Vous êtes sur la page 1sur 29

LES 10 DIFFÉRENCES

entre

LES MILLIONNAIRES

et

LA CLASSE MOYENNE

Keith Cameron SMITH


À PROPOS DE L’AUTEUR

KEITH CAMERON SMITH est un entrepreneur et un orateur motivateur qui enseigne


les principes du succès financier aux individus et aux entreprises à travers le monde
entier. Parmi ses best-sellers de la série « Les 10 différences » figure également le livre
intitulé Les 10 différences entre les entrepreneurs et les employés.
KEITH CAMERON SMITH vit en Floride, aux Etats Unis, avec sa femme et ses deux
enfants.
Pour en savoir plus, visitez le site : www.keithcameronsmith.com

-2-
TABLE DES MATIERES
À propos de l’auteur……………………………………………………………..2

Introduction………………………………………………………………………5

Un mot sur l’ordre des différences………………………………………………6

Dixième différence

Les millionnaires pensent à long terme.


Les gens de la classe moyenne pensent à court terme……………………………..7

Neuvième différence

Les millionnaires parlent d’idées.


Les gens de la classe moyenne parlent de choses et d’autrui………………………9

Huitième différence

Les millionnaires embrassent le changement.


Les gens de la classe moyenne se sentent menacés par le changement……………11

Septième différence

Les millionnaires prennent des risques calculés.


Les gens de la classe moyenne ont peur de prendre des risques……………………13

Sixième différence

Les millionnaires continuent d’apprendre et de grandir.


Les gens de la classe moyenne pensent que l’apprentissage
se termine à l’école…………………………………………………………………15

Cinquième différence

Les millionnaires travaillent pour faire des profits.


Les gens de la classe moyenne travaillent pour gagner un salaire…………………17

Quatrième différence

Les millionnaires croient qu’ils doivent être généreux.


Les gens de la classe moyenne croient qu’ils n’ont pas
les moyens de donner……………………………………………………………….19

Troisième différence

Les millionnaires ont plusieurs sources de revenus.


Les gens de la classe moyenne ont seulement une ou
deux sources de revenus……………………………………………………………..21

-3-
Deuxième différence

Les millionnaires se concentrent sur l’augmentation de la valeur de leur avoir net.


Les gens de la classe moyenne se concentrent sur
l’augmentation de leur chèque de paie………………………………………………23

Première différence

Les millionnaires se posent des questions qui leur donnent le pouvoir.

Les gens de la classe moyenne se posent des questions qui

leur enlèvent le pouvoir………………………………………………………………26

Et maintenant ? …………………………………………………………………......29

-4-
INTRODUCTION

I l y a trois raisons pour lesquelles j’ai écrit les livres de la série LES 10 DIFFERENCES.
La première est la responsabilité. Je crois sincèrement que nous avons tout un chacun la
responsabilité de partager les succès que nous avons obtenus dans notre vie. Il y a plusieurs
années, j’ai cherché et trouvé des hommes et des femmes très prospères et généreux de leurs
temps pour m’enseigner les attitudes, les croyances et les idées qui leur ont permis de vivre des
vies extraordinaires. En adoptant leurs philosophies et en faisant d’elles une partie importante
de ma vie, j’ai commencé, tout comme ces personnes, à expérimenter des résultats
extraordinaires.

En plus des enseignements reçus, j’ai lu de nombreux livres qui m’ont aidé à développer
mon esprit. Cette combinaison de mentors et de lectures s’est d’ailleurs révélée une part
fondamentale du périple vers le succès d’innombrables millionnaires.

La deuxième raison pour laquelle j’ai écrit ces livres est la détermination. Je suis persuadée
que nous sommes tous destinés à jouer notre partition, et chacun de mes livres est un élément
de ma chanson. J’éprouve un vif sentiment de détermination chaque fois que j’enseigne ces
principes et chaque fois que des gens me joignent pour partager les résultats positifs qu’ils ont
obtenus dans leur vie.

La troisième raison est l’héritage. J’enseigne à mes enfants à vivre selon certains des
principes que j’enseigne. Un jour, après que j’aurai quitté ce monde, mes enfants pourront lire
ces livres et se rappeler quelques-unes des leçons que leur père leur avait enseignées.

Certains livres que j’ai lus ont été écrits il y a des décennies et d’autre, il ya des siècles. Qui
sait où sera ce livre dans des centaines d’années ? Je crois que ces différences sont
intemporelles ; elles ne changent pas. C’est donc avec un sens de la responsabilité, de la
détermination et de l’héritage que je vous offre ma compréhension de ces différences.

-5-
UN MOT SUR L’ORDRE DES DIFFERENCES
J ’ai présenté les différences en ordre décroissant d’importance. Cette disposition est basée
sur mes propres expériences en tant qu’entrepreneur ainsi que sur les succès et les échecs
d’autres millionnaires. Je crois que la dixième différence est le point de départ essentiel pour
atteindre le succès. Elle permet de vous concentrer sur ce que vous voulez. La plupart des gens
se concentrent sur ce qu’ils ne veulent pas et ne se fixent jamais de buts pour ce qu’ils désirent
obtenir. L’importance de la neuvième à la deuxième différence peut varier en fonction des
différentes périodes que vous traversez. Par exemple, en ce moment-ci de votre vie, la septième
différence peut être plus importante pour vous que la troisième. Donc quelle que soit la
différence qui vous rejoint le plus votre cœur, écoutez-la et apprenez ce que la vie essaie de
vous enseigner.

Rappelez-vous sans cesse que le succès est autant un voyage qu’une destination et que la
route est toujours en construction.

-6-
DIXIÈME DIFFÉRENCE
Les millionnaires pensent à long terme.
Les gens de la classe moyenne pensent à court terme.

L a société peut être divisée en cinq groupes de personnes : les très pauvres, les pauvres, les
gens de la classe moyenne, les riches et les très riches. Chaque groupe de personnes a des
pensées différentes à propos de l’argent. Les personnes très pauvres pensent au jour le jour. Les
personnes pauvres pensent de semaine en semaine. Les gens de la classe moyenne pensent de
mois en mois. Les riches pensent d’année en année. Et les gens très riches pensent de décennie
en décennie.

On retrouve trois objectifs principaux dans l’esprit de ces cinq groupes sociaux. Le premier
objectif pour les personnes très pauvres et pauvres est la survie. Le premier objectif pour les
gens de la classe moyenne est le confort. Et le premier objectif pour les gens riches et très
riches est la liberté.

La raison pour laquelle les personnes très pauvres et pauvres cherchent à survivre, c’est
qu’elles ont une mentalité de manque. Elles croient qu’il n’y a pas assez d’argent pour que
chacun puisse en disposer suffisamment. Les riches et les très riches connaissent la vérité : il y
a assez d’argent pour que chacun en dispose suffisamment.

Vos croyances à propos de l’argent ont tout à voir avec la somme d’argent que vous
gagnerez. Si vous avez une mentalité de manque, vous allez donc tenter de survivre ou d’avoir
juste assez d’argent pour être à l’aise. Si vous avez une mentalité d’abondance, vous allez
rechercher la liberté. Le vieux dicton suivant est véridique quand il s’agit de vos finances. Vous
obtenez vraiment ce que vous recherchez dans la vie. Si vous cherchez à survivre, vous allez
trouver la survie. Si vous cherchez à être confortablement installé, vous allez l’être. Si vous
cherchez la liberté, vous l’atteindrez.

Il y a du pouvoir dans la pensée à long terme. Si vous en faite une habitude, elle peut et va
vous rendre riche.

Penser à un avenir lointain


Plus vous pensez à un avenir lointain, plus vous devenez riche. La première fois que j’ai
commencé à penser d’année en année, mon revenu a vraiment augmenté. Je me suis posé
plusieurs questions : « comment puis-je doubler mon revenu cette année ? Comment puis
réduire ma charge fiscale cette année ? » J’avais vu ces principes de « penser à long terme »
dans la vie de mes mentors, et ce fut un défi pour moi de regarder vers l’avenir. Je pense
régulièrement à la vie que je voudrais dans cinq, dix et vingt ans. Je développe alors des plans
pour savoir comment y parvenir.

