Vous êtes sur la page 1sur 14

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

Paix – Travail – Patrie Peace – Work – Fatherland


--------------- ---------------
MINISTERE DE L’ELEVAGE, DES PECHES MINISTRY OF LIVESTOCK, FISHERIES
ET DES INDUSTRIES ANIMALES AND ANIMAL INDUSTRIES
--------------- ---------------
SECRETARIAT GENERAL GENERAL SECRETARIAT
--------------- ---------------
DIRECTION DES PECHES, DE L’AQUACULTURE DEPARTMENT OF FISHERIES, AQUACULTURE
ET DES INDUSTRIES HALIEUTIQUES AND FISHERIES INDUSTRIES
--------------- ---------------
Projet de Promotion de l’Entreprenariat Aquaculture Entrepreneurship Promotion
Aquacole Project

FICHE TECHNIQUE N° 2

Guide pour la production d’alevins de


Clarias gariepinus

Aout 2017
Cette fiche technique a été préparée avec l’appui financier du FIDA et du Projet de
Promotion de l’Entreprenariat Aquacole (PPEA) / Ministère de l’Élevage des Pêches et des
Industries Animales (MINEPIA) du Cameroun.

Les opinions exprimées dans ce rapport sont celles des auteurs et ne reflètent pas
nécessairement les opinions du FIDA ou de ces services.

Contacts téléphoniques PPEA

Cellule Nationale de Coordination 675 73 01 00

Coordination Régionale du Centre 675 47 79 73

Coordination Régionale du Sud 695 00 71 01

Coordination Régionale du Littoral 675 20 29 03

Site web : www.ppea-cameroun.org

Distribution restreinte au PPEA et MINEPIA

Photo de couverture : Choix de géniteurs Station Pilote MINEPIA Douala 06/07/2017

Guide pour la production d’alevins de Clarias gariepiunus

Dr EFOLE Thomas

Version : finale

Date : 10/08/2017

Nombre de pages : 12 pages

APDRA Pisciculture paysanne : 9 Avenue de France - 91 300 Massy - France.

2 PPEA – Fiche Technique n°2


TABLE DES MATIERES

PREFACE ........................................................................................................................................................... 4
INTRODUCTION ................................................................................................................................................ 6
DESCRIPTION BREVE DU POISSON-CHAT CLARIAS GARIEPINUS ........................................................................ 6
Facteurs externes de régulation de la reproduction .................................................................................................. 7
Quelques solutions de correction ............................................................................................................................... 7
MISE EN PRATIQUE DE LA TECHNIQUE DE REPRODUCTION ARTIFICIELLE ......................................................... 8
Choix et conditionnement des géniteurs.................................................................................................................... 8
Induction hormonale .................................................................................................................................................. 8
Prélèvement des testicules et traitement du sperme ................................................................................................ 9
Fécondation et incubation........................................................................................................................................ 10
Eclosion .................................................................................................................................................................... 10
Aliment composé...................................................................................................................................................... 11

3 PPEA – Fiche Technique n°2


PREFACE

L’aquaculture camerounaise constitue l’un des secteurs à fort potentiel de croissance


et de création d’emplois du pays en raison de grandes potentialités et de nombreux
atouts favorables au développement au secteur aquacole tels que la forte demande
intérieure pour les produits halieutiques (environ 400 000 tonnes par an, le poisson
représente la première protéine animale consommée avec 14,7 kg/hab./an), le grand
potentiel d’accroissement de la productivité, des conditions agro-écologiques
favorables et la disponibilité des eaux et des terres agricoles. Malgré cela, le pays
continue à importer d’importantes quantités de produits halieutiques (plus de 212 200
tonnes par an) tandis que la production nationale des pêches de capture est en
stagnation depuis plusieurs décennies (environ 93 000 tonnes pour la pêche
artisanale maritime, 7 000 tonnes pour la pêche industrielle, 75 000 tonnes pour la
pêche continentale).

C’est pourquoi sous l’impulsion du Chef de l’État, Son Excellence Paul Biya, le pays
s’est donné pour objectif d’évoluer vers une agriculture de « seconde génération »,
au sein de laquelle l’aquaculture occupe une place à part entière (Comice
Agropastoral d’Ebolowa, 2011). Poursuivant cette orientation, le Ministre de
l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales, Dr TAÏGA, a solennellement
déclaré 2015, « Année de l’aquaculture au Cameroun ». Concrètement, ceci traduit
la volonté du pays de passer d’une aquaculture de subsistance à une aquaculture
commerciale durable et socialement responsable, capable d’assurer la sécurité
alimentaire des populations, de générer des revenus et des emplois pour les jeunes,
de limiter les importations et la sortie des devises du pays tout en respectant
l’environnement. Il s’agit pour l’aquaculture de devenir un levier de transformation
agro-économique du pays.

