Vous êtes sur la page 1sur 2

Balisage non lumineux

KF2/ca-AD-(chauss)-07 ITAC03.2 Version : 29/09/2003

Aides visuelles à la navigation de surface


Classification
Les AIDES VISUELLES À LA NAVIGATION DE SURFACE se divisent et subdivisent en :

• LE BALISAGE : • LA SIGNALISATION :
⇒ marques (au sol) ; ) balisage non lumineux ⇒ Signalisation fixe s’adressant :
⇒ balises ; ) (balisage parfois appelé diurne) - à la circulation aérienne (aire à signaux)
⇒ feux (balisage lumineux, principalement balisage de nuit) - à la circulation au sol (les panneaux, pancartage)
⇒ les signaux (lumineux ou non) :
- transmis par un agent du contrôle de la circulation aérienne

Marques au sol
• Les marques blanches concernent la piste, les voies de service
(= ligne de sécurité de l’aire de trafic et zones de portance réduite pour toutes les aires).
• Les marques jaunes concernent les voies de circulation et leur axe sur la piste, l’aire de trafic, les aires de portance réduite (prolonge-
ment d’arrêt) et les points d’attente.

Balises
• Elles sont soit pyramidales ou tronconiques, blanches ou jaunes soit en forme de dièdre rouge et blanc.
• Des balisettes rétro-réfléchissantes bleues balisent certaines voies de circulation (l’ITAC n’en parle pas).

Balisage lumineux : feux


Les critères de classification des feux sont :
• leur intensité (haute : HI ou basse : BI) ;
• leur nature et structure (encastrés, hors-sol...) ;
• leur couleur (blanc, jaune, orange, rouge, vert, bleu) ;
• leur direction (bidirectionnels ou omnidirectionnels).
Les feux HI sont souvent bidirectionnels et réglables en intensité, tandis que les BI sont plutôt omnidirectionnels.

Signaux
Selon l’appendice A de l’annexe 1 aux articles D.131-7 à D.131-10 du CAC, il existe 4 groupes de signaux :
• signaux de détresse, de sécurité et d’urgence ;
• signaux visuels pour avertissement d’aéronef volant près d’une zone P, R ou D ;
• signaux pour le contrôle de la circulation aérienne : repérage de l’aérodrome, manche à vent, aire à signaux ;
• signaux de circulation au sol adressés par le signaleur au pilote.

Panneaux de signalisation (pancartage)


• Ils comprennent les panneaux d’obligation et les panneaux d’indication.

Balisage des pistes revêtues


Marques blanches de seuil de piste et d’identification de piste
• Les marques d’identification de piste sont des nombres de O1 à 36 suivis éventuellement
d’une lettre L (left) C (centre) ou R (right).
30 m
• La largeur de piste détermine le nombre de bandes, leur largeur et l’espacement (double au
milieu) entre deux bandes consécutives :
05 30 m
Largeur de piste 18m 23m 30m 45m 60m
Nombre de bandes 4 6 8 12 16
Largeur des bandes 1,5m 1,7m 30 m
Espacement des bandes 3m 2,5m 3m 2,1m 2,8m

Marques blanches de point cible et de zone de toucher des roues


• Sur les pistes de plus de 1500m, des marques de point cible sont disposées
(2 rectangles de 45m de long, de 6 ou 9m de large, espacés de 18m)
à 300m du seuil de piste si LDA =< 2400m et à 400m si LDA > 2400m.
Si un PAPI existe, la limite amont de la marque doit se rapprocher du PAPI. 0 150 300 450 600 750 900 m
• Sur les pistes avec approche de précision, on trouve en plus des marques de
zone de toucher des roues (paires de marques espacées de 18m : une paire
de triple, une de double et une de simple bande) sur les 150 à 900 premiers
mètres de la piste.
Pour une piste Cat. I de longueur =< 2400m les 3 paires sont simple bande.
Marques de point d’arrêt et d’intersection de voies de circulation

