Vous êtes sur la page 1sur 25

ROYAUME DU MAROC

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÈCHE MARITIME


INSTITUT DES TECHNICIENS SPÉCIALISÉS EN AGRICULTURE DE SOUIHLA-MARRAKECH

Nom et Prénom : MATOUGUI Ouahid


Niveau : Technicien 2 e année
Option : Élevage des Bovins, Ovins et Caprin
Année scolaire : 2016/2017
Module : Initiation en milieu de travail relatif à l’alimentation et à
la traite des bovins

1
Remerciements

A l'issue de la rédaction de cet rapport, je suis convaincu que c’est loin


d'être un travail individuel. En effet, je n'aurais jamais pu réaliser ce travail
sans le soutien d'un grand nombre de personnes dont la générosité, la
bonne humeur et l'intérêt manifestés à l'égard de mon stage m'ont permis de
progresser dans cette phase délicate de « l'apprenti-technicien ».
Je tiens tout particulièrement à remercier mon maître de stage Mohamed
ALIBOUCH pour son accueil chaleureux, ainsi que Monsieur Abdessalam
ZINATI, le chef du domaine BENABUD à Coelma, de m’avoir accepté en tant
que stagiaire au sein du domaine.
Je remercie également Monsieur Ahmed AL GHIBALI, Monsieur
Abdelaziz ZERYAH et Monsieur Abdelaziz BEN ALLAL pour leur soutient
technique.
D'une façon plus générale, je remercie l'ensemble du personnel du
domaine pour l’intérêt qu’ils m’ont porté tout au long de mon stage ainsi que
pour leur aide et précisions.
Je remercie de même, mon tuteur de stage Monsieur Mohamed
ALIBOUCH pour son encadrement pendant celui-ci.
Je profite de ces quelques lignes pour remercier très sincèrement tous
les gents qui ont consacré durant deux mois beaucoup d’énergie pour que je
peux remettre mon rapport dans les meilleurs délais tout en cherchant à être
le plus exhaustif mais aussi le plus opérationnel possible dans ma proposition
dont beaucoup relèvent du bon sens.

2
Sommaire
1. Entreprise..........................................................................................................................................................6
1.1. Situation géographique :...........................................................................................................................6
1.2. Historique :................................................................................................................................................6
1.3. Nature juridique :......................................................................................................................................6
1.4. Monographie de la région de Tétouan :....................................................................................................7
1.4.1. Relief :...............................................................................................................................................7
1.4.2. Climat :..............................................................................................................................................7
1.4.3. Sol :...................................................................................................................................................7
1.5. Ressources humaines :..............................................................................................................................8
1.5.1. Organigramme de l’entreprise :.........................................................................................................8
1.5.2. Main d’œuvre :..................................................................................................................................8
1.6. Terrain :.....................................................................................................................................................8
1.7. L’infrastructure :.......................................................................................................................................9
1.8. Équipements :..........................................................................................................................................10
1.9. Activités de l’entreprise :........................................................................................................................11
1.9.1. Cheptel :..........................................................................................................................................11
2. Alimentation des bovins :...............................................................................................................................13
2.1. Disponibilités fourragères :.....................................................................................................................13
2.2. Calendrier fourrager................................................................................................................................13
2.3. Rations alimentaires distribuées.............................................................................................................14
2.3.1. Composition des rations..................................................................................................................14
2.3.2. Apports des rations alimentaires.....................................................................................................14
3. La traite...........................................................................................................................................................15
3.1. Caractéristiques de la salle de traite :......................................................................................................15
3.2. Opération de la traite...............................................................................................................................16
3.3. Stockage du lait.......................................................................................................................................16
4. Hygiène, santé et sécurité en milieu de travail...............................................................................................17
5. Les problèmes de production (En élevage)....................................................................................................17
6. Protection de l’environnement (En élevage)..................................................................................................18
7. La conduite des cultures.................................................................................................................................20

3
Introduction

Notre filière de formation au sein de l'Institut Des Techniciens Spécialisés


En Agriculture de Souihla est axée sur l'élevage des Bovins, Ovins et
Caprins, celle-ci est dispensée en deux parties complémentaires; une
théorique et une autre pratique.