Les axes de travail définis consolident le “Plan de Développement Durable de


l’Aquaculture au Cameroun” (PDDAC) élaboré avec l’appui de la FAO en 2009 et se
déclinent comme suit : i) la levée des contraintes liées à la disponibilité des alevins
(quantité et qualité) et de l’aliment pour poisson (quantité et qualité) à un prix
abordable ; ii) le renforcement des capacités techniques et managériales des acteurs
des secteurs public et privé ; iii) le développement de la chaine de valeur des
produits aquacoles ; la mise en place d’un système efficace d’accompagnement des
aquaculteurs ; iv) le renforcement de la communication ; v) le renforcement de la
coopération avec les partenaires techniques et financiers et de la collaboration avec
les autres ministères.

Le Projet de Promotion de l’Entreprenariat Aquacole (PPEA) s’aligne sur ces axes


directeurs et consacre la mise en œuvre à titre pilote de certains objectifs du
PDDAC. Il est le fruit de la coopération entre le Gouvernement camerounais, à
travers le Ministre de l’Élevage, des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA)
et le Fonds International de Développement Agricole (FIDA). L’Accord de
financement pour sa mise en œuvre a été signé le 29 janvier 2016.

4 PPEA – Fiche Technique n°2


D’une durée de 3 ans, le PPEA est une initiative pilote menée dans les 3 régions du
Centre, du Sud et du Littoral, dont les leçons apprises doivent permettre la mise en
œuvre d’un programme de développement de l’aquaculture à l’échelle nationale.
L'objectif global du PPEA est de contribuer à l'amélioration durable des conditions de
vie et des revenus des aquaculteurs du Cameroun à travers la promotion des
entreprises aquacoles économiquement rentables et créatrices d’emplois. Plus
spécifiquement, il vise à améliorer l’accès des aquaculteurs à des services de
formation et d’appui / accompagnement, à mettre en place un cadre stratégique et
organisationnel favorable au développement de l’aquaculture et créer des
entreprises aquacoles économiquement rentables et créatrices d’emplois.

Le projet cible les petits producteurs aquacoles – potentiels ou déjà installés – avec
une priorisation des jeunes de 18 à 35 ans, porteurs de microprojets aquacoles. Au
total, 300 petites entreprises aquacoles seront ainsi établies dans les différentes
chaines de valeurs dont 30% gérées par des femmes et 50% par les jeunes.

Dans l’optique de vulgariser l’activité, le PPEA a élaboré, avec l’appui de son


partenaire technique, l’Association APDRA Pisciculture Paysanne, des guides et
fiches technico-économiques pour la production des alevins, des aliments et des
poissons de table ainsi que la gestion des fermes aquacoles. Ces manuels
permettront aux aquaculteurs, aux porteurs de projet, aux chercheurs et à toute
personne intéressée par l’activité aquacole d’avoir une connaissance sommaire du
domaine. Ces documents n’étant pas exhaustifs, nous conseillons aux personnes
désireuses d’investir dans l’aquaculture de se rapprocher des services compétents
du Ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA).

Bonne lecture à tous.

Yaoundé, septembre 2017

Divine NGALA TOMBUH,


Coordonnateur National du
PPEA

5 PPEA – Fiche Technique n°2


INTRODUCTION

Le Clarias gariepinus est une espèce présente dans beaucoup d’élevages piscicoles au Cameroun,
mais dont la production reste encore limitée, malgré de forts potentiels, du fait de manque d’alevins
et d’essais de production peu fructueux (2 à 5% de larves parviennent au stade juvénile) du fait :
 d’insuffisances dans la maîtrise de la technique de reproduction artificielle,
 d’une alimentation insuffisante et inadaptée aux premiers stades de développement,
 du manque de maîtrise des techniques d’alimentation optimale (ration, taille de l’aliment,
fréquence de distribution),
 du manque de maîtrise des conditions environnementales (densités optimales de mise en
charge, température, lumière, abris, oxygénation, pH, nitrites, ammoniaque, etc.)

