et l'obtention d'un produit répondant aux demandes des clients.

Bureau administratif :
Doit être clairement identifié, propre dont l’affichage du plan de la ferme, avec numérotation
des blocs et des serres accompagné d’une liste reprenant pour chaque serre : la superficie, le
type de culture et la date de plantation est nécessaire. Affichage également de l’organigramme
de la ferme et des notes de service en vigueur.

 Identification des blocs


Un bloc doit correspondre au nombre de serres qu’il est possible de :

Traiter et en un seul jour en pleine végétation, dans des conditions « normales », c'est-à-dire
en six à huit heures.

Chaque bloc ne peut contenir qu’un type de culture, d’une seule variété, avec des dates de
plantation proches (10 à 15 jours maximum).

Récolter en un seul jour.

 La boîte à pharmacies
Accessible à toute personne blessée ou intoxiquée pendant le travail. La clef doit être
disponible à tout moment et la personne de permanence au bureau doit connaître chaque
produit, et savoir l’utiliser.

49
Figure 1: La boite à
pharmacies

Vestiaire pour les opérateurs de traitement


Il doit être placé de préférence près du magasin phyto et / ou de la zone des traitements.

La partie vestiaire proprement dite doit être fermée à clef en permanence, et


contenir au minimum : des crochets numérotés pour suspendre les équipements de traitement,
une table ou des étagères pour déposer les cartouches des masques à gaz.

Si possible, un robinet avec lavabo, une toilette et une douche doivent être présents
dans le vestiaire, mais librement accessibles durant les heures de travail.

 Les équipements des traitements.


En termes d’équipements de protection, les opérateurs des traitements doivent avoir à
leur disposition tout le matériel suivant :

 Une paire de bottes pendant une compagne


 une paire de lunettes de protection en plastique (une compagne)
 Un masque à gaz en bon état (deux ans) et des masques anti-poussière. Une
cartouche de filtre a gaz.
 Une paire de gants (3 mois)
 deux jeux de vêtements de protection : un en tissus et l’autre imperméable
(une compagne)
Ces équipements sont également disponibles pour chaque magasinier et chaque
stationnaire.

Magasin pour les pesticides

Comportant les affiches normalisés : « danger », « défense de fumer », « défense de


manger », « numéro d’urgence » ; visible de l’extérieur, même avec la porte ouverte.

Il doit y avoir une source d’eau à l’intérieur ou à proximité (pas plus de 30 m). Ce
magasin doit être séparé de toute autre pièce ou zone par un mur.

Il est aéré de manière à permettre une ventilation naturelle .les ouvertures sont grillagées et
couverte avec des filets, pour empocher le passage des petits animaux ; ils doivent toujours
entre dirigées vers l’extérieur.

50
Présence obligatoire d’un bac rempli de sable, avec une pelle et une brosse.Ils servent à
étouffer un éventuel incendie, et à contenir puis ramasser un produit qui se serait déversé au
sol.

Magasin pour les engrais


Les sacs d’engrais doivent être stockés sur des palettes. Les bidons peuvent rester à
terre. On peut stocker l’acide.

Magasin pour l’outillage.


Doit être clairement identifié, propre. Il peut contenir à la fois les outils nécessaires au
travail quotidien, les outils d’entretien mécanique, des pièces détachées, des fournitures
diverses…

Zone de pompage
Cette zone est obligatoirement protégée et clairement identifiée .la protection peut être
matérialisée par un mur, un filet, un grillage, ou la combinaison de plusieurs élément. Si les
équipements sont en hauteur, avec un accès peu aisé, on peut considérer qu’il s’agit déjà
d’une protection.

L’affiche « danger » normalisée doit être visible de l’extérieur, même si la porte est
ouverte.

Bassin

S’il est en hauteur, la butte de terre qui le maintien doit être recouverte de végétation
pour éviter l’érosion

S’il est au niveau du sol, il doit être entouré par du grillage et/ou du filet, et clairement
identifiée comme montre cette photo.