Après avoir passer ma première année au sein de l'Institut Des


Techniciens Spécialisés En Agriculture de Souihla, j’ai déclencher un stage en
alimentation et traite des bovins. En effet, dans ce cadre, j'ai passé ce stage
au Domaine BENABUD pour obtenir des connaissances techniques relatives à
l'objectif de celui-ci du 18/10/2016 au 30/11/2016, ainsi que le savoir faire
concernant le métier du technicien, comment gérer une exploitation et
comment résoudre les problèmes que je vais confronter au comme futur
technicien.

Les pages suivantes sont le résultat de ce travail.

4
Partie 01:

Description de
l'entreprise

5
1. ENTREPRISE

1.1. SITUATION GÉOGRAPHIQUE :

Comme indiqué si-dessus, Domaine BENABUD est presque à l‘intersection des trois provinces ; Tétouan, Azla et
Zaitoune.

1.2. HISTORIQUE :

1995 : Création de l’entreprise et achat des vaches.


1995 : Installation de salle de traite (pots trayeurs).
2000 : Installation de salle de traite (salle en épi).
2002 : Introduction de l’alimentation automatisée.
2004 : Retour à l’alimentation manuelle.

Développement de nombre de vache allaitantes et production de lait :

- 30 vaches : (1995) 400 à 450 L de lait par jour.


- 80 vaches : (2006) 1100 à 1200 L de lait par jour.
- 30 vaches : (2013) 300 à 400 L de lait par jour.

1.3. NATURE JURIDIQUE :

Dès sa création, Domaine BENABUD est une partie de COLAINORD ; une coopérative laitière.

6
1.4. MONOGRAPHIE DE LA RÉGION DE TÉTOUAN :

1.4.1. RELIEF :

Localisée dans la partie occidentale de la chaîne rifaine, la province de Tétouan se caractérise par un paysage
majoritairement montagneux à topographie accidentée et tourmentée, qui englobe des couloirs, des bassins et des
vallées intérieures à topographie plutôt de type collinaire ou semi-plane, mais néanmoins enclavés à cause des
conditions du relief conjugués à la configuration du réseau hydrographique. A côté de cet aspect montagneux, la
province compte aussi quelques zones à basse altitude telles la vallée d’Ajras, ainsi que des plaines méditerranéennes
étroites telles celles de Mallalienne et de Oued Laou.

1.4.2. CLIMAT :

Un climat tempéré chaud est présent à Tétouan. En hiver, les pluies sont bien plus importantes à Tétouan qu'elles
ne le sont en été. Sur l'année, la température moyenne à Tétouan est de 18.1 °C. La moyenne des précipitations
annuelles atteints 686 mm.

Diagramme climatique :

- Les précipitations records sont enregistrées en Décembre. Elles sont de 122 mm en moyenne.
1.4.3. SOL :

Les types de sols sont diversifiés, et sont composés de formations calcaires, marneuses ou flyscheuses, montrant
un complexe de sols peu évolués, issu de sols minéraux bruts, de sols brunifiés et, sur les terrains de forêts, de sols à
sesquioxydes de fer et de manganèse.

7
1.5. RESSOURCES HUMAINES :

1.5.1. ORGANIGRAMME DE L’ENTREPRISE :

1.5.2. MAIN D’ŒUVRE :

Permanente Occasionnelle
6 3 à 10

- Le nombre des ouvriers occasionnels dépend sur la tache à effectuer et la surface à couvrir.

1.6. TERRAIN :

Domaine BENABUD a 11.31 ha comme superficie dont 0.5 ha du bâtiment et 10.81 ha de S.A.U (Surface Agricole
Utile). Le directeur du domaine suit un programme d’assolement entre le maïs fourrager, la luzerne, le bersime, l’orge
fourrager, le sorgho et l’avoine avec présence du fève et petit pois pour consommation humaine. Ainsi qu’il considère la
présence d’une terre en jachère obligatoire.