L’objectif de ce guide est de familiariser les producteurs aux techniques de production massive des
alevins de Clarias gariepinus

Description brève du poisson-chat Clarias gariepinus

 Poisson à peau nue possédant une nageoire dorsale rayonnée, 4 barbillons, une tête aplatie
dorso-ventralement.
 Omnivore à tendance carnivore.
 Dimorphisme sexuel (différence morphologique entre le mâle et la femelle) existant chez les
individus matures

 Reproduction en milieu naturel une fois l’an, ponte sur substrat, pas de garde parentale, pas
de reproduction naturelle en étang
 Reproduction massive se faisant de façon artificielle

NB : ne pas le confondre avec:

6 PPEA – Fiche Technique n°2


Clarias jaensis Heterobrancus longifilis

Facteurs externes de régulation de la reproduction


• Température
Facteur prépondérant qui influence la reproduction (latence, incubation)
Éclosion des œufs et survie des larves: nulles à 20°C,
minimales à 23°C, optimales de 25 – 30°C

• pH (6,5 à 8) favorable à la reproduction, son élévation brusque notamment des étangs


fertilisés peut conduire à de fortes mortalités des larves, il en est de même de l’ammoniac, des
nitrites.
• Effet important de la photopériode

Quelques solutions de correction


PH :
Un chaulage (2,2t/ha) pour l’élévation en cas de faible pH ou un renouvellement d’eau important
dans le cas contraire

T°C :
 Résistance chauffante pour aquarium, 300W /  Effet de serre
400 à 600L.

Possibilité de réglage précis et Toile plastique recouvrant le dispositif de


éventuellement de réajustement de la reproduction
- Un recouvrement de 30% du toit de l’écloserie
température de 18°C à 34°C. La
précision courante est de +/- 0,5°C.
Maintien de la chaleur constante

7 PPEA – Fiche Technique n°2


Mise en pratique de la technique de reproduction artificielle
Choix et conditionnement des géniteurs
Choisis par des critères visuels dans un stock de géniteurs issu du milieu naturel et des fermes de 1kg
de Pm mis en charge à la densité 3ind/m² et nourris 2fois/j à 3% de l’Ichtyobiomasse (aliment 48%
protéine)
Femelle Mâle
Papille génitale protubérante Bonne corpulence
Abdomen bien dilaté, émettant des ovules à
la légère pression
On réalise si possible une biopsie ovarienne

Après sélection, chaque géniteur est mis en stabulation individuellement jusqu’à l’heure d’induction
des femelles

Induction hormonale
Se faisant en soirée en fonction de la durée de latence
Deux possibilités sont envisageables

A. Utilisation de l’Hypophyse

Choix d’un mâle de poids sensiblement équivalent à la femelle


à induire

Extraction de l’hypophyse

Broyage dans un mortier en porcelaine dans 2ml de solution


physiologique NaCl 90/00

Administration de la solution à la femelle de 0,5ml/kg

8 PPEA – Fiche Technique n°2


B. Utilisation d’Hormone de synthèse
Plusieurs types d’hormones (HCG, LHRHa, Ovaprim)
Pour ces hormones les doses à administrer aux femelles sont :

HCG: 4000 UI/kg


LHRHa: 30µg/kg associée à la dopamine
Ovaprim: 0,5mg/kg
Suprefact: 20µg/kg associé au motilium 10mg/kg

L’induction des mâles est aussi possible mais pas toujours nécessaire
Suprefact: 10µg/kg associé au motilium 10mg/kg

Prélèvement des testicules et traitement du sperme

 Recueil des testicules sans les inciser accidentellement, ce qui aurait pour effet d'activer les
spermatozoïdes (s'il y a pénétration d'eau).
Poisson vif : Prélèvement dans le poisson anesthésié au phénoxy-éthanol (0,5ml/l d'eau) ;
Poisson tué ; Prélèvement, dans les une heure qui suive la mort du poisson
Noter que l’ablation partielle est possible

 La laitance est ensuite extraite par incision des lobes (prendre garde les doigts doivent être
bien secs pendant la préparation de la laitance)
 Le sperme ainsi collecté est dilué 10 fois dans une solution de chlorure de sodium à 9 ‰.
 Conserver ensuite la préparation à 4°C.