S’il présente un danger supplémentaire, il faut installer des affiches « danger »


normalisées aux points d’accès possibles.

Zone de fertigation
Cette zone devrait être protégée, séparée de la zone de traitement, au moins par une
cloison ou une grille. Si ce n’est pas le cas, il faut veiller à ce que les cuves soient clairement
différenciées selon leur utilisation.

L’eau de rinçage des cuves ne doit pas perturber l’environnement, et en particulier


s’accumuler prés des puits.

Zone de traitement
Respecter toutes les zones de traitements, plus la présence d’une douche et d’un
robinet plus lavabo à proximité (moins de 30 m) pour un rinçage d’urgence en cas de contact

51
avec les pesticides lors du mélanges .ce point d’eau doit être clairement identifié en français et
en arabe.

Zone de stockage des emballages vides

Doit être protégée, clairement identifiée et éloignées du puits et des habitations. Cette
zone doit être aussi couverte et cimenté au sol, avec un petit rebord de 10 cm minimum.

Tous les emballages vides sont stockés de la sorte Jusqu’à la fin de la compagne, les
emballages destinés à être brûlés peuvent être stockes directement dans la zone de destruction,
à condition d’allumer un feu chaque semaine.

Zone de destruction des emballages vides.


Une cuve est creusé au sol avec les dimensions minimales de : 20m x15mx2m dans
laquelle on détruit les emballages usées. Elle doit être éloignée des produits et des habitations.

zone de repos
Dans les fermes où certains ouvriers mangent sur place le midi, une zone doit être
aménagée pour eux. Les dimensions dépendent du nombre d’ouvriers concernés.

Remarque: A notre ferme les ouvrier mange au lieu de travaille car il n y a aucune place
réservée au ouvrier pour mangés.

Secteur d’habitation des ouvriers


La propreté est la première caractéristique à respecter et à faire respecter, bien avant et
au cours de l'utilisation.

Pour les ferme où les secteurs sont bâtis de toute pièce, on respecte les normes du
modèle officiel du groupe, le nombre de chambres, de robinets, etc. …dépend bien sur des
besoins de la ferme. C’est l’organisation générale des plans qui est importante.

Citerne à gasoil
Clairement identifiée. Par une affiche indiquant le danger elle doit être normalisée,
protégée. Comme elle doit être placée en hauteur (au moins 1.5m), cette citerne doit être
entouré d’une clôture en grillage et /ou en filet.

tunnel
Elles doivent être numérotées de la même manière que sur le plan affiché au bureau, et
identifiable de l’extérieur sur toutes les faces donnant sur un chemin.

52
1.1. Procédures
Choix des pesticides
Aucun produit (=matière active) ne peut être utilisé s’il ne figure pas sur la liste de
référence des produits phytosanitaires du société, sauf ordre écrit et signé de la part du service
technique ou de la direction.

Le non-respect de ce qui est précède, entraîne automatiquement une note écrite du


service qualité au service technique et à la direction.

D’autre part, on ne peut pas traiter une serre qui doit être récolté le jour-même. On
attend au contraire pour passer juste après la récolte.

Traçabilité : Gestion des entrées/sorties


Tout ce qui entre dans une ferme, ou en sort, doit être enregistré sur les fiches et
registres existants ; quelle qu’en soit l’origine ou la destination. Plusieurs documents sont
voués à l’enregistrement de ces mouvements (fiches de stockas, fiches des traitements, cahiers
des traitements,…) qui obéissent tous à une même règle simple : noter les événements en
temps réel et avec tous les détails demandés.