Quel genre de vie aimeriez-vous avoir dans dix ans ? Pensez-y et commencez à planifier.
Penser à long terme requiert de la patience. La patience est un atout dans la vie des
millionnaires. L’impatience est un handicap dans la vie des gens de la classe moyenne. Ces
-7-
derniers veulent des satisfactions immédiates. J’ai agi ainsi pendant plusieurs années.
Maintenant, j’attends avant d’acquérir ce que je veux parce que mon but n’est pas le confort,
mais la liberté.

Les gens riches et très riches ont développé la discipline de retarder leur gratification. Les
millionnaires font aujourd’hui ce que d’autres ne font pas pour que, demain, ils puissent
avoir ce que les autres n’auront pas. Ils aiment avoir le contrôle de leur propre vie. Les gens
très pauvres, pauvres et ceux de la classe moyenne ont mis le contrôle de leur vie entre les
mains des autres. L’ironie, c’est que ces mains sont celles des gens riches et très riches.
Attacher de la valeur à la liberté plutôt qu’au confort permet d’avoir les deux. Ceux qui
attachent de la valeur au confort plutôt qu’à la liberté ne seront jamais libres.

Penser à long terme dans tous les secteurs de la vie


Je veux que vous sachiez que ce principe de « penser à long terme » ne s’applique pas
seulement à votre vie financière, mais à tous les secteurs de votre vie. Autant il y a des gens très
pauvres financièrement, autant il y a des gens très pauvres émotionnellement ou sur d’autres
plans.

Il est sage de penser à long terme dans vos relations. Ainsi, vous démontrerez davantage
de respect aux autres et penserez selon une perspective de gagnant-gagnant. Si vous pensez à
court terme dans vos relations, vous serez à la recherche de ce que les autres peuvent faire pour
vous. Vous finirez par utiliser les gens pour parvenir à votre fin et il y a de fortes chances que
vous serez une personne seule, particulièrement dans vos vieux jours.

Il est judicieux de penser à long terme en ce qui a trait à votre santé physique. En agissant
ainsi, vous trouverez du temps pour faire du sport et manger sainement. Si vous ne pensez pas à
long terme, alors vous négligerez l’exercice physique et mangerez de la nourriture de mauvaise
qualité.

Il est judicieux de penser aussi à votre vie mentale à long terme. À quoi voulez-vous
penser durant votre vie ? Les gens qui passent leur vie à penser à ce qui les enthousiasme et les
inspire vivent une paix d’esprit incroyable. Les personnes pouvant être considérées comme
pauvres mentalement sont celles qui se plaignent et qui dépensent toute leur énergie mentale sur
ce qu’elles n’aiment pas.

Fixer davantage d’objectifs à long terme


Afin de progresser de la classe pauvre à la moyenne, ou de la moyenne à la riche,
commencez à planifier davantage votre avenir. Fixez-vous plus d’objectifs à long terme. Les
gens surestiment ce qu’ils peuvent accomplir en un an et sous-estiment ce qu’ils peuvent
accomplir en dix ans. Lorsque vous vous fixez des objectifs à long terme, il est plus facile de
développer la persévérance. Tous les millionnaires ont eu à persévérer à travers les défis de leur
vie. Puisque les gens de la classe moyenne valorisent le confort, ils ne persévèrent pas quand
les temps deviennent difficiles.

-8-
NEUVIÈME DIFFERENCE
Les millionnaires parlent d’idées.
Les gens de la classe moyenne parlent de choses et d’autrui.

S i je prends quelques minutes pour vous écouter, je peux vous dire où vous vous dirigez
dans votre vie. Vos mots révèlent votre cœur et votre esprit. Ils donnent une image précise
de votre avenir.

De quoi parlez-vous la plupart du temps ? Vos mots sont comme le gouvernail d’un
navire. Ils déterminent dans quelles directions vous allez dans la vie. Les millionnaires passent
la plupart de leur temps à parler de leurs nouvelles idées et très peu à parler de choses ou
d’autres personnes. Les gens de la classe moyenne parlent rarement à propos d’idées et passent
la majeure partie de leur temps à parler de choses ou d’autrui.

Grand, moyen, petit


Un jour, j’ai vu une plaque dans le bureau d’un homme d’affaires sur laquelle on pouvait
lire : « Les grands hommes parlent d’idées, les gens moyens parlent des choses, les petits
individus parlent d’autrui. » Ça vaut la peine de répéter que les grands hommes parlent d’idées,
les gens moyens parlent des choses, les petits individus parlent d’autrui.

De quoi parlez-vous ? Des idées, des choses ou des gens. Les millionnaires parlent d’idées
et engendrent les choses. Les gens de la classe moyenne critiquent les choses et les regardent se
produire. Les gens très pauvres parlent des autres et demandent après : « Que s’est-il passé ? »
Parler des choses
Les gens de la classe moyenne parlent de choses qui proviennent des idées des
millionnaires. Ils parlent de choses telles que les voitures, le sport, les loisirs, la musique et les
vacances. Les millionnaires possèdent les entreprises d’automobiles. Les millionnaires
possèdent les équipes sportives. Les millionnaires produisent la musique. Les millionnaires
possèdent les lieux de villégiature. Les gens de la classe moyenne dépensent leur argent dans
les choses qui sont issues des idées des millionnaires.

Parler des gens


Souvent, les gens de la classe moyenne et les très pauvres sont pauvres financièrement
parce qu’ils sont pauvres émotionnellement. Vous ne pouvez pas devenir riche sans construire
de bonnes relations. Si vous passez beaucoup de temps à parler en mal des autres, cela vous en
coûtera émotionnellement et financièrement. Parler dans le dos des gens est un acte
d’immaturité et d’ignorance. Nous pouvons toujours trouver quelque chose que nous n’aimons
pas ou n’approuvons pas chez une personne. Je vous suggère de rechercher ce que les gens font
de bien et de les complimenter à ce propos. Vous vous sentirez mieux et les portes des
possibilités commenceront à s’ouvrir devant vous.

Quand les millionnaires parlent de choses et d’autres gens, cela semble toujours se réduire
à la discussion des idées de ces derniers ainsi que des leçons possibles à tirer de ces idées.
-9-
Parler des idées
Pourquoi les millionnaires passent-ils leur temps à parler d’idées ? La réponse, c’est qu’ils
comprennent qu’il faut des idées pour créer la richesse. Les gens de la classe moyenne pensent
qu’il faut de l’argent pour créer la richesse. Les millionnaires sont plus avisés. Ils comprennent
que l’idée juste attirera l’argent dont ils ont besoin.

Les idées sont l’atout le plus précieux du monde. Les gens qui ont de grandes idées
finissent avec une grande richesse. Tout ce que vous voyez autour de vous a commencé par une
idée dans l’esprit d’une personne. Si vous voulez devenir riche, alors passez votre temps à
réfléchir à de nouvelles idées. Lorsque vous avez une idée, discutez-en avec les gens prospères.
Surtout, ne discutez pas de vos idées avec des gens qui n’ont pas de succès. Si vous le faites, ils
vont vous décourager.

Ce qu’il faut faire


Prendre chaque jour le temps de rêver augmente votre créativité. Lorsque vous utiliserez
consciemment votre imagination de façon régulière, vous commencerez à recevoir un flot
d’idées qui peuvent vous faire gagner de l’argent. Les millionnaires n’ont pas de problèmes à
trouver ce qu’ils doivent faire pour obtenir de l’argent. Leur problème est plutôt de choisir les
idées pour lesquelles ils vont passer à l’action.

Voici quelques façons simples de parler davantage des idées :

1. Changez votre vocabulaire


Utilisez les mots tels que possible plutôt qu’impossible, je peux plutôt que je ne peux pas
et je vais faire plutôt que je dois faire. Les mots sont puissants. Écoutez vos amis de la classe
moyenne et vous trouverez que leurs conversations sont beaucoup plus pessimistes
qu’optimistes. Les millionnaires parlent avec une grande confiance. Ils croient qu’ils peuvent
transformer leurs idées en réalité (et ils passent aux actes).