La qualité du sperme est vérifiée au


microscope 100X après activation avec de
l’eau ou une solution d’activation (NaCl
2g/L et urée 4g/L) avant utilisation

9 PPEA – Fiche Technique n°2


Fécondation et incubation

Les œufs sont collectés par striping des femelles induites


(peser avant et après =poids des ovules),

Les œufs de chaque femelle sont répartis en différentes


portions selon le volumes de la ponte, la laitance y est
épandue et diluée avec de l’eau ou une solution
d’activation

Tableau 1 : volumes de sperme et d’eau à appliquer selon les quantités d’œufs collectés

1 à 4 min après les œufs sont rincés et disposés dans des claies, bouteilles de zoug, ou substrats dans
des happas pour incubation. Une portion connue d’œuf est prélevée et incubée dans une barquette

NB : traiter l’auge au bleu de méthylène (solution-mère : 0,1 g/litre ; 1,5 ml par litre d’eau de l’auge)
avant incubation

Eclosion
J0: observer l’auge tôt le matin,
Si la proportion d'œufs blancs est intermédiaire (20-50 %), cela peut provenir de la qualité initiale
des ovules ou signifier qu'il y a trop d'œufs dans l'incubateur, que le traitement au bleu de
méthylène (solution-mère : 0,1 g/litre ; 1,5 ml par litre d’eau de l’auge) a été oublié ou que le débit
d'eau dans le bac d'incubation a été trop faible dès le départ. Il faut alors effectuer un
renouvellement d'eau important et refaire un traitement au bleu de méthylène pour sauver la ponte.
Lors du renouvellement, on veillera à ajouter de l'eau à la même température que celle du circuit.
Si la proportion d'œufs blancs est importante (>50%) il est préférable d’arrêter le processus et de
recommencer la reproduction

J1 au terme de l’éclosion on compte le nombre d’œufs blancs dans la barquette et on estime le taux
d’éclosion :

Nombre d'œufs mis en incubation - Nombre d'œufs morts x 100


Nombre d'œufs mis en incubation

si ce taux est inférieur à 65% on arrête le processus


On estime aussi le nombre de larves mal formées (photophile)

J2 nettoyage (œufs morts, larves mal formées)

10 PPEA – Fiche Technique n°2


J3 fin de la résorption de la vitelline
J4 première alimentation à base de nauplii d’Artemia
En fonction du poids d'œufs et du taux d'éclosion on en déduit le nombre approximatif de larves de
clarias en élevage.
En se reportant au tableau des rations alimentaires, on en déduit la quantité de cystes d'Artemia à
mettre en incubation pour distribution des nauplii aux larves

Exemple: si l'on a mis 70 g d'œufs, soit 35 000 œufs, à incuber et que l'on a obtenu un taux
d'éclosion de 80 %, on peut estimer le nombre de larves à 35 000 x 80 / 100 = 28 000.
En se reportant au tableau des rations ci-dessous on peut lire que la ration pour une larve est 3 mg,
soit pour 28 000 larves : 84 000 mg ou 84 g d’Artemia. Ce poids sera réparti en trois repas de 28 g. Le
premier étant à distribuer entre 7-8 h. Avant d'effectuer la seconde distribution on s'assurera que
l'essentiel des Artemia du premier repas ont bien été consommés

Aliment composé

Après le 8e jour d'élevage on passe progressivement des nauplii d'Artemia à un aliment composé.
Cet aliment doit titrer 50 à 55 % de protéines brutes et 12 % de matières grasses brutes.
Deux possibilités s'offrent à l'éleveur basé en zone inter-tropicale :
 soit importer un aliment spécialement destiné aux alevins de silure, en provenance d'un pays
du Nord,
 soit effectuer une commande spéciale à un fabricant (provendier) local.

Ses caractéristiques sont les suivantes :


- Matières protéiques brutes 55 %
- Matières grasses brutes 12 %
- Cendres brutes 10 %
- Cellulose brute 0,5 %
- Vit. A 23000 UI/kg
- vit. D3 2 500 UI/kg
- Vit. E 250 mg/kg

Taille des particules alimentaires (miettes)