8
Vue par satellite du domaine :

1.7. L’INFRASTRUCTURE :

Tableau1 : Bâtiment d’élevage

Type Surface Utilisation Capacité Type de construction


Maison 63 m² - Vide. --- Bétonnée
Chambre 1 16 m² - Logement des gardiens. --- Bétonnée
Chambre 2 12 m² - Logement du technicien. --- Bétonnée
Nursery 32 m² - Stabulation des nouveaux nés. 5 veaux/velles Bétonnée
Étable 1 32 m² - Stabulation des veaux et velles. 5 veaux/velles Bétonné
Étable 2 132 m² - Vide (box de maternité). 14 vaches Bétonné
Étable 3 50 m² - Stabulation des taurillons. 6 taurillons Bétonné
Vacherie 1 484 m² - Stabulation des génisses et vaches taris. 40 vaches Semi-couverte
Vacherie 2 418 m² - Stabulation des vaches. 40 vaches Semi-couverte
Aire d’exercice 532 m² - Exercice des vaches avant traite. 60 vaches Semi-couverte
Quarantaine 56 m² - Stabulation des vaches malades. 4 vaches Bétonné
Hangar 1 84 m² - Stockage de la paille. 500 Balles Bétonné
Hangar 2 45 m² - Stockage d’aliment composé. 200 Tonnes Bétonné
Hangar 3 133 m² - Stockage d’ensilage maïs et fourrage. 600 Tonnes Bétonné
Hangar 4 21 m² - Stockage d’ancien matériel. --- Bétonné
Salle de traite 40 m² - Traite des vaches. 14 vaches Bétonnée
Magasin 4 m² - Stockage des produits phytosanitaires. --- Bétonné
Parking 50 m² - Stationnement des tracteurs. 2 Tracteurs + Bétonné

- La répartition des lots est flexible pour mieux répondre au besoin du troupeau.

9
1.8. ÉQUIPEMENTS :

Tableau2 : Recensement et entretien du matériel utilisé

Désignation et description détaillée Date d’achat État Entretien préventif


Matériel de traction
- Tracteur Ford 5030 1995 Faible
Nettoyage, graissage et vidange.
- New Holand 5640 2000 Moyen
Matériel de travail de sol et installation des cultures
- Charrue à disques 1995 Moyen
- Semoir mono-graine 2002 Moyen Aucun
- Pulvériseur (18 disques) 1995 Moyen
Matériel de traitement
- Pulvérisateur 9 m 2000 Faible Aucun
Matériel de récolte et post-récolte
- Faucheuse 2 m 1995 Faible Aucun
Matériel d’élevage
- Racleur 1995 Faible
- Ramasseur 1995 Moyen
- Véleuse 2013 Bon
- Remorque 1 1995 Faible Graissage, nettoyage, rinçage..
- Remorque 2 2004 Moyen
- 7 cages de maternité 2013 Moyen
- 2 Machines d’allaitement 2002 Bon

- Ces équipements sont suffisants pour répondre aux besoins de l’entreprise et la fréquence de l’entretien
du matériel n’est pas respectée.

Tableau3 : Station de pompage (puits ou forages)

Diamètre
Puit ou Type de Source d’énergie et Date Entretien
cuvelé ou Profondeur Puissance État
forage pompe consommation d’achat préventif
non
Forage 1 20 cm (oui) 45 m Émergée 7 Chv. Électrique 1998 Moyen Aucun
Forage 2 20 cm (oui) 45 m Émergée 7 Chv. Électrique 2001 Bon Aucun

- Ces installations sont suffisantes pour répondre aux besoins de l’entreprise. En plus, la présence d’eau
potable fournis par Amendis couvre le besoin journalières en eau.
1.9. ACTIVITÉS DE L’ENTREPRISE :

En plus de la production des cultures fourragères pour consommation interne comme la plupart des éleveurs au
Maroc, domaine BENABUD produit du lait et des taurillons pour couvrir les besoins de l’entreprise.

1.9.1. CHEPTEL :

Tableau4 : Composition du troupeau

Espèce Race Effectif Catégorie d’âge Effectif Stade physiologique Effectif


Vaches 30
Holstein 7 Taris 6
Veaux 3
Bovins Pie noir 23 Velles 14 Allaitantes 29
Génisses 6
Croisé 25 Entretien 20
Taurillons 2
Total 3 55 5 55 3 55

Le troupeaux a la tendance de devenir un troupeaux totalement croisé.