2. Arrêtez de vous plaindre et commencez à apprendre


Je crois que, si vous vous plaignez de quelque chose, vous en obtiendrez davantage.
Plaignez-vous des gens qui vous traitent injustement et vous allez continuer à être traité
injustement. Vous plaindre de votre emploi parce qu’il est minable ne fera qu’empirer la
situation. Le pouvoir de vos mots crée vos expériences de vie. Je ne me rappelle pas une seule
fois avoir entendu un de mes mentors millionnaires se plaindre de quoi que ce soit.

La prochaine fois que vous serez tenté de vous plaindre, demandez-vous : « qu’est-ce-que
la vie essaie de m’enseigner ? » Il y a toujours une leçon à apprendre quand quelque chose ne
va pas comme nous le souhaitons ou que la vie semble difficile. Ces leçons viennent nous
enseigner à regarder la vie selon de nouvelles perspectives. Cela entraîne de nouvelles idées.

- 10 -
HUITIÈME DIFFERENCE
Les millionnaires embrassent le changement.
Les gens de la classe moyenne se sentent menacés par le changement.

L e changement peut être positif ou négatif. Le problème, c’est que nous ne pouvons le
savoir tant que le changement n’a pas été effectué. Les gens n’ont rien contre les
changements positifs. En fait, ils en veulent. Cependant, le problème avec les gens de la classe
moyenne, c’est qu’ils sont persuadés que, la plupart du temps, le changement est négatif. Les
millionnaires, pour leur part, considèrent que tout changement, positif ou négatif, sera
bénéfique pour eux.

Pour les gens craintifs de notre société, le changement est terrifiant. Pour les gens qui
vivent à leur aise, le changement est perçu comme une menace. Mais pour les personnes
vraiment confiantes, le changement est une occasion.

Apprendre à saisir le changement


Apprendre à bien gérer le changement est crucial si vous désirez devenir un millionnaire.
Les millionnaires saisissent le changement parce qu’ils savent qu’il apporte toujours une
occasion de grandir.

Les gens inquiets résistent au changement. Les gens confiants l’accueillent. La confiance
est le résultat du travail accompli sur soi. C’est l’avantage que l’on obtient après s’être prouvé à
soi-même. C’est savoir que vous pouvez gérer tout ce qui peut survenir sur votre chemin. La
confiance, c’est croire que vous pouvez faire tout ce que vous choisissez de faire.

Le choix et le souhait
Les millionnaires choisissent d’être riches. Les gens de la classe moyenne souhaitent être
riches. Il y a une grande différence entre un choix et un souhait. Un choix est appuyé par la
croyance que vous pouvez faire quelque chose. Un souhait est appuyé par le doute de pouvoir
faire quelque chose. Le doute est un mot clé pour la peur.

Voir les occasions dans le changement


La raison première de la résistance des gens au changement est la peur. La peur vous rend
aveugle aux occasions. Lorsque vous développerez la confiance et apprendrez à accepter le
changement, vous serez en mesure de voir les occasions qu’il vous apporte.

Quelqu’un a dit un jour : « En période de changement, les apprenants héritent de la terre,


alors que les érudits se retrouvent fabuleusement équipés pour faire face à un monde qui
n’existe plus. » Le changement nous enseigne de nouvelles choses qu’il nous est nécessaire
d’apprendre.

- 11 -
La confiance est une force. Plus vous devenez confiant, plus vous êtes capable de profiter
des occasions lorsqu’elles se présentent. Et nous ne savons jamais à quel moment une occasion
peut se présenter !

Les gens de la classe moyenne pensent que les millionnaires ont été chanceux et qu’ils
étaient au bon endroit au bon moment. Mais ce n’est pas suffisant d’être au bon endroit au bon
moment. Vous devez être la bonne personne, au bon endroit et au bon moment ; autrement,
vous ne verrez pas les circonstances opportunes de la vie.

L’avenir appartient à ceux qui peuvent s’ajuster aux époques. Le but du changement est de
nous changer. Nous sommes nés pour apprendre et grandir. Le changement est une stratégie de
la vie pour nous assurer que nous ne nous écartons pas de ces objectifs.

Apprendre à voler
Résister au changement, c’est agir comme l’aiglon qui ne veut pas quitter le confort de son
nid. Inévitablement, la maman aigle commence à transformer son environnement chaud et
confortable en retirant ses plumes belles et douces du nid. Tout à coup, les branches et les
brindilles pointues se mettent à piquer l’aiglon.

« Pourquoi me fais-tu cela, maman ? » s’écrit-il ?

La maman aigle répond : « Parce qu’il est temps que tu apprennes à voler. »

Le changement dans la vie est une façon de nous apprendre à voler. La prochaine fois que
vous vous demanderez : « Que m’arrive-t-il ? », souvenez vous de la réponse de l’aigle à son
bébé.

Parfois, nous ne savons pas ce que nous sommes capables de faire jusqu’au moment de
devoir le faire. Demandez à quelqu’un de penser à un moment difficile de sa vie, lorsque la vie
l’a pris de court. Il pourrait vous dire : « C’est la meilleure chose qui me soit arrivée. »

Presque tout le monde a vécu une telle expérience. Tirons des leçons pour nous-mêmes et
réalisons que le changement est toujours destiné pour notre bien. Plus vite vous accepterez le
changement lorsqu’il survient, plus vite vous apprendrez la leçon. Plus vite vous accepterez la
leçon, plus vite vous grandirez et deviendrez plus fort.

- 12 -
SEPTIÈME DIFFÉRENCE
Les millionnaires prennent des risques calculés.
Les gens de la classe moyenne ont peur de prendre des risques.

L es gens de la classe moyenne sont piégés dans une course effrénée parce qu’ils ne prennent
pas de risques. Le seul moyen de se sortir de ce piège est de prendre des risques. Le seul
moyen de se sortir de ce piège est de prendre des risques. Non, il ne s’agit pas d’une erreur de
typographie. J’ai intentionnellement écrit cette phrase deux fois. En fait, laissez-moi l’écrire
encore une fois. Le seul moyen de se sortir de ce piège est de prendre des risques. Quand vous
prenez les risques de la vie, vous prenez aussi ses occasions favorables.

Prendre des risques ne veut pas dire se fier au hasard. Les millionnaires prennent des
risques calculés. Que veut dire « calculés » ? Cela signifie recueillir des renseignements et
considérer les conséquences d’un échec avant de passer à l’action.

Utiliser la connaissance pour surmonter la peur


Les millionnaires surmontent la peur par la connaissance. La peur est obscurité et la
connaissance est lumière ; la connaissance incite la peur à disparaître. Mon mentor, Nido
QUBEIN, m’a enseigné une façon des plus simples de gérer le risque. Il m’a appris à me poser
trois questions :

1. Quelle est la meilleure chose qui pourrait m’arriver ?


2. Quelle est la pire chose qui pourrait m’arriver ?
3. Des deux choses, quelle est la plus probable qui pourrait m’arriver ?

Si vous êtes capable de supporter la pire chose qui pourrait survenir, et que la chose la plus
probable qui pourrait se produire vous permet d’atteindre votre objectif, alors foncez. Par
contre, si vous êtes incapable de faire face à la pire chose qui pourrait se passer, et que la chose
la plus probable qui pourrait survenir ne vous permet pas d’atteindre votre objectif, alors
abstenez-vous.

Je considère qu’il y a trois peurs primaires qui empêchent les gens de la classe moyenne de
prendre les mesures qu’il faut pour créer le succès. Il s’agit de : la peur de l’échec, la peur
d’être rejeté par les autres et la peur de perdre.

La peur de l’échec
Il ne s’agit pas de savoir si vous allez échouer, mais plutôt de savoir quand. Les
millionnaires comprennent que l’échec fait partie du chemin vers la réussite. Chaque fois que
vous prenez un risque, la possibilité d’échouer est présente ; et si vous craignez l’échec, vous
n’en prendrez pas. Si vous apprenez à voir l’échec comme positif, alors vous serez en mesure
de prendre des risques. Votre perception et votre réponse face à l’échec vont déterminer votre
niveau de succès.