Poids des poissons en g 0,07 à 0,5 0,5 à 1,0 1,0 à 3,0 3 à 10

Taille en mm 0,4 à 0,6 0,6 à 1,0 1,0 à 1,4 1,5

11 PPEA – Fiche Technique n°2


TABLEAU 4 : Taux de Rationnement
(pour une température d'élevage de 30°C).
Élevage larvaire

poids ration
ration dont
numéro D'une nombre en g/ dont granulométrie
en mg/ aliment
du jour larve de repas 5000 Artemia en mm.
larve composé
en mg larves
2 2 3 3 15 15 0
3 4 3 5 23 23 0
4 7 3 6 32 32 0
5 11 3 9 43 43 0
6 17 4 11 56 56 0
7 25 4 14 70 70 0
8 34 4 17 86 86 0
9 45 6 21 104 78 26 0,4-0,6
10 59 6 25 123 61 61 0,4-0,6
11 76 6 29 143 36 108 0,4-0,6
12 95 6 33 166 0 166 0,4-0,6
13 117 6 38 190 0 190 0,4-0,6
14 142 6 43 215 0 215 0,4-0,6
15 171 6 49 243 0 243 0,4-0,6
16 203 6 54 271 0 271 0,4-0,6
17 239 6 60 302 0 302 0,4-0,6
18 280 6 67 334 0 334 0,4-0,6
19 324 6 74 368 0 368 0,4-0,6
20 373 6 81 403 0 403 0,4-0,6
21 427 6 88 440 0 440 0,4-0,6
22 486 6 96 478 0 478 0,4-0,6
23 549 6 104 518 0 518 0,6-1,0
24 618 6 112 560 0 560 06-10
25 693 6 121 603 0 603 0,6-1,0
26 774 6 130 648 0 648 0,6-1,0
27 860 6 139 695 0 695 0,6-1,0
28 953 6 149 743 0 743 0,6-1,0
29 1052 6 159 793 0 793 0,6-1,0
30 1158 0
total art. total
compo.
501 g 8166 g

Composition : produits de poisson, produits d'animaux terrestres, grains de céréales, produits de


graines oléagineuses, huiles et graisses, vitamines et minéraux, antioxydant (Ethoxyquine ou acide
benzoïque).

12 PPEA – Fiche Technique n°2


Exemple d’aliment type :
Composition pour 100 kg d’aliment :
Matières Premières Quantité Protéines Matières
% grasses %
Farine de poisson 64 kg 64 7
Tourteaux de coton 15 kg 45 1,6
Tourteaux de coprah 13 kg 23 4
Mélasse (sucre) 3 kg - -
Sel 0,15 kg - -
Calcium 0,25 kg - -
Huile de palme 5 litres 100
Vitamine A 2300000 VI - -
Vitamine D3 250000 VI - -
Vitamine E 2,5 g - -
Cet aliment titre 51 % de protéines brutes et 12 % de matières grasses brutes

Les quantités d’aliments nécessaires à distribuer lors du pré-grossissement sont résumées dans le
tableau ci-après

Durant cette phase il est important de trier les alevins tous les mois

Figure 1: grille de tri

Pour la réussite du grossissement il est important de ne donner aux éleveurs que des alevins de
tailles homogènes avec un poids minimum de 10g en moyenne, stade où le cannibalisme est réduit.

13 PPEA – Fiche Technique n°2


Prégrossissement
numéro poids d'un nombre ration en mg ration totale en g Granulometrie
du Jour alevin en mg de repas / alevin /10000 alevins en mm
30 1158 6 169 1689 0,6-1,0
31 1270 6 180 1795 0,6-1,0
32 1390 6 190 1905 0,6-1,0
33 1517 6 202 2017 0,6-1,0

34 1651 6 213 2133 0,6-1,0


3.5 1794 6 225 2252 0,6-1,0
36 1944 6 237 2375 0,6-1,0
37 2102 6 250 2500 0,6-1,0
38 2269 6 263 2629 0,6-1,0
39 2444 6 276 2761 0,6-1,0
40 2628 6 290 2896 0,6-1,0
41 2821 6 303 3035 0,6-1,0
42 3023 6 318 3176 1,5
43 3235 6 332 3321 1,5
44 3457 6 347 3470 1,5
45 3688 6 362 3621 1,5
46 3929 6 378 3776 1,5
47 4181 6 393 3933 1,5

48 4443 6 409 4095 1,5


49 4716 6 426 4259 1,5
50 5000 6 443 4427 1,5
51 5295 6 460 4597 1,5
52 5602 6 477 4771 1,5
53 5920 6 495 4949 1,5
54 6250 6 513 5129 1,5
55 6592 6 531 5313 1,5
56 6946 6 550 5500 1,5
57 7313 6 569 5690 1,5
58 7692 6 588 5884 1,5
59 8084 6 608 6080 1,5
60 8490 Total aliment

1 110 kg

Tableau 2 : Table de nourrissage en pré-grossissement

14 PPEA – Fiche Technique n°2