Traçabilité: traitements
 Les codes
Abréviations à respecter pour le remplissage des documents présentés ci-dessous :

 mode de traitement : préventif: P


 mode de traitement : curatif : C
 mode d’application :pulvérisation foliaire : Pu
 mode d’application : poudrage: Po
 mode d’application : irrigation: Ir
 Fiche des traitements phytosanitaires (FTP)
Elle doit être remplie quotidiennement. S’il y a un traitement, il faut apporter toutes
lesinformations demandées. Plusieurs dates de traitement peuvent se succéder sur la même
fiche entre deux récolte, ou jusqu’à la fin de la semaine (dimanche).

S’il n’y a pas de traitement, il faut barrer la case et inscrire (rien à signaler); il est
possible de procéder ainsi plusieurs jours de suite sur la même fiche s’il n’y a aucun
traitement pendant cette période ; et ce, jusqu’à la fin de la semaine.

Une fiche livrée en retard peut entraîner le non conditionnement de la production et se


traduit par une note écrite du service qualité à la direction.

Une fiche mal remplie ou incomplète est un motif de non-conformité de la marchandise


livrée.

53
Les produits utilisés doivent respecter les prescriptions de la liste de référence des
produits phytosanitaires du groupe : c'est-à-dire l’autorisation en période de récolte
(obligatoire) ou le délai avant récolte (si possible).

Avant, pendant et après les traitements


 Avant les traitements : Les ouvriers doivent se changer et revêtir leurs
équipements de protection. Il est interdit de manger/boire/fumer après les avoir
mis. Les outille de traitement du jour sont enregistrés, même que les équipements
utilisés.
 Pendant les traitements:Les ouvriers de traitement doivent porter tous les
équipements décrits au paragraphe 2.
 Après le traitement : Les ouvriers de traitement ne peuvent manger/fumer/boire
qu’après avoir quitté tous leurs équipements de protection, et s’être lavés avec de
l’eau et du savon. Rincer les équipements à l’eau claire après utilisation. Puis les
ranger soigneusement après inscription par un responsable.
Les masques à gaz et leurs cartouches doivent être rangés dans des sacs
hermétiques portant les mêmes numéros. La personne qui réalise cette opération doit en
vérifier l’étanchéité.

Procédures concernant la santé


 Procédures
 S’il y a eu projection sur la peau ou les yeux, il faut se rincer abondement à
l’eau claire.
 S’il y a eu ingestion, il faut prévenir immédiatement les services d’urgences
dont les numéros figurent à l’entrée du magasin phyto, ainsi que chez la
direction du groupe ; et suivre les consignes qui seront données pour une
éventuelle évacuation
 S’il s’agit d’autres types d’accident du travail, ou de crises particulières
…suivant la gravité, les premiers soins sont dispensés sur place. Si nécessaire,
prévenir les services d’urgence.
 Pour les opérateurs de traitements

Tous les ouvriers de traitement doivent recevoir chef de la ferme une série
d’information de base sur : les dangers potentiels lies aux traitements, les procédures
d’urgences en cas de problèmes, l’importance et l’obligation de porter les équipements de
protection .le texte, rédigé sur un cahier par le chef de ferme (en français et en arabe) doit être
lu à tout nouvel arrivant dans l’équipe des l’équipe des traitements. Le nom des ouvriers de
traitement doit y figurer, ainsi que leur signature et la date de leur entrée dans l’équipe.

Des sanitaires et des secteurs


 Ils doivent, avant toute autre considération, être propres !
 Sensibilisation effective des utilisateurs.
Chaque chef de ferme s’engage à faire respecter la propreté et une bonne utilisation de
toutes les infrastructures et de tous le matériel mis à la disposition des ouvriers .Il doit prendre
toutes mesures préventives qu’il jugera nécessaire .En cas de problème avec un ou plusieurs
ouvriers (non respect de la propreté des lieux, dégradation des équipements, etc.…) pensez

54
toujours à prendre conseil auprès du service de gestion du personnel pour les éventuelles
sanctions.