- 13 -
Quand les millionnaires échouent, ils apprennent et essaient de nouveau. Lorsque les gens
de la classe moyenne échouent, ils cessent de prendre des risques. Voici la phrase typique des
gens de la classe moyenne : « J’ai essayé çà avant et je ne le referai plus. » Ils abandonnent
après un échec, alors que les millionnaires poursuivent leur route. Vous devez continuer
d’avancer si vous désirez atteindre le succès.

La peur d’être rejeté par les autres


Les gens de la classe moyenne veulent trop être acceptés par les autres. Nous voulons tous
que les autres nous acceptent. Nous voulons aussi tous réussir. Voici une clé du succès : vous
devez vouloir beaucoup plus le succès que l’acceptation des autres. Pour réussir, vous devez
prendre des risques et, si vous échouez, certaines personnes pourraient vous rejeter. Le plus
drôle dans tout cela, c’est que, si vous réussissez, certaines personnes vont quand même vous
rejeter.

Quelqu’un a dit qu’un tiers des personnes va vous aimer, qu’un tiers ne vous aimera pas et
qu’un tiers sera complètement indifférent. Les millionnaires comprennent qu’ils ne peuvent
plaire à tout le monde. Si vous êtes dépendant de l’approbation des gens, cela vous empêchera
de prendre des risques. Comprenez tout simplement que quel que soit ce que vous faites,
certaines personnes vont quand même vous rejeter.

La peur de perdre
Les millionnaires jouent pour gagner. Les gens de la classe moyenne jouent dans le but de
ne pas perdre. Grande différence ! Pourriez-vous imaginer une équipe de football qui joue
seulement en défense pendant toute la partie ? Leur chance de gagner serait nulle. Si vous
craignez de perdre, quand il est question de votre argent, vous jouerez seulement en défense et
vos chances d’atteindre la liberté financière seront nulles.

Les gens de la classe moyenne disent toujours : « J’aurais dû. » Les millionnaires peuvent
affirmer : « J’ai fait ». Lorsque vous prenez des risques, il est possible que vous perdiez de
l’argent ; acceptez cela et remettez-vous en route. Tout comme l’échec fait partie du succès,
perdre fait partie de gagner.

Saviez-vous que la plupart des millionnaires ont perdu plusieurs fois de l’argent dans leur vie ?
Certains ont connu la faillite plus d’une fois avant de gagner au jeu de l’argent. Si vous désirez
gagner, vous devez vaincre la peur de perdre.

Vivre comme si on allait mourir


Quand on demande aux personnes très âgées ce qu’elles feraient différemment si elles
avaient à revivre leur vie, trois réponses reviennent régulièrement. Premièrement, elles
prendraient plus de risques. La deuxième, c’est qu’elles prendraient davantage le temps
d’apprécier les bons moments et d’apprendre également des mauvais moments. La troisième
réponse unanime est qu’elles feraient plus de choses qui continueraient d’exister après leur
départ. Pour être inoubliable, il faut prendre des risques. Nos aînés ont parlé…
- 14 -
SIXIÈME DIFFÉRENCE
Les millionnaires continuent d’apprendre et à grandir.
Les gens de la classe moyenne croient que l’apprentissage se termine à l’école.

E st-ce seulement une coïncidence que les maisons à 1 000 000 $ aient une bibliothèque et
que les maisons 100 000 $ n’en aient pas ? Je ne crois pas. La plupart des millionnaires
que je connais lisent un livre par semaine. Un de mes amis a dépensé 500 000 $ pour étudier le
succès. J’ai dépensé plus de 100 000 $ pour apprendre le succès. Si vous avez la mentalité des
gens de la classe moyenne, vous pensez probablement que vous n’avez pas d’argent pour
apprendre à faire fortune.

Je n’ai pas dit que mes amis ou moi-même avions dépensé cet argent d’un seul coup. Le
succès est un processus. Si un pourcentage de votre revenu n’est pas investi dans votre
éducation financière, vous resterez piégé dans la classe moyenne. Par contre, plus vous
investirez d’argent pour apprendre davantage sur les finances, plus vous aurez d’argent.

Vous pouvez commencer en premier par des livres. Je vous l’assure : les millionnaires
lisent, lisent et lisent encore. Les livres sont si peu chers comparativement aux savoirs qu’ils
contiennent. Savez-vous qu’un concept quia pris des années à être développé par quelqu’un
peut être appris en quelques heures seulement, grâce à un livre. Il y a plus de millionnaires
qu’auparavant parce qu’ils gagnent du temps en apprenant les secrets financiers que d’autres
ont mis des années à découvrir. À mon avis, certains livres à 20 $, que j’ai lus, valaient en
réalité 20 000 $ en raison de tout ce que j’y ai appris.

Investir dans l’éducation financière

Un séminaire auquel j’ai participé au cours d’un weekend m’a coûté 12 500 $. Un des
millionnaires présents a dit avoir obtenu, durant son séjour, une parcelle de connaissance qui
allait lui faire gagner 10 000 000 $ de plus quand il l’appliquerait à ses affaires courantes. Est-
ce-que ça vaut la peine de débourser 12 500 $ pour acquérir une connaissance qui pourrait
augmenter votre revenu de 10 000 000 $ ? Absolument !

Les gens de la classe moyenne ne peuvent évidemment pas commencer en assistant à des
événements qui requièrent un tel investissement. Par contre, ils peuvent lire un livre à 20 $ qui
vaudra 20 000 $ s’ils appliquent les connaissances acquises. La sagesse est l’application de la
connaissance.

Une question typique que les millionnaires posent souvent est la suivante : « Que puis-je
apprendre de ceci ? » En revanche, les gens de la classe moyenne maintiennent leurs
connaissances au même niveau année après année. Ils répètent le même scénario et se
demandent après : « Pourquoi cela m’arrive-t-il toujours ? »

J’ai aimé ce qu’un prêtre a dit à ce propos. Il a dit : « on n’échoue jamais à un examen de
Dieu. On le passe encore et encore jusqu’à ce qu’on réussisse. » Très vrai ! Si une situation
désagréable survient encore et encore, c’est parce que votre savoir est demeuré le même. Ainsi,
- 15 -
vous devez apprendre continuellement et grandir pour devenir et demeurer riche. Mais si vous
faites fortune et cessez le processus, alors il est certain que vous ne demeurerez pas riche
longtemps.

Le savoir est une semence


Chaque fois que vous lisez un livre, vous plantez une nouvelle semence, ou bien vous en
arrosez quelques-unes déjà dans votre esprit. Les millionnaires lisent non seulement des livres
sur l’argent, mais aussi des ouvrages sur comment construire de meilleures relations. Ils lisent
aussi sur le pouvoir de l’esprit. Ils lisent sur les succès et les échecs des autres.

Etudier ce que l’on aime


La raison pour laquelle les millionnaires étudient à peu près tous les secteurs de la vie,
c’est qu’ils aiment la vie. Les gens de la classe moyenne pensent que les millionnaires aiment
trop l’argent. Selon mon expérience, ce n’est pas vrai, tout simplement. Ce qui est vrai, c’est
que les millionnaires aiment ce qu’ils peuvent faire avec leur richesse, pour leur famille et les
autres.

Les millionnaires qui sont avides et qui craignent de perdre leur argent ne sont pas
vraiment prospères. Le véritable succès vous donne la paix et la satisfaction. Pendant que vous
apprenez à faire fortune, apprenez aussi à accepter avec gratitude votre situation actuelle.

Je le répète, les millionnaires aiment la vie. Ils aiment avoir de l’argent, mais pas au point
de le placer au-dessus de la vie. Si vous aimez l’argent plus que vos proches et vous-même,
sachez que vous avez été mystifié par l’argent et vous n’atteindrez jamais le succès véritable.