Point d’arrêt simple (piste/voie de circ.) Point d’arrêt Intersection de voies


ou point d’arrêt de circulation (2 voies de circ.) spécifique cat. II ou III de circulation
• Le point d’arrêt simple se trouve à une distance du bord de piste d’au moins 30m (piste à vue < 1000m), 50m (piste à vue >= 1000m) ;
et à une distance de l’axe de piste d’au moins 75m (piste avec approches classiques et cat. I avec aéronefs de catégorie A B C),
90m (pistes cat. I avec aéronefs de catégorie D) 150m (distance souhaitable pour les pistes cat. I)
• Le point d’arrêt spécifique cat. II ou III est éventuellement rajouté à une distance fonction des protections nécessaires (surfaces OFZ et
aires critiques et si possible sensibles de l’ILS) et à au moins 150m de l’axe de piste.
• Pour les points d’attente cat. II et III et sur les voies ou aires de largeur supérieure à 60 mètres, la cat. est peinte plusieurs fois derrière la
ligne de point d’attente, et ces peintures sont espacées au plus de 45 m.

Autres marques
• Axe de piste : traits blancs de 30 mètres espacés de 30 mètres ;
• Latérales de piste : ligne blanche quand le contraste piste/accotements est jugé insuffisant ;
• Axe de voie de circulation : ligne jaune ;
• Axe de tiroir : flèches blanches de 30 mètres espacées de 30 mètres ; le seuil décalé temporaire est formé d’une ligne blanche perpendi-
culaire à l’axe de piste avec des chevrons blancs de 10 mètres en amont de celle-ci ;
• Marques de zone inutilisable : croix disposées sur les zones inutilisables, blanches sur les pistes, jaunes sur les voies.
La longueur de ces croix est de 14,5m sur 36m pour les pistes et 9m sur 9m pour les voies de relation.
• Surfaces à faible résistance : elles sont délimitées par une double ligne de couleur jaune.
• Axe de prolongement d’arrêt (de longueur supérieure à 100 mètres) : chevrons jaunes à angle droit de 30 mètres de large espacés de 30
mètres de large ;

Balisage des pistes non revêtues


Les balises de piste non revêtue
• Les balises sont disposées au sol, délimitent les aires non revêtues et sont en bois, en métal ou matière plastique. Elles doivent être frangi-
bles. Elles sont espacées au plus de 60 m. Elles sont soit :
⇒ pyramidales ou tronconiques, blanches (délimitation des pistes avion)
⇒ pyramidales ou tronconiques, jaunes (délimitation des voies de circulation et parkings)
⇒ en forme de dièdre rouge et blanc (délimitation des extrémités de piste avion).

• La limite entre piste avion et voie de circulation est balisée de couleur blanche.
• Les pistes planeurs ne sont pas délimitées par des balises (pour éviter d’abîmer les planeurs).
• Quand une piste planeur et avion sont accolées, il n’y a pas de balises entre ces deux pistes.

Les marques des pistes non revêtues


• En plus, on trouve des marques de couleur blanche suivantes :
⇒ en forme de L aux 4 coins de la piste ;
⇒ sur les bords de piste, des rectangles espacés de 200 m ou bien un rectangle pour 3 balises coniques
⇒ une marque rectangulaire sur l’axe de seuil ;
⇒ un balisage axial facultatif (marques espacées de 100 m environ) ;
⇒ pour les seuils décalés, un chevron (V) pour les pistes planeurs, 2 V pour les pistes avions de moins de 80m, 3 V pour les pistes avion
de 80 à 100m ;
⇒ pour les zones inutilisables, des croix blanches de 6m sur 6m
⇒ pour les croisements de piste, sur les bords, 2 demi-bandes rectangulaires accolées dans chacun des 4 coins.

Exemple synthétique

Pistes « hybrides »
• Une piste revêtue peut avoir des abords balisés ; dans ce cas le balisage commence 30 mètres avant le seuil de piste (ce qui revient à dire
que la longueur de la piste en herbe égale celle de la bande).
• Quand une piste revêtue et une piste (avion ou planeur) non revêtue sont accolées (piste composite), la séparation entre les deux pistes
n’est ni marquée, ni balisée.

Vous aimerez peut-être aussi