Le nom des responsables de l’entretien doit être enregistré dans un cahier « propreté »,
même s’il y a plusieurs personnes à tour de rôle; ainsi que les produits utilisés pour le
nettoyage.

Le maintien de la propreté et le contrôle de celle-ci sont organisés par le chef de ferme,


mais le service qualité mène également des inspections de propreté pour l’aider dans son
action de contrôle, et montrer aux ouvriers que la rigueur est imposée à tout le groupe.

L’entreprise est basée sur la production des fruits rouges au niveau de moulaybousselham et
basé sur le référentiel de GLOBAL GAP :

 Caractérisé par la présence d’une équipe distribuée selon les taches :


 Manager de la ferme , ingénieurs
 Techniciens
 Responsable de qualité
 RH
 Pointeurs
 Magasinier
 Service médical
 Organisme de certification qu’ELITE HARVEST MAROC utilise c’est SYGMA
 L’audit interne se fait par le responsable de qualité pour vérifier les conformités et
prendre les actions correctives.
 Les formations au niveau de la ferme :
 Hygiène et hygiène à la récolte .
 Utilisation des pesticides
 Utilisation des complexes dangereux
 Santé et sécurité des ouvriers
 Premier secours.
 Allergènes
 HACCPµ
 L’ensemble de certifications et formations au niveau de la ferme :
 GLOBAL GAP

55
 F2F ( FIEL TO FORK)
 HACCP
 Le renouvellement de la certification est annuel.

56
57
58
Chambre d’emballage Chambre des équipements de
traitement

Poste d’attrapage des rongeurs Zone réfectoire

Les douches pour les ouvriers après traitement

59
INTRODUCTION :
L’objectif de cette étude est d’estimer le coût de production d’un hectare de fraisier, afin
d’évaluer sa rentabilité, pour ce faire nous avant jugé mieux de commencer préalablement
par évaluation des charges fixes, puis les charges variables afin de parvenir à une bonne
estimation, enfin nous allons déterminer d ‘une manière approximative le bilan comptable de
l’exploitation.

 Coût de production d’un hectare de framboisier:

1. Charges fixes :
Elles regroupent les amortissements annuels par hectare A.a/ha=Aa/superficie
cultivée ; Aa/ha en Dh/ha/an.

L’amortissement annuel du matériel s’obtient en considérant le prix d’achat de


matériel (pu: Prix unitaire) par sa Durée de vie en année Aa = Aa/durée de vie (année).

La charge annuelle en dirhams par hectare par an (dh/ha/an) s’obtient par la division
des charges annuelle .

Tableau: Charges relatives au matériel d’irrigation.


Désignation Nbr prix U Coût T D de Charge Charge
(Dh) vie (dh/an) (dh/ha/an)
(an)
Puits 4 20000 80000 10 8000 65,57377
Bassin 2 84000 168000 10 16800 137,7049
Réseau d’irrigation - - 150000 2 75000 614,7541
Pompe axe horizontal 2 5000 10000 10 1000 8,196721
Pompe à axe vertical 1 25000 25000 10 2500 20,4918
Motopompe 4 80000 320000 5 64000 524,5902
Programmateur 2 120000 240000 10 24000 196,7213
Matériel filtrant - - 114000 5 22800 186,8852
Cuves d’engrais 10 500 5000 5 1000 8,196721
Vanne PVC 42 571,43 24000 10 2400 19,67213
EC mettre 2 800 1600 3 533,33 4,371557
PH mettre 2 800 1600 3 533,33 4,371557
Total 218567 1791,53

60
Le groupe d'ouvriers responsables de l'irrigation est composé d'un chef de fertigation
(stationnaire) et deux ouvriers effectuant en permanence le débouchage et le mélange des
engrais.

Tableau: Charges liés au matériel de traitement.