1.9.2. Activités de production et système d’élevage :

Les propriétaires de l’entreprise n’envisagent plus à avoir un investissement au domaine agricole, leur intérêt est
de vendre le terrain pour la construction d’un lotissement. Alors, la production au sein du domaine n’est que pour la
couverture des besoins de elle même avec une petite marge de bénéfices.
Le système d’élevage suivi et intensif avec stabulation libre. Seulement les taurillons sont en stabulation
entravée. Aussi, parfois les vaches sont laissée pâturer si les conditions sont bonnes et il y a du vert ou après la récolte
d’une culture.

11
Partie 02:

L’alimentation des
Bovins

12
2. ALIMENTATION DES BOVINS :
2.1. DISPONIBILITÉS FOURRAGÈRES :
Tableau5 : Ressources fourragères disponibles

Ressources fourragères Quantités disponibles Quantité de MS Apport en UF


- L’orge 17500 kg 4060 kg 2558 UFL
- L’avoine 16250 kg 2884 kg 2654 UFL
- Le bersime 22500 kg 4252 kg 3104 UFL
- Le sorgho fourrager 7875 kg 1457 kg 1049 UFL
- La luzerne 55000 kg 10395 kg 7588 UFL
- Le Maïs fourrager 170000 kg 40630 kg 35754 UFL
- Ensilage de maïs 131400 kg 32850 kg 29565 UFL
- Paille d’orge 58400 kg 51392 kg 22613 UFL
MS : Matière Sèche / UF : Unité Fourragère

- En plus de les cultures fourragères produites au sein du domaine, les propriétaires fournissent deux types
d’aliments composés d’après le service de la coopérative et aussi de l’ensilage maïs pour enrichir la ration donnée.

2.2. CALENDRIER FOURRAGER

Aliments Sep. Oct. Nov. Déc. Jan. Fév. Mar. Avr. Mai Jui. Jlt. Aut.
Maïs (Plante entière)
Orge (vert)
Avoine (vert)
Bersime
Luzerne
Sorgho
Ensilage maïs
Paille d’orge

Comparaison entre les apports du troupeau et les apports nutritionnels :

Les besoins du troupeau en UF sont : Apports des disponibilités fourragères


- Veaux et velles : 17 * 0.3 UGB * 3000 = 15300 UFL
Paille d’orge = 22613 UFL
- Taurillons et génisses : 8 * 0.3 UGB * 3000 = 7200 UFL
Ensilage maïs = 29565 UFL
- Vaches laitières : 35 * 1.45 UGB * 3000 = 116550 UFL
Total des besoins du troupeau = 152250 UFL Total donné = 52178 UFL

- Le reste des besoins représente 65.73 % est c’est la quantité de concentré achetée.

13
2.3. RATIONS ALIMENTAIRES DISTRIBUÉES
La ration distribuée se divers d’une catégorie d’âge à l’autre et de stade physiologique à l’autre. Ainsi que les
saisons car ces derniers contrôlent la disponibilité fourragère en matière de quantité, de qualité et de genre. c’est pour
cela que le programme utilisé au moment de ma présence au sein du domaine ne contient pas des cultures dont j’ai
mentionné.
Après rien que quinze jours de téter, les veaux et velles sont produits à l’aliment solide avec présence du lait
artificiel. Le lait artificiel n’est présent à la ration des veaux et velles que pour un mois pour que leur ration devienne
totalement dépendante sur l’aliment solide.

2.3.1. COMPOSITION DES RATIONS


Tableau6 : Rations alimentaires

Catégories Ration de base Apport de concentré


d’animaux Aliment Quantité/J Coût Aliment Quantité/J Coût
Lait artificiel 5 L/j 9.80 Dh
Veaux et velles Mélange (1) 1.50 kg/j 4.20 Dh
Paille d’orge 2 kg 2.62 Dh
Génisses Paille d’orge 6 kg/j 13.86 Dh Mélange (1) 8.30 kg/j 23.24 Dh
Taurillons Paille d’orge 4.5 kg/j 10.39 Dh Mélange (1) 3.75 kg/j 10.50 Dh
Vache taris Paille d’orge 6 kg/j 13.86 Dh Mélange (1) 5.00 kg/j 14.00 Dh
Ensilage maïs 11 kg/j 13.20 Dh
Vache allaitantes Paille d’orge 3 kg/j 6.93 Dh Mélange (2) 7.00 kg/j 20.3 Dh
Cane et feuilles de maïs 6 kg/j 3.00 Dh

- Les canes et feuilles de maïs sont les résidus de la culture de maïs après arriver au stade vitreux et extraire les
graines pour la prochaine saison ou installation.
2.3.2. APPORTS DES RATIONS ALIMENTAIRES
a. Rations pour vaches laitières :

Besoins en UFL Besoins en PDI Apport en UFL Apport en PDI


Vaches allaitantes 10.45 994.72 7.32 1288.3
Vaches taris 6.6 535 3.47 321.78

- Il est évident que l’apport en PDI pour les vaches allaitantes est plus que leur besoin, mais l’apport en UFL
fonctionne comme un facteur limitant de production sachant qu’il est moins que besoin de ces vaches.