Connaître ses priorités


Je connais des gens dans la catégorie supérieure de la classe moyenne qui luttent toujours
pour obtenir davantage d’argent. Ils continueront d’être insatisfaits car ils sont plus préoccupés
par ce qu’ils ont que par qui ils sont.

Je crois que plusieurs millionnaires atteignent leur succès parce que leurs priorités sont en
bon ordre. Certaines personnes perdent leur équilibre lorsqu’elles commencent à rechercher la
prospérité financière. Elles donnent trop d’attention à l’argent et négligent leur famille ou leur
santé, entre autres. L’argent est important, mais il ne faut pas perdre de vue les choses qui
importent le plus.

S’il vous plaît, n’étudiez pas que le succès financier. Étudiez l’accomplissement personnel
aussi. Certes, on se sent bien d’avoir de l’argent, mais on se sent encore mieux d’avoir une très
bonne relation avec ceux qu’on aime et on se sent merveilleusement bien d’avoir les deux.

- 16 -
CINQUIÈME DIFFÉRENCE
Les millionnaires travaillent pour faire des profits.
Les gens de la classe moyenne travaillent pour gagner un salaire.

L es gens qui travaillent pour gagner un salaire finissent par gagner assez d’argent pour
vivre, mais pas davantage. C’est rare qu’une personne devienne libre financièrement avec
l’argent qu’elle gagne à l’heure ou mensuellement d’un emploi. Comprenant cela, les
millionnaires choisissent de travailler pour les profits plutôt que pour un salaire.

Si vous dépendez de votre salaire, votre revenu sera toujours très limité. Mais si vous
apprenez à mener des activités génératrices de profits, alors tout sera possible pour vous. Voici
un sommaire succinct de mes expériences personnelles avec les profits et les salaires.

Durant mon premier cycle du secondaire, mes parents me donnaient 3 $ par jour pour mon
déjeuner. Sur le chemin de l’école, j’achetais trente tablettes de gomme à 10 ȼ la pièce dans une
épicerie, et je les vendais pour 25 ȼ dès mon arrivée à l’école. Faites le calcul. Chaque jour,
avant le déjeuner, je transformais mon 3 $ en 7,5 $ et j’utilisais 1 $ pour acheter du lait fouetté
en guise de déjeuner. Je revenais donc à la maison avec 6,5 $ en poche.

Je ne sais pas trop pour quelle raison, mais durant mon séjour au secondaire, j’ai été
conditionné par la société. J’étais donc parti à la recherche d’un emploi (parce que tout le
monde disait que c’était ce que je devais faire). Pendant près de dix ans, j’ai travaillé pour
obtenir un salaire, mais je n’ai jamais été satisfait de l’argent que je gagnais. Ça me frustrait
toujours de voir les impôts qu’on retirait de mes paies. Durant ces dix années, j’ai parfois
acheté et vendu quelques objets pour me faire un petit surplus d’argent.

J’ai continué à occuper d’étranges emploi jusqu’au jour où mon père, qui vendaient à
l’époque des pièces d’automobiles dans des petits garages de la ville, m’a suggéré quelque
chose que j’ai décidé d’essayer. Il m’a recommandé de vendre des Fréons R-12 pour les
voitures climatisées. Il m’a dit que je pouvais acheter un baril de Fréon à 180 $ et le revendre à
200 $, voire même à 210 $. J’ai acheté quelques barils pour tenter ma chance et je les ai vendus
immédiatement.

Je vendais quelques barils, me faisais 100 $ en quelques heures et, ensuite, je prenais le
reste de la journée pour aller à la plage. J’avais un client qui m’achetait dix barils toutes les
deux ou trois semaines. Chaque fois qu’il commandait, je me faisais 500 $ par jour et je prenais
congé pour le reste de la semaine pour m’amuser et me divertir. Oh, que j’étais stupide ! Non
seulement, j’aurais pu gagner beaucoup plus d’argent à ce moment-là, mais je croyais aussi que
cela allait durer. Après quelques mois, le prix du Fréon a escaladé à 500 $ le baril. Les grandes
entreprises, qui étaient les seules à en posséder, les avaient entreposés. Et elles n’en faisaient
aucun commerce en gros.

Peut-être était-ce le destin, mais un soir, je me suis rendu à une vente aux enchères, juste
pour le plaisir. J’ai vu des objets vendus à des prix qui me semblaient incroyablement bas,

- 17 -
particulièrement les meubles. À partir de ce moment, j’ai commencé à acheter des articles dans
les ventes aux enchères, à les emporter dans les marchés aux puces et à les revendre.

En me rendant dans les ventes aux enchères chaque semaine, j’ai fait la connaissance d’un
homme qui était propriétaire d’un magasin de meubles usagés. Il conduisait de beaux camions,
possédait un bateau, vivait dans une grande maison et avait plusieurs hectares de terre. Je
pensais qu’il était riche (parce que j’étais pauvre), mais en réalité, il était juste au plus haut
niveau de la classe moyenne.

En voyant son succès, j’ai compris que je devais ouvrir mon propre magasin de meubles
usagés. C’est exactement ce que j’ai fait. Jusque-là, mon revenu n’avait jamais franchi les
20 000 $ par année, mais aussitôt, il tripla presque. J’avais gagné plus de 50 000 $. Une année
après l’ouverture de mon magasin, je me suis marié.

Un jour, je remarquai une affiche dans la vitrine d’un magasin de meubles usagés sur
laquelle était inscrit : « Fermeture d’entreprise ». Je m’arrêtai pour savoir si le magasin allait
être disponible pour une location parce qu’il s’agissait d’un très bon emplacement
comparativement à l’endroit où se trouve actuellement mon magasin. J’ai appris que
l’immeuble serait disponible le mois suivant. J’étais aussi agréablement surpris de réaliser que
le loyer s’élevait à seulement 100 $ de plus par mois que mon loyer actuel.

J’ai appelé ma femme pour l’informer de mon intention de déménager notre entreprise. Au
départ, nous étions censés ouvrir le même genre de magasin pour vendre des meubles usagés
haut de gamme, mais nous avons décidé de suivre l’exemple d’une autre entreprise plus
prospère que la nôtre, c’est-à-dire de vendre des ensembles de chambres à coucher neufs et des
futons. Dès notre première année, nos revenus ont augmenté jusqu’à 70 000 $.

J’ai omis plusieurs détails, mais l’histoire s’est poursuivie. Pour conclure, nous avons
commencé à investir dans l’immobilier. En quelque année, nous avons acheté sept propriétés et
nous avons atteint un avoir net de plus de 1 000 000 $.

Vous voyez, lorsque vous êtes un salarié, votre revenu ne peut augmenter que
graduellement. Quand vous travaillez pour faire des profits, vous avez le potentiel d’augmenter
votre revenu de façon spectaculaire et en très peu de temps. Je n’ai plus travaillé pour
l’obtention d’un salaire et je n’ai aucunement l’intention de le faire de nouveau. Si vous voulez
devenir un millionnaire, vous devez apprendre à travailler pour les profits.

- 18 -
QUATRIÈME DIFFÉRENCE
Les millionnaires croient qu’ils doivent être généreux.
Les gens de la classe moyenne croient qu’ils n’ont pas les moyens de donner.

U n jour, j’entrai dans un petit restaurant pour acheter un repas. Je fus servi par une dame.
Mon addition s’élevait à presque 8 $, alors j’ai payé avec un billet de 20 $. Lorsqu’elle me
donna la monnaie, j’ai gardé 2 $ et lui ai remis le billet de 10 $. « Voici, c’est pour vous », lui
ai-je dit.

Elle m’a répondu : « Pour de vrai ? »

« Oui. Et que Dieu vous bénisse. »

Elle a alors lancé avec énergie : « Alléluia ! Merci Jésus ! »

J’ai marché tout sourire vers la sortie en pensant à sa réponse. Je n’aurais pu rien acheter à
5 $ ou 10 $, qui m’aurait donné autant de plaisir que celui que j’ai eu en voyant sa réaction.