Désignation Nbr prix U Coût T (Dh) Durée de Charge Charge
vie (an) (dh/an) (dh/ha/an)

Pulvérisateur à lance 2 30000 60000 5 12000 98,36066

Pulvérisateurs à dos 20 350 7000 5 1400 11,47541

Épandeuses de soufre 4 800 3200 5 640 5,245902

Lances 18 150 2700 5 540 4,42623

équipement de protection - - 5000 2 2500 20,4918

17080 140

Tableau: Autre Matériels de l’exploitation.


Désignation Nbr Prix. U Prix total D.V an Amortissement A.a/ha/an
dh dh

Berlingo 1 95000 95000 5 19000 155,7377

Cango 2 80000 160000 5 32000 262,29508

Camion 1 300000 300000 10 30000 245,90164

Tracteur 1 110000 110000 10 11000 90,163934

Remorque 1 40000 40000 10 4000 32,786885

Covercrope 1 30000 30000 10 3000 24,590164

Charrue disque 1 7000 7000 10 700 5,7377049

Epandeur d'engrais 2 20000 40000 10 4000 32,786885

Epandeur de fumier 3 40000 120000 10 12000 98,360656

Rotavateur 1 5000 5000 10 500 4,0983607

Sapes 15 70 1050 4 262,5 2,1516393

Râteaux 8 50 400 4 100 0,8196721

61
Fourches 5 50 250 4 62,5 0,5122951

Souffleur 1 1000 1000 5 200 1,6393443

Thermomètre 6 200 1200 4 300 2,4590164

Balances 2 250 500 4 125 1,0245902

Brouettes 8 200 1600 4 400 3,2786885

Caisses 1000 40 40000 4 10000 81,967213

Sécateur 25 60 1500 5 300 2,4590164

Pelles 4 40 80 4 20 0,1639344

Pince 4 15 60 3 20 0,1639344

TOTAL 1049,0984

Les charges annuelles de la location du terrain sont de 500Dh/ha/an. Cette location est

jugée très bénéfique.

Tableau: Charge liée au bâtiment est construction.


Désignation Nbr Prix U (dh) Prix total D d'amt A /ferme (Dh) A/Ha (Dh/Ha)

Administration et bureau 1 80000 80000 10 8000 65,573771

Magasin 1 20000 20000 10 5000 10

Station de tête 2 10000 20000 10 100000 10

Multi tunnel 13 43000 55900 5 - 11180

Total 22500 65584971

Tableau: Résumant les charges globales fixes


Charges Coût en Dh/Ha/An
Charge relative au matériel d'irrigation. 6071,3
Charge liée au matériel de traitement. 474,44
Charge liée au autre matériel d'exploitation. 2635,15
Charge liée à la location de terrain. 5000
Bâtiment est construction 11351,69
Rémunération de la main d’œuvre permanant 4829
Total 30361,58

62
Les charges globales fixes correspondant aux facteurs qui ne sont pas susceptibles
d’être modifiés durant la compagne agricole et qui constituent l’appareil de production de
l’entreprise agricole, elles sont normalement indépendantes de l’intensité de production
dans le cadre d’une compagne.
2. Charges variables :
Les charges variables sont liées aux dépenses occasionnées par l’achat des produits ou
matériaux utilisées durant un cycle de production.

Tableau: autres Charges liées à la préparation définitive de la culture :


Désignation Quantité/ha P .U (dh) Coût totalDh/ha
Labour, covercropage 300 2 600
engrais de fond 600kg 2 1200
fumier organique 4.5 T 600 2700
Paillage plastique 312 kg 18 5616
Désinfection de sol 1000 9,5 9500
La gaine 14 432m 0,5 7216

total 26 832DH

Le travail du sol est une technique culturale qui optimise le rendement, cette technique
demande une dizaine d’heures réparties en quelques jours (1à 3 jours) avec un nombre
d’ouvriers.

Tableau: Charges liées à l'installation des couvertures des multi tunnels.