- Les génisses prennent moins que leur besoin en UFL et en PDI est çà résulte en ayant des vêlages difficile à cause
du manque en énergie nécessaire pour la mise bas.

14
3. LA TRAITE
3.1. CARACTÉRISTIQUES DE LA SALLE DE TRAITE :
Tableau7 : Caractéristiques de l’installation de traite

Dimensions de la salle de Caractéristiques de la Composantes de Caractéristiques techniques


Type d’installation Capacité
traite construction l’installation de la machine à traite
- Canalisation de lait
- Canalisation de vide
- Langueur : 10 m
Bétonnée avec installation de - Canalisation d’eau - Débit : 400 L/min
- Largeur : 4 m
Salle en épi 14 Têtes contention en tube métallique - Unité terminale - U.T en Verre : 25 L
- Hauteur : 4 m
de 4 cm de diamètre. - Programmateur de lavage - Nettoyage automatique
- Profondeur : 0.9 m
- Plateaux de lavage
- Groupe à vide et graisseur
U.T : Unité Terminale
3.2. OPÉRATION DE LA TRAITE

a. Déroulement de la traite

Vous devez décrire en détails le déroulement de l’opération de la traite :

 Les vaches sont traites 2 fois par jour.


 Une traite à 5 h et l’autre à 17 h.
 Les vaches traites sont 29 et varient entre 26 et 31 ; 7 par rangs et 14 à la fois.
 La quantité de lait traite par jour est 359 L comme moyenne.
 Le nombre de trayeurs varie entre 1 et deux mais généralement 1.
 Les vaches allaitantes sont les premières à traire et puis les nouvelles mères pour ne pas mélanger le colostrum
avec le reste du lait.
 Les vaches sont isolées dans un aire d’exercice devant l’entrée de salle de traite pour qu’elle sortent à l’autre
après traite.
 Un rinçage avant traite est effectuer quotidiennement avec l’eau et un autre après.

b. Hygiène de traite

Le côté hygiène est un peu négligé, rarement les mamelles sont nettoyées avant l’installation des gobelets
trayeurs. Mais le filtrage du lait est effectué pour que au moins le lait soit net. Premièrement, un vidange avec l’eau
froide est effectué avant d’utiliser l’eau chaude et le détergeant. La salle de traite est nettoyer avec de l’eau en haute
pression pour éliminer la crasse.

3.3. STOCKAGE DU LAIT

Décrire les conditions de stockage du lait :

 La laiterie est bétonnée avec du céramique blanc.


 Le matériel de réfrigération est un bac réfrigérateur de 1000 L avec une capacité de réfrigération de 35 °C à 4 °C
en 3h. Il est nettoyer périodiquement.
 La température de réfrigération est 4 °C
 Un filtre est installé à la sortie de conduite de lait arrivante de salle de traite pour éliminer les impuretés.
 Le bac réfrigérateur est équipé par un moteur monophasé pour contrôler l’homogénéité du mait.
 Le lait produit est destiné à la vente.

16
4. HYGIÈNE, SANTÉ ET SÉCURITÉ EN MILIEU DE TRAVAIL
Tableau8 : Hygiène, santé et sécurité en milieu de travail