Apprendre à être généreux


Être généreux c’est plaisant. On se sent bien quand on donne avec cœur. À plusieurs
occasions, j’ai donné de l’argent à de parfaits inconnus et je vais continuer de faire cela tout au
long de ma vie. Avoir l’habitude d’être généreux vous permet aussi de vous assurer que
l’argent ne vous domine jamais. J’ai entendu un enseignant spirituel parler d’un test pour
vérifier si vous possédez votre argent ou si c’est l’argent qui vous possède. Le test est celui-ci :
distribuez-le. Si vous pouvez le distribuer, alors vous possédez l’argent. Si vous ne le pouvez
pas, l’argent vous possède.

Chaque jour, de nombreuses occasions s’offrent à chacun d’être généreux. Être généreux
est une façon certaine d’être heureux. Être avare est une façon certaine d’être misérable. Ce ne
sont pas tous les millionnaires qui sont généreux, mais les joyeux le sont. La plupart des
millionnaires croient en la loi des semences et des récoltes.

Une autre histoire


Ma femme et moi avons participé à une conférence en Caroline du Nord. Il était environ
23 h, la réunion était terminée et nous avions faim. Nous avons trouvé une pizzéria dans un
petit centre commercial. Je suis entré pour commander notre pizza et je suis revenu sur le
parking pour attendre qu’elle soit prête. Je me tenais debout à côté de ma voiture et ma femme
était assise à l’intérieur, la portière ouverte. Nous écoutions de la musique. Un groupe de neuf
jeunes hommes, âgés de dix à quinze ans, marchait sur le trottoir devant le centre commercial.
Intuitivement, j’ai senti que nous allions avoir des ennuis. J’ai offert un remerciement rapide à
Dieu pour sa protection dans notre vie.

Quand les garçons sont arrivés à la hauteur de la voiture, un des plus jeunes du groupe
s’est éloigné du trottoir pour marcher vers moi. Celui d’apparence plus âgé a attrapé son bras et
- 19 -
lui a dit : « Non, mec. Ne fais pas ça ! » Puis les garçons ont marché et tourné au coin de la rue
du centre commercial. Ma femme avait vu les garçons passer, mais elle n’avait rien remarqué
de suspect. Je lui ai demandé si nous pouvions leur offrir de leur acheter une pizza. Elle m’a
souri et a dit oui.

J’ai marché jusqu’au coin de la rue et les garçons se retrouvèrent à environ dix mètres de
moi. En me voyant, le plus jeune qui avait tenté de créer des problèmes me vit et dit : « Hé, les
amis, regardez qui vient là. » Puis il sortit un revolver de sa poche et le pointa en direction de
mon visage. À nouveau, le plus âgé intervint et lui retira le revolver. Il me demanda : « Que
veux-tu ? »

Un peu ébranlé, je lui ai dit : « Je voudrais vous acheter une pizza, si vous le voulez bien. »

Il m’a répondu : « Vraiment ? »

« Ouais. »

« Pourquoi voudrais-tu nous acheter de la pizza ? », demanda-t-il.

« Juste parce que je veux faire quelque chose de gentil pour vous. Est-ce que vous
voulez ? »

Il a répondu oui et ils ont tous marché vers moi. Je leur demandai quelle sorte de pizza ils
désiraient et je suis retourné dans le restaurant pour le commander.

Alors que j’étais à l’intérieur, les jeunes demandèrent à ma femme si j’étais un policier et
si j’essayais de les démanteler. Elle leur répondit non. Ils lui ont aussi demandé pourquoi je
voulais leur acheter de la pizza. Elle leur expliqua que nous aimions être généreux.

Je suis revenu et j’ai attendu avec les garçons pendant que la pizza cuisait. J’ai parlé avec
eux de leurs rêves et de leurs visions, mais ils semblaient n’en avoir aucun. Je leur ai dit d’avoir
confiance que de bonnes choses pouvaient leur arriver puis, quelques minutes plus tard, nous
nous sommes dit au revoir.

Être généreux est un témoignage à l’autre de la bonté et de l’amour. Être généreux profite
au donateur et probablement davantage à celui qui reçoit.

- 20 -
TROISIÈME DIFFÉRENCE
Les millionnaires ont plusieurs sources de revenus.
Les gens de la classe moyenne ont seulement une ou deux sources de revenus.

C omparons les dollars aux poissons. Est-ce qu’un pêcheur attrapera plus de poissons s’il a
deux lignes ? Bien sûr. C’est fort probable. Et s’il a cinq lignes à l’eau ? Il est facile de
comprendre que plus il y a de ligne à l’eau, plus il y a la possibilité d’attraper de poissons.

L’argent fonctionne selon le même principe. Plus vous avez de sources de revenus à
développer, plus il est probable que vous deviendrez un millionnaire. Plus de 90 % des
millionnaires sont devenus libres financièrement en combinant plusieurs sources de revenus.

Revenus passifs
Le truc pour développer de multiples sources de revenus, c’est de trouver un moyen de les
rendre passifs. Par passifs je ne veux pas dire que vous n’aurez pas à travailler, mais plutôt
qu’ils doivent nécessiter peu d’entretien et de gestion de votre part.

Plusieurs millionnaires ont une certaine habileté à former des équipes qui peuvent gérer
leurs entreprises mieux qu’ils pourraient le faire eux-mêmes. Les gens de la classe moyenne ont
des difficultés avec le concept des sources multiples de revenus parce qu’ils croient devoir tout
faire eux-mêmes.

La croyance de devoir tout faire par vous-même instaure des limites extrêmes sur votre
potentiel financier. Les millionnaires ont évidemment une croyance différente. Non seulement
ils croient pouvoir trouver quelqu’un comme eux, mais encore plus talentueux. Quel contraste !

Construire une équipe


Les millionnaires ont également développé une compétence particulière qui est d’amener
les gens à bien travailler ensemble, ce qui paie généreusement. Toutefois, c’est une compétence
qui prend du temps à être développée. C’est la capacité d’amener les gens à accepter la
différence des autres et de nommer la bonne personne au bon poste.

Pratiquer la congruence intentionnelle


Penchons-nous sur le thème que j’ai appris de Nido QUBEIN : la congruence
intentionnelle. Elle est l’essence même de la façon de créer avec succès de multiples sources de
revenus. Congruence signifie « alignement », « accord ». Tout fonctionne bien ensemble.
Intentionnelle signifie « planifié ».

La congruence intentionnelle est pratiquée par les gens très riches. C’est une planification
méthodique dont la puissance réside dans la capacité de chaque source de revenu à soutenir les
autres. Lorsque vous avez une nouvelle source de revenus, vous devez lui porter toute votre
attention.

- 21 -
La concentration est un pouvoir que tous les millionnaires possèdent. Il y a deux façons de
vous concentrer pour que la congruence intentionnelle fonctionne dans votre vie. Vous devez
être comme un rayon laser qui se concentre sur des parties précises de la grande toile qu’est
votre vie. Vous devez aussi apprendre à vous concentrer sur le tableau complet comme un
projecteur.

Tout le monde peut se concentrer sur une chose. Mais il faut un pouvoir supérieur de
concentration pour mettre l’accent sur le tableau complet et faire en sorte que toutes les parties
fonctionnent. Avoir de multiples sources de revenus passifs, qui n’ont rien à voir avec les
autres, est encore mieux que d’avoir une ou deux sources. Cependant, apprendre à générer des
sources de revenus passifs qui s’alimentent l’une l’autre vous fera gagner beaucoup plus
d’argent au fil du temps.

Maintenant, revenons au pêcheur. Il est facile d’imaginer que cinq ou six lignes dans l’eau
vous feront attraper plus de poissons qu’une seule. Mais le pêcheur qui utilise la congruence
intentionnelle, réussira encore mieux qu’avec les multiples lignes dans l’eau. Il se munira plutôt
d’un filet. Je vous demande qui attrapera plus de poissons, le pêcheur qui utilise des lignes
individuelles ou celui qui a recours à un filet ?