Désignation Qté en kg Prix U Prix T (dh) Durée de Charge
(Dh/kg) vie (an) (dh/an)

Plastique blanc 1274 20,75 26435,5 2 13217,75

corde de maintienne 260 20 5200 2 2600

Totale 15817,75

Tableau: Charges liées aux produits phytosanitaires

Nature Nom Quantité consommé PU/DH Cout total/DH


commercial en kg ou l /ha
NEMATICIDES Condor F 150 L 68 10200
ACARICIDES DICOLTHAN 300 g 156 46.8
ARCATIN 1.8 250 CC 291 72.75
EC
ORTIVA 25 SC 1L 628 628
DICOLTHANE 1L 155 155
JADARME 1.5L 212 318

63
FONGICIDES PRIORITOP 750cc 700 525
IPPON 1.5 L 200 300
RIDOMIL 3.5 KG 500 1750
VOLAR 1.5 L 211 316.5
SOFU 08 5KG 16 80
DECIS EXPERT 100cc 380 38000
ALVERD 1KG 458 458
INSECTICIDES
MOSPILAN 1.5KG 212 318

DELTA 25 EC 4L 200 800

TOTAL 53968.05

Les pesticides utilisés sont essentiellement :

Des fongicides contre les maladies cryptogamiques particulièrement, l'oïdium.

Des insecticides contre les ravageurs

Coût d’achat et de transport des plantes


Dans notre cas le propriétaire utilise des racines nue venant de l'Espagne, La quantité
des racines utilisée par hectare est de 300KG/ ha avec un coût estimé de1000 dh/3kg. Alors le
coût total est 100 000DH/ha

Tableau: Coût d’engrais foliaires.


Désignation Quantité (kg-L) P.U (Dh) Prix total (dh)
RAIZA 68 62 4216
FOLIPLUS EN 5L 35 185,2 6482
BAGNIFOL 35 30,1 1053,5
20.20.20 62 15,48 959,76
MANVERE COMPLEX EN 5L 55 161,1 8860,5
NATURE AMINEE EN 5L 65 175,3 11394,5
8.8.6 (E. LIQUIDE) 50 28 1400
12.4.40 5 30 150
NITARATE DE POTASSE 12 5,14 61,68
LIQUI-K 60 52,46 3147,6
FERROSTRENNE 10 83,74 837,4
CYTOFLOW EN 5L 15 168,3 2524,5
total 14303.14

64
Ce tableau indique le coût des engrais foliaire utilisé pour 1 hectare de fraisier qui est de
l'ordre de 14303.14Dh/ha.

Tableau: Coût des engrais fertilisants.


Désignation Quantité kg P.U (Dh) Prix total (dh)
M.A.P 120 kg 2,47 296,4
AMONITARTE 33% 180kg 1,55 279
NITRATE DE POTASSE 394,08kg 5,14 2025,5712
SULFATE DE MG 120kg 4,27 512,4
NITRATE DE CHAUX 100kg 3,84 384
ACIDE PHOSFORIQUE 72kg 7,15 514,8
ACIDE NITRIQUE 32kg 4,66 149,12
ACIDE SULFIRIQUE 144kg 5,5 792
FERROSTRAINE 12kg 83,74 1004,88
BOR 12kg 23,32 279,84
BIOMIX 12kg 60 720
Total 6948.94 6958,0112

Les frais de la main d’œuvre


Tableau: des frais des ouvriers de l'exploitation DH:
Opération N.J Salair Jr Salair Tot N.J Salair Salair
W.fiminin W.Masculin Jr Tot
Installation technique 17 70 1190 42 70 2940
Entretien de la culture 123 70 8610 65 70 4550
Récolte 333 60 19980 27 60 1620
Totale 473 28380 134 8040
Totale des salaires de compagne 36420

Figure : différentes charges de main d’œuvres

65
D'après le tableau les charges totales liées aux mains d'ouvre est : 36420dh. Avec le prix de

70dh/personne.