QUESTIONS RELATIVES À L’HYGIÈNE, SANTÉ ET SÉCURITÉ OUI NON


Existe-t-il des installations sanitaires pour se laver les mains sur le milieu du travail ? x
Y a-t-il un accès aux toilettes propres à proximité du lieu du travail ? x
Le matériel et les équipements de travail sont ils munis de dispositifs de sécurité ? x
Les instructions en cas d’accident ou d’urgence, sont elles clairement comprises par les ouvriers ? x
Est-ce au moins un ouvrier, ayant reçu une formation aux premiers secours est présent sur le site
x
d’activité en cours ?
Les trousses des premiers soins de secours sont elles disponibles à proximité du lieu de travail ? x
Les dangers sont ils clairement identifiés par des panneaux d’avertissement ? x
Existe-t-il des procédures relatives aux cas d’urgence et aux accidents ? x
Les salariés sont ils informés des dangers des produits utilisés ? x
Les ouvriers sont ils équipés de vêtements de protection ? x
Les vêtements et et les équipements de protection sont ils stockés dans un endroit autre que le
x
lieu de stockage des produits phytosanitaires ?

- En matière d’hygiène, santé et sécurité, le savoir personnel des dangers serve beaucoup pour les éviter quand
nécessaire. Il faut toujours prendre attention.

5. LES PROBLÈMES DE PRODUCTION (EN ÉLEVAGE)


Les pertes les problèmes sanitaires sont les plus importants à résoudre.

Tableau9 : Résolution de problèmes liés à la traite et à l’alimentation des bovins

Problèmes rencontrés Causes Solutions appliquées Résultats obtenus


Utilisation d’une pommade Réduction de nombre de
Mammites
intramammaire (Masticen). vaches malades.
Utilisation de Metricure La maladie n’est guérisse
Métrites Manque d’hygiène.
comme traitement. que temporairement.
Presque la moitié des vaches
Boiteries Aucun
ont les boiteries.
Inflammation des trayons Durée lente de traite Aucun Il est observable que les
La taille de tuyau utilisé est La quantité de perte a
Perte élevée d’eau Changement de robinet.
plus large que le robinet. diminuée.

- Les boiteries ont été considérés comme un problème de production d’après le dernier technicien qui a travaillé à ce
domaine.

17
6. PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT (EN ÉLEVAGE)
Tableau10 : Impact des pratiques liées à l’alimentation et à la traite des bovins sur l’environnement

Technique pratiquée Impact sur l’environnement Solutions appliquées Suggestions


Mauvaise odeur et Il est plus convenable
possibilité de transmettre d’utiliser les cadavres
Se débarrasser des cadavres Les cadavres sont enterrés.
des maladies si les cadavres comme matière organique
sont exposés au soleil. pour le sol
Ramassage et incinération Considérant que les sacs
des emballages plastiques Pollution de sol et de l’air Aucun sont toujours valables, il est
de l’ensilage de maïs mieux de les recycler.

18
Partie 03:

Conduite des
cultures fourragères

19
7. LA CONDUITE DES CULTURES
Les tableaux suivants représentent le savoir cumuler pendant la période du stage. Sachant que les entretiens

Tableau3 : Assolement (Occupation des sols)

Espèces Variétés Superficie Nombre de la sole Observations


Luzerne Locale 5.5 ha 1 et 7
Avoine Locale 2.5 ha 2, 4 et 5 L’utilisation du fumier
comme fumure de
Bersime Locale 2.5 ha 1 fond augmente la
Maïs Locale 2.5 ha 3 et 8 productivité de tous
les parcelles sauf six et
Orge Locale 2.5 ha 2, 4,5 et 7 sept.
Sorgho Locale 1.5 – 2 ha 6

- Le choix de l’assolement appliqué est contrôlé par la texture et le drainage des sols. Aussi, il y a un parcelle vide
toujours en plus de deux autres pour production de la fève et petit pois pour consommation humaine.

20
Tableau4 : Fiche d’installation et d’entretien de la culture

Maïs Fourrager

Identification de la culture :
- Maïs (Bechna)fourrager de variété locale au stade pâteux dur.
Aperçu de l’itinéraire technique de la culture à ton arrivée :
- Il est semé de Mai à Juillet, le groupe gérant l’entreprise n’utilise que le fumier comme fumure de fond et un
système d’irrigation gravitaire.
Stade, Main d’œuvre requises Intrants requis
Opérations ou Objectif de la technique
période, (Nombre des journées et besoin en Matériel utilisé
tâches utilisée
date de travail) eau
Labour profond Aérer le sol 1 Charrue à disques
Carburant
Labour moyen Casser les mottes 1 Pulvériseur
Mai-Juillet
Semis Installer la culture 2 --- À la main
Couverture Couvrir les semences 1 Carburant Pulvériseur

- Ce domaine n’achète plus les semences car comme cette année, ils les produisent au sein du domaine et utilisent
le reste de la plante comme aliment grossier.
- Le prix d’un kilogramme de semence varie de 5.5 Dh à 6 Dh.