Si vous avez actuellement une source de revenu et que vous désirez en générer une autre,
alors assurez-vous que cette nouvelle source soutient la première et vice versa. Peuvent-elles
s’aider à se promouvoir l’une et l’autre ? Est-ce que votre première source de revenu fait des
affaires avec votre deuxième ou votre troisième ? Se donnent-elles de la crédibilité l’une et
l’autre ? Est-ce que les clients de la source première peuvent aussi devenir des clients de votre
nouvelle source ? Si vous apprenez à appliquer la congruence intentionnelle à vos affaires, elle
accomplira des miracles dans votre vie financière.

Les gens de la classe moyenne croient que, s’ils essaient de générer plusieurs sources de
revenus à la fois, ils se disperseront. De nouveau, c’est parce qu’ils croient devoir tout faire
eux-mêmes. Si une personne de la classe moyenne a plus d’une source de revenu, c’est
habituellement qu’elle a un autre emploi.

Si vous vous concentrez sur des formes passives de revenus, construisez une équipe et
pratiquez la congruence intentionnelle, il sera alors impossible de vous disperser. Vous
réussirez à construire une vie financière solide car les revenus passifs, une équipe et une
congruence intentionnelle sont les trois brins d’un cordon qui ne se rompt pas facilement.

- 22 -
DEUXIÈME DIFFÉRENCE
Les millionnaires se concentrent sur l’augmentation de la valeur de leur avoir net.
Les gens de la classe moyenne se concentrent sur l’augmentation de leur chèque de paie.

L a plupart des gens ont déjà entendu ce vieux dicton : « Ne travaillez pas dur, travaillez
intelligemment. » Mettre l’accent sur la valeur de votre avoir net, c’est travailler
intelligemment. Viser l’augmentation de votre chèque de paie, c’est travailler dur.

Les millionnaires atteignent la liberté financière parce que, au début, ils œuvrent
énormément pour la construction de leur avoir net. Quand ils y parviennent jusqu’à un certain
point, ils sont libres de faire ce qu’ils veulent, quand ils le veulent.

La classe moyenne se retrouve enlisée dans la routine. Cette routine consiste à se lever,
aller travailler, payer les factures, se lever, aller travailler, payer les factures, etc. Les
millionnaires se lèvent, font ce qu’ils aiment, voyagent dans des lieux exotiques et recherchent
continuellement des investissements pour accroître leur avoir net.

L’avoir net selon un millionnaire


D’après la définition la plus simple, Avoir net = Actif – Passif.

La plupart des gens pensent que toute chose de valeur qu’ils possèdent peut être considérée
comme un actif. Bien qu’il s’agisse là d’une conception très répandue, les millionnaires pensent
différemment. Et lorsqu’il est question d’argent, il est plus sage de penser comme un
millionnaire plutôt que comme la plupart des gens.

Les millionnaires considèrent uniquement comme des actifs les choses de valeur qu’ils
possèdent et qui leur rapportent un revenu. Pensez-y parce qu’il est fréquent de voir des
personnes de la classe moyenne qui possèdent des biens qui ont une certaine valeur mais qui ne
leur produisent aucun revenu.

Vos passifs sont des choses pour lesquelles vous devez de l’argent, par exemple un
emprunt immobilier, une voiture acquise à crédit, des emprunts personnels et scolaires. Pour
connaître votre véritable avoir net, soustrayez la somme d’argent que vous devez de la valeur
de tout ce vous avez et qui génère un revenu. Un avoir net qui ne produit pas un revenu passif
ne vaut pas grand-chose, pour autant que les millionnaires soient concernés. Ces derniers se
concentrent sur l’augmentation de leur avoir net, ce qui augmente simultanément leur revenu.

Les millionnaires font travailler dur leur argent pour eux. Les gens de la
classe moyenne travaillent dur pour leur argent
Travailler uniquement pour un salaire est risqué et pas très judicieux car, même lorsque
vos chèques de paie augmentent, votre dépendance augmente aussi. Les millionnaires possèdent
le contrôle de leur vie financière. Les gens de la classe moyenne, par contre, mettent le contrôle
de leur vie financière dans les mains de quelqu’un d’autre.

- 23 -
Si vous vivez d’un salaire, sachez que c’est votre employeur qui a le contrôle. Vous ne
savez pas si vous aurez votre emploi le mois prochain. Vous ne savez pas quand votre
entreprise peut décider de réduire son effectif. Vous courez perpétuellement le risque de perdre
vos finances.

Tourner son chèque de paie en revenu passif


La plupart des millionnaires d’aujourd’hui ont un jour été des salariés. Comment sont-ils
devenus libres financièrement ? En utilisant leur salaire pour acheter des actifs. Acheter des
actifs qui produisent un revenu requiert de l’information et un savoir-faire. Il s’agit en effet
d’une habileté qui demande du temps afin d’être développée. Patience, connaissance et sagesse
sont requises pour augmenter votre avoir net.

Certaines personnes de la classe moyenne possèdent des connaissances sur comment créer
des sources de revenus passifs et comment augmenter leur avoir net mais ils ne les ont pas
encore appliquées. Quant aux millionnaires, ils appliquent les connaissances acquises. De plus,
ils acquièrent continuellement de nouvelles connaissances qui leur permettent parfois d’investir
dans des choses dont les gens de la classe moyenne ignorent même l’existence.

Ce livre n’a pas pour but de parler des nombreux actifs dans lesquels les millionnaires ont
investi, mais j’aimerais tout de même vous mentionner quelques-unes des méthodes les plus
connues que la plupart des millionnaires ont utilisées lorsqu’ils étaient encore dans la classe
moyenne.

« Démarrer » une petite affaire

À mon avis, tout le monde devrait avoir une petite affaire. Je ne vous dis pas de quitter
votre emploi et de lancer une entreprise. Je suggère que vous commenciez une activité
complémentaire à temps partiel tout en gardant votre emploi actuel.

Une façon d’y parvenir, c’est de vous joindre à une entreprise qui fait du marketing de
réseau. Il y a très peu de risques et d’importantes possibilités de rémunération. Des systèmes
éprouvés qui marchent sont déjà en place et les gens vous offrent un soutien continuel pour
vous aider à progresser. C’est aussi une très bonne façon d’être un homme d’affaires
indépendant mais pas solitaire. J’ai trois recommandations à vous offrir si vous avez l’intention
de faire du marketing de réseau :

1. Assurez-vous de croire sincèrement en votre produit ou en votre service.


2. Assurez-vous de vous sentir en paix avec les gens que vous rencontrez.
3. Assurez-vous que votre compagnie participe à une œuvre charitable.

Si ces trois conditions sont remplies, je crois que vous pouvez en faire une activité à temps
partiel très lucrative.

Lorsque vous vous joignez à une entreprise qui fait du marketing de réseau ou lorsque
vous lancez une petite entreprise, fixez-vous l’objectif d’y gagner plus que ce que vous obtenez
- 24 -
comme salaire de votre emploi à plein temps. Après cet accomplissement, vous aurez enfin la
liberté de travailler parce que vous le voulez et non parce que vous le devez. Ne serait-ce pas
agréable ?

De même, lorsque vous démarrez votre propre activité, éviter d’augmenter votre train de
vie afin d’économiser l’argent que vous générez grâce à cette affaire jusqu’à ce que vous soyez
en mesure d’investir dans un actif. Dépenser davantage d’argent dès qu’on commence à en
gagner davantage est la tendance la plus courante en ce monde. Chaque fois que je gagnais plus
d'argent, j’achetais une nouvelle voiture, déménageais dans une plus grande maison, prenais des
vacances à Hawaï. Je peux dire, par expérience, qu’il n’est pas sage d’augmenter votre train de
vie tant que vous ne pouvez pas vous l’offrir avec le revenu généré par votre actif.

Les millionnaires ont une sagesse peu commune. Ils n’augmentent pas leurs dépenses
lorsque leurs revenus augmentent. Ils augmentent leurs investissements.