Donc on peut dire que pour un hectare de fraisier le coût de la main d'ouvre est dh. Pour les
femmes 28380 et 8040dh. Pour les hommes. Alors le total est de 36420dh/ha.

Donc d'après ces statistiques et notre expérience à la région de Loukous. On a


remarqué que le coût de la main d'ouvre est convenable.

Tableau: Coût d'électricité

Désignation Qté en Kw prix total charge/ha/an


ONE contrat 14400 31680 880

Tableau: Résumé des charges variables.


Charges Coût en dh/ha
Installationetpréparation du sol 38206
Charges liées à l'installation des multi tunnels 11180
Traitement phytosanitaire 53494,35
Coût d’engrais foliaire. 14303,14
Engrais fertilisants 6958.01
Lubrifiant et gasoil 2560
Frais d'électricité 880
la main d’œuvre occasionnelle 36420
Frais d’achat des jeunes plants et de transport 12000
Total 176001,5

66
Figure : Résumé des charges variables.

Coût en dh/ha
60000
50000
40000
30000
20000
10000
Coût en dh/ha/an
0

Commentaire :

D’après le graphique l’opération la plus couteuse dans le domaine ELITE H ARVEST


MAROC est les traitements phytosanitaires, a cause des attaque des ennemis, ainsi les
changements des conditions climatiques qui conséquent des dégâts sure la culture.

Tableau : Résumé des charges fixes


Charges Coût en Dh/Ha/An
Charge relative au matériel d'irrigation. 6071,3
Charge liée au matériel de traitement. 474,44
Charge liée au autre matériel d'exploitation. 2635,15
Charge liée à la location de terrain. 5000
Bâtiment est construction 11351,69
Rémunération de la main d’œuvre permanant 4829
Total 30361,58

67
Figure : charges fixes de l’exploitation ELITE HARVEST MAROC :

Tableau : Résumé des charges


Charges Coût en des différentes charges en dh

Charges variables 176001,5

Charges fixes 30361,58

Total 206363 ,08

Tableau : La distribution des ventes de production FRULAR


Marchés Qué total % de vente prix de prix total en dh
récolté/ha en kg vent/kg
Marché local 25000 50% 6 120000
Exportation 25000 50% 30 750000
Total 50000 100% 41 895000

1.2. Seuil de rentabilité :

 Les charges fixes : 30361,58dh


 Charges variables : 176001,5dh
 Le produit est : 895000dh

 La marge sur coût variable :


MCV= Produit– les charges variable
=895000 - 176001,5

68
=718998,5dh
 Seuil de rentabilité
SR=charge fixes/MCV
=30361,58/718998,5
=0.17 ha

 Coût de revient unitaire


Coût de Revient= (charge fixes+ Charges variables + frais de commercialisation)/nombre
d’unité

= (176001,5 + 30361,58 + 92500)/ 50000

= 5,97dh /kg

69
A l'issu de notre stage à la société ELITE HARVEST MAROC on peut conclure
que :

La connaissance des facteurs monographiques ; le climat, la nature, la


température ; en somme l'environnement de la culture permet de mieux cerner
les besoins de celle-ci et de prévenir les aléas qu'elle peut subir. De plus la
connaissance des ennemies de la culture permet de s'orienter vers une protection
phytosanitaire intégrée ou moins raisonnée.

Ce stage nous a permis également de déterminer les facteurs de production dont


la bonne connaissance des opérations culturales, la fertigation, de protection
phytosanitaire ainsi les études techno économique de la culture. Pour cela la
main d'œuvre doit être qualifiée et bien éduquée, sinon il est impératif
d'organiser des journées de qualifications des ouvriers pour assurer une détection
précoce des problèmes éventuels et une bonne conduite de la culture.

C'était donc une occasion de participer activement à la conduite de fraisier et


aussi de prendre conscience des problèmes pratiques relatifs aux techniques de
production.

70

Vous aimerez peut-être aussi