Sorgho Fourrager

Identification de la culture :
- Sorgho (Dokhone) fourrager de variété locale au stade laiteux-pâteux.
Aperçu de l’itinéraire technique de la culture à ton arrivée :
- Il est semé de Mars à Avril, le groupe gérant l’entreprise n’utilise que le fumier comme fumure de fond et un système
d’irrigation gravitaire.
Stade, Main d’œuvre requises Intrants requis
Opérations ou Objectif de la technique
période, (Nombre des journées et besoin en Matériel utilisé
tâches utilisée
date de travail) eau
Labour profond Aérer le sol 1 Charrue à disques
Carburant
Labour moyen Casser les mottes 1 Pulvériseur
Mars-Avril
Semis Installer la culture 2 Semence À la main
Couverture Couvrir les semences 1 Carburant Pulvériseur

- À mon arrivée, cette culture était presque en dormance. Ce n’est qu’après les pluies qu’elle arriver au stade
laiteux-pâteux et par la suite être récolter pour la consommer sans conditionnement.
- Le parcelle où cette culture est cultivée soufre à cause de la quantité d’eau non drainée à cause de l’altitude des
terrains qu’ils l’entourent.
- Le prix d’un kilogramme de semence est de 11 Dh.

21
Luzerne

Identification de la culture :
- Luzerne de variété locale.
Aperçu de l’itinéraire technique de la culture à ton arrivée :
- Il est semé à Mars, le groupe gérant l’entreprise n’utilise que le fumier comme fumure de fond et l’urée 46 après
chaque récolte, et un système d’irrigation gravitaire.
Stade, Main d’œuvre requises Intrants requis
Opérations ou Objectif de la technique
période, (Nombre des journées et besoin en Matériel utilisé
tâches utilisée
date de travail) eau
Labour profond Aérer le sol 1 Charrue à disques
Carburant
Labour moyen Casser les mottes 1 Pulvériseur
Mars
Semis Installer la culture 2 Semence À la main
Couverture Couvrir les semences 1 Carburant Branches des arbres

- L’absence d’un herse a conduit le tractoriste à attacher des branches aux points d’attelage du tracteur et les
utiliser comme un.
- La dose utilisé pour l’urée est de 50 kg par hectare pour encourager la repousse des nouveaux talles.
- Le prix d’un kilogramme de semence varie de 50 Dh à 100 Dh

Bersime

Identification de la culture :
- Bersime (Triblo) de variété locale, installée à mon arrivée.
Aperçu de l’itinéraire technique de la culture à ton arrivée :
- Il est semé à Septembre, le groupe gérant l’entreprise n’utilise que le fumier comme fumure de fond et l’urée 46
après chaque récolte, et un système d’irrigation par aspersion.
Stade, Main d’œuvre requises
Opérations ou Objectif de la technique
période, (Nombre des journées Intrants requis Matériel utilisé
tâches utilisée
date de travail)
Labour profond Aérer le sol 1 Charrue à disques
Carburant
Labour moyen Casser les mottes 1 Pulvériseur
Septembre
Semis Installer la culture 2 Semence À la main
Couverture Couvrir les semences 1 Carburant Branches des arbres

- Généralement, ils installent le bersime dès Septembre mais cette années ils ont attendu les premières
précipitations, exactement le 12 Octobre.
- Le prix d’un kilogramme de semence varie de 32 Dh à 35 Dh.

22
Orge Fourrager

Identification de la culture :
- Orge fourrager de variété locale, installé à mon arrivée.
Aperçu de l’itinéraire technique de la culture à ton arrivée :
- Il est semé à Novembre, le groupe gérant l’entreprise n’utilise que le fumier comme fumure de fond et l’urée 46
avant 2e récolte, et un système d’irrigation par aspersion.
Stade, Main d’œuvre requises Intrants requis
Opérations ou Objectif de la technique
période, (Nombre des journées et besoin en Matériel utilisé
tâches utilisée
date de travail) eau
Labour profond Aérer le sol 1 Charrue à disques
Carburant
Labour moyen Casser les mottes 1 Pulvériseur
Novembre
Semis Installer la culture 2 --- À la main
Couverture Couvrir les semences 1 Carburant Pulvériseur

- L’orge est récolté une première fois avant épiaison et une deuxième fois après. Ils utilisent 100 kg/ha d’urée
après la première récolte.
- Le prix d’un kilogramme de semence varie de 2 Dh à 4 Dh.