Investir dans l’immobilier


À mon avis, l’immobilier est le meilleur et le plus sûr moyen d’investir dans les actifs.
Presque tous les millionnaires reçoivent des revenus passifs de l’immobilier. Quelques
personnes de la classe moyenne ont également des revenus passifs de l’immobilier. Puisqu’il
existe de nombreux livres sur l’art d’investir dans l’immobilier, alors je n’irai pas plus loin sur
ce point. Je suggère toutefois que vous lisiez des livres sur l’immobilier jusqu’à ce que vous
soyez bien informé, avant de passer aux actes.

Et les actions ?
La plupart des millionnaires que je connais investissent dans le marché financier (la
Bourse). Je dis la « plupart » parce que j’en connais quelques-uns qui investissent seulement
dans l’immobilier. Les actions peuvent représenter une forme exceptionnelle de revenus passifs.
Mais elles peuvent également s’avérer risquées si vous n’êtes pas bien informé à leur sujet.

Un avoir net n’est pas un « œuf d’or »


Les gens de la classe moyenne pensent que la sécurité financière consiste à posséder des
« œufs d’or ». Les millionnaires ne pensent pas ainsi. Ces derniers ne courent pas après les
« œufs d’or », ils ont des poules qui pondent régulièrement des œufs d’or. Leurs avoirs nets
sont les poules. Les revenus passifs qu’ils reçoivent de leurs avoirs nets sont des œufs d’or.

Concentrez-vous donc sur l’augmentation de la valeur de vos avoirs nets avec des actifs qui
produisent des revenus passifs et le jour viendra où vous jouirez d’une liberté financière totale.

- 25 -
PREMIÈRE DIFFÉRENCE
Les millionnaires se posent des questions qui leur donnent le pouvoir.
Les gens de la classe moyenne se posent des questions qui leur enlèvent le pouvoir.

A u premier abord, cette première différence peut sembler sans importance ; mais je vous
l’assure, il s’agit d’un principe profond. Lorsque vous développez l’habitude de vous
poser des questions qui vous responsabilisent, votre vie prend un nouveau sens et le succès est
inévitable. Les écritures anciennes résument bien ce principe universel : « Demandez et on vous
donnera ». Vous recevrez des réponses à toutes les questions que vous poserez. Les questions
portent en leur sein les réponses dont vous avez besoin pour réussir. Apprenez donc à vous
poser de bonnes questions qui vont surtout au-delà de votre vécu et de votre situation actuelle.

Exemples de questions qui vous redonnent votre pouvoir


Laquelle des deux questions suivantes donne un plus grand sentiment de pouvoir ?
« Comment puis-je doubler mon revenu cette année ? » ou « Comment puis-je gagner assez
d’argent pour payer mes factures ce mois-ci ? » Voyez-vous la différence ?

Comparons encore d’autres exemples :

« Comment puis-je gagner 1 000 000 $ par an en faisant ce que j’aime ? » ou « Comment
puis-je obtenir une augmentation de salaire de mon patron ? »

« Qu’est-ce-que la vie essaie de m’enseigner en ce moment ? » ou « Pourquoi de mauvaises


choses m’arrivent-elles sans cesse ? »

« Comment puis-je développer une relation plus profonde avec mon conjoint ? » ou
« Pourquoi est-ce si difficile de m’entendre avec mon conjoint ? »

« Qu’est-ce que je pourrais faire aujourd’hui pour démontrer à mes enfants que je les
aime ? » ou « Pourquoi mes enfants ne m’apprécient pas ? »

« Comment puis-je augmenter ma paix d’esprit ? » ou « Pourquoi suis-je toujours


stressé ? »

Les questions qui vous donnent le pouvoir ont trait à ce que vous pouvez faire, et les
questions qui privent de vos moyens ont trait à ce que vous ne pouvez pas faire. Les questions
qui vous privent de vos moyens se rapportent également à « pourquoi les choses sont-elles
difficiles ? »

Lorsque des questions qui donnent du pouvoir deviennent une partie intégrante de votre
façon habituelle de penser, vous devenez une personne forte et paisible. Vos questions vous
entraîneront toujours à rechercher votre plein potentiel.

Les millionnaires posent des questions qui les rendent riches. Les gens de la classe
moyenne posent des questions qui les maintiennent dans la pauvreté ou dans des situations
précaires.
- 26 -
« Conditionner » son esprit
La plupart des gens sont inconscients des questions qu’ils se posent régulièrement à eux-
mêmes. J’observe cela constamment avec les gens de la classe moyenne. Il est très important
d’être conscient de ses pensées et de pouvoir « conditionner » continuellement son esprit pour
le succès. Ce principe universel est résumé dans les écritures anciennes : « L’homme devient ce
qu’il pense. »

Vous poser des questions qui vous donnent du pouvoir est une des meilleures façons de
« conditionner » votre esprit à créer le succès.

Nous avons tous été conditionnés à penser comme nous pensons. En choisissant les
questions que vous vous posez, vous apprendrez à penser par vous-mêmes. Vous reprendrez le
contrôle de votre vie en dirigeant votre dialogue intérieur.

Neuf questions qui donnent du pouvoir


Je veux vous poser neuf questions qui vous donnent du pouvoir et auxquelles tout le monde
doit répondre pour atteindre le vrai succès et la joie. Elles traitent de ce que vous voulez être, de
ce que vous voulez faire et de ce que vous désirez obtenir. Si vous prenez le temps de répondre
honnêtement à ces questions, vous vous retrouverez sur la voie du succès.

Être

1. Quel genre de personne je veux devenir ?


2. Pourquoi je veux devenir ce genre de personne ?
3. Comment puis-je devenir ce genre de personne ?

Faire

4. Qu’est-ce que je veux faire ?


5. Pourquoi je veux faire cela ?
6. Comment puis-je le faire ?

Avoir

7. Qu’est-ce que je veux avoir ?


8. Pourquoi je veux cela ?
9. Comment puis-je le créer ?

Vos réponses à ces questions doivent être claires et précises. Plus vous êtes précis en
répondant à ces questions, meilleures vos réponses seront.

La clarté est le pouvoir. Les millionnaires savent ce qu’ils veulent. Et plus important
encore, ils savent pourquoi ils le veulent. Et parce qu’ils ont décidé du « Quoi » et du
« Pourquoi », ils sont en mesure de trouver le « Comment ». La classe moyenne ne sait pas
comment devenir millionnaire parce qu’elle n’a pas un « Quoi » passionnant ou un
« Pourquoi » puissant.
- 27 -
En répondant aux « Pourquoi », vous pourriez peut-être découvrir que vous êtes devenu ce
que quelqu’un d’autre voulait que vous soyez. Ou bien, vous faites ce que d’autres veulent que
vous fassiez (mais que vous ne voulez pas vraiment faire), ou encore que vous désirez certaines
choses parce que d’autres vous y ont incité. Vivre selon les attentes des autres est un piège.

Découvrez la personne que vous voulez vraiment être, ce que vous voulez faire et ce que
vous désirez vraiment obtenir.

Soyez certain de garder ces questions dans l’ordre qui suit : être, faire, avoir. Le genre de
personne que vous désirez être détermine ce que vous voulez faire et avoir.

Chez plusieurs personnes de la classe moyenne, l’ordre est souvent inversé. Elles pensent
que c’est ce qu’on a qui détermine ce qu’on fait, et que ce qu’on fait détermine le genre de
personne qu’on est. Voir la vie de cette façon vous mènera tout droit à la confusion. Qui je suis
détermine ce que je fais et ce que j’ai.

Être un millionnaire, c’est être, faire, puis avoir.

- 28 -
ET MAINTENANT ?

Lisez ce livre régulièrement. La répétition est le principal moyen d’entraîner notre esprit à
penser différemment. Lorsque nous pensons différemment, nous agissons différemment et nous
parvenons à des résultats différents.

Partagez des exemplaires de ce livre avec les personnes importantes de votre vie afin de
pouvoir échanger avec elles à propos des dix différences et d’apprendre davantage de vos
expériences respectives.

Vous pouvez aussi participer à mes séminaires. Pour plus d’information au sujet de mes
prochains ateliers, consultez le site www.keithcameronsmith.com (en anglais seulement).

- 29 -