Avoine

Identification de la culture :
- Avoine de variété locale, installé à Novembre.
Aperçu de l’itinéraire technique de la culture à ton arrivée :
- Il est semé à Novembre, le groupe gérant l’entreprise n’utilise que le fumier comme fumure de fond et un système
d’irrigation par aspersion.
Stade, Main d’œuvre requises Intrants requis
Opérations ou Objectif de la technique
période, (Nombre des journées et besoin en Matériel utilisé
tâches utilisée
date de travail) eau
Labour profond Aérer le sol 1 Charrue à disques
Carburant
Labour moyen Casser les mottes 1 Pulvériseur
Novembre
Semis Installer la culture 2 --- À la main
Couverture Couvrir les semences 1 Carburant Pulvériseur

- La culture d’avoine est traitée comme celle d’orge avec même dose et même processus.
- Le prix d’un kilogramme de semence varie de 6 Dh à 6.5 Dh.

Pour obtenir des produits de moyennes qualité, domaine BENABUD n’utilise pas des pesticides, aussi pour
diminuer les coûts de productions.

23
Tableau6.1 : Conduite de la récolte

Date de Main d’œuvre/ journée de


Culture Mode Matériel utilisé Destination
récolte travail
Orge Janvier* 3
Avoine Janvier* 3
Faucilles
Sorgho Juin - Juillet 3
Maïs Fin Août Manuel 3 l’aube
Luzerne Juin* 3
Novembre - Faucheuse
Bersime 3
Décembre*
* : La première fauche.

- L’orge et l’avoine sont coupés une première fois avant la dernière récolte. c’est pour stimuler les repousses.
- Pour la luzerne et Bersime, l’intervalle coupe-coupe est de 21 à 23 jours au moyennes et hautes températures et 41 à 45
jours au basses températures.
- Le maïs est donné au stade laiteux comme verdure pour augmenter la quantité du lait.

Tableau6.2 : Stade de la récolte

Désignation Intervalle
Couleur Hauteur Stade de récolte Nombre de talles par pied
de la culture semis-floraison
Orge Vert 50 cm laiteux 6-7 4-5 mois
Avoine Vert 70 cm laiteux 4-5 4-5 mois
Sorgho Vert 1.20 m laiteux 1-2 3-4 mois
Maïs Vert 2.10 m laiteux 1-2 3 mois
Luzerne Verte 45 cm Début floraison 6-7 1-1.5 mois
Bersime Vert 45 cm Début floraison 6-7 1-1.5 mois

- Le fourrage produit au sein du domaine est du qualité médiocre.

Les cultures cultivées au sein du domaine sont données comme aliment vert pour augmenter la production
du lait me pour les céréales.

24
Conclusion

Un domaine d’élevage est un système composé de ce qui est animal et


ce qui est végétal. Alors, le technicien est l’un de préserver l’équilibre entre
les deux, c’est de savoir comment éviter les inconvénients et rechercher les
bénéfices.

L’acquisition du savoir faire à la conduite technique des bovins laitiers en


alimentation et traite, ainsi en conduite technique et exploitation des cultures
fourragères étaient le but de mes deux stages ; je suis satisfait de savoir
qu’une entreprise faible en matière de conduite sanitaire, hygiène et
prophylaxie et une occasion de savoir les choses qu’il faut éviter dans un
élevage. Les inconvénients, les pertes et les problème en général sont des
obstacles au début et des leçons par ailleurs.

l’idée générale de chaque stage est l‘accumulation de savoir être pour


compléter le savoir acquis dans l’ITSA de Souihla, et je suis fière de savoir
qu’il me reste encore plus à apprendre et plus à développer. j’ai de
l’enthousiasme et de l’anticipation attendant le prochain stage, je pense que
je suis prêt pour ce qui est encore un savoir à acquérir et des expériences à
vivre.

25